Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

L’élite florentine et la « Società Anonima per la costruzione di due ponti sull’Arno » 1831-1836

Marco Cini
Traduction de Jacques Tourrel

Texte intégral

Évolution du marché et modification du paysage rural

  • 1 M. Montorzi, « Episodi di esperienza giuridica nella storia moderna del Valdarno pisano. Uomini, me (...)
  • 2 E. Repetti, Dizionario geografico fisico storico della Toscana, Florence, I, 1833, p. 137-147.
  • 3 C. Pazzagli, La terra delle città. Le campagne toscane dell’Ottocento, Florence, Ponte alle Grazie, (...)

1L’Arno, par ses caractéristiques hydrogéologiques, a constitué pendant de longs siècles l’axe de transport principal de la Toscane. Beaucoup de caractères propres à ce fleuve ont contribué à lui conférer un rôle incontournable dans la définition du paysage de cette région, ainsi que dans le développement de son économie. D’abord, bien qu’il fût par ses dimensions et son débit l’un des plus importants d’Italie, ce fleuve n’arrosait que le territoire toscan. Cette circonstance favorisait une taxation homogène des marchandises qui empruntaient son cours, conséquence directe du fait que la juridiction sur le fleuve relevait du seul gouvernement toscan. Ce dernier pouvait légiférer sans devoir affronter l’ingérence d’autres gouvernements, ce qui aurait entraîné, comme dans beaucoup d’autres États italiens, des conflits irrationnels et paralysants1. De plus, l’Arno était parfaitement navigable jusqu’à Florence à la saison pluvieuse et jusqu’à Signa en période estivale2. Le vaste réseau d’affluents naturels et de canaux artificiels augmentait les possibilités de collecte entre les diverses zones qui, au sud de Florence, s’étendaient de part et d’autre du fleuve et le port de Livourne auquel l’Arno était relié par un canal construit aux abords de Pise. Cette vaste étendue territoriale du bas Val d’Arno a été récemment qualifiée de « Paysage de l’arbre ». Il s’agissait d’un territoire fertile situé le long du tracé fluvial où étaient implantés la plupart des centres urbains de la région, comprenant les villes de Florence, d’Empoli, de Pontedera et de Pise, jusqu’à Livourne : une superficie d’environ 7 000 km2, équivalant au tiers de l’étendue du Grand Duché de Toscane, hébergeant 66 % de la population totale et où se concentraient environ les trois-quarts de la rente foncière totale de la région3.

  • 4 A. Nesti, « Alcune note sulla navigazione nel bacino inferiore dell’Arno (XV-XIX secolo) », Atti de (...)

2Ainsi, le fleuve avait contribué à modeler, du moins jusqu’au milieu du XIXe siècle, les microéconomies des nombreuses collectivités logées sur ses rives, dont il favorisait la vocation productive, mais en de nombreux autres points en limitait les possibilités d’expansion. Jusqu’à la construction des deux ponts à Bocca d’Eisa et à Bocca d’Usciana, dont nous allons retracer l’histoire, il n’existait pas d’ouvrages d’art qui établissent un lien stable entre les deux rives : gens et marchandises étaient transportées d’une berge à l’autre par de petites barques ou par un système archaïque de pontons flottants, ce qui avait une incidence considérable sur les coûts et les temps de transport4. Donc, si d’une part, l’Arno constituait l’axe principal de collecte des riches campagnes du bas Val d’Arno par le port de Livourne, d’un autre côté, il représentait encore un élément de séparation territoriale : un découpage favorisant la persistance d’économies locales isolées, ou du moins trop peu interdépendantes, et pénalisant donc une nécessaire uniformité de production, perçue par beaucoup comme indispensable pour répondre aux exigences d’un marché international en mutation.

  • 5 P. Vichi, « La costruzione della rete carrozzabile toscana : basi giuridico-amministrative e realiz (...)

3Le développement du réseau routier régional – qui dès la fin du XVIIIe siècle avait pourtant connu une augmentation sensible5 – était également dépendant de cette barrière naturelle constituée par le lit du fleuve. Celle-ci obligeait les autorités techniques gouvernementales à étendre d’une façon peu rationnelle le réseau routier du Grand Duché, dont les limites économiques étaient largement dénoncées et critiquées par le noyau plus prudent des principaux propriétaires terriens réunis au sein de l’Accademia dei Georgofili.

  • 6 P. Bandettini, « I prezzi sul mercato di Firenze dal 1800 al 1890 », Archivio economico dell’unific (...)

4Il existait donc un problème particulier qui liait la construction d’un réseau routier efficace à un développement plus structuré de l’économie, dont la solution était rendue plus urgente par les transformations survenues dans l’économie européenne depuis la fin de l’Empire napoléonien. Comme cela a été souligné par plusieurs historiens, la période qui commence avec la Restauration coïncida pour l’économie toscane avec une chute brutale des prix agricoles qui frappa lourdement les revenus des producteurs6. Cet événement provoqua l’ouverture d’un vif débat au sein de la classe dirigeante sur la nécessité de repenser totalement l’organisation productive du Grand Duché et stimula, dans le même temps, une discussion utile sur la nécessité de diversifier les investissements patrimoniaux dans le secteur agricole traditionnel de façon à limiter les effets des conjonctures économiques défavorables.

  • 7 M. Cini, Teorie economiche e modelli di sviluppo : note sulla circolazione delle idee nella Toscana (...)

5La diffusion, à la même époque, des théories des économistes classiques7 avait fait prendre conscience des avantages qu’aurait présenté un réseau routier rationnel pour la commercialisation des productions.

  • 8 L. DeRicci, « Dell’utilità delle strade in servizio dell’agricoltura e della parte che devono pre (...)

6Dès 1827, Lapo De’ Ricci, dans un article paru dans le Giornale Agrario Toscano8 avait ouvertement soulevé la question en insistant sur le rôle actif que les propriétaires auraient dû jouer dans le choix et la réalisation des nouveaux tronçons routiers. De’ Ricci, en effet, déplaçait la prérogative du pouvoir souverain de formuler la politique routière générale, pour la reporter sur l’autonomie et l’initiative des sujets de décider quelles zones rurales devraient bénéficier de la construction de nouveaux axes routiers, en procédant de façon autonome à leur réalisation. C’était là le premier signe important d’une attention nouvelle à adapter le marché agronomique régional aux changements d’orientation des marchés internationaux, modifiés en réponse à une division croissante du travail dans de vastes espaces géographiques, selon une suggestion – celle de Ricardo sur les « coûts comparés » – qui était à l’époque au centre des discussions de l’élite cultivée du Grand Duché. Il faut, au moins en partie, replacer dans cette perspective les projets d’un petit groupe de la classe dirigeante florentine visant à construire des ponts avec leurs tronçons de raccordement aux artères principales, et le débat qui leur était associé en vue de convaincre l’ensemble des propriétaires terriens régionaux de la nécessité de créer un réseau de liaison efficace.

  • 9 Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione della Società anonima costruttrice di due ponti (...)

7Le cas de la Società Anonima per la costruzione di due Ponti sull’Arno nous a paru spécialement significatif, non seulement parce que les événements complexes de son histoire permettent de formuler un grand nombre de réflexions sur quelques points cruciaux de la stratégie adoptée par la classe dirigeante toscane au début du siècle pour remettre en cause les conditions de l’économie du Grand Duché, mais aussi parce qu’on a affaire au premier exemple en Toscane d’une société prévue pour réaliser à l’aide de capitaux privés des ouvrages infrastructurels « d’utilité publique »9.

  • 10 C. Pazzagli, La terra delle città..., op. cit., p. 46-47.
  • 11 Les structures de première importance économique construites ces années-là, après les ponts de Bocc (...)
  • 12 A. Nesti, Alcune note sulla navigazione..., op. cit., p. 90-93 ; G. Biagioli, « L’agricoltura tosca (...)

8La construction des deux ponts concernait deux zones « névralgiques » de la campagne toscane. Le premier pont fut construit à Bocca d’Eisa, à proximité du bourg de San Miniato, très voisin d’Empoli, ville où se tenait le plus grand marché périodique de la région, et plus généralement lieu de raccordement entre le Val d’Eisa et le Val d’Arno florentin10. Le deuxième pont fut construit quelques kilomètres plus au sud, à Bocca d’Usciana, aux abords de Pontedera. Le positionnement de ce deuxième ouvrage est également significatif : le canal Usciana, en effet, collectait le vaste marais de Fucecchio all’Arno, et par le marais, les marchandises produites au Val di Nievole, et en partie aussi à Lucques, arrivaient, par le canal Usciana, à l’Arno, où elles prenaient la direction de Livourne. Il s’agissait donc de deux aires d’une importance commerciale évidente. Le choix de construire les deux ponts en ces lieux allait par conséquent modifier radicalement non seulement les microéconomies locales, mais aussi plus globalement le paysage rural d’une des zones les plus productives de la région11, en ouvrant des passages et des voies de communication qui favorisaient une transformation territoriale déjà en cours depuis des dizaines d’années, par l’assèchement de vastes surfaces marécageuses avec, parmi celles-ci, les marais de Bientina et de Fucecchio, adjacents ou du moins très proches des lieux où les ponts furent construits12.

De l’« association de capitaux » à la « Société de capitaux »

9Les dynamiques amorcées par la Società dei Ponti permettent de circonscrire quelques thèmes de grande importance pour l’organisation économique et sociale du Grand Duché, entre autres quelques épisodes du laborieux mouvement de développement de l’associationnisme économique en matière de sociétés juridiques ; ou même la controverse entre le gouvernement et l’initiative de l’aristocratie, jusqu’à la question conflictuelle du financement des activités entrepreneuriales projetées et gérées par la classe dirigeante. Ces thèmes sont étroitement liés à l’élaboration de la Società dei Ponti, et préfigurent, en de nombreux points, la difficulté qu’aurait rencontrée, dans les années suivantes, le projet d’entreprise de l’élite florentine.

  • 13 Cf. Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit.

10Assurée d’abord par l’ingénieur Pietro Martini – disparu avant le début des travaux – la direction de la Società fut ensuite reprise par Gino Capponi, comme en témoigne l’abondante correspondance du marquis de Varramista avec les autres membres du Conseil d’administration, Giuseppe Becattini, Cosimo Ridolfi et le banquier Raffaello Finzi Morelli. Constituée de manière formelle le 21 janvier 1831, la Società fut structurée comme société anonyme, c’est-à-dire comme société par actions, et donc se vit doter d’un actionnariat composite au sein duquel se détachaient de nombreux noms de l’aristocratie toscane et de la bourgeoisie financière livournaise et florentine13.

11Il s’agissait donc d’une forme sociétaire prévue et réglementée par le Code Commercial d’origine française, que le Grand Duché conserva même après la restauration lorraine. Le choix de configurer le projet d’entreprise en lui donnant la forme de l’anonymat est en soi très intéressant à cause précisément des nombreuses questions que ce type de société impliquait et soulevait. L’histoire de la Società dei Ponti se déroula au moment même où arrivait à maturité une forme résolument entrepreneuriale de l’« esprit d’association », qui accentuait les potentialités productives allant de pair avec une interprétation évoluée de l’associationnisme par rapport à une définition exclusivement culturelle ou sociale.

12Au cours des trois premières décennies du XIXe siècle, l’esprit d’association en Toscane était pénétré de caractères le plus souvent moraux et philanthropiques, une forme qui envisageait un amalgame complexe d’activités et de motivations diverses mais unifiées par un trait commun, à savoir la participation active d’un groupe d’individus qui volontairement, et par le biais d’un investissement financier limité et partagé, lançaient des initiatives de nature très variée dans le but de réaliser un dessein socio-économique où, par des influences d’ordre naturaliste, se réalisait un type de « progrès » sans déchirements ni ruptures.

  • 14 Ce débat fécond sur l’associationnisme provoqué par l’élite florentine fut publié surtout dans les (...)
  • 15 Le Code Commercial toscan dérivait directement de celui que les Français avaient introduit en Tosca (...)
  • 16 Pour un examen quantitatif minutieux des sociétés commerciales du XIXe siècle et de la participatio (...)
  • 17 Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit., p. 25.
  • 18 F. Corridi, Di un Ponte a castello costruito sull’Arno dall’ingegnere-architetto Ridolfo Castinelli (...)

13Le succès rencontré par l’esprit d’association est lié, en grande partie, aux caractères de solidarité qui le rapprochaient de l’institution du contrat de métayage, véritable « pierre angulaire » du système productif toscan. Outre qu’il ne s’opposait pas au contenu sociétaire du pacte fermier, l’esprit d’association affichait une capacité d’expansion supérieure dans la mesure où il facilitait la rencontre d’énergies, d’intérêts et de capitaux de différents groupes sociaux, qui ne se limitaient pas aux propriétaires terriens et à leurs métayers14. Cependant c’est à partir des années 30 que l’esprit d’association dégage une forme particulière qui deviendra le pivot du modèle élaboré par la classe dirigeante toscane : l’association de capitaux. Entre le concept d’« association de capitaux » qui tout de même relève encore d’une conception culturelle, et celui de « société de capitaux », qui se matérialisait juridiquement dans la société par actions réglementée par le Code Commercial15, la complémentarité est évidente et représente le pas suivant franchi par les membres les plus ouverts de l’aristocratie florentine. Ceux-ci avaient bien compris la nécessité de mettre en œuvre un modèle de développement qui tienne compte des spécificités politiques et économiques du pays de façon à emporter l’adhésion des franges de l’aristocratie terrienne éloignées de l’intense vie culturelle de la capitale, en plus de celle des catégories émergeantes. La Toscane n’était certainement pas étrangère aux expériences commerciales de type associatif16 : cependant la donnée nouvelle était que l’initiative entrepreneuriale soit adoptée par des secteurs importants de la classe possédante surtout intéressée à introduire des éléments de solutions économiques déjà essayés dans d’autres régions du continent européen sur un tissu culturel autochtone. C’est cette conscience qu’exprimait de manière directe Ridolfo Castinelli – l’ingénieur qui dirigea les travaux de construction des deux ponts – qui, parlant de Martini disparu, soulignait que celui-ci avait d’abord introduit en Toscane « le système de réalisation de grandioses constructions publiques par l’intermédiaire d’associations de capitaux : je veux dire de capitaux rentables, qui constituaient ici l’originalité du système prévu pour construire deux ponts sur l’Arno. Collecter des sommes même considérables dans un but de bienfaisance publique ou pour des monuments de deuil national, la Diomercè, n’est pas un phénomène nouveau en Toscane. Mais il était inédit de monter des sociétés avec l’idée de spéculer sur un besoin public réel et durable »17. Le discours de Filippo Corridi, qui à l’occasion de la présentation des résultats de la Società dei Ponti, se félicita ouvertement des effets bénéfiques qui découlaient de l’esprit d’association appliqué à l’économie, était également éloquent18.

14Si la modernité de la société par actions était de donner la possibilité de réunir des capitaux dispersés – en réduisant toutefois les risques des investisseurs isolés, dont la responsiblité se limitait aux seules actions achetées – il nous semble que la préférence de cette forme de société était de faire intervenir également d’autres facteurs autant d’ordre culturel que juridique.

  • 19 Dans son commentaire à l’article 38 du code commercial, qui prévoyait la possibilité pour le comman (...)
  • 20 C’est le cas, par exemple, du développement industriel français, qui est passé principalement par l (...)

15Le partage du capital en une multitude d’actions ou de parts sociétaires était bien, lui aussi, une caractéristique de la société en commandite, qui, comme l’attestent la jurisprudence et la doctrine de l’époque, était souvent préférée à la société anonyme à cause du faible contrôle que l’État exerçait sur cette dernière, grâce à la dispense dont elle bénéficiait concernant l’autorisation gouvernementale préalable à la constitution de la société prévue par l’article 37 du Code Commercial19. D’ailleurs, le bon fonctionnement durable de cet outil est confirmé par le développement industriel – et pas seulement commercial – de plusieurs pays européens, où l’adoption de formes sociétaires que l’on peut ramener à la société en commandite, avait fait ses preuves, en beaucoup d’occasions, pour augmenter suffisamment les intérêts économiques produits par la société20.

  • 21 Emblématique de la continuité qui persiste dans le règlement de la commandite avant et après les an (...)

16Le choix de la société anonyme par actions comme instrument privilégié est probablement de revenir aux plus grandes possibilités d’expansion que l’on croyait intrinsèques à la société en commandite à cet égard. Cette dernière, en effet, quoique située dans le cadre législatif prévu par le Code Commercial, était couramment règlementée par les tribunaux toscans selon une jurisprudence et une doctrine encore largement originaires du XVIIIe siècle21.

  • 22 Cf. Annuali di giurisprudenza, op. cit., p. 374 et suiv.

17Les promoteurs de la Società n’ignoraient pas la circonstance qui envisageait la société en commandite simplement comme « une dérogation aux règles du droit commun sur la société dans le seul but de rendre la réunion des capitaux plus accessible au commerce »22, ou bien comme un escamotage prévu pour répondre aux exigences d’un marché en lente évolution, mais solidement accroché aux conditions juridiques de la société en nom collectif, pour laquelle il n’était pas possible d’envisager, même de façon minime, une évolution compatible avec des dynamiques économiques particulièrement complexes et élaborées.

  • 23 Voir A. Volpi, Banchieri e mercato finanziario in Toscana (1801-1860), Florence, Olschki, 1997.
  • 24 Une lettre de Lambruschini au magistrat corse Salvatore Viale, collaborateur de l’Antologia, confir (...)
  • 25 Comme exemple de cet état de la doctrine, on peut citer le célèbre commentaire de Sirey, qui, dans (...)

18Les dispositions relatives à la réorganisation de la Chambre de Commerce et du Tribunal de Commerce de Florence en même temps que les mesures qui avaient servi de base à la rénovation, en 1826, de la Caisse d’Escompte de la capitale du Grand Duché – qui contribuaient dans l’ensemble à renforcer les traits distinctifs du « négociant », le mettant au dessus de tout autre personnage dans le monde des affaires23 – constituaient un signal de plus sur l’orientation particulière donnée aux règles qui régentaient la circulation des capitaux, où se révélait à l’évidence un manque de continuité avec les essais menés par l’aristocratie florentine pour étendre les investissements productifs à une activité manufacturière et infrastructurelle. À cet égard, il importe de souligner qu’au tout début du XIXe siècle les jurisconsultes toscans fondaient encore leurs résolutions essentiellement sur les dynamiques propres à la seule activité commerciale, perçue comme couvrant la totalité du champ de la spéculation et de l’entreprise privée, et ramenaient par conséquent à ce cadre la réglementation de toute forme de société. Les commentaires les plus répandus de l’époque qui circulaient au sein de l’élite florentine24 et qui servaient de référence pour trancher les questions sociétaires auprès des tribunaux toscans25, confirment l’inadéquation de la société en commandite en tant qu’instrument. De l’examen de l’activité jurisprudentielle de l’époque, on retire l’impression que celle-ci était indissolublement liée au circuit commercial comme il s’était configuré à la fin du siècle précédent et ne laissant que d’étroites marges de manœuvre à ceux qui auraient souhaité adapter ce type de société à un usage différent.

  • 26 Pour ce qui est du concept de diversification culturale et des transformations structurales qui en (...)

19En substance, on pourrait soutenir de façon plausible que l’attention portée à la société anonyme par actions par le groupe promoteur du projet des Ponts ait été de revenir à l’essai tenté, dans les années 30, par des hommes comme Ridolfi et Capponi pour modifier, au moins en partie, les dynamiques économiques du Grand Duché dans l’optique d’une diversification de l’agriculture et des investissements26, organiquement liée à l’adoption d’un concept de « marché » en mutation et d’une notion de liberté commerciale rénovée : la société anonyme par actions en représentait l’instrumentalisation juridique.

  • 27 Sur les sociétés anonymes par actions du XVIIIe siècle on trouvera d’autres renseignements utiles d (...)
  • 28 Cf., N. Tommaseo - G Capponi. Carteggio inedito dal 1833 al 1874, sous la dir. de I. Del Lungo et P (...)

20L’émergence, à partir du début des années trente, d’une forme ouvertement entrepreneuriale de l’esprit d’association, finit par délimiter un périmètre culturel au sein duquel les potentialités de la société anonyme par actions purent se préciser, en acquérant, entre autres, une légitimation théorique qui se joignait intimement à la construction culturelle complexe du groupe d’intellectuels réunis autour de la revue Antologia publiée par Giovan Pietro Vieusseux. Par là, on voulait affirmer que la forme sociétaire définie comme société anonyme par actions ne représentait qu’en partie une transposition pure et simple de la réglementation juridique d’origine française, et correspondait d’autant moins à la reprise d’une tradition remontant au siècle précédent, qui avait vu s’affirmer des sociétés commerciales par actions très similaires, par leur structure juridique, à la société anonyme par actions moderne réglementée par le Code Commercial27. Au contraire, le couple association – société par actions se dotait de caractères originaux et inédits par rapport aux expériences précédentes, ce qui résultait d’un processus d’élaboration culturelle auquel l’activité de recherche de l’Accademia dei Georgofili n’était pas étrangère. À ce propos, en 1831, le juriste Girolamo Poggi – défini par Capponi comme « la meilleure tête qui soit à Florence28 – avait présenté un mémoire académique qui atteste la complexité de la nouvelle interprétation de l’esprit d’association. D’un intérêt particulier est la confusion inédite que l’associationnisme se mettait à faire avec une nouvelle définition des principes sur la libre circulation des marchandises.

  • 29 Poggi continuait en précisant qu’« entre la liberté définie et consacrée par les lois proprement di (...)

21Poggi distinguait entre « la liberté économique fixée par les lois proprement dites, et la liberté économique activée par les institutions, et il ne faut pas confondre – ajoutait le juriste florentin – ces mêmes institutions avec les établissements gouvernementaux correspondants »29.

  • 30 Ibidem, p. 169-170.

22Le principe abstrait de la liberté commerciale trouvait alors une traduction dans le concept d’« institution », défini à son tour en termes de « liberté de gestion et d’administration des intérêts communs », où cette dernière référence déplaçait son centre de gravité des notions de « bien-être » et de « richesse » de la personne du propriétaire individuel, garanti dans ses biens par la législation d’État, vers la libre dynamique de la société dans son ensemble, en partie seulement soumise au contrôle gouvernemental. Une fois établie la centralité de l’acception positive du concept de liberté commerciale, Poggi en venait à énoncer les conditions nécessaires pour que les effets progressifs contenus à l’état virtuel dans cette liberté puissent s’exercer intégralement : « La première, que l’autorité publique permette que là où existe ou peut exister une communauté d’intérêts économiques, puissent se former librement des associations permanentes ou temporaires d’hommes résolus à prendre en charge leur gestion soit personnellement, soit par l’intermédiaire de députés et représentants. La seconde, que l’administration et la direction de ces intérêts soit remise sans réserve aux mains des seuls et vrais intéressés »30.

23La volonté de redéfinir la notion de liberté commerciale et industrielle, en distinguant deux plans, qui restent malgré tout interactifs et complémentaires, était une tentative nette pour doter un des piliers de l’organisation commerciale toscane d’une base juridique d’ensemble, répondant à un niveau général d’avancée culturelle plus élaboré. Ce faisant, Poggi jetait les bases d’une clarification de l’usage de la société anonyme par actions, qui acquerait ainsi une configuration théorique autonome et bien distincte des autres formes sociétaires réglementées par le système normatif toscan. Par ce moyen, la possibilité laissée aux individus de créer des entreprises se renforçait réellement, ces privés pouvant dès lors disposer d’un outil juridique clairement défini qui aurait permis, au moins en partie, à leur initiative de sortir d’une condition juridique incertaine comme celle qui avait caractérisé les années précédentes.

Initiative entrepreneuriale et hégémonie sociale

24L’examen de l’abondante correspondance de Capponi avec l’ingénieur Ridolfo Castinelli permet de choisir les moments les plus caractéristiques qui marquèrent la construction du premier pont à Bocca d’Eisa, d’où émergent les multiples difficultés rencontrées par les dirigeants florentins au moment où la complexe réflexion théorique en cours fut mise à l’épreuve des faits.

  • 31 Voir la lettre de Capponi a Castinelli datée du 4 décembre 1831 conservée à la Biblioteca Nazionale (...)
  • 32 La construction des deux ponts avait suscité une vive protestation de la part des mariniers de San (...)

25Parmi les obstacles auxquels la Società eut à faire face dans l’immédiat, on peut compter les relations problématiques avec le gouvernement. En effet, dès le moment de sa constitution, les résistances du gouvernement se firent jour à propos du positionnement des deux ponts. Les autorités centrales, soumises aux pressions de la Communauté de San Miniato qui n’était pas disposée à donner son aval à la construction d’un pont sur son territoire31, intervinrent de nombreuses fois sur la décision du lieu où l’on devait édifier la première structure. Car les autorités communautaires de San Miniato n’étaient pas prêtes à renoncer au pont de bateaux qui assurait le passage près de Bocca d’Eisa, alors que, dans le cas du projet de pont à Bocca d’Usciana, la propriété des bateaux qui permettaient le passage était de la même Regia Depositoria, qui suite à leur suppression aurait subi un dommage économique considérable32 La définition même des redevances de passage des ponts fut longuement négociée entre la Società et le gouvernement, ce dernier ayant l’intention de s’approprier les taxes de péage demandées aux usagers.

  • 33 Encore en novembre 1831, Castinelli écrivait à Capponi sur les difficultés que les propositions de (...)
  • 34 Cf. P. Vichi, Ideologia liberista..., op. cit., p. 302-307.

26Le refus initial du gouvernement de construire à ses frais les raccordements routiers nécessaires pour relier le pont de Bocca d’Eisa au carrefour entre la route royale de Pise et la route de Sienne suscita en quelque sorte le plus violent désaccord entre les deux partis. Cette dernière confrontation, qui immobilisa l’action de la Società durant les deux premières années de son existence33, est très révélatrice des limites intrinsèques au projet de l’élite florentine, contrainte – et nous le verrons plus en détail par la suite – d’affronter une difficulté récurrente : trouver les ressources financières nécessaires à la réalisation du projet, au point de devoir sans cesse compter sur d’importantes subventions d’État, en dérogation à l’orthodoxie libre-échangiste et au détriment de l’autonomie recherchée vis-à-vis des pouvoirs publics34.

  • 35 Voir M. Brighenti, « Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione della Società Anonima cost (...)
  • 36 Le gouvernement avait supprimé les festivités prévues, de crainte que la circonstance n’ait fourni (...)
  • 37 Par une lettre de Capponi à son cousin Ridolfi de décembre 1830 on suppose la volonté du marquis de (...)

27Cette controverse – qui trouva sa solution fin 1832 en faveur de la Società par l’acceptation du gouvernement de déléguer les travaux à des conditions largement favorables à la Società elle-même35 – avait été conditionnée aussi par les séquelles de l’« incident » qui en 1830 avait impliqué toute l’élite florentine, après le retrait par le gouvernement de l’autorisation précédemment accordée pour les célébrations d’accueil du Grand Duc à son retour d’Autriche36. Ce choix de « bienvenue » provoqua une profonde fracture entre la Cour lorraine et l’aristocratie locale, qui eut pour conséquence la démission de nombreux nobles de leurs charges à la Cour, dont certains figuraient à la direction de la Società. Le rôle de coordinateur de la Società qui était échu à Capponi a probablement eu une influence décisive sur le marquis florentin, si ce fut de lui que partirent les premiers signes de réconciliation avec les milieux de la Cour37. Les pourparlers d’alors avec le gouvernement pour l’autorisation de la création de la Società dei Ponti, ainsi que la définition plus importante des conditions que l’administration publique pouvait lui accorder, influencèrent en effet le jugement de Capponi sur une attitude plus conciliante à adopter pour récupérer l’agrément du gouvernement au financement du projet.

28Dans toutes ces péripéties, d’une certaine façon, le rapport avec les autorités d’État s’était avéré indispensable. En d’autres termes, le gouvernement s’était révélé un interlocuteur nécessaire dans les relations de la Società avec tous ses sujets, publics et privés, avec qui elle était entrée en rapport : de la Communauté de San Miniato aux propriétaires terriens concernés par la construction des ponts, jusqu’aux propriétaires des bateaux de traversée.

  • 38 La Società se trouva impliquée dans une affaire judiciaire suscitée par le San-Miniatais De Pazzi q (...)

29Ces résistances – qui ne furent surmontées que grâce à la pression exercée par les pouvoirs publics, lesquels permirent l’expropriation des terrains nécessaires38 ainsi que la suppression des deux ponts de bateaux précédents – sont donc le signe d’un centralisme étatique persistant, qui se manifesta aussi dans une affaire bien plus importante, à savoir le rôle supplétif réel que l’État exerça par son aide financière aux travaux, vue l’adhésion limitée des milieux fonciers et bourgeois au projet de l’élite florentine.

  • 39 Lettre de Capponi à Castinelli, Florence (sans doute de juillet 1832), Biblioteca Labronica de Livo (...)

30Le financement de l’entreprise par le biais de la souscription d’actions est, en effet, le plus gros problème que dut résoudre la Società. La correspondance entre Capponi et Castinelli dans les années 1831-1832 est marquée par la recherche frénétique d’actionnaires disposés à investir dans l’entreprise. Il s’agit d’une recherche laborieuse, empreinte de la profonde réticence des investisseurs potentiels à s’intéresser à un projet inédit, pour le fond et pour la forme, qui les poussait à privilégier des mises financières réduites de façon à circonscrire les éventuels risques de faillite. Cette difficulté ressort bien d’une lettre de Capponi à Castinelli : « Mais le problème est d’attirer les actions et c’est un gros problème. Nous avons enregistré jusqu’ici des réponses pour 47 actions, dont 13 négatives. Ce sont ceux qui hésitent à répondre qui me font le plus peur. Je vois que dans cette incertitude tout est bloqué. Que faire ? Évidemment rien sinon s’efforcer d’arriver au plus près du nombre complet. On envoie une autre circulaire pour solliciter les réponses. Nous cherchons d’autres actionnaires et dis-moi tout de suite sur combien d’actions nous pourrions compter par ton intermédiaire. De plus, en priorité, fixons la façon d’obliger les nouveaux actionnaires. Mais il importe de savoir le nombre sur lequel nous pouvons compter, parce que s’aventurer dans l’entreprise alors qu’il manquerait des dizaines d’actions est une chose que ni moi ni aucun autre n’aurait le courage de tenter. »39

  • 40 Il faut voir, à ce propos, les deux lettres de Tommaso Corsini à Ridolfi de juillet et d’août 1832 (...)

31Jusqu’aux premiers mois de 1833, la correspondance entre Capponi et Castinelli dénonce l’existence de cet obstacle insurmontable, qui en maintes occasions mit en danger la survie de la Società à cause du nombre réduit d’actionnaires effectivement engagés40.

  • 41 Difficulté plusieurs fois exprimée par Castinelli : « Je ne te dirai maintenant qu’une chose. Que l (...)

32Un autre élément important, directement lié à la peur diffuse des investisseurs, est le taux de fragmentation du corps actionnarial : la quasi totalité des souscripteurs avait acquis une seule action (pour 67 actionnaires furent émises 98 actions, rapport qui correspond à une moyenne de 1,46 action par personne). Cette dispersion excessive posait un problème évident pour le recouvrement périodique des fonds nécessaires à l’avancement des travaux, obligeant le trésorier de la Società à des rappels pénibles et répétitifs aux souscripteurs pour qu’ils versent régulièrement les acomptes prévus41.

  • 42 Dans le cas considéré, Gino Capponi, Cosimo Ridolfi, Emanuele Fenzi, Leonardo Martellini, Francesco (...)
  • 43 R. P. Coppini, « Timore del nuovo : Gino Capponi, i moderati toscani e le casse di risparmio », Gin (...)

33Cette contradiction n’était qu’en partie résolue par un autre recours de la Società pour financer l’entreprise, le soutien partiel de la Caisse d’Épargne de Florence. Pour Capponi comme pour Ridolfi et pour d’autres membres de la Società dei Ponti, les dépôts de la Caisse devaient être employés dans les collectivités locales, lesquelles auraient dû les investir ensuite dans le subventionnement de travaux d’infrastructures publiques adjugées à des sociétés privées où figuraient de nombreux actionnaires de la même Caisse d’Épargne42. Les statuts de la Caisse, en effet, prévoyaient explicitement la possibilité d’acquérir les crédits des adjudicataires des travaux publics en en décomptant les traites. Ainsi conçue, la Caisse d’Épargne apparaissait donc comme un outil spécialement prévu pour soutenir l’activité des sociétés adjudicataires de travaux publics que l’aristocratie locale était en train de réaliser43.

  • 44 BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 2, n. 25.
  • 45 BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 1. Liste des actionnaires de la Società en date du 15 février (...)
  • 46 Cf. Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit.

34L’examen de la composition sociale du corps actionnarial révèle finalement que la participation du milieu aristocratique est restée limitée par rapport à la bourgeoisie, même si cette dernière se révèle plus instable (car, nombreux sont les noms de bourgeois et de commerçants qui avaient quitté le projet après y avoir adhéré). Les trois listes différentes d’actionnaires – la première est de 183044, réalisée par Pietro Martini, premier concepteur de la Società ; la deuxième est de 183345, alors que la troisième est celle publiée en 183646 – démontrent une mobilité et une incertitude considérables des souscripteurs qui obligea à de nombreuses reprises le Conseil d’Administration à rechercher de nouveaux membres pour remplacer ceux qui avaient quitté l’entreprise.

  • 47 Voir la lettre inquiète de Giuseppe Griffoli à Gino Capponi datée du 21 novembre 1835 sur la diffic (...)
  • 48 Sur les sociétés minières constituées en ces années-là consulter S. Vitali, Stato, proprietà fondia (...)

35Le scepticisme généralisé des personnes contactées pour l’acquisition d’actions de la Società posa la question plus générale du consensus réel que ce modèle de développement rencontrait auprès des milieux propriétaires. Pensé et organisé pour garantir aux propriétaires la possibilité d’accroître leur patrimoine moyennant une diversification des investissements dans des secteurs complémentaires de l’agriculture, ce projet réussit avec de notoires difficultés à attirer un nombre suffisant de capitaux, quoique auprès des couches sociales non aristocratiques. De plus, on peut remarquer un écart entre l’adhésion à cette orientation d’un point de vue doctrinal et idéologique et la disponibilité réelle du milieu foncier à opérer des choix conséquents en ce qui concerne les moyens de réaliser les projets auxquels avaient contribué, plus qu’aucun autre, Capponi et Ridolfi. Ce n’est pas un hasard si quelques années après la constitution de la Società dei Ponti sull’Arno, la Società Enologica avait rencontré elle aussi les mêmes difficultés à convaincre les actionnaires potentiels des conséquences positives que la constitution de ladite Società aurait sur l’ensemble du secteur de production de la Toscane47. C’est encore au scepticisme des actionnaires qu’il faut attribuer un grand nombre des faillites subies par les entreprises minières créées dans les années 3048, ce qui corrobore l’adhésion problématique d’une classe entière aux projets développés en son sein par ces secteurs qui par leur contact avec les cercles culturels et entrepreneuriaux européens plus en avance avaient développé un plus haut degré d’ouverture et de conscience.

  • 49 Cf. R. P. Coppini, Il Granducato di Toscana dagli « annifrancesi » all’Unità, Turin, UTET, 1993, p. (...)

36Dans le cas de la Società dei Ponti, ainsi que dans d’autres expériences ultérieures, la méprise d’une culture productiviste qui acceptait des assemblages avec d’autres projets culturels à caractères voisins, mais rétive à se laisser contaminer totalement par celle-ci, se manifesta de façon évidente. S’il est vrai que le groupe florentin avait désormais réussi à consolider un consensus vague autour des possibilités de l’esprit d’association, une telle adhésion, une fois mise à l’épreuve, se révéla, dans une large mesure, purement théorique, surtout pour les représentants de la classe foncière, majoritairement à l’écart des cercles cultivés de la capitale. L’association de capitaux dans des buts philanthropiques, sociaux ou culturels – par exemple pour la réalisation de jardins d’enfants, d’écoles d’enseignement mutuel, etc. – qui avaient bien garanti à leurs promoteurs une réelle capacité hégémonique vis à vis des couches subalternes49, démontrait ses limites une fois appliqué à des initiatives productivistes et entrepreneuriales, en révélant les difficultés rencontrées par l’essai de l’élite florentine d’impliquer de façon plus organisée les groupes aristocratiques et bourgeois des autres provinces toscanes dans le but de développer son économie.

37De cette manière, les contradictions d’une conception du progrès qui projetait de moderniser prudemment l’économie, en préservant toutes les institutions qui garantissaient la stabilité sociale, continuèrent à se manifester pendant longtemps – dans les années 40-50 seulement, avec la construction des chemins de fer, ce cadre se modifiera, mais sans pour autant réussir à surmonter totalement les antinomies inhérentes au modèle de développement élaboré au cours des décennies précédentes – ce qui fit peser de lourdes hypothèques sur la croissance économique et sur le développement social de la région.

Notes

1 M. Montorzi, « Episodi di esperienza giuridica nella storia moderna del Valdarno pisano. Uomini, merci e notizie lungo il corso d’Arno : un fiume come collettore di esperienza giuridica », L’Arno. Trent’anni dall’alluvione, Pise, Cassa di Risparmio di Pisa, 1997, p. 237-281.

2 E. Repetti, Dizionario geografico fisico storico della Toscana, Florence, I, 1833, p. 137-147.

3 C. Pazzagli, La terra delle città. Le campagne toscane dell’Ottocento, Florence, Ponte alle Grazie, 1992, p. 41-48.

4 A. Nesti, « Alcune note sulla navigazione nel bacino inferiore dell’Arno (XV-XIX secolo) », Atti del Convegno dalle Botteghe alle Manifatture. Artigianato, protoindustria e sviluppo industriale tra la Valdinievole e l’Arno (sec. XVIII-XIX), Buggiano, Commune de Buggiano, 2001, p. 69-110.

5 P. Vichi, « La costruzione della rete carrozzabile toscana : basi giuridico-amministrative e realizzazioni tecniche (1814-1859) », Storia Urbana, 25, 1983, p. 29-59, « Le strade della Toscana granducale corne elemento dell’organizzazione del territorio (1750-1850) », Storia Urbana, 26, 1984, p. 3-31, « Ideologia liberista e ruolo effettivo dello Stato : il caso delle strade nella Toscana dei Lorena », Bullettino Senese di Storia Patria, 93, 1986, p. 291-327 et G C. Paoli, « Il problema della viabilità nella Toscana Preunitaria : strade e ferrovie. Con un’appendice di lettere di Bettino Ricasoli sulla strada Chiantigiana », Rassegna Storica Toscana, 2, 1981, p. 287-301.

6 P. Bandettini, « I prezzi sul mercato di Firenze dal 1800 al 1890 », Archivio economico dell’unificazione italiana, V, 1957. Voir aussi, G Biagioli, « I problemi dell’economia toscana e della mezzadria nella prima metà dell’ottocento », Contadini e proprietari nella Toscana moderna, II, Florence, Olschki, 1981 et « Agricoltura e sviluppo economico : una riconsiderazione del caso italiano nel periodo preunitario », Società e Storia, 9, 1980.

7 M. Cini, Teorie economiche e modelli di sviluppo : note sulla circolazione delle idee nella Toscana dell’Ottocento, en cours de publication.

8 L. DeRicci, « Dell’utilità delle strade in servizio dell’agricoltura e della parte che devono prendere i proprietari terrieri nella loro costruzione », Giornale Agrario Toscano, I, 1827, p. 552-553.

9 Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione della Società anonima costruttrice di due ponti sull’Arno nella di lui valle inferiore presentato al Corpo degli azionisti dopo la costruzione del primo di detti ponti presso Bocca d’Elsa e Memoria dell’Ingegnere direttore dell’opera, Pise, 1836, p. 5.

10 C. Pazzagli, La terra delle città..., op. cit., p. 46-47.

11 Les structures de première importance économique construites ces années-là, après les ponts de Bocca d’Elsa et de Bocca d’Usciana, furent les passages de Bocca di Zambra, Figline et Empoli.

12 A. Nesti, Alcune note sulla navigazione..., op. cit., p. 90-93 ; G. Biagioli, « L’agricoltura toscana dell’800 e l’economia del padule », dans A. Prosperi (dir.), Il padule di Fucecchio, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1995, p. 213-253.

13 Cf. Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit.

14 Ce débat fécond sur l’associationnisme provoqué par l’élite florentine fut publié surtout dans les pages de l’Antologia, du Giornale Agrario Toscano et des Atti dell’Accademia dei Georgofili. Pour une première synthèse de ce différend je renvoie le lecteur à ma thèse de doctorat : Le teorie e le forme di una nuova economia : il dibattito in Toscana nei primi decenni dell’Ottocento, thèse soutenue sous la dir. du Prof. R. P. Coppini, Facoltà di Scienze Politiche-Università di Pisa, 1993-1994. Voir encore V. Becagli, « L’Accademia economico-agraria dei Georgofili nell’età della Restaurazione », dans M. Augello et M. Guidi (dir.) Associazionismo economico e dijfusione dell’economia politica nell’Italia dell’Ottocento, Milan, Angeli, 2001, I, p. 131-155.

15 Le Code Commercial toscan dérivait directement de celui que les Français avaient introduit en Toscane au cours de la domination napoléonienne. Une des caractéristiques innovantes de ce Code était la proposition de trois types de sociétés commerciales : la société à nom collectif, la société en commandite et enfin la société anonyme par actions. Cette dernière différait de la société en commandite par l’impossibilité, pour l’autorité judiciaire, de mettre sous séquestre les fruits rapportés par l’activité de la société anonyme par actions. La possibilité d’encaisser et de conserver les profits de la société, unie à la responsabilité de l’actionnaire limitée à la valeur des actions souscrites, ouvrait à la société anonyme par actions un vaste champ d’application que le groupe de Capponi et de Ridolfi démontrera avoir bien compris. Pour des indications supplémentaires se reporter directement au Codice di Commercio annotato delle disposizioni legislative e delle decisioni della giurisprudenza di Francia da G B. Sirey, Bologne, 1833.

16 Pour un examen quantitatif minutieux des sociétés commerciales du XIXe siècle et de la participation nobiliaire à ces sociétés cf. M. Scardozzi, « Le società commerciali florentine tra la Restaurazione e l’Unità », Quaderni Storici, 77, 1991, p. 451-490.

17 Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit., p. 25.

18 F. Corridi, Di un Ponte a castello costruito sull’Arno dall’ingegnere-architetto Ridolfo Castinelli, Pise, 1856.

19 Dans son commentaire à l’article 38 du code commercial, qui prévoyait la possibilité pour le commanditaire de subdiviser le capital social en actions, G. G. Locré soulignait comment les dispositions du Conseil d’État seraient allées dans le sens de faire obstacle à la tendance, très répandue à l’époque, de dissimuler les Sociétés anonymes sous les vestiges de la commandite, dans le but d’éviter le contrôle de l’autorité publique (cf. G. G Locré, Lo spirito del Codice di Commercio, Milan, 1811,I, p. 162). D’ailleurs, les recueils de jurisprudence toscans témoignent aussi de continuelles tentatives de membres commanditaires cités en jugement de dissimuler la nature des commandites, en les présentant comme de présumées anonymes pour en limiter la responsabilité sociale, en comptant sur le caractère fragmentaire des ordonnances juridiques des divers États pré-unitaires qui n’étaient qu’en partie superposables, et autorisaient, en conséquence, des marges de manœuvre considérables aux divers marchands (cf. Annuali di giurisprudenza. Raccolta di decisioni della Corte Suprema, della Corte Regia e dei Tribunali di Prima Istanza, Florence, 1838, p. 374 et suiv.).

20 C’est le cas, par exemple, du développement industriel français, qui est passé principalement par la diffusion de la commandite. Ce n’est qu’au cours de la période qui suivit immédiatement la loi de 1867 qui relâchait le contrôle gouvernemental sur la société anonyme par actions, que l’on assista à un rapide passage vers cette dernière forme de société, généralement présentée comme variation de commandites déjà existantes. À ce sujet se reporter à C. Fohlen, « Imprenditorialità e gestione industriale nella Francia del secolo XIX », Storia economica Cambridge, Turin, Einaudi, 1979, 7*, p. 474-498 ; L. Bergeron, L’industrialisation de la France au XIXe siècle, Paris, Hatier, 1979 ; A. Beltran et P. Griset, La croissance économique de la France 1815-1914, Paris, A. Colin, 1988. Pour des conclusions analogues se référer également à P. Ungari, « I precedenti storici del vigente diritto delle Società per azioni », Ricerca sulle società commerciali. Linee évolutive della legislazione italiana e ordinamenti stranieri, Rome, 1968, p. 3-29.

21 Emblématique de la continuité qui persiste dans le règlement de la commandite avant et après les années françaises – qui du reste documente le peu d’incidence qu’a eue l’esprit de la législation française à l’égard de cet institut – est le commentaire autorisé du magistrat livournais Francesco Salvi. Il est connu que le code prévoyait que les sociétés commerciales soient réglementées, non seulement par la norme codifiée, mais encore par les « Leggi particolari al commercio e dalle Convenzioni dei Socj, e dal Diritto Civile », de même qu’il est notoire que l’article 2 de la loi du 15 novembre 1814 établissait la validité du code commercial napoléonien mais seulement « nelle parti nelle quali non è contrario al regolamento pei Tribunali di Commercio e alle Leggi pubblicate, il Sistema ipotecario, etc. » Pour ce qui concernait la commandite, Salvi renvoyait carrément aux sentences judiciaires du XVIIIe siècle, et en particulier au traité de Gregorio Fierli (cf. G Fierli, Delle società chiamate in accomandita e di altre materie mercantili secondo le leggi e statuti veglianti in Toscana, Florence, 1803), le jugeant encore exhaustif sur les questions posées par la commandite (cf. F. Salvi, Annotazione al Codice di Commercio, tratte in specie dalle decisioni de’tribunali toscani, Pise, 1826). La même organisation de la question transparaît aussi dans l’œuvre de G. Sacchetti, Dizionario Legale, Florence, 1825-1830.

22 Cf. Annuali di giurisprudenza, op. cit., p. 374 et suiv.

23 Voir A. Volpi, Banchieri e mercato finanziario in Toscana (1801-1860), Florence, Olschki, 1997.

24 Une lettre de Lambruschini au magistrat corse Salvatore Viale, collaborateur de l’Antologia, confirme le haut niveau de connaissance que les Toscans avaient des textes de jurisprudence français. Par cette lettre Lambruschini demandait à Viale quelques conseils sur la conduite à tenir dans une affaire de dépassement de mandat intentée contre un intermédiaire chargé de vendre quelques biens de sa famille. Lambruschini expliquait que les textes de référence du procès en cours étaient ceux des « trois avocats de Paris Delvincourt, Sirey, Locré » (cf. M. Cini, « Raffaello Lambruschini - Salvatore Viale : corrispondenza (1817-1859) », Les itinéraires de Salvatore Viale, CCU-Université de Corse, 1998, p. 83-133).

25 Comme exemple de cet état de la doctrine, on peut citer le célèbre commentaire de Sirey, qui, dans l’estimation des implications de l’article 29 du Code Commercial relatif à la dénomination de la société anonyme, ne manquait pas d’énoncer un problème, non résolu, à savoir si « toute société anonyme [doit être] considérée comme société commerciale ? Ou faut-il encore qu’elle ait pour objet une entreprise de commerce ? » (cf. Codice di Commercio annotato delle disposizioni legislative, e delle decisioni di giurisprudenza di Francia da G B. Sirey, Tipografia Cardinali, Bologne, 1833). Le commentaire de Locré dans le même article se démarquait par contre, au moins partiellement, de l’équation qui conformait mécaniquement la logique des sociétés anonymes à celle des sociétés commerciales. Le Secrétariat du Conseil d’État français soulignait combien les sociétés anonymes étaient « un moyen efficace de favoriser les grandes entreprises ; d’attirer en France les richesses étrangères ; d’associer la même médiocrité, et enfin la pauvreté aux avantages des grandes spéculations ; d’accroître le crédit public, la masse en circulation dans le commerce » (cf. G G Locré, LO spirito del Codice..., op. cit., I, p. 143). Il faut tout de même signaler l’avertissement de Locré sur la dépendance étroite qui lie le Code Commercial au Code Civil, soit pour l’esprit d’ensemble du second, où l’on retrouvait intégralement le premier (les sociétés étaient en effet considérées comme une application spécifique des associations réglementées par le Code Napoléon) ; soit pour la réglementation spécifique d’une part appréciable des normes sociétaires prévue par le Code Napoléon (en particulier ce dernier contenait les définitions générales de la « société » ; la réglementation des obligations des sociétaires entre eux ; enfin la réglementation des différents modes pour les sociétés de mettre un terme à leurs activités). On sait qu’en Toscane ne furent gardées que quelques parties de la législation civile française, pour l’étude de laquelle nous renvoyons à A. Aquarone, « Aspetti legislativi della restaurazione toscana », Rassegna Storica del Risorgimento, I, 1956, p. 3-34.

26 Pour ce qui est du concept de diversification culturale et des transformations structurales qui en découlent, se référer à R. P. Coppini, Il territorio e le sue trasformazioni : la Toscana, Lo Stato e l’economia tra Restaurazione e rivoluzione, Naples, ESI, 1999, p. 163-177, et à R. P. Coppini et A. Volpi, Cosimo Ridolfi, la formazione e le intraprese economiche, La Facoltà di agraria dell'Univerità di Pisa. Dall’Istituto agrario di Cosimo Ridolfi ai nostri giorni, Pise, Pacini, 1991, p. 9-88.

27 Sur les sociétés anonymes par actions du XVIIIe siècle on trouvera d’autres renseignements utiles dans l’étude de G. Mori, « Alle origini delle Società per azioni in Italia : la Società minerale di Livorno (1756) », Studi di Storia dell’industria, Rome, 1967, p. 427-444. Il conviendrait peut-être de souligner un aspect qui différenciait ce type de sociétés de celles du XIXe siècle, aspect, du reste, déjà mis en évidence par Mori. On fait là allusion à la pratique suivie par les directeurs ou les promoteurs du projet de retenir un nombre sensiblement supérieur d’actions par rapport aux autres membres. Il s’agissait d’une mesure de garantie au profit des associés pour prévenir le danger des spéculations et erreurs éventuelles des promoteurs, ce qui démontre à quel point ces premières formes de sociétés par actions étaient encore liées à une logique personnaliste, tournant autour de la confiance que les actionnaires faisaient aux promoteurs, logique encore éloignée sur ce point de la nouveauté introduite par la législation française qui faisait des sociétés anonymes des sociétés de capitaux et non de personnes. L’examen d’autres statuts de sociétés par actions du XVIIIe ou du début du XIXe siècle confirme la présence d’articles statutaires centrés sur les garanties offertes par des personnes physiques comme préliminaires, en pratique rendues obligatoires, pour la formation de la société proprement dite : à ce propos nous renvoyons au recueil dirigé par P. Ungari, Statuti di compagnie e società azionarie italiane (1638-1808), Milan, Giuffrè, 1993. Voir en particulier les statuts reproduits aux p. 369, 378, 387, 432.

28 Cf., N. Tommaseo - G Capponi. Carteggio inedito dal 1833 al 1874, sous la dir. de I. Del Lungo et P. Prunas, Bologne, 1914, II, lettre du 21 janvier 1838. Pour un profil biographique du juriste florentin nous renvoyons à « Elogio di Girolamo Poggi dettò all’avv. Vincenzo Salvagnoli nell’adunanza solenne del I. e R. Accademia dei Georgofili il di 31 dicembre 1837 », Continuazione degli Atti dell’Accademia dei Georgofili, XVI, 1838, p. 65-97.

29 Poggi continuait en précisant qu’« entre la liberté définie et consacrée par les lois proprement dites et la liberté économique activée par les institutions, la différence est considérable. Les lois garantissent la liberté économique de l’homme individuel et isolé dans l’exercice de son industrie personnelle dans la disponibilité de ses biens et des produits et fruits de ceux-ci. Les institutions garantissent la liberté économique de l’homme mis en contact et en association avec ses semblables pour des intérêts communs. Les premières, c’est-à-dire les lois, garantissent l’exercice isolé des compétences et se limitent à supprimer tout obstacle qui s’oppose à cet exercice, et sont en définitive plus négatives que positives. Les secondes, c’est-à-dire les institutions, tendent à faciliter le mouvement de ces compétences dans le concours de plusieurs coïntéressés et associés, et sont par conséquent plus positives que négatives » (cf., G Poggi, « Della necessità di diffondere universalmente l’istruzione economico-legale per mezzo di libri elementari. Memoria letta il di 5 giugno 1831 », Continuazione Atti dell’Accademia dei Georgofili, IX, 1831, p. 168).

30 Ibidem, p. 169-170.

31 Voir la lettre de Capponi a Castinelli datée du 4 décembre 1831 conservée à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence (dorénavant BNCFi), Carteggi vari, cass. 464, ins. 70, n. 3.

32 La construction des deux ponts avait suscité une vive protestation de la part des mariniers de San Miniato, qui voyaient disparaître leur activité de transport. Sur ce point se reporter à la note Prospetto nominale delle barche che servono al passo delle vetture sul fiume Arno tra Firenze e Pisa, del loro prodotto e de’ danni che risentirebbero i proprietari delle medesime per l’erezione dei due ponti, BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 1.

33 Encore en novembre 1831, Castinelli écrivait à Capponi sur les difficultés que les propositions de la Società rencontraient à la Cour : « Si le gouvernement était vraiment disposé à nous donner une bonne somme pour nous payer nos indemnités et pour faire les routes d’accès, cela me paraîtrait une excellente chose et alors l’essentiel serait de faire en sorte que la Società accepte les propositions du gouvernement », lettre de Castinelli à Capponi datée du 30 juin 1831 conservée à la BNCFi, Fondo G. Capponi, cass. 21, ins. 2, n. 9.

34 Cf. P. Vichi, Ideologia liberista..., op. cit., p. 302-307.

35 Voir M. Brighenti, « Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione della Società Anonima costruttrice di due ponti sull’Arno », Giornale Agrario Toscano, X, 1836, p. 389-394. Pour les trois premières années, la redevance annuelle pour le péage du pont à Bocca d’Eisa avait été de 14 469 £ [lires], ce qui accordait aux actionnaires un dividende net équivalant à 6 % des capitaux versés pour la construction du pont. Bien qu’elle ait été jugée « un profit le plus grand qu’il soit possible de retirer des investissements en terrains d’excellente qualité » (p. 390), la recette des ponts ne fut jamais très élevée, et de toute façon incomparable à celle des Turnpike Roads anglaises qui avaient constitué le modèle spéculatif de référence. Par le rescrit souverain du 2 novembre 1836, la Società inaugura la construction du second pont à Bocca d’Usciana. La construction de ce pont ne vit plus Capponi dans le rôle de premier régisseur de l’opération, mais dans celui d’un simple actionnaire. Par une lettre datée du 9 mars 1837 adressée à Capponi, on apprend qu’il a quitté le conseil d’Administration et qu’il est remplacé par le comte Francesco Mastiani (Archivio di Stato di Firenze, Carte Capponi, filza 48, ins. 284).

36 Le gouvernement avait supprimé les festivités prévues, de crainte que la circonstance n’ait fourni une occasion favorable à la demande de réformes constitutionnelles. Sur cet épisode voir M. Tabarrini, Gino Capponi. I suoi tempi, i suoi studi, i suoi amici, Florence, 1879, p. 200-203 ; A. Zobi, Storia civile della Toscana, Firenze, 1852, IV, p. 198-207.

37 Par une lettre de Capponi à son cousin Ridolfi de décembre 1830 on suppose la volonté du marquis de Varramista de raccommoder la rupture consommée avec le Grand Duc, ou tout au moins de recréer un climat favorable à la non hostilité (voir la lettre à Ridolfi du 11 décembre 1830, reproduite in Lettere inedite a Cosimo Ridolfi nell’Archivio di Meleto (1817-1835), sous la dir. de R. P. Coppini et A. Volpi, Olschki, Florence, 1994, I, p. 144-146).

38 La Società se trouva impliquée dans une affaire judiciaire suscitée par le San-Miniatais De Pazzi qui ne voulait pas vendre à la Società un de ses terrains aux environs du lieu où devait être construit le pont à Bocca d’Eisa. L’intervention du gouvernement fut donc nécessaire pour contraindre De Pazzi à céder son terrain (voir la lettre de Vincenzo Guerrazzi à Capponi du 20 décembre 1833, BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 2.18, n. 4).

39 Lettre de Capponi à Castinelli, Florence (sans doute de juillet 1832), Biblioteca Labronica de Livourne, Fondo Bastogi, cass. 22, ins. 581. Tout aussi significative est la lettre suivante de Castinelli à Capponi datée de Livourne le 23 juillet 1832 : « Bien reçu ta carte du 21 courant. Les actions que je peux quasi dire avoir trouvées sont cinq. Celles que je prendrais moi-même, si nécessaire, sont dix. Il est impossible que vous ne trouviez ou n’ayiez déjà trouvé un certain nombre d’actionnaires en remplacement des déserteurs. Je suppose que même si les déserteurs étaient très nombreux les vides au sein de la Société n’iraient pas au-delà de trente c’est-à-dire que nous aurons le nombre de 70 actions pleines. Sur cette hypothèse des 30 actions vacantes, j’en remplacerais 15 moi-même, et il en resterait 15 à vous autres Messieurs du Conseil. Quelle serait alors la raison de s’effrayer ? L’essentiel est que notre sort se décide vite. » (BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins 2.8, n. 16).

40 Il faut voir, à ce propos, les deux lettres de Tommaso Corsini à Ridolfi de juillet et d’août 1832 reproduites dans Lettere inedite a Cosimo Ridolfi..., op. cit., p. 165-167.

41 Difficulté plusieurs fois exprimée par Castinelli : « Je ne te dirai maintenant qu’une chose. Que le fait de demander le second versement pour la fin mars, ce qui équivaut à finir de le recouvrer peut-être courant mai, tue l’entreprise » (lettre de Castinelli à Capponi, datée de Pise 13 Janvier 1834, BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 2.8, n. 41).

42 Dans le cas considéré, Gino Capponi, Cosimo Ridolfi, Emanuele Fenzi, Leonardo Martellini, Francesco Mastiani, Giuseppe Pucci, Niccolò Puccini, Pier Francesco Rinuccini e Luigi Tempi, en plus de sociétaires de la Società dei Ponti, ils étaient aussi membres de la Cassa di Risparmio di Firenze.

43 R. P. Coppini, « Timore del nuovo : Gino Capponi, i moderati toscani e le casse di risparmio », Gino Capponi. Storia e progresso nell’Italia dell’Ottocento, dans P. Bagnoli (dir.), Florence, Olschki, 1994, p. 197-207. Voir également la circulaire envoyée, à ce propos, par Ridolfi à Capponi le 5 août 1833 (BNCFi, Carte Capponi, cass. 22, ins. 4). D’un point de vue plus général, voir G. Pavanelli, Dalla carità al credito. La Cassa di Risparmio di Firenze dalle origini alla la guerra mondiale, Turin, Giappichelli, 1991.

44 BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 2, n. 25.

45 BNCFi, Carte Capponi, cass. 21, ins. 1. Liste des actionnaires de la Società en date du 15 février 1833. Le Conseil transmettait la liste complète des membres et annonçait le recouvrement de la moitié du montant relatif au premier versement, soit 62,5 écus par action.

46 Cf. Rendimento di conti del Consiglio d’amministrazione..., op. cit.

47 Voir la lettre inquiète de Giuseppe Griffoli à Gino Capponi datée du 21 novembre 1835 sur la difficulté à recueillir les actions de la Società Enologica auprès des propriétaires du Val di Chiana (BNCFi, Carte Capponi, cass. 8, ins. 18).

48 Sur les sociétés minières constituées en ces années-là consulter S. Vitali, Stato, proprietà fondiaria e industria mineraria in Toscana nella prima metà dell’Ottocento, La Toscana dei Lorena. Riforme, territorio, società, dans Z. Ciuffoletti et L. Rombai (dir.), Florence, Olschki, 1989, p. 137-167.

49 Cf. R. P. Coppini, Il Granducato di Toscana dagli « annifrancesi » all’Unità, Turin, UTET, 1993, p. 257-297.

Auteur

Jacques Tourrel (Traducteur)

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540