Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

Élites locales et capitaux extérieurs : à propos de la mise en valeur des plaines littorales en Corse et en Sardaigne (XVIIe-XXe siècle)

Francis Pomponi

Texte intégral

  • 1 E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Pavie, 1962.

1Appliqué à des régions italiennes comme la plaine padane, l’Ombrie ou l’Émilie, le problème des bonifications, un des champs de prédilection de l’histoire rurale où les contributions des géographes ont souvent plus pesé que celles des historiens, serait mieux venu pour parler de structuration des espaces et de l’action des élites. Quel beau sujet pour le Moyen Âge au temps de l’agronome Pietro de Crescenzi au XIIIe siècle, à l’età dei comuni, ou encore au temps de la Renaissance et de l’affirmation des cités-états, celui de Leonardo da Vinci, hydraulicien célèbre, rappelons-le, et des initiatives des Médicis de Florence, des Sforza du Milanais ou des Governatori de la république de Venise. Nous y retrouverions très aisément les engagements étatiques mais aussi les initiatives privées des classes dirigeantes de l’époque. En suivant Emilio Sereni dans sa synthèse sur la Storia delpaesaggio agrario1 de l’Italie, nous découvririons pour le XVIIIe siècle et pourrions suivre au cours du siècle suivant la genèse et l’épanouissement d’un capitalisme agraire animé par les patriciens urbains attelés à l’aménagement et à la rentabilisation des zones inondables et paludéennes de la plaine lombarde.

2S’agissant de nos deux îles, le décalage est manifeste... On semble s’y être accommodé durant des siècles d’un littoral insalubre voué à une exploitation extensive à dominante pastorale. D’une manière plus générale, quand on pose sur ce terrain économique la question des élites insulaires, nobiliaires ou bourgeoises, à différentes époques, y compris de nos jours, ce sont les termes de faillite, voire de trahison, d’ankylose et d’absence de bourgeoisie imprenditrice qui reviennent le plus souvent, lieu commun pour tous ceux qui se sont intéressés à la questione meridionale et mon propos ira dans le même sens. Il est déjà significatif d’observer que la question de l’assainissement des plaines littorales qui occupe une place non négligeable dans l’histoire des deux îles relève plus du discours et de l’histoire des idées – et plus précisément des idées venues d’ailleurs – que de réalisations matérielles jusqu’à une époque relativement récente, celle de Mussolini pour la Sardaigne et, pour la Corse, celle des plans d’action régionale nés à la suite du cri d’alarme lancé par Fernand Gravier dans son Paris et le Désert français.

3Plaçons-nous donc délibérément dans une perspective historique de relative longue durée (sans remonter pour autant au-delà de l’époque moderne) en nous efforçant de n’examiner la question que sous l’angle du rôle (ou du non-rôle) des élites.

En préambule

  • 2 Voir le long rapport de 1577 de Franceseo Cirni, Un Corse au service des Génois, à propos des route (...)
  • 3 R. Russo, « Del tentattivo di introdurre nella Corsica una colonia olandese per i lavori di bonific (...)
  • 4 F. Pomponi, « La politique domaniale de la Sérénissime République de Gênes en Corse », Colloque de (...)

4Lorsque, dans le cas de la Corse, la république de Gênes s’est penchée sur l’état de sous-développement de l’île et qu’elle a voulu, avec les moyens limités de l’époque, y apporter remède, figure déjà dans « son programme », à côté des projets de plantation et de greffe des châtaigniers, des oliviers et de la vigne, de défrichement de terres et d’exploitation des bois, le souci d’endiguer des rivières comme le Golo au sud de Bastia2 et d’assécher des étangs dans la plaine orientale. Mais cela portait sur des terres domaniales et se fit, d’ailleurs modestement, sans mobiliser la population locale, pas même la classe des principali. On vit même Gênes faire appel à des Hollandais, en introduire en Corse vers 1640, afin de leur confier l’assèchement de l’étang de l’Anguillara, non loin d’Aleria3. C’est encore dans une visée étatique liée à l’aménagement d’un préside, ville côtière de garnison, que Gênes s’attaque au XVIIe siècle aux marais de Saint Florent, tout comme elle avait fondé Porto Vecchio au XVIe, comme par défi à la nature insalubre des lieux. De même, lorsque la ville d’Ajaccio, en tant que cité, s’inquiète de l’insalubrité de ses environs, c’est collectivement et « municipalement » qu’elle pose le problème. Simples velléités le plus souvent certes et sans résultats spectaculaires ou du moins durables, mais déjà est posé le problème récurrent de l’action de l’État ou de la collectivité locale par rapport aux particuliers dont il est possible que, dans certains cas, le rôle ait été sous-estimé. Déjà aussi sont élaborées des formules dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles ne mettent pas en jeu les élites autochtones. Dans le cadre de sa politique d’inféodations et de concessions emphytéotiques4, Gênes fait appel à des membres du patriciat génois (plutôt qu’à des notables insulaires), aux Spinola, aux Fieschi, aux Giustiniani et aux Imperiali auxquels elle concède des terres ou des fiefs avec charge pour eux de les mettre en valeur (avec souvent mention d’assainir et de défricher les terres). La formule vouée à un certain succès, si l’on en juge d’après le nombre de procoi (grands domaines) de plaine ainsi créé, laisse complètement en dehors du coup les notables du pays qui s’en plaindront amèrement et qui feront figurer en bonne place cette doléance lors de l’insurrection qu’ils conduiront au XVIIIe siècle contre la Sérénissime. Tout au plus une minorité d’entre eux réussirent-ils à prendre place dans le système en devenant fattori (régisseurs) des domaines des patriciens, conduisant à l’occasion quelques opérations d’assainissement de terres en faisant appel à des Lombards dont c’était la spécialité. D’ailleurs, le deuxième volet de cette action menée par la Sérénissime consistait au niveau de l’occupation et de l’exploitation des terres ainsi gagnées à la culture, à écarter les Corses et à faire venir des colons de la péninsule (des Ligures plus encore que des Lombards).

  • 5 Le phénomène est relevé pour l’Italie péninsulaire par E. Sereni, op. cit., p. 149 : « l’età del Ri (...)

5Relevons aussi pour cette période – et cela vaut pour la Sardaigne – le sentiment diffus de la menace liée au péril barbaresque qui entraîne l’abandon de zones littorales autrefois siège d’un habitat permanent quoique très clairsemé. Les chroniqueurs (Giovanni della Grossa et Filippini pour la Corse, Fara pour la Sardaigne) sont conscients d’une situation qui s’est dégradée par suite de la poussée de la malaria et ils regrettent que ces zones désertées soient vouées à une occupation temporaire par des populations pastorales qui tendent à les accaparer5. Dès lors, toute reconquête « agricole » qui pourrait être le fait de particuliers, notables du haut Sartenais dans le cas de la Corse, principali des villages d’altitude de Gallura pour la Sardaigne, se pose en termes de conflits avec les bergers (pensons à Pâtres et paysans de Sardaigne de Le Lannou). Mais on oublie souvent que très tôt les grands propriétaires, qui réussirent à retrouver, à conserver ou à élargir leurs propriétés dans la plaine, n’ont pas remis en question le mode d’occupation du sol et qu’ils se sont accommodés de cette forme d’exploitation extensive en imposant aux bergers des contrats léonins (contrats à soccida) qui faisaient leurs affaires et les détournaient de toutes formes différentes d’aménagement et d’exploitation du sol. Alors s’installe le même système, toutes choses étant égales par ailleurs, que l’on a pu décrire à propos de l’agro romano et des marais pontins, une situation liée aux intérêts d’une élite locale (la classe des principali) qui vit des revenus des contrats de ventes d’herbe aux bergers ou de leurs propres baux à cheptel. Voilà qui nous éloigne d’une bourgeoisie imprenditrice.

La deuxième moitié du XVIIIe siècle

  • 6 L. Villat, La Corse de 1768 à 1789, Besançon, 1924.

6Elle correspond en Corse à l’Ancien Régime français et, en Sardaigne, au temps du réformisme boginien (du nom du ministre piémontais Bogino). En Corse, après la conquête, on assiste à une floraison de projets de mise en valeur du pays, ou, pour être plus exact, de projets tendant à tirer parti de l’île comme pour amortir les frais de la conquête. Alors pleuvent de nombreux rapports, traités, qui émanent des services de l’intendance, de divers administrateurs, de militaires, de « techniciens », d’agronomes, de minéralogistes, de géographes ou cartographes, de médecins mobilisés par le Contrôle général des finances ou encore de simples voyageurs qui y vont de leurs propositions. Tous sont plus ou moins imprégnés des idées et des théories physiocratiques alors en vogue : priorité à l’agriculture et, là où c’est possible, conquête de terres cultivables aux dépens de l’inculte. Inutile de reprendre ici l’ensemble des données autour du thème de l’« île de Cocagne » assimilée à de nouvelles Antilles, précisément à un moment où on ne se fait plus guère d’illusions sur les possessions américaines menacées par les Anglais et où naît l’idée d’une reconversion des intérêts français du côté de la Méditerranée... et bientôt de l’Égypte. On pourrait faire pousser en Corse des cultures nouvelles dont le coton et autres plantes tropicales, y retrouver le mythique « grenier à blé », une image fausse véhiculée par la culture antique du temps, y multiplier vigne, oliviers et mûriers, sans oublier la pomme de terre6 !

7La question de l’assainissement des plaines littorales est à nouveau à l’ordre du jour, moins intensément qu’à l’époque génoise mais dans une incontestable continuité en ce qui concerne les formes que cela pourrait prendre. À l’État de donner l’impulsion, d’étudier les dossiers, de faire les relevés (le Plan Terrier) et, dans une mesure aussi limitée qu’au temps des Génois, de procurer les moyens. Qu’en est-il dès lors des hommes et des capitaux et, plus précisément, des élites locales pour la réalisation de cette œuvre ?

  • 7 Pour les « innovations » de la période, A. Bourde, Agronomes et agronomie en France au XVIIe siècle (...)

8On part du constat que la Corse est sous-peuplée et qu’il ne faut guère compter sur ses habitants, « des sauvages » auxquels il convient d’apprendre les bienfaits de la civilisation. La formule de la colonisation des terres nouvelles connaît alors son plein succès à l’échelle nationale. Elle ne se retrouve pas dans toute sa dimension en Corse où l’on n’a pas l’équivalent des grandes compagnies qui s’attaquent alors aux marais vendéens7. Par contre, il est caractéristique que les quelques opérations d’installation de colons dans les régions littorales prennent la forme d’appel à des éléments extérieurs à l’île, à des Lorrains dans le cas des Porettes au sud de Bastia, à quelques rescapés d’Acadie qu’on a l’intention d’installer dans la région de Porto Vecchio ou encore à ces Grecs auxquels déjà avaient fait appel les Génois, qui avaient été chassés de Paomia par les Corses insurgés et que Marbeuf réinstalle à Cargèse en leur accordant des subventions en contrepartie d’un « cahier des charges » portant sur la mise en valeur du pays. Ce sont là des initiatives bien limitées qui ne concernent que de « pauvres gens » et non des « capitalistes », opérations presque toutes vouées à l’échec (à l’exception de l’expérience des Grecs). On recourra encore ponctuellement à cette formule sous la Monarchie de Juillet.

  • 8 F. Pomponi, « Aspects économiques et sociaux de la politique domaniale en Corse sous l’Ancien Régim (...)

9L’autre volet colonial, cette fois au sens plus plein du terme, et là encore dans la continuité des Génois, consiste à découper dans les espaces que le Plan Terrier de la Corse a reconnus comme faisant partie des biens domaniaux – dont précisément des zones littorales incultes ou/et marécageuses – et à les donner en fiefs ou en concessions à titre de récompense à ceux qui ont bien mérité de la monarchie, à des officiers, nobles ou pas, qui ont joué un rôle dans la conquête et qui seraient prêts à s’investir et à investir dans le pays, Murat-Sestrières autour de Calvi, Maudet aux environs de Bonifacio, Marbeuf à Cargèse (terre érigée en marquisat), mais aussi, et c’est là un élément nouveau par rapport aux Génois, à des Corses, des notables qui se sont battus pour les Français ou qui se sont ralliés8. Le cas le plus intéressant est celui de Mathieu Buttafoco, colonel du régiment portant son nom, qui reçoit la concession de l’étang de Biguglia et qui prendra quelques initiatives en matière de drainage des eaux. C’est sous cette forme modeste que l’on voit apparaître alors quelques individus appartenant à l’élite locale, prêts à jouer un rôle dans la transformation du petit « monde » insulaire. Citons encore Colonna de Cesari Rocca, bénéficiaire d’une concession dans la plaine de Porto Vecchio, Georges Stephanopoli, un officier d’origine grecque rallié aux Français qui reçoit la concession de la Confina (dans le prolongement de la plaine paludéenne de Campo del’Oro, terre qui deviendra bien national et qu’acquerra Volney avec l’intention d’y planter du coton !), le général Rossi, un ancien du Royal corse, invité à mettre en valeur des terres littorales de la rive sud d’Ajaccio, là où, en partie (à Coti) les Génois avaient installé des colons ligures venus de Chiavari et qui avaient été décimés par la malaria.

  • 9 Voir X. Versini, M. de Buonaparte ou le livre inachevé, Paris, Albatros, 1977.

10Plus proche de la perspective « moderne » (et déjà utilisée par Gênes) est celle faite à des particuliers et l’aide qui leur est apportée sous forme de prêts, de subventions et de dégrèvements fiscaux pour qu’ils mettent en valeur leurs terres. Le plus bel exemple, limité certes mais significatif, nous est donné par les Bonaparte eux-mêmes, Charles, le père de Napoléon, alors assesseur à la Cour royale de justice d’Ajaccio, qui possède par héritage l’étang des Salines. Il y entreprend des travaux en vue de transformer cette parcelle marécageuse en pépinière, mais il doit se débattre pour obtenir l’argent de l’État et déjà on perçoit les limites de ce type d’engagement : faute d’expérience, de connaissances techniques, faute de capitaux et de détermination (mieux valait une carrière dans l’appareil d’État !), son entreprise est vouée à l’échec et laissera d’amers souvenirs au jeune Napoléon9. Cela a valeur de symbole quant à la faillite des élites à jouer un rôle dynamique dans la mise en valeur de l’île et c’est ce schéma que l’on retrouvera longtemps encore.

  • 10 Sur la période et pour la bibliographie, se reporter à G Sotgiu, Storia della Sardegna sabauda, Rom (...)

11Un mot sur la Sardaigne à la même époque : elle connaît, au temps de Bogino, de Gemelli et de Cossu, la même euphorie physiocratique : là aussi projets et rapports se multiplient ; on y relève les premières entreprises de colonisation à l’initiative du gouvernement de Turin qui s’adresse là aussi à des « colons » souvent extérieurs. Nous y retrouvons les Grecs venus de Corse ou directement de Morée, des Génois rapatriés de Tabarca où ils étaient pêcheurs de corail, des bergers d’origine corse installés en Gallura et invités à fonder Santa Teresa. La tâche confiée à ces petites gens sans moyens est modique en matière d’assainissement et elle n’aboutira pas à des résultats tangibles10. Relevons toutefois le même phénomène qu’en Corse, avec les mêmes limites, des initiatives de quelques notables éclairés, dont celle Gio Maria Angioy lui-même qui joue le jeu sur ses terres de San Lussorio et se met à planter du coton. Plus caractéristique est le cas de certains notables de Gallura, les Misoro par exemple, gros propriétaires dans la région littorale, là où est fondée Santa Teresa : ils se montrent avant tout soucieux de tirer un bon prix de certaines terres qu’ils cèdent et lorsqu’ils sont partie prenante (toujours à Santa Teresa) à des opérations de colonisation, c’est pour exploiter leurs propriétés de la manière la plus traditionnelle en recourant aux habituels baux de métayage et baux à cheptel (la formule de la soccida à laquelle demeureront également fidèles tout au long du XIXe siècle et même au-delà les principali de Corse du Sud).

12Faillite des élites ? Ankylose méditerranéenne, avons-nous dit, ce thème de la défaillance des grands propriétaires du Mezzogiorno détenteurs de vastes espaces dont ils continuent à jouir d’un siècle à l’autre sans innover et se contentant d’une archaïque rente foncière, le thème est récurrent. Dans le Mezzogiorno italien, et donc en Sardaigne aussi, il deviendra un leitmotiv chez ceux qui traiteront de la « questione meridionale ».

Au XIXe siècle

  • 11 A. Albitreccia, La Corse, son évolution au XIXe siècle et au début du XXe, Paris, 1942.

13Là encore, l’analyse des deux îles peut être conduite en parallèle. En Sardaigne le contexte se transforme : la liquidation de la féodalité, c’est-à-dire la suppression des fiefs (législation des années 1830) fait suite à l’edito delle chiudende. Ces mesures tendent à libérer les forces imprenditoriali des moyens et gros propriétaires, à en finir avec les servitudes collectives, à donner toute sa chance à l’individualisme agraire et à gagner de nouvelles terres à la culture. Notre propos n’est pas de reprendre ici la question, mais toujours en concentrant notre regard sur les zones littorales en grande partie insalubres, de guetter quelque changement. D’assainissement et de bonifications, il en est régulièrement question. Les préceptes de l’agriculture scientifique venus en particulier de Toscane et de Lombardie ont gagné Turin. Dans son projet pour la Sardaigne, vers 1820, Prospero Balbo et le général voyageur De la Marmora mettent en avant comme des nécessités cette conquête de terres et dénoncent l’élevage extensif des moutons sur de vastes espaces insalubres et de faible densité de peuplement. La formule de la colonisation des terres est toujours à l’honneur, bien qu’elle ne débouche pas sur de notables réalisations pratiques. On espère beaucoup de l’initiative des particuliers et, toujours suivant les formes traditionnelles héritées des physiocrates (prêts, subventions et crédits d’impôt) l’État devenu plus fort et plus centralisateur encore que sous l’Ancien Régime entend donner l’impulsion. En Corse, le mouvement agronomique qui se manifeste par les sociétés d’agriculture dont le succès culminera sous le Second Empire mobilise un certain nombre de propriétaires ruraux qui s’engagent dans la voie de la modernisation11. L’exemple vient de haut : signalons sous la Restauration l’investissement réalisé par le duc de Pozzo du Borgo lui-même dans l’implantation d’une ferme modèle sur ses terres de la région d’Ajaccio et l’appel qu’il fit à un gestionnaire, ancien élève de la ferme de Roville fondée par le célèbre agronome Dombasle. Plus tard, l’exemple viendra du député Limperani, gentleman farmer sur ses terres de Casinca, dans la plaine orientale au sud de Bastia et fondateur lui aussi d’une exploitation exemplaire à Campo Magno. Mais nous sommes loin de la construction d’un monde, il ne s’agit que d’opérations ponctuelles très localisées et la priorité de ces quelques propriétaires entreprenants n’a pas porté sur la conquête de nouvelles terres, pas plus en Corse qu’en Sardaigne.

  • 12 Cf. I. Birocchi, Per la storia della proprietà perfetta in Sardegna, Milan, Giuffrè, 1982.
  • 13 Nous renvoyons aux analyses lucides d’Antonio Gramsci, notamment celles parues dans les Quaderni di (...)
  • 14 C. Baudi de Vesme, Un progetto di colonisazzione della Sardegna. Considerazioni politiche ed econom (...)
  • 15 Mentionnons la venue en Sardaigne du baron Ozier en vue de mettre en place des aziende modèles, ain (...)

14Là, les grands féodaux, loin d’avoir été spoliés par la législation portant suppression des fiefs, ont touché d’appréciables indemnités pour prix du renoncement à leurs droits seigneuriaux, et ils sont restés en grande partie propriétaires de leurs terres. Ils demeurent fidèles à leurs comportements d’autrefois et, loin d’investir dans des innovations en matière de techniques ou de modes d’exploitation, ils se rapprochent des agrariens du royaume de Sicile, modèle Guépard de Lampedusa, en demeurant sourds aux incitations de l’État et des agronomes. Quant à l’équivalent des galantuomini, cette bourgeoisie rurale enrichie par l’acquisition des terres ademprivi12, elle ne se révèle guère plus entreprenante, comme pourra à juste raison le lui reprocher Gramsci dans ses écrits13. Lorsque l’État veut aller de l’avant, il en va de la conquête de nouvelles terres comme des mines ou de l’exploitation forestière : il mise surtout sur un capital continental mobilisé sous la forme de sociétés anonymes où la bourgeoisie locale n’a pas sa place. Pensons au cas bien connu du piémontais Carlo Baudi de Vesme, chantre d’une colonisation « capitaliste » de la Sardaigne14 et lui-même devenu gros propriétaire foncier dans la région d’Iglésias, en même temps que membre actif de la société minière Monteponi. Déjà au lendemain de la promulgation de la loi de 1839 sur la liquidation des fiefs, nombreux furent les étrangers qui se portèrent acquéreurs et on relève même des investissements français dans les mines certes, mais aussi dans des terres à mettre en valeur15. Ce sont déjà des opérations de colonisation financière que nous retrouverons au temps de Mussolini et qui se généraliseront après la deuxième guerre mondiale lors du Pianto di rinascita et de la Cassa del Mezzogiorno, lorsque la mise en valeur de l’île, assainissement des plaines compris, deviendra le fait d’un capital bancaire d’origine péninsulaire. En Corse aussi, on aurait pu croire au changement et on a exalté l’œuvre du Second Empire, le temps des plantations d’eucalyptus, de Regulus Carlotti « agronome officiel du régime » ; les projets et propositions en matière d’assainissement se multiplient mais ils relèvent plus du discours que des actes et la portée des initiatives de l’État demeure limitée. Les formules s’adaptent aux courants d’idées en vogue, celui de la philanthropie et de l’extinction du paupérisme : c’est ainsi que la Corse est un lieu privilégié pour la création de pénitenciers agricoles de plaine (Ajaccio/Castellucio, Coti, Casabianda) qui ne mobilisent en aucune façon les capitaux locaux. Parallèlement, comme en Sardaigne, on espère surtout dans des investissements de l’extérieur. Un bel exemple en est la concession faite à la société Regnacq, sous la monarchie de Juillet, chargée de fonder une exploitation rurale dans le Fiumorbo, sur des terres domaniales, là même où la Sérénissime République de Gênes avait fondé un procoio donné en emphytéose. N’en va-t-il pas de même pour l’exploitation des bois et des mines volontiers affermée à des sociétés continentales, comme cela se retrouve en Sardaigne, autant d’initiatives où la bourgeoisie locale se signale par son absence ?

Du XIXe au XXe siècle

15Dès les lendemains de l’Unité, le fossé se creuse entre les deux Italie, celle du Nord et celle du Mezzogiorno et les propriétaires fonciers du Sud sont montrés du doigt et blâmés pour leur manque d’esprit d’initiative. Ici, point de transformations notables d’exploitations en vergers ou jardins sur le modèle de ce qui s’est déjà réalisé en Toscane dans les monti collinari. Quant aux plaines, la comparaison n’est pas à faire avec la valle padana ou l’Émilie non plus qu’avec les Maremmes senese ou pontines dans la continuité de l’agro romano. Alors que le Nord continue à bénéficier d’une réelle initiative imprenditrice et que s’y affirme un capitalisme agraire dynamique... rien de tel dans le Sud (un Sud, rappelons-le, qui commence là où finit la Toscane)

  • 16 Archaïsme du Sud bien noté dans les différents rapports sur les bonifiche par G B. Fornari qui a en (...)
  • 17 Également noté dans sa thèse par Le Lannou : « dans cette île très faiblement peuplée où les espace (...)
  • 18 M. Le Lannou, op. cit., p. 311 : « Sur les 1 390 000 hectares transformés en Italie entre 1870 et 1 (...)

16Certes, il y a eu notamment la legge Baccarini de 1882 pour relancer les bonifications, mais c’est le Nord qui en a profité. Manifestement, les propriétaires du Sud ne jouent pas le jeu, pas plus en Sardaigne que dans les marais pontins : l’élevage extensif demeure roi, les propriétaires persévèrent dans leur attitude de rentiers et ils voient d’un mauvais œil les changements qu’on leur propose. S’ils ne se transforment pas en borghesia iumprenditrice, ce n’est pas par esprit de routine, mais parce qu’ils trouvent leur compte dans le mode de production a campi e erba16. Pourquoi assécher et gagner de nouvelles terres à la culture, alors qu’ils en ont assez pour vivre confortablement et que la pression démographique n’y pousse pas : c’est un autre trait bien mis en lumière par John Day que cet état chronique de sous-peuplement, de faible densité humaine de la Sardaigne, même si la population est en notable expansion au XIXe siècle17. La Sardaigne se fige dans son immobilisme et marécages, insalubrité et malaria demeurent omniprésents18.

  • 19 Cf. G Porisini, Studi Storici, 1964, note, p. 593, sur le changement survenu durant la période de D (...)

17Le point à retenir pour la période, tant en France qu’en Italie, et cela a des répercussions sur les îles, c’est que l’assainissement des plaines et la lutte contre la malaria sont de plus en plus perçus comme une affaire d’État. À la lettre, ce n’est pas nouveau, mais ce qui change c’est la dimension englobante donnée à ses projets : ils ne sont plus présentés comme une affaire purement économique, mais comme une question d’intérêt public où l’État doit s’engager plus avant, car il y va de la santé de tous19. La question est pensée en termes hygiénistes comme une condition préalable à un mieux être économique en termes de rentabilité. Le discours mis en avant est celui du recul de la malaria aux effets dévastateurs et la voix du médecin prévaut sur celle de l’agronome... En Corse, par exemple, on peut suivre dans la presse locale le progrès de la recherche anti-malarique et on saluera la découverte de Laveran, lorsqu’il réussira à identifier l’anophèle, agent vecteur de la maladie... Dès lors, les questions d’assainissement, de drainage, de lutte contre la malaria, impliquent encore moins que par le passé les propriétaires du sol. C’est devenu le souci de l’État Providence, ce qui conforte les intéressés, nos élites, dans un attentisme prudent et conservateur réduisant à néant leurs éventuelles velléités imprenditrici dans ce domaine. De fait, on n’a jamais autant parlé du paludisme et jamais les propriétaires des terres infestées n’ont été autant passifs que durant cette période alors que l’État tarde à passer du discours aux actes. Il faut attendre pour trouver quelque chose de significatif le vote de la loi de finances de 1911 pour voir la mise en œuvre de travaux d’une certaine importance.

  • 20 Par exemple, L. Fano, Le grandi bonificazioni ferraresi, Ferrare, 1910.

18Est-ce à dire que les élites se trouvent hors circuit ? Ce serait excessif... elles sont plutôt en position seconde, dépendantes de l’État, mais malgré tout concernées. On le voit mieux dans le cas de la Sardaigne que de la Corse. Même si l’État assume la lourde charge morale et financière, met les moyens et intervient volontiers sur les terres domaniales et les terres collectives de type ademprivi, nombreuses en Sardaigne depuis la reventilation consécutive à la suppression des fiefs, il faut bien compter avec les particuliers, lorsque leurs terres sont concernées, mais ils ne font qu’accompagner un mouvement dont ils n’ont pas l’initiative. Ce sont eux qui tiennent les consorzi, associations d’intérêts chargés de mener à bien l’opération, mais c’est une satisfaction à courte vue et nous sommes loin du modèle de la borghesia imprenditrice qui donne toute sa mesure dans le Nord20.

Au XXe siècle : les initiatives mussoliniennes en Sardaigne et Plan d’Action Régionale en Corse

  • 21 Abondante bibliographie sur la question. Entres autres, Mussolini, Agricoltora e bonifiche, Roma, 1 (...)
  • 22 C’était déjà le point de vue de Salandra qui s’exprimait en 1915 devant les combattants en ces term (...)
  • 23 Synthèse dans R. Doria (en fait, recueil d’articles et discours), Cinquanta anni di bonifica, publi (...)

19On connaît le contexte mussolinien21 et on sait comment la bonification des plaines inondables ou marécageuses est un aspect essentiel de la battaglia del grano entreprise par le régime. Il s’agit aussi de mener une action en faveur des anciens combattants22 et de manière plus générale de la classe rurale la plus démunie en lui procurant des terres sous la forme de lots de colonisation : en même temps qu’une résurgence du mythe de la colonisation romaine, c’est aussi en partie une résultante des initiales préoccupations socialisantes de Mussolini qui faisait mine de vouloir sévir contre les gros agrariens et de « donner la terre à ceux qui la cultivent », dans un contexte de pression démographique et de troubles agraires qui se sont accentués et qu’il convenait de désamorcer pour éviter la contamination de l’agitation ouvrière. La référence au mouvement des fasci de Sicile est explicite dans les propos du Duce et la reprise des incidents en 1920 inquiète. C’est aussi un moyen de fidéliser la classe des braccianti à qui on faisait miroiter l’espoir de devenir petits propriétaires. Cette politique de bonifications connut son aboutissement avec la législation de la bonifica integrale de 1928 et 193223.

  • 24 M. Le Lannou, op. cit., p. 312 : « Les premières tentatives de bonification sont antérieures au rég (...)
  • 25 M. Le Lannou, op. cit., p. 318, à propos de San Luri dans le Campidano donné à l’Opera Nazionale de (...)
  • 26 M. Le Lannou, op. cit., p. 330 : « Les propriétaires de terrains assez vastes, enrichis sans mal pa (...)

20La Sardaigne y figure en bonne place24 et les intentions furent suivies d’effets non négligeables sur lesquels Le Lannou a fait le point en évoquant les spectaculaires réalisations de Mussolinia et de Fertilia. L’État mobilisa une cohorte de spécialistes, techniciens et ingénieurs et y employa des sommes conséquentes prenant en compte les travaux de drainage, de pompage, d’irrigation et d’aménagement des espaces destinés aux colons (bâtiments publics, école, poste...). La finalité affichée n’était pas celle d’un développement capitaliste misant sur la mobilisation des capitaux privés, elle était politique et sociale, même si la prise en considération des intérêts des autochtones n’était pas exclusive et si, conformément à la tradition, on faisait encore appel à des colons venus de la péninsule25. Au mieux, l’État possédait la terre qu’il mettait en valeur avant de la répartir à des conditions locatives relativement avantageuses pour les colons. Mais les propriétaires du sol, et donc la bourgeoisie rurale, demeurent présents dans les consorzi (associations). Quelle a été leur attitude ? Manifestement, elle ne se s’est pas engagée à fond dans l’opération26. Elle a essayé de tirer le plus d’avantages de l’État et a souvent contribué à gommer la dimension sociale initialement affichée dans la redistribution des terres. Il est significatif que ces propriétaires se soient dressés contre la menace de confiscation de leurs biens en cas de non-exécution des engagements et qu’ils aient fait front contre l’ingérence de capitaux extérieurs. Par contre, comme dans le reste de l’Italie méridionale, on constate qu’ils préféraient encore le statu quo. C’est une des raisons de l’échec de l’opération et on en trouve régulièrement l’écho dans les textes de l’époque et pas seulement chez Antonio Gramsci.

  • 27 Évoquant pour cette période cette situation fossilisée, Janine Renucci écrit dans sa thèse, Corse n (...)

21Au même moment, en Corse, le constat de continuité s’impose jusqu’aux années cinquante où on vit encore suivant les schémas du passé. Rien n’a vraiment bougé dans les régions littorales en dehors de la sédentarisation de quelques populations pastorales qui ont donné naissance à des communautés nouvelles, filles de celles de la montagne. Pour preuve, l’enquête de 1949 qui évoque un littoral malsain et abandonné, moustiques en moins toutefois depuis l’utilisation massive de la DDT apportée par les Américains. Là, les terres domaniales sont en friches (en dehors du pénitencier de Casabianda où le travail des prisonniers comme à Coti et Castellucio a eu pour effet de créer quelques îlots de cultures et de plantations), les terres communales continuent à être vouées au pacage extensif des brebis transhumantes descendues en hiver de la montagne et les quelques grandes propriétés privées sont l’objet des traditionnels baux à métairie (Sartenais) et à cheptel27. On n’est pas loin dans certains cas de la situation évoquée par Paul Bourde en 1885 dans la région de Saint Florent où le journaliste s’étonnait que les terres d’un notable local qui étaient laissées à des conditions ridicules du point de vue de la rentabilité à des bergers et des métayers (preuve qu’il convient de ne pas en rester sans nuances à l’image d’une classe de propriétaires âpres au gain)... L’intéressé répliquait, alors qu’il devait ménager ses gens, car ils le suivaient autrefois à la guerre et ils le suivent aujourd’hui au scrutin. C’était dire que le capital symbolique valait plus que le capital foncier en lui-même et c’était mettre l’accent sur ce trait de mentalité longtemps « invariant » de cette classe de notables immatures par rapport au modèle de la borghesia imprenditrice.

  • 28 L’expression est de Janine Renucci, Ibidem.
  • 29 R. Dugrand, Villes et campagnes en Bas-Languedoc, Paris, PUF, 1963.
  • 30 J. Renucci, op. cit., chapitre consacré au renouveau agricole.

22Le changement brutal interviendra après l’adoption du Programme d’Action Régionale de 1957 et dans le contexte particulier du rapatriement des Pieds noirs. On assiste alors à la transformation d’un monde, la plaine orientale devenant en quelques années, du fait de son assainissement et de sa mise en valeur, une « mer de vigne »28 parsemée d’îlots de grandes fermes d’exploitations... Les grands notables insulaires n’y sont pour rien et une faible minorité d’entre eux a été partie prenante à l’opération, non pas en situation d’initiative, mais en position seconde par rapport à l’impulsion donnée par l’État qui s’était déjà manifesté sous la même forme dans la plaine languedocienne étudiée par Dugrand29, lequel a pu relever, à l’inverse de la Corse, le répondant trouvé localement auprès de la bourgeoise urbaine de Montpellier. L’histoire semble se répéter avec, sous des formes un peu différentes de celles constatées en Sardaigne au temps de Mussolini, mais s’en inspirant manifestement, la reprise d’un programme de colonisation agraire au profit de moyens exploitants prêts à s’investir dans ce genre d’opération. Les volontaires recevaient l’aide de l’État, conseiller technique, acteur des regroupements, achats ou remembrements de terre en vue de la constitution de lots et maître d’œuvre des lourds travaux de drainage et d’irrigation. Ils devaient bénéficier en outre de prêts au long terme à faible intérêt... Mais le point le plus remarquable de cette spectaculaire mutation qui fait naître une « Corse nouvelle »30 est qu’elle n’a pu se réaliser qu’avec la contribution d’éléments extérieurs, ces Pieds noirs rapatriés sans la dynamique desquels le projet, tel qu’il a été détourné de ses objectifs initiaux, était voué à l’échec. Le tout État, ce sont les capitaux et les moyens en technique et en hommes mis aux mains d’une société d’économie mixte, la SOMIVAC, avec le renfort financier des Chambres de commerce et d’agriculture et la mobilisation du Crédit Agricole. C’est cette nuée d’agronomes, ingénieurs et techniciens s’affairant dans les fermes modèles et les stations de météorologie, ce sont diverses opérations de lotissements et les interventions sur propriétés privées. Quant aux particuliers corses bénéficiaires du changement, on en fait vite le tour : ils ne sont que quelques dizaines à peine d’agriculteurs qui eurent les moyens et l’esprit d’initiative suffisants pour répondre à cette offre et la réussite n’a pas toujours été au rendez-vous. Ils pèsent peu en regard des Pieds noirs, les principaux intéressés et les véritables acteurs du changement. Ils bénéficiaient des circonstances mêmes de leur rapatriement, des groupes de pression qui ont permis de privilégier les plantations de vigne avec des exonérations aux dépens de la polyculture irriguée et des fourrages prévues par le PAR. Ils apportaient leur expérience et leur savoir-faire, bénéficiaient de prêts spéciaux prévus par le Fonds des rapatriés, développèrent leurs propres initiatives en parallèle aux actions de la SOMIVAC, achetant des terres, le plus souvent à bon compte, créant leurs propres exploitations. Il est incontestable dans un dossier où certes il convient de se garder de tout schématisme, que nombre de Corses, y compris l’élite, celle des notables détenant d’importantes propriétés dans le secteur, pour les raisons déjà évoquées, préférèrent vendre leurs terres et tirer un profit immédiat plutôt que de jouer le jeu et de s’engager dans une aventure à laquelle ils ne croyaient pas. C’est flagrant dans le cas des grandes familles du Sartenais qui aliénèrent une partie de leur capital foncier aux mains de groupes bancaires qui, sur la côte occidentale, avec l’aide de la SETCO, homologue de la SOMIVAC, élaboraient des projets de complexes touristiques. Ainsi le comte de Pozzo di Borgo vendit près de 500 hectares, les Pietri, les Roccaserra et d’autres « Jo » (notables) en aliénèrent aussi. Seule une minorité d’entre eux se mit à « coller à l’État » pour prendre une place modique dans cette mutation, timidement le plus souvent et sans se dégarnir par ailleurs. La conjoncture et les remous politiques freinèrent le cours des choses mais ne remirent pas en cause l’acquis infrastructurel du changement qui permit de venir à bout de la réalité pluriséculaire d’une plaine insalubre et réfractaire à l’occupation humaine. Du point de vue strictement économique, la vigne régressa, les espaces fruitiers et maraîchers se maintinrent avec difficultés, et là où était prévu en zone littorale l’aménagement de grands complexes touristiques, rien ou presque ne se fit. La loi littorale, une question qui est au cœur de l’actualité dans le cadre du « processus Matignon », a contribué aussi à figer les choses. Aujourd’hui, derrière ceux qui demandent que les instances régionales puissent légiférer en la matière pour pouvoir amender la loi et « dégeler » la situation, on peut se demander si ne se profile pas, notamment dans le Sartenais, le lobby de propriétaires fonciers locaux. S’agit-il d’une bourgeoisie locale qui aurait mûri et qui, à la lumière des exemples donnés, serait devenue imprenditrice ? Nous en doutons.

Notes

1 E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Pavie, 1962.

2 Voir le long rapport de 1577 de Franceseo Cirni, Un Corse au service des Génois, à propos des routes et des ponts, Archives d’État de Gênes, Corsica VI. Solution également préconisée par Gio Battista Baliano dans son Discorso erudito per migliorare e fecondare il Regno di Corsica, manuscrit de la bibliothèque Brignole Sale à Gênes, Corsica, tome 1.

3 R. Russo, « Del tentattivo di introdurre nella Corsica una colonia olandese per i lavori di bonifica (1639-1640) », Annuario per il R. Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, Bologna, vol. 1, 1935, p. 326. Également Banchero, Annales, p. 173, ainsi que les Archives d’État de Gênes, fonds Corsica 1329, sur le contrat passé par le commissaire Giustiniani avec l’imprésario Gio Battista Bianco pour détourner le Tavignano vers le même étang à des fins de drainage.

4 F. Pomponi, « La politique domaniale de la Sérénissime République de Gênes en Corse », Colloque de Gênes sur Genova e l’Oltremare, 1981.

5 Le phénomène est relevé pour l’Italie péninsulaire par E. Sereni, op. cit., p. 149 : « l’età del Rinascimento segna per il Mezzogiorno, l’inizio di una netta prevalenza dell’allevamente ovino, fondato sulla transumanza, grazie alle quale i pascoli montane integrano, durante l’estate, quelli forniti nei mesi invemali da un sistema agrario “a campi ed erba” che ora più che mai si allarga e si consolida, dai latifondi siciliani ai « corsi » calabresi al Tavogliere di Puglia aill’Agro di Roma... sono questi gli anni, appunto, nei quali questo paesaggio della pastorizia transumante assume il suo decisivo relievo, con la più precisa organizzazione della Dogana delle pecore nell’Agro et della Dogana di Puglia per il Tavoliere ». Sereni écrit à propos du paysage littoral du Mezzogiorno : « ci offre un immagine dell’Agro, corne spesso si presentava nella prima metà del sec. XVII. E’ un paesaggio di pascoli, di macchie, di acquitrini, di rari campi a cultura che esprime le forme di un sistema agrario a campi ed erba nel quale le attività dell’allevamento nettamente prevalgono su quelle agricole. E questo tipo di paesaggio si allarga, in questa età, non solo nell’agro, nei corsi calabresi, nel tavoliere di puglia, nelle Maremme, ma anche su vasti feudi siciliani, napoletani e sardi », Ibidem, p. 19. Le recul du blé au profit du pacage est également noté pour la Maremma senese.

6 L. Villat, La Corse de 1768 à 1789, Besançon, 1924.

7 Pour les « innovations » de la période, A. Bourde, Agronomes et agronomie en France au XVIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1967.

8 F. Pomponi, « Aspects économiques et sociaux de la politique domaniale en Corse sous l’Ancien Régime », Études Corses, (5) 1975.

9 Voir X. Versini, M. de Buonaparte ou le livre inachevé, Paris, Albatros, 1977.

10 Sur la période et pour la bibliographie, se reporter à G Sotgiu, Storia della Sardegna sabauda, Rome-Bari, 1984.

11 A. Albitreccia, La Corse, son évolution au XIXe siècle et au début du XXe, Paris, 1942.

12 Cf. I. Birocchi, Per la storia della proprietà perfetta in Sardegna, Milan, Giuffrè, 1982.

13 Nous renvoyons aux analyses lucides d’Antonio Gramsci, notamment celles parues dans les Quaderni di carcere en 1948, citées par Rosario Villari, Il Sud nella storia d’Italia, Rome-Bari, Laterza, 1975, p. 535 et suivantes. La critique concernant le manque d’esprit d’entreprise de la bourgeoisie sarde s’étend aux petits propriétaires. Évoquant la carence des intellettuali, Gramsci évoque « il piccolo e medio proprietario di terre che non è contadino, che non lavora la terra, che si vergognerebbe di fare l’agricoltura ma che della poca terra che ha data in affitto o a mezzadria semplice vuol ricavare, di che vivere convenientemente, di chi mandar all’università o in seminario i figlioli, di che far la dote alle figlie che devono sposar un ufficiale o un funzionario civile dello stato. » Il condamne avec plus de sévérité encore le type du gros agrarien également représenté en Sardaigne dont il dit que « il suo scopo è di conservare il statu quo. Nel suo interno non esiste nessuna luce intelletuale, nessun programma, nessuna spinta a miglioramenti e progressi », Ibidem, p. 561.

14 C. Baudi de Vesme, Un progetto di colonisazzione della Sardegna. Considerazioni politiche ed economiche sulla Sardegna, Turin, 1848, et G Sotgiu, Alle origini della questione sarda, Cagliari, Sarda Fossataro, 1974.

15 Mentionnons la venue en Sardaigne du baron Ozier en vue de mettre en place des aziende modèles, ainsi que la société dite Vittorio Emmanuel formée à Lyon en 1847 (I. Birocchi, op. cit., p. 286 ; G Sotgiu, op. cit., p. 300). À l’origine, trois capitalistes français Humbert Ferrand, Rodolphe Ehram et Eugène Cullet de Montarfier se mirent sur les rangs pour assainir les étangs de San Luri et de Samassi suivant les principes de la società agraria. Le Lannou (Pâtres et paysans de Sardaigne, thèse de doctorat, 1942, p. 316) y fait allusion « pour le secteur dit de San Luri la doyenne des bonifications sardes » (p. 316). C’est en 1838 que le roi Charles Albert leur concéda en libre et absolue propriété, les étendues marécageuses de San Luri et de Samassi, à condition de les assécher et de les transformer en champs cultivés. Dès l’origine, c’est de bonification intégrale qu’il s’agit : l’acte de concession stipule que sur le territoire assaini on devra installer quatre fermes modèles, des ateliers pour la construction des machines et des ustensiles agricoles, une école pour l’enseignement de la lecture, de l’écriture, des éléments d’arithmétique et aussi un solide enseignement agricole, concernant surtout les choix des machines les plus parfaites, les avantages des bons labours et des abondantes fumures ; il prévoit en outre la plantation de 5 000 arbres ou arbustes et des expériences portant sur les cultures du tabac, de la betterave à sucre et de l’indigo (Archives d’État de Cagliari, Atti governativi, R. patenti, 1837-1839). En 1847, les concessionnaires durent constituer à Lyon une société anonyme. Quelques années plus tard, après faillite, l’entreprise fut acquise par le marquis Pallavicini, un des plus gros actionnaires de la société. En 1903, c’est le rachat par l’État qui concédera en 1919 la propriété à l’Opera Nazionale dei Combattenti, association de caractère officiel à laquelle le régime fasciste accordera tout son appui. Il est certain que, malgré la volonté de Carlo Alberto, l’action de la société française a été entravée par le mauvais vouloir du vice-roi Montiglio. L’opinion sarde était hostile à cette entreprise étrangère (cf. S. Pintor, Storia civile dei popoli sardi dal 1798 al 1848, Turin, 1877 ; F. Corona, Storia di San Luri). Plus particulièrement, les populations des villages voisins voyaient d’un mauvais œil que l’on interdît à leurs troupeaux ces 2 300 hectares de pâturages mauvais mais utiles. En 1847, plusieurs centaines de paysans de San Luri envahirent la concession poussant leurs bêtes dans les récoltes et détruisant les bâtiments.

16 Archaïsme du Sud bien noté dans les différents rapports sur les bonifiche par G B. Fornari qui a enquêté dans le Sud et qui écrit dans Bonifiche nelle provincie meridionnale en 1894 : « al regolare funzionamento di consorzi autonomi si oppongono in queste provincie la mancanza di ogni tradizione e la natura degli abitanti, la quale non si muta a volontà del legislatore ma solo per il svolgere dei secoli si può in parte modificare. »

17 Également noté dans sa thèse par Le Lannou : « dans cette île très faiblement peuplée où les espaces utilisables ne manquaient pas, il n’y a eu aucun appel pressant pour une transformation des plaines marécageuses. C’est une différence essentielle avec les circonstances originelles de la bonification dans les plaines italiennes et en Sicile ; dans ces régions à fortes densités, la population (et donc les élites) a exercé une pression décisive sur l’activité bonificatrice » (p. 331).

18 M. Le Lannou, op. cit., p. 311 : « Sur les 1 390 000 hectares transformés en Italie entre 1870 et 1922, quelques milliers seulement appartiennent à la Sardaigne. En 1925 encore, dans l’ensemble des surfaces déjà bonifiées ou soumises à la bonification hydraulique, l’île dont la surface est égale à la treizième partie de celle du royaume, comptait pour moins d’un trente sixième. »

19 Cf. G Porisini, Studi Storici, 1964, note, p. 593, sur le changement survenu durant la période de De Pretis : « scopo delle bonifiche non è solo quello di guadagnare nuove terre alla coltivazione, ma è sopratutto quello di risanare l’aria, di migliorare la salute pubblica, di rimuovere il più possibile ogni causa di insalubrità per la popolazione. Occorre considerare non soltanto gli effetti agricoli del risanamento delle terre ma anche gli effetti igienici non tanto i vantaggi pur notevoli che i prosciugamenti possono produrre all’agricoltura quanto le conseguenze medicosanitarie di essi, la diminuzione della mortalita. » De ce fait, « le bonifiche reclamano l’azione diretta dello Stato, esigono « opere grandiose » e l’impiego di mezzi straordinarii che eccedono spesso il valore dei fondi bonificati. Senza la collaborazione dello Stato non è sperabile che le forze dei privati possono compiere tante e cosi vaste opere di bonificazione. » À l’État d’accomplir « un opera eminentemente morale e degna della moderna civiltà. » C’est ce qui est explicitement dit dans le « progetto di legge presentato dal Ministero dei Lavori pubblici », ou encore « Ii prosciugamenti di quelle terre vengono considerati quasi esclusivamente nei loro aspetti igienici e medico-sanitari, diviene non solo opportuno ma necessario l’aiuto dello Stato alla proprietà privata », d’où la loi Baccarini de 1882. Sur le continent, ce fut une législation à l’avantage des propriétaires qui saisirent l’aubaine. L’accent était mis sur l’opportunité de « lasciare la effetuazione delle opere di prosciugamento ad imprenditori e società private », sans exclure les consorzi. Cela fut confirmé dans la législation suivante jusqu’à la guerre et au-delà. Le même auteur fait remarquer que cet engagement quasi exclusif de l’État caractérise le Sud, alors que dans le Nord les particuliers continuent à prendre des initiatives. Ibidem, p. 607.

20 Par exemple, L. Fano, Le grandi bonificazioni ferraresi, Ferrare, 1910.

21 Abondante bibliographie sur la question. Entres autres, Mussolini, Agricoltora e bonifiche, Roma, 1940 ; D. Preti, « La politica agraria del fascismo », Studi storici, 1973, 29-30 ; Quaderni storici, 1975, 29-30 ; également, L. dAntone « Politica e coltura agraria, Arrigo Serpieri », Studi storici, (3) 1979. G Tassimari, La bonifica integrale nella decennale legge Mussolini, Roma, 1938. Pour le Sud, R. Ciasca, Storia delle bonifiche del Regno di Napoli, Bari 1928.

22 C’était déjà le point de vue de Salandra qui s’exprimait en 1915 devant les combattants en ces termes : « dopo la fine vittoriosa della guerra, l’Italia compirà un gran atto di giustizia sociale. L’Italia darà la terra ai contadini con tutto il necessario perché ogni erœ del fronte possa costituirsi una situazione d’indipendenza. »

23 Synthèse dans R. Doria (en fait, recueil d’articles et discours), Cinquanta anni di bonifica, publiés sous la direction de Giacomo dell’Angelo, Rome-Bari, Laterza, 1989.

24 M. Le Lannou, op. cit., p. 312 : « Les premières tentatives de bonification sont antérieures au régime mussolinien, mais c’est le fascisme qui a ordonné et mené à bien la plus grande partie des travaux accomplis. Le travail est gigantesque. »

25 M. Le Lannou, op. cit., p. 318, à propos de San Luri dans le Campidano donné à l’Opera Nazionale dei Combattenti et géré par cet office. Là, on a fait appel à ces colons lombards, mais aussi vénitiens et romagnols, siciliens et toscans. Même cas de figure à propos de la plaine de Terralba, près d’Oristano, et de Mussolinia où on voit apparaître la Società Tirso qui devient la Società elettrica sarda, mais c’est la Società bonifiche sarde qui eut la charge des travaux d’irrigation sur 9 000 hectares et qui acquit les terrains, notamment l’étang de Sassu acheté à des particuliers ; la commune de Terralba céda des terres en emphytéose et l’État vendit à la société des terres domaniales. Ce fut donc l’affaire de la société de bonifications qui exploitait directement une partie des terres avec ferme modèle et c’est la société qui a fait l’avance. Les techniciens sont les maîtres de l’orientation générale des cultures et c’est la société qui centralise les produits et les vend. Les colons sont liés à la société propriétaire par un contrat de métayage simple. On a affaire à une grande entreprise industrielle, une azienda. À la différence de l’Opera Nationale dei Combattenti des marais pontins, c’est une société privée. Dans le cas de Fertilia en Nurra méridionale (Alghero), c’est l’État qui pèse en fondant l’Ente Ferrarese di colonizzazione avec l’intention de fixer en Sardaigne le plus grand nombre possible de familles originaires de Ferrare (secteur où on retrouve les colonies pénitentiaires).

26 M. Le Lannou, op. cit., p. 330 : « Les propriétaires de terrains assez vastes, enrichis sans mal par la location de leurs pâtures, répugnent à envisager toute transformation... Les bonifications restent complètement étrangères à la Sardaigne, d’autant plus étrangères que les Sardes n’y participent pas ; les familles de l’île déjà peu portées à la colonisation spontanée se révèlent encore moins aptes à la colonisation dirigée. Sur les 300 familles installées sur les terres sardes bonifiées, plus de 250 sont des familles continentales. » Le Lannou, encore p. 331 : « les obstacles à ce programme sont considérables. Il y a d’abord la résistance de la plupart des grands propriétaires qui gagnent beaucoup d’argent avec le système actuel. »

27 Évoquant pour cette période cette situation fossilisée, Janine Renucci écrit dans sa thèse, Corse nouvelle et Corse traditionnelle, Lyon, Aubin, 1972, p. 258 : « Les propriétaires qui sont restés sur place, prolongeant la présence de dynasties gardiennes de leurs biens, se sont mis à végéter, et ne dédaignent pas, lorsqu’ils sont âgés, les retraites d’exploitants agricoles, même l’aide sociale éventuellement... aucun n’a réagi en agriculteur éclairé, n’a essayé de moderniser son exploitation en fonction des nouvelles situations économiques. Les domaines sont tombés peu à peu à l’abandon, n’apportant comme revenus essentiels que la rente foncière qu’est la location des pâturages aux bergers. »

28 L’expression est de Janine Renucci, Ibidem.

29 R. Dugrand, Villes et campagnes en Bas-Languedoc, Paris, PUF, 1963.

30 J. Renucci, op. cit., chapitre consacré au renouveau agricole.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540