Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

Les stratégies des élites provençales dans la construction de la forêt méditerranéenne

Martine Chalvet

Texte intégral

1Après la Révolution française, une nouvelle administration forestière centralisée se met en place et l’État édicte pour l’ensemble du territoire une législation uniformisée. Formés à l’École Nationale des Eaux et Forêts de Nancy, les officiers, pour la plupart Alsaciens ou Lorrains, imposent dans le Midi des lois de protection des bois et des aménagements qui s’adaptent mal aux équilibres semi-naturels construits autrefois par les sociétés agro-pastorales.

2Cette remise en cause autoritaire des pratiques locales ébranle l’équilibre social, économique et financier des communes agricoles. Poussées par des motivations totalement distinctes, voire antagonistes, les différentes composantes des élites locales s’associent dans la première moitié du XIXe siècle pour s’opposer à la politique centralisatrice et productiviste des agents de l’État autour du thème de la spécificité provençale. À partir des années 1860, les notables provençaux changent en partie de stratégie et collaborent avec les forestiers pour former un savoir adapté au cas spécifique de la Provence et élaborer la construction d’une forêt méditerranéenne et d’un paysage inédit.

L’affirmation de la spécificité provençale

3Pour comprendre ce double mouvement, il nous faut connaître la situation de la Provence au début du XIXe siècle. À cette époque, la spécialisation des cultures et des activités ne s’est pas encore imposée. L’ensemble des propriétaires fonciers pratique toujours une polyculture qui s’associe avec l’élevage et l’exploitation forestière. Dans ce système agro-sylvo-pastoral, les bois sont un complément spatial pour l’agriculture et pour l’élevage. Ils constituent un terrain de cultures temporaires ou un espace de parcours pour les bêtes.

4Toutefois, la forte pression démographique qui règne dans les campagnes provoque « une faim de terre » qui vient perturber ce système de gestion complémentaire des activités, des espaces et des ressources. Objets d’intérêts croissants, les bois deviennent un espace conflictuel qui doit dans le même temps satisfaire l’éleveur, l’agriculteur et l’artisan. Rongé de l’intérieur, le système agro-sylvo-pastoral se détériore d’autant plus qu’il est contraint de faire face aux nouveaux enjeux de l’industrialisation et de l’urbanisation. Au XIXe siècle, il n’y a plus simple concurrence entre les différents usagers, il y a incompatibilité entre les pratiques sylvicoles des sociétés agraires et celles qu’exige la société industrielle.

La défense des intérêts locaux

  • 1 La forêt soumise au régime forestier se caractérise par un aménagement, c’est-à-dire une déterminat (...)
  • 2 Comte de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Ricard, t. IV, 182 (...)

5Dans ce contexte de tension et de division de la communauté rurale, la politique forestière s’est axée sur la satisfaction des besoins de l’industrie naissante. Grâce au Code Forestier de 1827, l’administration peut intervenir directement dans les bois domaniaux et dans les bois communaux lorsque ces derniers sont susceptibles d’aménagement en imposant le régime forestier1. Certes, les bois privés restent protégés de toute ingérence des officiers. Mais en s’attaquant aux bois communaux, la politique centralisatrice et productiviste des Eaux et Forêts menace tout de même des intérêts fort divers. En Provence, les activités de l’élevage et de l’agriculture produisent encore de copieux bénéfices2 et les exploitants n’hésitent pas à leur consacrer la majorité des terres au détriment des bois. Ils ne peuvent accepter les projets de contrôle des pratiques agricoles notamment la limitation des cultures temporaires ou des déboisements.

  • 3 Ibid., p. 192.
  • 4 « Des bois et des bêtes à laine », Annales provençales, 1827, p. 196-197.

6De même, la restriction du parcours des bêtes dans les espaces forestiers est présentée comme un véritable désastre économique. Sans compter la fourniture de viande, le mouton approvisionne en laine les manufactures de textile3. En parallèle, l’élevage et les détritus boisés fournissent des engrais naturels essentiels à la productivité du terroir. Dangereuses pour l’économie provençale, ces lois de protection de la forêt apparaissent totalement inutiles pour les notables. Loin de dilapider leurs bois, certains propriétaires affirment qu’ils entretiennent avec soin ce potentiel nécessaire aux troupeaux et à l’agriculture. À écouter les éleveurs, le pacage dans les bois peut même se révéler favorable à la sylviculture. Dans les peuplements trop denses et trop touffus, il devient par exemple une nécessité puisqu’il évite le développement anarchique des jeunes pousses4.

  • 5 Comte de Villeneuve, Statistique..., t. IV, op. cit., p. 131, 561 et 763.

7Une résistance identique s’affirme dans le secteur de l’exploitation forestière où les productions de tan, de sumac et de charbon de bois destinées aux petites fabriques offrent les revenus nets les plus importants. Afin de bénéficier de ces gains, la majorité des exploitants règlent toujours leurs bois en taillis de chênes verts ou de chênes kermès5.

8Graphique réalisé d’après les chiffres proposés par la Statistique des Bouches-du-Rhône, t. IV, p. 131

Aménagement des forêts en Provence en 1808

Aménagement des forêts en Provence en 1808
  • 6 « Produits des forêts dans les Bouches-du-Rhône », Revue Agricole et Forestière de Provence (désorm (...)
  • 7 A. Corvol, L’Homme aux bois, histoire des relations entre l’homme et la forêt XVIIe-XXe siècles, Fa (...)
  • 8 Aîné Feissat, « Conservation des bois existants et reboisement des terrains vagues et stériles », A (...)

9Profitant largement des revenus des taillis de feuillus, ils ne sont pas du tout prêts à accepter la transformation des bois en futaies de résineux6. Ces dernières leurs apparaissent en outre stériles puisqu’elles ne peuvent fournir d’engrais aux cultures ou de nourriture aux moutons et aux chèvres. Bien connues à l’échelle nationale7, les protestations à l’encontre du système de conversion prôné par l’administration forestière se retrouvent dès lors au niveau local. Certains propriétaires provençaux critiquent « cet aménagement bâtard » auquel est dû « en partie le dépérissement de nos bois »8.

  • 9 Note d’aîné Feissat dans l’article « Des bois et des bêtes à laine », art. cit., p. 202. Feissat aî (...)
  • 10 E. H. Boyer de Fonscolombe, « Traité sur la destruction des bois et leur rétablissement dans les dé (...)

10Dans le premier XIXe siècle, la structure agro-sylvo-pastorale est finalement présentée comme une exigence liée aux conditions naturelles très particulières de la région. À écouter ses défenseurs, ce mode d’exploitation rurale témoigne d’une bonne adaptation de l’homme à son milieu9. Ce sentiment est d’autant plus fort, que dans l’idéalisation du système agro-sylvo-pastoral, la complémentarité des activités se conjugue à celle des espaces et des populations. Les villes et les campagnes, les plaines et les montagnes paraissent unies par des liens de solidarité économique et sociale10. Or dans l’esprit de certains notables, cette harmonie a été rompue par le libéralisme et le nouveau développement industriel.

La défense des populations rurales

  • 11 Ch. de Ribbe, « Le reboisement des montagnes », Revue contemporaine, 1860, p. 278.

11Cette même idée de solidarité est mise en avant pour défendre les bois communaux et certains droits d’usage qui permettent à la population la plus pauvre de survivre. Menacé par le Code Forestier, le sort des paysans sans terre devient un prétexte de poids pour lutter contre la mainmise de l’administration forestière sur les bois collectifs. Dans l’argumentation légitimiste, le libéralisme et le partage des communaux constituent de véritables atteintes aux fondements de l’équilibre social traditionnel. Ils brisent la communauté rurale et par là même « un esprit local de solidarité et de prévoyance »11.

  • 12 L. Castagne, « Le reboisement des montagnes et des terrains vagues dans le département des Bouches- (...)
  • 13 Idem.

12Loin de toute nostalgie pour l’Ancien Régime, les autres notables souhaitent toujours jouer leur rôle traditionnel de protecteur des plus faibles. À ce titre, ils critiquent des mesures qui « conduisent à la misère »12. Toutefois, derrière les bonnes intentions affichées et en deçà d’une réelle prise de conscience sociale, les administrateurs ou les élus, veulent éviter une « grande perturbation » et tous les « actes cachés de violence »13.

13La peur du mécontentement populaire s’amplifie encore avec l’avènement du suffrage universel. À partir de la Seconde République, les populations locales représentent un poids électoral qu’il faut absolument conquérir. De leur côté, les paysans savent jouer de l’appui de certains élus qui ne trouvent aucun bénéfice à soutenir une administration qui va à leur encontre.

  • 14 Arch. dép. Var, 7 P 9, dossier sur le reboisement des montagnes, rapport du conservateur des Eaux e (...)

14Au-delà de la défense des populations rurales, les municipalités protègent avant tout leurs propres revenus. Pour maintenir le principal gain de la commune, la location des terres collectives aux éleveurs, elles défendent avec force l’activité pastorale. Dans ce combat contre l’administration forestière, les maires trouvent le soutien des riches propriétaires de troupeaux largement bénéficiaires du système de la transhumance saisonnière. Sur cette question financière, les responsables municipaux refusent la tutelle d’agents forestiers « le plus souvent étrangers » à la Provence « par leur famille et par leurs intérêts »14. Reprenant les thèmes de la lutte contre la centralisation, ils refusent surtout de perdre les importantes responsabilités administratives, judiciaires et économiques qu’ils détenaient sur la gestion des bois collectifs avant la promulgation du Code Forestier (1827).

15Dès lors, certaines communes s’opposent à l’administration des Eaux et Forêts. Elles contestent le bornage de leurs terrains, luttent contre l’imposition du régime forestier et des reboisements obligatoires ou font preuve de la plus grande inertie pour proposer des reboisements facultatifs. Dans la première moitié du XIXe siècle, les réclamations aux tribunaux mais aussi au Conseil d’arrondissement puis au Conseil général se multiplient. Toutefois, divisées par d’importants conflits d’intérêts, les élites provençales sont incapables de présenter à l’administration des Eaux et Forêts une résistance homogène, solidaire et même unanime.

Le rejet des érudits locaux

16En dépit de leurs clivages, les notables parviennent tout de même à construire un discours commun. Pour la plupart propriétaires, ils joignent à la défense des enjeux économiques une réflexion idéologique et philosophique qui ressort dans les publications des comices agricoles ou des sociétés savantes.

17Favorables à la mise en place d’une réglementation de l’usage des bois, les érudits condamnent pourtant les grandes orientations et les modalités de toute intervention centralisatrice en Provence. En fait, la politique forestière est d’autant moins acceptée qu’elle heurte de plein fouet des intérêts politiques qui sont, pour leur part, bel et bien concrets. Les instances régionales qui exerçaient autrefois un contrôle et une autorité sur les municipalités et les communautés rurales perdent leurs anciennes prérogatives. In fine, le système centralisé limite le pouvoir administratif, politique et donc social de l’ensemble des notables.

  • 15 Ch. de Ribbe, Rapport au nom de la commission nommée par l’Académie d’Aix pour examiner les mémoire (...)
  • 16 « Nécrologie de Vicaire, Directeur général des Forêts », RAFP, 1865, p. 58-60.

18Outil et symbole de la centralisation, la législation est à ce titre sévèrement condamnée. Défendant une conception jugée irréaliste, voire irresponsable, « les théoriciens ont appliqué le système du régime forestier considéré in abstracto, ils n’ont pas tenu un compte suffisant des mœurs, de la culture, des conditions climatiques et géologiques, du mode d’existence de chaque partie du territoire »15. Chargée de l’application de la loi, l’administration forestière est, elle aussi, largement fustigée16. Les forestiers lorrains ou alsaciens formés par l’école de Nancy sont particulièrement rejetés car ils imposent en Provence des techniques et une sylviculture française essentiellement adaptées aux hautes futaies du Nord de la France.

  • 17 Ch. de Ribbe, La Provence au point de vue des bois..., op. cit., p. 126.
  • 18 Comte de Montavallon, « De l’avaux ou l’avouassé... », Mémoire de l’Académie d’Aix-en-Provence, 184 (...)
  • 19 Ibid., p. 238.
  • 20 Ch. de Ribbe, La Provence au point de vue des bois..., op. cit., Paris, 1857, p. 127.
  • 21 Ibid., p. 177. « Question forestière proposée par l’Académie d’Aix », Revue de l’agriculture prove (...)

19En opposition à cette administration et à cette jurisprudence centralisées, les élites provençales refusent « l’imposition d’un même niveau légal »17 et pensent que l’« on ne pourrait sans danger adapter des règles uniformes »18. Proches des contextes locaux, elles critiquent totalement la science abstraite qui, loin des études de terrain, commet l’« erreur de généraliser ce qui est composé d’éléments essentiellement exceptionnels »19. Héritiers de la tradition savante, les érudits ne parviennent pas à accepter une science qui « s’habitue à ne rien distinguer » et qui « finit par ne plus rien connaître »20. Opposés aux grandes théories et à la sylviculture de cabinet, ils préfèrent s’occuper « de spécialités et faire des livres, soit pour une contrée déterminée, soit pour une essence en particulier »21.

  • 22 M. Gontard, Histoire de l’Académie d’Aix de 1808 à 1939, Aix-en-Provence, Publications de l’Univers (...)
  • 23 Ch. de RIBBE, La Provence au point de vue des bois...., op. cit., p. 127.
  • 24 Ibid., p. 174.

20Ce refus de la science moderne n’a rien d’étonnant pour des académiciens en grande majorité conservateurs22. Choqués par les désordres de la période révolutionnaire, certains s’insurgent très clairement contre la doctrine des Lumières qu’ils rendent responsable de toutes sortes de dérives. À les écouter, la notion de l’universalité appuyée sur celle de l’égalité a bouleversé complètement les cadres de l’Ancien Régime. Or, dans leur représentation, la nature offre un démenti à cette pensée trompeuse. Elle « ne fléchit pas malgré tous les effacements et tous les préjugés qui peuvent exister dans les mœurs ; elle réagit et elle proteste contre la loi du niveau »23. La forêt tout particulièrement incarne le respect des traditions de la société d’ordre. Considérée comme une figure naturelle des hiérarchies, elle ne peut se plier à « l’application des mêmes règles » et à « l’esprit de système aidé par de faux principes »24.

  • 25 Ibid., p. 33.

21L’idée d’un « ordre naturel » non égalitaire est surtout reprise pour montrer la singularité de la Provence. Dans leurs démonstrations, les érudits font alors appel au « bon sens » de l’observation de la nature. « De toute évidence, les mêmes règles, qui suffisent dans les plaines fertiles et sous les climats humides du Nord à la conservation des forêts, ne sauraient protéger efficacement les pauvres broussailles qui souvent déguisent à peine la nudité des montagnes arides et escarpées du Midi. »25.

  • 26 Idem.
  • 27 Aîné Feissat, « Des défrichements », Annales Provençales, 1827, p. 456.

22Animées par des motivations politiques et économiques diverses ou parfois même opposées, les élites locales en viennent à défendre une cause identique, la singularité régionale de la Provence. Se plaçant sous la caution de la raison et de « l’ordre naturel », chacun souligne l’inefficacité des mesures générales. Pour tous, « une situation exceptionnelle appelait une législation exceptionnelle »26 car « la Provence est dans une position différente des provinces du Nord »27.

  • 28 Ibid., p. 449.
  • 29 P. Martel, « Le Félibrige », Les lieux de mémoire, t. III, Les France, vol. 2, Traditions, Paris, G (...)

23Dans l’esprit des notabilités, ces prises de positions régionalistes ne contredisent en rien la défense des forêts. Elles sous-tendent au contraire le discours de protection des bois. C’est par amour de « la Provence » que l’on déplore avec force la perte des ressources boisées. C’est pour défendre « son lustre » largement entamé par « le déboisement de nombreux coteaux qui la découpent en tous sens » que l’on se bat28. En fin de compte, les élites locales affirment à travers leur forêt, leur identité et leur fierté régionale. Au moment où les sociétés agro-pastorales du pourtour méditerranéen perdent leur spécificité, elles la réclament avec force comme une composante indispensable de leur identité et donc de leur survie. Dès lors, on peut s’interroger sur l’avenir d’une idée qui témoigne d’une vision parfois conservatrice et surtout passéiste et nostalgique. Mouvement parallèle, le Félibrige qui voulait sauver la langue provençale de l’uniformisation culturelle n’a-t-il pas connu l’échec ?29.

La collaboration avec les Eaux et Forêts

24Toutefois, à partir des années 1860, les élites prennent conscience qu’il est impossible d’encourager une région et son dynamisme en se tournant vers le passé ou vers un conservatisme et un régionalisme qui s’inscrivent plutôt mal dans les évolutions économiques, sociales et culturelles en cours.

Un nouveau contexte

  • 30 J.-P. Paulet, « L’Homme et la forêt en Basse Provence », thèse de doctorat, Université de Nice, 197 (...)

25Avec la révolution agricole, l’évolution des transports et les traités de libre-échange, les modes de mise en valeur se transforment. Désormais plus facile, l’exploitation boisée se développe fortement pour répondre à la demande croissante des industries, de la construction urbaine ou ferroviaire. Intéressés par l’importance des profits, nombre de propriétaires provençaux se tournent vers les nouvelles productions de bois d’œuvre, de gemme et surtout de liège. En parallèle, les agriculteurs se spécialisent peu à peu dans les cultures de la vigne ou des agrumes30.

  • 31 Y. Rinaudo, « Forêt et espace agricole : Exemple du Var au XIXe siècle », Des arbres et des hommes,(...)

26Cette restructuration agricole est d’autant plus forte que les progrès des techniques, notamment l’utilisation des engrais et des fourrages, mettent définitivement fin à l’interdépendance des pratiques agricoles, pastorales et sylvicoles. Désormais, le propriétaire de bois peut former ses futaies à son gré sans nuire à l’élevage ou aux cultures. De son côté, moins intéressée par la forêt, l’agriculture nouvelle l’abandonne très largement à l’exploitation industrielle et commerciale31. Devenu sans intérêt, le système agro-sylvo-pastoral s’efface rapidement au profit d’une nouvelle répartition des terroirs et des productions. Les cultures spécialisées – vignes, cultures maraîchères ou fruitières – les plus rentables glissent rapidement vers la plaine et vers les littoraux ne laissant guère d’espace aux troupeaux.

  • 32 Y. Rinaudo, « Notes sur l’extension de la forêt varoise au XIXe siècle », Forêt méditerranéenne, 19 (...)

27Dans la réalité, ces grands bouleversements ne sont pas généralisés32. Les transformations du monde rural touchent essentiellement les plaines et la zone littorale. D’autre part, la modernisation des modes de culture et de pacage profite en tout premier lieu aux riches propriétaires. À l’inverse, le paysan sans terre veut toujours bénéficier des ressources complémentaires de la forêt communale. De même, le petit propriétaire, qui n’a pu investir dans les méthodes modernes d’exploitation, continue d’employer les anciennes pratiques.

  • 33 B. Kalaora, R. Larrere, O. Nougarede, D. Poupardin, Forêt et société au XIXe siècle, la sève de Mar (...)
  • 34 Ch. de Ribbe, « Rapport au nom de la commission... », art.. cit., p. 29.
  • 35 Ibid., p. 75.

28Avec la révolution agricole et pastorale, les rivalités sociales et économiques se déplacent. La fin de la complémentarité des activités et des espaces met peu à peu un terme aux oppositions autrefois croissantes des éleveurs, des agriculteurs et des exploitants de bois. Désormais, les clivages séparent avec beaucoup plus de force les propriétaires qui ont investi dans les techniques modernes de production et les paysans plus pauvres qui veulent encore poursuivre l’exploitation communautaire agro-pastorale33. La condamnation unanime des écobuages montre bien ce fossé qui sépare les riches propriétaires des paysans. Les « esprits éclairés » n’acceptent plus des pratiques « barbares et archaïques »34 qui peuvent « réduire » tous leurs efforts « en cendres »35.

Une nécessaire collaboration

  • 36 R. Larrere, O. Nougarede, Des hommes et des forêts, Paris, Gallimard, 1993, p. 80.

29En dépit de leurs différences, les Eaux et Forêts et les notables locaux ont tout intérêt à s’associer dans une croisade commune pour la sauvegarde des bois et le contrôle des campagnes. Étroitement lié à l’évolution économique et sociale de la Provence, ce nouvel appui ne demeure pas totalement désintéressé. L’administration forestière dispose en effet d’un grand poids dans les conflits d’exploitation des bois puisqu’elle intervient pour expertise quand un propriétaire veut libérer ses terrains des servitudes usagères36. D’autre part, elle représente un allié indispensable pour exercer des pressions sur le pouvoir et obtenir des changements de la législation. Mais au-delà de la défense d’enjeux financiers, les élites réalisent surtout qu’elles partagent une culture commune avec les forestiers du Nord-Est de la France. En marge de populations rurales provençales jugées trop grossières, elles cherchent à devenir aux côtés des Eaux et Forêts un groupe de pression à l’échelle locale. De son côté, le service forestier comprend peu à peu qu’il ne peut se passer du soutien des cadres de la société provençale pour faire appliquer les lois sur le reboisement de 1860-1864.

Une collaboration scientifique et technique

  • 37 L.J.D. Feraud Giraud, « Les sociétés agricoles et la sylviculture en Provence », Revue Agricole et (...)
  • 38 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts dans la région des Maures et l’Esterel ; leurs causes, leur h (...)

30À l’échelon local, cette association s’établit de manière régulière grâce au concours des « sociétés agricoles, composées des représentants les plus autorisés des intérêts agricoles »37, notamment la Société Forestière des Maures, sorte de syndicat d’exploitants de chênes-lièges38 créé en 1866 ou le comice agricole d’Aix-en-Provence.

  • 39 Ch. de Ribbe, « L’utilité des monographies forestières », Revue Agricole et Forestière de Provence, (...)
  • 40 Idem.

31Relativement intense, la collaboration entre les notables locaux et les forestiers n’entrave en rien les discussions et les débats. Bulletin du comice d’Aix, la Revue agricole et forestière de Provence refuse ainsi tous les compromis. Dans la lignée des sociétés savantes, elle cherche à « s’offrir comme un moyen de publicité aux travaux locaux d’enquêtes et de statistiques qui mettraient en lumière les éléments d’avenir de notre sol forestier »39. Le président de la commission de rédaction, Féraud Giraud, le souligne dès la parution du premier numéro. Ce périodique « a précisément pour but de donner un organe provençal aux intérêts communs de l’agriculture et de la sylviculture (...) »40. Il entend par là « servir la science dans ce qu’elle offre de plus élémentaire, de plus applicable au Midi (...) ».

  • 41 Y. L, « Une visite à la propriété de M. de Samatan », Revue Agricole et Forestière de Provence, 187 (...)

32Pour répondre à l’attente des propriétaires, la revue publie de nombreux articles sur les techniques d’aménagement et d’exploitation des forêts provençales. Tribune de diffusion des expériences locales, elle représente également une vitrine des différentes activités des comices agricoles et des académies. La publication aixoise rend par exemple compte des expositions et des concours qui sont organisés sur la forêt, participe aux fêtes agricoles et à la distribution de primes et de prix forestiers. Enfin, elle organise avec la participation des Eaux et Forêts des visites d’exploitations pour promouvoir les expériences de terrain41. Nouvellement associés à cette recherche locale, les inspecteurs et les conservateurs nommés en Provence multiplient eux aussi les articles spécialisés sur leur nouvelle région d’affectation.

La naissance d’un nouveau paysage

  • 42 Étonnés par les nouveaux peuplements qu’ils rencontrent, les officiers lorrains ou alsaciens parvie (...)

33Caution scientifique et technique pour les élites provençales, la construction d’un savoir commun constitue également un précieux apport pour des officiers qui ignorent tout de la forêt en Provence42.

Le cas spécifique des incendies

  • 43 Charles de Ribbe (1827-1899) : avocat aixois qui publie de nombreux ouvrages sur les bois et le reb (...)
  • 44 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts..., op. cit.
  • 45 Ibid., p. 80.

34Dans leurs recherches les érudits locaux et les propriétaires de bois se penchent par exemple sur un fléau récurrent ignoré des Eaux et Forêts : l’incendie. Dès 1866, Charles de Ribbe43 propose la première analyse complète du phénomène dans son œuvre Des incendies de forêts dans la région des Maures et de l’Esterel, leurs causes, leur histoire et les moyens d’y remédier44. Selon lui, les feux « rares et limités (...) pour les autres contrées de la France » sont un phénomène spécifique du Midi. Avec le soutien de la Société Forestière des Maures et de la Revue Agricole et Forestière de Provence, l’avocat réclame des mesures d’exception doublées d’une loi spéciale qui autoriserait les préfets de « la région du feu » à prendre des arrêtés après accord de l’administration forestière45.

  • 46 M. Bellenfant, « La protection de la forêt varoise sous le Second Empire », Bulletin de la société (...)

35Désormais plus proches des propriétaires locaux, les officiers ne restent pas insensibles à ces propositions. En décembre 1868, l’État mène sa propre étude sur les incendies de forêts dans les Maures et l’Esterel. Présidée par M. Faré, directeur général des Eaux et Forêts, cette recherche est symptomatique du nouvel état d’esprit qui anime l’administration. Avec le concours de Charles de Ribbe, une vaste enquête est menée auprès de 200 notabilités. Si les paysans restent une fois de plus les grands oubliés, les principaux propriétaires et industriels du pays sont consultés46.

  • 47 Arch. dép. du Var, 7 P 68, Loi sur les incendies juillet 1870, Statistiques des incendies antérieur (...)

36Suite à cette enquête parlementaire, une législation spécifique est votée indiquant clairement la particularité de la « région du feu ». « La loi relative aux mesures à prendre contre les incendies dans la région boisée des Maures et de l’Esterel » prévoit la création d’un réseau spécial de « routes de protection » dont une moitié est à la charge de l’État. Elle oblige aussi les propriétaires à aménager des tranchées pare-feu en cas de non débroussaillement. Trop ambitieuse, cette jurisprudence n’est pas appliquée et il faut la renouveler vingt ans plus tard. Avec la loi d’août 1893, les écobuages et le petit feu sont à nouveau interdits à tout propriétaire de juin à septembre, à l’intérieur et à moins de 200 mètres de tout bois. En dehors de la saison d’été, les propriétaires restent libres de faire du feu à la condition de se tenir à 200 mètres des bois limitrophes. La loi reproduit également les mesures prises en 1870 en matière de construction de chemins de protection. Mais là encore, ce projet restera pour l’essentiel embryonnaire, faute de financement47.

L’Algérie : laboratoire de la forêt méditerranéenne

  • 48 « Extraits des procès verbaux des délibérations du Conseil général du Var du 24 août 1865 », RAFP, (...)

37En dépit de cet échec, ces deux lois marquent tout de même une réelle victoire des notables locaux. L’État français accepte, en effet, de faire une réglementation particulière qui tranche avec le cadre uniformisé de la jurisprudence. Désormais, la spécificité des « régions du feu » est reconnue au niveau national. Ce succès est d’autant plus important qu’il ne concerne pas seulement le Sud de la France. Pour écrire son ouvrage, Charles de Ribbe s’est inspiré des expériences lancées par les concessionnaires de chênes-lièges en Algérie48 et voit ses propositions reprises dans la colonie.

  • 49 Gouvernement général, Les forêts d’Algérie, Alger, 1889, p. 42.

38Suite aux sinistres de 1871, l’État établit en juillet 1874 une loi spéciale destinée à lutter contre les incendies. Afin de prévenir les embrasements, la nouvelle réglementation fixe des saisons durant lesquelles toute combustion est prohibée. Pour parfaire ces mesures un service de surveillance est même organisé. Au-delà de la prévention, la loi cherche aussi à punir les incendiaires. Elle autorise l’administration à recourir à la responsabilité collective des tribus, voire à appliquer des séquestres sur les biens. Enfin, elle interdit le pâturage pendant six ans sur les étendues dévastées par les flammes49.

39Au-delà du seul cas des incendies de forêt, les expériences et les recherches se croisent et se répondent peu à peu de part et d’autre de la Méditerranée. Dès les années 1860, les notables remarquent la similitude « des conditions de végétation » et la ressemblance de « l’économie forestière » qui unissent la Provence et l’Algérie.

  • 50 Dr Mueller, « Mémoire sur le boisement de l’Algérie communication adressée à la société d’agricultu (...)

40Partant de ce constat, la Société Départementale d’Agriculture des Bouches-du-Rhône a su tisser des liens étroits avec son homologue en Algérie pour favoriser les études comparatives. De son côté, parfaitement informée des travaux de la société algérienne, la Revue agricole et forestière de Provence propose souvent des comptes rendus détaillés des expériences dans la colonie50.

41Cette collaboration entre les deux rives de la Méditerranée est plus particulièrement poussée en ce qui concerne l’adaptation des essences aux conditions spécifiques des régions du sud. Dans ce domaine, les officiers des Eaux et Forêts, les élites locales et les savants des jardins botaniques se penchent sur toutes sortes d’espèces locales comme les chênes-lièges ou les pins. Grâce à la colonie algérienne, ils se tournent aussi vers l’acclimatation des essences d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Au-delà du pin Laricio originaire de Corse, du pin d’Alep en provenance d’Orient, ils tentent d’adapter les cèdres algériens en Provence.

  • 51 Ces expérimentations sont fort anciennes. Dès la fin du XVIIIe siècle, Boyer de Fonscolombe avait i (...)
  • 52 Dr Mueller, « Mémoire sur le boisement de l’Algérie... », op. cit., p. 301-312 ; Dr A. Boujot, « La (...)
  • 53 Dr Gimbert, « Eucalyptus globulus, son importance en agriculture, en industrie, en hygiène et en mé (...)
  • 54 Dr A. Sicard, « Quelques mots sur une brochure de F. Trottier intitulée : notes sur l’eucalyptus gl (...)

42Souvent consacrées aux essences déjà présentes sur le pourtour méditerranéen, les tentatives d’acclimatation n’en écartent pas pour autant les variétés beaucoup plus lointaines. Dans les années 1850, les expérimentations sur les essences exotiques se multiplient chez les particuliers51. Au milieu de toutes ces études, les eucalyptus semblent bénéficier des plus grandes faveurs. En Provence, ils sont importés d’Australie par une société de pépiniéristes d’Hyères. Cet engouement pour l’eucalyptus paraît largement partagé en Algérie où de nombreuses plantations permettraient de « transformer le territoire du pays en forêt pour tempérer la sécheresse et la chaleur du climat et fournir en quantité suffisante le bois nécessaire au chauffage et à l’industrie »52. Persuadé que cette espèce « miraculeuse » serait le véritable remède à la question forestière dans la colonie, F. Trottier, propriétaire à Hussein Bey multiplie les expérimentations et les publications53 d’ailleurs largement diffusées en métropole54.

  • 55 B. Deroche, jardinier en chef au jardin d’acclimatation du bois du Var, « L’eucalyptus », RAFP, 187 (...)
  • 56 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts..., op. cit., p. 4 ; voir aussi Nardy, « Les eucalyptus et le (...)
  • 57 L. Celse, « Acclimatation de l’eucalyptus », RAFP, 1875, p. 258.

43Les pépiniéristes organisent une véritable publicité pour leurs productions d’eucalyptus et s’affirment en mesure de fournir une grande quantité de jeunes sujets à prix réduits55. Séduit par cette essence, « M. Chappon membre du Conseil général du Var (...) en a planté mille pieds dans sa propriété de Bregançon près de Bormes »56. En Algérie, l’ardent défenseur des eucalyptus, F. Trottier, obtient une concession territoriale spéciale pour développer l’acclimatation de l’essence australienne sur une vaste échelle. Pour favoriser les nouvelles plantations, certains propriétaires proposent même de mettre en place une réelle coopération pratique entre « les abonnés et les collaborateurs répandus sur le littoral de la Méditerranée »57.

Un nouveau paysage forestier

  • 58 Arch. dép. du Var, 7 P 9, dossier reboisement des montagnes.
  • 59 L. Monerie de Cabrens, « Les terrains communaux d’Arbois appartenant à la ville d’Aix », RAFP, 1874 (...)
  • 60 Voir à ce propos Dr L. Turrel, « Le reboisement du Faron », RAFP, 1862, p. 270.

44Avec les lois sur le reboisement et le regazonnement des montagnes de 1860-64, les tentatives d’acclimatation prennent une tout autre ampleur. Pour permettre la réalisation du programme sur une vaste échelle, les forestiers ont tout simplement besoin de graines ou de plants adaptés aux conditions géologiques et climatiques de la région. Toutefois, les structures d’approvisionnement sont fort limitées au niveau local. Pour résoudre ces problèmes, l’administration autorise les communes à créer leur propre pépinière58 et fait appel aux sécheries établies en Algérie. En parallèle, elle soutient avec un certain succès les travaux de plantation entrepris par les communes. Sur le plateau de l’Arbois à Aix-en-Provence59 sur le Mont-Faron à Toulon60 ou sur les collines de Saint-Rémy de Provence ou de Bédouin, le reboisement se fait en collaboration étroite avec les élites locales.

  • 61 A. Ysabeau, « Des conifères exotiques », Annales forestières, 1854, p. 366-369, p. 367.
  • 62 A. Demoyen « Récolte et emploi des graines de cèdres », Revue des Eaux et Forêts, (REF) 1864, t. II (...)

45Dans le cadre de cette reforestation, les officiers ne se contentent pas de répandre les espèces déjà existantes sur le pourtour méditerranéen. Pour mieux réussir leurs plantations, ils cherchent en Algérie, en Amérique ou en Australie des essences à croissance rapide pouvant s’adapter au Midi de la France61. Dans cette logique, le service des Eaux et Forêts encourage l’introduction des cèdres d’Algérie62 et parfois même des eucalyptus d’Australie.

  • 63 Rollet, « Montagnes communales de Saint-Rémy », RAFP, 1873, p. 29-33.
  • 64 Arch. dép. Vaucluse, 7 M 359, Reboisements, instructions et règlements, (1859-1934).

46Exécutés à partir de graines d’origines multiples, les reboisements en Provence présentent des visages fort diversifiés. Les travaux effectués à Saint-Rémy de Provence mêlent ainsi « des cèdres de l’Atlas, des pins noirs, des cyprès étalés et quelques cèdres deodaras pinsapos, des érables, des noyers et des mûriers de la Chine »63. Plus connu, l’exemple du Mont-Ventoux et de Bédouin a souvent été repris comme l’archétype d’une réussite. Il témoigne en effet du succès des efforts de coopération entre l’administration et les notables locaux. Avec ses pins maritimes, ses pins d’Alep, mais aussi ses chênes blancs et ses chênes verts sans oublier les cèdres64 il symbolise surtout la naissance d’un nouveau paysage forestier.

47À partir des années 1860, la coopération culturelle, économique et sociale qui fédère les officiers du Nord-Est de la France et les élites provençales transcende les origines régionales. Reprenant en chœur, avec le service forestier, le refrain de la protection des bois et du reboisement, les notables ne se placent pas tout à fait sur le même ton. Ils enrichissent la formation sylvicole des officiers de sonorités différentes beaucoup plus locales. Peu à peu, les anciens élèves de la rue Girardet acceptent ces dissonances. Sans renoncer encore clairement à leurs conceptions nancéiennes, ils intègrent ces approches dans leurs propres études. C’est d’ailleurs dans la conjugaison des sciences universelles et des sciences locales que va naître – comme synthèse – une nouvelle connaissance sur la forêt méditerranéenne, à la fois réponse adaptée aux enjeux locaux et déclinaison particulière d’un savoir généraliste.

48Dans le contexte des reboisements, ce mariage des différences fait apparaître une nouvelle forêt. Métissée d’essences exotiques et des richesses de l’ensemble du bassin méditerranéen, cette dernière amalgame les eucalyptus, les pins Laricio, les pins d’Alep, les chênes-lièges et les cèdres dans un paysage inédit. Délaissant les anciens modèles, elle ne ressemble plus aux bois forgés par le système agro-sylvo-pastoral. D’un autre côté, elle n’a rien de commun avec les hautes futaies cathédrales du Nord-Est de la France. Répondant à des visées productives et écologiques, elle ne reprend pas les mythiques décors des villas toscanes. Toutefois, associant les cyprès, les pins d’Autriche, les chênes et différentes sortes de pins du pourtour méditerranéen, elle ne renonce à aucun de ces héritages pour dessiner le paysage moderne de la Provence, voire de la Méditerranée.

Notes

1 La forêt soumise au régime forestier se caractérise par un aménagement, c’est-à-dire une détermination préalable faite par acte administratif du mode de culture et d’exploitation de la forêt pour en obtenir les meilleurs revenus pour le propriétaire.

2 Comte de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Ricard, t. IV, 1829, p. 562-563.

3 Ibid., p. 192.

4 « Des bois et des bêtes à laine », Annales provençales, 1827, p. 196-197.

5 Comte de Villeneuve, Statistique..., t. IV, op. cit., p. 131, 561 et 763.

6 « Produits des forêts dans les Bouches-du-Rhône », Revue Agricole et Forestière de Provence (désormais RAFP), 1863, p. 107-115.

7 A. Corvol, L’Homme aux bois, histoire des relations entre l’homme et la forêt XVIIe-XXe siècles, Fayard, Paris, 1987.

8 Aîné Feissat, « Conservation des bois existants et reboisement des terrains vagues et stériles », Annales provençales, 1829-1830, t. II, p. 295 et p. 302.

9 Note d’aîné Feissat dans l’article « Des bois et des bêtes à laine », art. cit., p. 202. Feissat aîné montre que, sur ses domaines, il a su exploiter les ressources naturelles sans détruire les bois.

10 E. H. Boyer de Fonscolombe, « Traité sur la destruction des bois et leur rétablissement dans les départements qui composent la Provence », Mémoire de l’Académie de Marseille, 1803, p. 8-9.

11 Ch. de Ribbe, « Le reboisement des montagnes », Revue contemporaine, 1860, p. 278.

12 L. Castagne, « Le reboisement des montagnes et des terrains vagues dans le département des Bouches-du-Rhône », Mémoire de l’Académie d’Aix-en-Provence, 1851, p. 455.

13 Idem.

14 Arch. dép. Var, 7 P 9, dossier sur le reboisement des montagnes, rapport du conservateur des Eaux et Forêts, 20 juillet 1861.

15 Ch. de Ribbe, Rapport au nom de la commission nommée par l’Académie d’Aix pour examiner les mémoires présentés sur la question forestière, Aix-en-Provence, 1861, p 5.

16 « Nécrologie de Vicaire, Directeur général des Forêts », RAFP, 1865, p. 58-60.

17 Ch. de Ribbe, La Provence au point de vue des bois..., op. cit., p. 126.

18 Comte de Montavallon, « De l’avaux ou l’avouassé... », Mémoire de l’Académie d’Aix-en-Provence, 1840, p. 243.

19 Ibid., p. 238.

20 Ch. de Ribbe, La Provence au point de vue des bois..., op. cit., Paris, 1857, p. 127.

21 Ibid., p. 177. « Question forestière proposée par l’Académie d’Aix », Revue de l’agriculture provençale, publiée par le comice de l’arrondissement d’Aix, mai 1861, n° 8, p. 148.

22 M. Gontard, Histoire de l’Académie d’Aix de 1808 à 1939, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1993.

23 Ch. de RIBBE, La Provence au point de vue des bois...., op. cit., p. 127.

24 Ibid., p. 174.

25 Ibid., p. 33.

26 Idem.

27 Aîné Feissat, « Des défrichements », Annales Provençales, 1827, p. 456.

28 Ibid., p. 449.

29 P. Martel, « Le Félibrige », Les lieux de mémoire, t. III, Les France, vol. 2, Traditions, Paris, Gallimard. 1992, p. 566-611.

30 J.-P. Paulet, « L’Homme et la forêt en Basse Provence », thèse de doctorat, Université de Nice, 1979, p. 202-203.

31 Y. Rinaudo, « Forêt et espace agricole : Exemple du Var au XIXe siècle », Des arbres et des hommes, 1977.

32 Y. Rinaudo, « Notes sur l’extension de la forêt varoise au XIXe siècle », Forêt méditerranéenne, 1980, p. 177.

33 B. Kalaora, R. Larrere, O. Nougarede, D. Poupardin, Forêt et société au XIXe siècle, la sève de Marianne, Orléans, 1980.

34 Ch. de Ribbe, « Rapport au nom de la commission... », art.. cit., p. 29.

35 Ibid., p. 75.

36 R. Larrere, O. Nougarede, Des hommes et des forêts, Paris, Gallimard, 1993, p. 80.

37 L.J.D. Feraud Giraud, « Les sociétés agricoles et la sylviculture en Provence », Revue Agricole et Forestière de Provence, 1863, p. 30.

38 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts dans la région des Maures et l’Esterel ; leurs causes, leur histoire et les moyens d’y remédier, Hyères, 1869, introduction E. Vidal secrétaire de la Société Forestière des Maures.

39 Ch. de Ribbe, « L’utilité des monographies forestières », Revue Agricole et Forestière de Provence, 1865, p. 334 ; voir également L.J.D. Féraud Giraud, « But de la publication de la revue », Revue de l’agriculture provençale, 1860, p. 3.

40 Idem.

41 Y. L, « Une visite à la propriété de M. de Samatan », Revue Agricole et Forestière de Provence, 1872 ; « l’aménagement des forêts », auteur anonyme, ibid., 1872, p. 225-235.

42 Étonnés par les nouveaux peuplements qu’ils rencontrent, les officiers lorrains ou alsaciens parviennent difficilement à appliquer les théories générales apprises à Nancy.

43 Charles de Ribbe (1827-1899) : avocat aixois qui publie de nombreux ouvrages sur les bois et le reboisement en Provence puis des monographies sociales dans la lignée de l’école de Le Play. Foncièrement conservateur, ce membre de l’Académie et du comice d’Aix, membre fondateur de la Société Forestière des Maures, siégeant de 1860 à 1874 au conseil municipal de sa ville exerce une influence importante sur ses contemporains dans le domaine forestier.

44 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts..., op. cit.

45 Ibid., p. 80.

46 M. Bellenfant, « La protection de la forêt varoise sous le Second Empire », Bulletin de la société d’études de Draguignan et du Var, t. XXVIII à XXX, 1984,1986, p. 45-54.

47 Arch. dép. du Var, 7 P 68, Loi sur les incendies juillet 1870, Statistiques des incendies antérieurs à 1869 et 1877 dans la région du feu.

48 « Extraits des procès verbaux des délibérations du Conseil général du Var du 24 août 1865 », RAFP, 1866, p. 1-12 et Ch. de Ribbe, « La question des incendies de forêts dans l’Algérie et les Maures de la Provence », RAFP, 1866, p. 204. Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts..., op. cit., p. 81-82. Charles de Ribbe cite la lettre sur les incendies périodiques en Algérie, Alger, 1866 dans laquelle M. de Chabannes raconte les succès qu’il a obtenus pour la préservation de sa concession de chênes-lièges grâce à un service de vigie.

49 Gouvernement général, Les forêts d’Algérie, Alger, 1889, p. 42.

50 Dr Mueller, « Mémoire sur le boisement de l’Algérie communication adressée à la société d’agriculture d’Alger », RAFP, 1869, p. 301.

51 Ces expérimentations sont fort anciennes. Dès la fin du XVIIIe siècle, Boyer de Fonscolombe avait introduit 39 espèces d’arbres étrangers s’adaptant très bien dans le Midi comme le cyprès ou le cèdre du Liban voir Boyer de Fonscolombe, « Mémoire sur la destruction et le rétablissement des bois... », op. cit. Toutefois ce type d’expérience semble se généraliser dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Voir à ce propos, les articles publiés par la RAFP.

52 Dr Mueller, « Mémoire sur le boisement de l’Algérie... », op. cit., p. 301-312 ; Dr A. Boujot, « La végétation australienne rapport présenté à la Société d’Agriculture d’Alger », RAFP, 1870, p. 48-54 et « Communication adressée à la Société d’Agriculture d’Alger, notes sur divers produits fournis par l’eucalyptus globulus », RAFP, 1871, p. 61-69.

53 Dr Gimbert, « Eucalyptus globulus, son importance en agriculture, en industrie, en hygiène et en médecine », MSSNLA de Cannes t. 1, p. 84.

54 Dr A. Sicard, « Quelques mots sur une brochure de F. Trottier intitulée : notes sur l’eucalyptus globulus et subsidiairement sur la nécessité du reboisement de l’Algérie », RAFP, 1869, p. 253-259.

55 B. Deroche, jardinier en chef au jardin d’acclimatation du bois du Var, « L’eucalyptus », RAFP, 1873, p. 141-148.

56 Ch. de Ribbe, Des incendies de forêts..., op. cit., p. 4 ; voir aussi Nardy, « Les eucalyptus et le casurina terruissima considérés comme arbres forestiers dans la région de l’oranger », RAFP, 1876, p. 93.

57 L. Celse, « Acclimatation de l’eucalyptus », RAFP, 1875, p. 258.

58 Arch. dép. du Var, 7 P 9, dossier reboisement des montagnes.

59 L. Monerie de Cabrens, « Les terrains communaux d’Arbois appartenant à la ville d’Aix », RAFP, 1874, p. 8-13, 41-44.

60 Voir à ce propos Dr L. Turrel, « Le reboisement du Faron », RAFP, 1862, p. 270.

61 A. Ysabeau, « Des conifères exotiques », Annales forestières, 1854, p. 366-369, p. 367.

62 A. Demoyen « Récolte et emploi des graines de cèdres », Revue des Eaux et Forêts, (REF) 1864, t. III, p. 349 ; Labussière, « Le cèdre en Provence. Faut-il le semer, faut-il le planter ? », RAFP, 1863, t. VIII, p. 221, « Le cèdre déodora », REF, 1865, t. IV, p. 53.

63 Rollet, « Montagnes communales de Saint-Rémy », RAFP, 1873, p. 29-33.

64 Arch. dép. Vaucluse, 7 M 359, Reboisements, instructions et règlements, (1859-1934).

Table des illustrations

Titre Aménagement des forêts en Provence en 1808
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540