Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

Avant-propos

Paul Aubert, Gérard Chastagnaret et Olivier Raveux

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’un colloque qui s’est tenu à Aix-en Provence à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme en décembre 2001 dans le cadre du programme de recherche de l’UMR TELEMME « Les élites en Europe méridionale : cultures et pratiques (XVIe-XXe siècle) ». L’objectif de cette rencontre, qui a réuni des chercheurs de plusieurs pays méditerranéens, était d’appréhender les manières de penser et les modes d’action des élites en Méditerranée depuis l’époque moderne jusqu’à nos jours à travers une « entrée » originale : la construction des espaces, et cela dans des domaines aussi divers que le culturel, le politique, le social et l’économie. L’entreprise trouvait son origine dans le constat d’une discordance, d’une part entre le statut réel de l’espace dans les démarches réflexives et décisionnelles et, d’autre part, le peu d’intérêt que lui ont longtemps accordé les recherches en sciences sociales sur le processus de décision.

2En dépit de toutes les « logiques » naturelles et historiques, un espace n’est jamais donné, mais toujours construit. Les modalités et les étapes de cette construction sont un chantier scientifique majeur pour la compréhension des stratégies dans presque tous les domaines de la décision et de l’action. Affichée ou masquée, subie ou instrumentalisée, la composante spatiale est toujours présente au cœur des pratiques, des initiatives, des simples projections dans le futur. Construire, décider, c’est utiliser les opportunités locales, négocier avec les centres extérieurs et savoir articuler des échelles différentes. Depuis l’époque moderne, la Méditerranée illustre parfaitement ce postulat. Elle constitue même un laboratoire exceptionnel pour décrypter les logiques des acteurs impliqués dans ces opérations et permet donc de saisir les ressorts de la structuration des espaces.

La Méditerranée : un lieu d’observation exceptionnel

3La Méditerranée se prête mal à la segmentation de l’analyse en différentes catégories comme l’économique, le culturel ou le politique, parce qu’elle impose une réalité globale aux articulations complexes. Ainsi, dans le domaine politique, on finit toujours par se demander si c’est la nation qui précède l’État ou au contraire si c’est l’État qui fait la nation : c’est-à-dire, en fin de compte, si le socio-économique et le culturel peuvent primer sur le politique. La suprématie du politique dans la construction des espaces, depuis le tracé des frontières jusqu’à la production des espaces imaginaires, s’appuie certes sur des effets de réalité, positifs ou négatifs. Il peut s’agir de l’émergence de solidarités mais aussi du partage d’humiliations comme celles du dernier tiers du XIXe siècle qui firent entrer la France de 1870, le Portugal de 1890, la Grèce et l’Italie de 1897 ainsi que l’Espagne de 1898 dans la perception d’une ère de décadence. Surtout, le politique ne suffit pas : les espaces n’acquièrent d’épaisseur, de réalité profonde, qu’à travers des pratiques multiformes et des représentations qui les chargent de sens. Comme disait Simone de Beauvoir : « Le territoire n’est pas la carte ».

4En fait, et en dépit de la fortune du mot, depuis les trois derniers siècles, l’espace méditerranéen a été beaucoup moins « inventé » que construit, ou plutôt reconstruit, dans le cadre de mutations qui ont affecté tous les domaines de la société. Elles concernent la sphère de l’économie, avec les temps nouveaux de l’industrialisation et la redéfinition incessante de la géographie des échanges commerciaux : la Méditerranée est devenue industrielle sans cesser d’être négociante. Ces changements se sont accompagnés de fortes croissances urbaines, avec une progression des couches populaires portant l’empreinte de vagues migratoires successives. D’où l’émergence de nouvelles représentations, faisant ressortir des identités régionales, par exemple marseillaise, génoise ou catalane, ou œuvrant au contraire en faveur d’une globalisation de l’approche : au-delà des différences des temps et des partis pris, cette seconde direction de pensée peut se suivre depuis « Le système de la Méditerranée » de Michel Chevalier de 1832 jusqu’à la conférence de Barcelone de 1995.

5Les mutations politiques sont trop connues pour qu’il soit utile de les souligner : ce fut d’abord, tout au long du XIXe siècle et même parfois au début du XXe, la consolidation et surtout l’édification des États-nations, dans le cadre de processus contemporains de l’industrialisation. Des processus parfois poursuivis jusqu’au XXe siècle, souvent cahoteux, mal aboutis : la mise en place de structures supranationales est venue saisir des espaces aux chronologies et aux constructions nationales très différentes.

6Économie, culture, politique sont donc intimement liés et leur enchevêtrement même souligne le rôle des élites dans l’ensemble des processus ; dans tous les domaines, et à toutes les échelles. Par leurs positions de pouvoir au sein de la société et le poids de leurs activités professionnelles, les élites ont été – individuellement ou collectivement – les véritables promoteurs de la construction ou de l’instrumentalisation des espaces en Méditerranée de l’époque moderne à nos jours.

Élargissement et inversion des perspectives

7L’intérêt de la réflexion collective était tout à la fois l’élargissement et l’inversion des perspectives. Le premier consistait à prendre en considération l’ensemble des processus de structuration de l’espace. Cette volonté a d’abord des implications sectorielles. Alors que les approches sont restées longtemps concentrées sur le politique, avec le couple antithétique de l’État et des micro-territoires, avant de s’ouvrir plus récemment à l’étude des représentations, il fallait provoquer une confrontation des différents champs. Le politique, l’économie et le culturel sont restés au cœur des réflexions, mais ils n’ont pas été les seuls – le social est présent aussi – et surtout ils ne sont pas restés cloisonnés. Il s’agissait de faire ressortir la complexité du processus de structuration de l’espace et les articulations entre les différents champs. L’élargissement touche aussi les formes et les niveaux des espaces. Les découpages territoriaux officiels – notamment les cadres nationaux ou départementaux – sont loin de rendre compte de toutes les modalités d’organisation spatiale. Le cloisonnement, le chevauchement ou la discordance des espaces sont inhérents au fonctionnement même du monde méditerranéen qui est aussi – on le sait – territoire de l’informel : phénomènes qu’illustre par exemple la vitalité de réseaux économiques ou confessionnels de dimensions très variables, mais remarquables par leur plasticité et leur résistance.

8L’inversion des perspectives est avant tout chronologique. Sans négliger les résultats, les recompositions spatiales, nous avons voulu que le regard remonte aux origines, c’est-à-dire à la genèse des stratégies des acteurs. Ce choix nous a paru enrichir d’abord la réflexion collective sur les composantes spatiales – explicites ou non – des initiatives conduites à différents niveaux et dans tous les domaines d’enjeux de pouvoir ou d’influence. Il veut aussi servir l’ouverture des recherches sur les élites, aujourd’hui souvent enfermées dans une aire géographique, une période ou un domaine d’activité.

9Nous ne méconnaissons nullement les incertitudes épistémologiques que soulève le vocable d’élite, sur ses contours comme sur ses contenus. Nous les assumons pleinement parce que nous avons souhaité sortir d’un débat, désormais peu productif, sur la définition des strates sociales supérieures, pour considérer leurs cultures et surtout leurs pratiques : la plasticité du mot a servi notre volonté de comparatisme et d’ouverture. C’est pourquoi d’ailleurs nous avons refusé d’établir une liste limitative préalable des statuts de leurs auteurs : elle aurait préjugé des résultats de l’examen des initiatives et des responsabilités qui est précisément l’objectif majeur de cette réflexion collective.

Diversifier les échelles d’observation

10Nous avons tenu à privilégier le thème des échelles dans l’organisation même de l’ouvrage, depuis la projection imaginaire globale jusqu’à la structuration d’un espace national, régional ou local. Il s’agissait ainsi de tirer profit des différentes démarches et méthodes d’analyse, et notamment de la micro-histoire, qui permet de lire les pratiques sociales, culturelles, politiques et économiques au travers des stratégies individuelles. Cette méthode permet de toucher « au plus près » les logiques des acteurs et de comprendre comment se structurent « sur le terrain » les réseaux nécessaires à l’accomplissement des initiatives.

11Les communications ont ainsi été articulées autour de trois axes : « La structuration du proche » ; « La construction de l’espace national » ; et « Au-delà des frontières ». Ce découpage devait éclairer les mécanismes de la structuration des espaces, puisqu’il permet de croiser, pour un même niveau, l’intervention d’acteurs et de logiques multiples.

12En procédant à la mise en relation de ces différents niveaux d’analyse, par emboîtement, complémentarité ou opposition, le colloque invitait finalement à s’interroger sur les aboutissements des pratiques spatiales, jusqu’à cette question ultime : à l’expiration de la Méditerranée – monde de l’époque moderne chère à Fernand Braudel–, quels nouveaux mondes concomitants ou successifs, se sont dessinés ?

La Méditerranée entre mythe et projets

13Les réponses sont plurielles et ne relèvent pas de l’affirmation péremptoire chère aux idéologues de tout bord. La Méditerranée apparaît au XIXe siècle dans les dictionnaires comme dans les discours de Renan. Avec la latinité, avec la romanité, avec l’hellénisme, elle reste partie prenante de tous les mythes de notre temps. Depuis, elle n’a cessé d’être terre de projets unificateurs récurrents qu’elle déçoit presque aussitôt. Les espoirs suscités par la conférence de Barcelone en 1995 qui prévoyait d’articuler dans un délai de douze ans, un espace économique méditerranéen, avec des normes communes de concurrence, des règles standard pour les produits, des mécanismes compensateurs et l’aide de fonds structuraux de la part de l’Union européenne destinés à favoriser l’entrée des pays de la rive sud dans l’économie de marché et les investissements des pays du Nord, n’ont pas été confirmés par la conférence de Malte (1997) qui se termina sans accord sur une déclaration finale, alors que les pays riverains du Sud craignaient d’être victimes de l’élargissement de l’Union européenne aux pays de l’Est. Beaucoup lisent le récent accord entre le Maroc et les États-Unis comme la fin d’une illusion.

14La Méditerranée demeure, à la périphérie de l’Europe, frontière entre le Nord et le Sud, espace à construire, idée ou mythe pour le siècle qui commence dans la redéfinition du rapport entre l’universel et le particulier et dans la réflexion sur l’horizon et la frontière sur ce qui est autour, sur ce qui n’est pas nous.

15Cette situation ne gomme pas l’histoire, mais elle invite à la revisiter. Depuis le XIXe siècle, le temps n’est plus aux ensembles politiques temporairement unificateurs dont l’Empire ottoman fut le dernier exemple. Il est vrai aussi que l’entrée, par étapes, à partir du XIXe siècle, de la rive sud dans la sphère de dépendance économique et politique de l’Europe, par l’investissement des capitaux, la pénétration des hommes et les dominations politiques, a créé des dépendances, des tensions et des ruptures, mais ont émergé aussi, à défaut de vraies solidarités, des connaissances, des partages de cultures et des affinités.

16Si l’invocation de la Méditerranée et la mobilisation du mythe des « Andalousies perdues » peuvent être le recours rhétorique ultime de politiques en mal de propositions concrètes, la Méditerranée fut et reste encore aujourd’hui espace de projection pour les initiatives comme pour les imaginaires, un espace parcouru par de multiples acteurs, des entrepreneurs aux créateurs. Tous, dans leur domaine, à des échelles et par des voies différentes, en ont fait le terrain d’expression de leurs énergies, exploitant, renforçant ou déplaçant les héritages spatiaux : les moins imaginatifs ont eu leur part dans le mouvement et les démiurges sont aussi toujours des héritiers. Tous n’ont pas pensé la Méditerranée, mais tous ont contribué à la façonner, à la construire, dans ses limites, mais aussi dans sa complexité, dans son épaisseur, dans sa richesse.

17La Méditerranée : sans nul doute un espace qui a « fait son temps » comme espace global, mais un espace toujours vivant, qui, dans le contraste même entre ses permanences pluriséculaires et la précarité de ses articulations temporaires, nous aide à penser le changement, ou plutôt, comment certains ont pensé, vécu et construit des mondes en bâtissant leur propre vie.

Auteurs

Professeur de Civilisation espagnole, UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

Casa de Velâzquez, Madrid et UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

Chargé de recherche au CNRS, UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540