Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Troisième partie : la Provence alpine et orientale dans la tourmente des persécutions et des rafles

Camps d’internement et déportations des juifs dans les Basses-Alpes, de la guerre aux occupations italienne et allemande (1939-1944)

Jacqueline Ribot-Sarfati

Texte intégral

1Dans les Basses-Alpes comme ailleurs, les camps d’internement, mis en place en 1939 en France, furent une première forme de mise à l’écart des « indésirables » étrangers ou français. Sous l’État français, un certain nombre d’entre eux fut utilisé pour regrouper les ennemis désignés du gouvernement de Vichy et des nazis, en particulier les juifs dont le régime de Hitler entreprit l’extermination.

2C’est cet itinéraire, de l’exclusion à la déportation, que nous allons essayer de suivre ici, dans les Basses-Alpes (actuellement Alpes-de-Haute-Provence) de 1940 à 1944. Nous évoquerons successivement, d’abord les camps d’internement pour toute la période de la Seconde Guerre mondiale, puis les grandes étapes des rafles de juifs qui jalonnent ces années, depuis l’instauration du régime de Vichy, jusqu’à la prise en main directe par les nazis, en passant par les épisodes apparemment paradoxaux de l’occupation italienne.

« Indésirables » étrangers et Français suspects sous la Troisième République finissante

3La IIIe République finissante adopta une législation d’exception concernant les « indésirables » étrangers ou les individus considérés comme dangereux pour la Défense nationale et la Sécurité publique : le décret du 12 novembre 1938 autorisait l’expulsion des étrangers, leur assignation à résidence ou leur internement dans des « centres spéciaux », celui du 1er septembre 1939 prévoyait l’internement des étrangers « ressortissants de territoires appartenant à l’ennemi ».

  • 1 AD AHP 20 W 24 et 20 W 28. D’après Denis Peschanski, « la police française [s’appuyant sur les tex (...)
  • 2 AD AHP 20 W 28, rapport de la gendarmerie de Forcalquier, 5 décembre 1940 et archives communales d (...)

4Dès le 5 septembre 1939, ces étrangers – parmi lesquels beaucoup d’antifascistes allemands et ex-autrichiens1 – furent invités par des communiqués officiels et des annonces dans la presse, à rejoindre immédiatement des centres de rassemblement désignés. Pour les Basses-Alpes, ce fut le camp des Mées. Trois dossiers d’internés, d’origine juive et pour les deux derniers, sarrois et opposants de gauche au nazisme, en témoignent. Ils furent brièvement internés aux Mées, dans la première quinzaine de septembre 1939, puis aux Milles entre mai et août 19402.

  • 3 Ce statut avait été créé par le décret du 13 janvier 1940, pour les hommes âgés de moins 40 ans. C (...)

5Les camps de rassemblement cessèrent de fonctionner en tant que tels, fin novembre 1939. Mais, pendant l’hiver 1939-1940, trois camps d’internement, annexes du camp des Milles, hébergèrent, dans des locaux improvisés, des ressortissants allemands et ex-autrichiens, parmi lesquels beaucoup de juifs. Les internés étaient des « prestataires », c’est-à-dire des travailleurs étrangers accomplissant un service paramilitaire pour l’armée française3.

  • 4 Voir son témoignage dans l’ouvrage d’Emmanuelle Foster, op. cit.

6Le centre de Forcalquier fut en fonction du 9 novembre 1939 à mai 1940. 72 hommes, encadrés par le lieutenant Marchand, logeaient dans une prison désaffectée, La Simonette. Les hommes y jouissaient d’une assez grande liberté et furent invités par les villageois pour Noël. Parmi eux, les peintres Francis Springer, d’origine allemande4, et Hans Bellmer, d’origine autrichienne. Le centre de Manosque occupa, de janvier à mai 1940, la salle du cinéma Fémina-Variétés. 124 hommes (dont le peintre Léo Marschutz, d’origine allemande) y étaient hébergés sous le commandement bienveillant du lieutenant Sailler-Caillot. Quelques hommes, les plus jeunes, furent détachés à Volx entre février et mai et employés à la cuisine des soldats français qui les encadraient. Enfin, le groupe des Mées, également commandé par le lieutenant Marchand, s’installa, pendant la même période, dans un immeuble spacieux et bien aménagé, appartenant (réquisitionné ?) à un industriel de la localité. Un groupe de prestataires était conduit chaque jour à Château-Arnoux.

7Si la loi du 12 novembre 1938, promulguée en temps de paix, ne s’intéressait qu’aux « indésirables » étrangers, celle du 18 novembre 1939, d’exception en période de guerre, visait tous les individus (étrangers et français) susceptibles d’être dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique. Ces « suspects » pouvaient, sur la décision des préfets, être internés dans des centres de séjour surveillé (CSS). L’internement résultait d’une mesure administrative et non plus d’une mesure judiciaire. Étaient concernés les « indésirables » français : communistes, syndicalistes CGT, « gens sans aveu » (repris de justice, gens du « milieu », proxénètes…).

  • 5 Il n’est pas de notre propos de faire ici l’histoire de ce centre. Signalons simplement que la pop (...)

8Les communistes et militants syndicalistes mobilisés en 1939 et particulièrement repérés par les autorités militaires furent exclus de l’armée et incorporés dans des compagnies spéciales, dites de passage. Dès octobre 1939, une centaine d’hommes (militants communistes du Var, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône) fut cantonnée à la caserne Desmichels à Digne. Ils disposaient de vêtements militaires, mais pas d’armes. En avril 1940, le camp du Pontis, dans la vallée de l’Ubaye ainsi que celui de Saint-Vincent-les-Forts ouvrirent leurs portes aux compagnies de passage. Certains membres du « milieu » furent internés, à partir du 20 janvier 1940, dans le CSS de Sisteron, installé dans les locaux désaffectés de la citadelle5.

L’exclusion et l’internement sous de l’État français

9Très rapidement, le régime de Vichy renforça les lois d’exclusion à l’intention des « indésirables », qui désormais allaient concerner aussi directement les juifs. Pour les « indésirables » français, la loi du 3 septembre 1940 reprenait le décret-loi du 18 novembre 1939. Et, à compter du 18 novembre 1940, les camps passèrent du contrôle du ministère de la Guerre à celui de l’Intérieur.

  • 6 Les internés, considérés comme des soldats, portaient leurs vêtements militaires et étaient nourri (...)

10Trois nouveaux centres de séjour surveillé furent créés pour les compagnies spéciales dissoutes et démobilisées6. En janvier 1941, selon un rapport préfectoral, 1 045 personnes étaient internées dans les Basses-Alpes. Il y eut peu de libérations.

11Le camp de La Bégude – Bras-d’Asse fonctionna du 31 juillet au 22 octobre 1940 et hébergea 455 internés (alors que l’on dénombrait 316 habitants !) originaires de la France entière. À sa fermeture, les internés furent transférés au Chaffaut et à Oraison. Du 1er août 1940 au 17 avril 1941, 233 hommes, pour la plupart transférés à partir de la caserne Desmichels, furent internés au camp du Chaffaut et dans ses annexes : 75 hommes, occupés à divers travaux d’aménagement et de cuisine, étaient logés dans la ferme du château de Carmejanes ; 78 autres, cantonnés à Digne, travaillaient pour l’armée ; à Forcalquier, 30 hommes, logés dans l’ancienne prison, travaillaient pour le génie ; 20 hommes, détachés à Peyruis – Les Mées, étaient occupés aux mêmes tâches.

12Le détachement de Chabrières construisait des baraquements pour le camp de Couinier, pour le compte des Eaux et Forêts. La liberté y fut jugée trop grande, bien que les hommes fussent surveillés en permanence par des gendarmes, et le camp ferma le 17 avril 1941. Les internés furent transférés dans les CSS de Sisteron, de Nexon, dans la Haute-Vienne (40 politiques) et Fort-Barraux dans l’Isère (145).

  • 7 AD AHP 40 W 2, rapport de gendarmerie.

13Le centre d’Oraison fonctionna du 22 octobre 1940 au 7 février 1941. Il hébergea 380 hommes en décembre 1940, logés dans une dizaine de bâtiments : 103 au château, le reste dans des remises louées par les propriétaires, aménagées par les prisonniers. Les internés construisaient une digue (1a Durance était proche) et un canal d’irrigation. À la fermeture du camp, les internés furent transférés dans d’autres centres. Le 7 février 1941, 296 hommes partirent pour Saint-Sulpice-la-Pointe, dans le Tarn, en chantant La Marseillaise sur la place de l’Église devant des habitants stupéfaits7. Les autres furent dispersés entre Le Chaffaut, Fort-Barraux et Nexon. Un petit nombre fut envoyé dans les bagnes de l’Algérie (Djelfa et Bossuet).

Deux types de camps pour les étrangers

  • 8 De fait, ce principe n’a pas été respecté, les Basses-Alpes en fournissent plusieurs exemples.

14Des textes nouveaux concernèrent les étrangers. La loi du 27 septembre 1940 permettait au gouvernement de rassembler dans des « Groupements de travailleurs étrangers » (GTE), placés sous l’autorité du ministère de la Production industrielle, les immigrés de sexe masculin, âgés de 18 à 55 ans, « en surnombre dans l’économie nationale ». Ces derniers ne percevaient, en principe, aucun salaire, mais leurs familles devaient recevoir des allocations. Les réfugiés étrangers sans emploi ni ressources et les anciens prestataires allemands et autrichiens étaient incorporés dans ces groupements. En étaient exemptés les étrangers ayant servi dans les armées ex-alliées pendant au moins trois mois ou ceux dont un père ou un fils avait servi dans l’armée française ou les armées ex-alliées8. La loi du 4 octobre 1940 concernait les ressortissants étrangers de race juive qui pouvaient, par décision du préfet du département de leur résidence, être internés dans des camps spéciaux.

15Deux types de camps furent installés dans le département : le camp de travailleurs étrangers des Mées, les centres dépendants du service social des étrangers, Reillanne et Gréoux.

Le camp de travailleurs étrangers des Mées

  • 9 AD AHP 41 W 4, rapport préfectoral, 14 mars 1941.
  • 10 AD AHP 6 J 18. Cet état d’esprit avait déjà été signalé : « Les réfugiés qui se trouvent dans ce g (...)

16Ce camp ouvrit ses portes en janvier 1941, sous le nom de GTE n° 213. Le personnel d’encadrement, arrivé entre octobre et décembre 1940, était logé chez l’habitant ou à l’hôtel. Il accueillit 49 travailleurs espagnols, le 12 janvier 1941, puis 194 de même nationalité, le 3 mars. En tout 243 hommes dont 50 détachés dans le village de Peyruis. Le 14 mars, selon un rapport préfectoral, un effectif de 350 hommes fut mis à la disposition de l’administration des Eaux et Forêts qui louait des baraquements à l’autorité militaire9. En septembre 1941, un groupe 28 juifs allemands et autrichiens fut transféré à Chabrières au camp de Norante, toujours au service des Eaux et Forêts. La Commission des camps nota que ce déplacement revêtait, dans les faits, un aspect disciplinaire10.

  • 11 Voir Jean Garcin, op. cit., p. 239.
  • 12 Alliance israélite universelle, archives du consistoire central (AIU ACC) 26.

17Le 23 novembre 1941, le GTE 213 devint le 702e GTE. Le groupe fut commandé par le capitaine Jullian jusqu’à l’été 1942, puis par le capitaine Horeau qui avait auparavant dirigé le 828e GTE de Vidauban. Ce dernier, estimé des hommes, rendit, par ailleurs, des services à la Résistance11. Le grand rabbin Hirschler, aumônier général des camps depuis 1942 appréciait son « esprit particulièrement sympathique et humain »12.

  • 13 AD AHP 20 W 22, rapport du capitaine Jullian, 25 juillet 1942.

18L’ensemble du GTE se subdivisait en deux groupes « Chantiers » et « Diffusion »13. Le premier groupe était employé aux coupes de bois et à la carbonisation, et répartis dans le service des Eaux et Forêts. Les travailleurs du second, pour l’essentiel détachés individuellement aux travaux agricoles, logés et nourris par les agriculteurs, étaient aussi employés à l’usine de produits chimique de Saint-Auban (Compagnie Alais, Froges et Camargue) ou dans les mines de Sigonce.

19Dès le mois de novembre 1942, après la rafle de travailleurs juifs en août, les effectifs furent jugés très insuffisants, comme le commandant Horeau l’écrivit au préfet,

« les chefs de groupe départementaux sont invités à redoubler d’activité pour les nouvelles incorporations d’étrangers se trouvant sur leur territoire… en vue d’augmenter mon effectif qui ne permet pas en ce moment de donner satisfaction à toutes les demandes agricoles et forestières. »

20Même son de cloche dans un rapport du commandant du groupement de formation d’étrangers à Marseille, le 4 décembre 1942.

« Les effectifs des groupements fondent chaque jour. Il est absolument indispensable que dans chaque département, un effort de recrutement soit fait. Les instructions en vigueur donnent le droit aux chefs de groupe de demander le concours des Maires et des Commissaires de Police pour le dépistage et l’incorporation pour ordre des étrangers travaillant irrégulièrement ».

21Ce que fit le commandant Horeau.

22Le recrutement se fit de deux façons, soit de l’extérieur par des transferts de camp à camp (organisés par la commission de la lutte contre le chômage, située boulevard Cantini à Marseille), soit sur place, dans tout le département. Les effectifs augmentèrent et culminèrent à plus de 500 en 1943 (517 pour le commandant Horeau).

23Le camp était une véritable Tour de Babel : toutes les nationalités étaient représentées (sauf les Italiens jusqu’à la fin de 1943). Les Espagnols, sur place depuis des années, employés à l’usine, venant du village de Corderas, ou réfugiés de la guerre civile représentaient 80 % de l’effectif. Ils côtoyaient des Polonais, mineurs déplacés de la zone interdite, des Tchèques, des Russes, des Luxembourgeois, des Belges, des Roumains, des Arméniens.

  • 14 AIU ACC 26, courrier Horeau adressé au rabbin Hirschler. le total des juifs internés est obtenu à (...)

24Et parmi eux, des juifs qui furent incorporés dès l’automne 1941 (groupe de Norante) et surtout au printemps et à l’été 1942. En juin 1942, un contingent de 50 travailleurs juifs arriva aux Mées à l’issue de transferts entre les camps (Les Milles, Brébant, Gurs, GTE d’Hyères) ou à partir du département où ils furent repérés grâce aux recensements et aux listes d’assignation à résidence, détenues par l’administration. Il y eut, pendant cette période, une véritable chasse à l’« oisif » juif. Après une visite médicale les déclarant aptes ou non au travail ; les plus âgés et les plus faibles pouvaient être relâchés. Les 25 et 26 août 1942, 13 furent arrêtés dont 9 déportés (voir infra). De novembre 1942 à septembre 1943, les juifs furent protégés par les autorités italiennes qui leur conseillèrent de ne pas répondre aux convocations. Mais les effectifs du camp se grossirent d’éléments du 828e GTE de Vidauban, jugé par les Italiens trop proche de la côte. De 1941 à 1944, au moins 181 travailleurs étrangers juifs passèrent par le camp des Mées, ce qui explique que le camp soit qualifié de « groupe palestinien » en janvier 194314.

  • 15 AD AHP 6 J 17. La mise en place de l’UGIF en avril transforma la Commission des camps en 5e Direct (...)

25Deux rapports, l’un de la commission des camps, l’autre de l’UGIF15 témoignent de la dureté des conditions de vie. À la mi-juillet 1942, une trentaine d’hommes fut cantonnée à l’extrémité du village, dans une baraque peu confortable, appartenant aux Eaux et Forêts. Les travailleurs effectuaient des coupes de bois dans la montagne. La Durance proche palliait le manque d’eau. Une vingtaine était logée dans une ferme abandonnée, à 1 h 30 de montée à partir de la gare de Peyruis. Il fallait encore parcourir plusieurs kilomètres pour atteindre le chantier. Le ravitaillement était apporté chaque jour, la cuisine faite sur place. L’isolement était dur à supporter, comme certains travaux pour lesquels ces hommes étaient inaptes [il y avait parmi eux des artisans, mais aussi des ingénieurs, des médecins, des libraires, bref des urbains]. Payés à un salaire normal de 37 francs le stère, une somme leur était retenue pour les frais. D’ailleurs, aucun n’était capable d’atteindre le rendement exigé. Ils étaient aussi mal vêtus et mal chaussés.

  • 16 AD AHP 6 J 17. S’agit-il d’une volonté délibérée d’affecter les juifs à des travaux particulièreme (...)

26Jean Wimphen signala, en avril 1943, que 109 israélites (sur un total de 180 travailleurs) travaillaient soit à des travaux de forestage et de culture pour le groupe des Mées, ou à l’usine de produits chimiques (« où ils forment presque exclusivement l’effectif ») pour ceux affectés à Saint-Auban (environ 60 à 70 hommes)16. Les conditions matérielles semblaient s’être améliorées par rapport à l’année précédente (nourriture correcte, existence de foyers, douches chaudes…), mais la moitié d’entre eux recevaient de l’UGIF des soutiens en argent ou en nature (chaussures, vêtements chauds...). Le rapport ne mentionnait pas le travail de certains dans les mines de charbon de Sigonce et de Saint-Maime près de Forcalquier.

27En juillet 1943, la répartition des internés était la suivante : 144 employés dans l’agriculture, 116 affectés à l’usine de produits chimique de Saint-Auban, 85 employés dans les chantiers forestiers, 38 dans les mines de Sigonce, 15 mis à la disposition du directeur général du Ravitaillement, 20 mis à la disposition des Eaux et Forêts, 59 employés dans différents services, soit un total de 477 hommes.

  • 17 AD AHP 20 W 23, lettre au commandant Horeau, 17 juillet 1943.
  • 18 En vertu de la neutralité de l’Espagne, mais on les incorpora quand même massivement en mai et jui (...)

28À partir de 1943, les effectifs diminuèrent. Après la rafle de 1942, la commission Todt visita le camp le 12 septembre, et, le 29 juin 1943, dans le cadre d’une opération visant à transférer 6 000 travailleurs de la zone Sud à la zone Nord, 120 travailleurs furent prélevés au 702e GTE sur les chantiers de forestage et de carbonisation et sur l’agriculture. Le préfet s’inquiéta de la diminution de la main-d’œuvre disponible qui mettait en péril les travaux agricoles, donc le ravitaillement et refusa tout nouveau prélèvement17. Le 5 août, le commandant Horeau lui demanda, en retour, un nouveau criblage des fiches des étrangers susceptibles d’être incorporés. Tâche difficile : « on ne peut plus compter sur les Espagnols », répondit le préfet – ceux-ci se réclamant de la protection de leur consulat18 – ni sur les juifs protégés par les Italiens jusqu’à leur départ. Le commandant Horeau ne put procéder qu’à l’incorporation des étrangers ayant perdu la protection de leur pays d’origine : Tchèques, Russes, Polonais, Hongrois, Grecs.

  • 19 Léon Zyngerman, d’origine polonaise, rejoignit le réseau de René Char. Il servit vraisemblablement (...)

29Après les rafles du 5 novembre et du 10 décembre 1943 (25 travailleurs juifs arrêtés) les évasions, facilitées par la relative liberté des travailleurs, se multiplièrent : 22 « déserteurs » en 1942, 67 entre le 29 décembre 1943 et le 28 janvier 1944 (par crainte des rafles et des ponctions de l’organisation Todt), une vingtaine au printemps 1944. On compta une trentaine d’évasions chez les travailleurs juifs dont certains rejoignirent la résistance19. Les effectifs passèrent de 500 à l’été 1943 à 274 en janvier et à 177 en juillet 1944.

Les centres dépendants du service social des Étrangers : Reillanne et Gréoux20

  • 20 Le service social des étrangers fut créé en janvier 1941 par le gouvernement de Vichy. Dépendant d (...)

30À Gréoux, un centre d’accueil et de reclassement pour les Polonais réfugiés en France, était spécialement réservé aux anciens combattants polonais démobilisés en 1940 et inaptes aux travaux de force. Il ouvrit en janvier 1942, avec 170 hommes logés soit au Grand Hôtel, soit à l’hôtel des Bains. Prévu pour 350 personnes, il en accueillit à peine plus de 200 en septembre 1942. Considérés comme résidant librement sur le territoire, les hébergés pouvaient bénéficier de cours divers : conduite pour poids lourds, électricité, comptabilité, reliure, photographie.

  • 21 Joseph Wieselthier, entré en France en janvier 1933, et Michel Zylberberg venu en France en 1934.
  • 22 Chaïm Binkowitz (arrêté le 10 décembre 1943), Maurice Cukier (ex-légionnaire, combattant en 39-40, (...)

31Quelques-uns étaient juifs : deux d’entre eux – anciens combattants – échappèrent à la rafle du 26 août 1942, et préférèrent s’enfuir le 17 février 194321. Le camp fut contrôlé par les autorités italiennes (fin novembre 1942 – début septembre 1943) qui protégèrent les juifs dont une quarantaine avait été assignée à résidence à Gréoux en 1942 par le préfet des Basses-Alpes. Cependant, certains, jugés aptes, furent incorporés dans le 702e GTE des Mées22. Le camp fut dissous le 1er avril 1944.

32Le centre de Reillanne, ouvert le 17 novembre 1942, avait pour vocation l’accueil et l’hébergement des familles de travailleurs étrangers, particulièrement des Mées. Il s’installa dans un ancien couvent, Notre-Dame des Prés, réquisitionné par le secrétariat d’État au Travail. Cette propriété, abandonnée par les religieuses douze ans auparavant, pour cause d’humidité, avait été utilisée pour loger des familles de républicains espagnols en 1939 (environ 250 personnes). En novembre 1942, les locaux étaient prévus pour accueillir des étrangers inaptes à l’incorporation ou au maintien dans les formations de travailleurs étrangers.

33Prévenu par le Commissariat aux questions juives que le service du chômage des Bouches-du-Rhône avait l’intention d’envoyer 200 juifs en résidence surveillée à Reillanne, le préfet des Basses-Alpes se plaignit auprès de son homologue : selon son opinion, les juifs étaient déjà trop nombreux et aggravaient des conditions de ravitaillement difficiles du fait du nombre d’estivants et d’enfants en colonies de vacances.

Notre-Dame-des-Prés : les bâtiments (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)

Notre-Dame-des-Prés : la plaque souvenir (photo Jacqueline Ribot-Sarfati)
« En 1942 le régime de Vichy avait imposé ce lieu comme résidence forcée à des étrangers et des familles juives. La plupart furent déportés dans les camps d’extermination nazis. “Le souvenir est plus que jamais un devoir” 17-07-1994 »

34Le centre, dirigé par Raymond Darley, officier démobilisé en 1940, accueillit à l’ouverture 42 personnes : 31 venant du château de Montgrand situé à Saint-Menet dans la banlieue marseillaise, 10 hébergées par les Quakers (American Friends Service Committee), 1 travailleur étranger venant du camp de Miramas. Parmi elles, 11 Allemands, 6 Autrichiens, 7 Hongrois, 4 Polonais, 4 Roumains, 2 Tchèques, 1 Russe, 1 Bulgare, 1 Turc, 2 Espagnols, 2 Arméniens et 1 Chilien. Le nombre d’hébergés ne cessa d’augmenter ; en mai 1943 on dénombrait 67 personnes dont 37 israélites, en août 1943, 89 personnes dont 62 israélites. C’étaient surtout des familles que l’administration de Vichy avait casées là : 43 hommes, 32 femmes, 14 enfants.

  • 23 AD AHP 6 J 16, il s’agit de la 5e direction de l’UGIF, établie à Gap.

35Un rapport de l’UGIF de mars 1943 signala que la plupart avaient séjourné aux Milles et n’avaient pas été déportés en 1942, du fait de leur nationalité hongroise ou roumaine23. Quelques-uns venaient aussi des camps de Gurs et de Brens. D’autre part, 8 enfants venus d’une maison de l’OSE (à Saint-Raphaël) avaient rejoint leurs parents : Denise et Liliane Binnes (7 ans et 4 ans) avec leur mère, Bernard et Kurt Linker (13 ans et 15 ans), Chana et Pierre Siegel (5 ans et 1 an), Joseph et Lydia Wajngarten (7 ans et 2 ans).

  • 24 AD AHP 6 J 14, rapport de l’UGIF, mai 1943.

36Le dernier recensement eut lieu le 25 février 1944 : 96 personnes étaient hébergées à Reillanne dont 56 juifs : 28 hommes, 22 femmes, 6 enfants. Parmi les adultes, 15 avaient plus de 60 ans. On comptait 23 Allemands, 12 Roumains, 8 Hongrois, 7 Polonais, 4 Autrichiens et 2 Turcs. Le niveau social était élevé (avocats, médecins) presque tous intellectuels ou membres de la bourgeoisie aisée (commerçants)24.

37Selon le directeur, les conditions matérielles d’hébergement étaient assez bonnes. Les célibataires dormaient dans des dortoirs et les familles dans de petites pièces. La chapelle servait de réfectoire : la cuisine était faite en commun par les hébergés qui travaillaient de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à 18 h. Les femmes s’occupaient plus spécialement de la cuisine et des chambres, les hommes de la culture, des jardins, de l’entretien ou du ramassage du bois. Ils jouissaient de la liberté la plus complète, toujours selon le chef de centre ; effectivement, il n’y avait pas de gardien, mais les hébergés ne pouvaient pas sortir, sauf les dimanches et jours fériés, sans une permission du chef de centre, pour raisons médicales ou autres. Le ravitaillement était convenable, toujours suivant le directeur. On manquait cependant de bois pour la cuisine et le chauffage.

38Tout autre fut le sentiment du secrétaire général de la 5e direction, établie à Gap, venu en visite au centre en mai 1943 :

« on vit de choux depuis trois semaines. Une louche de légume par repas. C’est le régime des prisons, au point de vue alimentaire (mais la table du Directeur est meilleure). La vache confiée par un diplomate produit du lait vendu 6 F le litre aux enfants et aux malades. La plus grande liberté de circulation est accordée aux hébergés pour leur permettre d’aller acheter leur ravitaillement où ils le peuvent, s’ils ne veulent pas mourir de faim. Sans argent, les malheureux ont troqué leurs vêtements et actuellement, ils n’ont rien à se mettre. D’autres ont vendu tout ce qui était négociable, montres, bagues… La seule œuvre qui s’occupe de Reillanne est l’UGIF, ce qui est reconnu même par un aryen qui est le führer des hébergés. Ce dernier a fait une petite coopérative qui permet, moyennant une cotisation minimum de 1 F par jour, de distribuer des repas ou des plats supplémentaires. [sur le plan médical] la 3e Direction [de l’UGIF] ignore ce centre où la pharmacie et le matériel médical est nécessaire, où il y a 9 enfants qui ont besoin de secours. Le Docteur Braunstein, hébergé lui-même, s’occupe des malades, surtout des vieillards ».

39Ce visiteur fit savoir enfin que, la quasi-totalité du centre étant nécessiteuse, il avait distribué des secours en argent (1 500 francs pour le mois d’avril), afin de permettre l’achat de nourriture supplémentaire.

  • 25 Ainsi, les familles Deutsch, Brühl et Sarah Grynspan.

40« L’état d’esprit est assez bon dans l’ensemble » constata le directeur, fin septembre 1943 ; « venant pour la plupart des camps de concentration, ils apprécient la vie calme de ce Centre d’hébergement ». Calme éphémère, car la Feldgendarmerie passa à Reillanne en décembre 1943 en vue d’un contrôle des personnes juives, prélude à la rafle du 12 mai 1944, au cours de laquelle 54 personnes furent arrêtées et déportées. Certaines purent s’échapper au préalable25.

Juifs français et étrangers des Basses-Alpes face à la politique antisémite du gouvernement de Vichy, de la défaite à l’été 1942

  • 26 La famille Behar venue de Constantinople, via Marseille (Sarah, David et leur fils Maurice) arrivé (...)

41D’après le recensement de 1942, moins d’une dizaine de juifs résidait dans le département au début des années 193026. Tous habitaient Digne, préfecture du département.

  • 27 Voir annexe I.

42Ce nombre augmenta avec, d’une part, la politique antisémite de Hitler et, d’autre part, les hostilités et la politique du gouvernement de Vichy. Le 17 juillet 1940, Hitler expulsa les juifs d’Alsace-Lorraine annexée au Reich. Une centaine gagna les Basses-Alpes après avoir séjourné quelques semaines au Palais de la Foire de Lyon. En septembre, 79 d’entre eux se retrouvaient au centre d’accueil de Chaudanne, à Castellane. Les autres se dispersaient dans le département (Mezel, Villeneuve, Sisteron, Mison…)27.

  • 28 AD AHP 42 W 28. Il y avait alors dans le département 2 488 étrangers, essentiellement des Italiens (...)

43D’autre part, le 21 octobre 1940, les services de gendarmerie recensaient 43 juifs d’origine étrangère28 : 15 réfugiés sarrois arrivés dans le département en septembre 1935, les Basses-Alpes ayant été choisies comme l’un des départements d’accueil (ce sont les familles Frank installée à Forcalquier, Jacob et Levy installées à Peyruis), 12 réfugiés d’origine autrichienne installés à Volonne, Saint-André-les-Alpes, Barcelonnette. 16 réfugiés d’origine allemande installés à Forcalquier et sa région, à Manosque, etc.

  • 29 En vertu de la clause de la convention d’armistice, un détachement de fonctionnaires allemands et (...)
  • 30 AD AHP 42 W 80.

44Certains (3 au moins) avaient été internés aux Mées en septembre 1939, libérés, puis à nouveau internés, aux Milles cette fois, et à nouveau libérés après le passage de la commission Kund29. Fin décembre 1940, une liste de ressortissants allemands dressée à Digne « au cas où les autorités allemandes demanderaient leur livraison » portait 42 noms, apparemment tous juifs30.

  • 31 Joseph Ohana, professeur de philosophie, Suzanne Abram, professeur d’éducation physique, Gilberte (...)
  • 32 Pierre Auscher, censeur au Lycée de Digne, mais ancien combattant, Jean Cremieux, directeur de coo (...)

45Par ailleurs, le premier statut des juifs avait pour but – entre autres – d’éliminer les juifs de la fonction publique. Quatre personnes appartenant à l’Instruction publique furent suspendues31. Mais trois autres furent maintenues dans leur fonction32.

46La politique antisémite de Vichy s’accentua en 1941 avec la création du Commissariat général aux questions juives, le 29 mars, placé sous la direction de Xavier Vallat et les nouvelles mesures législatives. Le 2 juin, un second statut des juifs aggrava le premier et une loi prescrivit le recensement détaillé de tous les juifs de la zone non occupée. En février 1942, l’amiral Darlan, chef du gouvernement, en imposa un deuxième, organisé en juin.

  • 33 AD AHP 42 W 32 et 33.

47Ces deux recensements33 permettent de faire quelques observations. Ces deux années connurent, sur le plan démographique, de grands bouleversements. Le nombre de juifs français se stabilisa aux environs de 80 personnes. Si le nombre des Alsaciens-Lorrains diminua jusqu’à 46 (une partie quitta les Basses-Alpes), d’autres personnes arrivèrent, 14 de Paris et 7 de Marseille. Les militaires démobilisés firent augmenter ces effectifs. 26 personnes arrivèrent en 1940, 32 en 1941. La majorité (25 personnes) vivait à Digne ; beaucoup n’avaient pas retrouvé de travail et la plupart, des Alsaciens-Lorrains, percevaient des allocations de l’État.

  • 34 En 1941, il semblerait que seuls les chefs de famille aient été recensés.

48Le nombre de juifs étrangers recensés s’élevait à 75 personnes en 194134 et à 139 personnes en 1942. Le groupe le plus important était celui des Allemands : 39 personnes avec les Sarrois (23 hommes, 12 femmes, 4 enfants), suivis des Autrichiens : 35 personnes (19 hommes, 11 femmes et 5 enfants). Venaient ensuite les Polonais (24 personnes) les Baltes (11 personnes) les Hongrois (6 personnes), 4 réfugiés russes, 3 personnes d’origine turque, 1 Grec, 1 Égyptien, 1 apatride né à Jaffa et 1 Argentin.

  • 35 La famille de Jacob Frank – social-démocrate sarrois et anti-nazi reconnu – s’était installée à Fo (...)

49Allemands et Autrichiens étaient surtout regroupés à Forcalquier où existait une forte « colonie » germanique de 43 personnes, d’autres familles étrangères étaient disséminées dans le département35.

  • 36 Mais en s’appuyant sur le décret du 18 novembre 1939 qui donnait aux préfets les mêmes pouvoirs.

50Si certains de ces étrangers étaient autorisés à résider dans la localité où ils s’étaient installés entre 1935 et 1940, la majorité des juifs étrangers se trouvait dans les Basses-Alpes par force. En effet, Marcel Ribière, préfet des Alpes-Maritimes – dont dépendaient les Basses-Alpes pour les questions juives – appliqua avec zèle la loi du 4 octobre 194036 qui lui donnait le pouvoir d’assigner à résidence les juifs étrangers jugés « indésirables » sur la Côte d’Azur où un grand nombre s’étaient réfugiés. Ce qu’il fit en deux vagues.

  • 37 Michaël R. Marrus, Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, op. cit., rééd. Livre de Poche, 2004, p. (...)

51La période d’avril à juillet 1941 fut celle « des fameux coups de filet de M. Chavin », secrétaire général pour la Police au ministère de l’Intérieur dans le gouvernement Darlan37. Ces mesures visaient les juifs originaires du Grand Reich qui avaient, en principe, des ressources suffisantes pour se nourrir et se loger. 91 décrets d’assignation à résidence furent pris par le préfet des Alpes-Maritimes dont 67 effectifs et 24 rapportés. Les personnes visées étaient dispersées dans tout le département : 14 à Forcalquier, 13 à Castellane, 8 à Barcelonnette et Château-Arnoux, 7 à Colmars et Annot, 4 à Entrevaux, 3 à Manosque, 2 à Saint-André, 1 à Sisteron.

52Le préfet des Basses-Alpes ne fut pas particulièrement satisfait de la décision de son collègue et exprima son mécontentement dans une lettre :

« J’accuse réception des instructions des arrêtés du 11 mai 1941 assignant à résidence 93 étrangers précédemment domiciliés dans les Alpes-Maritimes [mais] suis étonné de n’avoir été avisé de ces décisions qu’après l’arrivée des intéressés dans les communes sur le choix desquelles, j’aurais voulu être consulté, car il n’est pas souhaitable que des indésirables soient dirigés vers la frontière démilitarisée de Barcelonnette. De plus, ces assignations posent le problème du ravitaillement, de transport et de surveillance ».

53Il fut pourtant rassuré par le commissaire de police de Digne le 27 mai :

« Ce chiffre de 93 est purement théorique : 18 étrangers ne se rendront pas à la résidence assignée parce que la décision qui les concerne n’a pu leur être notifiée ou a été rapportée et que d’autre part, un assez grand nombre d’autres obtiendront d’aller résider dans des villes de leur choix en dehors des Alpes-Maritimes, du Var ou des Bouches-du-Rhône ; on est conduit à penser que les étrangers qui iront dans les Basses-Alpes seront beaucoup moins nombreux qu’il n’a paru tout d’abord ».

54Ce dernier voyait juste, puisque 26 décrets furent rapportés.

  • 38 La loi du 9 novembre 1942 interdit d’ailleurs aux juifs de quitter la commune qu’ils habitaient sa (...)

55Une deuxième vague eut lieu au printemps et à l’été 1942 (mars-juillet). Le préfet des Alpes-Maritimes s’appuya cette fois sur la loi du 4 octobre 1940 et la circulaire du ministre secrétaire d’État à l’Intérieur qui prescrivait le regroupement de tous les juifs entrés en France après le 1er janvier 1936. Si les décrets d’assignation à résidence visaient toujours les juifs réfugiés sur la Côte d’Azur, il s’agissait aussi de fixer une population sur son lieu de résidence, même si celui-ci avait été choisi au début des hostilités38. Selon le chiffre officiel, le nombre d’assignations à résidence fut de 162, dont 35 effectives et 91 suspendues. D’autre part, 36 personnes ne rejoignirent jamais leur lieu de résidence (en particulier à Gréoux après les plaintes du maire).

56Le préfet des Basses-Alpes, consulté sur les lieux de résidence au début de l’année, avait donné un avis défavorable, invoquant des travaux de barrage sur le Verdon que la Société des Forces motrices de Provence allait entreprendre après une convention signée avec l’État le 20 février et qui nécessitaient la présence de 6 à 700 ouvriers répartis dans des baraquements, précisément dans les centres d’internement de Saint-André et de Castellane. Il estimait qu’il ne convenait plus de diriger sur cette partie de son département, les israélites refoulés des Alpes-Maritimes. De plus, l’afflux de cette population allait aggraver les problèmes de ravitaillement, de transport et imposer aux services publics et à la gendarmerie de nouvelles mesures de surveillance.

57Aussi, le préfet des Alpes-Maritimes lui avait-il demandé de faire une enquête sur les possibilités d’hébergement dans les localités du département susceptibles de loger un grand nombre de personnes. D’où le choix de Gréoux-les-Bains, ville thermale où devaient résider 44 personnes, de Barcelonnette, de Colmars et de Beauvezer, bourgs touristiques situés en altitude, prévus pour accueillir respectivement 15, 17 et 27 personnes ; Thoard et Saint-Paul-sur-Ubaye étaient également retenus. Il est bien évident que les recensements et listes de personnes assignées à résidence facilitèrent les arrestations lors de la rafle du 26 août 1942.

La rafle d’août 1942

  • 39 Ainsi pour la rafle du Vel’ d’Hiv’, 16 et 17 juillet 1942.

58Baptisée « opération de regroupement », elle eut lieu essentiellement du 26 au 29 août 1942, à la suite de tractations engagées de mai à juillet entre Bousquet, secrétaire général pour la Police au ministère de l’Intérieur, et les autorités allemandes. Le 7 mai, au cours d’une rencontre avec Heydrich (chef de l’Office central de la sécurité du Reich), Bousquet proposa la déportation de juifs apatrides internés en zone non occupée. Un accord signé en juillet mettait à la disposition des Allemands, la police et la gendarmerie (passée depuis juillet du ministère de la Guerre à celui de l’Intérieur) pour l’organisation de rafles massives à Paris39, ainsi que pour la livraison de 10 000 juifs apatrides de la zone Sud.

La préparation

  • 40 AD AHP 42 W 32-33, le précédent recensement avait eu lieu en juin 1941.
  • 41 Allusion aux déportations ?
  • 42 AD AHP 42 W 34. Pour les affaires relatives au Commissariat général aux questions juives, le dépar (...)

59Début juin 1942, le préfet des Basses-Alpes organisa un nouveau recensement des juifs français et étrangers40 des deux sexes âgés de plus de 16 ans à l’aide de fiches questionnaires portant sur l’état civil, la profession, la date de l’entrée en France, les résidences successives et, pour les hommes, le service éventuel dans l’armée française. Ce recensement, précisa-t-il, était préliminaire à l’application d’instructions « que je vous transmettrai sous peu concernant le domicile des juifs »41. Les résultats furent connus fin juillet et un état nominatif des juifs étrangers transmis au directeur régional aux questions juives, à Nice. Il est spécifié sur ce document qu’il servit pour les déportations du mois d’août42.

60Le 5 août, Bousquet informa les préfets régionaux des catégories déportables : israélites allemands, autrichiens, tchèques, polonais, estoniens, lithuaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936. Cette circulaire concernait les étrangers en résidence libre ou surveillée, assignés à résidence par les préfets et les travailleurs étrangers incorporés dans des groupes. Ils devaient être conduits en zone occupée avant le 15 septembre, à l’exception des vieillards de plus de 60 ans, des enfants de moins de 18 ans non accompagnés, des individus ayant servi dans l’armée française ou ex-alliée, pendant 3 mois (leurs conjoints, ascendants et descendants bénéficient de la même mesure), de ceux dont le conjoint n’appartenait pas à une des nationalités ci-dessus énumérées, de ceux qui étaient intransportables, père ou mère d’un enfant de moins de 5 ans.

  • 43 AD AHP 42 W 33.

61Les préfets devaient lui adresser avant le 16 août, la liste des israélites désignés avec état civil, nationalité, domicile, profession et situation de famille43.

  • 44 Ces derniers furent arrêtés avant les autres vers le 21 ou 22 août. Aucune date précise n’est donn (...)

62La rafle visait d’abord les israélites appartenant à des GTE44, puis ceux en résidence libre. Une circulaire du ministère de l’Intérieur, télégraphiée au préfet régional de Marseille, le 15 août, puis au préfet des Basses-Alpes, en précisait les modalités :

  • 45 Situé à Marseille, Boulevard Cantini
  • 46 Ce sont surtout des célibataires qui furent arrêtés dans les Basses-Alpes.
  • 47 AD AHP 42 W 32.

« Ai décidé de diriger le 23 août sur la zone occupée un convoi d’israélites… provenant des Groupes de Travailleurs Étrangers de Salins-de-Giraud, Beaucaire et Les Mées. La liste des partants sera établie par le Commissariat à la lutte contre le chômage45, les intéressés seront désignés conformément aux instructions du 5 août et ces listes [vous] seront communiquées le 17 août. Les familles46 devront être comprises dans les opérations de regroupement à moins que leurs membres n’appartiennent aux exceptions déterminées par [ma] dépêche du 5 août »47.

  • 48 Gérard Meyer (Allemand), Léon et Max Bodek (apatrides polonais), Herzl Fajnmesser (Polonais), Juli (...)

63Les intéressés, étroitement surveillés pendant les jours précédant leur départ, devaient être transportés du lieu de cantonnement de leur formation, à la gare la plus proche, soit celle de Peyruis pour les travailleurs étrangers des Mées. Le 19 août, le préfet ordonna au commandant de gendarmerie de Digne, de diriger, dès le lendemain, vers le 702e groupement de travailleurs étrangers des Mées, quatre israélites48. Tous étaient détachés chez des particuliers.

64Dans un troisième temps, le 18 août, Bousquet informa les préfets régionaux de la date de la rafle (mercredi 26 août), les invitant à la garder secrète. Il modifia ses instructions précédentes en élargissant la catégorie des déportables pour

« les étrangers israélites entrés en France après le 1er janvier 1933, incorporés dans les Groupes de Travail Étrangers, les israélites étrangers en résidence libre signalés comme se livrant au marché noir, les israélites étrangers entrés en France après le 1er janvier 1933, venant de zone occupée, qui se trouvent dans des camps ou résidences assignées ».

65Les dérogations prévues étaient supprimées :

« Seuls ne devront pas être regroupés (les) vieillards de plus de 60 ans, ceux intransportables, (les) femmes en état de grossesse apparent, père ou mère ayant enfant de moins de 2 ans, ceux ayant conjoint ou enfant français. (La) faculté de laisser enfant de moins de 18 ans en zone libre supprimée ».

  • 49 Ils sont entrés en 1935, suite au plébiscite organisé par Hitler en Sarre après 15 ans d’occupatio (...)
  • 50 Aucune mention des Tchèques, Polonais, Lettons, Lithuaniens, Estoniens.
  • 51 Et non celles du recensement de juin 1941. Aux Archives départementales, elles sont classées en de (...)

66Dans les Basses-Alpes, les autorités ne tinrent pas compte de ces nouvelles instructions. Seules furent arrêtées les personnes entrées en France après le 1er janvier 1936, ce qui excluait d’emblée tous les Sarrois49. En revanche, il y eut coïncidence entre assignation à résidence et arrestation. Des instructions précisèrent les modalités des opérations. La liste des étrangers à arrêter devait être transmise par la préfecture de Nice. Or celle-ci avait demandé à Digne, le 11 août, les noms des israélites allemands, autrichiens, dantzicois, sarrois, soviétiques et réfugiés russes entrés en France après le 1er janvier 1936 avec adresse et état civil complet pour eux et les membres de leur famille50. Les fiches du recensement de juin 1942 furent exploitées pour dresser cette liste51. Le secret était exigé sur le jour et l’heure des opérations, effectuées en même temps dans toute la région de Nice, avec la participation des services de gendarmerie, Sécurité publique (Digne et Manosque) et Renseignements généraux. Dans les communes rurales, la gendarmerie procéderait aux arrestations. Le 22 août, le commissaire principal de Digne, aussi zélé que le préfet, donna ses directives :

  • 52 Il y eut aussi des transports par chemin de fer.

« il sera accordé une demi-heure aux personnes arrêtées pour préparer leurs bagages. Ne peuvent être emportés que les bagages à main, les autres doivent être fermés et étiquetés pour être remis soit à l’UGIF, soit à des parents ou amis désignés par les intéressés. Se munir si possible, de vivres, assiettes, cuillères, fourchettes et couvertures. Les bagages emportés devront être fouillés pour s’assurer que les intéressés n’ont pas d’armes, véronal, gardénal pour empêcher les suicides. Tous ces étrangers seront par la suite rassemblés dans le courant de la journée par un service spécial de cars52 qui les conduira à Nice, Caserne Auvare. Chaque car sera convoyé par des gendarmes et des inspecteurs. À partir de ce jour et jusqu’à nouvel ordre, la gendarmerie ne délivrera plus de sauf-conduit aux juifs étrangers à qui interdiction sera faite de quitter leur résidence ».

Le déroulement

  • 53 Fajnmesser Herzl (Polonais, né en 1914, entré en France au printemps1940, venant de Belgique), Ger (...)
  • 54 Recoupement avec Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille, op. cit., et (...)
  • 55 Deux furent arrêtés aux Mées, transférés au camp des Milles, puis à Drancy le 2 septembre, déporté (...)

67La rafle commença par l’arrestation de 5 travailleurs étrangers stationnés aux Mées, le 21 ou le 22 août53. Ils furent transférés aux Milles, puis, le 23 août, vers Drancy où ils arrivèrent le 25 août et déportés par le convoi n° 25 du 28 août 194254. Les opérations se poursuivirent le 26 août avec huit nouvelles arrestations de travailleurs étrangers55. Sur cet ensemble de 13 travailleurs étrangers, 9 apparaissent sur les listes de déportés.

  • 56 La liste complète des juifs étrangers en résidence libre arrêtés a été difficile à établir, car el (...)
  • 57 LAD AHP 42 W 32, deux rapports de police, 27 et 29 août 1942. Il est à noter que le rapport du com (...)

68Mais les opérations concernaient surtout les personnes en résidence libre56. 47 figurant sur la liste demandée le 11 août par le préfet régional de Nice, furent arrêtées entre le 26 août dès l’aube et le 2957. Si l’on ajoute les 13 travailleurs étrangers, on obtient le chiffre de 60.

69Au plan national, le nombre d’arrestations ne satisfit pas le secrétaire général à la Police qui manifesta son mécontentement dans un télégramme adressé aux préfets régionaux :

« Attire votre attention sur l’écart sensible entre nombre israélites étrangers recensés et nombre arrêtés. Poursuivre et intensifier opération de police en cours avec tout personnel Police et gendarmerie disponible. Recourir à rafles, vérifications d’identité, visites domiciliaires, perquisitions, en vue procéder arrestations individus ne bénéficiant pas d’exemptions prévues par télégramme 21 août. Diriger individus arrêtés par grosses escortes sur le camp de Rivesaltes ».

  • 58 Il s’agit des familles Silberstein Léopold (4 personnes) et Greve Walter, accusées de marché noir (...)

70Ces instructions eurent peu de retentissement dans les Basses-Alpes (rôle du clergé, opposition et sentiment de pitié de la population ?). Cependant, le 27 octobre, le préfet requérait le commandant de gendarmerie à Digne d’assurer le transfert de Forcalquier à Rivesaltes, le 2 novembre 1942, de deux familles58. Sans doute prévenues, elles quittèrent Forcalquier, le 31 octobre, pour une destination inconnue. Il n’y eut plus, après cet épisode, d’opération de regroupement.

71Quel est le rapport, dans le département, entre le nombre de juifs arrêtés et celui des recensés ? Sur les 139 israélites étrangers que j’ai recensés en juin 1942, 60 furent arrêtés (soit 43,1 %).

  • 59 Ce sont, par exemple, à Peyruis, les familles Levy et Jacob d’origine sarroise et entrées en Franc (...)

72D’une part, comme il a été dit plus haut, seuls furent arrêtés les juifs étrangers entrés en France après le 1er janvier 1936. Mais une quarantaine de personnes étaient entrées avant cette date59.

  • 60 AD AHP 42 W 34, deux procès-verbaux de la brigade de gendarmerie de Gréoux, 26 août 1942. Il s’agi (...)
  • 61 Ainsi, le couple Behr à Barcelonnette, Léopold Moldauer (« inconnu à cette adresse »), Johanna Bie (...)
  • 62 AD AHP 42 W 32, rapports de gendarmerie, brigade de Gréoux, 26 août 1942. C’est le cas de Caroline (...)
  • 63 Arthur-Valérie Wald, parents d’un petit Tommy de 9 mois, à Forcalquier, Herzeck et Serel Ross à Di (...)
  • 64 C’est le cas d’Ernest Ehrlich (Légion Étrangère), Otto Nachmann (id.), Simon Rabinovitch, Adolphe (...)
  • 65 Comme Maximilien Spielholtz, Autrichien marié à une Française de Banon, où il était agriculteur, o (...)
  • 66 Isaac Levy (Grec) de Saint André, Jules Beregi (Hongrois) à Thoard, Elias Levy (Argentin) à Digne.

73Certains documents apportent des précisions : les gendarmes, après avoir arrêté 2 juifs polonais du centre d’accueil, entrés en France avant 1936, les relâchèrent pour ce motif60. Certains, avertis de la rafle purent se cacher ou s’enfuir61. D’autres bénéficièrent de dérogations prévues par la circulaire du 5 août. Par ailleurs, des vieillards furent épargnés à Forcalquier où les réfugiés étaient nombreux62. Des parents d’enfants de moins de 5 ans échappèrent aussi aux rafles63. Trois mois de service dans l’armée française ou ex-alliée valaient une exemption s’appliquant aux conjoints, ascendants et descendants64. Enfin, certains durent leur liberté à leur conjoint français65 et d’autres à leur nationalité66. Au total 79 personnes échappèrent ainsi aux arrestations, soit 56,9 %.

  • 67 C’est le cas de la famille Loewy et Plessner de Digne, arrêtée « par erreur ». Voir sur l’interven (...)
  • 68 Serge Klarsfeld, Nice : Caserne Auvare (…), op. cit., p. 11.
  • 69 9 de Digne : les familles Loewy, Plessner (déjà évoquées) et Kurt Mosse (jugé incurable et intrans (...)
  • 70 avec les 9 travailleurs étrangers, cela donne le chiffre de 42 personnes.

74Les opérations de triage permirent parfois des libérations67. Dans les Alpes-Maritimes, sur 650 israélites arrêtés, 560 furent retenus après criblage68. En ce qui concerne les 46 personnes des Basses-Alpes transférées à Nice, 13 furent libérées69. Au total, 33 personnes furent transférées de Nice à Drancy le 31 août70, ce qui représentait 23,7 % des juifs étrangers présents dans les Basses-Alpes à cette date.

La déportation

  • 71 « Le convoi était constitué de 560 juifs (219 hommes, 279 femmes et 12 enfants) en provenance de N (...)

75Des instructions furent données au préfet régional de Nice. Parti de la gare Saint-Roch à Nice, à 5 h 45, le convoi s’arrêta en gare de la Blancarde à Marseille71 et atteignit Drancy le 1er septembre à 7 h. Raymond Raoul Lambert reproduit, dans son journal, ce témoignage sur le passage de ce convoi à Marseille :

  • 72 Raymond Raoul Lambert, op. cit., p. 187-188. Selon Serge Klarsfeld « Le nombre des enfants juifs e (...)

« 32 wagons dont 29 de marchandises, aménagés de façon rudimentaire, et 3 wagons gardés par des policiers armés, les femmes et les hommes séparés… en gare, on ouvre les portes et les vantaux des wagons. Les visages font peine à voir et l’odeur est horrible. Les malheureux se jettent sur notre eau et nos provisions… mais pas un cri, pas une plainte, les figures seules, crispées et ravagées, les yeux pleins de larmes, témoignent des souffrances endurées. Une femme veut jeter son enfant par la portière pour nous le confier »72.

  • 73 Chaja Dyslerite, Fredrich Feiner, Ernest, Anne et Hans Greve, Julius Markus, Léopold Schlenger, Er (...)

76Ces malheureux partirent pour Auschwitz par les convois n° 27 (2 septembre), n° 29 (7 septembre), n° 30 (9 septembre 1942) et n° 32 (14 septembre)73.

1943 et l’occupation italienne

77Le 11 novembre 1942, Allemands et Italiens franchirent la ligne de démarcation et le département passa sous occupation italienne.

  • 74 La loi du 11 décembre 1942 prescrivait l’apposition de la mention « Juif » sur les cartes d’identi (...)
  • 75 Telle Hélène Levy.

78En 1943, le nombre de juifs français augmenta jusqu’à une centaine74. Outre une dizaine de résidents et 46 Alsaciens-Lorrains, 20 personnes étaient arrivées de Paris, 12 de la Côte d’Azur et 11 de Marseille. Il semblerait qu’ils aient fui la grande ville pour « se mettre au vert ». Les difficultés du ravitaillement jouaient aussi. La majorité habitait Digne (26 personnes) où se trouvait une maison de santé, La Sympathie, abritant des personnes âgées et des malades75. 13 vivaient à Barrême et à Manosque, 12 à Castellane, 10 à Moustiers, 6 à Barcelonnette. Mais de petits villages comme Valernes, Valensole, Montjustin étaient aussi des lieux de résidence.

  • 76 C’est le cas de la famille Bessmann qui, fuyant Nice, était arrivée à Saint-André-les-Alpes à l’ét (...)

79À l’inverse, le nombre de juifs étrangers recensés diminua (une soixantaine en février 1943, une cinquantaine en juillet). Cela s’explique par les arrestations du 26 août 1942, par quelques disparitions et par les refus de se faire recenser76. En revanche, si les deux recensements prenaient en compte les travailleurs étrangers du camp des Mées, ni les personnes hébergées au centre de Reillanne, depuis novembre 1942, ni celles assignées à résidence par les Italiens au printemps 1943, ne furent comptabilisées.

80Le groupe le plus nombreux du département était maintenant celui des Polonais (14) suivi des Allemands (10 avec les Sarrois) et des Autrichiens (6). La majorité habitait toujours Forcalquier et sa région, mais l’on retrouvait Digne, Peyruis, Sisteron, comme lieux de résidence.

81Les autorités italiennes civiles et militaires (la Ve Division Alpine Pusteria) qui contrôlèrent le département de novembre à septembre 1943 rejetèrent toutes les demandes de Vichy et des nazis concernant les juifs de leur zone d’occupation, français et étrangers. Dès janvier 1943, le préfet Ribière dut céder

  • 77 AD AHP 42 W 32.

« À la demande des autorités italiennes (écrit-il à son collègue des Basses-Alpes) j’ai été amené le 12 janvier écoulé, à suspendre sur le territoire de la région de police de Nice, l’application de la loi du 11 décembre 1942, relative à l’apposition du mot “Juif” sur les cartes d’identité et d’alimentation des israélites »77.

  • 78 Jacob Findel, Max Birnbaum, Abram Dahrling.

82Les Italiens empêchaient également les arrestations. Le 17 mars, le major Antonio Gentile, commandant de la place de Digne, fit savoir au préfet des Basses-Alpes que les arrestations de juifs, de quelque nationalité que ce fut, même français, dans les territoires sous contrôle italien, étaient réservées aux autorités militaires italiennes. Le préfet exprima son désaccord, mais s’inclina. Un rapport de gendarmerie adressé au préfet le 1er avril indiqua que des individus recherchés par les autorités françaises résidant à Moustiers et à Castellane n’avaient pu être arrêtés à cause de l’opposition des autorités italiennes. De plus, le major Gentile pria le maire de Barcelonnette de délivrer des cartes d’alimentation à 3 personnes internées dans cette localité78.

83Les autorités italiennes entravèrent également les opérations de recensement de l’été 1943, comme le prouve ce courrier de la commission d’armistice au préfet le 22 août :

« Les autorités italiennes ont appris que les autorités françaises auraient commencé dans la zone soumise au contrôle italien, le recensement des juifs français de 20 à 30 ans pour les envoyer au service du travail, Organisation Todt. Veuillez inviter la Préfecture à suspendre le recensement en attendant les instructions qui seront données par le Commandement supérieur Italien »

84La préfecture confirma et prit acte le 7 septembre :

« Suivant les instructions télégraphiques du Commissariat du STO, l’autorité préfectorale avait convoqué pour aller travailler dans les organisations Todt, les israélites étrangers de 18 à 50 ans et les israélites français de 20 à 30 ans. Les autorités italiennes conseillent aux israélites de ne pas répondre à cette invitation et de rester sous leur protection. Aucun israélite ne s’est présenté à la visite médicale de Digne le 6 septembre ».

85Non seulement aucune rafle ne se produisit, mais bien au contraire, des juifs affluèrent en grand nombre dans la zone d’occupation italienne. Un rapport de la gendarmerie de Moustiers en donne un exemple au mois de mars :

« Deux individus entrés irrégulièrement en France, sont venus dans la région méditerranéenne avec l’intention de se mettre sous la protection italienne : Haag Wim (Hollandais) et Alfred Walker (Belge). Il ne nous est pas possible de procéder à l’arrestation de ces deux individus car [dans ce cas] les carabiniers italiens ne manqueraient pas de venir nous les redemander ».

  • 79 Voir sur ce point et la situation à Nice la contribution de Jean-Louis Panicacci.

86Pour mieux protéger « leurs juifs » les autorités italiennes de Nice, où le préfet Ribière, ardent pétainiste et très antisémite, fut remplacé en juillet, par Jean Chaigneau (qui lui, au contraire, avait des sympathies pour les juifs79) décidèrent, sur le conseil d’Angelo Donati, banquier juif très influent à Rome, de placer en résidence forcée les juifs de la Côte d’Azur en situation irrégulière. Les expulsions touchèrent 4 000 personnes qui furent assignées à résidence en Savoie, dans l’arrière-pays niçois et dans les Basses-Alpes, à Barcelonnette, Castellane, et Moustiers.

  • 80 Comme le comité d’aide aux réfugiés de Nice, situé Boulevard Dubouchage, relevant de l’UGIF.

87Les autorités allemandes protestèrent, en vain. Le commandant SS Muehler à Marseille accusa les autorités italiennes d’avoir choisi comme lieux de résidence forcée, les stations climatiques les plus réputées. Le système d’assignation à résidence permettait aux Italiens, par le biais du regroupement de la population dans quelques localités, de la contrôler, aux œuvres d’assistance de lui porter secours80 et à ces réfugiés de mener une vie communautaire. Dès mars 1943, le commandant de la Ve Division Alpine Pusteria, Lazare di Castiglioni, pria le préfet des Basses-Alpes de préparer la réouverture des hôtels pour y assurer le logement et le ravitaillement de la population déplacée.

  • 81 AD AHP 42 W 34, rapport de gendarmerie de Castellane au préfet, 17 février 1943 et AD AHP 42 W 80.

88Les autorités françaises (police, gendarmerie) exprimèrent leur mécontentement de voir arriver « des indésirables de la Côte d’Azur (juifs, étrangers, anglophiles) (…) : 100 à Castellane, 100 à Moustiers, 60 à Barcelonnette ; ceux-ci seraient contrôlés par des carabiniers italiens auxquels il faut se soumettre »81. Le préfet déplorait d’être obligé d’accueillir une telle clientèle dans un département si touristique et s’inquiétait des problèmes de ravitaillement posés par l’afflux de cette population. 151 personnes furent assignées à résidence à Barcelonnette, parmi lesquelles une cinquantaine de Polonais et une trentaine de Tchèques. Ils étaient, pour la plupart, dépourvus de pièces d’identité et de cartes d’alimentation. 78 personnes furent placées en résidence forcée à Castellane parmi lesquelles, 17 Polonais, 11 Autrichiens, 10 Belges et 6 Allemands.

  • 82 AD AHP 42 W 34. Un courrier du préfet des Basses-Alpes adressé au consul de la République fédérale (...)
  • 83 AD AHP 42 W 32, lettre du rabbin Rothschild au sous-préfet à Castellane, 19 mars 1943.
  • 84 AD AHP 42 W 32, lettre du secrétaire général de l’UGIF au préfet des Basses-Alpes, 21 juin 1943, v (...)

89Le 31 mai, 46 personnes (une quinzaine de Polonais, 8 Autrichiens, 7 Luxembourgeois, 5 apatrides) arrivèrent à Moustiers82. La direction départementale du Ravitaillement attribua, le 24 mars 1943, 40 kilogrammes de pâtes et 40 kilogrammes de légumes secs à la colonie de Moustiers. Le rabbin Rothschild attira l’attention du sous-préfet à Castellane sur l’extrême dénuement des réfugiés83. Le secrétaire général de l’UGIF à Nice s’inquiéta vivement des ressources du groupe de Barcelonnette et proposa que certains d’entre eux puissent travailler84.

90Trois mois plus tard, les Italiens étaient remplacés par les forces allemandes entrées dans les Alpes-Maritimes, le 10 septembre 1943. Avant leur retrait, les autorités italiennes essayèrent de transférer les juifs de leur zone d’occupation en Italie.

Les ultimes tentatives italiennes

91En septembre 1943, le préfet fut informé que

  • 85 AD AHP 42 W 32, rapport de gendarmerie au préfet, 7 septembre 1943.

« les Autorités italiennes ont fait prévenir les israélites français et étrangers résidant dans les Basses-Alpes qu’elles étaient disposées à les prendre sous leur protection et les invitaient à quitter le département pour se rendre dans le département frontière des Alpes-Maritimes. Cette proposition a été agréée par la majeure partie d’entre eux qui s’apprêtent à quitter incessamment notre région »85.

  • 86 Serge Klarsfeld, Nice : Caserne Auvare (…), op. cit., p. 50.

92En effet, après la chute de Mussolini, fin juillet 1943, un accord avait été passé, le 15 août, à Bologne entre les hauts commandements germano-italien selon lequel les Italiens conserveraient une portion de territoire correspondant à l ‘ ancien Comté de Nice. Le gouvernement Badoglio se proposa alors, le 28 août, de rassembler dans la région de Nice les juifs de l’ex-zone d’occupation italienne où ils avaient été assignés à résidence « en attendant éventuellement et si nécessaire, le transfert de tous les juifs de la région niçoise sur le territoire italien »86. Ce que confirment les paroles d’un officier italien, s’adressant à un israélite français, consignées dans un autre rapport du 8 septembre :

  • 87 AD AHP 42 W 32.

« vous pouvez venir avec nous en toute confiance. Nous avons reçu des ordres formels de notre gouvernement pour vous mettre sous notre protection. Nous exécutons en cela une entente avec l’Amérique. Nous vous offrons de vous garder dans les Alpes-Maritimes et de vous venir en aide. Si mon pays cesse les hostilités, comme cela paraît certain, nous vous amènerons en Italie, en même temps que nous évacuerons la France. Je vous donne l’assurance que les listes des israélites qui viennent avec nous ne seront jamais communiquées aux autorités allemandes, pas plus d’ailleurs qu’à la Police française qui est placée sous ses ordres. Vous pouvez avoir confiance en notre parole »87.

  • 88 AD AHP 42 W 32, rapport préfectoral, 8 septembre 1943 « Depuis 48 h de nombreux camions venant des (...)

93Les autorités italiennes, en liaison avec le comité d’accueil aux réfugiés du boulevard Dubouchage, organisèrent le retour dans la région niçoise des juifs assignés à résidence à Barcelonnette, Moustiers et Castellane88. Le 3 septembre,

  • 89 AD AHP 42 W 32, rapport de gendarmerie, 4 septembre 1943.

« 90 juifs sur 141, en résidence forcée à Castellane, ont quitté la localité pour se rendre à Lantosque, puis Saint-Martin-Vésubie. L’effectif des carabiniers italiens chargés de la surveillance était de 13 hommes commandés par un vice-brigadier. Les cars ont été envoyés par le Comité Juif de Nice en accord avec les autorités italiennes d’occupation »89.

94La préfecture de Barcelonnette signala que 154 israélites étrangers en résidence surveillée, sous le contrôle des autorités italiennes, avaient été transférés, le 6 septembre, dans la commune du Belvédère, à l’aide de camions loués par le centre d’accueil. Ce fut aussi le sort des juifs assignés à résidence à Moustiers. Il fut question, un moment, que les juifs soient transférés par les autorités italiennes, en Afrique du Nord (plan d’Angelo Donati, soutenu par le gouvernement italien) mais la tentative échoua.

95Le 8 septembre, le général Eisenhower annonça publiquement qu’un armistice avait été signé avec les puissances alliées le 3 septembre. Les troupes italiennes du sud-est de la France se retirèrent, immédiatement remplacées par les forces allemandes. Les juifs se retrouvaient pris au piège.

L’occupation allemande et les rafles de fin 1943-1944

  • 90 Capitaine SS envoyé en juillet en France, où il prend la direction du camp de Drancy, et collabora (...)

96Dès son arrivée à Nice, la Gestapo, se livra, sous la direction d’Aloïs Brünner90 à une véritable chasse à l’homme jusqu’à la mi-décembre, non seulement à Nice, mais également dans les Basses-Alpes, où son chef vint en personne. De l’automne 1943 à juillet 1944, les nazis pourchassèrent les juifs, tous les juifs, français et étrangers.

97Toutes les limitations fixées antérieurement tombèrent. L’âge, la qualité de volontaire étranger de l’armée française, l’appartenance au personnel de l’UGIF ne firent plus rien à l’affaire. « Toutes les personnes considérées comme juives, au sens de la loi devront être arrêtées sans considération de nationalité ou de quelque circonstance que ce soit » stipula Knochen, chef de la Sécurité allemande en France, dans un mémorandum du 14 avril 1944. Des familles entières furent arrêtées (parents d’enfants de tous âges, vieillards) et passèrent par l’hôtel Excelsior où Brünner avait établi son quartier général, avant d’être transférés à Drancy.

  • 91 Entré en fonction fin avril 1943 et arrêté par la Gestapo en mai 1944.
  • 92 Michaël R. Marrus, Robert Paxton, Vichy et les Juifs, op. cit., p. 459.
  • 93 Idem.

98Brünner ne fut pas secondé par l’administration française : le préfet Chaigneau91 déclara avoir remis les listes de juifs aux Italiens qui les avaient d’ailleurs brûlées avant leur départ. Il ne disposa pas, non plus de l’aide de la police française qu’il ne souhaitait d’ailleurs pas, accusant René Bousquet et Pierre Laval de protéger les juifs92. « Il avait sous ses ordres des forces variées : la Gestapo, la Feldgendarmerie et diverses forces françaises sous autorité allemande – SEC (Section d’enquête et de contrôle), doriotistes, francistes et autres auxiliaires – mais en aucun cas la police »93. En revanche, les arrestations coïncidèrent souvent avec l’inscription « nécessiteux » sur les listes de l’UGIF. Sur 44 déportés parmi les assignés à résidence à Barcelonnette, 24 étaient soutenus par l’UGIF.

L’exode de Saint-Martin-Vésubie et les arrestations de septembre 1943

  • 94 Le récit de cette épopée est décrit, en particulier, par Raoul Berg, La Persécution Raciale, Docum (...)

99Les 9 et 10 septembre, plusieurs centaines de juifs déplacés ou en résidence à Saint-Martin-Vésubie, prirent le parti de suivre à pied les troupes italiennes vers l’Italie, en franchissant, dans des conditions très difficiles, le Col de Fenestre (2 471 m) ou de Cerise (2 459 m). Parmi eux des juifs assignés à résidence à Barcelonnette, Castellane ou Moustiers. Le 18 septembre, 349 d’entre eux furent arrêtés par les SS talonnant les troupes italiennes, et internés à Borgo San Dalmazzo, puis transférés à Nice le 21 novembre94.

  • 95 Douze à Barcelonnette : Buchalter Aron (Polonais, né en 1901), la famille polonaise Goldberg, Jose (...)
  • 96 À Barcelonnette, plusieurs assignés à résidence furent arrêtés entre septembre et novembre dans ce (...)

100Parmi les personnes arrêtées à Borgo, 21 avaient été assignées à résidence dans les Basses Alpes95. Transférées de Nice à Drancy les 22 et 23 novembre, elles furent déportées par le convoi n° 64 du 7 décembre. Mais certains ne suivirent pas les troupes italiennes et furent arrêtés en France dès la fin septembre, puis déportés96. Au total, furent déportés 44 assignés à résidence à Barcelonnette sur 174, soit 25,3 %, 14 des 58 assignés à résidence à Moustiers (mais il y eut 4 évasions), soit 24 %, et 15 assignés à résidence à Castellane sur 101, soit 14,8 %.

Les opérations de fin 1943-1944

101De l’automne 1943 au printemps 1944, les réfugiés juifs français ou étrangers des Basses-Alpes furent pourchassés, qu’ils soient dans des camps ou en résidence libre dans des hôtels ou des meublés. Les Allemands écumèrent le camp des travailleurs étrangers des Mées (le 5 novembre et le 10 décembre), le centre de séjour surveillé de Sisteron (le 5 novembre), le centre d’accueil de Reillanne où se trouvaient beaucoup de familles et de vieillards (le 12 mai 1944).

  • 97 AD BdR 55 W 148.

102Les opérations furent menées jusqu’à la fin du mois de mars à partir de Nice par la Gestapo et la Feldgendarmerie, aidées de miliciens, et en avril et mai à partir de Marseille, par l’équipe de Charles Palmiéri97 travaillant pour la Gestapo à Marseille. Les personnes arrêtées par la Gestapo furent conduites à Nice d’où elles furent transférées à Drancy ; celles arrêtées par l’équipe Palmiéri furent conduites à Marseille.

  • 98 Date à laquelle Bauer et Palmiéri se rendirent à Cannes dans le même but.

103Ce dernier, membre du Parti populaire français (PPF), appartenait au « milieu marseillais » ; il fut plusieurs fois appréhendé par la police pour port d’armes, coups et blessures, vol de voitures et fit même de la prison. Présenté à Paul Kompe, officier allemand attaché à la section IV E de la Gestapo (service de renseignements, 425, rue Paradis), ce dernier lui assura sa protection. Palmiéri créa un bureau de renseignements pour la police allemande sous le couvert d’une entreprise commerciale, appelée agence Merle, Merle étant un des noms de guerre de Charles Palmiéri. Situé au n° 8 de la rue Paradis, le bureau Merle avait pour rayon d’action, le département des Bouches-du-Rhône et les départements voisins (Gard, Vaucluse, Var, Alpes-Maritimes et Basses-Alpes). Il fonctionna surtout de janvier 1944 à fin juin 194498.

  • 99 Il avoua également à son procès que lorsque les juifs semblaient riches, il exigeait de fortes som (...)

104Kompe utilisa Charles Palmiéri et son équipe recrutée parmi les membres du PPF et du « milieu », afin de collecter des renseignements sur la Résistance et la présence de soldats italiens susceptibles de se cacher, après l’armistice, sur la Côte d’Azur. Au mois de mai, il le fit passer au service du Commandant Bauer, spécialiste de la répression anti-juive (section IV B). L’agence avait alors, un double but : d’une part, procéder à des arrestations de juifs (dans ce cas, l’équipe Palmiéri était accompagnée d’un Allemand en civil) dont les noms étaient portés sur les listes fournies par Bauer, qui les avaient obtenues des préfectures – Charles Palmiéri avoua à son procès, avoir effectué 200 arrestations99 dont au moins 55 dans les Basses-Alpes – d’autre part, transférer les juifs arrêtés au siège de la Gestapo à Marseille.

  • 100 AD AHP 20 W 32.

105En 1944, il n’y eut plus de recensement à proprement parler, avec de nouveaux formulaires à remplir. Les services administratifs français dressèrent des listes à partir des recensements précédents. Le préfet régional de Nice, sollicité par la commission allemande de rapatriement à Marseille, demanda le 14 février au préfet des Basses-Alpes, une liste nominative des ressortissants allemands et autrichiens100. Celle-ci comportait 75 noms allemands (27 résidents souvent inscrits sur les listes de la commission d’armistice en 1940, 19 réfugiés sarrois, 11 incorporés dans le 702e GTE des Mées et 18 ressortissants allemands internés au centre d’accueil de Reillanne), 40 noms autrichiens (26 résidents, 10 travailleurs étrangers des Mées, 4 à Reillanne) et 7 noms de Lithuaniens résidant pour la plupart à Sisteron. La liste était incomplète, avec des omissions, concernant les membres d’une famille notamment, qui furent corrigées au moment des arrestations. Sur ces 122 personnes, 34 furent arrêtées entre novembre 1943 et mai 1944, grâce à l’aide de l’administration française.

  • 101 AD AHP 42 W 34. Le 12 avril 1944 une directive du ministère de l’Intérieur informa les préfets qu’ (...)

106Une liste de juifs français résidant dans le département fut également dressée, commune par commune. Elle comportait 75 noms, avec, là aussi, des omissions. Il est spécifié sur ce document, que cette liste fut transmise à la police allemande le 4 mai 1944101. Charles Palmiéri en avait eu copie auparavant et l’utilisa pour des arrestations effectuées pour le compte de la Gestapo, en particulier dans les communes de Castellane, Digne, Peyruis et Sisteron.

  • 102 Rapports de gendarmerie d’Annot, de Colmars, témoignages à Digne.

107Toutes les opérations effectuées par la Gestapo ou par les miliciens furent menées avec une très grande brutalité, presque toujours de nuit pour augmenter l’effet de surprise et agrémentées de coups de feu, de coups, d’extorsions de fonds et de bijoux (Digne, Sisteron) et d’insultes102.

108Le 2 novembre 1943 à Meailles, vers 19 h 30, 4 agents de la Gestapo de Nice arrivés dans une voiture Citroën noire, se présentèrent à l’hôtel Latil, firent rentrer toutes les personnes qui s’y trouvaient dans une seule pièce pour vérification de pièces d’identité. Ils arrêtèrent Germaine Appel, née en 1898, de nationalité française et la famille Jacob, française également (Marcel né en 1898, Marthe née en 1902, Monique née en 1930).

109Le 3 novembre au matin, après avoir payé un cultivateur de Meailles, ils emmenèrent la famille Jacob sur une charrette, à l’exception de Ginette Jacob qui avait réussi à s’évader, jusqu’à la gare d’Annot où ils prirent le train de 5 h 30 en direction de Nice. Le même jour, vers 15 h 30, deux agents de la Gestapo et une femme blonde revenus à Meailles, accusèrent la fille des propriétaires de l’hôtel d’avoir caché la jeune fille et menacèrent de la prendre en otage à l’hôtel Excelsior. Un rapport de la gendarmerie – qui ne participe pas à l’opération – fait état de la complicité de la population avec les persécutés. Il cite les noms de deux jeunes gens qui auraient caché Ginette Jacob, d’après un témoin qui l’aurait vue se diriger sur La Colle Saint-Michel, et signale que cette jeune fille aurait à plusieurs reprises manifesté l’intention, en cas de visite de la police allemande, de se rendre à Saint-Martin-d’Entraunes. Les quatre personnes arrêtées furent acheminées le 5 novembre de Nice vers Drancy où elles arrivèrent le 6 et déportées par le convoi n° 62 du 20 novembre.

  • 103 Il s’agit d’Edgar Dreyfus, né en 1902, secrétaire général, son épouse Germaine née en 1898, dactyl (...)
  • 104 Mais Yvette Dreyfus n’apparaît pas sur les listes de Serge Klarsfeld.
  • 105 Alt Joseph, Polonais né en 1898, Brunner Ignace, Hongrois né en 1901, Glickmanas Markus, Lithuanie (...)
  • 106 Joseph Arditi, de nationalité turque né en 1894, Rita Levy née Arditi en 1898, Turque et son mari (...)

110Le 5 novembre, la Gestapo effectua une grande descente à Sisteron et Saint-Auban sous la direction d’Aloïs Brüner accompagné du Capitaine Vogel. À Sisteron les 5 membres du Bureau de l’UGIF, situé 4, avenue Paul Arène, leur famille et d’autres personnes furent arrêtées103. Au total 16 personnes dont 12 Français et 4 étrangers furent transportés à Nice par un car appartenant à un marchand de bestiaux d’Aubignosc. Elles quittèrent Nice le 9 novembre pour être déportées le 20 par le convoi n° 62104. Le 5 novembre également, 11 travailleurs étrangers furent arrêtés à Saint-Auban105 et 5 autres personnes à Fontgaillarde, près de Thorame-Haute106.

111Le 18 novembre, un rapport de gendarmerie – qui montre son absence de coopération – décrit une descente de la Gestapo à Saint-André-les-Alpes :

  • 107 Les noms de ces hommes n’apparaissent pas sur les listes établies par Serge Klarsfeld.

« À 6 h 45, 3 véhicules automobiles dont une voiture Peugeot 402, de couleur sombre portant l’inscription feldgendarmerie et une Citroën traction avant de couleur sombre, montés par 4 agents de la Gestapo (dont le chef de la Gestapo de Digne) et 8 gendarmes allemands se sont arrêtés devant la Brigade ; les agents de la Gestapo ont demandé les noms et les emplacements des hôtels de la localité. Nantis de ces renseignements, ils ont effectué des descentes de police dans les hôtels du Parc, de France et au Grand Hôtel. Ils ont arrêté au Grand Hôtel les nommés : Guttmann Walter né à Berlin en 1892 et de nationalité allemande, domicilié à Saint Jean Cap-Ferrat (Allemand de confession catholique) Hamon Albert né en 1899 à Constantinople de nationalité italienne, domicilié à Nice, de confession israélite.
Ces agents cherchaient également Jacques Levy, bûcheron, de nationalité grecque, de confession israélite, incorporé au 702e GTE des Mées. Ce dernier ayant vraisemblablement quitté la localité, n’a pu être découvert. Le chef de la Gestapo nous ayant donné l’ordre de le rechercher et de l’arrêter, nous lui avons répondu qu’il ne nous était pas possible d’obtempérer à cet ordre sans une réquisition ou un mandat transmis à nous par l’intermédiaire de nos chefs. Sur cette réponse, le chef de la Gestapo a déclaré qu’il ferait le nécessaire à Digne107 ».

112Le 10 décembre, 12 travailleurs juifs étrangers furent arrêtés à Saint-Auban. Voici la copie du rapport du commandant Horeau au préfet :

  • 108 Brünner toujours.
  • 109 Amram Simon, Turc né en 1922 – Bienkowitz Chaim, Polonais né en 1904 – Gancz Jacob, Hongrois né en (...)

« Cette nuit vers 23 h, un capitaine de la Gestapo108, accompagné d’un lieutenant et de trois agents, s’est présenté au cantonnement de Saint-Auban en priant le chef de détachement de réveiller les hommes et de faire l’appel. Après vérification des fiches d’identité, 12 israélites dont les noms suivent ont été arrêtés109 (…)
Ordre leur fut donné de préparer leurs valises et de prendre deux couvertures. Le capitaine allemand dit alors “Ces hommes travailleront chez nous dans de meilleures conditions qu’ici – Rien ne leur manquera”.
Mis sous la garde de 2 agents, ces hommes furent transférés dans une autre baraque. Le capitaine accompagné de l’interprète officier et d’un travailleur étranger ont quitté Saint-Auban pour se rendre aux Mées. Après visite du cantonnement, à minuit, deux travailleurs étrangers furent arrêtés : Auerbach Eugène, Allemand né en 1898 Voronkoff Simon, Russe né en 1890 – Circoncis
Le capitaine, toujours accompagné, s’est présenté au domicile du personnel de l’encadrement où le surveillant chef comptable, en l’absence du chef de groupe, fut réveillé. Demandant les renseignements au sujet de l’effectif, le capitaine manifesta le désir de compulser les fiches des travailleurs étrangers, ce qui lui fut accordé. Ayant constaté que toutes ces fiches avaient été adressées à la Sicherheit Polizei de Digne, les membres de la police de sécurité allemande quittèrent le bureau de groupe et le village des Mées vers 1 h 15 pour se rendre de nouveau à Saint-Auban qu’ils quittèrent à 5 h précises avec un car dans lequel montèrent les travailleurs étrangers arrêtés.
Par ailleurs, je vous informe que la police allemande a exigé le 11 que leur soient remis 2 israélites détenus pour circulation de juifs étrangers sans titre régulier, détention et usage de faux papiers d’identité à la maison d’arrêt de Digne, où ils purgeaient 4 mois de prison. Les services de police ont déclaré que si satisfaction ne leur était pas donnée immédiatement, ils étaient prêts à user de la force. Le surveillant chef (qui déclara qu’il n’avait pas qualité pour remettre des condamnés à qui que ce soit) n’a pu que s’incliner.
Les deux détenus : Gerson Blat, Polonais né en 1905 et Max Rosenbaum, allemand né en 1895, furent emmenés à Nice par les policiers allemands où, dirent-ils, ils exécuteraient leur peine sous leur surveillance ».

113Tous quittèrent Nice le 13 décembre et furent déportés, sauf Helmut Riese (survivant et témoin en 1945) et Simon Voronkoff (qui n’apparaît pas dans le Mémorial) par le convoi n° 63.

  • 110 Désiré Budaï, Hongrois né en 1888 et son épouse Huguette née Hayem, en 1923, Berthe Hayem née Levy (...)
  • 111 Sigismond Moskowski, né en 1887, ex-professeur de mathématiques, Croix de guerre 14-18.

114Le 7 janvier à Forcalquier, 4 agents de la Gestapo se présentèrent à l’hôtel de l’Alouette et arrêtèrent les israélites qui s’y trouvaient. Transportés à Marseille, tous partirent pour Drancy le 22 janvier et furent déportés par le convoi n° 67110. À Digne, le 24 janvier fut arrêté un naturalisé français, d’origine polonaise né en 1887, ex-professeur de mathématiques, Croix de guerre 14-18 : dirigé sur Nice et malgré l’intervention du préfet des Basses-Alpes, il fut déporté par le convoi n° 68 (10 février 1944)111.

  • 112 AD AHP 9J2, Madame Pelissier, institutrice à Beauvezer – Récits de la Vallée du Haut Verdon, dacty (...)

115Le 30 janvier 1944, la police allemande se livra dans la vallée du Haut-Verdon (Colmars, Villars-Colmars, Allos, Beauvezer) à une opération de police importante avec une très grande brutalité. Selon le témoignage de l’institutrice du village, Madame Pélissier112 :

« Beauvezer avait donné asile à de nombreuses familles juives (22 familles, 58 personnes) la plupart d’origine étrangère, mais naturalisées françaises. Toutes ces personnes dont quelques-unes étaient des personnalités marquantes dans le monde de la médecine, des arts, de la diplomatie, et d’autres riches commerçants, redoutaient l’arrivée de la Gestapo. Beaucoup de précautions étaient prises : nuits passées dans les cabanes isolées, même en plein hiver, guet de chaque voiture d’apparence insolite, éloignement du centre de la commune dans la journée ».

  • 113 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie, brigade de Colmars, 31 janvier 1944 (annexe III). Un té (...)

116Malheureusement, cette crainte devint réalité113.

  • 114 Douze à Beauvezer : Marcel Cremieux, Français né en 1880, domicilié à Marseille – le couple Erdand (...)

117Vingt-quatre personnes furent arrêtées114. Quelques-unes réussirent à s’échapper, ainsi, une famille de 8 personnes dont une jeune fille

  • 115 Témoignage de Madame Pelissier, La famille Spiegler ?

« qui courut dans la nuit glacée, sans souliers, sans bas, ayant perdu la trace de ses parents qui s’étaient dispersés eux aussi. Elle alla chercher refuge dans une maison amie à Villars-Colmars et ne revint à Beauvezer que le lendemain lorsque tout danger de retour de la Gestapo parut écarté »115.

  • 116 À l’exception du couple Erdand, de Pierre Vercelli et d’Antoine Berger, relâchés.
  • 117 Marcel Cremieux, Jacques Lowenbach, Édouard et Elisabeth Propper, Louis Bloch, Paul, Madeleine et (...)

118La Gestapo pilla les appartements, emportant linge, vêtements, argent et objets précieux. Presque toutes les personnes arrêtées furent emmenées à l’hôtel Excelsior116. Elles arrivèrent à Drancy le 5 février pour certains, le 13 pour d’autres117. D’après Madame Pélissier, les personnes qui avaient échappé à l’arrestation :

« s’éloignèrent encore plus du village, n’y firent plus que de courtes apparitions pour le ravitaillement, la recherche de nouvelles, puis regagnaient leur gîte inconfortable, perdu dans la montagne où malgré la certitude d’une plus grande sécurité, elles faisaient le guet de nuit et de jour ».

  • 118 AD AHP 42 W 35, rapport de gendarmerie, brigade d’Annot, 17 février 1944 (voir annexe IV) et témoi (...)
  • 119 La famille Schuster, d’origine autrichienne, Joseph né en 1873, Chana (1876) et Fanny (1903), Jean (...)

119Le 16 février, la police allemande arrêta à Annot 11 juifs français et 6 étrangers118. Cinq personnes furent arrêtées à Argenton, commune du Fugeret119. Léopold Schuster témoigna en 1945 :

« Le 16 février 1944, 3 membres de la Gestapo dont Gilardo Bisati, dit Gérard le tueur, conduit par un certain Rotta, sujet italien, après avoir effectué une rafle à Annot et aux environs, sont arrivés à Argenton. Je me trouvais dans un cabanon voisin de la maison qu’habitaient mes parents et je pus observer tous leurs faits et gestes. Ils frappèrent à la porte de mes parents et demandèrent à la paysanne qui était venu leur ouvrir, l’adresse de la maison où étaient cachés Monsieur Helft, Jean Claude Weinberg et Monsieur Bauer. Ils sont partis dans la direction indiquée, mais entendant dans la maison, qu’ils venaient de quitter un bruit de voix (la paysanne était montée prévenir mes parents et discutait avec eux du moyen de les sauver) ils ont fait demi-tour et ont découvert leur retraite. L’un d’eux demeura pour les garder, tandis que Gérard le tueur et l’autre membre de la Gestapo se dirigeaient vers la maison du facteur. Là, ils procédèrent à l’arrestation de Messieurs Weinberg, Helft et Bauer. Ces deux derniers leur ayant demandé la permission de se rendre au WC, ce fut Gérard le tueur qui les accompagna et se plaça au milieu d’eux. À ce moment, Monsieur Helft tenta de s’enfuir et tandis que Gérard le tueur le poursuivait, Bauer en profita pour disparaître. Helft, âgé et fatigué, fut vite rejoint par son geôlier et fut abattu et dépouillé. Son crime accompli, Gérard le tueur est revenu chez mes parents en se vantant de son meurtre. J’ai assisté, comme hébété, au départ de mes parents et de celui de Jean Claude Weinberg et de Mandel Pajus, venu d’Annot prévenir ses amis et arrêté au passage. Ils ont été conduits à Nice où mes parents et ma sœur demeurèrent trois jours à l’hôtel Excelsior. Ils furent envoyés au Camp de Drancy puis déportés à Auschwitz le 7 mars 1944. Depuis cette date, je ne possède aucune nouvelle d’eux… ».

  • 120 la famille Frank : Henri (né en 1872), Aline (1876), René (1906), Jeanne (1907), Esther (1909), la (...)

120À Barrême, le 20 mars 1944 furent arrêtées deux familles françaises expulsées de Lorraine et dans la région depuis 1940, en tout 13 personnes120.

  • 121 Celle de Joseph Rosensweig, d’origine polonaise (né en 1893), naturalisé français et réfugié d’Als (...)

121Mise à part une arrestation le 20 avril, par un détachement allemand à Moustiers121, toutes les expéditions suivantes furent conduites par Charles Palmiéri et ses sbires, parmi lesquels ses frères Alfred et Victor. De nombreux rapports administratifs et des témoignages recueillis en 1945, lors de son procès, décrivent ses expéditions. Sa présence est attestée dans toutes les opérations, sauf à Seyne (8 mai).

122La première eut lieu dans la région de Manosque, les 28 et 29 avril. Le commissaire de police de Manosque informa le préfet de l’arrivée à Manosque, le 28 avril,

  • 122 1 Allemand et 3 Français.
  • 123 AD AHP 42 W 35, rapport du commissaire de police de Manosque, 29 avril 1944. Il s’agit de Arrovas (...)

« dans une voiture traction avant Citroën, des membres de la Gestapo122 disant venir de la part du Commandant Bauer de Marseille, pour arrêter les juifs résidant à Manosque. Après avoir tourné toute la journée dans les rues de la ville, ils ont procédé cette nuit à l’arrestation de 10 israélites »123.

  • 124 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Forcalquier, repris le 1er juin 1945 lors du procès P (...)

123Un rapport de la gendarmerie de Forcalquier, daté du 29 avril 1944, évoque les arrestations à Mane et à Forcalquier124 :

  • 125 « L’un d’eux, accompagné d’un Allemand, a particulièrement insisté pour que lui soit remise la lis (...)
  • 126 Ce fait est corroboré par une lettre du préfet au sujet de l’arrestation de Julien Falk « des Fran (...)
  • 127 Dans la liste trouvée aux AD AHP, il s’agit d’Anna Henzer, née en 1904. Anna Henzer est vraisembla (...)
  • 128 Né en 1880, d’origine russe mais naturalisé français, Fraïm Slobodianski était aussi connu sous le (...)

« Le 29 avril à 9 heures, 4 individus se disant de la Police Nationale Allemande (Gestapo) se sont présentés à la Brigade. Ils ont montré leur carte de policier et ont dit au chef de poste qu’ils étaient chargés de procéder à l’arrestation de plusieurs juifs demeurant à Manosque125. Ils ont demandé au chef de poste de bien vouloir les garder à vue à la caserne, le Commissaire de police de Manosque n’ayant pu s’en charger à défaut de local. Sur la réponse négative du chef de poste, il lui a été répondu par l’un des inspecteurs qu’il devrait les recevoir obligatoirement ou sinon qu’ils seraient immédiatement abattus. Pour éviter tout incident regrettable, le chef de poste a accepté de recevoir les 10 juifs qui lui ont été conduits dans la nuit. Ces personnes font l’objet d’une fiche de renseignements. Après avoir rendu compte au chef d’escadron commandant la compagnie, je me suis rendu à Manosque où j’ai pris contact avec le chef de service et lui ai demandé de me présenter sa carte et celle de ses agents. Il m’a dit : “J’appartiens à la Brigade spéciale pour l’arrestation des juifs, stationnée à Marseille, 425, rue Paradis126”. Il m’a présenté sa carte ainsi que celle de ses subordonnés, mais en se réservant de ne pas faire connaître son nom, ceci pour sa sécurité personnelle. Le même jour, ces 4 inspecteurs ont opéré à Mane où ils ont arrêté une jeune fille de race juive127. Le nommé Stchejloff Vladimir128 a été abattu par les policiers au moment où il prenait la fuite. »

124Le rapport de 1945 ajoute qu’il a été dépouillé de 150 000 francs et que son meurtrier s’est vanté de son forfait auprès des gendarmes de Forcalquier.

  • 129 Serge Klarsfeld, Nice, Caserne Auvare (…), op. cit.

125Nadia Karczmar née Slobodianska, victime de la rafle à Mane, décrit la scène en 1945129 :

« Au moment de mon arrestation, qui remonte au 29 avril 1944, il s’est présenté à mon domicile, vers quinze heures, quatre personnes en civil ; elles étaient arrivées dans une petite voiture noire, et armées de mitraillettes. Ces personnes m’ont montré une carte en me disant “Police allemande”. Il y avait un Allemand et trois Français, dont un petit brun, d’une trentaine d’années, qui m’a reconnue en disant à l’Allemand, qu’il me reconnaissait, que je venais de Paris. J’ai montré mes papiers qui étaient faux mais j’ai quand même été emmenée, pour vérification d’identité. Je n’ai jamais revu mes papiers et j’ai été envoyée en déportation au camp d’Auschwitz, d’où je suis revenue le 20 mai 1945. Au cours de mon arrestation, trois des quatre personnes qui se trouvaient chez moi, sont allées dans la maison voisine où résidaient mes parents. Mon père, n’ayant pas voulu les suivre, est sauté par la fenêtre du 1er étage ; en sautant, il s’est cassé la jambe ou le genou, il n’a pas pu se relever. J’ai été conduite dans la maison de mes parents, un des quatre policiers m’a demandé si je connaissais cette personne, j’ai répondu que non. J’ai ensuite été conduite à la voiture ; avant de partir, mon père qui gémissait toujours a attiré l’attention du Français brun, qui a dit “Le vieux qu’est-ce qu’on en fait ? il n’y a qu’à le finir”. C’est lui-même qui a tiré avec sa mitraillette dans la tête de père qui est mort immédiatement. C’est les quatre mêmes policiers qui m’ont conduite jusqu’à Marseille. À notre arrivée à Marseille, nous étions transportés dans un car, nous étions environ une quarantaine. C’est le Français, petit et brun, qui est cause de mon arrestation et de la mort de mon père, car l’Allemand et les deux autres Français ne s’acharnaient pas comme lui pour faire le mal. »

  • 130 Le couple Namer, d’origine turque, Léon (né en 1892) et Yechoua (1898) – René Paget, Français né e (...)
  • 131 AD AHP 32 W 11. Jean Grimberg, par le convoi n° 3 (15 mai), Émilia Arovas, Lili Mahn, Anna Henzer, (...)

126À Forcalquier, selon le rapport de la gendarmerie daté du 29 avril cité plus haut, 4 arrestations furent opérées ce jour-là à 13 h 30130. Transférées de Marseille à Drancy, entre le 13 et le 29 mai, la plupart des victimes des rafles des 28 et 29 avril 1944 de la région de Manosque, furent déportées131.

  • 132 Témoignage de Gibelin au procès Palmiéri.

127Début mai, une opération de grande envergure fut conduite par Charles Palmiéri. L’un de ses acolytes132, Quinson, eut pour mission de se rendre dans les Basses-Alpes pour établir une liste d’israélites à arrêter. En possession, fin avril, d’une liste de 150 noms, Charles Palmiéri monta une expédition visant les Mées, Saint-Auban, Peyruis, Digne, Sisteron, Castellane et vraisemblablement Seyne.

  • 133 Hermann Karp, né en 1899.

128Il se rendit d’abord aux Mées, le 3 mai. Il obtint de la mairie la liste des israélites recensés et, comme l’attestent deux témoignages, on l’accompagna même au domicile des intéressés. Il arrêta un travailleur étranger d’origine hongroise133. Il échoua à l’usine de Saint-Auban, dont les ouvriers juifs dépendaient du GTE des Mées. Il disposait d’une liste de 25 juifs à arrêter, mais le directeur de l’usine lui fit savoir que promesse lui avait été faite qu’on ne toucherait pas à la main-d’œuvre. Par contre, à Peyruis, où sévissait une dénonciatrice, il put arrêter 5 personnes.

  • 134 AD AHP, rapport de gendarmerie. Voir aussi Jean Garcin, op. cit., p. 279-280 et p. 454. À la Libér (...)

« Le 3 mai 1944 vers 2 h 45 du matin, une quinzaine d’agents de la Gestapo sont arrivés à Peyruis. Après s’être rendus à la Mairie et accompagnés de Mme O... secrétaire de mairie et de son fils, ils ont cerné les habitations des juifs et ont procédé aux arrestations de Benjamin Levy, né en 1871 et de son épouse Augusta née Alkan en 1878, tous deux Sarrois, d’Armand Tebol, Français né en 1886, de son épouse Henriette (1895) née Cremieux originaire de Marseille et de leur fils Jean né en 1920. »134

  • 135 AD BdR 55 W 148, dossier Palmiéri, témoignage en 1945. Furent arrêtés à La Sympathie, le vieux cou (...)

129En même temps avait lieu, les 3 et 4 mai, une grande rafle à Digne. L’équipe de Charles Palmiéri (10 personnes pour la gendarmerie, 20 selon certains témoignages) débarqua vers 20 h d’abord dans une maison de santé dénommée La Sympathie, d’obédience protestante, dirigée par Yves Contesse et située à proximité du Boulevard Victor Hugo (cf. photographies). Là, vociférant, bousculant, insultant, il effectua 7 arrestations, avant de sévir également dans le reste de la ville135.

La maison de la Sympathie à Digne, bâtiments et plaque commémorative (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)

  • 136 AD BdR 55 W 148, dossier Palmiéri, témoignage en 1945. Kurd Kiredjian prouva, après une visite méd (...)

130Les personnes arrêtées furent conduites à la Villa Marie-Louise, siège de la Gestapo à Digne, transférés, deux jours après, à Marseille, 425, rue Paradis, puis à la prison des Baumettes. Pendant le trajet vers Marseille, d’après le témoignage du Docteur Levy (ex Laly), Charles Palmiéri qui convoyait l’autocar fit verser 1 000 F par chacun des détenus, ce qui ne leur permit pas, à une exception près, de retrouver leur liberté136.

  • 137 Idem. La famille Cori fut arrêtée à la villa Zamanoff : Rachel née en 1885, sa fille Allégra (1912 (...)

131Une rafle eut lieu également à Sisteron le 5 mai. Charles Palmiéri y participa en personne (il fut reconnu par des témoins en 1945)137. À la même date, les juifs de Castellane furent inquiétés.

  • 138 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Castellane, 6 mai 1944.

« Le 5 mai 1944, vers 16 h, les autorités allemandes (Gestapo) ont procédé à l’arrestation de 12 personnes de confession israélite. Parmi ces personnes, 10 sont de nationalité française (tous originaires du Bas-Rhin), 2 de nationalité allemande. Un membre de la police allemande en civil s’est présenté au bureau de notre Brigade et nous a demandé si le nommé Goldbergas résidait toujours à Castellane. Sur notre réponse négative, il est reparti. Il était porteur d’une liste sur laquelle figuraient des personnes de confession israélite : Adèle Eisenmann, Française née en 1872, Julie Eisenmann, Française née en 1913, Mathilde Kaufmann, Française née n 1873, Édouard Recht, Français né en 1875, Jeanne Recht, Française née en 1888, Michel Recht, Français né en 1880, Irène Recht, Française née en 1912, Babette Weil, Française née en 1872, Alice Weil, Française née en 1906, Noémie Weil, Française née en 1875, un couple d’origine allemande : Mann Samuel né en 1876 et Mann Mina (1885). Ces arrestations ont été opérées par 6 membres de la police allemande en civil. Les personnes arrêtées ont pris place dans un fourgon automobile qui a pris la direction de Digne »138.

132Le témoignage du secrétaire de mairie précisa, en juin 1945, que ces policiers étaient arrivés avec une voiture traction avant et un fourgon, armés de pistolets et de mitraillettes :

  • 139 AD BdR 55 W 148. Le 19 mai, ces personnes furent déportées : Adèle et Julie Eisenmann, Mathilde Ka (...)

« l’un de ces policiers, dit-il, est venu à la mairie m’apporter les clefs des logements occupés par les juifs… J’ai demandé à cet individu si je devais conserver les clefs jusqu’au retour des personnes arrêtées, il m’a répondu : C’est du bétail que vous ne reverrez jamais plus. Les gens de Castellane ne connaissent pas leur bonheur d’être débarrassé de ces gens-là »139.

  • 140 Sur ce point, les témoignages sont contradictoires.

133Il reconnut Charles Palmiéri à son procès, mais ce dernier mit l’expédition au compte de son frère Alfred140.

  • 141 AD AHP 42 W 35, le rapport de gendarmerie n’est pas clair. Il est question d’arrestations par la « (...)

134Seyne fut également touchée, le 8 mai, sans qu’il soit possible de préciser si c’est l’équipe de Palmiéri qui effectua les arrestations141 :

  • 142 Tous quittèrent Marseille pour Drancy le 19 mai : Robert Schull et le couple Weiss furent déportés (...)

« Le 8 mai 1944 la police allemande a arrêté 4 personnes de race juive. Trois au Vernet, une à Seyne : Schull Robert, Français né en 1887 d‘origine parisienne, Croix de Guerre 14-18 – Weiss Victor (1904) d’origine étrangère – Weiss Olga (1904). Ces trois personnes vivaient depuis peu retirées au Vernet. Elles ne se montraient pas et ne fréquentaient personne – Sauft Raphaël, né en 1885, Roumain naturalisé français. Son épouse Eva, hospitalisée à Gap, n’a pas été arrêtée »142.

135Le préfet des Basses-Alpes fit part de son mécontentement au préfet régional de Marseille :

  • 143 Simon Lehmann.
  • 144 AD AHP 42 W 35, rapport du préfet, 5 mai 1944.

« Le 28 avril une vingtaine de membres de la police allemande qu’on suppose d’ailleurs être de nationalité française et qui venaient de Marseille, sont venus dans mon département. Ils ont procédé depuis à un certain nombre d’arrestations de personnes israélites de tout âge, de tout sexe et de toute nationalité. Celles-ci ont été arrêtées à Manosque, à Peyruis, aux Mées et enfin, dernièrement à Digne. Parmi ces individus, nombreux sont ceux de nationalité française. Un agent de la Préfecture143, maintenu dans l’administration à cause de ses titres de guerre, a également été appréhendé alors qu’il était à son bureau et sans que j’en sois avisé. J’ai pour ce fait, élevé une protestation auprès des autorités allemandes locales. J’ajoute que diverses autres personnes ont été également arrêtées par les mêmes policiers, bien qu’elles ne soient pas israélites. Je n’ai pas pu connaître le motif de ces mesures. Ces opérations de police, venant à la suite de celles entreprises par les troupes allemandes et ayant entraîné déjà de nombreuses arrestations parmi la population civile, et aussi des victimes, ont suscité dans la population, un vif émoi »144.

136La dernière expédition de Charles Palmiéri dans le département concerna le centre d’accueil de Reillanne, le 12 mai 1944. La gendarmerie de Forcalquier évoque cette « arrestation massive » :

  • 145 AD AHP 42 W 34, rapport de gendarmerie, 16 mai 1944.

« Le 12 mai 1944, vers 21 h, la police allemande (10 hommes) s’est rendue au Centre d’hébergement d’étrangers à Reillanne et a procédé à l’arrestation de 54 personnes (hommes, femmes et enfants) de race juive. Ces personnes ont été mises dans trois cars réquisitionnés par la police allemande… À 22 h tout était terminé. La police allemande et les trois cars ont pris la direction de Marseille »145.

  • 146 AD BdR 55 W 148, pièce 47 – XXVI, liste écrite de la main de Charles Palmiéri.
  • 147 AD AHP 20 W 32, rapport du chef du centre de Reillanne, 14 mai 1944 (annexe V).

137Le rapport du chef de centre, plus détaillé, mentionne que les policiers (pas de précisions – français ou allemands) arrivés à 19 h 45, armés et tirant des coups de feu, firent régner la terreur. Les gens affolés furent conduits dans la cour pour un appel : les policiers détenaient une liste146 qu’ils comparaient au fichier du centre. Les juifs au nombre de 54 (il y avait 96 hébergés) triés et mis à part, furent priés de remonter dans leur chambre et de se préparer au départ avec bagages et vivres. Cela fait, hommes, femmes et enfants se rendirent aux cars qui les attendaient à 400 mètres du centre. « Le défilé des vieillards, des malades, des femmes et des enfants était lamentable à voir »147.

  • 148 AD BdR 55 W 148, convoyés par Alfred Palmiéri qui le nia à son procès et accusa son frère.

138À 22 h 50, tout était fini, sans aucun incident regrettable (les victimes furent dociles !) et les cars partirent pour Marseille. Sur les 54 personnes arrêtées : 23 hommes, 22 femmes et 9 enfants de quelques mois à 8 ans. En ce qui concerne les nationalités : 25 Allemands, 5 Autrichiens, 6 Polonais, 13 Roumains, 4 Hongrois, 1 Turc. Conduits à Marseille148 qu’ils quittèrent pour Drancy le 19 mai, ils furent déportés par les convois n° 74 et n° 75.

  • 149 AD AHP 20 W 25. La famille Bruhl, d’origine allemande, Walter né en 1885, Edwige (1889) Liselotte (...)
  • 150 Qui hébergea également les femmes accusées de collaboration fin 1944.
  • 151 Il s’agit de Liselotte Bongartz d’origine allemande et son bébé, Rosa Berg (Allemande), Léonie Jos (...)

139Quelques familles, profitant du fait que le centre n’était pas gardé, s’étaient évadées fin décembre 1943149. Certains résidents juifs ne figurant pas sur la liste Palmiéri, ne furent pas arrêtés et se trouvaient encore au centre d’accueil150 en janvier 1945151.

140En 1945, Charles Palmiéri, lors de son procès, ne dissimula pas avoir dirigé cette opération. Il fut formellement reconnu par les témoins de la rafle, le chef de centre R. Darley, le gendarme Chauvin et d’autres personnes, mais surtout une victime, le Dr Braunstein :

  • 152 AD BdR 55 W 148.

« J’ai été arrêté à Reillanne, transféré à la rue Paradis à Marseille, puis aux Baumettes, des Baumettes à Drancy puis à Auschwitz. J’ai fait 5 camps. Ensuite j’ai été libéré par les Anglais le 29 avril 1945 ; Je reconnais en Ch. Palmiéri, l’un des hommes qui sont venus à Reillanne. J’ai été arrêté en même temps que ma femme et ma petite fille qui avait 6 mois. J’ai été définitivement séparé de ma femme et de mon bébé à Auschwitz. Depuis, je suis sans nouvelles »152.

  • 153 Idem.

141Il n’y eut plus de rafle après le 12 mai 1944. D’une part, Charles Palmiéri partit pour Cannes avec Bauer153 à la mi-juin, et d’autre part, selon Jean Garcin,

« les sacrifices multiples consentis par la résistance durant cette période ont contribué à desserrer l’étreinte dont les juifs étaient victimes ».

142De plus,

  • 154 Jean Garcin, op. cit., p. 454.

« entre le 6 juin et le 19 août, les Allemands eurent d’autres urgences que celle de poursuivre les israélites. Ils exécutèrent ceux sur lesquels ils purent mettre la main à l’occasion d’opérations »154.

  • 155 À Thoard, Jules Beregi d’origine hongroise, né en 1905, entré en France en 1924 « fut arrêté par l (...)
  • 156 Ainsi Franz Neumann (travailleur étranger, Autrichien, né en 1920), arrêté, avec des résistants, l (...)

143Au moins deux furent fusillés155. Certains, pourtant, purent être libérés156.

Conclusion

  • 157 Voir les tableaux récapitulatifs, annexe VII.

144En 1942, le nombre d’arrestations (60) ne coïncide pas avec celui des déportations (42)157. On a vu que la préfecture n’avait pas appliqué les directives de la circulaire de Bousquet du 18 août, ce qui eut pour effet de restreindre la catégorie de juifs déportables. De plus, la commission de criblage à Nice alla dans le même sens en libérant 30 personnes. Le rapport entre déportations et arrestations est de 70 %.

145Il en va différemment dans les deux années suivantes. En 1943, 73 personnes assignées à résidence dans le département furent arrêtées par la Gestapo dans l’ex-zone d’occupation italienne et déportées (rapport de 100 %) ; dans le reste du département, 54 personnes furent arrêtées dont 47 furent déportées (soit 87 %). En 1944, la Gestapo puis l’équipe Palmiéri arrêtèrent 175 personnes dont 145 furent déportées (82,8 %).

146On ne peut malheureusement que constater une progression de ces chiffres pendant les deux dernières années de l’occupation (120 personnes déportées en 1943, 145 en 1944). Ce fut une véritable chasse aux juifs qui fut mise en place de l’automne 1943 au printemps 1944. Au total 362 personnes furent arrêtées dont 307 furent déportées (84,8 %).

147Les Français, arrêtés surtout en 1944, furent les plus touchés (23,2 % du total), suivis des Polonais (20,9 %), des Allemands (14,3 %) et des Autrichiens (13,7 %). 64 hommes, dont 20 travailleurs étrangers, 105 femmes et 38 enfants furent déportés.

  • 158 AD AHP 42 W 35, septembre 1944.

148Grâce à la population, quelques enfants purent être sauvés. Un rapport de gendarmerie concernant Seyne-les-Alpes en témoigne158 :

  • 159 Marcel Sauthier est vraisemblablement un nom d’emprunt. Le 7 mai 2005 une cérémonie commémorative (...)

« Durant toute l’occupation allemande une douzaine d’enfants étaient réfugiés au Col du Fanget sous la garde de deux demoiselles qui pourvoyaient à leurs besoins. Depuis quelques jours les enfants ont rejoint leurs familles, sauf Maurice et Charles Wrobel, François Gelbert, Albert Megeret, Simon Partouche, qui ont suivi Mademoiselle Sternheim, assistante sociale, 10, Montée des Carmélites à Lyon. Marcel Sauthier, né le 25 juillet 1931 à Paris, fils de David, ne connaissant pas l’adresse de ses parents, est resté au Col du Fanget »159.

  • 160 Nous avons évoqué plus haut, le cas de Pierre Basser, 10 ans, dont les parents avaient été arrêtés (...)

149D’autres enfants furent recueillis et cachés dans d’autres localités des Basses-Alpes160.

Le site du col du Fanget et la plaque commémorative (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)

  • 161 À titre d’exemple, le couple Erdand à Beauvezer ou Kiredjian à Digne en 1944.
  • 162 Comme Hélène Levy à Digne qui a monnayé sa liberté contre de très beaux bijoux extorqués par Palmi (...)
  • 163 Joël Helft à Argenton, Vladimir Stechloff à Mane, Jules Beregi et Élie Gerson à Norante.
  • 164 Madame Moch arrêtée à Manosque.
  • 165 La famille Fildermann arrêtée à Villars Colmars ainsi que Paul Link, le couple Laly-Levy, Louis St (...)
  • 166 AD AHP 32 W 11, dossiers individuels complétés après la guerre. Son mari, Herbert, arrêté à Saint- (...)
  • 167 Ils témoignent tous les deux au procès Palmiéri.

150Pour des raisons diverses, un certain nombre de personnes arrêtées ne furent pas déportées : bénéficiaires de dérogations et libérées à Nice en 1942, relâchées sur place parce que non juives161 ou malades162. Quelques-unes ont été tuées sur place163. D’autres, transférées à Drancy y moururent164 ou eurent la chance d’y être libérées, le 18 août 1944165 et témoignèrent contre Charles Palmiéri lors de son procès. Trois au moins revinrent des camps : Lily Man166, Madame Namer arrêtée à Manosque et le docteur Braunstein arrêté à Reillanne167. Ces derniers furent également témoins au procès Palmiéri.

Alsaciens Lorrains juifs dans les Basses-Alpes à la fin de 1940
(AD AHP 42 W 33)

Noms

Année de naissance

Bamberger Mélanie

1884

Castellane*

Bamberger Marcel

1920

«

Behr Léontine

1920

«

Bickert Lucie

1889

«

Bigard Lucien

1885

«

Bloch Virgile

1902

«

Bloch Anne

1892

«

Bloch Fanny

1890

«

Bloch Léon

1921

«

Bloch Berthe

1870

«

Blum Simone

1861

«

Caron Oscar

1890

Oraison

Caron Jeanne

1904

«

Carpe Aimé

1886

Villeneuve

Carpe Rachel

1860

«

Cerf Hermine

1890

Castellane

Cerf Lucien

1903

«

Dornacher Rose

1878

«

Eisenmann Adèle**

1872

«

Eisenmann Julie**

1908

«

Feissel Marx

1884

«

Feissel Clémence

1896

«

Feissel Léopold

1922

«

Feissel Lorette

1922

«

Feissel Esther

1884

«

Feissel Marthe

1905

«

Feissel Gustave

1937

«

Frank Aline***

1876

Barème

Frank Esther***

1909

«

Frank Henri***

1872

«

Frank Jeanne***

1907

«

Frank Renée***

1906

«

Fribourg Marthe

1880

Mison

Fribourg René

1922

«

Geismann Sarah

1896

Castellane

Geismann Rosa

1897

«

Geismar Alice

1892

Castellane

Guthman Nathan

1872

«

Guthman Florence

1892

«

Gugenheim Rosalie

1940

«

Haas Marguerite

1875

«

Hammel Rosalie

1875

«

Harburger Sophie

1891

«

Hermendiger Ninette

1916

«

Hermendiger Henri

1918

«

Hermendiger Julien

1918

«

Hermendiger Céline

1880

«

Hermendiger Léonie

1920

«

Israël Lucien

1875

Valensole

Kaufmann Henri

1887

Castellane

Kaufmann Charles

1868

«

Kaufmann Georgette

1916

«

Kaufmann Joseph

1875

«

Kaufmann Mathilde **

1873

«

Lehmann Fanny

1874

Villeneuve

Levy Camille

1892

Castellane

Levy Benoît

1908

«

Levy Mardochée

1864

«

Levy Aaron

1867

«

Levy Cécile

1878

«

Levy Marthe

1907

«

Lion Alfred

1878

Villeneuve

Lion Henriette

1875

«

Mann Julie

1906

Castellane

Mann Delphine

1933

«

Marx Théophile

1882

«

Marx Henriette

1894

«

Marx Roland

1930

«

Marx Marlène

1933

«

May Adèle

1905

«

May Henri

1869

«

May Flora

1897

«

Meckert René

1889

«

Meckert Marthe

1900

«

Meckert Micheline

1922

«

Moïse Robert

1908

Sisteron

Moïse Lila

1920

«

Moïse André

13/12/1940

«

Moïssi Armand

1926

Castellane

Moog Charles

?

«

Moog Augustine

1879

«

Pittore Anatole

1894

Mezel

Recht Édouard**

1873

Castellane

Recht Irène**

1881

«

Recht Michel**

1880

«

Recht Jeanne**

1888

«

Roth Moïse

1883

«

Rozensweig Joseph****

1893

«

Schwab Marthe

1884

«

Uri Caroline

1874

Villeneuve

Weil Léopold

1889

Castellane

Weil Adrienne

1887

«

Weil Noémie**

1875

«

Weil Henri

1873

«

Weil Sara

1879

«

Weil Alfred

1916

«

Weil Emmanuel

1883

«

Weil Florine

1879

«

Weil Babette**

1871

«

Weil Alice**

1906

«

Weinberg Lucie***

1900

Mezel

Weinberg Maurice***

1867

«

Wolf Maurice

1892

Castellane

Wolf Rita

1895

«

Wolf Edith

1919

«

Wolf Elise

1893

«

Wolf Samuel

1866

«

Wolf Rose

1893

«

Wolf Gaston

1921

«

• * Centre de Chaudanne.
• ** Arrêtés le 5 mai 1944 à Castellane
• *** Arrêtés le 20 mars 1944 à Barrême
• **** Arrêté le 20 avril 1944 à Moustiers

Lettre du secrétaire général de l’UGIF à Nice au préfet des Basses-Alpes, le 21 juin 1943

151« Suite aux démarches que notre Assistante Sociale, Madame Spanien a faites à l’Office de la Main-d’Œuvre Étrangère et aux services compétents de la Préfecture, j’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance, l’autorisation de travail en faveur d’un groupe israélite étranger en résidence forcée à Barcelonnette. Parmi eux, quelques-uns peuvent subvenir à leurs besoins, mais la grande majorité vit dans un état d’indigence totale. L’UGIF leur a donné de quoi vivre au début de leur installation et continue de le faire, mais certains, oisifs par force, n’ont qu’un désir, travailler honnêtement pour gagner leur vie. Le travail ne manque pas à Barcelonnette, au contraire : les artisans, les cultivateurs, les entrepreneurs manquent de main-d’œuvre.

152Une autorisation de travail donnée aux israélites en résidence forcée serait accueillie avec satisfaction par la population locale qui les emploierait avec empressement.

153Ci-joint une liste de noms :

Altschuler

Herzel

Sztark*

Berkenwald*

Kay

Wogel

Berevowitz

Kupfer

Wolf*

Berlin

Littmann*

Moskowitz*

Birnbaum Buczinsky

Mannheim

Hirsch

Blaustein

Mohr

Samuel

Chauchenbaum

Ossja

Willenstein

Fudel

Reznik*

Wohl*

Glasberg*

Rosner*

Goldberg*

Rottenberg

Grunfeld*

Scheinfeld

Judkowsky*

Schlachter

154La saison agricole étant déjà très avancée, j’espère que vous voudrez bien sans tarder, accorder à ces étrangers le droit de travailler. »

155*Arrêtés par la suite avec leur famille à Borgo San Dalmazzo le 18 septembre 1943 ou dans les Alpes Maritimes par les nazis et déportés.

Rapport Wimphen, avril 1943 (AD AHP 6 J 17)

156Le Groupe de Travailleurs Étrangers 702 à Les Mées est commandé par le Capitaine Horeau. Le siège du bureau du groupement est à l’école dans une grande baraque, spacieuse, bien aérée, chauffée. Nous avons reçu un accueil dont nous n’avons qu’à nous louer. Le groupe comporte un effectif total de 180 hommes, parmi lesquels se trouvent actuellement 109 israélites. Le reste sont des Espagnols.

15730 personnes viennent d’être transférées au groupe, venant de Gurs. Elles ont fait partie d’un convoi de 80 israélites sur lesquels une partie a été affectée au groupe 702 à Les Mées, l’autre partie au groupe 6 à Meyreuil près de Gardanne.

158Le convoi comprenait 2 Yougoslaves, 9 Allemands, 3 Autrichiens, 18 Hongrois, 2 Russes, 2 Apatrides, 1 Belge, 1 Français, 6 Polonais, 18 Roumains, 2 Lithuaniens, 2 Palestiniens, 1 Irakien, 1 Luxembourgeois, 7 Turcs, 1 Letton, 5 Grecs.

159Les travailleurs affectés au groupe travaillent tous, soit à des travaux au groupe même, soit à des travaux de forestage et de culture pour ceux qui sont affectés au groupe de Les Mées. Ceux affectés à Saint-Auban travaillent tous à l’usine de produits chimiques.

160Nous avons visité le cantonnement et les cuisines sur lesquels il n’y a vraiment rien à dire. Les hommes sont assez bien nourris. Le jour de notre visite le menu de midi comportait une soupe avec des pâtes, un très gros plat de pommes de terre, un verre de vin. Chaque homme touche 350 gr de pain par jour. Le menu du dîner était : potage, ragoût de choix et pommes de terre, vin. Il y a de la viande trois fois par semaine au menu.

161Le capitaine a organisé à l’intérieur du Groupement, un foyer très bien tenu dans lequel les hommes peuvent acheter des boissons. Le foyer a des jeux de cartes. Ceci pour Les Mées.

162Pour Saint-Auban, le foyer doit être très prochainement organisé sur place. Pour les besoins du foyer, il serait nécessaire de fournir des jeux de cartes, d’échecs, de dames et jacquet (Jeux de Société). Pour la bibliothèque du foyer, un envoi de livres serait également le bienvenu.

163Pour Saint-Auban où le foyer est à créer, il faudrait également des jeux de Société, des livres et si possible une TSF

164Le bénéfice du foyer est entièrement destiné à venir en aide aux nécessiteux (maladies, convalescences, permissions, bandages herniaires, lunettes)

165BESOINS VESTIMENTAIRES : Les hommes sont habillés au mieux. Un atelier de tailleur fonctionne sur place pour la remise en état des vêtements. Toutefois, nous avons constaté un grand besoin de vêtements de travail et pantalons. Même des vieux vêtements pourraient être utilement fournis pour être remis en état par l’atelier de T.E.

166CHAUSSURES : Grosses difficultés d’approvisionnement. Nous avons promis de faire parvenir au groupe une centaine de paires de galoches pour obéir au plus pressé.

167ÉTAT SANITAIRE : Très peu de malades. Le médecin-infirmier que nous avons interrogé seul, nous a confirmé que seuls des cas de blessures ou de furonculose étaient traités. Pour lui, la seule chose qui lui manque comme article sanitaire serait de l’iode métallique. À Saint-Auban où nous avons visité le cantonnement, les baraques sont en bon état, bien entretenues. Chaque homme dispose de 2 à 3 couvertures selon ses besoins.

168Le groupe est dirigé par un capitaine espagnol du nom de Tegador qui prend son travail très à cœur et a l’air de très bien s’entendre avec nos coreligionnaires qui forment presque exclusivement l’effectif de Saint-Auban (environ 60 à 70 hommes) Le réfectoire est très propre, avec des tables carrelées. Le tout tenu en bon état.

169HYGIÈNE DES HOMMES : Des douches chaudes sont à la disposition des hommes, journellement. Ils touchent tous un supplément de savon.

170Nous avons constaté que beaucoup des derniers transférés de Gurs sont très sous-alimentés et en état de faiblesse apparente, et tous demandaient qu’on leur remette des suppléments de nourriture pour reprendre des forces afin d’être aptes au travail.

171Nous avons procédé sur place à une première distribution de secours d’urgence pour ceux qui viennent d’arriver de Gurs et qui n’ont pas encore touché le produit de leur travail.

172COMITÉ SOCIAL : Comme convenu avec le chef du groupement de Marseille et d’accord avec Monsieur le Capitaine Horeau, nous avons choisi parmi les hommes les plus aptes à ce travail, et en nous entourant des conseils du Capitaine et des camarades des intéressés, comme Abraham Rosenzveig, nationalité Polonaise à qui nous avons adjoint Monsieur Mazliack de nationalité turque, Monsieur Zingermann nationalité polonaise. Pour Saint-Auban, Monsieur Lopater nationalité autrichienne. Monsieur Loewy Hugo nationalité hongroise.

173Le Capitaine nous a confié son bureau et nous avons pu exposer au petit comité social choisi, ce que nous attendions d’eux, en leur accordant un crédit immédiat pour la distribution d’un secours spécial à l’occasion des fêtes de Pâques.

174Nous leur avons demandé de bien vouloir nous tenir au courant de tous les changements qui pourraient intervenir dans les groupes et de tous les renseignements qui pourraient être utiles à leurs camarades.

175Pour les pains azymes, nous écrivons d’ailleurs ce jour à Monsieur le Rabbin Hirschl. 3 hommes demandent du pain azyme à Les Mées et 18 à Saint-Auban dont 11 veulent absolument manger cacher pour la période de Pâques.

176Malheureusement, le Capitaine touchant le pain directement du ravitaillement, ne dispose d’aucun bon de déblocage, ni de tickets de pain pour remettre à notre disposition en compensation des pains azymes.

Tableaux récapitulatifs des déportations
1942

Tableaux récapitulatifs des déportations1942

177On notera l’importance du groupe autrichien et la présence d’un seul enfant.

1943 – Ex-zone d’occupation italienne

1943 – Ex-zone d’occupation italienne

178Le nombre de nationalités concernées est plus important, mais le groupe le plus touché est celui des Polonais. Les enfants sont plus nombreux : ce sont des familles entières qui sont déportées.

1943 – Reste du département

1943 – Reste du département

179Les expéditions d’Aloïs Brunner à partir de Nice touchent désormais les Français (juifs expulsés d’Alsace-Lorraine pour l’essentiel) qui représentent 36,1 % du total. Des juifs qui ont gardé la nationalité turque, jusque-là épargnés, sont également arrêtés.

180Ces arrestations sont le fait de la Gestapo qui opère à partir de Nice et des expéditions de Charles Palmieri à partir de Marseille. Le nombre des arrestations augmente. Les Français sont les plus touchés (37,2 % du total) suivis des Allemands. Les enfants représentent près de 15 % du total (14,4)

La déportation par sexe et par nationalité dans les Basses-Alpes

La déportation par sexe et par nationalité dans les Basses-Alpes

Nationalité

Nombre

Pourcentage

Français

71

23,1 %

Polonais

64

20,8 %

Allemands

45

14,5 %

Autrichiens

42

13,6 %

Roumains

23

7,5 %

Turcs

15

4,9 %

Hongrois

12

3,9 %

Russes

9

Tchèques

7

Baltes

6

Indéterminée

4

Grecs

3

Belges-Hollandais

3

Dantzicois

2

Yougoslaves

1

Total

307

Liste des 37 enfants déportés

Liste des 37 enfants déportés

Les camps dans les Basses-Alpes

Les camps dans les Basses-Alpes

Notes

1 AD AHP 20 W 24 et 20 W 28. D’après Denis Peschanski, « la police française [s’appuyant sur les textes antérieurs dont la loi du 12 novembre 1938] visa en priorité les militants et sympathisants communistes avant d’élargir le spectre avec l’aide du décret contre les ressortissants des puissances ennemies », Denis Peschanski, La France des camps, op. cit., p. 77.

2 AD AHP 20 W 28, rapport de la gendarmerie de Forcalquier, 5 décembre 1940 et archives communales de Forcalquier. Arthur Berl, journaliste autrichien, entré en France en 1938, était réfugié à Volonne où la guerre le surprit. Il fut hébergé par un compatriote, Kurt Weiss, exploitant agricole, également interné aux Milles et libéré le 6 avril 1940 ; Richard Kirn, journaliste, arrrivé en France en 1935, habita Forcalquier où s’était regroupée une importante colonie allemande dont nombre de sociaux-démocrates. Il y exerça le métier de mineur. Passager du « train fantôme » des Milles, il fut libéré – en dépit de son appartenance politique – après le passage de la commission Kundt à Saint-Nicolas, dans le Gard. Expédié plus tard au camp du Vernet dans l’Ariège, en exécution d’instructions secrètes du 9e bureau de la direction de la police nationale du 17 septembre 1941, puis libéré de nouveau, il survécut à la guerre et fut à la tête du parti social-démocrate sarrois en 1945. Gottfried Jacob, entré en France en 1935, résidait à Peyruis depuis février 1936 où il fut bûcheron.

3 Ce statut avait été créé par le décret du 13 janvier 1940, pour les hommes âgés de moins 40 ans. Ces camps sont connus grâce au rapport Chevrier – Canioni conservé au CDJC (CDJC CCCLXIII). Félix Chevrier était secrétaire général de l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) et de la Commission des centres de rassemblement (CCR) créée en novembre 1939 à l’initiative du Général Ménard. La CCR était présidée par Albert Lévy également président du comité d’assistance aux réfugiés et était financièrement soutenue par le JOINT – American Jewish Joint Distribution Committee (organisation de secours américaine pour les juifs d’Europe et du reste du monde). En mars 1940, Félix Chevrier visita les trois camps bas-alpins (la quasi totalité des camps en France, fut visitée soit par lui-même, soit par deux inspecteurs, J. Millner et M. Canioni).

4 Voir son témoignage dans l’ouvrage d’Emmanuelle Foster, op. cit.

5 Il n’est pas de notre propos de faire ici l’histoire de ce centre. Signalons simplement que la population des détenus de la citadelle de Sisteron fut fortement modifiée par des transferts au cours du conflit mondial. En 1944, les détenus étaient majoritairement politiques, principalement communistes. Ils en organisèrent l’évasion collective lors des combats du début juin 1944. Voir à ce propos Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes-de-Haute-Provence. La Résistance, 2e édition, Imprimerie Bernard Vial, 1990, p. 183-193 et p. 296-302.

6 Les internés, considérés comme des soldats, portaient leurs vêtements militaires et étaient nourris par l’Intendance. Mais, depuis le 1er octobre 1940, ils étaient assimilés pour le travail à des compagnies de travailleurs et avaient droit à un salaire, versé d’ailleurs très irrégulièrement.

7 AD AHP 40 W 2, rapport de gendarmerie.

8 De fait, ce principe n’a pas été respecté, les Basses-Alpes en fournissent plusieurs exemples.

9 AD AHP 41 W 4, rapport préfectoral, 14 mars 1941.

10 AD AHP 6 J 18. Cet état d’esprit avait déjà été signalé : « Les réfugiés qui se trouvent dans ce groupement sont considérés par le commandant du camp comme étant là en punition et traités en conséquence », AD AHP 6 J 17, lettre du directeur du service d’accueil et d’hébergement des réfugiés, 20 octobre 1941. Le rapport de la commission des camps date de mars 1942. La Commission des camps, constituée en avril 1941, se composait des principales organisations juives d’assistance, avec, à sa tête, un comité exécutif de trois membres : A. Levy, président du CAR (Comité d’assistance aux réfugiés), le docteur Weil et Georges Picard, secrétaire général. Son siège était à Toulouse.

11 Voir Jean Garcin, op. cit., p. 239.

12 Alliance israélite universelle, archives du consistoire central (AIU ACC) 26.

13 AD AHP 20 W 22, rapport du capitaine Jullian, 25 juillet 1942.

14 AIU ACC 26, courrier Horeau adressé au rabbin Hirschler. le total des juifs internés est obtenu à partir de noms fichés aux AD AHP 20 W 22-23-24 – 6 J 17-18 et aux AD BdR 164 W 1-12, lors de différents recensements, AD AHP 42 W 32-33.

15 AD AHP 6 J 17. La mise en place de l’UGIF en avril transforma la Commission des camps en 5e Direction, 3e section, qui quitta Marseille pour Sisteron, le 24 mars 1943. Ce service, dirigé par le secrétaire général Jean Wimphen fonctionna jusqu’à l’arrestation de ses membres à Sisteron le 5 novembre 1943 et leur déportation.

16 AD AHP 6 J 17. S’agit-il d’une volonté délibérée d’affecter les juifs à des travaux particulièrement pénibles ? C’est à Saint-Auban qu’ils furent raflés le 5 novembre et le 10 décembre 1943.

17 AD AHP 20 W 23, lettre au commandant Horeau, 17 juillet 1943.

18 En vertu de la neutralité de l’Espagne, mais on les incorpora quand même massivement en mai et juillet 1943.

19 Léon Zyngerman, d’origine polonaise, rejoignit le réseau de René Char. Il servit vraisemblablement d’intermédiaire entre le commandant Horeau et la Résistance (René Char et la SAP-Section Atterrissage Parachutage) pour récupérer dans le camp, au profit de cette dernière, chaussures et vêtements. Charles Lifchtiz, de même origine, prit le maquis et devint, en septembre 1944, interprète auprès du chef d’état-major du 1e régiment bas-alpin ; Nicolas Krausz, Hongrois, s’enfuit le 24 mai et se retrouva comptable pour l’armée américaine à Marseille ainsi que Robert Metzger, évadé en novembre 1943, qui devint mécanicien pour cette même armée (AD AHP 20 W 24 ; Jean Garcin, op. cit, p. 239).

20 Le service social des étrangers fut créé en janvier 1941 par le gouvernement de Vichy. Dépendant du commissariat à la lutte contre le chômage (donc du ministère du Travail), il était dirigé par Gilbert Lesage, également membre des Quakers. Le 31 mai 1941, ce dernier fut chargé d’ouvrir des centres spéciaux (dont celui de Reillanne) pour héberger les familles des travailleurs étrangers incorporés dans des groupements. En collaboration avec la Croix-Rouge, il décida aussi de regrouper des Polonais internés et incorporés dans des GTE dans des centres d’accueil spécifiques (dont Gréoux-les-Bains).

21 Joseph Wieselthier, entré en France en janvier 1933, et Michel Zylberberg venu en France en 1934.

22 Chaïm Binkowitz (arrêté le 10 décembre 1943), Maurice Cukier (ex-légionnaire, combattant en 39-40, libéré en 1944), Lévy Dancygier, détaché à l’usine de Saint-Auban, dont il s’enfuit, à la faveur d’une permission, le 9 décembre à la veille de la rafle, Charles Lifchitz qui s’évada en juillet 1944 et Simon Fiszman.

23 AD AHP 6 J 16, il s’agit de la 5e direction de l’UGIF, établie à Gap.

24 AD AHP 6 J 14, rapport de l’UGIF, mai 1943.

25 Ainsi, les familles Deutsch, Brühl et Sarah Grynspan.

26 La famille Behar venue de Constantinople, via Marseille (Sarah, David et leur fils Maurice) arrivée en 1930, leur mère Clara arrivée en 1938, Marcelle Barrielle, née Kartow, arrivée avec ses deux enfants en 1933 et Joseph Ohana, originaire du Maroc arrivé de Bastia en 1939.

27 Voir annexe I.

28 AD AHP 42 W 28. Il y avait alors dans le département 2 488 étrangers, essentiellement des Italiens et des Espagnols. Ce chiffre s’explique par la présence de l’usine chimique de Saint-Auban et des républicains espagnols restés sur place après la fin de la guerre civile. Les premières grandes mesures antisémites sont prises en octobre 1940 : la loi du 3 octobre portait sur le statut des juifs, celle du 4 octobre visait les juifs étrangers et permettait au préfet de les interner dans des camps spéciaux ou de les assigner à résidence

29 En vertu de la clause de la convention d’armistice, un détachement de fonctionnaires allemands et d’agents de la Gestapo, passa au crible les camps d’internement de la zone non occupée afin de se faire livrer certains ressortissants du Reich.

30 AD AHP 42 W 80.

31 Joseph Ohana, professeur de philosophie, Suzanne Abram, professeur d’éducation physique, Gilberte Bloch, professeur d’italien (tous les trois enseignaient au Lycée de Digne) et Rachel Weil, directrice de l’École primaire supérieure de Sisteron.

32 Pierre Auscher, censeur au Lycée de Digne, mais ancien combattant, Jean Cremieux, directeur de coopérative agricole à Manosque, Félix Attia, sous officier dans les Chasseurs Alpins.

33 AD AHP 42 W 32 et 33.

34 En 1941, il semblerait que seuls les chefs de famille aient été recensés.

35 La famille de Jacob Frank – social-démocrate sarrois et anti-nazi reconnu – s’était installée à Forcalquier en 1936, et avait attiré auprès d’elle des réfugiés sarrois de même opinion politique, tels Richard Kirn avec son épouse et Julius Schneider (ancien des Brigades internationales) avec sa compagne Emma Giessen, dont le mari avait été assassiné par les nazis en Allemagne et qui fut internée à Gurs. Les deux familles Greve (dont un chef, Ernest, était un anti-nazi reconnu) étaient également venues se réfugier à Forcalquier, ainsi que les familles Paul et Léopold Silberstein. Peyruis accueillit les familles sarroises Jacob et Levy, Digne les familles Ross (Polonaise), Plessner (Roumaine), Löwy (Hongroise). Castellane, Annot, Saint-André-les-Alpes, Thoard, Sisteron furent également des lieux de résidence.

36 Mais en s’appuyant sur le décret du 18 novembre 1939 qui donnait aux préfets les mêmes pouvoirs.

37 Michaël R. Marrus, Robert O. Paxton, Vichy et les Juifs, op. cit., rééd. Livre de Poche, 2004, p. 196. Henri Chavin fut à l’origine d’une opération de police à l’encontre des juifs étrangers qu’il accusait de marché noir dans les Alpes-Maritimes, le Var, les Bouches-du-Rhône). Il s’ensuivit l’internement de 61 juifs étrangers et l’assignation à résidence de 632 d’entre eux dans une autre région. Ces mesures suscitèrent l’admiration de certains membres du gouvernement, d’où l’expression citée ci-dessus.

38 La loi du 9 novembre 1942 interdit d’ailleurs aux juifs de quitter la commune qu’ils habitaient sans documents spéciaux délivrés par la police.

39 Ainsi pour la rafle du Vel’ d’Hiv’, 16 et 17 juillet 1942.

40 AD AHP 42 W 32-33, le précédent recensement avait eu lieu en juin 1941.

41 Allusion aux déportations ?

42 AD AHP 42 W 34. Pour les affaires relatives au Commissariat général aux questions juives, le département des Basses-Alpes était rattaché à la Direction régionale de Nice.

43 AD AHP 42 W 33.

44 Ces derniers furent arrêtés avant les autres vers le 21 ou 22 août. Aucune date précise n’est donnée.

45 Situé à Marseille, Boulevard Cantini

46 Ce sont surtout des célibataires qui furent arrêtés dans les Basses-Alpes.

47 AD AHP 42 W 32.

48 Gérard Meyer (Allemand), Léon et Max Bodek (apatrides polonais), Herzl Fajnmesser (Polonais), Julius Schneider. Ce dernier, dirigeant sarrois après la guerre, était un social-démocrate opposé aux nazis, interbrigadiste, réfugié à Forcalquier après avoir été interné dans plusieurs camps (Troyes, Les Milles) et incorporé dans divers GTE. Entré en résistance en novembre 1942, il ne sera jamais arrêté. Dirigeant sarrois après la guerre

49 Ils sont entrés en 1935, suite au plébiscite organisé par Hitler en Sarre après 15 ans d’occupation française, et favorable aux nazis. Juifs et opposants au régime quittèrent la région et vinrent se réfugier en France où certains départements – dont les Basses-Alpes – les accueillirent.

50 Aucune mention des Tchèques, Polonais, Lettons, Lithuaniens, Estoniens.

51 Et non celles du recensement de juin 1941. Aux Archives départementales, elles sont classées en deux catégories : l’une concernant les juifs entrés en France après 1936 et ne bénéficiant pas de dérogations prévues par la circulaire du 5 août, l’autre concernant les juifs immigrés entrés avant cette date ou bénéficiant de dérogations. Les premiers furent arrêtés (une soixantaine), mais pas les autres (un peu moins de 90). cf. AD AHP 42 W 34.

52 Il y eut aussi des transports par chemin de fer.

53 Fajnmesser Herzl (Polonais, né en 1914, entré en France au printemps1940, venant de Belgique), Gerde Ludwig (Tchèque, né en 1902, entré en France par l’Italie en août 1939, assigné à résidence en 1941), Herzl Julius (Autrichien né en 1899, entré en France en 1938, assigné à résidence en 1941), Meyer Gérard (Allemand, né en 1900, inscrit sur la liste de la commission d’armistice en 1940 dans les Basses-Alpes), Stern Walter (Autrichien, né en 1909, entré en France en mai 1940, assigné à résidence en 1941).

54 Recoupement avec Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille, op. cit., et Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Paris, Klarsfeld, 1978 et additifs 1980-1982.

55 Deux furent arrêtés aux Mées, transférés au camp des Milles, puis à Drancy le 2 septembre, déportés par le convoi n° 29 du 7 septembre 1942 : Brawerman Israël (Polonais, né en 1897, a fait partie, dès 1941, du 213e GTE de Norante, Basses-Alpes, annexe du camp des Mées), Buxbaum Moritz (Autrichien, né en 1907, entré en France en mars 1939). Deux autres furent transférés aux Milles, puis à Rivesaltes le 10 ou le 11 septembre qu’ils quittèrent pour Drancy le 14 et déportés par le convoi n° 33 du 16 septembre : Gross Herbert (Autrichien, né en 1897, entré en France en mai 1939, assigné à résidence en 1942), Seligmann Siegbert (Allemand né en 1897, entré en France en juin 1939, assigné à résidence début 1942). Quatre autres n’apparaissent sur aucune des listes de déportés établies par Serge Klarsfeld : Bodek Léo (Polonais, né en 1917, entré en France en août 1941 venant de Belgique, assigné à résidence début 1942), Bodek Max (Polonais, né en 1920, même parcours que son frère, mais interné d’abord au centre de séjour surveillé de Sisteron, puis aux Milles) – ces deux frères sont-ils libérés en se faisant passer pour catholiques, une demande de leur part à l’évêque de Digne pour faire sortir leurs parents de Gurs figure dans les archives, ou se sont-ils évadés ? –, Levy Kurt (Allemand, né en 1900, son nom figure sur la liste de la commission d’armistice en 1940, incorporé dans le GTE le 18 juin 1942), Loewy Hermann (Tchèque, né en 1902, entré en France en 1939).

56 La liste complète des juifs étrangers en résidence libre arrêtés a été difficile à établir, car elle n’est claire que pour Forcalquier et Dauphin. Il a fallu procéder par recoupements entre les renseignements, parfois contradictoires, trouvés aux Archives départementales et les listes fournies par Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille, op. cit. et Nice : Caserne Auvare (…) op. cit.

57 LAD AHP 42 W 32, deux rapports de police, 27 et 29 août 1942. Il est à noter que le rapport du commisaire des Renseignements généraux des Basses-Alpes du 27 août signale que « les intéressés, au début assez déprimés, parce que croyant être remis aux Autorités Allemandes, ont paru plus rassurés lorsqu’ils ont appris qu’ils étaient dirigés sur Nice ».
À Forqualquier, dix-sept personnes : Alban Alfred (Autrichien, né en 1900, assigné à résidence en 1942), Dyslerite Chaja (Lithuanienne, née en 1892, entrée en France en 1935, assignée à résidence depuis 1941, seule personne entrée en France avant le 1er janvier 1936 qui soit arrêtée) la famille Greve, Ernest (Allemand né en 1887, entré en France en juillet 1939, anti nazi reconnu, assigné à résidence en 1942), Anna (idem, née en 1897), Hans (né en 1920), Gross Paul (Autrichien, né en 1898, entré en France en mai 1939, assigné à résidence en 1942), la famille Hadjeck, Otto (Autrichien, né en 1900, entré en France en juin 1939, Valérie (Autrichienne, née en 1905, entrée en France en juin 1939), Hans (idem, né en 1932), Kornfein Alice (Autrichienne, née en 1912, entrée en France en février 1939), la famille Silberstein, Paul (Autrichien, né en 1900, entré en France en avril 1939, assigné à résidence depuis 1941), Marie (idem, née en 1910), Edith (idem, née en 1932), Schlenger Léopold (Tchèque, né en 1895, entré en France en 1939), Steiner Rudolph (Autrichien, né en 1913, entré en France clandestinement, en août 1939, venant d’Italie par la voie maritime, condamné à une amende, assigné à résidence en 1942), Wald Otto (Autrichien, né en 1895, entré en France en février 1939, assigné à résidence en 1941, compagnon d’Alice Kornfein), Weiss Erwin (Autrichien, né en 1906, entré en France en août 1939, assigné à résidence depuis 1941).
À Dauphin, trois personnes : la famille Basser, Wilhelm (Autrichien, né en 1904, entré en France en 1936), Karla (Autrichienne, née en 1908, entrée en France en août 1938) et leur fils Pierre né en 1932.
À Digne, dix personnes (et peut-être onze) : Mosse Kurt (Allemand, né en 1887) – Weiss Adolph (Tchèque, né en 1906, entré en France en 1938, assigné à résidence en 1941) – la famille Löwy, Geza (apatride hongrois né en 1891, entré en France en juin 1939 par Vintimille, venant de Milan), Thérèse (idem, née en 1896), Gertrude (idem, née en 1921), Herbert (idem, né en 1925). Arrêtés « par erreur », les membres de cette famille furent libérés par la Commission de triage à Nice. Étant Hongrois, ils ne relevaient pas des directives du 5 août. Ils revinrent à Digne qu’ils quittèrent « furtivement » selon un rapport de police le 28 septembre 1942. Il en est de même pour la famille Plessner : Alfred, Polonais, né en 1900 mais engagé volontaire dans l’armée polonaise de juin 1939 à août 1940, Aurèlie (Roumaine, née en 1906) et leurs enfants, Rita (1928) Henri (1933) également Roumains. Ces derniers étaient exclus des directives du 5 août, ainsi que leurs conjoints d’une autre nationalité. En revanche, un parent, Hirsch Plessner, Polonais né en 1884, recensé en juin, fut vraisemblablement arrêté (bien que cela ne soit pas mentionné) car il a fait partie du convoi qui quitta Nice le 31 août. Il fut déporté dans le convoi n° 30 du 9 septembre.
À Thoard, deux personnes : Wellisch Siegfried (Autrichien, né en en 1883, entré en France en août 1939, assigné à résidence en 1942), Wellisch Rosa (Autrichienne, née en 1887, entré en France en août 1939, assignée à résidence en 1942).
À Saint-André, quatre personnes : Andermann Félix (Autrichien, né en 1899, entré en France en novembre 1938), Andermann Berthe (Autrichienne, née en 1909, même parcours), Kohn Maximilien (Autrichien, né en 1899, entré en France en juin 1939, assigné à résidence en 1942), Stessel Hildegarde (Autrichienne, née en 1911, entrée en France en mars 1938).
À Castellane, une personne : Feiner Frédéric (Autrichien, né en 1888, entré en France en juin 1938, assigné à résidence en 1941).
À Colmars, une personne : Rabinovitch Hermann (Lithuanien, né en 1891, assigné à résidence en 1941).
À Annot, deux personnes : Markus Julius (Dantzicois, né en 1893, entré en France en 1938, assigné à résidence en 1942), Markus Marie (idem, née en 1890).
À Manosque, une personne : Philipp Hans (Allemand né en 1911) adopté par Mlle Marie Louise Boyer de Manosque, le 15 janvier 1941 (sans effet) figure sur la liste de la Commission d’Armistice en 1940.
À Gréoux, deux personnes : Grumblatt Judell (Letton, né en 1882, entré en France en mai 1940, assigné à résidence en 1942) – Grumblatt Lina (idem, née en 1883).
Et encore trois autres : à Moustiers, une personne, Turck Walter (Allemand, né en 1893, assigné à résidence, arrêté en fait le 25 au soir), à Annot, Zug Wilhelm (Allemand, de passage à Annot, venant de Nice et allant à Lyon). Enfin, le 29 fut arrêtée à Digne où elle s’était installée en juin, Maria Sielmann, d’origine polonaise, née à Lublin en 1911. 3 personnes furent encore arrêtées après le rapport du 27. Une autre, à Digne, n’est pas mentionnée clairement (Hirsch Plessner). 18 étrangers furent dirigés sur Nice, alors que 20 furent arrêtés. Mais l’on sait qu’une femme s’est enfuie. Un enfant, Pierre Basser, âgé de 10 ans, laissé à Dauphin, fut recueilli jusqu’à la fin de la guerre par Mlle Lauzier. En effet, l’intendant de Police de Nice permettait aux parents de les emmener ou de les laisser à des œuvres ou à des tiers. L’enfant est signalé comme vivant en septembre 1944.

58 Il s’agit des familles Silberstein Léopold (4 personnes) et Greve Walter, accusées de marché noir au mois d’août et épargnées par la grande rafle.

59 Ce sont, par exemple, à Peyruis, les familles Levy et Jacob d’origine sarroise et entrées en France en 1935, à Digne, les familles Frund-Goldberg, polonaises – entrées en France dès 1924, à Forcalquier, Oksenhendler, polonaise, entrée en France en 1930, Léopold Silberstein, allemande, entrée en France en octobre 1933, à Sisteron, Valdas-Simkovic, lithuanienne, entrée en France en 1924, à Castellane, le couple Trotsky, russe, entré en France en 1933, qui voulait rejoindre des parents en Argentine, etc.

60 AD AHP 42 W 34, deux procès-verbaux de la brigade de gendarmerie de Gréoux, 26 août 1942. Il s’agit de Michel Zylberberg, entré en France en juin 1934, et Joseph Wieselthier, entré en France en janvier 1933. Tous deux, incorporés en 1940 dans l’armée polonaise en France, avaient été faits prisonniers en juin 1940.

61 Ainsi, le couple Behr à Barcelonnette, Léopold Moldauer (« inconnu à cette adresse »), Johanna Bielefeld, partie d’Annot en juin 1942 ou Siegfried et Arthur Lichtenstein, partis pour Monaco qui n’était pas une destination sûre (AD AHP 42 W 35, rapport de police). Les israélites de Forcalquier paraissaient bien informés des mesures les concernant, puisque lors de la mesure prise contre eux le 25 août 1942 (sic) ? ? ? certains d’entre eux affirmèrent l’avoir connue le 24.

62 AD AHP 42 W 32, rapports de gendarmerie, brigade de Gréoux, 26 août 1942. C’est le cas de Caroline Greve (83 ans), aveugle et jugée intransportable, laissée auprès de son fils Walter, laissé libre lui aussi, de Markus Guckenheimer (73 ans), du couple Ludwig – Selma Homburger (76 et 66 ans) et de Katherine Wald (69 ans).

63 Arthur-Valérie Wald, parents d’un petit Tommy de 9 mois, à Forcalquier, Herzeck et Serel Ross à Digne, parents de Dora, née en 1935, et de Mélita, née dans cette ville le 4 mars 1942, le couple Oksenhendler, parents de Sylvain né en 1939 et de Daniel en 1940. On a vu plus haut que Pierre Basser et Edith Silberstein, tous deux âgés de 10 ans, n’avaient pas été arrêtés.

64 C’est le cas d’Ernest Ehrlich (Légion Étrangère), Otto Nachmann (id.), Simon Rabinovitch, Adolphe Rosenthal (régiment d’infanterie de Sidi-Bel-Abbès), Arthur Lichtenstein (légionnaire), Max Stern, Alfred Plessner (armée polonaise), Abraham Goldstein (1er régiment tchécoslovaque), Hermann Löwy (engagé volontaire en 1939 en Syrie et venant de Beyrouth). Léopold et Elsa Silberstein ne furent pas arrêtés parce qu’ils avaient deux fils Guy et Henry, nés respectivement en 1920 et 1922, engagés volontaires en 1939.

65 Comme Maximilien Spielholtz, Autrichien marié à une Française de Banon, où il était agriculteur, ou Chaim Stajmann, Polonais marié à Marguerite Bahoff à Manosque.

66 Isaac Levy (Grec) de Saint André, Jules Beregi (Hongrois) à Thoard, Elias Levy (Argentin) à Digne.

67 C’est le cas de la famille Loewy et Plessner de Digne, arrêtée « par erreur ». Voir sur l’intervention, très difficile, des associations caritatives et de personnalités (le grand rabbin Hirschler, la baronne Rotschild, Angelo Donati) le rapport du rabbin Léon Berman qui signale qu’une cinquantaine d’enfants furent sauvés et confiés à des familles (juives et chrétiennes) ou à des colonies de vacances en attendant de pouvoir être remis à l’OSE (AIU CC 26, 14 septembre 1942).

68 Serge Klarsfeld, Nice : Caserne Auvare (…), op. cit., p. 11.

69 9 de Digne : les familles Loewy, Plessner (déjà évoquées) et Kurt Mosse (jugé incurable et intransportable, autorisé à résider à nouveau à Digne) – 3 de Forcalquier : Marie et Edith Slberstein (10 ans) femme et fille de Paul, déporté, et Rudolph Steiner (motif inconnu, peut-être évasion) – 1 d’Annot : Marie Markus, (née Reschowski) se disant catholique et présente en septembre 1942.

70 avec les 9 travailleurs étrangers, cela donne le chiffre de 42 personnes.

71 « Le convoi était constitué de 560 juifs (219 hommes, 279 femmes et 12 enfants) en provenance de Nice (…) 480 des Alpes-Maritimes, environ 40 des Basses Alpes et 45 de Monaco ». Serge Klarsfeld, Nice, Caserne Auvare (…), op. cit., p. 24.

72 Raymond Raoul Lambert, op. cit., p. 187-188. Selon Serge Klarsfeld « Le nombre des enfants juifs est restreint (moins d’une vingtaine) par rapport au nombre des adultes transférés ; ce qui indique que les responsables de l’opération ou certains d’entre eux (Préfecture, Intendance de Police) ont décidé d’épargner soit des parents avec leurs enfants, soit les enfants en ne déportant que leurs parents » Serge Klarsfeld, Nice : Caserne Auvare (…), op. cit., p. 34.

73 Chaja Dyslerite, Fredrich Feiner, Ernest, Anne et Hans Greve, Julius Markus, Léopold Schlenger, Erwin Weiss et Adolphe Weiss furent déportés par le convoi n° 27. Alfred Alban, Félix et Berthe Andermann, Wilhelm et Karla Basser, Paul Gross, Lina et Judell Grumblatt, Otto, Valérie et Hans Hajeck, Maximilien Kohn, Hans Philipp, Hermann Rabinowitz, Paul Silberstein, Hildegarde Stessel, Walter Turk, Otto Wald et Alice Kornfein (orthographié « Kornfeinwald in Serge Klarsfeld, Nice, Caserne Auvare (…), op. cit., p. 24, Siegfried et Rosa Wellisch furent déportés par le convoi n° 29. Hirch Plessner le fut par le convoi n° 30 et Maria Sielmann par le convoi n° 32. J’ignore le sort de Wilhelm Zug qui, parti de Nice avec les autres, le 21 août, ne figure pas dans les listes du Mémorial.

74 La loi du 11 décembre 1942 prescrivait l’apposition de la mention « Juif » sur les cartes d’identité et d’alimentation, ce qui donna lieu à deux recensements : l’un en février 1943, l’autre pendant l’été.

75 Telle Hélène Levy.

76 C’est le cas de la famille Bessmann qui, fuyant Nice, était arrivée à Saint-André-les-Alpes à l’été 1941, ainsi que celui de leurs amis, les familles Heinich et Ziegel, (polonaises), Kohn (allemande), Bodenstein (autrichienne), Iscovici (bulgare), Joseph Schweiger (hongroise) et les deux frères Levy (Français) dont il n’y a aucune trace aux archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence. Voir Daniel Bessmann, Les miens – Les nôtres, Paris, L’Harmattan, 1991.

77 AD AHP 42 W 32.

78 Jacob Findel, Max Birnbaum, Abram Dahrling.

79 Voir sur ce point et la situation à Nice la contribution de Jean-Louis Panicacci.

80 Comme le comité d’aide aux réfugiés de Nice, situé Boulevard Dubouchage, relevant de l’UGIF.

81 AD AHP 42 W 34, rapport de gendarmerie de Castellane au préfet, 17 février 1943 et AD AHP 42 W 80.

82 AD AHP 42 W 34. Un courrier du préfet des Basses-Alpes adressé au consul de la République fédérale d’Allemagne en 1964 nous donne quelques renseignements sur cette localité : « Il n’y a pas eu de camp d’internement à Moustiers en 1943, mais un Centre de Rassemblement de juifs assignés à résidence sous le contrôle des autorités italiennes. Ces internés étaient astreints à des contrôles d’appel journaliers, à des heures de promenades individuelles à heures fixes, dans des périmètres déterminés logeaient chez des particuliers et se nourrissaient à leurs frais ». Il en est de même à Castellane. À noter que les déplacements faisaient l’objet d’autorisation.

83 AD AHP 42 W 32, lettre du rabbin Rothschild au sous-préfet à Castellane, 19 mars 1943.

84 AD AHP 42 W 32, lettre du secrétaire général de l’UGIF au préfet des Basses-Alpes, 21 juin 1943, voir annexe II.

85 AD AHP 42 W 32, rapport de gendarmerie au préfet, 7 septembre 1943.

86 Serge Klarsfeld, Nice : Caserne Auvare (…), op. cit., p. 50.

87 AD AHP 42 W 32.

88 AD AHP 42 W 32, rapport préfectoral, 8 septembre 1943 « Depuis 48 h de nombreux camions venant des Hautes-Alpes, Savoie et Haute-Savoie, traversent les Basses-Alpes pour se rendre à Nice. Ils transportent des israélites français et étrangers qui se mettent sous la protection des autorités italiennes ».

89 AD AHP 42 W 32, rapport de gendarmerie, 4 septembre 1943.

90 Capitaine SS envoyé en juillet en France, où il prend la direction du camp de Drancy, et collaborateur d’Eichmann. Selon un témoignage d’après guerre, il serait venu à Saint-Auban superviser les deux rafles visant les travailleurs étrangers qui ont lieu le 5 novembre et le 10 décembre. Il rejoint Drancy le 14 décembre.

91 Entré en fonction fin avril 1943 et arrêté par la Gestapo en mai 1944.

92 Michaël R. Marrus, Robert Paxton, Vichy et les Juifs, op. cit., p. 459.

93 Idem.

94 Le récit de cette épopée est décrit, en particulier, par Raoul Berg, La Persécution Raciale, Document pour servir à l’histoire de la guerre. Crimes ennemis en France ? Paris, CDJC, 1947.

95 Douze à Barcelonnette : Buchalter Aron (Polonais, né en 1901), la famille polonaise Goldberg, Joseph né en 1905, Dora (1909) Yetta (1930), Littmann Mayer, Polonais né en 1895, Littmann Ronald, Polonais né en 1934, Reznik Michel né en 1905, Rosner Jite, Polonais né en 1904, la famille polonaise Wolf, Mayer né en 1889, Cypra (1890), Félicie (1924), Émile (1922) ; neuf à Moustiers : Gelbaert Mendel, né en 1909 à Benzin (?), la famille Josefowitz d’origine polonaise, Szmul (né en 1876), Chaja (1876), Laja (1908), Selig (1911), Bella (1941), Santman Siegfried, Autrichien né en 1902, Stampa Wolf, Polonais né en 1893, Waschmann Mordko, Polonais né en 1907 ; deux à Castellane : Bielinski Dora, Russe née en 1887, Bielenski Evelyne, Allemande née en 1922.

96 À Barcelonnette, plusieurs assignés à résidence furent arrêtés entre septembre et novembre dans cette localité qu’ils n’avaient pas quittée : Ainsi, Glasberg Jacob, Polonais né en 1900 – la famille Berkenwald, d’origine polonaise, Pinkus (né en 1902) Schendla (1897), Gabriel (1925), Rachel (1921), Sarah (1922), le couple polonais Frenkiel, Naftali (1910) et Malka (1909), Futerman Hersz, Polonais né en 1896, la famille polonaise Judkowsky, Esther (1892), Israel (1892), Samuel (1926), le couple allemand Dreifus, Eugène (1886) et Rosa (1893), la famille Grunfeld d’origine tchèque, Maurice (1912), Sara (1922), Henri (1940), Tobby (1943), Kornweitz Frieda, Autrichienne (1912), Kornweitz Karine, Autrichienne (1936). Certains furent arrêtés au Belvédère où ils avaient été transférés le 5 septembre : le couple autrichien Lopater, Moses (1879) et Dora (1878), Szarkstein Abraham, Polonais né en 1902 – Samuel Mario, Grec né en 1907, Samuel Abraham, Grec né en 1910, le couple polonais Wohl, Ruben (1886) et Lili (1926). D’autres à Nice : Ruso Semaio, Yougoslave né en 1897, la famille polonaise Gottesman, Amin (1898) Rose (1901) Anna (1923). Tous sont transférés à Drancy dès le 22 septembre et furent déportés par les convois n° 60 (7 octobre), n° 62 (20 novembre) et n° 64 (7 décembre). Parmi les assignés à résidence à Moustiers, Balint Geza, Autrichien né en 1887 et Zwiblanski Henoch, Polonais né en 1907, furent arrêtés à Saint-Martin-Vésubie. Weiss Gabriel, Autrichien né en 1885 et le couple autrichien Wenkert, Isaac (1902) et Ernestine (1903) furent arrêtés à Nice et déportés par les convois n° 60 et n° 64. Enfin, à Castellane, Gitlis Georges, Polonais né en 1898, Grin Mordko, Polonais né en 1899, la famille belgo-hollandaise Vanstraten, André (1890), Angélique (1886) Marcos (1915), furent arrêtés à Nice et déportés par les convois n° 62 et n° 64.
La famille Kramm (roumano-polonaise), Ernest (1913) Stéphanie (1917) et Charles né à Digne, le 20 juin 1943, ainsi que Léopold Moldauer (Roumain, né en 1897), furent arrêtés à Saint-Martin-Vésubie et déportés par le convoi n° 64. Plus tard, Pincho et Gertrude Margolis, d’origine russe, nés en 1892 et 1903, Ernest Wachsmann (Allemand, né en 1892) et Icko Perlemutter (Polonais, né en 1909) furent arrêtés à Nice et déportés par les convois n° 69 (7 mars1944), n° 70 (27 mars) et n° 73 (15 mai).

97 AD BdR 55 W 148.

98 Date à laquelle Bauer et Palmiéri se rendirent à Cannes dans le même but.

99 Il avoua également à son procès que lorsque les juifs semblaient riches, il exigeait de fortes sommes d’argent pour les laisser en liberté à l’insu de la Gestapo, bien sûr.

100 AD AHP 20 W 32.

101 AD AHP 42 W 34. Le 12 avril 1944 une directive du ministère de l’Intérieur informa les préfets qu’il y avait lieu de communiquer aux autorités allemandes qualifiées les listes d’israélites français et étrangers lorsqu’elles en faisaient la demande.

102 Rapports de gendarmerie d’Annot, de Colmars, témoignages à Digne.

103 Il s’agit d’Edgar Dreyfus, né en 1902, secrétaire général, son épouse Germaine née en 1898, dactylo, du secrétaire général adjoint, Jean Wimphen, né en 1904, du chef comptable André Birman, né en 1920 et de l’aide-comptable Yvonne Weil, née Tedesco en 1903. Furent également arrêtés Yvette Dreyfus née en 1906, la famille Simkovic Sarah née en 1899 et ses deux fils Arcady (1926) et Lucien (1927), tous deux élèves au Lycée de Sisteron, Bluma Valdas, de nationalité lithuanienne, née Simkovic en 1899 et sa fille Liliane née en 1930, ainsi que trois internés juifs du centre de séjour surveillé : Adolphe Brudasz (Polonais, né en 1910) Ignace Schwarcz (Hongrois, né en 1905) et Max Steinitz (Polonais, né en 1897). Enfin, au village de Mison, Berthe Fribourg (Française née en 1880) et son fils René, handicapé (né en 1922) le furent aussi

104 Mais Yvette Dreyfus n’apparaît pas sur les listes de Serge Klarsfeld.

105 Alt Joseph, Polonais né en 1898, Brunner Ignace, Hongrois né en 1901, Glickmanas Markus, Lithuanien né en 1907, Klein Victor, Autrichien né en 1892, Lilienstein Otto, Allemand né en 1891, Margulies Abraham, Roumain né en 1885, Rosenberg Charles, Hongrois né en 1918, Salzmann Isaac, Roumain né en 1883, Trottino Joseph, Hongrois né en 1896, Vidovice Simka, Roumain né en 1889, Wiesz Eugène, Hongrois né en 1894. Ils furent déportés par les convois n° 62, 63 et 64 sauf Martin Glickmanas, Simka Vidovice, Eugène Wiesz qui ne figurent pas dans le Mémorial de Serge Klarsfeld.

106 Joseph Arditi, de nationalité turque né en 1894, Rita Levy née Arditi en 1898, Turque et son mari Zeraya Levy né en 1880 à Oran, Maxime Sultan né en 1885 et son épouse Rachel née en 1887, tous deux originaires d’Oran et donc français, malgré l’abrogation du décret Crémieux, Transférés à l’hôtel Excelsior, ils quittèrent Nice le 9 pour certains, le 12 pour d’autres et furent déportés par le convoi n° 62 (20 novembre).

107 Les noms de ces hommes n’apparaissent pas sur les listes établies par Serge Klarsfeld.

108 Brünner toujours.

109 Amram Simon, Turc né en 1922 – Bienkowitz Chaim, Polonais né en 1904 – Gancz Jacob, Hongrois né en 1897-Lefkowitz Jules, Hongrois né en 1896 – Lenzberg Otto, Autrichien né en 1898 – Mahn Herbert, Allemand né en 1909 – Mazliach Jean, Turc né en 1897 – Radt Siegfried, Polonais né en 1907 – Riese Helmut, Allemand né en 1916 – Salomon Abraham, Roumain né en 1897 – Szeczi Joseph, Hongrois né en 1898-Tokarz Joseph, Polonais né en 1900.

110 Désiré Budaï, Hongrois né en 1888 et son épouse Huguette née Hayem, en 1923, Berthe Hayem née Levy en 1898 et Rosette Hayem née en 1926, Françaises. S’agit-il d’une expédition de Palmieri ? Ce n’est pas précisé dans les documents d’archives.

111 Sigismond Moskowski, né en 1887, ex-professeur de mathématiques, Croix de guerre 14-18.

112 AD AHP 9J2, Madame Pelissier, institutrice à Beauvezer – Récits de la Vallée du Haut Verdon, dactylographié, sd.

113 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie, brigade de Colmars, 31 janvier 1944 (annexe III). Un témoignage cité par Serge Klarsfeld, Nice, Caserne Auvare (…), op. cit., p. 110, va dans le même sens.

114 Douze à Beauvezer : Marcel Cremieux, Français né en 1880, domicilié à Marseille – le couple Erdand, Jean-Jacques et Françoise, qui avaient recueilli la petite Suzanne Szaleck, âgée de 8 ans après la déportation de ses parents, polonais, par le convoi n° 29 – Paul Link, Hongrois né en 1893 – Jacques Lowenbach, Français né en 1882 – la famille Propper, française (Édouard né en 1878, Elisabeth née en 1882). Leur fils, âgé de 15 ans, put s’échapper grâce à l’aide d’un chauffeur de la Gestapo, et fut aidé par le propriétaire de l’appartement qu’il occupait – Bernard Singer, Russe né en 1889 – Pierre Vercelli, d’origine italienne né en 1914 – la famille Zacks, d’origine polonaise, Régine (1892), Maurice (1926), Claudette (1938), Eliane (1940). Six à Villars-Colmars : Louis Bloch – Français né en 1876 – la famille Fildermann (Jacques né en 1890, Germaine née en 1898 et leur fille née en 1924) français – le couple Schoenwalder : Kurt né en 1919, Lucienne en 1921, d’origine autrichienne. Cinq à Colmars, la famille Bloch, française : Paul, né en 1892, Madeleine (1897), Nicole (1927) – la famille Moskowicz, d’origine polonaise : la mère Chana née en 1892, son fils Henri (1925) et sa fille qui réussit à s’échapper. Une à Allos, Antoine Berger, Français né en 1885.

115 Témoignage de Madame Pelissier, La famille Spiegler ?

116 À l’exception du couple Erdand, de Pierre Vercelli et d’Antoine Berger, relâchés.

117 Marcel Cremieux, Jacques Lowenbach, Édouard et Elisabeth Propper, Louis Bloch, Paul, Madeleine et Nicole Bloch, Bernard Singer et la famille Zacks, furent déportés par le convoi n° 68 ; Chana et Henri Moskowicz le furent par le convoi n° 69 ; la petite Suzanne Szaleck arriva à Drancy la dernière et fut déportée par le convoi n° 69. N’apparaissent pas dans la liste du Mémorial ni la famille Fildermann et Paul Link dont on sait qu’ils ont été libérés en août 1944, ni le couple Schoenwalder.

118 AD AHP 42 W 35, rapport de gendarmerie, brigade d’Annot, 17 février 1944 (voir annexe IV) et témoignage, en 1945, de Léopold Schuster, d’origine autrichienne (né en 1908) réfugié au hameau d’Argenton avec ses parents et sa sœur, qui a échappé à la rafle et dont les parents ont été déportés.

119 La famille Schuster, d’origine autrichienne, Joseph né en 1873, Chana (1876) et Fanny (1903), Jean Claude Weinberg, Français né en 1922, Pajus Mendel, Polonais, né en 1918, Jean Claude Bauer réussit à s’échapper, tandis que Joël Helft (Français, né en 1888) fut abattu dans sa tentative de fuite. Douze personnes furent arrêtées à Annot : le couple Godefroy, en fait Goldschmitt Jean (né en 1876) et Alice (née en 1884), Français, le couple Grinberg, d’origine russe : Jankel (1879) et Ida (1884), Paul Namias né en 1890, sa mère Jeanne (1867) et sa concubine Suzanne Boudeau, tous français, le couple Montel, Paul (1880) et Marguerite (1885), la famille Brindejonc, père, fils et belle fille, vraisemblablement relâchée à Nice. Tous les autres arrivent à Drancy le 20 février et à l’exception des Montel, furent déportés par le convoi n° 69.

120 la famille Frank : Henri (né en 1872), Aline (1876), René (1906), Jeanne (1907), Esther (1909), la famille Simon : Marx (né en 1870), Julien (1903), Alice (1909), Georgette (1914), Hélène (1939) et Josette (1942), Lucie Weinberg née Simon en 1909, Maurice Weinberg né en 1867. Transférés à Nice malgré les protestations du préfet des Basses Alpes, ils arrivèrent à Drancy le 24 mars et furent déportés par le convoi n° 71.

121 Celle de Joseph Rosensweig, d’origine polonaise (né en 1893), naturalisé français et réfugié d’Alsace-Lorraine.

122 1 Allemand et 3 Français.

123 AD AHP 42 W 35, rapport du commissaire de police de Manosque, 29 avril 1944. Il s’agit de Arrovas Emilie, Turque née en 1876, Ernst Louise, écrivain allemand né en 1893- Falk Julien, musicien français né en 1902, Grimberg Jean, Roumain né en 1884, la famille Hatem, Turque, Elie né en (1892), Rita (1900), et Lydia (1928), Mahn Lili, Lithuanienne née en 1905 – Sachs Hélène, Russe née en 1876 et son fils Jules.

124 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Forcalquier, repris le 1er juin 1945 lors du procès Palmiéri (AD BdR 55 W 148).

125 « L’un d’eux, accompagné d’un Allemand, a particulièrement insisté pour que lui soit remise la liste des juifs de la localité. Ce document ne lui a été ni remis, ni communiqué », AD BdR 55 W 148, témoignage du commissaire de police, 1er juin 1945.

126 Ce fait est corroboré par une lettre du préfet au sujet de l’arrestation de Julien Falk « des Français ayant participé avec les autorités allemandes à l’arrestation des juifs dans la région appartiendraient à l’équipe de Monsieur Sabiani et au PPF », AD AHP 42 W 36.

127 Dans la liste trouvée aux AD AHP, il s’agit d’Anna Henzer, née en 1904. Anna Henzer est vraisemblablement le nom d’emprunt de Nadia Slobodianska – cf. infra.

128 Né en 1880, d’origine russe mais naturalisé français, Fraïm Slobodianski était aussi connu sous le nom de Stchejloff.

129 Serge Klarsfeld, Nice, Caserne Auvare (…), op. cit.

130 Le couple Namer, d’origine turque, Léon (né en 1892) et Yechoua (1898) – René Paget, Français né en 1905 – Moch Fernande née Wepler en 1876.

131 AD AHP 32 W 11. Jean Grimberg, par le convoi n° 3 (15 mai), Émilia Arovas, Lili Mahn, Anna Henzer, Léon et Yechoua Namer par le convoi n° 74 (20 mai), Hélène et Jules Sachs par le convoi n° 75 (30 mai), la famille Hatem par le convoi n° 76. Lili Mahn, dont le mari, travailleur étranger aux Mées, avait été arrêté le 10 décembre 1943, revint vivante malade, fut laissée en liberté, d’Auschwitz (elle avait pu sauver sa fille qui fut recueillie au pensionnat catholique Saint-Charles à Manosque. La directrice, Madame Raybaud, fit passer l’enfant en Suisse où se trouvait sa grand’mère – nous tenons à remercier, pour ces précisions, madame Thèrese Dumont, coprésidente de l’Association Basses-Alpes 39-45). Il en est de même pour Yechoua Namer. Fernande Moch, mère d’un officier français, mourut à Drancy. Julien Falk ne fut pas déporté et témoigna, comme Madame Namer, au procès de Charles Palmieri. Ils ne le reconnurent pas comme l’auteur de leur arrestation, mais accusèrent l’un de ses sbires (Deluermoz).

132 Témoignage de Gibelin au procès Palmiéri.

133 Hermann Karp, né en 1899.

134 AD AHP, rapport de gendarmerie. Voir aussi Jean Garcin, op. cit., p. 279-280 et p. 454. À la Libération, la dénonciatrice fut fusillée en place publique. Transférés de Marseille à Drancy le 19 mai, Hermann Karp et le couple Levy furent déportés par le convoi n° 74 et la famille Tebol par le convoi n° 75.

135 AD BdR 55 W 148, dossier Palmiéri, témoignage en 1945. Furent arrêtés à La Sympathie, le vieux couple Levy réfugié d’Alsace, Sylvain né en 1868 et Berthe née en 1877, Brouislava Hassenberg, ex-médecin née en Pologne en 1887 et très malade, le couple Laly (en réalité Levy) Édouard né en 1871 et Alice (1886) née Blum, réfugiés venant de la Côte d’Azur, Georges Leroy (en fait le beau-frère d’Edouard Laly), Léon Meunier, Français né en 1909, clerc de notaire à Digne, considéré comme juif et en possession de faux papiers, sauvagement battu et insulté pour le lui faire avouer. Hélène Levy, fille de Sylvain et Berthe, alitée et très malade, fut laissé en liberté, mais le lendemain (4 mai) le chef de la bande revint vers 15 h pour se faire remettre de très beaux bijoux de famille qu’elle avait essayé de dissimuler. Furent arrêtés en ville : la famille Amouch, originaire de la région parisienne et réfugiée à Digne où elle était déjà recensée en 1942, Simon né en 1892, Alice née Kartow en 1895 et leur fille Annette (1922), Barriere Marcelle née Kartow en 1899 et son fils Pierre (1930), Kiredjian Kurd, Turc né à Constantinople en 1909, tailleur à Digne et dont le magasin fut saccagé, Lehmann Simon né à Paris en 1909, Croix de Guerre 14-18, secrétaire à la Préfecture, Stolzenberg Louis, Français, né en 1876, retraité de l’Instruction publique, porté sur les listes de recensement (comme Marcelle Barriere en 1941, 1942, 1943 et 1944).
La famille Amouch, Marcelle Barriere et son fils, Brouislava Hassenberg, Simon Lehmann, le couple Sylvain et Berthe Levy, après avoir quitté Marseille, soit le 13, soit le 19 mai, furent déportés par le convoi n° 74. Le couple douard et Alice Levy (Laly) et Louis Stolzenberg furent libérés à Drancy le 18 août 1944. Léon Meynier et Georges Leroy ne figurent pas sous ces noms s’ils ont été déportés.

136 AD BdR 55 W 148, dossier Palmiéri, témoignage en 1945. Kurd Kiredjian prouva, après une visite médicale, qu’il n’était pas juif.

137 Idem. La famille Cori fut arrêtée à la villa Zamanoff : Rachel née en 1885, sa fille Allégra (1912) et son fils Léon (1922). Daniel, le mari, échappa à la rafle et témoigna au procès Palmiéri. Partis de Marseille pour Drancy le 19 mai, ils furent déportés, Léon par le convoi n° 73, Rachel et Allégra par le convoi n° 74. Le couple Ruzicka, Autrichien, Frédéric, né en en 1888 et Nelly, née en 1899, eut plus de chance. Transférés à Drancy à partir de Marseille, les époux furent libérés en août et témoignèrent au procès Palmiéri. Celui-ci leur avait dérobé 1 800 $, une machine à écrire, un poste de TSF et un appareil photo. Daniel Cori affirma également avoir été délesté de 200 000 francs et de devises étrangères.

138 AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Castellane, 6 mai 1944.

139 AD BdR 55 W 148. Le 19 mai, ces personnes furent déportées : Adèle et Julie Eisenmann, Mathilde Kaufmann, Babette et Alice Weil par le convoi n° 74, la famille Recht, Samuel et Mina Mann par le convoi n° 75.

140 Sur ce point, les témoignages sont contradictoires.

141 AD AHP 42 W 35, le rapport de gendarmerie n’est pas clair. Il est question d’arrestations par la « police allemande », comme dans les autres expéditions de Charles Palmiéri : Manosque, Forcalquier, Castellane. De plus, le transfert des victimes vers Marseille, peut laisser à penser qu’il s’agit d’un forfait signé Palmiéri. Mais cette expédition n’est pas mentionnée dans son dossier, lors de son procès.

142 Tous quittèrent Marseille pour Drancy le 19 mai : Robert Schull et le couple Weiss furent déportés par le convoi n° 74, Raphaël Sauft par le convoi n° 75. Il mourut à Auschwitz le 4 juin 1944. À la fin de la guerre, à la suite d’une recherche effectuée en septembre 1945 par la Fédération des Sociétés Juives de France, à la demande de Madame Sauft, les services de la préfecture des Basses-Alpes firent la réponse suivante : « Raphaël Sauft a été arrêté le 8 mai 1944 à l’Hôtel des Trois Rois à la suite d’une descente de police allemande ou milice » (AD AHP 43 W 11). Est-ce une allusion à l’équipe Palmiéri, toujours accompagnée d’un nazi ?

143 Simon Lehmann.

144 AD AHP 42 W 35, rapport du préfet, 5 mai 1944.

145 AD AHP 42 W 34, rapport de gendarmerie, 16 mai 1944.

146 AD BdR 55 W 148, pièce 47 – XXVI, liste écrite de la main de Charles Palmiéri.

147 AD AHP 20 W 32, rapport du chef du centre de Reillanne, 14 mai 1944 (annexe V).

148 AD BdR 55 W 148, convoyés par Alfred Palmiéri qui le nia à son procès et accusa son frère.

149 AD AHP 20 W 25. La famille Bruhl, d’origine allemande, Walter né en 1885, Edwige (1889) Liselotte (1922), la famille Deutsch d’origine autrichienne, Oscar né en 1899, Dorothée (1899), Thomas (1927) excellent élève du collège de Manosque qui partit aux États-Unis après la guerre – témoignage oral recueilli en 1996 à Reillanne – Sarah Grynzpan, Roumaine née en 1900, évadée à la suite d’une permission de 3 jours, la famille Schick (toujours vivante en 1954 : les Schick font une demande d’attestation d’internement aux services de la préfecture).

150 Qui hébergea également les femmes accusées de collaboration fin 1944.

151 Il s’agit de Liselotte Bongartz d’origine allemande et son bébé, Rosa Berg (Allemande), Léonie Joseph (Luxembourgeoise), Hugo Loewy (Yougoslave né en 1904) et son épouse Irma, devenu après la fermeture du centre en 1946 tailleur à Reillanne ; le couple quitta la France pour Israël en 1948.

152 AD BdR 55 W 148.

153 Idem.

154 Jean Garcin, op. cit., p. 454.

155 À Thoard, Jules Beregi d’origine hongroise, né en 1905, entré en France en 1924 « fut arrêté par les troupes allemandes au cours d’une opération de police menée par la Wermarcht dans la commune du Castellard entre le 1er et le 3 juillet 1944 ». Après avoir échappé aux rafles de 1942, comme hongrois et ancien combattant, et à l’incorporation dans le 702e GTE des Mées qu’il ne rejoignit jamais, Jules Beregi avait créé, près de Thoard, un chantier forestier pour la production de combustibles à l’usage de gazogène et où il abrita des réfractaires au STO et des maquisards. Fait prisonnier par les Allemands au maquis de Thoard, il fut emmené à Digne à la caserne Desmichels, avec d’autres prisonniers, puis torturé au siège de la Gestapo à la Villa Marie-Louise Il fut fusillé à Norante le 18 juillet 1944, en représailles d’un accrochage entre la Wermarcht et un détachement de la 13e Compagnie FTP. Le même jour fut également fusillé, à Norante, Elie Gerson (58 ans) réfugié à Digne depuis deux mois, sous le nom de Maurice Garcin et arrêté à Draix, le 14 juillet, au cours d’une opération de police des troupes allemandes. AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Thoard, Jean Garcin, op. cit., p. 111, 349, 362-363, 454.

156 Ainsi Franz Neumann (travailleur étranger, Autrichien, né en 1920), arrêté, avec des résistants, le 15 mai 1944, par un détachement allemand qui avait investi le village de Peyruis. Transporté à Annonay, il fut libéré par les FFI dans la nuit du 3 au 4 août. AD AHP 42 W 35, rapport de la gendarmerie de Peyruis et Jean Garcin, op. cit., p. 281.

157 Voir les tableaux récapitulatifs, annexe VII.

158 AD AHP 42 W 35, septembre 1944.

159 Marcel Sauthier est vraisemblablement un nom d’emprunt. Le 7 mai 2005 une cérémonie commémorative a eu lieu au Col du Fanget dans la commune d’Auzet, grâce à l’initiative de Madame Thérèse Dumont qui s’emploie – avec succès – à rechercher les survivants de cette période. Elle réunissait François Gelbert et les deux frères Allouche. Une plaque souvenir fut dévoilée à cette occasion (voir la photo). En voici le texte « À quelques mètres de ce site s’élevait un chalet des “Auberges de Jeunesse” où pendant la guerre de 1939-1945, deux jeunes femmes, Simone Chaumet et Jammy Bisserier, en association avec les “Amitiés Chrétiennes” ont caché, au péril de leur vie, 9 enfants juifs, les sauvant ainsi de la déportation. Avec l’aide précieuse que nous ont apportée les habitants d’Auzet et de Seyne les Alpes, nous n’oublierons pas ». Les enfants reconnaissants.

160 Nous avons évoqué plus haut, le cas de Pierre Basser, 10 ans, dont les parents avaient été arrêtés à Dauphin le 26 août 1942 et déportés, et qui fut recueilli par Mademoiselle Lauzier ; la fille de Lili Mahn arrêtée à Manosque, fut cachée par la directrice du pensionnat Saint-Charles à Manosque ; celle-ci le fit passer en Suisse chez sa grand-mère qui y était réfugiée. Un rapport de gendarmerie de Mezel, daté du 27 novembre 1944 évoque le cas de 4 enfants vivant à Chabrières, dont 3 venant de Marseille : Rachel (née en 1934) Judith (née en 1939) et André Zouvi (né en 1941). Leur père Salomon (signalé survivant en 1945) était interné dans l’annexe du camp des travailleurs étrangers des Mées à Norante. Ont-ils été des enfants cachés ?

161 À titre d’exemple, le couple Erdand à Beauvezer ou Kiredjian à Digne en 1944.

162 Comme Hélène Levy à Digne qui a monnayé sa liberté contre de très beaux bijoux extorqués par Palmiéri.

163 Joël Helft à Argenton, Vladimir Stechloff à Mane, Jules Beregi et Élie Gerson à Norante.

164 Madame Moch arrêtée à Manosque.

165 La famille Fildermann arrêtée à Villars Colmars ainsi que Paul Link, le couple Laly-Levy, Louis Stolzenberg arrêté à Digne, le couple Ruzicka arrêté à Sisteron.

166 AD AHP 32 W 11, dossiers individuels complétés après la guerre. Son mari, Herbert, arrêté à Saint-Auban et déporté, ne revint pas. Sa fille de six ans, élève du pensionnat Saint-Charles à Manosque, fut cachée par sœur Alix Raybaud qui la fit passer clandestinement en Suisse. Le 24 avril 2006, à Manosque, la Médaille des Justes de la Nation a été remise à Alix Raybaud, en présence de Marie-Claire Ginestier Mahn, la petite fille cachée, retrouvée par Thérèse Dumont. Sophie Dol et sa fille, Jeanne Régneir la reçurent également, à titre posthume, pour avoir caché le couple pendant la guerre.

167 Ils témoignent tous les deux au procès Palmiéri.

Table des illustrations

Légende Notre-Dame-des-Prés : les bâtiments (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Notre-Dame-des-Prés : la plaque souvenir (photo Jacqueline Ribot-Sarfati)« En 1942 le régime de Vichy avait imposé ce lieu comme résidence forcée à des étrangers et des familles juives. La plupart furent déportés dans les camps d’extermination nazis. “Le souvenir est plus que jamais un devoir” 17-07-1994 »
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende La maison de la Sympathie à Digne, bâtiments et plaque commémorative (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Le site du col du Fanget et la plaque commémorative (photos Jacqueline Ribot-Sarfati)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableaux récapitulatifs des déportations1942
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre 1943 – Ex-zone d’occupation italienne
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre 1943 – Reste du département
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 1944
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre La déportation par sexe et par nationalité dans les Basses-Alpes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Liste des 37 enfants déportés
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Les camps dans les Basses-Alpes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6877/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Professeur d'histoire-géographie

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540