Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Troisième partie : la Provence alpine et orientale dans la tourmente des persécutions et des rafles

Les persécutions antisémites dans les Alpes-Maritimes (été 1940-été 1944)

Jean-Louis Panicacci

Texte intégral

  • 1 Jean Kleinmann, Les étrangers dans les Alpes-Maritimes à travers les documents préfectoraux (1860- (...)
  • 2 Jean-Louis Panicacci, « Les juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945 », (...)
  • 3 Klaus Voigt, « Les naufragés ». L’arrivée dans les Alpes-Maritimes des réfugiés allemands et autri (...)
  • 4 Le décret-loi du 2 mai 1938 sanctionnait le délit d’immigration clandestine d’une peine de prison (...)
  • 5 Montagne (général), La bataille pour Nice et la Provence. Historique du XVe Corps d’Armée, Montpel (...)

1La communauté juive azuréenne s’était quelque peu étoffée au cours des années trente, avec l’arrivée d’émigrants fuyant le régime nazi1, regroupant environ cinq mille personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale2, date à laquelle un flux supplémentaire de deux mille juifs étrangers expulsés d’Italie3 concerna le département frontalier de la province d’Imperia. Cette vague d’immigration clandestine, qui dura de la période de la conférence de Munich (septembre 1938) à la fin de la « drôle de guerre » (mai 1940) posa de multiples problèmes administratifs et moraux aux services préfectoraux, policiers et judiciaires4 (qui essayèrent d’appliquer la réglementation en vigueur tout en tenant compte du drame humain vécu par les exilés) comme aux autorités militaires obsédées par la possibilité d’infiltration d’agents des services de renseignements allemands5 ; signalons qu’à l’époque les deux quotidiens L’Eclaireur de Nice et Le Petit Niçois adoptèrent une position digne du pays des droits de l’Homme et se firent l’interprète de l’émotion ressentie par un grand nombre d’Azuréens révoltés par les conditions de cet exode.

Le régime de Vichy (juillet 1940-novembre 1942)

2À l’issue de la défaite de la France et du changement de régime intervenu à Vichy le 10 juillet 1940, des mesures de ségrégation furent adoptées et un climat d’antisémitisme et de xénophobie se diffusa dans la presse, favorisant les initiatives sectaires des ultras de la Révolution nationale (Service d’ordre légionnaire - SOL) et de la Collaboration (Parti populaire français-PPF, Francisme).

3La défaite et la division de la France en zone occupée et zone non occupée (dont faisaient partie les Alpes-Maritimes), favorisèrent un nouvel afflux de juifs franciliens et étrangers fuyant la présence allemande. Cette croissance de la communauté juive et la suppression de la loi Marchandeau pénalisant l’incitation à la haine raciale débouchèrent sur un antisémitisme de la presse, quotidienne aussi bien que périodique. Le 27 juillet, Le Progrès Provençal s’en prit violemment à l’ex-député de Grasse Edouard Jonas, en fuite, dans un article intitulé « Le dépotoir », tout en reprochant au sénateur Louis Louis-Dreyfus (qui avait un moment quitté le territoire national) d’être revenu à Cannes et d’y recevoir à sa permanence citoyens et délégués sénatoriaux. Le 10 août, cet hebdomadaire grassois publia deux articles « Il faut désintoxiquer la France » et « L’agitation ridicule des réfugiés à Cannes » ; le même jour, l’hebdomadaire cannois L’Opinion du Sud-Est publia un article partiellement censuré « Sur la Croisette. Inconscience ou provocation ? ». Le 24 août, Le Progrès Provençal attaqua les juifs dans « L’an prochain à Jérusalem » et, le 31, dans « Les potinières de La Croisette ». Le 30 août, les lecteurs du Petit Niçois, organe radical-socialiste, eurent la surprise d’y découvrir un encadré « Le parasite qui doit disparaître » : le métèque, qui fut explicité le 11 septembre dans un texte antisémite et xénophobe « Sus aux parasites. La chasse au métèque ». Quant à son concurrent conservateur L’Eclaireur de Nice, il affirma, le 15 septembre : « À notre avis, on pourrait beaucoup plus utilement regrouper les réfugiés étrangers dans des camps et les employer à des travaux d’intérêt public ». Le 24 septembre, l’hebdomadaire de la Révolution nationale L’Alerte publia un article « Le problème juif », qu’il approfondit le 8 octobre avant de dénoncer, le 4 février 1941, « Le repli sur la Côte d’Azur » et la reconversion d’affairistes juifs. Le 12 octobre 1940, L’Opinion du Sud-Est s’en prit violemment à Edouard Jonas dans sa rubrique « Portrait de quelques déchus ».

  • 6 Archives départementales des Alpes-Maritimes, AD AM 159 W 27 227, rapports au procureur.
  • 7 Témoignage du secrétaire général de la préfecture Clément Vasserot.
  • 8 CDJC XX 7, 8 et 9 ; Notiziario della CIAF, n° 44.
  • 9 Témoignage du secrétaire général de la préfecture Clément Vasserot.

4Les militants du PPF provoquèrent des incidents dès le 29 juillet 1940 où les vitrines de quatre commerçants israélites de Nice furent brisées avec des galets portant les inscriptions La Révolution nationale commence et Le châtiment des juifs ; le 14 août, sept autres vitrines subirent le même sort dans le chef-lieu et une manifestation antisémite se déroula devant le magasin Bouchara, sur l’avenue de la Victoire ; les quinze militants doriotistes interpellés durant ces deux journées furent condamnés, quelques semaines plus tard, à un franc d’amende ! Les activistes du PPF diffusèrent des papillons antisémites le 11 septembre avant de manifester boulevard des Italiens et rue Halevy6. Le 17 février 1941, des papillons jaunes portant le chandelier à sept branches furent collés sur la synagogue et sur des bancs de l’avenue de la Victoire ; le 5 avril suivant, cinq types de papillons antisémites (dont un portant l’inscription Les révolutionnaires nationaux chasseront de France les juifs apatrides) furent découverts à Cannes et à Antibes ; le 26 mai, on retrouva dans la salle de cinéma niçoise projetant Le Juif Süss des papillons À bas les juifs. PPF. Les extrémistes du PPF, rejoints par ceux du Service d’ordre légionnaire, organisèrent une « chasse au faciès » sur la Promenade des Anglais le 31 juillet 19417 et le 30 mars 1942, avant de s’en prendre à la synagogue de la rue Deloye, envahie et saccagée les 1er et 8 mai, 3 juin et 14 septembre 19428, les fidèles présents étant molestés. Le président du Consistoire porta plainte pour déprédations et violences physiques, mais l’affaire fut étouffée et les coupables échappèrent à toute poursuite9. Quant au Parti franciste, il proposa une exposition Le Juif et la France, du 9 au 25 août 1942, qui attira cinq mille visiteurs au Palais des Fêtes de Nice.

  • 10 L’Éclaireur de Nice, 13 avril 1942. Il avait survécu à une première tentative de suicide au gaz.
  • 11 AD AM 166 W 21-8 et L’Ergot, 14 décembre 1944.
  • 12 AD AM 616 W 161, fichier départemental des RG. 17 802 juifs furent recensés dans les Bouches-du-Rh (...)
  • 13 AD AM 159 W 27 281, CGQJ.
  • 14 AN F1 C III 1137.

5L’application du premier statut des juifs (3 octobre 1940) entraîna l’éviction de l’adjoint au maire de Nice, Georges Picard (président de l’Alliance française), de quelques conseillers municipaux, du cadre préfectoral M. Silvereano (chef de la police des Étrangers), de quatre avocats du Barreau de Nice (maîtres Cassin, Cavaglione, Narcy-Rosenthal, Valabrègue), de onze avoués, dix-neuf huissiers, trente-cinq dentistes, du chef d’orchestre Tzipine et du chef de partie Samuel au Casino municipal de Nice, de plusieurs membres des professions artistiques. Si Mireille, Lumbroso, Alexandre Trauner et Joseph Kosma utilisèrent des pseudonymes pour continuer à travailler, le metteur en scène Jacques Natanson, devenu neurasthénique, se jeta dans la Baie des Anges où il se noya10. Le tribunal correctionnel de Grasse condamna le journaliste de Paris-Soir Georges Cravenne (Cohen) à 1 200 francs d’amende pour s’être inscrit sous son pseudonyme dans un hôtel cannois ; le préfet le fit interner six mois au camp de Saint-Sulpice et l’interdit de séjour pour un an dans les Alpes-Maritimes11. L’application du second statut (2 juin 1941) imposa le recensement des juifs avant le 31 juillet (d’où la constitution d’un fichier préfectoral) et déboucha sur l’aryanisation économique. Les opérations de recensement furent plus longues que prévu et, au 31 décembre 1941, les Renseignements généraux estimèrent à 12 98912 les juifs ayant fait la démarche légale, soit 5 229 Français et 7 760 étrangers (1 410 Autrichiens, 1 310 Polonais, 960 Allemands, 830 Tchèques, 2 520 apatrides) tout en considérant qu’un millier au moins ne s’étaient pas présentés aux autorités. Une quarantaine d’administrateurs provisoires de « biens juifs » eurent à gérer 698 entreprises, pour la plupart des commerces et des échoppes d’artisans ; 52 visas de partages entre associés juifs et non-juifs furent relevés en 1941 et 13 en 194213. Le préfet Ribière, dans son rapport mensuel du 5 janvier 1942, évoqua « le nettoyage de certains milieux commerciaux monopolisés pour ainsi dire par des affairistes juifs »14.

  • 15 Archives municipales de Nice, registre de délibérations 101, p. 22.
  • 16 Archives municipales de Grasse, registre de délibérations 1 D1, p. 203.
  • 17 L’Éclaireur de Nice, 21 et 29 octobre 1940.

6Une épuration toponymique visa les artères portant des noms de personnalités juives, même de bienfaiteurs comme, dans le chef-lieu, le boulevard Bischoffsheim (transformé en Armée des Alpes) et la rue Rothschild (rebaptisée Pierre Dévoluy)15 ou, dans la sous-préfecture, le boulevard de Rothschild (devenu Maréchal Pétain)16. Par ailleurs, les cinq villas appartenant au baron Edouard de Rothschild à Cannes et à Beausoleil furent placées sous séquestre, de même que la villa du banquier Léon Stern (déchu de la nationalité française) située au Cap Martin17.

7L’arrivée ou le retour de juifs étrangers dans les Alpes-Maritimes fut mal perçue par les autorités. C’est ainsi que le secrétaire général de la Préfecture indiqua au ministre de l’Intérieur, le 29 juillet 1940 :

  • 18 AD AM, 131 W 21893.

« De nombreux ex-Autrichiens, réfugiés allemands, juifs sans ressources, ont été libérés de divers camps et sont revenus dans mon département où ils avaient débarqué clandestinement et qui était leur seul lieu de résidence. Tous ces indésirables n’ont pas place dans un département-frontière comme le mien, qui possède une zone démilitarisée importante. Ils risquent, malgré la vigilance des services de police, de créer des incidents dont les répercussions pourraient être graves »18.

  • 19 AD AM 131 W 21 895.
  • 20 AN, F1 C III 1137.
  • 21 Le couple Steger le 17 octobre, le couple Kohler le 4 novembre et Ketty Kaufers (dont le mari étai (...)
  • 22 AD AM 616 W 225, 11 mars 1941.
  • 23 AD AM 166 W 18, interceptions et 30 W 6891, 30 juin 1941.
  • 24 AD AM 131 W 21895.
  • 25 AD AM 131 W 21896 et 170 W 1.
  • 26 AD AM 131 W 21896.
  • 27 AN F1 C III 1137, 14 juin et 5 juillet 1941.
  • 28 AN, idem, 14 juin, 6 septembre et 4 octobre 1941.

8Aussi, les internements et les assignations à résidence se multiplièrent-ils à partir de la fin de l’été 1940, les camps de Gurs, Rieucros et Rivesaltes accueillant alors plusieurs dizaines de réfugiés19. Le préfet Ribière commenta ainsi, dans son rapport mensuel du 1er novembre 1940, le départ de 29 Allemands et Autrichiens : « Un convoi de ressortissants du Reich, tous israélites, a été dirigé sur le camp de Gurs. Je pense que cette mesure incitera leurs co-religionnaires à la prudence »20. Ces mesures répressives contribuèrent au suicide de cinq Autrichiens sans ressources résidant à Nice21. Lorsque, le 5 mars 1941, le préfet des Bouches-du-Rhône souhaita refouler vers les Alpes-Maritimes des étrangers aisés, son collègue Marcel Ribière lui indiqua qu’il n’accepterait pas les juifs : « Il y a déjà à Nice et à Cannes une colonie importante d’israélites, dont la présence est difficilement supportée par l’ensemble de la population et il n’est pas désirable d’en augmenter le nombre »22. Les interceptions téléphoniques et postales attestent d’une croissance du sentiment antisémite, d’origine plus économique qu’idéologique, au cours du printemps 194123. Aussi, le préfet transféra-t-il, d’avril à juin 1941, 75 Polonais, Tchèques, Allemands, Autrichiens, Roumains, Russes, Belges, Bulgares, Néerlandais, vers les camps de Rivesaltes, Rieucros, Gurs, Le Vernet24 et assigna-t-il à résidence dans les Alpes-Maritimes 77 juifs étrangers en avril et 140 en mai-juin25, notamment à Puget-Théniers (31), Saint-Martin-Vésubie (24), Peïra-Cava (18), Sospel (17), Saint-Etienne de Tinée et Guillaumes (15), Valdeblore (11), Villars-sur-Var, Saint-Sauveur, Levens, Lantosque, La Bollène-Vésubie, Bar-sur-Loup, Saint-Auban, Séranon, Roquestéron, Peymeinade, Thorenc. Ils n’y furent pas toujours bien reçus ainsi que l’atteste cette lettre adressée au préfet le 30 mai 1941 par le curé de Valdeblore : « Depuis quelques jours, nous voyons s’établir un certain nombre d’israélites qui ont été chassés des villes de la Côte. Ce n’est pas sans inquiétude que nos gens ont vu envahir le pays par des personnes dont la présence a été jugée indésirable ailleurs. Le Maréchal a bien voulu signaler l’importance de la Paysannerie Française et IL tient à ce que celle-ci maintienne très haut les vertus de notre race. Or, on nous envoie maintenant une bonne dizaine d’inutiles qui, par leur action passée, se sont montrés assez anti-français pour être chassés de là où ils étaient. Quel paysan refusera de vendre à ceux qui nous sont envoyés un article de deux francs pour dix francs ? Peu résisteront à la tentation et après la perversion des villes, ce sera la perversion des campagnes ! »26. Marcel Ribière évoqua, à plusieurs reprises, dans ses rapports mensuels, les problèmes posés par les assignés à résidence : « Les juifs transplantés dans de petits villages ont commencé à se livrer au marché noir. Je prendrai des mesures afin de leur assigner des résidences plus déshéritées » ; « Les juifs étrangers astreints au séjour surveillé dans des localités de la montagne indisposent les habitants des villes qui y prennent leurs vacances »27 ; il expulsa, au début d’août 1942, 222 juifs assignés à résider à Saint-Martin-Vésubie, coupables de s’adonner au marché noir. Il incita à trois reprises le ministère de l’Intérieur à une répression plus active : « Il serait préférable de réunir les éléments les plus douteux dans des camps » ; « Le problème de l’internement des israélites devrait être envisagé sur le plan national. Je me propose de vous soumettre prochainement, par rapport séparé, un projet de création d’un centre d’internement des juifs dans le département » ; « J’estime qu’il y aurait le plus grand intérêt à leur interdire l’accès des Alpes-Maritimes ou tout au moins à créer un camp de rassemblement où ils seraient massés. Neuf fois sur dix, à la base des affaires de marché noir, de propagande gaulliste, de propos anti-gouvernementaux, se trouvent des israélites »28.

  • 29 CDJC, XXXVII, rapport Canta sur le CGQJ niçois.
  • 30 Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, Paris, Editions du Centre, 1955, p. 4 (...)

9Quant au CGQJ, il ne s’en tint nullement à son rôle économique mais intervint « activement et efficacement dans la persécution raciale sous toutes ses formes, y compris la recherche, l’arrestation et la déportation »29. La police des questions juives (PQJ) se plaignit, en mai 1942, de ce que les autorités locales ne donnassent pas suffisamment suite à ses travaux : « Certaines demandes de sanctions présentées par la PQJ font l’objet d’une contre-enquête émanant de la Préfecture et ne sont que très rarement suivies d’exécution »30.

  • 31 AD AM 166 W 12.
  • 32 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, op. cit., t. 1, p. 339 et 348.
  • 33 AD AM 166 W 12.
  • 34 AD AM 166 W 21-1, Censure.
  • 35 AD AM 28 W 3685, Juifs.
  • 36 AD AM 166 W 12.
  • 37 AD AM 166 W 12 et 131 W 21898.
  • 38 Serge Klarsfeld, op. cit., p. 419.

10Le gouvernement Laval ayant accepté de livrer aux autorités allemandes dix mille juifs étrangers de zone non occupée, une rafle fut méthodiquement préparée pour les 26 et 27 août 1942, à la suite de la visite effectuée sur place, du 12 au 14 juillet, par Hauptsturmführer SS Dannecker et le directeur de la PQJ Schweblin. Le 19 juillet, le préfet reçut un télégramme chiffré lui demandant de prévoir un local susceptible d’accueillir trois mille personnes, proche d’une gare et facilement contrôlable31 ; il choisit la caserne Auvare le 31 juillet. Le 18 août, il reçut communication des dérogations apportées (les plus de 60 ans, les femmes enceintes, les parents d’enfants de moins de deux ans ou ceux ayant un conjoint français devant échapper à l’arrestation). Le 22, René Bousquet lui télégraphia pour l’inviter à briser les résistances éventuelles, signaler les fonctionnaires indiscrets, passifs ou rétifs32 ; le 24, le préfet apprit que la rafle aurait lieu le 26 à partir de 4 heures du matin et, le 25, il fut prévenu que le convoi devant quitter la gare Saint-Roch le 31 août devrait emporter un maximum de mille personnes avec une escorte de 150 GMR (Groupes mobiles de réserve)33. Marcel Ribière réquisitionna 104 gendarmes pour la recherche et l’arrestation des juifs apatrides résidant dans les campagnes, puis il transmit à la Censure la consigne impérative de ne rien laisser publier sur les opérations policières sans en référer à l’intendant régional de police34. Les rafles, qui avaient pour objectif l’arrestation de 1 800 personnes fichées, commencèrent dans le chef-lieu (où près de 400 interpellations furent effectuées) et se poursuivirent le lendemain dans l’arrondissement de Grasse où 127 arrestations furent opérées (62 à Cannes, 21 à Antibes et à Vence, 13 à Cagnes sur Mer, 5 à Grasse et à Vallauris)35 ainsi que dans la principauté de Monaco (66 arrestations), portant le total des arrestations à 610 dans les Alpes-Maritimes et 45 dans les Basses-Alpes. Les forces de police et de gendarmerie ne parvinrent donc à appréhender que 37 % des personnes fichées, contre 40 % dans les Bouches-du-Rhône, 48 % dans le Vaucluse, 68 % dans le Var et 134 % dans les Hautes-Alpes, car il n’y avait pas de camps où puiser facilement des détenus et parce qu’une partie des forces de l’ordre ne manifesta guère de zèle pour ces opérations répressives36. Les internés de la caserne Auvare furent logés par chambrées de 40 à 60, assistés médicalement par quatre docteurs et dix infirmières fournis par la Croix-Rouge et moralement par un aumônier israélite, le rabbin Berman. Le 31 août, le préfet requit la SNCF de mettre à sa disposition, pour le trajet Nice-Le Bourget-Drancy, 28 wagons pour 713 personnes dont 560 juifs (274 hommes, 281 femmes, 5 enfants de moins de 10 ans). D’autres convois quittèrent Nice pour Rivesaltes le 6 septembre (30 hommes, 18 femmes, 2 enfants), le 7 octobre (29 hommes et 13 femmes) et le 12 novembre (11 hommes et 1 femme)37, portant le total des déportés à 664. Les Alpes-Maritimes fournirent donc 11 % des raflés de la zone non occupée mais cela ne satisfit pas les nazis puisque le Judenreferent SS Rothke convoqua, le 9 septembre, le représentant de Bousquet à Paris pour lui demander où étaient passés les juifs de Nice et de Cannes38 !

  • 39 L’Éveil, 19 septembre 1942.
  • 40 AD AM 166 W 12, propagande contre les opérations. Les désapprobations furent trois à quatre fois p (...)
  • 41 AN F1 C III 1137, rapport du 1er septembre 1942.
  • 42 AD AM, 166 W 12, Rapports de police et 28 W 3685.

11Il n’empêche que cette rafle, malgré toutes les précautions prises sur le plan de l’horaire et de l’information, provoqua une crise dans l’opinion azuréenne, même dans les milieux maréchalistes ou catholiques modérés déçus, voire indignés de voir des arrestations effectuées par des Français pour remettre les interpellés à une puissance étrangère, incitant le périodique de l’Evêché à publier une mise au point peu convaincante intitulée « Sur le problème juif » : « Les femmes cancanèrent chez le boucher, chez l’épicier, chez le boulanger, sur les prétendues atrocités que l’on infligeait aux Juifs. Les cancans ne s’arrêtèrent pas là. Ils firent le tour de la ville. Et les bonnes gens de s’indigner. Naturellement, il n’y avait pas un mot de vrai dans ces sornettes lancées et orchestrées par la radio étrangère (…) Dans nos villages, ce sont les Juifs que l’on trouve dans toutes les histoires de marché noir. Après cela ne soyez pas étonnés de voir les Français se défendre contre des étrangers qui trafiquent à leur nez. Ce faisant, ils ne commettent point un acte blâmable. Bien au contraire ! »39. Les interceptions téléphoniques et postales prouvent que la rafle choqua profondément l’opinion40 et même le zélé préfet dut reconnaître, dans son rapport mensuel, l’impact sur les Azuréens : « Ces mesures ont incontestablement heurté l’opinion publique » tout en cherchant à minimiser cette réaction : « Mais c’est là un sentiment passager, les Juifs s’étaient rendus si encombrants dans la région et étalaient avec une telle impudence leur luxe que la masse du peuple n’est pas dans l’ensemble mécontente de les avoir vu partir »41. Les services de police reconnurent l’impopularité de ces mesures et redoutèrent un « revirement sentimental » de l’opinion42.

L’occupation italienne

  • 43 Philippe Erlanger, La France sans étoile, Paris, Plon, 1974, p. 247.

12À la suite du débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, les départements du sud-est de la France furent occupés par les troupes de la Quarta Armata, le 11 novembre 1942. L’attitude italienne à l’égard des juifs se limita au début à l’application du régime qui était le leur dans la péninsule, ce qui explique que le dernier convoi d’étrangers raflés le 26 août quitta Nice le 12 novembre pour le camp de Rivesaltes (situé désormais en zone d’occupation allemande) sans opposition et éclaire mieux la réflexion de Philippe Erlanger : « À la fin du mois de novembre, cela ne nous donne encore aucun sentiment de sécurité »43.

  • 44 ADAM, 122 W 21154.
  • 45 Le Petit Niçois, 6 et 10 décembre 1942.
  • 46 Léon Poliakov, La condition des juifs sous l’occupation italienne, CDJC, Paris, 1946, p. 20.
  • 47 Archives de l’USSME, Comando IVe Armata, 4849/I.
  • 48 CDJC, XXXV a 324-325, rapport de Marcel Ribière au Chef du gouvernement, 14 janvier 1943.

13Ce fut alors qu’intervinrent les affrontements de décembre 1942, d’où allait déboucher une attitude bienveillante des autorités italiennes. En effet, plusieurs mesures édictées par le gouvernement de Vichy provoquèrent l’irritation des responsables transalpins : la circulaire du 6 décembre prévoyant l’éloignement de la zone côtière des juifs étrangers établis après le 1er janvier 1938 et leur transfert vers la Drôme et l’Ardèche ; la circulaire du 8 décembre prévoyant l’incorporation dans des Compagnies de travailleurs étrangers des israélites de 18 à 55 ans, ayant perdu la protection consulaire ou ressortissants des pays neutres ou ennemis de l’Axe entrés en France après le 1er janvier 1933, la loi du 11 décembre exigeant la mention « JUIF » sur les cartes d’alimentation et d’identité44. Pendant ce temps, le banquier Angelo Donati travaillait à faire établir des certificats en blanc pouvant être remplis par les juifs fuyant la nouvelle zone d’occupation allemande (notamment les Bouches-du-Rhône) dès leur entrée dans le département du Var, certificats qui leur eussent permis d’être considérés comme des ressortissants italiens. Cette initiative entraîna un nouvel afflux dans le département azuréen, où les autorités policières françaises multiplièrent les contrôles d’identité et les arrestations aux abords du Temple de la rue Deloye, suivies de condamnations pour délit de fausse identité ou d’entrée irrégulière dans le département45 : 150 réfugiés furent ainsi jugés avant que, le 20 décembre, le préfet Ribière ne décidât de transférer vers la Drôme (partiellement occupée par la Wehrmacht) et l’Ardèche (zone d’occupation allemande) des juifs étrangers, dans un délai de trois jours. Donati accourut alors chez son ami, le consul général d’Italie Calisse, qui intima sur le champ aux personnes concernées de rester à Nice à la disposition de la Commission italienne d’armistice (CIAF), demanda au préfet de dispenser des mesures d’expulsion les ressortissants transalpins et télégraphia à Rome pour exposer la situation, en dramatisant les conséquences éventuelles sur le prestige de l’Italie et la souveraineté des autorités occupantes. Le 29 décembre, l’antenne niçoise de la CIAF reçut la réponse suivante du ministère des Affaires étrangères : « Il n’est pas possible d’admettre que, dans la zone occupée par les troupes italiennes, les autorités françaises obligent les juifs étrangers, Italiens compris, à se rendre dans des localités occupées par les troupes allemandes »46. Le même jour, le général Trabucchi, chef d’état-major de la Quarta Armata, informa le commandant de la Place de Nice que « le Comando Supremo a ordonné d’interdire aux préfets d’effectuer des internements de personnes juives »47. Le lendemain, Marcel Ribière fut prévenu par l’officier de liaison français des directives transalpines et il en référa à Vichy, qui lui demanda, le 31 décembre, de surseoir à l’application des mesures d’expulsion. Le 10 janvier 1943, le consul général Calisse pria le préfet de suspendre l’incorporation, déjà entreprise, de juifs étrangers à la 702e compagnie d’Entrevaux et, quatre jours plus tard, de cesser l’apposition de la mention « Juif » (entreprise depuis le 1er janvier) sur les cartes d’identité et titres de séjour. Ainsi, d’une mesure concernant au départ le seul département des Alpes-Maritimes naquit une législation valable pour tous les départements occupés par le Regio Esercito. Marcel Ribière proposa vainement à ses interlocuteurs transalpins de recevoir en Italie les étrangers tombant sous le coup des mesures édictées par le gouvernement français48. La communauté juive passa alors à 20 000 âmes en mars et à 22 000 en mai 1943.

14Les Allemands n’apprécièrent pas du tout le comportement de leurs alliés et exercèrent des pressions auprès de Mussolini le 25 février et du Chef de la Police le 27 mars, obtenant la nomination à Nice d’un Inspecteur général de la Police raciale, Guido Lo Spinoso, qui s’entoura du capucin français Marie-Benoît et du banquier italien Angelo Donati, ce qui provoqua la colère du Judenreferent SS Rothke le 27 mai :

  • 49 Léon Poliakov, op. cit., p. 101.

« On peut dire que pratiquement la solution de la question juive dans la zone d’occupation italienne est assurée par les directives d’un Juif, avec toutes les conséquences qui en résultent. Il me semble inutile d’indiquer que le danger juif sur la Côte d’Azur est très grand, que les Juifs sont les inspirateurs de toutes les forces destructives et qu’ils détiennent entre leurs mains de nombreux leviers de commande »49.

  • 50 Notiziario della CIAF, n° 62, 2e quinzaine de juin 1943.
  • 51 Rapport de Rothke du 26 septembre 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 138.
  • 52 AD AM 166 W 1 ; Philippe Erlanger, op. cit., p. 267. Une plaque rappelant cet épisode a été apposé (...)
  • 53 CDJC, CCXVIII-2, témoignage Donati.
  • 54 David Knout, Contribution à l’étude de la résistance juive en France, Paris, Éditions du Centre, 1 (...)
  • 55 AD AM 166 W 8-3, note d’information RG du 6 avril 1943.
  • 56 AD AM 166 W 19, interceptions téléphoniques et postales.

15Surnommé « le Pape des Juifs »50, Donati devint la « bête noire » des nazis qui essayèrent vainement de l’enlever51, se rabattant sur l’ancien rédacteur en chef du Berliner Tageblatt, Theodor Wolff, qui fut enlevé à Nice le 19 mai52. Estimant qu’il fallait donner le change aux Allemands, Donati conseilla à Lo Spinoso de placer en résidence forcée les juifs en situation irrégulière et l’on fixa au 26 mars la date limite d’entrée dans la zone d’occupation italienne permettant d’échapper à toute poursuite53. Les « expulsions » concernèrent environ 4 000 personnes, dont 2 200 avant le 25 mai, qui furent assignées à Megève, Saint-Gervais, Combloux, Moustier, Castellane, Barcelonnette, Vence (200) et Saint-Martin-Vésubie (900) : « Il était visible que l’administration italienne les appliquait avec beaucoup d’indulgence. Un contact permanent était maintenu avec les organisations juives locales pour régler les affaires concernant les Juifs avec le minimum de dégâts »54. À Saint-Martin-Vésubie, une douzaine d’hôtels et de pensions furent réquisitionnés, et l’on ouvrit à l’intention des assignés un hospice juif, des écoles hébraïques, une synagogue et un atelier de l’ORT ; les Renseignements généraux décrivirent ainsi la situation : « Ce rassemblement est placé sous la surveillance de carabiniers procédant aux appels et contrôles individuels. C’est le bureau de Nice de l’UGIF qui procède aux acheminements par cars, ainsi qu’à la subsistance et à l’entretien des intéressés »55. Même si le souvenir des survivants est très positif sur l’intermède vésubien, la cohabitation d’un millier d’étrangers dans un village à la population équivalente ne manqua pas de poser des problèmes relationnels (sensation d’invasion, voire de ghetto, renchérissement des prix)56.

16Nommé en mai 1943, le préfet Jean Chaigneau reçut les représentants de la communauté juive et leur déclara :

  • 57 Léon Poliakov, op. cit., p. 28 ; Philippe Erlanger, op. cit., p. 274.

« Je n’admettrai désormais aucun acte arbitraire à l’égard des Juifs se trouvant même dans une situation irrégulière ou illégale. Je ne veux pas laisser aux Italiens le noble privilège d’être les seuls défenseurs de la tradition de tolérance et d’humanité qui est pourtant celle de la France »57.

  • 58 Témoignage de l’intendant Paul Duraffour.
  • 59 AD AM 166 W 19, interception du CGQJ, n° 3029 du 6 septembre 1943.

17L’intendant régional de Police fit donc délivrer des dizaines de milliers de cartes d’identité confinant à de fausses cartes58. Après le renversement de Mussolini (25 juillet), Donati conçut le projet de transfert en Afrique du Nord occupée par les Alliés de tous les juifs présents dans la zone d’occupation italienne, ce qui renforça encore la communauté présente dans la région niçoise, qui devait être la seule à ne pas être évacuée par les unités de la Quarta Armata, Beaulieu se voyant imposer un millier de réfugiés au début septembre59 et une cinquantaine de camions italiens ramenant à Nice deux milliers d’assignés à résidence en Haute-Savoie. La Section d’enquête et de contrôle (SEC) niçoise reçut les instructions suivantes le 3 septembre :

  • 60 CDJC XXXVII, rapport du Service des restitutions, annexe I 1.

« Les jours heureux sont comptés : je vous en donne l’assurance solennelle et vous demande de mettre, au contraire, toute votre activité et celle de vos collaborateurs à contribution pour établir des listes et vérifier les fiches dont vous allez avoir incessamment besoin »60.

18L’annonce de la capitulation italienne, le soir du 8 septembre, provoqua l’inquiétude des juifs français et étrangers, conscients de l’arrivée imminente des nazis sur la Côte d’Azur.

L’occupation allemande

  • 61 Document CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 131.
  • 62 Léon Poliakov, « Le lieu du crime », Monde Juif, n° 52, octobre 1968, p. 20.

19Après avoir piaffé d’impatience, les nazis, devant le retrait programmé de leurs alliés, préparèrent méthodiquement l’application des mesures antisémites dans l’ancienne zone d’occupation italienne : dès le 4 septembre, Rothke rédigea une note prévoyant l’arrestation de toutes les familles, l’ouverture d’un camp à Marseille, la formation de convois « de 1 000 à 2 000 têtes » destinés à Drancy, l’octroi de primes aux collaborateurs et délateurs61 ; deux jours plus tard arriva à Marseille le nouveau commandant du camp de Drancy, Aloïs Brunner, considéré comme le grand spécialiste de la « solution finale » depuis qu’il avait fait ses preuves en Autriche et en Grèce. La préparation minutieuse de la « grande rafle » s’expliquait par le fait que, pour les nazis, Nice était « le lieu du crime » : « C’est à Nice qu’habitait Angelo Donati, le banquier italien qui avait réussi à faire intervenir les généraux italiens en faveur des Juifs. C’est à Nice que s’étaient réfugiés les Juifs les plus notoires et les plus riches. C’est donc évidemment à Nice que la juiverie mondiale, aidée par Churchill et par le Vatican, a ourdi le complot qui a renversé Mussolini »62. Aussi, leur soif de revanche était-elle grande et ils pouvaient compter sur l’aide du CGQJ et de la SEC (mis sur la touche depuis plusieurs mois par les autorités italiennes) mais aussi des groupes d’Action du PPF.

  • 63 L’Ergot, 16 octobre 1944, 3 mars et 12 août 1945 ; CDJC CCXVIII-87, témoignage du pasteur Evrard.
  • 64 Philippe Erlanger, op. cit., p. 289.

20Dans la nuit du 8 au 9 septembre, les premières rafles furent effectuées par la Gestapo dans les palaces cannois tandis que le lendemain matin, la Feldgendarmerie installa un barrage sur le pont du Var qui lui permit d’intercepter des fuyards étant montés à bord de cinq autocars. Le même jour, la plupart des assignés à Saint-Martin accompagnèrent dans leur retraite par les cols de Cerise et de Fenestre les petites garnisons italiennes de la Vésubie, effectuant une « marche biblique » particulièrement difficile en haute montagne, qui les conduisit vers les villages de Valdieri et Entracque. Quelques dizaines de réfugiés parvinrent à Vintimille dans des camions du Regio Esercito au milieu de la « grande pagaille ». Le 10 septembre, arriva en gare de Nice un commando de 25 SS expérimentés commandé par le célèbre Hauptsturmführer Aloïs Brunner, chargé d’appliquer la « solution finale » en organisant une « grande rafle » destinée à traquer 25 000 juifs dans une ville de 250 000 habitants où pullulaient les délateurs, aveuglés par leur haine antisémite ou alléchés par les primes offertes (de 100 à 1 000 F par tête) : un Alsacien dénonça 22 personnes, un Italien 19, une « femme du monde » livra 17 de ses « protégés » réfugiés à sa demande dans une maison de repos-souricière, une « donneuse » du quartier Vernier, abattue ensuite par la Résistance, en aurait livré 5363. Plusieurs sources attestent le caractère de « terreur » de l’action menée par Brunner, Philippe Erlanger parlant même de « Saint-Barthélemy »64. La synagogue devint un centre d’internement où était effectuée la vérification de la circoncision, considérée comme la preuve de l’appartenance à la « race juive » alors qu’elle était relativement répandue dans le Midi. Le 15 septembre, Brunner installa ses services à l’hôtel Excelsior (situé à 200 mètres de la gare « PLM » – Nice-Ville) qui devint l’antichambre de la déportation :

  • 65 ADAM, 166 W 4, info RG 751 du 6 décembre 1943.

« Les Juifs, dès qu’ils arrivent à l’hôtel, sont dessaisis de tout leur avoir : argent, bijoux, valeurs etc., qui constituent une masse utilisée pour payer à la direction de l’hôtel les frais de nourriture et de logement de tous les israélites (…) Les interprètes sont des juifs qui, jouissant d’une certaine liberté d’action, se montrent à l’égard de leurs coreligionnaires plus stricts que les Allemands »65.

21Joseph Joffo, qui en a été l’hôte forcé, a décrit la préparation d’un convoi dans son best-seller :

  • 66 Joseph Joffo, Un sac de billes, Paris, Jean-Claude Lattès, 1973, p. 171. Jacques Doillon a adapté (...)

« Un monde fou dans le hall, des gens, des enfants, des valises. Des hommes qui courent avec des listes, des dossiers au milieu des soldats. Beaucoup de bruit (…) Un grand remous soudain. En haut des escaliers, deux SS viennent d’apparaître avec un civil qui tient une liste retenue par une épingle sur un rectangle de carton. Au fur et à mesure qu’il prononce un nom, il regarde si quelqu’un se lève, il coche alors avec son stylo sur la feuille. L’appel est long. Pourtant, peu à peu le hall se vide ; dès qu’ils ont été nommés, les gens sortent par une porte latérale. Un camion doit les conduire à la gare »66.

  • 67 ADAM, 166 W 2, 3, 4 arrestations par les Allemands et 169 W 11.
  • 68 ADAM, 140 W 22 866, restitution des biens spoliés.
  • 69 ADAM, 169 W 11, gendarmerie de Grasse, 11 octobre 1943 ; RG de Cannes, 15 octobre 1943.

22Si la plupart des arrestations furent enregistrées dans le chef-lieu, où s’étaient rassemblés les persécutés devant être transférés en Afrique du Nord, des rafles intervinrent dans une vingtaine d’autres communes et permirent aux SS d’arrêter 120 personnes à Cannes (dont Tristan Bernard), 42 à Antibes (dont Betty Weisweiller), 33 à Thorenc, 27 à Clans, 26 à Saint-Martin-Vésubie, 23 à Vence, 15 à Grasse, 11 à Contes, 7 à Vallauris, 6 à Séranon, 4 à Beausoleil, 3 à Ascros et à Beaulieu, 2 à Belvédère, Caille, Menton, Roquefort les Pins, Saint-Jean Cap Ferrat, 1 à Gréolières, L’Escarène, Puget-Théniers, Saint-Etienne de Tinée67. Après avoir ratissé les hôtels et pensions, les SS s’intéressèrent aux établissements hospitaliers, aux pouponnières, aux internats scolaires avant de visiter les immeubles quartier par quartier. Presque toutes les arrestations donnèrent lieu à des spoliations, représentant en moyenne 30 000 francs68 ; lors de l’expédition effectuée à Thorenc, la Gestapo s’empara de dix millions de francs en espèces et de douze millions en bijoux au détriment de la trentaine d’arrêtés69. La dispersion de la communauté juive fut appréciée par la SEC qui écrivit à Vichy, le 14 septembre, ce commentaire édifiant :

  • 70 CDJC XXXVII, rapport du Service des Restitutions, annexe I 3.

« La ville de Nice a perdu son aspect de ghetto depuis l’arrivée des troupes allemandes ; les Juifs ne circulent plus ; les synagogues sont fermées et la Promenade des Anglais offre aux promeneurs aryens de nombreux fauteuils qui, jusqu’à présent, étaient occupés par les Juifs ; les cabarets à la mode ont perdu leur clientèle »70.

23Le premier convoi de déportés quitta la gare « PLM » de Nice le 11 septembre avec une cinquantaine d’étrangers arrêtés pour la plupart dans la principauté de Monaco, embarqués dans deux wagons de 3e classe :

  • 71 AD AM, 166 W 4, info RG n° 326, 13 septembre 1943.

« Ces juifs seraient dirigés tout d’abord sur Marseille, centre de rassemblement. Ils affichaient de l’effroi, on remarquait parmi eux de nombreuses femmes. Des parents ou amis qui les suivaient des yeux sur le quai pleuraient »71.

  • 72 D’après les listes de la Gestapo publiées par Serge Klarsfeld dans Les transferts de Juifs de la r (...)

24Par la suite, 27 convois (oscillant entre 15 et 169 personnes) quittèrent Nice pour Drancy du 17 septembre au 15 décembre 1943 avec 1 820 déportés : 358 en septembre, 595 en octobre, 735 en novembre, 132 en décembre72 ; 18 autres convois partirent du 10 janvier au 30 juillet 1944, avec 1 129 déportés. Ironie du sort, 340 étrangers assignés à Saint-Martin-Vésubie ayant pu gagner le Piémont et repris par les SS à partir du 18 septembre, quittèrent la caserne de Borgo San Dalmazzo le 21 novembre pour Nice, d’où ils furent déportés sur Drancy et Auschwitz entre le 22 et le 25 novembre. Parmi les principales personnalités déportées, citons le grand rabbin de Nice Pruner, le grand rabbin de Lille Berman, le directeur de l’UGIF Guggenheim, Georges Picard, Simone Jacob (la future Simone Veil), ainsi que la secrétaire d’Angelo Donati, Germaine Meyer, sans oublier les animateurs de la lutte contre la déportation Jankiel Waintrob, Claude Gutmann, Odette Rosenstock et Huguette Wahl.

  • 73 Jean-Louis Panicacci Jean-Louis, La Résistance azuréenne, Nice, Serre éditeur, 1994, p. 89-95.

25Sur un total de 3 612 déportés raciaux depuis le département des Alpes-Maritimes, il n’y eut que 120 survivants, dont Simone Jacob et Odette Rosenstock. Mais l’occupation allemande s’accompagna également de la mort au combat (Joseph Bensadoun, Jacques Bloch, Théo Rosenthal), de l’exécution (Edmondo Bencarasa, Raymond Fresco, Roland Levernay, Jean Lippmann, Claude Mendrizeski, Lucien Moline, Joseph Rosembaum, Samuel Smilevitch, Grégoire Spolianski, Maria Reschkonski, Rodolphe Warschawski) ou de la mort dans « la nuit et le brouillard » (Raoul Attali, Claude et René Birkel, Sauveur Dana, Raymond Geismar, Roland Henrykowski, Gabriel Karsenty, Arno Klarsfeld, Elie Lévy, Paule et Roger Ley, Josef Loebelsohn, Arthur Markus, Josef Tchiprout, Marguerite Waldmann, Jan Weiss) de plusieurs dizaines de juifs français et étrangers engagés dans les rangs de la Résistance azuréenne73.

  • 74 Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes(...)

26La mémoire des rafles et de la déportation, voire de la lutte contre la déportation est présente dans le département avec quatre monuments (cimetière Rabiac à Antibes, cimetière israélite du Château à Nice, Vence), trois stèles (Séranon, Saint-Martin-Vésubie, cimetière de L’Abadie à Cannes) et quinze plaques (Antibes, Beuil, Clans, La Turbie, Nice)74, dont la plupart ont été inaugurés depuis le début des années 1990, ce qui prouve le réveil de la mémoire juive et l’acceptation par l’opinion publique du rôle joué par le régime de Vichy dans la « solution finale ». En effet, si le « temps des persécutions » avait fortement marqué la mémoire collective des Azuréens, durant plusieurs décennies, on n’évoquait que la bienveillance italienne et la furie allemande, alors qu’aujourd’hui, on sait faire la part des choses et ne pas oublier que les persécutions ont commencé durant l’été 1940 de la part des autorités françaises, ainsi que le rappellent les plaques inaugurées en juillet 1993 sur le quai n° 1 de la gare de Nice-Ville et en août 2002 sur la façade de la caserne Auvare. Les Alpes-Maritimes ont payé un lourd tribut humain, le second de France derrière le département de la Seine et il n’est pas étonnant que Yad Vashem y ait décerné une centaine de médailles de Justes, que la « marche de la mémoire » de Saint-Martin-Vésubie soit une réussite depuis septembre 2001 et que des inaugurations de lieux de mémoire lapidaire ou toponymique y soient organisées presque chaque année depuis 1993.

Notes

1 Jean Kleinmann, Les étrangers dans les Alpes-Maritimes à travers les documents préfectoraux (1860-1944), thèse de doctorat d’Histoire, Université de Nice, dir. Ralph Schor, avril 2003, t. II, L’immigration juive dans les Alpes-Maritimes, p. 265-364 et « Pérégrinations des juifs étrangers dans les Alpes-Maritimes », Recherches Régionales, n° 173, 2004, p. 57-84.

2 Jean-Louis Panicacci, « Les juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945 », Recherches Régionales, 1983, n° 4, p. 239-331.

3 Klaus Voigt, « Les naufragés ». L’arrivée dans les Alpes-Maritimes des réfugiés allemands et autrichiens d’Italie (septembre 1938-mai 1940) », Cahiers d’Etudes Germaniques, n° 13, 1987, p. 163-179 et Veziano Paolo, Ombre di confine. L’emigrazione clandestina degli ebrei stranieri dalla Riviera dei Fiori verso la Costa Azzurra (1938-1940), Pinerolo, Alzani editore, 2001.

4 Le décret-loi du 2 mai 1938 sanctionnait le délit d’immigration clandestine d’une peine de prison de un mois à un an et d’une amende de 100 F à 1000 F ; les immigrants s’exposaient à un refoulement en territoire transalpin où ils auraient été maltraités par la Milice frontalière.

5 Montagne (général), La bataille pour Nice et la Provence. Historique du XVe Corps d’Armée, Montpellier, Les Éditions des Arceaux, 1952, p. 50.

6 Archives départementales des Alpes-Maritimes, AD AM 159 W 27 227, rapports au procureur.

7 Témoignage du secrétaire général de la préfecture Clément Vasserot.

8 CDJC XX 7, 8 et 9 ; Notiziario della CIAF, n° 44.

9 Témoignage du secrétaire général de la préfecture Clément Vasserot.

10 L’Éclaireur de Nice, 13 avril 1942. Il avait survécu à une première tentative de suicide au gaz.

11 AD AM 166 W 21-8 et L’Ergot, 14 décembre 1944.

12 AD AM 616 W 161, fichier départemental des RG. 17 802 juifs furent recensés dans les Bouches-du-Rhône, 1 646 dans le Var, 1 458 dans le Vaucluse, 156 dans les Basses-Alpes et 97 dans les Hautes-Alpes.

13 AD AM 159 W 27 281, CGQJ.

14 AN F1 C III 1137.

15 Archives municipales de Nice, registre de délibérations 101, p. 22.

16 Archives municipales de Grasse, registre de délibérations 1 D1, p. 203.

17 L’Éclaireur de Nice, 21 et 29 octobre 1940.

18 AD AM, 131 W 21893.

19 AD AM 131 W 21 895.

20 AN, F1 C III 1137.

21 Le couple Steger le 17 octobre, le couple Kohler le 4 novembre et Ketty Kaufers (dont le mari était déjà à Gurs) le 23 novembre 1940.

22 AD AM 616 W 225, 11 mars 1941.

23 AD AM 166 W 18, interceptions et 30 W 6891, 30 juin 1941.

24 AD AM 131 W 21895.

25 AD AM 131 W 21896 et 170 W 1.

26 AD AM 131 W 21896.

27 AN F1 C III 1137, 14 juin et 5 juillet 1941.

28 AN, idem, 14 juin, 6 septembre et 4 octobre 1941.

29 CDJC, XXXVII, rapport Canta sur le CGQJ niçois.

30 Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, Paris, Editions du Centre, 1955, p. 41.

31 AD AM 166 W 12.

32 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, op. cit., t. 1, p. 339 et 348.

33 AD AM 166 W 12.

34 AD AM 166 W 21-1, Censure.

35 AD AM 28 W 3685, Juifs.

36 AD AM 166 W 12.

37 AD AM 166 W 12 et 131 W 21898.

38 Serge Klarsfeld, op. cit., p. 419.

39 L’Éveil, 19 septembre 1942.

40 AD AM 166 W 12, propagande contre les opérations. Les désapprobations furent trois à quatre fois plus nombreuses que les approbations et, compte tenu du caractère quasi clandestin des opérations et du silence de la presse, beaucoup de locuteurs considéraient que l’on avait arrêté entre 2 000 et 6 000 personnes, que de nombreux interpellés s’étaient suicidés et que des atrocités avaient été commises.

41 AN F1 C III 1137, rapport du 1er septembre 1942.

42 AD AM, 166 W 12, Rapports de police et 28 W 3685.

43 Philippe Erlanger, La France sans étoile, Paris, Plon, 1974, p. 247.

44 ADAM, 122 W 21154.

45 Le Petit Niçois, 6 et 10 décembre 1942.

46 Léon Poliakov, La condition des juifs sous l’occupation italienne, CDJC, Paris, 1946, p. 20.

47 Archives de l’USSME, Comando IVe Armata, 4849/I.

48 CDJC, XXXV a 324-325, rapport de Marcel Ribière au Chef du gouvernement, 14 janvier 1943.

49 Léon Poliakov, op. cit., p. 101.

50 Notiziario della CIAF, n° 62, 2e quinzaine de juin 1943.

51 Rapport de Rothke du 26 septembre 1943, cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 138.

52 AD AM 166 W 1 ; Philippe Erlanger, op. cit., p. 267. Une plaque rappelant cet épisode a été apposée sur la façade du 63 Promenade des Anglais où il résidait : il mourut à « l’hôpital juif » de Berlin le 29 septembre 1943.

53 CDJC, CCXVIII-2, témoignage Donati.

54 David Knout, Contribution à l’étude de la résistance juive en France, Paris, Éditions du Centre, 1947, p. 40.

55 AD AM 166 W 8-3, note d’information RG du 6 avril 1943.

56 AD AM 166 W 19, interceptions téléphoniques et postales.

57 Léon Poliakov, op. cit., p. 28 ; Philippe Erlanger, op. cit., p. 274.

58 Témoignage de l’intendant Paul Duraffour.

59 AD AM 166 W 19, interception du CGQJ, n° 3029 du 6 septembre 1943.

60 CDJC XXXVII, rapport du Service des restitutions, annexe I 1.

61 Document CDJC cité par Léon Poliakov, op. cit., p. 131.

62 Léon Poliakov, « Le lieu du crime », Monde Juif, n° 52, octobre 1968, p. 20.

63 L’Ergot, 16 octobre 1944, 3 mars et 12 août 1945 ; CDJC CCXVIII-87, témoignage du pasteur Evrard.

64 Philippe Erlanger, op. cit., p. 289.

65 ADAM, 166 W 4, info RG 751 du 6 décembre 1943.

66 Joseph Joffo, Un sac de billes, Paris, Jean-Claude Lattès, 1973, p. 171. Jacques Doillon a adapté à l’écran cet ouvrage en 1975.

67 ADAM, 166 W 2, 3, 4 arrestations par les Allemands et 169 W 11.

68 ADAM, 140 W 22 866, restitution des biens spoliés.

69 ADAM, 169 W 11, gendarmerie de Grasse, 11 octobre 1943 ; RG de Cannes, 15 octobre 1943.

70 CDJC XXXVII, rapport du Service des Restitutions, annexe I 3.

71 AD AM, 166 W 4, info RG n° 326, 13 septembre 1943.

72 D’après les listes de la Gestapo publiées par Serge Klarsfeld dans Les transferts de Juifs de la région de Nice op. cit.

73 Jean-Louis Panicacci Jean-Louis, La Résistance azuréenne, Nice, Serre éditeur, 1994, p. 89-95.

74 Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre éditeur, 1997 ; Michèle Merowka, Lieux de mémoire, d’anamnèse et d’amnésie dans l’ancienne zone d’occupation italienne, thèse d’anthropologie historique, Université de Nice, dir. Joël Candau, 2001.

Auteur

Université de Nice - CMMC-MSH

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540