Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Deuxième partie : le temps des rafles et des déportations à Marseille, témoignages et documents

La maison de la Verdière à La Rose : d’une halte précaire à la déportation des enfants et des mères

Suzette Hazzan

Texte intégral

1Un million et demi d’enfants et d’adolescents juifs ont été assassinés dans les camps de la mort et parmi eux 11 000 enfants de France dont 2 000 environ avaient moins de 6 ans. Ce fut le résultat de l’action conjuguée des nazis (conférence de Wannsee du 20 janvier 1942) et du gouvernement de Vichy. Pierre Laval, de lui-même, avait proposé dès la première semaine de juillet 1942, la déportation des enfants âgés de moins de 16 ans. L’année 1942 fut l’année de leur déportation en masse : plus de 6 000 de moins de 17 ans dont 1 032 de moins de 6 ans, selon Serge Klarsfeld.

2C’est ainsi que sur les 13 152 juifs étrangers arrêtés par la police française lors de la rafle du Vel’d’Hiv’les 16 et 17 juillet 1942, il y eut 4 115 enfants. Dans la zone non occupée, les femmes et les enfants juifs étrangers, internés jusque-là dans les hôtels Bompard et Terminus et l’hôtel du Levant à Marseille, furent transférés aux Milles les 3 et 4 août 1942 en vue de leur déportation.

3Grâce aux efforts de la population française et des nombreuses organisations de secours juives et non-juives, beaucoup furent sauvés. Après l’occupation allemande de la zone sud en novembre 1943, la situation devint plus difficile et les maisons d’enfants qui étaient très nombreuses en zone sud se transformèrent en de véritables souricières. Ce fut le cas du Château de la Verdière ou « Maison de la Rose », situé au 40, avenue de la Rose, dans la banlieue de Marseille, où étaient placés des enfants sauvés une première fois des rafles ou retirés des trains de la déportation par l’UGIF (Union générale des israélites de France). Ils étaient « bloqués » là, sur ordre de la Gestapo.

  • 1 Cette étude a été réalisée grâce aux témoignages d’un ou plusieurs membres des familles déportées ( (...)

4Le 20 octobre 1943, tous les pensionnaires, trente enfants juifs et quatorze adultes dont neuf mères furent déportés et conduits à Drancy puis à Auschwitz. Une autre famille fut déportée en décembre 19431.

Le Château de la Verdière au temps des rafles : un centre d’hébergement de l’UGIF pour des enfants juifs et leurs mères

  • 2 CDJC CDX11-1 UGIF.

5Avant la guerre, le Château de la Verdière était un hôtel-pension de famille situé dans la banlieue de Marseille au 40, avenue de la Rose, ouvert toute l’année et bien desservi par une ligne de tramway qui le reliait au centre-ville. Ce vaste bâtiment était équipé de façon moderne avec le chauffage central et l’eau courante. De nombreux divertissements, tels le tennis, le ping-pong, les jeux de boules et de croquet étaient proposés à la clientèle. Sa cuisine soignée, son beau salon et son grand parc attiraient les grands rassemblements familiaux ou amicaux, pour des repas de noces ou de banquets2.

  • 3 Serge Klarsfeld, La Shoah en France, op. cit.

6Cette pension fut louée par l’UGIF et ouverte le 24 mai 1943 pour y installer des femmes et des enfants arrêtés et « bloqués » sur instruction de la Gestapo de Marseille. À ce moment-là, les arrestations de juifs se multipliaient à Marseille et dans la région3. Raymond-Raoul Lambert, le directeur général de l’UGIF sud, notait alors dans son journal :

  • 4 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 222.

« Dès le 19 avril 1943, les autorités allemandes ont procédé à des arrestations massives d’Israélites français dans la région de Nîmes et d’Avignon, de Carpentras et d’Aix. Des interventions quotidiennes de la police allemande n’ont d’abord pour effet que d’obtenir des renseignements sur les familles frappées, concentrées à la prison Saint-Pierre, à Marseille et dirigées ensuite sur Drancy, à la cadence moyenne de 40 personnes par semaine, soit deux départs de 20 personnes, le mardi et le vendredi »4.

7Le 1er mai à Marseille, un attentat au cours duquel deux SS furent gravement blessés, entraîna de graves sanctions : les arrestations se multiplient dans les trains, dans la rue, dans les locaux de l’UGIF, 58, rue de la Joliette et dans un bureau d’assistance. Le 5 mai, Raymond-Raoul Lambert reçut l’ordre de la Gestapo de lui remettre une liste de cent notables juifs de Marseille ou de se livrer lui-même avec 10 % de son personnel. Devant son refus, la Gestapo, commandée par le SS Bauer, effectua une descente dans les bureaux de l’UGIF à Marseille.

  • 5 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 223-229.

« 6 mai, 8 h 45, les policiers allemands de la section IV font irruption dans les locaux de l’UGIF, 58 rue de la Joliette, et sous la menace de leurs armes interdisent au personnel de téléphoner, de s’approcher des fenêtres et des portes afin de laisser les réfugiés français et étrangers, qui viennent chercher leur allocation, pénétrer dans une véritable souricière. Les hommes sont groupés dans une pièce à part, les femmes et les enfants dans une autre, au fur et à mesure de leur arrivée (...) Je proteste avec force auprès de Bauer contre une opération de ce genre dans un bureau d’assistance. Bauer me déclare qu’il a reçu l’ordre d’arrêter cent Juifs à Marseille en représailles contre l’attentat du 1er mai et qu’il commence par cette opération (...) À 13 h 30, après avoir conservé toutes les pièces d’identité des personnes appréhendées, Bauer dirige en deux cars militaires, sans violence et sans incident, environ 60 personnes sur la prison de St Pierre (...) Les 60 personnes comprennent environ 15 hommes et quelques enfants, 80 % de Français dont la moitié d’origine algérienne (...) Je demande la libération immédiate des mères de famille nombreuse dont les enfants sont restés seuls à la maison, en particulier celle d’une mère allaitant un bébé de quatre mois séparé d’elle depuis le matin (...) Bauer promet de se mettre en liaison téléphonique avec Paris pour une solution d’ensemble au sujet des mères et des enfants. Il donnera réponse le lendemain à 18 heures (...)
7 mai : à 18 heures, nouvelles démarches à la police allemande, Bauer me répond... que la réponse viendra probablement le lundi 10 mai (…) Sans attendre, j’insiste pour obtenir sur l’heure deux libérations symboliques, celle de la mère allaitant son bébé de 4 mois, Madame Tordjman, et celle d’une femme de 63 ans, Madame Osiel. Ces deux libérations me sont accordées à condition qu’elles soient effectuées avant la nuit. Des ordres sont donnés par téléphone à mes services. Les détenues sont libérées à 19 h 30 (....)
La plupart des femmes arrêtées rue de la Joliette ayant conservé sur elles les tickets d’alimentation de toute leur famille, j’obtiens, pour remédier à cette tragique situation, du Directeur Général du Ravitaillement, M. Casanova, sous la responsabilité de mes services, des tickets d’alimentation de passagers pour les enfants restés en liberté jusqu’au jour ou bien de la Libération ou bien de la restitution des cartes, demandées aux autorités allemandes. »5

8Beaucoup de mères et d’enfants arrêtés séjournèrent d’abord au « Centre des quatre saisons » de La Clue, aux Camoins, qui hébergeait, depuis le 10 avril 1943, des vieillards juifs en résidence surveillée. Dès le 10 mai, ce centre accueillait déjà sept mères de famille nombreuse et une dizaine d’enfants. Le nombre de ces derniers augmenta pendant les jours suivants : le service social de l’UGIF ramenait à leur mère les enfants recueillis par les voisins durant l’internement de celle-ci.

  • 6 CDJC DOC MF63 Folder 92.103, p. 654-655.

9Andrée Molina6, assistante sociale à l’UGIF, constata que les locaux de La Clue se prêtaient peu à l’hébergement d’autant de personnes et surtout d’enfants en bas âge, souvent démunis de tout linge ou vêtement. Les pensionnaires étaient également sans titre de rationnement, sans vestiaire et sortaient de la prison Saint-Pierre dans un état de santé déficient. Il fallut donc prendre des dispositions pour la nourriture, l’habillement, les soins et la désinfection antiparasitaire qui s’imposait après leur séjour en prison. D’autres vieillards étant à recueillir, il a fallu songer à changer l’organisation de fortune pour rendre La Clue apte à les prendre en charge et trouver un autre local qui s’adapterait mieux aux mères de famille et aux enfants. C’est ainsi que le Château de la Verdière, résidence surveillée, fut loué dans sa totalité par l’UGIF. La Clue reçut à nouveau les personnes âgées expulsées de leur appartement ou libérées de prison.

10Les familles Chicheportiche, Tordjman, Arrovas, Ben Dayan et Kaddouche ont ainsi certainement séjourné quelques jours à La Clue avant d’être installées au Château de la Verdière de La Rose.

11Rosine Chicheportiche, arrêtée en mai 1943, avec le plus jeune de ses enfants, dans les locaux de l’organisme d’assistance juive, rue de la République, fut conduite dans un premier temps à la prison Saint-Pierre. Fortunée Tordjman, partie chercher du poisson pour sa famille, s’arrêta devant le centre de secours rue de la Joliette, alertée par un attroupement. De l’intérieur, on lui fit signe de s’éloigner. La Gestapo la rattrapa dans la rue et l’obligea à rentrer dans le bâtiment. Les camions attendaient dehors. Deux de ses enfants étaient à l’école et son bébé de quatre mois se trouvait à la maison, 9 avenue Camille Pelletan, surveillé par les voisines. Son mari, inquiet, venu la retrouver, la vit déjà embarquée dans le camion d’où elle lui fit signe de rebrousser chemin. Après un court séjour à la prison Saint-Pierre, elle fut dirigée sur le centre de La Clue aux Camoins. Elle dut y faire venir ses enfants, Louise (7 ans), Jacques (5 ans) et René (4 mois).

12Elle y rencontra Sultana Arrovas et ses enfants (Rachel, 14 ans, Marcelle, 11 ans, Josette, 9 ans, Germaine, 7 ans et Sabin, 4 ans), arrêtés au centre d’entraide de la synagogue Breteuil. Le père Haim et les deux sœurs aînées Victorine (16 ans) et Esther (14 ans), absents de la maison à ce moment, furent sauvés. Sa mère, Sultana, était alors enceinte de quatre mois.

13Sultana Ben Dayan fut arrêtée de la même manière au centre de secours, rue de la Joliette, en compagnie de son amie Marie Kaddouche. Sa fille, Madame Labos Ben Dayan témoigne :

« Voyant que ma mère ne revenait pas, ma sœur aînée Clarisse (17 ans) s’est rendue au bureau de secours où elle a été arrêtée à son tour. Les Allemands ont obligé ma mère à déclarer les enfants qu’elle avait à sa charge alors qu’une personne qui travaillait là lui murmurait de ne pas tous les mentionner, dans la mesure du possible. Ma mère prend avec elle Simone (12 ans), Albert (11 ans) et Georges (8 ans). Je suis la seule des cinq enfants à ne pas avoir été déclarée. J’avais 15 ans et l’UGIF m’a envoyée à Saint-Martin-Vésubie ».

14Marie Kaddouche recueillit Julie (10 ans), Alphonse (4 ans) et Joseph (3 ans). Ses deux autres enfants furent cachés chez des religieux.

15Rosine Chicheportiche prit auprès d’elle ses deux autres plus jeunes enfants pour décharger son mari et lui permettre de continuer à assumer son travail et sa sécurité. Guy (8 ans), Reine (5 ans) et Francine (3 ans) s’installèrent avec elle à la Verdière. Les sœurs aînées, Myriam (14 ans), Emma (13 ans) et Clarisse (11 ans) furent envoyées par l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) dans les Alpes-Maritimes à Saint-Martin-Vésubie. C’est là qu’elles apprirent l’arrestation de leur mère.

16L’arrestation des autres familles eut lieu de façons diverses. Pauline Blumenfeld fut arrêtée à Nîmes avec son mari et ses trois enfants à la suite d’une dénonciation de voisins. Le couple exploitait avant la guerre un magasin de vêtements à l’enseigne « L’Épatant », place Bellecroix. Ils furent transférés à Marseille et le père déporté vers Drancy et Auschwitz. Après un séjour aux Baumettes, Pauline Blumenfeld et de ses trois enfants Jeny (9 ans), Mireille (4 ans) et Henri (2 ans) furent conduits à la Maison de la Verdière. Raymond-Raoul Lambert écrivit :

« le 27 avril, j’obtiens la libération de Madame Blumenfeld et de ses trois enfants, arrêtés à Nîmes, à condition de les héberger au Centre de la... sous la garantie de mon organisation. »

17Esther Benittah fut arrêtée lors d’une rafle effectuée dans le magasin Baze de la Canebière avec ses deux filles Irène (6 ans) et Georgette (3 ans) en mai 1943. La famille Aboudy fut arrêtée chez elle, au complet, par la Gestapo, cours Lieutaud, le soir du 18 octobre 1943 : les trois enfants, Jeanne (20 ans), Suzanne (15 ans), Murielle (13 ans), le père Charles et la mère Sarié. La grand-mère, intransportable, fut conduite à l’hôpital de la Conception où elle mourut.

18Roxane De Minden fut arrêtée aussi avec son fils Serge (4 ans) et ses parents, Alexandre et Isabelle Cremieux, en août 1943, à son domicile du Chapitre. Les trois adultes furent transférés à Drancy, le 11 septembre 1943, l’enfant remis entre les mains de l’UGIF et placé au Château de la Rose. Jeannette Cohen, amie de la famille lui rendit visite et raconte qu’il fut pris en charge par Madame Tordjman dont le mari, toujours libre, travaillait au port.

  • 7 CDJC MF 58 – 481.

19On ne sait pas comment Maria Simon et sa petite-fille Jeanine, résidant à Aix-en-Provence, furent arrêtées. Mais la lettre du 17 août 1943 du directeur général de l’UGIF au SS Hauptscharführer Bauer prouve bien leur présence à la Verdière, puisqu’il demandait l’autorisation d’envoyer une assistante sociale à leur domicile à Aix pour leur apporter un colis de vêtements et d’objets personnels7.

La vie quotidienne au Château de la Verdière

La directrice, Alice Salomon

20À la demande de l’UGIF de Marseille, Alice Salomon prit la direction de la Maison de la Verdière aidée de Claude Lehmann, jeune étudiant en médecine.

21Alice Levi, née à Paris le 21 décembre 1890, avait grandi avec ses trois sœurs au sein d’une famille parisienne depuis plusieurs générations, aussi bien du côté de sa mère Sarah, née Morhange, que de son père Louis Lévi, confectionneur puis professeur de confection à la Chambre de Commerce de Paris. Très jeune, elle devint l’une des premières sténodactylographes du ministère des Finances. Elle épousa, le 21 décembre 1919, Marcel Meyer Salomon, employé de commerce, né à Metz en 1885 et devenu parisien vers 1910 après avoir quitté la Lorraine annexée.

Alice Salomon avec son fils Georges Michel, sur la Canebière en 1943

  • 8 Témoignage de Georges Michel Salomon, fils d’Alice Salomon.

22De ce mariage naquit, en 1921, un enfant unique, Georges Michel. Après sa naissance, Alice Salomon créa une entreprise de lingerie féminine de luxe pour une clientèle majoritairement américaine. Très liée avec le monde du cinéma, elle travailla dans la publicité, la production et la distribution ainsi que l’exploitation cinématographique. Elle milita à la SFIO, Ve Section de Paris, à partir de 1936. Après la défaite de 1940, elle se réfugia dans différentes villes de la zone sud, dont Marseille, où elle participa volontairement à des actions de sauvetage d’enfants juifs, dans le cadre de l’OSE et de ses circuits parallèles, notamment en faisant évader des enfants du centre Bompard. Elle travailla alors avec Huguette Wahl et Nicole Salon, qui furent ensuite déportées8.

L’organisation

  • 9 CDJC MF 63 Folder 92.103, p. 652.

23Les mères et enfants « libérés » par les autorités allemandes et confiés aux soins de l’UGIF se sentaient en sécurité à la Verdière et y séjournaient dans des conditions confortables et sereines. L’UGIF s’était attachée dès le départ, à résoudre les difficultés essentielles concernant le ravitaillement. Elle avait obtenu, au prix de nombreuses démarches auprès des autorités préfectorales et municipales, la régularisation administrative des assistés, lorsque les cartes d’identité et d’alimentation avaient été égarées ou conservées lors des arrestations. Il avait fallu aussi effectuer divers travaux nécessaires à la bonne installation des familles9.

24Le 11 juin 1943 Alice Salomon décrivit ainsi leur arrivée :

  • 10 CDJC MF 74 Folder 98-12.

« après un bref séjour à la Maison de la Clue, elles sont arrivées à la Rose par le tramway qui s’arrête à la porte même de la maison, un camion ayant été mis le matin même à leur disposition pour le transport de leurs bagages. Elles furent installées aussitôt dans les chambres de cet hôtel, le nombre des chambres variant pour chaque mère suivant le nombre de leurs enfants.
Peu à peu l’organisation s’est précisée sans qu’aucun incident notable n’en vienne troubler le cours. Les pensionnaires sont absolument libres de sortir en ville quand il leur plaît, sauf à l’heure des repas et elles doivent obligatoirement passer la nuit à la Verdière. Dans le but de fournir une occupation à ces mères et aussi pour soulager un peu le personnel de l’hôtel, j’ai institué un tableau de service, affiché tous les dimanches, par lequel sont désignées à tour de rôle deux femmes, qui, chaque jour, sont chargées de divers travaux de ménage (entretien, vaisselle, épluchage de légumes....).
Quant aux enfants, ils ont, tout comme leur maman, un grand parc autour de la maison où des jeux sont organisés sous la surveillance d’une jeune pensionnaire de 17 ans. J’ai fait dès mon arrivée, couvrir par une barrière grillagée un ruisseau ainsi que l’accès des machines électropompes, qui auraient pu constituer un danger grave pour les enfants. La jeune monitrice se charge également de rassembler chaque après-midi les enfants en vue de leur faire faire la sieste jusqu’à environ 16 heures. Afin que les enfants ne manquent de rien, j’ai pu leur fournir grâce à l’appui et à la générosité de quelques amis personnels, un lot complet de vêtements neufs de toutes sortes, de telle façon que tous les enfants sont presque entièrement vêtus par mes soins, à la grande joie des mères. Nous avons de plus engagé le docteur Aboukaya qui doit se charger de la surveillance médicale de la maison et également y passer la nuit, il est là la nuit et la matinée jusqu’à midi, il veille à l’état sanitaire et à l’hygiène de chaque enfant et de la mère. Les conditions hygiéniques sont entièrement satisfaisantes, chaque chambre étant pourvue d’un lavabo à eau courante et un lavoir est mis à la disposition des mères pour faire leur lessive.
Étant donné que s’annonce la période des vacances, je n’ai prévu que deux heures d’instruction par jour, une heure le matin, une heure l’après-midi, dont ont bien voulu se charger deux personnes ayant un degré d’instruction suffisant. Au point de vue ravitaillement, il a fallu quelques jours pour se rendre compte des défections existantes et il y a été remédié en peu de temps. À présent, j’ai pu faire rétablir toutes les cartes d’alimentation et carnets d’inscription ; l’hôtelier a vu sa répartition très augmentée après nos différentes démarches. Je peux de plus faire goûter chaque enfant, en supplément de ce que la maman peut donner grâce à des générosités amies. Le régime est le même pour tous : il n’y a pas de différence quelque peut-être ou a pu être la situation antérieure. Si une maman privilégiée a le bonheur de pouvoir nourrir mieux son enfant, il ne faut pas que les autres regardent d’un œil d’envie ce qu’ils ne peuvent pas avoir. Aussi, chaque maman a une lampe à alcool et l’alcool nécessaire, grâce à quoi elles peuvent faire cuire tout ce qu’elles veulent dans une de leurs chambres. Les menus se composent généralement : d’un potage épais, un plat de légumes, un plat de pâtes ou pommes de terre ou viande, fromage ou pâte de fruits, boisson (bière ou vin) comprise.
Aujourd’hui après bientôt trois semaines de fonctionnement, nous pouvons nous montrer satisfaits, chaque jour amenant un nouveau progrès dans notre organisation. Marseille, le 11 juin 1943 »10.

Les visites et l’ambiance

25De retour à Marseille, après quelques mois passés à Saint-Martin-Vésubie, cachée par l’OSE, Mauricette Labos Ben Dayan allait très souvent à la Rose :

« J’y passais mes journées. Je mangeais avec ma mère et mes frères et sœurs. Tout le monde s’entendait bien et l’ambiance était confiante et détendue. Les familles s’installaient dans le parc bien entretenu et bavardaient. Marie Kaddouche était une amie charmante et très gaie. Nous lui racontions nos petites histoires d’adolescentes et elle prenait toujours notre parti contre notre mère plus sévère à cet égard. Nous nous rendions chaque semaine au bain turc. La seule contrainte était de revenir le soir afin qu’il y ait le compte de pensionnaires. Maman ne voulait pas que je dorme avec elle là-bas. Je rentrais donc, rue Bernard Dubois, chez ma tante paternelle pour la nuit et j’y retournais chaque matin ».

26Myriam et Emma Chicheportiche rendirent plusieurs fois visite à leur mère :

« Nous allions souvent la voir. Nous prenions le tram qui nous conduisait de chez nous (48, rue Kruger aux Chartreux) à la Rose. Ma mère pouvait sortir aussi. Elle nous mena chez la couturière pour nous confectionner des vêtements avant de repartir à Grenoble pour Emma, et en Ardèche pour moi. Nous avons même couché une nuit avec elle entre le 3 et le 5 octobre 1943. La famille était regroupée dans une même chambre. C’était la veille d’une fête juive. Elle avait fait des gâteaux et même le pain. Nous ne nous souvenons pas des détails ni de l’organisation intérieure. Le lendemain, elle nous a demandé de ramener à la maison les vêtements d’été de nos petits frères et sœurs et de lui rapporter les habits chauds pour l’hiver ».

27Jeannette Cohen déclare à propos de Serge De Minden :

« Lors de ma visite, début octobre, j’ai trouvé une ambiance chaleureuse. Les familles confectionnaient des gâteaux pour la préparation d’une fête et les enfants jouaient. Madame Tordjman avait amené Serge avec elle lors d’une des visites à son mari sur le port. Elle lui avait prêté le manteau d’un de ses enfants car il était arrivé à la Verdière sans aucun effet personnel ».

28Cette ambiance chaleureuse était entretenue par les soins d’Alice Salomon comme le montre le déroulement de la fête des mères au Château de la Verdière, le dimanche 30 mai.

  • 11 CDJC MF 74 Folder 98.12 p. 678, lettre d’Alice Salomon transmise à Raymond-Raoul Lambert, 30 mai 19 (...)

« Il convenait de fêter dignement les mères israélites hébergées au Château de la Verdière, toutes mères de famille nombreuse. Dès la veille, chaque enfant avait reçu un petit pantalon de jardinier en toile bleue, un chandail, une paire d’espadrilles, le tout entièrement neuf provenant de dons qui m’avaient été faits par des amis personnels. Le dimanche matin, des jouets étaient également distribués aux enfants (toupies, autos, dominos, etc.) mais c’est à midi que la fête avait réellement lieu. Les tables étaient toutes fleuries de roses blanches et roses, et devaient voir se succéder : radis, pâtes au jus, rôti de veau, petit pois à la française, pâte de fruits et gâteaux, le tout arrosé de vin et de bière, et suivi de café. Auparavant, une double surprise était réservée aux héroïnes de la journée, aidés par une jeune pensionnaire de 17 ans, tous les enfants en cortège et par rang de taille, chacun un bouquet à la main, faisaient une entrée émouvante dans la salle à manger récitant en chœur un compliment et remettaient gaiement les fleurs à leur mère, tandis que j’offrais moi-même à chacune d’elles une enveloppe contenant 200 francs (provenant également de dons amicaux). Je crois inutile d’ajouter que nulle d’entre elles ne put retenir ses larmes – pas plus d’ailleurs que moi-même. À l’heure du goûter de nouveaux gâteaux étaient offerts aux enfants et à leur maman. La journée se termine dans une ambiance aussi familiale que possible et j’avais le plaisir de constater que ce jour-là comme les autres, mes efforts n’avaient pas été vains pour adoucir le plus possible les conditions de vie de ces familles provisoirement éloignées de leur foyer »11.

Les soins médicaux et l’état de santé des enfants

29Les soins médicaux étaient réguliers. Lors de son inspection de la Verdière le 13 juillet 1943, le Docteur Lévy établit un rapport moins optimiste que celui d’Alice Salomon émis deux mois plus tôt, le 11 juin 1943, au niveau de l’hygiène et des conditions alimentaires. Il estima la maison bien située pour héberger des enfants, le jardin assez spacieux et la maison confortable et de bonnes conditions d’hygiène : eau dans chaque pièce, WC en ordre et en nombre à peu près suffisants.

  • 12 CDJC MF74 p. 679-680, rapport du docteur Lévy au directeur général de l’UGIF, 13 juillet 1943.

« Mais », fit-il remarquer, « le propriétaire habite la maison et ne donne pas sa salle de bain. Une douche à eau chaude et eau froide a été installée dans une petite pièce chauffée. Et malgré le nombre restreint des chambres, le n° 16 a été désigné comme chambre d’isolement servant à la fois à un enfant devant être subitement isolé pour raison de maladie ou à un enfant entrant qui devait être isolé jusqu’à l’examen par un médecin de l’établissement.
Le personnel a été augmenté d’une surveillante d’enfants, Madame Cahn et d’une surveillante infirmière, Mlle Cerf, qui est aussi monitrice de culture physique. Le service médical assuré par le docteur Aboukaya, l’a été, à partir de juillet, par le docteur Paul Weil. Le médecin doit se rendre dans l’établissement tous les quatre ou cinq jours. Le professeur Cassoute, pédiatre marseillais, retraité, a fourni son concours comme consultant.
Au niveau de l’alimentation et de l’hygiène, il y avait quelques difficultés. Il faut augmenter l’ordinaire de la maison, mais ce sera difficile à cause des circonstances locales de Marseille. Il faut mettre à contribution le Secours National et l’Hygiène Départementale. Les rations sont suffisantes et la préparation culinaire bonne. C’est surtout la ration d’albumine qui est très faible, manque de viande, d’œufs, de poisson. Il faut que le médecin de l’établissement ordonne de la suralimentation pour les enfants et les mères dont l’état physique l’exige.
L’état de santé des enfants semble très satisfaisant malgré des retards de poids et de taille qui sont le résultat de privations antérieures et il y a un grand nombre de lésions de peau (impétigo). La plupart des enfants sont vaccinés contre la variole, le tétanos et la diphtérie. Les autres le seront »12.

  • 13 CDJC MF61.

30Dès le 29 juillet 1943, le directeur général de l’UGIF demande à la directrice du centre de bien vouloir prendre les dispositions suggérées par ce rapport pour améliorer d’une façon générale le bon fonctionnement sous toutes ses formes, de la maison13.

Les projets éducatifs

31Dans son rapport, le Docteur Lévy s’inquiétait aussi du peu d’organisation pour l’éducation des enfants. Il souhaitait qu’une personne qualifiée s’occupe de l’instruction des enfants de 8 à 13 ans, demandait qu’un programme quotidien soit établi pour retirer les enfants de la trop grande influence maternelle et qu’ils soient regroupés sous la tutelle des éducatrices et monitrices qui assumeraient leur éducation. La culture physique était pratiquée sous la direction de Claude Lehmann, assistant médical à la Verdière.

La déportation

La déportation du 20 octobre 1943

32Depuis novembre 1942, la situation avait changé en zone sud et l’étau se refermait. La Gestapo remarqua rapidement que l’UGIF et ses œuvres s’orientaient de plus en plus vers des activités clandestines sous le couvert de la façade officielle. Les brimades de la Gestapo s’accentuèrent, entraînant perquisitions et arrestations très nombreuses. Les Allemands n’hésitèrent pas à faire arrêter et déporter ses dirigeants estimés trop rebelles. Raymond-Raoul Lambert fut arrêté le 20 août 43 avec sa femme et ses quatre enfants et déporté à Auschwitz comme André Baur en zone nord. Il fut alors remplacé par Gaston Kahn.

33Il semble qu’il y ait eu des désaccords de fond entre les « notables » de l’UGIF de Marseille à propos de l’évacuation préventive des enfants et de leur mère. La liste des pensionnaires remise aux autorités allemandes, le 18 octobre 1943, deux jours avant la déportation, constituait un avertissement évident. Alice Salomon et Maurice Brener semblent avoir suggéré l’idée d’une évacuation préventive.

34Richard Cohen écrit :

  • 14 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., note de Richard Cohen, n° 3, p. 292. Maurice Brener, cousin de Ray (...)

« Avant de s’emparer de la Maison d’Enfants à la Rose, la Gestapo avait fait une descente au Siège Social de l’UGIF à Marseille et présenté un ultimatum à Gaston Kahn : notifier à la Maison d’Enfants l’imminente décision allemande ou affronter une action majeure contre la communauté juive de Marseille. Il semble que M. Brener ait été présent et qu’il ait exigé la dispersion immédiate des enfants, mais G. Kahn en décida autrement et les enfants furent déportés. (Jules Jefroykin et M. Brener m’ont fourni en 1977 une information identique à ce sujet) »14.

  • 15 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 244-245.

35Aussi, quelle ne fut pas la surprise de Raymond-Raoul Lambert, interné à Drancy avec sa femme et ses quatre enfants depuis août 1943, lorsqu’il vit arriver les pensionnaires de la Verdière le 22 octobre. Dans une lettre codée qu’il adressa à Maurice Brener, le mardi 26 octobre, il écrivit15 :

  • 16 Dans ses notes, Richard Cohen déclare que Raymond-Raoul Lambert pensait que « la déportation aurait (...)
  • 17 Sabord : désobéir, se saborder – disperser les enfants.
  • 18 Le siège social de l’UGIF se trouvait rue Sylvabelle à Marseille.

« Mon cher Mena, nous avons été heureux de recevoir la visite d’Alice, de Claude et de tous les enfants. Mais nous ne comprenons pas qu’on les ait poussé à faire ce voyage fatigant. Il est stupide de les avoir poussés à venir, puisqu’ils pouvaient continuer leur tournée vers la Lorraine16. Alice nous a raconté la consultation qui a précédé le voyage. Si ce qu’elle m’a dit est vrai, je suis de ton avis et j’espère que si une telle crise se déclare à nouveau, on agira plus crânement et qu’on se conformera aux ordonnances du docteur Sabord17. Les concessions à la maladie ne retarderont pas l’entrée en clinique des peureux, des plus peureux… Je sais maintenant ce qu’Alice a fait pour nous et je me demande à quoi ont pensé les autres que toi… J’écris au magasin Sylvabelle18 pour la chose très importante qu’on a laissé tomber… Par cette négligence, des centaines de malades mourront de froid cet hiver, qu’on se le dise ».

  • 19 Serge Klarsfeld, Les transferts des Juifs de la région de Marseille, op. cit.

36Le 20 octobre 1943, 44 personnes furent arrêtées. Parmi elles, 30 enfants et 9 mères. Le centre au complet fut déporté à Drancy. Afin d’empêcher toute possibilité de protestations ou de fuites, les Allemands prirent 60 otages. Alice Salomon se joignit volontairement au convoi des enfants déportés. De Drancy, ils furent ensuite conduits au camp d’extermination d’Auschwitz. Presque tous furent déportés par le convoi n° 61 du 28 octobre 1943 sauf la famille Aboudy (convoi n° 68) et Alice Salomon, Serge De Minden et Claude Lehmann (convoi n° 62 du 20 novembre 1943)19. Aucun ne revint à la fin de la guerre, excepté Claude Lehmann. Mères et enfants furent tous gazés.

37Les sœurs Chicheportiche racontent :

« Dans le tram qui nous menait à la Rose avec notre valise de vêtements d’hiver que nous apportions à notre mère, nous avons appris qu’il s’était passé quelque chose au “Château”. Nous avons rencontré une amie de Saint-Martin-Vésubie et sa mère qui revenaient de voir maman. Elle nous demanda de ne pas y aller car on venait d’emmener tout le monde. Nous ne l’avons pas écoutée. Nous sommes montées dans la chambre, avons fouillé dans l’armoire pour voir s’il n’y avait pas de message. Il fallait nous presser car un personnel du “Château” nous criait que les Allemands pouvaient revenir. La chambre était comme d’habitude, il y avait tout, notre mère n’avait rien emporté semblait-il. Il y avait les habits, de la nourriture... C’était pareil dans les autres chambres. Nous avons posé les affaires d’hiver et repris quelques effets. Mais tout cela dans la hâte et la peur ».

38Malgré les multiples interventions auprès de l’UGIF ou de la Croix-Rouge, les efforts des familles pour les retrouver et prendre des nouvelles sont inutiles et les réponses toujours les mêmes, négatives. Gaston Kahn remplaça Raymond-Raoul Lambert jusqu’au 6 décembre 1943, date à laquelle la Gestapo pénétra dans un bureau de l’UGIF, arrêta deux agents du réseau clandestin et intercepta un abondant matériel de faux papiers. Le 15 décembre 1943, le siège central de l’UGIF – qui fonctionna jusqu’à la Libération – fut transféré Lyon.

La fin de l’année 1943

39La Verdière continua à recevoir des pensionnaires après la rafle du 20 octobre. Des témoignages le confirment jusqu’en décembre 1943.

40Estelle Attas, veuve Decalo, marseillaise depuis 1923, qui habitait 27, rue Thiers témoigne :

« Je ne sais pas grand-chose sur la Verdière. Mais mon petit-neveu Jacques Attas âgé de 2 ans était là avec sa tante Coronel et son bébé, Albert âgé de quelques mois. Mon neveu se trouvait là car ma belle-sœur, la mère de Jacques était à la prison Saint-Pierre. Je suis allée le voir un jour car je voulais l’enlever de là. Je suis rentrée par la petite porte et je me suis trouvée dans un grand parc, il n’y avait pas de gardes, pas d’Allemands... Je suis montée au 1er étage. Je suis rentrée au hasard dans une chambre où il y avait trois ou quatre lits et mon petit-neveu était là et dormait. Je l’ai pris dans mes bras pour m’enfuir avec lui. (Au même moment, sa tante et d’autres mères se sont mises à crier que si je prenais mon neveu, elles seraient toutes déportées, car, à la Verdière il n’y avait que des mères avec leurs bébés et des enfants en bas âge). Je pris peur. Je ne voulais pas que toutes ces femmes soient déportées ou fouillées par ma faute. Cela se passait fin novembre ou début décembre 1943. Hélas ! Elles furent toutes déportées et aucune ne revint de cet enfer ».

41Jacques Attas, Albert Coronel et sa mère Rosalie furent déportés à Auschwitz par le convoi n° 63 du 17 décembre 1943 après être arrivés à Drancy le 15 décembre 1943.

  • 20 Serge Klarsfeld, La Shoah en France, op. cit., t. 3, p. 1723-1724. Le 15.12.43, entrée à Drancy de (...)

42Ils ne furent pas les seuls à être déportés de la Verdière en décembre 1943 par la Gestapo. 35 vieillards juifs du centre de La Clue aux Camoins furent conduits à la Verdière en décembre et déportés aussi20.

43Suzanne Vigderhaus, réfugiée de Paris à Nîmes fut arrêtée avec toute sa famille en 1943 et envoyée à la prison Saint-Pierre. Mais, peu avant, victime d’un grave accident, elle fut conduite à l’hôpital de la Conception sous le contrôle de l’UGIF qui lui recommanda de ne pas s’évader sinon « on » prendrait vingt personnes âgées. Elle fut transférée au centre des Camoins à La Clue où se trouvaient déjà beaucoup de personnes âgées.

« On pouvait se déplacer et pour se rendre en ville, on passait devant la Verdière. On savait qu’il y avait là des femmes et des enfants. Je m’y suis rendue car il y avait une dame de Nîmes et ses trois enfants (Mme Blumenfeld). Puis ce fut mon tour d’y aller en décembre 1943. Nous y vivions en collectivité. Nous descendions de temps en temps à Marseille. Tous les jours des cars arrivaient et nous étions de plus en plus nombreux au fur et à mesure que l’heure de notre déportation approchait. Nous étions plusieurs dans les chambres et même dans les salles en bas. Un matin, au moment du petit-déjeuner, vers la mi-décembre, la Gestapo est venue remplir un car, trop petit d’ailleurs pour le grand nombre de déportés que nous étions. Il n’y avait pas d’enfants dans notre convoi. Personne ne devait rester paraît-il. Nous avons été conduits aux Baumettes où nous sommes restés peu de temps. J’ai été déportée à Auschwitz Birkenau (matricule n° 72462) puis évacuée à Ravensbrück et de camps en camps... »

44Madame Osiel âgée de 67 ans a dû subir le même sort. Après avoir été « libérée » avec Fortunée Tordjman de la déportation immédiate en mai 1943 par l’action de Raymond-Raoul Lambert, les autorités allemandes gérèrent de la même façon son placement dans la Maison de la Clue, puis à la Verdière d’où elle fut déportée comme en témoigne la lettre que sa fille adressa à l’UGIF, le 14 décembre 1943.

Conclusion

4511,5 % des enfants juifs de 15 ans et au-dessous furent déportés en France. Grâce aux efforts clandestins des organisations juives et des protecteurs non juifs très nombreux, le taux d’enfants parmi les déportés fut moins élevé en France qu’en Belgique (20 %). À la Verdière, comme ailleurs, ce sont des enfants des familles démunies qui en constituèrent la forte majorité par suite

  • 21 Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1988.

« des déportations à partir de résidences forcées, des brigades de travail et des camps, des arrestations dans les refuges de l’UGIF et dans ses bureaux mêmes, où les gens venaient encaisser des allocations de secours. Tout indique un processus de sélection qui commençait invariablement et finissait souvent avec l’arrestation des éléments les plus défavorisés de la communauté »21.

46Les enfants ont bénéficié d’un semblant de vie familiale pendant quelques mois supplémentaires à la Verdière, entourés d’hommes et de femmes dévoués, à l’exemple d’Alice Salomon. Ils n’en étaient pas moins les otages fragiles des nazis. Le terrible événement s’inscrivit dans une période où ceux-ci, rencontrant de plus en plus d’obstacles, « la police allemande organisait des expéditions contre des cibles arbitraires sans trop se soucier de la nature des victimes ». Les enfants de la Maison d’Izieu, déportés le 6 avril 1944, furent aussi les victimes de cette traque systématique qui s’accentuait au fur et à mesure que la situation militaire allemande faiblissait.

  • 22 L’Allemagne nazie et le génocide juif, colloque de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, (...)

« Face à un ennemi totalitaire, suffisamment puissant pour l’emporter temporairement sur les armées européennes bien équipées, et entièrement dévoué à la réalisation d’un objectif hautement prioritaire, obéissant à des principes idéologiques, l’extermination d’un peuple entier, les activités des conseils et même leur collaboration inconsciente et involontaire avec les nazis démontre avant tout à quel point le peuple juif était démuni et sans défense »22.

47En 1944, le Château de la Verdière a servi de lieu de résidence à des soldats allemands puis français. En 1945, ce sont des prisonniers allemands qui y résidèrent, puis, en 1947, des juifs en instance de départ pour la Palestine. La Verdière devint une clinique en 1956.

48Pendant longtemps, l’emplacement exact du « château de la Rose » est demeuré mystérieux. Il n’a pas été facile de le localiser parce que le drame de la Verdière n’était pas connu et les habitants du quartier ignoraient tout. Depuis ces événements, les maisons voisines ont changé plusieurs fois de propriétaires. L’adresse exacte a été retrouvée en 1993, lorsque des familles de déportés de la Verdière ont commencé à se manifester.

49Les membres de l’Amicale des déportés d’Auschwitz, les étudiants de l’UEJF (Union des étudiants juifs de France) et beaucoup d’autres personnes du quartier ont agi pour que cette maison soit maintenue pour la mémoire collective et restaurée et classée pour devenir une crèche ou un centre pour enfants afin que les rires et les jeux y retrouvent leur place.

50En juin 1994, elle a été détruite pour faire place à un centre commercial et à une pharmacie. En 1996, les étudiants de l’UEJF ont apposé une plaque sauvage à l’emplacement de la maison et le 29 janvier 1998 une stèle a été officiellement élevée par le sénateur-maire, Monsieur Gaudin.

Le Château de la Rose ou La Verdière au 40-42, avenue de la Rose à Marseille avant sa démolition en juin 1994

Stèle commémorative inaugurée le 29 janvier 1998 à la Rose, Marseille 13e

Plaque apposée par les étudiants de l’UEJF en 1996 au 40, avenue de la Rose

Liste des familles arrêtées à la MAISON de la Verdière et déportées le 20.10.1943

Nom

Prénom

Date de naissance

Lieu de naissance

Aboudy

Charles

1891

Bagdad

Aboudy

Sarié

1904

Alep

Aboudy

Jeanne

23.08.23

Marseille

Aboudy

Suzanne

20.11.27

Marseille

Aboudy

Murielle

27.01.30

Marseille

Arrovas

Sultana

15.03.03

Istanbul

Arrovas

Rachel

06.10.29

Marseille

Arrovas

Marcelle

20.10.32

Marseille

Arrovas

Josette

08.12.34

Marseille

Arrovas

Germaine

13.10.36

Marseille

Arrovas

Sabin

01.08.39

Marseille

Ben Dayan

Sultana

12.04.07

Ouezzan

Ben Dayan

Clarisse

30.08.26

Marseille

Ben Dayan

Simone

31.01.31

Sale

Ben Dayan

Georges

17.01.35

Marseille

Ben Dayan

Albert

21.11.32

Sale

Ben Ittah

Esther

12.07.98

Tiaret

Ben Ittah

Irène

15.04.37

Marseille

Ben Ittah

Georgette

25.05.40

Marseille

Blumenfeld

Pauline

25.05.08

Marseille

Blumenfeld

Line-Jeny

31.10.34

Nîmes

Blumenfeld

Mireille

25.09.39

Nîmes

Blumenfeld

Henri

20.10.41

Nîmes

Chicheportiche

Rosine

29.03.07

Bou Saada

Chicheportiche

Guy

05.12.35

Paris

Chicheportiche

Reine-Yvette

18.02.38

Paris

Chicheportiche

Francine

01.11.40

Marseille

De Minden

Serge

01.02.39

Marseille

Grigri

Esther

13.05.00

Oran

Grigri

Arlette

24.10.36

Marseille

Haim

Mathilde

09.09.75

Salonique

Tabet (nièce Haim)

Jacqueline

23.09.30

Marseille

Kaddouche

Marie

02.10.12

Oran

Kaddouche

Julie-Huguette

21.12.33

Oran

Kaddouche

Alphonse

30.07.39

Marseille

Kaddouche

Joseph-Roger

30.11.40

Marseille

Lehmann

Claude

18.03.21

Salomon

Alice

21.12.90

Paris

Simon

Martha

09.03.80

Lohren (All.)

Simon

Jeanine

22.11.33

Bruxelles (Belg.)

Tordjman

Fortunée

04.10.14

Istanbul

Tordjman

Louise

27.08.36

Marseille

Tordjman

Jacques

24.04.38

Marseille

Tordjman

René

28.12.42

Marseille

Cette liste a été constituée à partir de celle de Serge Klarsfeld, Calendrier de la persécution des Juifs en France 1940-1944, op. cit., ainsi que de celle fournie par Georges Michel Salomon, selon la liste des pensionnaires de la Verdière réclamée par les Allemands le 18 octobre 1943

La déportation de décembre 1943

Nom

Prénom

Date de naissance

Lieu de naissance

Attas

Jacques

29.09.41

Marseille

Coronel

Rosalie

25.07.14

Marseille

Coronel

Albert

02.05.43

Marseille

Enfants et mères déportés le 20 octobre 1943

Enfants et mères déportés le 20 octobre 1943

Famille ARROVAS. La mère Sultana, née le 15.03.03 à Istanbul, et de droite à gauche ses filles : Esther (rescapée) ; Rachel née le 06.10.29 à Marseille ; Victorina (rescapée). Devant Sultana, de droite à gauche : Marcelle née le 20.10.32 ; Germaine née le 13.10.36 ; Sabataï (Sabin) né le 01.08.39 et Josette née le 08.12.34, ces quatre derniers sont nés à Marseille

Esther BENITTAH
née le 12.07.1898 à Tiaret (Algérie)

Famille BEN DAYAN. De droite à gauche : Simone née le 31.01.31 à Salé ; La mère Sultana Reinette ; Albert (devant sa mère) ; Georges né le 17.01.35 à Marseille ; Mauricette (épouse Labos) non déportée de la Verdière ; Clarisse née le 30.08.26 à Marseille

Famille Blumenfeld

Famille Blumenfeld

Pauline, Jeny et Henry, le père, déporté à Auschwitz. Jeny, née le 31.10.34 à Nîmes, était encore un bébé sur cette photo

Mireille née le 25.09.39 à Nîmes (photo prise en octobre 40 à Nîmes)

Pauline, la mère (née le 25.05.8 à Marseille) ici à Nîmes, rue Crémieux

Famille CHICHEPORTICHE. La mère née le 29.03.07 à Bou Saada et de droite à gauche : Guy né le 05.12.35 à Paris ; Francine née le 01.11.40 à Marseille ; Yvette née le 18.02.38

Serge DE MINDEN né le 01.02.39 à Marseille en compagnie de son père sur la Canebière

Famille TORDJMAN

Famille TORDJMAN

Au centre : Fortunée TORDJMAN née ROMI le 04.10.14 à Istanbul ; Louise née le 27.08.36 à Marseille ; Jacques né le 24.04.38 à Marseille

Jacques ATTAS né le 29.09.41 à Marseille « résidant » du château de La Rose à partir du 17.11.43, décédé à Auschwitz le 20.12.43 ; et sa maman, Victoria ATTAS née SARFATI, le 16.08.16, internée à la prison St Pierre et morte à Auschwitz le 20.12.43

Rosalie CORONEL née SARFATI, le 25.07.14 à Marseille

51Nous remercions les membres ou amis des familles de déportés qui ont porté témoignage sur ces événements.

Famille

Témoignages de

Aboudy

Mme Layani née Behar (Marseille)

Arrovas

Mme Benali Esther née
Arrovas (Marseille)
Mme Romi (Marseille)

Ben Dayan

Mme Labos Mauricette née
Ben Dayan (Marseille)

Ben Ittah

Ben Ittah Martial (Busy St Georges)

Blumenfeld

M. Kupfer(Nîmes)
Mme Goldenberg (Nîmes)
Mme Vigderhaus (Paris)
Mme Et M. Keisermann (Marseille)

Chicheportiche

Mme Chicheportiche Myriam
Mme Hadjaj Emma née
Chicheportiche (Marseille)

Coronel

Mme Decalo née Attas (Nîmes)
M. Coronel Marcel (Marseille)

De Minden Serge

Mme Cohen Jeannette (Bedoin)

Kaddouche

Mme Labos née Ben Dayan

Salomon Alice

M. Salomon Georges Michel (Paris)

Tordjman

Mme Cohen Jeannette (Bedoin)
Mme Romi Sultana (Marseille)

Vigderhaus

Mme Vigderhaus Suzanne née Grynberg (Paris)

Notes

1 Cette étude a été réalisée grâce aux témoignages d’un ou plusieurs membres des familles déportées (voir liste en annexes), appuyés sur des documents d’archives du CDJC (Centre de documentation juive contemporaine).

2 CDJC CDX11-1 UGIF.

3 Serge Klarsfeld, La Shoah en France, op. cit.

4 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 222.

5 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 223-229.

6 CDJC DOC MF63 Folder 92.103, p. 654-655.

7 CDJC MF 58 – 481.

8 Témoignage de Georges Michel Salomon, fils d’Alice Salomon.

9 CDJC MF 63 Folder 92.103, p. 652.

10 CDJC MF 74 Folder 98-12.

11 CDJC MF 74 Folder 98.12 p. 678, lettre d’Alice Salomon transmise à Raymond-Raoul Lambert, 30 mai 1943.

12 CDJC MF74 p. 679-680, rapport du docteur Lévy au directeur général de l’UGIF, 13 juillet 1943.

13 CDJC MF61.

14 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., note de Richard Cohen, n° 3, p. 292. Maurice Brener, cousin de Raymond-Raoul Lambert, membre de l’UGIF, son secrétaire personnel et son confident. Jules Jefroykin était aussi membre de l’UGIF et occupait d’importantes fonctions dans les mouvements de résistance juive en zone sud.

15 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 244-245.

16 Dans ses notes, Richard Cohen déclare que Raymond-Raoul Lambert pensait que « la déportation aurait pu être évitée si les enfants avaient été envoyés en Lorraine, puis en Suisse », Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 292, note 5.

17 Sabord : désobéir, se saborder – disperser les enfants.

18 Le siège social de l’UGIF se trouvait rue Sylvabelle à Marseille.

19 Serge Klarsfeld, Les transferts des Juifs de la région de Marseille, op. cit.

20 Serge Klarsfeld, La Shoah en France, op. cit., t. 3, p. 1723-1724. Le 15.12.43, entrée à Drancy de 108 personnes de Marseille. « À la Rose, à Marseille, où se trouve un asile de vieillards juifs, la maison de la “Clue”, nouvelle opération de la Gestapo qui s’empare de 35 pensionnaires et les transfère à Drancy ». Et in Zosa Szajkowski, Analytical Franco Jewisch Gazetteer 1939-1945, American Academy for Jewish Research, New York, 1966 : « La Rose était aussi le centre d’un asile de Juifs. Bauer (de la Gestapo)… alla avec une petite suite, arrêter tout l’asile de vieillards juifs de Marseille, qui se trouve à la Verdière. Il a pris là-bas, 35 personnes, employés compris et les a tous envoyés à Drancy ». Report of decembre 20.1943 : « Les Allemands ont refusé de transférer les Juifs âgés à l’hôpital Rothchild à Paris », 15 décembre 1943.

21 Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1988.

22 L’Allemagne nazie et le génocide juif, colloque de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Gallimard – Le Seuil, 1985.

Table des illustrations

Légende Alice Salomon avec son fils Georges Michel, sur la Canebière en 1943
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Le Château de la Rose ou La Verdière au 40-42, avenue de la Rose à Marseille avant sa démolition en juin 1994
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Stèle commémorative inaugurée le 29 janvier 1998 à la Rose, Marseille 13e
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Plaque apposée par les étudiants de l’UEJF en 1996 au 40, avenue de la Rose
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Enfants et mères déportés le 20 octobre 1943
Légende Famille ARROVAS. La mère Sultana, née le 15.03.03 à Istanbul, et de droite à gauche ses filles : Esther (rescapée) ; Rachel née le 06.10.29 à Marseille ; Victorina (rescapée). Devant Sultana, de droite à gauche : Marcelle née le 20.10.32 ; Germaine née le 13.10.36 ; Sabataï (Sabin) né le 01.08.39 et Josette née le 08.12.34, ces quatre derniers sont nés à Marseille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Esther BENITTAHnée le 12.07.1898 à Tiaret (Algérie)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Famille BEN DAYAN. De droite à gauche : Simone née le 31.01.31 à Salé ; La mère Sultana Reinette ; Albert (devant sa mère) ; Georges né le 17.01.35 à Marseille ; Mauricette (épouse Labos) non déportée de la Verdière ; Clarisse née le 30.08.26 à Marseille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Famille Blumenfeld
Légende Pauline, Jeny et Henry, le père, déporté à Auschwitz. Jeny, née le 31.10.34 à Nîmes, était encore un bébé sur cette photo
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Mireille née le 25.09.39 à Nîmes (photo prise en octobre 40 à Nîmes)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Pauline, la mère (née le 25.05.8 à Marseille) ici à Nîmes, rue Crémieux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Famille CHICHEPORTICHE. La mère née le 29.03.07 à Bou Saada et de droite à gauche : Guy né le 05.12.35 à Paris ; Francine née le 01.11.40 à Marseille ; Yvette née le 18.02.38
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Serge DE MINDEN né le 01.02.39 à Marseille en compagnie de son père sur la Canebière
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Famille TORDJMAN
Légende Au centre : Fortunée TORDJMAN née ROMI le 04.10.14 à Istanbul ; Louise née le 27.08.36 à Marseille ; Jacques né le 24.04.38 à Marseille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Jacques ATTAS né le 29.09.41 à Marseille « résidant » du château de La Rose à partir du 17.11.43, décédé à Auschwitz le 20.12.43 ; et sa maman, Victoria ATTAS née SARFATI, le 16.08.16, internée à la prison St Pierre et morte à Auschwitz le 20.12.43
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Rosalie CORONEL née SARFATI, le 25.07.14 à Marseille
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6872/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Historienne. Professeur au collège Longchamp, Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540