Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Deuxième partie : le temps des rafles et des déportations à Marseille, témoignages et documents

Les rafles à Marseille. Témoignages et documents

Suzette Hazzan

Texte intégral

  • 1 Christian Oppetit (dir.), Marseille, Vichy et les nazis, op. cit., p. 115-178.

1Dans la continuité du précédent ouvrage Marseille, Vichy et les nazis. Le temps des rafles. La déportation des juifs, auquel nous avons participé1, nous présentons ici les témoignages de déportés ou de familles de déportés marseillais auxquels nous n’avions pu avoir accès précédemment. La plupart ont été recueillis en 2004-2005.

2Leurs coordonnées nous ont été transmises par les membres de l’Amicale des Déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, section Marseille-Provence, par la présidente de l’AFMA (Association fonds et mémoire d’Auschwitz), Madame Ida Palombo, ainsi que par l’Institut Méditerranéen, Mémoire et Archives du Judaïsme (IMMAJ) à Marseille. Le temps avançant, les victimes et les témoins de la barbarie nazie et de la collaboration s’éteignent peu à peu. Notre objectif a été de recueillir la mémoire du plus grand nombre. Nous tenons à remercier vivement toutes les personnes qui ont bien voulu faire œuvre de mémoire, même après que 60 années se soient écoulées, en dépit parfois de profondes et légitimes réticences, remettant sur le devant de leur vie des blessures enfouies mais toujours à vif. Certaines ont même pu transmettre des témoignages photographiques ou épistolaires. Que toutes trouvent ici, au nom des générations futures, l’expression de toute notre gratitude.

3Les divers récits racontent les rafles de l’Opéra et du Vieux-Port en janvier 1943 mais aussi les arrestations plus individuelles et diffuses qui continuèrent tout au long des années 1943 et 1944 et les peurs face à cette traque constante par la milice et la Gestapo. Nul ne fut épargné, y compris enfants en bas âge et personnes âgées.

  • 2 Renée Dray-Bensoussan, Les juifs à Marseille, op. cit., récapitulatif d’après Serge Klarsfeld, p. 3 (...)

4Ils décrivent la quête incessante d’une cache sûre dans la crainte d’une dénonciation qui se produisit souvent, tandis que d’autres furent sauvés grâce à des interventions courageuses de voisins, connaissances ou inconnus non juifs. Enfin, certains décrivent leur arrestation et leur déportation à Auschwitz ou dans d’autres camps et leur retour. Ainsi, ces témoignages sont les porte-parole des 4 368 déportés de la région de Marseille sur les 74 000 juifs déportés de France parmi lesquels il n’y eut que 2 564 survivants au total2.

5L’importance de ces témoignages tient à la description proprement dite de la déportation, mais également à l’évocation des origines géographiques et sociales. À côté de quelques familles marseillaises bien établies et intégrées, la majorité est originaire de Turquie, mais aussi d’Afrique du Nord, en particulier d’Algérie. Beaucoup sont arrivés autour des années 1920 dans le souci d’améliorer leur situation matérielle en France, pays des droits de l’homme. Marseille en particulier les attire, ville portuaire ouverte sur l’Orient et ville cosmopolite où se trouvait parfois déjà un proche ou une connaissance. Nombreux sont de nationalité française, tels les juifs marseillais ou ceux d’Algérie naturalisés par le décret Crémieux de 1870. Quelques ressortissants turcs obtinrent leur naturalisation dans les années 1930.

6Après une installation souvent très difficile pour ces familles nombreuses, dans des chambres d’hôtels ou de petits appartements, chacun a su trouver du travail et améliorer rapidement sa situation. L’école fut un remarquable facteur d’intégration pour les enfants. Dès lors, la guerre les surprit dans l’état d’un processus d’installation accomplie, résultat d’une volonté déterminée et laborieuse.

7Les rafles et la déportation furent cruelles pour tous, pour les déportés et pour ceux qui se cachaient. Le retour, pour les rares rescapés, les mit face à la nouvelle nécessité, amputés de leur famille et sans biens, de devoir tout recommencer.

Liste des témoignages

8Rafles de l’Opéra (22-23 janvier 1943)

9Victor et Roxane ALGAZI
Eugène LEVY (lettre de la collection HASSON)
Roger ANATON
Henri ISRAËL
Robert HASSON
Élise LEIBOWITCH

10Rafles du Vieux Port (23-24 janvier 1943)

11Rachel KLEIMBERG épouse FARINA
Fortunée LAPUENTE : Famille MAMAN
Sarah LEVY
Jeanine SION née LAÏK
Claude AROVAS
Aline DUBOIS née HORRAS

12Autres rafles et arrestations : 1943 et 1944

13Josette AMSALLEM née CRESPIN pour la famille ALTCHEH
Régine FORTIS-COHEN
Huguette GHOZLAND épouse LONDNER
Isaac ALFANDARI
Robert MIZRAHI
Suzanne DARTIGUELONGUE née ISAAC

14Déportations à Auschwitz et ailleurs

15Suzanne DAVID (déportée sous son nom d’épouse ZARAYA)
Raphaël COHEN
Israël-Raphaël ATTALI
Gilda SCIAKY
Victoria BENBASSAT née MATALON
Suzanne LAUGIER née COHEN
Alfred ELKOUBI
Denise TOROS-MARTER (lettres d’Auschwitz)
André MARTER (lettres depuis l’hôpital militaire français sur les bords du lac de Constance).

Rafles de l’Opéra à Marseille (22-23 janvier 1943)

Victor et Roxane Algazi

16La rafle de l’Opéra, du 22-23 janvier 1943 eut lieu un soir de Shabbat, contre les juifs français et étrangers habitant le centre ville autour de l’Opéra et dans les rues adjacentes, mais aussi sur la Canebière, le Cours Belsunce, la rue Longue des Capucins, la rue Colbert, la Porte d’Aix, les quartiers Saint-Lazare, Longchamp, jusqu’à la Belle-de-Mai. La gare était surveillée et les voyageurs contrôlés. Déjà, depuis le matin, les boulevards montant vers la gare avaient été bouclés.

17Certains témoins, dont je suis, ont eu la chance d’être sauvés, grâce au hasard ou à l’action d’hommes et de femmes compatissants.

18Ce 22 janvier, il est plus de minuit. On tape violemment à notre porte du 3e étage droite de l’immeuble, sis, 11, rue Saint Saëns. Ma mère, Louna, née Léon épouse Algazi, veuve depuis le 14 novembre 1940, ouvre la porte, tremblante. Un homme en civil, un inspecteur de la police française de Vichy : « Vos papiers ! ». Il y voit « Juif » perforé sur la carte d’identité mais aussi le lieu de naissance, Smyrne en Asie Mineure.

19Il entre et repousse la porte entrebâillée. Il nous confie connaître la région des Dardanelles et avoir gardé un bon souvenir de là-bas : « Votre mari ? », réponse : « Je suis veuve, je vis avec mon fils Victor, âgé de 13 ans et demi ».

20Des bruits de pas dans l’escalier ; ce sont les voisins Arouto ? Léon ? Mechoulam ? Cohen ? l’Inspecteur nous recommande de ne plus ouvrir à quiconque, d’éteindre la lumière et de ne plus bouger pendant 24 heures. Encore des bruits de pas dans les escaliers. Puis des coups violents et redoublés à notre porte. Il me semble, soixante ans après, encore entendre sa voix : « Ici, c’est fait. Ils sont descendus ».

21Ma mère et moi avons eu beaucoup de chance, car pendant cette nuitlà, rafles et visites domiciliaires ont entraîné l’arrestation et la conduite aux Baumettes de 1 865 personnes. J’ai eu beaucoup de copains, camarades de classe, de l’école de la rue de la Paix, déportés. Je pense à Roger Habboute qui habitait 18, rue Corneille, à la famille Arrovas, mise en résidence surveillée au Château de la Verdière. Cette pauvre femme, mère de 8 enfants, a été déportée avec ses enfants en bas âge. Seules deux filles ont survécu : Victoria et Esther. C’était selon l’humeur des GMR (Gardes mobiles de réserve). Ils embarquaient le fils et pas le père, le père et pas le fils. Le quartier de l’Opéra était devenu malsain. Tout le monde évitait le centre ville parce qu’il y avait les dénonciations, les contrôles, les rafles. Chacun pensait partir. Certains allaient se réfugier aux Camoins, à la Millière. Mais aller où ? Avec quels moyens ?

22Des amis arméniens nous ont dit : « Venez chez nous. Les persécutions, on sait ce que c’est. » On est monté à pied, évitant les barrages jusqu’à La Gavotte. On n’avait pas voulu prendre de moyens de transport (le tram) parce qu’ils contrôlaient les papiers à des points stratégiques. Il y avait souvent des rafles devant les cafés, les cinémas sur la Canebière, par des Français de la Milice en uniforme qui collaboraient avec la Gestapo.

23On n’avait plus rien, plus de cartes d’identité, plus de cartes d’alimentation, frappées du tampon « Juif » perforé ou à l’encre rouge indélébile (ils nous attendaient pour le renouvellement et pour nous rafler).

24Nous sommes restés à la Gavotte, où j’ai vécu jusqu’à la Libération. Je n’ai jamais eu de faux papiers, ni de faux actes de baptême catholique. À la cathédrale, l’abbé Cas, un homme remarquable, un Juste qui a sauvé tant de vies humaines, m’avait proposé un acte de baptême. J’ai refusé. Je voulais vivre la vie telle que je devais la vivre. Avec ma mère, on avait pris la décision de dire qu’on avait perdu nos papiers d’identité.

25À la Gavotte, on dormait à six dans une pièce minuscule. Notre amie s’appelait Caroline Kaldiremdjian. Elle est morte à plus de 100 ans. C’était une « Ankarali ». Elle appartenait à ces Arméniens d’Ankara qui ne pouvaient parler l’arménien, sinon on leur coupait la langue. Alors, après deux ou trois générations, ils ne parlaient que le turc. Caroline avait un cœur d’or. Je la revois se roulant de maigres cigarettes avec un tabac douteux. Elle se mettait sur le divan. Elle était insomniaque et toute la nuit elle chantait, fredonnait de belles chansons en turc. Moi, je l’écoutais religieusement, résistant à l’envie de dormir. Pour moi, c’était ma grand-mère. Elle me disait en turc, « Ie, oloum Ie » (mange mon fils, mange). Manger quoi ?

26Je mangeai le morceau de pain dont elle se privait. N’ayant plus de cartes d’alimentation, elle allait mendier auprès de sa famille de la colonie arménienne quelques grains de blé. Comme tous les Orientaux, avec un pilon, elle en enlevait le son, pour en faire une farine. Elle arrivait à faire des genres de crêpes qu’elle passait au four pour pouvoir me nourrir.

27Un matin, j’entends Caroline dire : « American, var ? » (Il y a des Américains ?). Je sors. Erreur. C’était des soldats allemands. Le canal de Marseille longeait la maison de Caroline. Les soldats arrivaient, je me suis jeté dans le canal, nageant malgré un fort courant. J’ai essuyé des tirs, mais j’ai pu m’échapper.

28Nous avons dû quitter la maison de Caroline, pour aller vers une autre famille arménienne qui nous a hébergés, la famille du bottier Haigaz, toujours à la Gavotte.

29Avec mon ami Marius, j’ai fait connaissance du boucher de la Gavotte, qui m’a enrôlé, comme estafette pour la résistance. Puis, est venue la Libération par les Tabors marocains, dont un est tombé devant moi, atteint par une balle. Et, lors d’un bombardement, la DCA du Moulin du Diable ripostant, un éclat d’obus m’a frôlé à quelques centimètres de la tête. J’ai eu de la chance.

30Les parents de ma femme ont eu moins de chance. Roxane a vu son père Isidore Matalon descendre, en pyjama, l’escalier étroit du 25, rue Glandevès et suivre la police française pour « un simple contrôle de papiers » vers minuit, le 22 janvier 1943.

31Quatre mois plus tard, c’est sa mère qui sera arrêtée après avoir été convoquée à la rue de la Joliette pour apporter un colis de secours à son père. Les Allemands l’y attendaient et l’ont conduite à la prison Saint-Pierre où Roxane a pu la voir pour la dernière fois. Elle lui a demandé d’aller à la Gestapo, rue Paradis, récupérer les papiers. Elle avait 12 ans et raconte : « J’ai entendu des gens crier dans les caves, je ne comprenais pas. On les torturait. Je me suis retrouvée devant un Allemand qui hurlait : « Juden, Kaputt ». C’est une femme qui était en relation avec les Allemands qui l’a sortie de là. Elle est alors restée seule avec sa grand-mère âgée et ses deux frères : Sauveur, 7 ans et Élie, 5 ans. Elle s’est réfugiée au 12, rue Corneille dans l’appartement délaissé de sa tante Daisy, réfugiée avec ses trois enfants dans le centre de la France. Cachée dans une cave du cours Pierre Puget (dans l’immeuble de l’Automobile Club de France) puis au tunnel du carénage, accompagnée de ses frères et de la grand-mère, elle passera le temps de la guerre dans la clandestinité et la faim. Ils avaient déchiré leurs cartes d’alimentation portant l’inscription : « Juif ».

32Je pense sans cesse à mon histoire, à celle de ma famille, et à celle de mes cousins, Mizrahi, Behar, qui ne sont jamais revenus. À la famille de ma femme, Isidore Matalon et Lucie Matalon, au grand-père Eliezer Barzilai, arrêté à Hanoukka 1943 à la synagogue Breteuil et déporté à Auschwitz.

33Il faut savoir que le 23 mars 1943, le convoi n° 52 a emporté 639 hommes et 355 femmes, une grande partie des juifs de Marseille. Ils seront acheminés sur le camp de Sobibor : aucun survivant.

34Et, le 25 mars, le convoi n° 53 emporte 1 000 déportés : 527 hommes et 472 femmes (dont 580 Français) et 120 enfants de moins de 17 ans : 5 survivants.

35Ces hommes et ces femmes sont en grande majorité français originaires d’Oran, Tlemcen, Alger, du Maroc et de la Tunisie.

36Les Français par mariage ou naturalisation viennent de Salonique, de Smyrne, d’Istanbul, de Grèce, de Turquie, de Bulgarie. Les étrangers, du moins ceux qui le sont encore, appartiennent à la même communauté judéo-espagnole. Ils apparaissent en tant que citoyens hellènes ou turcs ou apatrides. Les juifs allemands, autrichiens, ou polonais représentent une petite minorité par rapport au nombre impressionnant de juifs marseillais anciennement établis dans notre ville.

Lucie MATALON avec ses enfants sur le quai des Belges, Marseille, 1940. Collection Matalon

37Lettre adressée par Eugène Levy à Albert Aben, alors secrétaire de l’Amicale des Déportés d’Auschwitz de Marseille (collection privée de Monsieur Robert Hasson).

38Sevran, 23/4/1993

39Monsieur Aben,

40J’ai reçu votre gentille lettre et y réponds avec une certaine émotion et autant d’affection aussi ! Vous me demandez de vous indiquer l’itinéraire à partir du 43, rue d’Aubagne où je demeurais (et non rue Thubaneau par erreur). Voici la réponse à ces tristes et inoubliables souvenirs.

41J’ai été arrêté le 23 janvier 1943 à Marseille à 1 h. du matin chez moi par la Police française aidée d’assez loin au bas de la rue par la Gestapo à attendre la « Capture ». De là, j’ai été transporté avec d’autres raflés à la Prison des Baumettes pour y rester un jour et une nuit, puis dirigé à la gare d’Arenc pour être fourgonné et entassé à 50 ou 60 dans des wagons plombés à bestiaux, « au noir », entassés debout pendant un jour et une nuit durant le parcours jusqu’à Compiègne, sans ménagement, direction le Camp de Royallieu. (Je pense et crois bien que nous avons eu une courte halte à Drancy). Dans ce camp se trouvaient femmes et enfants que l’on ne voyait pas parce que séparés dans un autre secteur mais que l’on entendait.

42Je passerai sur beaucoup de pénibles détails dans ce camp où j’ai tenté de m’évader sous le châssis d’une ambulance voisine de notre baraquement et à la faveur d’un profond brouillard. Efforts inutiles, échec total. Suite à cette évasion avortée, les mois passant, on nous annonce le départ pour Compiègne et vers une destination inconnue (peut-être trop connue). C’est là, sur les quais, que nous nous retrouvons tous alignés en un convoi de 700 malheureux prêts à l’embarquement et dans l’attente, sous surveillance de feldgendarmes.

43Profitant d’un moment d’inattention, suite à un court incident, je m’adjoins sans hésiter à un groupe de camionneurs près de nous, mais hélas, un agent de la Gestapo suivait toute la manœuvre, je fus repris et sauvagement battu. En place dans le wagon avec deux feldgendarmes à l’entrée, je me trouve par providence et par hasard sous une issue d’aération dans un recoin du wagon aux côtés de mes camarades. Cette issue n’est pas fermée, je peux l’ouvrir, le train démarre lentement, aidé par deux compagnons, dans un effort désespéré, je passe mon corps et me laisse tomber sur le ballast. Le train file, évasion réussie, j’atteins la route nationale, des cheminots s’occupent de moi et surtout le curé de Compiègne, l’abbé Abel Savatier, qui a tout fait pour moi, pour me rendre un homme libre.

44Voilà réunis les quelques renseignements que je puisse vous donner (de triste mémoire au départ du 43, rue d’Aubagne). Cordialement, sincères et chaleureuses poignées de mains.

45P.S. Quelques noms pour mémoires : avec moi à Compiègne : Tibi Gourrain, rue St Ferréol, Marseille, Krief – Sayag – Dr Rosenfeld – Saoud dit Saoud l’Oranais (Musicien oriental, bien connu) et son fils adoptif.

Roger ANATON

46Je suis né à Marseille le 20 août 1934. Mon père est venu de Turquie dans les années 1918-1920 ainsi que ma mère. Ils se sont connus et mariés à Marseille en 1923. Ils viennent, l’un de Brousse et ma mère d’Istanbul. La famille paternelle fabriquait à Brousse du vin casher.

47On habitait 37, rue Vacon où je suis né et où j’ai vécu jusqu’à mon mariage.

48Ma famille était religieuse. Mon père avait sa carte du Consistoire depuis 1923. Nous avons fréquenté le Talmud-Torah. Mon père travaillait au Petit Provençal. Il était très dynamique et s’intéressait aux conditions de vie de la population juive à qui il rendait service quand il le pouvait.

49Notre famille entretenait de bonnes relations avec les non juifs. Nous étions de bons citoyens français. Mon père a été appelé à l’armée en 1939 et il y est resté jusqu’à la débâcle, en 1940. Il est parti en laissant trois enfants et une femme enceinte. Je fréquentais l’école de la rue de la Paix, comme tous les petits juifs et autres enfants de l’Opéra. À la Libération, j’y suis retourné et j’ai retrouvé la plupart de mes amis. Les enfants n’avaient pas été déportés au contraire des parents.

50Quand les Allemands sont arrivés en novembre 1942, par la porte d’Aix, mon père et moi allions chez ma tante, sa sœur Rachel Adout. On allait prendre le bus n° 70 qui part du cours Belsunce lorsque les motards sont entrés dans Marseille.

51En décembre 1942, j’étais avec mon père, rue du Beloie dans le 6e pour faire tamponner la carte d’identité. C’était un commissariat proche de la synagogue de la rue Breteuil. Ma mère avait poussé mon père à accomplir cette formalité, pour qu’il soit en règle avec l’administration. Les juifs étaient réguliers et avaient foi en la République française. La carte de ma mère a été tamponnée aussi. À ce moment-là, elle était à l’hôpital.

52Le frère de maman, l’oncle Jacques Mizrahi et mon oncle paternel Chaoul Adout habitaient le quartier Saint-Lazare. L’oncle Chaoul résidait au 114, avenue Camille Pelletan. Il était épicier en gros et possédait une des plus grosses épiceries de Marseille et dirigeait de très nombreux employés. Il avait fait de brillantes études en Bulgarie. En 1939, il avait trois voitures, ce qui nous laissait admiratifs. Dans la journée du 23 janvier 1943, le commissaire du quartier l’avait informé qu’il y aurait des arrestations. Mais il lui avait dit de ne pas s’inquiéter parce que cela ne concernerait que les « suspects et les sans travail ».

53Dans la nuit de la grande rafle de l’Opéra (22-23 janvier 1943) les GMR montèrent chez lui et lui demandèrent ses papiers. Ne les ayant pas sur lui, il descendit au n° 116, dans son magasin pour les récupérer. Dans l’arrière-boutique vivait son père « Mordou ». Les deux ont été arrêtés et ne sont jamais revenus. Chez l’oncle Chaoul se trouvaient aussi ce soir-là sa femme, ses deux filles et moi, car ma mère était malade. Elle mourra le 10 mars 1943.

54Mon père travaillait au Petit Provençal de nuit. Il n’a jamais été dénoncé. Le soir de la rafle, il n’y avait donc personne à la maison. Son travail l’a sauvé.

55Mon frère et ma sœur étaient chez ma tante maternelle à l’Opéra, dans la famille Mizrahi. Les GMR sont montés et ont raflé l’oncle Jacques et son fils aîné, Élie, âgé de 19 ans. Ils ont laissé ma tante Claire, ses quatre autres enfants, mon frère et ma sœur.

56Marcel Bouaniche qui habitait au 3, rue Saint-Saens a été déporté avec mon cousin et mon oncle. Entre Marseille et Miramas, il dit à Élie : « Viens, on saute, on va se sauver ». Mon cousin n’a pas voulu à cause de son père. Tous les deux ne sont jamais revenus et Marcel qui a sauté a aujourd’hui environ 85 ans.

57Ma tante Claire a souffert toute sa vie de cet événement.

58Après cette rafle, mon frère Sylvain et ma sœur Colombe sont partis se cacher en Haute-Loire avec ma tante et ses filles. Par l’intermédiaire de son journal, mon père m’a envoyé comme réfugié en Ardèche, à Annonay dans la famille Guyon, un couple de paysans qui entretenaient le jardin du château de M. Seguin. C’était en avril 1943, après le décès de ma mère. Mais M. Guyon a dû héberger de la famille venue de Nice. Il a donc fallu que je parte et je suis allé rejoindre mon frère et ma sœur en Haute-Loire, à Lavoûte-Chilhac, à 40 km du Puy où un cousin de Paris avait loué une maison. Et moi, j’étais caché chez la famille Chambon à environ 6 km. Mon frère qui avait 14 ans devait être hébergé dans le même village, dans une ferme, chez M. Proméra, fervent pétainiste (admirateur du Pétain de 1914). Mais il a refusé d’y aller. Il préférait travailler avec le cousin de Paris dans une ébénisterie. Quand mon père s’est rendu chez le fermier pour lui expliquer le refus de Sylvain, celui-ci lui a dit qu’il comptait écrire au Maréchal Pétain pour l’informer que le petit réfugié qui était juif ne s’était pas présenté. Mon père lui a montré sa carte de presse en s’exclamant : « Vous croyez que le père d’un petit juif peut avoir ces papiers ? » M. Proméra n’a jamais écrit au Maréchal.

59En fait, c’était tous des braves gens. Par la suite, la famille Chambon n’ayant pas d’enfants a voulu m’adopter. Ils ont eu un bébé dix ans après.

60Après la guerre nous sommes retournés les voir, mais ils avaient déménagé. C’est grâce à toutes ces personnes que nous avons été sauvés.

Henri ISRAËL

61Je suis marseillais et je suis né dans cette ville en 1930. Mes parents étaient d’origine turque. Mon père Isaac Israël est né à Istanbul en 1888 et ma mère Suzanne Beni Fraïm à Brousse. Ils se sont mariés à Marseille le 3 avril 1913. Ils étaient commerçants. Mon père est mort alors que j’étais très jeune. J’ai vécu avec ma mère et son deuxième mari au 16, avenue du Prado à Castellane.

62Mon frère Albert, qui venait d’être démobilisé en 1940, était revenu habiter avec nous jusqu’à son mariage célébré le 11 août 1942 avec Janine David dont le père Barouh David (né à Salonique) était un notable marseillais. Il possédait deux grandes bijouteries, sur le Quai du Port et sur La Canebière (la bijouterie Aristide Bel). Le jeune couple s’était installé rue Fondère. Les Allemands ont occupé Marseille à partir de novembre 1942 et nos inquiétudes ont commencé.

63Jusqu’à cette époque, en effet, nous pensions qu’il ne pouvait rien nous arriver de grave. Je fréquentais l’école de la rue Saint-Sébastien et j’avais l’insouciance de mon âge. Ma mère est allée faire tamponner les cartes d’identité de la famille lorsque les autorités l’ont demandé. Elle a même pris celle de mon frère et celle de sa femme qui étaient absents et c’est moi qui leur ai rapportées lors de leur retour à Marseille. Je le regrette aujourd’hui. Mais nous ne savions pas l’importance de cet acte à l’époque.

64Mon frère et sa femme sont revenus de voyage le 22 janvier 1943. Au lieu d’aller dormir chez eux, rue Fondère, ils sont allés chez les beaux-parents de David qui habitaient au 90, la Canebière (dans l’immeuble de la Librairie Tacussel). Il y avait là aussi deux sœurs de Janine, Liliane et Raymonde. Dans la nuit, a eu lieu la rafle de l’Opéra et du centre ville. La police française est montée et n’a pris que mon frère, sa femme et son beau-père. Les autres sont restés. Malheureusement ils seront déportés plus tard.

65Au moment de leur arrestation, dans la nuit du 22 au 23 janvier, nous étions chez nous au Prado. Ma chambre donnait sur l’avenue et j’ai entendu passer de très nombreux camions durant toute la nuit. C’était des juifs raflés que l’on conduisait aux Baumettes. Ils ont été conduits à la Gare d’Arenc puis à Compiègne et à Drancy d’où ils partirent le 23 mars 1943 pour le camp de Sobibor où ils furent exterminés dès leur arrivée.

66Par peur de nouvelles rafles qui se produiraient dans d’autres secteurs de la ville, ma mère a eu l’idée d’aller coucher le lendemain au 90, de la Canebière, là même où mon frère avait été arrêté. Elle pensait qu’ils ne reviendraient pas là. Nous y sommes restés un mois environ et sommes partis nous réfugier ensuite à Cannes pendant trois ou quatre mois. Nous nous y sentions plus en sécurité sous le contrôle italien. Puis, nous sommes partis en Savoie, à Brides-les-Bains, toujours sous le contrôle italien. Nous y sommes restés jusqu’à l’Armistice de Badoglio. À ce moment-là, nous nous sommes installés à Lamastre, en Ardèche, jusqu’à la fin de la guerre. J’y suis allé à l’école.

67Nous avions des faux papiers et j’ai souvent changé de nom. La première fois, je me suis appelé Henri Isoard. Ma mère, étant remariée avec Monsieur Franco, nom qui ne faisait pas trop « Juif », je suis devenu aussi Henri Franco.

68Les beaux-parents de mon frère étaient là aussi. Ils ont ensuite décidé de repartir et de louer une villa à Aubagne. Ils voulaient que nous partions tous. Ma mère a refusé. Ils ont été dénoncés et raflés à Aubagne. Sa belle-mère Paula et ses belles sœurs Liliane, Raymonde, Suzanne et son mari Saby Zaraya, avec leurs deux enfants, Henri, 5 ans et Claudie, 18 mois, ainsi que les deux parents de Saby Zaraya. Trois seulement sont revenus d’Auschwitz.

69Les deux magasins de bonneterie, lingerie, confection que nous possédions à Marseille, au 17, et au 43, rue de Rome avaient été confisqués par le Commissariat aux questions juives et l’administrateur les avait vendus à des aryens.

70À la Libération, ma mère et moi sommes revenus à Marseille en taxi. Très courageuse et audacieuse, accompagnée d’un huissier, elle a fait mettre dehors les occupants des deux magasins. Le propriétaire de celui de mon frère avait été mis en prison pour fait de collaboration.

71Les Allemands étaient souvent venus nous chercher dans notre appartement du Prado, mais il y avait d’autres locataires. Ma mère l’avait prêté à un jeune couple qui ne savait pas trop où aller. À notre retour ils nous l’ont rendu. Ainsi nous avons récupéré une partie de nos biens, mais nous avions perdu nos proches.

72Sur les actes de disparition que nous avons reçus après la guerre, mon frère et ma belle-sœur sont enregistrés comme ayant disparu à Maïdaneck alors qu’ils sont partis avec la plupart des juifs marseillais raflés en janvier 1943 dans le convoi n° 52 à destination de Sobibor.

« Vente aux enchères publiques d’un des magasins de la famille Israël »

73Drancy, le 22/3/1943

74Chère Maman

75Nous voilà à quelques heures de notre départ et notre courage est grand, nous sommes prêts à résister et notre espoir est grand. Le vilain cauchemar est vers la fin et très bientôt nous serons tous réunis pour continuer notre vie près de vous. Je pense souvent à vous et mon grand souci est de vous savoir toujours au Prado. J’aimerai qu’avec Henri tu partes à la campagne pour penser à l’avenir et que tu sois en bonne santé. Nous n’avons plus la possibilité de vous écrire ni de recevoir des colis, mais heureusement notre régime est meilleur et nous nous en passerons. Pour les magasins n’aie aucun souci et n’hésite pas à les laisser en gérance. Ma petite maman chérie il faut que tu saches que tu dois avoir confiance en l’avenir et que ton grand fils reste toujours avec toi et pour la vie.

76Je t’embrasse très fort. A. Israël. Bonjour à M. Franco.

77Cher frère. Pour toi aussi il faut que tu fasses tout ton possible pour consoler notre Maman et faire voir que tu deviens un grand garçon et par ta sagesse lui donner le plus de satisfaction possible. Je te quitte mon cher frère en t’embrassant très fort ton frère pour la vie. A. Israël

Robert HASSON

78Toute ma famille a été déportée. Je suis le seul rescapé. Mon père, ma mère et mon frère sont morts à Sobibor et à Auschwitz.

79Je suis né à Cuba car mes parents s’y trouvaient de 1923 à 1925. C’est ce qui m’a sauvé la vie.

80Mes parents sont d’origine turque tout comme les grands parents paternels (Nissim Hasson, Rachel Hillel) et maternels (David Calma et Esther Lévy). Ils se sont mariés à Constantinople vers 1922 et ont quitté la Turquie en 1923 pour Cuba.

81N’ayant aucune formation, papa faisait du colportage. La famille de maman avait également quitté la Turquie en 1923 pour Marseille. Ma tante a demandé à sa sœur de venir la rejoindre. C’est ainsi que mes parents se sont retrouvés à Marseille en 1925. J’avais alors un an. Mon frère David est né en 1926. Il était considéré comme français par le gouvernement de Vichy, au contraire de mes parents, qui n’ont même pas été reconnus comme turcs par le Consulat de Turquie et ont été considérés comme apatrides. Quant à moi, né à Cuba, j’étais cubain. Au moment des déportations, ces différences auront du poids. Nous avons été raflés dans la rafle de l’Opéra.

82Samedi 23 janvier 1943 à une heure du matin, des coups violents sont frappés à notre porte d’entrée. « Ouvrez. Police ! » Mon père apeuré ouvre la porte : « Montrez-moi vos papiers », puis : « Combien êtes-vous dans l’appartement ? » Il y avait mon père Victor (46 ans), ma mère Donna (43 ans), mon frère David (17 ans) et moi (19 ans).

83Mon frère et moi nous nous sommes levés. Maman étant malade est restée couchée. Nous avons pu voir deux gardes mobiles qui vérifiaient les papiers tendus par mon père. Ces papiers portaient en gros caractères rouges la mention : « Juif ». Mon père ayant respecté les instructions de la police vichyssoise, pensait que l’interrogatoire en resterait là. « Habillez-vous rapidement et suivez-nous jusqu’au commissariat pour le contrôle de vos identités » – « Ma femme est alitée, peut-elle rester couchée ? » – « Aucune importance, qu’elle vienne aussi, il n’y en aura pas pour longtemps ».

84Nous nous habillons à la hâte. Personnellement, je pensais que ma composition de math pour le lendemain était bien compromise. Nous voici dans la rue. D’autres personnes, en rang, nous y attendaient. On nous demande de nous mettre à la queue. Quelques voisins se mettent aux fenêtres et assistent à notre départ pour le commissariat de la rue Tapis Vert, à une centaine de mètres de l’endroit où nous nous trouvions.

85À l’entrée du commissariat, et sur deux rangées, une dizaine de gardes mobiles, fusil en bandoulière, nous firent signe d’avancer vers le fond de la salle. Là, je vis l’un de mes cousins (Fresco), bras levés, interrogé par un inspecteur très désagréable. À notre tour, nous avons décliné nos identités, montré nos cartes d’identités et cartes d’étudiants. On nous a demandé ensuite d’attendre au fond de la salle.

86Peu de temps après, deux fourgons se sont arrêtés devant le commissariat. On nous y fit monter, puis nous nous dirigeâmes vers la prison des Baumettes.

87Dimanche 24 janvier 1943 à 6 heures du matin, nous quittons la prison des Baumettes en cars de police.

88Nous traversons Marseille à vive allure, par le Prado et la rue de Rome. Nous nous posons tous la même question : « Où nous emmène-t-on ? » Certains lancent par les fenêtres, sous le regard indulgent des deux gendarmes qui étaient chargés de nous escorter, des messages destinés à leur famille. Nous sommes finalement conduits à la gare d’Arenc. Les cars pénètrent sur le quai. Un groupe de soldats allemands et de gendarmes français nous y attend.

89À notre descente, les soldats arment leur fusil-mitrailleur. À l’aide de chiens policiers on nous fit monter dans des wagons à bestiaux qui se trouvaient devant nous. Nous étions serrés les uns contre les autres. « Schnell ! Schnell ! » Je dois avouer, qu’à ce moment-là, je me suis rendu compte de la gravité de la situation. J’ai pu monter dans le même wagon que mon père. Mon frère était dans un autre. Quant à maman, que je n’avais pas revue, elle devait certainement se trouver dans le wagon réservé aux femmes.

90Notre wagon fut rapidement plein. La grande porte se referma dans un bruit sourd et nous nous sommes trouvés dans le noir. Au début il y a eu quelques plaintes, mais la grande majorité était silencieuse, comme moi et mon pauvre père. Nous étions prostrés.

91Nous avons attendu ainsi toute la journée du 24 janvier. En milieu de journée, la fatigue (nous étions toujours debout), la chaleur et surtout la soif avaient considérablement changé l’atmosphère. Certains prisonniers, tapant contre les parois, réclamaient à boire. La pagaille était à son comble, lorsque la porte s’est entrouverte et que l’on nous eu jeté quelques miches de pain. Ce fut la ruée vers ce pain.

92N’en pouvant plus, je me suis surpris à crier : « Arrêtez-vous bande de sauvages. Vous vous conduisez comme des bêtes… ! » À mon grand étonnement, tout le wagon s’est calmé, attendant la suite. Le scoutisme m’a beaucoup servi à ce moment-là. Je continuais sur le même ton : « Nous allons nous diviser en équipes. Alignez-vous de façon que je puisse voir les rangées ». Ce qui fut fait dans un ordre très relatif. Je vérifiais le nombre d’hommes par rangées. Le calme était revenu.

93Je demandais au premier homme de chaque file de venir près de moi, autour des miches de pain. Par chance, quelqu’un avait sur lui un petit couteau. Difficilement et avec beaucoup de patience, j’ai pu partager les miches en parties à peu près égales. Je demandais à chaque chef de file de bien vouloir distribuer ce pain à chaque homme de son équipe. Le calme était définitivement revenu car nous étions à jeun depuis six heures du matin. Peu de temps après, le train s’est mis en marche très lentement, ce qui, malgré tout, nous a permis d’avoir un peu de fraîcheur. La question qu’il fallait ensuite résoudre était celle des WC. Un angle du wagon a été réservé pour cet usage. La question d’eau s’est ensuite posée. Malgré le froid, nous avions énormément soif. Heureusement le train s’est arrêté à une gare, nous avons pu avoir un grand seau d’eau, porté par deux Français en civil, accompagnés de deux soldats allemands. Il nous a été impossible de savoir où nous étions. Les Français avaient reçu des ordres précis.

94Nous avions laissé s’asseoir les plus âgés, les autres restant toujours debout. On me demanda, une nouvelle fois, de trouver une solution. Il me revint l’idée de reformer mes files d’hommes. De faire asseoir le dernier de la file, jambes écartées, puis le suivant de la même manière, jusqu’au premier. J’ai pu obtenir ainsi que tout le monde soit assis bien qu’un peu serré. La fatigue aidant nous avons pu ainsi sommeiller.

95Durant la nuit, quatre détenus sont devenus fous et poussèrent des cris stridents.

96Nous avons ainsi voyagé jusqu’au lundi 25 janvier. Le train s’arrêta à une gare. On nous fit sortir. Nous étions arrivés à Compiègne et on nous amena au camp français de Royallieu.

97Mardi 26 janvier. Nous allons être internés dans un camp de travail. On nous a donné un car de tisane et le soir une soupe. Nous avons couché sur de la paille. J’avais très froid aux pieds. Certains se mettaient de la paille dans les souliers, c’est ce que j’ai fait.

98Mercredi 27 janvier. On nous a répartis dans des chambres. Il faisait très froid. On nous avait attribué un numéro de matricule. J’avais le numéro 8748. Papa avait le numéro 8752 et maman, le numéro 9232. Quand à David, le numéro était 8747.

99Lundi 8 février. Mon frère David était faible. Il a été conduit à l’infirmerie. Il faisait très froid. L’espoir de retourner à Marseille nous échappait.

100Au fil des jours, l’état de santé de David se dégradait. Nous avons fêté son anniversaire le mardi 9 mars. Il avait 17 ans.

101Jeudi 11 mars. Les juifs français furent prévenus qu’ils allaient être transférés sur Drancy. David allait alors se séparer de nous. Nous étions, papa et moi, terriblement découragés.

102Le convoi est parti le vendredi 12 au matin. J’ai revu une dernière fois mon frère qui m’a fait un signe de la main. Il est arrivé à Drancy le 13 et y restera neuf jours. Son adresse (relevée sur une carte adressée à Drancy) était escalier 4, 3ème étage, chambre n° 2. Il est parti le 22 mars pour le camp d’extermination de Sobibor (convoi n° 52).

103Jeudi 15 avril. Trois internés et moi avons été transférés dans le camp américain. Je suis né à Cuba. Maman avait utilisé cet atout pour faire des démarches auprès du Commandant du camp afin de m’en faire sortir. Dans le camp américain, il y avait la douche (chaude) et nous mangions à volonté. Nous couchions à l’infirmerie, dans des lits à ressorts… !

104Samedi 17 avril. On nous a logés dans le bâtiment B5, chambre n° 5, avec un groupe de Cubains. Nous étions douze dans la chambre. Tout le monde était gentil avec nous et les conditions de vie étaient bien meilleures.

105Jeudi 1er juillet. J’ai pu voir papa et maman. Maman avait terriblement maigri. J’ai eu du mal à retenir mes larmes. La visite n’a duré qu’un quart d’heure.

106À partir du 14 juillet, à titre de représailles, les Cubains seront isolés des Américains, dans un bâtiment à part, mais toujours à Compiègne.

107Les consignes que nous avons reçues étaient restrictives :

  • Les Cubains ne pouvaient plus recevoir les colis de la Croix-Rouge américaine.

  • Ils pourront tout au plus recevoir toutes les deux semaines une visite de l’extérieur, d’une durée de 15 minutes. Distance à respecter : trois mètres. Interdit de se serrer la main. La conversation devra se faire en français ou en allemand.

  • Jusqu’à nouvel ordre, la Croix-Rouge Internationale n’aura pas de contact avec les internés.

  • Les Cubains ne seront autorisés à quitter leur chambre qu’une heure par jour pour la promenade.

  • Ils seront logés dans une chambre dont les fenêtres seront équipées de barreaux.

108Samedi 31 juillet. Le camp a été bombardé par l’aviation américaine. Il n’y a eu aucun blessé.

109Mes parents sont partis le 21 août pour Drancy. Mon père a été autorisé à venir me dire au revoir. À travers les barreaux de la chambre, il a pu me passer le briquet en argent (cadeau de maman) qu’il avait sur lui. Ils ont quitté le camp de Drancy le jeudi 2 septembre, après y être restés douze jours et sont partis dans le convoi n° 59 en direction d’Auschwitz où ils arrivèrent le 4 septembre 1943.

110Le jeudi 16 mars 1944. On est venu nous annoncer de préparer nos bagages. Nous allons être transférés sur Clermont dans l’Oise.

111Nous avons quitté le camp à 13 heures le samedi 18 mars et sommes arrivés au camp de Clermont à 17 heures. Cet ancien asile psychiatrique avait été attribué aux civils américains comme camp d’internement, au même titre que le camp de Royallieu qui était un camp de triage pour Drancy.

112Nous avons été arrêtés et déportés tous les quatre, ensemble. Et pourtant, mon frère David, de nationalité française a été déporté le premier, avec les juifs marseillais, à Sobibor où il y est mort à l’âge de 17 ans, le 30 mars 1943. Mes parents apatrides ont été déportés beaucoup plus tard à Auschwitz. Ma mère Donna y est décédée le 2 septembre 1943 à l’âge de 43 ans et mon père Victor, le 9 septembre 1943 à l’âge de 47 ans. Et moi, né à Cuba, j’ai eu la vie sauve.

À son retour des camps d’internement le 8 septembre 1944, rentrant chez lui, Robert Hasson a ressenti une forte émotion lorsqu’il a retrouvé, à la même place, le calendrier encore accroché au mur et qui marquait la date de son arrestation avec sa famille : c’était dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 janvier 1943. Collection privée R. Hasson

Photos de la famille Hasson (Dona, Victor et David)

Photos de la famille Hasson (Dona, Victor et David)

Dona HASSON décédée le 2 semptembre 1943 à Auschwitz à 43 ans

David HASSON décédé le 30 mars 1943 à Solibor à l’âge de 17 ans

Victor HASSON décédé le 9 semptembre 1943 à Auschwitz à 47 ans

113De Drancy, le 13 mars 1943

114Chers oncle et tante,

115Je vous envoie enfin de mes nouvelles. Je suis interné au camp de Drancy à Paris. J’ai été raflé le vendredi soir à samedi dans la nuit avec papa, maman et Robert. On a été raflé à 1 heure du matin à la maison, puis on a été envoyé à Mazargues à la prison des Baumettes. On est resté jusqu’au dimanche matin, on nous a mis après dans des cars de police et on nous a emmenés à la gare d’Arenc. On nous a emmenés à Compiègne où on est resté 45 jours au camp de treillage de Royallieu, puis le jeudi soir on nous a dit de préparer les bagages et le lendemain matin on est parti en direction de Paris. Je suis arrivé hier à Drancy, séparé de papa, de Robert et de maman, car ils sont restés comme Turc, donc je suis seul à Drancy, je ne sais pas ce qu’est devenu le reste de la famille. Je suis sans rien, ni linge, ni colis depuis le départ de Marseille, mais ne m’envoyez encore rien, ni pour manger, ni pour habiller, je vous ai écrit cette lettre pour savoir si vous étiez chez vous encore. Dès que vous recevrez cette lettre, envoyez-moi de suite une réponse à ma lettre, me disant que je pourrai recevoir des colis de votre part. Donc, je n’ai plus qu’à attendre de vos nouvelles. L’adresse du camp la voici :

116M. Hasson David-Charles, escalier 4, 3e étage, camp de Drancy (Seine). Dès que je recevrai votre lettre qui j’espère viendra vite, je vous écrirai pour vous dire ce que vous devez faire pour moi.

117Maintenant voici de mes nouvelles, je vais très bien, j’ai aussi un bon moral et là-bas à Marseille vous êtes toujours aussi bien qu’avant, vous vous portez bien j’espère, mes cousins aussi se portent-ils bien ? Tu diras à Frexo, que son mari est resté avec papa à Compiègne ainsi que l’oncle Mizrahi, Émile etc. J’espère qu’ils retourneront à Marseille, car j’ai entendu dire que les Turcs, on les renvoie, donc si papa retourne à Marseille, tu le rassureras sur mon sort, tu leur diras que je me porte très bien et qu’ici, on est mieux qu’à Compiègne. Tu passeras aussi le bonjour à la famille de l’oncle Maurice et à toutes les connaissances. Vous direz à mes parents que je suis avec Mme Berissi, avec Joseph et Benjamin. Vous devrez je crois répondre qu’à mes lettres. Vous direz aussi à mes parents que j’ai rencontré beaucoup de connaissances. Toutes les femmes qui étaient avec maman à Compiègne me disent que du bien d’elle. Naturellement que si papa et maman retournent à Marseille, tu me le diras dans ta première lettre. Maintenant est-ce que tu peux me dire si papa ou maman avaient des amis à Paris ou bien s’ils ont des amis internés à Drancy comme moi ou bien si tu peux me recommander à quelqu’un qui est interné à Drancy toujours. Naturellement tout cela tu me le diras dans la prochaine lettre. Surtout ne vous alarmez pas pour moi, ne vous faites pas du mauvais sang, s’il arrive quelque chose, je vous préviendrai, si tu peux voir maman, tu lui diras qu’elle soit courageuse, qu’elle ne pleure pas surtout, ni vous non plus, ne vous alarmez pas, j’ai du courage et je tiendrai bon.

118Maintenant je suis tranquille, on a une soupe à midi et une le soir avec 275 gr. de pain. Le camp a l’air assez bien. Aujourd’hui on a pris une douche, ça fait du bien, crois-moi, après être resté plus de 45 jours dans la crasse. Je crois que c’est tout ce que j’ai à vous dire, ne faites pas attention aux fautes d’orthographe, j’ai toujours été faible en dictée. Tu vois, je plaisante, donc ça ne va pas trop mal. Maintenant que je sais où je suis et je crois bien que ça ira aussi bien que je le souhaite. Maintenant je vous embrasse tous bien fort, j’espère recevoir de vos nouvelles le plus tôt possible. Passe le bonjour à tous, ton neveu et ton filleul. Hasson David. À bientôt.

119Drancy, le 22/3/1943

120Cher ami Mr Pujol

121Je vous écris pour vous demander un très grand service qui me ferait énormément plaisir. Depuis le 23 janvier que j’ai été raflé, chez moi, comme Juif, je n’ai pas pu donner de nouvelles à ma famille. Donc, je voudrais bien que l’on sache où je suis. Si vous voulez me rendre ce service, d’aller voir un de mes parents.

122Chère Tante,

123(Lis le commencement, tu comprendras par la suite. Je n’ai pas pu changer de carte)

124J’allais écrire à un ami, Mr Pujol, quand je viens de recevoir ta lettre. On nous a donné cette carte pour vous avertir, je te le dirai plus tard. Enfin, j’allais écrire à cet ami pour qu’il vous avertisse, car je ne croyais pas que vous étiez restés à Marseille. J’allais lui demander de vous avertir ou d’aller écrire à tante Lucie. Quoi, j’allais donner plusieurs adresses de parents pour qu’ils sachent où je suis.

125Je me porte très bien et j’ai le sourire. Je ne pouvais plus tenir tellement j’étais content de recevoir cette lettre mais voilà, je tiens à t’avertir que nous ne restons pas à Drancy. On va être déporté je ne sais pas où et je crois que l’on ne pourra plus écrire, ni recevoir de colis. Garde ton courage. J’ai du courage moi. Tâche d’encourager maman et papa. Je leur souhaite une bonne santé et qu’ils ne s’inquiètent pas pour moi. Donc, on part demain matin pour Metz et je ne sais plus où on ira après. Garde ton courage si je te dis que c’est à peu près sûr que c’est pour travailler quelque part, mais je ne sais pas où. Ne t’inquiète pas de mon sort, c’est la destinée.

126Embrasse bien papa et maman et dis-leur qu’après la guerre on se reverra, amen. Tu diras à maman que toutes les femmes de Compiègne la bénissent. Je vous embrasse bien fort tous, maman, papa, à bientôt. D. Hasson.

Élise LEIBOWITCH

127Je suis née à Marseille le 26 février 1937. Mon père y était arrivé en 1913. De Roumanie, où il était né en 1891, il était parvenu, avec sa famille, en Turquie, puis en Égypte. Après la mort de son père, et sa mère s’étant remariée, il avait quitté sa famille et embarqué sur un cargo en partance pour l’Europe. Il navigua quelques années en Méditerranée, sur des bateaux allemands avant de se fixer à Marseille. Il rencontra ma mère, probablement dans cet hôtel meublé de la rue Thiars (Saint-Saëns) où ils résidaient tous les deux. Elle était née à Oran. Sa mère, Messaouda Benloulou, avait voulu se rapprocher de son fils mobilisé, envoyé au front. Il sera tué à St-Fergeux en 1914. Elle était donc venue à Marseille avec ses enfants.

128À cette époque ma mère était pantalonnière, couturière à l’occasion, mon père garçon livreur, puis conducteur de machines au journal Le Petit Marseillais. Plus tard, il deviendra marchand ambulant.

129Mes parents se sont mariés à la « juive », comme ils disaient, puis en 1927 civilement, quand mon père a demandé et obtenu sa naturalisation. Jusque-là il était sujet ottoman. Le couple s’est installé un peu plus tard, au 71, rue de la Darse, aujourd’hui rue Francis Davso, quartier de l’Opéra.

130Là sont nés six enfants. Ma sœur aînée, Estelle, y est morte en octobre 1939 et ma plus jeune sœur, Lydia, y est née en juillet 1943. L’immeuble était entièrement occupé par des familles juives : les Maya, les Dassa, les Strogo. M. Maya était un ancien combattant, blessé de guerre. Quand on l’a averti de l’imminence d’une rafle, il n’a pas voulu y croire, il se croyait protégé par son passé dans l’armée française. Il a été déporté lors de la grande rafle de janvier 1943. On a vécu dans cet appartement avant et après la guerre, sauf pendant les mois qui séparent la deuxième rafle que nous avons subie (août ? 1943) de la libération de Marseille.

131Mes parents n’étaient pas des juifs religieux, mais on célébrait Pessah, Yom Kippour. On ne se baignait pas à Tichah beav. On ne mangeait pas de porc. On fréquentait la Grande Synagogue, rue Breteuil et on s’abritait chaque année sous le talets de mon père. Comme nous étions pauvres, nous recevions gratuitement de la matsa à Pessah, que mon frère allait chercher à la fabrique, dans la cour, côté rue Dragon, en passant par le Temple.

132Mon père, comme la plupart des juifs, avait obéi. Les cartes d’identité étaient barrées de la mention « Juif », ma mère avait raturé la sienne. Mais des rumeurs couraient la ville, des rumeurs de rafles. Mon père, peut-être informé par un ami inspecteur de police, ne dormait pas souvent à la maison. Il passait la nuit dans une barque, amarrée au Vieux-Port, caché sous la bâche, ou dans la baraque de bonbons d’un autre ami, installée à la fête foraine, derrière la Bourse, ou le plus souvent, dans le magasin des frères Aboaf, rue Longue des Capucins. C’était un magasin de tissus. Dans la salle cuisine qui donnait sur l’arrière-cour, ils pouvaient allumer une bougie, ailleurs ils se déplaçaient dans l’obscurité, là, ils prenaient le repas du soir, fromage et salaisons apportées par l’un d’entre eux qui en vendait. La soupe préparée par Mme Combal, qui tenait avec son mari un bar, rue Thubaneau. M. Combal, à la nuit tombante, baissait le rideau de fer. Au matin il le relevait. La nuit, ils dormaient étendus sur les comptoirs de bois, recouverts de plusieurs épaisseurs d’étoffes.

133Dans mes souvenirs, les deux rafles que nous avons subies, n’en font qu’une, celle du 22-23 janvier 1943. Mon frère aîné a mis ses papiers dans la poche de son pantalon, un policier les lui demande, impossible de retrouver le pantalon. Mon frère a seize ans, mais il est maigre et de petite taille, alors quelqu’un lui dit : « Bon, recouche-toi ». Celle d’août, probablement sur dénonciation. Mon frère cadet se souvient de civils (Gestapo française ?) qui riaient et plaisantaient. Ils ont éteint la lumière. Quant à moi, je me rappelle les coups violents sur notre porte à deux battants de bois, fermée par un énorme crochet de fer. La porte cède. Ma mère hurle à la fenêtre qui donne sur une cour. En face, dans l’autre immeuble, habite une cousine par alliance, non juive, elle s’appelait Huguette. Alertée par ses voisins, elle sort, contourne le pâté de maisons, arrive chez nous, passe le barrage de police, crie, ameute le voisinage et réussit à nous emmener avec elle, chez elle, rue Sainte. Cet appartement, c’est celui que j’occupe aujourd’hui.

134Impossible de rester rue Sainte, trop petit, trop proche. D’autres amis nous hébergent, quai du Port, rue Tapis vert, Belle-de-Mai. Enfin, nous nous réfugions à Saint-Henri. C’est la banlieue de Marseille, non loin de l’Estaque, quartier la Pelouque, dans une maison « Le chalet mon plaisir » qui nous avait été prêtée par l’intermédiaire d’un ami de mon père. On avait un petit jardin, une terrasse, un lavoir… mais on ne s’appelait plus Leibowitch, on était devenu la famille Mallet. On allait à l’église parfois. Je me souviens même avoir participé à une procession, un petit panier plein de pétales de roses, accroché à mon cou. Impossible d’utiliser les cartes de ravitaillement. Mes parents faisaient du troc avec les paysans du quartier, bonneterie contre des œufs, des légumes. Mon père fabriquait des cigarettes avec les feuilles de tabac qu’un ami, non juif, allait acheter dans le Lot ou en Lozère. Elles séchaient dans l’appentis, puis il allait les vendre à Marseille, dans les bars et rapportait de la nourriture. Pour le pain, c’était moins dangereux. Un autre ami, boulanger, nous le fournissait. Encore fallait-il remonter la Pelouque de nuit, sans se faire remarquer. C’est ce que mon père et mon frère Maurice ont réussi pendant cette longue année. Mon frère, qui travaillait aux Forges et Chantiers depuis 1941, rejoignait mon père au centre-ville et ils rentraient tous les deux, chargés de pain et de provisions, le plus souvent à pied, quelquefois en tramway.

135L’armée allemande était déployée sur les collines de Foresta et l’État-major occupait le château. À la Libération de Marseille, les tirs se croisaient au-dessus de nous, entre le Frioul et les collines de l’Estaque. Notre abri, pendant ces journées d’août, fut une sorte de tunnel, un souterrain où mon père nous apportait des marmites de pâtes. Ce sont les goumiers qui ont « nettoyé » ces collines. Ma mère a voulu y monter pour voir ce qu’étaient devenus ces Allemands qu’elle haïssait. À son retour, elle a dit en judéo-arabe : « Les pauvres, c’étaient des enfants »

136À Marseille, l’appartement rue de la Darse avait été réquisitionné. Il a fallu attendre que des amis FFI persuadent les nouveaux locataires de le quitter et nous sommes revenus au quartier de l’Opéra où nous avons retrouvé des familles qui attendaient en vain le retour de leurs proches.

Rafles du Vieux-Port (23-24 janvier 1943)

Rachel KLEIMBERG

137Je me nomme Rachel Kleimberg, je suis fille de déportés. Mon père Pascal et son frère Moïse Kleimberg, nés à Marseille, ont été déportés lors de la rafle du Vieux-Port le 24 janvier 1943 et exterminés à Sobibor. Le frère de ma mère Raphaël Eskénazi, né en Turquie, fut arrêté par la Gestapo en mai 1944 sur la Canebière, déporté et exterminé dans les camps de Kaunas/Reval (Lituanie-Estonie).

138Je suis issue d’une famille de deux enfants. Mon frère Max né le 28 janvier 1942 n’avait même pas un an au moment de la déportation de notre père et moi Rachel née le 28 septembre 1938. Ma famille vivait dans les vieux quartiers 7, rue du Colombier, juste à côté de l’Hôtel-Dieu. Là, mes grands-parents paternels possédaient un petit immeuble de deux étages, occupé au 1er étage par ma grand-mère Rébecca, veuve depuis 1941 et mon oncle Moïse Kleimberg, menuisier, et au 2e étage vivait ma famille, mon père Pascal, contremaître sur les quais, ma mère Mazalto, sans emploi, et nous. Il est vrai que le malheur s’était déjà abattu sur nous puisque nous avions une sœur Suzanne décédée en 1942 d’une mastoïdite.

139Une nuit, celle du 23 au 24 janvier 1943, nuit horrible, des hommes cognent aux portes de ma famille, raflent mon oncle Moïse, puis mon père Pascal : « Vous êtes Juifs, suivez-nous ». Ils laissent ma grand-mère et nous, car ma mère m’a raconté que sous les bruits, je m’étais réveillée en pleurs et qu’un homme a dit : « J’ai moi aussi des enfants, restez là et n’ouvrez à personne ». Plus tard, ma mère a su qu’ils avaient été dirigés vers la gare d’Arenc, puis à Drancy (où un petit-cousin maternel les a vus pour la dernière fois, à travers les grilles monter dans des camions pour un endroit inconnu). Lui a été libéré car il était de nationalité turque.

140Le lendemain de cette rafle, tout le quartier du Vieux-Port a été évacué. Embarqués dans des camions ou trains, nous avons été envoyés dans un camp à Fréjus (Var) où mon frère a contracté une jaunisse. Nous n’avions plus rien. La famille Pardo, sœur de ma mère, nous a reçus quelques jours, mais ils étaient six personnes et n’avaient pas les moyens de nous héberger longtemps. Ma mère avec nous et ma grand-mère, a erré d’hôtel en hôtel et souvent renvoyée car il était interdit de chauffer quoi que ce soit, même pas les biberons.

141Entre-temps, ma grand-mère recherchait sa fille Rose et ses trois petits enfants. Elle finit par apprendre qu’elle avait été enfermée à l’hôpital psychiatrique de Montfavet en Provence. Malgré de nombreuses démarches, elle n’est jamais arrivée à la sortir de ce lieu.

142Rose habitait avec son mari Ire Rosengarten et ses trois enfants : Robert, Jacques et Max, au 9, rue Julia à Marseille (5e). Lors de la rafle du Vieux-Port de janvier 1943, ils ont pu s’échapper et se réfugier à Aix-en-Provence où ils ont trouvé un logement d’une pièce au 5, rue des Bagniers, pour se loger tous les cinq. Le père a, vers la mi-1943, disparu, et personne de la famille n’a jamais plus eu de ses nouvelles. Ses enfants, à force de recherches, ont fini par apprendre il y a peu de temps, qu’il est mort le 18 décembre 1943, à l’hôpital Pasteur. Ils continuent toujours à chercher pour savoir ce qui s’est passé. Rose, terrorisée par la peur de voir surgir la Gestapo, a placé d’abord son fils Robert l’aîné (qui était le seul circoncis), puis les deux frères Jacques et Max, dans un couvent pour orphelins à Saint Thomas de Villeneuve à Aix-en-Provence, pour les protéger.

143Ce qu’elle ne savait pas, c’est que souvent les Allemands allaient vérifier dans ce couvent si des juifs n’étaient pas cachés chez les sœurs. Celles-ci, lorsqu’elles étaient prévenues de leurs visites, habillaient mes cousins en fille et les mettaient dans la section des filles. D’ailleurs un jour, ils sont arrivés à l’improviste et sœur Marie Gilberte a caché mon cousin Jacques sous sa robe. Il y a, à peu près cinq ans, sœur Marie Gilberte a obtenu la médaille des Justes à titre posthume, car elle a sauvé mes cousins mais aussi de nombreux enfants orphelins.

144Ma tante Rose se retrouva donc seule et enfermée à l’hôpital psychiatrique de Montfavet. Elle avait perdu la raison mais devait beaucoup penser à ses enfants parce qu’elle disait souvent : « Rose a eu trois enfants et voudrait les retrouver… ». Les gens l’appelaient Marie. Après la guerre, ses enfants ont été pris en charge par l’OSE (organisme qui s’occupait d’enfants juifs) et ont été placés jusqu’à leur majorité. Ils ne savaient pas qu’ils avaient un peu de famille.

145En grandissant, après des recherches, ils ont retrouvé leur mère, ce qui nous a permis de nous connaître aussi (et nous avons même pu faire une journée de retrouvailles à Paris). Ils se sont beaucoup occupés d’elle. Mais sa mémoire souvent s’éclipsait. Ma tante Rose est restée malheureusement enfermée à Montfavet jusqu’à sa mort en 1971.

146Ma mère continuait à chercher un appartement. Nous allions de réquisition en réquisition d’appartements. Elle ne pouvait faire autrement que de nous placer en pension ou aérium, car elle était sans travail et n’avait pas de gros moyens pour nous nourrir. Mais je reconnais qu’elle a toujours fait en sorte que mon frère Max et moi ne soyons jamais séparés.

147En 1944, un autre malheur s’abattit sur notre famille. Ma mère avait fini par trouver un appartement à côté de son frère Raphaël Eskénazi, qui était vendeur ambulant. Et celui-ci a été arrêté sur la Canebière par la Gestapo, il avait été dénoncé par une femme qui lui avait volé tous ses papiers. Le 15 mai, il fut envoyé à Drancy puis direction les camps de la mort Kaunas/Reval (Lituanie, Estonie) où il a été exterminé. Après la guerre, nous avons appris que cette femme avait été arrêtée pour collaboration avec les Allemands.

148Ma grand-mère avait trouvé une chambre d’hôtel à la Joliette et s’était déclarée : « vendeuse ambulante ». Elle s’était installée à l’angle de l’avenue Robert Schuman et du boulevard des Dames avec une corbeille en osier et un tabouret. Elle vendait des articles de mercerie. Tout le monde la connaissait et on l’appelait par son prénom, Rébecca. Souvent les gens lui apportaient de quoi manger. Elle les remerciait, mais la plupart du temps, méfiante, jetait tout, en disant : « Ils ne croient pas qu’ils vont m’empoisonner ». Nous allions souvent la voir. Elle se plaisait dans ce quartier et ne voulait pas le quitter. Lorsqu’elle touchait sa pension, elle partait à l’hôpital psychiatrique, seule ou avec ma mère, les sacs remplis de gâteries et passait l’après-midi avec sa fille.

149Ma grand-mère n’a pas pu malheureusement profiter longtemps du logement que le gouvernement lui avait attribué en 1955, suite aux dommages de guerre. Elle est décédée le 18 avril 1956 à l’hôpital de la Timone, quelques jours avant la naissance de son arrière-petit-fils, le 28 avril, de mon fils Alain.

150Il est vrai que, malgré les malheurs que nous avons côtoyés, mes meilleurs moments se sont passés à l’OPEJ (Œuvre de protection des enfants juifs) dans les années 1947-1948. C’était un centre pour les enfants juifs qui avaient perdu au moins un de leurs parents. Il était situé dans la propriété de la campagne Pastré à Montredon (8e) Les moniteurs et monitrices étaient très près de nous (je me rappelle surtout une responsable qui s’appelait Viviane). Les directeurs s’appelaient M. Oscar, puis M. Zeft. Nous étions traités comme les autres enfants. Nous allions à l’école communale de la Grotte-Roland et nous n’avons jamais eu d’ennuis avec les autres élèves de cet établissement.

151Pour nous rendre dans cette école, il fallait traverser cette immense campagne remplie d’arbres, de broussailles, et presque à la sortie du parc, se trouvaient d’immenses tentes américaines qui abritaient des familles juives, cachées là, qui attendaient que les camions viennent les chercher pour les emmener sur les quais et les embarquer sur les bateaux en direction d’Israël (je crois). Je me rappelle ces moments, où en sortant de l’école, (il faisait très froid) les gens parfois discutaient avec nous et bien souvent nous offraient un verre de lait chaud. Peut-être se sont-ils privés pour nous ? Puis un jour, en arrivant, plus rien. Tout était vide, les tentes avaient disparu en même tant que les gens.

152À l’OPEJ, l’entente était bonne. Nous devions faire des corvées que nous remplissions gaiement car nous étions récompensés : jeux, chants, danses. Nous apprenions même l’hébreu et surtout, le plus important, nos parents venaient nous voir pendant les week-ends. Ma mère qui avait trouvé un appartement à la rue Adolphe Thiers, nous prenait souvent jusqu’au dimanche. Je nous revois, mon frère et moi, descendant cette grande allée, sautillant en tenant fièrement la main de notre mère, tout heureux de l’avoir avec nous, car malheureusement peu d’enfants allaient chez leurs parents et je regrette de n’avoir jamais pu lui dire combien j’étais fière d’elle. Je suis restée là deux ans et mon frère trois ans. Puis elle nous a repris définitivement avec elle.

153Nous avons ensuite déménagé et sommes allés habiter à Bonneveine. J’ai poursuivi mes études. J’ai fait une école commerciale à Mazargues, puis ma mère s’est sacrifiée pour m’offrir des études de secrétariat à l’école Pigier. Maman est morte en 1959. Je me suis mariée en 1956 et remariée en 1965. J’ai eu trois enfants et aujourd’hui j’ai six petits-enfants.

154J’aurais aimé, comme tous les enfants, avoir un père. J’ai mis longtemps à faire son deuil ainsi que celui de mes oncles, jusqu’au jour où j’ai eu le courage d’aller à Auschwitz et jusqu’à Sobibor, dans ces camps d’extermination, pour arriver à me dire : « Mon père, mes oncles sont vraiment morts dans ces lieux horribles ».

Famille KLEIMBERG sur le port de Marseille en 1938.
De gauche à droite : Moïse Kleimberg, déporté lors des rafles du Vieux-Port (23 et 24 janvier 1943) ; Fortunée Eskénazy, enceinte de Rachel ; Pascal Kleimberg, son mari, déporté avec son frère Moïse lors de la rafle du Vieux-Port ; Ire Rosengarten, disparu en 1943 ; un ami de la famille ; une amie de la famille ; Rose Rosengarten, épouse de Ire Rosengarten ; le grand-père Max Kleimberg ; Robert Rosengarten. Collection privée R. Kleimberg

Raphaël ESKENAZY Marchand ambulant sur la Canebière Photo – 1943. Collection privée R. Kleimberg

Fortunée LAPUENTE : famille MAMAN

155Je suis née le 14 mars 1934 à Sidi-Bel-Abbès (Algérie) de Mardochée Maman et de Marie Bensaïd. Mon père était boucher avec son frère. Nous étions déjà neuf enfants (sur 10 : Jacqueline n’était pas encore née) et la famille connaissait des difficultés matérielles. Mon père est alors parti en 1938 en éclaireur à Marseille pour trouver du travail. Il est devenu égoutier à la mairie et il travaillait dans une boucherie l’après-midi. En 1939, il a fait venir sa famille et nous nous sommes installés dans un appartement, rue de la Loge. Ma plus jeune sœur Jacqueline est née à Marseille en 1941. La famille a donc vécu là unie et heureuse. Ma mère avait beaucoup d’occupations avec Samuel né en 1922, Esther en 1925, Rachel en 1927, Félix en 1929, Georges en 1931, les jumeaux Roger et moi en 1934, Andrée en 1936, Gilbert en 1938 et Jacqueline en 1941.

156À l’injonction de ma mère, mes parents ne sont pas allés se faire recenser et n’ont donc pas eu le tampon juif sur leur carte d’identité. J’avais neuf ans lorsque tout s’écroule. Vers 5 heures du matin, le 24 janvier 1943, on frappe des coups à notre porte. Mon père se lève pour ouvrir. C’étaient des policiers français qui réveillaient les gens pour l’évacuation des quartiers du Vieux-Port que les Allemands encerclaient. Nous sommes tous partis et avons été dirigés à la gare d’Arenc. On nous a fait monter dans des wagons à bestiaux et nous sommes allés en direction de Fréjus où l’on nous a mis dans un camp. Mon père a été séparé de nous et dirigé avec tous les hommes dans une autre partie du camp. Nous étions tous là, excepté Samuel et Rachel qui ne se trouvaient pas à la maison à ce moment-là. Samuel était sorti et Rachel en sanatorium à Cannes.

157Dans ce camp, chaque famille a été mise dans un genre de box blanc, étroit et dont le sol était recouvert de paillasses. Il a fallu se débrouiller pour tenir tous là-dedans. Nous y sommes restés huit à dix jours, sans hygiène et sous-alimentés.

158Puis nous sommes remontés dans les wagons à bestiaux en direction de Marseille. Esther n’était pas dans le même que nous. Au départ de Fréjus, elle aperçoit notre père à la fenêtre d’un wagon et lui demande de descendre et de venir rejoindre la famille. Mais il n’a pas eu le temps, le train est parti et mon père a disparu à tout jamais. Il est parti avec les raflés de Marseille et de Fréjus pour Compiègne puis Drancy.

159De Drancy nous avons reçu une lettre de papa datée du 13 mars 1943 où il informait la famille qu’il était là avec son neveu Maxime et qu’il avait besoin de linge. Il est parti de Drancy dans le convoi n° 52 du 23 mars 1943 et il est mort à Sobibor et non à Auschwitz comme le mentionne l’acte de disparition envoyé par le ministère des Anciens Combattants après la guerre.

160Quant à la famille, arrivée à Marseille, elle a été prise en charge par la Croix-Rouge. Notre appartement n’était pas encore détruit, mais tout le contenu avait disparu. Par la suite, ma sœur Andrée et moi avons été conduites au centre médical, rue Puvis de Chavannes et de là, à l’hôpital de La Timone. Nous avions contracté la gale à Fréjus. Nous n’avions aucune nouvelle de nos parents. À notre guérison, nous avons alors été placées à l’orphelinat du boulevard Chave. Les sœurs qui tenaient cet établissement étaient très sévères. Le soir au coucher, je pleurais, je voulais voir ma mère et la religieuse me tirait les cheveux pour que je m’arrête et le lendemain elle me faisait faire la vaisselle en guise de punition. Nous portions un uniforme noir : une blouse noire, une cape et des chaussures montantes noires. Pendant ce temps, le reste de la famille avait été envoyé à Gréasque en tant que réfugiés. Après des recherches faites par ma mère, ma grande sœur Esther est venue enfin nous chercher, et nous sommes sorties de cet orphelinat en pleurant de joie. À Gréasque, nous occupions un appartement procuré par la municipalité. Il y avait une dizaine de familles réfugiées, comme les Touati, les Sarfati, mais nous étions la famille la plus nombreuse. Nous y sommes restés jusqu’à la Libération. Nous avons fréquenté l’école primaire avec les autres enfants juifs et les enfants du village. Il n’y a jamais eu de problèmes entre nous et nous y avons vécu heureux. Maman nous avait interdit de dire que nous étions juifs. Mais personne ne cherchait à savoir quoi que ce soit et nous étions tous des résidents discrets et appréciés de la population locale. Le maire assurait notre sécurité et lorsque les Allemands s’approchaient du village, il nous faisait partir et nous nous cachions dans les collines.

161Ma mère avait les cartes d’alimentation pour nous nourrir, mais c’était difficile car il y avait peu de choses à Gréasque. Elle descendait donc de temps en temps à Marseille au mépris du danger pour acheter ce qui nous manquait dans les magasins qu’elle connaissait, en particulier à la rue Longue des Capucins.

162À la Libération, nous sommes revenus à Marseille, mais nous avons toujours gardé de bonnes relations avec certaines familles. Ma sœur Esther a épousé un garçon de Gréasque et s’y est mariée en 1945. À Marseille, nous avons trouvé un trois pièces au 16, rue de l’Arc (derrière la rue d’Aubagne) et nous y sommes restés, alors que ma mère était prioritaire pour reprendre l’appartement tout neuf dans l’immeuble construit à la place de notre ancien appartement 22, rue de la Loge. Mais le loyer était devenu très élevé et maman aimait le quartier de la rue d’Aubagne à cause de ses nombreuses boutiques et de ses marchés.

163Rapidement les aînés ont cherché du travail. La place d’égoutier à la mairie qu’occupait mon père avant sa déportation, a été transmise à mon frère Félix. Samuel est devenu entrepreneur de transports en légumes à la Joliette, Esther, couturière et Rachel coiffeuse. Les plus jeunes garçons (Georges et Roger) en tant que pupilles de la nation ont été envoyés à Moissac pour une formation professionnelle et moi j’ai fréquenté l’école de l’ORT, rue de la Guadeloupe (quartier Vauban).

164Maman est morte à 68 ans en 1969 à Gréasque chez ma sœur Esther, lors de notre séjour pour les fêtes du jour de l’an que nous passions souvent en famille dans le village qui nous a protégés pendant la guerre.

Famille Maman, en 1941 sur le port de Marseille.
De gauche à droite : le père : Mardochée ; la mère : Marie et Jacqueline (6 mois) ; Félix : 12 ans ; Georges : 10 ans ; les jumeaux : Roger et Fortune, 8 ans. Au 1er rang : Andrée : 5 ans ; Gilbert : 3 ans. À l’arrière : Clarisse Ben Dayan : 15 ans, l’amie d’Esther (elle sera déportée avec les enfants de la Rose le 20 octobre 1943 pour Auschwitz) ; Samuel : 19 ans ; Esther : 16 ans. Collection privée de Fortunée Lapuente et de sa sœur

165Camp de Drancy, le 13 mars 1943

166Ma chère Marie, Je profite de la première occasion pour t’écrire.

167Je me porte très bien et je prie Dieu pour qu’il en soit de même pour vous tous et, je t’en prie, ne te fais pas de mauvais sang pour moi et soigne-toi bien ainsi que les enfants

168Écris-moi avec cette carte et dis-moi surtout si Samuel et Rachel sont en bonne santé.

169Envoie-moi un colis de linge par l’intermédiaire de l’Union des Israélites de France.

170Voici donc les adresses : pour les colis et les lettres

171Monsieur Maman Mardochée

172Escalier 4 chambre 1

173Camp de Drancy (Seine)

174Pour le colis de linge :

175Union générale des Israélites de France

176120, Bd de Belleville – Paris XX e

177Je t’embrasse bien fort. Ton mari qui t’aime et qui pense à toi

178Mardochée

179Mon neveu Maxime est avec moi.

Sarah LEVY

180Je suis née le 8 septembre 1930 à Lyon de parents turcs. Mon père, Haïm, était originaire de Constantinople et y exerçait le métier de cordonnier. Ma mère, Myriam, était de Smyrne où la famille s’était installée après l’expulsion d’Espagne.

181J’avais dix mois lorsque nous sommes arrivés à Marseille. Nous avons habité tout d’abord dans le quartier de l’Opéra, 18, rue Beauvau puis au 4, rue du Lacydon, derrière la mairie. Mon père est venu s’installer là parce que son frère aîné était à Marseille depuis longtemps.

182C’est ainsi qu’il a rencontré ma mère par hasard. Elle était venue de Smyrne à Marseille pour faire la connaissance d’un jeune homme qu’un membre de sa famille lui avait proposé comme fiancé. Mais elle ne l’a pas voulu. Elle a rencontré mon père à ce moment-là et ils se sont mariés en 1926.

183Mon papa a d’abord travaillé avec son frère dans son entreprise de cuirs et de peaux située boulevard de Paris. Il est devenu ensuite docker.

184Mes parents fréquentaient la synagogue, rue Breteuil. Mon père fabriquait les galettes pour les fêtes de Pessah. J’avais commencé à apprendre l’hébreu et mon frère aîné a fait sa Bar-mitzvah. Presque tous nos voisins étaient juifs originaires de Grèce ou de Turquie. Mon frère Albert, malade du poumon, avait, grâce à l’OSE, pu entrer au sanatorium, ce qui lui a sauvé la vie, car il était hors de Marseille pendant les rafles.

185Dans la nuit du 23 au 24 janvier 1943, la police criait dans tout notre immeuble, passait partout, frappait aux portes des appartements. Mon père a ouvert et le policier français dit : « Habillez-vous, on vous amène pour des renseignements. Ce ne sont que des formalités ».

186Toute la famille était là, sauf Albert. Mon père a poussé mon frère Léon dans les escaliers pour qu’il se sauve, il passerait inaperçu tellement la panique était grande. Mais Léon est remonté et s’est caché sous un lit. Mon plus jeune frère, Isaac, est resté agrippé à ma mère. Les policiers ont seulement fait descendre mon père. Il partira avec les autres juifs arrêtés, à Compiègne puis à Drancy et sera déporté à Auschwitz par le convoi n° 59 du 2 septembre 1943. Nous avons reçu plus tard un mot envoyé de Compiègne nous disant qu’on les envoyait à Drancy, et un autre dans lequel il écrit : « Je pars, destination inconnue ». Puis, plus rien.

187Nous sommes restés à la maison jusqu’au lendemain matin, dimanche 25 janvier, où il a fallu quitter ce quartier du port qui devait être complètement évacué et détruit ensuite. Des camions nous ont conduits avec les autres habitants, juifs rescapés de la rafle de la veille et non juifs, à la gare d’Arenc et nous nous sommes retrouvés dans un camp militaire à Fréjus. Nous y sommes restés environ dix jours. Nous dormions sur de la paille, les familles côte à côte sans aucune intimité. Puis, nous sommes revenus à Marseille.

188Notre maison avait été rasée. Nous ne possédions plus rien, seulement ce que nous avions sur nous. On nous a placés dans un foyer de la mairie, rue Puvis de Chavannes. Deux ou trois jours après, la sœur de ma mère nous a invités à venir habiter chez elle, à Lyon, rue Montesquieu. Puis nous avons emménagé dans un appartement. La Gestapo nous recherchait. Il fallait souvent se cacher pendant de longues heures. Des religieuses nous ont procuré des faux papiers. Nous étions devenus la famille Loiseau, et moi, Denise Loiseau. J’ai été ensuite placée dans une famille, dans un village proche de Lyon. J’y ai passé mon certificat d’études. Mon frère Isaac avait été envoyé dans une ferme. Notre mère faisait le ménage chez les sœurs. On l’appelait Marie. Nous sommes restés là jusqu’à la fin de la guerre. Alors je suis retournée à Marseille. J’ai trouvé du travail comme apprentie modiste et je me suis mariée en 1948. Ma mère et mes frères sont partis s’installer en Israël en 1948.

Jeanine SION née LAÏK

189Je suis née à Aïn-Kial près d’Oran le 25 janvier 1933. Mes parents étaient originaires d’Algérie. Mon père Chaloum avait un commerce au Maroc, mais il a fait de mauvaises affaires. Il est venu seul à Marseille pour chercher du travail. Son frère Simon était déjà installé à la Seyne-sur-Mer. Toute la famille est venue rejoindre mon père par la suite.

190Ma mère, Rachel Karsenty avait toujours vécu dans son village d’Aïn-Kial. Ses parents tenaient une boucherie, élevaient des vaches et des chevaux et possédaient des exploitations agricoles, viticoles surtout. Mon grand père et ses fils parcouraient les villages en calèches pour vendre la viande.

191À notre arrivée à Marseille en 1936, nous avons d’abord vécu dans un hôtel meublé au 1, rue Nationale, puis nous nous sommes installés dans un appartement au 82, rue Longue des Capucins. Je suis restée là jusqu’à mon mariage, à 20 ans. J’allais à l’école communale, rue de l’Éclipse dans le premier arrondissement. Maman veillait toujours sur notre bonne tenue. Ainsi, lors de la visite du Maréchal Pétain dans notre école, la maîtresse nous a choisies, Gaby ma petite sœur et moi, pour lui remettre un bouquet et il nous a embrassées. Par respect pour la légalité, mes parents sont allés se faire recenser en tant que juifs. Nous voulions nous intégrer et ne fréquentions pas beaucoup la communauté et la synagogue. Malgré tout, mon frère allait aux Éclaireurs israélites. Nous vivions donc avec une certaine sérénité et mes parents ne s’inquiétaient pas trop. Une de mes camarades de classe dont le nom de famille était Paris me dit un jour : « À partir de demain je ne reviendrai plus en classe. Je quitte Marseille avec mes parents ». Cette amie était juive et je ne le savais pas. Elle a peut-être voulu m’avertir, mais j’étais jeune et je ne l’ai pas comprise. J’aurais dû en parler à mes parents.

192Le soir du 23 janvier 1943, on frappe à notre porte. Il y a de grands bruits dans le quartier. Tout le monde se réveille et des policiers français, armés, dressent leur mitraillette devant nous qui dormions dans la pièce. Ils demandent les papiers à mon père. Maman prend mon frère dans ses bras. Les deux gardes mobiles demandent à mon père de les suivre. Mon père a dû comprendre. Il a parlé en arabe à ma mère et lui a remis sa carte d’alimentation. Il fut conduit aux Baumettes, puis à la gare d’Arenc où le train le conduisit avec les autres déportés du Vieux-Port à Compiègne puis à Drancy et de là au camp de Sobibor (convoi n° 52 du 23 mars 1943). Du train qui l’amenait à Sobibor, il a jeté une lettre qui nous est parvenue grâce à une personne qui l’a ramassée et envoyée. Il nous informait qu’il partait pour une destination inconnue. Il y avait avec lui un cousin Chouraqui et son fils de 20 ans. Le cousin propose à mon père de sauter tous les trois par la fenêtre. Le cousin a sauté et les autres non. Il a passé la nuit le long de la voie ferrée à les attendre en vain. Il est revenu à Marseille désespéré et n’a vécu que quelques années, anéanti par ce drame.

193Maman a fait faire une fausse carte d’identité. Avec l’aide d’une cousine chrétienne de Paris, elle a obtenu un appartement à Saint-Honoré-les-Bains près de Nevers où la cousine possédait déjà une maison en location. Elle est restée avec nous et pour vivre, elle faisait du marché noir. Elle se rendait de temps en temps à Paris où elle possédait un magasin de lingerie fine, avenue Victor Hugo dans le XVIe et vendait des collants en soie et autres. Ma mère allait dans les fermes et proposait ses services. Elle faisait du pain, des gâteaux, des beignets en échange de nourriture. Nous étions ainsi mieux nourris. Pour ne pas nous faire remarquer, nous accompagnions tous les dimanches la cousine à la messe. Le curé voulait nous inscrire au catéchisme et notre refus l’intriguait. Nous prétextions que nous habitions trop loin du village. Et pourtant au mois de mai, lors de la fête de Marie, ce fut mon blondinet de petit frère qui a été choisi pour être le premier dans la procession, avec, derrière lui, la Sainte Vierge et la Croix.

194Nous allions à l’école avec nos sabots et notre gamelle. Les cours avaient lieu dans le Casino qui ne fonctionnait plus. Nous y avons passé de très bons moments. On jouait au tennis ; c’était agréable. Il y avait d’autres familles juives. Certaines ont été dénoncées et ont disparu, mais pas nous. On ne fréquentait personne. Le maire lui-même fut très étonné de l’apprendre à la Libération, lorsque ma mère lui demanda de faire des recherches à propos de mon père, déporté racial. Elle s’est aussi rendue auprès du prêtre pour lui dire que les enfants n’iraient plus à la messe. Il l’a embrassée et félicitée d’avoir sauvé ses enfants.

195Nous sommes restés à Saint-Honoré jusqu’à ce que le cousin qui avait pris notre appartement à Marseille s’en aille. À notre retour, maman a travaillé chez Bouchara comme femme d’entretien, puis rue de Rome chez « Dandy ». Elle cumulait divers travaux tels que la foire aux santons pour les fêtes de Noël afin de faire face aux nécessités de la vie quotidienne et de notre éducation.

Claude AROVAS

196Je suis né le 17 février 1941 à Marseille et je suis le troisième enfant d’Isidore Nissim Arovas né à Constantinople et de Laura Cohen née à Salonique. Ma sœur Jacqueline est née en 1933 et mon frère Maurice en 1932. Mon père possédait une entreprise de camionnage et ma mère tenait un « placard » (boutique) de vêtements à la rue Coutellerie. Nous habitions au 4, rue de la Rose près du Vieux Port.

197Mon père a été arrêté lors de la grande rafle du Vieux-Port dans la nuit du 23 au 24 janvier 1943 à son domicile en même temps que mon oncle maternel, Jacques Cohen dont l’appartement était contigu au nôtre. Ils ont été déportés à Sobibor dans le convoi n° 52 du 23 mars 1943.

198Ma mère a quitté la rue de la Rose et nous sommes allés habiter vers l’Opéra, rue de la Paix, dans un appartement locatif. Elle a été arrêtée à son tour le 7 mai 1943 alors qu’elle se rendait en ville. Elle portait sur elle une importante somme d’argent qui lui a été immédiatement confisquée. Elle a pu, malgré tout, obtenir l’autorisation de verser un million de francs à sa sœur Olga. Nous avons été recueillis par ma grand-mère maternelle, Mathilde Cohen, qui habitait aussi le quartier de la rue de la Paix. Mais nous sommes tous vite partis à Éoures chez une personne âgée du nom de Constanzo qui nous a gardés et protégés jusqu’à la Libération.

199Ma sœur Jacqueline a été alors admise dans un préventorium à Lyon suite à des problèmes de santé. Mon frère Maurice et moi avons été envoyés à l’orphelinat de l’OPEJ (Œuvre de protection des enfants juifs) au château de la campagne Pastré. Je fréquentais l’école primaire de la Pointe-Rouge et ma vie y fut aussi agréable qu’elle pouvait l’être au milieu d’enfants qui connaissaient la même situation que moi. J’ai eu la chance d’y retrouver ma cousine Germaine, Viviane Arovas, qui travaillait là comme monitrice. Elle s’est occupée particulièrement de moi. Dans cette pension, j’ai eu un parrain, M. Seligmann, un juif argentin fortuné, qui possédait une usine de fabrication de cycles dans son pays, et qui venait de temps à temps à Cannes où il possédait une très belle villa. Il m’emmenait y passer quelques jours avec lui. À Noël, il m’offrait de très beaux cadeaux, je me souviens d’une montre et d’un vélo. Mais il n’oubliait pas les autres enfants et donnait chaque fois une dizaine de cadeaux identiques à la direction de la pension, pour que chacun ait quelque chose.

200À l’âge de dix ou onze ans, j’ai quitté le château pour aller vivre chez ma tante Olga qui est devenue ma tutrice légale. Mais j’ai cherché à devenir rapidement autonome. J’ai demandé mon émancipation à l’âge de 18 ans.

Laura AROVAS et ses trois enfants (1942) Claude : 1 an, Maurice : 10 ans, Jacqueline : 9 ans. Laura AROVAS déportée à Auschwitz, convoi n° 57 du 18 juillet 1943. Collection privée : Claude Arovas

Claude et Viviane AROVAS à l’OPEJ, Campagne Pastré, 1946 ou 1947. Sanitaire situé près des dortoirs. Collection privée : Claude Arovas

201Lettres de Laura Arovas adressées à sa sœur et à son beau-frère depuis Drancy

202Drancy, le 11 juin 1943

203Très chers Olga et Irakli. Je viens de recevoir votre carte et cela a été avec grande joie que j’ai appris que vous avez pris les petits et maman avec vous autres. J’espère que vous êtes tous bien, quant à moi il en est de même. Je te prie de m’écrire bien petit, car dans ta lettre chère Olga tu ne me parles pas du tout de ma chère maman, si elle va mieux de ses faiblesses. Je te prie chère Olga de la faire bien manger. Tu ne me dis rien de ma chère petite Jacqueline, dis-moi si elle n’a pas été fatiguée quand on l’a vaccinée. Dites-moi surtout pour Claude s’il ne me réclame pas. Je te prie cher Irakli, même s’ils t’embêtent pour le travail, de leur pardonner. Un jour viendra où je vous paierai tout le bien, car je ne sais de quelle façon vous remercier pour tout ce que vous faîtes avec mes petits trésors et avec maman. Avec tout ce que vous faîtes, chère Olga et Cher Irakli, vos petits ne resteront jamais orphelins. Chère Olga je te prie de me dire de combien tu as encaissé le mandat. Je te le recommande et n’oublie pas de me le dire. Dis-moi surtout si Suzanne vous a remis 18 500 F c’était les sous d’Isidore. Je te prie de me dire si c’est vrai que vous avez des nouvelles de Jacques et d’Isidore. J’ai reçu les deux colis alimentaires et le colis vestimentaire et je vous remercie beaucoup. Ils étaient bien fermés, j’ai tout reçu. Je vous prie chère petite maman et chère Olga que dans le prochain colis vous m’envoyez que du pain, car j’ai faim. Sitôt que vous recevrez les fiches, envoyez-moi les colis et les lettres de suite. Le poids peut-être jusqu’à quatre kilos. Chère Olga, dans la boîte du placard de la cuisine, il y a du savon, tu me mets un morceau et un paquet de lessive pour laver mon linge et le restant vous le prenez pour vous. Chère Olga, dis-moi si Éliane, mes petites nièces chéries, ainsi qu’Irène et la poupée de Kathy vont bien. Je te prie de les faire photographier ensemble avec les miens, chère Olga, et tu me mets la photo dans le colis, même s’il y a maman et vous autres, cela me fera bien plaisir. Chère Clémence, je te prie de me dire si tu es bien et où tu restes. Fais-moi savoir si tu as trouvé des appartements et si tu reçois des nouvelles de Jeannot. Passe-lui mes meilleures amitiés. J’aurais voulu t’écrire davantage, chère Clémence, mais je n’ai droit qu’à une carte tous les quinze jours. Je te prie, chère Clémence, de veiller un peu à mes petits et à maman. Quand je serai de retour je te paierai tout le bien, car il faut espérer qu’un jour nous serons tous réunis comme auparavant. Très chère Olga, à la fin du mois de juin, je dois payer le loyer. Je paye 1 200 F les six mois. D’ici là j’espère être de retour. Tu dis à ma nièce Esther qu’elle réclame le loyer à Estréa, la sœur de Rebecca. Elle doit vous donner 400 F et les 800 F c’est moi qui les ajoute. Tu payes avec les sous que je t’ai envoyés et surtout je te recommande de m’écrire combien tu as encaissé et ce que Suzanne vous a remis. Écrivez bien petit, cher Maurice, chère Jacqueline et chère Olga, surtout un simple mot de Jacqueline, me fera grand plaisir car je la crois malade. Bien des caresses pour tous surtout à mon cher petit Claude et Kathy et tante et toute la famille. Laura.

204Drancy, le 25 juin 1943

205Très chère Olga et cher Irakli. Je viens d’avoir votre carte et cela m’a fait plaisir de vous savoir en bonne santé. Quant à moi il en est de même. Vous devez savoir que le 23 juin il y a eu une déportation mais heureusement que je suis restée ici. Très chère Olga, tu me dis que tu as trouvé une chambre, une cuisine avec un petit jardin. Si maman est contente, tu n’as qu’à le louer, comme ça elle serait avec les petits et de cette façon tu laisses l’appartement de la rue de la Paix. Je préfère que les petits soient là-bas en plein air. Je te remercie beaucoup chère Olga et cher Irakli, de savoir que tu soignes bien mes petits. Que le Bon Dieu vous paie, comme ça tes petits vivront beaucoup et ton mari aura l’abondance dans le travail. Chère Olga, je te prie de ne pas me les priver de rien. Tout ce que tu as encaissé de moi et de Suzanne, tu les dépenses pour mes petits et les tiens, mais je t’en prie ne les prive de rien. Je te prie de leur acheter des gants, pull-overs pour cet hiver ainsi que des souliers et des chaussettes. Cher Irakli, dans le placard de ma cuisine, il y a un joli pantalon bleu très épais, je te prie de l’arranger pour Maurice. Un jour je te paierai tout ce que tu fais envers mes petits. Le Bon Dieu t’aidera davantage. Dis-moi si tu as du travail. Chères Éliane, Irène et Kathy, j’espère que vous êtes sages. Priez Dieu que votre tante soit délivrée car je me languis beaucoup de vous voir. Surtout soyez très sages et ne faites pas souffrir mémé et maman. Soyez bien sages envers vos cousins car malheureusement ils n’ont plus de papa ni de maman. Chère Olga tu ne me dis pas un mot au sujet de maman. J’espère qu’elle est bien, je deviens folle d’inquiétude de penser à elle. Je te prie chère Olga d’être bien patiente envers elle et surtout de la faire bien manger, car je sais qu’elle doit se faire du mauvais sang pour moi. Très cher Vitalis, excuse-moi si je ne t’écris pas, car nous n’avons droit qu’à une carte tous les 15 jours. Je pense que vous êtes tous bien et donnez-moi surtout des nouvelles de Suzanne, car je suis très inquiète. J’espère que les petits vont bien ainsi que ma chère belle-mère. Je te prie cher Vitalis de les embrasser de ma part, surtout mon petit trésor de Bettico que je me languis beaucoup de voir. Dites-moi si vous allez voir la chère Suzanne. Maintenant cher Vitalis, je te prie de soigner un peu mes petits, leur porter quelque chose de temps en temps comme si tu étais leur vrai père, car malheureusement ils sont restés orphelins de père et de mère. Aie pitié d’eux. Le Bon Dieu te le paiera. Va souvent les voir ainsi que mes petites nièces. Espérons en Dieu qu’un jour nous aurons le bonheur de nous revoir. Surtout je te prie de dire à maman de ne pas laisser sortir les petits seuls et surtout qu’ils ne pensent pas beaucoup à moi. Que le Bon Dieu nous réunisse un jour pour que je puisse vous payer un jour de ce que vous faîtes envers mes petits. Chère Olga, Guillaume, Albert, les petits de………. houla sont partis avant-hier soir, il y a…. son mari et son gosse qui sont rentrés, les petits fils de la tante Djaja. Dites-moi si Mme Eskénazy va bien ainsi que Sam, Fany, et Mme Laisné et tous les autres. Dis à M. Sam que je lui conseille d’envoyer le petit à la campagne avec sa mémé, et la chère Olguitta avec sa mère… Tu les embrasses tous de ma part ainsi que Mery Jean-Paul, Henriette et toute la famille. Chère Jacqueline et cher Maurice, mes petits trésors, soyez bien sages et faîtes attention à votre petit frère Claude. Écrivez-moi toujours comme vous le faites, un petit mot, car quand je vois votre écriture, on dirait que je gagne le gros lot. Recevez de grosses caresses de votre maman qui vous aime et pleure toute la journée pour vous. Grosses caresses à mes nièces, à Irakli, à maman, à toi Olga.

206Ta sœur Laura.

Aline DUBOIS née HORRAS

207Je suis née le 28 janvier 1934 à Marseille. Mes parents, Régine Gattegno et Moïse Horras sont nés à Salonique de nationalité grecque. Ces derniers sont arrivés, avec leur famille respective, en France, dans les années 1920. Ils se sont connus à Marseille et se sont mariés dans cette ville en septembre 1930.

208Depuis cette date, ils avaient un magasin de vêtements au 7, rue du Chevalier Roze et habitaient à cette même adresse, dans un appartement situé au-dessus de leur magasin.

209C’est dans ce quartier du Vieux-Port, chaleureux, multicolore, cosmopolite, où toutes les communautés vivaient en harmonie, que j’ai vécu, de ma naissance jusqu’en janvier 1943.

210Nos voisins et amis étaient marseillais, napolitains, grecs, turcs, arméniens, corses… et chacun, tout comme mes parents, s’efforçait de comprendre l’autre, en utilisant ces différentes langues parlées dans le quartier.

211Mes parents étaient très impliqués dans la communauté judéo-sépharade et notre magasin était un lieu de rencontre pour les anciens et les nouveaux arrivants, juifs de Grèce et de Turquie.

212Mes parents avaient de nombreux frères et sœurs. Nous formions une grande famille soudée et joyeuse, nous rassemblant à chaque occasion et à chaque fête.

213Mes camarades de jeux et mes amies étaient des enfants du quartier. Nous fréquentions le même pensionnat privé, à savoir, l’Institut Bonnet Germain, situé au 75, rue de la République.

214Le vendredi 22 janvier 1943 au matin, les Allemands bloquaient le quartier du Vieux Port, nous isolant du reste de la ville. À l’intérieur de ce périmètre, personne ne pouvait circuler ; les rues étaient fermées par la police française (les GMR)

215Mes parents ont préféré fermer leur boutique, qui n’a plus été ouverte jusqu’à la Libération, en août 1944.

216Nous n’avions pas de téléphone et aucune possibilité de communiquer avec l’extérieur, nous étions suspendus au déroulement des événements.

217Dans la nuit du samedi 23 janvier au dimanche 24 janvier 1943, les rafles ont débuté dans tout le quartier. Du bruit dans la rue, la police française contrôlait l’identité de tous les habitants. Nous les avons ensuite entendus frapper à toutes les portes de notre immeuble, demander à nos voisins s’ils étaient les seuls à habiter l’étage. Nous les avons aussi entendus monter et redescendre avec les personnes qu’ils emmenaient pour un « contrôle d’identité » et qui ne sont jamais revenues.

218Par chance, notre appartement, dont l’accès se faisait par le magasin, n’avait pas de porte palière. La police ne nous a pas trouvés. Nous avons été sauvés de la déportation. Le dimanche 24 au matin, nous avons appris que tous les juifs (excepté les jeunes enfants et leur mère) avaient été arrêtés parmi lesquels deux de mes oncles et une tante. C’est ce jour-là que mon père a brûlé, dans le poêle familial, nos cartes d’identité et nos cartes d’alimentation sur lesquelles était apposé le tampon « Juif ».

219Dans cette matinée du 24 janvier, par haut-parleurs, on a demandé aux habitants de quitter leur appartement (le quartier du Vieux-Port devant être évacué et détruit). Allions-nous aussi être évacués ? Ce serait pour nous, juifs, l’arrestation certaine.

220Enfin, nous avons appris que la rue du Chevalier Roze ne faisait pas partie du périmètre à démolir. Un ou deux jours après, on pouvait circuler librement et nous avons pu nous rendre dans notre famille, au centre ville.

221Par la déclaration de juillet 1942, sur le statut des juifs, nous étions enregistrés en tant que tels et domiciliés rue du Chevalier Roze, il était donc devenu urgent de quitter notre appartement où nous aurions pu être arrêtés.

222Dans les jours qui ont suivi, avant même la fin du mois de janvier 1943, avec l’aide de ses amis marseillais, mon père a trouvé à Endoume, un appartement meublé qui venait d’être libéré par un couple, M. et Mme Colpani, partis comme travailleurs volontaires en Allemagne.

223Sans attendre, nous nous sommes « glissés » dans cet appartement, sans bruit, presque sans bagages et nous sommes devenus, pour le voisinage, la famille Colpani. Nous avons eu la chance de ne pas être dénoncés et de trouver de bons voisins qui nous ont aidés. Un policier cycliste nous avertissait lorsque des rafles se préparaient.

224Mon père avait trouvé du travail chez un ami. Il risquait tous les jours de se faire arrêter sur le trajet Endoume – centre ville. Nous n’avions plus de carte d’alimentation et pas de ticket de rationnement ; il devait, pour subvenir à nos besoins alimentaires, s’approvisionner au marché noir, dans les arrières boutiques des bistros.

225Depuis le 22 janvier, je n’allais plus à l’école. Après notre installation à Endoume, j’ai pu reprendre les cours. Le matin, papa me mettait dans le tram n° 61 et la directrice, Mme Bonnet, venait me chercher au terminus, place de la Joliette. Le soir, elle me remettait dans le tram. Mais cela n’a pas pu durer longtemps. Les rafles se multipliaient dans les transports en commun. J’ai donc été obligée de rester à la maison. Mais, à la rentrée d’octobre 1943, il a bien fallu trouver une solution. Pour le voisinage, il nous fallait vivre normalement, je devais aller à l’école.

226C’est la directrice du petit pensionnat « Saint Thérèse de Lisieux » situé dans le quartier Bompard, qui m’a accueillie. Je me suis vite et bien adaptée à cet établissement religieux jusqu’à ce jour d’avril 1944, où deux hommes de la Gestapo sont entrés dans ma classe. Ils ont emmené une élève, Laurette Bessoudo, dont les parents venaient d’être arrêtés ; bien que juifs, ils n’avaient pas quitté leur domicile et continuaient à travailler dans leur magasin à Endoume. J’ai eu très peur de ces hommes de la Gestapo et je ne voulais plus retourner en classe. Encore une fois, je ne devais pas me faire remarquer et vivre comme mes autres camarades. Il ne fallait pas que je m’absente. Heureusement, avec la Libération notre cauchemar a pris fin.

Moïse HORRAS, récépissé de déclaration. Collection privée, Aline Dubois

Autres rafles et arrestations : 1943 et 1944

Josette AMSALLEM née CRESPIN

227Ma famille est originaire de Turquie. Mon grand-père paternel Jessua Altcheh est né à Salonique et s’est installé ensuite à Constantinople où il était apothicaire et propriétaire d’une pharmacie située en face de la Bourse aux Céréales. Son épouse Djamila Faraggi lui a donné trois filles, Pava (Pauline) née en 1911, Filor (Flore) ma mère née en 1913 et Esther (Yvette) née en 1917. Elle est décédée d’un cancer du sein en juillet 1924.

228Ne pouvant assumer son travail et l’éducation de ses filles, il se remaria avec Claire née Hatem. Puis mon grand-père s’est vu imposer un « administrateur » dans son officine. La famille a alors quitté Constantinople pour Marseille en 1926 et s’est installée sur la Corniche, à la « Villa Rose ». Ne pouvant devenir pharmacien, il a acheté un magasin de bonneterie nommé « À bas prix » à l’angle de la rue des Trois Mages et de la rue Sibié, près de la Plaine.

229Henri est né en décembre 1929 de ce second mariage. Le commerce ne pouvant suffire aux besoins de la famille, ma mère Flore et sa sœur Esther se sont mises à faire les marchés contre l’avis de leur père qu’elles respectaient pourtant beaucoup. Elles vendaient les articles de bonneterie que mon grand-père n’arrivait pas à écouler dans son commerce.

230Elles allaient sur les marchés d’Aix-en-Provence entre autres. Des camionneurs les y amenaient avec leurs corbeilles de marchandises.

231À la suite de son mariage avec Edgar Hassid, commerçant aixois, originaire de Salonique, ma tante Pauline est partie habiter Aix-en-Provence, rue Granet. Ma mère Flore a épousé Nessim Crespin de Smyrne venu en 1924 avec sa mère et ses trois frères. Il était marchand ambulant à la balle et ils ont vécu à la rue Sainte à Marseille.

232Après une installation réussie de toute la famille, les lois discriminatoires de Vichy (mon grand-père naturalisé français dès 1931 en fut déchu le 8 mai 1942) et l’occupation allemande dès novembre 1942 à Marseille brisèrent notre famille comme tant d’autres.

233Ma grand-mère paternelle Esther Crespin née Caraco a été arrêtée au cours de la rafle du Vieux Port dans la nuit du 23-24 janvier 1943 à son domicile 73, Grande Rue. Elle a été conduite à Drancy via Compiègne et déportée à Auschwitz dans le convoi n° 59 du 2 septembre 1943. Son fils aîné Haïm était déjà installé au Brésil.

234Mon père Nessim et ses deux frères Albert et Henri ont réussi à se faire engager dans la Marine nationale en Corse, comme manœuvres ; ça les a protégés. Ma mère s’était réfugiée avec moi qui suis née en novembre 1941 à Reillanne dans les Basses-Alpes dans une famille catholique, la famille Caire dont la fille Maryse était fiancée à mon oncle paternel Henri. Maman, après avoir accouché de jumelles (mortes à la naissance) a travaillé dur dans les champs et a participé à tous les travaux de la campagne. Nous y sommes restées de mai 1943 jusqu’en mai 1945.

235Ma tante Esther était allée vivre chez une tante paternelle à Paris qu’elle appelait familièrement « mémé ». Elle a su que sa sœur Flore s’était cachée à Reillanne avec moi et a décidé de venir nous rejoindre pour quelque temps.

236Elle a été arrêtée sur le trajet au cours d’une rafle à Lyon en juillet 1943 et conduite à Drancy le 2 août, puis déportée à Auschwitz dans le convoi n° 59 du 2 septembre 1943.

237Mes grands parents paternels qui étaient réfugiés à Montredon-Labessonié dans le Tarn ont été arrêtés avec leur fils Henri. Mon oncle Henri qui était un excellent élève au lycée Thiers n’avait que 15 ans. Ils ont été déportés à Auschwitz dans le convoi n° 67 du 3 février 1944.

238Ma tante Pauline et son mari Edgar Hassid ont été arrêtés à Aix-en-Provence le 4 avril 1944. Mon oncle a été déporté dans le convoi n° 73 du 15 mai 1944 et ma tante qui était très malade, a été internée à Aix en Provence puis aux Baumettes où elle a été libérée en août 1944.

239Au total ma tante Pauline et ma mère Flore ont été les seules survivantes de leur famille.

La famille ALTCHEH
De gauche à droite : Jessua Altcheh, déporté à Auschwitz dans le convoi n° 67 du 3 février 1944 ; Pauline Altcheh, épouse Hassid (sa fille aînée), arrêtée avec son mari à Aix-en-Provence, internée aux Baumettes et relâchée. Son mari a été déporté ; Esther Yvette Altcheh, la plus jeune des filles, déportée à Auschwitz dans le convoi n° 59 du 2 septembre 1943. Elle a écrit les lettres de Drancy ; Henri Altcheh, (le fils né du 2e mariage de Jessua), déporté à l’âge de 15 ans à Auschwitz, convoi n° 67 du 3 février 1944 ; Flore Altcheh, épouse de Nessim Crespi dit Crespin, (la 2e fille et mère de Josette), cachée à Reillanne (Basses-Alpes) ; Claire Altcheh, la 2e épouse de Jessua et déportée à Auschwitz, convoi n° 67 du 3 février 1944. Collection privée de Josette Amsallem

240Lettres de Drancy

241Elles ont été écrites par Esther-Yvette Altcheh. Elles sont toutes signées « Yvette ».

242Trois sont adressées à sa tante paternelle de Paris « mémé », appelée ainsi parce qu’elle était grand-mère de deux petits enfants, Jean-Jacques et Poupette, par sa fille « Lulu ».

243Deux sont adressées à sa sœur Flore (Floflo), la mère de Josette Amsallem, réfugiée à Reillanne.

244Toutes ces lettres ont été recopiées après la guerre par Pauline Alchtech à la demande des proches d’Esther-Yvette qui ont voulu garder chacun ces messages en souvenir.

245Il s’agit ici de la copie.

246Jeudi 5/8/1943

247Mémé chérie,

  • 3 Les parents de Roxane Algazi.

248Je suis heureuse de l’occasion que j’ai de t’écrire ces quelques lignes. J’aurais donné gros pour vous embrasser tous, ne serait-ce encore qu’une fois. J’ai été arrêtée le lundi dans la nuit et depuis j’ai fait 13 jours de prison à Lyon. Je n’ai plus un sou, ni un bijou, sauf ma montre et ma petite bague que tu m’avais donnée. Depuis samedi matin je suis à Drancy. Je suis arrivée à 3 heures du matin. J’ai eu juste le temps d’embrasser M. et Mme Matalon3, ils repartaient à 5 heures en déportation, ils m’ont surtout fait de très bonnes recommandations et me chargent de faire savoir à ses parents de ne pas faire voyager les enfants sous aucun prétexte. Mémé chérie, je vais sûrement être déportée dans une dizaine ou quinzaine de jours, il faut que, à tout prix, tu me fasses parvenir chez ta sœur par Mlle Janoty ou autre, en leur payant leur déplacement afin qu’ils le fassent de suite, quelques effets très très indispensables, mes deux manteaux marine, mes chaussettes marron sport, mes chaussettes sport, 2 paires, chaussettes laine bleu marine comme celles de pépé, 2 paires de bas, ma veste de laine si tu l’as finie ou autre en laine à manche longue, très chaude. Tu glisseras quelque part 3 000 que je te rembourserai si un jour je reviens, quoique je l’espère bien.

  • 4 « Mes petits bouchons » : les petits enfants de « mémé ».

249C’est quelqu’un de très sûr qui ira le chercher à domicile chez ta sœur, tu peux en être convaincue. Je te demande ceci car je sais qu’elle ne risque rien. Mme Legros me doit 350 pour son corset et autant celui de sa fille, le soutien-gorge 85, le bas 160, je pense que cela te permettra de rembourser les frais du voyage. Il faut que je puisse prendre le tout le samedi 14/8. J’espère que j’aurai le bonheur de te lire aussi par la même occasion, ce sera un aperçu du temps heureux et cela me sera un grand réconfort. Comme toi, je vis des souvenirs – mes petits bouchons4 font très souvent mes sujets de conversation. Je me suis fait de très bonnes amies qu’à notre retour que j’espère prochain je te présenterai ; je leur cause tellement de vous tous qu’ils voudraient vous connaître, mais des projets, nous n’en faisons plus. Tous les jours il en rentre 40 à 50 personnes ici et tous pour le même crime, malgré tout, le moral est excellent, rien ne nous démonte à part certains moments où il flanche et encore nous en avons honte et nous nous en voulons de notre faiblesse. Que Léon et Naimée se méfient le plus qu’ils le peuvent. À Marseille on arrête tous les Juifs français. Ce matin, il en est rentré 31. Les nouvelles sont très bonnes. Je voudrais te dire Mémé chérie beaucoup de choses très affectueuses, que je pense, mais que je ne sais dire. Je n’ai qu’un désir vous revoir tous et vous serrer très fort dans mes bras. Courage, Mémé chérie, les jours heureux ne vont pas tarder. Je ne suis pas malheureuse du tout.

250Fais suivre ma lettre, je t’en prie.

251Je me débarbouille tous les jours.

252Je me ronge pourtant pour vous, mais je ne suis pas au fond à plaindre. Le plus dur c’est…. ça va tout seul – et il y a encore pire, alors pour nous ce n’est du tout terrible.

253Recevez des bibises à tous. Yvette

254Le 13/8/1943

255Mémé chérie,

  • 5 « Mes trois chéris » : les petits enfants de « Mémé » et mon « bouchon », c’est Josette, fille de s (...)

256Je n’aurais jamais cru que le seul fait d’écrire une lettre pouvait occasionner une si grande joie et maintenant je ne sais plus quoi te dire. J’espère que tu as reçu ma dernière lettre dans laquelle je te demandais de me faire parvenir certaines affaires chez ta sœur. Demain je vais tâcher d’envoyer quelqu’un pour me les ramener. Je m’imagine le mauvais sang que je dois vous occasionner à tous, mais bien sincèrement ça ne vaut pas le coup. Le plus terrible c’est seulement le côté moral, quant aux choses matérielles on s’en arrange très facilement, nous avons assez d’hygiène, la douche chaude 2 fois par semaine, des casse-croûte de temps en temps – Voilà deux fois qu’on nous donne du sucre (45 morceaux), nous avons de grosses soupes, quelquefois un fruit ou de la confiture, avec ça de bons compagnons de misère, nous sommes un petit cercle d’une dizaine environ où nous nous entendons très très bien, nous avons même une très grande solidarité entre nous. Ces jours-ci nous attendons un convoi de Lyon, sûrement qu’il ramènera beaucoup de catholiques en direction de l’Allemagne et pas mal de Juifs pour Drancy. Tous les jours des Juifs d’ici sont chargés d’aller chercher d’autres Juifs à Paris. C’est une véritable désolation quand on voit rentrer tous ces pauvres gens – que des gosses et des femmes enceintes prêtes à accoucher – que de petits nouveau-nés bons pour la déportation, c’est d’ailleurs notre unique point noir très lancinant, nous faisons de notre mieux pour ne pas y penser et au milieu d’un fou rire très nerveux d’ailleurs, nous sommes toujours repris par les mêmes angoisses, en somme si ce n’est cette déportation, nous ne serions pas malheureux du tout, nous avons à tout bout de champ des nouvelles qui nous arrivent du dehors, je n’ai jamais tant suivi la marche des événements comme maintenant et plus que jamais je m’y passionne, de temps en temps il y a une évasion ou deux, mais ça ne fait pas trop de bruit, nous avons aussi quelquefois des alertes, mais inutile de te dire avec quel bonheur nous les accueillons. Avanthier soir, j’ai eu des tirs de la DCA qui ont duré presque toute la nuit, il y avait à côté de ma couchette une grande et forte femme qui tremblait comme une feuille, elle ne pouvait pas comprendre notre façon de prendre la chose, cela nous a fait une occasion de plus pour faire la causette sur le lit. Je dois te dire, Mémé chérie, que nous avons beaucoup de punaises, nous mettons des matelas de plume sur le pavé, mais nous n’avons qu’une couverture et naturellement pas de drap, ce qui fait que nous couchons presque habillés, moi je mets mon peignoir et de cette façon c’est mieux. Voilà Mémé chérie beaucoup de détails sur ma vie ici, donc tu vois que ce n’est pas terrible du tout. Tous les jours nous faisons des corvées de nettoyage, lever à 6 heures, appel 6 ½, café – et à 7 heures ménage jusqu’à 11 heures, mais j’en fais le moins possible et l’après-midi pareil jusqu’à cinq heures – mais pas toujours, ensuite je fais ma petite lessive ou je raccommode. Il y a ici une professeur de philosophie, elle fait souvent des causeries, je l’écoute religieusement et quand ce n’est pas trop compliqué et que je suis sûre de pouvoir y répondre, je mets mon grain de sel, car je dois te dire qu’elle traite de tous les sujets. J’ai toujours l’impression de vous savoir Pépé et toi à l’écoute et prêts à y répondre, vous vous y passionneriez. Mémé chérie, envers et contre tout, j’espère aux jours prochains où nous aurons le bonheur de nous voir, quel dommage que nous n’ayons pas mieux profité des heureux moments, quand nous étions ensemble, enfin ce n’est que partie remise. Je vis avec le souvenir du temps passé et tous les petits gosses que je vois me rappellent sans arrêt mes trois chéris5 – ma poupette avec son poupouce et ses grands yeux, doit sûrement te poser des questions et mon Jean-Jacques aussi – quant à mon bouchon, elle ne se doute de rien, heureusement. Fais passer ma lettre, mémé chérie, et que Lulu et Jean fassent bien attention plus que jamais, il ne faut pas bouger de son trou, aucune prudence n’est de trop, le seul fait d’être Juif suffit.

  • 6 « Ma Popo » : sa sœur Pauline d’Aix-en-Provence.

257Ma popo6 a dû sûrement être opérée, j’aurais tant voulu avoir de ses nouvelles et savoir comment elle va. J’espère te lire en même temps que j’aurai mes vêtements. De tout cœur je souhaite que ma petite lettre vous trouve tous en bonne santé, recevez tous mes plus affectueux baisers. Yvette.

  • 7 « Ma Floflo » : Flore.

258Mémé chérie. N’ayant pu expédier ma lettre en temps voulu je profite d’une enveloppe pour t’écrire encore quelques lignes. Je m’excuse de te souhaiter si tard ton joyeux anniversaire, j’aurais aimé le faire de vive voix et moi je serai aussi toute seule pour mes 26 ans. J’espère que ma lettre te parviendra pour le 17, cette idée me console. Je me sens si seule ce soir. J’aurais tant voulu être parmi vous tous, c’est idiot d’être enfermée quand on n’a rien à se reprocher, j’envie les gendarmes qui eux vont et viennent en faisant leur garde. Moi qui désirais tant venir à Paris, je m’y trouve à quelques km, mais dans quelles conditions ? Ce soir les nouvelles sont bonnes, mais vois-tu, rien n’empêchera une déportation très prochaine. À force de l’appréhender, j’arrive à souhaiter que ce soit déjà fait et cependant tout le monde ne demande qu’à croire le contraire, enfin peut-être que demain je penserai autrement. Mémé chérie, je t’en prie si tu as fait porter le paquet et qu’il se trouve déjà chez ta sœur, écris-lui pour le faire porter au Café Laurent rue des petits ponts-Drancy, surtout qu’elle le fasse porter, mais je t’en prie qu’elle comprenne que c’est très très urgent. Je ne veux rien à manger mais au moins que je ne m’en aille pas sans rien de chaud. Je compte sur toi pour faire l’impossible. Ma poupette aura 5 ans à la fin du mois, d’ici là je serai loin et cependant si près de vous. Je ne pense qu’à vous tous, envers et contre tout. Je veux espérer que nous nous reverrons un jour. Ma floflo7 ne sera peut-être pas contente que je ne lui ai pas écrit aussi, mais je compte sur toi pour lui faire passer ma lettre, à Popo aussi. Au plaisir de te lire bientôt, recevez, vous tous que j’aime, mes plus affectueux baisers à vous partager. Yvette.

259Ajoute si tu peux papier à lettre et enveloppes, l’argent, rue des petits ponts. Drancy.

260Drancy est une très très grande caserne et on vit tous comme le seul bon moment de la journée, c’est le soir de 7 à 9 heures, là on se retrouve tous et on peut mieux se remonter mutuellement. Nous couchons par chambrée de 50 femmes ou hommes et nous nous voyons très librement. Mémé j’ai de nouveau un très bon moral, je suis remontée à bloc.

261Les nouvelles sont excellentes et dans pas longtemps, j’aurai beaucoup de choses à vous raconter. Je vous serre tous très très fort dans mes bras et si tu le permets, je me roule sur l’herbe contre tes deux joues tendres. Mémé chérie, fais porter mon paquet à cette adresse ou écris à ta sœur de le déposer, c’est très urgent, n’oublie pas Café Laurent.

262Le 16/8/1943

263Ma floflo

  • 8 « Lucie et Isidore » Matalon, parents de Roxane Algazi.

264Comme aux temps heureux, je t’écris dans mon dodo. Je suis mal installée car j’ai la flemme d’écrire assise, il est 14 ½, nous avons fini de manger et nous faisons la sieste. Vraiment on se fait une idée affreuse de Drancy – d’un sens je me trouve beaucoup mieux qu’à la prison de Lyon. Ma pauvre floflo, qu’est-ce que tu as dû t’inquiéter quand je ne suis pas arrivée le soir et pour cause – j’ai été arrêtée dans la nuit à 1 heure du matin. On m’a gardée 11 heures en gare de Vienne, ensuite j’ai été ramenée à Lyon. Les Allemands m’ont tout pris, un très bon ravitaillement, 3 200 francs que j’avais en poche, mes petits bijoux, tout mon papier à lettre, mes cahiers, 2 paquets d’enveloppes. J’ai passé tout l’après-midi de mardi dans une cave et le soir, j’ai fait une entrée triomphale à la prison de Lyon. Ce que je n’oublierai jamais, c’est l’accueil à la fois charmant et bon que tous, hommes ou femmes, m’ont fait. Ils m’ont si gentiment remontée que j’ai repris espoir et courage. 13 jours après un voyage de 36 heures, on ne peut plus terrible, nous sommes arrivés à Drancy à 3 heures du matin et à 5 heures du matin aussi Lucie et Isidore8 étaient déportés, j’ai eu seulement le temps de causer 5 minutes avec eux et de pouvoir les embrasser, mais alors je ne peux te décrire les minutes émouvantes que cela a été, nous avons pleuré tous les trois en nous embrassant comme du bon pain, à eux comme à moi, il nous semblait retrouver les nôtres, ils m’étaient chers et maintenant ils le sont doublement et toutes les fois que je faisais des corvées de nettoyage dans les chambres, je regardais les listes pour tâcher de retrouver leur nom, je n’ai eu de cesse tant que je n’ai pas su où ils ont logé. – drôle de coïncidence, je loge dans le même local qu’eux, juste le local réservé aux déportables.

265Lucie et Isidore m’ont donné mille conseils on ne peut plus utiles et tous les jours je leur en sais gré. Ils avaient encore 15 frs en poche, ils me les ont donnés et depuis je ne les ai plus. J’espère que tu n’as pas eu le temps de m’envoyer un colis à la prison Mouttère ? car alors il aura été perdu – savoir si tu as reçu des nouvelles de ta belle-mère et de Paul – en cas contraire, ne t’inquiète pas ils auront été déportés, c’est d’ailleurs notre point noir à tous – nous le craignons tous les jours et à toute heure. Nous ne demandons qu’à croire le contraire. Cela me change de la belle perspective des vacances que je me promettais avec toi, ma jolie, Maryse et tous chez nous dans la Creuse. Avec une honnêteté scrupuleuse, je rapportais la valise de M. Caire, mais hélas il ne la reverra pas de sitôt – elle aura le privilège d’avoir fait de grands voyages, Lyon – Drancy, déportation, mais je crois que je ne la lui rendrai jamais plus, car elle fait partie de mes perturbations. Maintenant causons de choses sérieuses. Ma petite chérie me manque beaucoup – quand je la reverrai si c’est une chose possible, elle sera une superbe petite fille qui m’aura complètement oubliée – moi pas, car son seul souvenir me redonne du courage et me remplit d’espoir. Poupette et J. Jacques aussi me sont rappelés constamment par tous les beaux petits enfants qui sont internés ici et je voudrais que tu vois comme ils sont beaux, mais pauvres gosses, ils dépérissent vite au bout de quelques temps qu’ils sont là – Je suis heureuse quand j’y pense, tu aurais pu être prise au retour en même temps que moi – et que ma jolie aurait pu subir le même sort que ces pauvres petits – surtout ma floflo aucune imprudence, plus de voyages ni de blagues ? ni en cars, ni en voiture, c’est très dangereux – Je me ronge pour Popo, qu’est-ce qui a pu en résulter de ses opérations, moi qui avait promis si spontanément d’être là dans ces moments là – dis-lui, ma floflo, qu’elle fasse bien attention, son mari aussi, mettez-vous bien dans la tête que le seul fait d’être Juif, constitue le plus grand crime – Enfin, nous aurons certainement la revanche bientôt : aujourd’hui nous avons eu deux alertes qui ont duré 1 heure chacune – le Bourget à 3 km de Drancy a été bombardé copieusement, de chez nous, nous voyons de grands nuages de fumée et depuis ce matin ça fume encore – inutile de te dire avec quelle joie nous accueillons cela – l’autre soir il y a eu des tirs de la DCA pendant plus de 5 heures – enfin nous sommes tous à l’affût d’un petit bombardement – le moral est excellent, nous avons au jour le jour des nouvelles du dehors – les nouvelles sont très très bonnes – surtout ma floflo ne te ronge pas, je ne suis pas du tout malheureuse. Réveil le matin 6 heures, café 6 heures ½, appel 7 heures – de 7 à 9 je fais du ménage à fond dans des bureaux dans les prisons de Drancy et après je couds, je lave, je raccommode, je lis. À 10 heures, nous avons un petit casse-croûte, à midi, une grosse soupe avec un bout de fromage ou un fruit ou quelques fois rien avec un bout de pain de 300 gr. Après-midi, sieste-lecture, quelquefois corvée de nettoyage ou petite lessive pour moi ou mes compagnons de prison de Lyon – 6 heures, souper et jusqu’à 9 heures et demi promenade dans une immense cour – nous nous retrouvons hommes et femmes, chacun y va de sa petite blague de son heure de sérieux et de son heure d’idiotie. Après l’appel, à 9 heures ½, nous redescendons encore, une bande de fous – et tant qu’on ne nous oblige pas, nous restons à causer et blaguer en fumant, de temps en temps, une petite cigarette que ces Messieurs se font un plaisir de nous offrir. Je dois te dire que nous avons ici une très grande solidarité entre nous. Nous sommes surtout un groupe d’une dizaine entre hommes ou femmes où nous nous tenons tous, les combines des uns profitent aux autres et vice versa. Nous sommes dirigés par des Juifs qui eux sont commandés par des Allemands – mais malgré tout on s’en arrange – la bonne camaraderie qui nous lie tous nous aide à supporter tous les côtés inquiets de notre existence et quand le cafard nous prend, nous en avons honte car notre situation est encore enviable en comparaison des malheureux déportés – malgré tout nous nous laissons aller, mais pour plus vite nous reprendre. Ma floflo, surtout ne vous rongez pas du tout, je te répète, je ne suis pas malheureuse du tout. C’est plus souvent qu’à mon tour que j’ai des crises de fou rire – envers et contre tout, chacun cache son angoisse afin que les autres n’y pensent pas et puis ce que tu ne sais c’est que j’ai quelques flirts – aujourd’hui malgré une consigne très sévère, je vais avoir un très joli œillet pour ma fête. Vois-tu cette fleur, quoique ce soit méchant pour celui que me l’offre, représentera pour moi tous les jolis bouquets que vous m’aviez offerts – et puis ce soir j’invite ! ma camarade fait du café… ce soir chacun apporte son sucre et nous nous donnerons l’illusion d’être des mondains, te dire le luxe et la débauche qu’il y a ici est indescriptible – mais de cela nous nous en fichons – je te dirais mieux, nous nous en moquons. Maintenant ma floflo expédie-moi vite par colis express et par retour du courrier : 1 boîte de lait condensé – du sucre, une ou deux tonnes – un peu de confiture, des amandes séchées pas des fraîches, des pommes de terre cuites à l’eau, du savon, un bon bout, du dentifrice et caché dans la confiture, un petit tube où tu mettras 2 milles francs – tu m’enverras ceci par la gare à Paris chez Café Laurent pour Mlle Yvette, rue des petits Ponts-Drancy.

266J’ai arrêté ma lettre un instant pour m’occuper d’une petite fille de huit ans – elle vient de l’assistance publique, mais pauvre gosse, elle est arrivée trop tard, ses parents ont été déportés il y a quinze jours – elle se trouve ici toute seule. Heureusement que dans les 43 femmes que nous sommes dans la chambrée, nous faisons de notre mieux pour la gâter et la bichonner, mais cela m’a fait trop de peine – pauvre petite fille, savoir si un jour elle reverra ses parents. Sait-on ce que l’avenir nous réserve. Surtout, écris aux parents de Mme Matalon qu’ils ne fassent pas voyager les enfants à aucun prix et qu’ils fassent très attention. Dès que tu recevras ma lettre, donne vite mon adresse à Mémé et Popo, afin que j’aie au moins une fois le bonheur de te lire – je dis au moins une fois, car il se peut qu’il y ait une déportation dans une dizaine de jours – surtout je t’en prie ne perds pas un seul instant chaque minute qui passe est terriblement précieux. J’ai appris à vivre et à apprécier, et crois-moi le seul espoir de te lire et d’avoir un colis sera pour moi une chose merveilleuse.

  • 9 Nissim : mari de Flore.

267Ma floflo, je te demande pardon pour tout ce que je te réclame – quant à ce que je te dois, je suis contente de ne l’avoir jamais vendu, car je pourrai te le rendre, tout étant resté à la maison – je pense que tu as dû recevoir la lettre que je te faisais passer par Revol – sinon, je lui devais une facture, paye la lui et excuse-moi auprès de lui de n’avoir pu le faire plus tôt. Quant à l’argent j’espère pouvoir te le rendre un jour ainsi qu’à Mémé chérie – maintenant propose lui de la rembourser – car sachant qu’elle n’en a pas de trop, je me ronge de lui en avoir demandé – enfin l’essentiel c’est qu’elle ne se vexe pas. Fais lui passer ma lettre, à Popo aussi – dis-leur à tous combien je pense à eux, leur souvenir ne me quitte jamais – et je suis désolée du tracas que d’être là, doit leur causer. Croismoi tout ce que je t’écris est vrai, je te le jure, alors nulle inquiétude à avoir de ce côté, l’essentiel est que j’ai un colis par retour du courrier et surtout tous, très très prudents. Toutes mes bonnes amitiés à Nissim9, quand tu lui écriras.

268Dans l’espoir d’avoir la joie de te lire bientôt, reçois ma floflo chérie de toutes mes forces ramollies, de grosses bibises très appuyées à partager entre vous tous. Yvette.

269Quand tu écriras à Papa, dis-lui que je pense toujours à eux – à expédier à Mme Caire, place de la Mairie (Reillanne. B. Alpes).

270Le 29/8/1943

271Ma floflo

  • 10 « ta belle-mère » : madame Crespin.

272Ce que tu liras va te paraître invraisemblable, ta belle-mère10 et Paul sont arrivés samedi soir à Drancy – on les a ramenés de Compiègne – où ils regrettent les colis qu’ils ne pourront plus recevoir ici, de toute façon je compte sur le tien à l’adresse qu’on t’a indiquée. Je t’en remercie d’avance et je conserve envers et contre tout l’espoir de le recevoir un jour. D’avance je peux t’assurer de tout le bonheur que j’aurai d’abord à te lire et ensuite à apprécier le contenu. Ma floflo, ma pensée ne vous quitte jamais, ma petite chérie me manque beaucoup – seul l’espoir d’un prochain m’aide à patienter et cependant, je te garantis que je suis pleine de courage – je suis l’appui de tous et je me sens rarement sûre – enfin notre seule devise doit être maintenant courage et espoir. Mes camarades ont été très gentils pour moi à l’occasion de mon anniversaire, j’ai eu un gentil bouquet de fleurs et un bout de chocolat. Je suis sûre que vous y avez pensé tous aussi – plus que jamais j’ai regretté de ne pas être près de vous – inutile de te dire combien j’ai regretté mes autres anniversaires. – j’espère que nous nous reverrons bien avant l’autre – Paul avec qui je fais ma lettre, me prie de te demander pour lui – 1 pull, des chaussettes en laine – 2 rechanges – 1 paire de chaussures 42 – si tu en as. Pour Mme Crespin – 1 robe chaude ou une grosse jupe -1 paire de chaussures, des bas de fil, 2 grosses culottes longues et 2 combines chaudes. Si tu peux, un peu de ravitaillement – fais en 2 colis que tu expédieras : Café Laurent pour Mlle Yvette, Drancy – ils en ont un grand besoin et c’est on ne peut plus urgent – ajoute papier à lettre et timbres. Ma floflo, fais passer ma lettre à Mémé et Popo – j’aurais donné gros pour avoir de leurs nouvelles à tous – dire que quelques fois Lulu et Jean respirent le même air et que l’on ne se voit pas – il y a de quoi s’arracher mes quatre poils – enfin – que faire – c’est dur mais il faut patienter, les nouvelles sont bonnes et le moral doit être forcément bon. Je divague et en même temps je ris.

273Maintenant, Paul voudrait que tu écrives à Me Aragnon, 47, rue du Petit St Jean – Marseille, préviens arrêter envoi colis – jusqu’à nouvel ordre. Bonne santé, enverrai nouvelles dès que possible, salutations. P. Biengrad. Ajoute bonjour à Beno Crespin avec remerciements pour colis reçu. Amitié à toutes les connaissances – arrêter tout envoi momentanément. Ce que je te demande pour Mme Crespin et Paul, tu l’expédieras en colis express à l’adresse que je te fais indiquer. Dans l’espoir de te lire bientôt, recevez, vous tous que j’aime, mes plus affectueux baisers, sans oublier la famille Caire. Pépé, Mémé, Lulu, Jean, mes deux chéries, Popo, son mari et mon petit Henri. À bientôt. Y.

274Je n’arrête pas de causer de la famille Caire à Mme Crespin en particulier de Maryse… Quel poison la belle-mère, avec elle et Paul, j’ai deux gardiens de vertu, je me barbe à cent sous de l’heure avec eux et sans arrêt je lui cause de Maryse que je mets sur un piédestal – même en sous-entendu, je lui ai fait sentir qu’elle ne devrait jamais oublier à quel point elle a été chanceuse avec nous et qu’à l’heure actuelle, elle est heureuse de me trouver, que surtout elle doit tout son bonheur prochain à la famille Caire. Elle tique, mais je m’en moque. Écris à Mme Camhi, 3, rue National – Marseille que ses deux filles sont à Drancy avec nous. Elles vont bien, elles ont bon moral et espèrent les revoir bientôt. Surtout pas de colis jusqu’à nouvel ordre. Ajoute, si ce n’est déjà fait, dans le colis de Paul ou dans le mien, du savon de Marseille – 1 combinaison pour moi – 1 boîte de poudre Patou – 1 bâton de rouge – 1 peigne – expédie à l’adresse indiquée et tout de suite, car c’est urgent, cette petite lettre que tu retrouveras dans la mienne. Ma floflo, au plaisir de te lire avec les colis, recevez de bons baisers très très forts pour vous tous, sans oublier les Caire et Maryse. Y.

275Mémé chérie,

276C’est la dernière fois que je vous écris, nous serons déportées demain soir 1-9-43. Nos groupes sont faits. Je suis avec des gens très gentils, à peu près tous des jeunes, notre moral est excellent, nous avons le ferme espoir de nous revoir un jour – surtout ne désespérez pas nous avons une chance inouïe de partir à cette époque car nous reviendrons plutôt que vous ne le pensez – surtout aucune imprudence – ne bougez pas de votre coin – je vous recommande surtout que Pépé n’aille pas travailler au pensionnat à Grand bourg, il y aura trop de Juifs réunis là-bas et ce serait une chose très facile pour eux au moment que vous vous attendrez le moins, ce sera un coup de filet formidable – croyez-moi, mangez tout ce que vous avez et ne bougez pas de vos trous – que fil de fer et sa femme soient très très prudents, on en arrête par milliers tous les jours. On en ramène à toute heure du jour et de la nuit – recommandez à tous ceux que vous connaissez qu’ils ne se déplacent pas – faites passer ma lettre à tous les nôtres. Croyez-moi aucune prudence n’est en trop – Mémé chérie, la seule perspective de te revoir ainsi que tous ceux que j’aime, me donne la force d’espérer en des jours meilleurs – très souvent je me dis avec effroi que s’il vous arrivait une chose pareille, je ne pourrais plus être tranquille, car plus que jamais vos existences me sont chères – surtout mes trois petits. Je ne sais pas prier mais malgré tout, j’ai la foi qu’ils ne partageront pas le sort de tant d’autres enfants, mon petit Henri non plus. Je vous revois tous lisant ma lettre et en cette minute émouvante, je voudrais vous serrer très très fort dans mes bras. Je vous en prie ne vous rongez pas – n’ayez pas de larmes, soyez forts, allons – quoique j’ai l’impression qu’on ne se reverra plus – J’ai devant les yeux le même tableau du jour où les enfants sont rentrés de voyage et que nous avons relu la lettre de René, peut-être vais-je le revoir et combien je serais heureuse de le connaître, car seuls des gens de cette envergure ont le droit d’être admirés – c’est passé – je ne divague plus – je me dépêche car dans une heure on va nous mettre dans des bâtiments où nous serons consignés jusqu’au départ, là on nous donnera ce dont nous aurons besoin et un ravitaillement pour 5 ou 6 jours – entre autres, je n’ai reçu aucun colis, ni lettre et c’est ce qui m’aurait fait le plus plaisir. J’ai été le jouet de plusieurs fatalités – maintenant Mémé chérie, tu as dû savoir que Mme Crespin et Paul sont arrivés de Compiègne – ils partent avec nous en déportation. Paul est amoureux de moi. Il m’en a même causé mais je fais semblant de ne pas comprendre – il ne me plaît pas beaucoup – j’ai d’autres camarades plus gentils qui me plairaient d’avantage – Enfin tu vois que dans la pire détresse, il y a encore un rayon de soleil, peut-être vais-je revenir avec un mari – surtout que Lulu me garde mon tissu et si la cuisinière a été commandée, qu’elle ne s’en fasse pas, elle servira toujours. Mémé chérie, je vais te quitter en te priant de faire passer ma lettre. Surtout mon petit chou dors bien et ne te ronge pas, je veux te retrouver telle que je t’ai laissée au bord de la route quand j’étais sur la carriole – encore une fois je me roule sur l’herbe, que Pépé mange bien des pommes de terre. C’est l’heure du branle-bas. J’arrête en vous envoyant à tous des milliers de baisers en souhaitant de tout cœur nous revoir bientôt heureux et libres. Avec cet espoir recevez tous mes plus affectueux baisers. Yvette.

277Paul prie de faire savoir à Flore qu’ils sont déportés aussi, que floflo écrive aux adresses indiquées, qu’on n’envoie aucun colis pour eux. Yvette.

Régine FORTIS-COHEN

278Je suis née d’un père juif italien, Aldo Fortis né au Caire en 1905, et d’une mère juive marseillaise, Rose Cohen Salmon.

279Mon père vivait au Caire avec sa famille. Au décès de ma grand-mère en 1913, mon grand-père et ses enfants retournèrent en Italie en 1914 à la veille de la Grande Guerre. Sans doute pour des raisons matérielles est-il obligé de laisser quelque temps les enfants dans de la famille à Vérone, ensuite dans un orphelinat à Turin. En 1921, après le décès de mon grand-père, papa quitte l’Italie, il arrive à Marseille en mai 1922, il a alors 17 ans. Il retrouve ici un frère de sa mère, Roberto Lévi et son épouse Luna dite Fanny Jérouchalmi, d’origine turque, parents de trois enfants, Georgette, Roger et Raymond. Ils habitaient La Boudinière, près de la Rose.

280Roberto possédait un magasin de bonneterie chemiserie à la Grand-rue, papa y apprit le métier de coupeur-chemisier. Il habitait non loin du magasin, rue Chevalier-Roze, dans une chambre louée chez un particulier. Il se marie le 7 avril 1935 avec ma mère Rose Cohen Salmon.

281Mon grand père maternel Isaac Cohen Salmon, né en 1879 à Relizane (Algérie), débarque à Marseille à 16 ans en 1895. Ma grand-mère Meriem Ben-Mergui, née en 1877 à Sidi-Bel-Abbès, a une vingtaine d’années quand elle arrive à Marseille. Ils se marient en 1905 à Marseille. Mamy travaillait chez Mme Tubiana, rue de l’Académie et papy était chef de rayon aux Nouvelles Galeries, sur la Canebière. Plus tard, il acquit un magasin à la Belle-de-Mai, ensuite rue Félix Pyat. Ils habitèrent différents quartiers avant de se fixer au boulevard National jusqu’à la guerre de 1939-1940.

282Ma famille maternelle, fière de sa nationalité française, était le reflet de son époque en acceptant mal mon père « l’Italien ».

283Mes parents ont habité Saint-Henri où mon grand père avait acheté un magasin. Papa devint voyageur de commerce. Ils quittèrent Saint-Henri pour s’installer chez mes grands-parents, boulevard National. De leur union trois enfants sont nés : Clotilde en 1937, elle vécut trois jours ; moi, Régine, en 1940 et après la guerre, en 1947, Jean Bernard. Maman est décédée en 1948.

284Nous avons été élevés dans la tradition juive. J’ai fait ma Bat-mitzvah. Mon père avait une solide connaissance de la religion juive.

285Le 23 janvier 1943, date des rafles du Vieux-Port, une des sœurs de ma grand-mère Cohen Salmon, Fréha dite Joséphine Albou, veuve de 65 ans, a été arrêtée à son domicile rue de la Mure avec ses quatre fils : Maurice 33 ans, Léon 27 ans (prisonnier de guerre, il venait de s’évader), Albert 22 ans et Armand 20 ans. Ils ont été transférés à Compiègne et déportés à Sobibor et ne sont jamais revenus (convoi n° 53 du 25 mars 1943).

286À la suite de ces rafles, mon père et sans doute aussi ma mère et sa sœur Alice, ont pensé qu’il était urgent de se mettre à l’abri. En juillet 1943, nous sommes partis à la Bégude-de-Mazenc (Drôme). Nous avons séjourné à l’hôtel Audra, mes grands parents Cohen Salmon, leur jeune fille Alice, qui avait terminé sa médecine (elle soutint sa thèse à Paris en 1945), le frère de ma mère et son épouse, Roger et Carmen Cohen Salmon et nous trois, mon père, ma mère et moi.

287Nous fréquentions la messe du dimanche en essayant de passer pour des vacanciers. Taty Alice s’était mise à la disposition de la Résistance, active dans cette région proche du Vercors.

288En 1942, mon père avait pensé nous cacher dans les Pyrénées où résidaient, du côté de maman, de proches parents. Mais l’antisémitisme du village « s’est révélé dissuasif ». C’est ainsi, qu’à la suite de nombreux déplacements professionnels, mon père choisit La Bégude où de nombreux réfugiés se trouvaient déjà.

289De fausses cartes d’identité établies par un « commis d’office » (M. Paul Garvin) au commissariat du boulevard de Strasbourg, nous permirent d’échapper à un « contrôle d’identité » de la Gestapo, un soir à l’hôtel à l’heure du dîner.

290Grâce à l’intermédiaire de Me Brun, notaire du village, nous avons été hébergés par M. et Mme Goyet, propriétaires du Domaine « Le Chazal ». Ils mirent à notre disposition le logis de leur garde-chasse, jusqu’en août 1944 à la libération du village. Mon oncle et ma tante trouvent un abri dans une ferme de la Bathie-Rolland, village proche.

291Les Lévi étaient restés chez eux, 6, allée des Marronniers à La Boudinière. La belle-sœur de leur fille Georgette, mariée à un non juif Marius Cade, leur avait proposé de les cacher dans une maison qu’elle avait à la campagne. Tante Fanny refusa, ne voulant pas quitter ses garçons. Ils furent arrêtés sur dénonciation chez eux en août 1943. Un matin très tôt, mon grand-oncle Roberto, 57 ans, jardinait, ma grand-tante était encore en chemise, Roger 24 ans et Raymond 17 ans à peine éveillés, ont été emmenés par des miliciens armés venus dans trois voitures (témoignage des voisins). Déportés à Auschwitz dans le convoi n° 60 du 7 octobre 1943. De ce convoi, 300 hommes furent « sélectionnés » pour travailler à l’usine de Buna. Un des frères survécut, mais mourut dans le train qui le ramenait en 1945.

292Une deuxième sœur de ma grand-mère maternelle, Fortunée Ben Mergui, épouse Berbézier, qui habitait 7, avenue de Toulon, a été arrêtée lors d’un contrôle d’identité, sans doute sur le marché du Prado, tout proche. Elle a été déportée à Auschwitz dans le convoi n° 74 du 20 mai 1944. Elle avait 57 ans.

293À notre retour à Marseille, fin septembre 1944, mes parents ont eu connaissance de notre désastre familial. La seule survivante était Henriette Cohen, la cousine germaine de maman. Au cours des bombardements du 27 mai 1944 sur Marseille, notre immeuble du 84, bd National, fut démoli. Nous avons séjourné dans un hôtel du boulevard Longchamp. Puis grâce à un client de papa, nous avons habité un petit logement rue Charras à la Corderie. Enfin, toujours par l’intermédiaire de M. Nicoud, la propriétaire d’un grand appartement situé au 103, boulevard Perier, a consenti à le partager avec nous (de crainte d’être réquisitionnée d’office en raison du grand nombre de sinistrés). Cet appartement avait servi de QG à l’État-Major de la Gestapo. J’y ai vécu jusqu’à mon mariage en 1968.

294Georgette Cadde, la seule rescapée de la famille de Roberto Lévi, a eu trois enfants, Mireille, Yvonne et Roger. Après la déportation de ses parents et de ses frères, elle n’a plus jamais évoqué sa famille avec ses enfants. Il y a quelques années, en 1999, j’ai entrepris des recherches pour les retrouver. C’est ainsi que nous avons renoué les liens.

La famille Albou, arrêtée le 23 janvier 1943 et déportée à Sobibor dans le convoi n° 53 du 25 mars 1943

La famille Albou, arrêtée le 23 janvier 1943 et déportée à Sobibor dans le convoi n° 53 du 25 mars 1943

Juin 1934. De gauche à droite : Albert Albou, né le 18.02.1921 à Marseille, Léon Albou, né le 27.04.1914 à Marseille, Joséphine Albou (la mère), Armand, né le 18.11.1923, Léa Albou, épouse de Maurice Albou qui prenait la photo. Collection privée Régine Fortis-Cohen

Maurice Albou, né le 9.11.1910 à Marseille. Collection privée Régine Fortis-Cohen

Famille Roberto LEVI dans les années 1930-1932. Une partie de la famille a été déportée à Auschwitz (convoi n° 60 du 7 octobre 1943) et n’est pas revenue.
De gauche à droite, Fanny Levi (assise en bout de table), née le 4.01.1893, déportée à Auschwitz, les enfants morts en déportation, Roger Levi (debout), né le 14.11.1919, Raymond Levi (assis), né le 18.6.1926. Debout Roberto Levi, né le 5.01.1886, mort en déportation, assis Aldo Fortis (pére de Régine Fortis-Cohen), entouré d’Alba Fortis et de Georgette Levi, en bout de table à gauche, Élise Jerusalmi. Collection privée Régine Fortis-Cohen

La Bégude de Mazenc (Drôme) lors de la libération du village par les Américains et les Canadiens, le 30 août 1944. De gauche à droite, debout, Rose Fortis (mère de Régine Fortis), une amie réfugiée, Alice Cohen-Salmon (médecin), à gauche, assise au premier rang Régine Fortis Cohen (4 ans) dans les bras d’Annette, fille des fermiers du domaine « Le Chazal ». Collection privée Régine Fortis-Cohen

Huguette GHOZLAND épouse LONDNER

295Je suis née le 8 mars 1924 à Constantine, et mon frère, Roland, le 5 juin 1925. Mon père appartenait à une famille de dix enfants nés de trois mères différentes. L’aîné a perdu sa mère à l’âge de 5 ans. Notre père se prénommait Moïse. Ma mère Estreilla née Bendayan est née le 9 avril 1900 à Oran et était la 15e enfant sur 17. Elle appartenait à une famille très aisée. Mes parents se sont connus à Constantine et s’y sont mariés en 1923. Ils sont venus en France à Marseille en 1934 à la suite des émeutes qu’il y eut à Constantine le 5 août de la même année contre les juifs. Ce fut un véritable pogrom. Mon père possédait une petite « limonaderie » et se trouvait à 5 heures du matin dans la rue pour son travail lorsqu’une troupe s’est dirigée vers lui. Le meneur de la bande était un de ses employés. Il a empêché qu’on le touche. C’est ainsi qu’il a été sauvé. Nous sommes alors partis dans la précipitation, sans argent, sans rien le jour de Yom Kippour 1934 en bateau.

296Nous nous sommes logés à Marseille dans un hôtel, rue Curiol, pendant des mois puis au 4 bis, rue d’Oran où nous sommes revenus après la guerre. J’allais à l’école primaire de la rue des Abeilles. Mon père avait des relations à Marseille et connaissait déjà la ville. Mais il n’a pas trouvé du travail tout de suite. Puis, il a monté une petite agence immobilière. Maman a essayé de travailler elle aussi. Elle avait acheté une machine à coudre et un piano. Elle faisait des tabliers et donnait des leçons de piano. En 1939, j’avais 14 ans. Il a fallu fermer l’agence en 1941 car nous étions juifs. Au moment du recensement, mes parents sont allés faire tamponner leur carte d’identité de la mention : « Juif ». Un ami catholique de mon père l’a employé comme comptable au grand café-restaurant Basso, au Vieux Port, de 1941 jusqu’au début de 1943. Cela m’a permis d’aller au lycée Longchamp grâce à une bourse que j’ai obtenue des anciennes élèves. On m’a aussi donné des livres pour étudier. Je ne sentais pas d’animosité à l’égard des juifs, ni au lycée, ni à Marseille. Et pourtant nous voyions l’arrivée massive des juifs d’Europe de l’Est. Les gens cherchaient des appartements ou des chambres. Je ne disais pas que j’étais juive au lycée et je ne savais même pas que ma copine l’était aussi. J’ai passé mon 2e baccalauréat en 1942. Devenue étudiante, je donnais des leçons. Je voulais faire dentaire mais le numerus clausus ne me l’a pas permis. On m’a proposé de faire des études de pharmacie. J’ai trouvé un pharmacien qui m’a acceptée comme stagiaire en sachant que j’étais juive.

297Rue d’Oran où nous habitions, dans le quartier des Cinq-Avenues, il n’y avait pas beaucoup de juifs. Une personne élevait des vaches dans un garage. Nous faisions la queue à 6 heures du matin pour acheter du lait. Nous n’étions pas une famille pratiquante. Nous respections le calendrier des grandes fêtes religieuses et fréquentions un peu la synagogue Breteuil. Mon père avait pour principe de ne pas aller là où se trouvaient les juifs (synagogues ou organismes caritatifs) à cause des rafles. Tous les samedis soirs nous avions pris l’habitude d’aller le chercher à son lieu de travail, au café Basso sur le Vieux Port et de revenir à pied à la maison. Le soir de la rafle du samedi 23 janvier 1943 nous sommes allés le chercher comme d’habitude. On nous a dit alors qu’il ne fallait plus sortir du café et quelqu’un nous a fait monter tous les quatre dans les étages. De la fenêtre du 1er étage nous avons vu tout ce qui se passait au Vieux-Port. Nous ne comprenions pas ce qui arrivait. Nous sommes restés la nuit dans cet étage du restaurant où l’on célébrait, ce soir-là, les noces du poète marseillais Toursky. On nous offrit des gâteaux. Le lendemain, nous avons pu enfin rejoindre notre demeure. Nous avions échappé à la rafle, par miracle, à travers les barrages de police.

298Mais le 20 mai 1943 vers 19 heures, nous étions tous à table et on frappe à la porte. Mes parents ouvrent à deux Allemands qui déclarent à mon père qu’une personne du café l’a dénoncé. Ils lui demandent de s’habiller et voyant ma mère, mon frère Roland et moi, ils déclarent que leur voiture est trop petite pour nous prendre tous. Ils disent alors à ma mère de se présenter avec nous le lendemain au 425, rue Paradis. Nous n’y sommes pas allés, mais maman s’est rendue au commissariat de police avec une vieille carte d’identité et a exigé que le tampon : « Juif » y soit appliqué comme sur celle de ses enfants afin de rester avec eux en toutes circonstances. Les gendarmes l’ont traitée de folle, mais devant son insistance ont obéi. Nous pensions rejoindre un oncle réfugié près de Châteauroux dans une maison possédée par sa secrétaire non juive. Il fallait vite partir parce que les Allemands sont revenus mais cette fois-ci nous n’avons pas ouvert la porte et nous les entendions demander aux voisins où nous étions, mais ils répondaient que nous étions partis. Nous avons décidé de partir chacun de son côté et de nous retrouver dans le train. Nous ne savions pas ce qu’il était advenu de mon père. La seule obsession de ma mère à ce moment-là était de sauver ses enfants. Arrivés chez mon oncle, il nous a donnés un peu d’argent mais il a fallu partir. Mais aller où ? Sans argent et sans travail ! Nous sommes partis en vélo de village en village. Nous disions que nous étions des réfugiés de Marseille partis à cause des bombardements. Avec notre carte d’identité portant le tampon « Juif » il nous était difficile de faire quoique ce soit. Ma mère demandait des cartes d’alimentation mais il fallait retourner à Marseille chercher la carte de résidence. Mon frère y est donc retourné et nous sommes restées toutes les deux à l’attendre dans une maison, cachées, où nous dormions sur des paillasses. Avertis, les gens du village sont allés chercher les gendarmes. Mais mon frère est revenu. Dans le train les Allemands vérifiaient les cartes d’identité, heureusement ils ont vérifié celle du jeune homme assis à côté de lui et pas la sienne. Nous sommes repartis et dans un petit village, Prissac dans l’Indre, près de Châteauroux. Une vieille femme, Madame Soulette, a accepté de nous prêter une chambre en échange de quelques leçons pour que son petit-fils passe le certificat d’études avec succès. On l’a fait parce que nous étions des étudiants. La secrétaire de mairie nous a donné des cartes d’identité sans le tampon « Juif » malgré le maire pétainiste. De même, elle a refusé d’obéir au maire qui lui demandait de remplir le document de la Kommandantur sur le recensement des juifs qui résidaient au village. Madame Androt nous a donc sauvés deux fois. Il y avait douze juifs à Prissac et nous ne le savions pas. Personne ne se fréquentait par peur d’être dénoncé. Notre logeuse ignorait aussi que nous étions juifs. De là, mon frère a pu passer son 2e bac à Châteauroux et l’a réussi. À la fin de l’année 1943, il a rejoint les maquis grâce à l’instituteur du village qui animait un noyau de résistance. Moi, je suis allée travailler dans une pharmacie à Argenton-sur-Creuse et ma mère faisait des chapeaux pour les villageois avec des foulards pour faire des turbans à la mode. Mon frère a quitté le maquis pour rejoindre un maquis juif dans la Creuse avec deux autres camarades. Pendant ce temps, les alliés avaient débarqué en Normandie et les Allemands remontaient.

299On se cachait souvent. Mon frère me demandait de quitter la pharmacie car le pont qui reliait Argenton et notre village risquait à tout moment de sauter et je ne pourrais plus rejoindre ma mère. Le pharmacien m’a laissé partir après m’avoir remis un certificat de travail très élogieux qui m’a servi plus tard.

300Les Allemands sont arrivés à Argenton. Ils ont attrapé 70 hommes et les ont tués sur la place, puis ils sont rentrés dans les maisons. Le préparateur de la pharmacie, rencontré 50 ans plus tard, m’a dit qu’il avait été réquisitionné pour ramasser les morts. En septembre 1944 nous avons décidé de rentrer à Marseille. Mon frère trouve un camion de ravitaillement qui s’y rend. Nous avons mis trois jours. Le chauffeur nous a pris contre sa volonté, forcé par les maquisards. Arrivé à Rognac, il est descendu manger et dormir à l’hôtel. L’hôtelière a refusé de nous donner une chambre seulement. Il fallait manger. N’ayant pas assez d’argent, nous avons passé la nuit dehors. Or, Marseille était déjà libérée et c’était déjà la Libération. À notre retour nous avons trouvé notre appartement sous les scellés et dans la boîte aux lettres un papier jeté du train par notre père qui nous disait qu’il quittait Drancy pour une destination inconnue. Une personne l’a trouvé et nous l’a envoyé. Ma mère avait toujours l’espoir de le retrouver. Mais la vie continuait. Je me suis inscrite en pharmacie grâce à l’aide de l’UJRE (Union des juifs pour la Résistance et l’entraide) et j’ai travaillé comme stagiaire rétribuée grâce au certificat élogieux du pharmacien d’Argenton. Je me suis mariée en 1948 et suis devenue pharmacienne en juillet de la même année.

301Mes chers trésors, J’ai quitté ce soir la prison St-Pierre et pars pour le camp de Drancy. Santé bonne. Courage. Patience. Vous embrasse tous trois dans la même étreinte. Dieu nous rassemblera. Au revoir. Vous écrirai de Drancy. Memy À mettre sous enveloppe et à adresser à l’adresse ci-dessous : Madame Ghozland, 4bis, rue d’Oran – Marseille. Merci d’avance. Aux bons soins de la personne qui trouvera ce mot.

Isaac ALFANDARI

302Voici l’histoire d’une famille juive à Marseille durant la guerre 1939-1945 et l’occupation allemande.

303Je suis né le 15 février 1924 à Smyrne (Turquie), comme plusieurs générations de mes ancêtres judéo-espagnols. Mon père Gabriel, né en 1888 a épousé ma mère Nahmiaz Vida née en 1896 le 11 septembre 1921 à Smyrne.

304Issus tous deux de familles pauvres, ils ont dû travailler très tôt et n’ont eu aucune instruction en dehors de l’hébreu religieux. Je ne sais que peu de choses sur leur passé qu’ils évoquaient rarement. J’ai seulement appris que mon père avait été salarié en France dans une usine d’explosifs et qu’il était aussi parti chercher fortune en Argentine comme mon grand-père Nahmiaz et comme beaucoup de juifs turcs de cette époque. Retourné à Smyrne avec la mention « protégé français » sur ses papiers, il émigrera à nouveau en France en 1929 et fera venir sa famille en septembre 1930 : ma mère, David 8 ans, moi 6 ans et demi, Rebecca 2 ans, tous ne parlant que le judéo-espagnol. Judith naîtra en 1931. Nous obtiendrons la nationalité française en 1933.

305Avram Nahmiaz, frère de ma mère, et son épouse quitteront aussi Smyrne pour Marseille, suivis en février 1931 par mon grand père Nahmiaz, âgé de 68 ans, qui mourra à l’Estaque, quelques années plus tard.

306Le point de chute de la famille Gabriel est le quartier de l’Estaque-gare, où vivent déjà les familles des frères Isaac et Moïse, émigrés plus anciens. L’Estaquegare est une banlieue lointaine à une heure de tramway du centre de Marseille. Population pauvre de manœuvres italiens, espagnols et marseillais d’origine, travaillant dans les tuileries, cimenteries et le port. C’est un quartier ancien avec une rue principale commerçante, la rue Lepelletier, avec un commissariat de police, une gendarmerie et une école communale non mixte. Nous étions reliés à Marseille par une gare SNCF et un tramway, n° 36. Quand la guerre éclate, les trois familles Alfandari vivent à peu de distance l’une de l’autre.

307- Moïse, le benjamin, tient un petit magasin dans la rue Lepelletier. Ses deux fils, André et Victor, vont à l’école Pigier et à l’école d’électricité à Marseille, la petite Betty à la communale. Très assimilé et beau parleur, Moïse discute politique avec ses amis.

308- Isaac, marchand forain peu fortuné, a une fille, Judith, l’aînée, et quatre garçons : Henry, Raymond, Victor, Jacques. Ils habitent tout près de la gendarmerie. Son épouse Rose est connue dans les environs pour ses talents de rebouteuse et elle a même soigné des gendarmes. Leurs enfants travaillent après le certificat d’études.

309- Gabriel, l’aîné, mon père, a aussi un magasin dans la rue Lepelletier, accolé au « Bar des Amis », dans une maison d’un étage, avec appartement à l’étage. Doux et taciturne, c’est un juif pratiquant discrètement et fidèlement ses prières, sa cacheroute achetée à Marseille et ses fêtes religieuses avec fermeture obligatoire du magasin. Nous avons vécu notre jeunesse baignée dans une foi sincère et simple, sans érudition, accompagnée de la bénédiction paternelle à chaque moment crucial de notre vie.

310Mon père travaillait très dur. En plus du magasin, il faisait les marchés et le colportage : un énorme ballot sur l’épaule et une lourde valise à la main, il se rendait à pied jusqu’au quartier de Riaux, à 3 km, pour vendre à crédit sans autre garantie qu’une confiance mutuelle et un relevé écrit en hébreu sur son livre de comptes. L’été, il parcourait aussi les sentiers des petites stations de la Côte Bleue : Ensuès/La Redonne, Niolon, Carro/La Couronne, avec son énorme ballot et sa valise. Je l’accompagnais parfois pendant les vacances scolaires et je me souviendrai toujours de ce petit homme trapu de 1,56 m, transpirant sous son vieux chapeau mou, le visage et le cou brûlés par le soleil : jamais de plaintes, jamais malade et tout fier de présenter à ses clientes ce fils qui « allait devenir médecin ». Son seul horizon, sa famille, l’avenir de ses enfants et la constitution d’un pécule pour sa retraite.

311Ma mère, comme les femmes turques, ne quittait pas la maison. Mon père faisait tous les achats. Elle avait fort à faire pour nourrir six bouches et prendre soin d’eux, ménage, lavage à la main, reprisage, etc., et servir les clientes du magasin en l’absence de mon père. Notre vie devait ressembler à celle des habitants du quartier. Très peu de confort dans notre intérieur : d’abord un seau hygiénique, « la tinette », avant d’avoir un WC commun avec le bar voisin. Pas de douche, pas de chauffage dans les chambres glacées en hiver. Une cuisinière à boulets de charbon dans la cuisine peinte à la chaux. Pas de TSF, jamais de vacances ; le seul loisir : le cinéma du dimanche dans les quartiers voisins. En été, luxe suprême, nous descendions à l’Estaque-plage avec un pique-nique que nous mangions dans un bar en buvant une bouteille de bière et de limonade. Nous étions heureux. Quand la guerre éclata, nous étions connus de tous les habitants, du commissariat, de la gendarmerie, sous le vocable : « les juifs », je pense sans aucune connotation raciste. Comment pouvions-nous donc nous soustraire à l’obligation vichyssoise du 2 juin 1941 ? Nous nous sommes faits recenser comme juifs le 30 juillet 1941, puis tamponner sur nos cartes d’identité : « Juif » après le 11 décembre 1942 et le piège s’est refermé sur nous.

312Jusque-là nous avions vécu comme tous les Français, si ce n’étaient les nouvelles alarmantes concernant les juifs de la zone occupée. J’ai pris régulièrement le train, Estaque – Marseille pour suivre mes études au lycée Saint-Charles. En août 1941, j’ai travaillé comme volontaire dans une ferme quelque part en France pour remplacer les paysans prisonniers de guerre en Allemagne. En juillet 1942, j’obtiens mon premier baccalauréat et je suis requis pour la défense passive avec combinaison et casque. En juillet 1942, mon frère est convoqué comme tailleur aux Chantiers de Jeunesse à Hyères : mauvaise et maigre nourriture et lits pleins de puces. Au bout d’un mois, il en est chassé parce qu’il est « Juif ». Il y a rencontré Julien Tassy, fils de paysans du Pas-des-Lanciers (première gare après l’Estaque en direction de Salon).

313Lorsque les Allemands entrent à Marseille, le 11 novembre 1942, la peur commence à s’installer chez nous. Les familles se rapprochent encore plus. Les alertes se succèdent. Contrôles identitaires, recherches pour le STO, etc., nous obligent à nous cacher, nous les trois grands : David, moi et André. En janvier 1943, Victor, interne à l’école d’électricité, a eu vent des barrages et des rafles en préparation. Réunion affolée des familles, délégation au commissariat qui confirme. Que faire ? Nos parents exigent que les trois aînés se mettent à l’abri. Où ? Chez les Tassy au Pas-des-Lanciers, c’est-à-dire de l’autre côté des collines de l’Estaque. Nous quittons nos mères en pleurs et avec la bénédiction de nos pères nous partons pour la traversée des collines de l’Estaque, par un froid glacial pour arriver à la nuit épuisés chez les Tassy. Mais les Allemands sont à côté et dès le lendemain matin, nous devons quitter notre abri. Retour à la maison : rien ne s’y était produit.

314Deux jours plus tard, mon groupe de défense passive est requis pour l’évacuation du quartier du Vieux Port qui va être détruit par les Allemands. Je pense que ce jour-là j’ignorais totalement le sort des juifs du quartier et de la rafle de l’Opéra. Peu de temps après, je ne sais pas par l’intermédiaire de qui, tous les enfants sont confiés à une association chrétienne qui cache les jeunes juifs dans une colonie de vacances, à l’hôtel de la Grotte, au Plan-d’Aups, dans le massif de la Sainte-Baume. Malheureusement le groupe éclate en mai 1943 et les enfants reviennent chez eux.

3151ère arrestation : David, chassé des Chantiers de Jeunesse est requis par le STO aux Chantiers navals de la Ciotat. Il logera chez un particulier et rentrera tous les week-ends à l’Estaque. Le 10 mai 1943, avec sa carte tamponnée « Juif », il est arrêté dans le train par la Gestapo, enfermé à la prison Saint-Pierre, puis à Drancy. Nous le saurons par des bouts de papier, parvenus on ne sait comment, chez nos amis Puget, puis par notre correspondance et l’envoi de colis au camp. Dans ses dernières lettres des 22 et 23 juin 1943 lancées du convoi n° 55, qui l’emmenait vers la mort, il nous disait tout son espoir de nous retrouver tous un jour et nous exhortait au courage.

316Cette arrestation pousse nos parents à fuir l’Estaque. En juillet 1943, après mon 2e baccalauréat, Gabriel et Moïse installent leurs familles à Gréoux-les-Bains occupé par les Italiens et font le va-et-vient entre les deux villes pour ne pas abandonner les magasins. Mais en octobre, au moment du renouvellement des cartes d’alimentation, la mairie exige notre inscription en qualité de « Juif ». Nous repartons donc chez nous et je m’inscris à la Faculté de médecine pour l’APM.

3172e arrestation : l’oncle Moïse le jeudi 30 décembre 1943 est seul avec sa fillette dans son magasin quand deux hommes lui demandent ses papiers. Ils viendront chercher le reste de sa famille d’abord chez nous, puis chez l’oncle Isaac où elle se trouvait. Ils emmèneront Moïse, son épouse Djoya et Victor. André, impuissant sera retenu dans un bar par ses amis. André et Betty seront pris en charge par M. Thomas, grand résistant, et André sera blessé en faisant le coup de feu contre les Allemands lors de la libération de Marseille.

318Je n’avais jamais compris pourquoi nous n’avions pas tous été arrêtés ce jour-là, jusqu’à ce que j’apprenne que Moïse avait été dénoncé comme gaulliste par un commerçant du quartier.

3193e arrestation : ma famille fuit à nouveau à Saint-Michel-l’Observatoire, puis je ne sais pas pourquoi, revient à nouveau à l’Estaque. Le 29 avril, mon père est parti faire des courses à Marseille. Deux ou trois hommes en civil, se présentent pour nous arrêter. En attendant mon père, ils nous rassemblent dans la chambre de mes parents et fouillent partout. Ils découvrent une valise contenant toutes nos économies. Ils repartiront avec, en promettant de revenir nous chercher. À son retour, mon père, désespéré d’avoir perdu les fruits de toutes ses années de labeur et persuadé que nous avions été bernés par de faux policiers, va déposer une plainte pour vol, enregistrée sous le n° 50670 cote 5 du 30 avril 1944 par le commissariat de la police locale.

320En juin 1944, je travaille comme STO à l’usine de la Sotève au Pasdes-Lanciers, où l’on transforme du genêt en fibres textiles utilisées pour la fabrication de filets de camouflage allemands. Lorsque je rentre à l’Estaque le soir du 8 juillet, un ami et voisin, Honnorat, m’attend à la gare pour me prévenir de l’arrestation de mes parents, papa, maman et Rébecca, alors que Judith ayant fui par la courette, a été récupérée par lui.

321Je repars à Pas-des-Lanciers avec Judith. Je veux rendre un hommage trop tardif à la maîtrise de l’usine de la Sotève, aujourd’hui disparue, qui, connaissant mon identité, m’a toujours protégé et aidé dans ces moments difficiles. Un ingénieur, dont j’ignore le nom, et son épouse ont recueilli Judith chez eux pendant plusieurs jours. En retournant dans leur région d’origine, en Alsace ou en Lorraine, le couple a déposé Judith chez une voisine de l’oncle Nahmiaz en Avignon. Prévenu à Pierrelatte où il était caché avec sa famille, il récupérera ma sœur.

322Que sont devenus mes parents ?

323Enfermé à la prison des Baumettes, mon père partira vers Drancy, le 18 juillet et vers Auschwitz le 31 juillet dans le convoi n° 77. Le 26 octobre, il était encore vivant et en bonne santé, affecté au commando de ravitaillement des femmes. Ma mère et Rébecca quitteront les Baumettes le 1er août dans un convoi comprenant de nombreux résistants, qui sera détourné et libéré le 4 août à Annonay par le maquis AS de Vanox. Elles seront hébergées à l’hôpital de Saint-Agrève où Albert Nahmiaz, averti par une amie qui a reconnu ma mère à Saint-Agrève, viendra les chercher depuis Pierrelatte. À La Libération, j’ai tenté de reprendre mes études médicales, mais j’ai dû rapidement les abandonner pour subvenir aux besoins des rescapés de ma famille en reprenant le commerce paternel.

324Aujourd’hui les membres encore vivants des familles Alfandari sont éparpillés entre la Corse, Paris, Lyon et Marseille.

Robert MIZRAHI

325Je suis né le 27 novembre 1930 à Marseille. Ma mère Estourlica-Estelle Algazy était née à Constantinople, en 1909 d’un père français, mon arrière-grand-père ayant obtenu en 1870, alors qu’il était en Algérie, la nationalité française, grâce au décret d’Adolphe Crémieux. Il quitta l’année suivante Oran pour revenir à Constantinople où naquit mon grand-père.

326En 1914, les Turcs alliés des Allemands chassèrent les ressortissants français. C’est ainsi que mes grands-parents maternels arrivèrent à Marseille avec leurs trois filles dont ma mère, âgée de cinq ans. Mon père Mordehay-Marcel, né aussi à Constantinople, dernier né d’une famille de cinq enfants, orphelin de père et de mère dès l’âge de huit ans, quitta la Turquie en 1924 à l’âge de 16 ans avec le second de ses frères et sa belle-sœur et arriva ainsi à Marseille.

327Mariés en 1929, mes parents s’installent dans le quartier d’Endoume, à michemin entre la place Saint Victor et le boulevard Bompard, au premier étage d’un petit immeuble marseillais, c’est-à-dire un étage sur rez-de-chaussée, deux fenêtres au rez-de-chaussée, trois fenêtres à l’étage, en façade. Au rez-de-chaussée, vivait la famille Bertrand : César, Jeanne et leurs cinq enfants. Ils adoptent, si je puis dire, mes parents, comme s’il s’agissait des membres de leur famille.

328À ma naissance, puis à celle de mon frère cinq ans plus tard, Jeanne Bertrand est là pour nous recevoir « dans son tablier » comme elle avait coutume de dire (les femmes accouchaient alors à la maison). Pour les enfants Bertrand, surtout pour les deux derniers René et Paulette, nous étions leurs petits frères.

329Janvier 1943 : dans la nuit du 22 au 23 janvier, c’est la grande rafle du quartier de l’Opéra et du centre ville de Marseille : 250 familles sont arrêtées et déportées à Sobibor, en Pologne. Toutes furent exterminées. Parmi celles-là, des amis et connaissances de mes parents et de ma grand-mère.

330Le recensement des juifs avait eu lieu à la Préfecture. L’inquiétude grandissait. Ma mère disait alors : « Si on nous envoie dans un camp de travail, je sais coudre, je travaillerai ».

331Consciente du danger, Jeanne Bertrand propose à mes parents, début 1944, d’aller s’installer à Uzès (Gard) dans une maison leur appartenant. J’ai alors des problèmes de santé, je dois être opéré. Ma mère reporte ce départ à Uzès, après l’opération.

33220 mars 1944 : 13 heures, nous sommes à table. On sonne. Ma mère ouvre, se tient sur le palier du premier étage. Trois jeunes hommes sont dans le couloir avec une liste de noms. Ils annoncent le nom de ma tante puis de ma grand-mère :

  • «Ce n’est pas ici » dit ma mère.

  • « Mizrahi : c’est ici. »

  • « Gestapo française ! » – Deux des hommes, pardessus beige (nous sommes en mars) se précipitent dans l’escalier, bousculent ma mère et mon père en les poussant dans l’appartement, le troisième reste en bas devant la porte.

333Monsieur et Madame Bertrand sortent dans le couloir, conscients du danger. Paulette, vingt ans, qui, ce jour-là est venue manger chez ses parents, avec un sang-froid inouï, se précipite dans l’escalier, rentre dans la cuisine, attrape mon frère et moi par la main : « Descendez, qu’est-ce que vous faites ici ! Maman vous attend pour manger. Descendez vite ! ». Nous rentrons chez les Bertrand au rez-de-chaussée. Porte fermée : « Vite, passez par la fenêtre, allez chez René (alors jeune marié, sa femme Gaby est enceinte) et ne bougez pas ! » René habitait deux cents mètres plus bas. À toutes jambes, mon frère et moi courrons chez René et Gaby. Explications rapides.

334À travers les volets légèrement entrouverts, nous verrons un peu plus tard partir la Citroën traction-avant noire emportant nos parents que nous ne reverrons plus. Nous savons maintenant qu’ils ont été déportés dans le convoi n° 72 de Drancy à Auschwitz.

335L’Inspection académique avait adressé, début 1944, aux directeurs d’écoles, une circulaire offrant aux parents qui le souhaitaient la possibilité d’envoyer leurs enfants dans le Cantal, pour échapper aux éventuels bombardements « alliés » sur Marseille (le 27 mai 1944 Marseille fut effectivement bombardée et il y eut de nombreux morts).

  • 11 Nous saurons après la guerre, que ce directeur, Pascal Léna, était un résistant.

336Bien que nous fréquentions le lycée, mon cousin et moi, le directeur de l’école communale où était encore mon frère, nous avait inscrits tous les trois à la demande de nos parents, conscient11 qu’il était sans doute, du danger qui nous menaçait. Le départ pour Aurillac était prévu le 23 mars 1944.

337Durant trois nuits, le 20 mars (arrestation de nos parents) 21 et 22 mars, nous avons été hébergés, mon frère, chez des instituteurs habitant près de chez nous, moi, chez une ouvrière de mon père dont le mari était résistant communiste et dans le maquis.

338Le 23 mars, Jeanne Bertrand et ma tante qui avait bien sûr déménagé entre-temps, nous ont accompagnés à la gare. À Aurillac, des familles nous ont accueillis, après deux nuits passées à l’hôpital, lieu d’accueil.

339Mon frère a été hébergé avec mon cousin dans la famille Laybros : la maman, veuve, son fils Antoine et sa jeune belle fille Henriette, des teinturiers. Moi, chez la famille Tete, des commerçants, amie de la famille Laybros : Philippe, Yvonne, leur fille Louisette, 17 ans, leur fils Roger, 15 ans, et un cousin éloigné, Pierre, 23 ans, réfractaire du Service du Travail Obligatoire (STO).

340Nous étions partis de Marseille en tant que « petits réfugiés marseillais ». Mais le soir, chez nos familles d’accueil, tout était dit.

341Mon frère et mon cousin de leur côté, moi du mien, avions dévoilé que nous étions juifs. Mon frère et moi-même avions expliqué que nos parents avaient été arrêtés. Ces familles ont été remarquables. Nous avons été considérés tous les trois comme enfants de la maison. Une obligation normale : aller à la messe le dimanche. Nous sommes allés au lycée, mon cousin et moi, et mon frère à l’école communale. À la Libération d’Aurillac, en août 1944, nous avons été dispensés de la messe du dimanche.

342Mai 1945 : la guerre est finie. À Pâques 1945 (avril) ma tante vient chercher mon cousin. Quant à mon frère et moi, nous resterons chez nos familles respectives, jusqu’en septembre 1945, dans l’attente d’une décision familiale.

343Le conseil de famille a accepté la solution de ma grand-mère maternelle alors âgée de soixante et onze ans : « C’est moi qui garderai les enfants ». Mon oncle paternel, mes deux tantes maternelles, leurs conjoints et ma grand-mère composaient le conseil de famille.

344César Bertrand, notre voisin, le père de Paulette, fut officiellement désigné comme tuteur. Un assistant social de l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) est venu nous chercher à Aurillac. Nous avons alors espéré le retour de nos parents. Mon père est mort à Auschwitz. Ma mère, après avoir survécu durant neuf mois à Auschwitz, est morte à Bergen-Belsen, de faim sûrement, du typhus sans doute.

345Nous avons demandé, mon frère et moi, pour la famille Bertrand et les familles Tete et Laybros, la médaille des Justes parmi les Nations de l’État d’Israël.

346Président délégué du Comité Français pour Yad Vashem pour le Sud de la France, j’ai eu la satisfaction, en tant que témoin également, de remettre avec mon frère et Arié Gabay, alors consul général d’Israël à Marseille, la médaille des Justes à Paulette et René Bertrand, à titre posthume et à Gaby Bertrand, personnellement, en l’Hôtel de Région, le 2 juillet 1998, à Marseille.

347De même qu’à Philippe et Yvonne Tete, à titre posthume, ainsi qu’à Antoine et Henriette Laybros, personnellement, le 16 juillet 1998, en la mairie d’Aurillac. Depuis 1945, nous avons toujours conservé des liens avec ces familles. Cet acte de reconnaissance était capital et nous avons été heureux de l’avoir accompli.

348En 1945, c’est le Mouvement des Éclaireurs israélites qui a été notre seconde famille. La quasi-totalité d’entre nous avait été touchée par la Shoah. C’est aux « EI » que nous avons pu nous « construire » mais nous avons été adultes avant l’âge.

349Cette maturité anticipée nous a fait occulter le passé pendant des décennies. Même entre nous, nous n’en parlions pas. Et à l’extérieur, comme l’a dit très justement Simone Veil : « On n’a pas voulu nous écouter et nous nous sommes tus ».

350Mais cela nous a donné la « rage de vivre » et pour moi le besoin d’aller vers les autres et la nécessité de l’engagement : communautaire, hors communauté, dans la cité en tant qu’élu municipal, sans oublier un bon parcours professionnel. La vie devait continuer. Elle a continué : j’ai épousé une « EI », Gilberte Henriette Fleischman, une enfant cachée. Ses parents n’ont pas été déportés mais ont quitté Paris dès juin 1940. Gilberte et son frère cadet de deux ans sont allés à Bordeaux, Vichy, Aix-en-Provence, Aurillac, Forcalquier, Riez et Marseille jusqu’à la Libération en 1944. Nous avons eu deux enfants et avons cinq petits-enfants. Mon frère, qui, depuis sa retraite vit en Israël, a eu aussi deux enfants et a huit petits-enfants dont cinq Israéliens.

Estelle et Marcel MIZRAHI
35 et 36 ans
Photos prises quelques semaines avant leur arrestation. Collection Robert Mizrahi.

Suzanne DARTIGUELONGUE-ISAAC

351Mon père, Georges ISAAC est né le 18 octobre 1885 à Constantine, d’une famille israélite qui avait quitté la Sarthe suite à l’occupation allemande pour aller coloniser l’Algérie. Après des études de pharmacie à Alger, il s’est installé à Biskra. En 1914, il est venu en France pour faire la guerre avec le grade de lieutenant. À Verdun, il a été enrôlé comme pharmacien dans une ambulance.

352À la fin de la guerre, il a épousé une Marseillaise, Germaine Petit, de confession israélite aussi et il est reparti à Biskra. Après avoir perdu une petite fille, mes parents quittent l’Algérie pour venir s’installer à Marseille. Mon père crée la « Pharmacie Normale » au 15, allées Léon Gambetta. Trois enfants naissent, Charles en 1922, Suzanne en 1923 et Éliane en 1928.

353La famille a d’abord vécu 8, place de Rome et dans les années 1937-1938, elle s’est installée au 13, rue Estelle avec notre grand-mère Esther Petit, décédée en 1943.

354En 1940, mon père est de nouveau appelé comme pharmacien commandant à l’hôpital Michel Lévy pour y diriger le service pharmaceutique. Passionné de philatélie, il vend la pharmacie et achète un bureau de philatélie au 9, place de la Bourse qu’il tient avec son fils Charles.

355À la suite des rafles de janvier 1943, nos amis Combes, qui avaient une papeterie rue Paradis, nous ont prêté leur maison de campagne à Saint-Antoine pour nous mettre en sécurité, d’autant plus que le bureau de philatélie avait été occupé par un administrateur.

356Le 11 avril 1944, pendant la période des vacances de Pâques, mon frère était mobilisé et ma sœur était partie chez des amis dans le Vaucluse. J’étais donc seule avec mes parents. Ma mère décide de se rendre à Marseille pour aller renouveler les cartes d’alimentation. Pour avoir des nouvelles de nos meilleurs amis, ma mère a téléphoné à Madame Crémieux qui l’a alors invitée à venir manger à midi avant de remonter à la campagne. Hélas, leur maison située au 255, rue Paradis, était surveillée depuis le matin par la Gestapo qui attendait le retour de leur fils, le docteur Albert Crémieux, psychiatre à l’hôpital. À son arrivée, tout le monde a été raflé : le père Édouard Crémieux, peintre provençal très connu, la mère Berthe Crémieux, le docteur Albert Crémieux et ma mère Germaine Isaac.

357Ils ont fait parler ma mère pour savoir où était sa famille. À 15 heures, mon père et moi avons vu arriver deux Allemands et un Français. Après maintes discussions, ils nous ont arrêtés tous les deux. En ce qui me concerne, j’ai eu un coup de chance extraordinaire, car je venais d’être opérée de la hanche et je marchais avec des béquilles. Au bout d’un moment, ils m’ont laissée et ont amené seulement mon père.

358À partir de ce moment-là, nous n’avons plus jamais rien su. Il semble qu’ils soient restés très peu de temps aux Baumettes, puis à Drancy où ils ont pris l’avant-dernier train pour Auschwitz, c’est-à-dire le convoi n° 74 du 20 mai 1944. Seul, le docteur Crémieux est revenu à la Libération, mais n’a rien pu nous dire.

359Pour mon frère Charles, après avoir fait ses études au lycée Thiers, il a participé en 1942 aux Chantiers de Jeunesse de La Bruguière dans le Tarn. Mais il en fut renvoyé quelque temps après en tant que juif. Puis il a fait le Service du Travail Obligatoire en 1943 aux Chantiers et Ateliers de Provence à Port-de-Bouc.

360En 1944, il a été mobilisé dans le Service des Équipages comme caporal gestionnaire du commandant. À la fin de la guerre, il a pu récupérer le bureau de timbres, mais il n’y avait plus rien, car l’administrateur avait tout vidé. Tant bien que mal il nous a fait vivre, ma sœur et moi. Il a été nommé expert en timbres-poste près de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence.

361Moi-même, Suzanne, épouse Dartiguelongue, j’ai eu une vie un peu agitée à cause d’une chute, à deux ans, où je me suis cassé la hanche et ai dû être opérée plusieurs fois. Cependant cela ne m’a pas empêché de mener une vie presque normale. J’ai pratiqué dix ans de scoutisme aux Éclaireuses israélites, bien que non pratiquante, mais j’y avais toutes mes amies.

362J’ai fait toutes mes études au lycée Montgrand de la 12e à la terminale.

363Dans l’après-midi du 11 avril 1944, après l’arrestation de mon père, j’ai eu la surprise d’avoir la visite de mon amie Françoise Antonin, fille du docteur Antonin, du 10, rue des Trois Frères Barthélemy, venue me voir par hasard. Après lui avoir raconté ce qui s’était passé, elle a averti immédiatement son père. Il m’a d’abord cachée à la clinique Monticelli, puis chez lui. Quelques jours plus tard, Madame Antonin m’a conduite dans la Drôme à Dieulefit, dans une pension de famille où je suis restée jusqu’à la fin de la guerre.

364Ma sœur Éliane a été sauvée puisqu’elle était en vacances chez des amis dans le Vaucluse. Elle n’est restée que quelques jours et mon frère qui avait trouvé refuge dans la famille Illner, à Saint-Julien-le-Montagnier dans le Var, l’a faite venir avec lui.

365À la fin de la guerre, nous nous sommes retrouvés tous les trois à Marseille. Mon frère a repris le bureau qu’il a quitté ensuite pour prendre un magasin au coin de la rue Beauvau et Pythéas. Pendant ce temps, j’ai attaqué mes études de pharmacie et après quelques remplacements, j’ai épousé un pharmacien de Bordeaux où je suis restée quatre ans. Ensuite nous sommes revenus à Marseille où nous avons acheté la pharmacie de l’Opéra où je suis restée 30 ans.

366Quant à ma sœur elle a poursuivi pendant quelque année des études générales, puis, logée chez une cousine, elle a suivi des cours de reliure à Paris. Ensuite, elle a tenu un magasin d’antiquités dans la rue des Bergers à Marseille.

367Malgré toutes les recherches que nous avons pu faire, nous n’avons jamais rien su en ce qui concernait nos parents depuis leur départ.

Germaine ISAAC née PETIT

Déportations à Auschwitz et ailleurs

Suzanne DAVID. Déportée sous son nom d’épouse ZARAYA et enregistrée à Auschwitz, ZARACHIA. Matricule : A. 5453

368Je suis née à Marseille le 27 février 1921. Mon père Benoît David était d’origine grecque. Son père, Joseph David avait été notaire à Salonique et une rue portait son nom. Mon père est venu à Marseille au moment du grand incendie de Salonique qui a tout détruit. Du côté de ma mère, Paula Alibert née à Marseille, son père était parisien et sa mère originaire de l’Est. Installés à Marseille, ils tenaient une bijouterie au 2, Quai du Port. Maman avait 16 ans lorsqu’elle s’est mariée. Le jeune couple a pris la succession à la bijouterie et mon père est devenu diamantaire. Nous étions huit enfants : Renée née en 1914, Fernand (1915), Charles (1918), Suzanne (1921), Mireille (1923), Janine (1925), Liliane (1927) et Raymond (1929).

369J’ai fréquenté le lycée Longchamp, du primaire jusqu’en seconde. Mon père était athée et nous n’avons jamais eu de pratique religieuse. Je me suis mariée en 1937 avec Sabetay Zaraya et nous habitions rue de Rome. Lors de l’incendie de Salonique, ses parents s’étaient enfuis en Yougoslavie où ils avaient monté un commerce de vers à soie. À Marseille, mon mari avait une usine de légumes secs.

370Mon père a été raflé en janvier 1943 avec ma sœur et son mari qui étaient venus voir mes parents ce jour-là. Ma mère et mes deux plus jeunes sœurs n’ont pas été emmenées. Un de mes frères était caché en Auvergne dans la famille d’un camarade de faculté et un autre était allé chercher refuge ailleurs. Et nous, avec nos deux enfants et des amis marseillais, au moment des rafles, nous étions partis à Cannes, puis avec ma mère et mes sœurs en Ardèche. Mais tout cela entraînait des problèmes matériels. Des personnes que nous connaissions, nous ont aidés à trouver un logement à Aubagne, une petite villa avec un jardin où les enfants jouaient toute la journée, oubliant qu’ils avaient faim. Un jour, maman est allée à Marseille pour vendre ses bijoux à une personne qu’elle connaissait. Quelque temps après, en allant chercher le pain au village, j’ai croisé un homme que j’ai salué suivant l’usage dans les campagnes. Le lendemain, accompagné de six Français et d’un Allemand, il est venu nous arrêter. Je voulais laisser mes enfants à Adrienne, ma deuxième mère, une collaboratrice de mes parents durant 60 ans, mais ils refusèrent. Assise dans une voiture, avec ma fille Claudie dans les bras et une mitraillette orientée vers moi, j’ai osé demander encore une fois de laisser les enfants à des paysans, mais sans succès. Il y avait maman, mes enfants, Henri 4 ans, Claudie 15 mois, Lili et Raymonde, mes sœurs et mon mari Saby. Mes beaux-parents Zaraya avaient loué une villa proche de la nôtre et ont été arrêtés en même temps que nous. Lili n’aurait jamais dû être arrêtée. Elle se trouvait dans un pensionnat religieux à Vienne. C’est parce qu’elle avait manifesté le désir de devenir religieuse que Saby et maman avaient décidé son retour à la maison.

371Nous avons été conduits à la Gestapo, rue Paradis. J’ai été interrogée pour donner les adresses éventuelles d’autres membres de la famille. Je n’ai rien dit, mais j’avais très peur. Ensuite ce fut la prison des Baumettes. Dans une minuscule cellule il y avait maman, Lili, Raymonde, Henry, Claudie et moi. Les enfants ont beaucoup souffert. Henri était très malheureux, il voulait rentrer à la maison et en même temps il se rendait compte que nous vivions un drame. Je n’avais pas de biberon. Un soldat « de l’Est enrôlé par force » m’en a procuré un, mais nous n’avions pas de lait, ce qui ne servit à rien. Un peu de nourriture mais infecte, pas d’hygiène, c’était répugnant ! Nous avons eu un peu d’espoir lorsqu’un prêtre du collège de Lili est venu à la prison avec l’intention de la faire libérer. C’était un homme de mérite. Il parlait parfaitement l’allemand. Il est revenu plusieurs fois, mais il ne put rien faire. Nous sommes restés aux Baumettes entre huit et dix jours, puis nous avons été conduits à Drancy. Pendant le voyage, le train s’est arrêté plusieurs heures, mais je ne me souviens pas où. Claudie avait si soif que j’ai demandé à un soldat allemand si je pouvais descendre du train pour chercher de l’eau. Il m’a dit de m’enfuir. Mais nous avions été prévenus que si quelqu’un s’évadait, les autres membres de la famille seraient fusillés. De toute façon, je voulais être avec mes enfants. À Drancy nous avons pu communiquer avec Adrienne. Elle m’a fait parvenir des chaussures car j’étais en sandales. Nous étions ni mieux logés, ni mieux nourris qu’aux Baumettes. C’était la misère surtout pour les petits. Mais nous pouvions parler à beaucoup de monde, ce qui nous réconfortait. Là, j’ai rencontré Denyse pour la première fois. Elle s’est proposée de m’aider pour les enfants. Elle a trouvé un seau d’eau pour que je puisse les laver. Nous avons découvert que nous étions alors au même lycée, et, qu’elle et ma sœur Janine étaient dans la même classe. Ensuite, nous nous sommes perdues. Des bruits couraient que nous devions partir pour une destination inconnue. Dans une dernière lettre, Lili et moi avions dit que nous reviendrions.

372Puis ce fut le départ, avec des cris, des insultes et des coups de cravaches. Il fallait entrer dans un wagon à bestiaux, où, vu le nombre, on ne pouvait ni s’asseoir, ni s’allonger. On était forcément sur ou sous une personne. J’étais adossée sur la paroi du wagon avec une personne couchée sur mon épaule droite, une autre sur l’épaule gauche et une autre encore sur mes jambes. J’avais peur que l’on étouffe Claudie, ballottée sur ma poitrine. Un seau avait été placé au milieu du wagon pour nos besoins. Il fut vite plein. Après trois jours de voyage, le train s’arrêta en rase campagne. Tout le monde descendit, se répandit dans les prés et s’accroupit pour se soulager. Ce fut un spectacle hallucinant. Ensuite, toujours sous les coups, retour dans les wagons où régnait une odeur pestilentielle. Nous avons eu cruellement faim, froid, soif et le poids des gens nous écrasait. On souffrait trop pour qu’il y eût la moindre solidarité. À l’arrivée il y avait des morts. À l’ouverture du wagon, un prisonnier en costume rayé est monté pour récupérer tout ce que nous possédions. Il a dit à Saby que les enfants devaient aller avec les personnes âgées, c’était très important. Nous pensions qu’il était normal que les personnes âgées gardent les enfants et que les jeunes aillent travailler. Bien sûr la raison était toute autre. Nous l’avons appris plus tard. Nous avons été séparés dès l’arrivée. Maman tenait ma fille déshydratée, sousalimentée, dans ses bras et mon fils dans une file, et moi, j’étais dans l’autre. J’ai essayé de courir dans la file des enfants, mais un Allemand m’a rattrapée et m’a dit : « Arbeit ! ». Je ne savais pas que la colonne de gauche allait mourir tout de suite. Pendant le voyage, les enfants n’ont pas pleuré. Ils étaient tétanisés. Henry avait perdu son beau regard d’enfant et Claudie faisait partie de mon corps. Elle n’a pas pleuré lorsque maman l’a prise, elle n’en avait pas la force. Claudie était un gentil bébé et Henry un petit garçon qui avait déjà beaucoup de personnalité. Il était très intelligent, observateur, et avait un cœur immense. C’était deux anges qui n’ont fait que passer.

373Mes deux sœurs, Raymonde et Liliane, ont été sélectionnées aussi pour le travail, mais je les ai perdues de vue tout de suite. Le lendemain, une odeur de chair grillée emplissait le camp. Quelqu’un a dit : « Ce sont les enfants ! ».

374Les déportées destinées au travail étaient conduites dans une salle, où elles sont restées nues pendant des heures. On nous a rasé le crâne et tatoué un numéro sur le bras. J’avais le numéro A. 5453. Puis nous avons reçu des vêtements ou plutôt des haillons. J’ai eu une robe, un caleçon d’homme et des chaussures trop petites. Parfois elles étaient même dépareillées. Ensuite, ce fut le bloc 11. Il avait une sinistre réputation. À cette époque, nous ne le savions pas. Quand il y avait trop de monde au crématoire, les gens attendaient là, le temps que l’on vienne les chercher. Dans les jours qui suivront, les anciennes nous ont mises au courant de tout ce qui se passait dans le camp. Je pensais à maman et aux enfants. J’avais une pierre dans la gorge, mais je ne parvenais pas à pleurer. Il y avait tant de bromure dans la soupe que nous étions complètement abruties. Au début on vomissait, ensuite, on s’habituait. Nous dormions dans des « koyas » sur le côté, les unes contre les autres. Parfois, nos vêtements mouillés mettaient plusieurs jours à sécher et nous dormions avec. Un soir, j’étais si fatiguée que je ne pouvais pas dormir. Je demandais à ma voisine, qui dormait contre moi, d’où elle venait. Après une conversation de dix minutes, elle m’apprit qu’elle venait de Marseille et qu’elle s’appelait Denyse. Depuis un mois nous dormions ensemble et nous ne nous étions pas reconnues.

375À 4 h du matin, c’était l’appel, une vraie torture. En Haute-Silésie, les nuits sont glaciales même en été et les journées sont torrides. Alors, nous avions des plaies aux pieds, aux mains et aux seins. Un jour, je suis tombée malade, j’avais beaucoup de fièvre et je ne tenais pas debout. J’ai remarqué une petite cabane à l’écart, je me suis réfugiée dans l’encoignure de l’entrée et j’y suis restée une journée sans nourriture.

376Vers le soir, des filles qui portaient des cadavres sont arrivées ; c’était la morgue. Le lendemain, je suis allée au « Revier », l’hôpital, malgré le risque encouru de partir au crématoire. On n’y recevait aucun soin, mais on pouvait être allongée sur une paillasse. La doctoresse était allemande, condamnée politique d’après son insigne mais elle était humaine et je la suppliais : « J’ai vingt ans, je ne veux pas mourir ». Le troisième jour elle me dit : « Fièvre ou pas, tu vas sortir car les Allemands vont visiter le “Revier”. ». Je suis sortie nue, j’ai pris une douche glacée et je suis allée travailler. À la désinfection, j’ai retrouvé ma robe et mon caleçon.

377Le seul endroit où l’on pouvait parler entre nous, était les latrines, mais ce lieu était l’horreur. Quarante personnes pouvaient l’occuper en même temps. Mais là, on avait les dernières nouvelles, ce qui nous donnait du courage. Soudain les Allemands ont décidé de nous interdire de nous laver. Il y avait un « Vacheraum » en plein air et nous y sommes allées durant plusieurs nuits, mais nous n’avions pas de savon.

378Je suis affectée au nettoyage du « Revier ». Cela consistait à prendre les paillasses souillées et à les transporter dehors, ceci sans jamais se laver les mains. Elles étaient couvertes de pus, de vomis et d’excréments. Soudain, au milieu d’une journée, c’était l’appel pour tout le camp. La première pensée, qui venait à chacune d’entre nous, est que nous allions être gazées. Un garçon est passé près de nous et nous a dit : « Si vous êtes gazées, il faudra respirer le plus fort possible pour abréger ; cela dure cinq minutes ». Denyse et moi avions la chance d’être ensemble. Au milieu de la place, un gibet était installé. On avait retrouvé Mala. Elle devait être pendue. Elle avait vingt ans, elle était belge et parlait cinq langues. Elle avait fait évader des hommes et s’était enfuie. Elle avait un tel rayonnement qu’elle était respectée des Allemands eux-mêmes. Au moment d’être pendue quelqu’un lui avait passé une lame. Elle s’est tranché les veines et s’est adressée aux Allemands leur disant qu’ils allaient payer le mal qu’ils avaient fait. Le bruit a couru qu’elle avait été jetée encore vivante dans le four. Brave et bonne Mala ! Des milliers de personnes gardent ton souvenir ainsi que celui de Zoé. Des filles entouraient une personne. Je me suis approchée et j’ai rencontré Zoé. Elle avait dix-sept ans, elle était russe et était condamnée à un mois de camp pour avoir refusé d’aller travailler. Elle était ravissante, d’autant plus qu’elle n’était pas rasée. Elle avait de longs cheveux blonds cendrés, des pommettes saillantes et des yeux bleus. La première semaine, Zoé a attrapé le typhus, et, elle en est morte. Soixante ans plus tard, je pense toujours à elle. Encore un ange qui n’a fait que passer.

379Avant notre déportation et avant notre cachette d’Aubagne, nous avions séjourné pour nous cacher à Brides-les-Bains en Savoie. Une nuit, j’avais fait un cauchemar qui me troubla pendant plusieurs jours. J’étais en haillons, je portais avec une camarade des chargements de ciment et j’avais des chaussures dépareillées ce qui me procurait d’énormes difficultés pour marcher. Six mois après ce cauchemar, je me trouvais à Auschwitz, exactement dans ces conditions. En effet, ce fut mon travail dans mon premier commando. Mais nous étions sans cesse dispersées. Je me suis retrouvée un jour dans un commando de Hongroises. On ne pouvait pas communiquer. Nous étions en extérieur. On creusait profondément pour installer des canons anti-aériens. Mais il y avait de l’eau dans les fossés et il fallait l’aspirer avec des pompes. Une délégation d’officiers allemands est venue vérifier où en étaient les travaux. Une petite Hongroise pompait. Avant qu’elle ne s’évanouisse, je lui ai tendu ma pelle et je me suis mise à pomper à sa place. Les Allemands sont restés une demi-heure et personne ne m’a remplacée. J’étais devenue la pompe, je ne sentais plus rien, je pensais que si j’arrêtais, j’allais me casser en miettes. Là, je voulais mourir. À dix mètres de notre trou, se trouvait un champ de choux rouges. Je me suis dirigée vers ce champ dans l’espoir que l’on me tire dessus. J’ai même ressenti l’impact de la balle dans mon dos. Mais rien ne se passa. À la vue de tous, je me suis accroupie, j’ai pris un chou, j’ai voulu mordre dedans et je n’ai pas pu. J’ai mis le chou sur mes seins et je suis retournée travailler. Il n’y avait aucune explication à ces faits. Je voulais mourir et je n’ai pas mangé le chou. J’ai travaillé aussi dans un autre commando où il fallait nettoyer la terre en plein hiver, en enlevant toutes les racines à la main, dans une terre gelée. Les Allemands faisaient feu sur tout. Un jour, au travail, un gros Allemand me dit : « Paris alles Kaput » et je lui ai répondu : « Nein, Berlin alles Kaput ». Il m’a donné des coups alors que la veille, je l’avais vu manger une tartine et un oignon et il me les avait donnés.

380Pendant l’hiver 1944, les Russes approchaient. Nous avons alors été dispersées dans différents camps par wagons à bestiaux. Nous sommes arrivées à Bergen-Belsen. Nous étions en transit. Nous ne travaillions pas. On nous maintenait en appel des jours entiers dans le froid et dans la boue en pleine forêt. Il y avait peu de nourriture. On avait toutes la dysenterie, des poux partout et la gale infectieuse. Un jour, n’en pouvant plus, nous avons ramassé nos poux et les avons glissés dans les capotes de soldats allemands. Affolées par cette sordide présence, l’ordre fut donné le lendemain de nous passer toutes à la désinfection.

381Au bout de quinze jours nous sommes parties pour Dessau en Allemagne, toujours en wagons à bestiaux. Nous avons travaillé dans une usine d’aviation. Mais nous y étions parquées. Je travaillais la nuit et Denyse le jour. On se croisait. C’est un prisonnier français qui nous initiait aux machines. Nous n’avions pas le droit de parler. Cependant, la tête dans la machine, Louis me dit : « Tu peux faire des boulons, ils ne serviront à rien ». Le travail fut très pénible pour les yeux. Nous n’avions rien pour nous protéger, j’avais les yeux infectés. Heureusement, il y avait beaucoup d’alertes ; on nous faisait descendre dans les caves. J’ai découvert un robinet d’eau chaude, on buvait cette eau-là. Cela nous donnait l’illusion que l’on avait mangé. Un jour, toujours la tête dans la machine, je dis à Louis : « Demain c’est mon anniversaire ». Le lendemain, il me demande de regarder dans les chiffons, il m’avait confectionné un gâteau. Nous avons eu du mal à le couper tant il était dur. Je l’ai partagé avec Denyse. Une autre fois, j’ai trouvé quatre pommes de terre dans les chiffons et je les ai emportées dans mon caleçon, après avoir trouvé une ficelle que je serrais sous les genoux. Nous étions fouillées en rentrant au camp. La ficelle se desserrait au fur et à mesure que je marchais et j’étais terrifiée. J’ai pu atteindre le camp, mais à l’arrivée j’ai eu une crise de nerfs. J’en voulais à Denyse car je prenais tous ces risques pour elle ; je voulais l’aider à survivre. Mais on se réconciliait toujours. J’étais si épuisée qu’une surveillante allemande m’a conseillé d’écrire à la Croix-Rouge pour obtenir des médicaments. Je crois qu’elle a eu pitié de moi. Puis, nous sommes parties pour Thérésina en Tchécoslovaquie. Là, nous étions derrière un grillage et les gens venaient nous voir comme s’ils visitaient un zoo.

382C’était au début du printemps 1945. Un matin, à notre réveil, il n’y avait plus personne dans le camp. Les Allemands étaient partis. Il restait les malades. J’avais dormi avec Denyse mais je n’avais pas attrapé le typhus. Je me suis sauvée du camp avec une personne que je ne connaissais pas. Elle m’a abandonnée pour le premier Allemand qu’elle a rencontré. J’étais seule et je disais aux gens que je rencontrais que je voulais aller à Prague. Plusieurs personnes m’ont amenée un bout de chemin dans leur carriole. Arrivée à Prague, j’ai vu une femme, bien maquillée et bien habillée, prise de panique et bouleversée à ma vue. Un officier russe m’a aidée à chercher quelqu’un qui parlait français. Une dame s’est présentée et m’a conduite là où se trouvaient des prisonniers français qui attendaient pour être rapatriés. Elle m’a donné de l’argent. Je voulais m’acheter de la lingerie. Je suis rentrée dans un magasin et j’ai acheté une culotte et un soutien-gorge. La commerçante m’a fait une tartine et me l’a donnée ainsi que la lingerie. Je n’ai rien payé. Les prisonniers français m’ont emmenée dans une brasserie. Nous avions fait le mur pour sortir. Les gens étaient affolés. Ils voulaient que l’on parte. On m’a conduite chez le coiffeur, mais mes cheveux trop courts ne permettaient rien. Nous dormions dans une grange sur de la paille. Pour ne pas créer trop de tensions dans le groupe de prisonniers, je suis partie. Il pleuvait. Je suis arrivée dans un village et je suis rentrée au hasard dans une maison. Un jeune couple avec un bébé de deux ans a hurlé en me voyant. Je me suis présentée grâce à l’aide d’un dictionnaire français-allemand. Je dormais sur un matelas dans la cuisine car la chambre libre était réquisitionnée par un officier russe. Il était très féroce avec les Tchèques. En effet, il réquisitionnait les récoltes, prenait tout et les gens le suppliaient en vain. Alors qu’il voulait m’amener en Russie, j’ai eu peur et je me suis sauvée une nouvelle fois. J’ai marché et suis montée dans des voitures. J’ai demandé du pain et retrouvé un groupe de prisonniers français qui allaient être rapatriés à Paris. Moi qui étais timide, je me demande encore comment j’ai pu oser faire tout cela. Dans toutes mes pérégrinations, il semble que j’ai bénéficié d’une sorte de protection. Mais avec tout ce que j’avais vécu auparavant et dans l’état où je me trouvais, je pense que je ne pouvais pas risquer pire. Je suis arrivée en avion à Paris. Avant de rentrer à l’hôtel Lutétia, on nous a aspergés de DDT. Deux dames se trouvaient là et dirent : « Si on la prenait, cette petite ? Mademoiselle voulez-vous venir chez nous ? ». Après avoir été recensée à l’hôtel Lutétia, je suis donc partie avec Madame Seguin. Je suis restée trois jours chez elle. Elle voulait me garder. Elle me croyait plus jeune que je ne l’étais (24 ans). Je paraissais très jeune. Mais je voulais retourner à Marseille. Je suis partie dans un train où il n’y avait que des hommes, des prisonniers qui rentraient. J’ai de nouveau attrapé des poux. À mon arrivée à la gare Saint-Charles, une camarade de classe était là pour aider les prisonniers et les conduire chez eux ou à l’hôpital si cela était nécessaire. Elle m’a raccompagnée chez mon frère Charles qui habitait à la Plaine. J’ai retrouvé mes deux frères. Ma sœur Liliane, déportée, a été libérée en Russie. Ma sœur Renée était mariée en Italie. J’ai retrouvé Mireille, qui s’était cachée pendant la guerre dans le centre de la France. Elle avait un petit bébé et habitait près de la gare de Noailles. Mon mari est revenu. Je passais mon temps à me laver et à manger. Je raflais tout le pain que je trouvais et le mettais sous mon oreiller. En un mois et demi j’ai grossi de 20 kg. Moi, si discrète, je me suis acheté une robe aux couleurs criardes et je l’adorais. J’espérais et l’on m’a fait croire que j’allais retrouver mes enfants et maman, en vain.

383Après la guerre, j’ai eu trois enfants. J’ai parlé avec mon fils de ce qui m’est arrivé pour la première fois cette année.

Raphaël COHEN. Matricule : 145840

384Je suis né à Marseille le 16 juin 1921. Mes parents habitaient dans le quartier d’Endoume, 1 rue Samatan. Ils sont tous les deux originaires de Turquie et sont arrivés en France au début du siècle, ma mère Esther, née Cohen, avait cinq ans et mon père Abraham une vingtaine d’années. Pour mon père, c’est un second mariage et je suis le seul garçon parmi six filles et ma demi-sœur, Rachel.

385Je suis allé à l’école d’Endoume, place Saint-Eugène et mes sœurs ont fréquenté l’école de la rue Marius Thomas à Bompard. Mon père a bien réussi sa vie professionnelle. Dans les années 20, il possédait un hôtel, rue Beauvau, et, dans les années 30 il avait un bar-restaurant aux Camoins. Sa mort en 1933, alors que j’avais 11 ans a tout changé. À 36 ans, ma mère est retournée avec ses enfants à Endoume.

386Après le certificat d’études, j’ai appris le métier de mécanicien-dentiste et prothésiste auprès du professeur Georges Beltrami, dont le cabinet était situé 58, rue Saint-Ferréol. En 1941, je suis devenu chef de laboratoire prothésiste à l’école privée qui lui appartenait, située à la montée des Accoules.

387J’ai été convoqué à la rue Honnorat pour partir faire le STO. J’ai eu alors l’idée de demander à passer une visite médicale en prétextant que j’avais eu une lourde opération à 6 ans, suite à une pleurésie purulente. Je ne voulais pas partir. J’ai eu la chance d’être reçu par le docteur Benoît dont la fille Jenny était chirurgien-dentiste au 58, rue Saint-Ferréol, là où j’avais travaillé. Il me donna alors un mois de sursis. C’est ainsi que je ne suis pas parti à Breslau à 17 heures ce jour-là. Le professeur Beltrami et le directeur de l’école dentaire sont ensuite allés à la Kommandantur, rue de Rome, pour expliquer que j’étais indispensable à l’école, en tant que chef de laboratoire. J’ai obtenu ainsi un laissez-passer, qui m’a permis de rester à Marseille et de sortir comme tous les jeunes de ma génération en ville, au cinéma et dans les lieux de loisirs. Je me sentais protégé. Les vacances d’été de 1943 arrivèrent. Le 3 août 1943, je prenais le train à la gare Saint-Charles pour partir en vacances à Porquerolles. Deux officiers allemands sont montés dans le train et ont demandé mes papiers. J’ai présenté ma carte d’identité tamponnée « Juif » et mon laissez-passer. L’officier le plus âgé me les a rendus sans problème mais le plus jeune ne l’entendait pas ainsi. Après une longue discussion, ils ont fait arrêter le train à la Ciotat. Nous sommes descendus tous les trois et avons repris le premier train qui passait en direction de Marseille et j’ai été conduit au 425, rue Paradis. J’y suis resté deux jours et deux nuits. J’étais accusé de terrorisme, moi qui partais en vacances ! J’ai été dirigé à la prison Saint-Pierre. Nous étions au moins 90 personnes dans une salle. Le soir, nous mettions un matelas par terre pour dormir. Cela a duré quinze jours environ. Puis ce fut Drancy et puis Auschwitz dans le convoi n° 59 du 21943. Nous étions entre 1 000 et 1 200 déportés dans le train. Après la sélection, 250 personnes environ sont entrées dans le camp seulement. Les autres ont été dirigées directement vers la chambre à gaz. Mon numéro était 145840. La grande difficulté pour moi était de comprendre la langue allemande.

388J’ai été envoyé dans divers commandos. Nous faisions environ douze heures de travail par jour. Il fallait se lever dès cinq heures du matin pour l’appel. Cela durait longtemps dans le froid et la neige parfois. On nous donnait ensuite une eau noirâtre en guise de déjeuner et nous partions au travail. Au retour, c’était une tranche de pain et un peu de margarine. Puis l’appel encore. Et enfin, nous pouvions nous coucher. Chaque samedi, il fallait se mettre devant la baraque pour la visite médicale.

389On était en file et un médecin passait devant nous, puis ensuite derrière nous. J’avais très peur que la balafre due à mon opération à l’âge de six ans ne me fasse sélectionner pour la chambre à gaz et le crématorium. J’étais traumatisé à cette idée. J’ai mis au moins une semaine à mon arrivée au camp avant de croire à une telle barbarie.

390Pour fuir cette menace, j’aurais fait n’importe quoi. C’est ainsi qu’un jour, les SS ont demandé des volontaires. Mes camarades m’ont traité de fou, mais je l’ai fait malgré tout. Je suis parti en train avec environ quatre mille autres déportés vers la fin de l’année 1943 et je me suis retrouvé à Varsovie, dans le ghetto, détruit après l’insurrection juive. Il fallait le nettoyer, récupérer les briques et les mettre en tas. Le travail était rude. Il y avait un rendement à tenir chaque jour, mais il n’y avait pas les fours crématoires. Des travailleurs polonais s’activaient aussi dans le ghetto. Ils étaient très mauvais avec nous. Le soir, nous nous entassions dans une vingtaine de baraques. Il faisait froid. Il n’y avait pas de vitres aux fenêtres. Je m’étais mis avec des déportés grecs car je pouvais parler avec eux. À la maison, mes parents parlaient le judéo-espagnol et je les comprenais. Nous sommes restés là environ six mois, sans pouvoir changer nos vêtements. Nous étions recouverts de poux. J’ai attrapé le typhus et j’ai été envoyé au « revier », à l’infirmerie. C’était un endroit très dangereux. Par chance, l’infirmier était grec. Un matin, il m’a fait quitter rapidement l’infirmerie parce que les SS allaient venir. Je suis donc reparti au travail malgré une très forte fièvre, mais il m’a sauvé la vie. En effet, tous les malades du « revier » ont été déportés à nouveau à Auschwitz et gazés. Je suis resté environ un an à Varsovie. On entendait les Russes avancer. Les bombardements se rapprochaient. Nous étions remplis d’espoir. Mais les Allemands nous ont fait quitter Varsovie et nous avons entrepris la marche de la mort. Nous avons marché environ 100 km. Ceux qui défaillaient, étaient immédiatement tués. Puis, on nous a entassés dans un train et avons été conduits au camp de Dachau. Nous y sommes restés une dizaine de jours seulement. Nous n’y avons rien fait. On sentait que la Libération approchait. Nous sommes repartis ensuite en train pour un autre camp assez proche de Dachau. Là, j’ai fabriqué du béton, peut-être pour construire une usine souterraine. Les SS nous ont fait remonter dans un train. Pour aller où ? Les Allemands étaient perdus et les ordres se contrariaient. Notre train devait aller nulle part. Il fallait le faire sauter. L’ordre n’a pas été exécuté. Il avançait, puis reculait. Il a mis cinq jours pour faire dix km. Nous sentions que les Allemands ne maîtrisaient plus rien. Alors nous avons entendu des chars, la porte du wagon a sauté et il y avait les Américains ! Ils étaient très surpris de nous voir là et dans un si sinistre état. Nous nous sommes donc libérés nous-mêmes.

391Les Américains nous ont donné de la nourriture et transportés dans un local qui avait été évacué par les SS. Mais ils ne pouvaient pas nous aider longtemps. Ils n’avaient pas prévu cette situation. Il a donc fallu se débrouiller pour trouver un peu plus de nourriture. On volait pour manger. Les gens avaient peur et nous laissaient faire. Un jour, un camion de la Croix-Rouge est arrivé. Il devait repartir en Suisse. Nous sommes partis environ quarante avec eux. Les Suisses nous ont refoulés à la frontière autrichienne. Le maire du petit village avait peur de ces quarante rescapés. Il a réquisitionné la salle de cinéma et nous y a installés. Les sœurs d’un couvent voisin apportaient de la nourriture. Le maire s’est vite débrouillé pour trouver des camions français qui nous ont transportés jusqu’à Strasbourg. Je voulais rentrer à Marseille. J’ai pris un train qui s’est arrêté à Lyon. Là, deux jeunes filles juives, dont le père était banquier, m’ont fait descendre et m’ont hébergé une journée. J’en ai profité pour envoyer un télégramme à ma famille, sans savoir s’il restait quelqu’un.

392Arrivé à la gare Saint-Charles à Marseille, j’ai rencontré un étudiant de l’école dentaire et j’ai vu ma mère et mon beau-frère qui m’attendaient. Dès mon retour, c’est moi qui allais à la gare attendre mes deux sœurs déportées, Rachel et Magui. Rachel, mariée à un non juif, avait été arrêtée sur dénonciation d’un proche en 1943. Souffrant d’une double phlébite, elle n’est pas revenue de sa déportation. Magui, a été arrêtée en 1944 chez elle, à Saint-Victor, par des miliciens qu’elle connaissait et qui étaient allés en classe avec elle. Un jour, je la vois sur un brancard qu’on descendait du train. Elle pesait 35 kg. Maman qui avait eu peur, suite à la déportation de ses filles, avait réussi à obtenir une fausse carte d’identité sous le nom d’Élise Charbonnier et s’était réfugiée avec ses trois jeunes enfants à Gorniesse près de Toulouse où elle a trouvé du travail dans un restaurant. Elle a caché deux enfants, Victoria et Laurette dans un couvent et a gardé Simone avec elle. Elle y est restée jusqu’à la fin de la guerre, puis est retournée à Endoume.

393J’ai repris mon travail à l’École dentaire jusqu’en 1952. Je me suis marié le 24 février 1947 et je suis devenu artisan prothésiste, avenue des Feuillants.

Photo de gauche : Magui (Marguerite) COHEN, née le 2.6.1918 à Marseille, déportée à Auschwitz dans le convoi n° 71 du 13.4.1944 et revenue

Photo de droite : Rachel COHEN, épouse Nicolau née le 30.1.1907 à Smyrne, déportée dans le convoi n° 64 du 7.12.1943 et morte à Auschwitz

Raphaël COHEN (à gauche) et un ami Albert BOTTI (à droite) sur la Canebière à la Libération

Israël, Raphaël ATTALI. Matricule : A. 5118

394Je suis né à Marseille le 25 janvier 1929. Mes parents sont originaires de Constantinople et sont nés tous les deux en 1904. Ils étaient mariés lorsqu’ils sont venus à Marseille pour s’y installer, trouver du travail, mais aussi, pour mon père, éviter le service militaire de cinq ans imposé par le régime d’Atatürk. Beaucoup de jeunes gens sont partis de Turquie pour cette raison. Mon père Avram, ma mère et ma grand-mère maternelle Cadoun Cordoba ont vécu d’abord dans divers hôtels dans le centre de la ville. Je suis né alors qu’ils étaient dans un hôtel situé rue Beauvau. Je suis le dernier d’une famille de trois enfants (Victoria, Noël et moi). Puis la famille s’est installée au 84, avenue des Chartreux. Mon père a d’abord travaillé dans le commerce, puis a acheté une grande alimentation au rez-de-chaussée de l’immeuble.

395Nous ne fréquentions pas beaucoup la communauté. Mes parents respectaient les grandes fêtes juives et nous allions alors à la synagogue de Breteuil. J’ai fréquenté les Éclaireurs Israélites de France de 9 à 14 ans environ. Les gens du quartier appréciaient mes parents que l’on prenait pour des Arméniens. Ils venaient faire leurs courses « chez l’Arménien ». Je suis allé à l’école communale des Chartreux jusqu’au certificat d’étude. Avant ma déportation à 15 ans, je travaillais chez un miroitier à Saint-Just. J’avais un ami intime qui travaillait dans la boulangerie. Nous passions nos loisirs ensemble. Un jour, je le quitte vers midi et rentre déjeuner chez moi. Je passe au magasin et deux Allemands étaient là. Le plus grand me met son revolver sur le ventre et me demande où se trouve ma mère. Je n’en savais rien. Je venais de quitter mon ami. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait. Ils m’ont obligé à monter avec eux dans notre appartement au 3e étage où se trouvait ma grand-mère âgée de 74 ans. Nous avons été arrêtés, elle et moi, le 6 avril 1944 et conduits au 425 rue Paradis. Lorsque maman avait compris que les Allemands se dirigeaient vers le magasin, elle a vite caché ses enfants ; ma sœur au fond du jardin et mon frère dans un grenier au 4e étage. Elle est allée ensuite se cacher dans la cave à charbon. Elle ne savait pas où j’étais et ne m’a pas vu arriver dans le magasin. Elle n’a pas eu le temps de monter dans l’appartement pour protéger la grandmère. C’est le frère de mon camarade qui nous a vendus. Il était milicien. À la Libération, il a été emprisonné et y est mort de maladie.

396À notre arrivée au siège de la Gestapo, ma grand-mère et moi, j’ai été immédiatement enfermé dans un placard. À minuit, on m’a fait sortir. J’ai été menotté et nous avons été conduits à la prison des Baumettes. J’étais dans la même cellule que ma grand-mère, mais nous étions nombreux. Il y avait aussi Denise Marter, René Guelidi de Saint-Just, la famille Contente avec deux frères et une sœur, Mme Cohen avec ses trois filles, arrêtées à Montolivet et d’autres ; une vingtaine de personnes environ.

397Après quinze jours passés là, nous sommes partis pour Drancy. On m’a laissé dans la partie du train réservée aux femmes et aux enfants à cause de l’âge de la grand-mère. Lorsque nous sommes montés dans le train, quelqu’un me dit : « J’ai vu ton père dans le train ». Je ne savais pas qu’il avait été arrêté. Je me suis déplacé pour atteindre les compartiments réservés aux hommes et je l’ai vu, menotté parmi les autres déportés. J’ai pu lui parler et savoir ainsi pourquoi il était là.

398Bien avant mon arrestation, papa avait été réquisitionné pour travailler pour les Allemands, dans le cadre de l’opération Todt, à Rabatau. Il partait le matin et rentrait tous les soirs à la maison. Maman tenait seule le magasin. À son retour du travail, le soir de notre arrestation, le 6 avril, maman, inconsciente de la situation lui dit : « Puisque tu travailles pour les Allemands, va à la rue Paradis. Ils les libéreront ». Il est entré dans la souricière et n’en est pas ressorti. Nous sommes donc arrivés à Drancy tous les trois, père, grand-mère et moi. Nous sommes restés dans le même bloc pendant les quinze jours de détention. J’ai été désigné pour faire partie de la police du camp. Je faisais la surveillance et je recueillais les lettres que les détenus adressaient à leur famille et j’étais chargé de les poster. Malgré tout, je me méfiais et ne comprenais pas qu’on fasse courir des risques à la famille qui allait recevoir la lettre. Je brûlais d’envie, moi aussi de prendre contact avec ma mère. Mais, la seule fois où je l’ai fait, j’ai adressé ma lettre à une voisine. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Nous avons perdu tout contact avec Marseille. J’ai su ensuite que maman, Victoria et Noël étaient partis se cacher dans le Cantal jusqu’à la Libération.

399Nous sommes partis dans le convoi n° 74 à Auschwitz-Birkenau. C’était au début du mois de mai. Nous étions 80 dans des wagons à bestiaux plombés, mais nous étions toujours tous les trois. Après trois ou quatre jours atroces, le train s’arrête. Les portes s’ouvrent. Sur le quai, des déportés nous demandent de laisser nos valises. À notre descente, on nous ordonne de nous mettre en file indienne par rangée de sept ou huit personnes. Devant la file, trois Allemands qui nous font aller à droite ou à gauche par un signe. À 15 ans, j’étais déjà très costaud et je suis allé avec mon père dans la file pour le travail. Ma grand-mère a été placée dans la file des personnes âgées, des enfants et des mères. Cette file représentait au moins 50 % de l’ensemble des déportés descendus du train.

400Rentré au camp, un Allemand suivi d’un interprète français, demande s’il y a des gens malades parmi nous. Environ un tiers s’est déclaré malade ou faible pensant être sauvé. Ils ont été conduits dans l’autre file immédiatement.

401Ceux qui restaient ont été conduits dans un bloc. On nous a tatoués. Mon numéro était le A. 5118 et mon père a eu le A. 5119. Nus, nous avons ensuite été conduits à la douche et rasés. Je ne reconnaissais plus mon père. Il a fallu endosser des vêtements de bagnards : pantalon, veste et bonnet rayés. Nos chaussures étaient dépareillées ! En guise de chaussettes, nous avions des morceaux de chiffon.

402Nous avons été mis en quarantaine. Le lendemain matin, nous sommes allés dans une pièce remplie de robinets pour faire notre toilette. Lorsque j’ai ouvert le robinet pour me laver, il s’est détaché et a sauté en l’air sous la pression d’un puissant jet d’eau. J’ai été frappé de mille coups. Ce n’était qu’humiliations, brutalités et déshumanisation. Il fallait subir la tonte une fois par semaine et laver nos vêtements à l’eau sans savon et les remettre dessus immédiatement, même en hiver. Tous les jours, à 15 ans, on me montrait la fumée qui sortait des cheminées. J’ai été envoyé dans le commando civil « Arbeiter Wespreter ». Je ne sais pas ce que signifie « Wespreter ». On était manœuvre. On poussait sur des rails des chariots remplis de béton que nous faisions pour construire des écuries. On travaillait peut-être pour des civils.

403Nous partions du camp le matin et rentrions le soir accompagnés chaque fois par un orchestre de musique. Quinze jours après notre arrivée au camp, mon père a été transféré dans un autre bloc. Je le voyais le soir en rentrant du travail. Tous les samedis, on nous distribuait une double ration de pain en prévision du dimanche. Un dimanche, dans la journée, un déporté me dit : « Va voir, je crois que ton père part en convoi ». La nuit, les Allemands venaient dans les blocs et pratiquaient des sélections. Et j’ai vu mon père sortir du bloc avec beaucoup d’autres déportés, prêt à partir. Il ne savait pas où on l’amenait. Et il m’a donné une part de son pain. Je ne l’ai plus jamais revu. Je ne savais pas où étaient ma mère, mon frère et ma sœur. Ma grand-mère avait été gazée et mon père disparaissait. Je me suis retrouvé tout seul dans cet enfer à 15 ans.

404Je ne comprenais pas le sens de toute cette barbarie. Un soir, au retour du commando, il y avait quatre déportés sur l’estrade, à côté de l’orchestre portant chacun une pancarte « ich bin noch da » (« je suis encore là »). Ils avaient tenté de s’évader. Après l’appel, ils ont été pendus à trois mètres de moi. Avant de mourir, l’un d’eux a craché à la figure de l’Allemand. J’ai assisté à deux autres pendaisons dans ce camp. Chaque jour on voyait des morts dans les blocs, dehors ou au travail. Les corps étaient ramassés et jetés dans des charrettes tirées à travers le camp et, une fois remplies, les déportés assujettis à cette besogne, jetaient leur charge près des fours crématoires.

405En janvier 1945, les alliés avançaient. Il fallut évacuer le camp. Alors débuta une longue marche qui n’en finissait plus. Je ne sais plus combien de jours et de nuits nous avons marché sans nourriture ni boisson. Les déportés affaiblis tombaient comme des mouches. Les SS les tuaient à bout portant. Il fallait que nous poussions les cadavres sur les côtés du chemin. Arrivés en Allemagne, on nous a fait monter dans un train, dans des wagons découverts. Nous étions 75 à 80 par wagons, presque tous morts et les autres dans un état proche. J’ai eu 16 ans dans ce train, le 25 janvier 1945. Nous étions tous couchés les uns sur les autres. J’avais trois ou quatre personnes sur moi et je n’avais ni la force de crier car j’avais perdu ma voix, ni la force de repousser les corps. Je m’étouffais. J’ai rassemblé ce qui me restait d’énergie pour en pincer un qui a légèrement bougé et j’ai retrouvé ainsi ma respiration.

406Nous sommes arrivés à Dachau à la fin du mois de janvier 1945. À l’entrée du camp, je mangeais la neige tellement j’avais faim et soif. J’ai attrapé le typhus immédiatement. Nous étions entre 1 500 et 2 000 malades, enfermés dans des blocs pour éviter la contamination. On se battait pour aller aux toilettes. Aucun médicament n’était distribué. Les gens se vidaient. Nos lits étaient à trois étages et les morts ne se comptaient plus. On sortait les corps des blocs et on les déposait à l’extérieur, au froid. Le sol en était entièrement recouvert. Un jour, un Allemand m’appelle et, avec un pinceau inscrit, à l’encre de Chine, sur ma poitrine le n° 139.506. J’ai cru ma dernière heure arrivée. En réalité c’était pour me conduire à la douche pour une désinfection. Peu à peu j’allais mieux. Tous les soirs on se triait les poux. Il y eut un soir, une panne de courant et des bougies ont été distribuées pour que nous terminions cette corvée. J’avais tellement faim que j’ai mangé la cire chaude qui coulait de ma bougie. C’était comme du chewing-gum. J’étais encore dans ce bloc lorsque le camp a été libéré. On a entendu de très importants coups de feu, provenant de tous les côtés. Les Américains ont encerclé le camp. Il n’y eut pas de riposte. J’ai donc été libéré le 29 avril 1945. Les Américains nous interdisaient de sortir. Mais j’ai entendu parler français et me suis dirigé vers un soldat qui m’a fait monter dans un camion et c’est ainsi que je suis sorti du camp. J’ai été envoyé à Stuttgart. De là, je suis rentré en train à Paris avec d’autres déportés. Je suis resté deux ou trois jours à l’hôtel Lutétia et je suis arrivé à Marseille le 18 mai 1945. J’ai refusé que ma mère vienne me chercher. Je suis rentré en tramway aux Chartreux. J’ai retrouvé ma famille. Mon père n’est pas revenu. J’ai repris mon travail à la miroiterie de Saint-Just, puis j’ai travaillé dans un magasin de chaussures et je suis devenu détaillant en fruits et légumes.

Photographie prise au retour des camps, sur la Canebière, avec des camarades déportés et revenus. De gauche à droite, Israël ATTALI, Esther CONTENTE, Renée GUELDI, Guy SARNER. Collection Israël Attali

Gilda SCIAKY. Matricule : A. 5611

407Je suis d’origine grecque. Mes parents, mariés en Grèce, ont eu de leur union quatre enfants : une sœur, Rachel, née en 1921, une autre, Nelly, en 1923, moi en juin 1925 et notre petit frère, Élie, en décembre 1926. Mon grand-père maternel David, était contremaître aux grands moulins de Salonique. Mon père, Joseph, était ébéniste.

408Nous sommes venus en France en 1930. Maman parlait et écrivait correctement le français, ayant reçu une instruction grâce à l’Alliance française de Salonique. Les enfants aussi s’exprimaient bien, ce qui a facilité notre intégration.

409Arrivés à Marseille, après quelques jours de voyage en bateau, une chambre meublée dans le quartier de l’Opéra nous a permis de nous loger. Nous y sommes restés pendant neuf ans.

410Malgré la maîtrise de la langue, maman a eu beaucoup de difficultés à obtenir des papiers en tant qu’étrangers dans le pays. Papa put enfin trouver du travail chez un patron menuisier. Ma famille était de confession juive assez pratiquante. Elle fréquentait la grande synagogue de la rue Breteuil. Mon frère a fait sa Bar mitzvah, mes sœurs et moi avons reçu une initiation religieuse avec le Grand Rabbin Salzer. Notre scolarité s’est effectuée sans trop de mal. Dès notre arrivée en France, l’école de la rue Grignan nous a ouvert ses portes avec des enseignantes formidables et tellement humaines comme Mmes Serratrice et Reboul par exemple. Après avoir obtenu leur certificat d’études, ma sœur aînée Rachel, âgée de 15 ans, a travaillé comme secrétaire chez des patrons qui lui ont appris le métier et ma sœur Nelly, qui avait 13 1/2 ans, est entrée dans un atelier de couture, rue Saint-Ferréol.

4111936. C’est cette année-là que j’ai perdu mon père. Il est mort en nous laissant dans une détresse qui bouleversa toute notre existence d’enfant. Maman, veuve avec ses quatre enfants, eut bien du mal et beaucoup de courage pour subvenir à nos besoins. Des dames de la Bienfaisance Israélite l’ont aidée à faire face aux difficultés quotidiennes.

4121938. Après avoir obtenu mon certificat d’études, notre demande de naturalisation française fut ajournée pour deux années. Pour passer au cours supérieur, il fallait être Français. Donc, je suis allée au cours complémentaire du cours Julien ; j’avais 13 ans 1/2.

4131939. Nous avons emménagé dans un petit deux pièces dans le quartier de Saint-Victor. Il n’y avait pas beaucoup de familles israélites habitant près de chez nous. Grand-père David logeait avec nous. Il était très heureux d’être là.

414Fin 1939. Quelques bruits de guerre, juste le temps pour maman de faire établir ma carte d’identité et de chercher un travail. J’ai été embauchée dans une usine de confection pour hommes.

415Octobre 1939. C’est la déclaration de la guerre, la fermeture de l’usine et me voilà apprentie couturière dans un grand magasin pour enfants, place Félix Barret.

4161940. C’est l’occupation de la France par les Allemands et la Gestapo dans la zone Nord après la signature de l’Armistice par Pétain en juin 1940.

4171941-1942. Les rafles commencent en zone occupée. Les Allemands déportent des familles entières sans qu’elles connaissent leur destination : Auschwitz. Mais où se trouve donc ce lieu au nom baroque difficile à prononcer ? De plus en plus de juifs sont déportés. Les nouvelles parisiennes sont rares sur Marseille, mais petit à petit elles nous parviennent.

41812 novembre 1942. C’est l’arrivée des Allemands à Marseille. Mais quelle journée ! Il y a le défilé des soldats allemands dans les rues principales et couvrefeu à 20 heures. C’est aussi le départ de mon frère pour les Pyrénées. Nous recevons peu de nouvelles, puis plus du tout. Beaucoup de soucis pour maman. La nourriture commence à manquer. Tout est devenu pénible : plus de lait, plus de pain. Tout le monde est rationné par les cartes d’alimentation. Le marché noir devient de plus en plus cher et il faut de l’argent.

4191943. Dans la nuit du 22-23 janvier, c’est la grande rafle du quartier de l’Opéra. Des familles entières, avec leurs enfants petits et grands, sorties à moitié endormies de leur logement et transportées sans pitié en car et déportées. D’autres familles ont subi le même sort dans le quartier du Vieux-Port dans la nuit du 23-24 janvier.

420Mai 1944. Par un beau matin de printemps, on sonne à la porte en criant deux fois : « C’est le facteur ». Deux individus (milice française) rentrent chez nous brusquement et commencent à fouiller partout et à tout saccager. Tellement surprises, nous sommes restées toutes les trois figées, ma sœur Nelly, maman et moi. Puis maman réagit assez rapidement, montre ses papiers, sa carte d’identité. Après ce contrôle de routine, ces Messieurs nous invitent à sortir sans oublier de prendre quelques affaires : tous nos papiers et surtout notre argent, (nous en avions très peu, heureusement) et nous voilà dehors. Ma sœur aînée Rachel était mariée et mon frère dont nous étions toujours sans nouvelles était dans les Pyrénées. Nous passons dans la rue sous le regard des voisins étonnés et interrogateurs. La voiture, une traction avant noire, se trouvait au bout de l’impasse Chaix. Le temps de réaliser ce qui nous arrivait, nous étions déjà au 425, rue Paradis, le fief de la Gestapo.

421Une femme de ménage voyant maman qui avait son passeport dans la main, lui fit signe de le déchirer et lui montra les toilettes, ce qu’elle fit, sans en comprendre la raison. Mais en sortant de son entrevue avec les SS, tremblante et pleine d’émotion, elle nous prit dans ses bras. Tout en nous embrassant, elle n’arrêtait pas de nous dire : « Je n’ai que deux filles, je n’ai pas d’autres enfants, je n’ai que deux filles ! » Elle avait compris le geste de la femme de ménage. Merci beaucoup à cette dame, qui, sans le savoir a certainement sauvé ma sœur Rachel et mon frère Élie. Si elle lit ce témoignage, elle se reconnaîtra.

422Après un court séjour passé à la prison des Baumettes à Marseille, nous sommes parties en direction de Drancy. Dans les wagons à bestiaux qui nous transportaient, certaines personnes, aux arrêts de gares, jetaient des papiers pour donner de leurs nouvelles à leurs parents, espérant les rassurer par ce courrier étrange : un papier jeté dans une gare ! Mais les voyageurs qui se trouvaient sur les quais, restaient impassibles, sans comprendre qui était derrière les petites lucarnes du train.

423Nous sommes arrivées à Drancy où nous sommes restées trois ou quatre jours. Puis nous sommes reparties en voyage, une dernière fois, toujours aussi mal installées, assises sans pouvoir se lever ni se coucher. Le train portait bien son nom « wagon à bestiaux ». Dernière halte. Un voyage épuisant ! Nous étions inquiètes et pleines de courbatures après ces jours et ces nuits passées dans le train. Les SS nous ouvrent enfin les portes des wagons. Il fait à peine jour. Une odeur fétide et nauséabonde nous prend à la gorge et nous soulève le cœur. Cela confirmait les dire que l’on avait entendu à Drancy : Le camp des fours crématoires ! Auschwitz-Birkenau.

424Sur le quai, ma sœur et moi sommes dirigées à gauche, ma mère à droite. Une valise à la main qu’elle laisse tomber en route, une couverture sur le dos, elle se retourne de temps en temps pour nous voir. Avec un regard inquiet et apeuré, elle nous fait un signe de la main qui avait lâché la valise, pour un dernier adieu, un dernier regard. Dernier adieu.

425Encore un départ à pied pour la fin du voyage. Encadrées par des SS et des soldats tenant en laisse des chiens, nous marchons le long du quai, jonché en partie de cadavres, que les soldats jetaient du train avec dégoût et désinvolture. C’était des personnes âgées ou malades qui n’avaient pas tenu le coup après trois voyages successifs, de plus en plus longs.

426Nous sommes dirigées vers l’entrée d’un bloc. Et c’est la douche et un tatouage sur le bras : mon numéro est le A. 5611. Ma sœur Nelly a le numéro A. 5612. Un coiffeur coupe et rase nos cheveux puis tout le corps. C’est ensuite la désinfection avec un produit qui sentait le liquide de nettoyage. On nous donne enfin de quoi nous habiller. Il y avait des vêtements de toutes les tailles qui venaient certainement des anciennes déportées qui avaient disparu. Ils étaient plus ou moins grands, chauds ou trop légers. On ne choisissait pas. Les chaussures étaient de toutes les tailles. Nous nous les sommes échangées lorsque nous avons pu le faire. Enfin, nous voilà à l’entrée d’un bloc habitable qui sera, pendant cinq ou six mois, notre demeure en captivité, jusqu’au mois de novembre 1944. Dans une fenêtre du bloc, une grande vitre reflète nos visages. Un grand rire rauque sort de notre gorge, ma sœur et moi ressemblions à deux petites souris !

427Nous passons notre première nuit en captivité au bloc. Nos lits sont constitués de planches formant des étagères d’environ 1,60 m. de largeur et superposées les unes aux autres sur trois hauteurs de 50 à 60 centimètres. Nous couchons à cinq et six déportées, bien tassées les unes à côté des autres. Après une nuit de cauchemar, un cri : c’est l’appel. Ce cri, ces deux mots hantèrent souvent mes nuits. Cela signifiait se lever, aller dehors, rangées par cinq pour contrôler le nombre de déportées. Tout le camp devait s’exécuter. C’était dehors, avec un temps glacial, parfois de la pluie, parfois de la neige, presque rien sur le dos et cela durait souvent, une, deux ou trois heures, suivant les jours.

428Ensuite, des déportées accompagnées de la kapo allaient chercher le café, une espèce d’eau noirâtre dans des baquets en bois. C’était la distribution de pain, un pain à se partager à trois accompagné d’une part de margarine. C’était notre repas de la journée, car, après l’appel, nous partions en commando pour travailler, accompagnées d’une musique jouée par un orchestre de femmes et encadrées par des SS sans oublier les chiens. On ouvrait les grandes portes du camp et nous voilà encore en marche pour aller sur le terrain et creuser avec des pioches et des pelles des tranchées et transporter des pierres, qui, parfois, nous glissaient des mains et tombaient sur nos pieds. Debout dans les tranchées, les SS s’amusaient avec leurs chaussures à clous, à monter sur nos épaules ou sur notre tête. Un simple cri de douleur et cela nous valait un coup de pied qui nous faisait taire.

429Le soir, après le travail, même scénario : marche, rentrée en fanfare et l’appel. Ensuite, une soupe plus ou moins bonne. Puis, nous étions enfin libérées pour la soirée, qui était courte. Parfois, il y avait une sélection qui signifiait l’envoi au four crématoire. Le bloc était alors fermé, il était interdit de sortir.

430Pour faire nos besoins, il y avait un seau près de la porte. Prise d’un besoin pressant, une amie Jeannette ou Rosette, qui était aussi de Marseille, me montre une brouette pleine d’eau, remplie par des maçons, au fond du bloc. Elle surveillera la kapo, me dit-elle et m’avertira en cas de danger. Mais les Russes et les Tchèques déportées de droit commun, m’ont vue. La kapo avertie par elles, arrive « les poings faits » et me donne une raclée. Elle ne pouvait pas me tirer les cheveux qui étaient encore très ras ; elle redoubla alors de colère, me frappa sur la tête et sur le visage et je criais de rage en français : « Tu ne peux pas tirer mes cheveux, tu ne peux pas les tirer ! » Un autre soir, deux camarades parisiennes accusèrent la kapo de prélever des morceaux de viande et des pommes de terre, qui, bien rarement se trouvaient dans la soupe. Après une « rouste » bien corsée, elles ont passé toute la nuit à genoux soulevant une chaise entre leurs mains.

431Ma sœur, ayant la dysenterie, a été envoyée à l’infirmerie deux ou trois mois avant Noël. Je ne l’ai plus jamais revue.

432Novembre 1944. Les canons tonnent, les Russes ne sont pas loin. Il y eut de nouvelles sélections pour le four crématoire. Toute nue pour le triage, j’ai très peur car j’ai une grosse plaie sur le bras, je la cache avec mes vêtements que je tiens. Un SS me regarde, me touche et me pousse vers la sortie. En poussant un soupir de soulagement, je cherche Marie Louise, une déportée de Paris, qui aurait dû être derrière moi à la sortie du bloc. Elle n’est pas là et d’autres camarades non plus. Quelle peine ai-je pu ressentir ! Elles sont passées à la sélection.

433Les alliés sont aux portes du camp. Il faut l’évacuer. Alors, on nous a mises dans un train, sans en connaître la destination. Quelle direction a-t-on prise ? La Pologne ou l’Allemagne ? Nous voilà dans un nouveau camp, appelé Malchow, un commando de Ravensbrück où nous avons travaillé dans une usine souterraine d’armement. Les conditions de travail étaient meilleures. Il n’y eut pas de coups, pas de blessures, mais beaucoup de fatigue. Nous travaillions toute la nuit après avoir pris une soupe. Le matin, l’équipe de jour prenait la relève et nous rentrions au camp. Quel changement ! Nous pouvions dormir un peu et nous reposer. Parfois, des prisonniers de guerre français venaient faire des dépannages à l’usine et sifflaient toujours des chansons de Charles Trenet qui étaient devenues des « tubes » en France. Lorsqu’ils pouvaient nous parler, ils disaient : « C’est bientôt la fin, c’est bientôt ». Cela nous donnait de l’espoir. Lorsqu’il y avait des alertes, nous arrêtions le travail. Plus tard, nous avons quitté l’usine pour aller à Dora, un commando de Buchenwald. Là, c’était vraiment le repos ! Mais une bronchite me fatiguait. Petit à petit, tout est rentré dans l’ordre. Puis un jour, les SS semblèrent être devenus fous. Notre séjour n’a pas duré longtemps. Nous allions encore partir après l’appel. Ils nous ont dit que nous n’aurions rien à leur reprocher et que nous allions partir. Toujours par colonne de cinq, nous sommes retournées sur les routes. C’était fin mars 1945. Nous avons erré pendant une quinzaine de jours, traversé de nombreux villages, mangé ce que nous trouvions sur notre chemin, c’est-à-dire pas grand-chose, du blé mûr qui poussait dans les champs, parfois un fruit volé à la hâte, sinon de l’herbe bien fraîche. Nous prenions de l’eau où nous en trouvions. C’était difficile de quitter la colonne pour pouvoir prendre quelque chose, car les SS et les chiens étaient toujours là.

434La colonne si longue devenait de plus en plus petite. Les gens mouraient d’épuisement, de maladie ou étaient fusillés sur la route, car ils ne pouvaient plus avancer. Un jour, morte de fatigue, j’avais la dysenterie, je me suis arrêtée sur le bord d’un talus. Le SS m’a regardée, le fusil sur son épaule, mais a continué sa route. La colonne s’éloignait et je ne pouvais plus la rejoindre. Mes amies de captivité, Léa et Régine, deux Parisiennes m’ont rejointe. En nous consultant du regard nous avons pris la décision (étant seules, sans gardes, ni chiens) de repartir dans le sens opposé à la colonne. Après avoir fait une pirouette nous chantions : « Nous sommes libres, nous sommes libres ».

435Tout en marchant, nous avons retrouvé un peu de sérénité et avons finalement bien réalisé que nous étions libres. C’était le 23 avril 1945.

436En traversant un village, nous avons rencontré un prisonnier français qui travaillait chez des paysans. Ils nous ont cachées dans une meule de foin et le soir venu, nous ont apporté de la boisson ainsi qu’une marmite pleine de riz bien gras et un petit verre de schnaps. En buvant ce petit verre, notre organisme a été tout chamboulé. Heureusement, le riz bien gras nous a un peu calmées. Nous l’avions mangé avec une grande gloutonnerie. Nous aurions pu en mourir ! Les paysans nous disaient en allemand : « C’est pour vous remonter le moral ». Ils nous ont fait prendre un bain dans une remise et dormir dans la grange. Ils nous disaient qu’ils ne savaient pas et qu’ils n’étaient pas au courant de toutes les forfaitures que nous avions subies. Le lendemain, un bon café au lait bien chaud nous a remises à peu près d’aplomb. Pour nous, la guerre était finie. Mais proche de nous, il y avait des Allemands qui résistaient et tiraient sur les avions qui volaient au-dessus de nos têtes. C’était une alerte. Cachées dans une cave avec les paysans et les villageois, les bombardements étaient violents. Le calme revenu, nous sommes sorties et avons découvert le village tombé en ruines. Nous sommes encore sorties indemnes de ces embûches.

437Il fallait partir retrouver les Français pour nous rapatrier. Nous étions en zone russe occupée. Mais une défaillance de mémoire m’empêche de me souvenir du nom des villes que nous avons traversées pour aller à la jonction de l’Elbe et trouver les bureaux de rapatriement français. En faisant du stop, Régine qui connaissait un peu le russe, explique à un chauffeur de camion le but de notre voyage. Il finit par nous prendre dans son véhicule. Arrivées près d’un carrefour, nous sommes descendues et le chauffeur aussi pour nous montrer la route. Nous nous sommes alors rendu compte qu’il titubait et qu’il était dans un état d’ébriété très avancé. Nous avons eu encore de la chance de nous retrouver saines et sauves.

438Dans la ville de Rieza (peut-être !), des prisonniers français fêtaient le 1er mai avec de petits drapeaux bleu, blanc, rouge, qu’ils ont partagés avec nous ; parmi eux, deux parachutistes engagés dans l’armée anglaise mais encore mobilisés. Ils attendaient leur rapatriement sur Marseille. Ils nous ont beaucoup aidées à trouver un pied-à-terre, des vêtements convenables, à nous maintenir propres et à trouver un endroit où dormir. Tous les jours, ils nous apportaient de la nourriture et ont pris notre adresse en espérant pouvoir apporter de nos nouvelles à nos familles respectives non déportées. L’un d’eux s’appelait Camille. Il tint parole, car le jour même de mon arrivée à Marseille, il est arrivé à la maison pour porter la bonne nouvelle à ma famille. Pouvoir encore le remercier de sa gentillesse a été pour moi une grande joie.

439Arrivées au point de jonction des zones occupées, les Français et les Russes nous ont alors fait une haie d’honneur lorsque nous avons traversé l’Elbe. Le fleuve passé, nous étions enfin prises en charge par les Français.

440Après 40 jours de pérégrinations depuis le 23 avril, nous arrivons enfin à l’hôtel Lutétia à Paris le 4 juin, puis à Marseille le 13 juin 1945 où j’ai retrouvé ma sœur Rachel et mon petit frère Élie qui venait tous les jours à la gare Saint-Charles pour voir si j’arrivais. Le train de Paris-Marseille de 20 heures du 12 juin était bondé de prisonniers. Il n’y avait plus de place pour monter. Malgré le mois passé en Allemagne où j’ai été assez bien nourrie, j’étais encore très maigre. Les prisonniers m’ont prise en poids par une des fenêtres du train et m’ont installée sur un siège qu’ils ont libéré pour moi jusqu’à Marseille.

441Je suis revenue rue Chaix où je suis restée avec mon frère et ma tante maternelle Daisy, célibataire. Après un mois de repos aux Camoins (j’avais 20 ans), j’ai repris mon travail de couturière, place Félix Barret, chez mon ancienne patronne qui avait continué à payer pour moi la sécurité sociale durant la durée de la guerre. Mon frère est devenu fourreur chez un patron dont l’atelier était dans sa demeure. Je me suis mariée en 1952 et la vie a repris tous ses droits, avec ses joies et ses peines, mais toujours libre, ce que j’apprécie tous les jours malgré ce retour au passé qui revient souvent comme un cauchemar lointain et imaginaire.

Photographies : collection privée Gilda Sciaky

Photographies : collection privée Gilda Sciaky

Nelly SCIAKY 18 ans décédée à Auschwitz. Photo prise en 1941

Solange SCIAKY Leur mère, 40 ans, décédée à Auschwitz

Gilda SCIAKY
Rescapée d’Auschwitz. Photo prise le 15 juin 1945, deux jours après son retour à Marseille et 40 jours après sa libération

442Lettres de Régine à Gilda Sciaky. Régine, Gilda et Léa se sont sauvées ensemble le 23 avril 1945 des colonnes de la « marche de la mort ».

4435 janvier 1947

444Chère petite amie,

445Ta petite carte est charmante, merci mille fois de tes bons vœux… Ce que je dis là, c’est bien simple, surtout ne te moque pas, car c’est sincère et tu le sais bien.

446En effet, que de souvenirs, que d’émotions en songeant au passé, c’est malgré nous que nous y revenons à ce passé rempli de peines, de misère. Comme tu le dis, les baraques gelées, l’appel, la neige, « la soupe », si l’on pouvait appeler cette pâtée à cochon, de la soupe. Le pain noir et moisi, la bagarre pour avoir un pain à peu près droit pour pouvoir le couper, te rappelles-tu tout cela, petite amie. Les WC en commun, la douche avec tout le ravitaillement dans les mains, la bagarre encore pour aller dans un bon commando, ou pour rester au « block », les longues marches avec nos mauvaises galoches, les pieds entourés de ces sales chiffons. Mon petit couteau est là, s’il pouvait parler, tout cela est passé mais non effacé dans nos mémoires et puis encore nos longs bavardages sans fin, nos plats cuisinés. Verbalement, nos projets d’avenir, sans savoir à ce moment-là, si nous sortirions vivantes de cette tragédie humaine, nos vêtements en guenille, le ventre creux et… Je crois qu’il est temps de cesser… Il est temps de terminer mon bavardage pour aujourd’hui, en attendant de te lire bien vite et longuement, je t’embrasse petite sœur bien affectueusement.

447Papa t’envoie ses bons souvenirs et mes meilleures pensées autour de toi.

448Régine

Victoria BENBASSAT née MATALON. Matricule : A. 76157

449Toute ma famille a été fortement touchée par les déportations de Marseille, en particulier mes deux parents, ma sœur et moi.

450Je suis née à Smyrne, en Turquie, le 2 septembre 1924. Mon père et ma mère y sont nés aussi. Mon père Juan, né le 19 septembre 1892, est parti très jeune en Argentine y retrouver de la famille et du travail. Il a pris la nationalité argentine. Au cours d’un séjour à Smyrne, il a rencontré ma mère Esther Gategno. Née en 1906, devenue orpheline très jeune, elle a été élevée par une famille qui l’utilisait comme domestique.

451Après ma naissance, le 2 septembre 1924, mon père n’est plus reparti en Argentine, mais a décidé d’émigrer à Marseille avec sa famille. Au début, comme beaucoup de nouveaux immigrants juifs venant de Smyrne, d’Istanbul ou de Salonique, nous nous sommes installés à l’hôtel Beauvau dans le quartier de l’Opéra. Tout le monde se retrouvait au bar Lévy et les propriétaires aidaient les gens à trouver du travail et un logement et Moïse Beraha, traducteur juif s’occupait des papiers. Mon père dynamique et travailleur a vite trouvé une activité et nous nous sommes installés rue Sainte-Barbe, dans un petit appartement que nous avons habité jusqu’à la déportation. Ma sœur Suzanne est née là, le 24 septembre 1928. J’ai fréquenté l’école communale du boulevard des Dames, près de la porte d’Aix. Vers mes 12 ans, peu intéressée par les études, mes parents m’ont placée dans une famille arménienne pour apprendre la couture, mais je n’y suis pas restée très longtemps, grâce à la très rapide réussite professionnelle de mon père. Je suis donc retournée à la maison où j’aidais ma mère dans les tâches ménagères. Nous avions acheté une maison à la Rosière, près de Beaumont, et nous y venions les week-ends et aux vacances. Nous étions une famille religieuse mais sans excès. Nous respections le Shabat et achetions la viande cacher chez Descotte, rue de la République. Ma mère achetait les poulets et les faisait tuer de façon rituelle à la rue Caisserie. Il y avait beaucoup de magasins orientaux rue de la Mure où les juifs de Turquie en particulier venaient s’approvisionner.

452En 1942, j’ai eu 18 ans. Mon père a alors décidé de me marier. Le choix de mon futur époux a été discuté et mis entre les mains de femmes « spécialisées » dans ce genre de tâche. Ernest Benbassat, 25 ans, m’a été présenté. Je me suis réfugiée dans la cuisine avec ma sœur. Ma mère est entrée pour connaître mon opinion. Devant mon refus, elle m’a menacée des foudres de mon père. J’ai donc cédé. Ernest était forain. Abandonné par son père, il avait été élevé par sa mère qui a travaillé durement pour faire vivre ses six enfants. Le mariage religieux s’est déroulé à la maison de la Rosière. La présence des Allemands à Marseille nous a empêchés d’aller à la synagogue. Après notre mariage, nous sommes allés habiter avec mes parents, rue Sainte Barbe. Mon père a été arrêté en tant qu’étranger argentin et envoyé au camp du Vernet.

453À la fin du mois de février 1944, comme à l’accoutumée, je me suis rendue à la Rosière pour rester deux ou trois jours avec ma mère. Mais suite à une dénonciation, un milicien est arrivé et nous a demandé de le suivre au 425 rue Paradis. Paniquée, je voulais au moins que mon mari sache ce qui nous arrivait. Je lui ai demandé d’aller l’avertir à notre domicile de Marseille. En échange de ce service, je lui ai donné un bijou. Non seulement il y est allé, mais il ne l’a pas fait arrêter. La chance a eu raison de mon innocence.

454Nous sommes restées environ deux semaines aux Baumettes, puis ce fut Drancy où nous sommes arrivées le 14 mars. Beaucoup de juifs marseillais étaient là. Nous en sommes parties pour le convoi n° 70 du 27 mars 1944. Les wagons à bestiaux étaient surchargés. Des femmes enceintes criaient. Le train s’est arrêté deux ou trois fois pour que nous descendions nous soulager et chaque fois, nous recevions des coups. Avant de partir, on nous avait distribué un pain pour trois personnes, un morceau de saucisson et un peu d’eau. Après deux ou trois jours d’enfer, le train s’est arrêté. C’était Auschwitz-Birkenau. Les portes se sont ouvertes. Il a fallu laisser tous les bagages et très rapidement se mettre en file. Tout aussi rapidement, des déportés en habits rayés nous disaient de donner les enfants aux personnes âgées. La plupart des femmes le faisaient sans comprendre. Deux files se sont faites : d’un côté les femmes, les enfants et les personnes âgées et de l’autre les hommes et les femmes jeunes et adultes en âge de travailler. Toutes les trois, ma mère Esther, Suzanne et moi, nous nous sommes retrouvées dans la file des « travailleurs ». Conduites dans un bloc, il a fallu se déshabiller. On nous a rasées et tatouées. J’ai eu le numéro A. 76157. Nous avons été conduites dans le bloc de quarantaine. Durant notre séjour dans ce bloc, ma sœur Suzanne est tombée malade. Elle a contracté la dysenterie. Son état était si grave qu’il a fallu la conduire au « revier », à l’infirmerie du camp. Elle a été gazée et a disparu dans les fumées des fours crématoires.

455Nous avons ensuite été envoyées dans un commando où il fallait faire de longues tresses avec des morceaux de tissu que nous devions déchirer puis tresser et enfin constituer une grosse pelote bien ferme. Les Allemands passaient dans nos rangs et tiraient sur les tresses pour vérifier leur solidité. Ma mère n’allait pas assez vite. Je volais des morceaux de tissu aux voisines pour l’aider. Si à la fin de la journée, notre travail était apprécié, nous obtenions un morceau de pain. Chaque fois que la vérification approchait, ma mère tremblait de peur.

456Dans le bloc un groupe de femmes avait pris l’habitude de se réunir autour d’elle, le soir après le travail ou le dimanche. Maman leur faisait les cartes. Comment avait-elle obtenu ce jeu de cartes ? Nul ne le sait. Mais elle pratiquait la voyance au camp. La chef de bloc venait souvent la consulter. Grâce à ce « don », elle la protégeait et lui donnait un petit supplément de pain ou de saucisson. Maman a utilisé cette situation pour me sauver. J’étais petite et maigre, j’avais et j’ai toujours eu un ventre bien arrondi. Ma mère avait peur que je ne supporte pas longtemps le travail beaucoup plus pénible que l’on faisait dans d’autres commandos où je pourrais être envoyée. Elle a réussi à la persuader que j’étais enceinte. Personne dans le camp n’avait ses règles. La chef de bloc en a informé ses supérieurs et j’ai été conduite dans le bloc des femmes enceintes situé dans un coin du camp. Ma condition de vie a complètement changé. Il y avait des lits avec des draps et des couvertures. La nourriture était plus abondante et riche. Nous mangions des soupes de semoule et avions un peu plus de pain, de saucisses et même du fromage. Il n’y avait pas de surveillance médicale. Les femmes étaient là, le temps de leur grossesse, assez bien nourries et bien traitées. Aucun travail n’était demandé. Je pouvais sortir du bloc, aller voir ma mère dans le sien, à son retour du travail ou le dimanche. Elle pouvait venir me voir aussi. Ida, une amie rescapée du camp, se souvient encore aujourd’hui de la bonne soupe de semoule qu’elle a mangée lorsqu’elle est venue dans mon bloc. Je voyais les femmes arriver à terme et disparaître. J’y suis restée trois ou quatre mois. Personne ne prêtait attention à moi plus qu’aux autres. Mais, moi je savais que je n’étais pas enceinte. C’était impossible. J’étais mariée, mais toujours vierge à la suite d’une anomalie congénitale qui sera résolue par une opération chirurgicale après la Libération.

457Je commençais à avoir très peur. Il fallait que je sorte rapidement de ce bloc. Ma mère s’est de nouveau débrouillée pour que je le quitte. J’ignore ce qu’elle a inventé. Cette facilité démontre malgré tout la relative désorganisation qui pouvait exister parfois au camp. Le bloc des femmes enceintes semblait bénéficier de conditions extrêmement relâchées par rapport au reste du camp. Il n’y a jamais eu d’appel. Nous n’étions jamais comptées. Je suis donc retournée dans le même bloc que ma mère. Mais nous avons été très vite séparées. Maman a changé de commando de travail. Elle est partie construire des routes. Puis, vers le mois de décembre 1944, on l’a fait monter dans un des nombreux convois qui transportaient les déportés vers d’autres camps. Elle est partie travailler dans des mines de sel en Allemagne. Les Allemands commençaient à disperser les déportés parce que les Alliés approchaient.

458Des milliers d’autres détenus ont quitté le camp à pied. C’est ce que l’on a appelé la marche de la mort. Moi je suis restée dans le camp avec les déportées trop faibles pour marcher. J’étais malade, je venais d’attraper le typhus.

459En janvier 1945, des camions se sont arrêtés devant notre bloc. Des Allemands nous ont distribué une couverture grise et nous ont demandé de nous en couvrir. On allait venir nous chercher. Nous avions compris que nous allions mourir. Au moment de monter dans les camions, les Russes sont arrivés. Ils nous ont fait rentrer dans nos blocs. Nous sommes restées là pendant environ deux mois pendant lesquels j’ai été soignée avec les moyens qu’ils possédaient. Puis nous sommes parties à Odessa, en train. Là, nous avons été mises dans des camps où nous avions des lits et où j’ai pu être bien soignée. Lors de ma convalescence, je pouvais sortir du camp, mais il fallait respecter des horaires et il ne fallait s’exprimer qu’en français. Enfin, j’ai été ramenée à Marseille dans un bateau anglais, accompagnée de quatre Russes. Nous avons débarqué au cap Janet. On m’a demandé si j’avais de la famille à Marseille. Si mon mari ne venait pas me chercher, on me renverrait en Pologne car je suis étrangère. Par chance, un policier m’a reconnue, et, bouleversé, est allé prévenir mon mari avant que l’on ne me rembarque. Nous sommes alors retournés à la Rosière. Les Allemands l’avaient occupée et il n’y avait plus rien. Tout avait été pillé. Quelques jours plus tard, un homme s’est présenté à la maison, c’était un résistant qui revenait des camps de concentration et qui avait été placé à l’hôpital Saint-Joseph à son arrivée à Marseille. Il y a rencontré ma mère qui se trouvait là elle aussi. À sa demande il est venu à la Rosière nous en avertir. Deux voisines sont allées la chercher et ne l’ont pas reconnue, tellement elle était maigre et affaiblie.

460Ainsi j’ai retrouvé mon mari qui n’avait pas été déporté et maman, rescapée comme moi. Ma sœur Suzanne n’est pas revenue et mon père non plus. Nous avons appris que papa avait été déporté à Auschwitz dans le convoi n° 75 du 30 mai 1944. Il souffrait d’une phlébite et boitait. En arrivant au camp il a dû être orienté dans la file des malheureux qui n’allaient pas survivre.

Suzanne MATALON. Déportée et gazée à Auschwitz-Birkenau, convoi n° 70 du 27 mars 1944. Collection privée, Victoria BENBASSAT, née MATALON

Suzanne LAUGIER née COHEN. Matricule : A. 5482

461Je suis née le 27 juillet 1918 à Philippopolis en Bulgarie. Aujourd’hui c’est la ville de Plovdiv.

462Je n’ai pas été la seule déportée de la famille. Il y eut aussi ma tante Suzanne Lévy déportée à l’âge de 50 ans et qui est revenue aussi. Mes parents sont originaires de Sofia en Bulgarie. Mon père Nessim Cohen est né en 1885 et ma mère Esther est née en 1891. Papa tenait un magasin de volailles et d’œufs. Ils se sont connus et mariés à Sofia. Lorsqu’ils sont venus, vers 1919, à Marseille ils avaient déjà trois enfants : Vitalis né en 1911, Jacques né en 1913 et moi-même née en 1918. On m’appelait Suzanne ou Sultana. Mon père rêvait de venir en France. C’était pour lui le pays où tout était possible.

463La famille s’est installée boulevard Baille. Papa a cherché du travail et en a trouvé assez rapidement chez des grossistes en volailles et en viande à la maison « Batilana ». Puis nous nous sommes installés vers le Panier, rue Caisserie. Mon jeune frère Salomon y est né en 1921. La famille a obtenu alors la naturalisation. Mes parents n’étaient pas très pratiquants. Ils respectaient les fêtes et se rendaient alors à la synagogue Breteuil. J’étais fiancée à Roger Cohen. Dénoncé, il a été arrêté avec son père et son frère dans le bar familial, place de l’Opéra. Ils se sont évadés du train les transportant à Drancy. Le père est mort en tombant. Le jeune frère a été fusillé sur place. Seul Roger put se sauver et retourner à Marseille. Mes parents l’ont recueilli chez nous, à la campagne, à La Bourdonnière près d’Allauch où nous étions installés en location par peur des rafles. Nous étions des amis d’enfance, mais sa mère ne voulait pas de ce mariage. Alors mes parents lui ont demandé de quitter la maison. Au lieu de rejoindre sa famille réfugiée à Sénas, il a trouvé refuge à Marseille chez un couple d’amis dont l’épouse était catholique afin de pouvoir rester près de moi.

464Je travaillais alors dans une maison de couture, rue Saint-Ferréol. Un jour, fait très rare, j’y suis arrivée en retard. La Gestapo venait de passer pour m’arrêter. Une convocation m’attendait pour me présenter au 425, rue Paradis. J’en ai informé mes parents et nous avons décidé que je me cacherais. Sans les prévenir, j’ai rejoint mon ami Roger au dernier étage d’un appartement, rue Pavillon. Nous ne voulions pas nous séparer. J’ai même, pour cela, refusé l’offre faite par ma patronne de me cacher en Avignon. Début mai 1944, un ami intime est venu me voir pour m’annoncer que ma mère avait été arrêtée, mon frère et mon père ayant pu se cacher dans les collines. Il m’a dit qu’avec de l’argent, elle pourrait se faire libérer grâce à la famille Guérini. Je suis allée chercher l’argent et les quelques bijoux que j’avais et je les lui ai donnés. Le lendemain, il est revenu m’assurer qu’il avait bien fait remettre cet argent à ma mère et que tout irait bien. Le soir même, le 2 mai 1944 nous avons été arrêtés à notre tour.

465Nous préparions une petite fête avec Esther et deux autres amies catholiques, Angèle et Andrée. Nous montions à notre appartement les mains chargées de courses faites au marché noir et au moment où nous mettions la clé dans la serrure, sont sortis des WC installés sur le palier, deux Allemands et un Français revolvers au poing. Ils nous attendaient. Nous avions été dénoncés par l’ami qui est venu chercher l’argent pour ma mère. Il nous a tous dénoncés, ma famille et nous. Les trois personnes venues nous arrêter savaient tout de nous. Nous avons été conduits tous les cinq à la rue Paradis, au siège de la Gestapo. Les deux amies catholiques ont été relâchées et même mon amie Esther, grâce à un ancien camarade devenu milicien. Je lui en ai voulu de n’avoir rien pu faire pour moi. Je suis restée environ une semaine aux Baumettes, puis un soir, j’ai été conduite avec d’autres à la gare Saint-Charles, mise dans un compartiment sous la garde de la Gestapo et de la milice. Nous allions à Drancy. En cours de route, un jeune soldat allemand est venu me chercher, m’a pris la main et m’a conduite dans un compartiment éloigné du mien. J’ai vu mon fiancé menotté au milieu d’autres hommes dans la même situation que lui. Le jeune soldat avait accepté la requête de Roger qui savait que j’étais aussi dans ce train. Nous nous sommes promis de nous marier à la fin de la guerre. C’est la dernière fois que je l’ai vu.

466Je suis arrivée à Drancy. J’ai partagé une chambrée avec d’autres. Je ne savais pas alors que ma mère était là aussi, je ne le saurai qu’à mon retour à la Libération. Elle n’avait bien sûr pas reçu l’argent et les bijoux que j’avais donnés à cet « ami ». Elle y est restée plusieurs mois et a réussi à quitter le camp de Drancy libre grâce à son intelligence et à sa ténacité. Personne dans la famille n’avait fait tamponner sa carte d’identité de la mention « Juif ». À chaque interrogatoire, depuis son arrestation à Marseille mais aussi à Drancy, elle disait qu’elle ne savait pas où était son mari parce qu’elle l’avait quitté depuis longtemps parce qu’il était juif et pas elle. Son nom de jeune fille était Rodrigue. Elle était catholique. À Drancy, elle se disait catholique orthodoxe. Un jour, la kommandantur la convoqua et lui demanda de réciter une prière. Il n’y avait pas de traducteurs. Ma mère alors récita en bulgare une poésie enfantine. Le lendemain, désespérée et certaine d’avoir été découverte, elle s’apprêtait à dire la vérité lorsqu’on lui signala sa sortie du camp en tant que non juive.

467Quant à moi, dans la nuit du 12 mai 1944, on nous a réunis au milieu de la nuit, puis entassés dans des wagons à bestiaux. Ce fut la débandade. Personne ne voulait monter. On nous frappait. Nous étions entassés comme des animaux. Je revois toujours une jeune femme avec son bébé, une petite fille nommée Tina. Au milieu du wagon une grande tinette tenait lieu de WC, on se retenait mais elle fut vite pleine et débordait en éclaboussant les gens. Le voyage a duré deux ou trois nuits. Ce fut déjà l’enfer. Le train enfin stoppa. Les portes s’ouvrirent à grands fracas, dans le vacarme des cris, des coups de cravache des SS. Il fallait vite descendre. C’était la panique et l’effroi. Nous étions à Auschwitz-Birkenau.

468Il faut se ranger cinq par cinq. Dans les rangs passaient des anciens déportés demandant violemment aux jeunes mères de donner leurs enfants aux personnes âgées. Nous ne comprenions pas. Nous étions perdues. Mon amie a confié son bébé Tina à une femme plus âgée. Deux files se sont formées. Les personnes âgées et les enfants sont montés dans des camions et sont partis. Et moi je me suis retrouvée dans l’autre file avec la jeune mère et d’autres. On nous a fait mettre nues, désinfectées, puis on nous a demandé d’avancer devant des filles assises derrière de grands paniers et au hasard elles nous distribuaient des haillons en guise de vêtement et des chaussures toutes dépareillées. Lorsque j’ai constaté que j’avais un 36 et un 40, je l’ai fait remarquer et une fille m’a frappée et m’a tendu de nouveau les deux chaussures. Les anciennes nous ont vite recommandé de nous taire. Nous n’avons pas été tondues, mais nos cheveux ont été coupés court n’importe comment. Mon numéro de tatouage était le A. 5482. Puis nous nous sommes retrouvées dans un bloc de quarantaine, si nombreuses que nous ne pouvions ni nous asseoir ni nous coucher. Nous étions collées debout les unes contre les autres. Au bout d’un moment on s’écroulait. Dans ma torpeur, j’avais encore gardé du caractère. Une soupe nous était distribuée et nous la mangions dans une écuelle. Un jour, j’étais en train de la boire (nous n’avions pas de cuillère ni rien d’autre) et quelqu’un me frappa à ce moment-là. Mes dents ont fortement cogné le bord de l’écuelle. Je me suis retournée et c’était la chef du bloc. Sans hésitation, je lui ai jeté l’écuelle dessus. Elle a ordonné à deux prisonnières polonaises de m’attraper et j’ai été frappée d’innombrables coups de schlague.

469Après la quarantaine, j’ai été choisie avec 23 autres déportées pour travailler dans les cuisines du camp. Ce commando avait de la chance. Nous mangions mieux que les autres parce que nous pouvions tricher un peu en cachette, c’est-à-dire, avoir une pomme de terre de plus de temps en temps. Nous avions la possibilité d’être un peu plus propres aussi. Nous gardions nos haillons mais ils étaient changés assez souvent. Notre tête était recouverte d’un foulard rouge à la polonaise. Les travaux en cuisine étaient très difficiles. Certaines épluchaient les pommes de terre et en remplissaient de vieilles baignoires. Lorsqu’elles étaient pleines il fallait tout transporter dans un autre endroit de la cuisine pour la cuisson. Il fallait laver d’énormes chaudrons où l’on faisait la soupe. Quand celle-ci était prête, un autre commando prenait les deux anses du chaudron et le transportait dans les blocs. Avec une louche, ils servaient les prisonnières. Mais souvent les femmes qui avaient rempli le chaudron avaient prélevé quelques morceaux de légumes qui s’y trouvaient, puis celles qui le transportaient faisaient la même chose et ensuite c’était les kapos du bloc. Aussi, lorsque la soupe arrivait aux prisonnières, il ne restait que de l’eau. Lorsque la faim nous tenaille, il est difficile de rester digne. La notion du bien et du mal s’estompe. Un morceau de pain était trop précieux. Celles qui ne travaillaient pas aux cuisines marchaient souvent près de l’endroit où l’on vidait les poubelles à la recherche d’une épluchure ou de quelque chose à se mettre sous la dent. Après avoir été remplacée aux cuisines, après un travail de six mois environ, par des prisonnières de droit commun allemandes et polonaises, j’ai fait la même chose.

470J’ai ensuite travaillé dans un commando de terrassement. Il fallait sans cesse transporter d’énormes pierres et creuser des trous. J’ai travaillé ensuite dans un commando dont la tâche était de constituer de grosses pelotes de détritus de tissus qu’il fallait déchirer en lanières fines et tresser. Il fallait que la pelote soit bien grosse et bien dure. Les miennes étaient toujours trop molles et je prenais des coups sur la tête tous les soirs. Nous travaillions constamment dans un nuage de poussière rempli de microbes. Beaucoup en sont mortes. Même malades, nous évitions d’aller à l’infirmerie par peur de la sélection. La peur ne nous quittait jamais. Après le travail, il y avait aussi très souvent des rafles dans le camp. Nous devions être trop nombreuses, il fallait anéantir, faire disparaître. C’était l’affolement. Certaines se jetaient dans les fossés, d’autres dans les trous des latrines, ces latrines avec tous ces trous où l’on se retrouvait toutes côte à côte, avec nos maladies. Au début c’était affreux, il fallait évacuer tout amour-propre et toute pudibonderie. Puis, nous nous sommes habituées. C’était devenu le lieu de conversation, le lieu où l’on apprenait ce qui se passait dans le camp, bref presque un lieu de détente. Il fallait se débrouiller sans papier et sans savon. J’utilisais des morceaux de doublure d’un vieux manteau que j’avais pu obtenir en échange de quelques pommes de terre lorsque j’étais aux cuisines. Un soir de décembre 1944, les SS nous ont réveillées et ordonné de nous mettre rapidement en colonnes. Un morceau de pain et un peu de saucisson nous ont été distribués et nous avons commencé une longue marche. Les SS évacuaient le camp à l’approche des armées alliées. Nous étions des milliers à marcher jour et nuit par colonnes de cinq. Des camions suivaient cette foule. J’étais si épuisée que je dormais et rêvais en marchant. Les traînards étaient exécutés. Il y avait de plus en plus de cadavres. Après plusieurs jours et plusieurs nuits, je ne pouvais plus avancer. La colonne s’éloignait. J’ai senti alors le fusil d’un SS dans le dos. J’étais paralysée d’effroi. J’ai cru ma dernière heure arrivée. Alors le SS, avec son fusil m’a poussée et j’ai pu ainsi rattraper la colonne qui s’est arrêtée très peu de temps après. Nous avons passé la nuit dans une grange. Depuis le départ, nous n’avons eu ni nourriture, ni boisson. Nous sommes reparties le matin et avons marché toute la journée et toute la nuit. Puis nous avons été entassées dans des wagons découverts. Il pleuvait. Nous avons roulé ainsi jusqu’à Neuestadt.

471Dans le camp, nous avons été regroupées en chambrées. On ne travaillait plus. Les Allemands perdaient la guerre. C’était la désorganisation. Il n’y avait pas de ravitaillement. Nous traînions dans le camp, ne sachant que faire. Alors nous passions notre temps à nous enlever les poux qui pullulaient sur nos têtes. Nous n’avions aucune hygiène et souffrions de la faim et de la crasse. Nous avons vécu ainsi jusqu’au jour où un Allemand nous rassembla et nous parla : « Mes enfants, les Alliés approchent, vous allez rentrer dans vos blocs et attendre ; fermez portes et fenêtres ». Nous les avons vus ranger leurs affaires, brûler des papiers et partir. Nous avons attendu deux ou trois jours. Des prisonniers de guerre du camp proche du nôtre sont venus et chaque nationalité cherchait les gens de sa nationalité.

472Les Russes sont arrivés, puis les Américains. J’étais malade depuis quelques jours et alitée. Je ne pouvais plus marcher. Les Américains m’ont transportée dans l’hôpital le plus proche. On me donna une chemise de nuit et on me porta dans un lit avec de beaux draps blancs. Je n’ai pas eu de soins, il n’y avait rien, mais j’ai mangé. À mon arrivée à l’hôpital je pesais 29 kg. Après tant de privations et d’absence de nourriture, j’ai repris 3 kg durant le mois où je suis restée là. Puis, nous avons été rapatriées à Paris à l’hôtel Lutétia. Il me semblait luxueux.

473Quelques jours après, je suis rentrée à Marseille où je suis arrivée le 31 mai 1945. Beaucoup de gens venaient à la gare Saint-Charles en spectateurs. L’oncle de mon amie était là et il m’a ramenée dans sa camionnette chez moi, rue Saint-Saens. Mes parents n’étaient pas là. Il y avait seulement mon frère Victor qui ne me reconnaissait pas. Une demi-heure après, l’appartement était envahi de monde qui venait me montrer des photos pour savoir si j’avais vu leurs parents. Je suis allée ensuite à La Bourdonnière où j’ai retrouvé ma famille. Maman m’a raconté son arrestation. J’ai ainsi appris que mon fiancé avait été conduit au camp de Kaunas. Avant d’évacuer le camp, à l’arrivée des Alliés, les Allemands les ont fusillés.

474Puis, la vie a repris doucement. J’étais trop maigre pour reprendre le travail rapidement. La maison de couture rue Saint-Ferréol avait trouvé une remplaçante. J’ai retrouvé du travail dans une étude d’assurances. Je m’y ennuyais et j’ai pris une place de sténodactylo chez Bouchara, cours Saint Louis, puis de vendeuse. Lorsque le premier Prisunic s’est installé à Marseille, magasin très moderne, au style américain, il recherchait des vendeuses jeunes et jolies. Je me suis présentée et j’ai été acceptée tout de suite. Je me suis mariée en 1950.

Alfred ELKOUBI. Matricule : A. 5168

475Je suis né le 19 juin 1926 à Tlemcen. Mon père et ma mère sont tous deux originaires de Tlemcen. Ils s’y sont mariés au sortir de la première guerre mondiale en 1919. Mon père tenait une épicerie et ma mère avait fondé une filature de tapis et était aussi créatrice de dessins de tapis.

476Mes parents sont venus s’installer à Marseille en 1936 avec leurs huit enfants. J’avais 12 ans lors des accords de Munich. Le président du Conseil, Édouard Daladier, proclamait avoir sauvé la paix, et déjà je savais qu’il y aurait la guerre. Je lisais beaucoup et surtout les journaux. Je me tenais au courant de tout. En 1940, avec la guerre, nous savions que nous étions en sursis. Mes parents s’interrogeaient souvent sur la nécessité de quitter la France. Mais il fallait avoir les moyens, ce n’était pas facile. Nous sommes donc restés à Marseille. À l’école, chaque matin, le professeur exigeait que l’on chante : « Maréchal, nous voilà ». Au bout de deux ou trois fois, j’ai refusé de me lever et de chanter. Cela lui a profondément déplu, mais j’ai constaté que la moitié de la classe me suivait, si bien que les uns chantaient avec allégresse et les autres non. Après avoir été sanctionné pour ce comportement « subversif », j’ai décidé de quitter l’école et de chercher du travail, afin de rapporter de l’argent à la maison. J’ai débuté chez un corsetier où je faisais des travaux ménagers. Il m’a renvoyé au bout d’une semaine sans explication. Puis, grâce à des appuis, je suis rentré au Comité d’organisation des cafés, chez un grand torréfacteur du café « Le Brésilien ». Mon travail consistait à dédouaner les wagons qui arrivaient à la gare chargés des produits nécessaires à la fabrication du café ou d’un ersatz de café. J’étais très apprécié pour mon efficacité et aimé de tous. Malgré cela, j’ai été renvoyé suite à une lettre officielle que venait de recevoir mon patron lui interdisant d’employer un juif. J’ai donc cherché et trouvé un nouvel emploi dans une société de transports. En même temps, je militais aux Éclaireurs israélites de France. Je m’occupais des enfants orphelins dont les parents avaient été déportés. Il fallait les loger et leur trouver un placement. Et ma mère a été arrêtée le 6 mai 1943 dans un bureau de l’UGIF (rue Plumier). Elle a été conduite à Drancy où elle est restée de mai à juillet puis déportée à Auschwitz dans le convoi n° 58 du 31 juillet 1943 d’où elle ne reviendra plus. Mon père qui se disait un soldat de Pétain, qui avait été parmi les premiers à aller au commissariat pour faire tamponner sa carte d’identité de la mention « Juif », m’a fait écrire tous les jours, durant une semaine des lettres au Maréchal pour qu’il sauve ma mère. « Monsieur le Maréchal, n’oubliez pas que j’ai été votre soldat à Verdun, soyez gentil, libérez la mère de mes enfants ». Mais rien ne s’est passé. Il lui a donc fallu prendre des dispositions pour protéger ses enfants. Deux de mes sœurs, Édith, 21 ans, Reine, 6 ans, et mon frère Charles, 11 ans, ont été placés à Lourdes dans des familles catholiques. Deux autres, Angèle, 19 ans et Éliane, 10 ans ont été cachées chez des amis, en Ardèche, jusqu’à la Libération. Mon chef scout qui craignait pour ma sécurité m’a envoyé dans une ferme près du Mont Ventoux à Saint-Didier. Là, j’ai eu la chance de trouver en la personne de Norbert Morizot un homme exceptionnel que je considérais comme un parent tellement il était bon. Il ne m’a jamais demandé si j’étais juif et insistait toujours pour que je mange davantage pour retrouver un poids normal et oublier la sous-alimentation que nous connaissions à Marseille. Mais j’étais inquiet pour mon père et ma petite sœur restés dans la cité phocéenne et qui se cachaient chaque nuit par peur des rafles et dont les moyens financiers s’épuisaient. J’ai donc décidé de les rejoindre et j’ai repris du service dans la société de transport où j’avais déjà travaillé, 24 rue de la République, et où j’étais apprécié. Et là, un jour, de retour d’un chantier, la secrétaire m’a fait de grands signes par la fenêtre. Elle voulait me faire comprendre que je devais partir immédiatement, en vain. Il y avait un milicien dans le bureau. Dès que j’ai ouvert la porte, il se précipita sur moi et pointa son revolver sur ma tempe et me dit : « si tu bouges, tu es un homme mort ». J’avais été dénoncé. Il m’a emmené chez mon père et ma sœur Marie. Il y avait déjà deux miliciens. Nous avons été conduits tous les trois au siège de la Gestapo, rue Paradis. Les trois miliciens ont reçu chacun une importante somme d’argent en échange de notre arrestation. Nous avons été placés dans des cellules de la Gestapo, puis transférés aux Baumettes pendant huit jours. J’étais avec mon père, c’était l’horreur ! Les toilettes pour nous deux, l’étroitesse de la cellule, nous ne pouvions pas nous parler. Nous commencions déjà à souffrir. Puis ce fut le transport à Drancy. On m’avait mis les menottes malgré mon jeune âge, j’avais 16 ans et j’ai donc pris le train ainsi. Au cours du voyage, j’ai remarqué que je pouvais enlever une planche du wagon et me sauver. J’ai pu enlever les menottes avec une épingle à cheveux que j’ai trouvée. Le SS qui a compris a braqué mon père : « toi, si tu t’en sors, je tue ton père ». Évidemment j’ai remis la planche et je suis resté. À Paris, tout le train a débarqué gare de Lyon, nous étions environ un millier de garçons, de vieillards, de malades, de femmes et d’enfants déportés qui descendions de ce train devant l’indifférence des gens qui passaient sans même nous regarder. Nous sommes montés dans des autobus de la RATP appelée à l’époque la TCRP et, sous la garde des gendarmes français, nous sommes arrivés à Drancy, gardé aussi par des gendarmes français à cette époque encore. Les Allemands ont pris possession du camp plus tard. Nous n’y sommes restés que dix jours. Nous allions partir dans l’est de l’Allemagne où nous travaillerions la terre et retrouverions nos parents, en l’occurrence ma mère pour moi. Nous avons été regroupés gare de Bobigny et là, les SS nous ont fait monter de force dans les wagons à coup de crosse. Nous voilà à 100, 120 personnes par wagons, nantis de deux seaux remplis d’eau et d’un seau vide pour faire nos besoins. Mais nous n’avions pas compris cela tout de suite. J’étais à côté d’une mère dont l’enfant n’a pas cessé de crier pendant trois jours et trois nuits. C’était déjà le début de l’enfer. Trois jours et trois nuits de hurlements avec un père à côté de moi bien fatigué et ma jeune sœur Marie qui se demandait où elle allait arriver. Nous sommes arrivés ainsi à Auschwitz le 23 mai 1943 par le convoi n° 74. C’était l’inconnu. Nous voilà sur la rampe où les trains arrivaient les uns derrière les autres de France, de Hollande, de Tchécoslovaquie, de Belgique, de Hongrie, sans arrêt, sans arrêt ! On nous a d’abord fait descendre des wagons à coup de crosse en nous demandant de laisser nos valises. Puis rangés cinq par cinq sur la plateforme, nous défilions devant un homme habillé d’une blouse blanche (le docteur Mengelé) qui, d’un coup de badine, nous orientait à droite ou à gauche. J’ai eu le bonheur d’être orienté vers la droite, mais mon père a été repoussé vers la gauche. Quant à ma jeune sœur, je l’ai perdue de vue à ce moment-là et ne la retrouverai qu’à la Libération, sauvée. Tout cela se faisait dans les hurlements et l’assaut des chiens qui nous mordaient les mollets. Il fallait aller vite, très vite. Il ne fallait pas qu’on réalise, mais en très peu de temps nous avons compris que nous étions vraiment en enfer. Aucun mot ne peut exprimer à quel point nous étions bouleversés, inquiets, maltraités. Tout de suite après, on nous a déshabillés et, une fois nus, on nous a distribué une veste, un pantalon, une chemise et des chaussures. Puis nous sommes passés en file indienne devant un garçon qui nous a tatoué un numéro sur le bras. Le mien était A. 5168. Il fallait le connaître en allemand pour pouvoir répondre à toute injonction des SS. J’ai commencé à l’apprendre par cœur dès ce moment et à apprendre l’allemand. Ensuite nous avons été dirigés vers des blocs. J’ai eu la chance de me retrouver avec deux amis que j’avais connus à Drancy. Nous avons vécu la souffrance tous les jours. Nous ne mangions pas à notre faim, nous avions une soupe à midi et suivant la place que l’on avait dans la file d’attente, nous avions de l’eau ou de la viande. Les anciens, les droits communs qui avaient un triangle rouge ou ceux qui avaient un triangle vert s’arrangeaient pour être à la fin de la file pour avoir les morceaux de viande. Nous, nous avons toujours eu de l’eau. Le soir, on nous donnait un morceau de margarine qui n’en était pas, mais plutôt un produit de remplacement, une tranche de saucisson et un quart de boule de pain. Beaucoup de déportés en gardaient la moitié pour la manger le lendemain. Il arrivait souvent aussi que l’on se fasse voler sa ration. À Auschwitz, j’ai été envoyé dans différents commandos de travail, tous plus pénibles les uns que les autres. Dans le premier commando où j’ai été envoyé, notre travail consistait à remplir de pavés des wagonnets et à les tirer sur une pente très raide. Gare à celui qui n’avait pas assez de force pour retenir le wagonnet trop lourdement chargé, car celui-ci revenait sur le déporté et l’écrasait sous les rires de nos kapos. J’ai vu ainsi mourir beaucoup de mes amis. Ensuite pendant une quinzaine de jours, j’ai fabriqué des canalisations pour une société de construction, la « Huta ». Le commando qui restera le plus gravé dans ma mémoire est celui « du ciment » pour la firme IG. Farben. Lorsque mes camarades ont appris que j’étais désigné pour celui-ci, ils tremblaient en me disant qu’ils ne me reverront plus. Il fallait charger sur notre dos deux sacs de ciment de 50 kg chacun et courir du wagonnet jusqu’à un point précis en marchant sur un sol plus ou moins plat. Nous étions sous-alimentés, malades et épuisés. Mais j’ai réussi à tenir, l’envie de survivre a été la plus forte. Si un sac tombait par terre ou se déchirait, c’était la mort, un coup de grâce sur la tempe et le déporté tombait. Je connais seulement deux survivants de ce commando et moi-même.

477Mais comment tenir à Auschwitz malgré les coups, les pendaisons, la dureté des conditions de travail et de vie et les appels qui n’en finissaient pas à chaque retour des commandos ? Cela durait des heures et nous devions rester debout et même parfois à genou. C’était la même chose lors des punitions collectives. Si un déporté avait fait une quelconque action qui déplaisait, n’avait pas été correct avec le kapo, c’était rapporté au chef du camp et nous étions tous condamnés à rester debout jusqu’au soir ou à genou dans le plus grand froid ou la plus grande chaleur.

478En rentrant un soir, nous avons été réunis pour l’appel dans la grande cour, une potence a été transportée au milieu et on a pendu quatre ou cinq garçons avec une pancarte chacun sur laquelle était inscrit : « Voilà ce qui m’arrive quand je ne suis pas d’accord avec le national socialisme ». Il a fallu rester toute la nuit, le regard braqué sur les pendus. Je n’oublierai jamais ce moment-là, ni celui des sélections qui étaient monnaie courante. Elles surprenaient tout le monde à n’importe quel moment. Le docteur Mengelé choisissait ceux qui allaient mourir et ceux qui allaient vivre. Ainsi, une fois, à 3 heures du matin, on entendit le coup de sifflet fatidique. Le kapo nous fit tous sortir nus dans le froid devant le block. Un aréopage d’officiers SS est arrivé avec Mengelé en blouse blanche. C’était au petit bonheur la chance. C’est tombé sur un ami à côté de moi qui fermait les yeux, parce que dans la journée, il avait répandu un mauvais engrais qui, avec le vent, revenait sur le visage et abîmait les yeux. Mengelé l’a vu, l’a touché de sa badine et il a dû avancer d’un mètre. Son numéro tatoué a été noté. Un quart d’heure ou une heure plus tard il n’était plus de ce monde.

479C’était toujours l’angoisse mais nous avions fini par sombrer dans une forme d’accoutumance. On s’habituait à la misère, aux coups de bâton, à la faim. On aurait dû avoir la haine, on ne l’avait même pas. On aurait dû pleurer, mais on ne pleurait jamais à Auschwitz. Certains, comme moi, s’étaient faits à l’idée de la mort et, inconsciemment, la provoquaient en frisant le danger. Des hommes étaient envoyés à la mort, d’autres préféraient se précipiter sur des barbelés électrifiés pour mettre fin à leurs jours. Mais nous, les rescapés du jour, nous n’avions qu’une hâte, retrouver nos couches et nos vêtements dans la baraque et dormir enfin !

480Cette vie terrifiante n’empêchait pourtant pas parfois de maintenir une certaine forme de religiosité chez quelques juifs très pieux. Dans certains baraquements, des déportés priaient très discrètement bien sûr, connaissaient les dates des fêtes juives et parvenaient malgré tout à garder une certaine flamme religieuse. Il y avait, dans mon block, un très jeune juif hongrois qui ne mangeait pratiquement rien pour respecter un minimum de cacherout. Il avait échangé son pain contre une ficelle et, tous les matins, il s’en servait comme phylactères pour prier. Un tel acte, avec de vrais phylactères, aurait entraîné la mort immédiatement, mais ce jeune homme avait trouvé un subterfuge, il s’appelait Élie Wiesel.

481À la fin de l’année 1944, nous entendions les canons tonner au loin, les Russes se rapprochaient et nous ne comprenions pas pourquoi ils ne libéraient pas Auschwitz. Leur avancée poussa les Allemands à évacuer le camp. Le 18 janvier 1945 commença alors la « marche de la mort ». Pendant sept jours et sept nuits nous avons marché par-30° en Haute-Silésie, en Pologne. Nous étions plus de 70 000 à quitter le camp et seuls deux ou trois mille ont survécu à cette marche folle. Ceux qui tombaient d’épuisement ou ralentissaient le pas, étaient abattus, il fallait marcher en rang par cinq. À chaque mètre, deux soldats, l’un à droite, l’autre à gauche, encadraient le convoi. Nous marchions sans savoir où nous allions. Tout au long du parcours, au fur et à mesure de l’avancée des Russes, nous croisions des dizaines de camps, pleins à craquer où l’on ne pouvait faire halte pour la nuit faute de place. Au bout de ce calvaire, nous avons aperçu des trains constitués de wagons à plateforme. C’était pour nous. On nous a fait monter à coup de crosse en vue de nous conduire en Allemagne. Nous n’avions rien à manger, ni à boire. Nous avions seulement reçu une boule pain au départ du camp, un morceau de margarine et un bout de saucisson, et plus rien depuis. Il faisait toujours-30°. Nos vêtements et nos chaussures étaient en lambeaux. Dans cet état pitoyable, nous nous sommes retrouvés serrés les uns contre les autres dans ces wagons. Le train a sillonné l’Allemagne en vue de trouver un camp pour nous héberger mais ils étaient tous pleins, alors le train a fait des détours par la Tchécoslovaquie et l’Autriche. Dans ce train, nous avons à nouveau vécu l’enfer, nous commencions à devenir fous, les pires rumeurs amplifiaient notre angoisse. Le bruit courait que les Russes étaient en bout de convoi et commençaient à manger des cadavres et même à tuer des déportés pour manger leur foie. Le bruit arrivait jusqu’à nous ainsi : « Attention, il y a des cannibales dans ce train ». Alors que nous étions dans ce wagon depuis trois jours, un camarade marseillais, brillant avocat avant la guerre, brûlant de fièvre me dit : « Alfred, j’ai résolu le problème, je me suis tricoté un bonnet pour me mettre la tête au chaud, fais comme moi ! ». De la part de cet homme exceptionnel de tels propos renforçaient en nous l’idée que nous allions tous, comme lui, devenir fous ou mourir. Alors, avec deux camarades, nous avons décidé de nous échapper. Mais comment faire pour ne pas être abattus ? Le seul moyen était de faire partie des cadavres que les SS faisaient jeter hors du train, tout nus, tous les matins entre 6 et 7 heures. Pour éviter les tirs des SS placés dans le wagon de tête et le wagon de queue, j’ai eu la mauvaise idée de proposer de sauter au moment où le train entrerait dans une courbe. Des camarades nous ont donc jetés du train et nous sommes tombés dans la neige, c’était le 26 janvier 1945. Mais les SS ont tiré, un camarade est mort sur le coup, j’ignore ce qu’est devenu l’autre. Et moi, j’étais sain et sauf, mais tout nu sur le ballast. J’ai découvert que la ville la plus proche s’appelait Freistadt (Autriche) mais je ne savais pas quoi faire. Alors un garde-voie s’avança vers moi en traîneau, me couvrit d’une pèlerine et me fit monter sans rien me dire. Il m’a conduit près d’une petite maison qui se trouvait en bordure de la voie. Il m’a fait rentrer dans cette maison où il faisait chaud et s’est précipité sur le téléphone pour prévenir les policiers de sa trouvaille, sa femme était assise dans la pièce avec un bébé dans les bras. Elle s’est jetée aux genoux de son mari pour le supplier de me laisser la vie sauve et me cacher. Le garde-voie refusa par peur de représailles sur leur famille, il a seulement accepté que la jeune femme m’humecte les lèvres avec de la mie de pain trempée dans du lait qui chauffait sur le poêle pour le bébé. Elle m’a sauvé la vie. Si elle m’avait fait boire du lait, je crois que je serais mort, tellement j’étais affaibli. Elle l’avait compris. Et j’ai perdu connaissance. J’ai toujours gardé en mémoire le souvenir de cette femme implorant son mari, lui arrachant le téléphone des mains, le souvenir de son visage rempli de tendresse, de ses gestes pleins de délicatesse. Aussi, 46 ans après ces événements, en 1990, je suis retourné sur les traces de mon passé avec ma femme et le Grand Rabbin Sirat, j’ai retrouvé Thérésia Schöngruber à Freistadt en Haute-Autriche. Elle m’a immédiatement reconnu à mes yeux et m’a accueilli avec des larmes, mais j’ai pu voir accroché au mur de la chambre, le portrait de son mari datant de l’époque où il m’avait dénoncé. Cette femme m’a tenu la main pendant des heures ainsi que celle du Grand Rabbin de France. Elle était dans un état second. Je l’ai quittée à regret. En rentrant à Paris, une lettre me disait qu’elle était morte le surlendemain de notre visite.

482Les policiers autrichiens appelés par le garde-voie m’ont conduit à la prison de Freistadt et je suis passé en jugement le 27 janvier 1945. Comment juger un évadé des camps de la mort ? C’était la première fois qu’on jugeait un évadé juif ! Je me suis retrouvé devant un tribunal installé dans la mairie avec des personnalités officielles qui statuaient sur mon cas et qui ont décidé que je devais être pendu (sort réservé aux évadés), mais je serai remis aux SS qui assumeront la sentence (j’ai retrouvé les archives du procès en 1990). Les SS m’ont amené au camp de Mathausen le même jour. La première chose que j’ai vue en entrant au camp est la potence. J’ai cru qu’elle avait été dressée pour moi. Le commandant du camp m’a fait transférer à Gusen 1 le camp disciplinaire de Mauthausen, puis à Gusen 2 où j’ai travaillé dans des hangars souterrains secrets où se construisaient les fusées V 1 et V 2. Je pensais avoir vécu l’enfer et là, j’ai réalisé qu’il y avait encore pire. Nous partions au travail à 3 ou 4 heures du matin, un wagon nous amenait dans des tunnels. Je n’ai jamais vu le jour à Gusen 1 et à Gusen 2. On commençait le matin dans la nuit et finissait le soir à la nuit. Il fallait creuser des tunnels sans arrêt. Un jeune gardien polonais de mon âge s’acharnait sur moi à coup de bâton, sans arrêt. À chaque coup, je croyais que j’allais mourir. Mais j’ai tenu jusqu’au moment où ce ne fut plus possible. Un matin j’ai décidé de ne pas répondre à l’appel et je suis resté dans mon lit, c’était une forme de suicide puisqu’un tel manquement était puni de mort, mais rien ne s’est passé. J’étais en haut d’un lit à trois étages, je me laissais mourir à côté de cinq ou six cadavres qui étaient près de moi, je voulais mourir, en finir. Au bout de deux ou trois jours, on ne nous donnait plus à manger et les SS n’avaient rien non plus, alors mes camarades sont venus me chercher, c’était le 6 mai. Incapable de bouger, ils m’ont porté à l’entrée du camp et j’ai vu les chars américains arriver et libérer le camp. J’étais dans un tel état que je risquais d’être balayé par les bulldozers qui poussaient les tas de cadavres dans les fosses, jusqu’au moment où un colonel américain m’a vu bouger un doigt, m’a fait sortit du lot et m’a dit en anglais : « Toi je te sauverai ! ». Pourquoi moi ? Ainsi va la chance. Il m’a fait transporter à Linz dans un hôpital militaire, sous la tente. J’ai perdu connaissance pendant plus d’une semaine, veillé par des médecins. À peine remis sur mes jambes, j’ai voulu savoir ce qu’étaient devenus tous les miens et refusais de continuer les soins. De guerre lasse, l’officier a décidé de me renvoyer en France dans un avion militaire, un B 29 qui allait à Lunéville.

483Le maire de la ville pour fêter le retour d’un déporté a organisé un bal en mon honneur et je suis arrivé allongé dans une civière ! Toute la population était là pour me manifester de la sympathie. J’ai harcelé le maire jusqu’à ce qu’il accepte de me mettre dans un train sanitaire pour aller à Paris. J’ai été conduit à l’hôtel Lutétia et, vu mon état, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Je pesais 31 kg. Je me suis sauvé en pyjama pour rejoindre mes parents, mais épuisé, je me suis assis sur un banc devant l’hôpital et je me suis effondré. Un homme s’est approché de moi et a vu mon crâne rasé et le numéro tatoué sur mon bras. C’était Monsieur Beau, dirigeant de la firme de biscuits Fosse. Il me conduisit chez lui, dans sa villa de Gentilly et fit venir un médecin américain, mais mon état exigeait un rapide retour à l’hôpital d’où je me suis sauvé à nouveau et je suis parti à Marseille. Là j’ai appris que mes parents étaient morts à Auschwitz. J’ai retrouvé ma jeune sœur Marie rescapée d’Auschwitz et de Bergen-Belsen et mes autres frères et sœurs. En descendant du train, gare Saint-Charles, en ce mois de juillet 1945, j’ai été accueilli par mes anciens patrons de la société de transport et non par la communauté juive ou autres responsables officiels. Ils m’avaient gardé ma place dans l’entreprise et avaient décidé de fêter mon retour. Ils m’ont proposé d’aller au cinéma. C’était merveilleux de retrouver la liberté. Mais, arrivés dans la salle du cinéma, on me fait monter sur l’estrade, la salle s’allume et je vois qu’elle est bondée, 500 personnes me souhaitaient la bienvenue et m’applaudissaient. Le président des syndicats des transporteurs me congratula et fit un discours. Je ne savais plus où j’étais. Qu’était devenu le matricule A. 5168 ? Subitement je redevenais quelqu’un d’important, je retrouvais ma place chez les hommes et dans la société. Le président me remit une belle et lourde coupe argentée en souvenir de cette manifestation sur laquelle on lit : « Les amis de Freddy Elkoubi ». Peu après, en soulevant le couvercle, j’y ai trouvé une liasse de billets de banque. Je les ai offerts à ma sœur aînée qui pendant la débâcle avait gardé la maisonnée.

484J’ai épousé en 1948 une jeune fille, amie de déportation de ma sœur Marie, Esther Algrenati. Elle est née à Marseille en 1925 dans une famille de juifs turcs récemment arrivée de Smyrne. Pendant la guerre, elle a travaillé à l’OSE et a aidé les enfants juifs à échapper aux rafles en participant à leur évacuation. Déportée le 10 mai 1944, elle a assisté à la sélection de sa mère dès son arrivée à Auschwitz. Rescapée des camps d’Auschwitz, de Bergen-Belsen, de Magdebourg et d’autres, et de retour à Marseille, elle a participé avec l’Office palestinien (appelée ensuite l’Agence juive) aux embarquements « clandestins » des juifs vers la Palestine.

485Un jour où ma sœur Marie souffrait plus que d’habitude de sa déportation à Auschwitz elle dit à son amie Esther : « Si nous sortons de cet enfer, je te présenterai mon frère et tu l’épouseras, c’est un garçon bien, vous serez très heureux ». Je ne sais pas comment cela s’est passé, mais un jour du Yom Kippour, Marie m’a présenté son amie et lui a dit que j’étais le frère dont elle lui avait parlé et nous nous sommes mariés. Elle m’a donné deux fils et j’ai neuf petits-enfants. Malheureusement, elle est décédée le 20 mai 2002. Lettres d’Auschwitz de Denise Toros-Marter à sa famille. Arrêtée à Marseille avec sa famille (son père, sa mère, sa grand-mère et son frère André) et déportée à Auschwitz-Birkenau dans le même convoi n° 74 du 20 mai 1944. Denise a été libérée du camp d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 1945, par les troupes soviétiques.

486Auschwitz, le 4/4/45

  • 12 M. et Mme Jean Beraud et le fils Jean-Robert, des amis non juifs de mes parents, très proches d’eux (...)

487Mes chers tous12

488Voici la troisième lettre qui part pour la France et qui j’espère arrivera à destination comme les deux premières.

489Nous attendons toujours en vain notre rapatriement, hélas, je crains bien qu’il ne se fasse qu’avec la fin de la guerre. Je trouve le temps naturellement très long malgré que nous soyons extrêmement bien traités. Je mange très bien avec beaucoup d’appétit. Les forces sont longues à revenir car après trois mois alitée, on peut se sentir faible, mais j’ai fait mes premiers pas et suis sortie à l’air à l’aide de mes béquilles. Mon pied que je croyais bon pour l’amputation se guérit tout doucement les plaies sont moins profondes. Le moral est très bon malgré un grand état de nervosité qui ne m’était pas habituel.

  • 13 René Marter qui a échappé à l’arrestation, a rejoint avec son cousin Georges Glasberg le maquis de (...)

490Je pense tout le temps à nos soirées, au garage, c’était si bon cette intimité, cette famille. Je voudrais tant savoir de vos nouvelles, pouvoir recevoir une lettre de mon frère13. J’ai tellement peur que quelque chose ne lui arrive mais je sais que s’il est près de vous je n’ai rien à craindre. S’il est mobilisé écrivez-lui d’avoir bon moral, de ne pas faire d’imprudences pour qu’on puisse bientôt se revoir. Je souhaite tellement fort ce moment-là où je pourrai le serrer dans mes bras et me faire un peu dorloter. Je pense que toute votre petite famille va bien, que M. Béraud ne se fait toujours pas de mauvais sang et qu’Hélène doit avoir heureusement moins de mal avec le ravitaillement. J’ai tellement envie d’un beefsteak aux pommes qu’Hélène devra me le faire immédiatement à mon retour.

491On vient de me dire par un docteur polonais qui parle français et est extrêmement chic avec moi, que l’on attend pour prochainement la capitulation de l’Allemagne, peut-être cela hâterait-il mon retour…

492Essayez de m’écrire par tous les moyens possibles, un mot de France me ferait tant plaisir. Je fais partir en même temps une lettre pour mon frère que j’envoie chez vous. Je vous embrasse de tout mon cœur tous les trois en particulier mon petit Jean-Robert. Caresses à toute la famille et aux amis. Denise.

493Auschwitz, le 6/4/45

  • 14 Mon frère René.

494Mon chéri14,

495Les trois lettres que j’ai précédemment envoyées sont je l’espère, bien arrivées, je les ai adressées aux Béraud, car je pensais que tu étais mobilisé et que tu aurais sûrement quitté le garage et aussi je crois que par nos amis, cette lettre te parviendra toujours.

496Depuis bientôt un an que nous avons été déportés, je n’ai jamais eu de nouvelles de Maman et de Grand-mère, de qui j’ai été séparée dès notre arrivée dans ce maudit camp. Quant à Papa et André, comme je vous l’ai déjà dit, j’ai pu avoir une lettre d’eux dès le troisième mois de ma déportation. Ils étaient en bonne santé et bon moral. Hélas, presque tous les hommes sont partis en transport dans des camps en Allemagne et j’ignore actuellement où ils peuvent se trouver. Peut-être seront-ils bientôt délivrés par les Russes comme j’ai eu le bonheur de l’être ou bien seront-ils rapatriés dès la fin de la guerre. Je n’en sais hélas rien.

497Nous avons, vous pouvez le penser, énormément souffert et tout ce que l’on pouvait raconter sur les camps de concentration allemands était hélas bien vrai, souffrance physique et surtout morale. Nous avons même mangé des pommes de terre crues quand on avait la chance d’en trouver, et nous avons mangé de la neige parce qu’on crevait de soif.

498J’ai eu ici la scarlatine qui a été fort heureusement des plus bénigne, mais l’on souhaite à ces moments-là la présence d’une Mère ou d’un être cher et cela m’a beaucoup manqué. On apprécie une mère, mon chéri, que quand elle n’est plus à vos côtés. Ensuite à ma sortie de l’hôpital, j’ai été versée dans la Weberei qui est une espèce d’entreprise qui s’occupe de tressage et fabrication de tresses qui ne servent à peu près à rien. Ceux qui ne travaillaient pas suffisamment étaient battus par les Boches, avec un raffinement de brutalité. J’ai eu ma part, mais je ne m’en porte pas plus mal. Puis, j’ai été obligée de rentrer de nouveau à l’hôpital, car j’avais les pieds gelés. Sortie de nouveau, mes pieds se gelèrent une deuxième fois et me voilà encore dix jours au travail. Hélas, pour la troisième fois mes pieds sont gelés et cette fois au troisième degré. C’était compréhensible, des souliers prenant l’eau, une paire de bas de coton et un froid de canard. Mes pieds étaient tellement enflés qu’ils ne rentraient pas dans mes chaussures et que j’ai dû les entortiller de chiffons et marcher sans godasses dans la neige. Enfin, rentrée à l’hôpital, je me suis rendue compte que mon pied gauche était tellement pourri qu’il était bon pour l’amputation, et puis survient la délivrance des Russes qui a été un miracle pour nous, car on pensait que les Boches nous extermineraient avant de fuir.

  • 15 La retraite des Allemands et des SS.

499Nous sommes restés, dès lors de leur retraite15, plusieurs jours sans manger et sans boire, et puis la Croix Rouge polonaise est venue à notre secours et après nous avoir distribué des vivres, j’ai pu enfin avoir un pansement par un docteur polonais qui m’a enlevé des morceaux d’os du pied qui pourrissaient. Depuis ce jour-là, mon pied a fait d’immenses progrès, mais mes doigts de pied sont tombés, mais j’ai tout de même évité l’amputation. Je commence aujourd’hui à marcher avec des béquilles et je reprends un peu de forces.

500J’ai maigri de corps, mais j’ai conservé mon bon gros visage de lune qui s’emplit de jour en jour car j’ai bon appétit et je mange très bien. Les plats du jour sont en ce moment soupes de pommes de terre ou de haricots, ragoûts de haricots, une espèce de grosse semoule, des purées de pommes de terre, choucroute, un petit morceau de viande à midi, compote et maintenant matin et soir café au lait. Nous avons tellement été privés que nous inventons tous les jours des menus et ne rêvons que de bonnes choses.

  • 16 Jany : ma cousine Janine Mouchi, fille de tante Reine, cachée à 14 ans dans un couvent de Dordogne.

501Mais tout reviendra, je l’espère, bientôt, et peut-être le jour où je pourrai te serrer contre mon cœur, mon grand frère chéri, est plus proche que l’on ne le croît. J’aurai tant besoin de toi, mon René, tant besoin de ton affection quand je rentrerai. Je voudrais tant savoir où tu es, si tu es soldat, ce que tu fais. Je veux que tu aies un bon moral, comme ta petite sœur qui a tenu le coup. Tu vois, mon chéri, tu te moquais de moi parce que j’étais trop grosse, mais j’avais fait mes réserves moi et c’est pour ça que je suis encore vivante. J’en ai tant vu mourir dans les hôpitaux de ces pauvres êtres plus que squelettiques, qui n’avaient plus rien d’humain, que la vue d’un mort ne me fait même pas d’effet. J’ai pourtant encore du cœur, tu sais. Nous avons en ce moment un temps splendide et je pense à ce que doit être le printemps à Marseille, j’aurais tant voulu y être pour les Pâques. Je pense souvent à Tante Reine, elle me soignerait si bien si elle était là, car je sais qu’elle m’aime comme sa fille. Et ma Jany16, comme elle doit être une belle jeune fille maintenant et qu’il me tarde l’embrasser et la taquiner un peu.

  • 17 La famille Glasberg : ma tante Claire, sœur de mon père, son fils Georges et son épouse Reine, phar (...)

502La famille Glasberg17 est-elle toujours à St Hippolyte où bien peut-être tante Claire sera rentrée à Marseille. Je pense qu’elle a dû être désespérée d’être sans nouvelles de nous.

503Voilà en bref ce que j’ai à vous dire. J’espère bientôt pouvoir de vive voix vous raconter beaucoup de choses qui ne sont hélas pas belles… J’attends immédiatement le rapatriement qui se fera sans doute avec la capitulation de l’Allemagne.

504Je vous embrasse tous de tout mon cœur, Tante Reine, Jany, Paul, Tante Claire et toute la famille Glasberg, Grand-père, l’oncle Jules, et toi mon gros chéri, reçois un million de baisers de ta petite sœur qui languit tellement de t’avoir près d’elle.

505P.S. Essaie de me répondre. Je crois que si je recevais un mot de toi, je serais folle de joie. D. Marter, n° 5556 bloc 2 Konzentrationlager Auschwitz Pologne

Lettres d’André MARTER, arrêté à Marseille avec sa famille et Denise, et déporté à Auschwitz dans le même convoi n° 74 du 20 mai 1944. André Marter a ensuite connu les camps de Mauthausen, de Melk et d’Ebensee. Il écrivit ces lettres à ses proches dont il était sans nouvelles, alors qu’il était soigné sur les bords du lac de Constance

506Hôpital militaire français sur les bords du lac de Constance, le 7 juin 1945

507Mes très chers,

508Après avoir été séparé de vous depuis quinze mois, j’essaye d’entrer à nouveau en contact avec vous. Dans l’ignorance totale du sort qui a été réservé à chacun des êtres aimés avec qui j’ai passé les vingt premières années de ma vie, j’adresse ma lettre à ma tante Reine, celle qui a eu peut-être le plus de chance d’échapper à la tourmente. J’écrirai demain une autre lettre à Saint Hippolyte du Gard pour renseigner de mon sort ma tante Claire, au cas où les hasards de la guerre vous auraient fait quitter Marseille.

509Ce qui m’inquiète le plus, c’est évidemment d’avoir des nouvelles des miens, je ne sais si vous-mêmes en avez reçues, ni si vous pourriez me les communiquer étant donné que les moyens de communication sont lents et que depuis la fin de la guerre je navigue constamment d’un hôpital à l’autre.

510Je vais donc entreprendre de faire le récit sommaire de ce qui a été ma vie depuis mon arrestation. Si aucun de mes chers parents arrêtés avec moi n’est encore revenu parmi vous, peut-être parviendrez-vous grâce à ces renseignements, à entreprendre les recherches nécessaires.

511Arrêtés le 13 avril 1944, nous avons été transportés à la prison de la Gestapo, rue Paradis à Marseille, nous sommes restés là, tous ensemble dans la même cellule trois jours, puis transférés à la prison des Baumettes où hommes et femmes ont été séparés. Notre séjour là a duré quinze jours, les femmes n’ont pas trop souffert de la faim, mais papa et moi, avons commencé à subir ce supplice.

512Le 28 août nous avons tous été de nouveau transférés à Paris, à Drancy, où tous réunis, nous avons mené pendant trois semaines une vie convenable qui ne laissait pas présager ce que serait la suite de notre internement et les souffrances que nous avons pu endurer, à tel point que je considère comme un miracle d’être encore en vie.

513Le 19 mai, nous partons en transport pour l’Allemagne, ignorant le sort qui allait nous être réservé, mais conservant encore des illusions. On part douze cents personnes, à 60 par wagons à bestiaux avec tous les bagages qu’on voulait emporter et suffisamment pourvus en vivres. Voyage de trois jours excessivement pénibles dans le wagon fermé, puis c’est la tragique séparation. Nous arrivons dans une petite localité de Pologne occidentale dont vous avez peut-être entendu parler, Auschwitz. Sortis des wagons, sans avoir le droit de prendre nos bagages, nous sommes séparés, juste le temps de nous embrasser et maman et grand-mère sont mises d’un côté. Je ne devais plus jamais avoir de leurs nouvelles, Dieu sait ce qu’elles sont devenues, puisse-t-il avoir fait un miracle.

514Ma petite sœur est mise à part, je devais avoir de ses nouvelles quelque temps après.

515Papa et moi restons ensemble et les SS allemands nous mènent au camp de concentration. Je ne vous raconterai par le détail de notre vie, elle fut très pénible, papa travaillait dans un commando extérieur à la pelle et à la pioche, moi dans une usine de munitions. Comme dans cette usine travaillaient aussi des femmes prisonnières, j’ai su par des Françaises que Denise était arrivée à Birkenau, localité voisine d’Auschwitz. J’ai encore eu de ses nouvelles jusqu’au mois d’août, puis les communications ont été rompues, les dernières nouvelles que j’ai eues d’elle étaient bonnes.

516Au mois d’août, j’ai dû rentrer dans un hôpital du camp pour un panaris à la main. J’y reste six semaines. Pendant tout ce temps-là, papa se montre d’un dévouement admirable pour moi, sacrifiant une partie de sa ration, déjà maigre, pour moi.

517Je reprends le travail, toujours très dur, mais nous avons encore papa et moi la très grande joie de nous voir tous les jours, mais fin août un nouveau coup cruel me prive de cette dernière consolation : lors d’une « sélection » papa est emmené et j’ignore depuis ce qu’il est devenu. Désormais seul au camp, je continue le travail jusqu’au 21 janvier 1945, faisant notamment un autre séjour de sept semaines à l’hôpital pour brûlure au pied, ces séjours à l’hôpital ont au moins l’avantage de m’exempter du travail toujours très dur, aussi je les prolonge autant que je peux. Le 21 janvier, devant la menace de l’avance des Russes, on évacue le camp. Exode excessivement pénible au cours duquel je perds de nombreux camarades. Dans la neige et le froid, nous faisons d’abord 80 kilomètres à pied, les traînards sont fusillés, puis on nous embarque 120 dans des wagons découverts et durant trois jours on voyage jusqu’au camp de Mauthausen en Autriche. J’y reste trois jours, puis je suis à nouveau évacué sur un autre camp, à 80 km de Vienne, Melk. Je devais rester là jusqu’au 13 avril, la vie y était encore plus dure qu’à Auschwitz. Je travaille à la construction d’une usine souterraine et je souffre du froid, de la faim et du régime. Depuis mon arrestation je maigris et m’affaiblis constamment.

518Le 13 avril à la suite des nouveaux progrès russes, on nous évacue à nouveau en train à 80 km de Linz, dans le Tyrol autrichien, à Ebensee. Le travail, là aussi dans une mine, y est dur et surtout la nourriture qu’on nous donne diminue chaque jour et devient ridiculement faible… Tous les jours un pain de 1 500 g à 6 et un litre de soupe (c’est de l’eau où surnage si on a de la chance quelques épluchures de pommes de terre). Enfin, heureusement, le 6 mai, les Américains nous délivrèrent avant que les Allemands nous massacrent comme ils en avaient l’intention. Mais je suis si faible, si épuisé par les privations que je suis obligé de rentrer à l’hôpital, ce qui retardera mon retour en France. D’Ebensee, je suis transporté le 8 mai dans un hôpital de la Wehrmacht à Bad Hish. J’y suis bien soigné par les Allemands eux-mêmes, la nourriture y est très convenable, mais j’ai attrapé la dysenterie, ce qui m’affaiblit encore. Je profite du départ d’un camarade pour Marseille, pour vous envoyer une lettre (elle est très décousue car j’ai de la fièvre et mal écrite car je suis blessé à la main par une infection). J’espère que vous aurez reçu mon message ou mon messager. Le 27 mai on nous ramène de l’hôpital de Bad Hish à un hôpital américain à Ebensee. Huit jours sous la tente ; au régime du cake et de la confiture. Puis les Français s’occupent de nous, on nous transporte en ambulance à l’aérodrome américain de Linz. Là je suis très bien nourri mais rien qu’avec des conserves. Je reprends goût à la bonne chère dont j’avais été privé depuis si longtemps.

  • 18 René : frère d’André.

519On reste 3 jours, enfin le 3 juin nous passons enfin aux mains de l’armée et la Croix Rouge française. Un avion sanitaire français me transporte de Linz jusqu’à Bregenz sur le bord du lac de Constance, puis nous sommes conduits en ambulance jusqu’à l’autre extrémité du lac dans un hôpital français. Par malchance l’ambulance part dans le fossé et je suis blessé à la tête, fort légèrement d’ailleurs. Cet accident est survenu avant-hier, mais il n’aura, rassurez-vous, aucune conséquence, il ne peut que retarder un peu mon retour, les médecins voulant s’assurer de ma pleine guérison avant de me lâcher. Enfin, ici je suis excessivement bien, je suis soigné aux petits oignons, soins médicaux et nourriture excellente et à profusion. Aussi comme le ravitaillement est paraît-il très difficile en France et que je suis encore faible et ai besoin de suralimentation, resterai-je encore quelque temps ici pour me remonter, malgré le très vif désir que j’ai de vous revoir tous et de savoir si les miens n’ont donné aucunes nouvelles. Enfin, rassurez-vous je reviendrai, Dieu merci, sain et sauf, et c’est un miracle. Je ne sais si mon séjour ici se prolongera assez longtemps pour que j’aie le temps de recevoir une réponse, mais écrivez-moi quand même. Comment avez-vous passé ces quinze mois, et René18 combien de fois nous sommes-nous papa et moi inquiétés de son sort, vite écrivez-moi, mes très chers.

520En attendant de pouvoir vous serrer sur mon cœur, recevez mes très chers, mille caresses, votre André. Voici l’adresse à laquelle vous devez écrire.

521André Marter. Hôpital général d’évacuation de l’Île de Reichenau

522Du lac inférieur

523B.P. 510 S.P. 76948

524Pavillon 5

525Lac de Constance

526Jeudi 14 juin 1945

527Mes très chers,

528Me voici depuis neuf jours déjà dans cet hôpital français situé sur les bords du lac et ma santé s’améliore très rapidement. La légère cicatrice que j’avais à la tête à la suite de l’accident d’ambulance est entièrement refermée et il n’y paraît plus. Mon état général est très satisfaisant et grâce à l’abondante et excellente nourriture j’engraisse à vue d’œil. J’ai beaucoup d’appétit et je m’efforce d’absorber le plus possible d’aliments – c’est qu’il me reste encore vingt kilos à rattraper et cela ne se fait pas en un jour.

529Ici la vie est excessivement reposante et je recommence à goûter à ses plaisirs. L’hôpital est à 6 km de la ville, il comprend une quinzaine de pavillons isolés, en pleine campagne, dans un paysage ravissant du lac et des forêts. Les pavillons sont très confortables.

530Voici à peu près comment je passe ma journée. Le matin à 7 heures petit-déjeuner, café ou chocolat et sandwiches (aux sardines, à la viande, à la confiture) et biscuits, puis je fais ma toilette ; ensuite on reçoit la visite du médecin et on nous donne les soins : pansements (on m’a enlevé le mien définitivement avant-hier), injections de vitamines et de sérum sanguin, fortifiants à base de foie de bœufs. À 10 heures tous les jours distribution d’un paquet de tabac ou de cigarettes, et deux fois par semaine de cigares, de chocolats suisses et de bonbons. Lorsqu’il fait beau on va faire une promenade dans le parc, pas trop longue encore, car je suis encore faible et m’essouffle vite. À midi on me sert le repas, au début au lit, maintenant que je suis valide à table. Tout est très bon et très bien préparé et en abondance. Tous les jours bouillon de viande, un plat de pommes de terre au beurre ou en salade avec viande ou sardine en conserve. C’est le hors-d’œuvre. Puis un plat de légumes secs ou frais (haricots, petits pois, pommes de terre) avec un morceau de viande fraîche rôti. Puis le dessert : crème à la vanille ou un chocolat, entremet ou pâtisserie, et fruits cuits (hier on a mangé les premières cerises). Après le repas on fait la sieste en attendant 4 heures où l’on absorbe casse-croûte, café et pain avec quelquefois un peu de beurre. On va ensuite au foyer très bien organisé (radio, disque, ping-pong, billard, illustrations) et l’on consomme encore forces sandwiches aux rillettes ou au jambon.

531À 6 heures, on rentre au pavillon juste pour le souper : purée de poix, un plat de nouille, de riz ou de purée avec un morceau de viande fraîche, très souvent supplément d’épinards ou de pâtes sucrées – entremets, pains d’épices. Tous les jours midi et soir un grand verre de vin. On sort à nouveau faire un tour si le temps le permet et si j’en ai le courage, puis en rentre, on joue aux cartes ou au ganzy, on lit et on se couche.

532Vous voyez que c’est le chapitre nourriture qui tient la plus grande place et c’est effectivement le meilleur remède que je puisse prendre. Mais les journaux venus de France, nous font un triste tableau de la situation alimentaire et du ravitaillement, aussi malgré le très vif désir que j’ai de vous revoir de vous embrasser et d’avoir des nouvelles de tous les miens. J’hésite à hâter mon retour, de crainte de ne pouvoir me retaper aussi vite qu’ici. Mais de toute façon je compte demander à partir dans le courant de la semaine prochaine. Les rapatriements se font de deux façons, soit par train sur Paris, via Mulhouse, soit en voiture par la Suisse. Je ne sais comment il en sera pour moi, en cas de départ pour la Suisse, il y a je crois encore un séjour d’une quinzaine de jours dans ce pays. Enfin, bientôt viendra le jour où je vous retrouverai. J’espère que vous avez reçu mes précédentes lettres (une adressée à Marseille, l’autre à St Hippolyte) et qui vous mettent au courant de notre sort depuis une année.

533Mes bien chers, combien de fois me revient à l’esprit l’image des chers miens, que sont-ils devenus ? Ont-ils souffert ? Souffrent-ils ? Les reverrais-je en bonne santé ? Et mon cher René a-t-il échappé à la Gestapo, aux bombardements, à la guerre. S’est-il engagé lors du débarquement ? J’espère que oui pour nous venger et faire payer cher aux Boches tous les tourments qu’ils nous ont infligés et je le redoute, car il a risqué sa vie dans les hasards de la guerre. Autant de questions qui assaillent mon esprit depuis des mois et qui hélas restent sans réponse. Vous pourrez je l’espère me répondre à quelques-unes de ces questions, mais il en est que je le redoute de toute mon âme, resteront sans réponse, hélas. Je suis à la fois pressé et anxieux d’apprendre la vérité.

534Écrivez-moi si votre lettre me parvient avant mon départ je serai très heureux d’apprendre quelque chose de chez nous. Mes très chers, en attendant une très prochaine réunion, recevez des millions de caresses. André

535André Marter. Hôpital général d’évacuation de l’île de Reichenau

536Du lac inférieur

537B.P. 510 S.P. 76948

538Pavillon 5 Hôpital 432 Allemagne

Notes

1 Christian Oppetit (dir.), Marseille, Vichy et les nazis, op. cit., p. 115-178.

2 Renée Dray-Bensoussan, Les juifs à Marseille, op. cit., récapitulatif d’après Serge Klarsfeld, p. 333.

3 Les parents de Roxane Algazi.

4 « Mes petits bouchons » : les petits enfants de « mémé ».

5 « Mes trois chéris » : les petits enfants de « Mémé » et mon « bouchon », c’est Josette, fille de sa sœur Flore.

6 « Ma Popo » : sa sœur Pauline d’Aix-en-Provence.

7 « Ma Floflo » : Flore.

8 « Lucie et Isidore » Matalon, parents de Roxane Algazi.

9 Nissim : mari de Flore.

10 « ta belle-mère » : madame Crespin.

11 Nous saurons après la guerre, que ce directeur, Pascal Léna, était un résistant.

12 M. et Mme Jean Beraud et le fils Jean-Robert, des amis non juifs de mes parents, très proches d’eux. Ils nous ont fait passer une valise de vêtements et de vivres à la prison des Baumettes en escaladant le 1er étage de notre appartement, 70, rue Cherchell (actuellement rue Jules Moulet).

13 René Marter qui a échappé à l’arrestation, a rejoint avec son cousin Georges Glasberg le maquis de Saint-Hippolyte-du-Fort dans le Gard ; il a combattu et a été blessé lors d’un coup de main contre les Allemands.

14 Mon frère René.

15 La retraite des Allemands et des SS.

16 Jany : ma cousine Janine Mouchi, fille de tante Reine, cachée à 14 ans dans un couvent de Dordogne.

17 La famille Glasberg : ma tante Claire, sœur de mon père, son fils Georges et son épouse Reine, pharmacienne à St Hippolyte du Fort, lui-même combattant dans le maquis de cette région, et ma cousine Rachel Alméras dont le mari est également combattant dans le même maquis.

18 René : frère d’André.

Table des illustrations

Légende Lucie MATALON avec ses enfants sur le quai des Belges, Marseille, 1940. Collection Matalon
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende « Vente aux enchères publiques d’un des magasins de la famille Israël »
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende À son retour des camps d’internement le 8 septembre 1944, rentrant chez lui, Robert Hasson a ressenti une forte émotion lorsqu’il a retrouvé, à la même place, le calendrier encore accroché au mur et qui marquait la date de son arrestation avec sa famille : c’était dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 janvier 1943. Collection privée R. Hasson
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photos de la famille Hasson (Dona, Victor et David)
Légende Dona HASSON décédée le 2 semptembre 1943 à Auschwitz à 43 ans
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende David HASSON décédé le 30 mars 1943 à Solibor à l’âge de 17 ans
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Victor HASSON décédé le 9 semptembre 1943 à Auschwitz à 47 ans
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Famille KLEIMBERG sur le port de Marseille en 1938.De gauche à droite : Moïse Kleimberg, déporté lors des rafles du Vieux-Port (23 et 24 janvier 1943) ; Fortunée Eskénazy, enceinte de Rachel ; Pascal Kleimberg, son mari, déporté avec son frère Moïse lors de la rafle du Vieux-Port ; Ire Rosengarten, disparu en 1943 ; un ami de la famille ; une amie de la famille ; Rose Rosengarten, épouse de Ire Rosengarten ; le grand-père Max Kleimberg ; Robert Rosengarten. Collection privée R. Kleimberg
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Raphaël ESKENAZY Marchand ambulant sur la Canebière Photo – 1943. Collection privée R. Kleimberg
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Famille Maman, en 1941 sur le port de Marseille.De gauche à droite : le père : Mardochée ; la mère : Marie et Jacqueline (6 mois) ; Félix : 12 ans ; Georges : 10 ans ; les jumeaux : Roger et Fortune, 8 ans. Au 1er rang : Andrée : 5 ans ; Gilbert : 3 ans. À l’arrière : Clarisse Ben Dayan : 15 ans, l’amie d’Esther (elle sera déportée avec les enfants de la Rose le 20 octobre 1943 pour Auschwitz) ; Samuel : 19 ans ; Esther : 16 ans. Collection privée de Fortunée Lapuente et de sa sœur
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Laura AROVAS et ses trois enfants (1942) Claude : 1 an, Maurice : 10 ans, Jacqueline : 9 ans. Laura AROVAS déportée à Auschwitz, convoi n° 57 du 18 juillet 1943. Collection privée : Claude Arovas
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Claude et Viviane AROVAS à l’OPEJ, Campagne Pastré, 1946 ou 1947. Sanitaire situé près des dortoirs. Collection privée : Claude Arovas
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Moïse HORRAS, récépissé de déclaration. Collection privée, Aline Dubois
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende La famille ALTCHEHDe gauche à droite : Jessua Altcheh, déporté à Auschwitz dans le convoi n° 67 du 3 février 1944 ; Pauline Altcheh, épouse Hassid (sa fille aînée), arrêtée avec son mari à Aix-en-Provence, internée aux Baumettes et relâchée. Son mari a été déporté ; Esther Yvette Altcheh, la plus jeune des filles, déportée à Auschwitz dans le convoi n° 59 du 2 septembre 1943. Elle a écrit les lettres de Drancy ; Henri Altcheh, (le fils né du 2e mariage de Jessua), déporté à l’âge de 15 ans à Auschwitz, convoi n° 67 du 3 février 1944 ; Flore Altcheh, épouse de Nessim Crespi dit Crespin, (la 2e fille et mère de Josette), cachée à Reillanne (Basses-Alpes) ; Claire Altcheh, la 2e épouse de Jessua et déportée à Auschwitz, convoi n° 67 du 3 février 1944. Collection privée de Josette Amsallem
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre La famille Albou, arrêtée le 23 janvier 1943 et déportée à Sobibor dans le convoi n° 53 du 25 mars 1943
Légende Juin 1934. De gauche à droite : Albert Albou, né le 18.02.1921 à Marseille, Léon Albou, né le 27.04.1914 à Marseille, Joséphine Albou (la mère), Armand, né le 18.11.1923, Léa Albou, épouse de Maurice Albou qui prenait la photo. Collection privée Régine Fortis-Cohen
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Maurice Albou, né le 9.11.1910 à Marseille. Collection privée Régine Fortis-Cohen
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Famille Roberto LEVI dans les années 1930-1932. Une partie de la famille a été déportée à Auschwitz (convoi n° 60 du 7 octobre 1943) et n’est pas revenue.De gauche à droite, Fanny Levi (assise en bout de table), née le 4.01.1893, déportée à Auschwitz, les enfants morts en déportation, Roger Levi (debout), né le 14.11.1919, Raymond Levi (assis), né le 18.6.1926. Debout Roberto Levi, né le 5.01.1886, mort en déportation, assis Aldo Fortis (pére de Régine Fortis-Cohen), entouré d’Alba Fortis et de Georgette Levi, en bout de table à gauche, Élise Jerusalmi. Collection privée Régine Fortis-Cohen
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende La Bégude de Mazenc (Drôme) lors de la libération du village par les Américains et les Canadiens, le 30 août 1944. De gauche à droite, debout, Rose Fortis (mère de Régine Fortis), une amie réfugiée, Alice Cohen-Salmon (médecin), à gauche, assise au premier rang Régine Fortis Cohen (4 ans) dans les bras d’Annette, fille des fermiers du domaine « Le Chazal ». Collection privée Régine Fortis-Cohen
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Estelle et Marcel MIZRAHI35 et 36 ansPhotos prises quelques semaines avant leur arrestation. Collection Robert Mizrahi.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Germaine ISAAC née PETIT
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende George ISAAC
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Photo de gauche : Magui (Marguerite) COHEN, née le 2.6.1918 à Marseille, déportée à Auschwitz dans le convoi n° 71 du 13.4.1944 et revenue
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Photo de droite : Rachel COHEN, épouse Nicolau née le 30.1.1907 à Smyrne, déportée dans le convoi n° 64 du 7.12.1943 et morte à Auschwitz
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Raphaël COHEN (à gauche) et un ami Albert BOTTI (à droite) sur la Canebière à la Libération
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photographie prise au retour des camps, sur la Canebière, avec des camarades déportés et revenus. De gauche à droite, Israël ATTALI, Esther CONTENTE, Renée GUELDI, Guy SARNER. Collection Israël Attali
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photographies : collection privée Gilda Sciaky
Légende Nelly SCIAKY 18 ans décédée à Auschwitz. Photo prise en 1941
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Solange SCIAKY Leur mère, 40 ans, décédée à Auschwitz
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Gilda SCIAKYRescapée d’Auschwitz. Photo prise le 15 juin 1945, deux jours après son retour à Marseille et 40 jours après sa libération
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Suzanne MATALON. Déportée et gazée à Auschwitz-Birkenau, convoi n° 70 du 27 mars 1944. Collection privée, Victoria BENBASSAT, née MATALON
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Lettres d’André MARTER, arrêté à Marseille avec sa famille et Denise, et déporté à Auschwitz dans le même convoi n° 74 du 20 mai 1944. André Marter a ensuite connu les camps de Mauthausen, de Melk et d’Ebensee. Il écrivit ces lettres à ses proches dont il était sans nouvelles, alors qu’il était soigné sur les bords du lac de Constance
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6871/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteur

Historienne. Professeur au collège Longchamp, Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540