Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Première partie : la galaxie des Milles

Des républicains espagnols aux juifs, de l’internement à la déportation, les Groupes de travailleurs étrangers de Miramas

Suzette Hazzan

Texte intégral

  • 1 Jacques Grandjonc, Theresa Grundtner (dir.), op. cit., p. 231.
  • 2 La loi du 27 septembre 1940 ne tenait pas compte des critères « raciaux » et les groupes de GTE se (...)

1Pendant la Seconde Guerre mondiale, un camp d’internement fonctionna à Miramas. Annexe du camp des Milles, il rassembla des Espagnols réfugiés en France depuis la guerre d’Espagne et de nombreux juifs étrangers provenant de la région de Marseille et d’autres camps1. De fait, ce camp accueillait des GTE, ces « Groupes de travailleurs étrangers » qui avaient succédé, après l’instauration du gouvernement de Vichy et la loi du 27 septembre 1940, aux CTE (Compagnies de travailleurs étrangers) créées par le gouvernement Daladier2.

2Deux témoignages nous ont permis de mieux connaître ce lieu : celui d’Albert Veissid et d’Éliane Rawicz.

3Albert Veissid vit aujourd’hui à Marseille. Il est né le 22 mai 1924 à Constantinople. Ses parents ont gagné la France et se sont installés à Lyon dans les années 1924-1925. Fin juillet 1943, deux policiers français vinrent l’arrêter avec son père. Il avait alors 19 ans. Enfermés à la prison Saint-Jean, tous deux furent transférés au Fort de Chapoly dans le Rhône. Grâce au médecin du Fort et du fait d’un état de santé très dégradé, son père fut relâché. Albert fut dirigé en train vers Marseille, au camp de Malaval, puis au camp de Miramas, dans le 212e GTE jusqu’à sa déportation, le 28 février 1944 avec dix autres camarades, aux Baumettes, puis à Drancy et Auschwitz (convoi n° 75).

  • 3 Les recherches que Mme Éliane Rawicz a entreprises pour retrouver l’itinéraire de son père ont lar (...)

4Max Rawicz, raflé lui aussi à Lyon, fut incorporé au 212e GTE et interné à Miramas comme « Juif » où il a travaillé pour le compte de l’organisation Todt, de septembre 1943 jusqu’à son transfert à la prison des Baumettes le 19 avril 1944. Il fut déporté à Kaunas et Tallin aux Pays baltes (convoi n° 73)3.

Fiches d’identité de travailleurs étrangers envoyés au camp de Miramas (AD BdR 164 W 1à 12)

Les GTE de Miramas

  • 4 Service historique de la gendarmerie nationale, Maisons-Alfort, rapport de l’adjudant Chambon, com (...)
  • 5 AD BdR 164 W 1 à 12.

5Les renseignements sont inégaux selon les périodes. Mais nous savons qu’en décembre 1943, il existait à Miramas trois groupes de travailleurs étrangers et un groupe de détenus légers4. Le camp fonctionnait alors indépendamment du camp des Milles, fermé depuis fin 19425.

6Le plus ancien et le plus important GTE était le 701e groupe, cantonné dans des baraquements en dehors de la localité de Miramas, à 1 500 m environ de celle-ci, en réalité sur le territoire de la commune d’Istres. Il comprenait des travailleurs étrangers, Espagnols libres et des juifs étrangers de la région de Marseille, dont Salomon Hora, que rencontrait Albert Veissid lorsqu’il se rendait dans ce groupe. Beaucoup venaient du camp des Milles.

7Le 212e GTE était cantonné à proximité du premier, également dans des baraquements. Il comprenait des travailleurs étrangers, juifs non libres travaillant pour l’Organisation Todt et placés sous la surveillance directe de cette organisation. Beaucoup avaient été arrêtés chez eux le plus souvent à Lyon et sa région. Les surveillants allemands étaient armés. Le cantonnement avait été construit par l’organisation même. L’administration française était assurée par un chef de groupe et un surveillant. Selon le témoignage d’Albert Veissid, le travail et les conditions de détention y étaient très pénibles.

Camp de Miramas – 212e Groupe

8La plupart de ces internés sont apatrides. Ils sont originaires de Lyon et de sa région. Beaucoup étaient pères de familles nombreuses. Ils ont tous été déportés par les convois n° 70, 73, 74 ou 75, sauf un seul qui a pu s’évader. Très peu sont revenus. Le premier à gauche, Beraha Moreno, transféré à Drancy le 30 avril 1944. Dans la rangée du haut, Behara Marc (convoi 73), Bahar Haïm (convoi 73), Albachri Benjamin (convoi 75), Ramaz Salomon (convoi 74), Levy Ovadia (convoi 73). Dans la rangée du bas, Bendavid Simon (convoi 73), Negri Yechoua (convoi 75), Daffan Yaco (convoi 70), Veissid Albert (convoi 75), Benon Samy (convoi 73), Levy Joseph (convoi 73), Isaï Gabaï (convoi 74), Sabah Eliato (convoi 74), Amar Paul (convoi 70), Jakubowicz Abram (convoi 73). Collection d’Albert Veissid.

9Le Groupe départemental des Bouches-du-Rhône occupait une tuilerie désaffectée. Il comprenait quelques travailleurs étrangers et le Service central de surveillance et de contrôle de tous les travailleurs étrangers libres du département.

10Enfin, un groupe de détenus légers était cantonné dans des wagons, dans la cour de la petite vitesse de la gare de Miramas. Les prisonniers travaillaient librement dans la gare. Le soir, ils étaient enfermés dans les wagons.

Des conditions de vie et de travail particulièrement pénibles

  • 6 AD BdR 76 W 188, rapport du commissaire divisionnaire, chef des services de police spéciale à Mars (...)

11La discipline dans le camp était très stricte, avec des appels fréquents et un contrôle de la correspondance et des colis, triés et souvent confisqués par les gardiens. Les frais de nourriture et d’hébergement étaient prélevés sur un salaire dérisoire. Les Espagnols étaient l’objet d’une forte surveillance, en particulier dans leurs rapports avec des éléments « extrémistes » de leur pays ou avec les communistes et sympathisants de Miramas dont les plus nombreux appartenaient à la SNCF, selon un rapport de police du 11 juin 19406. Mais ils semblaient mieux traités.

  • 7 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, note du 2 juin 1942.

12L’aspect du camp était répulsif. Seule consolation, quelques hectares environnants, cultivés sur l’initiative du commandement et le clapier poulailler venaient un peu améliorer le ravitaillement des hommes. Les conditions de vie étaient plus défavorables qu’aux Milles et la nourriture moins abondante. À Miramas n’arrivaient pas les suppléments de nourriture des Quakers et du Comité social. Les jeunes en particulier se plaignaient du rationnement, ainsi que de l’absence de distractions, de foyer, de livres et de l’impossibilité de trouver un coin pour écrire7.

13Les 160 juifs du camp étaient logés dans trois baraques de dimensions manifestement insuffisantes. Les couchettes superposées étaient tellement rapprochées les unes des autres qu’il y avait à peine la place pour traverser. De plus, il n’y avait ni chaises, ni banquettes, ni tables, de sorte que les hommes étaient obligés de manger debout, à moins de s’asseoir par terre ou sur le rebord de la couchette. La baraque de la cuisine était en revanche mieux agencée ainsi que la petite infirmerie pour les premiers soins.

  • 8 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, circulaire de police, 12 juillet 1942.

14Dans la journée, des milliers de mouches indisposaient les hommes qui, la nuit, à cause de la vermine, notamment des punaises, ne pouvaient trouver de sommeil réparateur. Dans la cour, une seule fontaine et un seul robinet étaient accessibles pour la toilette de 300 hommes. Toute plainte sur cette malheureuse situation suscitait la colère du capitaine qui menaçait, en particulier, d’envoyer les mécontents au camp disciplinaire d’Aubagne8.

15Il existait plusieurs camps disciplinaires dans la zone Sud. C’étaient de véritables bagnes. Les travailleurs étrangers s’y trouvaient à la merci des surveillants qui n’étaient pratiquement responsables devant personne et qui pouvaient littéralement disposer de la vie et de la mort de leurs victimes. Pour un motif futile, qualifié arbitrairement de « refus de travail », un travailleur étranger physiquement inapte, pouvait y être interné. Les juifs envoyés à Aubagne (un rapport du Consistoire central y dénombra 103 juifs en juillet 1942) se plaignaient des mauvais traitements dont ils étaient victimes.

  • 9 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, note de l’UGIF, 20 juillet 1942.

« Ainsi, Madame Vogel avait sollicité le 20 juillet 1942 l’intervention de l’UGIF pour son mari Max Vogel interné au 701e Groupe de Miramas et qui avait été envoyé le 15 juillet au 706e Groupe disciplinaire à Aubagne pour un mois. Elle demandait sa libération. M. Vogel ne savait pas un mot de français. Il n’avait pas compris une injonction du surveillant nommé Gitar qui l’aurait bousculé. M. Vogel était un homme très discipliné, auquel on ne pouvait rien reprocher, si ce n’est qu’il ne comprenait pas un mot de français »9.

16Le rapport de visite du 701e Groupe, le 17 juin 1943, montrait que les conditions d’hygiène et de logement ne s’étaient guère améliorées depuis mai 1942. Les punaises et autres insectes foisonnaient toujours à l’intérieur des baraques à tel point que beaucoup d’hommes préféraient coucher dehors sur leurs paillasses. La douche était encore en construction, les WC ne fonctionnaient pas depuis cinq semaines. L’eau avait été coupée et aucune distribution de savon n’avait été faite depuis trois mois.

17Les prisonniers allaient travailler pour la plupart du temps avec des vêtements en loques. Cependant, quelques progrès avaient été effectués depuis l’année 1942 : l’installation d’un nouveau réfectoire dans une grande baraque propre, la création d’un foyer avec des tables et des bancs pour que les hommes puissent faire leur correspondance. Une bibliothèque tournante avait été prévue et un poste de TSF mis à la disposition des détenus.

  • 10 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite de M. Wimphen le 1 (...)

18La nourriture avait été légèrement améliorée grâce à l’exploitation intensive des quatre hectares de jardin potager où travaillaient dix jardiniers, la viande n’étant distribuée qu’une fois par semaine10.

19Ce camp, comme le camp des Milles et les autres, recevait la visite de personnalités religieuses. Les aumôniers catholiques chargés des étrangers étaient le père Braun et l’abbé Lagarde ; les aumôniers israélites, Israël Salzer, Grand Rabbin de Marseille et René Hirschler, Grand Rabbin de Strasbourg.

  • 11 Marie Josèphe Finet (Secrétaire de Mgr Chalve), Prêtre avec le Christ, Mgr Chalve : 1881-1970, Par (...)

20Le secrétaire de Monseigneur Chalve, raconte dans ses mémoires, qu’un jour les pères Braun, Lagarde et le Grand Rabbin Salzer décidèrent de visiter le camp. Ils entrèrent tranquillement, comme s’ils étaient chez eux, n’ayant pas l’air de comprendre l’allemand. Or, le père Lagarde le connaissait parfaitement en sa qualité de Messin. Les deux prêtres étaient en soutane. Ils se trouvaient dans une baraque lorsque la porte s’ouvrit brutalement sur un officier allemand, le commandant du camp. Fou de colère, il hurlait que personne ne devait entrer sans son autorisation. À la vue des papiers identifiant le Grand Rabbin Salzer, le commandant fut abasourdi. Il les laissa malgré tout repartir11.

Camp de Miramas (1943) – 212e Groupe

21De gauche à droite : évadé du camp de Miramas (revu après la guerre par A. Veissid qui a oublié son nom), Marc Beraha, Turc, 19 ans, convoi n° 73 (Kaunas-Tallin) ; Joseph Lévy, Turc, 37 ans, convoi n° 73 ; Benjamin Albachri (oncle d’Albert Veissid), Turc, 37 ans, convoi n° 75 (Auschwitz) ; Albert Veissid, Turc, 19 ans, convoi n° 75 (seul rescapé des camps du groupe ; Simon Bendavid, Grec, 21 ans, convoi n° 73 ; Haïm Bahar, Turc, 24 ans, convoi n° 73. Ce groupe extrayait des blocs de pierres qui étaient ensuite chargés sur des wagonnets puis transportés au concasseur. Les graviers obtenus étaient ensuite acheminés à Saint-Chamas et à l’Étang de Berre pour la construction de fortifications en prévision d’un éventuel débarquement (photo et témoignage d’Albert Veissid).

  • 12 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite du 701e groupe de (...)

22Plusieurs entreprises utilisaient la main-d’œuvre du camp. À côté de l’usine Kuhlmann (produits chimiques) remplacée actuellement par la COGEMA, se trouvaient également les firmes Sager et Woerner (construction). Les hommes du 701e groupe travaillaient aussi à la poudrerie de Miramas et de Saint-Chamas12. Les internés du 212e GTE étaient employés dans des carrières situées à proximité du camp. C’était le cas d’Albert Veissid et de Max Rawicz. Leur travail consistait à extraire les pierres à la dynamite et à remplir des wagonnets qui les transportaient jusqu’à un concasseur. Réduites en graviers, elles étaient utilisées pour renforcer la défense de la côte de l’Étang de Berre dans le cadre de l’opération Todt. Les horaires de travail étaient particulièrement lourds : 8 à 9 heures pour les Espagnols, 11 à 12 heures par jour pour les juifs.

Internés devant le hangar qui abritait le concasseur Camp de Miramas (1943) – 212° Groupe

23De gauche à droite, le 3e au pied de l’échafaudage est Salomon Ramaz, seul rescapé du convoi 74 (Auschwitz), au-dessus de lui, Isaï Gabaï. Tous les autres, à l’exception d’un déporté du convoi 70 (vers Auschwitz) ont fait partie du convoi 73 (vers Kaunas et Tallin, Pays Baltes) dont Ovadia Lévy (en bas à droite) et Joseph Levy (sur l’échafaudage à droite). Collection privée : Albert Veissid.

1942-1944 : le temps des déportations

  • 13 AD BdR 164 W 1 à 12.

24En mai 1942, des « prélèvements » furent effectués parmi les internés du camp des Milles, pour être incorporés dans divers GTE de la région, dont le camp de Miramas. Parmi ces prisonniers juifs, de nombreux étaient d’origine allemande. Les médecins et les biologistes furent employés à l’usine de produits chimiques Kuhlmann. Une dizaine de jeunes gens de 17 à 24 ans, en provenance aussi du camp des Milles, travaillèrent dans divers chantiers situés à quelques kilomètres du camp dans des conditions pénibles. Les enfants de certains prisonniers juifs, comme Léo Herborn ou Enest Diewald, tous deux allemands, avaient été regroupés à l’hôtel du Levant ou à l’hôtel Bompard. Certaines fiches d’identité d’internés à Miramas, comme celle de Kurt Baldhauf, d’origine allemande, incorporé au camp depuis le 11 janvier 1942, portaient la mention « Appartient au groupe Les Milles »13.

25En juin 1942, le camp hébergeait environ 300 travailleurs étrangers : environ 160 juifs et 140 Espagnols. Le nombre des juifs était très fluctuant en fonction des nombreuses rafles et des arrivées.

  • 14 Jacques Grandjonc, Theresa Grundtner (dir.), op. cit.
  • 15 AD BdR 164 W 1 à 12 et Serge Klarsfeld, Les transferts des Juifs de la région de Marseille… op. ci (...)

26À partir du début du mois d’août 1942, la majorité des prisonniers juifs du 701e GTE du camp de Miramas fut envoyée au camp des Milles en camions, autobus et voitures, puis transférée à Drancy parmi les 1 928 personnes déportées des Milles en août et septembre 1942 et ensuite déportés dans différents convois pour Auschwitz14. Ce fut le cas de Kurt Baldhauf, allemand, ou Naphtali Beigleiter, autrichien, d’Ernest Diewald et des jeunes gens qui étaient venus du camp des Milles et avaient été incorporés au 701e GTE en mai 1942. Parmi eux, Léo (50 ans), Heinz (20 ans), Manfred (18 ans) Herborn, Erwin Goldschmidt (19 ans), Adolf Hermann (19 ans), déportés des Milles vers Drancy dans le premier transfert du 11 août 1942, les jumeaux Max et Ernst Rosenfeld partirent dans le 2e transfert du 13 août15.

  • 16 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite du 701e groupe de (...)

27Les juifs étrangers du 701e rentrés après cette période, furent déportés le 26 février 1943. En juin 1943, l’effectif total du 701e groupe était de 130 Espagnols ou étrangers et de 49 juifs16. Vers la mi-août 1943, une cinquantaine de juifs étrangers, tous arrêtés à Lyon et dans les environs, furent incorporés et internés à Miramas comme « Juifs » dans le 212e Groupe. Ils y travaillèrent pour le compte de l’Organisation Todt.

28Le 26 février 1944, la Gestapo vint chercher tous les prisonniers juifs du 701e Groupe, puis revint, le 28 février, prendre 8 à 10 juifs du 212e groupe dont Albert Veissid. Ils furent alors internés à la prison des Baumettes pendant quelques jours, puis envoyés au camp de Drancy le 11 mars 1944. Albert Veissid explique ce retour de la Gestapo et sa déportation le 28 février avec quelques autres camarades du 212e, par le fait que, vraisemblablement, les quotas imposés par les Allemands n’avaient pas été respectés le 26 février, quelques prisonniers juifs du 701e manquant à l’appel suite à des permissions obtenues pour Marseille et la région ou surtout à des désertions. Il fallut donc compléter. On retrouva les déportés du GTE de Miramas dans les convois n° 69 du 7 mars 1944 et 70 du 27 mars 1944.

29Albert Veissid fut déporté dans le convoi n° 75 du 30 mai 1944, sa nationalité turque lui permit de gagner quelque temps. Au début du mois de mai 1944, il vit arriver à Drancy la totalité de ses compagnons du 212e groupe : une deuxième vague d’arrestations semble avoir débuté le 4 avril à Miramas, les dernières ayant lieu le 11 mai 1944. Parmi les nouveaux arrivés à Drancy, Max Rawicz, arrêté le 19 avril avec plusieurs camarades, fut envoyé à Drancy le 30 avril 1944 et sélectionné pour le convoi n° 73 du 15 mai 1944 à destination de Kaunas et Tallin, en Lituanie-Estonie avec la plupart d’entre eux. Les autres furent déportés dans différents convois vers Auschwitz (convoi n° 74 du 20 mai 1944 ou n° 75 du 30 mai 1944, avec Albert Veissid.

Fiche de Drancy de Max Rawicz, père d’Éliane Rawicz, sur laquelle est indiquée la date d’entrée au camp (30.4.44), la provenance (Marseille), le domicile (GTE 212 à Miramas) et la date de déportation (15 mai 1944) ; Archives nationales et CDJC, fichier Drancy adultes

De gauche à droite, Doris Canetti, née Hora (fille de Salomon Hora, interné, puis déporté), Albert Veissid (interné, déporté revenu des camps) et Éliane Rawicz, fille de Max Rawicz (interné et déporté) devant la stèle où il est écrit : « À la mémoire des juifs étrangers du camp de travail de Miramas, déportés en août 1942 et en mai 1944 vers Auschwitz et les Pays Baltes. Rondpoint de la déportation inauguré par la municipalité de Monsieur Pierre Carli, Maire de Miramas en Provence, le dimanche 24 avril 2005. Collection privée Albert Veissid

30Pose d’une stèle à la mémoire des déportés juifs étrangers du camp de Miramas, dimanche 24 avril 2005

Notes

1 Jacques Grandjonc, Theresa Grundtner (dir.), op. cit., p. 231.

2 La loi du 27 septembre 1940 ne tenait pas compte des critères « raciaux » et les groupes de GTE se constituaient sans distinction entre juifs étrangers et non juifs. Les premières mesures discriminatoires furent prises le 8 décembre 1941 et plus précisément en décembre 1942. Le ministère de l’Intérieur donna des instructions pour l’incorporation immédiate des juifs étrangers sans distinction de nationalité à condition qu’ils fussent célibataires et entrés en France depuis le 1er janvier 1933. Les juifs pouvaient être incorporés soit dans des groupes spécifiques qualifiés de « groupes homogènes » ou « diffus » comprenant des aryens et des non aryens (cf. Bernard Reviriego, Les Juifs en Dordogne 1939-1944, Archives Départementales de la Dordogne, Fanlac, 2003). À partir du 1er octobre 1940, les GTE passèrent sous l’autorité du ministère de la Production industrielle et du Travail qui pouvait utiliser cette main-d’œuvre ou la mettre à disposition d’autres ministères ou entreprises privées. En matière disciplinaire, ils relevaient du droit commun (AD BdR 76 W 188, lettre du ministre, secrétaire d’État à la Production industrielle et au Travail aux préfets et inspecteurs divisionnaires du Travail et de la Main-d’œuvre, 29 octobre 1940). Voir en annexes « Les textes législatifs et leur application ».

3 Les recherches que Mme Éliane Rawicz a entreprises pour retrouver l’itinéraire de son père ont largement contribué à sortir le camp de Miramas de l’oubli. Ce travail lui doit beaucoup ainsi qu’au témoignage d’Albert Veissid et je les en remercie.

4 Service historique de la gendarmerie nationale, Maisons-Alfort, rapport de l’adjudant Chambon, commandant de la brigade de la gendarmerie nationale de Miramas au capitaine de la section de Salon, 17 décembre 1943.

5 AD BdR 164 W 1 à 12.

6 AD BdR 76 W 188, rapport du commissaire divisionnaire, chef des services de police spéciale à Marseille au préfet des Bouches-du-Rhône, 11 juin 1940.

7 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, note du 2 juin 1942.

8 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, circulaire de police, 12 juillet 1942.

9 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, note de l’UGIF, 20 juillet 1942.

10 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite de M. Wimphen le 17 juin 1943 avec le Grand Rabbin Salzer.

11 Marie Josèphe Finet (Secrétaire de Mgr Chalve), Prêtre avec le Christ, Mgr Chalve : 1881-1970, Paris, Éd. SOS, 1977.

12 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite du 701e groupe de Miramas, le 17 juin 1943, par M. Wimphen et le Grand Rabbin Salzer.

13 AD BdR 164 W 1 à 12.

14 Jacques Grandjonc, Theresa Grundtner (dir.), op. cit.

15 AD BdR 164 W 1 à 12 et Serge Klarsfeld, Les transferts des Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 2 et sq.

16 Archives du Consistoire central, Fonds Moch, bobine n° 5, rapport sur la visite du 701e groupe de Miramas, le 17 juin 1943, par M. Wimphen et le Grand Rabbin Salzer.

Table des illustrations

Légende Fiches d’identité de travailleurs étrangers envoyés au camp de Miramas (AD BdR 164 W 1à 12)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Camp de Miramas – 212e Groupe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Camp de Miramas (1943) – 212e Groupe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Internés devant le hangar qui abritait le concasseur Camp de Miramas (1943) – 212° Groupe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fiche de Drancy de Max Rawicz, père d’Éliane Rawicz, sur laquelle est indiquée la date d’entrée au camp (30.4.44), la provenance (Marseille), le domicile (GTE 212 à Miramas) et la date de déportation (15 mai 1944) ; Archives nationales et CDJC, fichier Drancy adultes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende De gauche à droite, Doris Canetti, née Hora (fille de Salomon Hora, interné, puis déporté), Albert Veissid (interné, déporté revenu des camps) et Éliane Rawicz, fille de Max Rawicz (interné et déporté) devant la stèle où il est écrit : « À la mémoire des juifs étrangers du camp de travail de Miramas, déportés en août 1942 et en mai 1944 vers Auschwitz et les Pays Baltes. Rondpoint de la déportation inauguré par la municipalité de Monsieur Pierre Carli, Maire de Miramas en Provence, le dimanche 24 avril 2005. Collection privée Albert Veissid
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Historienne. Professeur au collège Longchamp, Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540