Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Première partie : la galaxie des Milles

Étrangères indésirables : les centres d’internement féminin à Marseille (1940-1942)

Sylvie Orsoni

Texte intégral

1Les camps d’internement pour étrangers, ouverts en France à partir de janvier 1939, ont longtemps été passés sous silence. Réalité peu flatteuse, phénomène jugé somme toute bénin par rapport aux camps de concentration et d’extermination, malaise devant le fait que ces camps avaient été initiés par la Troisième République ? Les travaux d’Anne Grynberg et Denis Peschanski ont montré l’importance idéologique et matérielle de ce phénomène. Les étrangers, considérés par l’administration française comme indésirables, étaient stigmatisés et devenaient peu susceptibles d’inspirer la compassion dans une période difficile. Le régime de Vichy héritait d’une législation et d’une infrastructure de camps qu’il n’avait qu’à développer et infléchir en fonction de ses propres références idéologiques.

2Les Bouches-du-Rhône n’ont pas été épargnées par le phénomène. Le camp des Milles est maintenant bien connu grâce aux travaux d’André Fontaine, Jacques Grandjonc et Doris Obschernitzki. À ce site, réservé à l’internement des hommes et des garçons de plus de treize ans, répondaient à Marseille des centres d’internement féminin : les hôtels Bompard, Terminus des ports et avec un statut plus fluctuant, l’hôtel du Levant. C’est à la présentation de ces centres féminins que cet article s’attache.

Les sources

  • 1 Outre le Journal officiel pour les différents décrets et lois réglementant le séjour des étrangers (...)

3Les archives départementales des Bouches-du-Rhône sont les dépositaires des archives du camp des Milles ainsi que des centres d’internement féminin. Cet ensemble documentaire permet d’appréhender une partie de la réalité des centres de séjour surveillé1. Sous les cotes 7 W 108 à 110 se trouvent rassemblées les fiches des femmes et enfants ayant séjourné à l’hôtel Bompard entre 1940 et 1942. Lorsqu’elles ont été complètement remplies, ces fiches sont une mine de renseignements sur ce qu’a pu être l’itinéraire d’une femme dans l’Europe des années trente. On peut reconstituer les étapes qui ont mené ces Européennes de leur lieu de naissance jusqu’à cet hôtel marseillais. La date de naissance, la nationalité, la structure familiale, parfois la profession permettent une étude sociologique de cette population. Mais au-delà de ces renseignements précieux pour l’historien, ces fiches apportent un élément humain bouleversant. Bien souvent, des photos complètent ces documents. Femmes et enfants cessent d’être des éléments statistiques et prennent corps. Visages de femmes âgées, épuisées ou rayonnantes de jeunesse, d’enfants apeurés ou confiants, ce fichier constitue aussi un mémorial que l’assouplissement de la législation sur la communication et la publication des documents d’archives permet maintenant de publier.

Fiche de Lotte R. (7 W 110)

4Les fichiers des hôtels Terminus (7 W 112) et du Levant (7 W 111) complètent cette documentation sans en faciliter pour autant l’analyse. En effet, les femmes passaient fréquemment d’un centre à un autre au gré des places disponibles ou de leurs demandes. Les fiches sont parfois incomplètes et bien des incertitudes demeurent. Le fichier de l’hôtel du Levant présente d’autant plus de difficultés que le statut de l’hôtel a évolué : de centre d’hébergement géré par le Comité d’assistance aux réfugiés (CAR), il devient un centre de séjour surveillé. On peut comprendre que le CAR n’accorde pas le même sens que les autorités préfectorales à l’enregistrement des pensionnaires. Ces différents fichiers comportent aussi la correspondance que les internées ou les œuvres les représentant ont échangée avec les autorités françaises. Lettres qui, à travers les formules convenues, permettent aux internées de faire entendre leur voix et leur détresse. À ces requêtes répond le rapport du médecin assermenté qui examinait les femmes internées et se prononçait sur le bien fondé de leurs requêtes (174 W 33). Ses diagnostics sonnent comme des verdicts et parfois des réquisitoires. On ne sait ce qui suscitait chez ce praticien cet éloignement glacial : le fait que ce soit des femmes ou des étrangères. Les objectifs de Vichy étaient parfaitement intégrés et défendus.

5Les archives, par définition, conservent peu de documents intimes. Les lettres personnelles envoyées ou reçues ont suivi leur destinataire. André Fontaine, Jacques Grandjonc et Doris Obschernitzki ont recueilli les récits de certaines internées, mais la plupart des femmes et des enfants ayant séjourné à Marseille n’ont pas laissé de témoignage. La traduction prochaine en langue française de l’œuvre de l’écrivain tchèque, Lenka Reinerova devrait nous apporter un éclairage au moins indirect. Les photos de Julia Pirotte constituent également un regard précieux sur la vie à l’hôtel Bompard. Enfin, il aurait été impossible de connaître le destin de nombreuses familles sans les travaux de Serge Klarsfeld.

Fiche d’Inge et Rosa M. (7 W 110). Rosa et son mari Léopolod sont déportés par le convoi n° 33

Historique de l’internement

6La France après la Première Guerre mondiale adopte une politique d’ouverture aux immigrants. Sa situation démographique l’impose. La loi sur la nationalité du 27 juillet 1927 se fixe pour objectif de faciliter l’intégration des étrangers présents sur le sol national en leur accordant assez libéralement la nationalité française. Mais les difficultés économiques puis les tensions politiques des années 1930 entraînent un revirement. Population et responsables politiques s’accordent pour réserver aux travailleurs nationaux la priorité de l’embauche. La main-d’œuvre étrangère naguère tolérée car indispensable est maintenant perçue comme superflue, voire menaçante. Or dans le même temps, Hitler arrive au pouvoir et suscite une vague d’émigration. Dès 1933, 25 000 réfugiés en provenance d’Allemagne s’exilent en France. Cette émigration ne rencontre guère de sympathie dans la population. L’Allemand est avant tout un « boche », l’ennemi d’hier. La presse de droite et d’extrême droite multiplie les campagnes xénophobes et antisémites alors que l’Anschluss puis le dépeçage de la Tchécoslovaquie accentuent la pression migratoire. La France, patrie des Droits de l’Homme, paraît aux anti-nazis, aux juifs persécutés un havre sûr. Aux événements d’Europe centrale, s’ajoute la guerre civile espagnole qui divise profondément la population et la classe politique en France.

7Dès 1938, le ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, invite dans une circulaire, les préfets à « mener une action méthodique, énergique et prompte en vue de débarrasser le pays des éléments indésirables ». Ce terme d’» indésirables » est destiné à se développer, englobant des catégories sans cesse élargies. Le 12 novembre 1938, un décret-loi permet l’internement d’étrangers dans des centres de rassemblement. Le premier camp d’internement est créé par le décretloi du 21 janvier 1939. Il se situe à Rieucros en Lozère.

8La défaite des républicains espagnols en janvier 1939 jette des centaines de milliers de personnes vers la France. Après avoir espéré fermer la frontière à ces réfugiés, le gouvernement doit se résoudre à les accepter sur le sol français. Il décide que tous les hommes seront assimilés à des combattants et internés dans des camps. Aux camps des Pyrénées-Orientales (Rivesaltes, Argelès, Saint-Cyprien…) s’ajoute au printemps 1939 celui de Gurs dans les Pyrénées-Atlantiques. La surveillance humiliante, les conditions de vie déplorables marquent dès l’origine les camps français. Mais les républicains espagnols, même épuisés et désespérés par la défaite, ont l’expérience de la lutte, sont organisés et peuvent compter sur la solidarité de groupes politiquement proches. Ce qui n’est pas le cas des populations que les camps français reçoivent ensuite.

  • 2 Sur ces dispositions législatives et les suivantes, voir en annexes « Les textes législatifs et le (...)

9Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale accroît le désir de contrôler la population étrangère surtout lorsqu’elle est originaire de territoires dépendant de l’Allemagne ou de ses alliés. Le 18 novembre 1939, le décret-loi Daladier durcit les dispositions antérieures2. La décision d’internement appartient désormais au préfet et non plus au juge. C’est une décision préventive qui sanctionne une potentialité et non des actes. La place laissée à l’arbitraire est donc très grande. Les femmes « suspectes au point de vue politique et national » sont internées à Rieucros. Les camps se remplissent d’une population hétérogène de militants aguerris et de réfugiés en situation plus ou moins régulière. Après l’invasion de la Belgique par les troupes allemandes, le 15 mai 1940, l’internement de tous les ressortissants du Reich, âgés de 17 à 65 ans est systématique. La débâcle n’entraîne pas la libération des internés qui sont transférés dans le sud de la France.

10La IIIe République a donc produit une législation qui permet l’arbitraire et désigne à la suspicion des Français une population déjà fragilisée moralement et physiquement.

11Le gouvernement de Vichy reprend la législation de la IIIe République et la durcit en rendant largement inopérantes les voies de recours dont disposaient les internés. De plus, il développe une nouvelle législation reflétant ses préoccupations xénophobes et antisémites. Dès le 22 juillet 1940, une loi permet la révision des naturalisations accordées depuis 1927. 15 000 personnes sont ainsi déchues de la nationalité française et viennent grossir les rangs des « indésirables ». Au critère de nationalité s’ajoute une dimension antisémite. Dans la loi du 4 octobre 1940, xénophobie et antisémitisme se conjuguent pour autoriser l’internement des juifs étrangers. Puis avec le deuxième statut des juifs du 2 juin 1941, c’est l’internement de tout juif qui est possible.

12L’article 19 de la convention d’armistice augmente l’angoisse des réfugiés puisqu’il fait obligation au gouvernement français de livrer tout réfugié à la demande des autorités allemandes. La France devient une nasse dans laquelle réfugiés politiques et juifs sont pris au piège. Il faut donc fuir et chercher un refuge plus lointain.

Marseille, porte ouverte ou piège ?

13Dans ce contexte, Marseille joue un rôle particulier. Ville cosmopolite, c’est le grand port de la zone Sud avec ses compagnies de navigation reliant le monde entier. C’est aussi la préfecture des Bouches-du-Rhône et le siège de nombreux consulats. Les réfugiés français et étrangers affluent à Marseille avec l’espoir de trouver un passage vers le continent américain. La population marseillaise qui pense être sortie de la guerre à moindres frais ne se montre pas particulièrement chaleureuse. La législation à l’égard des ressortissants du Reich s’applique et, dès le 4 septembre 1939, la tuilerie des Milles devient un centre d’internement pour les hommes, tandis que les femmes et les enfants sont autorisés à résider à Aix et Marseille. Les grands noms des arts et des sciences de l’Europe centrale se retrouvent donc dans la promiscuité de la tuilerie aixoise. En juin 1940, alors que la situation militaire française se dégrade, 150 ressortissantes allemandes et autrichiennes résidant à Aix avec leurs enfants sont internées à l’hôtel Bompard, situé rue des Flots bleus dans le 7e arrondissement de Marseille et réquisitionné pour l’occasion. Elles sont bientôt rejointes par des Italiennes internées à la suite de l’entrée en guerre de l’Italie et par les réfugiées marseillaises. D’autres hôtels sont réquisitionnés comme l’hôtel Terminus des ports, boulevard des Dames. L’hôtel du Levant, 36 rue Fauchier, en revanche, constitue un centre de séjour libre géré par le comité d’assistance aux réfugiés (CAR) organisation émanant de la communauté juive. Les internées sont gardées par des gendarmes plutôt respectueux et libérées le 10 juillet 1940. Si les Italiennes sont pour la plupart expulsées, les ressortissantes du Reich ne bénéficient que d’un court répit. Elles sont à nouveau internées le 1er août 1940. Le camp des Milles, fermé en septembre, rouvre en novembre avec une nouvelle fonction : c’est un camp de transit pour les réfugiés susceptibles d’émigrer. Les hôtels Bompard et Terminus sont administrativement rattachés au camp des Milles. Comme tous les camps d’internement, ils passent sous l’autorité du ministre de l’Intérieur le 15 décembre 1940.

14Les centres d’internement féminin de Marseille ont ainsi acquis leur physionomie définitive : ils sont pour les femmes internées l’antichambre du départ. Du moins l’espèrent-elles. Pour partir, de nombreuses conditions sont à remplir : obtenir un visa du pays d’accueil et une place sur un bateau. Si l’embarquement s’effectue à partir de Lisbonne, il faut se procurer des visas de transit espagnol et portugais. Enfin, le visa de sortie accordé par le gouvernement français est indispensable. Ce dernier visa est systématiquement refusé aux personnes susceptibles d’être réclamées par le gouvernement allemand. Le gouvernement français soucieux de purger le pays de ses éléments indésirables ne peut, cependant, se résoudre à les laisser partir librement.

15La volonté répressive l’emporte sans cesse davantage. En septembre 1941, le CAR accepte de mettre à la disposition des autorités françaises une cinquantaine de places à l’hôtel du Levant pour désengorger l’hôtel Bompard. Se côtoient donc « étrangères libres » et internées. Les autorités françaises ne tardent pas à étendre leur surveillance à toutes les pensionnaires de l’hôtel du Levant. Fin 1941, toutes les étrangères résidant à l’hôtel du Levant ont besoin d’un saufconduit pour quitter le centre et se rendre en ville.

16À l’été 1942, un autre basculement se produit. Dès le 16 juin 1942, René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, accepte le principe de faire arrêter par la police française 10 000 juifs de la zone non occupée. Mais il exige que seuls les juifs étrangers soient déportables. Le 3 juillet 1942, le gouvernement de Vichy entérine cet accord. Le 17 juillet, René Bousquet avertit les préfets que tous les visas de sortie du territoire accordés aux juifs étrangers sont annulés. Pierre Laval refuse de faire une exception pour les mille enfants qui venaient de recevoir un visa américain. Pour satisfaire le quota exigé par les Allemands (3 à 4 000 internés transférés à Drancy avant le 2 août), il est prévu de déchoir de la nationalité française les juifs naturalisés depuis 1919. À partir du 3 août, les camps sont bouclés. Les femmes et les enfants juifs internés dans les centres marseillais sont transférés au camp des Milles puis à Drancy d’où ils sont déportés à destination d’Auschwitz. Entre le 6 et le 13 août 1942, 3 472 internés de la zone sud sont ainsi livrés aux autorités allemandes. Le 26 août, une nouvelle vague de rafles frappe les familles non internées. Les parents n’ont plus le droit de confier les enfants âgés de 5 à 18 ans à des œuvres. Les centres d’internement féminin de Marseille sont pratiquement vides. Les internées non déportées sont transférées dans les camps de la zone libre comme Gurs, Rivesaltes, Nexon ou Récébédou. À partir du 11 novembre 1942, la loi allemande s’applique à tout le territoire et l’évolution militaire rend illusoire un départ par le port de Marseille.

La population des centres d’internement

17Il n’est pas facile de dénombrer avec certitude le nombre de femmes et d’enfants passés par les centres d’internement marseillais. Si certaines fiches sont remplies avec soin, d’autres sont plus que lacunaires, sans doute parce que la personne n’a effectué qu’un bref passage au centre sans que l’on dispose d’explications sur les raisons d’un séjour aussi météorique. Doris Obschernitzki estime qu’entre l’été 1940 et novembre 1942, 910 femmes et enfants sont passés par l’hôtel Bompard. Les hôtels du Levant et Terminus des ports n’ont jamais eu une population aussi nombreuse. L’hôtel Terminus avait une capacité d’accueil de 70 personnes, mais jusqu’à 150 femmes et une quinzaine d’enfants ont pu s’entasser dans les lieux. L’hôtel du Levant pour sa part a abrité 300 à 400 personnes. Ces chiffres ne sont pas cumulables car les fichiers montrent des déplacements incessants entre les différents centres. Rebecca L. a été internée à l’hôtel Terminus puis à Bompard avant de rejoindre sa belle-mère et sa belle-sœur à l’hôtel du Levant. D’autres femmes effectuent le chemin inverse. Une certitude demeure : les centres d’hébergement et d’internement féminin marseillais étaient saturés et les conditions de vie des pensionnaires en étaient profondément affectées.

18Une analyse du fichier de Bompard permet de préciser les caractéristiques de la population internée sans prétendre à une rigueur totale.

Composante par nationalité

19Pour 751 femmes, la nationalité et la date d’entrée en France sont indiquées. 55 femmes sont arrivées en France avant 1933 et dans deux cas à la fin du XIXe siècle, en 1896 et 1898. Les motivations étaient largement économiques mais l’ancienneté de la résidence sur le territoire français n’a pas mis ces femmes à l’abri d’un internement. D’autres femmes sont venues dans les années vingt. 156 femmes arrivent en France entre 1933 et 1939. Les autres entrent après l’effondrement de la République espagnole et le déclenchement de l’offensive allemande. Plus la présence en France était récente, plus les risques d’internement étaient grands.

2063,1 % des internées sont originaires du Reich : les Allemandes sont de loin les plus nombreuses avec 390 internées. Le 22 octobre 1940, 6 538 juifs du pays de Bade et 1 125 originaires du Palatinat et de la Sarre sont expulsés, dirigés vers la France où ils sont immédiatement internés. Cette population souvent âgée et fragilisée par des années de persécution arrive dans des camps déjà surpeuplés. Elle fournira les plus gros contingents de décès pendant l’hiver 1940-1941. Les Autrichiennes représentent 10,5 % des internées à égalité avec les Polonaises. On peut reconstituer des bribes de vie. Une naissance en Pologne, en Allemagne ou en Autriche dans une famille juive, un premier exil en Belgique puis après l’offensive de mai 1940 la fuite vers le Sud. D’autres femmes viennent directement en France après l’arrivée de Hitler au pouvoir.

21Les Italiennes constituent un contingent non négligeable avec 7,1 % du total mais leur séjour se limite à quelques semaines dans l’été 1940. Les Espagnoles (4,7 %) se distinguent par leur engagement politique, ce qui n’est pas pour surprendre. Éminemment suspectes, elles n’obtiennent pas toujours le visa de sortie du gouvernement français mais ne sont pas livrées à la police espagnole. Autour d’elles, quelques femmes d’autres nationalités témoignent du soutien international à la cause républicaine. En fait, il est bien peu de pays d’Europe qui n’aient eu au moins une ressortissante à Bompard. Neuf Françaises sont internées à Bompard pour des raisons politiques.

Situation familiale

22Le statut familial n’est pas toujours aisé à déterminer car les circonstances avaient bouleversé les familles. Sur 803 femmes dont les fiches permettent une analyse dans ce domaine, 355 sont seules à Bompard, qu’elles soient célibataires, veuves, divorcées ou mariées mais sans mari en France. Elles ne dépendent de personne et n’ont à prendre en compte que leur survie. Les autres femmes s’insèrent dans un groupe familial plus ou moins large. Dix femmes sont veuves et essaient d’émigrer avec leurs enfants. 125 ont leur mari interné aux Milles. Dix-huit sont fiancées avec des Français ou des hommes internés aux Milles. Quatre d’entre elles se marient pendant leur séjour à Bompard sans que cela change leur situation si l’époux est étranger. Quinze femmes vivent maritalement et une se distingue par la possession d’un mari et d’un concubin. Le trio partira en ordre dispersé.

23De nombreuses familles peuvent être reconstituées. Berta H. est internée avec ses trois enfants âgés de sept ans, cinq ans et deux ans, son mari est aux Milles. Chana G. est internée avec sa fille alors que son mari est emprisonné au Brébant à Marseille. Trois de ses fils sont aux États-Unis et le quatrième en Palestine. Clara G. est internée avec sa mère Sabina R. Son mari est au camp des Milles et leur fils Richard en résidence libre à Marseille. Rojza Z. est arrêtée dans un train en essayant de franchir la ligne de démarcation avec son mari, son fils né en 1936, son beau-frère, sa belle-sœur et leurs deux enfants. Certaines femmes sont séparées de leurs enfants confiés à des œuvres ou malades et essaient d’obtenir une permission de sortie pour les voir. Scheindla K. a perdu ses deux enfants, morts, l’un en juillet, l’autre en septembre 1941, lorsqu’elle tente de s’évader. Elle est reprise et transférée aux Milles, le 5 août 1942, sans que l’on trouve sa trace sur les listes établies par Serge Klarsfeld.

D’où viennent-elles ?

2444,3 % des femmes internées à Bompard ont déjà derrière elles l’expérience des camps français. La majorité a été internée à Gurs. Cela correspond au poids des ressortissantes du Reich dans le contingent. 20,5 % proviennent de Rivesaltes. Rieucros est également fortement représenté avec 17,6 %. Les femmes originaires de ce camp ont un profil particulier : il s’agit de militantes politiques et parmi elles se trouvent des Françaises. Les principaux camps du sud de la France sont représentés à Bompard. Cela n’a rien d’étonnant puisque les personnes qui avaient la possibilité d’émigrer sollicitaient leur transfert dans les centres d’internement marseillais pour effectuer leurs démarches. La majorité des femmes, cependant n’a pas été internée avant d’être amenée à Bompard. C’est le cas des Italiennes, des émigrées installées en France de longue date ou de femmes ayant échappé aux rafles. Certaines viennent volontairement dans les centres de Bompard ou du Terminus des ports. Else F. dont le mari et le fils sont internés aux Milles, demande au préfet d’habiter à l’hôtel Terminus car elle ne peut financer son hébergement au Touring Hôtel et son voyage. Else sera transférée aux Milles, le 5 août 1942, puis à Drancy le 11 août et déportée.

La vie dans les centres d’internement

25Pour les femmes qui étaient transférées de Gurs ou de Rivesaltes dans les centres marseillais, l’amélioration devait être indéniable. Situés dans une grande ville, les hôtels ne sont pas des prisons hermétiques. Toutes sortent du centre pour effectuer les démarches administratives. Les femmes considérées comme des activistes politiques sont accompagnées dans leurs déplacements par un gendarme, mais les autres peuvent circuler plus librement et se rendre même à la plage. Il est possible d’effectuer des ménages dans les maisons bourgeoises de la ville. Les femmes mariées bénéficient de permissions pour passer quelques jours à l’hôtel avec leurs maris eux-mêmes en congé du camp des Milles, mais cela suppose, bien sûr, des moyens financiers. Lenka Reinerova se souvient de ces moments passés en compagnie de son mari à la conversation éblouissante.

26Les conditions d’internement sont loin cependant d’être idylliques. Les hôtels présentent les mêmes caractéristiques que tous les camps d’internement français. Certaines chambres comptent jusqu’à huit pensionnaires. Les installations sanitaires sont insuffisantes : une douche à Bompard qui ne compte jamais moins de 150 personnes. Les conduites d’eau sont rompues et les parasites prolifèrent. Les vitres cassées et non remplacées, les fenêtres et les portes qui ne ferment plus font grelotter les pensionnaires du Levant. Ces conditions de séjour peu engageantes n’incitent pas à l’autodiscipline et les médecins internées peinent à obtenir la collecte des ordures. La nourriture est généralement infecte et insuffisante. Les propriétaires de l’hôtel Bompard qui recevaient de l’administration une indemnité pour nourrir les pensionnaires ont laissé un souvenir pour le moins contrasté. Promiscuité, hygiène déplorable et sous alimentation caractérisent aussi les centres de séjour féminin. Mais dans ces années difficiles, qui allait s’émouvoir du sort de femmes ressortissantes de pays ennemis ?

27Comme dans tous les centres de séjour surveillé, des initiatives sont prises pour soustraire les internées et en particulier les enfants à cette atmosphère délétère. À l’hôtel Bompard, Noël Field et son épouse, le docteur Zimmer et son épouse et le service de l’Œuvre de secours aux enfants (OSE) organisent la scolarité de la cinquantaine d’enfants qui y séjourne. Ceux qui parlent le mieux français sont envoyés à l’école primaire du quartier. Pour les autres, c’est Lisa Kirbach qui dispense un enseignement de base et propose des activités récréatives aux enfants. Lorsque Lisa Kirbach quitte le centre en septembre 1941 pour s’embarquer à Lisbonne et gagner les États-Unis, elle est remplacée par Margot Stein employée de l’OSE. Le CAR organise dans le cadre de l’Organisation-Reconstruction-Travail (ORT) des cours de couture et de coupe. Une assistance médicale et sociale est assurée. Mlle Bernadette Hasenclaver, assistante sociale de la Croix-Rouge est autorisée à assurer une permanence deux fois par semaine. Les œuvres devaient obtenir l’autorisation du préfet pour pénétrer et travailler dans les camps d’internement. Regroupées dans le comité de Nîmes depuis le 20 novembre 1940, vingt-cinq organisations, nationales et internationales, religieuses et humanitaires, juives et chrétiennes ont obtenu du gouvernement français le droit d’intervenir dans les camps d’internement. Elles adoptent dans leur majorité une attitude conciliante à l’égard des autorités françaises en pensant ainsi pourvoir défendre au mieux les intérêts de leurs protégés. Les déportations du mois d’août 1942 les amèneront à des révisions déchirantes.

28Des médecins français effectuent des visites. Le docteur A. Arnaud suit avec compréhension les femmes enceintes. Le docteur Félix Roche-Imbart délivre les autorisations de sortie lorsque des soins doivent être dispensés hors du centre. Ses conclusions frappent par leur froideur. Peu de femmes trouvent grâce à ses yeux. Âgées, elles doivent se résigner à supporter leurs maux. Jeunes, elles trouveront en elles-mêmes les ressources pour se rétablir. Aucune compassion ne transparaît. Visiblement le docteur Roche-Imbart considère que sa mission est avant tout d’éviter les sorties abusives d’internées. Le docteur René Zimmer, médecin de l’OSE et le docteur Else Weil, elle-même internée, montraient plus d’empathie mais ne pouvaient infléchir les avis du docteur Roche-Imbart.

29À l’hôtel Terminus des ports, les conditions de vie sont encore plus difficiles. Les internées sont souvent beaucoup plus pauvres et âgées qu’à l’hôtel Bompard. Les enfants sont moins scolarisés malgré les efforts de Mlle Hasenclaver. Les policiers français ont pitié des enfants et autorisent les plus grands à aller à la plage.

Rapport du docteur Roche-Imbart (7 W 33)

30L’hôtel du Levant, dirigé à partir de février 1941 par Léon Benjamin Blum, semble à première vue plus hospitalier. L’approvisionnement est plus généreux que dans les autres centres mais au prix d’une participation plus élevée des internées. Clara G. demande à être transférée avec sa mère de Bompard au Levant afin que la vieille dame qui bénéficiait de cartes d’alimentation puisse suivre son régime. La demande est accordée le 12 mars 1942. En août Clara G. est transférée aux Milles et déportée à Auschwitz par le convoi n° 19. Charlotte F. demande en mai 1941 la permission d’être transférée du Levant au Terminus car elle ne peut plus payer sa pension et financer son voyage. Charlotte F. sera déportée avec Else F. en août 1942. Frederike L. ne trace pas de l’hôtel du Levant un portrait très amène. Elle souhaite quitter le centre. Les chambres contiennent jusqu’à 15 personnes, or Frederike L. est asthmatique et dérange ses compagnes. Sa demande est rejetée.

31L’OSE est très présente à l’hôtel du Levant. Au printemps 1941, Andrée Salomon, inspectrice générale de l’OSE, y nomme Fanny Loinger, infirmière diplômée de Strasbourg. Fanny Loinger a pour mission d’améliorer la tenue du centre. L’OSE s’adjoint également les services de Lotte Broderick qui tient l’infirmerie de l’hôtel avant de tomber malade en mars 1942 et de quitter le centre pour une maison de convalescence dans l’Isère.

32Le sort des enfants préoccupe particulièrement l’OSE qui place de nombreux enfants dans ses centres ou dans des colonies de vacances de l’UGIF. Cela sauve de la déportation les enfants des femmes transférées en août 1942 aux Milles puis à Drancy.

La destination finale

33Il n’est pas facile d’établir avec certitude la destination des internées lorsqu’elles quittent le centre. Certaines fiches sont muettes sur ce sujet. D’autres annoncent un embarquement à partir de Marseille ou de Lisbonne, mais on ne peut assurer que les femmes qui sont libérées pour ce motif réussissent effectivement à quitter Marseille ou la France. Clémentine (née en 1871) et Rudolphine (née en 1879) W., originaires de Mannheim, arrivent en France le 22 août 1940, elles sont internées à Gurs puis transférées à Bompard le 22 octobre 1941. Le 23 janvier 1942, elles sont libérées car leur bateau quitte Lisbonne le 14 février. Or la consultation des listes de déportation établies par Serge Klarsfeld montre que Clémentine et Rudolphine W. sont raflées, en janvier 1943, 25 quai des Belges, et sont déportées à Sobibor par le convoi n° 53. Que s’est-il passé entre janvier 1942 et janvier 1943 ? Aucun document ne permet de le dire. Bertha L., internée au Levant puis à Bompard devait quitter Marseille le 12 septembre 1941 sur le SS Eridan à destination de Casablanca avec son fils, Roger, âgé de trois ans. Elle revient au Levant le 8 décembre 1941. Le 5 août 1942, elle est transférée aux Milles puis à Drancy.

34Certaines femmes sont transférées en août 1942 au camp des Milles, mais ne figurent pas parmi les transferts vers Drancy ou dans les listes de déportations. Certaines sont transférées à Drancy, mais ne se retrouvent pas sur les listes de déportation. Les fonctionnaires français avaient visiblement le plus grand mal à restituer les noms des internées et l’orthographe était très mouvante. Souvent, c’est la date de naissance qui permet d’identifier une internée. On peut malgré tout proposer des pistes de réflexion.

Fiche de Gitla G. (7 W108)

35Sur 805 femmes, 323 sont libérées du centre. 122 arrivent à s’embarquer − mais on a vu les réserves qui s’imposaient −, les autres sont autorisées à résider à Marseille. 197 sont conduites dans un camp d’internement parce qu’elles ont échoué dans leurs démarches. Soixante-neuf sont déportées. Pour 221 femmes, aucune destination ne peut être établie avec certitude, mais elles ne figurent pas sur les listes de transfert ou de déportation établies par Serge Klarsfeld. Enfin une vingtaine de femmes s’évade. Yadviga T. séjourne trois mois à Bompard puis disparaît avec son fils âgé de 12 mois. Rosa G. déjà évadée de Brens s’échappe avec sa petite fille. Sara S. et ses trois filles, Aranka âgée de 20 ans, Desider, âgée de 17 ans et Hélène âgée de 14 ans, entrées en France en avril 1941, fuient l’hôtel Terminus en octobre 1942.

Fiche de Yadviga T. (7 W 110)

36Dans la destinée de ces femmes quel a été le poids de l’internement préalable ? Sur les 357 femmes qui ont déjà été internées avant de rejoindre le centre de Bompard, 188 sont libérées soit 52,6 %, 87 sont à nouveau transférées dans un camp et 47 sont déportées. En revanche, sur les 424 qui arrivent à Bompard sans internement préalable, 135 seulement sont libérées, 58 sont transférées dans un autre camp et 12 sont déportées. Certaines comme Gitel R. connaissent un court répit. Gitel R. est libérée en octobre 1942 mais raflée en janvier 1943 et déportée à Sobibor. C’est parmi les femmes qui n’ont pas été internées auparavant que figurent les 221 femmes dont on ne peut établir la destination finale. Cela n’a rien de surprenant. Les internées transférées à Marseille pour effectuer les démarches en vue d’émigrer avaient été dûment enregistrées dans leur camp d’origine, une correspondance avait été échangée entre les deux centres et elles arrivaient à Bompard sous la surveillance d’un gendarme. Elles étaient donc prises dans un maillage de surveillance auquel il était difficile d’échapper. On peut penser que, parmi les 221 femmes, beaucoup ont été libérées puisqu’elles ne figurent ensuite sur aucune liste. Dans cette hypothèse, l’internement préalable rendait très difficile toute libération ultérieure.

37Un clivage sépare cependant les femmes juives des autres internées. L’issue n’était pas la même. Si les militantes politiques risquent la prison comme Julia M., avocate espagnole qui s’est vue refuser à trois reprises son visa de sortie par les autorités françaises et après une tentative de départ sous un faux nom se retrouve à la prison des Présentines, les femmes juives, à partir d’août 1942, sont vouées avec leurs enfants à la déportation. Rojza Z. est déportée avec son mari par le convoi n° 30. Sa belle-sœur et son beau-frère sont déportés par le convoi n° 33.

38Pessa Alta B. est déportée par le même convoi n° 33 avec sa fille Jenny née en 1920 et ses 4 fils internés aux Milles, Mosès né en 1911, Koseph né en 1914, Léon né en 1921 et Isy né en 1923. Jenny B. est déportée par le convoi n° 19 avec son mari Léo et leur fils Rudolphe bien qu’ils disposent d’un visa américain et que leur passage ait été payé. Fannie C. est internée avec son fils Norbert, né en 1937 à Vienne et curieusement avec son beau-père Markus alors que son mari Joseph se trouve aux Milles. Fannie et Joseph sont déportés par le convoi n° 9, alors que Markus apparaît le 22 janvier 1944 sur les listes de Serge Klarsfeld.

Fiche de Rosa G. (7 W 108)

Fiche de Pessa Alta B., mentionnant six enfants aux Milles (7 W 108). Déportée par le convoi n° 33

Fiche de Jenny B., mentionnant six enfants aux Milles (7 W 108). Déportée par le convoi n° 33

Conclusion

39Les centres de séjour surveillé de Marseille représentaient pour les femmes internées l’espoir de quitter l’Europe. Espoir déçu pour une majorité d’entre elles qui échouent dans leur tentative. Leur horizon est alors celui d’un camp d’internement : Rivesaltes, Nexon, Gurs aux conditions de vie beaucoup plus difficiles que celles de Marseille. Pour les femmes juives, à partir d’août 1942, il n’y a plus d’illusion possible. Mais une fois qu’elles ont été prises dans le réseau des camps d’internement, il leur est très difficile de se cacher. Leurs enfants lorsqu’ils ont été placés par les œuvres avant la fin du mois d’août peuvent espérer survivre. Pour les autres, ils partent avec leurs mères à Drancy et de là à Auschwitz.

Notes

1 Outre le Journal officiel pour les différents décrets et lois réglementant le séjour des étrangers, les centres d’internement et établissant le statut des juifs, il est utile de consulter les sous-séries suivantes : 7 W : Service des étrangers. Fichiers des centres d’émigration de Bompard, Levant, Terminus des ports ; 76 W : Cabinet du préfet qui contient la correspondance échangée entre les différents échelons de l’administration sur la surveillance et l’internement des étrangers ; 99 W : Police et séjour des étrangers ; 142 W : Direction générale des centres de séjour surveillé et des camps d’internement (1939-1946), on peut trouver dans cette sous-série le fichier du camp des Milles ; 174 W : Santé. Rapports des médecins assermentés sur les internés des Milles et de Bompard.

2 Sur ces dispositions législatives et les suivantes, voir en annexes « Les textes législatifs et leur application ».

Table des illustrations

Légende Fiche de Lotte R. (7 W 110)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fiche d’Inge et Rosa M. (7 W 110). Rosa et son mari Léopolod sont déportés par le convoi n° 33
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Rapport du docteur Roche-Imbart (7 W 33)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fiche de Gitla G. (7 W108)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fiche de Yadviga T. (7 W 110)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fiche de Rosa G. (7 W 108)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fiche de Pessa Alta B., mentionnant six enfants aux Milles (7 W 108). Déportée par le convoi n° 33
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fiche de Jenny B., mentionnant six enfants aux Milles (7 W 108). Déportée par le convoi n° 33
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Professeur au lycée Thiers, Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540