Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Première partie : la galaxie des Milles

De la galaxie des Milles aux rafles de juifs en Provence

Robert Mencherini

Texte intégral

  • 1 Ainsi Denis Peschanski, La France des Camps, Paris, Gallimard, 2002 ; Christian Eggers, « L’intern (...)
  • 2 Voir Jean-Marie Guillon, « Les communistes dans les camps français, Chibron (juin 1940-février 194 (...)
  • 3 Sur ce point Denis Peschanski, Les Tsiganes en France, 1936-1939, Paris, CNRS Éditions, 1994, Mari (...)

1De nombreux auteurs ont montré que la France de la Seconde Guerre mondiale fut celle des camps1. De 1939 à 1944, des camps d’internement existèrent dans toute la région, avec des fonctions diverses. Le camp de Chibron, près de Signes dans le Var2, celui de Sisteron, dans les Basses-Alpes, furent des centres d’internement des politiques et aussi, pour le second, de droits communs. Celui de Saliers, en Camargue, fut un camp d’internement des Tsiganes3.

  • 4 Ex., Les camps en Provence : exil, internement, déportation, 1943-1944, Aix-en-Provence, Alinéa, 1 (...)

2Le camp des Milles occupait une place particulière. Après une longue période d’effacement de la mémoire et de l’histoire, les travaux de l’équipe de Jacques Grandjonc et Théresia Grundner, d’André Fontaine ont attiré l’attention sur ce camp, installé en 1939 dans une tuilerie alors en cessation d’activité depuis deux ans, à proximité du petit village des Milles, à deux pas d’Aix-en-Provence4.

3Nous avons déjà évoqué, dans Marseille, Vichy et les Nazis, son utilisation, en particulier en août 1942, comme centre de regroupement des juifs étrangers raflés avant leur transfert à Drancy. Mais, de fait, le camp des Milles se trouva au cœur d’une galaxie de l’internement dans la France du Sud-Est, pendant une période beaucoup plus longue. La question se pose de son rôle dans la politique d’exclusion et de déportation des juifs, au moins jusqu’à l’occupation de la zone Sud qui coïncide, à l’hiver 1942, avec la fermeture du camp.

4Le 11 novembre 1942 ouvrit une autre phase, sans faire toutefois disparaître la totalité des « annexes » des Milles, Groupements de travailleurs étrangers (GTE) et autres centres de regroupement. Du point de vue des persécutions antisémites, de grandes différences existent, à partir de ce moment, entre les zones d’occupation allemande et italienne. Les contributions départementales en dressent le tableau, avant d’examiner les conséquences de la prise en main totale de la région par les Allemands. Celle-ci leur permit, après la capitulation italienne de septembre 1943 et avec l’aide de groupes collaborationnistes français, d’étendre leur politique de déportation systématique aux départements orientaux de la région provençale.

Le camp des Milles et la naissance d’une galaxie de l’internement en 1939-1940

5Recherches et archives permettent de distinguer trois grandes étapes chronologiques dans la vie du camp des Milles.

  • 5 Il doit devenir un lieu de mémoire et d’histoire dans le cadre du projet porté par l’association « (...)

6Dans un premier temps, il fut, après la déclaration de guerre de septembre1939, un camp de rassemblement des « indésirables »5 au temps de la politique d’exception qui visait les ressortissants du Reich devenus « sujets ennemis ». Paradoxalement, ces derniers étaient pourtant, pour la plupart, opposants et victimes du nazisme. Le premier regroupement eut lieu à partir de la première quinzaine de septembre 1939. Rapidement, on compta plus de 1 800 internés.

  • 6 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 71-72.
  • 7 Voir infra, la contribution de Jacqueline Ribot et André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, (...)
  • 8 À ce propos la correspondance entre Élisabeth Marum-Lunau et son mari, Heinz Lunau, interné aux Mi (...)
  • 9 Anne Grynberg, op. cit., p. 77, Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, (...)

7Pour désengorger le camp, des groupes furent disséminés dans toute la région, en particulier dans les Basses-Alpes, dans des locaux improvisés, comme à Forcalquier, à partir de novembre 1939, avec un détachement à Volx6, à Manosque dans le cinéma Variétés, ou aux Mées, avec un détachement à Château-Arnoux7. Fin janvier 1940, d’importants départs des Milles eurent lieu vers Manosque et Forcalquier, où les internés étaient immédiatement employés à divers travaux8 : un décret du 13 janvier 1940 permettait aux apatrides et étrangers bénéficiant du droit d’asile de s’engager comme « prestataires », c’est-à-dire comme travailleurs étrangers au service de l’armée française9.

  • 10 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 80-81 et Claire Lutrin, « Quand une u (...)

8Progressivement, les effectifs des Milles furent en décroissance du fait des libérations, des départs outre-mer ou des engagements dans la Légion étrangère. Le site ferma le 18 avril 1940 et les internés furent alors transférés à Lambesc, petit village entre Aix-en-Provence et Salon, dans les locaux d’une ancienne conserverie10.

  • 11 Élisabeth Marum-Lunau, op. cit, p. 164 et sq.
  • 12 Emmanuelle Foster, Ferdinand Springer, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1995, p. 113-114.
  • 13 Élisabeth Marum-Lunau, op. cit, p. 167 et sq.

9Lors de l’offensive allemande, à la mi-mai 1940, les prestataires furent employés à des tâches plus spécifiquement militaires, comme ceux de Manosque envoyés dans un dépôt d’artillerie du Mans11. Ceux de Forcalquier partirent pour Le Meslay-du-Maine (Sarthe) dans les premiers jours de juin12. Le camp des Milles fut ouvert de nouveau pour les « indésirables » hommes. Mais, cette fois, les femmes furent également internées. Allemandes et Autrichiennes, puis Italiennes à partir de l’entrée en guerre de leur pays, furent regroupées dans plusieurs hôtels de Marseille, hôtel du Levant, hôtel Bompard, hôtel Terminus des Ports, évoqués par Sylvie Orsoni. Dans la région, d’autres centres d’internement féminin, comme celui de Hyères13, complétèrent le dispositif et constituèrent souvent des étapes avant un transfert à Gurs.

  • 14 Jean-Michel Royer, « Max Ernst, ‘‘Petits malheurs en Provence’’ », Des peintres au camp des Milles (...)
  • 15 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 87. L’auteur cite ainsi les centres d (...)
  • 16 Cet épisode a été repris de manière assez romanesque dans le film de Sébastien Grall, Les Milles : (...)
  • 17 Voir le témoignage de Lion Feuchtwanger, Le Diable en France, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, 1985, (...)

10Les effectifs des Milles gonflèrent avec l’arrivée de détenus du Nord, Luxembourgeois, Belges, Hollandais, ou en provenance de Nice et de la Côte d’Azur ou encore avec le retour de prestataires. Le camp, surpeuplé, oscilla alors, selon le mot de Max Ernst, entre Ubu et Kafka14, tandis que se multipliaient des « annexes » provisoires à proximité d’Aix et de Marseille15. Le 22 juin, sous la pression des réfugiés anti-nazis particulièrement inquiets de la débâcle des troupes françaises, un train quitta le camp à destination de la côte atlantique, avec environ 2 000 internés désireux de fuir l’avance allemande16. Mais le convoi fit demi-tour à Bayonne et l’épisode se termina, pour ceux qui n’avaient pu s’enfuir, dans un camp de toile improvisé à Saint-Nicolas du Gard, à proximité de Nîmes. C’est là que les internés apprirent la signature de l’armistice et de la convention qui, dans son article 19, exigeait la remise, « sur demande » des vainqueurs, de tous les ressortissants allemands, ce qui évidemment suscita l’angoisse de la plupart d’entre eux17.

  • 18 AD BdR 142 W 29, le capitaine Goruchon, commandant le camp des Milles au sous-préfet d’Aix-en-Prov (...)
  • 19 AD BdR 142 W 29, le capitaine Goruchon, commandant le camp des Milles au sous-préfet d’Aix-en-Prov (...)
  • 20 Voir « Rapport de la commission Kundt sur les camps situés en zone non occupée », Hanna Schramm, B (...)

11Pourtant 726 internés demeurés aux Milles demandèrent à être rapatriés en Allemagne et furent remis, le 17 juillet 1940, aux autorités allemandes à Chalons-sur-Saône18. L’effectif se réduisit alors à 234 internés qui souhaitèrent bénéficier du droit d’asile : une cinquantaine, ayant une femme ou des enfants français, était déjà en voie de libération le 23 juillet19. En juillet et début août, une commission allemande, dirigée par le conseiller d’ambassade Ernst Kundt et mandatée par la commission d’armistice allemande de Wiesbaden, visita le camp. Elle dénombra, au début août « 152 internés dont 55 aryens »20.

  • 21 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône et rapport de pol (...)
  • 22 Voir Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.),(...)
  • 23 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône, 22 août 1940.

12Mais, dans la deuxième quinzaine du mois d’août 1940, le sous-préfet d’Aixen-Provence fit état d’un millier d’Allemands internés « la plupart israélites » à l’occasion de rixes entre ces derniers et des militaires en voie de démobilisation aux Milles21. La situation fin août-début septembre était assez confuse avec le retour aux Milles des internés regroupés à Saint-Nicolas et la décision du gouvernement de Vichy d’interner de nouveau tous les ressortissants du Reich âgés de 17 à 65 ans. Plusieurs exceptions étaient prévues pour la dispense de l’internement qui valaient aussi pour la libération des prestataires22. Le sous-préfet d’Aix demanda alors quelques mesures d’urgence, « en attendant la liquidation du Camp de Concentration des Milles »23. À l’automne, les transferts à Gurs, les évasions, contribuèrent, de nouveau, à vider le camp.

Les Milles, camp de transit sous le gouvernement de Vichy

  • 24 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône, 9 octobre 1940.
  • 25 Hanna Schramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs. Un camp de concentration français 1940-1941, Paris, (...)

13En octobre, la décision fut prise de transformer les Milles en camp de transit et d’y regrouper les étrangers en instance d’émigration24. Il fut alors alimenté par l’arrivée des hommes touchés par les lois raciales d’octobre-novembre 1940 (en particulier la loi du 4 octobre 1940 sur l’internement des ressortissants étrangers de race juive – sur décision du préfet –, la loi du 22 juillet 1940 et le décret du 1er novembre 1940 sur la révision des naturalisations) et l’expulsion en France des juifs allemands du Palatinat, de Bade et du Wurtemberg. Ainsi, au camp de Gurs où la situation était devenue catastrophique du fait de l’arrivée de ces expulsés « quiconque avait obtenu un affidavit (déclaration de caution d’un citoyen du pays d’accueil) et un visa d’entrée pour les États-Unis ou pour un autre pays était transféré au camp de transit des Milles, près de Marseille où il attendait le prochain bateau en partance »25.

  • 26 AD BdR 76 W 188, service des étrangers au directeur des services de police, 17 octobre 1940.
  • 27 Anne Grynberg, Les camps de la honte, op. cit., p. 281, André Fontaine, Le camp d’étrangers des Mi (...)

14Le secrétaire d’État à l’Intérieur précisa les conditions dans lesquelles le camp des Milles s’insérait dans le dispositif général du transit. Il demanda au préfet de réorganiser et d’équiper complètement le camp à cet effet et l’incita à accélérer les procédures, le premier décembre constituant une « limite extrême » pour l’accueil des premiers contingents de candidats au départ. Les étrangers en instance d’émigration internés dans des centres d’autres départements devaient être dirigés vers les Milles. Mais la détention en camp ne s’imposait pas nécessairement pour tous. Certains pouvaient être maintenus en résidence libre s’ils disposaient de ressources suffisantes26. On pouvait arriver aux Milles à partir de camps de la zone Sud, comme Gurs ou Le Vernet ou du département, comme Carpiagne27. Mais d’autres parcours y conduisaient aussi après incarcération ou passage par des centres de tri.

  • 28 AD BdR 76 W 188, service des étrangers au directeur des services de police, 17 octobre 1940, table (...)

15Et il existait, dans la région, une nébuleuse de lieux d’incarcération provisoires, de prisons ordinaires ou non, de centres de tri, de services hospitaliers et de centres de soin où passaient les réfugiés. Du 12 septembre au 7 octobre 1940, 840 étrangers furent « criblés » dans une caserne de Marseille par le Service des étrangers. 598 furent libérés et 221 orientés vers les camps, en particulier, pour les Bouches-du-Rhône, à Carpiagne (78), aux Milles (46), à Miramas (30) et à Trets (2). Les autres furent envoyés dans le Sud-Ouest ou le Languedoc-Roussillon28. Pendant cette courte période, les plus nombreux des « criblés » furent les Espagnols (322), suivis par les Polonais (244), les Tchécoslovaques (132), les ressortissants du Reich (96), les apatrides (18), les Hongrois (7), les Grecs (7) et les Russes (5). Belges, Italiens, Portugais, Albanais, Yougoslaves représentaient, au total, moins de 10 personnes. Les destins ne furent pas identiques selon les nationalités : 58 % des ressortissants du Reich furent internés, ainsi que 37 % des Polonais, 15,8 % des Espagnols, 10 % des Tchécoslovaques.

  • 29 AD AHP 6 J 13, S. Langer, Rabbin, 59, avenue Maréchal Foch, Marseille, « rapport sur le Brébant ma (...)
  • 30 AD AHP 6 J 13, 27 mai 1941, S. Langer, Rabbin, 59, avenue Maréchal Foch, Marseille, « rapport sur (...)
  • 31 AD BdR 142 W 2, secrétaire général à la Police au préfet des Bouches-du-Rhône, 7 juillet 1941. Au (...)

16À Marseille, l’établissement du « Brébant marseillais », avenue des Chartreux, réquisitionné en octobre 1940, puis loué à ses légitimes propriétaires, servit de centre de triage à compter du 7 octobre 1940. En avril 1941, il abritait environ 80 personnes dont 10 israélites, la plupart engagés dans les régiments de la Légion et envoyés dans les groupes de travailleurs étrangers (GTE) d’Aubagne, mais déclarés inaptes. Les hommes étaient étroitement surveillés, avec – à la différence des hôtels de Marseille utilisés pour l’internement des femmes − interdiction de sortir29. Le rabbin Langer, qui visitait tous les centres, y retrouva quelques semaines plus tard, une centaine de personnes dont 15 israélites, plusieurs venus du camp de Langlade (Gard) et déclarés inaptes comme travailleurs. D’autres y avaient été envoyés du camp des Milles par mesure disciplinaire30. Le Brébant assurait donc, en plus du « criblage » des étrangers, une fonction répressive. Ainsi, en juillet 1941, après une évasion du camp des Milles, des étrangers « signalés comme particulièrement dangereux » y furent internés et accompagnés au cours de leurs visites dans les consulats31.

  • 32 AD BdR 142 W 29, « situation d’effectifs des hébergés » aux dates des 15 mars 1941, 30 novembre 19 (...)

17Du fait des nouvelles dispositions xénophobes et antisémites, les effectifs du camp des Milles connurent une croissance importante au cours des années 1941 et 1942 et passèrent de 829 internés en mars 1941 à 1 300-1 400 de janvier à juin 1942 (1 393 fin novembre 1941, 1 361 le 15 janvier 1942, 1 346 le 15 mars 1942, 1 315 le 15 mai 1942 et 1 301 le 15 juin 1942)32.

18Parmi les internés, les hommes de 15 ans à 65 ans représentaient la grande majorité : 800 en mars 1941, 1 270 en novembre 1941, 1 037 en janvier 1942, 1 019 en mars 1942, 924 en mai 1942, 775 en juin 1942. La baisse des effectifs de cette tranche d’âge, que l’on constate à compter de mars 1942, plus importante que celle des effectifs globaux, s’explique, pour la plus grande part, par les détachements dans les Groupes de travailleurs étrangers du département.

  • 33 À l’incitation d’une commission allemande, un groupe d’internés hongrois des Milles accepta, en fé (...)
  • 34 Un transfert de 83 internés soviétiques du camp de Carpiagne aux Milles fut demandé en octobre 194 (...)

19Les nationalités les plus représentées aux Milles étaient, pour ces deux années, les Allemands (633 avec les ex-Autrichiens en mars 1941, 756 fin novembre 1941, 578 le 15 janvier 1942, 565 le 15 mars 1942, 512 le 15 mai 1942, 452 le 15 juin 1942), suivis par les ex-Autrichiens (de 304 fin novembre 1941 à 159 à la mi-juin 1942), les Polonais (16 en mars 1941, mais 78 fin novembre 1941, 80 en janvier 1942, 84 en mars, 75 en mai, 55 en juin 1942), les Bulgares (de 41 à 19 pour la même période), les Hongrois (autour d’une vingtaine)33, les Roumains, les Tchèques, les Russes34, avec de grandes fluctuations pour les Espagnols (de 6 à 28), dont bon nombre étaient regroupés en GTE.

  • 35 En plus des ouvrages cités supra, les articles en français de Doris Obschernitzki, « L’intendant d (...)
  • 36 Anna Seghers, Transit, Paris, La Bibliothèque française, 1947, rééd. Aix-en-Provence, Alinéa, 1986 (...)
  • 37 Jean-Marie Guillon (dir.), Varian Fry. Du refuge… à l’exil, Arles, Actes Sud, 2000, 2 vols. (actes (...)
  • 38 AD BdR 142 W 29, correspondance entre le commissaire de police d’Aix-en-Provence et le sous-préfet (...)

20La vie dans le camp et son organisation en 1940-1942 ont été étudiées de manière détaillée par Jacques Grandjonc, André Fontaine, Doris Obschernitzki, que ce soit pour la première période de regroupement ou pour celle du transit35. Nous renvoyons à leurs travaux. De même l’univers du transit a été décrit à maintes reprises. Pour Marseille, on peut se reporter aux œuvres romanesques, mais très ancrées dans la réalité d’Anna Seghers ou de Jean Malaquais36, aux études autour du Comité américain de secours et de Varian Fry37. Le séjour au village des Milles était interdit aux compagnes des internés38. Certaines séjournaient librement dans des localités plus éloignées, d’autres étaient regroupées dans des hôtels de Marseille, devenus des centres réservés aux femmes − qui n’étaient pas, pour la plupart, officiellement liées à des internés − et à leurs enfants. Parmi ces hôtels, il faut faire une distinction entre celui du Levant, géré par le Comité d’assistance aux réfugiés (CAR) et les hôtels Bompard et Terminus des Ports, rattachés administrativement au camp des Milles. Mais cette différence s’atténua très fortement, à partir de septembre 1941 : le CAR accepta alors le contrôle des autorités qui, finalement, surveillèrent étroitement les internées dès la fin de l’année.

  • 39 AD AHP 6 J 13, rabbin Langer, « rapport sur l’hôtel Terminus des ports », 15 avril 1941.
  • 40 Voir infra la contribution de Sylvie Orsoni.

21Ces femmes avaient la possibilité de sortir pour effectuer les démarches en vue de l’émigration. Avec toutefois des fluctuations : le rabbin Langer, lors de sa première visite à l’hôtel Bompard, le 21 mars 1941, constata que les 24 femmes qui y étaient alors retenues, pour beaucoup en provenance de Rieucros, ne pouvaient sortir qu’accompagnées, car considérées « suspectes » (du fait de l’étiquette politique des internées de Rieucros). En revanche, trois semaines plus tard, les 110 femmes, venues de Gurs et accompagnées d’une vingtaine d’enfants, bénéficiaient d’une « liberté complète » et n’étaient astreintes qu’à la présence aux repas et à partir de 18 h 30. Les effectifs augmentèrent encore en mai jusqu’à atteindre 175 personnes dont 36 enfants. À la mi-avril 1941, l’hôtel Terminus des ports abritait également 120 femmes transférées de Gurs39. Elles étaient toutes munies de visas de sortie et, en mai 1941, une cinquantaine d’entre elles parvint à s’embarquer pour l’Amérique. Ce qui contribua certainement à améliorer momentanément des conditions d’hébergement très précaires40.

  • 41 AD BdR 6 J 13, rapports du rabbin Langer, 15 avril et 29 avril 1941.

22La moitié environ de ces femmes participa aux fêtes de la Pâque juive organisées en 1941 par le rabbin Langer dans les hôtels et reçut la nourriture rituelle préparée à cette occasion41.

Une myriade de Groupes de travailleurs étrangers

  • 42 AD BdR, 142 W 26, situations d’effectifs, janvier à mai 1942.
  • 43 Christian Eggers, « L’internement sous toutes ses formes… », op. cit., p. 34-35.

23Parmi les internés des Milles, un certain nombre étaient détachés dans des Groupes de travailleurs étrangers (GTE) de la région. Ainsi, en 1942, les « situations d’effectifs » font apparaître des détachements dans les GTE de Miramas (d’une quarantaine à 108), Aubagne (de 149 à 163), Gardanne (de 11 à 22), La Ciotat (de 33 à 50), Arles (8 en juin 1942), Saint-Cyr, dans le Var (de 36 à 75)42. Les effectifs détachés furent d’ailleurs en forte progression dans le premier semestre 1942, passant de 205 en janvier à 218 en mars, 284 en mai et 414 en juin, représentant de 15 % à 31 % d’effectifs globaux en légère diminution (1 361 à 1 301). Ces transferts vers les GTE sont remarquables. Ils semblent bien correspondre à une « réorientation en profondeur du système d’internement », que Christian Eggers estime liée à l’entrée en guerre des États-Unis et à la recherche, pour Vichy, de la solution la moins onéreuse permettant de faire face, jusqu’à la fin de la guerre, à l’arrêt de l’émigration des « indésirables », juifs en particulier43.

  • 44 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mo (...)

24Les GTE, s’ils n’apparaissent dans les « situations d’effectifs » des Milles qu’à partir de janvier 1942, existaient bien avant cette date. De fait, ils avaient pris la succession des Compagnies de travailleurs étrangers (CTE), dont les premières avaient été créées en 1939 et développées dès le début des hostilités avec comme objectif de faire participer les étrangers à l’effort de guerre44.

  • 45 Denis Peschanski, op. cit., p. 138 et 224-225, voir aussi Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allem (...)
  • 46 AN AJ 38 1153, le chef de la police aux questions juives Marseille au chef de la police aux questi (...)

25Mais la loi du 27 septembre 1940 sur les « étrangers en surnombre dans l’économie nationale » qui créa les GTE visait d’autres objectifs et d’abord à exclure un certain nombre d’indésirables de la nouvelle communauté nationale. Pour Denis Peschanski, il s’agissait avant tout d’instaurer « un système de régulation discriminatoire » et la « rupture était (…) flagrante avec la logique qui avait présidé à l’instauration des CTE »45. Pourtant, il fallut aussi pallier les problèmes de main-d’œuvre liés à la guerre et cette dernière préoccupation joua de plus en plus. D’ailleurs les GTE dépendirent désormais du ministère de la Production industrielle et du Travail. Le commandant du groupement n° 4 qui avait en charge les GTE de la région de Marseille insistait sur cet aspect : « Un des buts principaux recherchés c’est de fournir de la main-d’œuvre là où elle fait défaut » et plus particulièrement de pallier le manque de bras dû à l’absence des prisonniers pour les professions de gros œuvre (agriculture, forestage, mines)46.

  • 47 Émile Temime, « Espagnols et Italiens en France », Pierre Milza, Denis Peschanski, Exils et migrat (...)
  • 48 Le commandant Déron précise que les GTE ne sont pas constitués par nationalités. Immédiatement apr (...)

26Les anciennes CTE regroupaient pour beaucoup les réfugiés républicains espagnols. Sous Vichy, les Espagnols constituaient encore la catégorie la plus nombreuse des GTE, alors que la loi visait l’ensemble des étrangers réfugiés en France47. Une forte présence de travailleurs espagnols est attestée dans la plupart des groupements de la région, avec de grandes fluctuations en fonction des transferts48.

27Nous pouvons aujourd’hui donner quelques aperçus sur les GTE de la région, sans toutefois, du fait de nos sources, prétendre à l’exhaustivité, ni dans leur dénombrement, ni dans leur évolution pendant l’ensemble de la période. On peut dégager quelques constantes pour l’ensemble des GTE, en ce qui concerne leurs activités et leurs conditions de vie quotidiennes.

  • 49 AD AHP 6 J 13, note « 20e groupe de travailleurs étrangers - Saint-Cyr (Var) », signée « Salzer », (...)
  • 50 AD AHP 6 J 17, 23 août 1942, « Comité de coordination pour l’assistance dans les camps, commission (...)
  • 51 Pour les GTE des Basses-Alpes, voir la contribution de Jacqueline Ribot.
  • 52 AD AHP 6 J 17, J.-J. Favre, « Visite au 104e GTE (22-23-24-8-42), détachement de Chibron ».
  • 53 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 107.

28Beaucoup étaient utilisés pour des coupes de bois, activité pratiquée dans le Var par les hommes du 20e GTE de Saint-Cyr-sur-Mer49, par celui de Méounes50, ou, dans les Basses-Alpes par un groupe du GTE 702 des Mées51. À Chibron, près de Signes, des Espagnols du 104e GTE avaient succédé aux internés communistes et carbonisaient le bois déjà coupé tandis que d’autres travaillaient dans les champs52. Les activités agricoles constituaient aussi une bonne part des travaux des GTE. André Fontaine évoque une cinquantaine d’internés des Milles répartis individuellement dans les fermes environnantes53. Mais ces activités étaient répandues : aux Mées, elles occupaient le détachement le plus nombreux du 702e GTE.

  • 54 AD AHP 6 J 13, note « groupe de travailleurs étrangers 828 – Vidauban (Var) », signée « Salzer », (...)
  • 55 En janvier 1943, les 80 mineurs de fond du groupe (sur « 200 travailleurs étrangers nourris par le (...)
  • 56 AD AHP 6 J 17, 24 août 1942, « Comité de coordination pour l’assistance dans les camps, commission (...)
  • 57 Idem, « visite au 104e GTE (24-8-42), détachement de La Capte ».
  • 58 AD AHP 6 J 14, « rapport sur la visite de monsieur Wimphen au GTE n° 4 » (chiffres pour le 1er mar (...)

29Plusieurs GTE étaient employés à des travaux de terrassement, comme le 828e GTE de Vidauban dans le Var (élargissement de routes, aménagement du terrain d’aviation pour les Ponts-et-Chaussées)54 ou à l’extraction de divers produits. Celle du charbon, comme, dans le bassin de lignite de Provence, à proximité de Gardanne, le 6e GTE de Meyreuil, avec ses mineurs de fond, la plupart espagnols55, ou les hommes du 702e GTE des Mées affectés aux mines de Sigonce, près de Manosque. D’autres, cantonnés autour d’Hyères (Var) récoltaient le sel marin qu’ils ensachaient et chargeaient sur les wagons. Les hommes du 104e GTE du détachement des Salins d’Hyères travaillaient à la tâche pour la Compagnie des Salins du Midi56. Les activités étaient identiques pour le détachement de La Capte57. Un GTE existait aussi aux Salins-de-Giraud (GTE 827), en Camargue58.

  • 59 Suzette Hazzan a étudié la composition, le fonctionnement et l’évolution des GTE de Miramas (voir (...)
  • 60 AD AHP 6 J 13, 30 juin 1942, Note « 167e groupe de travailleurs étrangers - La Ciotat (BdR) », sig (...)

30Enfin, plusieurs établissements industriels utilisaient les services des GTE. Les travailleurs étrangers de Miramas (Bouches-du-Rhône) étaient employés par des entreprises proches : produits chimiques, construction, poudreries. Certains travaillaient aussi à la gare de cet important nœud ferroviaire59. À La Ciotat, les hommes du 167e GTE, une centaine d’israélites au total, travaillaient aux Chantiers navals60. Dans les Basses-Alpes, l’usine de produits chimiques de Saint-Auban employait des hommes du 702e GTE des Mées.

31Les conditions de travail, très physiques et en règle générale difficiles, étaient encore aggravées par des équipements sommaires. Elles entraînaient souvent des accidents corporels chez ces TE qui, pour beaucoup, n’étaient pas des travailleurs manuels : ainsi étaient fréquents, parmi d’autres affections, les genoux brisés, et les doigts coupés lors des travaux forestiers, les crevasses et les peaux rongées par le sel marin, les effets nocifs des produits chimiques.

  • 61 AD BdR 76 W 188, Ministère de la Production industrielle et du Travail, formation de travailleurs (...)

32Les conditions de vie quotidiennes étaient, le plus souvent, rudimentaires. Un rapport du commandant du 4e groupement évoqua, en février 1941, la situation de pénurie du 167e GTE de La Ciotat en vêtements et matériel de couchage61. Il insistait sur le fait, que, depuis trois mois, c’est-à-dire depuis la prise en charge des TE par le ministère de la Production industrielle et du Travail, aucune réponse n’avait été donnée à ses demandes, pour l’ensemble des GTE du groupement. On pouvait retrouver les mêmes vêtements usés et déplorer la même absence de mobilier d’un bout à l’autre des formations de TE de la région.

  • 62 AD AHP 6 J 13, 30 juin 1942, Note « 167e groupe de travailleurs étrangers - La Ciotat (BdR) », sig (...)
  • 63 AD AHP 6 J 13, note « groupe de travailleurs étrangers 828 – Vidauban (Var) », signée « Salzer », (...)

33L’aspect hétéroclite des conditions d’hébergement montre que celles-ci relevaient aussi de l’improvisation. Le 167e GTE de La Ciotat était installé sous les tribunes d’un stade de football, à quelques kilomètres de la gare. Les repas y étaient livrés par une charrette depuis une cuisine distante de 2 kilomètres62. Les hommes du 20e GTE de Saint-Cyr cantonné également à proximité de la gare de la localité occupaient, pour la plupart, un grand garage. Mais de nouveaux arrivants venus d’Aubagne logeaient, en juin 1942, dans le sous-sol malsain d’une « sorte d’entrepôt ». Le 828e GTE de Vidauban était éclaté entre diverses maisons de la localité, l’ensemble étant « utilisé au mieux » en faveur des hommes63. À Chibron, les TE bénéficiaient de certaines améliorations apportées à la ferme par l’armée. Mais l’ensemble demeurait très sommaire. À Hyères, des logements avaient été aménagés en bordure des marais. Les GTE de Miramas étaient abrités dans des baraquements exigus et pour certains dans des wagons stationnés en gare. Les conditions d’hygiène, variables selon les cantonnements et la taille des groupes, étaient le plus souvent déplorables : manque d’eau, toilettes plus que rudimentaires, absence de savon, parasites très répandus.

34Enfin, la nourriture était nettement insuffisante. Dans ce cadre, les élevages et jardins entretenus par les internés constituaient des compléments précieux.

Des GTE et des centres particuliers

  • 64 AD AHP, 6 J 13, « Extrait de la lettre du grand rabbin Salzer » (Aubagne, Miramas, Vidauban), 13 m (...)
  • 65 Eggers Christian, « L’internement sous toutes ses formes… », op. cit., p. 29-31.
  • 66 D’après les archives du consistoire central, voir infra.
  • 67 AD AHP, 6 J 13, « Extrait de la lettre du grand rabbin Salzer » (Aubagne, Miramas, Vidauban), 13 m (...)

35Parmi toutes les formations de TE, il faut classer à part le centre d’Aubagne. Cette localité abritait plusieurs GTE. D’une part, les groupes 707 et 829 semblaient « fonctionner dans de bonnes conditions » et leurs chefs s’efforçaient même d’améliorer la situation des internés. De l’autre, le groupe 706, cantonné dans le « château » constituait un groupe disciplinaire64. Il existait plusieurs groupes disciplinaires en zone Sud (ainsi à Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées, au Fort de Chapoly, près de Lyon). Ils étaient définis par un décret du 22 février 1941 qui ne donnait pourtant aucune précision sur les formes d’indiscipline à sanctionner65. Suzette Hazzan cite le cas d’un interné de Miramas transféré à Aubagne parce qu’il n’avait pas compris une consigne d’un surveillant66. Le grand rabbin Salzer nota, dans un rapport de visite, que, dans le groupe disciplinaire d’Aubagne, « le traitement qui y est infligé dépasse l’imagination, tant l’attitude des chefs est cruelle et injuste ». Et il cita le cas de « Monsieur Kraus, âgé de 48 ans, transféré du camp des Milles au 707e GTE. Ne pouvant effectuer les travaux demandés, il a été amené au « château » pour « mauvaise volonté ». Il y est resté quinze jours. À la suite des mauvais traitements subis (il aurait été battu, reçu des coups de pieds, des coups de crosse), il a été transféré à l’infirmerie où il est décédé, le jour même de son admission ». Le cas n’était pas isolé : « Un autre réfugié est décédé lors de son transfert au centre de criblage du Brébant (ayant été libéré du « château ») »67.

  • 68 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.

36De plus, des centres qui n’étaient pas officiellement classés comme disciplinaires l’étaient dans les faits : ainsi, le détachement de Norante, dépendant du GTE des Mées, dans les Basses-Alpes68, étudié par Jacqueline Ribot.

  • 69 Sur des centres et l’action de Gilbert Lesage, chef du Service social des étrangers (SSE), voir Sa (...)
  • 70 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.
  • 71 Samuel Pintel, « Les centres d’accueil du service social des étrangers sous Vichy (1941-1944) », o (...)

37D’autres centres constituaient aussi des cas particuliers. Celui de Reillanne, dans les Basses-Alpes, ouvert en novembre 1942, dépendait du Service social des étrangers dont l’origine se trouvait, comme les GTE, dans la loi du 27 septembre 1940. Entraient dans les attributions de ce service, précisées par une circulaire de juillet 1941, les « questions relatives aux familles des travailleurs étrangers incorporés dans les formations »69. Le « centre d’accueil et d’hébergement » de Reillanne, installé dans un couvent abandonné par les religieuses, abritait donc ces familles, femmes, hommes et enfants70. D’autres centres de ce type, gérés par le service social des étrangers, existaient à Saint-Menet, dans la banlieue Est de Marseille, et à Nans-les-Pins, dans le Var71.

  • 72 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.
  • 73 AD BdR 76 W, divers rapports de police.

38Toujours dans les Basses-Alpes, un centre d’accueil et de reclassement pour les étrangers avait été ouvert à Gréoux, en janvier 1942 pour les anciens combattants polonais72. Les ex-militaires polonais (de l’armée polonaise en France) étaient très présents dans la région. Démobilisés à Carpiagne, ils avaient quitté ce camp au plus tard en octobre 1940, pour divers centres du Vaucluse (Montmirail), du Gard ou des Bouches-du-Rhône (celui de Sainte-Marthe, à Marseille, abritait plus de 200 hommes). D’autres étaient accueillis par la Croix-Rouge polonaise à « l’hôpital anglais », situé à proximité de Campagne Lévêque, chemin de la Madrague-Ville, dans la banlieue nord de Marseille, d’une capacité de 200 lits. Beaucoup essayaient de s’embarquer clandestinement pour reprendre le combat et, de ce fait, étaient très surveillés par les services de police73.

  • 74 Joseph Weill qualifie, en 1946, l’action de l’abbé Glasberg, « lutteur courageux, lucide et infati (...)
  • 75 Voir Serge Klarsfeld, Une tragédie juive à Rosans (Hautes-Alpes), Paris, FFDJF, 1999. Samuel Pinte (...)

39Il faut enfin évoquer dans cette recension un centre dont la logique est différente des précédents et relève de l’action de sauvetage menée par l’abbé Glasberg, proche du cardinal Gerlier et directeur des centres d’accueil et du service des étrangers de l’Amitié chrétienne74. C’est à son initiative qu’a été créé, dans les Hautes-Alpes, en juin 1942, le « centre de rééducation professionnelle » du domaine du Lastic à Rosans, dans les Baronnies, à la limite de la Drôme. Ce centre accueillait des jeunes réfugiés étrangers en provenance de Gurs et Rivesaltes (43 à la fin juin 1942, dont cinq jeunes filles). Employés à divers travaux agricoles dans les fermes, ils étaient encadrés par des travailleurs étrangers affectés au 78e GTE d’Aspres-sur-Buech (Hautes-Alpes) et détachés à Rosans75.

Des juifs recensés et regroupés parmi des effectifs fluctuants

  • 76 AD AHP 6 J 13, 15 octobre 1941, « visite aux volontaires rapatriés de Syrie à Aubagne », signée «  (...)

40Les effectifs de tous ces groupements fluctuaient en fonction des différents transferts, départs et arrivées dont il est impossible de dresser ici la liste. Nous en avons évoqué déjà un certain nombre. D’autres apparaissent au fil des diverses contributions de cet ouvrage. Certains sont surprenants comme l’arrivée à Aubagne de volontaires étrangers rapatriés de Syrie (environ 190) en octobre 1941. Engagés au début de la guerre au service de la France, envoyés en Syrie, ils s’étaient battus dans les rangs de l’armée du Levant, donc contre les Britanniques et les Forces françaises libres76. Parmi eux, une quarantaine d’israélites dans des conditions précaires.

  • 77 Citation de la commission des travailleurs étrangers du comité de Nîmes, AD AHP, 6 J 18, 26 mars 1 (...)

41Les GTE furent alimentés par les nouvelles dispositions antisémites. Le 2 janvier 1942, le gouvernement décida de regrouper dans ces formations les juifs, étrangers ou naturalisés, entrés en France après le premier janvier 1936. Tous devaient être recensés sauf dispense pour protection de leur pays d’origine, décoration pour blessure contractée ou décoration obtenue pendant la guerre 1939-1940, certificat de bonne conduite pour service à la Légion étrangère ou dans les régiments de marche des volontaires étrangers. Leur incorporation devait s’effectuer progressivement, avec priorité pour les « Israélites dépourvus de moyens d’existence ». Dès lors, les effectifs des GTE augmentèrent (comme les détachements des internés des Milles vers ces groupes, détaillés supra), et, en leur sein, la proportion des juifs. Mieux, ces derniers furent désormais nettement distingués par la constitution, au sein des GTE, de « groupes juifs homogènes », dits aussi « palestiniens » qui constituaient souvent « de petits camps de concentration infernaux et dont on ne sort pas »77. La pratique existait déjà de manière empirique. Mais la nouvelle appellation est attestée pour Aubagne au printemps 1942 ou pour le camp des Mées, en janvier 1943. La pression sur l’ensemble des juifs étrangers s’accrut donc considérablement, les inaptes et les familles devant être pris en charge par les centres gérés par le Service social des étrangers. Ce qui fut le cas, en particulier, du centre de Reillanne déjà évoqué.

  • 78 Rapport cité par Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la (...)

42Au camp des Milles, les juifs étaient également nombreux. À la mi-juillet 1942, Théo Dannecker, dirigeant du service des affaires juives de la Gestapo, visita Les Milles parmi d’autres camps de la zone sud. Il y décompta 1 306 juifs internés dont 781 anciens sujets allemands, 290 anciens sujets autrichiens, 92 anciens sujets polonais, 16 anciens sujets tchécoslovaques et 13 anciens sujets russes. Il constata ainsi que le nombre total des juifs déportables, était de 1 192. Il releva également la présence de 361 juives dont 321 apatrides (159 ex-allemandes) dans les hôtels Bompard et Terminus des Ports. Son rapport dénonçait le laxisme des autorités françaises qui, à son avis, attribuaient trop largement des permissions aux internés. Le chef du camp fut prévenu que « les futures tentatives d’émigration de ces Juifs allaient devenir illusoires », du fait que le gouvernement français avait consenti à la déportation des juifs apatrides. L’aide apportée par les organisations juives comme la HICEM (organisation internationale juive d’aide aux réfugiés) montrait « combien la juiverie mondiale est consciente de ce que tous les Juifs se trouvant dans le pouvoir des Allemands vont à leur anéantissement total »78. Et les dispositifs conduisant à la solution finale, déjà largement à l’œuvre en zone occupée, allaient s’appliquer également à la zone Sud.

Été 1942 : Les Milles et la caserne Auvare, antichambres de la déportation

  • 79 Christian Oppetit, op. cit, Voir dans cet ouvrage Jacqueline Ribot, « Les juifs étrangers à Marsei (...)
  • 80 Pour cette chronologie des transferts aux Milles, voir le journal du pasteur Manen, rédigé en août (...)

43En août 1942, le camp des Milles se transforma en antichambre de la déportation : les juifs étrangers raflés dans toute la région y furent regroupés, avant leur transfert en zone occupée, puis vers les camps de la mort. Le tout à partir d’instructions établies en août 1942 (avec élargissement progressif de la catégorie des déportables et limitations successives des cas d’exemption). Nous avons déjà évoqué cet épisode dramatique dans Marseille, Vichy et les nazis79. Furent concernés les juifs étrangers, regroupés dans les GTE, les femmes et enfants des annexes marseillaises (Bompard, Terminus, Levant) et ceux en « résidence libre » et conduits aux Milles80.

  • 81 Hans Fraenkel, op. cit. p. 381.
  • 82 Voir Jean-Marie Guillon, infra.
  • 83 Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille vers Compiègne et Drancy, 11 août 194 (...)

44Le lundi 3 août, les Milles, étroitement contrôlés depuis le matin par les unités des Groupes mobiles de réserve (GMR), accueillirent d’abord, à partir de midi, un certain nombre de membres des GTE de Gardanne, d’Aubagne, Miramas, La Ciotat, Arles, Saint-Cyr-sur-Mer et du Gard. Certains avaient réussi à s’évader immédiatement avant le transfert. Ce fut le cas à La Ciotat, à Saint-Cyr et aux Salins-de-Giraud, où les TE avaient été prévenus par les directions des groupes81. Dans la soirée du lundi et la matinée du mardi arrivèrent aux Milles les femmes et les enfants des hôtels de Marseille, Levant, Terminus des ports et Bompard. D’autres transferts de TE durent avoir lieu dans les jours suivants, puisqu’une quinzaine (13 ayant pris la fuite) furent transférés à partir du groupement de Saint-Cyr, le 8 août82. Deux convois, comprenant des femmes et des enfants, partirent le mardi 11 août et le jeudi 13 août pour Drancy83.

  • 84 Pasteur Manen, op. cit, p. 366.
  • 85 Voir Jacqueline Ribot, infra.
  • 86 Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 20.

45Puis, du 21 à la nuit du samedi 22 au dimanche 23, arrivèrent de nouveau des hommes en provenance des GTE84 : ainsi, 13 TE des Basses-Alpes, (arrêtés le 21 ou 22 août)85. Le troisième transfert du camp des Milles vers Drancy, le 23 août 1942, fut composé de 123 hommes issus des GTE des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes86.

  • 87 Rapport du grand rabbin Israël Salzer, publié dans La Quinzaine. Revue de la vie juive en France e (...)
  • 88 Magali Pascal, « La persécution des juifs dans le Vaucluse sous le régime de Vichy », maîtrise d’h (...)
  • 89 Sur les 33 jeunes, 25 furent déportés.
  • 90 Rapport du grand rabbin Israël Salzer, op. cit., reproduit in Jacques Grandjonc, Theresia Grundtne (...)

46La tuilerie fut également un lieu de regroupement régional lors de la grande rafle des 26-27 août 194287. Le 26 août, 51 personnes en résidence libre (contre 87 prévues) furent appréhendées en Vaucluse et emmenées dans deux cars qui sillonnèrent le département jusqu’à Avignon, puis aux Milles88. Le même jour, 33 « jeunes israélites étrangers » du centre du domaine du Lastic, à Rosans (Hautes-Alpes) furent conduits aux Milles par la gendarmerie89. D’autres convois furent alors organisés, le 2 septembre vers Drancy (574 personnes)90, puis les 10 et 11 septembre vers Rivesaltes.

  • 91 Jacqueline Ribot, « Les juifs étrangers à Marseille… », op. cit. p. 106.
  • 92 En font foi les listes des volontaires pendant la nuit du 6 juillet 1942, papiers réutilisés, au v (...)

47Ainsi, 1 928 personnes furent transférées vers Drancy et la grande majorité déportée vers les camps d’extermination91. Notons, épisode amer, que certains déportés des Milles avaient été volontaires, en juillet 1942, pour combattre les incendies qui ravageaient alors la région92.

  • 93 Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Nice vers le camp de Drancy en vue de leu (...)
  • 94 Voir Jean-Louis Panicacci, infra.

48Pour ces mêmes opérations dans la région de Nice (Alpes-Maritimes et Basses-Alpes), la caserne Auvare à Nice fut choisie comme lieu de regroupement. Une quarantaine de personnes, en résidence dans les Basses-Alpes, hors GTE, arrêtées entre le 26 et le 29 août, y furent regroupées avec les 610 autres personnes arrêtées dans les Alpes-Maritimes (sur 1 800 prévues). Un convoi quitta Nice pour Drancy le 31 août avec 560 juifs93. Il fut suivi par d’autres en direction de Rivesaltes, le 6 septembre, le 7 octobre et le 12 novembre, le total des déportés s’éleva à 664 personnes94.

  • 95 AD BdR 142 W 9, le préfet inspecteur général des camps et centres d’internement du territoire au c (...)
  • 96 André Fontaine, Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner, « Les déportations des Milles », Jacques Gr (...)

49Après les convois d’août et de septembre, l’inspecteur André Jean-Faure visita, en octobre 1942, le camp des Milles. Seules 275 personnes étaient encore internées et les 137 gardiens, occupés à des travaux de désinfection, brûlaient les pailles souillées et repeignaient les murs à la chaux95. En novembre − décembre, les derniers détenus furent transférés dans les hôtels de Marseille, au GTE de La Ciotat, dans un chantier forestier à La Roquebrussanne dans le Var96. Mais, depuis le 11 novembre 1942, la zone Sud avait été occupée par les armées allemande et italienne. En décembre 1942, les troupes allemandes prirent possession de la tuilerie qui devint dépôt de munitions.

  • 97 Le Petit Provençal, 14 décembre 1942. Voir en annexes, « Les textes législatifs et leur applicatio (...)

50Pourtant, pendant cette période, les autorités de Vichy veillèrent encore à alimenter les effectifs des GTE. Le 13 décembre 1942, le préfet régional de Marseille ordonna aux juifs étrangers, oisifs ou indigents, âgés de 18 à 65 ans, ou célibataires entrés en France depuis le 1er janvier 1933, de rejoindre les GTE de Saint-Jérôme à Marseille (n° 804), d’Arles, rue de la Cavalerie (n° 828), de Miramas, route de Saint-Chamas (n° 129)97.

Les grandes différences des occupations allemande et italienne

51À partir de novembre 1942, Allemands et Italiens se partagèrent la région. Ces derniers contrôlèrent la totalité des Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes, Basses-Alpes, le Var, la quasi totalité du Vaucluse (à l’exception d’Avignon et de ses environs), la frange orientale des Bouches-du-Rhône. La distinction est importante car les politiques italienne, allemande et française se différencièrent fortement en matière de persécutions contre les juifs.

  • 98 Voir Christian Oppetit (dir.), op. cit., et Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région (...)
  • 99 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. La « solution finale » de la question juive en France, La Shoah (...)

52Dans la zone allemande, les rafles et les transferts vers la zone nord furent relancées dès l’occupation de novembre 1942. Ceux de janvier 1943, parallèles à l’évacuation et à la destruction des vieux quartiers du port de Marseille, n’utilisèrent plus le camp des Milles mais divers lieux de regroupement (le commissariat central de Marseille, la prison des Baumettes, les camps de Fréjus et la gare d’Arenc)98. Les arrestations et les transferts de janvier 1943 touchèrent massivement, pour la première fois (après ceux de Normandie le 16 janvier), des familles juives françaises. Parmi les 800 juifs (sur 1 612 personnes) envoyés d’Arenc à Compiègne le 24 janvier 1943, 211 étaient des Français nés en métropole (les 2/3 à Marseille) et 254 des Français nés en Afrique du Nord, la grande majorité en Algérie99.

  • 100 Raymond-Raoul Lambert, Carnets d’un témoin, 1940-1943, présenté et annoté par Richard Cohen, Fayar (...)
  • 101 Idem, p. 222-233.

53Pour les rafles suivantes, les prisons marseillaises furent également très utilisées. Raymond-Raoul Lambert, responsable de l’Union générale des israélites de France (UGIF) à Marseille, consigna dans son journal, au 19 avril 1943, les « arrestations massives d’Israélites français dans la région de Nîmes, d’Avignon, de Carpentras et d’Aix » effectuées par les Allemands100. Les personnes interpellées furent concentrées à la prison Saint-Pierre à Marseille, puis envoyées à Drancy, « à la cadence moyenne de 40 personnes par semaine ». Fin avril-début mai 1943, les trains furent étroitement contrôlés et des passagers arrêtés à Avignon, Carpentras, Aix, Miramas, La Ciotat. Le 5 mai 1943, à la suite d’un attentat, les Allemands exigèrent de l’UGIF, qui refusa, une liste de 200 otages. Le lendemain, les locaux de l’UGIF, 58 rue de la Joliette, firent l’objet d’une perquisition et les réfugiés présents furent arrêtés. 52 femmes, 16 hommes et 6 enfants dont la majorité d’origine algérienne fut regroupée à la prison Saint-Pierre. Alors que les arrestations dans les trains continuaient, Raymond-Raoul Lambert multiplia les interventions et arracha la libération rapide de deux femmes. Le 28 juin, 18 juifs, dont des « sommités du barreau et de la science » furent arrêtés à Aix. Raymond-Raoul Lambert obtint la libération de 8 d’entre eux et 3 autres libérations quelques jours plus tard101. D’autres arrestations eurent également lieu tout au long des semaines suivantes, de manières diverses, dans les moyens de transport, les magasins, dans la rue ou au domicile.

  • 102 Voir infra la contribution de Suzette Hazzan et les témoignages qu’elle a recueillis.
  • 103 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 234.
  • 104 Voir infra la contribution de Suzette Hazzan et les témoignages qu’elle a recueillis.
  • 105 Le témoignage de son secrétaire est cité par Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. La « solution final (...)

54Un certain nombre de femmes et d’enfants arrêtés à Marseille dans ces opérations furent ensuite conduits vers le centre de l’UGIF de La Clue aux Camoins, puis de la Verdière à La Rose, dans la banlieue est de Marseille102. Ce dont Raymond-Raoul Lambert se félicita lors d’une visite en juillet 1943 : « Samedi, j’ai visité la Clue, mon centre de vieillards et hier dimanche, la Verdière, mon centre d’enfants. Grosse satisfaction personnelle de voir un professeur à la Sorbonne et des bébés joufflus qui savent et me disent qu’ils me doivent la liberté »103. Mais Raymond-Raoul Lambert lui-même, sa femme et ses 4 enfants furent arrêtés quelques semaines plus tard, envoyés à Drancy à la fin août, déportés et gazés à Auschwitz. Et, le 20 octobre 1943, 44 personnes dont 30 enfants et 9 mères de la Verdière, accompagnées volontairement par la directrice du centre, Alice Salomon, furent arrêtées par les Allemands, envoyées à Drancy, puis à Auschwitz dont aucune ne revint. En dépit de ces dramatiques événements, les Allemands purent encore, en novembre et décembre 1943, procéder à d’autres arrestations à la Verdière et La Clue, suivies de déportation104. En décembre, les bureaux de l’UGIF de Marseille furent l’objet d’une perquisition des Allemands et les employés arrêtés. La direction fut alors transférée à Lyon. Le 22 décembre 1943, dans la soirée, René Hirschler, grand rabbin de Strasbourg, fut arrêté à Marseille avec sa femme par la police allemande. Ils furent incarcérés à la prison Saint-Pierre, puis transférés à Drancy. Tous deux périrent à Auschwitz105.

  • 106 Voir infra, la contribution de Jean-Louis Panicacci et le rapport de la préfecture des Alpes-Marit (...)
  • 107 Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes, 1939-1945, un département dans la tourmente, Nice, Édit (...)

55La situation était très différente dans la zone d’occupation italienne. Jusqu’à la capitulation de l’Italie, le 8 septembre 1943, celle-ci devint, pour beaucoup de juifs, une zone refuge. Un convoi partit encore de Nice vers Rivesaltes, désormais en zone allemande, le 12 novembre 1942. Mais rapidement, les autorités italiennes furent irritées par les exigences de Vichy qu’elles écartèrent106. Elles refusèrent de replier les juifs étrangers de la bande littorale hors de leur zone d’occupation, de rassembler ceux entrés en France après 1933 dans des GTE, d’apposer le tampon « Juif » sur les cartes d’identité. L’attitude italienne suscita également l’ire des Allemands. Feignant de tenir compte des desiderata de ces derniers, les Italiens « expulsèrent » les juifs en situation irrégulière, mais vers l’intérieur de la zone qu’ils contrôlaient, en Haute-Savoie, dans les Basses-Alpes, et à Vence et Saint-Martin-Vésubie, « capitale de la Suisse niçoise »107. Rapidement, phénomène encore amplifié par l’aide multiple apportée par le banquier juif Angelo Donati, très introduit dans les milieux financiers et militaires, par l’action des organisations de secours et la bienveillance du préfet Chaigneau qui remplaça, en mai 1943, le très pétainiste préfet Ribière, la zone italienne devenue refuge, attira les juifs persécutés.

  • 108 Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes, op. cit., p. 174-175.
  • 109 Quelques textes pour un débat sur cette question : Liliane Piciotto-Fargion, responsable du Centre (...)

56Comment expliquer l’attitude des Italiens qui avaient tout de même adopté, en 1938, des lois raciales et des mesures discriminatoires contre les juifs ? Pour Jean-Louis Panicacci, celle-ci « résulte de la conjonction de plusieurs facteurs : le souci de démontrer une certaine autonomie de décision par rapport au IIIe Reich ; la volonté d’affirmer la souveraineté italienne sur une région revendiquée depuis 1938 ; les intrigues nouées par Angelo Donati ; les pressions américaines exercées sur le Vatican, des membres de la famille royale et du Gouvernement ayant placé une bonne part de leur fortune aux États-Unis ; l’absence d’antisémitisme viscéral chez les responsables d’un pays totalitaire ayant pourtant adopté une législation raciale en 1938 »108. Les militaires semblent aussi l’emporter en cette affaire sur les politiques. Ce qui ne signifie nullement que les lois raciales fascistes n’aient pas été appliquées en Italie, dès leur promulgation, dans un esprit d’exclusion et une définition de la judaïté proches de ceux de l’État français109. Le refus des Italiens de céder aux pressions des autorités de Vichy ou des Allemands, était aussi une manière de manifester leur pouvoir sur les territoires français qu’ils occupaient.

Les derniers temps de l’occupation : la traque des Allemands et de leurs auxiliaires

57La capitulation de l’Italie en septembre 1943 changea complètement la donne pour les persécutés de la zone italienne. Celle-ci fut occupée par l’armée allemande avant que le plan d’évacuation des juifs préparé par Angelo Donati puisse être appliqué, semant l’affolement parmi les réfugiés regroupés dans la région niçoise. Ceux de Saint-Martin-Vésubie suivirent l’armée italienne dans son repli vers l’Italie dans un « exode biblique » par les cols de Fenestre ou de Cerise, à plus de 2400 mètres d’altitude.

58Les Allemands, dès leur arrivée dans les Alpes-Maritimes, firent régner une brutale politique de terreur à partir de l’hôtel Excelsior où Aloïs Bruner avait établi son quartier général. Nice fut concernée au premier chef et perdit ainsi, pour la plus grande joie des responsables de la Section d’enquête et de contrôle du commissariat aux affaires juives (SEC), « son aspect de ghetto », mais plus d’une vingtaine de communes furent l’objet de rafles. Les transferts vers la zone Nord se succédèrent, jusqu’en juillet 1944, au rythme de 35 convois de juifs français et étrangers.

  • 110 Voir infra, la contribution de Jean-Marie Guillon.

59L’ensemble du département des Basses-Alpes fut également touché, centres et hôtels, familles et individus, ainsi que la côte du Var qui, pourtant, n’était pas devenu une zone refuge110.

  • 111 Voir Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 56 et sq., S (...)
  • 112 AD AHP 6 J 14, correspondance avec le grand rabbin Salzer, 19 octobre 1943.

60Dans les Bouches-du-Rhône, où les Allemands avaient commencé des rafles d’ampleur dès le début de l’année 1943, les listes d’entrée à Drancy et les témoignages montrent que la pression allemande se maintint jusqu’à la fin de l’occupation111. Un certain nombre de GTE furent désormais utilisés au service de l’organisation Todt. Ainsi, en octobre 1943, exemples parmi d’autres, des regroupements eurent lieu pour celle-ci au 212e GTE de l’Avéra (Lavéra) à Martigues et au camp Malaval (à proximité de la Joliette) à Marseille112.

  • 113 Ad BdR 55 W 148, rapport de la sécurité militaire, section E, sd. et interrogatoire de Charles Pal (...)
  • 114 Ad BdR 55 W 148, rapport de l’inspecteur de Sûreté Simonetti, 21 mars 1945.
  • 115 AD BdR 55 W 148, interrogatoire de Charles Palmiéri le 10 mars 1945.
  • 116 Isaac Lewendel, Un hiver en Provence, préface de Robert O. Paxton, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube (...)
  • 117 À La Libération, Charles Palmiéri suivit les troupes allemandes dans leur fuite. Après instruction (...)

61Il faut souligner, en cette dernière période, le rôle joué par les auxiliaires français des Allemands. On sait que ces derniers firent appel, contre récompense, à des dénonciateurs dont le rôle néfaste est attesté. Mais l’action d’auxiliaires directs de la Gestapo dans la chasse aux juifs est d’une autre ampleur. En décembre 1943, à Marseille, au n° 8 de la rue Paradis avait été ouverte une officine rapidement spécialisée en cette matière : le « bureau Merle », « Merle » était le pseudonyme de Charles Palmiéri, adhérent de longue date du Parti populaire français (PPF). L’appartenance à ce parti collaborationniste allait de pair, pour un certain nombre de ses adhérents, avec l’implication dans la pègre locale et nationale. Ce qui fut le cas pour les frères Palmiéri. Les membres du « bureau Merle », liés directement aux Allemands (avec Kompe du service de renseignements de la Gestapo, 425 rue Paradis à Marseille) bénéficiaient de toutes les protections officielles. L’officine s’occupait de transactions commerciales franco-allemandes et de basses besognes, arrestations de juifs, de résistants, de réfractaires au STO, de soldats italiens cachés après l’armistice…113. Le « bureau Merle » étendait son action dans les Alpes-Maritimes où il ouvrit, le 20 juin 1944, un bureau à la villa Conchita à Cannes114. À partir de cette nouvelle base, il multiplia les arrestations à partir de listes fournies par la Gestapo ou le « groupe d’action du PPF ». Il sévit également en Vaucluse et dans les Basses-Alpes. Lors de l’instruction de son procès à la Libération, Charles Palmiéri donna sa version des opérations que menait son équipe : « la rue Paradis nous fournissait les listes que lui remettait la Préfecture ; nous procédions aux arrestations, et nous conduisions ensuite ces juifs au 425 rue Paradis. Quelquefois, dans une rafle, certains juifs nous remettaient de l’argent (100 000 ou 200 000 francs) et nous les laissions partir, bien entendu, nous conservions cette somme pour nous. Parfois, nous trouvions des bijoux dans des appartements de juifs abandonnés, mais nous les remettions à Bauer qui était le chef de la section anti-juive rue Paradis »115. Le modus operandi était présenté de manière singulièrement édulcorée : les juifs arrêtés étaient le plus souvent maltraités et dépouillés de leurs valeurs. Jacqueline Ribot rappelle toute la brutalité et le cynisme des membres du « bureau Merle » lors des arrestations effectuées dans les Basses-Alpes à Manosque, à Mane et Forcalquier, aux Mées, Saint-Auban, Peyruis, Digne, Sisteron, Castellane, à la maison La Sympathie de Digne et à Sisteron. Des scènes de même genre se répétèrent en Vaucluse. L’enquête menée par Isaac Lewendel, à la recherche de renseignements sur l’arrestation de sa mère le 6 juin 1944, au Pontet près d’Avignon, déportée et morte à Auschwitz116, met en évidence la responsabilité de l’équipe Palmiéri, mais aussi le nombre important d’arrestations de juifs que ce groupe a effectuées dans ce département117.

En conclusion

  • 118 Il est parfois difficile d’établir la provenance géographique précise des déportés au moment de le (...)

62Dans la région, 8 182 juifs ont été déportés de 1942 à 1944 : 4 368 à partir de Marseille et 3 783 à partir de Nice, (plus 24 pour Avignon et 7 pour Toulon en 1943)118. Ce nombre aurait certainement été plus élevé sans l’aide multiple des individus et des organisations de secours de toute nature – dans et hors les centres d’internement − qu’il nous a été impossible d’évoquer ici, sinon de manière ponctuelle, mais qui ont soustrait nombre d’adultes et d’enfants juifs à l’extermination programmée par les nazis. À l’opposé, ces derniers ont bénéficié de la complicité active des autorités de Vichy, de l’action de délateurs ou de véritables auxiliaires issus de la pègre et des organisations collaborationnistes.

  • 119 « Tableau récapitulant les transferts de Juifs de la zone libre vers la zone occupée (Drancy) par (...)

63Quel rôle ont joué les camps d’internement pour étrangers, les GTE, les divers centres d’hébergement mis en place par le gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs ? D’après les chiffres établis par Serge Klarsfeld pour la région de Marseille, les « internés » (retenus dans les camps ou les GTE) constituent, d’août à octobre 1942, la majorité des transférés en zone occupée (921 « internés » sur 1 495 transferts)119. Ce n’est pas le cas pour l’ensemble des régions non occupées, où, en règle générale, les « raflés » (« sans surveillance policière directe ») sont plus nombreux que les « internés » parmi les transférés en zone non occupée. On ne retrouve une répartition de même type que dans la région de Toulouse. Ces différences mériteraient une analyse comparative poussée. Mais sans doute n’est-ce pas un hasard si les régions de Toulouse et Marseille se singularisent ainsi. C’est dans ces deux espaces qu’on retrouve le réseau de l’internement des étrangers le plus ancien et le plus dense.

64L’étude de la région de Marseille a permis de mettre en évidence une véritable galaxie gravitant jusqu’à l’été 1942 autour du camp des Milles, comprenant les annexes hôtelières de Marseille, mais aussi la nébuleuse des GTE et des divers centres d’accueil et d’hébergement. L’ensemble, même s’il n’est pas forcément lié administrativement, constitue un véritable système régulé par des transferts fréquents d’un lieu à un autre, transferts qui, d’ailleurs, s’étendent au-delà de la région.

65L’internement des étrangers est antérieur au régime de Vichy. La logique de la IIIe République associe dans ce domaine la volonté de mise à l’écart d’indésirables (ainsi pour les Républicains espagnols) avec celle de la neutralisation d’ennemis potentiels, leur nationalité primant, dans ce dernier cas, sur leur idéologie (ainsi pour les anti-nazis originaires des territoires contrôlés par le Reich). Mais, en dépit des tergiversations et contradictions, on offre alors la possibilité à un certain nombre de ces « indésirables » de participer à l’effort de guerre.

  • 120 Qui avait attribué en 1870 la nationalité française aux juifs d’Algérie.

66La logique de l’État français est différente. Certes, dans les deux cas, on joue largement, au départ, sur la xénophobie. Mais, sous Vichy, l’internement se combine au projet antisémite. Celui-ci vise, dans un premier temps, à se débarrasser par l’émigration des juifs étrangers, tout en excluant les juifs de la communauté nationale, par une batterie de dispositions allant des statuts du 3 octobre 1940 et du 2 juin 1941, jusqu’à la révision des naturalisations et à l’abrogation du décret Crémieux120. Ces derniers dispositifs accroissent évidemment de manière mécanique la catégorie des « étrangers ». Dans les premiers mois de l’année 1942, le système est modifié : dans la perspective d’une émigration de plus en plus compromise, les GTE semblent offrir une solution moins onéreuse et plus stable que les grands camps. Ils jouent aussi un rôle économique non négligeable. Au sein de ces formations, les juifs sont de plus en plus distingués des autres exclus, isolés, par exemple, dans des groupes « palestiniens », et bien souvent maltraités. Ces regroupements facilitent les déportations, avant même l’invasion de la zone Sud, comme en témoignent l’organisation des rafles et les transferts en zone Nord de l’été 1942, à partir des Milles dont la fonction est totalement modifiée.

67L’occupation de la zone Sud coïncide avec la fermeture du camp des Milles qui marque l’entrée dans une autre période. Pourtant les GTE et autres centres subsistent. Certains sont même créés. La région est alors partagée entre deux logiques différentes, d’une part, celle des Allemands qui, dans la partie occidentale, multiplient, avec l’appui de l’État français, les rafles et déportations des juifs, de l’autre, celle des Italiens, qui, affirmant leur domination sur la partie orientale, protègent les juifs et s’opposent aux exigences des autorités vichystes et allemandes. La capitulation italienne de septembre 1943, donne à ces dernières toute latitude pour mettre en œuvre la « solution finale » dans l’ensemble de la région. Ce qu’elles font jusqu’à l’été 1944, en particulier avec l’appui de supplétifs du PPF. Les divers centres pour étrangers ne semblent plus désormais fournir l’essentiel des contingents pour les transferts en zone Nord, d’autant que, depuis 1943, ces derniers concernent aussi les familles juives françaises.

68Le système des camps et groupes d’étrangers a donc joué un rôle important. Il a matérialisé, à grande échelle et avec d’importantes évolutions, une double exclusion, celle, première, des étrangers et, en son sein, celle des juifs. Comme les autres dispositifs antisémites mis en œuvre par le gouvernement de Vichy, il a contribué, en rendant visibles les « indésirables » et en les regroupant, à justifier et à faciliter les transferts et déportations.

Notes

1 Ainsi Denis Peschanski, La France des Camps, Paris, Gallimard, 2002 ; Christian Eggers, « L’internement sous toutes ses formes : approche d’une vue d’ensemble du système d’internement dans la zone de Vichy », Revue d’histoire de la Shoah, Le Monde Juif, n° 153, janvier-avril 1995, CDJC, Paris, p. 7-75 ; Anne Grynberg, Les camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, Paris, La Découverte, 1991, rééd. 2000 ; Hanna Schramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs. Un camp de concentration français 1940-1941, Paris, Maspero, 1979 ; Gilbert Badia (dir.), Les Barbelés de l’exil, Grenoble, 1979.

2 Voir Jean-Marie Guillon, « Les communistes dans les camps français, Chibron (juin 1940-février 1941) », Jean-Pierre Rioux, Antoine Prost, Jean-Pierre Azéma, Les communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), Paris, PFNSP, 1987, p. 168-169.

3 Sur ce point Denis Peschanski, Les Tsiganes en France, 1936-1939, Paris, CNRS Éditions, 1994, Marie-Christine Hubert, « Les Tsiganes en France 1939-1946. Assignation à résidence, Internement, Déportation », 4 tomes, thèse de doctorat, Université Paris-X-Nanterre, 1997, et pour les Bouches-du-Rhône, Francis Bernard, Jacques Grandjonc, « Un ancien camp de Bohémiens : Saliers », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), Zone d’ombres, 1933-1944, Aix-en-Provence, Alinéa, 1990, p. 291-324, Mathieu Pernot, Un camp pour les Bohémiens. Mémoires du camp d’internement pour nomades de Saliers, Arles, Actes Sud, 2001 et Un camp pour les Tsiganes, Saliers, Bouches-du-Rhône, 1942-1944, dossier pédagogique n° 6, Archives départementales, Conseil général des Bouches-du-Rhône, 2001.

4 Ex., Les camps en Provence : exil, internement, déportation, 1943-1944, Aix-en-Provence, Alinéa, 1984 ; Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), Zone d’ombres, op. cit. ; André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, 1939-1943, Aix-en-Provence, Édisud, 1989. Sur le site lui-même voir Boris Grésillon, Olivier Lambert, Philippe Mioche, De la terre et des hommes. La tuilerie des Milles d’Aix-en-Provence (1882-2006), Réf. 2C Éditions, Mirabeau, 2007.

5 Il doit devenir un lieu de mémoire et d’histoire dans le cadre du projet porté par l’association « Mémoire du camp des Milles » et le comité de pilotage présidé par Alain Chouraqui (voir infra, la postface de ce dernier).

6 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 71-72.

7 Voir infra, la contribution de Jacqueline Ribot et André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 72-73.

8 À ce propos la correspondance entre Élisabeth Marum-Lunau et son mari, Heinz Lunau, interné aux Milles, puis à Manosque, tous deux réfugiés allemands, Élisabeth Marum-Lunau, « Boches ici, Juifs là-bas ». Correspondance d’exilés du IIIe Reich (1939-1942), présentée par Jacques Grandjonc, Aix-en-Provence, Édisud, 1997, p. 110 et sq.

9 Anne Grynberg, op. cit., p. 77, Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 193-194.

10 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 80-81 et Claire Lutrin, « Quand une usine devient un camp d’internement », Industries en Provence, n° 5, avril 2000, p. 39-41.

11 Élisabeth Marum-Lunau, op. cit, p. 164 et sq.

12 Emmanuelle Foster, Ferdinand Springer, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1995, p. 113-114.

13 Élisabeth Marum-Lunau, op. cit, p. 167 et sq.

14 Jean-Michel Royer, « Max Ernst, ‘‘Petits malheurs en Provence’’ », Des peintres au camp des Milles, catalogue de l’exposition Galerie d’Art, Espace 13 », Édisud, Aix-en-Provence, 1997, p. 38-39.

15 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 87. L’auteur cite ainsi les centres de Fuveau, Lambesc, Valabre, Carpiagne, Gardanne, Meyreuil et à Marseille, le Pharo, la prison Saint-Pierre, le fort Saint-Nicolas, l’école de la Major, le camp de Sainte-Marthe, le Château des Fleurs.

16 Cet épisode a été repris de manière assez romanesque dans le film de Sébastien Grall, Les Milles : le train de la liberté, 1995.

17 Voir le témoignage de Lion Feuchtwanger, Le Diable en France, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, 1985, p. 144-145.

18 AD BdR 142 W 29, le capitaine Goruchon, commandant le camp des Milles au sous-préfet d’Aix-en-Provence, 23 juillet 1940. Selon André Fontaine, ils furent « confiés aux SS sur la ligne de démarcation », une vingtaine furent remis à la police française, d’autres emprisonnés à Paris, puis Metz, certains enrôlés dans la Wehrmacht, tandis que les « espions » étaient libérés, et beaucoup déportés à Dachau, André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 97-98, ou « L’internement au camp des Milles », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 255.

19 AD BdR 142 W 29, le capitaine Goruchon, commandant le camp des Milles au sous-préfet d’Aix-en-Provence, 23 juillet 1940, Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 197.

20 Voir « Rapport de la commission Kundt sur les camps situés en zone non occupée », Hanna Schramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs, op. cit., p. 319-323, et Christian Eggers, « Le périple de la mission Kundt. Les camps du midi de la France d’après le journal de voyage de Jubitz (juillet-août 1940) », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 213-226.

21 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône et rapport de police, 22 août 1940.

22 Voir Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 197. Les exceptions concernent « les anciens légionnaires, (…) ceux dont la femme ou les enfants avaient la nationalité française, (…) ceux dont un fils était incorporé dans l’armée française (y compris la Légion et les groupements de prestataires) ; (les) femmes enceintes, (… les) Autrichiennes considérées comme loyales envers la France ».

23 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône, 22 août 1940.

24 AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix-en-Provence au préfet des Bouches-du-Rhône, 9 octobre 1940.

25 Hanna Schramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs. Un camp de concentration français 1940-1941, Paris, Maspero, 1979, p. 281.

26 AD BdR 76 W 188, service des étrangers au directeur des services de police, 17 octobre 1940.

27 Anne Grynberg, Les camps de la honte, op. cit., p. 281, André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 103 et sq., ou « L’internement au camp des Milles », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 257 et sq. Parmi eux des communistes et anciens des Brigades internationales, de diverses nationalités.

28 AD BdR 76 W 188, service des étrangers au directeur des services de police, 17 octobre 1940, tableau statistique des opérations, du 12 septembre au 7 octobre 1940.

29 AD AHP 6 J 13, S. Langer, Rabbin, 59, avenue Maréchal Foch, Marseille, « rapport sur le Brébant marseillais, avenue des Chartreux », 15 avril 1941.

30 AD AHP 6 J 13, 27 mai 1941, S. Langer, Rabbin, 59, avenue Maréchal Foch, Marseille, « rapport sur ma visite faite au Brebant marseillais en date du 26 mai 1941 ». Les situations d’effectifs du camp des Milles de mars à juin 1942 font apparaître de 3 à 4 internés « détachés » au Brébant (AD BdR 142 W 26).

31 AD BdR 142 W 2, secrétaire général à la Police au préfet des Bouches-du-Rhône, 7 juillet 1941. Au cours des mois suivants et pendant la période de l’occupation allemande, le Brébant servit également de lieu d’hébergement provisoire avant transfert des internés vers les centres qui leur étaient assignés, de manière à dégager le commissariat central de Marseille. Mais il accueillit aussi, pour quelques jours (quatre en général) des Français requis pour la garde des voies ferrées et sanctionnés pour « abandon de poste », AD BdR 142 W 2, préfecture des Bouches-du-Rhône, note (signée Zattara) au chef du 4e bureau, 14 août 1943 ; 142 W 104, arrêtés d’internement.

32 AD BdR 142 W 29, « situation d’effectifs des hébergés » aux dates des 15 mars 1941, 30 novembre 1941, 15 janvier 1942, 15 mars 1942, 15 mai 1942, 15 juin 1942 pour ces données et celles qui suivent. Il faut ajouter à ces chiffres ceux des « vieillards » et des malades. En mars 1941, on comptait 7 vieillards de plus de 65 ans et 23 malades dont 17 soignés au camp, en novembre 1941, 89 vieillards de plus de 65 ans et 34 malades, dont 25 soignés au camp, en janvier 1942, 88 vieillards et 27 malades dont 21 soignés dans le camp, en mars 1942, 65 vieillards et 22 malades dont 17 soignés dans le camp, en mai 1942, 81 vieillards et 24 malades dont 19 soignés dans le camp, en juin 1942, 81 vieillards et 30 malades dont 20 soignés dans le camp. Enfin, il faut noter, en 1942, la présence d’enfants de 2 ans à 14 ans (2 en janvier-mars 1942, 1 en mai-juin 1942).

33 À l’incitation d’une commission allemande, un groupe d’internés hongrois des Milles accepta, en février 1941, de partir travailler en Allemagne, AD BdR 142 W 29, le commissaire divisionnaire, chef du camp des Milles au préfet des Bouches-du-Rhône et liste nominative, 26 février 1941.

34 Un transfert de 83 internés soviétiques du camp de Carpiagne aux Milles fut demandé en octobre 1940, sans pouvoir, semble-t-il aboutir, faute de place (AD BdR 142 W 29, le sous-préfet d’Aix au préfet des Bouches-du-Rhône, 18 octobre 1940). Mais les « Russes » étaient très présents dans le camp, jusqu’à être accusés d’avoir entonné l’Internationale en novembre 1940 (AD BdR, rapport de police, 9 novembre 1940, et le commandant du détachement au sous-préfet, 15 novembre 1940). À noter qu’environ 200 personnes, « ressortissants soviétiques » partirent pour l’URSS le 12 mars 1941 (AD BdR 5 W 153, lettre du directeur des services de police, 4 mars 1941, rapport de gendarmerie, 12 mars 1941 et André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, 1939-1943, Aix-en-Provence, Édisud, 1989, p. 108-109).

35 En plus des ouvrages cités supra, les articles en français de Doris Obschernitzki, « L’intendant de police à Marseille, Maurice Rodellec du Porzic, et le camp des Milles », Cahiers d’études germaniques, printemps 1997, n° 32, p. 281-302, « Les Milles, 1941 : trois rapports sur le camp d’internement », Cahiers d’études germaniques, 1999, n° 36, p. 183-199 ; voir aussi Des peintres au camp des Milles, op. cit.

36 Anna Seghers, Transit, Paris, La Bibliothèque française, 1947, rééd. Aix-en-Provence, Alinéa, 1986, 1990, Jean Malaquais, Journal de guerre, New York, Éditions de la maison française, 1947, rééd. Phébus, 1997.

37 Jean-Marie Guillon (dir.), Varian Fry. Du refuge… à l’exil, Arles, Actes Sud, 2000, 2 vols. (actes du colloque du 20 mars 1999, Marseille, Hôtel du département) ; la mallette pédagogique « Varian Fry ; Mission : sauvetage », CRDP de l’Académie d’Aix-Marseille, 2005, élaborée à l’initiative de l’association Varian Fry-France et de son président Jean-Michel Guiraud ; le témoignage de Varian Fry, La liste noire, Paris, Plon, 1999 (réédition et traduction de l’ouvrage Surrender on demand, New-York, Ramdom House, 1945).

38 AD BdR 142 W 29, correspondance entre le commissaire de police d’Aix-en-Provence et le sous-préfet, 24 septembre 1940, suite à une demande de séjour aux Milles de la part de la femme d’un interné, 16 septembre 1940.

39 AD AHP 6 J 13, rabbin Langer, « rapport sur l’hôtel Terminus des ports », 15 avril 1941.

40 Voir infra la contribution de Sylvie Orsoni.

41 AD BdR 6 J 13, rapports du rabbin Langer, 15 avril et 29 avril 1941.

42 AD BdR, 142 W 26, situations d’effectifs, janvier à mai 1942.

43 Christian Eggers, « L’internement sous toutes ses formes… », op. cit., p. 34-35.

44 Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France. De la Guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999, p. 104-108.

45 Denis Peschanski, op. cit., p. 138 et 224-225, voir aussi Barbara Vormeier, « Les réfugiés d’Allemagne », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 197 et Geneviève Dreyfus-Armand, op. cit., p. 127.

46 AN AJ 38 1153, le chef de la police aux questions juives Marseille au chef de la police aux questions juives à Vichy, 22 mai 1942, rapport d’activité pour le mois de mai 1942, rapport n° 6. Ce rapport reprend les éléments fournis par le commandant Deron, responsable du groupement n° 4 dont le siège est à Marseille, avenue Cantini.

47 Émile Temime, « Espagnols et Italiens en France », Pierre Milza, Denis Peschanski, Exils et migration. Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 19-34, p. 29. En 1943, on comptait 31 000 Espagnols sur 37 000 travailleurs incorporés dans les GTE.

48 Le commandant Déron précise que les GTE ne sont pas constitués par nationalités. Immédiatement après la guerre, ils ont été formés à partir des compagnies de travailleurs existantes (espagnoles) ou des unités de combat et d’instruction dissoutes (polonaises). L’affaiblissement progressif des effectifs a conduit à renforcer les groupes en fonction des nécessités et non de la nationalité, AN AJ 38 1153, le chef de la police aux questions juives Marseille au chef de la police aux questions juives à Vichy, 22 mai 1942, rapport d’activité pour le mois de mai 1942, rapport n° 6 qui cite le commandant du groupement n° 4.

49 AD AHP 6 J 13, note « 20e groupe de travailleurs étrangers - Saint-Cyr (Var) », signée « Salzer », 22 juin 1942. Ils étaient payés à la tâche, 25 francs les 100 kilos. Mais compte tenu des diverses déductions, il fallait qu’un homme fasse au moins 150 kilos pour pouvoir obtenir pour lui une « petite dizaine de francs »

50 AD AHP 6 J 17, 23 août 1942, « Comité de coordination pour l’assistance dans les camps, commission des travailleurs étrangers, Délégation de Marseille-Montpellier, visiteur pour le Groupement n° 4, J.-J. Favre, « visite au 104e GTE (23 août 42), détachement de Méounes ».

51 Pour les GTE des Basses-Alpes, voir la contribution de Jacqueline Ribot.

52 AD AHP 6 J 17, J.-J. Favre, « Visite au 104e GTE (22-23-24-8-42), détachement de Chibron ».

53 André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 107.

54 AD AHP 6 J 13, note « groupe de travailleurs étrangers 828 – Vidauban (Var) », signée « Salzer », 4 mars 1942.

55 En janvier 1943, les 80 mineurs de fond du groupe (sur « 200 travailleurs étrangers nourris par le groupe »), arrêtèrent le travail pour protester contre un ravitaillement insuffisant. Le mouvement suscita l’inquiétude immédiate des autorités qui signalèrent l’importance des versements au Trésor de ce GTE et fournirent de nouvelles rations, AD BdR 76 W 188, le commissaire principal, chargé du service des RG au commissaire divisionnaire, chef du service régional des RG, 11 janvier 1943.

56 AD AHP 6 J 17, 24 août 1942, « Comité de coordination pour l’assistance dans les camps, commission des travailleurs étrangers, Délégation de Marseille-Montpellier, visiteur pour le Groupement n° 4, J.-J. Favre, « visite au 104e GTE (24-8-42), détachement de Salins d’Hyères ». Ils étaient rémunérés à raison de 4 francs le mètre cube de sel récolté.

57 Idem, « visite au 104e GTE (24-8-42), détachement de La Capte ».

58 AD AHP 6 J 14, « rapport sur la visite de monsieur Wimphen au GTE n° 4 » (chiffres pour le 1er mars 1943) et « liste des groupes de TE », 1er juillet 1943.

59 Suzette Hazzan a étudié la composition, le fonctionnement et l’évolution des GTE de Miramas (voir infra).

60 AD AHP 6 J 13, 30 juin 1942, Note « 167e groupe de travailleurs étrangers - La Ciotat (BdR) », signée « Salzer ». Ils gagnaient, primes comprises, de 10 à 20 francs par jour.

61 AD BdR 76 W 188, Ministère de la Production industrielle et du Travail, formation de travailleurs étrangers, chef de groupement Louis Deron, commandant le 4e groupement de formation de TE au préfet des Bouches-du-Rhône, 19 février 1941.

62 AD AHP 6 J 13, 30 juin 1942, Note « 167e groupe de travailleurs étrangers - La Ciotat (BdR) », signée « Salzer ».

63 AD AHP 6 J 13, note « groupe de travailleurs étrangers 828 – Vidauban (Var) », signée « Salzer », 4 mars 1942.

64 AD AHP, 6 J 13, « Extrait de la lettre du grand rabbin Salzer » (Aubagne, Miramas, Vidauban), 13 mai 1942 et « note sur le “Château” d’Aubagne » (Salzer).

65 Eggers Christian, « L’internement sous toutes ses formes… », op. cit., p. 29-31.

66 D’après les archives du consistoire central, voir infra.

67 AD AHP, 6 J 13, « Extrait de la lettre du grand rabbin Salzer » (Aubagne, Miramas, Vidauban), 13 mai 1942 et « note sur le « Château » d’Aubagne » (Salzer). Le rabbin Salzer signale que le chef du 707e tente d’organiser un foyer pour lequel il procure un ballon de football.

68 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.

69 Sur des centres et l’action de Gilbert Lesage, chef du Service social des étrangers (SSE), voir Samuel Pintel, « Les centres d’accueil du service social des étrangers sous Vichy (1941-1944) », Olivier Pettinotti, « Gilbert Lesage, l’âme du Service social des étrangers (SSE) », Revue d’histoire de la Shoah, Le Monde Juif, mai-août 2001, n° 172 (nouvelle série), CDJC, Paris, p. 97-173.

70 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.

71 Samuel Pintel, « Les centres d’accueil du service social des étrangers sous Vichy (1941-1944) », op. cit., p. 105-106.

72 Voir la contribution de Jacqueline Ribot, infra.

73 AD BdR 76 W, divers rapports de police.

74 Joseph Weill qualifie, en 1946, l’action de l’abbé Glasberg, « lutteur courageux, lucide et infatigable (…) suprême recours et sauveur d’innombrables malheureux », de « véritable apostolat », Joseph Weill, Contribution à l’histoire des camps d’internement dans l’anti-France, Éditions du CDJC, Paris, 1946, p. 93.

75 Voir Serge Klarsfeld, Une tragédie juive à Rosans (Hautes-Alpes), Paris, FFDJF, 1999. Samuel Pintel, op. cit. note l’existence d’un centre d’accueil du SSE à Pont-la-Dame, près d’Aspres-sur-Buech. Il apparaît, aussi sans autre précision, dans les listes établies par l’aumônerie générale. Celles-ci répartissent le suivi des divers regroupements entre les rabbins. On y retrouve la plupart de ceux déjà cités (mais pas tous), et, en plus, le « centre d’accueil tchécoslovaque de la Blancherie par Saint-Loup près Marseille », les GTE de Mandelieu dans les Alpes-Maritimes (GTE 16, effectifs dispersés), de Peyruis dans les Basses-Alpes (GTE 702), de Brignoles et Barjols dans le Var (GTE 104 et 175) et du Pontet en Vaucluse (GTE 148), CDJC CCXV 47 et Arlette Levy, « Les aumôniers juifs pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de la Shoah, Le monde Juif, n° 169 (nouvelle série), mai-août 2000, p. 54-107, annexe IV p. 100-106, sur la région de Marseille, p. 103.

76 AD AHP 6 J 13, 15 octobre 1941, « visite aux volontaires rapatriés de Syrie à Aubagne », signée « Salzer ». « Lettre du 30 septembre de la commission des camps au CAR qui m’a été transmise par ce dernier le 8 octobre… ».

77 Citation de la commission des travailleurs étrangers du comité de Nîmes, AD AHP, 6 J 18, 26 mars 1942, reprise par Christian Eggers, « L’internement sous toutes ses formes… » op. cit., p. 34 et sq. Voir aussi Serge Klarsfeld, Calendrier de la persécution des Juifs en France, juillet 1940-août 1942, La Shoah en France, t. 2, Paris, Fayard, 2001, p. 302-311.

78 Rapport cité par Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France, 1942, Paris, Fayard, 1983, p. 274-277.

79 Christian Oppetit, op. cit, Voir dans cet ouvrage Jacqueline Ribot, « Les juifs étrangers à Marseille et dans la région : transit, internement, déportation », p. 102-105 et infra.

80 Pour cette chronologie des transferts aux Milles, voir le journal du pasteur Manen, rédigé en août-septembre 1942, le rapport de Hans Fraenkel remis au pasteur Manen, 21 août 1942, celui du grand rabbin Israël Salzer, publié dans La Quinzaine. Revue de la vie juive en France et à l’étranger, Centre israélite d’information, n° 4-5, 15 février-1er mars 1947, p. 10-11, ils sont reproduits in Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., p. 353-399.

81 Hans Fraenkel, op. cit. p. 381.

82 Voir Jean-Marie Guillon, infra.

83 Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille vers Compiègne et Drancy, 11 août 1942-24 juillet 1944, Paris, FFDJF, 1992, p. 18.

84 Pasteur Manen, op. cit, p. 366.

85 Voir Jacqueline Ribot, infra.

86 Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 20.

87 Rapport du grand rabbin Israël Salzer, publié dans La Quinzaine. Revue de la vie juive en France et à l’étranger, Centre israélite d’information, n° 4-5, 15 février-1er mars 1947, p. 10-11, reproduit in Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., 393-399, p. 398.

88 Magali Pascal, « La persécution des juifs dans le Vaucluse sous le régime de Vichy », maîtrise d’histoire, dir. Robert Mencherini, Université d’Avignon, 1999, p. 85-95, d’après les AD du Vaucluse, 7 W, mesures contre les juifs.

89 Sur les 33 jeunes, 25 furent déportés.

90 Rapport du grand rabbin Israël Salzer, op. cit., reproduit in Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), op. cit., 393-399, p. 398.

91 Jacqueline Ribot, « Les juifs étrangers à Marseille… », op. cit. p. 106.

92 En font foi les listes des volontaires pendant la nuit du 6 juillet 1942, papiers réutilisés, au verso, au camp de Saliers (AD BdR 142 W 83). Retrouvés par Rémy Bouder, ils ont été présentés à l’exposition organisée à Aix-en-Provence par les archives départementales des Bouchesdu-Rhône, « Mémoires des flammes, Cadets du Feu », 16 juin-16 septembre 2007. Nous le remercions d’avoir attiré notre attention sur ce point.

93 Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Nice vers le camp de Drancy en vue de leur déportation, Paris, FFDJF, 1993.

94 Voir Jean-Louis Panicacci, infra.

95 AD BdR 142 W 9, le préfet inspecteur général des camps et centres d’internement du territoire au chef du gouvernement, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, secrétaire général à la police, Vichy, le 30 octobre 1942, signé manuscrit André Jean-Faure.

96 André Fontaine, Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner, « Les déportations des Milles », Jacques Grandjonc, Theresia Grundtner (dir.), Zone d’ombres, op. cit., p. 345, André Fontaine, Le camp d’étrangers des Milles, op. cit., p. 163 et sq. Parmi les transférés, les Bulgares des Brigades internationales qui rejoignirent la Résistance dans le Var.

97 Le Petit Provençal, 14 décembre 1942. Voir en annexes, « Les textes législatifs et leur application ».

98 Voir Christian Oppetit (dir.), op. cit., et Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 39 et sq.

99 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. La « solution finale » de la question juive en France, La Shoah en France, t. 1, Paris, Fayard, 2001, p. 218-219. À noter que le premier convoi parti de Compiègne vers Auschwitz, le 27 mars 1942, comptait déjà des juifs français, notables arrêtés à Paris par les Allemands en représailles d’attentats. Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale, t. 1, op. cit., p. 199.

100 Raymond-Raoul Lambert, Carnets d’un témoin, 1940-1943, présenté et annoté par Richard Cohen, Fayard, Paris, 1985, p. 222.

101 Idem, p. 222-233.

102 Voir infra la contribution de Suzette Hazzan et les témoignages qu’elle a recueillis.

103 Raymond-Raoul Lambert, op. cit., p. 234.

104 Voir infra la contribution de Suzette Hazzan et les témoignages qu’elle a recueillis.

105 Le témoignage de son secrétaire est cité par Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. La « solution finale… La Shoah en France… t. 1, op. cit., p. 322-326.

106 Voir infra, la contribution de Jean-Louis Panicacci et le rapport de la préfecture des Alpes-Maritimes au gouvernement reproduit par Serge Klarsfeld, Calendrier de la persécution des Juifs… La Shoah en France, t. 2, op. cit., p. 1297-1298 et Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Nice, op. cit., p. 39 et sq.

107 Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes, 1939-1945, un département dans la tourmente, Nice, Éditions Serre, 1989, p. 175-176.

108 Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes, op. cit., p. 174-175.

109 Quelques textes pour un débat sur cette question : Liliane Piciotto-Fargion, responsable du Centre de Documentation juive contemporaine de Milan, « Le Fascisme italien et la “Question Juive” », Le Monde Juif, Revue d’Histoire de la Shoah, n° 149, avril 1993, p. 90-94, Serge Klarsfeld, « Le Jeu de Vichy entre les Italiens et les Allemands », idem, p. 74-84, Marie-Anne Mattard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie, les discordances entre la mémoire et l’histoire », Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, n° 89, deuxième trimestre 1998, p. 217-238 ; Marie-Anne Mattard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.

110 Voir infra, la contribution de Jean-Marie Guillon.

111 Voir Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Marseille… op. cit., p. 56 et sq., Serge Klarsfeld, Les transferts de Juifs de la région de Nice… op. cit., p. 111 et sq., les témoignages infra et in Christian Oppetit (dir.), op. cit.

112 AD AHP 6 J 14, correspondance avec le grand rabbin Salzer, 19 octobre 1943.

113 Ad BdR 55 W 148, rapport de la sécurité militaire, section E, sd. et interrogatoire de Charles Palmiéri le 10 mars 1945.

114 Ad BdR 55 W 148, rapport de l’inspecteur de Sûreté Simonetti, 21 mars 1945.

115 AD BdR 55 W 148, interrogatoire de Charles Palmiéri le 10 mars 1945.

116 Isaac Lewendel, Un hiver en Provence, préface de Robert O. Paxton, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 1996.

117 À La Libération, Charles Palmiéri suivit les troupes allemandes dans leur fuite. Après instruction, il fut parachuté en France, en décembre 1944, près de Blois pour des actions de sabotage. Arrêté, il dénonça ses comparses. Lui-même fut libéré à la demande des services français de Sûreté du territoire. Finalement arrêté et jugé, il fut condamné à mort en mai 1946.

118 Il est parfois difficile d’établir la provenance géographique précise des déportés au moment de leur transfert en zone Nord. Ils ont pu être arrêtés dans un département et transférés à partir d’un autre. Les chiffres peuvent donc connaître des variations sur ce point. Des études locales permettront de les affiner. Ceux utilisés ici sont établis par Serge Klarsfeld, Calendrier de la persécution des Juifs en France, juillet 1940-août 1942, La Shoah en France, t. 3, Paris, Fayard, 2001, cartes 1942-1944, p. 1902-1904.

119 « Tableau récapitulant les transferts de Juifs de la zone libre vers la zone occupée (Drancy) par la police de Vichy, 5 août 1942-22 octobre 1942) », idem p. 1908. Et l’auteur estime que le chiffre des « internés » est sous-estimé, du fait qu’un certain nombre (« TE ou internés de longue date des camps de zone libre ») a vraisemblablement été comptabilisé dans les « raflés ».

120 Qui avait attribué en 1870 la nationalité française aux juifs d’Algérie.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine. Chercheur associé à l’UMR TELEMME (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme), Aix-en-Provence   

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540