Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Provence-Auschwitz

 | 
Robert Mencherini

Avant-Propos

Avant-propos

Robert Mencherini

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de Christian Oppetit, Marseille, Vichy et les nazis. Le temps des rafles. La dép (...)

1Cet ouvrage se veut dans la continuité de Marseille, Vichy et les Nazis, paru en 19931. Celui-ci s’intéressait principalement aux Bouches-du-Rhône, aux rafles de l’été 1942, mais surtout à celles de janvier 1943, lors de l’évacuation et de la destruction des vieux quartiers du port de Marseille. Nous avions alors analysé les liens entre ces dramatiques opérations, la politique de la collaboration d’État du régime de Vichy et son implication dans les mécanismes de déportation des juifs en zone Sud.

  • 2 Les persécutions antisémites ne se limitent évidemment pas aux rafles et à la déportation qui en c (...)

2Les recherches ont été poursuivies, autour des rafles et de la déportation des juifs2, d’abord en ce qui concerne les Bouches-du-Rhône. On trouvera dans la première partie les communications concernant ce département. Notre réflexion a également porté sur le système des camps, tel qu’il a pu exister dans le sud-est de la France. Les contributions de Sylvie Orsoni sur les centres d’hébergement féminins de Marseille, de Suzette Hazzan sur le camp d’internement de Miramas, de Jacqueline Ribot sur les Basses-Alpes mettent en évidence l’existence d’une véritable galaxie de l’internement gravitant autour du camp des Milles. J’ai, pour ma part, essayé de mieux cerner l’historique et l’importance de celle-ci, des liens entre le camp et ses « annexes » (en particulier les GTE, groupements de travailleurs étrangers), en référence au contexte et à l’ensemble des années 1939-1944.

3Depuis la diffusion du premier ouvrage, d’autres documents et d’autres témoignages ont été recueillis sur les rafles à Marseille. L’Amicale des Déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, région Marseille-Provence, désirait qu’ils ne soient pas perdus. Ils sont ici rassemblés en deuxième partie par Suzette Hazzan qui a également retracé l’histoire des déportations des femmes et enfants de la maison de la Verdière à La Rose, dans la banlieue de Marseille.

4Nous avons aussi souhaité élargir le propos à d’autres départements de l’actuelle région Provence-Alpes-Côte d’Azur, toujours en liaison avec les rafles de juifs et leur déportation vers les camps d’extermination. Les diverses approches départementales, à propos des Alpes-Maritimes (Jean-Louis Panicacci), des Basses-Alpes (actuelles Alpes-de-Haute-Provence − Jacqueline Ribot), du Var (Jean-Marie Guillon), regroupées en troisième partie, qui portent sur l’ensemble de la période, permettent aussi d’utiles comparaisons sur l’attitude des forces occupantes, italiennes et allemandes (avec, on le verra, d’importantes différences) et de leurs supplétifs français.

5Ce travail n’aurait pu être mené à bien sans la volonté de l’Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, région Marseille-Provence, sans l’investissement pendant plus de trois ans de l’équipe des historien (ne) s, sans les fonds des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes, des Alpes de Haute-Provence, du Var et du Vaucluse, des Archives nationales qui ont mis à notre disposition la photographie de couverture, du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), de l’Alliance israélite universelle (AIU), de l’Association fonds et mémoire d’Auschwitz (AFMA), de l’Institut Méditerranéen, Mémoire et Archives du Judaïsme (IMMAJ), les renseignements fournis par l’association Basses-Alpes 1939-1945. Nous remercions ici les directions et les personnels de ces centres et institutions, les membres dévoués de ces associations. Que Christian Oppetit, qui a dirigé le premier ouvrage cité supra soit également remercié pour son aide amicale tout au long de ces travaux.

6Faut-il vraiment dire que les contributions des témoins et de leur famille qui ont accepté de faire le récit de ces douloureux événements et qui ont mis à notre disposition de nombreux documents ont été essentielles ? Enfin, cet ouvrage n’aurait pas vu le jour sans l’aide à l’édition apportée par le conseil général des Bouches-du-Rhône.

Notes

1 Sous la direction de Christian Oppetit, Marseille, Vichy et les nazis. Le temps des rafles. La déportation des juifs, préface de Pierre Vidal-Naquet, Marseille, Amicale des Déportés d’Auschwitz et des Camps de Haute-Silésie, région Marseille-Provence, 1993, réédité en 2005.

2 Les persécutions antisémites ne se limitent évidemment pas aux rafles et à la déportation qui en constituent l’acmé. Les contributions de Jean-Marie Guillon (Var) et Jean-Louis Panicacci (Alpes-Maritimes) abordent l’ensemble de la politique de persécution, les recensements, l’« aryanisation ». On lira aussi avec profit, pour les Bouches-du-Rhône, l’ouvrage de Renée Dray-Bensoussan, Les juifs à Marseille (1940-1944), Paris, Les Belles-Lettres, 2004 (issu de sa thèse sur « La communauté juive de Marseille pendant la deuxième guerre mondiale, août 1939-août 1944 », Université de Provence, Aix-en-Provence, 2001, sous la direction de Jean-Marie Guillon) et CRIF, Rapport final de la commission départementale sur les spoliations des Juifs dans les Bouches-du-Rhône pendant la Seconde Guerre mondiale, CRIF, Marseille, 2003.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine. Chercheur associé à l’UMR TELEMME (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme), Aix-en-Provence   

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540