Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « monstre » humain

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol

La réintégration du monstre dans l'ordre du monde

Ordre et désordre des monstres doubles dans les théories et les pratiques médicales

Anne Carol

Texte intégral

1Les monstres doubles, ou monstres composés, constituent une forme de monstruosité qui fascine par les problèmes multiples qu’elle pose, tant concernant son origine que concernant ses conséquences sur le plan légal, ou même sexuel, où d’improbables combinaisons attisent la curiosité du public. La monstruosité double cumule en outre une situation paradoxale : une configuration parfois à la limite du concevable, mais qui n’est pas nécessairement accompagnée de laideur. Les monstres doubles peuvent être dotés de physiques au moins normaux, et parfois même plus agréables que la moyenne. Pour cette raison, pour ce paradoxe entre monstruosité globale et normalité individuelle, ils ont été très tôt recherchés et abondamment exhibés.

Une visibilité redoublée ?

2La première question que l’on peut se poser est celle de leur visibilité : les monstres doubles semblent faire partie d’une catégorie de monstres dont la visibilité, à partir du moment où ils étaient viables, a été peu ou pas occultée, voire amplifiée par des procédés mêlant science et médias (même rudimentaires). Dans cette mise en avant, les savants ont joué un rôle actif, soit qu’ils aient cherché à présenter ou à garder la trace des monstres qu’ils avaient pu rencontrer, soit qu’ils aient été utilisés par les impresarios pour cautionner leur attraction.

Des monstres exhibés

  • 1 Cité par Jacques Gélis, L’arbre et le fruit, Paris, Fayard, 1984, p. 366
  • 2 Villeneuve, séance du 13 novembre 1838, Bulletin de l’Académie de médecine, 1838, p. 210. On utili (...)

3Il est sans doute probable que certains d’entre eux ont été détruits ou abandonnés sans soins dès la naissance, comme en témoignent les récits entourant la naissance des plus célèbres d’entre eux : généralement, au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle, les réactions de l’entourage sont négatives et plutôt malveillantes. Dans Des erreurs et préjugés répandus dans les différentes classes de la société (1847) Salgues raconte qu’en 1789, un curé fait couvrir de chaux et d’eau-forte le cadavre de deux sœurs siamoises nées dans un village1. Mais les monstres doubles constituent par ailleurs une forme de monstruosité très prisée du public et des curieux, et donc une source de revenus pour les parents. Un médecin venu examiner sous la monarchie de Juillet deux fillettes accolées et mortes quelques jours après leur naissance, se décrit « au milieu du désespoir et des lamentations de la famille dont les affections et les intérêts se trouvaient fortement froissés par une mort aussi récente qu’inattendue »2. Ce monstre double, observé aussi par Geoffroy de Saint Hilaire, avait fait l’objet d’une demande d’autorisation des parents auprès du Préfet de police pour une exhibition payante ; autorisation acceptée, ce qui explique la déception des parents.

  • 3 Ambroise Paré, Des monstres et prodiges, Paris, Slatkine, 1996, p. 46 (1ère éd. 1573).
  • 4 Nicolas François Regnault, Les écarts de la nature ou recueil des principales monstruosités que la (...)

4Ambroise Paré, dans Des monstres et prodiges (1573), présente ainsi de nombreux cas qu’il a soit pu examiner, soit dont il a entendu parler ou dont il a lu des descriptions : telles ces « deux filles conjointes par les reins, depuis les épaules jusques aux fesses », nées à Vérone en 1475, et au sujet desquelles il ajoute : « et parce que leurs parents étaient pauvres, elles furent portées par plusieurs villes d’Italie, pour amasser argent du peuple, qui était fort ardent de voir ce nouveau spectacle de nature »3. Au XVIIIe siècle, des savants reconnus et notamment Buffon ont évoqué le cas des sœurs Hélène et Judith, nées en Hongrie en 1701 et unies par les fesses, c’est-à-dire pygopages. Elles sont exhibées en Pologne, en Allemagne, en Italie, en Angleterre et en France. Mais leur carrière finit prématurément, puisqu’elles entrent dans un couvent à 9 ans, où elles meurent à l’âge de 21 ans. Par ailleurs, des recueils de gravures, comme celles de Régnault, Les écarts de la nature publiée en 1772, contribuent à diffuser dans le public ces formes étranges, quoique adoucies (l’éditeur précise qu’il a cherché « à effacer les rides imprimées par le temps ; et les monstres sont représentés, non dans l’état où les a réduits la vétusté, mais dans celui où la nature les a produits. »4).

5La popularité des monstres doubles reste toutefois limitée, sous l’Ancien Régime, par leur « privatisation » (ils appartiennent, vivants ou morts, à des collections privées), mais aussi par les contraintes techniques.

6Au XIXe siècle, avec le développement du chemin de fer, l’essor de l’urbanisation, les monstres doubles constituent une des attractions les plus recherchés des cirques itinérants du type de celui fondé par Barnum en 1871. C’est ainsi que les Français ont le privilège, entre autres Européens et à la suite des Américains, qui en ont généralement la primeur, de voir à plusieurs reprises des monstres doubles devenus célèbres. Il faut donc dans un premier temps passer en revue rapidement ces exhibitions – du moins celles qui précèdent la Grande Guerre – pour mesurer la familiarité des contemporains avec le phénomène.

  • 5 Ils avaient été toutefois précédés par deux sœurs soudées par le bassin, Rita et Christina, nées e (...)

7La palme de la célébrité revient sans aucun doute aux frères Chang et Eng, nés en 1814 en Thaïlande, et devenus des attractions à partir des années 1830. La meilleure preuve de leur célébrité réside sans doute dans le fait que l’expression « frères siamois », qui servait à les désigner, est passée dans le langage courant et a fini par signifier une forme de monstruosité générique. Chang et Eng sont montrés aux savants et au public à Paris en 1835, à l’issue de tribulations administratives sur lesquelles nous reviendrons ; après une tournée européenne triomphale, ils retournent en Amérique, se marient et ont 11 enfants ; ils meurent en 1874, âgés d’une soixantaine d’années5.

8Les « frères siamois » sont relayés par les sœurs Millie-Christine, nées en 1851 d’un couple d’esclaves américains ; musiciennes et chanteuses, les deux sœurs sont surnommées par le public le « rossignol à deux têtes ». Affranchies par la guerre de Sécession, elles continuent leur carrière de music-hall et sont visibles à Paris en 1873.

9Deux autres couples de sœurs se partagent la vedette dans les années 1890. Le premier est celui des sœurs Rosa-Josepha, nées en 1878 en Bohême. Comme Millie et Christine, elles parcourent les scènes européennes en se produisant dans des spectacles ; elles passent par Paris en 1891-1892. Leur notoriété se prolonge au XXe siècle, puisqu’en 1910 une nouvelle révolutionne la presse à sensation : l’une des deux sœurs est enceinte et accouche le 17 avril d’un enfant parfaitement normal.

10Le deuxième couple est celui des sœurs Doodica et Radica, deux petites indiennes nées en 1888. Un impresario anglais, Coleman, les prend en charge et entame une tournée en Europe en 1893, sous contrat avec Barnum. Elles sont « exposées » à la curiosité du public parisien aux Tuileries, en 1892-1893, puis à nouveau à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

11Il faut encore mentionner les « frères chinois », Liao Sien Chen et Liao Toun Chen qui tournent en Europe dans les toutes premières années du XXe siècle (ils sont à Vienne en 1901, à Paris en 1902).

12Signalons que ce type d’exhibition ne s’arrête pas après la guerre ; les Français ont encore l’occasion de voir dans les années 30 les sœurs Daisy et Violetta Hilton, qui poursuivent la veine music-hall inaugurée par Millie et Christine, et que tout le monde a pu voir dans le film célèbre de Tod Browning, Freaks. Par ailleurs, l’Exposition universelle de 1937 est – comme toutes les expositions universelles –, l’occasion pour les barnums de profiter de l’afflux d’un public nombreux et avide de sensations.

13Je ne citerai aussi que pour mémoire une autre catégorie de monstres doubles plus rare, celle où une partie du corps seulement est dédoublée : la moitié inférieure ou supérieure (monstres dits en Y ou en lambda). C’est le cas, par exemple, des frères Tocci, nés en Italie en 1877, et qui ont été « regardés » par des milliers de spectateurs, soit en chair et en os, soit sous forme de cire, comme dans le cadre du célèbre musée fondé par Spitzner sous le second Empire et qui voyage en Europe du Nord jusqu’au début du XXe siècle. Je laisserai de côté également les monstres doubles parasitaires, c’est-à-dire ceux dont un des composants est incomplètement développé, comme le célèbre Lazare Colloreti au XVIIe siècle.

14L’existence des monstres doubles est donc vraisemblablement assez bien repérable pour l’historien au XIXe siècle, par l’essor conjoint des moyens de transport et des moyens d’information. Elle l’est d’autant plus que deux logiques convergent vers cette notoriété : le besoin de publicité de leurs exploiteurs, et la curiosité du public et des savants en particulier.

Les savants et les monstres doubles

15Qu’en est-il donc de l’attitude du monde savant face à ces monstres ? À chaque naissance ou exhibition publique, le corps médical est sollicité, et de deux façons. Poussé par la curiosité scientifique, il cherche à approcher le monstre, si possible avant que sa notoriété ne soit faite et qu’une exploitation commerciale en soit commencée ; mais il arrive aussi qu’il soit sollicité par les tuteurs ou impresarios des monstres pour des raisons qui ne sont pas toujours scientifiques.

16Les savants s’intéressent donc « spontanément » aux monstres doubles, la quête du savoir les poussant à examiner les anomalies de la nature dont certains, comme Geoffroy Saint-Hilaire, pressentent en outre qu’elles livreront des clefs concernant l’origine de la vie et l’embryogénie. Les institutions savantes témoignent de cet intérêt ; à l’Académie de médecine comme à l’Académie des sciences, il ne se passe guère d’année sans qu’un érudit n’envoie une note ou un mémoire sur un monstre observé ; parmi eux, les monstres doubles occupent naturellement une position prééminente. Tout le problème est d’être prévenu de l’événement en temps opportun, c’est-à-dire avant que le monstre ne soit soustrait aux regards, exploité commercialement, ou encore mort.

  • 6 Mémoires de l’Académie royale des Sciences, tome XI, p. 435-446

17À part les notes de correspondants provinciaux, les sociétés savantes peuvent être alertées de différentes façons ; en 1830, c’est une sage-femme qui amène ainsi à l’Académie des Sciences une « enfant quadrupède né et vivant à Paris, monstruosité désignée sous le nom générique d’hétéradelphe »6. Étienne Geoffroy Saint-Hilaire en donne une description, accompagnée de plusieurs planches à ses collègues.

18C’est parfois presque un hasard qui met en branle le processus, comme le raconte Geoffroy Saint-Hilaire en 1839 :

  • 7 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Science (...)

« Le 7 octobre dernier, par les soins de M. Salvandy, alors ministre de l’Instruction publique, fut donnée la nouvelle de la naissance d’un enfant femelle (…) Cette nouvelle parvint aussitôt à l’Académie, parce que dans la commune de Prunay-sous-Ablis, au château des Faures, principal domaine de cette commune, demeurent M. Pétineau, ancien associé du célèbre manufacturier Obercampf (sic) et son gendre, M. Delapalme, avocat général à Paris. Ces messieurs, parents du ministre de l’Instruction Publique, informèrent de suite M. Salvandy de l’événement tératologique survenu au chef-lieu de la commune. Ce ministre éclairé comprit de quelle importance était cet événement pour les sciences physiologiques, et peut-être aussi pour la psycologie (sic). »7

  • 8 Le rapport est « censuré » par les Comptes-rendus …, et publié en octobre 1838 dans la Gazette méd (...)

19Geoffroy Saint-Hilaire obtient de l’Académie qu’une commission soit désignée pour aller visiter le monstre, formée de lui-même, Serres, Breschet et du peintre du Muséum, Werner ; séjournant 8 jours auprès de ce « miracle d’organisation », il va même jusqu’à payer de sa poche une nourrice pour éviter aux enfants chétives le biberon fatal. À la suite de sa visite, Geoffroy Saint-Hilaire présente à ses collègues un long rapport, accompagné d’une planche lithographiée d’après nature, qu’il insiste pour intégrer aux mémoires de l’académie8.

  • 9 CRHSAS, tome 21, séances du 25 août, 22 septembre et 29 décembre 1845.
  • 10 « Présentation d’un malade », BAM, 23 décembre 1873, p. 1540-41.
  • 11 A. R. A. Serres, « Recherches d’anatomie transcendante et pathologique. Théorie des formations et (...)
  • 12 Villeneuve, op. cit., p. 210.

20Si la chose est possible, on va jusqu’à amener le monstre sur place, devant les savants, qui ont ainsi tout loisir d’examiner le trophée ; c’est le cas de deux fillettes jointes par le ventre, nées près de la Châtre en 1845, et qui sont transportées six semaines après à l’Institut pour y être examinées9, ou de cette fillette portant une moitié inférieure surnuméraire que le docteur Depaul présente à ses étudiants puis à l’Académie de médecine en 187310. Le plus souvent toutefois, les savants doivent se contenter d’une description post mortem. Les sœurs Rita-Christina, mortes à huit mois en France, sont ainsi disséquées par le chef des travaux anatomiques des Hôpitaux de Paris, Serres, aidé de son prosecteur, et font l’objet d’un très volumineux mémoire publié par l’Académie des Sciences, agrémenté de 19 planches réalisées par le peintre du Museum11 ; même type de description post mortem livrée par Villeneuve à l’Académie de médecine sur les jumelles de Prunay12.

21Les savants sont prompts à fustiger l’insensibilité des familles populaires, prêtes à exploiter la monstruosité de leurs enfants – fût-ce au prix de leur vie ; ils les accusent, lorsque les enfants meurent, d’être responsables de leur mort par leur désir forcené d’exhibition, si contraire à l’hygiène des nouveaux nés : à les entendre, ils seraient les sauveurs de ces pauvres déshérités et auraient ainsi des droits sur leur avenir – sans compter ceux de la science, qu’ils incarnent. C’est la posture qu’adopte Geoffroy Saint-Hilaire à l’égard des jumelles de Prunay :

  • 13 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, CRHSAS, 5 août 1839, p. 199-200.

« Tant que je fus sur les lieux, je me fis le protecteur des deux enfants joints ensemble. Mais après moi, l’intérêt parla plus haut que mes recommandations : l’or était auprès de journaliers peu fortunés une sollicitation bien pressante (…) les parents sollicitèrent de monsieur le Préfet de police un permis d’exhibition : ils obtinrent le triste avantage d’une odieuse exploitation, laquelle, comme il devenait facile de le prévoir, ne fut pas de longue durée »13.

  • 14 Ibid.

22À l’exhibition savante, Geoffroy Saint-Hilaire reproche aux parents d’avoir préféré l’exhibition commerciale, privant ainsi « le public intelligent et la science (…) des fruits qu’ils devaient espérer d’un tel événement »14. Pourtant, lorsque la sensibilité des familles s’oppose à ce que leur enfant soit transformé en objet d’investigation scientifique, ou que ses restes soient muséographiés, les savants n’ont pas de termes assez durs pour flétrir l’obscurantisme des géniteurs : ainsi en est-il de cette fillette double de l’Ariège, Jeanne-Marguerite, morte quelques heures après la naissance, dont des médecins toulousains envoient une description à l’Académie de médecine en 1874, accompagnée de ce commentaire amer :

  • 15 « Mémoire de Joly et Peyrat », séance du 20 janvier 1874, BAM, 1874, p. 53.

« Nous regrettons bien plus vivement encore de n’avoir pas pu soumettre à une dissection attentive le monstre dont il s’agit ; mais nous avons dû nous incliner devant la répugnance et les scrupules de la famille (...) inutile de dire que nous n’avons pu, même à prix d’or, conserver à la science ce précieux spécimen, tant les préjugés règnent encore dans nos campagnes et même dans nos villes du midi ; tant il est difficile de les en extirper ! »15

23Nullement découragés toutefois, les deux médecins réussissent à obtenir trois mois plus tard du maire une autorisation d’exhumation qui leur permet d’examiner les débris osseux.

  • 16 Séance du 7 décembre 1835, CRHSAS, 1835, p. 438.
  • 17 Marcel Baudouin, séance du 21 novembre 1892, BAM, 1892, p. 884-885. La note de Baudouin est présen (...)

24La capacité à observer des monstres humains est donc, pour les médecins, limitée dès l’origine par deux ordres de faits : leur non-viabilité fréquente ; les hasards de l’information. On comprend donc avec quel intérêt ils surveillent les annonces d’exhibitions foraines qui leur permettent éventuellement de se livrer à des examens aussi bien physiques que psychologiques sur des monstres vivants et bien développés. À la séance de l’Académie des Sciences du 7 décembre 1835, Geoffroy Saint-Hilaire croit utile d’annoncer à ses collègues « l’arrivée à Paris des jumeaux siamois dont les journaux anglais et américains ont tant parlé »16. En 1892 encore, alors que les exhibitions de monstres doubles sont devenues plus fréquentes, Baudouin accomplit un véritable travail de reporter pour approcher les sœurs Radica et Doodica avant tout le monde : ayant appris leur existence par le Times of India, il écrit à Bombay pour obtenir des renseignements. Prévenu de l’imminence d’une tournée en Europe, il part les attendre à Marseille où il pense les voir débarquer : en vain ; c’est Bruxelles qu’on les exhibe, où il se hâte pour les visiter avant leur départ pour Berlin17.

  • 18 Voir aussi le compte rendu de la visite de Millie-Christine par Peyrat et Joly le 8 avril 1874, da (...)

25Ces exhibitions publiques sont d’ailleurs généralement suivies de comptes rendus ou de débats dans la presse professionnelle, comme par exemple lors de la venue de Millie-Christine à Paris en 1873, qui suscite une série d’articles du spécialiste de médecine légale Ambroise Tardieu et un débat de fond à la Société d’Anthropologie de Paris sur l’origine de la monstruosité double18. En 1891, Baudouin fait partager à ses confrères les résultats de l’examen assez poussé qu’il a pu mener avec un collègue sur les sœurs Rosa-Josépha :

  • 19 Marcel Baudouin, « Les sœurs Rosa-Josepha Blazek. Le pygopage du théâtre de la Gaîté », Semaine mé (...)

« les affiches multicolores, élégantes et … galantes qui, dans les rues de Paris, ont la prétention de les représenter, ne peuvent donner qu’une faible idée aux médecins qui désirent être réellement édifiés sur la valeur anatomophysiologique du phénomène dont le nom court, depuis quelques jours sur toutes les lèvres. »19

26Certains savants n’hésitent pas à se déplacer hors des frontières pour avoir l’honneur de présenter le résultat de leurs observations dans des sociétés savantes, comme Chapot-Prévost qui décrit en avant-première aux membres de l’Académie de médecine les frères chinois qu’il est allé voir à Vienne en 1901.

  • 20 Joly, Peyrat, op. cit ; 1874, p. 385.

27Parfois, ces investigations sont jugées insuffisantes par les médecins, dont la curiosité passerait volontiers outre les convenances : c’est particulièrement vrai pour Millie-Christine, que les savants n’arrivent pas à approcher et examiner à leur gré ; il est vrai que leur curiosité porte, en l’occurrence, sur le caractère double ou simple des organes sexuels. Selon le docteur Martin, les savants illustres qui « ont essayé de porter leur recherche du côté de la région fusionnée, ont éprouvé une résistance invincible ; Paul Bert à Paris, Virchow à Berlin n’ont pu y parvenir » : même échec dans le cas de Joly et Peyrat, se plaignant avec un agacement perceptible d’avoir « du respecter la pudique susceptibilité des deux jeunes filles »20. Cette mauvaise volonté motive même un vœu d’un humanisme quelque peu opportuniste (démenti par la fin du propos) chez certains observateurs éconduits :

  • 21 Félix Larrey, BAM, 6 janvier 1874, p. 30. Même rebuffade essuyée par Chapot-Prévost lorsqu’il essa (...)

« … ce serait que l’Académie de médecine fut consultée officiellement par l’autorité supérieure sur l’opportunité d’interdire aux charlatans l’autorisation d’exhiber publiquement les tristes anomalies de l’espèce humaine. C’est ce qui arrive en ce moment pour les deux jeunes négresses que tout Paris va voir, sans qu’elles consentent à se soumettre à la compétence d’un examen anatomique ou médical »21

28Non à l’exhibition, si elle ne se fait pas en priorité au bénéfice des savants ?

29Mais le corps médical peut aussi être sollicité, non par sa propre curiosité et son désir de savoir, mais par les organisateurs eux-mêmes des exhibitions.

30La présentation à l’hôpital de la fillette évoquée plus haut, qui porte deux jambes supplémentaires, est ainsi racontée par le docteur Depaul :

  • 22 Henri Depaul, BAM, 23 décembre 1873, p. 31.

« Un matin, une femme se présente à ma clinique pour me montrer son enfant, qui portait, disait-elle, un phénomène qu’on n’avait jamais vu dans sa famille. Après l’avoir fait un peu causer, je m’aperçus qu’elle venait uniquement dans un but intéressé, elle voulait obtenir de moi un certificat, une attestation quelconque pour faire de la réclame »22.

31Les impresarios sont en effet souvent à la recherche d’une sorte d’attestation scientifique de la monstruosité, qui assurera leur réputation dans le milieu, infesté de tricheurs et de faux monstres maquillés. C’est le cas notamment pour les frères Chang et Eng, dont l’impresario, Hunter, se révèle un habile manipulateur du milieu scientifique. Aux États Unis, lorsqu’il présente les deux frères siamois pour la première fois à Boston, il prend soin de les faire examiner dans un premier temps par une célébrité de la Faculté, le professeur John Waren, qui publie aussitôt un article dans un journal généraliste. En Angleterre, il réitère son « coup » publicitaire : il choisit de présenter d’abord ses protégés au Collège royal des chirurgiens, qui se fend d’un rapport élogieux, se concluant ainsi : « les frères siamois Chang et Eng constituent un des plus extraordinaires phénomènes de la nature et il est souhaitable que le public pût les connaître et les honorer ». Il ne reste plus qu’à les présenter à la famille royale. En France, où Hunter escompte faire une tournée lucrative, un problème d’ordre administratif se pose : un règlement de police interdit l’exhibition publique de monstres, en raison des conséquences néfastes qu’un tel spectacle pourrait avoir sur les femmes enceintes. L’astucieux impresario se sert alors une nouvelle fois du corps médical, qu’il invite à venir visiter les monstres dans l’hypothèse (bien sûr fictive) d’une séparation chirurgicale. Appâtés par cette perspective, les savants (notamment Coste, Sauvage et Virey) font pression sur l’administration et obtiennent l’autorisation attendue. On retrouve la même démarche quelques décennies plus tard, autour de Radica et Doodica : le barnum (Coleman) convoque tout un aréopage de savants en 1893, dont la visite éclabousse de prestige les deux fillettes exhibées.

32Il arrive au contraire que les barnums fassent obstruction à ces investigations ; mais les raisons peuvent aussi être publicitaires. Ainsi, lors de la venue de Millie-Christine, c’est le Préfet de police, « justement ému des doutes qui s’étaient produits sur la monstruosité » qui demande à Charles Robin, à Ambroise Tardieu et au chef du bureau des Théâtres de l’accompagner au Cirque des Champs-Élysées pour vérifier qu’il n’y a pas supercherie ; l’entrepreneur semble réticent, s’attirant ce commentaire de Tardieu :

  • 23 Ambroise Tardieu, BAM, 1874, p. 36.

« il était évident que le mystère lui semblait mieux fait pour exciter la curiosité que la certitude avérée du phénomène. »23

La réintégration du monstre dans l’ordre du monde

33Face à ces monstres, comment les savants se positionnent-ils intellectuellement ?

34Il est banal de rappeler la montée en puissance de la figure du savant à partir des Lumières. Cette autorité croissante, qui s’étend à tous les domaines de la vie, et qui entre en concurrence, sinon en conflit, avec l’autorité de l’Église et le savoir théologique, connaît son apogée dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans un contexte de scientisme envahissant. Le savant, le scientifique, se doivent d’expliquer la totalité du monde, et de balayer les vieilles croyances et les superstitions. Or, qui mieux que les monstres pourrait symboliser la prégnance de l’irrationnel sur les représentations ? Quel plus beau champ trouver à l’exercice de la raison ? En d’autres termes, comment la médecine réintègre-t-elle la monstruosité en général et celle des monstres doubles en particulier dans l’ordre du monde ?

35Deux voies s’offrent à elle : l’explication, et l’action réparatrice.

La réintégration par la raison

36L’intégration par la raison a déjà été longuement étudiée, et l’histoire de la formation de la tératologie déjà faite ; on peut la résumer brièvement.

37Il serait anachronique, et d’ailleurs inadéquat, de tenter de séparer explications populaires ou religieuses, et explications savantes dans la formation des monstres doubles sans doute jusqu’au XVIIe siècle. On sait combien les représentations populaires se nourrissent des représentations savantes, les récupèrent, les pérennisent alors même qu’elles sont tombées en désuétude dans les élites. L’influence des astres, et notamment de la constellation des gémeaux, appartient ainsi à ce double registre. Même ambivalence en ce qui concerne les effets de l’imagination sur la grossesse : telle femme qui accouche d’un monstre double aurait ainsi vu deux chiens accolés. Telle autre, qui se cogne violemment avec sa voisine, accouche quelques mois plus tard d’un monstre double lié par le front (Pierre Boaistuau, Histoires prodigieuses, 1560). Il est toutefois commode de s’appuyer sur les grands textes concernant les monstres pour retracer une histoire des explications à la monstruosité ; histoire qui est par ailleurs étroitement tributaire de celle de la succession des théories de la génération.

38Le séminisme, qui explique la formation de l’embryon par le mélange de deux semences masculines et féminines dans la matrice, sert de canevas aux premières explications. Pour Ambroise Paré, par exemple, le monstre double résulte donc d’» une trop grande quantité de matière » (Des monstres et prodiges, 1573). Mais il propose d’autres explications, comme paradoxalement le défaut de semence : les jumeaux projetés n’ont pu aboutir ; ou la conformation féminine : en particulier, le :

  • 24 Ambroise Paré, op. cit., p. 56.

« vice de la matrice, qui était trop petite, parce que nature voulant créer deux enfants, la trouvant trop étroite, se trouve manque, de façon que la semence étant contrainte et serrée, se vient lors à coaguler en un globe, dont se formeront deux enfants joints et unis ensemble. »24

39Mêmes explications chez le médecin italien Fortunio Liceti (Traité des monstres, 1616, traduit en français en 1708), qui invoque aussi l’excès ou le défaut de semence. On peut remarquer, peut-être, que plus que dans le cas d’autres monstruosités, les monstres doubles se prêtent à des explications rationnelles, voire mécaniques.

40Le XVIIIe siècle marque une étape importante dans cette tendance à la rationalisation. Je fais allusion, bien sûr, à la célèbre « querelle des monstres » qui agite d’Académie royale des sciences dans la première moitié du siècle, et qui repose justement sur des observations concernant des monstres doubles. Le contexte scientifique a changé : depuis le XVIIe siècle, le séminisme est battu en brèche par de nouvelles théories de la génération, qui s’appuient sur l’existence d’œufs (ovisme) ou de vers spermatiques (animalculisme). Le point de départ de la querelle est la présentation d’un ischiopage par Joseph Duvernay, en 1706. Pour Duvernay, un tel monstre, à la fois viable et complet, est une création divine à part entière, qui témoigne de la liberté et de la puissance créatrice de Dieu. Duvernay est préformationniste, c’est-à-dire qu’il pense que les êtres vivants sont préformés dans des œufs ; il pense donc que les monstres sont préformés, qu’il existe des œufs monstrueux, comme il existe des œufs normaux. C’est contre cette thèse « providentialiste » que s’élève Louis Lémery, lui aussi préformationniste et oviste, mais pour qui un tel monstre double s’explique par la collision de deux œufs ; collision qui aurait entraîné la destruction d’une partie de chacun des œufs et des germes qu’ils contiennent, et leur accolement. Il n’existe donc pas d’œufs monstrueux, et c’est d’ailleurs faire injure à Dieu que de supposer qu’il puisse manifester sa puissance divine en créant des ratés. Winslow s’oppose à son tour à Lémery, en invoquant le fait que le choc et le hasard ne peuvent pas produire l’ordre, la symétrie toujours observés dans les monstres doubles.

  • 25 Patrick Tort, L’ordre et les monstres. Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au XVIIIe(...)

41Passons sur les péripéties du débat, qui voit aussi intervenir Haller ; le contenu en a été analysé de façon passionnante par Patrick Tort, et l’historien des sciences montre bien que derrière l’échange d’arguments métaphysiques, c’est la métaphysique elle-même qui est sur la sellette, puisque l’explication « accidentaliste » la rend accessoire, dispense d’y recourir pour expliquer la formation d’un phénomène somme toute mécanique25.

  • 26 Voir Jean-Louis Fisher, Monstres. Histoire du corps et de ses défauts, Paris, Syros Alternatives, (...)

42La querelle des monstres, qui s’achève en 1743 par la mort de Lémery, montre bien que l’effort de rationalisation bute, en fait, sur les mystères qui entourent la génération et l’embryologie. Or, ces mystères commencent à être levés en partie au XIXe siècle. Les Geoffroy Saint-Hilaire père et fils, notamment, contribuent à rationaliser définitivement les savoirs concernant la formation des monstres26.

  • 27 Lettre de Charles de Perron, pochette de séance du 22 octobre 1838, Archives de l’Académie des Sci (...)
  • 28 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, CRSHAS, 19 août 1839, p. 269.

43Une première forme de réintégration intervient avec la formulation de la loi de l’unité de composition organique, qui pose en principe que toutes les créations de la nature peuvent être rapportées à un modèle unique, dont elles ne représentent que des variations ; comme l’écrit un grand tératologue du XXe siècle, Étienne Wolff, « les hors-la-loi eux-mêmes ont leurs lois ». Mais Étienne Geoffroy Saint Hilaire est aussi le premier à avoir mis en rapport l’embryogénie avec la tératologie (le mot est réactualisé par son fils Isidore) : les monstres, dit-il pour résumer, résultent d’un arrêt ou d’une perturbation du développement de l’embryon ; l’état du monstre indique le moment précis où le développement de l’embryon s’est arrêté. Aucune monstruosité ne peut prétendre, désormais, échapper – en théorie du moins – à l’explication rationnelle, ni à une forme de classement du vivant. Par ailleurs, concernant les monstres doubles, Étienne Geoffroy Saint Hilaire énonce une autre loi la « loi d’attraction des parties similaires, ou d’affinité de soi pour soi » : constatant que les monstres doubles sont toujours accolés par des parties homologues, il fait le rapprochement avec la chimie, où l’on observe de semblables affinités entre molécules. La formation des monstres double s’explique par la fusion de deux sujets déjà développés qu’une pression externe pousserait à fusionner. La théorie de Geoffroy Saint Hilaire suscite de vives polémiques au sein de l’Académie des Sciences à la fin des années 30, qui dépassent d’ailleurs le seul cadre de la monstruosité et de ses origines : il suffit de lire les échanges avec Flourens ou telle lettre d’injure adressée à « cette vieille perruque »27 conservée dans les archives pour comprendre à quel point cette idée que les monstres sont le produit d’une loi universelle, « une classe d’autres êtres réguliers » en quelque sorte, « soumis à aux lois générales et modifiés seulement dans le cours de leur développement par des circonstances à apprécier »28, a pu être difficile à admettre.

44Jusqu’à la fin du siècle, cette question de la formation des monstres doubles occupe les savants ; j’ai évoqué tout à l’heure le débat qui agite la Société d’Anthropologie, et auquel participent Dareste, Broca, Bert et Giraldès. La question est de savoir si la formation des monstres doubles résulte de la fusion de deux germes (Dareste, Giraldès), ou de la division d’un germe unique ou diplogenèse (Broca). Le débat n’est pas tranché à la fin du siècle (il faut attendre le XXe siècle pour voir valider une des deux hypothèses) ; mais il nourrit vraisemblablement les interrogations récurrentes des savants sur la psychologie des monstres doubles. Il n’est pas rare de voir, en effet, des développements sur l’harmonie presque surnaturelle qui existe entre les frères siamois par exemple, harmonie longuement décrite par Dubois d’Amiens ; ou sur, au contraire, l’autonomie de goûts et de caractères des cas célèbres, dont on paraît presque s’étonner. Quoi qu’il en soit, à la fin du XIXe siècle, même si la science n’a pas totalement élucidé le mystère des monstres doubles, Dieu est totalement évacué de la toute nouvelle tératologie ou réduit à un hommage formel.

45La réintégration des monstres doubles passe enfin par leur classification et leur dénomination. Celle-ci est l’œuvre d’Isidore Geoffroy de Saint Hilaire, qui applique au peuple des monstres une taxinomie elle aussi inspirée de la chimie. Concernant les monstres composés, il propose d’utiliser la combinaison de suffixes décrivant le caractère général de la monstruosité : pages (monstres doubles en haut et en bas), adelphes (monstres doubles en bas, en lambda) ou dymes (monstres doubles en haut, en Y) et de préfixes indiquant la caractéristique de l’accolement : inégal (hetér), par telle ou telle partie : les fesses (pygo), le sternum (sterno), la tête (céphalo), etc. Un pygopage est donc un monstre double soudé par les fesses, comme Judith et Hélène. Mais les catégories se fragmentent en nuances, occasionnant des débats parfois interminables sur la nature précise de la monstruosité, comme dans le cas des sternopages Radica et Doodica qui va nous occuper bientôt : signe d’une relative impuissance à réintégrer les monstres dans un ordre explicatif.

46Cette relative impuissance permet peut-être d’éclairer l’activisme médical dans une autre direction, une autre forme de réintégration : la correction de la monstruosité, la normalisation anatomique, la chirurgie séparatrice.

La chirurgie au secours de la nature

  • 29 Marcel Baudouin, qui a consacré de nombreux ouvrages aux monstres doubles et à la question de leur (...)

47Les tentatives d’opération des monstres doubles remontent, en tout cas pour celles qui ont laissé des traces écrites, à l’époque moderne mais elles paraissent extrêmement rares. Une tentative réussie aurait été faite pour séparer deux omphalopages à la fin du XVIIe siècle (Koenig, 1689) ; Treyling rapporte qu’en 1701, une autre tentative de séparation sur deux jumelles autrichiennes : « un chirurgien fut assez hardi, dit-il, pour les séparer, à l’aide de l’application d’un caustique, malgré l’avis contraire des hommes les plus savants ». L’opération aurait échoué, entraînant la mort des deux fillettes29.

48Mais ces cas restent rares ; jusqu’à l’avènement de la chirurgie moderne, la tendance est en effet à la prudence.

  • 30 CRHSAS, 4 janvier 1836, p. 6.

49Les frères siamois sont, naturellement, les premiers à faire l’objet de ces spéculations ; dès leur séjour en Amérique et en Angleterre, les chirurgiens s’interrogent sur la possibilité d’une séparation et concluent négativement ; les Français sont moins timorés : Jean-Victor Coste présente ainsi à l’Académie des Sciences une « note » destinée à prouver que la désunion est possible ; en réalité, Coste spécule sur l’embryogénie des frères pour en conclure que « leurs viscères sont libres de toute adhérence, et (…) une opération pratiquée dans le but de les désunir présente les plus grandes chances de succès »30.

  • 31 Marcel Baudouin, « Les monstres doubles auto-sitaires, opérés et opérables », Revue de chirurgie, (...)

50Coste reste isolé : les rares spécialistes qui envisagent la question comme Cruvelier, Nélaton, Desprès ou Vidal de Cassis expriment des réticences. Les chirurgiens sont en effet partagés entre deux logiques contradictoires : l’une qui consiste à ne tenter une opération aussi délicate et dangereuse qu’en cas d’urgence absolue (le cas limite étant la mort d’un des deux sujets), et l’autre qui soutient que l’opération pour réussir, doit s’effectuer sur des individus bien développés et en bonne santé… L’abstention prévaut donc, outrepassée seulement dans des cas limites : par exemple, la séparation tentée en 1866 par le docteur Boehm sur ses propres filles, qu’il vient de mettre au monde. On sait que seule une des deux fillettes est encore vivante cinq ans après l’opération, puis la trace se perd. Même situation d’urgence en 1881, lors d’une tentative de séparation par deux médecins suisses, Biaudet et Bugnion : sollicités par la mère, qui « suppliait qu’on fît l’opération »31 (signe d’un changement des mentalités), les deux médecins s’y refusent d’abord, en raison des avis défavorables généralement émis par leurs confrères. Ils se décident enfin devant la dégradation de l’état de santé des fillettes, et de l’une en particulier : tentative inutile, puisque les deux meurent rapidement.

51À la fin du XIXe siècle, la possibilité de la séparation des monstres doubles revient toutefois sur le tapis de la science, motivée par les progrès de l’asepsie et de la chirurgie tout entière, qui autorisent tous les espoirs. La chirurgie connaît à ce moment en effet une promotion certaine au sein de la profession et du public ; elle n’est plus la solution tentée en dernier recours, le pis aller de la thérapeutique, mais une discipline en pleine expansion, portée par le succès, prête à toutes les expériences. Or, quelle question est plus excitante que celle de la séparation des monstres doubles, qui fait du chirurgien non seulement un bienfaiteur, mais un quasi-démiurge ?

  • 32 Camille Dareste, Recherches sur la production artificielle des monstruosités, ou Essai de tératogé (...)

52Au début des années 1890, plusieurs savants se penchent sur la question ; le grand tératologue Camille Dareste n’exclut pas la possibilité de séparer certains xiphopages (soudés par le ventre), mais se montre totalement opposé dans le cas des thoracopages (soudés par le thorax)32 ; Baudouin, qui approfondit la question, reprend ses conclusions en distinguant les xiphopages vrais aux organes distincts, des thoracopages où les viscères sont inversés et plus étroitement liés. Les sœurs Radica-Doodica, alors exhibées en Europe, et qui sont dans le premier cas, attisent les spéculations, par exemple à l’Académie des Sciences où Milne-Edwards se prononce pour la séparation, tout comme Guérin à l’Académie de médecine.

53Ces temps d’incertitude et d’inertie prennent fin à l’orée du XXe siècle. Les années 1900-1902 sont en effet le théâtre d’un affrontement médiatico-scientifique assez vif, sur lequel j’aimerais terminer, qui marque le passage de l’attentisme à l’activisme, et de la discrétion à la publicité. La séparation chirurgicale de deux couples de sœurs « siamoises » fournit en effet l’occasion à deux chirurgiens d’échanger arguments scientifiques et injures dans et au delà de la presse spécialisée.

  • 33 Chapot-Prévost s’est d’abord entraîné sur des cadavres et des animaux et a mis au point un procédé (...)
  • 34 Chapot-Prévost, Chirurgie des tératopages. Opération de Maria-Rosalina. Observation d’un nouveau x (...)

54Le premier protagoniste de cette guerre chirurgicale est le docteur Chapot-Prévost, chirurgien d’origine française installé au Brésil, professeur à la faculté de médecine de Rio de Janeiro. Le 30 mai 1900, devant un public choisi de médecins et de chirurgiens curieux et généralement sceptiques, il sépare deux petites « siamoises », Maria et Rosalina, nées en 1893. Très vite, et en dépit de la mort d’une des deux fillettes 5 jours après l’opération33, le docteur Chapot-Prévost devient grâce à la presse un héros national au Brésil. « L’émotion a été tellement grande que, pour satisfaire la curiosité du public, tous les journaux affichaient à chaque instant des bulletins sur l’état des petites opérées »34, écrit-il ainsi avec modestie. Le parlement brésilien vote même des crédits pour permettre au chirurgien de faire une tournée scientifique en Europe, avec la survivante, afin de présenter cet exploit au vieux monde.

55L’opération est présentée (et pas seulement par son réalisateur) implicitement comme une première, alors que comme nous l’avons vu, ce n’est pas le cas. Cette vision s’explique peut-être par le fait qu’elle est tentée pour la première fois sur deux fillettes âgées de 7 ans, et non sur des nouveau-nés ; par le fait aussi que les précédentes tentatives où il avait fallu couper un lambeau de foie (comme dans l’opération tentée par Biaudet et Bugnion 20 ans plus tôt) avaient échoué, pour cause d’hémorragie ; une opération avait d’ailleurs été tentée en 1899 par un autre chirurgien brésilien sur les deux fillettes, mais arrêtée lorsque le chirurgien s’était aperçu de l’existence d’un pont hépatique laissant redouter une hémorragie ; par l’emploi d’un procédé d’hémostase dont le chirurgien revendique la paternité. En outre, Maria-Rosalina constituerait un type de thoraco-xiphopage aux organes inversés, et donc réputé inopérable selon la typologie de Dareste ; Chapot-Prévost ne manque pas d’insister sur ce point, en utilisant au besoin la radiographie pour appuyer ses allégations.

56Quoi qu’il en soit, le docteur Chapot-Prévost connaît une gloire enivrante ; il est reçu par l’Académie de médecine, où il présente Rosalina en octobre 1900, par la Salpetrière où la fillette est radiographiée, à l’Académie des Sciences début 1901. Il se pose en spécialiste de la Chirurgie des tératopages, à laquelle il consacre d’ailleurs deux brochures d’une centaine de pages, publiées en France en 1901 ; il y passe en revue cas par cas les tératopages célèbres présents et passés pour conclure, presque toujours, à leur opérabilité ; seraient ainsi justiciables de son scalpel les célèbres Rosa-Josépha, (tous ses confrères ne sont pas de son avis), ou encore Radica et Doodica, ou les frères chinois…. Dénonçant la cupidité des barnums ou des parents, la « curiosité publique » qui les traite en « bêtes fauves », Chapot-Prévost se glisse dans la figure du chirurgien libérateur ; une sorte de nouveau Pinel, apportant son aide aux « créatures qui ont tous les droits à la liberté et à la vie indépendante ».

57Tout irait pour le mieux si en février 1902, un chirurgien parisien ne réalisait une opération similaire sur deux autres sœurs « siamoises », dont l’écho médiatique relègue Chapot-Prévost aux oubliettes. Qu’on en juge : le chirurgien en question n’est autre que Louis Doyen, célébrité mondiale de la chirurgie et figure mondaine de surcroît (c’est un champion sportif, il s’est battu en duel, il est propriétaire d’une maison de vins de Champagne, d’une clinique privée et d’un Institut rue Piccini, dans le XVIe arrondissement) ; quant aux siamoises opérées, il ne s’agit rien moins que de Radica et Doodica, âgées de 12 ans, qui distraient les Parisiens depuis dix ans bientôt. En outre, l’opération fait la une de deux des fleurons de la presse Belle Époque, L’Écho de Paris et le Figaro, qui font de ses préparatifs et de ses suites l’objet d’un véritable feuilleton. Enfin Doyen a fait filmer l’opération dont des photographies sont par ailleurs présentées dans les journaux. Bref, Doyen devient le héros, le pionnier dont tout le monde vante l’audace.

  • 35 Marcel Baudouin, Revue de Chirurgie, 1902, op. cit., p. 555.

58La déconvenue est d’autant plus dure pour Chapot Prévost qu’il avait lui-même, sur la lancée de son succès brésilien, proposé en vain un an plus tôt au barnum d’effectuer leur séparation. Son collègue et ami Baudouin, qui raconte les faits un an plus tard, dit que celui-ci « fit alors des propositions telles que nous ne pûmes y souscrire, malgré les offres qu’une personne charitable était prête à faire dans un but d’humanité »35. La séparation semble avoir été décidée dans l’urgence par les Coleman, début 1902, en raison de l’aggravation de l’état de santé des deux fillettes, tuberculeuses. Consulté par leur agent, Baudouin, désormais à la retraite, les envoie chez le professeur Terrier, à la Pitié. Mais c’est à l’hôpital Trousseau qu’elles sont transportées. Que se passe-t-il ensuite ? Le 7 février, l’Écho de Paris titre en première page : « Radica et Doodica. Disparues de l’hôpital Trousseau. Où sont-elles ? ». En fait, le monstre double a été littéralement enlevé pour être transporté à la clinique du professeur Doyen, qui procède à l’opération trois jours plus tard.

59« L’opération de Radica-Doodica » fait la une du journal du soir le 10, illustrée des deux photos citées. Elle surmonte un article signé de Doyen lui-même, sur un ton à la fois très auto-promotionnel et défensif, qu’explique sans doute le pronostic pessimiste porté sur une des fillettes ; Doyen ne peut en outre éviter de comparer son travail à celui de Chapot-Prévost, qu’il s’obstine d’ailleurs à appeler Prévost-Chapot ; mais c’est pour mieux, en le dépréciant, mettre en valeur sa performance : il rappelle que celui-ci a dû besogner 1 heure et quart, s’est fait aider de deux aides qui ont encore rallongé l’intervention de trente minutes ; il insiste à nouveau sur ce point le lendemain, en déclarant :

  • 36 L’Écho de Paris, 11 février 1902, p. 1 ; mêmes propos à peu près dans Le Figaro du 10 février, p. (...)

« l’opération que j’ai pratiquée, d’urgence, dans l’après-midi d’hier, a été entreprise dans des conditions particulièrement défavorables : il s’agissait, en effet, de séparer deux sœurs jumelles tuberculeuses ; l’une, plus gravement atteinte et presque mourante. L’opération a été faite en très peu de temps, entièrement par moi, et n’a duré que 20 minutes pour les deux enfants. »36

60Camouflet supplémentaire, il met en avant l’usage qu’il a fait d’une pince hémostatique de son invention (Doyen a inventé plusieurs instruments chirurgicaux et perfectionné un certain nombre de techniques opératoires comme les hystérectomies, la néphrectomie) :

  • 37 Ibid.

« si les deux fillettes vivent encore, en ce moment, elles devront d’avoir survécu au peu de durée de l’opération et à la méthode toute personnelle qui m’a permis d’éviter une perte de sang qui était très à craindre, et de faire, en quelques minutes, sans aucun risque, l’hémostase d’un pont hépatique très vasculaire »37.

  • 38 Le Figaro, 18 février 1902.
  • 39 Voir par exemple, outre Le Figaro et L’Écho de Paris, le supplément illustré du Petit Journal, dim (...)

61Mais l’opération ne réussit pas plus ou pas moins que celle de Chapot-Prévost, puisque Doodica meurt une semaine après la séparation (sa sœur mourra à son tour, mais quelques années plus tard, de la tuberculose). Les journaux suivent l’affaire jusqu’au bout, proposant même aux lecteurs un récit de l’autopsie de Doodica accompagné de photographies montrant son corps dénudé38, alors que la convalescence de Radica fait l’objet d’articles ou d’illustrations attendries39.

62Dans les mois qui suivent, Chapot-Prévost réagit et une polémique enfle dans la presse spécialisée. Passons sur la chronologie des articles, et les détails, pour mettre en évidence les points sur lesquels s’affrontent les deux chirurgiens.

63Le premier est celui de la difficulté technique de l’opération, qui renvoie à la taille et à la structure des « ponts » dans les deux cas : la taille plus ou moins grande du pont, mesuré au cm près, la présence d’artères, la consistance des tissus sont ainsi évoqués pour rehausser la prouesse : c’est ainsi que Chapot-Prévost décrit le pont de foie coupé par son rival comme exigu, fibreux et résistant, par opposition au « sien », plus volumineux et éminemment friable. Ces considérations débouchent sur des oppositions très vives concernant la nature même de la monstruosité : s’agit-il de deux simples xiphopages, ou, comme le soutient Chapot-Prévost, d’un thoraco-xiphopage dans le cas de « ses » fillettes brésiliennes, plus compliqué – et totalement inédit – par conséquent ? Doyen va même jusqu’à accuser son rival d’avoir retouché des radios !

64Le deuxième point de friction est le temps passé à l’opération ; ce paramètre est loin d’être marginal, quand on connaît le prestige attaché en chirurgie à la rapidité. Chapot-Prévost, en faisant semblant de croire que c’est un détail et qu’il n’a pas comme son rival, le souci exclusif de « se préoccuper de compter les minutes pour stupéfier le public médical par une espèce de prestidigitation chirurgicale », ramène l’air de rien la durée de son opération à 1 heure 25, tout en suggérant qu’un cas aussi simple que celui des sœurs indiennes ne lui aurait pris que 20 minutes.

65Le troisième point est celui du caractère inédit et novateur de la méthode mise en œuvre. S’agit-il ou non de premières ? Les deux hommes s’accusent mutuellement d’avoir retraité des procédés déjà existants. Pour Chapot-Prévost, l’énorme pince mise au point par Doyen existe déjà, elle est en outre dangereuse, car elle écraserait les tissus et entraînerait l’hémorragie qu’elle est censée prévenir ; pour Doyen, le procédé de suture du Brésilien est jugé bien connu et d’ailleurs inefficace – ce qui ne l’aurait pas empêché de s’en servir sans le dire… insinue Chapot-Prévost.

66En définitive, les deux hommes en viennent à s’accuser respectivement de la mort des fillettes qui n’ont pas supporté l’opération. Doyen parle de « l’insuffisance de la technique opératoire » de son rival, coupant par maladresse le péricarde de Maria, a des mots définitifs sur une opération « qui n’aurait pas dû être tentée en bas âge ». De son côté, le Brésilien riposte en réécrivant impitoyablement le récit de l’opération de son rival, cafouillant, baignant dans l’hémorragie qu’il a déclenchée et incapable de détecter une appendicite fatale.

  • 40 Le Figaro, 18 février 1902, p. 1.
  • 41 Il s’agirait d’une nouvelle version des tableaux de genre montrant des chirurgiens célèbres en tra (...)

67Un dernier point de friction est ce que nous appellerions aujourd’hui la médiatisation inédite de l’opération de Doyen. Le chirurgien est très vite soupçonné (accusé ?) d’avoir voulu faire un « coup », et notamment d’avoir « intrigué » pour faire sortir les fillettes de l’hôpital, insinuation à laquelle il répond en prétendant qu’elles y étaient l’objet d’une curiosité déplacée. S’abritant derrière la décision de la tutrice, il se pose en bienfaiteur des fillettes et contre attaque en accusant un collègue « qui aurait offert à la famille 20 000 francs pour opérer les deux enfants »40 ; de fait, on sait que Chapot-Prévost, vraisemblablement sur la lancée de son succès, a tenté d’obtenir des Coleman la possibilité d’opérer les Indiennes moyennant finances. Enfin, outre l’usage des grands quotidiens où il prend directement la plume pour narrer avec une certaine autosatisfaction son opération, le chirurgien parisien innove aussi en filmant cette opération. Est-ce pour des raisons pédagogiques, comme le soutient Doyen ? s’y mêle-t-il un peu de vanité ? Probablement41 ; toujours est-il que la rumeur enfle très vite et que des confrères s’émeuvent de la possibilité que le film de l’opération soit projeté au public. Le 9 avril, la Tribune médicale publie un article extrêmement violent signé d’un aliéniste célèbre, Maurice Legrain :

  • 42 Maurice Legrain, « Question de moralité professionnelle. La foire au cinématographe chirurgical »,(...)

« On a fortement discuté, trop à mon sens, sur l’opportunité de créer, en France, un ordre des médecins, pour la sauvegarde de la dignité professionnelle. Il est évident que les abus quotidiens du mercantilisme médical rendent de plus en plus nécessaire cette création. Récemment un de mes confrères, chirurgien hardi, se faisait cinématographier pendant qu’il séparait en deux un monstre que la nature, parfois baroque, avait jugé utile de faire double. »42

68Legrain accuse en outre Doyen de laisser montrer son film à la foire du Trône, réduisant la profession « au niveau des gugusses, des clowns et des cabinets secrets ». Doyen répond vigoureusement, envoie deux témoins à l’aliéniste ; va-t-on vers un duel ? Non, car Legrain se rétracte publiquement le 30, reconnaissant que le musée forain ne présente, en fait, qu’une maquette en cire de la petite opérée.

69La lecture des épisodes de cette polémique, brève mais extrêmement violente, n’est pas toujours facile pour un non spécialiste ; au delà du problème de savoir qui a tort et qui a raison, cette histoire me paraît intéressante par son aspect paradoxal, sur lequel j’aimerais conclure.

  • 43 Marcel Baudouin, op. cit, 1902, p. 555

70La séparation des monstres doubles repose en effet, entre autres, sur le postulat qu’il s’agit de mettre fin à la monstruosité, de permettre à deux êtres potentiels, objets d’une curiosité malsaine et parfois tarifée, de retourner à une vie ordinaire et anonyme. Comme le dit Baudouin, ami de Chapot-Prévost, qui raconte leurs tentatives pour convaincre Coleman de laisser opérer Radica et Doodica, il s’agissait de les rendre « à la vie normale et (d’) en faire deux gentilles petites femmes »43.

71Mais le sentiment qui domine, quand on en a fini avec cette chronique burlesque de deux ego chirurgicaux, est plus pessimiste. Il me semble, en définitive, que c’est justement la notoriété et le caractère exceptionnel de ces mêmes monstres sont exploités, consciemment ou non, par ceux qui prétendent y mettre fin. La célébrité des monstres est ainsi instrumentalisée par des hommes qui la dénoncent comme malsaine, au profit de leur propre célébrité. Pour une partie de la chirurgie en quête d’exploit et de « premières », les monstres doubles ont ainsi, sans doute, constitué des aubaines.

Notes

1 Cité par Jacques Gélis, L’arbre et le fruit, Paris, Fayard, 1984, p. 366

2 Villeneuve, séance du 13 novembre 1838, Bulletin de l’Académie de médecine, 1838, p. 210. On utilisera dans la suite des notes l’abréviation BAM pour désigner le Bulletin de l’Académie de médecine.

3 Ambroise Paré, Des monstres et prodiges, Paris, Slatkine, 1996, p. 46 (1ère éd. 1573).

4 Nicolas François Regnault, Les écarts de la nature ou recueil des principales monstruosités que la nature produit dans le genre animal, 1772, cité par Jean-Pierre Darmon, Le mythe de la procréation à l’âge baroque, Paris, J. J. Pauvert, 1977, p. 109.

5 Ils avaient été toutefois précédés par deux sœurs soudées par le bassin, Rita et Christina, nées en Sardaigne en 1829 et amenées à Paris la même année. Mais faute d’une autorisation d’exhibition, à laquelle vient s’ajouter une santé précaire, les parents n’avaient pas eu le temps d’exploiter ce phénomène de foire, montré seulement à quelques savants. Rien à voir, donc, avec la notoriété de Chang et Eng. À leur sujet, ainsi que pour tous les monstres recensés et exhibés avant 1880, voir Ernest Martin, Histoire des monstres, Grenoble, Jérôme Million, 2002 (1ère édition, 1880) ; pour la période postérieure, voir l’ouvrage très discutable de Martin Monestier, Les monstres, Paris, Tchou, 1978, à croiser avec des sources contemporaines.

6 Mémoires de l’Académie royale des Sciences, tome XI, p. 435-446

7 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences, séance du 5 août 1839, p. 197 ; cette publication sera mentionnée dans la suite des notes sous la forme abrégée de CRHSAS.

8 Le rapport est « censuré » par les Comptes-rendus …, et publié en octobre 1838 dans la Gazette médicale avant d’être intégré dans les travaux de l’Académie en août 1839, avec la gravure.

9 CRHSAS, tome 21, séances du 25 août, 22 septembre et 29 décembre 1845.

10 « Présentation d’un malade », BAM, 23 décembre 1873, p. 1540-41.

11 A. R. A. Serres, « Recherches d’anatomie transcendante et pathologique. Théorie des formations et déformations organiques, appliquées à l’anatomie de Ritta-Christina, et de la duplicité monstrueuse « , Mémoires de l’Académie des Sciences, tome XI, 1832, p. 583-895.

12 Villeneuve, op. cit., p. 210.

13 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, CRHSAS, 5 août 1839, p. 199-200.

14 Ibid.

15 « Mémoire de Joly et Peyrat », séance du 20 janvier 1874, BAM, 1874, p. 53.

16 Séance du 7 décembre 1835, CRHSAS, 1835, p. 438.

17 Marcel Baudouin, séance du 21 novembre 1892, BAM, 1892, p. 884-885. La note de Baudouin est présentée à l’Académie de médecine et publiée dans la Semaine médicale.

18 Voir aussi le compte rendu de la visite de Millie-Christine par Peyrat et Joly le 8 avril 1874, dans le BAM, 1874, p. 383 et sq.

19 Marcel Baudouin, « Les sœurs Rosa-Josepha Blazek. Le pygopage du théâtre de la Gaîté », Semaine médicale, 8 juillet 1891, p. 273.

20 Joly, Peyrat, op. cit ; 1874, p. 385.

21 Félix Larrey, BAM, 6 janvier 1874, p. 30. Même rebuffade essuyée par Chapot-Prévost lorsqu’il essaie d’approcher les sœurs Radica et Doodica, en 1901.

22 Henri Depaul, BAM, 23 décembre 1873, p. 31.

23 Ambroise Tardieu, BAM, 1874, p. 36.

24 Ambroise Paré, op. cit., p. 56.

25 Patrick Tort, L’ordre et les monstres. Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au XVIIIe siècle, Paris, le Sycomore, 1980.

26 Voir Jean-Louis Fisher, Monstres. Histoire du corps et de ses défauts, Paris, Syros Alternatives, 1991, 126 p. ; « De la genèse fabuleuse à la morphogenèse des monstres », Cahiers d’Histoire et de philosophie des sciences, 1986, n° 13.

27 Lettre de Charles de Perron, pochette de séance du 22 octobre 1838, Archives de l’Académie des Sciences.

28 Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, CRSHAS, 19 août 1839, p. 269.

29 Marcel Baudouin, qui a consacré de nombreux ouvrages aux monstres doubles et à la question de leur opérabilité, raconte aussi qu’une tentative réussie aurait eu lieu en 1830, à bord d’un navire négrier : un chirurgien espagnol aurait ainsi, après avoir fait naître par césarienne un monstre double, procédé à la séparation immédiate des deux parties. L’un des enfants aurait survécu jusqu’à un âge avancé, le deuxième mourant au bout de quelques jours.

30 CRHSAS, 4 janvier 1836, p. 6.

31 Marcel Baudouin, « Les monstres doubles auto-sitaires, opérés et opérables », Revue de chirurgie, 1902, p. 552.

32 Camille Dareste, Recherches sur la production artificielle des monstruosités, ou Essai de tératogénie expérimentale, Paris, Reinwald, 1891, p. 555.

33 Chapot-Prévost s’est d’abord entraîné sur des cadavres et des animaux et a mis au point un procédé d’hémostase qu’il applique avec succès sur les fillettes. L’autopsie conclut d’ailleurs, dans le cas de Maria, à une pleuro-péricardite (pour Doyen, le chirurgien brésilien a coupé la plèvre par maladresse).

34 Chapot-Prévost, Chirurgie des tératopages. Opération de Maria-Rosalina. Observation d’un nouveau xiphopage Les frères chinois, Paris, Institut de bibliographie scientifique, 1901, p. IX.

35 Marcel Baudouin, Revue de Chirurgie, 1902, op. cit., p. 555.

36 L’Écho de Paris, 11 février 1902, p. 1 ; mêmes propos à peu près dans Le Figaro du 10 février, p. 1.

37 Ibid.

38 Le Figaro, 18 février 1902.

39 Voir par exemple, outre Le Figaro et L’Écho de Paris, le supplément illustré du Petit Journal, dimanche 2 mars 1902, qui présente une gravure des deux sœurs dans leur lit après l’opération, entourées de leur gouvernante et de leurs jouets.

40 Le Figaro, 18 février 1902, p. 1.

41 Il s’agirait d’une nouvelle version des tableaux de genre montrant des chirurgiens célèbres en train d’opérer ; voir, sur la création de ces trophées chirurgicaux, les tableaux/reliquaires en hommage au docteur Péan, dans De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace. La chirurgie hospitalière à Paris à la fin du XIXe siècle à travers une acquisition, catalogue de l’exposition du musée de l’APHP, 6 octobre - 31 décembre 2000.

42 Maurice Legrain, « Question de moralité professionnelle. La foire au cinématographe chirurgical », La Tribune médicale, 9 avril 1902, citée dans Aragon, « Autour de l’opération. L’incident Doyen-Legrain », La revue critique de médecine et de chirurgie, 31 mars 1902, p. 39 et sq.

43 Marcel Baudouin, op. cit, 1902, p. 555

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540