Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

Les juifs

Juifs et chrétiens en Provence et Comtat du Moyen Âge à la Révolution

René Moulinas

Texte intégral

1On ne peut parler des minorités sans parler des juifs. On va donc en parler mais en évitant l’écueil qui consiste à colporter une sorte de mauvaise conscience collective à leur égard et à chercher à s’en dédouaner d’une manière ou d’une autre. Le propos ici est de répondre à une question vraie et qui tient du paradoxe : alors que le christianisme a fortement contribué à la persécution contre les juifs, comment se fait-il que sur les terres du pape les juifs aient eu finalement une situation qui était quelquefois meilleure qu’ailleurs ?

Les principes : présence juive et cohabitation

2Depuis quand y a-t-il des juifs en Provence et dans le Comtat ? Selon une vieille légende, après la destruction du temple de Jérusalem par Titus en l’an 70 de notre ère, trois bateaux de juifs, livrés aux hasards de la mer, seraient arrivés l’un à Bordeaux, l’autre à Arles et le troisième à Lyon. Une autre légende affirme que les juifs seraient à Carpentras depuis le Ier siècle. Ces légendes ont sans doute quelque fond de vérité et signifient que la présence juive dans la région est ancienne. Lorsqu’en 1808 Napoléon Ier prend une série de mesures contre les juifs, ceux du Comtat protestent contre le « décret infâme », c’est-à-dire le paiement d’une patente dont les juifs de Bordeaux sont exemptés, alléguant que leur présence est plus ancienne par rapport à ceux de Bordeaux.

3La tradition orale est renforcée par l’archéologie : on a découvert à Orgon en 1967 une lampe à huile d’origine juive qui serait, au plus tard, du Ier siècle. Ce qui est sûr c’est qu’il y a des juifs en Provence, Marseille, Aix et ailleurs dès la fin du IVe siècle ; probablement aussi à Avignon. Après la période du haut Moyen Âge, il y a des juifs en Provence à partir des XIe XIIe siècles dans toutes les localités un peu importantes ; dans tous les villages au XIVe siècle : des traces subsistent dans les noms de rues. Leur nombre varie de plusieurs centaines (Tarascon, Salon, Manosque) à plusieurs milliers (Marseille, Arles, Aix, Avignon). Le maximum de densité est atteint au XIVe siècle quand Philippe le Bel expulse de France, en particulier du Languedoc, les juifs qui ne se sont pas convertis ; ceux-ci passent alors sur la rive gauche du Rhône qui constitue pour eux une même aire de civilisation, y compris le Comtat venaissin, terre papale depuis 1274. Le recensement de 1341 à Aix dénombre deux cent trois familles, soit mille deux cent cinq personnes. En 1358 à Avignon, deux cent neuf chefs de famille ont prêté serment au pape. Beaucoup portent des noms de villes, très souvent du sud de la France : Lunel, Millau, Perpignan… Ces exilés resteront sur place. En 1394, le roi de France décide définitivement de ne plus autoriser les juifs à résider dans son royaume.

4En 1492, des juifs d’Espagne ne font que passer en Provence à cause de l’hostilité locale. Des émeutes provoquées par les travailleurs étrangers ont suscité des violences contre les juifs. Pour les éviter on procède à des expulsions de juifs, partielles puis totales : Arles 1493, Tarascon 1496. La Provence étant devenue française, Charles VIII décide en 1498 d’en expulser tous les juifs. En 1501, sous Louis XII, il n’y a officiellement plus de juifs dans le comté de Provence : ils sont convertis ou ils sont partis. On s’est interrogé sur la sincérité des conversions mais le problème n’a pas été aussi aigu qu’en Espagne pour les marranes, notamment le problème de la pureté de sang.

5Seule terre d’asile dans la région : Avignon et le Comtat venaissin. Le pape, malgré les sollicitations locales, a toujours refusé d’expulser les juifs de ses États, en France comme en Italie. Pourquoi le pape protège-t-il les juifs ? Pour des motifs humanitaires ? C’est peu probable. L’unité de foi étant exigée partout au XVIe siècle, on ne peut penser que le pape se soit fait le défenseur de la liberté de conscience et de culte. L’édit de Nantes ne sera qu’un expédient provisoire. D’ailleurs, on note que les juifs sont les seuls non catholiques à être admis sur les terres du pape ; pas de turcs, pas de protestants. Au XVIIIe siècle, l’inquisition d’Avignon s’interrogera sérieusement sur la possibilité de tolérer les anglicans qui accompagnent le prétendant Stuart à la couronne d’Angleterre. Le privilège des juifs est donc unique mais fondé sur des raisons doctrinales. Pour saint Thomas d’Aquin, dans la Somme Théologique, les juifs sont les précurseurs du christianisme. Mais le grand penseur c’est saint Augustin qui, dès le IVe-Ve siècle, a fourni les éléments de réponse et sa doctrine s’est généralisée au point de devenir celle de l’Église universelle. Il faudra attendre les horreurs des camps nazis et le concile de Vatican II pour remettre en cause les positions traditionnelles.

6En schématisant, on peut dire que le peuple juif est le peuple avec qui Dieu a conclu une alliance. La venue du messie, Jésus de Nazareth, a rendu caduque cette ancienne alliance. La majorité du peuple juif a rejeté Jésus comme usurpateur et l’a fait mettre à mort. Les juifs ont commis une très grave faute en refusant le message qui leur était destiné en priorité. La nouvelle alliance s’est faite avec les païens, dont saint Paul est l’apôtre par excellence. Désormais, c’est l’Église qui constitue le nouveau peuple de Dieu, le nouvel Israël selon l’esprit. L’Israël selon la chair subsiste mais ne peut plus revendiquer le titre de peuple élu. Cependant, le peuple juif continue à jouer un rôle particulier : il n’est plus le peuple élu mais il reste peuple témoin. Telle est la clé du comportement des papes à l’égard des juifs. Pourquoi peuple témoin ? Parce que les juifs transportent avec eux leurs écritures, c’est-à-dire l’Ancien Testament qui est une préparation au Nouveau Testament. Saint Augustin, avec les autres pères de l’Église, accorde une très grande importance aux prophéties qui annoncent le messie : conservées par les juifs, ennemis des chrétiens, elles constituent un argument très fort pour la crédibilité du christianisme aux yeux des païens. Les juifs étant dispersés partout dans le monde, l’Ancien Testament devient, par leur seule présence, une semence de christianisme.

7Peuple témoin, les juifs le sont aussi par leur dispersion même qui est, simultanément, une conséquence de la prise de Jérusalem par les Romains et un châtiment divin car leur incrédulité est plus grave que celle des païens : ils ont failli à leur mission et trahi l’alliance. Pour qualifier cette faute lourde, les penseurs chrétiens ont forgé le terme de perfidia, qui a fait commettre bien des erreurs de compréhension à travers les siècles (cf. oremus pro perfidis judaeis du vendredi-saint). Perfidia signifie en réalité mauvaise foi, foi incorrecte ; on l’a traduit littéralement par perfidie, ce qui veut dire que, par un glissement désastreux du plan théologique au plan moral, on a fait des juifs des gens intrinsèquement pervers qui ne pensent qu’à faire du mal ; cette idée a fortement marqué la mentalité populaire chrétienne.

8Pour en revenir à la première idée, disons que, pour les théologiens, les juifs sont coupables d’endurcissement dans leur refus de reconnaître Jésus et responsables de sa mort ; d’où la redoutable accusation de déicide qui apparaît dès le IIe siècle et restera un lieu commun de la pensée chrétienne jusqu’au XXe siècle. Un exemple : dans son ouvrage Jésus en son temps, dans sa première édition de 1945 chez Fayard, Daniel Rops considère la shoah comme la contrepartie de la crucifixion de Jésus ; affirmation qui sera supprimée, toutefois, dans les éditions suivantes. Pourtant le catéchisme du concile de Trente édité en 1566 réfutait l’idée du déicide, disant que tous les pécheurs de tous les temps, et pas seulement les juifs, sont responsables de la mort de Jésus. Malgré cela, l’idée du déicide persistera jusqu’à Vatican Il revenu sur la question en 1965, dans la déclaration Nostra aetate.

9La vengeance de Dieu s’est donc abattue sur les juifs à la mesure de leur crime. Que ce peuple subsiste dans la dispersion, sans État et sans terre, constitue un témoignage unique qui doit attirer l’attention des autres peuples. Que la dispersion s’accompagne de misère et de servitude est une preuve de la véracité du christianisme : une punition aussi dure pour n’avoir pas reconnu Jésus montre bien que Jésus est Dieu. Les prédicateurs ont abondamment utilisé cet argument. Mais pour qu’il fonctionne, il faut qu’il y ait des juifs et pour que les juifs subsistent, il faut leur accorder asile. Plus on les expulse de partout, plus le pape est incité à les garder chez lui, à les mettre en réserve comme une espèce en voie de disparition.

Les principes et leur application

10Ces principes sont très anciens puisqu’ils remontent aux premiers siècles de l’Église mais ils n’ont pas été très rigoureusement appliqués au Moyen Âge. C’est surtout à partir du XVIe siècle, quand l’Église opère une remise en ordre doctrinale et disciplinaire, que le système va fonctionner comme il convient à l’égard des juifs. Paraissent alors toute une série de bulles pontificales, dont celle de Paul IV en 1555 Cum nimis absurdum, mises en application par de nombreux règlements provenant notamment de l’inquisition romaine ou des évoques. En fonction des principes doctrinaux rappelés plus haut, ces textes reprennent trois thèmes essentiels : la déchéance du peuple témoin châtié par Dieu doit être bien visible ; il faut donc maintenir les juifs dans une situation d’infériorité et d’humiliation permanentes ; on les protège mais dans l’infamie ; il faut les tenir à l’écart pour éviter de pervertir les fidèles ; enfin, il faut les inciter à se convertir.

11Le juif ne peut exercer aucune fonction publique qui lui donnerait autorité sur les chrétiens. Cela est admis depuis l’empire romain et de plus en plus étendu jusqu’à l’utilisation des juifs comme percepteurs d’impôts. Cette charge était mise aux enchères et attribuée au plus offrant. Elle fut interdite aux juifs à partir de 1609 pour les tailles et droits féodaux. En 1566, interdiction de la propriété foncière, avoir pignon sur rue ou des biens au soleil étant facteur d’honorabilité, exception faite pour la maison d’habitation mais dans le quartier réservé seulement. Exclu, bien sûr, de l’agriculture, le juif l’est aussi de presque tous les métiers (cf. bulle supra), à l’exception de la friperie et de la brocante –parce qu’on ne manipule ni marchandises neuves, ni produits alimentaires– et du prêt à intérêt, métier maudit et interdit aux chrétiens. Ceux-ci ne peuvent plus faire appel à un médecin juif, y compris en obstétrique. Ainsi, les juifs ont dû renoncer à de nombreux métiers qu’ils pratiquaient : maçon, potier, tisserand, tondeur de drap, boulanger etc., où ils faisaient forte concurrence aux chrétiens. À partir du XVIIe siècle, ce sont des artisans chrétiens qui travaillent dans le quartier juif. Il faut noter que le prêt à intérêt a fait l’objet de conventions, en 1566 et 1630, entre juifs et autorités locales, fixant le taux maximum, qui a été abaissé de 13 % à 9 %.

12Deux mesures de discrimination furent prises, toutes deux antérieures au XVIe siècle : la résidence obligatoire dans un quartier réservé ou ghetto, localement appelé « carrière » ; le port d’un insigne spécial. Toutefois, le quartier juif n’était fermé ni de jour ni de nuit et, moyennant redevance, un juif pouvait s’exempter d’y résider, sauf pendant le triduum sacré, c’est-à-dire les jeudi, vendredi et samedi de la semaine sainte. Le ghetto proprement dit est né au XVe siècle : en 1453 à Cavaillon, puis dans les autres villes dans les années suivantes, on a délimité un secteur de résidence, puis fermé les rues et muré les ouvertures de maisons donnant sur l’extérieur. Phénomène de mise à l’écart, le ghetto peut aussi s’interpréter comme mesure de protection des juifs menacés de violence, protection souhaitée par les juifs eux-mêmes. En 1624, les juifs des villages doivent venir habiter dans les carrières des villes. La peste provoque un sursis à cette obligation mais, à partir de 1653, les juifs des États français du Saint Siège sont regroupés dans quatre carrières, Avignon, Carpentras, l’Isle-de-Venise, Cavaillon. Le quartier juif se réduit généralement à une seule rue ; d’où le nom de carrière (rue en langue d’oc). Ce nom peut aussi désigner la communauté qui l’habite et doit y résider en permanence, sauf autorisation écrite délivrée par l’inquisiteur ou ses subordonnés.

13Le port de l’insigne spécial désignant les juifs remonte au concile de Latran IV de 1215. Cette marque distinctive était une rouelle ou cocarde en tissu de couleurs diverses, le plus souvent jaune. Peu à peu, elle avait été réduite à une simple broderie de fil blanc, facile à dissimuler dans un pli. Sur les instances des catholiques, le pape Clément VII impose aux juifs d’Avignon et du Comtat en 1524 le chapeau jaune, qui doit être porté en permanence et peut être remplacé par un chapeau noir en déplacement.

14À partir du XVIe siècle, les juifs sont tenus d’assister à des prédications destinées à les persuader de se convertir au christianisme. Elles ont lieu généralement le samedi après midi. Il arrivait qu’il n’y en eût qu’une seule, le jour de la Trinité.

Les conséquences

15Si Ton fait le point sur les résultats des mesures vexatoires qu’on vient d’évoquer, on constate que, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la situation des juifs des États pontificaux français est assez satisfaisante pour les autorités : elle correspond sensiblement à celle qu’on souhaitait. Les juifs ne sont pas très nombreux, moins de quinze cents au total, de sept à huit cents à Carpentras, deux cent cinquante à Avignon et à l’Isle-de-Venise, une centaine à Cavaillon. Ces communautés sont à l’écart, parquées dans leur ghetto, humiliées, raillées –par exemple la vexation, devenue banale, du juif forcé de « faire cavo », c’est-à-dire d’implorer pardon et taxé pour être libéré, était tarifée par l’archevêque d’Avignon–, vivotent péniblement, sont accablées de dettes, notamment les emprunts pour entretenir, assez mal, pauvres, maisons et synagogues. Cela dit, il faut rejeter l’idée, faussement accréditée, que les juifs payaient d’énormes taxes au pape ; celui-ci n’en imposait pas plus aux juifs qu’aux chrétiens. Ainsi, le juif pauvre et méprisé est à la place qui lui convient et joue parfaitement le rôle de témoin prévu pour lui dans l’apologétique chrétienne.

16Cette situation va se modifier au XVIIIe siècle en fonction de l’évolution de l’économie française qui est entrée dans une phase de prospérité croissante, en particulier le commerce. Les juifs étant essentiellement des commerçants sont bien placés pour en tirer profit. Cette évolution rapide a vivement frappé les contemporains : Mgr d’Inguimbert, revenu de Rome en 1735, en qualité d’évêque de Carpentras, après vingt ans d’absence, se dit stupéfait de l’opulence des juifs qu’il avait connus pauvres à son départ. Ils ont élargi leurs horizons commerciaux : ils entreprennent des tournées dans les provinces françaises, remontant même jusqu’en Lorraine et en Normandie, et utilisent les foires dont ils suivent le calendrier. Ils vendent, bien sûr, de la friperie mais y ajoutent d’autres marchandises, montres de Suisse, bijoux, ceintures et surtout bêtes de somme, de trait ou de bât, dès la fin du XVIIe siècle. À partir de 1720, apparaît tout ce qui touche au commerce de la soie : ils achètent les cocons, en font dévider et teindre les fils qu’ils revendent aux marchands lyonnais à qui ils rachètent les soieries pour les revendre sur les marchés avec un tel succès que les commerçants français en sont furieux et déposent, auprès du conseil du commerce, des plaintes dont les archives nationales nous ont conservé les procès-verbaux.

17Si l’on reporte sur une carte ces plaintes d’année en année, on voit s’élargir le commerce des juifs, c’est remarquable. Ils font à bas prix d’excellentes affaires et leur richesse devient insolente. Un test sérieux : la moyenne des dots données aux filles dans les contrats de mariage ; d’environ six cents livres –fin XVIIIe siècle c’est le niveau de fortune des artisans et boutiquiers–, on passe à sept cent trente six livres de 1700 à 1709, mille six cent cinquante livres de 1730 à 1739, six mille huit cents livres de 1760 à 1769, plus de neuf mille livres de 1780 à 1789, soit l’équivalent des dots des meilleures familles de l’aristocratie locale ! Le minimum c’est mille livres, de sorte que, même une servante de la carrière, a une dot plus élevée que celle d’une fille d’artisan chrétien. Autre preuve d’enrichissement : les synagogues des quatre carrières dont on a parlé sont reconstruites de fond en comble dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et cela a coûté très cher. Significative aussi de l’aisance des juifs, l’importance des prêts qu’ils consentent à leurs clients ; à la fin du XVIIe siècle, la moyenne du prêt-type c’est moins de cent livres pour moins d’un an ; c’est du prêt de dépannage. Un siècle plus tard, vers 1775, le prêt varie de plusieurs centaines à plusieurs milliers de livres. Les juifs se sont transformés progressivement en banquiers ; leur clientèle change ; on est passé du dépannage au prêt d’investissement et pour plusieurs années. Un prêt record, celui d’Abraham Crémieu de Carpentras : plus de cent mille livres au duc de Crillon pour la construction d’un canal dans le Comtat. En un mot, les fripiers sont devenus gros négociants et leur activité couvre toute la France.

18Dans le même temps, beaucoup de chrétiens se sont enrichis et ont investi en biens fonciers, titres, lettres de noblesse. C’est interdit aux juifs ; ils ne peuvent investir que dans leurs affaires et, de ce fait, sont condamnés à s’enrichir. Si bien que, de plus en plus, s’affirme une contradiction entre les règlements relatifs aux juifs et leur situation réelle. En un siècle où la fortune compte plus que la naissance, les juifs deviennent respectables et la honte de leur origine s’efface dans une société qui se laïcise. En terre de France, notamment en Languedoc, on commence à fermer les yeux sur l’installation de communautés juives (1740-1750), malgré les protestations des autorités ecclésiastiques, par exemple l’évêque d’Uzès qui décrit très bien le processus : location d’une chambre, la famille vient et s’installe à son aise, avec ses coutumes, au vu de tous. Ces juifs peuvent comparer les avantages de la résidence en France, où l’interdiction de séjour a supprimé tout règlement, à celle des États du pape où les conditions de vie sont devenues épouvantables, en particulier à Carpentras : la population juive a quadruplé sans qu’augmente la superficie du ghetto dont l’extension est interdite par un règlement draconien. Comme on ne peut s’étendre, on s’empile d’étage en étage (jusqu’à huit), les rues sont réduites à l’état de boyaux étroits et obscurs, difficiles d’accès, où s’entassent les ordures évacuées par les fenêtres, au point que les voyageurs sont horrifiés par l’aspect et l’odeur infecte du quartier juif. Manque d’hygiène et promiscuité entraînent de nombreux procès de voisinage.

19Cette vie est d’autant plus insupportable pour les juifs qu’ils sont devenus riches. Ils pourraient vivre dans des châteaux, avec des serviteurs, s’ils quittaient la ville ; ils doivent y vivre à trois familles dans quatre pièces. Ils jouissent de la considération de leurs concurrents ou clients français et subissent des vexations dans les carrières : on peut les contraindre à « faire cavo », les punir pour avoir gardé un livre hébreu interdit comme pernicieux, leur enlever un enfant devenu chrétien parce que baptisé en danger de mort ; pire encore le chantage au baptême d’un enfant par un coreligionnaire qui veut leur extorquer de l’argent. Par une sorte de réaction, plus les juifs cherchent à s’émanciper, plus les règlements deviennent tatillons et minutieux pour les maintenir dans leur situation d’humiliation. Le règlement de Cavaillon en 1781 reprend toutes les obligations antérieures mais il comporte un article médit relatif à la clôture du ghetto : les portes fermées chaque soir par un portier juif, de l’intérieur, seront aussi munies, à l’extérieur, de serrures fermées par un portier chrétien rémunéré par les juifs, ceux-ci ont très vivement ressenti cette vexation supplémentaire. Sont remises en vigueur l’obligation, pour les juifs, d’une permission écrite pour passer la nuit hors de la carrière, l’interdiction, pour les chrétiens, de se mettre au service des juifs ou d’entretenir avec eux des rapports trop familiers. À ces vexations diverses s’ajoutent des querelles internes à la carrière : tensions croissantes entre riches et pauvres ; les riches étant souvent absents pour leurs affaires, il y a moins de gens compétents pour s’occuper de la communauté et les mendiants sont de plus en plus exigeants. À signaler aussi des invasions de mendiants étrangers venant d’Europe de l’est, dont on ne comprenait pas la langue, sans doute le yiddish ; par exemple, en 1773, à 1’Isle de Venisse, une bande de ces pouilleux a réussi à s’introduire dans la carrière d’où les habitants ont dû les faire chasser manu militari parce qu’ils tentaient de s’y installer. Ce type d’incident était fréquent et devenait insupportable.

20Ne pouvant plus vivre dans de telles conditions, les juifs sont tentés de partir. Dès avant 1789, nombreux sont ceux qui ont pris l’habitude de passer plusieurs semaines, puis plusieurs mois dans le royaume de France pour leur commerce et ne reviennent que pour les grandes fêtes, fête des cabanes, yôm kippour. La tentation est forte de ne plus revenir du tout. L’intendant du Languedoc est ravi de renouveler sans limite le permis de séjour de ces gens si utiles pour l’économie de la région ; il reste sourd, sans qu’on l’inquiète, aux protestations des catholiques, ce qui signifie que l’argument religieux n’a plus guère de valeur.

21En consultant les listes des habitants des carrières, on s’aperçoit qu’en 1789-1790 un juif sur quatre ou cinq, a déjà fixé son domicile hors des États du pape, le plus souvent en Languedoc. Les juifs d’Avignon vont beaucoup plus loin et se fixent à Paris, Lyon, Reims, Rouen, etc. Le phénomène s’accélère quand la Révolution, en septembre 1791, donne aux juifs les droits de citoyen, droits que les sépharades du Midi ont obtenu dès janvier 1790. Les juifs qui passent en France sont de plus en plus nombreux ; le courant d’émigration devient un torrent, vidant rapidement les carrières. Fin 1792, il ne reste à Carpentras que deux cent trente neuf juifs contre un millier vers 1775. En 1795, à l’Isle, le recensement ne dénombre que vingt quatre familles juives, c’est-à-dire cent deux personnes, soit moins du tiers par rapport à 1789. D’après le recensement ordonné en 1808 par Napoléon, le Vaucluse ne compte que six cent trente et un juifs contre deux mille/deux mille cinq cents avant la Révolution. Les communautés juives du pape se sont désintégrées. Sont restés surtout les handicapés par l’âge ou la maladie, les moins entreprenants, auxquels s’ajoutent des juifs d’Alsace et Lorraine.

22Ceux qui sont partis se sont rapidement assimilés, surtout en France. Rien ne les distingue des autres gens, ni l’aspect physique, ni le vêtement, ni le nom ; ils parlent la langue de tout le monde ; leur pratique religieuse est très réduite. On pourrait presque dire qu’ils ont disparu si une association récente de juifs comtadins n’était là pour montrer que certains restent soucieux de leur origine.

Auteur

Agrégé des lettres, docteur ès lettres. Professeur à l'Université de Provence, Département d'histoire puis enseignant-chercheur équipe HEMOC / Centre Norbert Elias – UMR 8562 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540