Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

Les protestants

Le voyage interdit : l’exil des huguenots

Michelle Magdelaine

Texte intégral

1C’est entre 180 000 et 200 000 qu’on peut estimer aujourd’hui le nombre d’individus qui ont fui la France après la révocation de l’édit de Nantes en 1685, et, comme il s’agit d’une migration, on peut les suivre dans leurs passages. C’est la plus grande migration forcée des temps modernes en même temps qu’un voyage interdit : les protestants, qui sont censés ne plus l’être, ne doivent pas quitter le royaume, à l’exception des pasteurs, menacés de prison ou de galères s’ils ne sont pas partis dans les quinze jours suivant la proclamation de l’édit. Malgré l’interdiction, l’exode commence très vite, s’amplifie jusqu’en 1687, se réduit, reprend vers 1697 et se calme ; les reprises ultérieures du mouvement sont minimes et locales. C’est cette grande migration qu’on appelle le « Refuge » et qui devra s’intégrer en terre d’accueil.

Le voyage interdit

2Quand on parle de Refuge, dans l’histoire du protestantisme français, cela désigne à la fois un pays et les personnes qui s’y sont réfugiées, par exemple le refuge anglais ; ce terme revêt donc à la fois un sens géographique et social. Ces fuyards ont-ils inventé le refuge ? Non, car le premier départ massif date des guerres de religion et surtout du massacre de la Saint Barthélémy en 1572, mais il est moins connu, par manque d’archives, sauf peut-être pour l’église de Genève et les églises wallonnes. Il est aussi moins important ; il touche une certaine bourgeoisie (notables, artisans) et surtout la plupart des exilés sont rentrés après l’édit de Nantes, en 1598, qui instaure une tolérance de fait en reconnaissant la dualité religieuse ; situation unique en Europe, à l’époque, et qui dure cent ans ! Dès lors, les réformés français sont de fidèles sujets du roi ; ils réprouveront vivement l’exécution du souverain anglais par Cromwell et ses partisans. Dans la plupart des cas, ils vivent en bonne intelligence avec les catholiques ; les solidarités locales l’emportent souvent sur les inimitiés, les divisions religieuses, y compris en temps de persécution ouverte, comme à Mauvezin dans le Gers, où la population catholique se fait complice de leur fuite. Mais, quand les contraintes deviennent insupportables, par exemple catéchisme, confession et communion obligatoires, et qu’ils subissent les vexations des dragons et autres troupes qu’on leur impose de loger, ils sont forcés de partir en grande majorité. Ils décident de le faire malgré les interdictions formelles et les dangers, dénonciation, arrestation, prison, galères, voire la mort. Départ clandestin massif, dont on a parlé plus haut et qui affecte près du quart des protestants de France. Ils partent, en plus ou moins grand nombre, de toutes les régions du royaume. Certains vont se réfugier dans les grandes villes (Lyon, Bordeaux, Paris), où il est plus facile de se cacher. Les plus nombreux à partir, parfois par familles entières, sont ceux des régions côtières. Ils sont mariniers, matelots, ouvriers de marais salants, etc., ont des relations avec les gens de la mer et partent des petits ports, la nuit, pour déjouer la surveillance. Le voyage peut durer longtemps, jusqu’à un an, parce qu’ils peuvent être retenus et rançonnés par les pirates ou que le cabotage est très long du Sud jusqu’à Dunkerque. Ils sont dans des tremblements continuels : peur des frégates de surveillance, risque de dénonciation à l’arrivée dans tel ou tel port. Malgré tout, leur voyage est relativement tranquille par rapport à ceux d’autres régions.

3Pour ceux qui habitent le Centre, le meilleur refuge est la Suisse, par la Savoie, qui n’est pas encore française, ou le Dauphiné. Mais les passages sur le Rhône (la Guillotière à Lyon, Pont Saint Esprit…) sont peu nombreux et gardés ; il faut user de subterfuges, de déguisements, voyager de nuit et en petit nombre pour ne pas attirer l’attention ; de plus, le duc de Savoie, petit cousin de Louis XIV, ne laisse pas toujours passer les fugitifs ; ceux qui sont pris et reconduits à la frontière sont sévèrement punis par le roi. Les protestants messins, en Lorraine, se croient à l’abri en raison de leur législation particulière. Il n’en est rien ; persécutés, ils partent et doivent traverser la Lorraine hostile, mais ils parviennent assez facilement en Allemagne, toute proche. Pour les protestants du Nord, particulièrement en Thiérache, ruraux en majorité, l’important est de gagner les églises de la Barrière, c’est-à-dire de la frontière, relais sûrs pour atteindre les Pays-Bas espagnols qui, bien que catholiques, les laissent passer en Hollande ou vers la basse vallée du Rhin. Il existe des plans des routes connues, qu’on peut acheter, avec des indications du temps de marche approximatif, mais pas toujours faciles à utiliser. Il faut donc des guides ; ceux-ci, très souvent des catholiques, ne sont pas toujours honnêtes –on abandonne, voire dénonce les clients–, et font payer très cher leur dangereux service ; la plupart sont marchands ou colporteurs, métiers qui éveillent moins les soupçons. Bref, malgré les risques et les difficultés, le voyage interdit se poursuit. Mais que deviennent ces fugitifs parvenus en pays de refuge ?

Le voyage organisé

4L’accueil a dû s’organiser, car les réfugiés arrivent en foule ; 30 000 en république indépendante de Genève (10 000 habitants) ; elle ne veut pas garder ces gens, car le roi de France fait pression, mais elle les aide à partir plus loin et à s’y établir. Cependant, les malades et les gens riches –toujours bien reçus partout– restent sur place au moins momentanément. D’autres régions sont concernées : en dix ans, la Suisse a vu passer entre 50 000 et 60 000 personnes. Dans la région du Léman, il en arrive du Queyras et de Prat-Gelat, parfois par communautés entières ; sous la direction de leurs pasteurs, qui souvent les ont précédés et ont cherché des points d’accueil, ils vont en Allemagne dans les États réformés, comme la Hesse-Cassel et, étant calvinistes, ils ne sont pas toujours bien reçus par les luthériens. Dès novembre 1685, le prince de Brandebourg, dont la capitale est Berlin, publie un édit d’accueil à l’intention des frères persécutés ; cet édit est propagé en Allemagne, en Suisse et même, clandestinement, dans les Cévennes. D’autres principautés font de même. Si les gens du Queyras et de Prat-Gelat sont bien organisés, ce n’est pas le cas de tous et, devant les foules qui affluent, les Suisses ne savent plus que faire. Bien sûr, on fait des collectes, les autorités prélèvent des impôts supplémentaires, au prorata des ressources des cantons (30 % d’augmentation à Berne), pour venir en aide aux fugitifs, mais cela coûte cher et l’ardeur des autochtones se refroidit vite. Et tous ces réfugiés qui s’accrochent en Suisse parce qu’elle est proche de la France (où l’on espère encore retourner) et qu’on y parle français, sont poussés à aller plus loin parce que le pays sature et, aussi, parce que ces Français sont différents, parlent fort, mangent de l’ail, et, surtout, acceptent de travailler à n’importe quel prix ! Il ne faut pas oublier que la Suisse n’est pas un pays riche et que, par exemple, beaucoup d’hommes s’engagent, comme mercenaires, dans les pays étrangers. Alors, c’est d’accord pour l’aide aux réfugiés mais qu’ils partent ! Et ils partiront presque tous. Où ? C’est une période de récession et, dès 1689, c’est la guerre (invasion du Palatinat). On voit, à ce moment, émerger des chefs huguenots, tels le marquis d’Arzelier ou Henri de Mirmant, qui se révèlent remarquables organisateurs. Des relations sont nouées avec l’Électeur de Brandebourg, dont l’ambition favorise l’établissement des fugitifs sur son territoire ; ils circulèrent jusqu’en Irlande, Angleterre, Danemark pour leurs compatriotes. Très souvent, les princes les accueillent volontiers parce que le nombre d’habitants est une ressource et que des régions, en Allemagne, sont dépeuplées depuis la guerre de Trente Ans (1618-1648). Mais les populations locales ne voient pas toujours d’un bon œil ces réfugiés qu’on comble d’avantages (maisons, matériels, exonérations d’impôt, etc.). Cependant, ils s’installent peu à peu. Leur premier objectif est de se retrouver quand ils ont dû se séparer pour fuir et, pendant des années, on va assister à un mouvement incessant d’une région, voire d’un État à un autre ; parfois, il leur faut trente ans pour se fixer. Des groupes se constituent et fondent des villages. À la fin, ce n’est plus du voyage mais de l’errance pour certains, assez nombreux, car ils ne réussirent pas à s’installer : parmi eux, les gens âgés, les femmes seules avec enfants ; ils ont perdu leurs racines et n’en retrouvent pas. Le refuge, comme tout exode, offre souvent un aspect dramatique.

Quelques cas concrets de l’exode huguenot

5Il n’est que de lire le témoignage de ceux qui ont vécu le voyage interdit pour en saisir les aléas et la réalité parfois dramatique. Un premier récit est celui de Pierre Faïsse, originaire de Sainte Croix de Caderle, dans les Cévennes. Avec une émouvante simplicité, il raconte sa vie en France et sa sortie du royaume, pour ses petits-enfants qui, peut-être, reviendront un jour au pays. Sa mère, mariée à 13 ans, a voulu que ses enfants apprennent à lire et à écrire. Né en 1658, il devient maître d’école à 12 ans et contracte de mauvaises habitudes : il prend goût au jeu de cartes, aux femmes et à la boisson. Revenu chez lui, il poursuit ses études et assume la fonction de lecteur à l’église et de catéchiste, en même temps qu’il est, de nouveau, maître d’école. L’été de 1685 fut magnifique ; Pierre ne savait pas encore que ce serait le dernier avant l’orage : la révocation de l’édit de Nantes. Très vite, il est visé et refuse d’abjurer. Pendant six mois, il erre de grange en grange dans les Cévennes pour dire au revoir à ses amis, parce qu’il espère encore et qu’on lui doit de l’argent dont il a grand besoin. En mai 1686, il se décide à partir avec son plus jeune frère, mais par où ? Les passages du Rhône étant très surveillés, il choisit Lyon ; le risque y est moindre : c’est une grande ville et elle est proche de la Savoie et de la Suisse. Par prudence, il prend un itinéraire détourné passant par Le Puy en Velay ; il y a une foire importante et personne ne s’étonnera d’y voir des inconnus. C’est aussi un chemin de pèlerinage qui conduit au sanctuaire mariai de Pradelle, donc moins suspect. Le voyage se poursuit par Saint-Étienne, Rive de Gier, Saint Genis Laval. Parvenus à Lyon sans encombre, Pierre et son frère sont pris en charge par une sorte de réseau organisé pour loger puis faire passer les fugitifs. Rendez-vous devant Saint-Jean avec un guide ; rencontre surprise avec un parent et des gens connus qui ont tenté, sans succès, de passer par Orléans. À Caluire, près Lyon, le guide réclame plus d’argent, il part et ne revient pas. Le petit groupe retourne à Lyon, reste quelques jours chez la logeuse et un nouveau guide est trouvé ; c’est un jeune paysan du Bas Dauphiné qui décide de les conduire par le Sud à Genève. Toutes les routes, entre Lyon et Genève, sont farcies de fugitifs : on a des procès de 298 personnes qui ont été arrêtées sur ces routes et pour la plupart libérées. En conséquence, le petit groupe marche la nuit et se cache le jour dans les bois. En quelques jours il atteint Saint-Julien-en-Genevois, en plein pays hérétique et, le lendemain, se trouve aux portes de Genève, attendant que soit baissé le pont-levis. Pierre s’installe à Vevey, définitivement, car on a besoin de lui en qualité de maître d’école et de chantre ; son frère, après avoir erré jusqu’à Neuchâtel, le rejoint ; leur cousin et leur voisin tentent de s’installer en Allemagne et reviennent en Suisse. Somme toute et malgré la mésaventure de Caluire, c’est un voyage heureux.

6L’histoire de Jean Giraud, de la communauté de Clavant, et de sa famille est plus dramatique. Clavant est un des villages de la vallée du Haut Oisans, au pied de la Mège, vallée étroite, très belle mais pauvre : les villageois étaient partis, abandonnant leurs biens et ces biens avaient été adjugés à un intendant par les agents du fisc royal, pour un loyer global de cinquante livres par an ! Jean Giraud était marchand à Lyon ; pressentant l’orage, il est revenu dans sa vallée perdue, toute proche de la Savoie, décidé à fuir. C’est un notable ; il a suscité beaucoup de jalousie ; il est donc très surveillé par les consuls, catholiques, dont l’un est honnête et l’autre un fripon. Il a subi le logement obligatoire des soldats et le pillage de sa maison. Dénoncé pour diverses tentatives de départ, il est retenu comme « caution de corps » pour ceux qui sont déjà partis, et emprisonné à Grenoble avec sa femme. Il signe son abjuration pour obtenir d’être libéré et ramené chez lui. Il garde toujours au cœur l’envie de partir mais il reste très surveillé. Il apprend le départ de petits groupes de 4 à 5 personnes en toute saison, sauf l’hiver, à cause de la neige. Il connaît l’odyssée de 240 personnes d’un village voisin, arrêtées en Savoie, ramenées à la frontière et diversement châtiées par les autorités royales ; on l’accuse même de les avoir encouragées ! En juillet 1686, le curé du village vient lui dire qu’il doit communier, le dimanche suivant, à la messe, avec sa femme. C’en est trop ; il demande un délai pour se préparer à la communion et il en profite pour fuir en famille, le 29 juillet, par une nuit d’orage, de pluie et de neige. En Savoie, par prudence, le groupe se disloque et chacun doit feindre de ne pas connaître les autres ; on loge dans les mêmes villes mais pas au même endroit, pour déjouer les poursuites. Enfin, après beaucoup de frayeurs et par une assez longue route (Saint-Jean-de-Maurienne, Albigny, Chambéry, Aix, Rumilly), nos gens arrivent à Saint-Julien-en-Genevois et vont se fixer à Vevey près de Genève. Le journal de Jean Giraud est conservé par ses descendants. Loyaux sujets du roi de France, ces protestants avaient été surpris par la révocation de l’édit de Nantes, malgré les mesures déjà prises pour limiter leur liberté ; elle éclate comme la foudre et Jean Giraud raconte que, dans les vallées protestantes des Alpes, on avait observé des phénomènes prémonitoires : lueurs étranges et coups de tonnerre, annonciateurs de grands malheurs.

7Des femmes ont aussi laissé des récits de leur voyage interdit ; par exemple, Anne de Champanier, arrêtée avec d’autres par la patache de l’île de Ré et mise de force au couvent, où, dit-elle, elle entretenait les meilleures relations avec les religieuses. Il faut dire, en passant, que le courage et la foi de ces protestants refusant d’abjurer ont parfois gagné à leur cause les prêtres, religieux ou étudiants en théologie, chargés de les convertir. Une autre tentative –exemplaire par ses péripéties–, est celle de Marie Molinier, de la région de Nîmes. Elle est née juste avant la révocation. Son père, parti seul à Genève, réussit à y faire venir les siens, sauf elle qui n’est qu’un bébé et que l’on confie à une tante. Marie, encore fillette, est repérée et placée dans un couvent ; de tempérament affirmé, elle est réfractaire aux pratiques qu’on lui impose et, de ce fait, envoyée à Montpellier dans un autre couvent pour y être mieux surveillée. Vers 16 ans, elle réussit à fuir et, après un court séjour chez sa tante, se cache dans une famille catholique qu’elle doit quitter assez vite car elle s’est fait repérer. Son départ est organisé, elle retrouve une amie de couvent. Le guide les fait passer par Pont-Saint-Esprit, Montélimar et, de là, elles gagnent les terres de Savoie et la Suisse. Marie apprend que sa famille n’est plus à Genève mais en Angleterre ; s’y rendre n’est pas un voyage de tout repos, bien qu’il ne soit pas aussi précaire et que Marie ait assez de ressources pour n’avoir pas besoin d’être assistée. Elle quitte la Suisse par Bâle pour descendre le Rhin en bateau jusqu’à Weisel, près de la frontière Hollandaise, malgré la vigilance du résident de France à Huningue, le marquis de Puisieux. De Weisel, elle passe à Nimègue puis Rotterdam où, par chance, elle retrouve sa mère revenue en Hollande pour assister son frère moribond et elles prennent ensemble le bateau pour l’Angleterre. Marie raconte avec humour qu’elle souffrait tellement du mal de mer que sa mère a dû lui faire boire du vin et que l’ivresse fut le remède souverain. En Angleterre, elle va épouser un Montolieu, descendant d’un noble cévenol et, comme elle, émigré. Comme pour tous les réfugiés son aventure est une rupture, mais elle se termine par une brillante réussite. Un autre Montolieu fera souche à Berlin et ses descendants seront d’importants personnages en Prusse et Brandebourg.

8Tous les gens du refuge n’ont pas connu le même succès. La plupart ont survécu, et il ne faudra pas moins de trois ou quatre générations pour qu’ils soient vraiment assimilés dans le pays d’accueil. En Angleterre, ils devront devenir anglicans pour prétendre accéder aux charges. En Allemagne, ils sont totalement entre les mains des princes, qui en font ce que bon leur semble et les utilisent souvent à des fins politiques. Finalement, ces sujets loyaux du roi de France sont devenus les plus loyaux sujets de leurs nouveaux souverains. Cependant si, dans l’ensemble, l’économie française n’a pas trop souffert du départ des huguenots, l’économie étrangère, à l’exception de Berlin, n’a pas vraiment prospéré du fait de leur arrivée. On peut regretter que Colbert, qui avait pensé à l’inconvénient de leur fuite, n’ait pas eu gain de cause auprès du roi et que l’intolérance l’ait emporté avec le clan de Louvois. En 1697, Louis XIV refuse définitivement de revenir sur la révocation de l’édit de Nantes.

Auteur

Chercheur CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540