Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

Les protestants

Valdo-protestants des Pouilles au XVIe siècle : le culte de la différence

Gabriel Audisio

Texte intégral

1Un dossier, intitulé Contra provenzales della Volturara, concentre l’attention sur une minorité dans un village de l’Italie du sud. En juillet et septembre 1589, quatre hommes sont interrogés par un tribunal de l’Inquisition à Naples et déposent contre certains habitants de Volturara, qu’ils qualifient de Provençaux et considèrent comme de mauvais catholiques. Volturara est une petite ville des Pouilles à environ cinquante kilomètres de Foggia, dans le royaume de Naples qui, à l’époque, fait partie de l’Espagne. Le vice-roi d’Espagne réside à Naples ; c’est théoriquement le domaine de l’inquisition espagnole. Mais on est en Italie et Naples est exempte de cette inquisition, comme de celle de Rome toute proche. Il y a là un problème de juridiction, significatif des frictions politico-religieuses dans le domaine des institutions. Par un jeu subtil pour ne pas outrepasser ses droits, l’inquisition romaine se fait représenter sur place par des gens de l’archevêché de Naples qui deviennent ses agents. Le dossier ici étudié appartient aux archives de l’Inquisition à Naples, devant laquelle les quatre témoins ont comparu.

Le dossier inquisitorial

2La scène se situe à Naples, dans le bâtiment de l’archevêché, devant Carlo Baldino, à la fois chancelier de l’archevêché et ministre du Saint-Office, c’est-à-dire inquisiteur. Première déposition : le 29 juillet 1589, comparaît Jacques de Apia, 29 ans, de Naples. Selon le texte il est mastrodato, sorte de fonctionnaire fiscal, dans la terre de Volturara, petit diocèse relevant de l’archevêché de Bénévent qui, pour l’Inquisition, dépend de Naples. En septembre 1588 il était en tournée à Volturara. Interrogé, il déclare que les Provençaux piémontais y sont nombreux et qu’il en connaît beaucoup. Il a entendu dire que beaucoup ont abjuré. Il a vu des abitelli –il s’agit du sambenito, l’habit d’infamie–, suspendus dans la cathédrale de Volturara. Il a entendu dire publiquement et plusieurs fois par les régnicoles, les fidèles sujets du roi, que les Provençaux ne vivent pas catholiquement. Il les a vu assister à la messe peu dévotement. Le jeudi saint 1589, deux femmes papotaient et riaient juste avant de communier ; des Provençaux, en prison, mangeaient des macaronis à la ricotta pendant le carême. Plusieurs fois, il a constaté qu’au passage du viatique, le saint sacrement qu’on porte aux malades, les Provençaux n’ont pas l’air de le vénérer. Enfin, quand ils se confessent, ils restent à peine le temps d’un credo. Jacques de Apia signe sa déclaration.

3Deuxième déposition : le même jour, comparaît devant le tribunal Jean de Simeone, âgé de 20 ans et habitant de Volturara. Son témoignage recoupe bien le précédent ; c’est important car testis unus, testis nullus. Lui aussi a entendu dire que les Provençaux ne vivent pas selon la foi catholique. Ils sont peu dévots à la messe, font gras aux vigiles, etc. Ne sachant pas écrire, Jean de Simeone signe d’une croix. Troisième déposition : le 30 juillet 1589, le témoin est Jean Paniger, docteur en théologie, 28 ans. Il a été sacristain et maître d’école à Volturara en 1582 et 1583 et depuis huit mois il y assure les fonctions de curé. Ses connaissances théologiques et ses fonctions diverses donnent à son témoignage une qualité particulière. Selon lui, les Provençaux sont plus nombreux que les régnicoles ; pour l’essentiel, Volturara est un pays de Provençaux. Il tient des autres prêtres que les Provençaux ont été convaincus d’hérésie et absous après avoir abjuré. Il a vu les abitelli dans l’église et lui-même en a suspendus quand il était sacristain. Il a toujours entendu dire par les régnicoles, et d’ailleurs c’est de notoriété publique, que les Provençaux ne vivent pas catholiquement. Un certain Antonio Rousso a déclaré « un bon repas vaut mieux qu’une pénitence », (déclaration apparemment anodine mais qui sous-entend tout le débat sur la foi et les œuvres). « Je l’ai dénoncé à l’évêque de Volturara, lequel l’a fait entrer à l’église avec un cierge allumé pendant la messe (c’est l’amende honorable qui fait partie du cérémonial de réhabilitation), mais j’ignore s’il a eu un procès ». Il en voit qui ne font révérence ni aux images des saints ni à la croix ; il les réprimande mais ils s’en moquent. Il tient d’une femme que ces Provençaux mangent avant de communier (ce qui montre un irrespect des lois de l’Église et surtout du sacrement). Il a entendu dire par beaucoup qu’ils mangent de la viande les jours interdits. Une certaine Camilla, régnicole épouse d’un Provençal, lui a dit que « cette nation » avait mangé de la viande à la sainte Catherine 1588, un vendredi. Le mari est venu se plaindre à lui d’avoir été battu par les Provençaux pour n’avoir pas su tenir la langue de sa femme ; lui a déclaré ne pas avoir pris femme parmi les Provençaux « pour ne pas faire selon leur loi » (ce qui suppose qu’ils ne suivaient pas la loi catholique). Le témoin sait aussi que Camilla a été maltraitée parce qu’elle était venue lui parler ; que, lorsque le saint sacrement est porté en viatique, peu de Provençaux y vont et leurs maisons restent fermées. Ils manquent de respect pendant la messe, riant, restant assis et tournant le dos à l’autel. Ils n’entrent pas dans les confréries, ne viennent pas aux processions, ne font ni aumônes ni offrandes. Il a entendu dire que, l’hiver, ils tiennent des réunions nocturnes et secrètes, en se cachant des régnicoles. Il se souvient que Camilla lui a révélé que les Provençaux traitaient les figures des saints de barburia (sorcière en provençal). Il a entendu dire qu’à la terre de La Motta, à deux milles de Volturara, habitent des Provençaux et qu’ils font la même chose. N’ayant plus rien à ajouter, il approuve et signe sa déposition.

4Quatrième déposition : deux mois après, le 27 septembre 1589, comparaît frère Augustin de Aïzole, 47 ans, dominicain, lecteur du couvent saint Dominique de Naples. Il a habité Volturara pendant trois ans, de 1584 à 1587. Il y avait été nommé curé avec mission de surveiller ceux qui avaient abjuré. Son témoignage est donc particulièrement qualifié. Selon lui, sur la terre de Volturara, les trois quarts des gens étaient Provençaux. Il a entendu de l’évêque et des Provençaux eux-mêmes qu’ils avaient abjuré et, de ce fait, porté l’abitello avec leur nom inscrit. Il a remarqué que certains des abitelli pendus dans l’église ne portaient plus de nom, surtout ceux des gens vivant encore ; que les abitelli sont pliés de façon à ne pouvoir être identifiés et à n’y voir que le nom de défunts. À la question : ont-ils observé les pénitences de l’Inquisition ? il répond qu’il ne les a pas vu faire pénitence et doute qu’ils se soient conduits en bons catholiques. Lecture faite de la sentence précisant les pénitences imposées, le témoin déclare qu’ils n’ont fait ni celle-là ni d’autres et que, lorsqu’il les rappelait à l’ordre, ils paraissaient ahuris comme s’ils n’étaient pas concernés ; qu’ils observaient avec peu de chaleur les préceptes de l’Église : ils ne viennent jamais à la messe en semaine et y arrivent en retard les jours de fêtes ; qu’ils ne viendraient pas si le diacre ne faisait pas l’appel ; que le peu qu’ils y restent, ils ne manifestent pas beaucoup de dévotion, les femmes donnant leur chapelet aux enfants qui s’en amusent et cela, au su de tous les régnicoles, qui en sont scandalisés. De plus, quand sonnait l’angélus, ils ne s’agenouillaient qu’en présence du curé, au dire des régnicoles.

5Il a vu, lui, que les Provençaux ont peu de révérence pour les images des saints malgré l’obligation faite par l’Inquisition à chacun d’eux d’en avoir une chez soi (cet exemple montre que les pénitences infligées par l’inquisition étaient très adaptées au type d’hérésie). En inspectant, accompagné du vicaire et des mastrodati, ceux qu’il devait surveiller, il s’est aperçu que beaucoup n’avaient pas d’image de saint ou la tenaient couverte derrière le lit ; une vieille les gardait dans une caisse ; certains se passaient la même image et parfois l’image était tellement défraîchie qu’on ne pouvait savoir ce qu’elle représentait ; aucun n’avait de crucifix. Ces Provençaux se confessent et communient quatre fois l’an, selon l’obligation qu’ils ont reçue. Mais il s’est rendu compte que rares étaient ceux qui avouaient un péché mortel. Quand ils viennent se confesser et communier, ils le font à la hâte et sans respect, car ils rient et murmurent malgré les réprimandes du curé et ils partent avant la fin de la messe. Il se souvient que des femmes régnicoles lui ont rapporté que des femmes provençales leur avaient dit qu’elles ne portaient pas de chapelet car il ne servait à rien. Il a même dû les réprimander au prône de s’en être prises aux régnicoles qui leur avait fait la remarque. Il a entendu dire publiquement qu’ils mangent secrètement viande, fromage et œufs les jours interdits ; que tous ces Provençaux ont réputation d’hérétiques. Quant à lui, il ne les tient pas pour bons catholiques.

6Qu’a-t-il fait lui, curé, chargé de surveiller ces gens ? Réponse : plusieurs fois j’ai avisé l’évêque et suis même allé chez lui pour lui exposer les méfaits des Provençaux. Je n’ai pas réussi à le convaincre et même il s’en est pris à moi et m’a reproché de vouloir leur nuire auprès de lui. Leur évêque est d’origine piémontaise, qui les tenait pour de bons catholiques. Quand j’étais à Volturara, ni à moi ni à d’autres prêtres, les Provençaux n’ont commandé de messes pour les défunts, ni fait d’offrande, sauf le jour des morts parce que la sentence de l’Inquisition les y obligeait. D’où j’induis qu’ils ne croient pas au purgatoire et je tiens pour certain qu’ils le nient (on a affaire à un juriste et théologien). Pourquoi ne les a-t-il pas dénoncés à l’inquisition ? Réponse : je l’ai dit plusieurs fois à l’évêque et aussi au vicaire de l’archevêque de Bénévent (c’est l’échelon supérieur), lequel me conseilla d’aller les dénoncer à Rome. J’y suis allé voici vingt jours et n’ai pas pu avoir d’audience. L’argent venant à me manquer, je suis venu à Naples et j’ai voulu être cité pour le soulagement de ma conscience. Les Provençaux se marient-ils avec des régnicoles ? Jamais car ils ont peur d’être découverts. Plusieurs fois nous avons tenté de les faire marier à des régnicoles ; jamais ils n’ont voulu. J’ai demandé à retourner à Volturara pour le service de Dieu car il m’a été dit que, depuis mon départ, le culte divin s’était presque perdu. Je présume qu’ils ont lâché ce que jusque là ils pratiquaient par force. Avec la signature de la déposition se clôt le dossier.

Identification d’une « hérésie »

7Ce qui suscite l’interrogation c’est que, dans l’Italie très catholique, surtout le sud, où le concile de Trente a été très vite appliqué, il y ait à cette époque une poche de résistance. Comment identifier l’hérésie et l’expliquer ? On remarque qu’à aucun moment des dépositions l’hérésie n’est spécifiée mais en les confrontant on parvient à établir un diagnostic à partir des renseignements fournis. En ce qui concerne l’eucharistie et la messe, les quatre témoins sont unanimes à souligner le caractère irrévérencieux de l’attitude des Provençaux. Même unanimité pour affirmer qu’ils ne font pas abstinence aux jours prescrits. Seuls, les deux prêtres signalent que les Provençaux prennent le sacrement de pénitence à la légère, qu’ils ne vénèrent pas les saints, ne croient pas au purgatoire, ne participent ni aux confréries ni aux processions. Ces attitudes provocantes suffisent à caractériser les hérétiques : ce sont des protestants. Leur présence en Italie du sud s’explique par le fait qu’on a affaire à l’aile la plus méridionale de la diaspora vaudoise, des migrants. Dans le cas présent, deux documents nous renseignent sur leur origine. En 1477, dans les registres notariés de Marseille se trouvent deux contrats de location de bateau. Le premier mentionne que trois personnes venues du Dauphiné louent un bateau pour un maximum de cent cinquante personnes à raison d’un ducat d’or par personne, pour se rendre à Naples. Environ deux mois plus tard, le deuxième contrat répète le scénario mais cette fois les intermédiaires viennent de Cabrières-d’Avignon. Une précision importante est donnée : le bateau est loué pro valdensibus, pour des vaudois. Ces gens embarquent sans esprit de retour, avec les enfants et tout le ménage. Des actes notariés de 1477, aux archives de Cabrières-d’Avignon, montrent que des familles ont, en effet, tout bradé avant de partir. Grâce au cadastre, on les retrouve soit en Calabre soit dans les Pouilles où des colonies vaudoises étaient déjà établies. C’est un bon exemple de migration organisée et massive : toute une population s’en va. Il faut d’ailleurs noter que les relations entre Provence et Italie étaient plus fréquentes qu’on ne pense. Le destin de ces communautés valdo-protestantes a été très diffèrent. En juin 1561, les vaudois de Calabre ont été exterminés ; à Cosenza, à l’occasion de travaux sous la place de l’église, on a découvert un charnier. Dans les Pouilles, il fut procédé à la conversion forcée. On les a condamnés à des peines matérielles et spirituelles, notamment le port de l’abitello jaune, signe d’infamie, avec deux croix rouges. Officiellement l’hérésie n’existe plus en Italie du sud après les missions jésuites de 1560. Or le dossier étudié révèle que, trente ans plus tard, soit une génération, il y a encore une résistance à l’assimilation religieuse.

Les signes de la différence

8Il ressort du dossier que les anciens protestants sont plus nombreux que les catholiques à Volturara ; autrement dit, les immigrés sont plus nombreux que les régnicoles. En 1595, Volturara compte cent vingt cinq feux, soit environ mille habitants, dont les trois quarts provençaux, selon le dominicain ; mais cette majorité locale est une minorité dans le royaume de Naples. Comment caractériser l’attitude de ces anciens protestants qui ont abjuré ? La réponse doit être nuancée. D’après les témoignages, ils ne sont pas dans une franche opposition mais dans la résistance passive. Ils ne font pas de provocation ouverte mais leur abstention est provocatrice, surtout à l’égard du curé, spécialement le dominicain chargé de les surveiller. Ils parlent peu : un seul témoignage de déclaration hérétique, celle d’Antonio Rousso. Cette attitude de résistance dénote, en premier lieu, le souci de se démarquer qui s’exprime par degrés ; la participation par contrainte en accomplissant ce qui ne peut être évité parce que c’est imposé et contrôlé : messe des dimanches et fêtes, confession et communion quatre fois l’an (Noël, Pâques, Pentecôte, Assomption), offrande le jour des morts ; l’abstention : ils ne vont pas à la messe en semaine, n’en font pas dire pour les morts, ne font pas d’offrandes, ne vont pas dans les confréries, ni aux processions, ne marquent pas le passage du viatique, ne disent pas le chapelet ; les réticences, c’est-à-dire une adhésion mesurée, une participation calculée. C’est en cela qu’il y a provocation car il s’agit d’un respect purement formel : les confessions sont expédiées, ils ont une attitude désinvolte à la messe, ils couvrent ou cachent les images des saints… Tous ces signes les font repérer comme mauvais catholiques, voire hérétiques.

Le souci de s’affirmer

9Les suspects éprouvent le besoin de poser des actes positivement distincts : manger gras les jours interdits (vendredi, samedi, carême) ; apparemment un détail mais tout à fait symbolique car il cristallise l’opposition à l’Église dont la règle est de s’abstenir de viande ; eux, ils posent l’acte contraire, ils font attention à ne pas respecter la règle, il ne s’agit pas tant de ne pas faire maigre que de faire gras ; ce n’est pas la même chose ; mépriser les images des saints : ils n’ont pas de crucifix chez eux. L’Inquisition les contraint d’avoir quelque image pieuse mais tous n’obéissent pas et quand il y a contrôle ils sont organisés et se passent l’image à la barbe du visiteur surpris de retrouver la même image chez le voisin. Ceux qui ont une image la cachent derrière le lit ou la gardent dans une caisse ; cela dénote une intention bien précise. Entre eux, ils appellent cette image une barburia, ce qui, en provençal, selon les régnicoles, signifie sorcière. On n’a pas de témoignage de ce terme en langue d’oc ; cela veut dire que les régnicoles interprètent en mauvaise part un mot inconnu pour eux et donc que, dans leur esprit, les Provençaux se moquent des saints, voire les insultent. Un terme proche, barbouiro, en provençal alpin, signifie masque de carnaval, coiffure grotesque ou personne déguisée. Les régnicoles n’ont pas compris le mot provençal, n’ont pas osé en demander le sens mais ils ont parfaitement saisi que c’est un terme de dérision. S’ajoutent les veillées qui se déroulent en secret. Le bruit court sans qu’on sache rien de précis. Mais cela prouve que des gens se rassemblent, ce qui intrigue les autres et que ces autres se sentent exclus. S’agit-il des veillées hivernales communes en milieu rural ? Peut-être mais pourquoi prendre tant de soin pour se cacher ? Ne s’agirait-il pas de célébrations clandestines du culte protestant, sous le couvert d’une veillée d’hiver pour donner le change ? On ne peut en dire plus. Se marier entre soi : de l’aveu du témoin dominicain, les Provençaux ne veulent pas épouser des régnicoles. Autrement dit, les communautés sont bien structurées : on se marie à l’intérieur du groupe, pas en dehors ; le mariage mixte ou bigarré, comme on dira au XVIIe siècle, est l’exception (exemple de Camilla). C’est une condition de survie pour la communauté et la transmission de l’héritage religieux dissident ne peut durer sans cela. Enfin l’abitello, signe d’infamie : bien que majoritaires, les Provençaux de Volturara savent qu’ils sont une minorité car ils ne détiennent aucun pouvoir ni ecclésiastique ni laïque. Quand ils ont abjuré ils ont été obligés de porter l’habit d’infamie en public et ce, parfois plusieurs années. Quand l’obligation prend fin et que les abitelli sont suspendus dans l’église du village, les réconciliés veulent faire oublier l’infamie et s’arrangent pour cacher les noms dans les plissures ; s’ils laissent apparaître des noms, plutôt ceux des morts, on peut penser que c’est parce que le contrôle est sévère et qu’ils ne peuvent faire autrement. De l’ensemble de ces comportements on peut conclure que les Provençaux s’en tiennent à ce qui est imposé quand ils ne peuvent agir d’autre façon ; qu’ils s’abstiennent de tout autre acte ou posent des actes différents qui leur sont propres, qui sont signes de différence, d’opposition et finalement d’identification : ils ont besoin de le faire pour se reconnaître eux-mêmes. Paradoxalement, ce qui leur est imposé leur devient nécessaire pour se reconnaître comme communauté, puisqu’ils sont poursuivis comme participant à une croyance dissidente.

10Deux questions se posent alors : quels sont les rapports de cette communauté avec autrui et quels sont les rapports des Provençaux avec les autorités ? Concernant les relations avec l’entourage : la dissidence est majoritaire et un modus vivendi a sans doute été trouvé, non pas l’entente cordiale mais la surveillance pacifique. Les Provençaux ont le sentiment d’être différents et les autres jettent sur eux un regard d’exclusion, les repèrent. Dans le langage des témoins et dans les questions de l’inquisiteur, ces dissidents sont des étrangers, Piémontais ou Provençaux, avec un langage différent. Les dénonciations révèlent nécessairement des tensions dans la communauté. On a des cas de figure divers, par exemple le règlement de compte : Camilla est maltraitée par les femmes parce qu’elle a parlé et son mari est battu par les autres Provençaux parce qu’il n’a pas fait taire sa femme. De même les femmes provençales au four se vengent des régnicoles qui ont dénoncé au curé celles qui ne portaient pas de chapelet à la messe. Ainsi la différence de religion, d’origine, de langue rend la cohabitation délicate et pas toujours pacifique.

11Par rapport aux autorités, la question est : comment les Provençaux pouvaient-ils mener cette double vie ? Il y a, en effet, une vigilance certaine de l’autorité : le curé a été nommé exprès et il fait son travail. La réponse tient en partie dans son témoignage : nommé pour veiller à l’orthodoxie des anciens hérétiques, il fait régulièrement son rapport à l’évêque. C’est dans ce contexte qu’Antonio Rousso a été condamné à l’amende honorable ; il est allé trop loin. Mais l’attitude de l’évêque peut étonner. Il fait des reproches au curé et a plutôt bonne opinion des dissidents de Volturara. Les explications du curé à l’inquisiteur suggèrent que l’attitude conciliante, voire complice, de l’évêque à leur égard est due à son origine piémontaise et qu’elle est suspecte. De fait, Simon Maïolus, évêque de Volturara depuis le 6 juin 1572 –il le sera jusqu’en 1597–, est originaire d’Asti en Piémont. Mais cette ville n’est pas dans une vallée vaudoise. On ne peut l’accuser de complicité avec l’hérésie et, sur ce point, plaide en sa faveur son traité sur les images sacrées, qui lui fut peut-être inspiré par son expérience en Volturara. Son attitude apaisante à l’égard des dissidents peut s’expliquer par la communauté d’origine, le Piémont étant identifié à la Provence, mais aussi par la rivalité entre l’inquisition romaine et l’autorité épiscopale. Rivalité qui, en l’occurrence, s’inscrirait assez bien dans le contexte de stratégie subtile entre les instances religieuses de Rome et celles du Royaume de Naples. En somme, l’évêque de Volturara ne souhaite pas que Rome mette le nez dans ses affaires. Voilà pourquoi sans doute le bras de la justice fut retenu en Pouilles, contrairement à la Calabre, et y tomba moins sévèrement, alors que les deux régions relèvent de la même Inquisition, celle de Naples. Au lieu d’être massacrés, les valdo-protestants des Pouilles ont été forcés d’abjurer.

12Le présent petit dossier montre que le problème de l’hérésie n’a pas été réglé par l’abjuration. Une génération plus tard, les convertis continuaient à adhérer à leur conviction réformée. Conviction renforcée par la communauté d’origine et de langue qui leur a permis la double vie qu’ils ont menée. Ce petit dossier de vingt-quatre folios est grand par ce qu’il laisse entrevoir d’habileté, de tension, d’ingéniosité, en un mot tout cet art de la clandestinité et de la provocation mesurée, déployé par une population pour sauver son identité. On ignore les suites. En tout cas, aujourd’hui où toute la région est catholique, des linguistes italiens montrent qu’il reste dans la langue qu’on y a parlée longtemps des traces d’un provençal déformé. L’assimilation par contrainte est-elle aussi efficace que l’extermination ? À court terme non, puisque trente ans après, c’est-à-dire passé le cap des convictions personnelles, on voit apparaître des signes de la différence à travers un dossier de l’Inquisition. À long terme oui, puisqu’il n’y a plus de protestants dans cette région qui aient la même origine.

Auteur

Historien et professeur des universités émérite. Maître de conférences au département d'histoire de l'Université de Provence à Aix-en-Provence (1977-1989), enseignant à la Louisiana State University (Bâton-Rouge), puis à l'Université Laval (Québec). Il devient professeur d'histoire moderne à l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand puis à l'Université de Provence.
Spécialiste des vaudois, il travaille sur les minorités et les dissidences religieuses, le Midi Français, le XVIe siècle, les formes religieuses et culturelles de l'identité et de la clandestinité.
Élu membre résidant de l'Académie de Nîmes.

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540