Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

L'Inquisition

Des chrétiens passent à l’islam : les renégats (XVIe-XVIIe siècle)

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1Pendant longtemps l’idée de croisade a dominé les rapports entre chrétiens et musulmans, la lutte de la croix contre le croissant. Le danger est toujours présent : quatre fois les Turcs sont aux portes de Vienne. Après une avancée rapide des invasions arabes, la situation se stabilise. Puis, à l’époque moderne, le front est à l’est vers Vienne. Au XVIe siècle, la chrétienté s’estime à la veille de la fin du monde. Mais les Capitulations, signées dans les Échelles du Levant (ports de la Méditerranée orientale) avec les Ottomans, témoignent des relations commerciales et des échanges entre chrétiens et musulmans. À la faveur des guerres, des gens sont capturés de part et d’autre et donc des chrétiens se trouvent prisonniers en Barbarie. Fernand Braudel a évoqué plusieurs fois le rôle important des renégats, ces chrétiens devenus musulmans de gré ou de force, en Afrique du Nord et dans l’empire ottoman, mais sans étudier le thème en profondeur. Par contre, il est mieux étudié en Italie et en Espagne (le rôle des renégats aux Canaries) où il est devenu un thème littéraire (« La renégate de Valladolid »). Il existe des chroniques anciennes où le thème est plus approfondi. Braudel cite Diego de Hedo (1612), Savary de Brèves. Une liste de 1585 montre que chez les corsaires les deux tiers des raïs (capitaines) sont d’origine chrétienne : grecs, espagnols, italiens, hongrois, français… Au XVIIe siècle, le père François Dan est chargé de missions de rachat de captifs chrétiens à Tunis, Alger, Tripoli, au Maroc. Il faut noter qu’au moins pendant deux siècles, c’est-à-dire du milieu du XVe à presque la fin du XVIIe siècle, ce commerce d’hommes est une industrie lucrative. Dan parle des renégats, encore qu’il ne soit pas question de les racheter puisqu’ils sont devenus musulmans. On a également une source marseillaise.

2À partir des sources inquisitoriales, on peut constituer une série sur les renégats. L’inquisition espagnole a catalogué un certain nombre de délits dont un baptisé « mahométisme » et attribué aux morisques, anciens musulmans espagnols convertis, le plus souvent de force, au catholicisme et qui ont continué à pratiquer l’islam. Mais le terme est aussi attribué à des chrétiens de souche devenus musulmans. C’est par hasard qu’on s’est rendu compte que nombre de gens poursuivis pour « mahométisme » ne sont pas morisques mais renégats. Une maîtrise d’étudiante sur Italie et Inquisition constitue un travail sur une série italienne de 1610 à 1620 : un tribunal d’inquisition espagnol siège à Palerme et envoie à Madrid un résumé des causes jugées, soit cent vingt causes dont soixante renégats ; parmi eux peu de Siciliens. Est-ce un cas particulier ou s’agit-il d’un vrai gisement à exploiter ? En Sicile, sur cinq mille causes on dénombre plus de six cents renégats. En Sardaigne, le phénomène est analogue mais beaucoup de documents sont perdus : cent causes de renégats. Aux Baléares, on relève deux cents causes de renégats. Cette source est très intéressante car les inquisiteurs ont fait des procès en contumace qui nous livrent de nombreux et excellents témoignages. On dispose d’autres causes de renégats jugées par les tribunaux de Murcie, des Canaries, de Séville, Grenade, Barcelone, Lisbonne, Venise. Au total, une série de mille cinq cent quatre vingts renégats sur une période de cent trente ans environ, dont seulement soixante femmes, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il y en ait eu peu. Cette série est intéressante mais pas représentative statistiquement, pour plusieurs raisons : elle ne concerne que ceux qui sont revenus et encore pas tous car on ne tenait guère à passer devant un tribunal d’inquisition, même si en se présentant spontanément on pouvait être absous ad cautelam, sous surveillance ; il ne s’y trouve ni Anglais ni Français car il n’existe pas chez eux de tribunal inquisitorial ; enfin, le nombre des femmes est restreint : leurs chances de revenir de Barbarie étaient faibles du fait qu’elles ne participaient pas à la course, donc elles ne pouvaient s’échapper et n’étaient pas reprises par les chrétiens. Par ceux qui sont revenus, on a des informations sur ceux qui sont restés. Le croisement des sources permet de reconstituer l’histoire de quelques renégats. Que nous dit l’histoire sérielle sur leurs origines, leur passage à l’islam et leur destin ?

Les origines des renégats

3Il y a un problème de représentativité et de nature des sources. L’échantillon retenu (1 500 personnes) ne propose pas une série exhaustive mais fragmentaire. Pour l’Europe orientale, il aurait fallu des sources de Constantinople. À Venise, on a des Slaves et pas un Français. L’origine des sources conditionne donc, dans une certaine mesure, un échantillon national. Cela dit, Anglais, Français, Flamands, Hollandais, et Allemands ont cherché à revenir, certains sur un parcours bref, jusqu’en Espagne. Les Italiens et les Ibériques sont les plus nombreux et représentent plus de cinquante pour cent de l’échantillon. On dénombre deux cents Français, dont environ cent soixante du royaume de France, trente Corses, six ou sept de Villefranche-sur-Mer, port du Piémont, et quelques-uns de Gravelines ; cent vingt à cent trente Grecs ; cinquante de Grande Bretagne, surtout Anglais ; quarante à cinquante Flamands ou Néerlandais ; quinze Allemands du sud ; trente Hongrois ; vingt Polonais ; quarante Moldo-Valaques ; trente Russes dont la moitié de femmes ; des Albanais, des Arméniens, des Ragusins, deux ou trois de Goa. Ibériques et Italiens sont surtout originaires des îles : Sicile, Baléares. Parmi les Français, on distingue deux groupes : les Méridionaux, Provençaux plus que Languedociens et les gens de l’ouest, marins, pêcheurs, marchands. Les gens de l’intérieur sont rares : on connaît le cas d’un jeune de Sisteron envoyé à Alicante à l’âge de huit ans pour apprendre le négoce et qui est devenu musulman. Pour la Provence, beaucoup sont de Marseille, Toulon, Ollioules, Saint-Tropez, Cassis, Martigues… Pour le Languedoc, Montpellier, Sérignan… Pour l’ouest, il s’agit surtout de Bretons et, en tête, les Malouins, Olonne, Fécamp, Dieppe, Le Havre. Les Méridionaux ont été plus volontiers capturés vers le milieu du XVIe siècle. Ceux de l’ouest, plutôt un siècle plus tard car la course atlantique est postérieure à celle de la Méditerranée. Les Anglais sont en provenance de la côte sud, Cornouailles, Londres. Les Allemands sont de la Baltique, quand ce sont des marins, de l’Allemagne du sud, quand il s’agit de soldats des troupes impériales qui ont combattu les Turcs. Les Grecs sont en majorité issus des îles et ont été pris sur terre plutôt que sur mer. Pour ce qui est des Hongrois, Polonais et Russes, l’étude est rendue difficile par l’orthographe phonétique employée par les juges et à cause des modifications de frontières.

Le passage à l’islam

4Ces renégats sont devenus musulmans de bon gré ou de force. La prise de force s’exerce en trois occasions, la course avec l’abordage en mer, les razzias terrestres menées par les Barbaresques à l’ouest et par les Turcs à l’est, les défaites militaires qui engendrent les prisonniers de guerre. La course se développe considérablement au XVIe siècle et au début du XVIIe. Une véritable industrie est née, la capture des humains et des marchandises (cf. F. Braudel, Prodigieuses fortunes d’Alger). Les bâtiments rapides et maniables des Barbaresques rendent la course très fructueuse. Au XVIIe siècle, c’est au tour de l’Atlantique d’être envahie par la course. En 1627, une flotte de Salé (Maroc) est allé ravager l’Islande, une partie de la population de Reikjavik est emmenée en esclavage. De 1620 à 1630, les Barbaresques vont jusqu’à Terre-Neuve. Certes, ces deux expéditions restent l’exception mais on sait d’après les récits des renégats qu’il existait deux zones rouges : le détroit de Gibraltar, d’Alicante à Oran, pour la limite est, du cap Saint-Vincent à Rabat, pour la limite sud ; dans l’intervalle, il restait une zone extrêmement dangereuse, l’Algarve portugaise, par exemple ; la Mer Tyrrhénienne, de Naples à Palerme et du détroit de Sicile à l’île de Malte. Ces deux zones représentent la moitié des prises dont font les frais les bateaux des Indes et du Brésil. On peut ajouter les Baléares, l’Atlantique central et la Méditerranée orientale. La plus petite voile est une menace !

5Les razzias barbaresques sont menées en Sicile par coups de main rapides, en Corse, qui est très mal défendue : au cours de l’occupation de Sartène de jeunes Corses sont pris au lit ; aux Baléares où les gens vivent en état d’alerte permanent et désertent certains îlots, aux Canaries peu montagneuses et très proches de l’Afrique, surtout Lanzarote avec sa grotte verte où la population se réfugie régulièrement quand apparaissent les pirates. C’est connu surtout des renégats venus de là qui servent de guides. Tous les gens ne sont pas esclaves car le rachat peut être négocié avec les pirates. Les côtes exposées sont celles d’Espagne, du Portugal, de Calabre, de la Riviera génoise, les côtes tyrrhéniennes, de temps en temps les côtes françaises et, au XVIIe siècle, la côte méridionale anglaise dont l’attaque est favorisée par le désarmement maritime de l’Angleterre sous le roi pacifique Jacques 1er. À l’est, ce sont les razzias ottomanes et les coups de main tartares où sont prises beaucoup de femmes slaves, vendues ensuite sur le marché d’Istanbul. Elles devenaient musulmanes et se trouvaient parfois rachetées sur le marché de Messine par des nobles siciliens, lorsqu’elles avaient été capturées en course par les chevaliers de Malte. On les amenait devant le Saint Office et c’est ainsi qu’on connaît leur histoire. Les femmes et les enfants constituaient des proies favorites pour les razzias. C’est pourquoi on peut vraisemblablement penser que le nombre des femmes renégates était plus important que ne le montrent les procès instruits par les inquisiteurs. Peu d’entre elles pouvaient revenir au pays. Les prisonniers de guerre sont la rançon des batailles perdues. Par exemple, en 1578, l’expédition portugaise conduite par Don Sebastian au Maroc est vaincue, le chef tué et toute la chevalerie portugaise tombe aux mains des Marocains. Plusieurs vont devenir renégats ; on les retrouve quarante ans plus tard. De même, au cours de la conquête de la Crète, ce sont des Vénitiens qui sont capturés par les Turcs.

6Mais on doit noter que des chrétiens se sont faits musulmans sans y être forcés. Il sont probablement plus nombreux que l’échantillon des causes ne permet de le penser car on ne connaît que ceux qui sont revenus. Pour l’essentiel ce sont des gens de la frontière, Portugais, Espagnols, Italiens. On peut considérer statistiquement que la moitié des passages sont volontaires. Le cas le plus fréquent est celui des déserteurs. Pendant près de trois siècles, Oran fut une place forte espagnole. Les mauvaises conditions (ennui, mal payés, mal nourris, mal vêtus) poussent les soldats à déserter. Ils s’enrôlent dans le corps des janissaires. Il y a aussi des religieux, saisis par les vertiges érotiques de l’Orient, qui repartent en terre musulmane pour se marier. On part aussi sur un coup de tête, par exemple, celui du marin qui se dispute avec son patron. Il est très rare que le motif du passage à l’islam soit d’ordre religieux, ce qui ne veut pas dire que, par la suite, il n’y ait pas vraiment conversion à l’islam, car il faut bien distinguer reniement et conversion. Ces gens qui passent à l’acte, ou bien sont des esclaves ou des gens réduits en esclavage après leur capture, qui ne sont pas libres de choisir ou qui se font musulmans pour améliorer leur condition et, dans ce cas, le reniement risque d’être suspect et il se fait dans la discrétion ; ou bien ce sont des hommes libres, comme dans le cas des passages volontaires. Alors le reniement se fait dans la fête avec procession dans la ville, orchestre et liesse populaire. On appelle ces gens les bienvenus. Dans les deux cas, l’adhésion à l’islam se fait par une simple phrase « Il n’est de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète », en levant l’index de la main droite. Une série de modalités subséquentes visent à transformer l’identité : la circoncision, soit dans l’immédiat, soit plus tard, le changement de vêtement, très important car on se fait turc au sens large, le changement de prénom, celui de Jésus étant fréquemment adopté. Cependant, Alger et Tunis étant vassales de la Sublime Porte, en signant les « capitulations », les marins ottomans ou barbaresques s’obligeaient à ne pas attaquer les bateaux français. Si cela avait lieu, il fallait rendre biens et prisonniers. On ne pouvait récupérer ces derniers que s’ils étaient chrétiens, incirconcis. C’est pourquoi, les enfants circoncis à bord étaient irrécupérables à Tunis, ce qui était toujours le cas avec les Français, quelquefois avec les Anglais et les Flamands, jamais avec les Espagnols et les Italiens, pour qui n’existaient pas de capitulations.

Le destin des renégats*

  • * En terre musulmane, le renégat était mis à l’épreuve, car la méfiance était de mise, mais s’il se (...)

7Le cas de Guillaume Bedos est typique du destin des renégats. Originaire du Languedoc, viticulteur de Sérignan, mousse à Martigues, il est capturé par les corsaires de Bizerte. Devenu, à son tour, corsaire en Méditerranée et raïs d’un bateau, il est pris par les Espagnols. Condamné à mort, il évite au dernier moment l’exécution en s’inclinant devant la Vierge et il est envoyé à vie aux galères. Capturé encore enfant, il s’invente des parents turcs. Ce type d’évolution est assez fréquent chez des chrétiens pris jeunes, qui ont été instruits dans la foi musulmane et sont devenus musulmans, autant qu’on peut en juger. Bedos-Xaban tient bon cinq ans devant les inquisiteurs avant de céder par peur de la mort. Ce type d’évolution s’explique par des raisons de caractère religieux. En effet, l’enfant se trouve en présence d’une religion relativement simple qui promet le salut au croyant, où la confession des péchés disparaît. Il suffit de croire et de faire ce que dit le prophète. Certaines croyances paraissent plus logiques : l’unicité de Dieu, l’absence d’images sacrées, pas d’Incarnation car la mort de Dieu est impossible. Il s’explique aussi par des raisons économiques et sociales. L’islam occidental et ottoman est en croissance. Dans ces sociétés qui ne sont pas bloquées, où n’existe pas de noblesse, les prolétaires peuvent accéder à des situations sociales supérieures dans la course, l’administration ou l’armée, ils peuvent faire fortune ou carrière. Les renégats sont le plus souvent des gens du peuple. Certains deviendront raïs, patrons de bateau, chefs d’escadre, voire gouverneurs de forteresse ou auront des grades militaires élevés.

8Mais parmi les renégats, il y a aussi beaucoup de « pauvres types » qui n’ont pas réussi, surtout quand ils ont commencé dans la chiourme musulmane. Lorsqu’ils sont repris, ils sont condamnés à la chiourme chrétienne. Certains reviennent, disent-ils, pour vivre et mourir en chrétien… au bout de trente ans ! À certains moments se produisent des retours en masse, par exemple entre 1603 et 1612, la situation confuse au Maroc pouvant devenir dangereuse en raison de choix politiques, des renégats sauvent leur vie en prenant la fuite. Dans beaucoup de cas, les retours sont ambigus. C’est un gros travail de faire la part des choses. La raison religieuse est parfois vraie. Il y a les nostalgiques, voire ceux qui n’ont vécu que dans l’espoir du retour. Mais, tous les types de situation sont possibles. Les uns s’évadent individuellement par terre, marchant la nuit, se cachant le jour, ou par mer, à la faveur d’une course ou à la nage pour les champions de natation. D’autres fois, c’est une évasion collective. En Afrique du nord, on vole un navire pour gagner la Sicile, les Baléares, l’Andalousie : on connaît un cas d’évasion de toute une famille d’Alger. Ou encore, une mutinerie bien organisée permet de libérer la chiourme chrétienne et de l’emporter sur l’équipage maure.

9Quel accueil en terre chrétienne reçoivent les renégats évadés du monde musulman ? C’est une question encore à étudier et la réponse n’est qu’ébauchée : sur une période de cent cinquante ans, des centaines de milliers de gens sont concernés et seulement un demi pour cent a été étudié. Dans cinquante pour cent des mille cinq cents cas retenus, les renégats sont musulmans avant l’âge de quinze ans. Dans de nombreux cas de retour, la réinsertion était possible. L’Inquisition elle-même favorise les édits de grâce pour affaiblir l’adversaire, mais la rechute était extrêmement dangereuse.

Notes de fin

* En terre musulmane, le renégat était mis à l’épreuve, car la méfiance était de mise, mais s’il se comportait bien au combat et s’il jurait en arabe, la confiance était établie.
Les interrogatoires, dans les procès inquisitoriaux, étaient menés en lingua franca, c’est-à-dire un mélange de français et d’italien. On faisait aussi appel à des interprètes, par exemple, dans le cas d’un serbo-croate.
En ce qui concerne la rançon de rachat, le dollar de l’époque était la monnaie espagnole, ducat ou réal ; parfois, le florin vénitien.

Auteur

Professeur émérite d'histoire contemporaine à l'Université Toulouse - Jean Jaurès, il est spécialiste de l'histoire de l'Espagne moderne (XVIe et XVIIe siècles) et contemporaine, et plus secondairement de celle de l'Amérique latine aux mêmes périodes.

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540