Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

Les cathares

Mouvement et doctrine cathares

L’exemplarité de Montségur (1204-1244)

Michel Roquebert

Texte intégral

1Les faits comme les interrogatoires menés par les inquisiteurs montrent que certains vaudois se sont associés aux catholiques pour lutter contre les cathares et que les vaudois ont tenu à se démarquer radicalement des cathares, en particulier sur un point essentiel, le dualisme. Sur ce fondement théologique, les vaudois sont plus proches du catholicisme romain. Prédication dualiste itinérante, le catharisme n’est pas par essence occitan. Parti des Balkans, il avait une visée universelle et a essaimé dans toute l’Europe : Angleterre, Allemagne, Flandre. Dès que la papauté s’alarme de ce phénomène, elle fait appel au pouvoir temporel. Dans le nord, la répression a été très violente parce que les autorités se sont mises au service de la papauté. Les sectes sont décapitées au fur et à mesure qu’elles apparaissent, les meneurs sont pendus, brûlés ou marqués au fer rouge. De sorte que, sauf peut-être en Champagne, le catharisme n’a pas eu le temps de s’organiser. Par contre, en Languedoc, d’Agen à Béziers, du Quercy aux Pyrénées et aussi en Lombardie, il s’est structuré, hiérarchisé avec la complicité latente des autorités temporelles, pouvoir urbain et pouvoir féodal, qui, par tolérance, ont fait la sourde oreille aux appels pontificaux, à la différence des pays du nord. Phénomène européen, le catharisme a réussi, pendant plus d’un siècle à se développer au vu et au su de la communauté catholique. Trop important pour être une secte, le catharisme est une Église avec un clergé structuré. C’est aussi une société, les « croyants » des hérétiques, qui gravite autour de ce clergé. Dans une secte on est dedans ou dehors. Dans une Église, il y a un clergé et tous les degrés d’adhésion, du fidèle absolu au croyant tiède ou seulement sympathisant. La violence et l’ampleur de la répression anti-cathare s’expliquent parce que la papauté se défie de l’hérétique qui fait un choix dans le dogme, mais surtout parce que, outre l’idéologie, elle se trouve devant un phénomène social et culturel nouveau, un phénomène de civilisation où le rapport homme/Église est radicalement différent, une société en mutation, une société de rupture par rapport à l’ordre féodal traditionnel, avec des structures économiques, juridiques… particulières. Le vrai danger vient de là.

2De quelles sources dispose-t-on pour connaître le catharisme ? Quelle foi, quelle pensée anime l’Église cathare occitane, dont Montségur fut la capitale et le siège, exemplaire et emblématique ? Telles sont les questions auxquelles le présent propos tente de répondre brièvement.

Les sources de renseignements

3Essentiellement trois sortes de sources fournissent des renseignements sur le catharisme. En premier lieu, les sources indirectes : le catharisme est d’abord connu par ses adversaires. La part faite aux insinuations injurieuses, des théologiens prennent la nouvelle doctrine très au sérieux et tentent de la réfuter. De sorte que les traités anti-cathares, tels les écrits de Durand de Huesca, Moneta de Crémone, Rainier Sacconi, sont des ouvrages sérieux pour connaître le catharisme.

4En second lieu, les sources directes. En 1851, on identifie comme cathare un Rituel conservé à la bibliothèque municipale de Lyon. Il est associé à un Nouveau Testament en langue d’oc. Ce rituel décrit toute la cérémonie du consolamentum. Tunique sacrement cathare, qui peut être baptême, onction des mourants et sacrement d’ordination des clercs. C’est tout ce qu’on avait jusqu’en 1939, au point que le manque de textes a jeté la suspicion sur tous les théologiens qui attaquaient le catharisme. En 1939, un dominicain, le Père Dondaine, découvre à Florence un rituel cathare en latin et un résumé d’un traité de théologie cathare perdu : le Livre des deux Principes dont l’auteur est Jean de Lugio. La même année, à Prague, un autre membre de Tordre des Prêcheurs, découvre un petit traité de théologie cathare, anonyme, provenant du Languedoc, écrit en latin et datant de 1212-1220. Parce qu’ils révélaient de la doctrine cathare, ces ouvrages ont justifié après coup les attaques dont elle avait fait l’objet. On dispose donc aujourd’hui de deux rituels et de deux traités de théologie cathares. Cependant, les documents découverts en 1939 n’ont été accessibles qu’après la guerre. Il existe donc une vieille littérature qui ne tient pas compte de ces sources. René Nelli a réuni les textes cathares, plus un texte gnostique apocryphe, qui est une sorte d’interview de Jésus par saint Jean. Christine Thouzellier a réédité aux éditions du Cerf, dans la collection des Sources Chrétiennes, le Livre des deux principes.

5Enfin l’on dispose des interrogatoires de l’Inquisition. On en compte environ six mille pour le Languedoc. Ces textes reflètent le catharisme vécu au quotidien soit par les parfaits soit par les simples fidèles. Il s’avère, à quelques différences près, que la croyance populaire coïncide parfaitement avec ce que les autres sources nous apprennent.

6À ce point du propos, il importe de donner quelques précisions de vocabulaire. Les cathares ne se sont jamais désignés eux-mêmes par ce terme. Il était de tradition au XIXe siècle et surtout dans la littérature qui glorifie le catharisme de dire que cathare vient du grec katharos qui signifie pur. Les cathares sont les purs ou « parfaits ». En réalité, le mot n’est employé que par leurs adversaires et, pour la première fois, par un moine allemand rhénan. Alain de Lille, dans son traité anti-cathare dédié au seigneur de Montpellier, explique que cathare vient soit du grec catharsis, purification, voire purge, parce que, dit-il, « Ils suintent de vice », soit du latin catus, chat, parce que, à ce qu’on dit « Ils adorent le diable sous l’espèce d’un chat dont ils baisent le derrière » (!). Selon les cathares, c’est le diable qui a créé le monde, or le chat, en pays rhénan ou dans le nord, ou le bouc, dans le sud, sont des symboles du diable.

7Quoique rarement employé dans les textes médiévaux, le mot cathare y revêt toujours un caractère injurieux pour les partisans de la doctrine. Les cathares se nomment eux-mêmes les « bons chrétiens » et les parfaits « amis de Dieu ». Le terme perfectus, parfait, apparaît dans l’expression employée par les textes de l’Inquisition, hereticus perfectus, c’est-à-dire l’hérétique achevé, accompli, qui a reçu le consolamentum. Ainsi, il y a le « croyant » des hérétiques et l’« hérétique achevé ». Cela n’a rien à voir avec le sens courant que l’on donne à parfait.

La croyance et la pensée cathares

8Tout le monde, fût-on matérialiste, admet qu’il y a un ordre de réalités visibles, tangibles, par exemple le corps, et un ordre de réalités invisibles, qui échappent aux sens : l’âme, l’esprit, etc. Pour le catharisme ces deux ordres de réalités constituent l’équation fondamentale, à savoir : les réalités invisibles échappent au temps et sont indestructibles, donc l’âme est immortelle ; les réalités visibles, temporelles, sont vouées à la corruption et c’est dans cet ordre de réalités que le Mal se manifeste. Ainsi, l’homme souffre parce qu’il n’est pas pur esprit. « Délivrez-nous de la matière et du temps », telle pourrait être la formule de la prière cathare. Il est impossible que le Bon Dieu ait pu créer la matière et le temps, c’est-à-dire le monde du mal. Un mauvais principe est donc à l’origine d’une mauvaise création. Parce qu’il est à la fois âme et corps, l’homme se situe entre deux mondes, entre la bonne et la mauvaise création.

9Trois arguments sont avancés pour le prouver.

10Un argument de logique formelle : les principes des contraires sont des nécessairement contraires. Ce faisant, les cathares ne citent pas Aristote, dont la lecture est interdite au XIIe siècle, mais l’évangile de saint Mathieu, le bon arbre ne peut produire de mauvais fruits. C’est le fondement du dualisme. Les cathares ne sortent pas des Écritures, excepté le texte apocryphe mentionné plus haut Interrogatio Joannis. Il faut le rappeler, car on les traite à tort de manichéens. Jamais les cathares ne se sont appuyés sur les textes manichéens persans. Le dualisme existait déjà dans les hérésies du christianisme primitif. Or, Irénée de Lyon les combat bien avant l’existence de Manès. Mais il s’avère commode d’utiliser la réfutation du manichéisme par saint Augustin pour condamner le catharisme.

11Le second argument est un argument d’autorité fondé sur le prologue de l’évangile de Jean, essentiellement : In principio, en grec archè, c’est-à-dire commencement et fondement, erat Verbum, en grec Logos, c’est-à-dire parole, raison, logique en action. Donc, au commencement et fondement était le Logos, autrement dit, à la racine de tout il y a du logique qui s’exprime et donne sens à tout, d’autant plus que ce Logos, le Christ, s’est incarné. Mais le cosmos, c’est-à-dire le monde organisé, a rejeté le Logos. Dès lors l’opposition Logos/cosmos conduit à affirmer qu’il n’y a plus de Logos dans le monde, que le monde est absurde et qu’en refusant le Logos, il a fait preuve de son inanité.

12Dans saint Jean, il y a opposition entre royaume et monde : le royaume c’est le domaine du Logos, le monde c’est le domaine du Mal. Il existe donc deux mondes, notre âme provient du royaume et se trouve exilée dans le monde mauvais. Per ipsum omnia facta sunt et sine ipso factum est NIHIL, c’est-à-dire par lui, le Logos, tout a été fait et sans lui rien n’a été fait. Les cathares, eux, lisent : sans lui a été fait le Néant (Nihil). Le Néant c’est le monde du Mal, voué à la destruction, donc la réalité visible est Néant. Leurs prédicateurs en ont convaincu les gens. L’évangile destiné aux cathares, écrit en occitan, fournit la contre-épreuve, en traduisant aussi « sans lui a été fait le Néant ». En somme les cathares font une lecture dualiste du Nouveau Testament et cette lecture est imparable sur bien des points. Saint Paul semble faire écho à Jean quand il écrit « sans la charité, je ne suis rien », la charité c’est la substance divine, l’amour. Notre âme appartient à la bonne création et si nous n’avons pas cette parcelle, nous ne sommes qu’un corps, un néant. Bien plus qu’un sens moral, il s’agit d’un sens métaphysique.

13Le troisième argument est d’ordre existentiel : le cathare se refuse viscéralement à penser que Dieu soit l’auteur du Mal puisqu’il est infiniment bon. La toute-puissance est limitée par l’infinie bonté : Dieu ne peut agir que dans le bien, sous peine de se nier lui-même. À partir de là s’expriment les nuances sur le dualisme absolu ou mitigé. Les cathares acceptent tout à fait le livre biblique de la Genèse où est racontée l’histoire de la création, mais pour eux c’est l’histoire du principe du Mal. C’est, en quelque sorte, l’histoire du diable. Les cathares opposent le Dieu cruel, vengeur, de l’Ancien Testament au Dieu bon du Nouveau Testament. Il faut avouer que cette conception est assez simplificatrice.

14La morale cathare découle naturellement du fondement théologique dualiste. Si l’âme est une parcelle de bonne création enfermée dans le corps, parcelle de monde mauvais, le salut consiste à se débarrasser au plus vite de cette enveloppe de peau. L’âme a oublié ses origines et le Logos s’est incarné pour le rappeler. La souffrance n’est pas rédemptrice et Dieu n’a pu vouloir sacrifier son messager. La pensée cathare sur la véritable nature du Christ est très floue, c’est sa faiblesse. On s’évade de ce monde par le baptême qui transmet l’Esprit, c’est-à-dire la connaissance révélatrice qui redonne mémoire à l’âme. C’est le baptême de l’Esprit, transmis par l’imposition des mains, que les cathares prétendent avoir reçu dès les origines, le baptême d’eau donné par le Christ et les apôtres n’étant qu’un rite transitoire de purification. Aussi, les cathares accusent-ils l’Inquisition de briser la chaîne apostolique en les envoyant au bûcher. La seule voie du salut c’est le sacrement et l’ascèse, mais l’ascèse comprise comme exigence métaphysique et pas seulement comme discipline pour mieux servir Dieu : c’est parce que le monde est mauvais que la sexualité, qui engendre les corps, est mauvaise, que l’aliment carné est mauvais, la viande venant de la luxure.

15Sur les fondements doctrinaux précités, va s’édifier une société hiérarchisée, structurée, avec des règles de vie. Pour entrer dans le clergé, le fidèle doit prononcer des vœux, comme chez les catholiques, mais il n’y a pas de contemplatifs, il faut travailler de ses mains, à l’exemple de Paul qui déclarait « celui qui ne travaille pas, ne mangera pas »… au point que tisserand, en Flandre, était synonyme de cathare…

16La doctrine cathare impose le végétarisme, proscrivant tout ce qui vient de la chair, excepté le poisson, animal à « sang froid » ; la chasteté absolue, la sexualité étant une invention du diable puisqu’elle fabrique les enveloppes de peau qui enferment l’âme ; la non-violence absolue, donc pas de légitime défense, ni de meurtre ; la défense de mentir et de prêter serment.

17Une communauté cathare est un petit groupe d’hommes ou de femmes qui travaillent, prêchent, donnent le sacrement aux mourants. Le clergé cathare n’est pas retranché dans une abbaye, il est dans le peuple, dans le village et travaille comme tout le monde. Ce contact permanent avec la population permet de l’instruire sur le tas. Il n’y a pas de lieux de culte, mais des ateliers qui sont des centres de formation à la fois missionnaire et professionnelle, car la règle du travail manuel s’impose même aux nobles quand ils entrent dans les ordres. Ce système fonctionne très bien, si bien que pour réduire la société cathare, la papauté devra prendre les grands moyens et déclenchera la croisade avec tout ce qu’elle implique de radicalité dans l’extermination.

Montségur : cité cathare exemplaire

18En 1167, sur le modèle des conciles catholiques et sous la présidence de Nicétas qui est un dignitaire bogomile, c’est-à-dire un cathare des Balkans, se tient l’assemblée de Saint Félix de Caraman, pour organiser les évêchés, Agen, Toulouse, Carcassonne, Albi… L’évêque cathare a deux coadjuteurs, le Fils majeur et le Fils mineur. Ce dernier est choisi par les diacres, qui sont responsables des communautés, c’est-à-dire des ateliers-couvents. Le diacre doit visiter une fois par an chaque communauté et accomplir la cérémonie de confession collective. Point n’est besoin de lieux consacrés car les réunions se tiennent dans une maison, dans un bois… Les parfaits allaient deux à deux pour prêcher et donner le consolamentum aux mourants, dans la clandestinité. De 1204 à 1206, six cents parfaits sont réunis à Mirepoix, près de Montségur ; probablement la totalité du clergé masculin de la région de Toulouse. Il est vraisemblable que ce concile a décidé la reconstruction ou la construction du château de Montségur, car avant cette date aucun document n’y atteste l’existence d’un castrum.

19En 1209, la haute hiérarchie du clergé toulousain se réfugie à Montségur pendant les heures noires de la croisade menée par les barons du nord. On reflue de nouveau à Montségur quand se déclenche la croisade royale. En 1232, deux évêques siègent à Montségur avec leurs coadjuteurs et un nombre important de diacres et de parfaits. De là, ils dirigent toute la vie de l’Église clandestine des cathares. Montségur est un lieu extrêmement actif : les parfaits vont et viennent pour prêcher et porter le consolamentum, parfois jusqu’à deux ou trois jours de marche. En outre, cette communauté vit sous la protection des fidèles (environ six cents personnes sont dénombrées, à la prise du château), qui s’activent pour assurer sa subsistance en produisant, selon la règle de travail en usage chez les cathares, tout le nécessaire : nourriture, vêtements, armes… un artisanat très diversifié. Le noyau de protection de la communauté, c’est le clan de la famille de Montségur, dont le chef est Raymond de Péreilhe, soit quarante personnes. C’est le noyau de la résistance armée. Quatre vingt quinze combattants tiendront tête à une armée de mille hommes, pendant dix mois ! Un commando de cinquante hommes descend de Montségur et tue dix personnes : les inquisiteurs et leur suite et brûle les registres compromettants pour les parfaits poursuivis par les inquisiteurs, en l’occurrence venus d’Avignon en tournée dans le Lauragais. En 1243, c’est l’opération finale pour détruire Montségur. Les assiégeants prennent place au pied du château. Une trêve de quinze jours est accordée aux assiégés, au terme de laquelle le refus d’abjurer entraîne le bûcher pour les réfractaires. Finalement, le château se rend après dix mois de siège, sans qu’il ait été nécessaire de le prendre d’assaut, ce qui aurait entraîné un massacre général. L’armée royale en prend alors possession. Aucun membre du clergé n’abjure. Les laïcs survivants, interrogés par les inquisiteurs, ont la vie sauve.

20Ces interrogatoires, où les gens parlent librement, sont précieux pour connaître les noms et l’histoire de la défense. Après l’interrogatoire, les biens sont confisqués. Dès lors, les spoliés disparaissent des documents et mèneront probablement une existence assez misérable. Le château est rasé. L’actuel n’est donc pas le vrai. Il a été édifié par les Lévis-Mirepoix, à l’époque royale. Il se situe à 1 200 mètres d’altitude, dans les pré-Pyrénées ariégeoises. Les fouilles révèlent un village autour du château, dont il constituait le rempart sur trois niveaux concentriques ; c’est un village en couronne. Avec un col situé à mille mètres et, de l’autre côté, un à-pic de quatre cents mètres, le site présente des défenses naturelles redoutables : Montségur c’est le « mont sûr ». Ce fut le quartier général de la résistance religieuse et de l’Église clandestine.

Auteur

Écrivain français, spécialiste du catharisme . Élu en 1968 membre correspondant, puis, en 1971, membre titulaire de la Société Archéologique du Midi de la France, Michel Roquebert est depuis 2001 membre correspondant de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse. Membre du Conseil d’administration du Centre d'études cathares de Carcassone à partir de 1985.
Grand Prix d'Histoire de l'Académie française en 1970, lauréat de l'Académie des jeux Floraux et de l'Académie de Languedoc.

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540