Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et exclusion

 | 
Gabriel Audisio

Présentation

De la parole au livre

Gabriel Audisio

Texte intégral

  • 1 Ont été ainsi abordés successivement les thèmes suivant : Histoire et civilisation méridionales ; (...)

1Le présent ouvrage est le fruit d’une collaboration à la fois longue et multiple. Il importe que le lecteur en soit informé pour éviter tout malentendu. Voici donc l’origine de ce livre. L’association Agora, créée en 1988, dont le siège est à Lourmarin (Vaucluse) a pour but de rassembler ceux qui s’intéressent à l’histoire du Midi et à celle des minorités. Sous sa responsabilité et le patronage de l’Université de Provence, j’ai dirigé chaque année pendant dix ans, de 1988 à 1997, une « Université d’été en Luberon », dont le thème, évidemment lié aux intérêts de l’association, changeait à chaque fois1. Au total 52 conférences et 23 visites à caractère historique ont été offertes à plus de deux cents personnes qui ont ainsi participé à ces travaux dont les objectifs étaient clairement définis : offrir au plus large public possible, sous une forme d’accès facile, les résultats de la recherche historique récente ; mettre en contact les historiens et leur public potentiel ; allier la solidité scientifique de l’information à la convivialité du séjour. La tenue et la longévité de cette rencontre ne peut s’expliquer sans la collaboration étroite, assidue et heureuse entre les diverses personnes qui l’ont assurée, qui se sont parfois succédé au long de ces dix années et qu’il convient ici de citer : Claire Bigand, Christian Maurel, Louis Céna, Maïté Rey, Jacques Perrier. Ce fut un réel plaisir de travailler avec eux.

  • 2 Voici les quarante et un autres intervenants qui animèrent ces journées soit pour une conférence s (...)

2Cette université d’été fut un réel succès grâce aussi aux collègues, universitaires ou non, qui acceptèrent d’écorner leurs vacances pour venir présenter leur recherche au début du mois d’août, dans une région certes attrayante mais durant une période où chacun a habituellement d’autres perspectives. Au total, quarante deux sont ainsi intervenu à un titre ou un autre durant ces journées, plusieurs même n’hésitant pas à récidiver : je tiens à les remercier ici publiquement2. La qualité des interventions contribua certainement à la fidélité de quelques stagiaires qui venaient chaque année se ressourcer à cette fontaine méridionale de l’histoire que nous alimentions régulièrement. Ainsi, des années durant, trois d’entre eux ont pris soigneusement des notes durant les présentations : Ginette Bourgeois (Paris) pour les visites ; Annie et Fernand Palandre (Clermont Ferrand) pour les conférences. Ils ont ainsi permis et assuré la réalisation annuelle d’un petit fascicule, effectué d’ailleurs sans le contrôle mais avec l’accord des conférenciers, correspondant à l’université de l’année et dont la diffusion à usage interne à l’association a toujours été très limitée.

3La session de l’été 1997 fut la dernière, malgré de nombreuses et vives protestations. Pour diverses raisons personnelles, je mis un terme à la direction de cette manifestation, n’ayant pas été capable, malgré mes tentatives, de me trouver un successeur. Mais les regrets étaient vifs et notamment celui de ne pas disposer d’un véritable ouvrage, normalement édité, pouvant présenter et diffuser les prestations de cette université d’été qui avaient été unanimement appréciées. Deux ans plus tard environ, persuadée que l’université d’été du Luberon ne pouvait ainsi disparaître sans laisser de trace, une petite équipe d’Agora se mit en place pour préparer cette édition. Ainsi se mirent au travail A. et F. Palandre, M. Rey, L. Céna et A. Lemanceau. Après lecture de l’ensemble des fascicules, il apparut que toutes les communications ne pouvaient être retenues, non seulement parce que le volume, trop important, aurait été passablement indigeste, mais aussi parce que, vu l’aspect thématique de chaque manifestation annuelle, le caractère disparate aurait nui à la cohérence de l’ouvrage. À la lecture, malgré la diversité des interventions, il s’avéra qu’une ligne majeure surgissait qui, d’une façon ou d’une autre, abordait les questions religieuses tout autant que celles de l’exclusion. Ce trait, qui n’avait évidemment pas été prémédité, n’était cependant pas vraiment étonnant, il revenait au contraire à confirmer la cohérence qui fut la nôtre pendant toutes ces années dans le choix des thèmes des universités d’été : l’un des axes majeurs de la réflexion d’Agora ne portait-il pas sur les minorités ? Quoi de surprenant dès lors à trouver en filigrane la question de l’exclusion et de son corollaire, l’intégration, pour ne pas parler d’assimilation ? Telle fut l’approche qui aboutit au présent ouvrage et à son titre Religion et exclusion.

4Parvenue à ce stade, l’entreprise n’en était encore qu’à son début. De fait il fallait encore sélectionner les interventions traitant du thème retenu. Dix-huit furent ainsi retenues, auxquelles fut ajoutée une autre, relative à l’ancienne perception de l’espace et du temps. Quoiqu’elle fût, à strictement parler, relativement hors sujet, l’équipe a voulu la maintenir absolument : elle a donc été reportée à la fin, en propos plus général. Ainsi dix-neuf conférences furent sélectionnées, les autres étant abandonnées avec regret et serrement de coeur. Pas de malentendu donc : vu la démarche qui a présidé à l’élaboration de ce volume, il est évident qu’il ne vise pas à être exhaustif sur la question des rapports entre religion et exclusion : il s’agit seulement de quelques cas.

5Restait à obtenir l’accord des auteurs. C’était indispensable pour pouvoir publier, mais délicat aussi puisque, d’abord, ces conférences ayant été présentées oralement ne présentaient pas le caractère achevé d’un texte rédigé. Ensuite les documents dont nous disposions étaient seulement le résultat d’une prise de notes, comme il a été dit, sur lesquels les auteurs n’avaient exercé aucun contrôle. Enfin, quoique le contenu scientifique fût assuré, les interventions ne comportaient aucun apparat critique, et notamment aucune note de bas de page, au contraire de l’usage unanime en pareil cas. Je craignais donc le refus d’un certain nombre de collègues. J’eus l’agréable surprise de constater qu’un seul refusa la publication de son intervention, pour des raisons d’ailleurs tout à fait personnelles, et je tiens à les remercier pour la bonne volonté dont ils ont fait preuve en acceptant ma proposition et en relisant leur texte avec attention, compréhension et célérité. Tel fut le cheminement parcouru aboutissant au résultat que voici.

6L’ouvrage présente au total dix-neuf contributions. Elles constituent toutes une approche solide de la question traitée, scientifiquement sûres, encore que telle ou telle ait pu vieillir depuis qu’elle fut présentée, car les années passant, la bibliographie s’est parfois étoffée sans que son auteur ait eu le loisir de l’intégrer, ce qui aurait nécessité une réécriture complète de son texte. L’ensemble a été regroupé sous six rubriques. Les quatre premières concernent une minorité historique : cathares, vaudois, protestants, juifs ; la cinquième s’intéresse à une institution à la fois révélatrice et productrice de dissidence religieuse : l’Inquisition ; la troisième se situe aux marges, non seulement de la thématique retenue mais aussi de la société d’hier, avec les sorciers et les pèlerins. Deux considérations plus générales encadrent cet ensemble : en liminaire, une réflexion sur le concept de minorité en histoire ; en fermeture, une approche de l’ancienne conception de l’espace et du temps. Toutes deux voudraient permettre au lecteur de mieux comprendre l’ancienne société en général mais, plus particulièrement ici, dans sa dimension religieuse, tellement prégnante que nous avons du mal à seulement le concevoir, ainsi que les mécanismes d’exclusion auxquels la religion a presque toujours été liée, dès lors que sont élaborés des dogmes, que sont institués des docteurs gardiens de l’orthodoxie, que sont mises en place des institutions pour sévir et punir.

7Il reste que toutes ces raisons, quoique parfaitement recevables, ne suffiraient pas à justifier la publication aujourd’hui de textes dont certains remontent à plus de dix ans. Si nous avons pris pourtant cette décision, c’est que le thème « Religion et Exclusion » est toujours d’actualité. Il s’insère ainsi parfaitement dans le programme de recherche que je coordonne depuis plusieurs années, intitulé d’abord « Religion et Identité », puis « Religion et Pouvoir ». Qui ne conviendra des échos et harmoniques qu’éveillent ces pistes ? Elles nous redisent que la société actuelle reste travaillée par ces réalités qui structurent son existence et qui se nomment religion, minorité, exclusion. Ceux qui avaient cru, avec les idéologies matérialistes, que la religion, désormais obsolète, vivaient ses derniers jours, se voient vigoureusement démentis : les anciennes religions semblent reprendre vigueur (christianisme, judaïsme, islam, hindouisme, bouddhisme…) tandis que de nouveaux groupements religieux, plus ou moins suspects, apparaissent et se développent, offrant, ou prétendant offrir, à l’homme ce que nos sociétés ne peuvent ou ne savent plus lui offrir. La minorité quant à elle a pris dernièrement un relief dont la connotation positive est d’autant plus remarquable, par rapport au passé qui la dépréciait, que parfois elle en devient excessive et outrancière. Certes la minorité revendique ses droits, sans d’ailleurs mettre en avant ses devoirs, les uns et les autres souvent pourtant indissolublement liés. Mais au nom de quel principe le fait minoritaire serait-il en lui-même porteur de valeur unanimement reconnue ? L’exclusion enfin a également pris un sens péjoratif, au point de donner son nom à une loi récemment votée par le parlement français alors que, jusque dans un récent passé, elle pouvait être reconnue comme positive, parfois salutaire, voire nécessaire. Ces concepts, qui traduisent des réalités, ne sont certes pas toujours corrélés les uns aux autres : la minorité peut ne pas être religieuse, tout comme l’exclusion ; de même la religion peut, dans tel ou tel pays, ne pas être minoritaire. La dynamique de la réflexion cependant provient, avouons-le, de leur rapprochement qui certes en accentue la complexité mais pour mieux en révéler la richesse.

8Ainsi l’expression « religion et exclusion », dans le rapprochement même des deux faits, exprime comment l’exclusion est prononcée au nom de la religion, du moins quand cette dernière prétend à la fois à l’universalité, à la vérité et à l’exclusivité. De même il ressort combien souvent dans l’histoire l’exclusion d’une personne, d’un groupe ou d’un peuple se pare d’un caractère religieux, alors même qu’il peut n’être qu’un aspect, voire un prétexte ou une couverture. En tout état de cause la perspective historique offerte ici à travers l’approche de groupes ayant vécu l’exclusion, pour la subir voire pour s’en prévaloir, et d’institutions établies pour la mettre en œuvre, telles la justice et l’inquisition, est une invitation à la réflexion pour nous aujourd’hui qui vivons dans un monde où religion et exclusion constituent toujours des éléments de notre environnement culturel et social.

9C’est parce que, à la fois la qualité des contributions ici rassemblées et leur actualité malgré leur décalage chronologique ont paru évidentes qu’il fut aisé de trouver un éditeur. Il m’est agréable de publier cet ouvrage aux Publications de l’Université de Provence d’autant plus qu’il ouvre une nouvelle collection dont le nom convient si bien « Le temps de l’Histoire ».

10Bernard Cousin, directeur des Publications, a bien connu l’Université d’été en Luberon pour y être personnellement intervenu. Il a bien voulu soutenir et accepter ma proposition, qu’il en soit ici sincèrement remercié ainsi que Christine Dotto qui a assuré la mise en page avec soin et efficacité.

11Reste au lecteur à suivre le parcours que nous lui proposons, du XIIe au XVIIIe siècle, pour mieux connaître cette ancienne société, pétrie de religion et nourrie d’exclusion, mais aussi pour alimenter sa réflexion sur notre monde actuel où religion et exclusion sont toujours d’actualité.

Notes

1 Ont été ainsi abordés successivement les thèmes suivant : Histoire et civilisation méridionales ; Le Midi, terre de contacts religieux ; Visages du dire : l’oral, l’image, l’écrit… autrefois ; Dissidences méridionales : cathares, vaudois ; Hier, les minorités ; Voyages et voyageurs d’autrefois ; Oppression, résistants ; Les plantes ont une histoire ; L’histoire aujourd’hui : une rencontre ; Métiers d’autrefois.

2 Voici les quarante et un autres intervenants qui animèrent ces journées soit pour une conférence soit pour une visite de site : P. Amargier, B. et M-C. Amouretti, A. Bastien, B. Bennassar, R. Bergeron, P. Bemardi, L. Borel, J.-C. Bouvier, G. Comet, N. Coulet, B. Cousin, J.-P. Dedieu, P. Degras, B. Doumerc, J. Dupèbe, P. Ferrand, M. Fixot, J.-L. Flandrin, O. Faure, J. Gélis, J.-F. Gilnront, D. Julia, F. Laffé, P. Lieutagahi, M. Magdelaine, C. Martel, R. Moulinas, R. Muchembled, J.-N. Pelen, D. Roche, M. Roquebert, M. Rubellin, J.-M. Sallmann, E. Sauze, É. Témime, M. Vasselin, P. Villard, P. Villiers, B. Vormeier, A. Zysberg.

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540