Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Les sociétés périphériques

Le rôle des Arméniens sur la frontière sud-orientale de Byzance, puis dans les États de Croisade

Gérard Dédéyan

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cécile Morrisson in Morrisson Cécile, Le Monde byzantin, I, L’Empire romain d’Orient (330-641), Pa (...)
  • 2 Sur les azat, voir Nina G. Garsoïan, « azat/azatuti’wn », in Patmuwin Hayots, Buzandaran Patmut ‛ (...)

1La reconquête effectuée par l’empereur byzantin Héraclius (610-641) dans le Proche-Orient méditerranéen, occupé par les Sassanides (sur lesquels fut récupérée la Vraie Croix, rapportée triomphalement à Jérusalem, en 630)1, avait déjà conduit nombre d’Arméniens vers le sud, plus particulièremet la cavalerie noble des azat (hommes libres), constituée de cataphractaires2.

  • 3 Thème présenté par Jean-Claude Cheynet, in Cheynet Jean-Claude, Le Monde byzantin, II, L’Empire by (...)

2Les effets de cette « pré-croisade » ayant été annihilés par la première expansion musulmane (vers 634-654), les Arméniens continuèrent à être mobilisés par l’Empire byzantin sur son extrême frontière, mais plus au nord, principalement dans le « thème » dit des « Arméniaques »3.

3Avec le vigoureux redressement de l’Empire byzantin, à partir du milieu du IXe siècle, le rôle militaire et la présence effective des Arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen vont s’affirmer plus que jamais.

Reconquête byzantine du Xe siècle

4Amputé de ses provinces orientales par la conquête arabe du VIIe siècle, déstabilisé ensuite par la crise iconoclaste, l’Empire byzantin connaît un apogée à la suite de l’avènement des empereurs « macédoniens » (867-1057), descendants de colons militaires arméniens installés en Macédoine pour faire face au danger bulgare.

  • 4 Sur cette période, cf. Warren T. Treadgold, A History of the Byzantine State and Society, Stanford (...)

5Ces empereurs, accoutumés, par leurs origines frontalières, à lutter contre les Arabes, et profitant, en même temps, de l’intégration de leurs compatriotes aux structures administratives de Byzance, vont se révéler de remarquables serviteurs de cet « Empire romain » d’Orient, qu’ils vont agrandir sur toutes ses frontières4.

  • 5 Sur ce recrutement, cf. Peter Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne, Fondation (...)

6L’accélération de l’offensive chrétienne en direction de l’Empire musulman – centré, en Orient, autour du califat abbasside de Bagdad – accélération que l’on appelle la « Reconquête byzantine » et qui se déploie entre la prise de commandement des Phokas, en 945, et la conquête d’Édesse, en 1031, est marquée par un esprit de « guerre sainte », dû en partie à une participation importante de troupes arméniennes, voire « ibères » (c’est-à-dire géorgiennes) recrutées dans les marges de l’Empire ou fournies par les royaumes arméniens, frontaliers de Byzance, qui ont émergé à partir de la fin du IXe siècle, entre les Empires byzantin et musulman, à la suite de la reconfiguration géopolitique de la région5.

  • 6 Robert W. Thomson, « The Maccabees in early Armenian historiography », in Thomson Robert W., Studi (...)
  • 7 Gilbert Dagron, Haralambie Mihaescu, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicé (...)
  • 8 Gérard Dédéyan, « Idéologie de croisade et idéologie chevaleresque chez les Arméniens de Cilicie » (...)

7Chrétienté de frontière (c’est le premier État chrétien avec sa conversion en 314), l’Arménie avait développé le culte des martyrs, tombés pour leur foi soit face aux Perses mazdéens (comme à Awarayr, en 451), soit, à partir du milieu du VIIe siècle, face aux musulmans, que ce fût ou non les armes à la main6. Si, vers la fin du Xe siècle, les efforts de l’empereur Nicéphore Phokas, « pâle terreur des Sarrasins » comme l’appelait un ambassadeur germanique, pour porter sur les autels les soldats byzantins morts en combattant les musulmans, rencontrèrent une opposition catégorique de la part du patriarcat et de l’aristocratie civile de Constantinople7, la sacralisation du guerrier se confirma chez les Arméniens, tant ceux de l’Empire que ceux des royaumes arméniens8.

  • 9 Heratchya Adcharyan, Dictionnaire des noms de personne arméniens (en arm.), réimp., Beyrouth, 1972 (...)
  • 10 Gérard Dédéyan, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens (...)

8C’est ainsi qu’une stèle arménienne mentionne la mort en bataille (1020) du connétable du royaume bagratide d’Ani, Vasak Pahlawouni, qualifié de « martyr de la guerre turque »9 ; il faut mentionner aussi l’invocation attribuée à David de Sasoun, héros de l’épopée populaire arménienne (née dans les montagnes du sud de l’Arménie à la suite d’une victoire sur les Arabes), qui s’écrie, en mettant à son bras « la Croix des batailles » : « Le Pain et le Vin ! Le Seigneur vivant ! »10.

9On est d’autant plus tenté ici de rapprocher le guerrier noble arménien – l’azat – du chevalier occidental – le miles – que le premier est lui aussi un cavalier cuirassé, combattant avec la lance et l’épée, caractéristiques qui favoriseront son recrutement dans les armées des croisés.

  • 11 Nicolas Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale de Byzance aux Xe-XIe siècles et l (...)
  • 12 Gilbert Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du Xe et au X (...)
  • 13 Gérard Dédéyan, « Reconquête territoriale et immigration arménienne dans l’aire cilicienne sous le (...)
  • 14 Gilbert Dagron, Minorités ethniques et religieuses …, op. cit., p. 186-196.

10C’est ce type de combattant arménien – à quoi s’ajoute une infanterie aguerrie aux opérations en zone montagneuse – que mobilisent, de préférence, les artisans de la Reconquête byzantine : Nicéphore Phokas (963-969), Jean Tzimiskès (969-976), Basile II (976-1025) : leur rôle et leur nombre sont si significatifs qu’une partie importante des territoires récupérés sur les Arabes – les îles (Crète, Chypre) et pays (Cilicie, Syrie et Mésopotamie du Nord, Liban jusqu’aux abords de Tripoli) est articulée en mikra armenika themata, ou « petits thèmes arméniens » (par opposition aux « grands thèmes romains » de l’intérieur)11. Vidée de sa population musulmane – par le massacre, la conversion forcée ou la déportation – cette partie du Proche-Orient méditerranéen est donc le théâtre d’une importante colonisation de chrétiens orientaux – de caractère militaire, pour ce qui concerne les Arméniens, de caractère civil pour ce qui concerne les Syriaques (descendants des Araméens), dont le dynamisme, tant dans le commerce que dans l’artisanat, peut favoriser la relance économique du no man’s land frontalier12. La pérennité de l’implantation de ces chrétiens orientaux, opposés au concile orthodoxe de Chalcédoine (451), et de tendance monophysite (surtout les Syriaques dits jacobites), est garantie par l’autorisation – pour la première fois dans l’histoire de Byzance – de mettre en place une hiérarchie ecclésiastique arménienne et syriaque, parallèlement à la hiérarchie grecque. C’est ainsi que, pour les Arméniens, apparaissent les évêchés de Séleucie, Tarse, Antioche13, pour les Syriaques, plusieurs sièges entre Mélitène et Marach14.

11Conquérants de Chypre et de la Cilicie, futurs royaumes – franc pour la première, arménien pour la seconde –, mais aussi d’Antioche et d’Edesse – bientôt capitales de principautés franques –, sinon de Jérusalem, les empereurs « macédoniens » dessinent, plus d’un siècle à l’avance, la géographie politique de l’époque des Croisades et mettent déjà en place les composantes du peuplement, arménien, mais aussi syriaque (principalement jacobite, sans exclure les autres confessions – melkite/orthodoxe, nestorienne ou maronite) des États latins du Levant.

12Les bouleversements du XIe siècle – annexion des royaumes arméniens par Byzance, conquête de l’Arménie, d’une partie de l’Asie Mineure et du Proche-Orient méditerranéen par les Turcs – conduits principalement par la dynastie des Saldjoûkides –, vont y renforcer la présence chrétienne, en particulier par le déploiement – non plus organisé, mais catastrophique – d’une nouvelle vague d’émigration arménienne.

13C’est quasiment dans les limites territoriales de la Reconquête byzantine que va se constituer, sur les marches orientales d’un Empire incapable de les défendre à partir de Constantinople, un État-refuge, dotés de fortes communautés arméniennes et syriaques, la principauté de l’Arménien Philarète Brachamios, certes éphémère, mais jouant le rôle de véritable tremplin pour la création des États de Croisade.

Avant les États de Croisade : la principauté de Philarète (1072-1086)

Les ravages en Grande Arménie

14Les royaumes arméniens sont d’abord victimes de l’impérialisme de Byzance : la politique de celle-ci a été, de tout temps, irrédentiste : toute terre qui a, dans un passé proche ou lointain, dépendu de l’Empire romain, doit revenir sous son autorité : c’est le cas de l’Arménie, soumise par Pompée, puis partiellement annexée par Rome, à partir de la fin du IIIe siècle. Entre 1022 et 1065, les royaumes arméniens de Vaspourakan (au sud), d’Ani et de Kars (au nord), sont successivement annexés, se trouvant pris en tenailles entre une puissante mobilisation impériale, à l’ouest, le déploiement progressif de l’invasion turque à l’est, et affaiblis de l’intérieur par quelques seigneurs pro-byzantins.

  • 15 Gérard Dédéyan, « L’immigration arménienne en Cappadoce au XIe siècle », Byzantion, n° 45/1, 1975, (...)

15Souverains, prélats arméniens (en particulier le catholicos-patriarche), bientôt suivis d’une partie de la population de Grande Arménie fuyant les massacres turcs, sont ainsi installés de force en Cappadoce. Ani, capitale du royaume de Chirak, occupée par les Byzantins, en 1045, à la suite d’une ruse et d’une trahison, mais mal défendue par ceux-ci, est prise d’assaut, en 1064, par les troupes du sultan saldjoûkide Alp-Arslân15.

Des refuges montagnards

  • 16 Nous nous permettons, pour ce qui concerne Philarète, de renvoyer à la « 1re partie, L’État de Phi (...)

16La poussée turque refoula vers le sud-ouest les ancêtres de deux dynasties arméniennes qui devaient régner en Cilicie : les Ṙoubêniens, chassés de Cappadoce, les Hét’oumiens, chassés de Grande Arménie (Artsakh/Gharabagh). Pour l’heure, ils étaient éclipsés par un ancien généralissime byzantin de souche arménienne (mais de confession orthodoxe), Philarète Brachamios (de l’arménien Vahram), au comportement militaire médiocre sous Romain IV Diogène (1068-1071), qui avait essayé de galvaniser l’armée byzantine face aux Seldjoukides, mais avait finalement essuyé le désastre de Mantzikert (en Arménie byzantine) en 1071, occasion sans précédent pour l’entrée en force des Turcs en Asie Mineure. C’est alors que, émancipé de fait de l’autorité de Constantinople, appuyé sur les anciennes troupes des marches orientales, de recrutement en grande partie arménien, maître des capitales de l’Orient byzantin (Antioche, Edesse), Philarète constitua, pour une quinzaine d’années, un vaste État adossé aux réseaux montagneux du Taurus et de l’Amanus16.

  • 17 Gérard Dédéyan, « L’État de Philarète », in Dédéyan Gérard, Les Arméniens…, op. cit.
  • 18 Jean-Claude Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la première croisade » (...)

17Dans un espace coïncidant en grande partie avec celui de la Reconquête byzantine du Xe siècle (Euphratèse, Cilicie, Syrie et Mésopotamie du Nord), mais débordant sur l’Arménie du Sud-Ouest et la Cappadoce, Philarète, secondé, dans les différentes villes de sa principauté par des officiers arméniens (la plupart de confession orthodoxe), encadrait une population principalement syriaque et arménienne, l’élément syriaque, très prospère, étant abusivement exploité pour subvenir aux lourdes nécessités de la défense, principalement assurée par les Arméniens, dans une zone constamment exposée aux attaques des Turcomans17. Philarète s’appuyait aussi sur un contingent de mercenaires normands – qui préparaient ainsi le chemin aux Normands d’Italie du Sud, fondateurs, lors de la Première Croisade, de la principauté franque d’Antioche (1098-1268)18.

  • 19 Gérard Dédéyan, L’État de Philarète…, in Dédéyan Gérard, Les Arméniens…, op. cit., p. 332-338.

18Dans l’impossibilité où se trouvait Constantinople d’envoyer des secours, la principauté de Philarète finit par être broyée entre le sultanat saldjoûkide de Roûm (ou d’Asie Mineure), à l’ouest, et le sultanat grand-saldjoûkide, à l’est (ce dernier avait son assise en Iran-Irak). Pour éviter d’être pris dans cet étau, il avait essayé, auparavant, de constituer contre les envahisseurs turcs un front commun avec des princes arabes, principalement l’Oukaylide Mouslim, malik de Mossoul et d’Alep19.

Les épigones de Philarète face aux Francs

  • 20 Monique Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse 1098-1150, Paris, Institut français d’Archéologie du Pr (...)

19L’échec de Philarète ne fut que relatif : lorsque l’Empire saldjoûkide, après la mort du sultan Malikshâh (1072-1092), commença à se morceler, et que les cadets saldjoûkides entrèrent en rivalité, des lieutenants – tous Arméniens – de Philarète reprirent le pouvoir, particulièrement en Euphratèse, tels Gabriel à Mélitène, le beau-père de ce dernier, T‛oros, à Édesse, ou Gogh Vasil (Basile le Voleur) à K‛ésoun. C’est T‛oros qui eut les relations les plus étroites avec les Croisés : ayant appelé Baudouin de Boulogne, frère de Godefroy de Bouillon, duc de Lorraine, au secours d’Edesse encerclée par les émirs du voisinage, il fut assassiné, en mars 1098, de manière ignominieuse, et en violation des serments prêtés par les Croisés, par une faction arménienne qui permit à Baudouin (futur Baudouin Ier, 1100-1118, à Jérusalem) de fonder le premier État latin du Levant, le comté d’Édesse (1098-1150)20.

  • 21 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol II, p. 853-854.
  • 22 Gérard Dédéyan, « L’Arménien Firoûz : héros de la Première Croisade ou renégat et relaps ? », in F (...)
  • 23 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. II, p. 1139-1142.

20En dehors d’Édesse, nombre de places fortes de Syrie ou de Mésopotamie du Nord avaient ouvert leurs portes aux Francs, à l’initiative de chefs arméniens restés là, sous domination turque, comme vestiges des garnisons byzantines : ce fut le cas à Hârim, située à l’est d’Antioche, où les habitants arméniens livrèrent la citadelle aux Francs21. À Antioche même, prise en juin 1098, les Francs purent entrer grâce à un Arménien islamisé, Fîroûz, fabricant de cuirasses, qui livra au futur prince d’Antioche, Bohémond de Tarente (1098-1111), la tour dont il avait la garde22. De la même façon, Tell Bâshir, sur la rive ouest de l’Euphrate, dernière capitale des comtes d’Édesse (après la chute de cette dernière, en 1144), fut prise aux Turcs, grâce aux conseils de Bagrat, frère de Basile le Voleur, le duc byzantin de K‛ésoun, en raison du ralliement des habitants arméniens de la ville, qui, s’étant concertés secrètement avec Baudouin de Boulogne, chassèrent la garnison turque de la citadelle et livrèrent celle-ci aux Francs23.

  • 24 Gérard Dédéyan, ibid., p. 828-831, 849-858.

21À la veille de sa conquête, la région d’Antioche, dominée militairement par quelques émirs turcs appuyés sur leurs garnisons, comporte un important peuplement chrétien. Si des seigneurs turcs et arméniens se disputent les hauteurs dominant le golfe d’Alexandrette, le mont Amanus, surtout vers Antioche, est peuplé de paysans syriaques et arméniens qui concourent – souvent au prix fort – à l’approvisionnement des Croisés, comme le rappelle la Chanson d’Antioche. On sait moins que, dans la région s’étendant des rives de l’Oronte aux abords d’Alep, la présence arménienne était importante, par exemple dans les villes de‘Imm ou d’Inâb, dans celle d’Armanâz, au nom significatif, ou dans les zones rurales. Tout ce bastion montagneux (conquis par les émirs d’Alep vers le milieu du XIIe siècle) est alors peuplé de paysans arméniens (éventuellement en armes), comme le rappelle, dans la première moitié du XIIIe siècle, le géographe arabe Ibn Shaddâd. S’agit-il là des lointains effets de la Reconquête byzantine de la fin du Xe siècle, ou des résultats de la brève, mais très palpable politique de colonisation militaire gréco-arménienne mis en œuvre par Romain Diogène dans la zone frontière, entre 1068 et 107124 ?

22La Cilicie est, bien sûr, plus que l’Antiochène ou l’Euphratèse, où l’élément syriaque (plutôt melkite/orthodoxe dans les villes, plutôt jacobite/monophysite dans les zones rurales) domine, la principale zone de concentration arménienne.

23On assiste ainsi, au lendemain de la Première Croisade, à la formation, dans le Proche-Orient méditerranéen, d’une série d’États où les Arméniens constituent un élément politiquement dominant ou, à tout le moins, important pour le maintien de ces États.

Les États à composante arménienne

Les principautés arméniennes de Cilicie

24Il s’agit essentiellement des principautés montagnardes créées, vers 1073, respectivement à l’ouest de la Cilicie, par la dynastie des Hét‛oumiens, et au nord-est, par celle des Ṙoubêniens, à la suite d’une émigration causée par la conquête turque.

  • 25 En attendant l’ouvrage de Claude Mutafian, L’Arménie du Levant, voir, du même, Le royaume arménien (...)
  • 26 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. I, p. 406-411.

25Si la première de ces maisons princières devait progressivement établir son autorité sur la plus grande partie de la Cilicie, jusqu’à obtenir du pape et de l’empereur romain-germanique, en 1198, la restauration de la royauté arménienne, au bénéfice de Lewon le Magnifique, la seconde, en 1226, allait succéder à la première, à la tête du jeune royaume25. La vague migratoire arménienne, de caractère catastrophique, de la fin du XIe siècle, allait se superposer à celle, programmée par les empereurs « macédoniens », de la fin du Xe siècle, non sans laisser émerger de nombreux éléments grecs, syriaques et, bientôt, francs. À la différence des Hét’oumiens, pro-byzantins, les Ṙoubêniens firent tout de suite le choix de coopérer avec les Francs, en particulier lors de la Première Croisade, le prince Kostandin Ier apportant son aide logistique, voire militaire, pendant le difficile siège d’Antioche (octobre 1097-juin 1098)26.

  • 27 Gérard Dédéyan, ibid., p. 448-449.

26La cavalerie cuirassée arménienne vint très vite en complément des effectifs, trop réduits, des chevaliers francs : c’est ainsi que, en 1118, le prince Lewon, frère de T‛oros Ier, souverain ṙoubênien de Cilicie, vint aider le prince latin d’Antioche, Roger de Salerne, à prendre la ville syrienne de ‘Azâz27.

  • 28 Isabelle Augé, Byzantins, Arméniens et Francs au temps de la croisade. Politique religieuse et rec (...)
  • 29 Gérard Dédéyan, « Les Arméniens à Chypre de la fin du XIe au début du XIIIe siècle », in Les Lusig (...)

27Devenu prince régnant de Cilicie, Lewon Ier (1129-1137) doit affronter, avec les Francs d’Antioche, la formidable campagne de reconquête en Orient (1137-1138) de l’empereur Jean Comnène, qui établit alors sa suzeraineté sur Antioche et annexe provisoirement l’Arménie cilicienne28, dont certains habitants sont transplantés de force dans l’île de Chypre, où cet élément sera renforcé lors du repli d’Isaac Comnène, duc byzantin de Cilicie, en Chypre, où il prendra le titre d’empereur (1185-1191)29.

Le comté d’Edesse (1098-1150) : un État franco-arménien

  • 30 Monique Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse…, op. cit., p. 61-62.

28Interprétant le régime féodo-vassalique des Croisés dans le sens libéral où pouvaient les amener leurs traditions, toujours maintenues, de quasi-indépendance face au pouvoir royal en Grande Arménie, les ichkhan (princes) installés dans le comté d’Edesse ou sur ses marges (comme Basile le Voleur à K‛ésoun) se heurtèrent vite aux conquérants francs. Ceci explique que Baudouin de Boulogne, premier comte d’Edesse, quoique marié à l’Arménienne Arda, fille d’un prince de l’Euphratèse, ait écarté finalement la faction nobiliaire arménienne qui l’avait porté au pouvoir30.

  • 31 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. II, p. 1162-1164, et « Le rôle politique et milita (...)

29De la même manière, son cousin et successeur à Édesse, puis à Jérusalem, Baudouin de Bourcq, quoique marié à l’Arménienne Morfia, la fille du duc byzantin de Mélitène, et très favorable au catholicos-patriarche arménien Grigor III, auquel il laissa son autonomie dans le petit château de Tzovk‘, non loin de Tell Bâshir/Turbessel, chassa ou élimina par la violence la plupart des ichkhan de son territoire, même s’il continuait à utiliser, dans ses expéditions, en plus grand nombre que les combattants francs, les levées arméniennes31.

  • 32 Gérard Dédéyan, Les Arméniens…, op. cit., vol. II, p. 1229, n° 4.
  • 33 Gérard Dédéyan, ibid., p. 1236.
  • 34 Gérard Dédéyan, ibid., p. 1277-1279.

30Josselin Ier de Courtenay, ci-devant seigneur de Turbessel, troisième comte d’Édesse (1119-1131), qui avait épousé la princesse ṙoubênienne Béatrice, semble avoir normalisé les relations avec les Arméniens. Même s’il eut à faire face aux turbulents ichkhan de Kaṙkaṙ, il sut inaugurer une collaboration franco-arménienne, nommant à Edesse un duc arménien, Vasil32 ; un duc arménien, Vahram, est également attesté à K‛ésoun, mais postérieurement33. Parmi les États croisés, c’est uniquement dans le comté d’Edesse que la collaboration avec les indigènes se situa à un tel niveau. Cette politique fut intensifiée par le fils de Josselin Ier, Josselin II dit « l’Arménien » (1131-1150), qui s’appuya sur le catholicossat arménien et, après la prise d’Édesse par les Turcs, tenta de réactiver l’ancien réseau des seigneuries arméniennes (il constitua une vaste marche, face aux Turcs, au bénéfice de Vasil, frère du catholicos Grigor III), sans pour autant réussir à conserver les restes du comté34.

  • 35 Gérard Dédéyan, ibid., p. 863-869.

31On observe une émigration arménienne et syriaque, assez constante, depuis le comté d’Édesse, vers le royaume de Jérusalem, en raison du prestige du souverain franc de la Ville sainte – successeur du roi David – auprès des chrétiens orientaux, mais aussi des attaches édesséniennes (par leurs épouses) des deux premiers rois de Jérusalem, sans doute suivis en Palestine par des contingents arméniens (des azat sont donnés en otage, quelques chevaliers arméniens sont mentionnés)35.

  • 36 Gérard Dédéyan, ibid., p. 977-981.

32Selon le moine normand Orderic Vital, la reine Morfia, à partir de Jérusalem, mit sur pied le « commando » de soldats arméniens (déguisés en moines ou en marchands) qui, en 1123, tenta de délivrer son mari Baudouin II (Baudouin de Bourcq) et Josselin Ier, comte d’Édesse, prisonniers d’un émir artoukide, dans la forteresse de Kharpert, au sud-ouest de l’Arménie. Ces soldats purent pénétrer dans la place, mais démasqués, ils furent exécutés par les Turcs36.

  • 37 Sur ces princesses, voir Hans-Eberhard Mayer, « Studies in the History of Queen Melisende of Jerus (...)
  • 38 Kevork Hintlian, History of the Armenians in the Holy Land, Jérusalem, Patriarcat arménien, 1989, (...)
  • 39 Voir la traduction du colophon syriaque de 1148 dans Claude Cahen, Orient et Occident au temps des (...)

33Des quatre filles du Franc Baudouin II et de l’Arménienne Morfia – Mélisende, Alix, Hodierne et Yvette, seule la dernière, abbesse d’un monastère latin, ne fit pas trop de bruit. Mais les trois premières se distinguèrent par leur sens du pouvoir : si rien ne prouve qu’Hodierne, épouse de Raymond II, comte de Tripoli, ait commandité le meurtre de son mari par la secte des Assassins, Alix comme Mélisende détinrent au-delà du temps légal la régence, la première (1130-1136), dans la principauté d’Antioche après la mort en bataille de Bohémond II, aux dépens de sa fille Constance ; la seconde (1143-1152), veuve de Foulque d’Anjou, dans le royaume de Jérusalem, aux dépens de leur fils Baudouin III37 : c’est sous le règne de Mélisende que le couvent arménien des Saints-Jacques, à Jérusalem, fut entièrement réaménagé (à la suite de la visite, en 1141, du catholicos arménien, Grigor III, qui fit l’objet d’un fastueux accueil dans la Ville sainte). La Franco-Arménienne Mélisende manifesta toujours une grand sollicitude à l’égard des Syriaques et des Arméniens (dont les artistes travaillaient volontiers pour elle, comme en témoignent, entre autres, un Évangéliaire à numérotation arménienne, mais aussi le célèbre Psautier dit de Mélisende)38, organisant par exemple, de concert avec son fils, en 1148, l’accueil à Jérusalem du flot de réfugiés venus du comté d’Édesse39.

Les vizirs arméniens des califes fâtimides

  • 40 Marius Canard, « Notes sur les Arméniens en Égypte à l’époque fatimide », in Canard Marius, Miscel (...)
  • 41 Angèle Kapoian-Kouymjian, « Le catholicos Grégoire II le Martyrophile (Vkayasêr) », in Kapoian-Kou (...)

34L’un des résultats de la confrontation islamo-chrétienne au Caucase et au Proche-Orient, durant le XIe siècle, fut la capture de nombreux Arméniens dont le sort ultérieur va de l’esclavage le plus écrasant jusqu’à l’accession aux hautes sphères du pouvoir musulman. Dans ce deuxième cas, la promotion politique est souvent accompagnée d’une sympathie de fait avec les anciens coreligionnaires. L’exemple le plus éclatant est celui de Badr al-Djamâlî, devenu vizir des califes fâtimides du Caire (chiites et arabes, opposés aux califes abbassides, sunnites, de Bagdad, passés sous le protectorat des Turcs saldjoûkides en 1055), de 1073 à 1094, auquel succède son fils al-Afdal (1094-1121), puis deux autres vizirs arméniens40. Le catholicos des Arméniens Grigor II le Martyrophile (qu’une tradition rattache à l’illustre maison des Pahlawouni), chassé par Philarète Brachamios en raison de ses liens avec les anciens rois arméniens, entame un vaste périple diplomatique dans les années soixante-dix du XIe siècle – Constantinople, Rome (où il aurait vu le pape Grégoire VII, disposé à prendre la tête d’une expédition de secours, au bénéfice de l’Orient chrétien, Grecs, Arméniens, Syriaques), et, enfin, Le Caire où son neveu d’abord, Grigoris, consacré par la suite prélat des Arméniens d’Égypte, lui-même ensuite, sont magnifiquement reçus par leur « compatriote », Badr al-Djamâlî, détenteur de tous les pouvoirs, comme vizir de plume et de sabre41.

  • 42 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. I, p. 262-277.

35Badr al-Djamâlî, qui avait protégé l’Égypte d’une prise de pouvoir intérieure par la milice turque du califat, comme de la conquête saldjoûkide, fit édifier la deuxième muraille du Caire, avec ses quatre portes monumentales, par des architectes arméniens (plutôt que syriaques) venus d’Édesse, renforça sa propre milice, arménienne, et en majorité chrétienne, en organisant avec le catholicos l’immigration, depuis l’Euphratèse, d’environ trente mille soldats arméniens (avec leurs familles) : les efforts conjoints du vizir et du catholicos aboutirent à faire de l’Égypte fâtimide une sorte de foyer national pour les Arméniens chassés de leur patrie par la conquête saldjoûkide. Ceux-ci – et particulièrement la cavalerie noble, dotée d’iktâ – participaient en échange, de manière décisive, à la défense du pays42.

36Le fils et successeur de Badr al-Djamâlî, al-Afdal, voulut, en février 1098, à l’occasion du siège d’Antioche, conclure avec les Francs un traité de partition du Proche-Orient : comme il ne pouvait renoncer à la Palestine, territoire traditionnellement fâtimide, les Croisés, écartant ce plan de front commun antiturc qui excluait l’occupation de Jérusalem, objectif de leur expédition, prirent d’assaut la Ville sainte, le 15 juillet 1099, avec une « furie » qui laissa, pour un temps, le vizir sans réaction. Par la suite, une sorte de coexistence pacifique s’établit entre le califat fâtimide d’Égypte et le royaume latin de Jérusalem. Il s’en fut de peu qu’elle ne se transformât en alliance, avec l’accession au vizirat (1135-1137) de Bahrâm (Vahram), oncle du catholicos Grigor III qui résidait dans le comté d’Édesse. Bahrâm, premier vizir chrétien, fit bientôt venir auprès de lui toute sa famille – suivie d’un cortège de vassaux –, sans doute en difficulté alors – comme jadis lui-même – avec le comte d’Édesse. L’Égypte fâtimide fut près d’être dirigée par une dyarchie arménienne : le vizir Bahrâm et son parent le « catholicos » arménien d’Égypte, Grigoris susmentionné. Il s’ensuivit, au grand dam du calife al-Hâfiz, qui avait autant d’estime que d’amitié pour son vizir chrétien, une violente réaction antiarménienne et antichrétienne, conduite par l’émir Ridwân. Celui-ci dicta alors à al-Hâfiz une lettre, adressée au roi normand de Sicile Roger II (1130-1154), interlocuteur privilégié des Fâtimides, ami de Bahrâm (peut-être voulait-il faire des Arméniens les instruments de ses ambitions proche-orientales), où ce dernier faisait l’objet de critiques excessives.

  • 43 Sur Bahrâm et les aléas de sa carrière, nous renvoyons à Gérard Dédéyan, Les Arméniens…, op. cit.,(...)

37Après que Ridwân eut comploté (comme sunnite) contre la dynastie fâtimide (ismaélienne) et eut été destitué, Bahrâm fut rappelé au Palais, comme conseiller officieux d’al-Hâfiz. Lorsque, en 1140, Bahrâm mourut, un deuil de trois jours fut décrété et les obsèques somptueuses furent organisées par le calife, privé d’un ami très cher et d’un « consultant » particulièrement expérimenté43.

Conclusion

38Le théâtre de l’activité politique des Arméniens au Proche-Orient se rétrécit avec la disgrâce des vizirs christianophiles du califat du Caire, à partir des années quarante du XIIe siècle, mais aussi avec la disparition du comté franco-arménien d’Édesse, en 1150.

39La restauration de la principauté ṙoubênienne (annexée par Byzance depuis 1137) en 1143 et, surtout, sa transformation, en 1198, en un royaume dit « d’Arménie », inséré dans le système des États francs du Levant – dont les institutions (en particulier la législation féodale) sont alors en grande partie adoptées – allait donner désormais aux Arméniens, à partir de Sis, leur capitale, et en synergie étroite avec Chypre et Antioche, un rôle incomparablement plus important, bien au-delà des frontières du Proche-Orient méditerranéen.

Bibliographie

Bibliographie

Amouroux-Mourad Monique, Le comté d’Édesse 1098-1150, Paris, Institut français d’Archéologie du Proche-Orient, coll. « Bibliothèque archéologique et historique », 128, 1988.

Augé Isabelle, Byzantins, Arméniens et Francs au temps de la croisade. Politique religieuse et reconquête en Orient sous la dynastie des Comnènes, 1081-1185, Paris, Geuthner, 2007, 417 p.

Balard Michel, Ducellier Alain, Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), Actes du Colloque de Conques octobre 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia » 19, Paris 2002, 528 p.

Charanis Peter, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 1963.

Cheynet Jean-Claude, Le Monde byzantin, II. L’Empire byzantin (641-1204), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2006.

Cheynet Jean-Claude, La société byzantine. L’apport des sceaux, Paris, Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, coll. « Bilans de recherche », 3, vol. 2, 2008.

Dagron Gilbert, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du Xe et au XIe siècle : l’immigration syrienne », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 6, 1976, p. 177-216

Dagron Gilbert, Mihaescu Haralambie, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phocas (963-969), Paris, CNRS éditions, coll. « Le Monde byzantin », 1986.

Dédéyan Gérard, « L’immigration arménienne en Cappadoce au XIe siècle », Byzantion, n° 45/1, 1975, p. 40-115.

Dédéyan Gérard, « L’Arménien Firoûz : héros de la Première Croisade ou renégat et relaps ? », in Félonie, trahison, reniements au Moyen Âge, Les Cahiers du CRISIMA, n° 3, Montpellier, 1997, p. 511-522

Dédéyan Gérard, « Les Arméniens à Chypre de la fin du XIe au début du XIIIe siècle », in Les Lusignans et l’Outre-Mer, Actes du Colloque Poitiers-Lusignan, 20-24 octobre 1993, Lusignan-Poitiers, 1995, p. 122-131

Dédéyan Gérard, « Le rôle politique et militaire des Arméniens dans les États croisés pendant la première partie du XIIe siècle », in Mayer Hans Ebehard, Die Kreuzfahrerstaaten als multikuturelle Gesellschaft, Munich, R. Oldenbourg Verlag, coll. « Schriften des Historischen Kolleg, Kolloquien », 37, 1997, p. 152-163.

Dédéyan Gérard, « Reconquête territoriale et immigration arménienne dans l’aire cilicienne sous les empereurs macédoniens (de 867 à 1028) », in Balard Michel, Ducellier Alain, Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), Colloque de Conques, 14-18 octobre 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 19, 2002, p. 11-32.

Dédéyan Gérard, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150), Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 2 vols, 2003, 1518 p.

Jauffret Jean-Charles, Les armes et la toge. Mélanges offerts à André Martel, Montpellier, PU Paul Valéry, 1997.

Kapoian-Kouymjian Angèle, « Le catholicos Grégoire II le Martyrophile (Vkayasêr) », in Kapoian-Kouymjian Angèle, L’Égypte vue par les Arméniens (XIe-XVIIe siècles), Paris, Fondation Singer-Polignac, 1988, p. 7-24.

Mayer Hans-Eberhard, « Studies in the History of Queen Melisende of Jerusalem », Dumbarton Oaks Papers, n° 26, 1972, p. 95-182

Morrisson Cécile, Le Monde byzantin, I. L’empire romain d’Orient (330-641), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2004.

Mutafian Claude, Le royaume arménien de Cilicie : XIIe-XIVe siècles, Paris, CNRS éditions, 1993.

Oikonomidès Nicolas, Documents et études sur les institutions de Byzance (7e-15e siècles), Londres, Variorum Reprints, 340 p.

Patmut‛win Hayots, Buzandaran Patmut‛iwn, The Epic Histories, Caravan Books, Classical Armenian Texts, 1984.

Thomson Robert W., Studies in Armenian Literature and Christianity, Londres, Variorum, Aldershot, 1994.

Treadgold Warren T., A History of the Byzantine State and Society, Stanford, Stanford University Press, 1997, 1019 p.

Notes

1 Cécile Morrisson in Morrisson Cécile, Le Monde byzantin, I, L’Empire romain d’Orient (330-641), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2004, p. 43-45.

2 Sur les azat, voir Nina G. Garsoïan, « azat/azatuti’wn », in Patmuwin Hayots, Buzandaran Patmut ‛ iwn, The Epic Histories, Caravan Books, Classical Armenian Texts, 1984, p. 512.

3 Thème présenté par Jean-Claude Cheynet, in Cheynet Jean-Claude, Le Monde byzantin, II, L’Empire byzantin (641-1204), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2006, p. 401-404.

4 Sur cette période, cf. Warren T. Treadgold, A History of the Byzantine State and Society, Stanford, Stanford University Press, 1997, p. 446-533.

5 Sur ce recrutement, cf. Peter Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 1963.

6 Robert W. Thomson, « The Maccabees in early Armenian historiography », in Thomson Robert W., Studies in Armenian Literature and Christianity, Londres, Variorum, Aldershot, 1994, VII.

7 Gilbert Dagron, Haralambie Mihaescu, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phocas (963-969), Paris, CNRS éditions, coll. « Le Monde byzantin », 1986, p. 284-287.

8 Gérard Dédéyan, « Idéologie de croisade et idéologie chevaleresque chez les Arméniens de Cilicie », in Jauffret Jean-Charles, Les armes et la toge. Mélanges offerts à André Martel, Montpellier, PU Paul Valéry, 1997, p. 55-65.

9 Heratchya Adcharyan, Dictionnaire des noms de personne arméniens (en arm.), réimp., Beyrouth, 1972, t. V, p. 49.

10 Gérard Dédéyan, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150), Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 2003, vol. II, p. 1315-1317.

11 Nicolas Oikonomidès, « L’organisation de la frontière orientale de Byzance aux Xe-XIe siècles et le Taktikon de l’Escurial », in Oikonomidès Nicolas, Documents et études sur les institutions de Byzance, 7e-15e siècles, Londres, Variorum Reprints, 1976, ch. XXIV, p. 299-300.

12 Gilbert Dagron, « Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du Xe et au XIe siècle : l’immigration syrienne », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 6, 1976, p. 177-216.

13 Gérard Dédéyan, « Reconquête territoriale et immigration arménienne dans l’aire cilicienne sous les empereurs macédoniens (de 867 à 1028) », in Balard Michel, Ducellier Alain, Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), Colloque de Conques, 14-18 octobre 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 19, 2002, p. 30-31.

14 Gilbert Dagron, Minorités ethniques et religieuses …, op. cit., p. 186-196.

15 Gérard Dédéyan, « L’immigration arménienne en Cappadoce au XIe siècle », Byzantion, n° 45/1, 1975, p. 40-115.

16 Nous nous permettons, pour ce qui concerne Philarète, de renvoyer à la « 1re partie, L’État de Philarète (1072-1090) » de notre ouvrage : Les Arméniens…, op. cit., vol. I, p. 5-360 ; voir aussi Jean-Claude Cheynet, « Les Brachamioi », in Cheynet Jean-Claude, La société byzantine. L’apport des sceaux, Paris, Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, coll. « Bilans de recherche », 3, vol. II, 2008, p. 377-412 ; Werner Seibt, « Philaretos Brachamios- General, Rebell, Vasall ? », in Captain and Scholar Papers in memory of D. I. Polemis, Andros, 2009.

17 Gérard Dédéyan, « L’État de Philarète », in Dédéyan Gérard, Les Arméniens…, op. cit.

18 Jean-Claude Cheynet, « Le rôle des Occidentaux dans l’armée byzantine avant la première croisade », in Konstantinou Evangelos, Byzanz und die Abendland im 10 und 11 Jahrhundert, Cologne-Vienne, Böhlau, 1997, p. 111-128.

19 Gérard Dédéyan, L’État de Philarète…, in Dédéyan Gérard, Les Arméniens…, op. cit., p. 332-338.

20 Monique Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse 1098-1150, Paris, Institut français d’Archéologie du Proche-Orient, coll. « Bibliothèque archéologique et historique », 128, 1988, p. 57-62.

21 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol II, p. 853-854.

22 Gérard Dédéyan, « L’Arménien Firoûz : héros de la Première Croisade ou renégat et relaps ? », in Félonie, trahison, reniements au Moyen Âge, Les Cahiers du CRISIMA., n° 3, Montpellier, 1997, p. 511-522.

23 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. II, p. 1139-1142.

24 Gérard Dédéyan, ibid., p. 828-831, 849-858.

25 En attendant l’ouvrage de Claude Mutafian, L’Arménie du Levant, voir, du même, Le royaume arménien de Cilicie : XIIe-XIVe siècles, Paris, CNRS éditions, 1993, p. 36-66.

26 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. I, p. 406-411.

27 Gérard Dédéyan, ibid., p. 448-449.

28 Isabelle Augé, Byzantins, Arméniens et Francs au temps de la croisade. Politique religieuse et reconquête en Orient sous la dynastie des Comnènes, 1081-1185, Paris, Geuthner, 2007, p. 105-107.

29 Gérard Dédéyan, « Les Arméniens à Chypre de la fin du XIe au début du XIIIe siècle », in Les Lusignans et l’Outre-Mer, Actes du Colloque Poitiers-Lusignan, 20-24 octobre 1993, Lusignan-Poitiers, 1995, p. 122-131.

30 Monique Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse…, op. cit., p. 61-62.

31 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. II, p. 1162-1164, et « Le rôle politique et militaire des Arméniens dans les États croisés pendant la première partie du XIIe siècle », in Mayer Hans Ebehard, Die Kreuzfahrerstaaten als multikuturelle Gesellschaft, Munich, R. Oldenbourg Verlag, coll. « Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien », 37, 1997, p. 152-163.

32 Gérard Dédéyan, Les Arméniens…, op. cit., vol. II, p. 1229, n° 4.

33 Gérard Dédéyan, ibid., p. 1236.

34 Gérard Dédéyan, ibid., p. 1277-1279.

35 Gérard Dédéyan, ibid., p. 863-869.

36 Gérard Dédéyan, ibid., p. 977-981.

37 Sur ces princesses, voir Hans-Eberhard Mayer, « Studies in the History of Queen Melisende of Jerusalem », Dumbarton Oaks Papers, n° 26, 1972, p. 95-182.

38 Kevork Hintlian, History of the Armenians in the Holy Land, Jérusalem, Patriarcat arménien, 1989, passim, et Vrej Nersessian, Treasures from the Ark. 1700 Years of Armenian Christian Art, Londres, The British Library, 2001, p. 198-200.

39 Voir la traduction du colophon syriaque de 1148 dans Claude Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, Aubier, 1988, p. 232.

40 Marius Canard, « Notes sur les Arméniens en Égypte à l’époque fatimide », in Canard Marius, Miscellanea orientalia, Londres, Variorum Reprint, 1973, VIII.

41 Angèle Kapoian-Kouymjian, « Le catholicos Grégoire II le Martyrophile (Vkayasêr) », in Kapoian-Kouymjian Angèle, L’Égypte vue par les Arméniens (XIe-XVIIe siècles), Paris, Fondation Singer-Polignac, 1988, p. 7-24.

42 Gérard Dédéyan, Les Arméniens …, op. cit., vol. I, p. 262-277.

43 Sur Bahrâm et les aléas de sa carrière, nous renvoyons à Gérard Dédéyan, Les Arméniens…, op. cit., vol. II, p. 891-919, et Marius Canard, « Un vizir chrétien à l’époque fâtimide, l’Arménien Bahrâm », in Canard Marius, Miscellanea orientalia, VI ; voir aussi Marius Canard, « Une lettre du calife al-Hâfiz à Roger II de Sicile », ibid., VII.

Auteur

Université de Montpellier

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540