Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Les sociétés de cour

Les eunuques de Byzance (IVe-XIIe siècle) : de la société de cour à la société urbaine

Georges Sidéris

Texte intégral

  • 1 Sur les eunuques comme génos spécifique à Byzance, doté d’une sexualité, aux côtés des hommes et de (...)
  • 2 Theophili Antecessoris Institutiones, I, 11, 9, ex editione E. C. Ferrini, in Zépos J. et P., Jus G (...)
  • 3 Novelle 98 in Noailles Pierre, Dain Alphonse, Les novelles de Léon VI le Sage, Paris, Les Belles Le (...)
  • 4 Theophili Antecessoris Institutiones…, op. cit., I, 11, 9, t. III, p. 31. Nov. 22 (535), c. 6, in S (...)
  • 5 Theophili Antecessoris Institutiones…, op. cit., I, 11, 9, t. III, p. 31. Institutes, I, 11, 9, in (...)
  • 6 Novelle 26 in Noailles Pierre, Dain Alphonse, Les novelles …, op. cit., p. 100-105.

1Les eunuques constituent une catégorie de sexe dans l’empire byzantin, aux côtés des sexes masculin et féminin1. Cette catégorisation est inscrite dans le droit même depuis la législation de l’époque de l’empereur Justinien2. Elle est exprimée de façon tout à fait explicite dans la législation de l’empereur Léon VI qui distingue trois génos, les hommes, les femmes et les eunuques3. De ce fait, les eunuques constituent une catégorie juridique spécifique avec des limitations en droit. Est considéré comme eunuque tout homme qui est dans l’incapacité de procréer. Les juristes byzantins, qui s’inscrivent dans la continuité du droit romain, définissent deux ou trois catégories d’eunuques. D’une part, les eunuques naturels, ou spadones, c’est-à-dire les eunuques qui sont nés tels du fait de leur anatomie ou de leur physiologie ou le sont devenus suite à une affection. Ils peuvent adopter et se marier. Toutefois, leur mariage peut être rompu à la demande de l’épouse ou des parents de cette dernière, si le mariage n’a pas été consommé du fait de l’impuissance naturelle du mari dans un délai de trois ans après la célébration de l’union4. D’autre part, ceux qui ne peuvent engendrer de façon définitive, à savoir les castrats, dont les parties génitales ont été retranchées, ou ceux dont les testicules ont été froissés lorsqu’ils étaient en bas âge, on appelle alors parfois ces derniers thlibiai. Les castrats et thlibiai ne peuvent pas se marier, et jusqu’au IXe siècle ne peuvent adopter5. Au IXe siècle, l’empereur Léon VI le Sage (886-912) modifie cette dernière situation en autorisant tous les eunuques à adopter6.

L’apparition d’un pouvoir eunuque à Byzance et à Constantinople

Des eunuques déjà présents dans les villes et au palais impérial dans l’Orient romain avant Constantin

  • 7 Sur ce culte, son clergé eunuque et son implantation dans l’empire romain, voir Michel Meslin, « Ag (...)
  • 8 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre II, XCV (93), Beaujeu J. (éd), Paris, Les Belles Lettres, (...)
  • 9 Maurice Sartre, L’Orient romain…, op. cit., p. 482-483 ; Robert Turcan, Les cultes orientaux…, op. (...)

2La présence d’eunuques parmi les gens d’importance dans les villes de l’Orient romain ne débute pas avec la fondation de Constantinople et de l’empire romain d’Orient. L’évocation des eunuques dans l’Orient romain d’avant le IVe siècle fait d’abord penser aux prêtres eunuques de Cybèle, la Grande Mère des Dieux, d’Attis et Agdistis, dont le grand centre cultuel est Pessinonte, en Phrygie7. Dès le Ier siècle, Pline l’Ancien, puis, au IIe siècle, Strabon et encore Ammien au IVe siècle évoquent la cavité existant à Hiérapolis en Phrygie, qui exhale un souffle mortel n’épargnant que les seuls prêtres eunuques8. Des eunuques sacrés servent également la Syria Dea à Hiérapolis de Syrie9.

  • 10 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, IV, XXVI et V, XXIV, 5, Bardy Gustave (éd.), Paris, Le Cerf, coll. (...)
  • 11 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, VI, VIII, 2, Bardy Gustave (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources (...)
  • 12 Ces inscriptions sont peut-être issues de milieux hérétiques phrygiens. Tombe de l’évêque Heortasiu (...)

3La présence d’eunuques parmi les élites chrétiennes des villes de l’Orient romain est un fait ancien. J’évoquerai brièvement quelques exemples. L’eunuque Méliton est évêque de Sardes dans le dernier tiers du IIe siècle. Il est l’auteur de plusieurs traités et Eusèbe de Césarée prend plaisir à évoquer son influence dans l’Église10. Le cas d’Origène est particulièrement célèbre. Vers l’année 206, Origène fait une interprétation littérale de la parole du Christ dans Matthieu, 19, 12, « et il y en a qui se sont eux-mêmes rendus eunuques à cause du Royaume des cieux », et il se mutile11. Deux inscriptions funéraires d’Asie Mineure issues de milieux hérétiques phrygiens, peut-être montanistes, mentionnent des eunuques appartenant au clergé : une inscription datant peut-être du IVe siècle, qualifie l’évêque Heortasius d’Appia en Phrygie, de « Timios Eunouchos », tandis qu’une inscription de Laodicée de Phrygie célèbre un prêtre eunuque, Aurelios Appa. Toutefois, on ne peut déterminer si les eunuques mentionnés dans ces inscriptions l’étaient naturellement ou par castration12.

  • 13 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, VII, 32, 2-3, op. cit., p. 222-223 ; A.H.M. Jones, John Robert Mar (...)
  • 14 Lactance, De la mort des persécuteurs, XIV, 2 et XV, 2, Moreau J. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « So (...)
  • 15 Acta Sanctorum Novembris collecta digesta illustrata, ab Hippolyto Delehaye, Paulo Peeters et Mauri (...)
  • 16 Baudouin de Gaiffier, ibid., p. 35, 45-46 ; Pascal Boulhol et Isabelle Cochelin « La réhabilitation (...)

4Les besoins du pouvoir impérial et, en particulier, la présence de la cour impériale à Nicomédie avec Dioclétien, donnent une impulsion à la présence des eunuques dans l’Orient romain. Eusèbe de Césarée rapporte l’histoire de Dorothée, un eunuque, prêtre à Antioche, qu’il avait personnellement connu sous l’épiscopat de Cyrille, donc entre 281 et 302. Eusèbe nous apprend que Dorothée est un eunuque naturel depuis sa naissance et que son état physique lui vaut d’être nommé à la tête de la teinturerie de pourpre de Tyr par l’empereur, Eusèbe ne précisant pas lequel, peut-être Dioclétien. C’est un eunuque cultivé, puisqu’il peut lire l’hébreu et a une éducation en grec. Eusèbe apprécie ses commentaires des Écritures dans l’Église, qu’il a pu écouter13. Sous Dioclétien, les eunuques sont présents comme serviteurs au sein du palais impérial à Nicomédie. Lactance raconte comment, après un incendie au palais impérial à Nicomédie, on accuse les chrétiens d’avoir comploté avec les eunuques la mort des deux empereurs (Dioclétien et Galère). On met alors à mort « des eunuques naguère tout-puissants, naguère les plus fidèles soutiens du Palais et de l’Empereur »14. Lorsque le martyrologe hiéronymien mentionne à la date du 11 mars, le martyre de l’eunuque Gorgon, il précise Nicomédie15. La persécution des eunuques palatins est un événement d’importance pour la place des eunuques dans le futur empire byzantin. En effet, le martyre des eunuques participera d’une part de la légitimation dans l’empire chrétien de la place et du rôle des serviteurs castrés auprès de l’Empereur, d’autre part de l’association entre les eunuques, le christianisme et la ville impériale qui, pour Byzance, sera Constantinople16.

Constantin, Constantinople et les eunuques : réalités et enjeu idéologique à Byzance

  • 17 On dispose de nombreux exemples d’eunuques impériaux venant d’Arménie. Par exemple le préposite de (...)

5La fondation de Constantinople par Constantin Ier et la constitution d’un empire en Orient bouleversent la situation des eunuques. Ces derniers sont présents au palais de Constantinople et Constantin, en ce sens, ne se comporte pas autrement qu’un autre souverain romain de l’Antiquité tardive. Les eunuques employés par l’Empereur viennent en grande partie d’Arménie, d’où un lien naturel avec l’Orient de par leur origine17. Si l’on considère les sources dont nous disposons, leur présence dès les débuts de la Constantinople impériale baigne cependant dans un climat de légendes.

  • 18 Parastaseis Syntomoi Chronikai, 7, in Preger Theodor, Scriptores originum constantinopolitanarum, t (...)

6Les Parastaseis, ensemble de notices brèves composées au VIIIe siècle, mentionnent la présence à Constantinople, sur une place appelée Smyrnion, « sous terre », d’une statue d’un préposite de Constantin le Grand, Hilarion. Le récit présente des caractères légendaires. Toutefois, on ne peut écarter cet Hilarion comme pure invention patriographique. L’auteur de la notice a pu s’appuyer sur une tradition antérieure ou trouver la mention d’un Hilarion, préposite de Constantin, dans un récit historique, voire sur une inscription à Constantinople et la réemployer pour son récit18.

  • 19 Patria, I, 58, in Theodor Preger, Scriptores…, op. cit., t. II, Lipsiae, Teubner, 1907, p. 143-144. (...)
  • 20 Patria, I, 65, in Theodor Preger, Scriptores …, op. cit., t. II, p. 147. Sur le parakoimômène et le (...)
  • 21 Sur l’Ourbikios des Patria, voir Helga Scholten, Der Eunuch in Kaisernähe. Zur politischen und sozi (...)
  • 22 Voir Roland Delmaire, Les institutions du Bas-Empire romain, de Constantin à Justinien, I : Les ins (...)
  • 23 Voir Baudouin de Gaiffier, Palatins…, op. cit., p. 35, 45-46 ; Pascal Boulhol, Isabelle Cochelin, L (...)
  • 24 Sur tout ceci, voir Georges Sidéris, « Une société de ville capitale : les eunuques dans la Constan (...)

7Les Patria, qui sont un recueil de récits, datant du Xe siècle, et qui comportent des aspects légendaires, présentent Constantin associant des dignitaires eunuques, le parakoimômène Euphratas, le préposite Olybrios, Ourbikios et le protovestiaire Michel, à la construction de Constantinople19. Les Patria présentent aussi le parakoimômène Euphratas comme ayant incité Constantin à devenir chrétien. C’est cet Euphratas qui installe, sur ordre de Constantin, les familles sénatoriales venues de Rome dans leur nouveau domicile. Les titres de parakoimômène et de protovestiaire sont des anachronismes pour le IVe siècle, car la première mention vraisemblable d’un parakoimômène se situe sous le règne de l’empereur Maurice, entre 582 et 602, tandis que le titre de protovestiaire est attesté au IXe siècle20. L’eunuque Ourbikios fait évidemment penser d’abord au très célèbre préposite du Ve siècle et il est fort possible que ce soit de ce dernier dont il s’agit, replacé par le patriographe sous Constantin21. Il n’y a pas lieu de remettre en question le fait qu’il existait un préposite à la tête de la Chambre impériale, le Cubiculum, sous Constantin et qu’il est fort probable que des serviteurs eunuques étaient présents dans la domesticité impériale, lorsque Constantin entama la construction de sa capitale22. Toutefois, on peut noter que ces récits prolongent sans doute aussi une tradition hagiographique latine et grecque de l’eunuque dans les Passions romanesques, s’inspirant en partie des premiers eunuques impériaux persécutés, persécutions que nous avons évoqué précédemment23. Ces récits présentent un autre intérêt. Ils nous instruisent sur la façon dont les Byzantins à l’époque mésobyzantine font des eunuques du palais un élément légitime de l’élite palatine et urbaine constantinopolitaine dès la fondation de la Ville24.

  • 25 Sur ces élites et ces « nouveaux hommes », voir Peter Heather, « New men for new Constantines ? Cre (...)

8Pourtant, l’examen des sources nous porte vers des réalités historiques sensiblement différentes. Si les eunuques sont une des composantes de ces nouvelles élites qui se développent dans l’empire protobyzantin, c’est surtout à partir du règne de l’empereur Constance II qu’ils commencent à s’affirmer comme un réel pouvoir palatin25.

De Constance II à Théodose Ier : les eunuques, un pouvoir palatin qui s’institue, mais peine à s’implanter en ville

  • 26 Claudius Mamertin, Discours de remerciement à l’empereur Julien pour son consulat, in Panégyriques (...)
  • 27 Artemii Passio (BHG 170-171c, CPG 8082), 18, in Kotter Bonifatius, Die Schriften des Johannes von D (...)
  • 28 Sur les résidences de Constance II, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 79-82. Sur l (...)

9C’est sous Constance II (337-361) que l’on voit véritablement dans les sources apparaître l’importance des eunuques au sein du palais constantinien à Constantinople. Mamertin et Ammien Marcellin décrivent la magnificence du palais impérial et de la cour sous Constance II, la foule des courtisans et des eunuques qui sont chassés par Julien (361-363), le nouvel empereur26. Toutefois, les sources ne sont guère prolixes sur la présence des eunuques à Constantinople à cette époque. Un récit hagiographique, la Passion de saint Artémios, relate la réception sous Constance II des reliques de saint Luc à Constantinople par le cubiculaire Anatolios ; reliques qu’il conduit jusqu’à l’église des Saints-Apôtres. Même si la Passion présente des aspects légendaires, la présence d’un cubiculaire du nom d’Anatolios lors du transfert des reliques de saint Luc n’a rien d’invraisemblable27. Cette relative discrétion des sources est due aussi au fait que Constance II se déplace à travers l’empire et ses eunuques sont amenés à séjourner dans d’autres cités et, en particulier, à Antioche28.

  • 29 Timothy David Barnes, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge-Londres, Harvard Univ (...)
  • 30 Julien, Le discours d’Antioche ou Misopogon, in Julien, Œuvres complètes, t. II, 2, ch. VII, 28 (35 (...)
  • 31 Sur la carrière d’Eusèbe, voir A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, (...)
  • 32 Ammien Marcellin, Histoire, XVIII, 4, 3, Sabbah G. (éd.), p. 97. Sur cette affaire, voir Georges Si (...)
  • 33 Ammien Marcellin, Histoire, XVI, 7, 7, op. cit., t. I, p. 158 ; A.H.M. Jones, John Robert Martindal (...)
  • 34 Voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 79-82.

10Il existe des liens étroits entre Constance, ses eunuques et Antioche. Alors même qu’il n’est encore que César, entre 335 et 337, Constance II réside à Antioche29. L’empereur Julien qui, lui, a des relations difficiles avec Antioche, évoque ce lien privilégié entre la métropole orientale et Constance II, lorsqu’il rapporte une énigme qui circule dans la ville : « Le Chi, dit-on, ni le Kappa n’ont jamais fait tort à la ville », le Chi désignant le Christ et le Kappa Constance II30. Antioche est une ville importante pour le préposite de Constance II, Eusèbe31. Il est possible d’ailleurs de saisir le lien particulier qui unit les eunuques impériaux à Antioche, ville dévouée à Constance, à travers un incident qui nous est rapporté par Ammien Marcellin. Selon Ammien, une des raisons principales du conflit qui oppose en 359 le préposite Eusèbe au maître de l’infanterie à la Cour (magister peditum praesentalis), Ursicin, doit être cherchée dans le refus de ce dernier d’obtempérer à la demande pressante du puissant eunuque impérial, de lui céder sa maison d’Antioche comme prix d’un éventuel soutien auprès de l’empereur. Nous sommes en fait ici devant une banale affaire de clientélisme qui entre dans le cadre du suffragium32. Ce qui nous intéresse plus particulièrement, c’est qu’Ammien nous indique ainsi que, pour le premier des eunuques de la Cour, Antioche est un lieu de résidence désiré. C’est peut-être à Antioche qu’Eusèbe envisageait de prendre sa retraite, comme le préposite de Julien, Euthère, prit la sienne à Rome, une fois sorti de charge33. Mais, comme Constance II a séjourné bien plus longtemps à Antioche qu’à Constantinople, il n’est pas non plus surprenant que le fidèle eunuque ait voulu disposer d’une demeure digne d’un haut dignitaire dans la grande ville syrienne34. Cette attention de Constance II pour Antioche ainsi que ses séjours, font que les eunuques impériaux sont très présents dans la ville.

  • 35 Iôannès Malalas, Chronographia, XIII, 17, Thurn I. (éd.), Berlin, coll. « CFHB », 35, 2000, p. 250. (...)
  • 36 A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, Ibid., « Fl. Claudius Constantius Gallus 4 », p. 2 (...)
  • 37 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 2, 10, op. cit. t. I, p. 109-110.
  • 38 A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Gorgonius 2  (...)

11Une inscription d’Antioche aujourd’hui perdue, mais dont le texte nous est transmis par Malalas, nous informe que c’est au comte et cubiculaire (thalamèpolos), donc un eunuque impérial, Gorgonios, que Constance II confie la lourde responsabilité de suivre la fin des travaux de la Grande Église d’Antioche, l’Octogone, qui est consacrée vers 34135. Toujours, à Antioche, les eunuques sont présents au palais au sein du Cubiculum de Gallus, qui vient s’installer dans la ville après sa proclamation comme César à Sirmium le 15 mars 351 et qui y séjourne jusqu’en 354, année de sa chute et de son exécution36. Il y dispose de son propre préposite, l’eunuque Gorgonios. Lors de la chute de Gallus en 354, alors que nombre des dignitaires de son entourage sont exécutés, Gorgonios est disculpé, d’après Ammien suite à l’intervention des eunuques de Constance37. On voit que la carrière de Gorgonios s’inscrit étroitement dans la présence impériale à Antioche. Ce dernier se révèle ainsi être un personnage de premier plan à Antioche. Dans le premier volume de la Prosopography of the Later Roman Empire les auteurs font du comes Gorgonios et du préposite deux personnages différents38. Ils ne prennent pas en compte que le comes Gorgonios est aussi mentionné comme cubiculaire. Il n’y a donc pas lieu de distinguer deux personnages, c’est bien le même Gorgonios qui est cubiculaire, comte et qui devient préposite à Antioche, le prépositat étant une fin de carrière normale pour un haut dignitaire eunuque de la Chambre impériale.

  • 39 Athanase d’Alexandrie, Historia Arianorum ad Monachos, 20, PG, 25, col. 717, 725 § 28 ; Deux apolog (...)
  • 40 Sozomène, Histoire ecclésiastique, IV, 12, 4, op. cit., p. 154-155.

12Le pouvoir et l’influence des eunuques s’étendent jusque sur l’Église d’Antioche. En 344 c’est un prêtre eunuque arien originaire de Phrygie, Léontios, un adversaire d’Athanase, qui accède au siège épiscopal d’Antioche, qu’il occupe pendant une longue période puisqu’il meurt vers 357-358. Léontios bénéficie de l’appui de l’empereur Constance II. De fait, c’est un modéré sur le plan religieux, qui laisse tranquille les Nicéens et qui est d’abord soucieux de maintenir la paix parmi le peuple d’Antioche. Il n’est donc pas surprenant que Constance II ait approuvé le choix d’un tel évêque39. Puis, à la mort de Léontios, Eudoxe s’empare du siège épiscopal d’Antioche grâce à l’appui des eunuques de la Cour qui sont partisans, comme ce dernier, de la doctrine anoméenne d’Aèce40.

  • 41 Ammien Marcellin, XXII, 4, Fontaine J., Frézouls E., Berger J.-D. (éd.), t. III, p. 96-98.
  • 42 Athanase d’Alexandrie, Epistola ad Jovianum, PG, 26, col. 824 A ; Sozomène, Histoire ecclésiastique(...)

13Le renvoi des eunuques du palais par Julien, a pu alors laisser penser que c’en était fini des eunuques impériaux41. Il n’en est rien. Dès que Jovien devient empereur, on constate que les eunuques sont à nouveau présents auprès du souverain à Antioche. En 363, quelque temps après l’avènement de Jovien, Athanase évoque les liens étroits qui unissent les eunuques de la Cour, en particulier l’eunuque Probatios, probablement le préposite de Jovien, et l’évêque homéen d’Antioche Euzoios. Jovien n’a donc éprouvé aucune difficulté à trouver des eunuques pour reconstituer un Cubiculum impérial dans la grande ville d’Orient. Antioche demeure une cité où les eunuques impériaux sont présents et influents42.

  • 43 Sur Valens et Constantinople, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 82-84.
  • 44 Zosime, Histoire nouvelle, IV, 5, 3-6, 4, Paschoud F. (éd.), t. II, 2, Paris, Les Belles Lettres, c (...)
  • 45 Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 21, 2-3, op. cit., p. 333 ; A.H.M. Jones, John Robert Martin (...)
  • 46 Théodoret de Cyr, Histoire des moines de Syrie, VIII, 9, Canivet Pierre, Leroy-Molinghen Alice (éd. (...)

14Sous Valens, la présence des eunuques à Constantinople est peu marquée. De fait, Valens évite Constantinople, devenue ville de l’usurpation et c’est d’ailleurs dans une tentative de renversement du souverain que se trouve impliqué l’eunuque Eugène43. Le coup d’État de Procope à Constantinople le 28 septembre 365 se fait avec l’appui financier de l’eunuque Eugène qui avait été renvoyé de la cour impériale. C’est grâce à cet argent que Procope peut soudoyer la garnison de Constantinople. Il s’empare alors du palais et de la ville44. L’eunuque Mardonios conseille à Valens de transférer à Constantinople la tête de saint Jean-Baptiste45. À Antioche, les cubiculaires eunuques demeurent bien présents du fait du service de l’empereur, qui préfère la cité syrienne comme résidence. Théodoret rapporte qu’à Antioche un eunuque de Valens ayant insulté et menacé avec arrogance l’ermite Aphraate, subit un châtiment divin. Il perd l’esprit, se jette dans l’eau brûlante du bain préparé pour l’empereur et meurt46.

  • 47 Zosime, Histoire nouvelle…, op. cit., IV, 28, 1-3, p. 291.
  • 48 Codex Theodosianus VII, 8, 3, in Mommsen Th., Meyer Paulus M., Theodosiani libri XVI cum constituti (...)
  • 49 Voir Helga Scholten, Der Eunuch…, op. cit., p. 51 et Georges Sidéris, Eunuques et pouvoir à Byzance (...)
  • 50 Sur ces déplacements, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 84-85.

15L’influence des eunuques de la cour est bien attestée sous Théodose Ier (379-395)47. Leur position institutionnelle, au sein des élites au service de l’empereur s’affermit. Dans une loi du 16 septembre 384 de Théodose, prise à Constantinople et adressée au maître des offices, Palladios, le préposite est cité après les préfets, les maîtres de la cavalerie et de l’infanterie, et les comtes du consistoire, il est classé inter primas dignitates48. Cette loi manifeste la volonté de Théodose d’insérer le préposite au sein du groupe des grands dignitaires, dirigeants civils et militaires49. Les déplacements de ce dernier en Occident limitent toutefois les possibilités d’implantation pérenne des eunuques dans la ville50.

  • 51 Georges Tate relève le fait qu’au IVe siècle Antioche est la résidence occasionnelle de plusieurs e (...)

16De Constance II à Théodose Ier, les eunuques apparaissent bien comme une élite palatine, mais l’itinérance de l’empereur, en particulier entre Constantinople et Antioche, ne semble pas permettre à cette élite de s’implanter réellement dans la ville51. C’est sous l’empereur Arkadios (395-408) que la situation change.

Arkadios et la concentration des eunuques à Constantinople

  • 52 John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. II, « Eutropius 1 », p. 440-444.
  • 53 Claudien, Claudii Claudiani Carmina, I, 154-228, Hall John Barrie (éd.), Leipzig, Teubner, 1985, p. (...)
  • 54 Claudien, Claudii…, op. cit., II, 133-139, 325-346, p. 171-172, 179.

17De fait, c’est sous Arkadios que la présence des eunuques à Constantinople prend un tournant décisif. D’une part, à partir d’Arkadios, l’empereur d’Orient séjourne en permanence à Constantinople, ce qui permet aux eunuques de la Chambre de se fixer dans la capitale byzantine. D’autre part, l’eunuque Eutrope, qui vit à Constantinople, exerce un pouvoir exceptionnel, puisqu’il est non seulement préposite et qu’il intervient dans la direction des affaires de l’Empire, mais il est même nommé consul pour l’année 39952. Eutrope acquiert également de grandes richesses, en particulier par la confiscation des biens de ses ennemis ou rivaux politiques, notamment ceux d’Aboundantios maître de la milice et consul posterior en 393. Ceci fait de lui un personnage puissant dans la ville même de Constantinople53. Claudien suggère qu’Eutrope n’est pas un homme seul, mais qu’il est bien accepté à Constantinople où il bénéficie de l’appui d’un groupe de dignitaires civils et militaires et, en particulier, de soutiens au sein du Sénat de la capitale impériale54. Nous voyons ici comment l’eunuque a réussi à s’insérer dans le réseau des élites urbaines de Constantinople et à se créer une véritable clientèle.

  • 55 Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 86.

18La présence des eunuques impériaux et, en particulier, des dignitaires eunuques dans Constantinople ne s’affermit qu’à partir des règnes de Théodose Ier et d’Arkadios, effaçant le rôle d’Antioche. Cette insertion s’accorde avec l’analyse faite par Gilbert Dagron que Constantinople ne devient réellement la ville impériale, face à Antioche, que sous Théodose Ier ou Arkadios55.

Constantinople ville des eunuques aux Ve-XIIe siècles

Les eunuques et la « chambre impériale »

  • 56 Voir Georges Sidéris, Une société …, op. cit., p. 246-263.

19La chute d’Eutrope en 399 ne remet pas en question l’appartenance des dignitaires eunuques palatins aux élites urbaines de Constantinople. Loin de là. Non seulement la place des eunuques au sein de la cour se consolide, mais ces derniers s’implantent fermement dans la société et l’espace urbain de la capitale byzantine, faisant de Constantinople la ville des eunuques du Ve au XIIe siècle56.

  • 57 Sur le palais des Blachernes, voir Paul Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution (...)
  • 58 Pour une vue de l’évolution du Grand Palais et sa composition, voir maintenant Jonathan Bardill, «  (...)

20Au cœur du monde des eunuques se trouve le Palais impérial, le Grand Palais au sud-est qui se développe du fait de la stabilité de résidence des empereurs à Constantinople, ainsi que, sous les Comnènes au XIIe siècle, le Palais des Blachernes au nord-ouest de la ville57. Le Grand Palais s’étend entre l’hippodrome et la Propontide (la mer de Marmara). Il s’ensuit que les différents bâtiments palatiaux ont été construits sur un ensemble de terrasses. Depuis le vieux palais constantinien, construit vers 324-330, des ajouts successifs et des réaménagements ont eu lieu au cours des siècles. Si jusqu’à Justinien les bâtiments sont construits sur les terrasses supérieures, par la suite des bâtiments sont construits sur les parties plus basses proches du rivage de la Propontide. Ce serait dans cette partie que l’empereur Justin II bâtit la grande salle du trône octogonale, qui devient le centre cérémoniel du palais, le Chrysotriklinos. À la période mésobyzantine, le cadre de vie quotidien de la famille impériale et l’activité des eunuques et de la cour se concentrent dans le palais situé dans les parties les plus basses, avec le Chrysotriklinos, les appartements impériaux, les églises adjacentes58.

  • 59 Codex Theodosianus, X, 10, 34 (année 430), in Mommsen Th.-Paulus, Meyer M., Theodosiani…, op. cit.,(...)
  • 60 Par exemple, Codex Iustinianus, XII, 5, 3 (loi de l’empereur Léon Ier), Krüger P., Kunkel W. (éd.), (...)

21Les eunuques servent d’abord au sein du Sacrum Cubiculum, en grec Théion Kouboukléion ou Théios Koitôn, la Chambre impériale sacrée, d’où ils tirent leur nom de cubiculaires59. Ce terme, Cubiculum, désigne deux réalités : l’ensemble des pièces qui constituent les appartements de l’empereur, de l’impératrice et de la famille impériale et le service proprement dit des souverains. En fait, on distingue les deux « Chambres », Cubicula ou koitônes en grec, à savoir celle de l’empereur et celle de l’impératrice. Les eunuques sont, sous l’autorité du préposite eunuque, au service de l’empereur, de l’impératrice, de toute la famille impériale et de l’État byzantin60.

  • 61 Théophane, AM 5940 = Theophanis Chronographia, De Boor C. (éd.), vol. I, Teubner, Leipzig, 1883, p. (...)
  • 62 Voir Georges Sidéris, Eunuques, chambre impériale et palais…, op. cit., p. 168-169. Mention du gyné (...)
  • 63 Codex Iustinianus XII, 5, 4, op. cit., p. 455, loi de Léon Ier.

22Sous les successeurs d’Arkadios, les services et le personnel eunuques se développent avec l’autonomisation de la Chambre de l’impératrice, et, de ce fait, il y a désormais, à partir du règne de Théodose II (408-450), deux préposites. C’est Pulchérie, la sœur de Théodose, qui obtient, vers le premier tiers du Ve siècle, pour la première fois son propre préposite61. L’institution des eunuques comme gardes et serviteurs des femmes de la famille impériale au sein du gynécée a permis à l’impératrice de développer une sphère de pouvoir autonome au sein du Palais62. Il s’ensuit la constitution de deux services complets eunuques. Dès le règne de Léon Ier (457-474), un eunuque, à partir du moment où il entre au Palais, devient libre s’il est un esclave, car il ne sied pas à la majesté impériale d’être servi par des esclaves63. Les eunuques palatins gagnent donc en importance, ne serait-ce que par leur statut de libres au sein de la société constantinopolitaine.

  • 64 Pour l’étude détaillée de la constitution d’une bureaucratie eunuque et d’un « eunucat d’État » du (...)
  • 65 John Robert Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. III, AD 527-641, Cambridge, (...)

23Cet accroissement prend une ampleur particulière avec l’extension de la compétence des eunuques sur différentes charges palatines et étatiques. Le développement du Cubiculum fait qu’à l’époque protobyzantine les Maisons de Cappadoce passent sous l’autorité du préposite et d’un comte des Maisons de Cappadoce eunuque, les revenus des domaines impériaux de Cappadoce étant affectés aux dépenses du Cubiculum. Le Castrensis (c’est-à-dire le « majordome » du palais) a autorité sur les services de la Table impériale, comprenant les cuisines et la table proprement dite, ainsi que divers employés domestiques. Le vestiaire impérial prend de l’ampleur avec à sa tête le comes sacrae vestis. La garde impériale eunuque que constitue le corps des spathaires, s’étend. Au Ve siècle, les eunuques prennent pied dans le domaine essentiel des finances avec l’apparition du sacellaire (en charge des finances privées de l’empereur) et dans l’administration d’État avec les chartulaires eunuques. Le parakoimômène qui assure la protection de l’empereur devient à l’époque mésobyzantine l’eunuque le plus puissant du palais et un des plus importants personnages de l’empire. Les eunuques ne se sont donc pas restreints au seul service domestique palatin. Ils remplissent des fonctions administratives et financières et sont même chargés de missions politiques ou diplomatiques. Ainsi se constitue ce que j’ai appelé un « eunucat d’État »64. Les empereurs vont même jusqu’à confier la tête des armées à des eunuques palatins. Le plus célèbre est au VIe siècle le grand Narsès qui dirige les armées byzantines en Italie65.

  • 66 Voir Roland Delmaire, Les institutions…, op. cit., p. 152. Sur le Sénat, la noblesse sénatoriale et (...)
  • 67 Constantini Porphyrogeniti imperatoris De Cerimoniis aulae byzantinae I, 92, Reiske I. I. (éd.), Bo (...)
  • 68 Corippe, Éloge de l’empereur Justin II, I, 64-159, Antès Serge (éd.), Paris, Les Belles Lettres, co (...)

24L’influence des puissants dignitaires eunuques à Constantinople est remarquable, en particulier sur le Sénat de la Ville. Il est d’usage, surtout à partir de Théodose II, que les préposites sortis de fonction, que ce soient ceux de l’empereur ou de l’impératrice, siègent au Sénat66. C’est sur la proposition du préposite Ourbikios qu’en avril 491, les dignitaires, rassemblés au Palais à la mort de l’empereur Zénon, demandent à l’impératrice Ariadné de choisir le nouveau souverain. Son choix se porte alors sur Anastase67. C’est le préposite Callinicus qui prend la tête des sénateurs en 565 pour annoncer au futur Justin II (565-578) la mort de Justinien et le choix du Sénat en sa faveur68.

Une société de cour qui se donne à voir

  • 69 Nicolas Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, CNRS éditions (...)
  • 70 Kathryn Ringrose, The Perfect Servant…, op. cit., p. 106-107, 163-183. Voir aussi sur les eunuques (...)
  • 71 Élisabeth Piltz, « Middle Byzantine Court Costume », in Maguire Henry, Byzantine Court Culture…, op (...)
  • 72 Christine Angelidi, « La version longue de la vision du moine Cosmas », Analecta Bollandiana, n° 10 (...)
  • 73 Sur l’empereur, les eunuques et la cour à l’hippodrome, voir Gilbert Dagron, « L’organisation et le (...)

25À l’époque mésobyzantine les eunuques impériaux forment un ordre particulier ou « taxis » qui se traduit dans une hiérarchie de dignités qui leur est propre69. Ainsi, les eunuques constituent une société de cour, qui apparaît en particulier à travers le Livre des Cérémonies, et, dans le cadre du palais, s’est élaborée une éthique du service impérial pour ces eunuques de cour. L’eunuque apparaît à la fois comme un serviteur, un conseiller et un médiateur entre l’empereur, appelé basileus, et le monde, figure qui est idéalisée à Byzance autour de ce que Kathryn Ringrose a appelé le « parfait serviteur »70. Les eunuques portent du fait de leurs charges et dignités des costumes spécifiques71. Cette société se donne à voir lors des cérémonies impériales où les eunuques entourent l’empereur comme les anges se tiennent auprès du Christ72. Ce « spectacle » des eunuques, de la cour et de l’empereur est visible non seulement au Grand Palais, mais aussi lorsque le souverain apparaît à l’hippodrome et lors de ses sorties solennelles à travers la Ville73.

26Mais les eunuques ne sont pas uniquement une société de cour repliée sur le Grand Palais. Depuis le règne d’Arkadios ils sont bien implantés dans la Ville même où ils vivent.

L’implantation urbaine des dignitaires eunuques

  • 74 Dirk Schlinkert, Ordo…, op. cit., p. 117-144 ; Georges Sidéris, Une société …, op. cit., p. 250-253
  • 75 E. Schwartz, Acta Conciliorum Œcumenicorum, t. I, 4, Berlin-Leipzig, 1922-1923, p. 223-224 ; John R (...)

27Les grands dignitaires eunuques, comme les préposites ou le parakoimômène, se constituent une fortune, un patrimoine qui leur permet de tenir leur rang au sein de la noblesse sénatoriale mais aussi de se créer des réseaux de clientèle en particulier au sein de la capitale74. La fortune vient pour grande partie des faveurs impériales et des revenus tirés de l’exercice des fonctions, mais elle a aussi comme source les rétributions offertes pour services rendus. Le soutien des dignitaires eunuques, qui ont un accès direct à l’empereur et une capacité d’influer sur ses décisions ou d’obtenir une audience, est particulièrement recherché, quitte à verser de fortes sommes. Lorsque, vers 431, Cyrille d’Alexandrie veut gagner les dignitaires eunuques à sa cause, il est prêt à leur verser de l’or et de somptueux cadeaux. Ainsi, il propose 200 livres d’or et de nombreux objets précieux au préposite Chryséros, si ce dernier cesse de s’opposer à lui et soutient ses intérêts75.

  • 76 Callinicos, Vie d’Hypatios (BHG 760), 12, 4-13 et 15, 9, Bartelink G. J. M. (éd.), Paris, Le Cerf, (...)
  • 77 Anna Avraméa, « Bornes et propriétés foncières de Constantinople et de Thrace », Travaux et mémoire (...)

28Si la fonction apporte la fortune au dignitaire eunuque, à l’inverse la possession d’une fortune personnelle est un atout essentiel pour progresser jusqu’aux sommets de la hiérarchie des eunuques impériaux. Cette recherche de gains amène aussi les eunuques impériaux à s’insérer et à intervenir de façon active dans la vie même de la société constantinopolitaine. Ainsi, au Ve siècle, le cubiculaire Ourbikios peut hériter de la fortune du très riche patrice Aétios grâce au soutien de l’higoumène Hypatios. Ourbikios confie à Hypatios le patrice, malade, qu’il a arraché à son frère qui le maltraitait. Hypatios l’héberge dans son monastère situé près de Constantinople et du côté de la rive asiatique du Bosphore. Dès le décès d’Aétios, Hypatios informe Ourbikios qui reçoit alors tous les biens du patrice. Par la suite Ourbikios devient préposite et cette fortune dont il a hérité a probablement fortement contribué à la réussite de sa carrière76. Les eunuques acquièrent des biens fonciers dans la banlieue de Constantinople. Par exemple, nous savons, grâce à une inscription sur une borne, que le préposite Ourbikios partageait avec un certain Dexikratès un domaine, un proasteion, qui portait le nom de Kalamousos. Cette inscription a été étudiée par A. Avraméa qui en a donné la traduction suivante, « Bornes du domaine dit de Kalamousos appartenant à Dexikratès, le très glorieux patrice, et à Ourbikios, le très glorieux ex-préposite, ex-consul ». Dexikratès est consul en 503. Comme Dexikratès est mentionné comme patrice et qu’Ourbikios est encore attesté par Josué le Stylite en 505, A. Avraméa propose de dater l’inscription du début du VIe siècle. La pierre a été retrouvée au carrefour d’Eyüb. Le domaine se trouvait dans la banlieue de Constantinople77.

  • 78 Nov. 43 du 17 mai 537, adressée à Longinos, préfet de la ville, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W.,(...)

29Les eunuques impériaux s’implantent aussi économiquement dans la Ville même. En particulier, ils possèdent des ergastèria, c’est-à-dire des boutiques-ateliers. Ils profitent de leur haute position sociale et probablement de leur influence auprès de l’empereur pour essayer d’obtenir des exonérations d’impôts et de charges sur ces établissements78.

  • 79 Geoffrey Greatrex, Jonathan Bardill, « Antiochus the Praepositus : A Persian Eunuch at the Court of (...)
  • 80 Sur le palais de Lausos, voir Cyril Mango, Le développement…, op. cit., p. 58-59 ; Wolfgang Müller- (...)
  • 81 Georgius Cedrenus, Bekker I. (éd.), t. I, Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1838, p. 564. Cyril Mango, « (...)
  • 82 Alexandra A. Čekalova, « Fortune des sénateurs de Constantinople du IVe au début du VIIe siècle », (...)

30Richesse et puissance se manifestent aux yeux de tous par le palais que le noble eunuque se fait bâtir dans la capitale. Ces puissants eunuques se font bâtir de somptueuses demeures, situées d’abord à proximité du Palais Impérial, source de leur richesse, de leur pouvoir, de leur position sociale et lieu d’exercice de leurs fonctions, puis au fil des siècles à travers toute la ville. Ces demeures participent de l’insertion des eunuques dans l’élite constantinopolitaine. Elles contribuent également à façonner le paysage de la capitale. Nous avons des informations plus précises sur deux palais eunuques. Le préposite Antiochos fait bâtir son palais peu après septembre 429. Sa localisation ne fait pas de doute. En effet, l’église Sainte-Euphémie se trouvait à l’intérieur du palais d’Antiochos. Des fouilles archéologiques menées en 1942 ont mis à jour l’église. Puis lors de nouvelles fouilles en 1951-1952 une base de colonne portant l’inscription « d’Antiochos, le préposite » (Antiochou Prepositou) a été trouvée dans un portique. Il ne fait donc pas de doute que nous sommes en présence du palais du préposite Antiochos. Celui-ci se trouvait donc au sud de la Mésè, au nord-ouest de l’hippodrome79. Tout près du palais d’Antiochos, se trouvait le palais du préposite Lausos, dont la carrière se déroule dans la première moitié du Ve siècle80. Lausos avait constitué dans son palais une collection de statues de la Grèce ancienne, parmi lesquelles se trouvaient en particulier l’Athéna de Lindos, œuvre de Skyllis et Dipoinos, l’Aphrodite de Cnide, de Praxitèle, l’Héra de Samos, de Lysippos et Boupalos, un Éros ailé tenant un arc, la statue d’ivoire de Zeus de Phidias, une statue œuvre de Lysippe, chauve à l’arrière, chevelue à l’avant, et des statues de licornes, de tigres, vautours, girafes, centaures et faunes81. L’expression la plus manifeste de l’appartenance des dignitaires eunuques impériaux à l’élite urbaine constantinopolitaine est sans doute l’oikos. Dès le Ve siècle, les dignitaires eunuques fondent des oikoi. Le terme oikos désigne à proprement parler une résidence principale. Mais pour la noblesse sénatoriale il s’agit en fait de véritables quartiers autour de leur palais à Constantinople, quartiers qui portent leur nom82. Il en va de même pour les eunuques. Dans ces quartiers les eunuques bâtissent non seulement une église, mais souvent aussi des fondations pieuses, hospice ou hôpital.

  • 83 P. Waltz, Anthologie grecque, I, 5, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1960, p. 14 ; R (...)
  • 84 Patria, III, 37, 94 et 95, in Preger Theodor, Scriptores…, op. cit., t. II, p. 229-231, 249 ; Théop (...)
  • 85 Patria, III, 197, in Preger Theodor, Scriptores…, op. cit., t. II, p. 277. Voir Raymond Janin, Cons (...)
  • 86 Voir Paul Magdalino, Constantinople…, op. cit., p. 42-43.

31Ces vastes ensembles contribuent à dessiner la carte urbanistique de Constantinople. Citons quelques cas caractéristiques. Amantios possède son oikos dans le quartier qui porte son nom. Il y fonde l’église Saint-Thomas. D’après R. Guilland, il s’agit probablement du préposite d’Anastase. Cette église faisait vraisemblablement partie du palais d’Amantios. Elle lui était peut-être contiguë ou se trouvait à proximité immédiate83. Le patrice et préposite Narsès sous Justin II (565-578), celui qui a restauré l’avant-mur de la muraille théodosienne, possède un oikos appelé « ta Narsou » qui comporte son palais, un hôpital, un hospice et une église. Il est situé aux abords du port appelé d’abord Julien, puis Sophien, port situé sur la Propontide, l’actuelle mer de Marmara, et à l’extrémité sud du decumanus principal de la Ville constantinienne84. Au tournant des VIe et VIIe siècles le puissant patrice et préposite Smaragdos, qui est mentionné comme exarque de l’Italie byzantine dès le milieu des années 580, est à la tête d’un oikos comptant, outre son palais, un établissement de bains. Il donne son nom au quartier. L’ensemble est situé plus à l’ouest dans Constantinople, dans la vallée du Lykos85. Au Xe siècle, le tout puissant eunuque impérial, Basile le Parakoimômène, réside dans une très élégante et ancienne demeure, un palais de haut fonctionnaire protobyzantin, appelée « maison d’Aspar »86.

  • 87 Alexandra A. Čekalova, Fortune…, op. cit., p. 119-129 ; Gilbert Dagron, Le christianisme…, op. cit. (...)

32On voit, avec ces quelques exemples, comment les dignitaires eunuques, non seulement sont en mesure d’exercer une influence sur tout un quartier, mais structurent ce quartier et lui donnent une personnalité propre, en s’appuyant certes sur leur palais, mais aussi grâce aux églises et établissements de charité, aux boutiques-ateliers évoquées précédemment qu’ils peuvent y posséder. Comme pour la haute aristocratie sénatoriale, leur position d’élite urbaine s’incarne ainsi dans la Ville87.

  • 88 Denis Feissel, Le Philadelphion…, op. cit., p. 500-521.
  • 89 Igor Sevcenko, « The Inscription of Justin II’s Time on the Mevlevihane (Rhesion) Gate at Istanbul  (...)
  • 90 Ioannis Malalae…, op. cit., XIV, 19, p. 283. Sur la faction des Verts sous Théodose II, voir Alan C (...)

33L’élite eunuque agit aussi pour le bien commun dans la Ville. Ainsi, le préposite Mousèlios restaure les anciens locaux du Mouseion, peut-être siège de ce que l’on appelle l’Université de Constantinople, et en ajoute de nouveaux88. Une inscription, qui date du règne de Justin II, entre 565 et 578, et se trouve à la porte dite de Rhésion, mentionne la rénovation de l’avant-mur de la muraille théodosienne sous Justin et Sophie par l’action de Narsès, le très glorieux spathaire et sacellaire, et d’Étienne qui est le préposé aux travaux. Ainsi, à la fin du VIe siècle, c’est à un dignitaire eunuque qu’est confiée une entreprise vitale pour la capitale byzantine, le soin de ses murailles89. L’influence auprès de l’empereur permet aussi à un puissant eunuque palatin d’établir des liens de protection et donc de clientèlisme au sein même de la population urbaine. L’eunuque Chrysaphios, spathaire de Théodose II, non seulement exerce une grande influence sur le souverain et sur les affaires, mais il devient le patron et protecteur de la faction des Verts à Constantinople, s’assurant ainsi un appui politique au sein même de la population urbaine90.

  • 91 Leôn Diakonos III, 7, Hase C. B. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1828, p. 46-47 ; Iôannès Skyli (...)
  • 92 Iôannès Skylitzès, Synopsis…, op. cit., p. 389-393 ; Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., I, p (...)
  • 93 Théophylacte d’Achrida, Discours, traités, poésies, Gautier Paul (éd.), Thessalonique, coll. « CFHB (...)

34Deux exemples montrent jusqu’à quel degré de pouvoir de hauts dignitaires eunuques peuvent parvenir à la cour et à Constantinople. Au Xe siècle Basile le Parakoimômène est un fils illégitime de l’empereur Romain Ier Lécapène (920-944), fait parakoimômène par l’empereur Constantin VII (913-959). Non seulement il est le fils d’un empereur, mais sa demi-sœur Hélène est l’épouse de l’empereur Constantin VII, il est l’oncle de l’empereur Romain II (959-963) et le grand-oncle des empereurs Basile II (963-1025) et Constantin VIII (1025-1028). Après la mort de l’empereur Romain II, le 15 mars 963, Nicéphore Phocas est proclamé empereur par l’armée au mois de juillet à Césarée. L’eunuque Basile, soutient Nicéphore. Il parvient à prendre le contrôle de la Ville en mobilisant ses amis, parents et serviteurs, au total 3 000 personnes, qui attaquent les maisons de ses adversaires et qui ramènent Nicéphore à Constantinople où il devient le nouvel empereur91. Ainsi, cet eunuque tout puissant, qui appartient à la famille impériale, peut compter sur sa solide implantation dans la capitale. Celle-ci lui permet de s’appuyer sur une nombreuse et efficace clientèle, faisant de lui un redoutable personnage de pouvoir à Constantinople qui peut contribuer à « faire » un empereur. Autre exemple, au XIe siècle, le puissant eunuque Jean l’Orphanotrophe joue un rôle important dans l’accession au trône de son frère l’empereur Michel IV (1034-1041) puis de son neveu Michel V. Deux autres frères de Jean, Georges et Constantin sont eunuques92. Ainsi, aux Xe-XIe siècles des eunuques à Constantinople sont parvenus jusqu’aux plus hauts sommets, puisqu’ils appartiennent à la famille impériale même. Au tournant des XIe et XIIe siècles, sous les Comnènes, Théophylacte, archevêque d’Achrida, compose une « apologie de l’eunuchisme » en l’honneur de son frère, un eunuque de Constantinople93.

Eunuques, Église et moines de Constantinople

35Nous avons vu les liens qui unissaient les eunuques impériaux et l’Église à Antioche. Ces liens sont poursuivis par les dignitaires eunuques à Constantinople avec l’Église et les monastères.

  • 94 Marc le Diacre, Vie de Porphyre évêque de Gaza (BHG 1570), 36-38, 52, Grégoire H., Kugener M. A. (é (...)

36Marc le Diacre présente dans la Vie de Porphyre, le castrensis de l’impératrice Eudoxie, Amantios, au début du Ve siècle, comme « homme pieux et qui honore l’habit des prêtres », un « vrai serviteur de Dieu ». Il dresse un véritable portrait panégyrique du cubiculaire, « il était vraiment irréprochable, ne cessant de répandre des aumônes, de jeûner, d’héberger quantité d’hôtes et de contribuer aux œuvres pies. » Amantios connaît l’évêque de Constantinople, Jean Chrysostome, et le dignitaire eunuque sert d’intermédiaire avec l’impératrice94.

  • 95 Théophane, AM 5955 : Theophanis Chronographia …, op. cit., t. I, p. 113. Raymond Janin, La géograph (...)
  • 96 Callinicos, Vie d’Hypatios…, op. cit., 15, 9 et 51, 9-11, p. 126-127, 290-291.

37Les eunuques sont en étroit contact avec les milieux monastiques de la capitale. Le préposite Gratisimos (457-471) construit sous le patriarche Gennadios le monastère de Saint-Kyriakos, peut-être vers 462-463. Il est situé hors les murs, près de la Porte Dorée. Gratisimos se retire dans ce monastère lorsqu’il sort de charge95. Il est probable que ce monastère a été bâti sur un domaine que Gratisimos possédait à cet endroit. Nous avons vu les liens étroits qu’entretient le préposite Ourbikios avec Hypatios et son monastère. Ourbikios fait bâtir pour le salut de son âme, et avec la contribution d’un don impérial, un monument funéraire, un hérôon, pour les corps des frères du monastère. Et c’est encore Ourbikios qui fait don du sarcophage en pierre, dans l’oratoire du monastère, où Hypatios est déposé après sa mort96.

  • 97 Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis in John of Ephesus, Lives of the Eastern Saints, Brook (...)

38L’implication des eunuques dans la vie religieuse de Constantinople a des retombées directes pour les habitants de la cité. Par leur contribution active à diverses actions de charité, les dignitaires eunuques participent en profondeur à la vie de la population de la capitale. Dans la Vie de Théodore, Jean d’Éphèse nous décrit l’importance des dons et des activités charitables en faveur des pauvres de la capitale d’un grand dignitaire eunuque. Théodore termine sa carrière sous Justinien comme castrensis. En l’espace d’une année, Théodore distribue aux pauvres de Constantinople et de ses faubourgs au total plus de 15 ou 20 kentènaria de nomismata, épuisant ainsi sa fortune en or. Il libère ses esclaves. On apprend également que des affranchis lui sont attachés. Il leur offre des cadeaux ainsi qu’aux esclaves qu’il vient de libérer97.

  • 98 Nov. 133, 5, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles…, op. cit., p. 672-673 (loi de 539). Sur (...)

39De plus, les monastères féminins de la capitale recourent à des prêtres eunuques, en particulier pour donner la communion aux moniales ou défendre les intérêts du monastère, car ils peuvent approcher l’abbesse et faire le lien avec le monde extérieur masculin98.

  • 99 Palladios, Dialogue sur la vie de saint Jean Chrysostome, V, 53-65, Malingrey A.-M. Leclercq P. (éd (...)
  • 100 Sur les patriarches eunuques, voir Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 70-71.
  • 101 Theophanes Continuatus, Bekker I. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1838, p. 364-365 ; Raymond Ja (...)
  • 102 Paul Gautier, « La diataxis de Michel Attaliate », Revue des Études Byzantines, n° 39, 1981, p. 26- (...)

40Les grands dignitaires eunuques, et au premier chef le préposite, sont en contact direct avec l’évêque de Constantinople. Les relations entre Jean Chrysostome et le préposite de l’empereur Arkadios, Eutrope, sont significatifs. Eutrope avait rencontré Jean à Antioche lors d’un voyage. Grâce à une lettre obtenue de l’Empereur il fait venir Jean, par le service de la poste, escorté par un eunuque et un courrier du maître des offices. Grace au soutien actif d’Eutrope, Jean Chrysostome devient évêque de la Ville et il est intronisé le 26 février 39899. On remarquera à cette occasion l’intérêt qu’Antioche continue de susciter à la fin du IVe siècle, pour un haut dignitaire eunuque, même si celui-ci réside à Constantinople. À l’époque mésobyzantine les eunuques sont très présents dans la vie religieuse de la capitale et jusqu’au plus haut niveau du clergé, puisque plusieurs patriarches sont eunuques, par exemple, Germain Ier (715-730), Nicétas Ier (766-780), Ignace le Jeune (847-858, puis 867-877), Étienne II (925-927), Polyeucte (956-970), créant un lien supplémentaire entre le palais et la ville100. La capitale compte même des monastères d’eunuques comme celui que l’empereur Léon VI fonde en 899-900, dans le quartier des Topoi, le monastère d’eunuques Saint-Lazare, à proximité du Grand Palais, près du rivage de la Propontide101. En mars 1077 l’éminent juge impérial et juriste Michel Attaliate, proche de la cour, fonde un monastère au cœur de la capitale devant accueillir des moines eunuques102.

41Ainsi, entre les IVe et XIIe siècles, les eunuques de Byzance se sont constitués en une véritable société palatine. Si, au cours du IVe siècle, leurs liens avec la société urbaine, que ce soit à Antioche ou Constantinople, demeurent somme toute assez limités, dès la fin du IVe siècle ils s’implantent progressivement à partir du palais impérial dans la capitale, jusqu’à devenir une partie intégrante de la société constantinopolitaine, opérant un trait d’union entre le Palais, l’empereur, la cour et la Ville.

Bibliographie

Bibliographie

Acta Sanctorum Novembris collecta digesta illustrata, ab Hippolyto Delehaye, Paulo Peeters et Mauritio Coens, t. II, « pars posterior qua continetur Hippolyti Delehaye commentarius perpetuus in Martyrologium Hieronymianum ad recensionem Henrici Quentin », Bruxelles, 1931.

Angelidi Christine, « La version longue de la vision du moine Cosmas », Analecta Bollandiana, n° 101, 1983, p. 73-99.

Artemii Passio (BHG 170-171c, CPG 8082), in Kotter Bonifatius, Die Schriften des Johannes von Damaskos, t. 5, Berlin, coll. « Patristische Texte und Studien », 29, 1988, p. 183-245.

Athanase d’Alexandrie, Deux apologies : À l’empereur Constance, Pour sa fuite, J. M. Szymusiak (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 56 bis, 1987.

Athanase D’alexandrie, Epistola ad Jovianum, PG 26, col. 813-824.

Athanase D’alexandrie, Historia Arianorum ad Monachos, PG 25, col. 695-796.

Avraméa Anna, « Bornes et propriétés foncières de Constantinople et de Thrace », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 10, 1987, p. 399-404.

Bardill Jonathan, « Visualizing the Great Palace of the Byzantine Emperors at Constantinople. Archaeology, Text, and Topography », in Bauer F. A., Visualisierungen von Herrschaft. Frühmittelalterliche Residenzen Gestalt und Zeremoniell, Istanbul, coll. « Byzas : Veröffentlichungen des Deutschen Archäologischen Instituts Istanbul », 5, 2006, p. 5-45.

Barnes Timothy David, Constantine and Eusebius, Cambridge - Londres, 1981, 458 p.

Barnes Timothy David, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge-Londres, Harvard University Press, 1982, 305 p.

Bauer F. A., Visualisierungen von Herrschaft. Frühmittelalterliche Residenzen Gestalt und Zeremoniell, Istanbul, coll. « Byzas : Veröffentlichungen des Deutschen Archäologischen Instituts Istanbul », 5, 2006.

Berger Albrecht, Untersuchungen zu den Patria Konstantinupoleos, Bonn, R. Habelt, coll. « Poikila Byzantina », 8, 1988.

Boulhol Pascal, Cochelin Isabelle, « La réhabilitation de l’eunuque dans l’hagiographie antique (IVe-VIe siècles) », Studi di Antichità Cristiana, n° 48, 1992, p. 49-76.

Brandes Wolfram, Finanzverwaltung in Krisenzeiten : Untersuchungen zur byzantinischen Administration im 6.-9. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, Löwenklau-Gesellschaft, 2002.

Brown Peter, Le renoncement à la chair. Virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, Paris, Gallimard, 1995, 597 p.

Burgess R. W., The Chronicle of Hydatius and the Consularia Constantinopolitana, Two contemporary accounts of the final years of the Roman Empire, Oxford, coll. « Oxford Classical Monographs », 1993, p. 215-245.

Burgess R. W., « The Passio S. Artemii, Philostorgius, and the Dates of the Invention and Translations of the Relics of Sts Andrew and Luke », Analecta Bollandiana, n° 121, 2003, p. 5-36.

Calder William M., Monumenta Asiae Minoris Antiqua, t. VII, Monuments from Eastern Phrygia, Manchester, 1956.

Callinicos, Vie d’Hypatios (BHG 760), Bartelink G. J. M. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 177, 1971.

Cameron Alan, Porphyrius The Charioteer, Oxford, Clarendon Press, 1973.

Cameron Averil, Herrin Judith, Cameron Al., Cormack R., Roueché C., Constantinople in the Early Eighth Century : The Parastaseis Syntomoi Chronikai, Leyde, Brill, coll. « Columbia Studis in the Classical tradition », 10, 1984, 291 p.

Cedrenus Georgius, éd. I. Bekker, t. I, Bonn, coll. « CSHB », 1838.

Čekalova Alexandra A., « Fortune des sénateurs de Constantinople du IVe au début du VIIe siècle », in Eupsychia Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, t. I, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 16, 1998, p. 119-130.

Chastagnol André, Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles, Paris, Bouquins, Robert Laffont, 1994.

Claudien, Claudii Claudiani Carmina, John Barrie Hall (éd), Leipzig, Teubner, 1985.

Clauss Manfred, « Urbicius Praepositus Imperii », in Sodalitas. Scritti in onore di Antonio Guarino, t. III, Naples, 1984, p. 1245-1257.

Constantini Porphyrogeniti imperatoris De Cerimoniis aulae byzantinae I et II, I. I. Reiske, Bonn, 1829.

Corippe (Flavius Cresconius Corippus), Éloge de l’empereur Justin II, S. Antès (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1981.

Cox C. W. M., « Bishop Heortasius of Appia », in Calder W. M., Keil J., Anatolian Studies presented to William Hepburn Buckler, Manchester, 1939, p. 63-66.

Dagron Gilbert, « Le christianisme dans la ville byzantine », Dumbarton Oaks Papers, n° 31, 1977, p. 3-25 (Gilbert Dagron, La romanité chrétienne en Orient. Héritages et mutations, Londres, 1984, article IX).

Dagron Gilbert, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, PUF, 1974, 578 p.

Dagron Gilbert, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Paris, PUF, 1984, 360 p.

Dagron Gilbert, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 13, 2000, p. 3-200.

Dagron Gilbert, « Ainsi rien n’échappera à la réglementation. État, Église, corporations, confréries : à propos des inhumations à Constantinople (IVe-Xe siècle) », in Kravari Vassiliki, Lefort Jacques, Morrisson Cécile, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, t. II : VIIIe-XVe siècle, Paris, Lethielleux, coll. « Réalités Byzantines », 3, 1991, p. 155-182.

Deichmann Friedrich Wilhelm, « Das Oktogon von Antiocheia, Heroon Martyrion, Palastkirche oder Katedrale ? », Byzantinische Zeitschrift, n° 65, 1972, p. 40-56.

Delierneux Nathalie, « Anne-Euphémianos, l’épouse devenue eunuque : Continuité et évolution d’un modèle hagiographique », Byzantion, n° 72, 2002, p. 105-140.

Delmaire Roland, Largesses Sacrées et Res Privata. L’Aerarium impérial et son administration du IVe au VIe siècle, Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome », 121, 1989.

Delmaire Roland, Les institutions du Bas-Empire romain, de Constantin à Justinien, I : Les institutions civiles palatines, Paris, Le Cerf, 1995, 208 p.

Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, Gustave Bardy (éd.), 4 vols, (t. IV, Gustave Bardy, Pierre Périchon), Paris, coll. « Sources Chrétiennes » 31, 41, 55, 73 bis, Paris, 1952-1971.

Featherstone Michael, « The Great Palace as Reflected in the De Cerimoniis », in Bauer F. A., Visualisierungen…, op. cit., p. 47-61.

Feissel Denis, « Le Philadelphion de Constantinople : Inscriptions et écrits patriographiques », Académie des inscriptions et belles-lettres, comptes-rendus des séances de l’année 2003 janvier-mars, 2005, p. 495-523.

Gaiffier Baudouin de, « Palatins et eunuques dans quelques documents hagiographiques », Analecta Bollandiana, n° 75, 1957, p. 17-46.

Gautier Paul, « La diataxis de Michel Attaliate », Revue des Études Byzantines, n° 39, 1981, p. 5-143.

Graillot H., Le culte de Cybèle Mère des Dieux à Rome et dans l’empire romain, Paris, 1912.

Greatrex Geoffrey, Bardill Jonathan, « Antiochus the Praepositus : A Persian Eunuch at the Court of Theodosius II », Dumbarton Oaks Papers, n° 50, 1996, p. 171-197.

Gross-Albenhausen Kirsten, Imperator christianissimus : Der christliche Kaiser bei Ambrosius und Johannes Chrysostomus, Francfort-sur-le-Main, 1999.

Guilland Rodolphe, « Les eunuques dans l’Empire byzantin », Études Byzantines, n° 1, 1943, p. 197-238, (Rodolphe Guilland, Recherches, p. 182-183).

Guilland Rodolphe, « Le Parakoimomène », Études byzantines, n° 2, 1944, p. 191-201 (Rodolphe Guilland, Recherches sur les institutions byzantines. Avec trois index par M. Nauenberg, t. I, Berlin-Amsterdam, coll. « Berliner Byzantinische Arbeiten », 35, 1967, p. 202-215).

Guilland Rodolphe, « Le Préposite », Byzantinoslavica, n° 22, 1961, p. 241-301 (Rodolphe Guilland, Recherches, t. I, p. 333-380).

Guilland Rodolphe, « Le Protovestiaire », Études byzantines, n° 2, 1944, p. 202-220 (Rodolphe Guilland, Recherches, p. 216-236).

Guyot Peter, Eunuchen als Sklaven und Freigelassene in der grieschich-römischen Antike, Stuttgart, Klette Cotta, 1980, 236 p.

Heather Peter, « New men for new Constantines ? Creating an imperial elite in the eastern Mediterranean », in Magdalino Paul, New Constantines. The Rythm of Imperial Renewal in Byzantium, 4th-13th Centuries, Aldershot, Variorum, 1994, p. 11-33.

Herrin Judith, « Byzance : Le palais et la ville », Byzantion n° 61, 1991, p. 213-230.

Holum Kenneth G., Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1982, 325 p.

Janin Raymond, Constantinople byzantine. Développement urbain et répertoire topographique, Paris, Institut Français d’Études Byzantines, 1964.

Janin Raymond, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, I, Le siège de Constantinople et le patriarcat oecuménique, t. 3 : Les églises et les monastères, Paris, Institut Français d’Études Byzantines, 1969.

Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis in John of Ephesus, Lives of the Eastern Saints, Brooks E. W. (éd.), III, Patrologia Orientalis XIX-2, Turnhout, 1989, p. 200-206.

Jones A.H.M., Martindale John Robert, Morris J., The Prosopography of the Later Roman Empire, t. I, A. D. 260-395, Cambridge, 1971.

Julien, Le discours d’Antioche ou Misopogon, in Julien, Œuvres complètes, t. II, 2, Lacombrade E. (éd.), coll. « CUF », Paris, 1964, ch. vii, p. 141-198.

Kaplan Michel, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle. Propriété et exploitation du sol, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 10, 1992.

Kazhdan Alexander P., « Constantin imaginaire. Byzantine Legends of the Ninth Century about Constantine the Great », Byzantion, n° 57, 1987, p. 196-250.

Kazhdan Alexander P., McCormick Michael, « The Social World of the Byzantine Court » in Maguire Henry, Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997, p. 167-197.

Krüger P., Institutes : Institutiones, Berlin, 1954, (Corpus Iuris Civilis, t. I).

Krüger P., Kunkel W., Codex Iustinianus, Berlin, 1959 (Corpus Iuris Civilis, t. II).

Lactance, De la mort des persécuteurs, Moreau J. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 39, 1954.

Leonis Diaconi Caloënsis historiae libri decem, éd. Hase C. B., Bonn, 1828.

Liebeschuetz J. H. W. G., Antioch. City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1970, 302 p.

Magdalino Paul, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, De Boccard, coll. « Travaux et Mémoires, Monographies », 9, 1996, 120 p.

Magdalino Paul, « Paphlagonians in Byzantine High Society », in Lampakès St., Byzantine Asia Minor (6th-12th cent.), Athènes, Institut des Études Byzantines, 1998, p. 141-150.

Maguire Henry, Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997.

Malalas Iôannès, Chronographia, Thurn I. (éd.), Berlin, coll. « CFHB », 35, 2000.

Malamut Élisabeth, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007.

Mamertin Claudius, Discours de remerciement à l’empereur Julien pour son consulat, in Panégyriques latins, t. III, XI, Galletier E. (éd), Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 6-44 (trad. angl. : Nixon C. E. V., Saylor Rodgers B., In Praise of Later Roman Emperors : The Panegyrici Latini, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1994, p. 393-436, 629-646).

Mango Cyril, Le développement urbain de Constantinople (IVe-VIIe siècles), Paris, De Boccard, coll. « Travaux et Mémoires, Monographies », t. II, Paris, 1990.

Mango Cyril, « Antique Statuary and the Byzantine Beholder », Dumbarton Oaks Papers, n° 17, 1963, p. 53-75.

Marcellin Ammien, Histoire : t. I, Galletier E., Fontaine J. (éd.), Paris, 1968 ; t. II, Sabbah G. (éd.), Paris, 1970 ; t. III, Fontaine J., Frézouls E., Berger J.-D. (éd.), Paris, 1996 ; t. IV, Fontaine J. (éd.), Paris, 1977 ; t. V, Marié M. A. (éd.), Paris, 1984 ; t. VI, Sabbah G., Angliviel de la Beaumelle G. (éd.), Paris, 1999.

Marc Le Diacre, Vie de Porphyre évêque de Gaza (BHG 1570), Gregoire M. et Kugener M. A. (éd.), Paris, coll. « CUF », 1930.

Martin Annick, Athanase d’Alexandrie et l’Église d’Égypte au IVe siècle (328-373), Rome, coll. « Collection de l’École Française de Rome », 1996.

Martindale John Robert, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. II, AD 395-527, Cambridge, 1980.

Martindale John Robert, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. III, 1-2, AD 527-641, Cambridge, 1992.

McCormick Michael, Eternal Victory. Triumphal rulership in late Antiquity, Byzantium and the early medieval West, Cambridge-Paris, 1986.

Meslin Michel, « Agdistis ou l’androgynie malséante », in Boer Margreet B. de, Edridge T. A. (éd.), Hommages à Maarten J. Vermaseren : recueil d’études offert par les auteurs de la série Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain à Maarten J. Vermaseren à l’occasion de son soixantième anniversaire le 7 avril 1978, vol. II, Leyde, Brill, 1978, p. 765-776.

Millar Fergus, A Greek Roman Empire. Power and Belief under Theodosius II (408-450), Berkeley-Los Angeles-Londres, California University Press, 2006, 306 p.

Mommsen Th, Meyer Paulus M., Theodosiani libri XVI cum constitutionibus Sirmondianis, Berlin, 1905.

Morrisson Cécile, Le monde byzantin I. L’empire romain d’Orient (330-641), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2004.

Müller-Wiener Wolfgang, Bildlexikon zur Topographie Istanbuls, Tübingen, 1977, 534 p.

Noailles Pierre, Dain Alphonse, Les novelles de Léon VI le Sage, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Nouvelle collection de textes et documents », 1944.

Oikonomidès Nicolas, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, CNRS éditions, coll. « Le Monde byzantin », 1972.

Pline L’Ancien, Histoire Naturelle. Livre II, Beaujeu J. (éd), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1950.

Piltz Elisabeth, « Middle Byzantine Court Costume », in Maguire Henry, Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997, p. 39-51.

Preger Theodor Scriptores originum constantinopolitanarum, t. I-II, Lipsiae, Teubner, 1901-1907.

Procopius, The Anecdota or Secret History, Dewing H. B. (éd.), Londres-Cambridge-Massachusetts, 1969.

Psellos Michel, Chronographie, Renauld Émile (éd.), t. I-II, Paris, Les Belles Lettres, 19672.

Ringrose Kathryn, The Perfect Servant. Eunuchs and the Social Construction of Gender in Byzantium, Chicago, 2003, 295 p.

Sartre Maurice, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C. -235 après J.-C.), Paris, Seuil, coll. « l’Univers historique », 1991.

Schlinkert Dirk, Ordo senatorius und nobilitas. Die Konstitution des Senatsadels in der Spätantike. Mit einem Appendix über den praepositus sacri cubiculi, den « allmächtigen » Eunuchen am kaiserlichen Hof, Stuttgart, F. Steiner, coll. « Hermes Einzelschriften », 72, 1996.

Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles de Justinien, 6e éd., Berlin, 1959 (Corpus Iuris Civilis, t. III).

Scholten Helga, Der Eunuch in Kaisernähe. Zur politischen und sozialen Bedeutung des praepositus sacri cubiculi im 4. Und 5. Jahrhundert n. Chr., Francfort, 1995.

Schwartz E., Acta Conciliorum Œcumenicorum, t I, 4, Berlin-Leipzig, 1922-1923.

Sevcenko Igor, « The Inscription of Justin II’s Time on the Mevlevihane (Rhesion) Gate at Istanbul », Zbornik Radova Vizantoloskog Institut, n° 12, 1970, p. 1-8.

Sidéris Georges, « La comédie des castrats. Ammien Marcellin et les eunuques, entre eunucophobie et admiration », Revue belge de philologie et d’histoire, n° 78, 2000, p. 681-717.

Sidéris Georges, « Eunuchs of Light. Power, Imperial Ceremonial and Positive Representations of Eunuchs in Byzantium (4th-12th centuries AD) », in Shaun Tougher, Eunuchs…, op. cit., p. 161-175.

Sidéris Georges, Eunuques et pouvoir à Byzance IVe-VIIe siècle, Thèse de doctorat de l’université Paris I Panthéon Sorbonne, Paris, 2001.

Sidéris Georges, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance (IVe-VIe siècles), in Auzépy Marie-France, Cornette Joël, Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2003, p. 163-181.

Sidéris Georges, « Le sexe des anges : la byzantinologie et les questions de genre », in Auzépy Marie-France, Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincenne, 2003, p. 217-233.

Sidéris Georges, « Une société de ville capitale : les eunuques dans la Constantinople byzantine (IVe-XIIe siècle) », in Boucheron Patrick, Menjot Denis, Monnet Pierre, Granier Thomas, Gauvard Claude, Les villes capitales au Moyen Âge, XXXVIe Congrès de la SHMES (Istanbul, 1er-6 juin 2005), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 243-274.

Skylitzès Iôannès, Synopsis Historiarum, Thurn I. (éd.), Berlin, coll. « CFHB », 5, 1973.

Socrate, Histoire Écclésiastique, Hansen G. C., Sirinjan M. (éd.), Berlin, GCS 1, 1995.

Sozomène, Histoire cclésiastique, Bidez J., Hansen G. C. (éd.), Berlin, GCS 4, 1995.

Stevenson Walter, « Eunuchs and early Christianity », in Tougher Shaun, Eunuchs in Antiquity and Beyond, The Classical Press of Wales and Duckworth, Londres, 2002, p. 123-142.

Strabon in Jones H. L., The Geography of Strabo, vol. VI, Londres-New York, coll. « The Loeb Classical Library », 1929.

Théodoret de Cyr, Histoire des moines de Syrie, I-II, Canivet Pierre, Leroy-Molinghen Alice (éd.), Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes » 234, 257, Paris, 1977, 1979.

Théophane : Theophanis Chronographia, C. de Boor (éd.), vol. I, Teubner, Leipzig, 1883.

Theophanes Continuatus, Bekker I. (éd.), Bonn, coll. « CSHB », 1838.

Théophylacte D’achrida, Discours, traités, poésies, Gautier Paul (éd.), Thessalonique, coll. « CFHB », 16, 1980.

Tougher Shaun, Eunuchs in Antiquity and Beyond, Londres, The Classical Press of Wales and Duckworth, 2002.

Tougher Shaun, The Eunuch in Byzantine History and Society, Londres-New York, Routledge, 2008, 256 p.

Turcan Robert, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

Vermaseren Maartin J., Cybele and Attis, the myth and the cult, Londres-Thames-Hudson, 1977.

Vogler Chantal, Constance II et l’administration impériale, Strasbourg, Association pour l’étude de la civilisation romaine, 1979, 325 p.

Waltz P., Anthologie grecque, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1960.

Zépos J. et P., Jus Graeco-Romanum, t. III, 2e éd., Darmstadt, 1962.

Zosime, Histoire nouvelle, Paschoud F. (éd.), t. I-III 2e partie, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1971-1989.

Notes

1 Sur les eunuques comme génos spécifique à Byzance, doté d’une sexualité, aux côtés des hommes et des femmes, voir Georges Sidéris, « Le sexe des anges : la byzantinologie et les questions de genre », in Auzépy Marie-France, Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincenne, 2003, p. 221-222. Pour une désignation des eunuques comme « troisième sexe » dès le tournant des IVe et Ve siècles, voir André Chastagnol, Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles, Paris, Bouquins, Robert Laffont, 1994, « Vie d’Alexandre Sévère », XXIII, 7, p. 586-587. Sur l’attribution à Alexandre Sévère par l’Histoire Auguste de réalités datant en fait de l’époque de sa rédaction, vers 400, voir le commentaire d’André Chastagnol, p. CLXII-CLXIV, et celui de Constantin Zuckerman in Morrisson Cécile, Le monde byzantin I. L’empire romain d’Orient (330-641), Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2004, p. 154-155. Sur la question des eunuques comme genre, voir aussi Kathryn Ringrose, The Perfect Servant. Eunuchs and the Social Construction of Gender in Byzantium, Chicago, 2003, p. 4-5 ; Shaun Tougher, The Eunuch in Byzantine History and Society, Londres-New York, Routledge, 2008, p. 109-111.

2 Theophili Antecessoris Institutiones, I, 11, 9, ex editione E. C. Ferrini, in Zépos J. et P., Jus Graeco-Romanum, t. III, 2e éd., Darmstadt, 1962, t. III, p. 31.

3 Novelle 98 in Noailles Pierre, Dain Alphonse, Les novelles de Léon VI le Sage, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Nouvelle collection de textes et documents », 1944, p. 320-327.

4 Theophili Antecessoris Institutiones…, op. cit., I, 11, 9, t. III, p. 31. Nov. 22 (535), c. 6, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles de Justinien, 6e éd., Berlin, 1959, p. 150-151.

5 Theophili Antecessoris Institutiones…, op. cit., I, 11, 9, t. III, p. 31. Institutes, I, 11, 9, in Krüger P., Institutiones, 16e éd., Berlin, 1954, p. 5.

6 Novelle 26 in Noailles Pierre, Dain Alphonse, Les novelles …, op. cit., p. 100-105.

7 Sur ce culte, son clergé eunuque et son implantation dans l’empire romain, voir Michel Meslin, « Agdistis ou l’androgynie malséante », in Boer Margreet B. de, Edridge T. A. (éd.), Hommages à Maarten J. Vermaseren : recueil d’études offert par les auteurs de la série Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain à Maarten J. Vermaseren à l’occasion de son soixantième anniversaire le 7 avril 1978, Leyde, Brill, vol. II, 1978 ; p. 765-776, H. Graillot, Le culte de Cybèle Mère des Dieux à Rome et dans l’empire romain, Paris, 1912, p. 287-319 ; Maarten J. Vermaseren, Cybele and Attis, the myth and the cult, Londres-Thames-Hudson, 1977, p. 24-144 ; Robert Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 35-75 ; Maurice Sartre, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C. -235 après J.-C.), Paris, Seuil, coll. « l’Univers historique », 1991, p. 477-482.

8 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre II, XCV (93), Beaujeu J. (éd), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1950, p. 92-93 ; Strabon, 13, 4, 14 in Jones Horace L., The Geography of Strabo, vol. VI, Londres-New York, 1929, p. 186-189. Strabon précise que les eunuques sont des Galles, c’est-à-dire des prêtres de la déesse Cybèle ; Ammien Marcellin, Histoire, XXIII, 6, 18, Fontaine J. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1977, p. 103.

9 Maurice Sartre, L’Orient romain…, op. cit., p. 482-483 ; Robert Turcan, Les cultes orientaux…, op. cit., p. 132-133.

10 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, IV, XXVI et V, XXIV, 5, Bardy Gustave (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 31, 1952, p. 207-211 et 41, 1955, p. 68.

11 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, VI, VIII, 2, Bardy Gustave (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 41, p. 95-96. Sur la question, voir Peter Brown, Le renoncement à la chair. Virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, Paris, Gallimard, 1995, p. 215-216 et Walter Stevenson, « Eunuchs and early Christianity », in Tougher Shaun, Eunuchs in Antiquity and Beyond, The Classical Press of Wales and Duckworth, Londres, 2002, p. 127-138.

12 Ces inscriptions sont peut-être issues de milieux hérétiques phrygiens. Tombe de l’évêque Heortasius d’Appia en Phrygie, datant du IVe siècle ( ?) sur laquelle se trouve l’inscription : C. W. M. Cox, « Bishop Heortasius of Appia », in Calder W. M., Keil J., Anatolian Studies presented to William Hepburn Buckler, Manchester, 1939, p. 63-66. Tombe d’Aurelios Appa prêtre eunuque à Laodicée de Phrygie : William M. Calder, Monumenta Asiae Minoris Antiqua, t. VII, Monuments from Eastern Phrygia, Manchester, 1956, n° 67, p. 12.

13 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, VII, 32, 2-3, op. cit., p. 222-223 ; A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. I, A. D. 260-395, Cambridge, University Press, 1971, « Dorotheus I », p. 269. Peter Guyot, Eunuchen als Sklaven und Freigelassene in der grieschich-römischen Antike, Stuttgart, Klette Cotta, 1980, p. 195.

14 Lactance, De la mort des persécuteurs, XIV, 2 et XV, 2, Moreau J. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 39, p. 92 et 93 (pour la citation). Voir également Barnes Timothy David, Constantine and Eusebius, Cambridge-Londres, 1981, p. 24.

15 Acta Sanctorum Novembris collecta digesta illustrata, ab Hippolyto Delehaye, Paulo Peeters et Mauritio Coens, t. II, pars posterior qua continetur Hippolyti Delehaye commentarius perpetuus in Martyrologium Hieronymianum ad recensionem Henrici Quentin, Bruxelles, 1931, p. 137. Voir Baudouin de Gaiffier, « Palatins et eunuques dans quelques documents hagiographiques », Analecta Bollandiana, n° 75, 1957, p. 26.

16 Baudouin de Gaiffier, ibid., p. 35, 45-46 ; Pascal Boulhol et Isabelle Cochelin « La réhabilitation de l’eunuque dans l’hagiographie antique (IVe-VIe siècles), Studi di Antichità Cristiana, n° 48, 1992, p. 52-71.

17 On dispose de nombreux exemples d’eunuques impériaux venant d’Arménie. Par exemple le préposite de Julien, Euthère, enlevé enfant à ses parents, castré, est vendu à des marchands romains qui l’amènent au palais de Constantin : Ammien Marcellin, Histoire, XVI, 7, 5, Galletier E., Fontaine J. (éd.), t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1968, p. 157-158. A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Eutherius I », p. 314-315. Mousèlios, attesté comme préposite en 414, sous Théodose II, non seulement est d’origine arménienne, mais il est peut-être même issu d’une famille princière arménienne, voir Denis Feissel, « Le Philadelphion de Constantinople : Inscriptions et écrits patriographiques », Académie des inscriptions et belles-lettres, comptes-rendus des séances de l’année 2003, janvier-mars 2005, p. 513-514, avec les remarques de J.-P. Mahé, p. 522-523 ; John Robert Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. II, AD 395-527, Cambridge, 1980, « Musellius 1 », p. 768.

18 Parastaseis Syntomoi Chronikai, 7, in Preger Theodor, Scriptores originum constantinopolitanarum, t. I, Lipsiae, Teubner, 1901, p. 23. Voir également, Averil Cameron, Judith Herrin, Al. Cameron, R. Cormack, C. Roueché, Constantinople in the Early Eighth Century : The Parastaseis Syntomoi Chronikai, Leyde, Brill, coll. « Columbia Studies in the Classical tradition », 10, 1984, p. 64-67, 180-182 ; Gilbert Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Paris, PUF, 1984, p. 22, 29-48 ; Albrecht Berger, Untersuchungen zu den Patria Konstantinupoleos, Bonn, R. Habelt, coll. « Poikila Byzantina », 8, 1988, p. 730-732.

19 Patria, I, 58, in Theodor Preger, Scriptores…, op. cit., t. II, Lipsiae, Teubner, 1907, p. 143-144. Sur les Patria, voir Gilbert Dagron, Constantinople imaginaire…, op. cit., p. 48-60.

20 Patria, I, 65, in Theodor Preger, Scriptores …, op. cit., t. II, p. 147. Sur le parakoimômène et le protovestiaire, voir Rodolphe Guilland, « Le Parakoimomène », Études byzantines, n° 2, 1944, p. 193-194 (Rodolphe Guilland, Recherches sur les institutions byzantines. Avec trois index par M. Nauenberg, t. I, Berlin, Amsterdam, coll. « Berliner Byzantinische Arbeiten », 35, 1967, p. 204) et Rodolphe Guilland, « Le Protovestiaire », Études…, op… cit., p. 205-206 (Rodolphe Guilland, Recherches…, op. cit., p. 218). Sur l’eunuque Euphratas et les récits légendaires autour de Constantin et de la fondation de Constantinople, voir Alexander Kazhdan, « Constantin imaginaire. Byzantine Legends of the Ninth Century about Constantine the Great », Byzantion, n° 57, 1987, p. 237-239.

21 Sur l’Ourbikios des Patria, voir Helga Scholten, Der Eunuch in Kaisernähe. Zur politischen und sozialen Bedeutung des praepositus sacri cubiculi im 4. Und 5. Jahrhundert n. Chr., Francfort, 1995. p. 25-26, 211. Sur la carrière et la vie du préposite Ourbikios au Ve début VIe siècle, voir Manfred Clauss, « Urbicius Praepositus Imperii », in Sodalitas. Scritti in onore di Antonio Guarino, t. III, Naples, 1984, p. 1245-1257 ; Helga Scholten, Der Eunuch…, op. cit., p. 237-239 et John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. II, « Urbicius 1 », p. 1188-1190.

22 Voir Roland Delmaire, Les institutions du Bas-Empire romain, de Constantin à Justinien, I : Les institutions civiles palatines, Paris, Le Cerf, 1995, p. 151-153.

23 Voir Baudouin de Gaiffier, Palatins…, op. cit., p. 35, 45-46 ; Pascal Boulhol, Isabelle Cochelin, La réhabilitation …, op. cit., p. 52-71 ; Kathryn Ringrose, The Perfect Servant…, op. cit., p. 202-209 ; Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 100-102. Sur l’emprunt à l’hagiographie par les Patria pour le règne de Constantin, voir Gilbert Dagron, Constantinople imaginaire…, op. cit., p. 86-87.

24 Sur tout ceci, voir Georges Sidéris, « Une société de ville capitale : les eunuques dans la Constantinople byzantine (IVe-XIIe siècle », in Boucheron Patrick, Menjot Denis, Monnet Pierre, Granier Thomas, Gauvard Claude, Les villes capitales au Moyen Âge, XXXVIe Congrès de la SHMES (Istanbul, 1er 6 juin 2005), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 259-261.

25 Sur ces élites et ces « nouveaux hommes », voir Peter Heather, « New men for new Constantines ? Creating an imperial elite in the eastern Mediterranean », in Magdalino Paul, New Constantines. The Rythm of Imperial Renewal in Byzantium, 4th-13th Centuries, Aldershot, Variorum, 1994, p. 11-21 ; Roland Delmaire, Largesses Sacrées et Res Privata. L’Aerarium impérial et son administration du IVe au VIe siècle, Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome », 121, 1989. p. 102 ; Chantal Vogler, Constance II et l’administration impériale, Strasbourg, Association pour l’étude de la civilisation romaine, 1979, p. 284-287. Sur les eunuques comme pouvoir palatin sous Constance II, Ibid., p. 212-216, 286.

26 Claudius Mamertin, Discours de remerciement à l’empereur Julien pour son consulat, in Panégyriques latins, t. III, XI, Galletier E. (éd), Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 6-44 (trad. angl. : Nixon C. E. V., Saylor Rodgers Barbara, In Praise of Later Roman Emperors : The Panegyrici Latini, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1994, p. 393-436, 629-646) ; Ammien Marcellin, Histoire, XXII, 4, Fontaine J., Frézouls E., Berger J.-D (éd.), Paris, 1996, p. 96-98. Voir Gilbert Dagron, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, PUF, 1974, p. 94-95.

27 Artemii Passio (BHG 170-171c, CPG 8082), 18, in Kotter Bonifatius, Die Schriften des Johannes von Damaskos, t. V, Berlin, coll. « Patristische Texte und Studien », 29, 1988, p. 211-212. Si l’on accepte l’existence d’un transfert (ou retransfert) sous Constance II, la date de 357 est donnée en particulier par les Consularia Constantinopolitana (357) : cf. R. W. Burgess, The Chronicle of Hydatius and the Consularia Constantinopolitana, Two contemporary accounts of the final years of the Roman Empire, Oxford, Oxford Classical Monographs, 1993, p. 238. Voir également A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Anatolius 2 », p. 59. Sur la question de la réception des reliques de saint Luc, leur transfert aux Saints-Apôtres et le complexe dossier chronologique, voir R. W. Burgess,, « The Passio S. Artemii, Philostorgius, and the Dates of the Invention and Translations of the Relics of Sts Andrew and Luke », Analecta Bollandiana, n° 121, 2003, p. 5-36.

28 Sur les résidences de Constance II, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 79-82. Sur les empereurs et Antioche, voir aussi J. H. W. G. Liebeschuetz, Antioch. City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1970, en particulier p. 105-110, 135.

29 Timothy David Barnes, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge-Londres, Harvard University Press, 1982, p. 85.

30 Julien, Le discours d’Antioche ou Misopogon, in Julien, Œuvres complètes, t. II, 2, ch. VII, 28 (357), Lacombrade C. (éd.), Paris, coll. « CUF », 1964, p. 181-182.

31 Sur la carrière d’Eusèbe, voir A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Eusebius 11 », p. 302-303 ; Helga Scholten, Der Eunuch …, op. cit., p. 212-213 ; Peter Guyot, Eunuchen…, op. cit., p. 199-201.

32 Ammien Marcellin, Histoire, XVIII, 4, 3, Sabbah G. (éd.), p. 97. Sur cette affaire, voir Georges Sidéris, « La comédie des castrats. Ammien Marcellin et les eunuques, entre eunucophobie et admiration », Revue belge de philologie et d’histoire, n° 78, 2000, p. 689-690.

33 Ammien Marcellin, Histoire, XVI, 7, 7, op. cit., t. I, p. 158 ; A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Eutherius I », p. 314-315.

34 Voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 79-82.

35 Iôannès Malalas, Chronographia, XIII, 17, Thurn I. (éd.), Berlin, coll. « CFHB », 35, 2000, p. 250. Sur l’Octogone, voir Friedrich Wilhelm Deichmann, « Das Oktogon von Antiocheia, Heroon Martyrion, Palastkirche oder Katedrale ? », Byzantinische Zeitschrift, n° 65, 1972, p. 51-52 et Cécile Morrisson, Le monde byzantin I…, op. cit., p. 285-286. Voir A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Gorgonius 2 », p. 398. Sur la politique de construction des empereurs à Antioche comme résidence impériale, voir J. H W. G. Liebeschuetz, Antioch…, op. cit., p. 135.

36 A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, Ibid., « Fl. Claudius Constantius Gallus 4 », p. 224-225.

37 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 2, 10, op. cit. t. I, p. 109-110.

38 A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Gorgonius 2 » et « Gorgonius 3 », p. 398-399.

39 Athanase d’Alexandrie, Historia Arianorum ad Monachos, 20, PG, 25, col. 717, 725 § 28 ; Deux apologies : A l’empereur Constance, Pour sa fuite, Szymusiak J. M. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 56 bis, 1987, ch. xxvi, p. 240-241 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique, III, 20, 4, 9, Bidez J., Hansen G. C. (éd.), Berlin, GCS 4, 1995, p. 134-135 ; Socrate, Histoire ecclésiastique, II, 26, 9-10, Hansen G. C. (éd), Berlin, GCS 1, 1995, p. 136.

40 Sozomène, Histoire ecclésiastique, IV, 12, 4, op. cit., p. 154-155.

41 Ammien Marcellin, XXII, 4, Fontaine J., Frézouls E., Berger J.-D. (éd.), t. III, p. 96-98.

42 Athanase d’Alexandrie, Epistola ad Jovianum, PG, 26, col. 824 A ; Sozomène, Histoire ecclésiastique, VI, 5, op. cit., p. 242-243. Voir A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Probatius 2 », p. 733 et Annick Martin, Athanase d’Alexandrie et l’Église d’Égypte au IVe siècle (328-373), Rome, coll. « Collection de l’École Française de Rome », 1996, p. 588-589.

43 Sur Valens et Constantinople, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 82-84.

44 Zosime, Histoire nouvelle, IV, 5, 3-6, 4, Paschoud F. (éd.), t. II, 2, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1979, p. 266-267.

45 Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 21, 2-3, op. cit., p. 333 ; A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Mardonius 2 », p. 558.

46 Théodoret de Cyr, Histoire des moines de Syrie, VIII, 9, Canivet Pierre, Leroy-Molinghen Alice (éd.), t. I, Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 234, 1977, p. 392-395. Sur Valens et Antioche, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 84.

47 Zosime, Histoire nouvelle…, op. cit., IV, 28, 1-3, p. 291.

48 Codex Theodosianus VII, 8, 3, in Mommsen Th., Meyer Paulus M., Theodosiani libri XVI cum constitutionibus Sirmondianis, Berlin, 1905, p. 328.

49 Voir Helga Scholten, Der Eunuch…, op. cit., p. 51 et Georges Sidéris, Eunuques et pouvoir à Byzance IVe-VIIe siècle, thèse de doctorat de l’université Paris I Panthéon Sorbonne, Paris, 2001, p. 242.

50 Sur ces déplacements, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 84-85.

51 Georges Tate relève le fait qu’au IVe siècle Antioche est la résidence occasionnelle de plusieurs empereurs et il qualifie d’ailleurs la ville entre 337 et 393 de « capitale en second de l’Empire d’Orient », in Morrisson Cécile, Le monde byzantin I…, op. cit., p. 378.

52 John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. II, « Eutropius 1 », p. 440-444.

53 Claudien, Claudii Claudiani Carmina, I, 154-228, Hall John Barrie (éd.), Leipzig, Teubner, 1985, p. 149-152 ; A.H.M. Jones, John Robert Martindale, J. Morris, The Prosopography…, op. cit., t. I, « Flavius Abundantius », p. 4-5.

54 Claudien, Claudii…, op. cit., II, 133-139, 325-346, p. 171-172, 179.

55 Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 86.

56 Voir Georges Sidéris, Une société …, op. cit., p. 246-263.

57 Sur le palais des Blachernes, voir Paul Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, De Boccard, coll. « Travaux et Mémoires, Monographies », 9, 1996, p. 68-74 et Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007, p. 159-163.

58 Pour une vue de l’évolution du Grand Palais et sa composition, voir maintenant Jonathan Bardill, « Visualizing the Great Palace of the Byzantine Emperors at Constantinople. Archaeology, Text, and Topography », in Bauer F. A., Visualisierungen von Herrschaft. Frühmittelalterliche Residenzen Gestalt und Zeremoniell, Istanbul, coll. « Byzas : Veröffentlichungen des Deutschen Archäologischen Instituts Istanbul », 5, 2006, p. 5-40. Sur le Chrysotriklinos et les cérémonies, voir Michael Featherstone, « The Great Palace as Reflected in the De Cerimoniis », in Bauer F. A., ibid., p. 47-59. Sur le Grand Palais, voir Cyril Mango, Le développement urbain de Constantinople (IVe-VIIe siècles), Paris, De Boccard, coll. « Travaux et Mémoires, Monographies », 2, 1990, p. 26 ; Wolfgang Müller-Wiener, Bildlexikon zur Topographie Istanbuls, Tübingen, 1977, p. 229-237.

59 Codex Theodosianus, X, 10, 34 (année 430), in Mommsen Th.-Paulus, Meyer M., Theodosiani…, op. cit., p. 549-550 ; Nov., VIII, Notitia, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles…, op. cit., p. 80-88 et XXX, 7, 1, p. 230.

60 Par exemple, Codex Iustinianus, XII, 5, 3 (loi de l’empereur Léon Ier), Krüger P., Kunkel W. (éd.), Berlin, 1959, p. 455. Sur le Cubiculum, voir Roland Delmaire, Les institutions…, op. cit., p. 149-160 et Georges Sidéris, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance (IVe-VIe siècles), in Auzépy Marie-France, Cornette Joël, Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2003, p. 163-177. Sur la cour de l’impératrice à l’époque mésobyzantine, voir Alexander P. Kazhdan, Michael McCormick, « The Social World of the Byzantine Court » in Maguire Henry, Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997, p. 182-185.

61 Théophane, AM 5940 = Theophanis Chronographia, De Boor C. (éd.), vol. I, Teubner, Leipzig, 1883, p. 98-99. Voir Kenneth G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1982, p. 131.

62 Voir Georges Sidéris, Eunuques, chambre impériale et palais…, op. cit., p. 168-169. Mention du gynécée au Palais : Procope, IV, 6, cf. Procopius, The Anecdota or Secret History, Dewing H. B. (éd.), Londres-Cambridge-Massachusetts, 1969, p. 44-45.

63 Codex Iustinianus XII, 5, 4, op. cit., p. 455, loi de Léon Ier.

64 Pour l’étude détaillée de la constitution d’une bureaucratie eunuque et d’un « eunucat d’État » du IVe au VIIe siècle, voir Georges Sidéris, Eunuques et pouvoir…, op. cit., p. 213-315, 426-446. Voir aussi sur les fonctions des eunuques palatins à l’époque protobyzantine Roland Delmaire, Les institutions…, op. cit., p. 149-172. Sur le sacellaire, voir également Wolfram Brandes, Finanzverwaltung in Krisenzeiten : Untersuchungen zur byzantinischen Administration im 6.-9. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, 2002, p. 427-456. Pour une vision du personnel eunuque jusqu’au XIIe siècle, voir les études de Rodolphe Guilland sur les charges et titres des eunuques rassemblées in Recherches…, op. cit., p. 165-380.

65 John Robert Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. III, AD 527-641, Cambridge, 1992, vol. II, « Narses I », p. 912-927.

66 Voir Roland Delmaire, Les institutions…, op. cit., p. 152. Sur le Sénat, la noblesse sénatoriale et la Cour impériale dans l’antiquité tardive, voir Dirk Schlinkert, Ordo senatorius und nobilitas. Die Konstitution des Senatsadels in der Spätantike. Mit einem Appendix über den praepositus sacri cubiculi, den « allmächtigen » Eunuchen am kaiserlichen Hof, Stuttgart, F. Steiner, coll. « Hermes Einzelschriften », 72, 1996, p. 34-39, 68-83.

67 Constantini Porphyrogeniti imperatoris De Cerimoniis aulae byzantinae I, 92, Reiske I. I. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1829, I, p. 421-422.

68 Corippe, Éloge de l’empereur Justin II, I, 64-159, Antès Serge (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1981, p. 19-23. John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. III, vol. I, « Callinicus 2 », p. 260-261.

69 Nicolas Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, CNRS éditions, coll. « Le Monde Byzantin », 1972, en particulier p. 299-301.

70 Kathryn Ringrose, The Perfect Servant…, op. cit., p. 106-107, 163-183. Voir aussi sur les eunuques comme « groupe socio-institutionnel » à la cour Alexander P. Kazhdan, Michael McCormick, The Social World…, op. cit., p. 178-180.

71 Élisabeth Piltz, « Middle Byzantine Court Costume », in Maguire Henry, Byzantine Court Culture…, op. cit., p. 44-51. Sur les portraits d’eunuques, voir Georges Sidéris, « Eunuchs of Light. Power, Imperial Ceremonial and Positive Representations of Eunuchs in Byzantium (4th-12th centuries AD) », in Tougher Shaun, Eunuchs in Antiquity…, op. cit., p. 168-169 ; Une société …, op. cit., p. 249, 272-274 (photos) ; Kathryn Ringrose, The Perfect Servant…, op. cit., p. 119, 146, 150,166, 170 ; Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 85-94, 111-115.

72 Christine Angelidi, « La version longue de la vision du moine Cosmas », Analecta Bollandiana, n° 101, 1983, p. 86-87, 96-97. Voir commentaire, p. 73-77, 96-97 et Georges Sidéris, Eunuchs of Light op. cit., p. 165-168. Sur les eunuques et les anges voir aussi Kathryn Ringrose, The Perfect Servant…, op. cit., p. 161-162, 204-205 ; Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 106-107, 114-115.

73 Sur l’empereur, les eunuques et la cour à l’hippodrome, voir Gilbert Dagron, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Travaux et mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 13, 2000, p. 118-121. Sur les cortèges impériaux dans la Ville, voir Judith Herrin, « Byzance : Le palais et la ville », Byzantion, n° 61, 1991, p. 225-230 ; Michael McCormick, Eternal Victory. Triumphal rulership in late antiquity, Byzantium, and the early medieval West, Cambridge-Paris, 1986, p. 124-219.

74 Dirk Schlinkert, Ordo…, op. cit., p. 117-144 ; Georges Sidéris, Une société …, op. cit., p. 250-253.

75 E. Schwartz, Acta Conciliorum Œcumenicorum, t. I, 4, Berlin-Leipzig, 1922-1923, p. 223-224 ; John Robert Martindale, The Prosopography …, op. cit., t. 2, « Chryseros 1 », p. 297 ; Helga Scholten, Der Eunuch…, op. cit., p. 102-104, 232-233. Sur l’accroissement du pouvoir et de l’influence des eunuques à la cour de Théodose II, voir Fergus Millar, A Greek Roman Empire. Power and Belief under Theodosius II (408-450), Berkeley-Los Angeles-Londres, California University Press, 2006, p. 194, 218.

76 Callinicos, Vie d’Hypatios (BHG 760), 12, 4-13 et 15, 9, Bartelink G. J. M. (éd.), Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chrétiennes », 177, 1971, p. 116-121, 126-127.

77 Anna Avraméa, « Bornes et propriétés foncières de Constantinople et de Thrace », Travaux et mémoires du Centre d’Histoire et civilisation de Byzance, n° 10, 1987, p. 399-401. Pour des exemples de proasteia situés à Constantinople ou à ses portes à la période protobyzantine, voir Michel Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle. Propriété et exploitation du sol, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 10, 1992, p. 143-144.

78 Nov. 43 du 17 mai 537, adressée à Longinos, préfet de la ville, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles…, op. cit., p. 269-273. Voir Gilbert Dagron, « Ainsi rien n’échappera à la réglementation. État, Église, corporations, confréries : à propos des inhumations à Constantinople (IVe-Xe siècle) », in Kravari Vassiliki, Lefort Jacques, Morrisson Cécile, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, t. II : VIIIe-XVe siècle, Paris, Lethielleux, coll. « Réalités Byzantines », 3, 1991, p. 157-158, 173.

79 Geoffrey Greatrex, Jonathan Bardill, « Antiochus the Praepositus : A Persian Eunuch at the Court of Theodosius II », Dumbarton Oaks Papers, n° 50, 1996, p. 193-197.

80 Sur le palais de Lausos, voir Cyril Mango, Le développement…, op. cit., p. 58-59 ; Wolfgang Müller-Wiener, Bildlexikon…, op. cit., p. 238-239. Sur Lausos, voir John Robert Martindale, The Prosopography …, op. cit., t. II, « Lausus 1 » et « Lausus 2 », p. 660-661.

81 Georgius Cedrenus, Bekker I. (éd.), t. I, Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1838, p. 564. Cyril Mango, « Antique Statuary and the Byzantine Beholder », Dumbarton Oaks Papers, n° 17, 1963, p. 58.

82 Alexandra A. Čekalova, « Fortune des sénateurs de Constantinople du IVe au début du VIIe siècle », in Eupsychia. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, t. I, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », 16, 1998, p. 121, 126 ; Gilbert Dagron, « Le christianisme dans la ville byzantine », Dumbarton Oaks Papers, n° 31, 1977, p. 8-9. Sur l’importance de l’oikos aristocratique à Constantinople, cf. Paul Magdalino, Constantinople…, op. cit., p. 43-48.

83 P. Waltz, Anthologie grecque, I, 5, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1960, p. 14 ; Rodolphe Guilland, « Le Préposite », Byzantinoslavica, n° 22, 1961, p. 279 (Rodolphe Guilland, Recherches… op. cit., t. I, p. 357) ; John Robert Martindale, The Prosopography …, op. cit., t. II, « Amantius 4 », p. 68.

84 Patria, III, 37, 94 et 95, in Preger Theodor, Scriptores…, op. cit., t. II, p. 229-231, 249 ; Théophane, AM 6063 : Theophanis Chronographia …, op. cit., t. I, p. 243-244. Voir Paul Magdalino, Constantinople…, op. cit., p. 21 ; John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. III, vol. II, « Narses 3 », p. 930 ; Raymond Janin, Constantinople byzantine. Développement urbain et répertoire topographique, Paris, Institut Français d’Études Byzantines, 1964, p. 395 ; La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, I, Le siège de Constantinople et le patriarcat oecuménique, t. III : Les églises et les monastères, Paris, Institut Français d’Études Byzantines, 1969, p. 555.

85 Patria, III, 197, in Preger Theodor, Scriptores…, op. cit., t. II, p. 277. Voir Raymond Janin, Constantinople byzantine…, op. cit., p. 426 ; John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. III, vol. II, « Smaragdus 2 », p. 1164-1166 ; Albrecht Berger, Untersuchungen…, op. cit., p. 748-749.

86 Voir Paul Magdalino, Constantinople…, op. cit., p. 42-43.

87 Alexandra A. Čekalova, Fortune…, op. cit., p. 119-129 ; Gilbert Dagron, Le christianisme…, op. cit., p. 8-11.

88 Denis Feissel, Le Philadelphion…, op. cit., p. 500-521.

89 Igor Sevcenko, « The Inscription of Justin II’s Time on the Mevlevihane (Rhesion) Gate at Istanbul », Zbornik Radova Vizantoloskog Institut, n° 12, 1970, p. 1-8

90 Ioannis Malalae…, op. cit., XIV, 19, p. 283. Sur la faction des Verts sous Théodose II, voir Alan Cameron, Porphyrius The Charioteer, Oxford, 1973, p. 233. Sur l’influence de Chrysaphios, voir Fergus Millar, A Greek Roman Empire…, op. cit., p. 192-196 ; Kenneth G. Holum, Theodosian Empresses…, op. cit., p. 191-207. Sur la carrière de Chrysaphios, voir Helga Scholten, Der Eunuch …, op. cit., p. 248-249 et John Robert Martindale, The Prosopography…, op. cit., t. II, « Chrysaphius qui et Ztummas », p. 295-297.

91 Leôn Diakonos III, 7, Hase C. B. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1828, p. 46-47 ; Iôannès Skylitzès, Synopsis Historiarum, Thurn I (éd.), Berlin, coll. « CFHB », 5, 1973, p. 258-259 ; Georges Sidéris, Une société …, op. cit., p. 252 ; Rodolphe Guilland, « Les eunuques dans l’Empire byzantin », Études Byzantines, n° 1, 1943, p. 223-226 (Rodolphe Guilland, Recherches…, op. cit., p. 182-183) ; Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 65, 138.

92 Iôannès Skylitzès, Synopsis…, op. cit., p. 389-393 ; Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., I, p. 54, 86-88. Voir Paul Magdalino, « Paphlagonians in Byzantine High Society », in Lampakès St., Byzantine Asia Minor (6th-12th cent.), Athènes, Institut des Études Byzantines, 1998, p. 145 ; Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 65, 151.

93 Théophylacte d’Achrida, Discours, traités, poésies, Gautier Paul (éd.), Thessalonique, coll. « CFHB », 16, 1980, p. 287-331 et commentaire p. 16-17.

94 Marc le Diacre, Vie de Porphyre évêque de Gaza (BHG 1570), 36-38, 52, Grégoire H., Kugener M. A. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « CUF », 1930, p. 31-33, 43.

95 Théophane, AM 5955 : Theophanis Chronographia …, op. cit., t. I, p. 113. Raymond Janin, La géographie ecclésiastique …, op. cit., p. 292.

96 Callinicos, Vie d’Hypatios…, op. cit., 15, 9 et 51, 9-11, p. 126-127, 290-291.

97 Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis in John of Ephesus, Lives of the Eastern Saints, Brooks E. W. (éd.), III, Patrologia Orientalis XIX-2, Turnhout, 1989, p. 202-204. Sur le castrensis, voir Roland Delmaire, Les institutions…, op. cit., p. 160-166.

98 Nov. 133, 5, in Schoell R., Kroll G., Kunkel W., Novelles…, op. cit., p. 672-673 (loi de 539). Sur les eunuques comme lien entre le monde et une sainte ou une abbesse, en particulier à Constantinople, voir Nathalie Delierneux, « Anne-Euphémianos, l’épouse devenue eunuque : Continuité et évolution d’un modèle hagiographique », Byzantion, n° 72, 2002, p. 136-137.

99 Palladios, Dialogue sur la vie de saint Jean Chrysostome, V, 53-65, Malingrey A.-M. Leclercq P. (éd.), t. I, Paris, Le Cerf, coll. « Sources Chétiennes », 342, 1988, p. 112-115 ; Socrate, Histoire ecclésiastique, VI, 2, 10-11, op. cit., p. 313. Sur le déroulement de l’affaire, voir Gilbert Dagron, Constantinople…, op. cit., p. 464-465 et Kirsten Gross-Albenhausen, Imperator christianissimus : Der christliche Kaiser bei Ambrosius und Johannes Chrysostomus, Francfort-sur-le-Main, 1999, p. 146.

100 Sur les patriarches eunuques, voir Shaun Tougher, The Eunuch…, op. cit., p. 70-71.

101 Theophanes Continuatus, Bekker I. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1838, p. 364-365 ; Raymond Janin, La géographie ecclésiastique …, op. cit., p. 298-300.

102 Paul Gautier, « La diataxis de Michel Attaliate », Revue des Études Byzantines, n° 39, 1981, p. 26-29, 58-59, 64-65. Voir aussi le commentaire de P. Gautier dans Théophylacte d’Achrida, Discours, op. cit., n. 64, p. 328 et Kathryn Ringrose, The Perfect Servant, op. cit., p. 121.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne (IUFM)

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540