Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Les sociétés de cour

La tente impériale à Byzance : une cour ambulante (IVe-XIIe siècle)

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • 1 Nous ne traiterons pas du camp en tant que tel, c’est-à-dire, de l’aptitude du terrain pour le cho (...)

1La tente impériale constitue à Byzance un lieu de sociabilité concurrentiel du palais impérial. On y rencontre en effet non seulement les parents de l’empereur, mais aussi une grande partie de la cour avec ses serviteurs et parfois le gynécée. Autour de la tente impériale, se dressaient à proximité les tentes des proches de l’empereur, puis, à plus grande distance, celles des généraux qui avaient des liens plus lâches avec l’empereur soit au niveau de la parenté soit au niveau de l’amitié. Enfin, dans le dernier cercle, les tentes des simples soldats et de tout le personnel d’intendance, l’ensemble constituant ce que l’on appelait le camp « phossaton » ou « stratopédon »1.

  • 2 Discours de Constantin VII de 959 : Hélène Ahrweiler, « Un discours inédit de Constantin VII Porph (...)
  • 3 Voir ci-dessous, p. 80.

2La tente impériale est perçue avant tout dans le cadre de l’armée en campagne. Or tous les empereurs n’ont pas toujours eu un rôle militaire de premier plan. Certains empereurs se sont même abstenus de toute activité militaire, mais cela ne signifie pas pour autant que la tente impériale ait été absente de leurs préoccupations. Ainsi, l’empereur Constantin VII Porphyrogénète, empereur lettré reclus dans son palais et dont les promesses de se joindre à ses vaillants soldats en campagne contre les Hamdanides restèrent lettre morte2, nous fournit néanmoins dans l’un de ses trois traités militaires l’exacte description du personnel attaché à la tente impériale pendant les grandes campagnes du Xe siècle3. Par ailleurs, la tente a pu constituer un lieu de légitimation impériale dans le système byzantin, hérité de Rome, où le militaire est intimement lié à la proclamation de l’empereur : l’armée, le Sénat et le peuple sont à l’origine les trois composantes de la légitimation de l’empereur à Byzance.

3Partant de ce constat, qui ouvre diverses perspectives, nous nous proposons dans cet article d’examiner d’abord la tente impériale sous un angle institutionnel avant de l’étudier ensuite comme lieu de résidence et de sociabilité et, enfin, comme siège du conseil impérial et haut lieu de la diplomatie impériale.

La tente impériale, un lieu institutionnel

La tente comme lieu de légitimation de l’empereur

  • 4 Gilbert Dagron, Constantinople imaginaire, études sur le recueil des Patria, Paris, PUF, 1984, p. (...)
  • 5 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, 199 (...)
  • 6 Anne Comnène, Alexiade, II, 7, 4-7, Leib Bernard (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 19672, t. I, p. (...)

4On rappellera que le camp militaire est à l’égal du palais le lieu où l’on fait l’empereur et que l’origine légendaire de la conquête de l’ancienne Byzance par Constantin est issue de son camp retranché planté sur le forum4. L’identification du camp militaire au palais comme lieu de légitimation impériale se trouve explicité dans le cérémonial du couronnement. Gilbert Dagron, qui a analysé les différents modèles de couronnement proposés par les divers protocoles du Livre des Cérémonies, a mis en relief la coexistence au Xe siècle d’un modèle « classique », valorisé par Constantin VII, et d’un « cérémonial à l’ancienne »5. Dans le premier cas, le couronnement a comme lieux successifs, le palais et l’église, tout en donnant le rôle prépondérant à l’église puisque, après avoir parcouru les différentes salles du palais et procédé à un certain nombre de rituels, c’est à Sainte-Sophie que l’empereur est revêtu de la chlamyde et couronné par le patriarche : cette forme aboutie au Xe siècle correspond à l’époque où les héritiers de la dynastie macédonienne, les princes porphyrogénètes, étaient associés au trône de l’empereur principal alors qu’ils étaient encore en bas âge. À ce modèle s’oppose le « cérémonial à l’ancienne » : l’armée se rassemble à l’Hebdomon, champ de mars à l’extérieur de la ville, et proclame empereur le général qui se pose comme prétendant au trône. Il est élevé sur le pavois ou conduit à une tribune (tribounalion) et couronné du collier (torques) par le premier chef de camp. Puis, dissimulé par les boucliers, il revêt la chlamyde et se ceint du diadème (stemma). Alors il apparaît au peuple armé (laos) qui l’acclame. Mais ce cérémonial comporte deux parties, car il fait ensuite son entrée solennelle dans la Ville (adventus) : il est successivement désigné par le Sénat, acclamé par le peuple à l’hippodrome et couronné à Sainte-Sophie par le patriarche. Ces protocoles se sont diversifiés et, en particulier, le dernier a donné lieu à une variante qui fait de la tente impériale le centre de la proclamation, quand le général est choisi par l’armée et proclamé empereur loin de Constantinople. Ce fut le cas de la proclamation d’Alexis Ier Comnène qui fut choisi par l’armée et chaussé des bottines rouges à Schiza en Thrace où il avait réuni en tant que domestique des Scholes « l’ensemble de l’armée » en février 10816. Mais il fallait au candidat au trône, proclamé empereur par l’armée, entrer dans la Ville (Constantinople) pour être légitimé par le Sénat et le peuple et couronné par le patriarche, raison pour laquelle nombre de proclamations n’aboutirent pas.

  • 7 Voir à ce sujet Jean-Claude Cheynet, « La colère du peuple à Byzance (Xe-XIIe siècles) », Histoire (...)
  • 8 Michel Psellos, Chronographie, Renauld Émile (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 19672, t. I, p. 126 (...)
  • 9 Ibid., p. 127.
  • 10 La jeune princesse latine est représentée sur l’illustration d’un manuscrit (Vat. Gr. 1851) conten (...)

5Ainsi, la tente impériale est en quelque sorte le vestibule du palais, un passage où l’on va revêtir la pourpre avant l’entrée dans le palais. En témoigne le rituel de l’intronisation de Constantin Monomaque rappelé d’exil pour épouser l’impératrice Zoé, qui tenait le trône par hérédité dynastique et qui avait été elle-même rappelée d’exil grâce à la révolte du peuple de Constantinople7 : « lorsqu’il fut près de la ville, un pied-à-terre superbe lui est préparé ; on lui dresse une tente impériale autour de laquelle se tient debout la garde impériale et une splendeur magnifique attend, devant le palais, le personnage »8. Le récit de Michel Psellos décrit précisément deux lieux de festivités, l’un dans la Ville, l’autre hors les murs, jouxtant la Ville, là où se trouve la tente impériale. C’est d’abord vers cette dernière que le peuple accourt. Puis, quand : « tout fut prêt et que furent achevés comme ils le devaient les préparatifs, on lui donna le signal d’entrée, et, au milieu d’une pompe superbe, il pénétra dans le Palais Sacré »9. C’est selon le même rituel que se déroula la réception en 1179 de la fiancée du jeune Alexis II, Agnès de France, fille de Louis VII : plus de soixante-dix femmes de la maison impériale sont venues l’accueillir et l’habiller dans la tente impériale dressée hors les murs. Marie la Porphyrogénète, la basilissa sœur d’Alexis II, a elle aussi fait le déplacement pour accueillir sa future belle-sœur et impératrice10.

  • 11 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96.
  • 12 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 2, op. cit., t. II, p. 181.
  • 13 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96.
  • 14 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 5, op. cit., t. II, p. 183.

6La complémentarité de la tente impériale et du palais a pu conduire les usurpateurs à identifier la tente au palais et à en faire un authentique lieu de légitimation. Ce fut le cas d’Isaac Comnène quand il reçut sous sa tente l’ambassade envoyée en août 1057 par l’empereur Michel VI, composée de Michel Psellos, Théodore Alôpos et Constantin Lichoudis. L’heure est certes grave pour l’empereur qui sent son pouvoir lui échapper et le rebelle plus assuré depuis sa victoire armée, mais il reste l’empereur légitime trônant à Constantinople. Or Isaac Comnène va déployer une mise en scène destinée à persuader les ambassadeurs venus de Constantinople que lui, le rebelle proclamé empereur à Nicée par l’armée, est désormais le véritable autocrator. C’est en tout cas ce que dit ressentir Psellos quand il est entré dans la tente impériale. La tente d’Isaac était immense, apte à contenir l’armée byzantine entière. L’ambassadeur put admirer à l’intérieur le trône à deux têtes plaqué d’or ; il vit Isaac revêtu des vêtement impériaux et constata que tout était ordonnancé conformément au cérémonial impérial avec les différents cercles concentriques autour de sa personne, relevant que le cercle le plus proche était constitué des chefs des plus grandes familles, ce qui signifiait le ralliement de l’aristocratie à Isaac. En second lieu, Psellos note l’effroi qui se dégageait de la scène comme l’exigeait la solennité de l’événement, lorsque l’empereur autocrator devait soumettre ses soldats par sa seule attitude : « Tout, en vérité, était digne d’un empereur et rempli de terreur »11. C’est à une scène comparable, qui avait comme théâtre la tente impériale, qu’ont assisté les proches d’Alexis Ier en juin 1094, quand l’empereur, incertain de la fidélité de ses troupes lors du complot fomenté par Nicéphore Diogénès, « s’assit sur le trône avec un visage terrible et l’allure d’un soldat tout autant que celle d’un empereur »12. À la crainte qu’inspirait Isaac Comnène répondit la clameur du peuple en armes, qui frappa comme un tonnerre13, tandis qu’au discours d’Alexis à son armée répondit une formidable clameur telle que, au dire de ceux qui étaient là, aucune oreille n’en avait jamais entendu auparavant et n’en a jamais entendu depuis14. Ainsi la tente impériale peut être considérée comme un centre de légitimation impériale à l’égal du palais. De même qu’à Constantinople l’empereur est légitimé en son palais par l’aristocratie à son service et à l’hippodrome par les acclamations de son peuple, de même, hors de la Ville, l’empereur trouve dans la tente impériale son peuple en armes comme source nouvelle de légitimité.

La tente impériale face aux complots

  • 15 Selon l’historien du règne de Manuel Ier, Kinnamos, c’est ainsi qu’en 1167 le protostratôt Alexis (...)

7Dans la tente, comme dans le palais, l’empereur risque toujours d’être contesté ou trahi et les complots ne manquèrent pas. Dans une certaine mesure on peut assimiler la tente impériale à l’hippodrome où le peuple proclame l’empereur, l’acclame et le glorifie. La loge de l’empereur à l’hippodrome est le lieu extérieur du palais, le lieu exposé, mais que l’empereur peut quitter, quand il veut, pour se réfugier à l’intérieur du palais dont les murs le protègent, mais aussi sa garde personnelle, le fameux tagma des Excubites ou celui de la Veille ou encore celui des Varanges. En revanche, la tente impériale est gardée uniquement par le laos (le peuple en armes), et une seule défection peut coûter la vie à l’empereur. Les motifs peuvent être des plus triviaux : l’empereur n’a plus assez de fonds pour payer la solde de ses mercenaires. Et les soldats rallient d’autant plus facilement celui qui complote contre la vie du souverain15.

  • 16 Le peuple des dèmes est massé dans l’Hippodrome et ils sont des dizaines de milliers à faire sédit (...)
  • 17 L’exemple de Justinien II (685-698 ; 705-711) est exceptionnel, mais le rétablissement eut lieu, i (...)
  • 18 Nicétas Choniatès, Historia, Van Dieten Ioannès A. (éd.), Berlin, W. de Gruyter, coll. « CFHB », x (...)
  • 19 Jean Kinnamos, Épitomè op. cit., p. 129 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 92 : « Après qu’Andro (...)
  • 20 Nicétas Choniatès, Historia…, op. cit., p. 450-451.
  • 21 Ibid.
  • 22 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 94-95.
  • 23 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 4, op. cit., t. II, p. 182.
  • 24 D’où les libelles injurieux qu’ils composèrent à son égard, voir Anne Comnène, Alexiade, XIII, 1, (...)

8Si l’empereur quitte son palais, forcé par une rébellion, il se trouve en danger, comme en témoigne la révolte Nika en 53216. Il y a peu d’exemples d’empereurs qui, ayant abandonné le palais devant un rebelle ou une insurrection, ont pu se rétablir17. De la même façon, l’empereur doit entrer dans le palais pour devenir l’autocrator légitime, quitte à l’investir, comme en témoigne l’exemple de Jean II Comnène, lors de la mort d’Alexis Ier. Une fois entré, il se barricada entre ses murs le temps des funérailles de son père et de sa prise en main du pouvoir18. À Byzance, par conséquent, la légitimité impériale est davantage liée au lieu de pouvoir qu’à l’homme qui détient le pouvoir. La tente impériale devient tout naturellement une sorte de substitution du palais hors la ville. Aussi, quand l’empereur est en campagne, quitter la tente impériale en laissant le gros de l’armée dans le campement le met immédiatement en danger, car sa seule protection est l’armée qui est également la source de sa légitimation. De plus, contrairement au Palais dont l’espace fonctionnel est celui de la Ville englobant le peuple, le Sénat, le patriarche, la tente impériale n’a pas d’espace extérieur politique. En 1154, l’empereur Manuel Ier, qui menait une campagne contre les Hongrois, avait l’habitude de s’éloigner de sa tente pour aller chasser de nuit et c’est ainsi qu’il s’exposa au danger d’être assassiné par son cousin Andronic qui rêvait d’usurper le trône19. C’est alors qu’il était en campagne contre les Bulgares qu’Isaac II Ange, qui avait établi son campement à Kypsela, fut détrôné : l’empereur s’était éloigné de la tente impériale à une distance de trente stades, c’est-à-dire à peine 600 mètres, quand son frère Alexis « et ses proches amis et compagnons conspirateurs qui complotaient avec lui d’achever leur dessein entrèrent dans le pavillon impérial »20. Il y eut d’abord une « révolution de palais » avec le ralliement à Alexis Ange des aristocrates issus des plus grandes familles, Branas, Paléologue, Cantacuzène, y compris des noms à consonance occidentale, byzantinisés depuis plus d’un siècle, les Pétraliphas et les Raoul. Puis, « dès qu’elles eurent ouï-dire de la révolution, toutes les unités de l’armée firent défection, y compris ceux qui inclinaient pour Isaac »21. Ensuite, ce fut le tour de ses propres gens et, enfin, il y eut la proclamation de son frère Alexis comme empereur. Ce dernier exemple témoigne d’une plus grande facilité du coup d’État dans la tente impériale que dans le palais surtout à cause de la présence de l’armée dans le camp militaire et de sa concentration pendant une campagne, qui empêche le souverain menacé de faire appel à d’autres contingents qui lui seraient restés fidèles et qu’il aurait pu opposer à l’armée révoltée. L’empereur byzantin, héritier de l’empereur romain, est avant tout un général quand il est à la tête des armées en campagne. Et c’est d’ailleurs ainsi qu’il apparaissait de prime abord : quand Isaac Comnène, proclamé empereur, reçut les ambassadeurs à Nicée, il était assis « sur un siège élevé » et il se trouvait « dans un appareil rappelant moins un empereur qu’un homme de guerre »22. Sa cour n’était donc pas composée « d’hommes oisifs », mais de porteurs de glaives, de haches de fer et de lances. C’est plus tard que les mêmes observateurs virent qu’ils avaient affaire non à un simple général, mais à l’empereur. Ils découvrirent le trône d’or, les habits somptueux dignes de l’empereur et surtout l’allure impériale de ce général. Paradoxalement, c’est en étant le plus protégé (par son armée entière), que l’empereur est le plus vulnérable. Deux exemples sous le règne d’Alexis Ier en témoignent : d’abord en 1094, quand Alexis fit entrer à l’intérieur de la tente impériale l’armée, dont une partie avait trempé dans le complot de Nicéphore Diogénès, « il appréhendait que dans cette assemblée mêlée certains ne méditassent contre lui quelque nouveau coup imprévu et terrible »23. En 1107, les frères Aaron, descendants de Jean Vladislav, dernier roi de Bulgarie, avaient projeté d’assassiner l’empereur. Ils tentaient de rallier les séditieux (dont on ne connaît ni les noms ni les motivations) et il leur semblait que l’affaire serait facile à réaliser, car ils avaient la possibilité d’entrer comme ils voulaient dans la tente impériale à condition que son épouse, l’impératrice Irène Doukaina, ne fût plus aux côtés d’Alexis, car sa présence gênait les conspirateurs24. La mise en cause de la légitimation impériale par l’armée était plus habituelle dans la tente impériale qu’au palais.

La tente impériale et l’ennemi

  • 25 Constantine Porphyrogenitus, Three treatises on Imperial Military expeditions, Haldon John. F. (éd (...)
  • 26 Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, Flusin Bernard, Cheynet Jean-Claude (éd.), Paris, Let (...)
  • 27 Ibid., p. 215-216. Pour le contenu du trésor impérial ravi par l’ennemi, voir ci-dessous.
  • 28 Nicétas Choniatès, Historia…, op. cit., p. 189.
  • 29 Ibid., p. 192.

9Ce lieu symbolique de la légitimation impériale marque l’entrée triomphale de l’empereur Théophile dans la Ville en 837 au retour de sa campagne victorieuse sur les Arabes. Après avoir débarqué successivement à Hiéreia, Saint-Mamas et aux Blachernes, Théophile longea à cheval la muraille extérieure, investit le pavillon que l’on avait préparé pour lui et y resta jusqu’à ce que la ville fût prête pour son adventus. Il s’agit de confirmer le pouvoir impérial grâce au triomphe et la tente en était une des étapes essentielles. D’ailleurs, ce fut tout armé, vêtu d’une tunique en forme de cuirasse brodée d’or, appelée « bouquet de roses », avec une épée à la ceinture et couronné de la tiare que Théophile sortit de la tente et monta sur son cheval blanc au caparaçon orné de joyaux, tenant à la main droite un sceptre25. Il était donc primordial pour l’honneur de l’armée et de l’empereur que la tente impériale fût toujours préservée des incursions ennemies. La capture par l’ennemi de la tente impériale signifie non seulement la défaite, mais le déshonneur suprême. Ainsi, en 986, près de Triaditza (Sardique), le tsar bulgare Samuel contraignit l’armée byzantine à fuir en abandonnant le camp précipitamment et il s’empara de la tente impériale avec les insignes impériaux que l’empereur y déposait lors des combats : couronne, chaussons de pourpre, chlamyde, sceptre et autres insignes26. De même, quand Romain III Argyre fut défait à A’azâz en Syrie, en 1030, tout le contenu de la tente impériale fut ravi par l’ennemi, ce qui, de plus, constituait ici un authentique trésor27. La littérature offre néanmoins peu d’exemples de prise de la tente impériale. La raison en est souvent l’omission volontaire, car la défaite en était d’autant aggravée. Or, si l’on considère le nombre des défaites impériales où l’empereur parvint difficilement à échapper aux ennemis, on peut être sûr qu’en ces circonstances, la tente impériale était abandonnée aux ennemis. Un fait néanmoins relève d’être mentionné lors de la terrible défaite de Manuel Ier Comnène à Myrioképhalon en septembre 1176 : le sultan Kilij Arslan II empêcha ses troupes de s’emparer de la tente impériale et des débris de l’armée impériale qui s’y trouvaient, y compris l’empereur28, préférant à cette dernière humiliation la signature d’un traité, qui contraignait l’empereur à abandonner toute nouvelle fortification en Asie Mineure et même à détruire deux importantes forteresses byzantines29.

La tente impériale comme lieu de résidence et de sociabilité

La famille impériale et les grands de l’empire

10La tente impériale était à l’égal du palais un lieu de résidence de la famille impériale, avec ses serviteurs et ses domestiques. Comme les parents et les proches étaient souvent logés dans les tentes disposées autour de la tente impériale, l’empereur et l’impératrice tenaient leur cour dans leur tente comme il en était au palais.

  • 30 Chronicon Paschale…, op. cit., p. 714.
  • 31 Nikephoros Patriarch of Constantinople, Short History, Mango Cyril (éd.), Washington (D.C.), Dumba (...)
  • 32 Nikephoros Patriarch of Constantinople, Short History…, op. cit., chap. XX, l. 1-4.
  • 33 Jean Skylitzès, Empereurs…, op. cit., p. 225. Un bon témoignage des campagnes de Nicéphore Phocas (...)
  • 34 Anne Comnène, Alexiade, XII, 3, 8 ; XIII, 1, 4, op. cit., t. III, p. 62-63, 88.

11Dès la haute époque, on vit les impératrices accompagner l’empereur et, parfois, avec leurs enfants encore en bas âge. Un exemple célèbre est celui d’Héraclius : selon la Chronique Pascale, en 624, Héraclius partit accompagné de sa femme Martina et de ses enfants, mais ces derniers après avoir célébré la fête de Pâques à Nicomédie furent renvoyés dans la capitale30. Son quatrième enfant, le futur Héraclius II (également appelé Héraklonas), naquit en Lazique en 626, car Martina était partie enceinte en campagne avec l’empereur31. Ce dernier emmena à nouveau son épouse Martina et son fils Héraklonas, alors âgé de sept ou huit ans, pendant sa campagne contre les Arabes en 633-63432. Autre exemple, celui de Nicéphore Phocas, qui, grand général avant son avènement, continua de mener la guerre contre les Hamdanides pendant son règne. En juillet 964, il emmena avec lui son épouse Théophano et les enfants que celle-ci avait eus de son premier mariage avec Romain II : ils étaient encore très jeunes, âgés de cinq et huit ans. Nicéphore les laissa néanmoins en sécurité hors de la Cilicie, théâtre des opérations, dans une forteresse nommée Drizion en Cappadoce33. L’empereur Alexis Ier Comnène emmenait souvent avec lui son épouse Irène Doukaina, surtout quand elle fut débarrassée des maternités après la naissance de Zoé, sa dernière-née en 1098. Mais l’impératrice était déjà aux côtés d’Alexis lors de l’expédition de l’autocrator contre le Serbe Volkan en 1094. Elle avait, à la fin du règne, une si grande influence sur l’empereur qu’il ne pouvait se passer d’elle. En octobre 1107, elle était encore aux côtés d’Alexis en campagne contre le Normand, Bohémond. Sa fille, Anne Comnène, mentionne cependant que ce n’était pas toujours de bon gré que l’impératrice accompagnait l’empereur, car, précisément en cette occasion, une fois arrivée en Thrace, elle aurait voulu retourner à Constantinople, ce que l’empereur refusa34.

  • 35 Ibid., XII, 3, 6, t. III, p. 62 : « Pour signaler la présence de la basilissa au milieu des troupe (...)
  • 36 Théophane AM 6305 [AD 812/813] = The Chronicle of Theophanes Confessor, Byzantine and Near Eastern (...)
  • 37 Anne Comnène, Alexiade, XIII, 1, 6, op. cit., t. III, p. 89.

12L’impératrice devait au milieu de l’armée faire preuve d’une extrême pudeur, car elle se trouvait en public : elle était voilée quand elle se déplaçait35. L’armée ne réagissait pas toujours favorablement à la présence de l’impératrice aux côtés de son époux. Ainsi les soldats raillèrent l’impératrice Procopia qui accompagnait l’empereur Michel Ier Rangabé dans sa campagne contre les Bulgares au printemps 813. Ils prétendaient qu’elle n’était pas à sa place36. De même, l’épouse de l’empereur Alexis Ier fut la cible des mécontents lors de la campagne de 1107, comme en témoignent les libelles injurieux que des soldats avaient mis dans un sac qu’ils jetèrent dans la tente impériale. Ils visaient nommément Irène Doukaina. Il s’agissait, selon Anne Comnène, d’éloigner l’impératrice pour pouvoir attenter à la vie de l’empereur37, mais une telle explication ne peut s’interpréter que dans l’attitude plus globale de l’armée qui n’acceptait pas toujours la présence de l’impératrice dans le camp.

  • 38 Jean Zonaras, Épitomè XVIII, 26, op. cit., p. 753.
  • 39 Mentionnant cette campagne elle dit, en effet, avoir été avec son père à Philippoupolis (novembre (...)

13Il fallait lors de tels déplacements une seconde cour, un gynécée, pour répondre aux besoins de l’augousta. Ainsi Jean Zonaras, autre chroniqueur du XIIe siècle, raconte que l’empereur Alexis Ier était parti avec le gynécée en plein hiver (vers 1112) en Chersonnèse de Thrace pour inspecter les troupes. Arriva l’été, l’impératrice tomba malade et l’empereur ne la quitta plus jusqu’à ce qu’elle fût hors de danger et, mieux encore, embarquée dans une trière pour Constantinople. Quelque temps plus tard, en 1114, l’empereur repartit en campagne contre les Coumans. On était en automne et l’accompagnaient l’impératrice et le gynécée. Ils se rendirent au mont Papikion en Macédoine orientale où ils hivernèrent38. Ensuite, ils se dirigèrent vers Philippoupolis : probablement Anne Comnène, leur fille, se trouvait avec eux39.

  • 40 Anne Comnène, Alexiade, XII, 3, 9, op. cit., t. III, p. 63 : « Quand elle [Irène Doukaina] avait g (...)
  • 41 Idem.

14Pendant ces expéditions, Irène Doukaina avait sa propre tente où elle recevait les plus démunis40. Elle avait son personnel propre, comme il en était au palais, et sa table avec sa vaisselle et ses serviteurs. De même, l’impératrice avait sa propre cassette dans laquelle elle pouvait puiser à volonté, monnaie d’or et autre métal et objets précieux41.

  • 42 Gilbert Dagron, Haralambie Mihàescu, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicé (...)
  • 43 Jean Tzimiskès figure dans le décor de l’église du Grand Pigeonnier à Çavusin, cf. Catherine Joliv (...)
  • 44 John Haldon, Warfare, state and society in the Byzantine World, 565-1204, Londres, Routledge, 1999 (...)
  • 45 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 126, 127 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 90-91.
  • 46 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 96 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 73.
  • 47 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 133 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 95.
  • 48 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 127-128 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 91-92. Voir Élis (...)
  • 49 Anne Comnène, Alexiade, XV, 1, 3, op. cit., t. III, p. 188.
  • 50 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 104-105.
  • 51 Nicétas Choniatès, ibid., p 434.

15Outre l’impératrice, il y avait aussi les parents de l’empereur et, notamment, ses frères et beaux-frères, ses oncles et proches parents. L’élite de l’armée impériale formait une microsociété liée par des liens familiaux plus ou moins étroits comme il en était au sein des armées conduites par les grands aristocrates, l’empereur, rappelons-le, n’étant le plus souvent que l’un d’entre eux élevé au poste suprême. C’est ainsi que l’on a pu parler d’épopée familiale42 pour les guerres menées par les Phocas sous les empereurs macédoniens jusqu’au jour où l’un d’entre eux, Nicéphore, fut promu empereur et continua de mener des batailles en Syrie et en Cilicie avec les membres de sa famille, y compris son neveu, Jean Tzimiskès, qui allait l’assassiner et lui succéder (969)43. Sous les Comnènes, c’était devenu une habitude de voir les grands partir en expédition « eis to taxidion » avec l’empereur. Ils plantaient leur tente aux côtés de celles de l’empereur et de l’impératrice dans ces grands camps stratégiques de rassemblement des troupes (aplèkta) le long des principales routes militaires44 : à Pélagonia (Bitola)45, Veroia (près de Thessalonique)46 ou Verroia47 (Stara Zagora) en Europe, à Mélangeia-Malagina en Asie Mineure48, à Lopadion en Bithynie49. Et d’autres femmes que l’impératrice se trouvaient avec leurs époux, dans le campement. On rappellera l’anecdote concernant le comploteur et futur empereur Andronic Ier qui, au camp de Pélagonia en hiver 1154-1155, partageait sa couche avec Eudocie, une nièce de l’empereur Manuel Ier Comnène50. On dit aussi qu’Isaac II emmena « les femmes de la cour » dans son expédition contre les Bulgares en 1191-1192 car, précise le chroniqueur Nicétas Choniatès, « il était possible de le faire »51.

16Ainsi, il y avait de nombreuses femmes aristocrates dans les camps militaires aux côtés de leurs époux ou concubins. L’une d’entre elles, la très connue sébastocratorissa Irène, belle-fille de Manuel Ier Comnène, nous fait découvrir la somptuosité des tentes dont disposaient ces aristocrates.

Rivaliser de somptuosité

  • 52 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, « The Decoration of the Sevastocratorissa’s Tent », Byza (...)
  • 53 C’est en 1143, en effet, que dut mourir son époux Andronic, tandis qu’elle-même décéda en 1151-115 (...)
  • 54 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, The Decoration..., op. cit., p. 11-13.

17Irène est, en effet, célébrée par le poète Prodrome Manganeios, qui non seulement faisait partie de la maison de la sébastocratorissa, mais encore dut l’accompagner au moins une fois dans un camp militaire52. L’un de ses poèmes écrit entre 1143 et 1152 fournit une description très vivante de la décoration extérieure de la tente d’Irène et laisse deviner la splendeur de l’intérieur de la tente53. Sur les tentures du porche, qui se trouvait donc à l’avant de l’entrée proprement dite de la tente, entrée dissimulée par un rideau, étaient représentés des Cupidons jouant de la cithare, des satyres pris par le jeu, des centaures gambadant, des Muses dansant, des Néréides sautant et des oiseaux de toutes sortes : des oiseaux d’or des Indes, un perroquet aux plumes d’or, des paons aux queues d’émeraude dorée ; on pouvait même contempler des renards rusés venus danser au son des cithares54.

  • 55 Jean Skylitzès, Empereurs…, op. cit., p. 98 : une fois partis en campagne contre la Crète, arrivés (...)
  • 56 Anne Comnène, Alexiade, IX, 5, 1, op. cit., t. II, p. 169-170.

18Ainsi, de même qu’au cœur de Constantinople les grands rivalisaient dans la somptuosité de leurs palais, on tire la même impression des trop rares descriptions littéraires ou représentations figurées des tentes aristocratiques à notre disposition. De la même façon que le Grand Palais ou le Palais des Blachernes, palais impériaux par excellence, dominaient la ville-Reine par leur emplacement le premier sur la Propontide, le second sur les hauteurs au Nord-Ouest de la ville où, accolé au rempart, il surplombait la Corne d’Or, on avait, bien sûr, établi une hiérarchie entre les pavillons. Il n’était pas question que la tente impériale fût dominée par celle d’un parent, car on pouvait alors soupçonner ce dernier d’usurper la place de l’empereur, comme ce fut le cas pour Bardas, l’oncle de Michel III lors de la campagne de Crète en avril 866, ce qui causa d’ailleurs sa chute55. L’empereur, qui avait le plus à craindre de ses proches pour sa sécurité, devait néanmoins veiller à ne pas les froisser, car c’était un honneur pour ses plus proches parents d’établir leur tente le plus près possible de la tente impériale. Ainsi, alors que Nicéphore Diogénès était animé d’intentions malveillantes et qu’en dressant sa tente il n’avait pas observé « l’intervalle habituel entre elle et celle de la couche impériale », Alexis Comnène n’osa rien dire pour ne pas lui donner le prétexte de jouer l’offensé56.

  • 57 Illustrations de la Chronique de Skylitzès, MS. Vitr. 26-2. Biblioteca Nacional, Madrid, Fols. 151(...)
  • 58 Voir Illustrations…, op. cit., fol. 151v : siège de Mopsueste (964) : la tente impériale est rouge (...)
  • 59 La tente de l’émir saracène est rouge aussi, mais sa décoration est brun foncé. Voir le siège de M (...)
  • 60 Illustrations…, op. cit., fol. 153r.
  • 61 Ibid., fol. 163r.
  • 62 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, The Decoration …, op. cit., p. 14.
  • 63 Ms. G. IV, 908-910, (trad. Jouanno C. : Digénis Arritas, le héros des frontières : une épopée byza (...)
  • 64 Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007, p. 160, 332.
  • 65 Marius Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Harun ar-Rashid et l’empereur Nicéphor (...)

19C’est bien entendu la tente impériale qui était la plus riche et elle était organisée comme un palais. On pourrait s’interroger sur ses dimensions et son aspect extérieur ainsi que sur son organisation intérieure, si nous n’en avions quelque idée d’après les miniatures du Skylitzès57. Elle y est toujours représentée comme très vaste et dominant largement les autres, quand ces dernières figurent58. De plus, elle est rouge décorée de bandes bleues et surtout largement rehaussée d’or59. Néanmoins, la tente d’un grand aristocrate ne devait pas différer beaucoup de la tente impériale par sa somptuosité, si l’on en croit les miniatures de Skylitzès concernant la tente du général Bourtzès à l’assaut d’Antioche en 96960 ou celle du révolté Bardas Phocas, si ce n’est moins de bandes d’or pour la rehausser61 La plupart du temps, la décoration n’était pas figurative, mais nous avons néanmoins deux exemples de représentation humaine et animale : l’un est une miniature du Livre des Rois représentant une tente décorée avec des scènes de combat, l’autre est une illustration d’un manuscrit du XIe siècle, le Cynégética de Venise : un homme avec une longue et riche tunique et un couvre-chef blanc se repose, tendant des pièges à oiseaux devant une tente dont on voit un côté décoré d’un faucon poursuivant un lièvre et d’un léopard chassant une antilope : il semble que ce type de scène a pu être un modèle pour les artistes byzantins, car il apparaît dans d’autres manuscrits62. L’épopée de Digénis Akritas mentionne qu’aux noces de Digénis avec la fille du grand stratège de Cappadoce « une tente brodée d’or, belle et très vaste, avec des figures d’animaux multiformes incrustées en mosaïque, des cordes de soie et des pieux en or » était incluse dans la dot de l’épousée63. On peut y voir la tente impériale ou la tente d’un grand aristocrate de même que le palais de Digénis sur l’Euphrate évoquait tout aussi bien le triklinos d’Alexis Ier aux Blachernes64. Dans les échanges de dons diplomatiques, la tente était, en tout cas, un cadeau des plus prisés, comme en témoigne la grande tente en pavillon que Harun ar-Rashid offrit à Nicéphore Ier sur la demande expresse de l’empereur65.

Un palais en miniature

  • 66 Illustrations…, op. cit., fol. 201 v in Tsamakda Vasiliki, The Illustrated Chronicle…, op. cit., p (...)
  • 67 Anne Comnène, Alexiade, XV, 7, 1, op. cit., t. III, p. 213.
  • 68 Ibid., XIII, 1, 8, p. 90.
  • 69 Nous n’avons pas de représentation de chambre impériale, Une miniature du Skylitzès représente la (...)
  • 70 Voir ci-dessous, p. 80.
  • 71 Anne Comnène, Alexiade, II, 10, 1, op. cit., t. I, p. 93.
  • 72 Nous avons pu montrer que l’empereur Alexis Ier Comnène, qui avait pourtant délégué à sa mère Anne (...)

20Si l’on pénétrait à l’intérieur, on entrait d’abord dans la salle du trône, dont il a été déjà question : une miniature du Skylitzès représentant l’empereur Romain III Argyre à la veille de la défaite d’A’azâz le montre siégeant sur son trône doré surélevé, couronné du diadème doré (stemma), vêtu d’une tunique de pourpre, vraisemblablement le divitision ou le scaramange, avec cette longue écharpe dorée appelée loros et tenant en main le sceptre. Preuve, s’il en fallait, que l’empereur en campagne abandonnait son habit militaire pour revêtir le costume impérial à l’intérieur de sa tente. Il y a devant lui un homme agenouillé qui tient son pied gauche nu. Peut-être est-ce un de ces pauvres hères qui étaient autorisés à venir présenter leurs requêtes et demander quelque soulagement à leur misère, la miniature rendant compte ici de la philanthropie impériale. Autour du trône, des dignitaires reconnaissables à leur couvre-chef rouge, revêtus de tuniques de soie de diverses couleurs66. Attenante à la salle du trône se trouvait la salle à manger où l’empereur pouvait offrir des banquets à ses parents et à ses généraux au son des flûtes et des tambourins, mais qu’il pouvait également ouvrir aux pauvres et à tous ceux qui dans une expédition suivaient l’armée, notamment les prisonniers que l’on arrachait aux ennemis67. Le service de table était assuré par son chef, le maître d’hôtel (l’épi tès trapezès)68. La tente comportait également une chambre impériale69 et tout le personnel qui y était attaché, le kouboukleion, à la tête duquel était le préposite70. Comme les campagnes pouvaient traîner en longueur, l’empereur avait à sa disposition une véritable chancellerie avec ses secrétaires, le support adéquat (papier et parchemin), l’encre et la plume appropriées à la signature impériale. C’est ainsi qu’Alexis Comnène, dès qu’il fut proclamé empereur, prétendit émettre des chrysobulles, mais à son beau-frère Mélissènos auquel il avait promis la dignité de César, il fit répondre par son secrétaire que « le chrysobulle était écrit, mais… que l’encrier dont on avait besoin pour les signatures impériales, ainsi que la plume, avaient disparu »71. Différait-il réellement, comme le prétend sa fille Anne, de promulguer le chrysobulle ou bien n’avait-il pas à sa disposition la plume et l’encre impériale, alors que proclamé empereur par l’armée à Schiza, il n’avait pas encore investi la Ville ni le Palais ? Néanmoins, cette anecdote témoigne d’une chancellerie ambulante absolument nécessaire à l’empereur quand il est en campagne et qu’il doit signer les actes qui ne peuvent relever que de lui, en particulier les lettres diplomatiques et les traités72.

  • 73 Anne Comnène, Alexiade, XIII, 9, 4-5, op. cit., t. III, p. 119.

21Le petit palais ambulant était soumis au même protocole que le Grand Palais à Constantinople : les serviteurs de l’empereur, mais également la cour et les étrangers, y compris les plus illustres, devaient faire la proskynèse devant l’empereur dans la salle du trône. Bohémond, vaincu à Dévol en 1107, ne voulait point s’y soumettre. Les ambassadeurs byzantins refusèrent tout net deux prétentions du Normand, à savoir que l’empereur se lève du trône pour l’accueillir au franchissement de la porte de la tente et que Bohémond se soustraie à la proskynèse. Ils acceptèrent en revanche que des parents de l’empereur aillent à sa rencontre, non pas des « proches parents », mais des « parents éloignés », que Bohémond entre accompagné de deux chevaliers et que le basileus alors le prenne par la main73. Finalement,

  • 74 Anne Comnène, ibid., XIII, 10, 3, p. 122.

« quand ce dernier [Bohémond] fut à proximité de la tente impériale, on réalisa aussi le protocole de la réception tel que les ambassadeurs l’avaient fixé avec lui. Dès qu’il entra donc, le basileus tendit la main pour prendre la sienne et il fit les salutations de bienvenue habituelles aux empereurs, et il le plaça près du trône impérial »74.

  • 75 Ainsi, en 1116, l’empereur séjourne à Aèr avec l’impératrice et il fallut l’arrivée de trois cours (...)
  • 76 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96 : Psellos narre l’entrée de l’ambassade, do (...)
  • 77 Michel Psellos, ibid., p. 96-97.

22On n’entrait pas non plus dans la tente à cheval, sauf nécessité, comme l’annonce d’une attaque ennemie imminente75. Et l’on attendait patiemment que le portier permette d’y pénétrer76. De même que les tentes étaient organisées selon une hiérarchie précise autour de la tente impériale, de même l’empereur trônant sur son siège d’or était entouré de cercles concentriques des membres de la cour selon la parenté et la dignité77.

  • 78 Béatrice Caseau, Jean-Claude Cheynet, « La communion du soldat et les rites religieux sur le champ (...)
  • 79 Socrate de Constantinople, Histoire Ecclésiastique, I, 18, 12, Périchon Pierre, Maraval Pierre (éd (...)
  • 80 Sozomène, Histoire Ecclésiastique, I, 8, 10-11, Festugière André Jean (éd.), Paris, 1983, p. 146-1 (...)
  • 81 Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène …, op. cit., p. 191-245
  • 82 Il vit l’empereur assis sur le trône impérial dans une tente comme dans une église avec son ennemi (...)

23Depuis Constantin le Grand une chapelle était dressée, soit dans la tente impériale, soit dans une tente attenante à la tente impériale comme il en était de la chapelle palatiale78. En effet, selon la tradition, « lorsque la guerre perse était près de se déclencher, il fit faire une tente, avec des toiles de couleurs variées, qui reproduisait le modèle d’une église »79. Pour accomplir la liturgie tout un personnel ecclésiastique suivait l’empereur : prêtres et diacres « l’accompagnaient qui étaient de service en cette tente et y accomplissaient les offices selon la règle de l’Église »80. On peut supposer que ce personnel était celui de la chapelle du Palais. Au temps d’Alexis Ier, l’empereur très orthodoxe81, la tente impériale elle-même était tout entière symbolique de l’Église : Cyrille le Philéote eut ainsi une vision mystique de la tente impériale et prophétisa la défaite de Bohémond82.

  • 83 Béatrice Caseau, Jean-Claude Cheynet, La communion du soldat …, op. cit., p. 109-110.
  • 84 Michel Psellos, Chronographie …, op. cit., I, p. 10, 39.
  • 85 Constantine Porphyrogenitus, Three treatises…, op. cit., p. 124 : voir la liste des dignitaires de (...)
  • 86 Anne Comnène, Alexiade, VII, 3, 12, op. cit., t. II, p. 101.

24Comme dans le palais de Constantinople, il y avait un trésor qui servait à alimenter les rogai (soldes) des soldats et des généraux et même à distribuer des primes. C’était aussi une source où l’on pouvait puiser pour payer les espions et pour recevoir les ambassades chemin faisant. Enfin, la charité était la vertu maîtresse des souverains : empereurs et impératrices se devaient de soulager les pauvres par leurs aumônes, de verser des dons aux monastères où ils pouvaient résider en chemin. Dans ce trésor il y avait également des vêtements et des bijoux impériaux, des pièces rares d’orfèvrerie, des étoffes à distribuer aux dignitaires ; enfin, le mobilier liturgique, notamment les livres et objets liturgiques permettant de célébrer l’eucharistie et de meubler la chapelle, faisait partie des bagages83. Le trésor comportait des icônes précieuses qui protégeaient l’empereur sur le champ de bataille, comme Basile II qui, lors du combat contre Bardas Phocas en 989, tenait une icône de la Théotokos, sans doute la même que tenait Romain III Argyre en 1030, « celle que les empereurs des Romains emportent d’ordinaire comme guide et gardienne de toute l’armée »84. De même, les empereurs transportaient des reliquaires contenant les reliques de la vraie croix pour protéger l’armée et l’empereur. Ainsi Constantin VII décrit l’ordre de marche de l’armée sous la conduite de l’empereur : « Devant l’empereur marchent le préposite et le kouboukleion et au milieu des préposites marche un cubiculaire transportant le bois saint et vivifiant de la Croix dans une boîte autour de son cou »85. On peut également mentionner le manteau de la Vierge qu’Alexis Ier portait comme étendard et qu’il dut abandonner à Dristra en 1087, quand il prit la fuite, poursuivi par les Petchénègues86.

  • 87 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. I, p. 38-39.
  • 88 Michel Psellos, ibid., p. 40.

25On imagine la charge supplémentaire que constituait un tel trésor et surtout la menace toujours présente de voir ce trésor ravi par les ennemis, qui connaissaient pertinemment sa valeur, au moins en ce qui concerne les rogai des soldats, si bien qu’il paraissait aux contemporains eux-mêmes assez insensé de transporter de telles richesses : ainsi, quand Romain III Argyre fut défait à A’azâz en Syrie, en 1030, Michel Psellos dénonce la folie d’avoir emporté « colliers, bracelets et diadèmes, pierres et perles de la plus grande valeur », à tel point que tout ce qu’il y avait de plus splendide remplissait cette tente de guerre impériale, « qui était absolument de la même valeur que le palais actuel »87. Ce trésor ravi par les ennemis était si important que l’empereur dut accroître les impôts pour tenter de récupérer ce qu’il avait perdu88.

La tente impériale, lieu politique

Le siège du Conseil de l’empereur

  • 89 Voir ci-dessus ; Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène …, op. cit., p. 120.
  • 90 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 256 : référence à Mathieu 23. 271.

26La tente impériale pouvait apparaître sous les règnes d’empereurs soldats comme un haut lieu de sociabilité dans la mesure où ils y passaient une grande partie de leur vie. Nous avons vu qu’y résidaient l’impératrice, les parents, les proches et même une grande partie de la cour. La tente impériale était donc un lieu de sociabilité pour la famille impériale et l’atmosphère y était généralement détendue : Alexis Ier Comnène reçoit ses proches, sa famille, ses enfants et surtout sa femme qui ne cessait de le soigner89. Souvent l’empereur y conviait à banqueter tous ceux qui avaient participé à la chasse de la nuit ou du petit matin. Les grands s’affairaient volontiers autour de la tente impériale. Quand Andronic Comnène eut pris le pouvoir en 1182, il rendit visite à l’impératrice mère Marie d’Antioche qui résidait dans le palais appelé Manganès du Philopation ; il campa d’abord sous une tente et tous ceux qui voulaient se faire bien voir de lui s’agglutinèrent dans des tentes qu’ils massèrent autour de son pavillon, ainsi fut-il entouré « par les tentes de tous les nobles et notables à la manière des poules qui rassemblent sous leurs ailes des poussins »90. La tente impériale était aussi le lieu où l’empereur prenait conseil de son entourage, en particulier de ses généraux, pour la stratégie à adopter vis-à-vis des ennemis. On pouvait y deviser de différentes questions, parfois intellectuelles et religieuses, parfois plus politiques. De façon plus ou moins régulière, l’empereur tenait donc conseil et, en certaines occasions, ce Conseil avait un aspect solennel, même si on assistait le plus souvent à des discussions de caractère familier.

  • 91 Anne Comnène, Alexiade, IV, 5, 2-3, VII, 3, 4-5, op. cit., t. I, p. 155, t. II, p. 95-96.

27Le Conseil réuni par l’empereur était d’abord celui des généraux qu’il consultait avant d’engager une bataille délicate. Alexis Ier prenait alors l’avis de ses généraux, mais choisissait malheureusement celui des plus jeunes, impatients d’en découdre avec l’ennemi, aux dépens des conseils plus avisés des généraux plus âgés : ainsi en 1081, devant Dyrrachion, sur la stratégie à adopter face aux Normands il écouta les frères Diogénai, âgés de douze et treize ans, plutôt que son beau-frère, l’expérimenté Georges Paléologue et, en août 1087 devant Dristra, il écarta encore l’avis de Georges Paléologue et préféra celui de ses jeunes officiers, menant chaque fois ses soldats à une terrible défaite et, dans le second cas, à l’anéantissement par les Petchénègues de la plus grande partie de son armée91.

  • 92 Anne Comnène, ibid., XIV, 8, 9, op. cit., t. III, p. 181-182.
  • 93 Idem.

28Le temps n’était néanmoins pas toujours celui de la guerre et l’on découvre avec étonnement que la tente impériale était à l’égal du palais un lieu de discussion sur un nombre infini de sujets et que l’empereur était ravi d’y inviter des hommes de science, notamment des théologiens. Il faut dire, dans le cas d’Alexis Ier, que l’empereur prenait à cœur son rôle d’évangélisation et de conversion des hérétiques. Ainsi, en 1115, alors qu’il faisait campagne contre les Coumans, l’empereur s’arrêta à Philippoupolis, région peuplée de Pauliciens, et se mua en professeur de la foi orthodoxe. Il était accompagné d’Eustrate de Nicée « un homme savant dans les sciences sacrées et profanes »92, de l’évêque de la ville et de son gendre Nicéphore Bryennios qui excellait également en théologie93. L’empereur laissait sa tente ouverte à tous ceux qui étaient prêts à entendre sa bonne parole. C’était une œuvre harassante d’amener ces gens à recevoir le divin baptême :

  • 94 Idem.

« Car l’entretien durait souvent depuis les premiers rayons du soleil levant jusque fort avant dans la nuit et, bien loin de se dérober à de pareilles conversations, le basileus restait souvent sans nourriture et endurait cela en plein été dans une tente ouverte »94.

  • 95 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 431. La scène se passe à Lopadion en Bithynie et la ri (...)

29Le sanguinaire Andronic Ier aimait, dit-on, étudier les saintes écritures et il avait l’habitude de convier les théologiens les plus savants de Byzance à l’intérieur de la tente impériale jusqu’au jour où agacé par leurs disputes sans fin il menaça de les jeter dans la rivière près du campement où ils se trouvaient95.

  • 96 Il s’agit du fils du sébastocrator Andronic.
  • 97 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 127-129 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 91-92.
  • 98 Anne Comnène, Alexiade, VIII, 8, 3-4, op. cit., t. II, p. 150-151.
  • 99 Anne Comnène, ibid., VIII, 8, 4, p. 151.

30Outre les avis des généraux et des hommes de science, l’empereur aimait bien banqueter et discuter avec ses parents les plus proches. Les propos échangés entre les membres de la famille impériale n’étaient pas toujours amènes et, bien souvent, c’était l’occasion pour certains de laisser percer leur jalousie envers d’autres qu’ils estimaient les favoris du souverain alors qu’ils jugaient leur propre place inférieure à celle qui leur revenait. Ainsi, lors d’un séjour de l’empereur Manuel Ier Comnène au camp de Mélangia, le protosébaste Jean, neveu de l’empereur96, fit preuve d’insolence, tandis qu’Andronic, cousin de l’empereur, qui ne cessait de comploter, s’en prit au sébastocrator Isaac, frère aîné de Manuel Ier, qui faillit, en retour, lui trancher la tête de son épée. Jean Doukas, autre cousin de l’empereur, l’en empêcha avec son fouet tandis que l’empereur lui-même, voulant s’interposer, reçut une coupure au poignet97. Dans cet épisode, l’historien Kinnamos montre bien l’atmosphère de suspicion qui règne dans cet entourage familial où les protagonistes sont tous suspects de comploter ou de trahir l’empereur à des degrés divers. Un tel incident n’était pas si rare, comme le rappelle une autre affaire, qui survint pendant le règne d’Alexis Ier. De terribles disputes éclatèrent, en effet, entre les frères et beaux-frères d’Alexis Ier lors de la trahison de son neveu Jean, duc de Dyrrachion. La scène se passe sous la tente de l’empereur à Philippoupolis : y participent son frère le sébastocrator Isaac, alors second personnage de l’empire, qui est venu depuis la capitale en toute hâte pour défendre son fils, son autre frère Adrien, son beau-frère, général en chef de l’armée, le césar Nicéphore Mélissènos et d’autres membres du clan Comnène. Le Conseil dégénère en une violente dispute entre Isaac, le père de Jean, qui défend son fils et Adrien, soutenu par Nicéphore Mélissènos, qui se répand en calomnies sur son neveu. Alors, Isaac « ne put contenir sa colère qui bouillonnait de nouveau et, lançant à Adrien un regard furieux, il le menaça de lui arracher la barbe »98. Le jeune homme fut convoqué et dut comparaître devant ce Conseil réuni d’urgence, vu la gravité de la situation. L’affaire prend un tour judiciaire : il y a une mise en accusation du neveu de l’empereur, une défense assurée par son père Isaac et une comparution de l’accusé devant un Conseil réduit : « Tout cet entretien se déroula à l’intérieur de la tente impériale en présence des seuls parents, sans témoin étranger »99. À l’issue de celui-ci, l’empereur ne retint aucune charge contre Jean qui resta libre et exempt de toute enquête. On remarquera donc que la tente impériale est au moins sous les Comnènes le lieu privilégié de ces affrontements violents au sein d’une famille impériale dont les branches immédiatement collatérales revendiquent l’héritage impérial. Il était plus facile néanmoins pour l’empereur de surveiller ses ambitieux cousins et neveux de près en les emmenant avec lui en campagne plutôt que de les laisser dans la capitale où, loin de sa tutelle, ils auraient pu fomenter des complots aux conséquences beaucoup plus graves.

31Néanmoins, la tente impériale pouvait, en d’autres occasions, être le siège d’un tribunal impérial à l’égal du Palais, comme il en fut pour Renaud de Châtillon. De plus, ce tribunal où devait comparaître le révolté et où il devait faire soumission eut ceci d’exceptionnel qu’il était « international ». Il réunit, en effet, les ambassadeurs des peuples d’Orient, aussi bien ceux de Nureddin, des Toros de Cilicie [la Petite Arménie], que de Masud, sultan d’Iconion. La scène se passe à Mopsueste en 1158 :

  • 100 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 268-269 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 172.

« Il [Renaud] enleva son couvre-chef, et les bras nus jusqu’au coude, pieds nus, il traversa la ville avec un grand nombre de moines pour aller trouver le basileus. Il avait la corde au cou et tenait son épée à la main. On avait dressé là une estrade magnifique. Renaud se tint un peu loin de la tente impériale, comme s’il n’osait en approcher, et la foule des moines qui n’étaient pas des moines-sans capuches ni sandales, s’approchant du basileus tombaient à genoux, versaient des larmes et tendaient des bras. Le basileus commença par refuser, puis se laissa fléchir et ordonna au prince d’approcher. Il obéit comme je l’ai dit, et le basileus dans sa clémence lui pardonna ses injures mais lui fit prêter tous les serments qu’il voulut […] »100.

  • 101 Pour l’adoption des coutumes occidentales depuis Alexis Ier Comnène, voir Élisabeth Malamut, Alexi (...)

32Il s’agissait d’un tribunal d’exception pour une affaire de politique extérieure et d’intérêts byzantins stratégiques. C’était aussi la comparution d’un prince qui n’avait pas respecté la hiérarchie [taxis] byzantine ni les liens de vassalité qui liaient le prince d’Antioche à Manuel Ier, ce qui explique qu’il garda son épée à la main101.

Les ambassades étrangères

  • 102 1071 : il s’agit de la campagne qui allait aboutir à la terrible défaite de Mantzikert.

33Comme l’empereur partait plusieurs mois en expédition et que les contacts diplomatiques devaient être entretenus avec les puissances étrangères, en particulier le souverain que l’on allait combattre ou que l’on avait combattu pour tenter un dernier arrangement ou offrir des propositions de trêve ou de paix, il est naturel que la tente impériale ait été ouverte aux ambassades. Alors que Romain IV Diogénès en campagne contre les Turcs102 était encore dans sa tente impériale et que les soldats en armes se préparaient à monter sur leurs chevaux, il reçut des ambassadeurs du sultan qui demandaient la paix :

  • 103 Jean Skylitzès Continué, Chronographie, Tsolakès I. (éd.), Thessalonique, Hétéreia Makédonikôn Spo (...)

« (Romain IV) s’entretint avec eux et leur accorda le statut habituel des ambassadeurs, sans pourtant les accueillir avec bienveillance. Cependant il leur donna une croix, afin qu’ils puissent, en la montrant, revenir sans dommage vers lui pour lui communiquer la mission qu’ils auraient reçue du sultan »103.

  • 104 Sur cette ambassade, cf. Nicolas Drocourt, « Ambassades latines et musulmanes à Byzance : une situ (...)
  • 105 Anne Comnène, Alexiade, VII, 2, 8-9, op. cit., t. II, p. 92-93. L’épisode se termina tragiquement  (...)

34Ce passage est fort intéressant, car il témoigne des dispositions spéciales appliquées aux déplacements d’ambassades entre deux camps ennemis : il fallait garantir le « jus gentium » même en temps de guerre104. Ce code diplomatique n’était néanmoins pas toujours respecté comme en témoigne le grave incident suivant. En campagne contre les Petchénègues, Alexis Ier avait planté sa tente au grand camp de rassemblement des troupes à Goloé, situé juste avant le franchissement du Paristrion. C’est le 1er août 1087 qu’il aurait reçu une ambassade de 150 Petchénègues qui proposaient la paix à l’empereur. N’ayant aucune confiance en leurs propositions, il refusa de les recevoir, mais il sut décliner l’offre au moyen d’un subterfuge, prétextant qu’un signe de Dieu trahirait leur mauvaise foi. Il avait appris, en effet, l’imminence d’une éclipse solaire. Non content d’avoir écarté cette multitude d’ambassadeurs dont il pouvait légitimement se méfier, il les fit prisonniers et les envoya sous escorte dans la capitale105.

  • 106 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 189 ; voir Nicolas Drocourt, « Les animaux comme cadea (...)

35Dans les échanges d’ambassades d’un camp à l’autre, il y avait aussi des dons multiples comme il était d'usage entre cours étrangères. Ainsi Manuel Ier, quand il eut été défait à Myrioképhalon (1176), reçut dans sa tente la visite d’un ambassadeur de Kilij Arslan, comme nous l’avons mentionné plus haut. Cet ambassadeur lui fit don d’un « cheval Nisaion au harnais d’argent, cheval qui est conservé dans les écuries et n’est utilisé que lors des cérémonies et processions solennelles »106. Il offrit également de la part du sultan une longue épée à double tranchant. Il demanda habilement à l’empereur de lui faire cadeau du surcot jaune, brodé d’or et de pourpre, que celui-ci portait sur sa cotte de maille.

Conclusion

36La tente impériale s’est avérée être un thème, comme nous l’avons montré, extrêmement riche par son symbolisme : il fallait montrer à tous la tente de l’empereur, source renouvelée de légitimation ; il fallait la protéger, car elle était vulnérable, démunie des remparts du palais, qui préservaient l’empereur des rébellions non seulement du peuple, mais aussi des régiments extérieurs. En même temps, la tente impériale était un signe. Sa visibilité en quelque endroit de l’empire permettait à tous d’être informés de la nouvelle campagne de leur souverain. Il suffisait de traverser le Bosphore et d’installer un camp, d’y déployer le pavillon impérial et la rumeur se répandait comme une traînée de poudre :

  • 107 Michel Attaliatès, Histoire, Bekker I. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1853, p. 102-103 ; Migu (...)

« … à peine prit-il (Romain Diogénès) le pouvoir, il tourna son attention non seulement vers les affaires administratives courantes, mais il se soucia principalement de la bonne administration et de l’organisation de l’armée… Immédiatement il commença, tout en dirigeant les différentes affaires administratives, à discuter avec les militaires les plus en vue qu’il trouvait à ses côtés, à délibérer des opérations militaires, à préparer des ambassades et à éviter par tous les moyens les attaques ennemies. C’est pourquoi il ne demeura pas longtemps dans le palais, mais après une période de deux mois il se transporta sur la côte orientale de la Propontide où, avec le déploiement du pavillon de la tente impériale, tous comprirent que l’empereur partait en expédition en Anatolie »107.

37La charge symbolique de la tente impériale explique sa munificence, comme nous l’avons mentionné à multiples reprises et, là encore, elle devait par son emplacement et sa décoration extérieure être immédiatement repérable. Pourtant, elle était concurrencée par les tentes des grands aristocrates, qui tentaient eux aussi d’en imposer en plantant leur tente le plus près possible de celle du souverain, parfois en essayant de ravir la situation la plus en vue et, surtout, en rivalisant dans le luxe de la décoration, comme nous l’avons vu avec la tente de la sébastocratorissa Irène. On ne peut manquer ici de rappeler la concurrence édilitaire entre Justinien Ier et Anicia Juliana, la fondatrice de l’église Saint-Polyeucte, qui s’est achevée par la victoire finale de l’empereur fondateur de Sainte-Sophie. Toutes proportions gardées, il semble que nous assistions à cette émulation dans les camps d’autant que la présence féminine y était autorisée et que nous nous trouvons face à une cour ambulante, quand l’empereur est en déplacement. Ainsi, tout ce qui était signe et symbole à la cour impériale est transposé et, en particulier, dans ce qui apparaît aux yeux de tous, la richesse extérieure de la tente, mais aussi dans celle qu’elle révèle à l’intérieur : le trône d’or, les tables de banquets en ivoire, le lit d’or, l’argent à profusion, les bijoux, les précieuses icônes, les vêtements de l’empereur, de l’impératrice et des dignitaires tous de soie aux couleurs diverses. L’empereur et l’impératrice montrent là, comme au palais, leur puissance, et témoignent de leur philanthropie, qui s’adresse maintenant à tous les habitants de l’empire – à tous ceux, en effet des régions concernées par les déplacements de l’empereur-et pas seulement à ceux de la capitale, sans compter l’obligation de transporter l’équivalent en sous d’or de ces fameuses rogai, trésor sur lequel il fallait veiller avec la plus grande diligence tant il était convoité par les ennemis.

38Il serait néanmoins réducteur de ne pas mentionner l’autre aspect important de la tente impériale, qui est son rôle politique. L’empereur en déplacement ne pouvait s’arrêter de gouverner l’empire, même s’il s’assurait à Constantinople d’un gouvernement pouvant assurer la marche des affaires administratives. Quelle que fût, en effet, l’importance de cette délégation, elle ne couvrait pas tout et, en particulier, rien de ce qui concernait la législation et les affaires étrangères. Ainsi, nous avons pu découvrir une chancellerie à l’intérieur de la tente impériale avec l’encre impériale qui servait à la signature de la main de l’empereur. Un autre aspect caractéristique est la tenue de Conseils par l’empereur, qui ne devaient pas être réguliers comme il en était à Constantinople, ne serait-ce que par l’irruption des opérations militaires et la poursuite des combats. Ces Conseils, comme nous l’avons vu, concernaient d’abord la stratégie et la tactique, comme il est naturel, pour une armée en campagne, mais aussi des affaires plus politiques, quand la nécessité s’en faisait sentir. Il fallait déjouer des complots d’autant plus nombreux que l’empereur était en déplacement et que l’absence du souverain de Constantinople était toujours une faiblesse pour le pouvoir. Il fallait continuer de négocier avec telle ou telle puissance étrangère, Car pour les Byzantins la paix, fût-elle assortie du versement d’un tribut, était souvent préférable à la guerre. Aussi la tente impériale recevait-elle des ambassades étrangères et, depuis la tente impériale, l’empereur dépêchait-il des ambassadeurs. Enfin, le jugement par l’empereur de Renaud de Châtillon du haut d’une estrade dressée devant la tente entourée des ambassadeurs venus du monde entier constitue certainement la meilleure illustration de l’importance politique de ce petit palais.

Bibliographie

Bibliographie

Ahrweiler Hélène, « Un discours inédit de Constantin VII Porphyrogénète », Travaux et Mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 2, 1967, p. 393-404.

Anderson Jeffrey C., Jeffreys Michael J., « The Decoration of the Sevastocratorissa’s Tent », Byzantion, n° 64, 1994, p. 8-18.

Attaliatès Michel, Histoire, Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1853 ; nouvelle éd : Miguel Ataliates, Historia, Perez Martin Inmaculada (éd.), Madrid, Consejo superior de Investigaciones Cientificas, coll. « Nueva Roma », 15, 2002.

Auzépy Marie-France, « Les déplacements de l’empereur dans la ville et ses environs (VIIIe-Xe siècles) », in Mango Cyril, Dagron Gilbert, Constantinople and its Hinterland, Papers from the Twenty-seventh Spring Symposium of Byzantine Studies, Oxford, April 1993, Aldershot. Variorum, 1995, p. 359-366.

Canard Marius, « La prise d’Héraclée et les relations entre Harun ar-Rashid et l’empereur Nicéphore Ier », Byzantion, n° 32/2, 1962, p. 345-379.

Caseau Béatrice, Cheynet Jean-Claude, « La communion du soldat et les rites religieux sur le champ de bataille » in Caseau Béatrice, Cheynet Jean-Claude, Déroche Vincent, Pèlerinages et Lieux saints dans l’Antiquité et le Moyen Âge, Mélanges offerts à Pierre Maraval, Paris, Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, 2006, p. 101-119.

Choniatès Nicétas, Historia, Van Dieten Ioannès A. (éd.), Berlin, W. de Gruyter, coll. « CFHB », 11, 1975.

Chronicle of Theophanes Confessor, Byzantine and Near Eastern History AD 284-813, Mango Cyril, Scott Roger (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1997.

Chronicon Pascale, Dindorflus L. (éd), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1832.

Comnène Anne, Alexiade, Leib Bernard (éd.), 3 t., 19672.

Constantine Porphyrogenitus, Three treatises on Imperial Military expeditions, Haldon John. F. (éd.), Vienne, coll. « CFHB » 28, 1990.

Dagron Gilbert, Constantinople imaginaire, études sur le recueil des Patria, Paris, PUF, 1984, 358 p.

Dagron Gilbert, Empereur et prêtre, Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Éditions Gallimard, 1996, 435 p.

Dagron Gilbert, Mihàescu Haralambie, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phocas (963-969), Paris, Éd. du CNRS, coll. « Le monde byzantin », 1986, 360 p.

Drocourt Nicolas, « Ambassades latines et musulmanes à Byzance : une situation contrastée (VIIIe-XIe siècles) », Byzantion, n° 74/2, 2004, p. 348-381.

Drocourt Nicolas, « Les animaux comme cadeaux d’ambassade entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècle) » in Doumerc Bernard, Picard Christophe, Byzance et ses périphéries (monde grec, balkanique et musulman) : hommage à Alain Ducellier, Toulouse, CNRS-Université de Toulouse le Mirail, 2004, p. 67-93.

Garland Lynda, Byzantine empresses : women and power in Byzantium (527-1204), Londres-New York, Routledge, 1999, 343 p.

Haldon John, Warfare, state and society in the Byzantine World, 565-1204, Londres, Routledge, 1999, 389 p.

Jeffreys Michael J., « The vernacular eisitèrioi for Agnes of France », in Jeffreys Elizabeth et Michael J., Moffat Ann, Byzantine papers. Proceedings of the First Australian Byzantine Studies Conference (Canberra, 17-19 May 1978), Canberra, 1981, p. 101-115.

Jolivet-Lévy Catherine, Les églises byzantines de Cappadoce. Le programme iconographique de l’abside et de ses abords, Paris, éd. du CNRS, 1991, 391 p.

Malamut Élisabeth, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007, 526 p.

Malamut Élisabeth, « L’image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift n° 88/1,1995, p. 105-147.

Malamut Élisabeth, « Les voyageurs à l’époque médiévale », in Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie au Moyen Âge, Paris, Lethielleux, coll. « Réalités byzantines », 9, 2003, p. 473-484.

Malamut Élisabeth, « Une femme politique d’exception à la fin du XIe siècle : Anne Dalassène », in Lebecq Stéphane, Dierkens Alain, Le Jan Régine, Sansterre Jean-Marie, Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles de Gaulle, Lille 3, 1999, p. 114-116.

Nikephoros Patriarch of Constantinople, Short History, Mango Cyril (éd.), Washington (D. C.), Dumbarton Oaks Research Library and Collection, coll. « CFHB », 13, 1990.

Psellos Michel, Chronographie, Renauld Émile (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 19672.

Skylitzès Jean, Empereurs de Constantinople, Flusin Bernard, Cheynet Jean-Claude (éd.), Paris, Lethielleux, coll. « Réalités Byzantines », 8, 2003, 467 p.

Socrate de Constantinople, Histoire Ecclésiastique, I, 18, 12, Périchon Pierre, Maraval Pierre (éd.), Paris, Le Cerf, 2004.

Spatharakis Ioannais, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde, Brill, coll. « Byzantina Neerlandica », 6, 1976, 287 p.

Tate Georges, Justinien l’épopée de l’Empire d’Orient, Paris, Fayard, 2004, 918 p.

Tsamakda Vasiliki, The Illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde, Alexandros Press, 2002, 664 p.

Notes

1 Nous ne traiterons pas du camp en tant que tel, c’est-à-dire, de l’aptitude du terrain pour le choix de son emplacement, de son organisation, du dispositif stratégique et technique ni de l’économie de guerre. Le camp ou campement sera considéré ici uniquement d’un point de vue politique et sociologique

2 Discours de Constantin VII de 959 : Hélène Ahrweiler, « Un discours inédit de Constantin VII Porphyrogénète », Travaux et mémoires du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, n° 2, 1967, p. 394-397.

3 Voir ci-dessous, p. 80.

4 Gilbert Dagron, Constantinople imaginaire, études sur le recueil des Patria, Paris, PUF, 1984, p. 80, 85, 89 n. 98.

5 Gilbert Dagron, Empereur et prêtre, Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, Gallimard, 1996, p. 74 sq.

6 Anne Comnène, Alexiade, II, 7, 4-7, Leib Bernard (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 19672, t. I, p. 86-87. « L’ensemble de l’armée » était en réalité réduit aux troupes occidentales et aux mercenaires turcs, les troupes d’élite impériale étant auprès de l’empereur Nicéphore III Botaneiatès à Constantinople et les troupes d’Asie Mineure ayant rallié l’autre révolté Nicéphore Mélissènos.

7 Voir à ce sujet Jean-Claude Cheynet, « La colère du peuple à Byzance (Xe-XIIe siècles) », Histoire Urbaine, n° 3, juin 2001, p. 25-38.

8 Michel Psellos, Chronographie, Renauld Émile (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 19672, t. I, p. 126-127.

9 Ibid., p. 127.

10 La jeune princesse latine est représentée sur l’illustration d’un manuscrit (Vat. Gr. 1851) contenant des vers de bienvenue, cf. Lynda Garland, Byzantine empresses : women and power in Byzantium (527-1204), Londres-New York, Routledge, 1999, p. 201-203 ; Michael J. Jeffreys, « The vernacular eisitèrioi for Agnes of France », in Jeffreys Elizabeth et Michael J., Moffat Ann, Byzantine papers. Proceedings of the First Australian Byzantine Studies Conference (Canberra, 17-19 May 1978), Canberra, 1981, p. 101-115. Voir aussi Ioannis Spatharakis, The Portrait in Byzantine Illuminated Manuscripts, Leyde, Brill, coll. « Byzantina Neerlandica », 6, 1976, fig. 170.

11 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96.

12 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 2, op. cit., t. II, p. 181.

13 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96.

14 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 5, op. cit., t. II, p. 183.

15 Selon l’historien du règne de Manuel Ier, Kinnamos, c’est ainsi qu’en 1167 le protostratôt Alexis Axouch rallia les contingents scythes (Turcs ?) dans son complot contre Manuel Ier : Jean Kinnamos, Épitomè, Meineke A. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1836, p. 268-269 (trad. Rosenblum J. : Jean Kinnamos, Chronique, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Publication des Lettres et des Sciences Humaines de Nice », 10, 1972, p. 175).

16 Le peuple des dèmes est massé dans l’Hippodrome et ils sont des dizaines de milliers à faire sédition. L’empereur Justinien a commandé un dromôn (galère) et s’apprête à quitter le Palais. Les dèmes appuient leur candidat Hypatios, un neveu de l’ancien empereur Anastase, qu’ils poussent à s’emparer du trône. Hypatios envoie au palais un homme à lui, un certain Éphrem, qui entend dire (c’est une fausse rumeur) que l’empereur est vraiment parti. Alors, Éphrem se dépêche de revenir auprès d’Hypatios et lui dit : « Maître, Dieu a choisi de te faire empereur car Justinien s’est enfui et le palais est vide », cf. Chronicon Paschale, Dindorflus L. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1832, p. 625, 684 ; Georges Tate, Justinien l’épopée de l’Empire d’Orient, Paris, Fayard, 2004, p. 461.

17 L’exemple de Justinien II (685-698 ; 705-711) est exceptionnel, mais le rétablissement eut lieu, il est vrai, sept années plus tard. Autre est le cas de l’empereur parti en campagne, qui trouve Constantinople en proie à une rebellion à son retour et doit récupérer de force son trône, comme l’empereur Constantin V parti en campagne contre les Arabes peu après la mort de son père Léon III en 741. Ce cas était assez fréquent pour être redouté des empereurs qui prenaient toutes leurs précautions avant de partir, mais devaient parfois écourter leurs campagnes, quand leur parvenait la rumeur de troubles dans la Ville. Cela confirme bien qu’il était pour l’empereur toujours risqué de quitter le palais.

18 Nicétas Choniatès, Historia, Van Dieten Ioannès A. (éd.), Berlin, W. de Gruyter, coll. « CFHB », xi/1, 1975, p. 6-7, Jean Zonaras, Épitomè XVIII, 28, Pinder M. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1897, t. III, p. 762.

19 Jean Kinnamos, Épitomè op. cit., p. 129 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 92 : « Après qu’Andronic eut appris que le basileus passait son temps à chasser de nuit, il arma des Isauriens d’élite de son entourage qui lui avaient juré de le soutenir contre n’importe qui, et monté sur le plus rapide de ses chevaux, il se rendit avec eux à cet endroit. Mais il les laissa un peu plus loin dans la forêt pour garder son cheval et lui-même monta sur une mule pour s’approcher de la tente du basileus ; puis il en descendit et s’avança à pied sans faire de bruit, un poignard à la main. Pour qu’on ne pût pas le prendre sur le fait, il avait revêtu un vêtement italien, au lieu de celui qu’il portait d’habitude ».

20 Nicétas Choniatès, Historia…, op. cit., p. 450-451.

21 Ibid.

22 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 94-95.

23 Anne Comnène, Alexiade, IX, 9, 4, op. cit., t. II, p. 182.

24 D’où les libelles injurieux qu’ils composèrent à son égard, voir Anne Comnène, Alexiade, XIII, 1, 6, op. cit., t. III, p. 89.

25 Constantine Porphyrogenitus, Three treatises on Imperial Military expeditions, Haldon John. F. (éd.), Vienne, coll. « CFHB » 28, 1990, p. 146-149 ; pour la signification particulière des déplacements de Théophile, voir Marie-France Auzépy, « Les déplacements de l’empereur dans la ville et ses environs (VIIIe-Xe siècles) », in Mango Cyril, Dagron Gilbert, Constantinople and its Hinterland, Papers from the Twenty-seventh Spring Symposium of Byzantine Studies, Oxford, April 1993, Aldershot. Variorum, 1995, p. 361.

26 Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, Flusin Bernard, Cheynet Jean-Claude (éd.), Paris, Lethielleux, coll. « Réalités Byzantines », 8, 2003, p. 277.

27 Ibid., p. 215-216. Pour le contenu du trésor impérial ravi par l’ennemi, voir ci-dessous.

28 Nicétas Choniatès, Historia…, op. cit., p. 189.

29 Ibid., p. 192.

30 Chronicon Paschale…, op. cit., p. 714.

31 Nikephoros Patriarch of Constantinople, Short History, Mango Cyril (éd.), Washington (D.C.), Dumbarton Oaks Research Library and Collection, coll. « CFHB », 13, 1990, chap. XII.

32 Nikephoros Patriarch of Constantinople, Short History…, op. cit., chap. XX, l. 1-4.

33 Jean Skylitzès, Empereurs…, op. cit., p. 225. Un bon témoignage des campagnes de Nicéphore Phocas au cœur de la Cilicie et du séjour de la famille impériale en Cappadoce est le décor peint de l’église du Grand Pigeonnier à Çavusin, cf. Catherine Jolivet-Lévy, Les églises byzantines de Cappadoce. Le programme iconographique de l’abside et de ses abords, Paris, CNRS éditions, 1991, p. 15-22.

34 Anne Comnène, Alexiade, XII, 3, 8 ; XIII, 1, 4, op. cit., t. III, p. 62-63, 88.

35 Ibid., XII, 3, 6, t. III, p. 62 : « Pour signaler la présence de la basilissa au milieu des troupes, il n’y avait que la litière portée par deux mules et recouverte du voile impérial ; d’ailleurs sa divine personne restait cachée ».

36 Théophane AM 6305 [AD 812/813] = The Chronicle of Theophanes Confessor, Byzantine and Near Eastern History AD 284-813, Mango Cyril, Scott Roger (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 684.

37 Anne Comnène, Alexiade, XIII, 1, 6, op. cit., t. III, p. 89.

38 Jean Zonaras, Épitomè XVIII, 26, op. cit., p. 753.

39 Mentionnant cette campagne elle dit, en effet, avoir été avec son père à Philippoupolis (novembre 1114), cf. Anne Comnène, Alexiade, XIV, 8, 3, op. cit., t. III, p. 178.

40 Anne Comnène, Alexiade, XII, 3, 9, op. cit., t. III, p. 63 : « Quand elle [Irène Doukaina] avait gagné la tente qui lui était destinée et y était entrée, elle ne s’y couchait pas aussitôt pour se reposer, mais elle la laissait ouverte et permettait libre accès à tous les mendiants ».

41 Idem.

42 Gilbert Dagron, Haralambie Mihàescu, Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phocas (963-969), Paris, CNRS éditions, coll. « Le Monde byzantin », 1986, p. 165.

43 Jean Tzimiskès figure dans le décor de l’église du Grand Pigeonnier à Çavusin, cf. Catherine Jolivet-Lévy, Les églises byzantines…, op. cit., p. 16.

44 John Haldon, Warfare, state and society in the Byzantine World, 565-1204, Londres, Routledge, 1999, p. 150-151.

45 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 126, 127 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 90-91.

46 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 96 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 73.

47 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 133 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 95.

48 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 127-128 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 91-92. Voir Élisabeth Malamut, « Les voyageurs à l’époque médiévale », in Geyer Bernard, Lefort Jacques, La Bithynie au Moyen Âge, Paris, Lethielleux, coll. « Réalités byzantines », 9, 2003, p. 476.

49 Anne Comnène, Alexiade, XV, 1, 3, op. cit., t. III, p. 188.

50 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 104-105.

51 Nicétas Choniatès, ibid., p 434.

52 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, « The Decoration of the Sevastocratorissa’s Tent », Byzantion, n° 64, 1994, p. 8-18.

53 C’est en 1143, en effet, que dut mourir son époux Andronic, tandis qu’elle-même décéda en 1151-1152.

54 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, The Decoration..., op. cit., p. 11-13.

55 Jean Skylitzès, Empereurs…, op. cit., p. 98 : une fois partis en campagne contre la Crète, arrivés dans le thème des Thracésiens, ses serviteurs (ceux de Bardas) qui avaient pris les devants, installèrent les tentes en un lieu appelé Chôros, rivalisant de zèle. Alors, soit intentionnellement, soit par simple ignorance, ils dressèrent le pavillon impérial sur le plat et déployèrent celui du César sur une hauteur. Les partisans de Michel qui luttaient contre le César y virent une aubaine. Ils blâmèrent cette disposition et activèrent les complots qui couvaient contre Bardas.

56 Anne Comnène, Alexiade, IX, 5, 1, op. cit., t. II, p. 169-170.

57 Illustrations de la Chronique de Skylitzès, MS. Vitr. 26-2. Biblioteca Nacional, Madrid, Fols. 151v, 153r, 163r, 201v in Tsamakda Vasiliki, The Illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde, Alexandros Press, 2002, p. 192-193, 194, 203, 228. Voir aussi deux illustrations du Roi Saul dans un Psautier de 1059 (Vat. Gr. 752, fols 54, 109v), cf. Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, The Decoration …, op. cit., p. 14, n. 23.

58 Voir Illustrations…, op. cit., fol. 151v : siège de Mopsueste (964) : la tente impériale est rouge et domine largement une petite tente noire qui symbolise le reste du campement.

59 La tente de l’émir saracène est rouge aussi, mais sa décoration est brun foncé. Voir le siège de Messine par les Arabes : Illustrations…, op. cit., fol. 214r.

60 Illustrations…, op. cit., fol. 153r.

61 Ibid., fol. 163r.

62 Jeffrey C. Anderson, Michael J. Jeffreys, The Decoration …, op. cit., p. 14.

63 Ms. G. IV, 908-910, (trad. Jouanno C. : Digénis Arritas, le héros des frontières : une épopée byzantine : version de Grottaferrata, Turnhout, Brepols, 1998, p. 248).

64 Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène, Paris, Ellipses, 2007, p. 160, 332.

65 Marius Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Harun ar-Rashid et l’empereur Nicéphore Ier », Byzantion, n° 32, 1962, p. 359-360.

66 Illustrations…, op. cit., fol. 201 v in Tsamakda Vasiliki, The Illustrated Chronicle…, op. cit., p. 228.

67 Anne Comnène, Alexiade, XV, 7, 1, op. cit., t. III, p. 213.

68 Ibid., XIII, 1, 8, p. 90.

69 Nous n’avons pas de représentation de chambre impériale, Une miniature du Skylitzès représente la chambre d’un grand aristocrate, Bardas Phocas, avec son lit d’or. À l’extérieur, un serviteur garde la porte, cf. Illustrations…, op. cit., 163 r. in Tsamakda Vasiliki, The Illustrated Chronicle…, op. cit., p. 203.

70 Voir ci-dessous, p. 80.

71 Anne Comnène, Alexiade, II, 10, 1, op. cit., t. I, p. 93.

72 Nous avons pu montrer que l’empereur Alexis Ier Comnène, qui avait pourtant délégué à sa mère Anne Dalassène le pouvoir exécutif pendant qu’il était en campagne, avait la plupart du temps confirmé les actes promulgués par sa mère, cf. Élisabeth Malamut, « Une femme politique d’exception à la fin du XIe siècle : Anne Dalassène », in Lebecq Stéphane, Dierkens Alain, Le Jan Régine, Sansterre Jean-Marie, Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe -XIe siècles), Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles de Gaulle, Lille III, 1999, p. 114-116. Cette confirmation pouvait se situer au retour de l’empereur, mais aussi pendant la campagne dans la tente impériale à l’endroit aménagé à cet effet.

73 Anne Comnène, Alexiade, XIII, 9, 4-5, op. cit., t. III, p. 119.

74 Anne Comnène, ibid., XIII, 10, 3, p. 122.

75 Ainsi, en 1116, l’empereur séjourne à Aèr avec l’impératrice et il fallut l’arrivée de trois coursiers successifs dont le dernier était ensanglanté pour persuader l’empereur de quitter son épouse : Anne Comnène, ibid., XV, 2, 1, p. 191.

76 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. II, p. 96 : Psellos narre l’entrée de l’ambassade, dont il fait partie, dans la tente d’Isaac Comnène : « Comme nous approchions de la porte, cet homme (le portier) nous ordonna à nous aussi de nous arrêter, et il pénétra dans la tente de l’empereur ; après avoir attendu quelques instants, il en sortit et, sans rien nous dire, subitement il ouvre la porte ».

77 Michel Psellos, ibid., p. 96-97.

78 Béatrice Caseau, Jean-Claude Cheynet, « La communion du soldat et les rites religieux sur le champ de bataille » in Caseau Béatrice, Cheynet Jean-Claude, Déroche Vincent, Pèlerinages et Lieux saints dans l’Antiquité et le Moyen Âge, Mélanges offerts à Pierre Maraval, Paris, Association des Amis du Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance, 2006, p. 108-111.

79 Socrate de Constantinople, Histoire Ecclésiastique, I, 18, 12, Périchon Pierre, Maraval Pierre (éd.), Paris, Le Cerf, 2004.

80 Sozomène, Histoire Ecclésiastique, I, 8, 10-11, Festugière André Jean (éd.), Paris, 1983, p. 146-147.

81 Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène …, op. cit., p. 191-245

82 Il vit l’empereur assis sur le trône impérial dans une tente comme dans une église avec son ennemi, un grand chien noir aux yeux de sang, enchaîné et jeté à ses pieds : c’est l’image du diable que l’empereur doit terrasser, cf. La vie de saint Cyrille le Philéote moine byzantin, Sargologos Émile (éd.), Bruxelles, coll. « Subsidia Hagiographica », 39, 1964, p. 381.

83 Béatrice Caseau, Jean-Claude Cheynet, La communion du soldat …, op. cit., p. 109-110.

84 Michel Psellos, Chronographie …, op. cit., I, p. 10, 39.

85 Constantine Porphyrogenitus, Three treatises…, op. cit., p. 124 : voir la liste des dignitaires de la cour et du personnel de la chambre impériale, qui escortaient l’empereur en campagne.

86 Anne Comnène, Alexiade, VII, 3, 12, op. cit., t. II, p. 101.

87 Michel Psellos, Chronographie…, op. cit., t. I, p. 38-39.

88 Michel Psellos, ibid., p. 40.

89 Voir ci-dessus ; Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène …, op. cit., p. 120.

90 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 256 : référence à Mathieu 23. 271.

91 Anne Comnène, Alexiade, IV, 5, 2-3, VII, 3, 4-5, op. cit., t. I, p. 155, t. II, p. 95-96.

92 Anne Comnène, ibid., XIV, 8, 9, op. cit., t. III, p. 181-182.

93 Idem.

94 Idem.

95 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 431. La scène se passe à Lopadion en Bithynie et la rivière était le Rhyndax.

96 Il s’agit du fils du sébastocrator Andronic.

97 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 127-129 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 91-92.

98 Anne Comnène, Alexiade, VIII, 8, 3-4, op. cit., t. II, p. 150-151.

99 Anne Comnène, ibid., VIII, 8, 4, p. 151.

100 Jean Kinnamos, Épitomè …, op. cit., p. 268-269 ; trad. Rosenblum J., op. cit., p. 172.

101 Pour l’adoption des coutumes occidentales depuis Alexis Ier Comnène, voir Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène…, op. cit., p. 372-376.

102 1071 : il s’agit de la campagne qui allait aboutir à la terrible défaite de Mantzikert.

103 Jean Skylitzès Continué, Chronographie, Tsolakès I. (éd.), Thessalonique, Hétéreia Makédonikôn Spoudôn, 1968, p. 147, l. 22-p. 148, l. 2.

104 Sur cette ambassade, cf. Nicolas Drocourt, « Ambassades latines et musulmanes à Byzance : une situation contrastée (VIIIe-XIe siècles) », Byzantion, n° 74/2, 2004, p. 367.

105 Anne Comnène, Alexiade, VII, 2, 8-9, op. cit., t. II, p. 92-93. L’épisode se termina tragiquement : les ambassadeurs petchénègues massacrèrent leurs gardes et s’échappèrent. Voir à ce sujet Élisabeth Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift, n° 88/1, 1995, p. 136-137.

106 Nicétas Choniatès, Historia …, op. cit., p. 189 ; voir Nicolas Drocourt, « Les animaux comme cadeaux d’ambassade entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècles) » in Doumerc Bernard, Picard Christophe, Byzance et ses périphéries (monde grec, balkanique et musulman : hommage à Alain Ducellier), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-le Mirail, 2004, p. 79.

107 Michel Attaliatès, Histoire, Bekker I. (éd.), Bonn, Weber, coll. « CSHB », 1853, p. 102-103 ; Miguel Ataliates, Historia, Perez Martin Inmaculada (éd.), Madrid, Consejo superior de Investigaciones Cientificas, coll. « Nueva Roma », 15, 2002, p. 77. Romain Diogénès prit le pouvoir en 1068.

Auteur

Université de Provence LAMM – UMR 6572

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540