Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Les sociétés de cour

L’intégration à la cour de Bertrand Du Guesclin

Christiane Raynaud

Texte intégral

  • 1 Il en existe deux éditions à partir de deux exemplaires différents l’un de 22790 alexandrins (éd. C (...)
  • 2 Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart, La fabrication de la renommée, Paris, Tallandier, 2008.
  • 3 Michael Jones, Letters, orders and musters of Bertrand du Guesclin (1357-1380), Londres, Boydell Pr (...)
  • 4 Il contribue à la défense des droits de Charles de Blois soutenu par les Français contre Jean de Mo (...)

1Bertrand Du Guesclin (1320 ca-1380) est le chef militaire français le plus illustre de sa génération et de toute la guerre de cent ans. Un long poème à la gloire du connétable, composé dans les années 1380-13851, la chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier fonde le mythe. Jean le Bel et Froissart2 confirment le trouvère picard. Cette biographie chevaleresque est mise en prose, en 1387 pour Jean d’Estouteville et sert de base jusqu’à nos jours aux travaux le concernant, avec les textes dispersés dans une cinquantaine de dépôts d’archives européens3. Symbole de loyauté et de courage, il figure au XVe siècle au nombre des neuf preux. Son action pendant quarante ans justifie cette bonne fortune, même s’il a été capturé au moins en trois occasions. Il s’est d’abord fait un nom comme chef de guérilla lors de la guerre de succession de Bretagne à partir de 13414. En 1350, il passe au service du roi Jean le Bon et continue à s’illustrer en Bretagne (1361-1364). Pour Charles V, il lutte contre Charles le Mauvais, roi de Navarre. Sa victoire à Cocherel (1364) lui vaut le comté de Longueville, une des principales seigneuries de Normandie. Il conduit ensuite deux fois des expéditions importantes vers l’Espagne où il est récompensé par des terres et des titres par le roi d’Aragon et Henri de Trastamare, qu’il place sur le trône de Castille. Connétable de 1370 à 1380, il joue un rôle majeur dans la reconquête de la France sur les Anglais. Sa fidélité indéfectible à Charles V le met en difficulté face à ses compatriotes bretons, qui refusent le rattachement à la France. Il part en 1380 pour l’Auvergne et le Languedoc, où il mène ses derniers combats plutôt que de guerroyer contre les siens. À sa mort, l’hommage est universel. Alors qu’il appartient à une famille de la petite noblesse bretonne, son ascension sociale est spectaculaire. De son vivant, son intégration à la cour de France manifeste cette éclatante réussite. D’autres, avant lui et après lui, pas forcément plus avantagés au départ, s’y sont essayés, ils y sont parvenus, mais pas de manière durable ni à ce rang. Pour mieux comprendre ce succès présenté comme exceptionnel, il convient de s’interroger sur les difficultés qu’il a dû surmonter, sur les facteurs et les modalités de son intégration et sur une réalité moins étonnante qu’il n’y paraît et dont la singularité est sans doute ailleurs.

De réelles difficultés à surmonter

  • 5 Ses handicaps sont de deux ordres. Les premiers, objectifs et aisés à cerner, sont surmontés ou con (...)

2L’intégration de Bertrand à la cour se heurte à des difficultés réelles5. Sa personnalité, son apparence et sa situation financière sont de véritables handicaps.

Un serviteur de guerre à la personnalité rugueuse

  • 6 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 7, v. 120.
  • 7 Le manuscrit de l’Arsenal précise « Et estoit rude, et ors et de niche façon. En lui n’avoit manier (...)
  • 8 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 6, n. 4 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit(...)
  • 9 Reste que les mœurs du temps et la vie militaire sont très durs et que Bertrand du Guesclin ne l’es (...)
  • 10 Un document des Archives nationales (Arch. Nat. Ms KK251, fol. 71 verso), cité par Siméon Luce dans (...)
  • 11 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 63, v. 1702.

3Du long récit de son enfance, il ressort que son éducation a été négligée ou ratée. Cuvelier décrit Bertrand Du Guesclin frappant les maîtres qui tentent de l’instruire, grossier, agressif à l’égard de ses camarades de jeu, de ses compagnons et rebelle à l’autorité de ses parents. Sa mère se plaint « Ja n’aura en luy sens, maniere ne raison »6, autant de qualités nécessaires à qui veut faire carrière à la cour7. Jusqu’à l’âge adulte il multiplie les bagarres, les vols d’argent et de chevaux. À cette brutalité initiale s’oppose une courtoisie conquise, assez vite pour qu’elle apparaisse dès les premiers contacts avec les gens de cour, en particulier, par des paroles courtoises. Comme pour l’apprentissage des armes, il semble en avoir fait l’acquisition par l’observation des autres, le choix délibéré, chaque fois qu’il a pu, de la compagnie des grands seigneurs, des gens bien éduqués adoptant à son égard une attitude courtoise. Cuvelier rapporte qu’enfant, alors que ses frères plus jeunes mangent avant lui, il s’assoie à leur table8 et « Où qu’il voit a mengier, il y prent a plain poing ». Quand sa mère le réprimande, il se lève et renverse la table, elle le traite de « rude charreton ! ». Ensuite, le trouvère ne revient pas sur ses manières de tables, lorsque Du Guesclin participe aux banquets, y compris royaux, il se tient comme il convient. Rien ne permet de dire s’il sait danser, même si le texte signale sa participation aux fêtes qui comprennent des bals. Dès qu’il a un peu d’argent, ses premiers dons vont aux ménestrels et aux hérauts9 dont il apprécie les talents et mesure l’influence. Il aime ensuite à s’en entourer10. À l’évidence, il a appris à se comporter en société comme à se tenir au combat. Chevalier idéal, il n’est pas seulement fort, il est aussi « Bertran le courtois »11.

  • 12 Micheline Dupuy, Bertrand du Guesclin, capitaine d’aventure connétable de France, Paris, Perrin, 19 (...)
  • 13 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 16, laisse XI, v. 300-304.
  • 14 Claude Tixier, Portrait littéraire de Bertrand du Guesclin. Le héros Bertrand, son entrée sur la sc (...)
  • 15 La pratique d’authentifier les documents par son seing manuel se répand à l’époque de Bertrand. Cha (...)
  • 16 Philippe le Bon, par exemple, au siècle suivant se fait lire lettres et textes.
  • 17 Claude Tixier, Portrait …, op. cit., p. 108-111.
  • 18 « Bertran, homs de grant essient » (Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 429, v. 12274) (...)

4Un autre obstacle essentiel serait, d’après Cuvelier, son manque d’instruction. Il ne pourrait lire une lettre, ni écrire, ni compter. Le trait est faux. Sa famille lui donne l’éducation normale d’un chevalier du XIVe siècle, mais n’a pas les moyens et sans doute ne voit pas la nécessité de lui donner l’éducation complète que reçoivent les princes et les héritiers des grands feudataires, qui dès le plus jeune âge apprennent le latin et parfois l’hébreu, lisent des ouvrages théologiques et scientifiques, ont des notions de politique et de diplomatie12. Très tôt Bertrand du Guesclin apparaît friand de contes et de récits héroïques : chansons de geste et romans de la Table ronde. Adolescent, trop jeune pour participer aux tournois, il se fait conteur, diseur de faits d’armes avec un petit succès13. Adulte, en dehors des opérations militaires, il consacre une partie importante de son temps à la négociation et à la gestion des soldes qu’il compte et discute. Il sait assez lire pour contrôler les actes officiels14 et certains documents sont signés de sa main15. Le fait de se faire lire lettres et textes est une pratique aristocratique16, qui peut répondre aussi aux nécessités du commandement. Son langage et ses paroles ne font pas l’objet de railleries. Il parle très bien le français et son style émaillé d’images, de proverbes, d’expressions savoureuses n’est jamais vulgaire. Il s’intéresse au droit, même s’il coupe court aux arguties des juristes, à la politique et à l’histoire. Il cite les Écritures et sait rappeler les préceptes religieux. Il tient ses connaissances de la fréquentation des gens instruits, de Typhaine Raguenel, sa première épouse et des grands seigneurs. Il tire de l’expérience un savoir personnel17. Il n’est pas pour autant un érudit18.

Un physique et une allure disgraciés

  • 19 Ibid., t. I, p. 5, laisse IV, v. 55 à 60.
  • 20 Ibid., t. I, p. 29-34, laisse XXVI, XXVII, XXVIII (v. 699 à 902) Cuvelier décrit d’abord la victime (...)
  • 21 Ibid., t. I, p. 32, v. 801-802. Il rend le cheval qu’il a pris à son père et promet de rendre à sa (...)
  • 22 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 96.
  • 23 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 59, laisse LVII, v. 1579, 1584 : « Véez-le sà veni (...)
  • 24 Sorte de pourpoint à manches, matelassé de plusieurs épaisseurs de toile ou de cuir, elle protège a (...)
  • 25 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 96.
  • 26 Au XIVe siècle le gris est une fourrure de luxe. La mode est à cette fourrure d’écureuil sibérien c (...)
  • 27 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 7, v. 13491 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op (...)
  • 28 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 144, v. 17516 et 17517 ; Jean-Claude Faucon, La c (...)
  • 29 « Qui par sa grant malice ala tant cheminant » : Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p (...)
  • 30 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 5, laisse IV, v. 56 ; Il cumule laideur, petite ta (...)
  • 31 Michel Pastoureau, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008, p. 95-96.
  • 32 Les Grandes chroniques de France, Paris, BnF, ms. Fr., 6465, fol 434 v °, In Avril François, Jean F (...)

5Pour réussir, les courtisans doivent être aimables, c’est-à-dire, être agréables, beaux, avoir de la prestance et soigner leur apparence. Bertrand, qui, très laid19, trouve dans la hardiesse l’unique voie d‘accès à la gloire, aux amis et aux ménestrels. Il est présenté ayant des attitudes contradictoires en ce qui concerne le soin qu’il accorde à sa tenue. Une série d’anecdotes célèbres le montre revêtu d’une façon inadaptée à la société de cour. Cuvelier souligne que l’adolescent ne reçoit pas de son père de quoi tenir son rang dans les tournois. Il doit se faire prêter par un cousin une armure dont il ne dit rien. Au XIVe siècle les chevaliers qui ont le goût du luxe rivalisent de beaux équipements, de harnois dorés, rejetant les autres combattants au rang humiliant d’auxiliaires pauvres. Bertrand partage ce goût. Avec une cruauté froide, il abat un riche cavalier anglais, son écuyer et son valet pour se revêtir de sa dépouille20 et équiper son propre valet. Cuvelier relève pour cette armure deux qualités, elle est d’argent et d’or et faite sur mesure. Avant de pouvoir bénéficier à son tour de ce second avantage, Bertrand doit attendre. Néanmoins, la réaction de sa mère, que Cuvelier a montré rejetant son enfant trop laid, est intéressante. Devant dans son nouveau costume21, elle s’exclame : « Bertran, ce dit la dame, vous estes moult joliz ; Estes-vous chevaliers devenus depuis mardi ? ». Il promet de l‘être dans l’année. Il est difficile de savoir ensuite si, tenant compte de cette remarque, il s’attache à être bien vêtu, c’est-à-dire bien équipé à la guerre et élégant à la cour. Convaincu très tôt de sa laideur, comme le laissent à penser sa devise « Dat virtus quod forma negat » et les réactions grossières parfois de ceux qui le voient pour la première fois, il juge inutile, semble-t-il, de s’affubler de soies et de vêtements de luxe22. Il affiche une simplicité ostentatoire, qui le singularise. Le trait mérite d’être un peu nuancé. L’épisode du cavalier anglais permet au moins de douter, pour son plus jeune âge, du fait qu’il ne partage pas le goût de ses contemporains pour les parures fastueuses. Le silence du texte est ensuite ambigu. Deux explications sont possibles pour en rendre compte. Il a su se faire accepter tel quel, mais Cuvelier n’indique pas que la circonstance dans un premier temps étonne ou suscite un rejet. En présence des princes et des seigneurs et à la cour, il adopte peut-être, sans se départir de sa simplicité, un costume mieux adapté – mais comment ? – à sa fortune et à son rang. Le trouvère ne revient sur son vêtement qu’en trois circonstances particulières où il est mal habillé, ce qui ne veut pas dire qu’il l’est souvent ni toujours. Le premier épisode est célèbre. Un héraut du duc de Lancastre vient apporter dans Rennes qui résiste un sauf-conduit pour permettre une rencontre. Il demande à voir Bertrand23. Le capitaine le lui montre de loin, vêtu d’une jaque noire24 et qui porte au col une grande cognée, suivi d’une demi-douzaine d’acolytes. L’Anglais est surpris : on dirait un brigand qui épie les marchands. Robert Knolles, Hugues de Claveley, Thomas Dagonet, qui agissent comme des brigands, s’habillent comme des seigneurs, il ne comprend pas25. Pourtant il ne peut se méprendre, puisque Bertrand lui fait donner un habit et cent florins. Les Anglais, qu’il terrifie et c’est bien là l’effet recherché, lui ont déjà donné le surnom de dogue noir de Brocéliande, qui est justifié par son teint mat peut-être autant que par son habit noir et sa hache. La seconde mention, où son costume est au cœur du récit, est aussi singulière. Bertrand est prisonnier depuis trop longtemps faute de pouvoir négocier sa rançon. Le prince de Galles, à la requête de ses barons, le fait mander. Il arrive : « Une cotte de gris26 avoit ou dos vestie ; Bien samble qu’il soit homme venant de Honguerie »27. Le prince ne peut s’empêcher de rire. La dernière allusion évoque son entrée à Paris, avant qu’il ne soit nommé connétable : « D’une coste de gris moult simplement vesti. /Avec son hardement estoit Bertran soulti »28. Quelques vers plus loin, Cuvelier non sans contradiction le décrit : « Non pas vestu de soie, ne de fin bouquerant, /Mais d’un drap gris et fort, si comme un paissant, /Armé a le couverte, con gens aventurant ». Dans un pays en partie envahi par les Anglais, cette simplicité du vêtement discret et pratique, est une ruse29. Les autres mentions plus brèves mettent l’accent plus sur son aspect physique30, qui ne l’empêche pas de séduire les femmes, que sur sa tenue. Fouquet, qui évoque la remise de l’épée de la connétablie, lui prête au siècle suivant une armure noire de belle facture à la mode du temps, ce qui, sans être invraisemblable à la fin du XIVe siècle, n’est pas fréquent31, mais Cuvelier n’en dit rien32. Handicapé par une laideur qui surprend les moins avertis, Du Guesclin, si l’on suit Cuvelier, ne cherche pas à la faire oublier par son costume. Il est décrit habillé de cuir noir, de drap gris grossier et de fourrure claire, qui lui donnent un air farouche. Il n’est pas pour autant vêtu pauvrement, le noir est en effet une couleur coûteuse et le gris une fourrure de luxe. Il ne manque pas forcément d’élégance, mais se distingue des seigneurs qui ont le goût de parures raffinées, même en campagne. À la cour, il se compose aussi sans doute un personnage jouant de la simplicité de son habit pour mieux donner à voir ses mérites. Cette simplicité est affectée, une fois sa fortune faite.

Une famille et un patrimoine insuffisants

  • 33 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 15.
  • 34 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 4, v. 27-28 et p. 19, v. 409 : adolescent : « Dola (...)
  • 35 Sa lignée est attestée au moins depuis le XIIe siècle.
  • 36 Jeanne Malemains (c. 1300-1350) est fille de Foulques Malemains. Elle lui apporte en dot la terre d (...)
  • 37 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 17, laisse XXIII, v. 641-642.
  • 38 Ibid., t. I, p. 20, laisse XXVIII, v. 783-786.
  • 39 Ibid., t. I, p. 287, laisse CDLXXXVIII, v. 14504-14506, 14517-14519.

6Ce physique ingrat et ce costume simple sont un obstacle à sa progression, car ils sont le rappel permanent sinon de sa pauvreté, du moins d’une origine sociale médiocre, qui, sans lui interdire l’accès à la cour, lui laisse peu espérer. Cuvelier exagère ces deux circonstances pour souligner le chemin parcouru. Il est présenté comme le fils aîné d’un chevalier breton sans fortune n’ayant aucune raison ni aucune chance d’accéder au pouvoir33. Tant qu’il fu jeunes homs, c’est bien la véritez / Poures chevaliers fust et pouvrement rentez34 En fait, il est l’aîné d’une famille bretonne de moyenne mais vieille noblesse. ce qui est un atout incontestable. Son père Robert du Guesclin, chevalier, seigneur de Broons, est d’une très ancienne famille35 sa mère, Jeanne Malemains, normande d’origine36, appartient à la famille des Sacey. Son oncle Bertrand, sage, avisé et qui l’accueille quand il fuit le château familial, est seigneur de Vauruzé. Son épouse est une riche héritière, Thomasse Le Blanc, dame de la Roberie et de la Bouverie, qui complète l’éducation de l’adolescent, s’inquiète de sa santé et le soigne quand il se blesse. Le père de Bertrand participe aux joutes de Rennes avec un bel équipement et, si le fils doit emprunter à un cousin une armure, c’est qu’il est sanctionné pour son inconduite. D’ailleurs il se plaint : « Mes peres est si riches et je suy de refus/Que je ne puis de luy avoir quatre festus »37. Ce dernier, lorsqu’il reconnaît son fils dans le vainqueur, promet : « Je vous donray chevaulx du tout a vo baillie, / De l’or et de l’argent, ne vous en fauray mie/Pour aller tout partout acquerir baronnie,/ Se ma terre en devoit longtemps estre engagie »38. Cette fortune, sans être comparable à celle des grands seigneurs, aurait pu lui permettre de bien débuter. Du Guesclin revient sur cette pauvreté légendaire, quand, prisonnier du prince noir, il lui déclare d’abord au moment de négocier sa rançon : « Je suis un chevalier povre et de petit non,/ Et ne suy pas aucy de telle estracion,/La ou je puisse avoir d’aïde grant foison ». Il ajoute ensuite : « Povre chevalier sui, je ne me quier vanter,/Ma terre est engagiee pour chevaulx acheter,/Je n’ay denier ne maille ne monnoie a compter »39.

  • 40 Aquin, roi de Bougie, après Poitiers, se serait fait construire une forteresse sur le rocher de Gla (...)

7Cette médiocrité relative est peut être compensée au plan psychologique par une circonstance, qui n’a peut-être pas assez été soulignée et qui est, à n’en pas douter, un puissant stimulant susceptible de rendre compte de la confiance inébranlable qu’il a en son destin. Une tradition familiale en fait le descendant d’un roi sarrasin du VIIIe siècle40. Elle pourrait expliquer son aisance dans la familiarité précoce avec les grands. Le silence de Cuvelier sur ce point et le pragmatisme de Du Guesclin, à l’aise aussi avec les plus humbles, interdisent cependant de lui donner le profil d’un déclassé cherchant à compenser un abaissement de sa famille.

  • 41 Fille de Robert Raguenel, vicomte de la Bellière et de Jeanne de Dinan. D’une grande érudition, ell (...)
  • 42 Elle est la fille de Jean de Laval, seigneur de Châtillon et de dame Isabelle de Tinténiac.
  • 43 Le texte ne décrit qu’une cironstance, quand Tiphaine Raguenel vient à sa demande porter toute sa v (...)

8L’influence de ses épouses successives n’est pas moins difficile à cerner. De longue date, la personnalité de Tiphaine Raguenel a retenu l’attention, elle a, nul doute, contribué à l’avancement de son époux à la cour par sa confiance et en lui faisant partager ses connaissances41 et sa sagesse. Jeanne de Laval42, sa seconde épouse, n’a pu avoir le même rôle, car, lorsqu’elle épouse Bertrand, le 21 janvier 1374, il est déjà au sommet de sa gloire. Cuvelier ne s’attarde pas sur leur présence à la cour aux côtés de leur époux43. Homme des répliques bien lancées, bon et aimé, le personnage est aussi redouté.

De solides inimitiés

  • 44 Il tiendrait son surnom de Prince noir de la couleur de son capulet de velours noir (1330-1376). Pr (...)
  • 45 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., p. 282, v. 1487-1492 : « Un jour estoit li princes levés (...)
  • 46 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., p. 283, laisse CDLXXII, v. 14325-14333 : « Et dist cil d (...)
  • 47 Il est « en la chambre menés / Ou li princes estoit et li riches barnés ». Cuvelier Insiste encore  (...)
  • 48 Ibid., t. I, p. 285, laisse CDLXXXV, v. 14404-14410 : « A tant ez vous Bertran que Jhesus benoïe, / (...)
  • 49 Dans la discussion Il rappelle que le bruit court qu’il le tient en prison par crainte, alors Il dé (...)
  • 50 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 287, laisse CDLXXXIX, v. 1453-14535.
  • 51 Ibid., t. I, p. 288, laisse CDXCI, v. 14597-14605.
  • 52 Ibid., t. I, p. 289, laisse CDXCII, v. 14626 à 14637.
  • 53 Elles apparaissent en quelque sorte en creux, par l’insistance mise par Cuvelier sur les bonnes rel (...)
  • 54 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 150, laisse CCLXVI, v. 7462-7471.

9Cuvelier campe face à Bertrand deux de ses ennemis les plus irréconciliables, le prince noir et Navarre, qui, malgré des personnalités différentes, partagent la même tenace hostilité contre un combattant qu’ils redoutent. Il y ajoute pour l’Anglais le mépris de classe et la méfiance. À leur égard Bertrand ne s’est jamais départi d’une déférence, teintée d’admiration à l’endroit du grand chef de guerre qu’est Édouard de Woodstock44. Il avait entendu parler de ce personnage légendaire bien avant d’apprendre sa valeur à ses dépens. Ce dernier, le 3 avril 1367 à Najera, l’emporte sur Henri de Trastmare et fait prisonnier du Guesclin, avant de rentrer en Aquitaine, gravement malade, ce dont l’auteur ne dit rien. Il le détient trop longuement, intervient alors un passage célèbre. Le prince est au milieu de sa cour45. Ses barons lui demandent, pour son honneur accroître, de laisser Bertrand quitter sa prison en payant rançon. Sa réaction est révélatrice46, il blêmit partagé entre l’orgueil, la colère et le dédain. Il invite Bertrand à sortir de sa prison pour fixer lui-même sa rançon47. Arrive le moment de la confrontation devant toute la cour. Le prince s’adresse à ses barons et raille le prisonnier qui s’est attiré l’admiration et la sympathie de nombre de ses derniers. L’ayant déjà rencontré, il s’en prend à ses vêtements, à son physique et à sa capacité de plaire aux femmes48, coups bas haineux pour déstabiliser l’adversaire contraires à la courtoisie de règle entre gens de bonne compagnie et que le duc de Lancastre avait conservée49. Lorsqu’il fixe un prix exorbitant pour sa rançon, la réaction du prince est révélatrice de son animosité et des enjeux50 : Quant le prince l’ouÿ, colour prinst a muer, / Trestouz les chevaliers a prins a regarder, / Et leur a dit en hault : « Me scet il bien gaber, / Qui cent mille flourins doubles me veult donner ! ». La nouvelle court la ville de Bordeaux, les bourgeois veulent le voir, ils sont déçus par sa laideur et son allure de pillard51. Le contraste est considérable avec le comportement civil de la femme du prince noir, qui vient le voir, lui fait honneur et propose de participer au paiement de sa rançon52. Avec Charles de Navarre les relations n’ont pas ce tour personnel. Elles s’inscrivent dans la terrible lutte entre le roi de Navarre et le Régent duc de Normandie, futur Charles V, auquel Bertrand garde, toute sa vie, sa fidélité. La seule notation concernant ce que pense Navarre intervient au moment de la paix de Vernon. Cuvelier souligne le contraste entre la mauvaise foi du prince et l’attitude de Bertrand qui veut se croiser53 : « La fu li bers Bertran avecques maint François / Que li roys de Navarre haÿ a celle fois. Mais cilz accors fu faiz et jurez sur la croix »54.

  • 55 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 371-373, v. 18886-18987. Lorsque le roi lui con (...)
  • 56 Sont venus (Ibid., v. 18904) : « Dux, contes, chevaliers, bourgois et escuier ». Aux 500 bourgeois (...)
  • 57 Il ajoute : jusqu’à ce que le traître qui murmure répète devant lui sa dénonciation (Ibid., v. 1898 (...)

10L’auteur n’ignore pas les réserves de la haute noblesse à l’égard de son héros. Dans une perspective apologétique et pour les minorer, il les fait apparaître dans la bouche même de Bertrand, qui les rappelle publiquement au moment où elles semblent tomber, quand il accède à la connétablie55. Pour son élection, Du Guesclin exige en conseil un accord unanime, qu’il sait pouvoir obtenir en raison de la situation calamiteuse, avec les Anglais aux portes de Paris, et de la pression populaire. Toute la société politique s’accorde sur son nom56. Il pose alors une condition, le roi ne doit pas prêter l’oreille à ce que sur lui on rapporte57. Le connétable à l’évidence connaît les pratiques redoutables de calomnies qui font l’ordinaire de la vie de cour. Sans mettre en doute la réalité du propos, on ne peut que relever son caractère prémonitoire. Ces réserves et ces pratiques resurgissent au moment où Charles V décide de s’emparer de la Bretagne. Cuvelier n’en dit rien, au moment où il écrit, juste après la mort de Bertrand, le temps n’est pas à la polémique. Devant sa tombe, les dernières réticences sont tombées. Reste que Bertrand connaît très tôt le monde des cours, a travaillé à s’y faire accepter et fréquente ensuite la cour de France pour rendre compte des opérations militaires, mais pas seulement.

Les modalités d’une intégration réussie : Bertrand et les cours

11Sur cette longue fréquentation des cours seigneuriales, princières, royales, aux armées, au palais, dans l’hôtel, au château, Cuvelier est peu prolixe. En dehors des campagnes, elle intervient en quelques circonstances et s’accompagne de manifestations festives : joutes ou tournois, banquets, dont il donne des descriptions. Il distingue deux grandes étapes dans la première phase de sa vie. Cette intégration est recherchée par le jeune Bertrand, qui déploie une grande habileté manœuvrière pour y parvenir. Dans un deuxième temps, sa valeur militaire reconnue et sa renommée croissante lui ouvrent toutes les portes. Il est dans la familiarité des princes et Cuvelier en donne des exemples éloquents.

Les premières étapes interviennent très tôt

  • 58 Sur cette notion, Philippe Contamine, « Le Moyen Âge occidental a-t-il connu des serviteurs de l’Ét (...)
  • 59 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 15-16, v. 285 à 302.
  • 60 « Les joustes, les tournoiz et ses charnez amis / Visitoit tout adez comme preux et hardiz » (Ibid. (...)
  • 61 Conscient de sa laideur, Il se trace un programme compensateur : « Mais puis que je sui lais, estre (...)
  • 62 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 18, v. 354-365 : « Car j’ai oy tel chose de lui et (...)
  • 63 « Lié sont pour Bertran si proisme et si ami » (Ernest Charrière, Ibid., t. I, p. 23, v. 528).
  • 64 Ernest Charrière, Ibid., p. 24, v. 535-536.
  • 65 Ernest Charrière, Ibid., p. 32, v. 804-805 : après avoir dépouillé un riche chevalier anglais, Il s (...)
  • 66 Ernest Charrière, Ibid., p. 40, v. 1038-1043.
  • 67 Ernest Charrière, Ibid., p. 40, v. 1040.

12Le jeune Bertrand n’est pas alors un serviteur de guerre recherché58, fortuné et réputé pour ses victoires. Il acquiert sa première renommée ailleurs que dans la guérilla en forêt et sur les champs de batailles. À 13 ans, l’âge d’un page, il recherche les joutes et les tournois et trouve le moyen de se faire inviter par la noblesse59. Il s’informe pour savoir où ont lieu joutes et tournois partout en Bretagne, puis monte sur la meilleure jument de son père, prend les joyaux de sa mère, se rend sur place et, s’il y a un dîner, fait envoyer du vin et le fait présenter en son nom, alors chacun lui fait fête et ainsi il se fait bien connaître et honorer. Il demande à jouter, mais on lui répond qu’il est trop jeune. Du moins, quand il vient à l’hôtel de son père, il lui raconte ce qu’il considère comme les plus belles armes et les honneurs de ces seigneurs avec talent. Il garde ce comportement trois ans au moins60. À 16 ans, intervient le tournoi de Rennes, qui rassemble une centaine de chevaliers, admirés des jolies femmes61. Il y arrive en petit état et se fait moquer de lui, mais certains en disent du bien, ce qui atteste le succès de ses trois ans d’efforts62. Après s’être fait prêter une armure par un cousin, dont Cuvelier ne donne pas le nom, il l’emporte à chaque joute. Finalement reconnu, il est fêté de ses proches et de ses amis63. Il entame alors une carrière de tournoyeur à grand renfort de publicité64 : « Les joustes, les tournois volentiers poursui, / Héraux et menestrez ama et enrichi. Dont li ducs de Bretaigne la nouvelle en oy », dès 1341. De cette date à 1354, sa progression est ralentie65. Pourtant, il ne doute pas qu’à fréquenter les gens d’honneur, il n’y parvienne à son tour. Sa première grande victoire militaire est celle de Fougeray, en 1350. Elle a un grand retentissement66 : Monfort s’en plaint, tout le monde en parle et Charles de Blois « Et disoit à sa gent volentiers le verroit / Si le povoit tenir, grant bien il lui feroit »67.

  • 68 En 1353, Il est capitaine de Charruel et, à la mort de son père, devient seigneur de Brons. En 1354 (...)
  • 69 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 29, v. 1239-1241.
  • 70 Pour ses hommes Il a déjà toutes les qualités et Ils le pensent promis à un bel avenir « Car Il est (...)
  • 71 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 39 v. 1720.
  • 72 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 39 v. 1758 à 1762.
  • 73 Le héraut en aparté se dit « Par Dieu qui tout créa ! / Cil fu contes ou ducs, très bel don donné m (...)
  • 74 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 42, v. 1873.
  • 75 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 42-43, v. 1912-1913.
  • 76 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 43, v. 1951.
  • 77 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 43, v. 1954-1956.
  • 78 Dans le duel du lendemain, Il épargne William Bemborough pour le duc « qui tant est de regnon » et (...)

13Cuvelier passe ensuite sous silence les progrès de sa carrière, pourtant importants, comme sa participation à une ambassade à Londres pour négocier la rançon de Charles de Blois en 135168. Il en arrive à 1357, au siège de Rennes. Appelé par Charles de Blois, Bertrand se voit confier la délivrance de la ville assiégée par le duc de Lancastre. Dans les relations entre les deux hommes trois phases se succèdent. Cuvelier souligne la différence d’âge, puis la distance sociale et de rang, et montre le passage du duc de l’agacement à l’admiration et à l’amitié. Dans un premier temps, comme Bertrand à partir de la forêt harcèle les Anglais, Lancastre s’informe, il lui est présenté comme un jeune vassal de noble parenté, qui n’a pas encore 18 ans et a déjà pris Fougeray par ruse69. Lorsque le jeune homme lui demande une trêve pour rejoindre ses parents, ses amys privez dans la ville, il refuse en le qualifiant de garnement70. Quand il se joue de lui, Lancastre ne peut s’empêcher de le traiter de villain71. Ce terme est associé à la bassesse morale, sociale et physique. Il renvoie aux vices du paysan s’opposant à franc ou à gentilhomme. Le vilain est grossier, menteur, avare et lâche. Il est l’antonyme de courtois qui suppose un savoir vivre et un savoir dire. Comme Du Guesclin traite bien ses marchands et lui propose de lui envoyer du vin, le duc modifie son jugement. Il s’étonne72 «Par ma foy ! dist liducs, a grant honneur venra, / Il est gentilz de cuer, se lui profitera. / Car oncquez large cuer maiesement ne fina /…. Trestouz les chevaliers du monde passera ». Il regrette de ne l’avoir jamais vu et lui fait porter un sauf-conduit. Le héraut s’incline devant le Breton, qui le fait se relever et lui fait donner un bon gipon de soie et cent florins73. L’observation de l’étiquette est d’un intérêt particulier. Bertrand arrive dans le camp adverse précédé de son grand renom. Il passe au milieu de 4 000 Anglais, vient devant le duc et se jette à genoux. Lancastre lui demande de se lever et le prend par la main « comme bien doctrinez »74. Il le remercie d’être venu à sa demande. Les deux hommes dialoguent. Du Guesclin n’est en rien désarçonné. Lancastre lui offre son amitié, son élévation à la chevalerie et des terres s’il reste avec lui. Il refuse, le duc ne l’en apprécie que plus. « Le vin a fait mander et espices granment, / Et puis si en ont beu environnement »75. Il est donc reçu courtoisement et avec des égards. La suite du récit n’est pas moins révélatrice. Le héraut remercie le duc et évoque les cadeaux donnés par le Breton. Le duc offre alors à Bertrand un magnifique coursier « qui valoit maint denier »76. Ce dernier en est touché, sa réponse l’atteste : « Oncques mais ne trouvay duc, comte ne princier, / Qui me donnast du sien qui vausist. I. denier,/Se ne l’ay conquesté a l’espee d’acier »77. Il lui promet de faire ce qu’il souhaite dans la limite de son honneur78. Le comportement de Lancastre a été exemplaire, tout d’intelligence. Avisé, il s’est placé sur le même terrain que son adversaire à savoir la conquête de l’opinion, ce qui ne préjuge pas de l’estime réelle qu’il peut lui porter et que Bertrand a gagnée par une attitude déférente mais digne. Le duc a su tenir son rang et fait preuve non seulement de courtoisie mais d’habileté, bien lui en a pris. Cuvelier, jugeant sans doute le problème à ce niveau de la hiérarchie sociale résolu, n’évoque ensuite dans le détail que l’accueil des souverains. Le prince de Galles et son comportement grossier et cruel s’en trouve d’entrée déconsidérés.

La consécration

  • 79 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 238, v. 6 496.
  • 80 Ernest Charrière, Ibid., p. 268-269, v. 7413-7414.
  • 81 Ernest Charrière, Ibid., p. 279, v. 7725-7727.
  • 82 Ernest Charrière, Ibid., p. 280, v. 7775.
  • 83 Ernest Charrière, Ibid., p. 282, v. 7815-7816.
  • 84 Mais, quelques vers plus loin, les sœurs du roi Henri le regardent avec curiosité. La première s’ét (...)
  • 85 Ernest Charrière, Ibid., p. 349, v. 9876-9877.
  • 86 Ernest Charrière, Ibid., p. 362, v. 10283.
  • 87 Ernest Charrière, Ibid., p. 453, v. 12985.
  • 88 Philippe Contamine, « Politique et vie de cour dans la France du XVe siècle : les Mignons », Paris,(...)

14Elle se traduit par la qualité de l’accueil reçu par le héros. L’amélioration, indéniable, n’est pas en constante et régulière progression. Les marques d’honneur vont du partage d’une collation à l’hospitalité dans une chambre royale. Elles manifestent concrètement la réussite de l’intégration et traduisent l’établissement de liens privilégiés d’estime et d’affection réciproques. Les premières notations sont brèves et lapidaires. Après Auray et la conclusion des affaires de Bretagne, en 1365, Bertrand mis à rançon vient à Paris79 : « Et li fist bonne chière li fors roys poestis ». Après les négociations avec les grandes compagnies, le roi reçoit à Paris leurs chefs et les fait loger au Temple80. Bertrand passe avec elles en Avignon et négocie avec le pape sans entrer dans la ville. Il n’est donc pas accueilli par le souverain pontife. Aussitôt Cuvelier évoque l’accueil à Toulouse par le duc d’Anjou81. Le prince honore les chefs de compagnies « et donna maint beau don aux chevaliers doubtez ». Il reçoit Bertrand « en ses consaulz secrez » il le distingue ainsi des autres. Les opérations en Espagne montrent, en raison des circonstances, un changement significatif dans la qualité de l’accueil que réservent les rois d’Aragon et de Castille à Du Guesclin et aux chefs des compagnies. Dès le premier contact avec Henri de Trastamare, Cuvelier suggère l’égalité des deux hommes82 : « A l’aprochier l’un l’autre s’aloient enclinant ». Ensuite à l’entrée d’Aragon, le souverain convie les chefs des grandes compagnies à un grand repas83 : « Au roy en sont venus, qui moult les honnora. / Au dîner les assist, qui moult les festia ». L’absence d’individualisation montre que la proximité du héros avec Henri est sans équivalent dans l’accueil qui lui est réservé par le roi d’Aragon. Lors du couronnement d’Henri à Burgos, Cuvelier relève le comportement de son épouse. Bertrand, prévenu de son arrivée, va secrètement au-devant d’elle. La reine, à la vue de Bertrand et des chevaliers qui l’accompagnent, descend de sa mule pour leur rendre grâce84. Cette reconnaissance ne rend pas compte du caractère des relations avec Trastamare. Dès 1367, Cuvelier note : « A Sébile la grant estoit li rois Henris, / Et Bertran du Guesclin qui bien fu ses amis »85, puis plus loin « Et Bertrand du Guesclin qui li fu moult privez »86. Et, de fait, quand Bertrand, emprisonné, reçoit en sa prison Henri déguisé en pèlerin : « Doulcement l’acola et bien le conjoy »87. De la familiarité avec Henri, Bertrand est passé à l’amitié88.

  • 89 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit, t. II, p. 15, v. 13716-13719. Pour sa bienvenue, elle contri (...)
  • 90 « Ensement que Bertran fu n la cour alez / avec les chevaliers servis et honnourez » (Ernest Charri (...)
  • 91 Il n’évoque pas sa liaison adultérine en Espagne avec une dame de compagnie de la reine, appartenan (...)
  • 92 C’est le cas du comte de Foix : Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 360, v. 18310 à (...)
  • 93 Ernest Charrière, Ibid., p. 138, v. 17334 sq ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. (...)

15À son retour, l’épisode aquitain montre que dans le royaume Bertrand n’en est pas encore là. Le prince de Galles réserve à Bertrand, à sa cour, un traitement empreint de méfiance et même de mépris, il en va tout autrement du comportement de son épouse. Il n’a sans doute pas été assez remarqué que la princesse agit à la demande du prince. Le terme honneur revient deux fois en trois vers, comme pour compenser la première humiliation : « Quant la dame le vit, doucement l’onnoroit ; / Pour le conseil du prince, qui mandée l’avoit, / Festia bien Bertran et honnour li portoit ». Ce qui se traduit concrètement : « A porter fist le vin, espices li donnoit »89. L’ostentation mise par la princesse dans son accueil vise à l’évidence à compenser l’attitude désobligeante du prince, qui pourrait le desservir au plan politique. Cuvelier, en un vers à peine, note sans s’en étonner, v. 13729 : « Et en la court du prince la nuitie soupa », démontrant l’intégration à la cour du prisonnier. Pourtant encore, lorsque Bertrand vient payer sa rançon à Bordeaux, le prince l’accueille à sa cour par des railleries et se moque du fait qu’il ait donné tout son argent, avant de s’épouvanter de l’aide qu’il reçoit pour le paiement et ensuite de le faire servir et de lui faire honneur90. Bertrand entretient bien une longue familiarité, une complicité permanente avec quelques grands seigneurs, même si Cuvelier ne s’y attarde guère91. Parmi les marques d’honneur, la chanson rapporte le fait que ces personnages considérables, à l’annonce de sa venue, se portent à sa rencontre92. Cuvelier souligne sa relation avec Anjou « qui est frère germain au roi de S. Denis »93 et qui lui annonce les intentions du roi, concernant la connétablie. L’intégration de longue date à la cour de France ne fait alors pas de doute, même si Bertrand la fréquente peu par la force des choses. Moins que cette appartenance, ce qui retient Cuvelier est l’évolution de Bertrand dans les premiers cercles autour du roi, puis en son privé.

Une relation forte mais dissymétrique avec le roi de France

  • 94 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 159, 160, v. 18 010-18017, 18038-18044 ; Jean-Cla (...)
  • 95 Bertrand se rend le 27 mai à Saint-Denis où Charles V passe la journée avant de faire son entrée so (...)

16Du Guesclin l’entretient. Il revient par intervalles à la cour de France. Cuvelier, qui privilégie les raisons militaires et politiques, ne s’étend pas sur les modalités de ses séjours. Après Cocherel et juste avant son couronnement en mai 1364, Charles V a fait savoir à Bertrand qu’il lui donnait le titre de chambellan du roi. Conseiller très écouté du roi, chargé de missions diplomatiques délicates et d’une fidélité sans faille à sa personne, le Breton est placé sur le même pied que les grands seigneurs qui occupaient jusqu’alors cette charge. Même si la puissante seigneurie normande, comme ensuite la plupart des terres qu’il reçoit en Espagne, reste à conquérir sur l’ennemi, ici les Navarrais. Chambellan du roi, il a accès auprès du souverain94 et il est admis dans son intimité95. Les opérations militaires, qui l’éloignent le plus souvent de la cour, auraient pu atteindre sa position, par exemple quand il était en difficulté en Espagne et prisonnier, il n’en est rien, preuve de la solidité de son implantation. La discrétion de Cuvelier à cet égard tient sans doute à la volonté de montrer le caractère inouï de son élévation à la connétablie. Il n’insiste pas sur le fait que, lorsque Bertrand vient chercher à Paris la connétablie, il renonce à la couronne de Grenade qu’Henri de Trastamare lui a donnée et qu’il devait gagner sur les Maures. Ce choix doublement judicieux et très éclairant n’est pas dû à la seule fidélité à Charles V. Au plan militaire, il est fondé au regard de l’équilibre des forces dans la péninsule. Au plan politique, il donne la mesure de l’importance de la cour de France et démontre que la position à la cour n’est pas qu’une affaire de titulature, y compris royale, mais repose sur un exercice réel du pouvoir et de gros moyens financiers. Il est remarquable que Cuvelier ne s’attarde guère ensuite à peindre Du Guesclin entouré de sa cour, en dehors de la cour plénière qu’il tient à Caen pendant trois jours et qui est l’occasion d’un grand dîner. À l’évidence, Du Guesclin se conforme aux pratiques et aux usages de son état.

  • 96 Michael Jones, Letters …, op. cit., n ° 920, p. 331.
  • 97 Mal embaumé, en tous cas de manière Insatisfaisante avec la chaleur, le corps doit être bouilli en (...)
  • 98 Sur ordre du roi, une lampe ardente a été entretenue jour et nuit devant le tombeau de son connétab (...)
  • 99 Édouard Perroy, Pocquet du Haut-Jussé, Robert Fossier, Noël Coulet, Philippe Contamine, qui parle d (...)
  • 100 L’évêque d’Auxerre y prononce la première oraison funèbre officielle en l’honneur d’un particulier. (...)
  • 101 Robert Levine, « Myth and antimyth in La vie vaillante de Bertrand du Guesclin », Viator Medieval a (...)

17Les chroniqueurs s’attachent96 à souligner le caractère exceptionnel de ses funérailles. Là encore, il convient sans doute de nuancer le propos. Les funérailles des grands seigneurs morts au combat ou au cours des opérations sont bien individuelles. La durée des obsèques varie, car il peut y avoir un décalage entre le décès et le début des funérailles principales. Le voyage de certains défunts jusqu’à leur sépulture constitue bien un cortège. Plusieurs obsèques sont célébrées pour un même individu en plusieurs lieux avec une hiérarchisation selon les lieux. Le char funéraire et la bière sont richement décorés. Ce sont des laïcs qui préparent les obsèques. Les sépultures sont en pierre, de nobles matières et le décor d’armoiries. Il existe de multiples sépultures pour les entrailles, les os, le cœur dans l’église97. Comme pour d’autres combattants le deuil ne se limite pas au lignage, à l’entourage, il est aussi celui de l’ost, de tous les combattants, des responsables politiques, de la noblesse, des subordonnés du défunt. Ce qui semble donc distinguer Du Guesclin, ce sont l’affliction populaire – on se presse sur le parcours de sa dépouille mortelle – et le rôle du roi dans l’organisation des obsèques. Charles V lui offre une place dans la nécropole royale de Saint-Denis98. En dehors du témoignage personnel d’affection, ce privilège inédit est un geste politique fort, une réussite en matière de propagande et la prise en charge du travail de mémoire par les autorités politiques. La propagande royale exploite cette popularité, qui cristallise les sentiments antianglais, et oriente ce courant99. En 1389, une cérémonie à Saint-Denis est célébrée avec autant de faste que pour un monarque. Elle réunit les membres de la famille royale, les plus grands feudataires du royaume et tous ses anciens compagnons100. Les siècles suivants ont conservé son renom. Il faut attendre les historiens contemporains pour que le mythe soit remis en cause101. Reste que son intégration à la cour qui accompagne sa carrière militaire, sans en être le seul moteur, est remarquable. Parvenu au plus haut sommet de l’État, il a su se faire accepter des plus grands, d’autres après lui n’y parviendront pas.

18L’intégration à la cour de Bertrand Du Guesclin est exceptionnelle. La présentation qui en est donnée a pour objet de souligner le rôle prétendument radical de l’intervention personnelle d’un souverain désormais absolu. La qualité du bénéficiaire justifierait cette promotion et, au-delà, cette manière assez nouvelle de gouverner. Cette présentation, sans être inexacte, doit être sérieusement nuancée. L’intégration de ce bon serviteur de guerre est singulière, parce qu’elle doit beaucoup à sa ténacité, à son habileté, aux circonstances qu’il a suscitées ou dont il a tiré partie et à la chance qu’il a su saisir. Mais ce qui en fait un modèle opérant, susceptible d’être reproduit ou du moins vers lequel on peut tendre, est qu’elle est lente et progressive. Elle se fait par degrés, à ce titre elle est reproductible. En l’état, elle confirme le bon fonctionnement de la cour comme moyen de gouvernement et facteur d’harmonie sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Avril François, Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du XVe siècle, Paris, BnF/Hazan, 2003, 56 p.

Charrière Ernest, Chronique de Bertrand du Guesclin par Cuvelier trouvère du XIVe siècle, Paris, coll. « Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Première série : Histoire politique, publiés par ordre du roi et par les soins du ministre de l’Instruction publique », 1839, 2 vols, 620 p.

Contamine Philippe, « L’écrit et l’oral en France à la fin du Moyen Âge. Note sur l’alphabétisme de l’encadrement militaire », in Paravicini Werner, Werner Karl Ferdinant, Histoire comparée de l’administration (IVe-XVIIIe siècles), Munich, coll. « Beihefte der Francia », 9, 1980, p. 102-113.

Contamine Philippe, « En marge d’une grande édition : la biographie de Bertrand du Guesclin insérée dans la Chronographia regum Francorum », in Labbé Alain, Lacroix Daniel W., Quéruel Danielle Guerres, voyages et quêtes au Moyen Âge. Mélanges offerts à Jean Claude Faucon, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge », 2, 2000, p. 103-110.

Contamine Philippe, « Politique et vie de cour dans la France du XVe siècle : les Mignons », Paris, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1994, p. 541-544.

Contamine Philippe, « Le Moyen Âge occidental a-t-il connu des serviteurs de l’État », in Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, XXIXe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Pau, 1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 9-20.

Dupuy Micheline, Bertrand du Guesclin, capitaine d’aventure connétable de France, Paris, Perrin, 1977, 381 p.

Faucon Jean-Claude, La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, 1990, 3 vols.

Froissart Jean, Chroniques, Siméon Luce (éd.), Paris, Vve. J. Renouard pour la Société de l’histoire de France, 1869-1888, 8 vols.

Guenée Bernard, Du Guesclin et Froissart, La fabrication de la renommée, Paris, Tallandier, 2008, 237 p.

Jones Michael, Letters, orders and musters of Bertrand du Guesclin (1357-1380), Cambridge, Boydell Press, 2004, 415 p.

Levine Robert, « Myth and antimyth in La vie vaillante de Bertrand du Guesclin », Viator Medieval and Renaissance studies, n ° 16, 1985, p. 259-275.

Mauny Michel de, « La quadruple inhumation de Bertrand Du Guesclin », Société d’émulation des Côtes-du-Nord, Bulletin et mémoires n ° 112, 1983, p. 44-56.

Pastoureau Michel, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008, 216 p.

Tixier Claude, Portrait littéraire de Bertrand du Guesclin. Le héros Bertrand, son entrée sur la scène épique, étude sur l’œuvre de Charles Cuvelier, trouvère du XIVe siècle, Paris, Librairie, A-G. Nizet, 1981, 321 p.

Notes

1 Il en existe deux éditions à partir de deux exemplaires différents l’un de 22790 alexandrins (éd. Charrière Ernest) à partir du ms. fr. 850 avec quelques variantes du ms. de l’Arsenal 3141 ;l’autre de 24346 (éd. Faucon Jean-Claude) à partir des manuscrits Montpellier H 250 et BN naf 993, cf. Ernest Charrière, Chronique de Bertrand du Guesclin par Cuvelier trouvère du XIVe siècle, Paris, 1839, 2 vols., 620 p. et Jean-Claude Faucon, La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, 3 vols, 1991.

2 Bernard Guenée, Du Guesclin et Froissart, La fabrication de la renommée, Paris, Tallandier, 2008.

3 Michael Jones, Letters, orders and musters of Bertrand du Guesclin (1357-1380), Londres, Boydell Press, 2004.

4 Il contribue à la défense des droits de Charles de Blois soutenu par les Français contre Jean de Montfort et ses alliés anglais.

5 Ses handicaps sont de deux ordres. Les premiers, objectifs et aisés à cerner, sont surmontés ou contournés, les seconds, non moins évidents, pèsent sans qu’il soit possible d’en évaluer tous les effets, Ils s’estompent avec le temps sans disparaître ou sont mis à contribution et utilisés pour progresser.

6 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 7, v. 120.

7 Le manuscrit de l’Arsenal précise « Et estoit rude, et ors et de niche façon. En lui n’avoit maniere em plus qu’en un mouton » : Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 6, n. 4 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 6, laisse III, v. 93.

8 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 6, n. 4 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 7, laisse IV, v. 97 à 123.

9 Reste que les mœurs du temps et la vie militaire sont très durs et que Bertrand du Guesclin ne l’est pas moins, même si ses ennemis ne le tiennent pas pour rude en guerre et sans quartier.

10 Un document des Archives nationales (Arch. Nat. Ms KK251, fol. 71 verso), cité par Siméon Luce dans le tome VIII de son édition de Froissart, p. XVI, n. 2, atteste que le 26 janvier 1371 les ménestriers de du Guesclin jouent devant le duc de Berry, qui leur donne vingt livres.

11 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 63, v. 1702.

12 Micheline Dupuy, Bertrand du Guesclin, capitaine d’aventure connétable de France, Paris, Perrin, 1977, p. 20.

13 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 16, laisse XI, v. 300-304.

14 Claude Tixier, Portrait littéraire de Bertrand du Guesclin. Le héros Bertrand, son entrée sur la scène épique, étude sur l’œuvre de Charles Cuvelier, trouvère du XIVe siècle., Paris, Librairie A-G. Nizet, 1981, p. 106.

15 La pratique d’authentifier les documents par son seing manuel se répand à l’époque de Bertrand. Charles V est le premier roi à en faire un usage régulier. En 1362 quelques-unes de ses lettres portent une signature. Elle est attestée sous la forme Beltran à Soria le 26 juin 1369. Dans les années 70 Bertrand signe personnellement ses lettres sous la forme Bertrain. Les signatures plus élaborées comme Bertran du Guesclin, Vostres servitour Bertran du Guesclin sont un travail de clercs. En fait, Il signe de son prénom dans un nombre limité d’occasions, sinon Il laisse ses clercs, son secrétaire, le faire, comme les grands officiers royaux de sa génération, cf. Michael Jones, Letters …, op. cit., p. 38 et Philippe Contamine, « L’écrit et l’oral en France à la fin du Moyen Âge. Note sur l’alphabétisme de l’encadrement militaire », In Paravicini Werner, Werner Karl Ferdinant, Histoire comparée de l’administration (IVe-XVIIIe siècles), Munich, coll. « Beihefte der Francia », 9, 1980, p. 102-113.

16 Philippe le Bon, par exemple, au siècle suivant se fait lire lettres et textes.

17 Claude Tixier, Portrait …, op. cit., p. 108-111.

18 « Bertran, homs de grant essient » (Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 429, v. 12274), Bertran, le sachant (ibid., t. II, p. 176, v. 18455) « Bertran, qui tant fut bien appris » (ibid., t. II, p. 13, v. 13675), « Bertran, qui le débat amoit » (ibid., t. II, p. 273, v. 21 325).

19 Ibid., t. I, p. 5, laisse IV, v. 55 à 60.

20 Ibid., t. I, p. 29-34, laisse XXVI, XXVII, XXVIII (v. 699 à 902) Cuvelier décrit d’abord la victime et ses deux compagnons à partir du v. 700 : « Monté sur. i. destrier qui valoit grant argent ; / S’avoit lance et escu dont l’ouvrage resplent, / Le bacinet ou chief, où le camail se prent, / De toutes pîèces fu armez à son talent : / O lui. I. escuier de noble esttorement, / Bien armé et monté à son commandement, / Et un vallet de male bien troussé à talent. Il prend son cheval :…. et le sommier conquis, / Qui tant portoit d’argent et de fin or massis », car le chevalier portait toute sa finance avec lui ». V. 780 : « Mais Bertran de Guesclin si en est revestis, / Les mors ont dénué et les armeures pris : / A loi de chevalier s’adouba li marchiz ; / Chauça les espérons qui sont d’or fin macis, / Et toutes les armeures du chevalier faitiz / Vesti li bers Bertran, que délay n’i fust mis ». Il change juste la couleur de la croix.

21 Ibid., t. I, p. 32, v. 801-802. Il rend le cheval qu’il a pris à son père et promet de rendre à sa mère les joyaux qu’il lui a dérobés (Ibid., t. I, p. 31, v. 789-791, p. 32, v. 794-800).

22 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 96.

23 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 59, laisse LVII, v. 1579, 1584 : « Véez-le sà venir parmi celle chaussie, / A celle jaque noire comme une crameillie, / Avec VI escuiers qui sont de sa maisnie, / Et qui porte à son col celle grande cugnie » / « Par foi ! dit li héraux, qui vit la compaignie, / Bien resamble brigans qui les marchans espie » ; Jean-Claude Faucon, La chanson, op. cit., t. I, p. 40, v. 1 803 à 1809.

24 Sorte de pourpoint à manches, matelassé de plusieurs épaisseurs de toile ou de cuir, elle protège aux XIVe et XVe siècles certains soldats à pied. Elle est ajustée et boutonnée sur le devant au XIVe siècle.

25 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 96.

26 Au XIVe siècle le gris est une fourrure de luxe. La mode est à cette fourrure d’écureuil sibérien clair. Elle traduit ostensiblement un niveau social élevé. Dès le XIIIe siècle dans un souci de moralité publique, des ordonnances somptuaires limitent le droit des simples bourgeois à porter des fourrures de luxe. Philippe le Bel en 1294 Interdit entre autres le gris. Rien ne prouve que cette disposition ait été appliquée. Cette fourrure est surtout utilisée pour garnir l’intérieur des pelisses, chapes, housses, manteaux et houppelandes, mais aussi pour décorer vers l’extérieur le col et les poignets des robes. Ici elle est, semble-t-il, portée sur l’extérieur du vêtement. Au moment où écrit Cuvelier, la mode est à la fourrure sombre de martres.

27 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 7, v. 13491 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 285, v. 14405-14406.

28 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 144, v. 17516 et 17517 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 364, v. 18544-18545.

29 « Qui par sa grant malice ala tant cheminant » : Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 369, v. 18794 à 18798.

30 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 5, laisse IV, v. 56 ; Il cumule laideur, petite taille et mauvaises dispositions. La première tient à son visage et à la couleur mate de sa peau : « Camus estoit et noirs, malostru et massant (nuisant) » ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 6, laisse III, v. 55. Cuvelier rapporte que sa silhouette lui vaut d’être raillé très tôt, cf. Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., I, p. 17, laisse XIII, v. 349-350 : « Et li autre : Se resamble I bouvier ; / Il est trop mieux tailliez de servir I bouvier ; / Qu’il ne soit de veoir jouster ne tournoier ». Lors de la réception que lui fait le duc de Lancastre, Cuvelier rapporte les propos tenus par les Anglais dont Il traverse les rangs, cf. Ernest Charrière, Ibid., t. I, p. 61, laisse LIX, v. 1619-1622 : « Li uns à l’autre dit : Il est bien aprestez / Pour murdrir marchans, maint en a desrobez / Regardez qu’il est fors, con les poins a quarrez : / Il est fort et poissant, et moult noir et hallez » et Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I. p. 42, laisse LXVIII, v. 1866-1869. Les sœurs d’Henri de Trastamare (Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 317, laisse CCCXXII, v. 8870, 8887) ne relèvent plus la circonstance : v. 8873, l’une dit : Si est merveilles lais qui le veult regarder » ; v. 8 875 à 8877, la seconde : « … Dieux le veille sauver ! / On doit mieulx la bonté que la beauté amer » ; v. 8881 à 8884 : « Et la tierce lor dit ; « Or, veillons bien viser ; / Car Il a bon corps d’omme et chière de sengler, / Les poins gros et quarrez pour l’espée porter, / Les jembes et les cuissses pour grant paine endurer » (Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 197, laisse CCCXLIV, v. 9865-9878).

31 Michel Pastoureau, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008, p. 95-96.

32 Les Grandes chroniques de France, Paris, BnF, ms. Fr., 6465, fol 434 v °, In Avril François, Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du XVe siècle, Paris, BnF / Hazan, 2003.

33 Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., p. 15.

34 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 4, v. 27-28 et p. 19, v. 409 : adolescent : « Dolans est qu’il se voit si poures et si nus ».

35 Sa lignée est attestée au moins depuis le XIIe siècle.

36 Jeanne Malemains (c. 1300-1350) est fille de Foulques Malemains. Elle lui apporte en dot la terre de Sens, proche de Rennes et le moulin de Vieuxy-sur-Couesnon, Un des premiers seigneurs de Sacey (Manche) avait accompagné Guillaume le Conquérant en Angleterre et reçu d’importants domaines.

37 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 17, laisse XXIII, v. 641-642.

38 Ibid., t. I, p. 20, laisse XXVIII, v. 783-786.

39 Ibid., t. I, p. 287, laisse CDLXXXVIII, v. 14504-14506, 14517-14519.

40 Aquin, roi de Bougie, après Poitiers, se serait fait construire une forteresse sur le rocher de Glay, dont les ruines subsistent au XIVe siècle. Il la quitte à l’arrivée de Charlemagne en abandonnant son fils que Charles fait baptiser Glay Aquin et qu’il élève.

41 Fille de Robert Raguenel, vicomte de la Bellière et de Jeanne de Dinan. D’une grande érudition, elle est connue pour ses travaux d’astronomie et d’astrologie. Cuvelier lui dresse un bel hommage, qui montre tout ce qu’elle a pu lui apporter, cf. Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 374, laisse DCXXIV, v. 19061-19072 : « Or fu Bertran a Caen, qui sa femme ot mandée, / Qui tant fu gracieuse, saige et bien apencee. / Moult estoit en science parfaitement fondée / Et de hault lieu auxi estoit estrete et nee, / Et fu de Ragueniel de Bretaigne la lee. / Jadis l’ot maint baron a mouillier demandee, / Mais Bertran enama pour sa grant renommée. / Bien savoit de Bertran toute la destinée, / Es ars se congnoissoit, car femme fu lestree » ; p. 375 : « Au noble Bertran c’est noblement présentée, / Et quant Bertran la vit, estroit l’a accolée ; / En salle sont alé qui de biens fu peupplee ».

42 Elle est la fille de Jean de Laval, seigneur de Châtillon et de dame Isabelle de Tinténiac.

43 Le texte ne décrit qu’une cironstance, quand Tiphaine Raguenel vient à sa demande porter toute sa vaisselle, à Caen : « Pour ce que court plainière, ce dit, tenir voldra » (Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., p. 159, 160, v. 18010-18017). Il y offre un grand dîner aux barons et chevaliers qui vont entrer en campagne avec lui (v. 18038-18044 : dîner de Caen, cour plénière de 3 jours).

44 Il tiendrait son surnom de Prince noir de la couleur de son capulet de velours noir (1330-1376). Prince de Galles, comte de Chester, duc de Cornouailles, Il s’est Illustré dès l’âge de 16 ans à Crécy par sa présence d’esprit, son sang-froid et son autorité. Il avait Introduit avec son père une nouvelle tactique, l’utilisation massive des archers. Il est ensuite le grand triomphateur de la bataille de Poitiers, où Il bat et capture Jean le Bon.

45 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., p. 282, v. 1487-1492 : « Un jour estoit li princes levés de son dîner, / En chambre de segret estoit voulus aller / Avecques ses barons aux espices donner ; / Et tant que ly baron prinrent a demander, / Et d’armes et d’amours de beaux fais recorder, / De mors, de chevaliers, de prisons racheter ».

46 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., p. 283, laisse CDLXXII, v. 14325-14333 : « Et dist cil de Labret : « Qui vous fait oublier / Bertran de Glaiequin qui ne s’en peut aller ? » / Quant le prince l’oÿ, coleur prinst a muer. / Orguil, Yre et Desdain l’alerent si tempter / Que par despit leur dist : « Faites cy amener / Bertran, que je me vuil envers lui acorde. / En despit de touz ceulz qui en veulent parler, / Ne paiera Bertran or fin ne argent cler / Fors que seu qu’i voura a son vouloir tauxer ». Dans la laisse suivante, Il revient sur ses sentiments (v. 14335) : « Par orguil et despit qui le vas surmontant ».

47 Il est « en la chambre menés / Ou li princes estoit et li riches barnés ». Cuvelier Insiste encore : « Aveuc le prince fu bonne chevalerie ». Il en donne la liste « Et autres chevaliers plus que je ne vous die » (Ibid., t. I, p. 282-285 laisses CDLXXXII-CDLXXXV). Cuvelier prépare longuement la confrontation entre les deux hommes.

48 Ibid., t. I, p. 285, laisse CDLXXXV, v. 14404-14410 : « A tant ez vous Bertran que Jhesus benoïe, / Une cote de gris avioit ou dos vestie, Bien semble Berruier ou homme de Hongrie. Quant le prince le voit ne peut muer n’en rie ; / Il a dit a sa gent : Par la Vierge Marie ! / Il n’est mie taillé que Il ait belle amie, / Elle seroit de lui laidement embracie ! ».

49 Dans la discussion Il rappelle que le bruit court qu’il le tient en prison par crainte, alors Il décide d’accepter une rançon et lui demande de la fixer.

50 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 287, laisse CDLXXXIX, v. 1453-14535.

51 Ibid., t. I, p. 288, laisse CDXCI, v. 14597-14605.

52 Ibid., t. I, p. 289, laisse CDXCII, v. 14626 à 14637.

53 Elles apparaissent en quelque sorte en creux, par l’insistance mise par Cuvelier sur les bonnes relations que son héros entretient avec ses représentants les plus éminents et par le rappel qu’il fait face au prince noir de ses prétendues pauvreté et humble origine (cf. supra).

54 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 150, laisse CCLXVI, v. 7462-7471.

55 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 371-373, v. 18886-18987. Lorsque le roi lui confirme son Intention, Bertrand lui donne conseil de convoquer p. 371, v. 18886-7 : « dux, contes, chevaliers et vo conseil plennier / Et de Paris aussi maint bourgeois droiturier ».

56 Sont venus (Ibid., v. 18904) : « Dux, contes, chevaliers, bourgois et escuier ». Aux 500 bourgeois de Paris, s’ajoutent le prévôt de Paris et le prévôt des marchands. Le roi dans son discours pose le problème (Ibid., v. 18 931-2) : « Le bon sire de Fienes, connestable nommés, / Qui est du sanc royal et de noble lieu nés, / devient flebes et vieux, a nous est escuzés ». Il a choisi Bertrand. Le roi demande à l’assistance sa volonté, elle approuve son choix de manière révélatrice, Cuvelier ajoute deux nouvelles catégories (Ibid., v. 18941) : « La n’y ot princes, dux, chevalier ne pères, / Escuier ne bourgois ne se soit escriés ». Le roi fait cesser la clameur et rappelle qu’il leur a demandé conseil pour cette fois (ibid., p. 372, v. 18951-2) : « Car je puis connestable faire a ma commandie / Dou maindre chevalier de ma court enforcie ». Il lui remet l’épée (ibid., v. 18958-18960) : « Vous mes en vostre main toute ma siegnourie, / Et toutes mes gens d’armes et toute ma mesnie, / Pour mener tout partout à vostre commandie ».

57 Il ajoute : jusqu’à ce que le traître qui murmure répète devant lui sa dénonciation (Ibid., v. 18981-18987).

58 Sur cette notion, Philippe Contamine, « Le Moyen Âge occidental a-t-il connu des serviteurs de l’État », in Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, XXIXe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Pau, 1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 9-20.

59 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 15-16, v. 285 à 302.

60 « Les joustes, les tournoiz et ses charnez amis / Visitoit tout adez comme preux et hardiz » (Ibid., t. I, p. 16, v. 311-313).

61 Conscient de sa laideur, Il se trace un programme compensateur : « Mais puis que je sui lais, estre veil bien hardiz, / Et larges et courtois, de donner bienapriz ; / Hirauz et menestrez veil avoir revestiz, / Par coi auctorisiez je soie par leurs criz ; Car la grâce d’onnour veil acquerre tous diz ; / Car larges et courtois acquiert de bons amis » (Ibid., t. I, p. 17, v. 338-343).

62 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 18, v. 354-365 : « Car j’ai oy tel chose de lui et retraitier / De toute courtoisie et d’onnour essaucier, / Que se li ducs breton qui nous doit justicier / Cognoissoit cest enfant dont je vous oi parler, / De Bretaigne sa terre le feroit pennetier ; / Car on ne troveroit nul meilleur aumosnier ; / Il scet moult bien le sien donner ou emploier ; / Et si sera hardi et très bon guerrier. Quant Il ara de coi, sans avoir, à dangier, / Delez lui ne lairoit nul homme pourier, / Pour ytant que bien voi qu’il ne scet espargnier ; / Car il n’a riens au sien, trop donne de légier ».

63 « Lié sont pour Bertran si proisme et si ami » (Ernest Charrière, Ibid., t. I, p. 23, v. 528).

64 Ernest Charrière, Ibid., p. 24, v. 535-536.

65 Ernest Charrière, Ibid., p. 32, v. 804-805 : après avoir dépouillé un riche chevalier anglais, Il s’emploie à le devenir : « Chevalier devendrai, g’i ai m ‘entente mis : / Car qui hante les bons à honnor vient tous dis ». Il l’est en 1354.

66 Ernest Charrière, Ibid., p. 40, v. 1038-1043.

67 Ernest Charrière, Ibid., p. 40, v. 1040.

68 En 1353, Il est capitaine de Charruel et, à la mort de son père, devient seigneur de Brons. En 1354, Il est fait chevalier à Montmuran, en 1355, lieutenant de Pierre de Villiers, capitaine de Pontorson, Il soumet les possessions normandes de Charles le Mauvais au roi de France. Quand Pierre de Villiers devient premier chevalier du guet en 1357, Bertrand devient capitaine de Pontorson.

69 Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 29, v. 1239-1241.

70 Pour ses hommes Il a déjà toutes les qualités et Ils le pensent promis à un bel avenir « Car Il est bon et preux, loyaux, de bonne vie, / Courtois, chevalereux et plains de baronnie, / Hardiz, entreprenans, preudons sans vilanie. Encore sera roys ou ducs, je vous affie » (Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 36-37, v. 1605-1608).

71 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 39 v. 1720.

72 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 39 v. 1758 à 1762.

73 Le héraut en aparté se dit « Par Dieu qui tout créa ! / Cil fu contes ou ducs, très bel don donné m’a / Se cil vit longuement, a grant honneur venra » (Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 41, v. 1848-1850).

74 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 42, v. 1873.

75 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 42-43, v. 1912-1913.

76 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 43, v. 1951.

77 Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 43, v. 1954-1956.

78 Dans le duel du lendemain, Il épargne William Bemborough pour le duc « qui tant est de regnon » et donne le cheval du vaincu au héraut (Jean-Claude Faucon, Ibid., p. 48, v. 2198).

79 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. I, p. 238, v. 6 496.

80 Ernest Charrière, Ibid., p. 268-269, v. 7413-7414.

81 Ernest Charrière, Ibid., p. 279, v. 7725-7727.

82 Ernest Charrière, Ibid., p. 280, v. 7775.

83 Ernest Charrière, Ibid., p. 282, v. 7815-7816.

84 Mais, quelques vers plus loin, les sœurs du roi Henri le regardent avec curiosité. La première s’étonne du contraste entre sa laideur et l’estime dont Il jouit. La deuxième rappelle ses succès. La troisième qui prie pour lui, apprécie sa vigueur (Ernest Charrière, Ibid., p. 317, v. 8870-8884).

85 Ernest Charrière, Ibid., p. 349, v. 9876-9877.

86 Ernest Charrière, Ibid., p. 362, v. 10283.

87 Ernest Charrière, Ibid., p. 453, v. 12985.

88 Philippe Contamine, « Politique et vie de cour dans la France du XVe siècle : les Mignons », Paris, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1994, p. 541-544. Le rôle précis joué par Bertrand au plan politique dans la gestion des affaires autres que militaires n’est pas donné.

89 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit, t. II, p. 15, v. 13716-13719. Pour sa bienvenue, elle contribue au paiement de sa rançon. Bertrand répond par un mot galant, v. 13725 : « Qu’il estoit bel et doulz, quant dame lui aidoit ».

90 « Ensement que Bertran fu n la cour alez / avec les chevaliers servis et honnourez » (Ernest Charrière, Ibid., t. II, p. 37 v. 14358-14359).

91 Il n’évoque pas sa liaison adultérine en Espagne avec une dame de compagnie de la reine, appartenant à une famille de l’aristocratie et dont Il a eu deux enfants. Du Guesclin abandonne cette seconde famille et, à la mort de sa première épouse, ne cherche pas à régulariser la situation, mais épouse Jeanne de Laval le 21 janvier 1374.

92 C’est le cas du comte de Foix : Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 360, v. 18310 à 18313 ; Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 136, v. 17283 : « Encontre li ala pour li porter honnour ».

93 Ernest Charrière, Ibid., p. 138, v. 17334 sq ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 361, v. 18366 sq.

94 Ernest Charrière, Chronique…, op. cit., t. II, p. 159, 160, v. 18 010-18017, 18038-18044 ; Jean-Claude Faucon, La chanson…, op. cit., t. I, p. 374, laisse DCXXIV.

95 Bertrand se rend le 27 mai à Saint-Denis où Charles V passe la journée avant de faire son entrée solennelle à Paris, avec la reine, la famille royale et toute la cour. Il se voit attribuer le comté de Longueville. Avec cette riche seigneurie normande, Bertrand est élevé au rang des plus puissants seigneurs de la cour, même s’il lui reste à libérer le château des Navarrais qui l’occupent (cf. Micheline Dupuy, Bertrand …, op. cit., chap. x, p. 170).

96 Michael Jones, Letters …, op. cit., n ° 920, p. 331.

97 Mal embaumé, en tous cas de manière Insatisfaisante avec la chaleur, le corps doit être bouilli en cours de route à Montferrand (Michael Jones, Letters …, op. cit., n ° 920, p. 331). Le cœur est à Dinan, les viscères et les Intestins dans l’église des Jacobins du Puy, les chairs sont Inhumées dans le chœur de l’église des frères mineurs à Montferrand. Les os sont enterrés à Saint-Denis lors d’une cérémonie à laquelle participent plusieurs princes royaux et l’évêque d’Auxerre. Olivier de Mauny, le seigneur de Beaumanoir, Alain de Beaumont, et le Bégue de Vilaines portent quatre écus aux armes du connétable en procession, cf. Michel de Mauny, « La quadruple Inhumation de Bertrand Du Guesclin », Société d’émulation des Côtes-du-Nord, Bulletin et mémoires, n ° 112, 1983, p. 44-56.

98 Sur ordre du roi, une lampe ardente a été entretenue jour et nuit devant le tombeau de son connétable.

99 Édouard Perroy, Pocquet du Haut-Jussé, Robert Fossier, Noël Coulet, Philippe Contamine, qui parle de « gloire usurpée », ont fait définitivement un sort à la légende et ramené le personnage à de plus justes dimensions au plan militaire, cf. Philippe Contamine, « En marge d’une grande édition : la biographie de Bertrand du Guesclin Insérée dans la Chronographia regum Francorum », in Labbé Alain, Lacroix Daniel W., Quéruel Danielle, Guerres, voyages et quêtes au Moyen Âge. Mélanges offerts à Jean Claude Faucon, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge », 2, 2000, p. 103-110.

100 L’évêque d’Auxerre y prononce la première oraison funèbre officielle en l’honneur d’un particulier. Il reprend la parole de l’Écriture : « Il fut connu jusqu’aux extrémités de la terre ». Héros tutélaire de la famille d’Orléans, Il est en 1407 adopté par les Armagnacs en lutte contre les Bourguignons, Il est alors présenté comme le premier grand patriote. Cette réputation est renforcée par son association avec Jeanne d’Arc qui, en 1429, envoie un anneau d’or à sa veuve Jeanne de Laval, car elle se pose en continuatrice de son œuvre.

101 Robert Levine, « Myth and antimyth in La vie vaillante de Bertrand du Guesclin », Viator Medieval and Renaissance studies, n ° 16, 1985, p. 259-275.

Auteur

Université de Provence (TELEMME)

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540