Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Familles, lignages et mémoire

Rouleaux et brefs mortuaires

Jean Dufour

Texte intégral

1Les rouleaux médiévaux, écrits dans le sens de la largeur (rotuli), des rouleaux antiques, écrits presque toujours dans le sens de la longueur (volumina), et constituent une part infime des sources conservées ; ils s’apparentent soit à des manuscrits (comme les rouleaux d’exultet, les rouleaux-chroniques, les rollets de théâtre), soit à des documents d’archives (comme les Pancartes, les rouleaux d’enquêtes, les rouleaux de comptes).

2Brefs et rouleaux mortuaires présentent trois particularités, fort différentes : ils sont méconnus, itinérants et, à la vérité, d’une certaine manière de valeur secondaire. Ils prennent leur source dans le dogme de la communion des saints. Afin de prier pour les défunts, il faut bien sûr connaître leur nom, d’où la mise en œuvre de documents nécrologiques. D’un autre côté, brefs et rouleaux mortuaires doivent être mis en relation avec les confraternités (qui apparaissent, semble-t-il, au cours du VIIIe siècle).

3Les brefs mortuaires (breves) étaient soit échangés annuellement entre deux communautés religieuses (comme ceux de Notre-Dame-de-Salles de Bourges et de Molesme, XIIIe-XIVe siècles), soit établis en multiples exemplaires par une église déterminée et apportés par un brevigerulus à toutes les églises associées à elle spirituellement. En raison de leur taille, souvent très réduite, ils sont aujourd’hui presque tous perdus.

4Quant aux rouleaux mortuaires, qui prévalurent assez vite, ils étaient constitués essentiellement d’un faire-part de décès (« encyclique ») et d’un nombre variable de feuilles de parchemin. Chaque fois que le messager, chargé d’apporter le rouleau d’église en église, arrivait dans un lieu nouveau, un clerc (notamment le chantre ou l’aumônier) de l’église visitée apposait un accusé de réception (« titre »), assurant de ses prières pour le défunt.

5Des rouleaux mortuaires sont connus pour tout le Moyen Âge, avec bien évidemment des variantes importantes entre le Haut Moyen Âge et le XVe siècle et même le XVIe siècle. Cette pratique apparaît probablement au temps de saint Boniface (milieu du VIIIe siècle) pour s’estomper avec la dissolution des monastères par Henry VIII (vers 1536). Au total, on compte environ 450 documents, conservés sous forme d’originaux, de fragments, de copies ou encore par des éditions anciennes. Les premiers originaux (de courts fragments) existent encore pour la seconde moitié du Xe siècle ; cependant, le premier rouleau mortuaire presque complet est celui mis en circulation pour Vital, abbé de Savigny (vers 1122) ; il circula en France, au nord de la Loire, et en Angleterre.

6Matériellement, les rouleaux mortuaires, larges de 18 à 27 cm, peuvent atteindre 30 m de long et comporter jusqu’à 820 titres. Les feuilles de parchemin, cousues ou collées, sont enroulées sur un cylindre de bois. D’habitude, c’est la face interne (ou côté chair) du rouleau qui porte les diverses mentions ; quand les deux faces du parchemin sont écrites, on dit que le rouleau est opisthographe.

7L’encyclique (ou lettre circulaire) fait part du décès d’un ou de plusieurs clercs (simples moines ou abbés). Elle est écrite généralement en libraria (XIIe-XIIIe siècles), puis parfois en littera textualis formata (XVe siècle). Son contenu peut offrir un grand intérêt. Elle est généralement en prose, plus rarement en partie ou en totalité versifiée. Elle comporte les mêmes subdivisions que la plupart des actes médiévaux : adresse générale, suscription, salut, préambule (souvent de nature théologique), exposé (également de nature théologique, avec portrait du défunt plein de poncifs et parfois fort emphatique), dispositif (se bornant à solliciter des prières pour le(s) défunt(s)), clauses finales (relatives à l’accueil du porte-rouleau), dates de lieu et de temps.

8L’encyclique est quelquefois précédée, à partir du XIIIe siècle, d’une peinture souvent splendide, puis, à compter du XIVe siècle, suivie de la liste des confraternités conclues par l’église expéditrice (sorte de plan programme pour le porte-rouleau).

9La seconde partie du rouleau mortuaire, de beaucoup la plus longue, est constituée des titres : les écritures, variant à l’infini, tantôt livresques, tantôt documentaires, sont apposées soit avec une grande application, soit rapidement et sans soin. Du Xe au XIIe siècle, les titres, souvent dus à de jeunes moines (pueri), comportent fréquemment des pièces versifiées ; les clercs peuvent alors se piquer d’érudition avec citation d’auteurs antiques, comme Virgile, ou allusions mythologiques. Une des caractéristiques des accusés de réception de cette époque est l’absence fréquente d’indication de date et même du nom précis de l’église elle-même, désignée alors seulement par le nom de son saint patron ; de plus, ils sont souvent apposés dans le désordre. En conséquence, retracer l’itinéraire de tels documents est difficile. Dans la seconde moitié du XIe siècle, la qualité des titres baisse considérablement ; les clercs n’hésitent pas à faire assez souvent des jeux de mots de goût fort douteux. Alors, Baudri de Bourgueil, archevêque de Dol-de-Bretagne (mort en 1130) tente de réagir, en demandant entre autres plus de respect pour les défunts. Dès ce moment, surtout à partir du XIIIe siècle, les titres vont devenir plus courts et comporter souvent les mêmes formules stéréotypées, mais le nom des églises est précisé de même que le jour de passage du porte-rouleau. À noter encore que les communautés réceptrices, après avoir accepté de prier pour le(s) religieux(s) dont la mort leur est annoncée, ont souvent sollicité des prières pour leurs propres défunts.

Quelques questions particulières méritent d’être abordées

10Pour qui les rouleaux mortuaires circulaient-ils ? À l’origine, ces documents sont mis en circulation pour de simples clercs comme pour des dignitaires ecclésiastiques de haut rang (évêques, abbés). Puis, à compter du XIIIe siècle ils ne sont plus constitués que pour des personnages importants ou encore des fratres (ou monachi) ad succurrendum. Ils ne sont expédiés qu’exceptionnellement pour des laïques.

11Quelles sont les églises, quels sont les ordres qui utilisèrent cette pratique des rouleaux mortuaires ? Les rouleaux des morts sont en général expédiés par des monastères bénédictins ou encore par des chanoines réguliers ; il n’existe notamment aucun rouleau mendiant. Cela s’explique, semble-t-il, par le fait que les communautés ignorant cette pratique se réunissent régulièrement en chapitres généraux et s’échangent à ces occasions diverses nouvelles, dont les noms de leurs défunts.

12Quels sont les points de départ des rouleaux mortuaires ? Du VIIIe au XIe siècle, les rouleaux sont utilisés aussi bien à Mayence, en Angleterre, à Murbach, à Reichenau, qu’à Limoges et en Catalogne ; à partir du XIIe siècle, ils partent d’églises sises le plus souvent entre la Loire au Sud et l’Angleterre, ainsi que de Bavière. On ne connaît pratiquement aucun rouleau italien (excepté celui de saint Bruno), aucun rouleau castillan ou portugais. Cette absence peut s’expliquer de deux manières : tout d’abord, l’Europe méridionale aurait pour ainsi dire ignoré cette coutume ; d’un autre côté, on peut, bien sûr, songer à une raison archivistique, les collections ibériques n’étant pas toujours faciles d’accès.

13Que sait-on des porte-rouleaux ? On a en fait assez peu de renseignements à leur sujet. Le plus souvent, les encycliques se bornent à donner leur nom. Ce sont fréquemment des frères lais, puis à compter du XVe siècle des laïques salariés (notamment en Bavière). À noter que les porte-rouleaux anglais reçoivent des sortes de laissez-passer (appelés littere pro breviatore ou littere commendatitie), car d’ordinaire un religieux n’a pas le droit de circuler seul. Ils doivent se déplacer habituellement à pied. Les églises visitées doivent assurer leur viatique, si l’on se réfère aux nombreux coutumiers monastiques.

14Rouleaux mortuaires et obituaires : normalement, les noms présents dans les encycliques des rouleaux mortuaires devraient se retrouver dans les obituaires des églises visitées ; pourtant, il semble bien que les clercs concernés aient fréquemment omis de reporter ces informations.

Les rouleaux des morts sont intéressants à plusieurs titres

15Au point de vue paléographique, ils pourraient permettre de comparer pour une date donnée les écritures de nombreuses églises, si diverses. Comme il existe des atlas linguistiques, on pourrait faire une sorte d’atlas paléographique, en confrontant les écritures des rouleaux.

16Les diverses peintures présentes au début de certains rouleaux peuvent donner de très utiles renseignements complémentaires pour l’histoire de la miniature médiévale.

17L’histoire des mentalités peut tirer également profit des textes inscrits sur les rouleaux, notamment à propos de l’évolution du sentiment de la mort.

18Ces documents peuvent aussi fournir de précieux renseignements prosopographiques, car leurs titres mentionnent parfois des dignitaires ecclésiastiques (comme des évêques, des abbés) inconnus par ailleurs.

19Grâce à eux, on peut de plus retracer dans le détail les itinéraires (parfois très longs) suivis par les porte-rouleaux durant des mois (voire un ou deux ans).

20Donc, les rouleaux des morts, quoiqu’ils semblent – au premier abord – d’importance secondaire, peuvent offrir de multiples renseignements aux historiens en de nombreux domaines.

  • 1 Jean Dufour, Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle – vers 1536), vol. 2 Paris, 2006, p. 5-5 (...)

21Comme exemple de rouleau mortuaire, on peut citer celui mis en circulation par les Cisterciens de Silvacane à l’occasion de la mort de Bertran Ier de Baux (avril 1181). Conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône (3 H 67), c’est un des rares rotuli conservés pour la France méridionale : constitué de quatre fragments (pour un total de 19 feuilles de parchemin), il mesure actuellement 11,30 m de long sur 18 à 22,5 cm de large et comporte 231 titres1. Son encyclique et une partie des accusés de réception ont disparu. À noter aussi que les titres ont été inscrits de manière particulièrement désordonnée. L’itinéraire se décompose en deux tronçons principaux, dont diverses sections sont inconnues en raison des lacunes du document : dans un premier temps, le porte-rouleau, parti de Silvacane, parcourt l’est de la Provence jusqu’à Nice et aux îles de Lérins ; puis, après être revenu à Silvacane, il repart pour un voyage beaucoup plus long et traverse tour à tour notamment la Provence occidentale, le Languedoc, le Quercy, le Limousin, l’Angoumois, le Périgord, la Saintonge, le Poitou, puis la Champagne, la Bourgogne, le Lyonnais, le Rouergue. Au total, les deux voyages du porte-rouleau durèrent certainement plusieurs mois (peut-être un an ou plus), sans doute entre la mi 1181 et la fin 1182, mais la durée de ce trajet n’est qu’hypothétique, car aucun titre n’est daté.

22Ce rouleau mortuaire est particulier pour plusieurs raisons. Tout d’abord, mis en circulation par l’abbaye de Silvacane pour un laïque, Bertran Ier de Baux, c’est un rouleau tant cistercien que destiné, et cela pour la première fois, à un monachus ad succurrendum. Au point de vue paléographique, l’ensemble des titres est transcrit en libraria, assez souvent d’excellente qualité. En revanche, la décoration est assez rudimentaire (à noter seulement quelques lettres ornées ou encore quelques mots ou lettres rubriqués). Quant à la forme, divers accusés de réception comportent des poèmes, parfois « signés », en quelques occasions faits de vers léonins. On peut remarquer aussi que de nombreux établissements cisterciens visités emploient les mêmes formules stéréotypées (empruntées probablement à des formulaires).

23Donc, ce rouleau de Bertran Ier de Baux, pris comme exemple, est intéressant à de nombreux points de vue. Il en va de même de nombreux autres documents qui présentent d’autres caractéristiques, tout aussi riches d’enseignements pour le chercheur, qu’il soit historien, paléographe ou passionné d’enluminures médiévales.

Bibliographie

Bibliographie

Delisle Léopold, Rouleaux des morts du IXe au XVe siècle Paris, 1866 (Société de l’histoire de France).

Dufour Jean, Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle – vers 1536), publié sous la direction de Jean Favier (Recueil des Historiens de la France publié par les soins de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Obituaires, série in-4° : tome VIII) :

vol. 1 (VIIIe siècle - 1180), Paris, 2005, XLVIII + 725 p., 8 cartes ;

vol. 2 (1181 - 1399), Paris, 2006, 742 p., 10 cartes ;

vol. 3 (1400 - 1451), Paris, 2007, 808 p., 9 cartes ;

vol. 4 (1453 - vers 1536), Paris, 2008, 847 p., 6 cartes.

Dufour Jean, Les rouleaux des morts, Turnhout, 2009, sous presse (Collection Monumenta Palaeographica Medii Aevi. Series Gallica).

Notes

1 Jean Dufour, Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle – vers 1536), vol. 2 Paris, 2006, p. 5-58 et carte n° 9.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540