Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Familles, lignages et mémoire

Solidarités familiales et lignagères dans la campagne toscane au XIVe siècle : l’exemple d’un village de Valdelsa (1280-1350)

Charles-Marie de La Roncière

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, des études remarquables ont été consacrées à la famille toscane, principalement dues à Christiane Klapisch et à David Herlihy, et la présente communication n’entend pas les reprendre, bien entendu. Mais ces travaux, qui utilisent comme chacun sait les grands cadastres du XVe siècle à commencer par celui de 1427, et éventuellement les estimi antérieurs ne remontent pas au-delà de 1370, date des plus anciens dénombrements familiaux. Je me propose aujourd’hui de prolonger ces études à une échelle beaucoup plus réduite, en examinant dans cette perspective la période 1280-1350. L’enquête est possible en effet, malgré l’absence des documents exceptionnels cités plus haut, grâce à l’existence de registres notariés conservés en aussi grand nombre, pendant ces décennies, pour la campagne que pour la ville. On sait quelle mine richissime représentent ces documents pour l’existence quotidienne des individus. Ils ne sont pas moins précieux pour l’histoire des familles. Ils permettent de reconstituer familles conjugales, lignages, alliances, clans ; de suivre sur plusieurs générations la destinée de ces parentèles ; d’insérer parfaitement ces groupes familiaux dans leur milieu de vie. Une enquête chez les notaires a naturellement ses limites : reconstituer les familles d’une localité et en suivre la destinée à travers les générations suppose conservés nombreux, et avec continuité, les actes des notaires locaux. Le cas se présente au XIVe siècle, mais il n’est pas fréquent. Familles et lignages d’autre part ne se révèlent qu’au terme de longs dépouillements où des milliers d’actes sont passés en revue. Ces contraintes sont insurmontables pour qui n’a pas utilisé l’informatique, ce qui est mon cas, et elles interdisent d’aller au-delà d’une étude sur échantillon. Je présenterai donc ici les familles d’une communauté rurale particulière, que son équipe de notaires accompagne régulièrement de 1280 à 1360, celle de Petrognano en Val d’Elsa (contado de Florence).

2Au premier abord, Petrognano apparaît comme une modeste agglomération rurale (90 à 100 feux en 1338). En réalité, il ne s’agit pas d’un simple village paysan. Les habitants y sont en majorité des cultivateurs, propriétaires exploitants ou métayers, mais à chaque génération une vingtaine d’individus s’y adonnent à l’artisanat ou à la marchandise, et l’on peut parler à son sujet de bourgade. La communauté de Petrognano illustre cette catégorie d’agglomérations fort répandue dans le contado de Florence avant la peste – j’en ai dénombré une quarantaine – qui, enracinées dans la campagne, amorcent la transition avec la ville. Au niveau le plus bas, car les paysans l’emportent largement dans ce qui n’est ici qu’une petite bourgade. La présence des autres catégories (marchands, artisans) est néanmoins suffisante pour éclairer les structures familiales de milieux éventuellement différents, et permettre les distinctions nécessaires.

3Aussi explicites que soient les notaires de Petrognano, maintes familles locales restent dans l’ombre, soit qu’elles aient choisi de préférence les services d’un homme de loi dont les actes sont perdus, soit que leur pauvreté les en ait écartées. Structures et coutumes familiales des indigents apparaîtront mal ici. Cela étant, les quelque quinze mille actes conservés sur cent ans révèlent, au-delà des simples foyers, plusieurs chaînes de familles conjugales respectivement rattachées par les mâles à un même ancêtre, plusieurs lignages. J’ai pu reconstituer sept de ces lignages, sur quatre à six générations, le plus petit comptant 23 individus et le plus développé, 88. Grâce à ces mêmes notaires, qui les montrent constamment engagés dans la vie courante, on peut entrevoir des éléments de réponse aux deux questions trop souvent vaines dès qu’on s’aventure dans la longue durée des groupes familiaux : comment s’organise et se perçoit un lignage rural au XIVe siècle ? Quels genres de rapports ces lignages établissent-ils entre eux ? C’est à la première question surtout qu’on cherchera à répondre ici.

4Le foyer conjugal – père, mère, enfants – est bien entendu la cellule familiale fondamentale, et c’est lui d’abord qu’on voit vivre, et qu’on voit vivre en force, à plusieurs dizaines d’exemplaires.

5Avant 1350, et surtout avant 1340, ces foyers sont prolifiques. Sans compter les enfants morts jeunes, dont seuls quelques actes révèlent l’existence (testaments), le nombre moyen d’enfants atteignant 12-14 ans est d’environ 3,2 par ménage (sur l64 ménages entre 1270 et 1330). Parmi eux, beaucoup font souche à leur tour, puisqu’on en voit, toujours par les notaires, 60 % se marier, minimum largement dépassé dans la réalité.

6Telles étant les dimensions de ces prolifiques petites communautés, quelle est leur cohésion ? Que représentent-elles pour leurs enfants ?

7Sur l’ensemble des membres du feu, le père dispose d’une forte autorité légale et morale. Aucun acte de l’épouse n’est valable sans l’accord du mari, et il en va de même pour les enfants non émancipés, quel que soit leur âge. Sur tous ses proches, certains statuts ruraux reconnaissent expressément au père un droit de correction « quilibet possit castigare uxorem, filios et fratrem » (Gello, 1374). À l’égard des enfants, mari et femme disposent collectivement d’une autorité, elle aussi sanctionnée à l’occasion par les statuts : « de cogendis filiis parentibus obbedire » (Poggibonsi, 1331), et qui n’apparaît pas explicitement étendue à l’aïeul, pourtant chef de feu dans les familles élargies.

8À la mort du père, la mère dispose au foyer de la fortune et, partiellement, de l’autorité. De la fortune : à condition de garder le veuvage et de rester fixée au domicile conjugal sans réclamer sa dot, l’épouse obtient généralement par testament soit la disposition personnelle de quelques champs, soit plutôt l’usufruit viager de tous les biens du testateur ; le mari a fréquemment aussi inclus sa femme parmi ses exécuteurs testamentaires. De l’autorité : la veuve est désignée à l’occasion comme l’unique tutrice des enfants mineurs du couple ; mais il arrive aussi, et le cas semble plus fréquent, que la tutelle soit partagée, ou entièrement confiée à d’autres mandataires, généralement choisis parmi les frères ou les cousins du mari. Du père, l’autorité dans ce cas glisse au groupe familial étendu, branche ou lignage.

9Ces dispositions s’appliquent sans difficulté à des enfants en bas âge. Quelle est la position, à l’égard de leurs parents, des adolescents et des jeunes célibataires ?

10Malgré la croissance des enfants, la cohésion se prolonge durablement dans l’ensemble de ces foyers dont les membres se sentent de manière persistante solidaires autour du chef de famille. On voit à maintes reprises les fils seconder leur père dans sa profession : des métayers cultivent le podere loué, entourés de leurs garçons (quatre exemples), des artisans initient un de leurs fils à leur métier avant de lui laisser la place, coopération attestée pour un charpentier-menuisier, un fabricant de biacca (blanc de céruse), un forgeron (fabbro), un cordonnier (calzolaio). Plus généralement, l’âge n’empêche pas les enfants de demeurer longtemps sous l’autorité paternelle, et pas seulement pour les contrats conclus par eux (comme on l’a vu, l’autorisation du père est nécessaire sauf émancipation). Les jeunes célibataires participent rarement aux assemblées communales : leur père les y représente. Dans certaines confréries de dévotion, il semble que l’on s’attache surtout à recruter des hommes de 30 à 50 ans (ils constituent 80 % des effectifs chez les pénitents de Vico Val d’Elsa en 1373), comme si l’on voulait passer par les chefs de famille pour prendre en main l’animation spirituelle des foyers.

11La cohésion familiale change pourtant de caractère à mesure que les jeunes grandissent. La hiérarchie père-enfants définie plus haut s’estompe en partie pour laisser la place à une association de fait qui se manifeste dans la vie courante et trouve un écho jusque dans les contrats. Sur le plan municipal, il arrive de rencontrer dans les assemblées des jeunes célibataires venus avec leur père, et de les retrouver inscrits avec eux dans certaines confréries de dévotion (mariales, par exemple). Sur le plan professionnel et patrimonial, place est souvent faite aux grands fils non mariés, notamment dans les contrats de fermage (affitus) et de métayage (mezzadria), ou dans les ventes. À ces occasions, il n’est pas rare que les fils partagent avec leur père la responsabilité du contrat, comme locataires, ou comme vendeurs. L’engagement conjoint des fils donne au groupe familial un caractère associatif qui, sans nécessairement la détruire, nuance l’autorité paternelle.

12Les choses vont plus loin. Les éléments ne manquent pas pour restreindre davantage le pouvoir des pères sur les jeunes gens.

13L’initiative peut venir du père, par le moyen de l’émancipation, pratique courante à l’égard des garçons, et pas exceptionnelle pour les filles. Cet acte confère à son bénéficiaire une pleine autonomie juridique et lui permet de passer personnellement toute espèce de contrats ; il est d’autre part accompagné en règle générale d’un don en terres, champ ou maison, que l’intéressé semble gérer personnellement et qui peut l’amener, s’il reçoit une maison par exemple, à rompre la cohabitation familiale avant même de se marier.

14Le choix de la profession constitue aussi un moment décisif, car l’hérédité n’est pas toujours la règle, à beaucoup près, ni chez les paysans, ni chez les artisans. Chez les fils de paysans, disons mieux, chez les fils de mezzadri, ces techniciens du travail agricole, suivre la voie paternelle est une démarche fréquente. Dans les deux principaux lignages paysans du village, où l’on est mezzadro de père en fils dès le XIIIe siècle pas un seul des descendants mâles n’échappe apparemment à la condition de cultivateur. Mais ce n’est pas la seule issue. On rencontre des artisans (cordonniers, fabricants de fiasques) parmi les fils de nombreux autres mezzadri. Cette réorientation ne sépare pas nécessairement ceux qui la choisissent de leur famille. Pilone di Giunte qu’on sait être cordonnier (calzolaio) dès 1323 reste associé aux engagements successifs de son père comme mezzadro jusqu’en 1337 au moins et ses fils resteront, ou reviendront, à la terre, eux aussi comme mezzadri. Il y a pourtant des cas où la rupture est plus nette. Les changements d’orientation sont chose aussi fréquente chez les artisans ou marchands. Dans un milieu si profondément rural, on trouve des cultivateurs, voire des mezzadri, jusque parmi les fils de notaires (deux cas), ou de speziali (deux cas). Pas de dislocation géographique, mais un éparpillement précoce des activités. D’autre part, rester artisan ne veut pas dire demeurer fidèle à la profession paternelle : on voit un fils de calzolaio devenir speziale et ce changement, qui est une promotion, n’a rien d’exceptionnel. Même si l’on trouve des exemples contraires, toutes ces mutations dans un sens ou dans l’autre ne sont pas sans effet sur la cohésion familiale. Elles entraînent d’autres habitudes, d’autres techniques, d’autres fréquentations. Elles élargissent l’horizon des fils de paysans devenus marchands, dans la mesure surtout où elles accentuent leur mobilité et où elles les orientent davantage vers Florence.

15Faire le voyage de Florence n’a rien d’exceptionnel à Petrognano, même pour un simple cultivateur, et les adultes y sont tous allés plus d’une fois, mais sans tous s’y fixer, bien entendu. L’attraction de la métropole s’exerce plus fortement et plus durablement sur les artisans et boutiquiers débutants surtout. De 1290 à 1348 on voit 41 jeunes gens s’installer à la ville pour y apprendre un métier que nous ne connaissons pas toujours, mais qui n’est plus, sauf exception, lié à la terre. Or quinze de ces jeunes migrants partent seuls, sans personne de leur entourage. Un engagement artisanal entraîne donc une double occasion de relâchement familial : un éventuel changement de profession, la perspective d’une séparation durable (trois à huit ans d’apprentissage suivant les métiers, sans qu’au bout du compte le retour au pays soit assuré). Malgré la solidité des foyers et l’appui que l’autorité des parents – celle du père surtout – trouve dans la coutume et dans les statuts, on voit que dès qu’un village, même excentrique, émerge, même partiellement, du monde purement rural, c’est inévitablement au détriment de la hiérarchie domestique centrée sur le père et souvent même de la simple cohésion de la famille. Cela, dès le moment où les enfants atteignent l’âge de l’apprentissage, 14 ans au plus tard, et parfois même dès 7 ou 8 ans pour les petites domestiques. S’il en est si précocement ainsi, quelle est alors la position des enfants à l’égard de leur père, ou à l’égard les uns des autres, à partir du mariage ?

16Une fois les enfants mariés, plusieurs ménages se trouvent face à face : celui des parents, flanqués au début des jeunes frères et soeurs, ceux des enfants. Quelles relations voit-on s’établir à l’intérieur du noyau familial désormais plus complexe formé par ces quelques ménages proches ?

17De manière générale, par leur mariage, les fils acquièrent tous une plus grande indépendance. On les voit notamment participer avec plus d’assiduité aux assemblées municipales et c’est alors surtout, semble-t-il, qu’ils s’inscrivent à certaines confréries de dévotion. Sur le plan civique et en matière religieuse, ils ont désormais pleinement droit à la parole, à égalité avec tous les chefs de famille. Cette promotion cependant traduit-elle une indépendance économique comparable ?

18Pas nécessairement. Chez les propriétaires exploitants, il arrive maintes fois que, malgré le mariage des enfants, le patrimoine familial reste indivis sous l’autorité du père. Il arrive même que la dot de l’une des jeunes épouses, constituée ou convertie en terres, soit jointe au patrimoine familial pour une exploitation collective. On voit ainsi, en 1313, Fino di Bonaventura, de Linari (bourgade voisine de Petrognano) restituer à son fils deux champs « quas terras habeat et habere debeat pro (116) libris de suis dotibus quas misit in utilitatem patris sui et familie et domus ». Noter la référence à la domus et au père (patris sui) : la collectivité familiale, centrée sur la demeure, l’ostau, ne s’est pas défaite ; on y vit à pot et à feu communs, et c’est le père de famille, le capoccia, qui dirige la maisonnée. Même situation fréquente chez les mezzadri. Des groupes familiaux rassemblant un père et ses fils continuent à prendre collectivement à ferme des poderi longtemps après le mariage des enfants. L’équipe de mezzadri formée par Junta Palmieri et par ses deux fils Pilone et Neri trouve à s’employer pendant vingt ans au moins sur cinq poderi successifs ; quand elle se défait, vers 1340, Neri est marié depuis dix ans et Pilone depuis quinze. La formation et la persistance des familles de type patriarcal correspondent donc assez largement aux coutumes, aux intérêts et aux besoins du monde des cultivateurs (élargir l’exploitation, rassembler de manière permanente une main d’œuvre sûre et gratuite).

19Plusieurs exemples d’éclatement familial montrent néanmoins que cette solidarité de type patriarcal n’est pas générale, même chez les cultivateurs. Là où elle persiste en tout cas, elle se manifeste souvent sous une forme mitigée et atténuée : une part du patrimoine reste indivise entre le père et ses fils mariés, mais des éléments s’en sont détachés, au bénéfice de ces derniers, qu’on voit à maintes reprises disposer en propre d’une part de propriété, et même d’une exploitation et d’un domicile : don d’émancipation, quelques achats, dot de l’épouse (propriété), cela et quelques parcelles louées (exploitation), une maison reçue du père ou louée (domicile).

20Le père meurt. Les enfants restent face à face. Quels sont désormais leur sort et leurs relations ?

21Les filles ne partagent pas le sort des garçons. Mariées, elles ont eu leur dot, de l’argent la plupart du temps. Le testament paternel ne prévoit rien de plus pour elles sauf, une fois sur dix, une petite somme de quelques lires. Elles sont exclues du partage des biens, de la domus notamment, qu’elles ont quittée au moment de leur mariage pour suivre leur conjoint. Une disposition prévoit cependant qu’en cas de veuvage la maison paternelle leur reste ouverte. Célibataires, elles retiennent davantage l’attention du testateur. Deux variantes sont prévues. Dans la moitié des cas, elles reçoivent une somme fixe qui représente leur dot et annule tout autre droit sur le patrimoine. Une fois sur deux au contraire elles sont admises à la succession comme les garçons et au même titre qu’eux. Mais cette disposition ne leur donne en réalité aucun droit sur le patrimoine foncier, et moins encore sur la domus. Leur mariage est l’occasion pour leurs frères, en les dotant – soit en argent, soit, parfois, en terres, choisies parmi les champs périphériques –, de les exclure du partage de ce qui fait le cœur du patrimoine : les parcelles centrales de l’héritage et la domus, la demeure, le pivot des biens lignagers, apanage exclusif des fils.

22Les fils encore mineurs à la mort de leur père passent sous tutelle, comme on l’a vu. Cette sujétion s’atténue à 14 ans, âge des premiers contrats (assortis de garants – mallevadori – et d’un serment) et elle disparaît à l’âge de la majorité complète, fixée à 20 ans dans certains statuts locaux ; c’est le cas à Poggibonsi (centre urbain le plus proche), pour les garçons émancipés ou orphelins [II, 11 (1331)].

23Les fils une fois majeurs et mariés l’un après l’autre, leur cohésion peut encore persister longtemps. Les témoignages d’indivision sont, là encore, nombreux, dans la plupart des groupes socioprofessionnels. Chez les paysans propriétaires et chez les artisans boutiquiers, le patrimoine est rarement partagé par le testateur entre ses héritiers. Or, des dizaines d’exemples attestent que cette indivision implicitement prévue par le père persiste entre les frères, sur les terres de culture comme sur la domus, et qu’elle peut persister longtemps après le mariage des copropriétaires. On voit en 1337, exemple parmi d’autres, les deux frères Neri et Naldo Jacopini procéder au partage de dix parcelles qu’ils ont en commun. Or Neri est marié depuis 1315. La même solidarité règne entre mezzadri. On rencontre à plusieurs reprises des équipes de frères cultivant en commun, comme mezzadri, un même podere. C’est notamment le cas de ces familles, signalées plus haut, dont les membres, pères et fils, ont longtemps travaillé ensemble sur les poderi d’autrui. La solidarité entre fils persiste, le père une fois mort ; ils continuent à s’entraider sur le podere loué en commun et, comme il s’agit constamment de poderi cum domo, à y cohabiter.

24La frérèche n’est pourtant pas une situation courante à Petrognano en 1300-1350. D’abord parce que l’indivision, dans ce cas comme dans celui des groupes patriarcaux qu’il prolonge, peut n’être que partielle. Participer à une indivision fraternelle et posséder personnellement un lopin ou même une maison est une situation fréquente. D’autre part, même si l’héritage indivis comporte apparemment de quoi loger et employer tout le monde, il n’est pas rare de constater par recoupement que les copropriétaires ont esquivé cette contrainte. En 1328, on voit trois frères procéder au réaménagement d’une maison indivise où ils créent des logements individuels par le moyen de murs, de parois etc. On se dit que ces travaux avaient pour but de mettre un terme à une cohabitation qui traînait et que les frères vivaient ensemble jusqu’en 1328. Or on constate en 1332 que ces mêmes frères possédaient en commun d’autres maisons et l’on est amené à penser que chaque couple avait acquis depuis longtemps son indépendance, chacun dans une des maisons de l’indivision. Autre exemple : en 1337 les deux frères Jacopini se partagent dix parcelles. À la mort de leur père (1328) cet héritage commun comprenait une maison. En 1337, un acte signale, dans la succession, une domus nova à côté de la domus vetus. À la maison initiale s’est donc récemment ajouté un édifice neuf, probablement contemporain du mariage du plus jeune des deux frères (1333). L’indivision de la première maison, prolongée jusqu’en 1337, n’entraînait donc pas nécessairement la cohabitation des deux couples. Soulignons enfin que, dans le cas même où les frères résident à pot et à feu commun, cette cohabitation reste provisoire, comme en témoignent les nombreux actes qui nous révèlent ces frérèches au moment où elles se défont. Rupture précoce du reste, généralement réalisée dans les cinq ans qui suivent la mort du patriarche. La remarque vaut pour les mezzadri. Les équipes fraternelles embauchées sur les poderi cum domo comprennent rarement plus d’un ménage. Elles ne survivent qu’exceptionnellement à la formation d’un second couple.

25Bien entendu, la fragilité des frérèches ne compromet pas toute solidarité entre frères. De nombreux témoignages sont là pour attester la permanence de liens solides et durables.

26Sur le plan patrimonial, l’éclatement de groupes indivis s’opère souvent par étapes. On voit à plusieurs reprises, quand la frérèche se fragmente, les frères s’associer à deux pour garder en commun un groupe de parcelles, une maison. Ces indivisions réduites peuvent durer des années. Une fois le partage terminé, et chaque frère maître chez soi, un noyau commun persiste souvent de manière permanente entre les frères. Il s’agit rarement de parcelles cultivables. Deux catégories de biens surtout ont vocation à l’indivision. D’abord et avant tout les surfaces ou bâtiments d’usage nécessairement collectif : cours, place, chemins, puits, four, parfois friches ou bois. Mais aussi et en bonne place ces biens hautement symboliques, centres et signes de regroupement que sont les tours. Le village ouvert qu’est Petrognano a vu s’élever de nombreuses tours, et une bonne douzaine de familles, nobles ou non, possèdent la leur au XIVe siècle. Même délabrées, même démantelées, elles restent constamment indivises.

27Sur le plan géographique, si cohabiter répugne aux ménages fraternels, ils restent maintes fois regroupés au coude à coude. Les maisons nouvelles qu’ils se construisent chacun, souvent très proches, voire mitoyennes, constituent de véritables îlots fraternels rassemblés autour de la place, du puits, ou de la tour communes. La vie de tous les jours mêle constamment leurs habitants les uns aux autres, quels que soient leur âge et leur profession, et cette fraternisation permanente se traduit par les services réciproques qu’ils se rendent mutuellement au bénéfice de la cohésion familiale, arbitrant les conflits, apportant leur garantie aux prêts, se chargeant des tutelles, témoignant aux contrats les uns des autres.

28Sur le plan professionnel enfin, pour nous tourner vers les artisans, on trouve à plusieurs reprises des frères exerçant la même profession, parfois même comme associés : trois frères sont fabricants de blanc de céruse (biacca), deux autres cordonniers, deux autres encore fondeurs de cloches. Mais cette solidarité est plutôt rare dans ce groupe.

29Un cadre coutumier maintient donc et défend solidement la cohésion des groupes fraternels. Mais en fin de compte les choix professionnels, la chance, les aptitudes, la vie, tout simplement, tendent inévitablement à dissocier ces groupes.

30Les exemples ne manquent pas, dans les familles d’artisans et de marchands, de frères suivant des orientations différentes. On trouve côte à côte dans telle famille un notaire, un speziale, un lanaiuolo ; dans telle autre, un boucher et un charpentier ; ailleurs un oliandolo et un tailleur etc. Cette même situation se retrouve dans les milieux des cultivateurs. On repère à huit reprises un artisan dans la progéniture d’un cultivateur. Deux groupes familiaux seuls se limitent à l’agriculture.

31La mobilité géographique découle de la dispersion professionnelle et l’aggrave : du quartier qui les rassemble, bien des ménages fraternels sont amenés à s’absenter parfois longuement. L’extension des contrats à court terme (quatre ans environ) amène fréquemment les mezzadri à changer d’exploitation ; le territoire moyen de leurs déplacements s’étend sur cinq ou six villages. Éloignement limité, mais qui relâche la solidarité fraternelle. Or, la condition de mezzadro se répand à mesure que s’avance le XIVe siècle, au détriment des petits propriétaires (mieux enracinés). Les artisans et les marchands, de leur côté, ont maintes raisons d’être attirés par la bourgade voisine, ou par Florence surtout, soit comme apprenti, on l’a vu, soit plus tard pour y transporter leur atelier ou leur boutique. C’est le destin commun à de nombreux groupes fraternels que d’être amputés par le départ d’un ou plusieurs ménages. Enfin, on croit constater d’après la dot donnée aux filles que, d’un ménage à l’autre, la réussite économique des frères peut être fort inégale. Encore une amorce de relâchement dans leur solidarité.

32Si des forces de dissociation se manifestent dès la génération des frères, on peut prévoir qu’elles s’aggraveront aux générations suivantes. Mais jusqu’à quel point ? Comment sont vécus les rapports de solidarité entre cousins, ou d’oncles à neveux et au-delà ?

33La conscience d’une parenté peut persister longtemps dans un lignage. Elle est vivement ressentie entre cousins germains (deuxième degré canonique). On voit en 1318 une jeune fille appeler frères (fratres), tout simplement, les fils des frères de son père, comme une chose qui va de soi. Deux actes nous révèlent que cette conscience peut se prolonger à des degrés plus lointains, dans les milieux nobles comme chez les popolani aisés (distinction sans grande portée dans un village où, nobles ou non, les principales familles ont les mêmes occupations, se côtoient constamment et s’unissent pas mariage). Chez les nobles : en 1342-1343, les autorités florentines imposent aux lignages brouillés de se réconcilier. La famille Belforti est concernée, et elle doit se mettre en règle avec une famille voisine. L’acte donne le nom de « omnes consortes de domo de Belfortis » qui ont juré la paix. Ils sont vingt-six. Si on reconstitue leur généalogie, on constate que cette consorteria se perçoit comme telle jusqu’au cinquième degré canonique (fils de cousins issus issus de germains), qu’elle dépasse donc d’un degré le cercle à l’intérieur duquel les mariages sont interdits par Latran IV (quatrième degré canonique) : cela, malgré le mélange des âges, des domiciles, des situations économiques. Chez les popolani : en 1350, un acte analogue met en scène un lignage de petits propriétaires et de mezzadri. Là encore, la conscience de consorteria s’étend au moins jusqu’aux cousins au cinquième degré. S’il s’agit dans les deux cas de moments exceptionnels (réconciliations, règlements), la solidarité lignagère se manifeste à d’autres occasions dans la vie courante. Bien que la règle ait des exceptions, les consortes ont souvent un nom, dont ils font état (à Petrognano, les Belforti, les Ristori). Ils participent aux mêmes vendette, aux mêmes paix – qui nous les font connaître. Plus prosaïquement, ils se servent de témoins dans les actes familiaux importants-achats fonciers, mariages – ou d’arbitres dans les disputes domestiques.

34La structure de leur patrimoine est cependant le meilleur signe et le meilleur gage de la solidarité entre consortes. À travers tous les partages qui répartissent les biens entre héritiers, un noyau patrimonial indivis subsiste en effet souvent au fil des générations, à savoir cet ensemble de cours, de chemins, de puits, de tours éventuellement, qui passe au groupe des cousins, après avoir été commun, on l’a vu, entre frères. Une indivision de ce type peut persister au moins jusqu’au troisième degré (deux exemples), jusqu’au quatrième (deux exemples), et certainement davantage. Cet équipement commun contribue d’autant plus à maintenir vivante la conscience de groupe qu’elle entraîne un regroupement persistant des parcelles et des habitations propres à chaque consort. C’est autour de ces voies, de ces torri, etc. qu’oncles et cousins continuent souvent à vivre, c’est là qu’ils élèvent leurs nouvelles maisons, à proximité les unes des autres et même jointives. La consorteria popolana citée plus haut est encore tout entière regroupée, en 1350, dans le même quartier de Petrognano. Ses membres y possèdent une dizaine d’habitations toutes étroitement proches, toutes centrées sur les places et les dégagements communs, sans presqu’aucune interférence étrangère : sur les trente parcelles connues (bâties ou non) du hameau, trois seulement échappent à une personne de la lignée. Un milieu aussi chaleureux ne s’oublie pas ; les parents installés à Florence y reviennent, y investissent, restent constamment en contact avec le terroir natal.

35À ce niveau de parenté cependant les signes de dissociation déjà notés à propos des frères se font plus insistants. En bout de course, il arrive un moment où le lien de parenté apparaît si ténu que le lignage s’ouvre et se sépare comme un fruit trop mûr. C’est précisément le cas en 1350, pour la consorteria popolana de Petrognano qui nous est familière. Lorsqu’elle nous apparaît comme telle, à cette même date, c’est justement pour se scinder en deux. Seules en effet y restaient en présence deux branches de cousins du quatrième et du cinquième degré. Malgré leur cohabitation, malgré tous les liens qui les rapprochent, les obstacles au maintien d’une solidarité entre cousins éloignés ne peuvent que s’accentuer au fil des générations.

36Jouent d’abord les défaillances de la mémoire : les cousins oublient qu’ils le sont, ou à quel titre. On voit en 1321, à l’occasion d’un procès d’annulation de mariage, l’évêque de Fiesole enquêter sur la parenté du grand-père du marié et de l’arrière grand-père de l’épouse : étaient-ils frères ou cousins germains ? La population du village est partagée et la vérité n’apparaît pas clairement. On parle pourtant généalogie dans les foyers et les anciens instruisent tôt les jeunes (un témoin a été informé « a suis antiquioribus et ab aliis ab eo tempore quod habuit cognitionem ») ; mais les références écrites manquent et les esprits se brouillent.

37D’autre part, les familles conjugales de cousins, en suivant chacun sa voie propre, accentuent les clivages amorcés entre frères. Sur le plan professionnel, les options différentes se prolongent et s’aggravent. Revoici la consorteria Belforti. À la troisième génération, qui voit coexister trois branches de cousins germains, on constate un réel décalage professionnel entre chacune des trois ; la première regroupe un riche propriétaire local, un prêteur, un changeur ; la seconde, un moyen propriétaire, deux menuisiers ; la troisième, trois petits propriétaires, deux mezzadri. À réussite inégale, fortune inégale. Les familles issues de la branche n° 1 dotent leurs filles en moyenne de 1019 lires. Celles de la troisième, de 101 lires. D’autres options accompagnent et aggravent ces disparités de la réussite. Les plus riches (branche n° 1) vont chercher consécration à Florence. Tous émigrent. Leur métier, leur manque de capitaux attachent les autres (branche n° 2 et 3) à la terre. Tous restent entièrement et exclusivement campagnards. Au bout du compte, les membres de chaque branche finissent par s’intégrer chacun à des milieux sociaux radicalement différents. Sur les huit mariages connus dans la branche n° 1, cinq l’unissent à de riches familles florentines (Rossi, Manetti…). Les vingt-deux mariages dénombrés dans les deux autres sont exclusivement conclus avec des ruraux, petits artisans ou mezzadri. Le noyau fort de solidarité se concentre finalement dans les branches, c’est-à-dire, à l’intérieur du lignage, dans ce groupe plus étroit et plus proche qui associe, autour de chaque individu, ses enfants, ses frères, son grand-père, éventuellement ses oncles. C’est là, par exemple, qu’est préservé le patrimoine onomastique : chaque branche a son, ou ses prénoms caractéristiques, repris à des oncles, au grand-père, parfois même à l’arrière grand-père, et qui ne se retrouvent pas dans les autres branches.

38Les notaires en définitive révèlent dans ce village l’existence locale de nombreux rassemblements lignagers, dus à une relative stabilité des mâles de toutes générations. L’arbre généalogique se déploie en bonne partie sur place. D’autre part, au moins dans la petite aristocratie locale des nobles et des coqs de village – mais pas seulement là –, on est conscient et fier d’appartenir à une grande famille : on connaît ses cousins et on les fréquente. La conscience et la cohésion lignagères sont encore vives, et si les parents éloignés sont un peu oubliés, ou distants, une réelle solidarité rassemble – comme en ville – les membres d’une même branche.

39Telle étant la structure fondamentale des milieux paysans aisés, le lignage, avec son noyau – la branche – et sa pulpe plus lâche – le cousinage –, les liens de parenté ne se limitent naturellement pas à lui. Des mariages unissent entre elles familles, branches, lignages, mariages qui créent autour de chaque lignage des réseaux d’alliances plus étendus. Cela, sur le plan généalogique. Dans la vie courante, ces alliances sont-elles ressenties comme importantes ? Jusqu’où et dans quelle mesure étendent-elles le réseau vécu de parenté ? Quelle assise familiale réelle donnent-elles à chacun ?

40Chacun dans la famille, dans la branche même, s’intéresse de près au mariage de leurs membres. Le choix des conjoints, chaque fois qu’on en connaît les étapes, apparaît comme un choix familial. Il arrive que des idylles se nouent : la famille y met bon ordre. Un procès, conservé aux archives de Fiesole, décrit un conflit de ce genre dans un ménage de cultivateurs. Longuement mûrie à l’occasion de démarches et de conversations auxquelles participent frères, oncles (même maternels) et voisins, la décision familiale finit par prévaloir sur les sentiments de la jeune fille (Fiesole 1338). Les alliances ont donc un poids réel en milieu paysan. Qu’en attend-on ?

41La lecture des quelques centaines de contrats de mariage conservés pour Petrognano et ses environs inspire une première question. Bien des noces unissent des conjoints issus de villages différents. Cet élargissement n’est-il pas délibéré ? Marier ses enfants à l’extérieur, n’est-ce pas chercher à consolider sa parenté en l’élargissant régionalement ? Voyons les chiffres pour Petrognano et la bourgade voisine de Linari.

Épouses étrangères au village

1280-1380

1330-1380

Linari (bourgade fortifiée)

22 %

19 %

Petrognano (village ouvert)

38 %

42 %

42Les mariages à l’extérieur répondent en partie à une nécessité. Il faut compter avec les convenances sociales, les cousinages multiples, l’exogamie stricte : aucun mariage connu de moi n’unit les membres d’une même consorteria, même aux degrés de parenté permis par l’Église. Plus la communauté est réduite, plus il est nécessaire de l’ouvrir sur l’extérieur ; c’est ici le cas de Petrognano. Cette nécessité est permanente ; elle persiste à travers les générations. Cela dit, dans un village donné, si l’on passe de la famille au lignage (ou à la branche), on constate que ces lignages ou autres ne s’allient pas tous aussi volontiers au-dehors. Le tableau suivant le montre pour les dix-sept lignages – ou branches – de Petrognano où l’on connaît dix mariages au moins.

Mariages à Petrognano (1280-1380)

Mariages à Petrognano (1280-1380)

43L’éventail des options possibles est très large. Malgré les circonstances qui poussent la société de Petrognano à s’ouvrir vers l’extérieur, certains lignages, une minorité, mais pas négligeable (cas n° 1), restent très liés à l’agglomération. D’autres étendent leurs alliances (cas n° 2), au point de les préférer étrangères à Petrognano (cas n° 3 à 5), mais alors que certains s’aventurent précautionneusement hors du plat pays (cas n° 3), quelques-uns prennent largement pied dans les bourgades (cas n° 4). Enfin, si la moitié des lignages se sont alliés épisodiquement (une fois ou deux) à une famille florentine, l’un d’entre s’est avancé plus hardiment et s’est largement implanté dans la métropole (cas n° 5). Par les mariages, l’horizon familial, au sens large, des jeunes ruraux s’élargit donc sensiblement. Mais pas pour tous. Pourquoi ces différences ?

44Les premiers motifs semblent être de nature socio-économique, comme on le constate si l’on cherche à répartir les lignages selon leur profil professionnel et leur fortune d’une part et selon le taux d’endogamie villageoise de leurs membres de l’autre.

45Les dix lignages – ou branches – qui circonscrivent leurs alliances à la région proche (cas n° 1 et 2) se composent tantôt de mezzadri (deux), tantôt de petits propriétaires exploitants (deux), tantôt à la fois d’artisans et de petits propriétaires (cinq). La moyenne des dots qu’ils donnent à leurs filles (29 connues) est de 200 lires. Dans les cinq lignages au contraire qui s’ouvrent plus largement aux bourgades ou à Florence, à côté d’une maison de petits propriétaires mezzadri, on trouve une casata notoire de nobles, d’héritiers connus et de prêteurs, une autre de propriétaires aisés, souvent artisans (forgerons), usuriers, et/ou marchands, une autre enfin où prédominent ces professionnels d’importance régionale que sont les speziali et les bouchers. Moyenne des dots de leurs filles (22 connues), 439 lires. Des engagements professionnels qui les éloignent de la terre et qui les obligent à se déplacer, au besoin jusqu’à Florence ; une bonne réussite économique d’ensemble, de préférence ancienne et investie en terres ; accessoirement la noblesse ; voilà surtout ce qui amène les lignages à élargir leurs alliances, et par ce biais, à affermir leur emprise régionale et, éventuellement, à consolider leur percée à Florence. Du moins en principe.

46Tel étant le fait des alliances, leur portée pratique reste en effet à déterminer. Les mariages des cousins appartenant à des branches écartées et qu’on ne fréquente plus importent certainement peu à votre branche. C’est là, à ce niveau restreint de la branche que sont surtout susceptibles d’agir ces nouvelles parentés, ce faisceau d’alliances. Susceptibles : mais dans les faits ? Engendrent-elles entre lignages, ou branches alliées une solidarité opérante et persistante ? Dans l’affirmative, quel type de solidarité ? Ici j’avoue entrer dans le domaine des hypothèses. Il existe incontestablement dans le contado des réseaux structurant de manière permanente les lignages et les familles.

  1. des solidarités politiques : Petrognano et les villages voisins abritent encore des lignées gibelines en 1313 (les Belforti) ;
  2. des rassemblements professionnels : la confrérie de santa Maria d’Albagnano, fondée pour regrouper les descendants des rescapés de Semifonte (ville toute proche – 2 km – détruite en 1202 par Florence) s’est progressivement et partiellement muée en une association professionnelle de marchands ;
  3. une hiérarchie stable entre lignages ? on croit pouvoir la déceler, pour les popolani, dans leur emprise respective sur le conseil municipal de Petrognano. De 1300 à 1348, quatre de ces lignages l’emportent sur les autres, avec dix présences ou plus au conseil.

47D’où la question : les alliances doublent-elles et renforcent-elles ces solidarités (cas a et b) ? Consolident-elles, autour des lignages dominants, des ensembles permanents de clientèles (cas c) ? Autant de points à creuser.

48Pour conclure cet exposé sans prétention et limité à bien des égards, je crois utile d’indiquer les étapes que l’enquête, en se poursuivant, devrait parcourir pour aller au fond des choses, la documentation, je crois, le permettant.

49Jusqu’où s’étend la conscience lignagère dans la hiérarchie sociale à mesure qu’on la descend, notre recherche s’étant limitée encore une fois à l’aristocratie villageoise ? Les familles pauvres sont-elles au même titre liées à leur cousinage ? Leur pauvreté ne comporte-t-elle pas aussi l’isolement ?

50Quels liens les lignages conscients d’eux-mêmes entretiennent-ils les uns avec les autres. Existe-t-il des regroupements de lignages, même provisoires, des Sippe campagnardes, comme il s’en dessine en ville ? Dans l’affirmative, quelles sont leur signification et leur fonction ?

51Presque toutes les communautés rurales comprennent une famille d’un niveau largement supérieur, anciennement ou récemment enracinée, qui joue localement le rôle de seigneur. Dans quelle mesure rassemble-t-elle les fidélités et la clientèle des familles paysannes ?

52Enfin, comment évolue le lien lignager après 1350, quand la peste, l’appauvrissement, les déplacements ont affaibli et démantelé bien des communautés villageoises ? Questions encore sans réponse.

Bibliographie

Bibliographie

Les pages qui précèdent s’appuient essentiellement sur les registres rédigés par les notaires de Petrognano et environs entre 1280 et 1380. Ces registres sont conservés aux archives de Florence sous les cotes B 2567-2571, B 2768-2772, D 77, F 482, F 568, G 382, I 58, J 47, L 84, M. 478, M. 492, P 445, R 45-47, R 192, S 733, T 546-547.

À signaler aussi, Balia 1 (Paces), Statuti di Comunità 356 (Gello di Casentino) ; Siena, Archivio di Stato, Comune di Poggibonsi 1 ~Statuti 1331-1332) ; Fiesole, Archivio vescovile, Libri causarum 15, c. 115 sq et 35, 1 338 non paginé.

Aries Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, Plon, 1960.

Bellomo Manlio, Profili della famiglia italiana nell’età dei Comuni, Catania, Giannotta, 1966, 244 p.

Bellomo Manlio, Problemi di diritto familiare nell’età dei comuni. Beni paterni e pars filii, Milan, Giuffrè, 1968, 258 p.

Berkner Lutz K., « Rural family organisation in Europe : a problem in comparative history », Peasant studies newsletter, n° 1, 1972, p. 145-155.

Bicchierai Marco, Ai confini della Repubblica di Firenze, Poppi dalla signoria dei conti Guidi al vicariato deI Casentino (1360-1480), Firenze, Olschki, coll. « Biblioteca Storica Toscana », 2005, 448 p.

Brucker Gene A., Florentine Polities and Society (1343-1378), Princeton, UP, 1962.

Brucker Gene A., Renaissance Florence, New York, 1969.

Cammarosano Paolo, « Les structures familiales dans les villes de l’Italie communale », in Duby Georges, Le Goff Jacques, Famille et parenté dans l’Occident médiéval XIIe -XIVe siècles, Rome, coll. « Collection de l’École Française de Rome », 1977, p. 181-204.

Cherubini Giovanni, Signori, contadini, borghesi, ricerche sulla società italiana deI basso medioevo, Florence, La Nuova Italia, 1974, 596 p.

Cohn Samuel K. Jr., Creating the Florentine State. Peasants and Rebellion, 1348-1434, Cambridge University Press, l999, 308 p.

Conti Elio, La formazione della struttura agraria moderna nel contado fiorentino. 1 : Le campagne nell’età precomunale. 2 : Monografie e tavole statistiche, 15-19 sec., Rome, Istituto Storico per il Medio Evo, coll. « Studi Storici », 1965.

Cortese Maria Elena, Signori, Castelli, Città. L’aristocrazia del territorio fiorentino tra X et XII s, Florence, Olschki, 2007, 428 p.

Duby Georges, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles », in Miscellanea medievalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningue, J. B. Wolters, 1967, p. 149-165, réimp. in Hommes et structures au Moyen Âge, Paris-La Haye, Mouton, 1973.

Fiumi Enrico, « La demografia fiorentina nelle pagine di Giovanni Villani », Archivio storico italiano, n° 108, 1950, p. 78-158.

Fiumi Enrico, Storia eeonomica e sociale di San Gimignano, Florence, Olschki, 1961, 372 p.

Fiumi Enrico, Demografia, movimento urbanistico e classi sociali in Prato dall’età comunale ai tempi moderni, Florence, Olschki, 1968, 688 p.

Herlihy David, Klapisch-Zuber Christiane, Les Toscans et leurs Familles, une étude du Catasto florentin de 1427, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques et Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1978, 704 p.

Hughes Diane Owen, « Urban growth and family structure in medieval Genova », Past and Present, n° 66, 1975, p. 3-28.

Jones P. J., « Florentine families and Florentine diaries in the fourtheenth century », Papers of the British School at Rome, n° 24, 1956, p. 183-205.

Kent Francis William, Household and lineage in Renaissance Florence. The famiIy Iife of the Capponi, Ginori, and Rucellai, Princeton, Princeton University Press, 1977, 325 p.

La Roncière Charles Marie de, « Une famille florentine au XIVe siècle, les Velluti », in Duby Georges, Le Goff Jacques, Famille et parenté dans l’Occident médiéval XIIe-XIVe siècles, Rome, coll « Collection de l’École Française de Rome », 1977, p. 227-248.

La Roncière Charles Marie de, « La place des confréries dans l’encadrement religieux du contado florentin au XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, Temps modernes, n° 85, 1973, p. 31-77, 633-671.

Luzzati Michele, « Familles nobles et familles marchandes à Pise et en Toscane dans le Bas Moyen Âge », in Duby Georges, Le Goff Jacques, Famille et parenté dans l’Occident médiéval XIIe-XIVe siècles, Rome, coll. « Collection de l’École Française de Rome », 1977, p. 275-296.

Perol Céline, Cortona. Pouvoirs et sociétés aux confins de la Toscane XVe-XVIe siècle, Rome, coll. « Collection de l’École Française de Rome », 2004, 430 p.

Pinto Giuliano, Toscana medievale. Paesaggi e realtà sociali, Florence, le Lettere, 1993.

Pirillo Paolo, Costruzione di un contado. I Fiorentini e il loro territorio nel Basso Medioevo, Florence, Le Lettere, 2001, 263 p.

Pirillo Paolo, Forme e strutture del popolamento nel contado fiorentino, t. I (1 et 2) : Gli insediamenti nell’organizzazione dei populi (prima metà deI XIV secolo), Florence, Olschki, col1. « Cultura e Memoria 27 », 2005.

La Toscana ai tempi di Arnolfo, Atti dei convegno di studi (Colle Val d’Elsa, 22-24 novembre 2002), Bastianoni Curzion, Cherubini Giovanni, Pinto Giuliano (éd.), Firenze, Olschki, coll. « Toscana Musei », 4, 2005.

Plesner Johan, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au XIIIe siècle, Copenhague, Gyldendaske Boghandel, 1934, 240 p.

Tamassia Nino, La famiglia italiana nei secoli decimoquinto e decimo sesto, Milan-Palerme-Naples, 1911, 224 p.

Wheaton Robert, « Family and Kinship in Western Europe : the problem of the Joint Family Household », Journal of Interdisciplinary History, n° 5/4, 1975, p. 601-628.

Version remaniée d’un article paru dans :

Civiltà ed Economia agricola in Toscana nei secc. XIII-XV. Problemi della vita delle campagne nel tardo medioevo, Ottavo convegno internazionale (1977), Centro italiano di storia e d’arte, Pistoia, Pressa la sede del Centro, 1981.

Table des illustrations

Titre Mariages à Petrognano (1280-1380)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540