Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamiques sociales au Moyen Âge, en Occident et en Orient

 | 
Élisabeth Malamut

Avant-propos

Élisabeth Malamut

Texte intégral

1Ce volume intitulé Dynamiques sociales au Moyen Âge en Occident et en Orient est le fruit du séminaire des deux années universitaires 2006-2007 et 2007-2008 de l’ancienne unité de recherche SICMA que je dirigeais alors. Il comprend pour moitié les communications des enseignants chercheurs de l’Université de Provence parmi lesquels nous avons pu compter Charles Marie de la Roncière, que je remercie tout particulièrement d’avoir été des nôtres au nom d’une communauté universitaire qui a gardé d’étroits liens intellectuels avec cet éminent connaisseur de la Toscane au Moyen Âge. L’autre moitié des communicants est composée de grands spécialistes, enseignants et chercheurs de divers établissements (CNRS, Universités de Lyon II, Montpellier III et Paris I) que je remercie d’avoir bien voulu participer au séminaire commun que nous avions organisé, Christiane Raynaud et moi-même, pour communiquer aux enseignants, chercheurs, mais aussi aux étudiants de master et de doctorat, les fruits des recherches les plus récentes. Finalement, ce volume répond à une attente qui était double : d’une part, aborder des aspects très diversifiés de la société médiévale, ce qui a été réalisé sous un angle peu habituel et souvent original, d’autre part, parcourir l’Occident et l’Orient, aussi bien chrétien que musulman, au risque de confronter leur histoire et de donner aux auditeurs des regards et points de vue partagés. L’intitulé « dynamiques sociales » correspond à l’esprit de ce volume de traiter les champs de l’histoire aussi bien traditionnelle que « nouvelle » – selon Jacques Le Goff – dans la perspective d’un monde médiéval en marche, ce dont l’étude de la société rend admirablement compte.

2Le fondement des dynamiques sociales se constitue à partir du noyau de base qu’est le foyer, puis de la famille élargie et de la parentèle. Étudier les formes de solidarité, la transmission du patrimoine et les alliances par mariage a fait l’objet de l’étude, à partir des registres notariés conservés, d’un village de Valdelsa en Toscane de 1280 à 1350, considéré comme un échantillon représentatif d’une communauté rurale, de ses structures et de son évolution. Cette micro-société se retrouve chaque fois solidaire à la mort de l’un des siens et partage la mémoire de ses défunts. Ainsi, conserver le nom du défunt et tester correspondent à la volonté de transmettre nom et patrimoine aux générations ultérieures. Les deux démarches partent de la même nécessité et obéissent au même principe. Deux articles nous en présentent les moyens, le premier au sein d’une société ecclésiastique avec comme objet les rouleaux mortuaires et les porte-rouleaux, le second au sein d’une société laïque traitant de la pratique testamentaire en Forez et en Lyonnais du XIIIe au XVe siècle.

3Les dynamiques sociales s’ordonnent en ce qui concerne leur élite aristocratique autour du prince ou du roi, ce que l’on peut désigner comme sociétés de cour. L’entourage du souverain est légitimé par les liens que chacun de ses membres entretient avec celui-là, mais l’aristocratie est également source de la légitimité du prince. Cet échange réciproque constitue l’assise des sociétés médiévales, c’est sans doute la raison pour laquelle l’étude des sociétés de cour rassemble ici le plus grand nombre d’articles. L’intégration particulièrement réussie de Bertrand du Guesclin (1320-1380) à la cour du roi de France, Charles V, illustre l’ascension d’un individu de lignage noble, mais de condition relativement modeste, jusqu’au sommet de l’État, avec la charge de connétable et témoigne d’une grande mobilité sociale à cette époque en Occident. Un regard particulier sur la cour byzantine est donné par l’étude de la tente impériale, qui est à la fois une réplique institutionnelle de l’imperium et un palais en miniature avec le faste, le cérémonial et les services qui caractérisent le Grand Palais. Autre regard, incisif, sur les rouages d’une cour orientale, le panorama des eunuques à Byzance depuis le IVe siècle. Nombreux, ils forment un service palatin dès Constantin le Grand et deviennent au fil des siècles une élite puissante, dotée d’une richesse visible par ses palais multiples dans l’espace constantinopolitain. La convivialité des cours aristocratiques est abordée à travers l’étude du banquet à la fin du Moyen Âge en France et en Italie. On note l’engouement pour le sucre, alors un aliment très prisé et une source de multiples confections de toutes couleurs, à sujet végétal et historié, qui ornent aussi bien la table que les salles de réception. Le banquet est une occasion de paraître, de montrer son rang, de se divertir et parfois de faire œuvre de propagande politique.

4En dehors des sociétés de cour des grandes puissances de l’époque, on a pu s’interroger sur les « sociétés périphériques » que constituent les États frontières, les États Croisés et les colonies des républiques italiennes. Les sociétés périphériques se distinguent le plus souvent par la nécessité de communautés séparées par la langue, la religion et les coutumes de « vivre ensemble ». Les communications présentes dans ce volume ont souligné l’originalité de chaque réponse. La société de la principauté de Philarète, qui recouvre la Cilicie et la région d’Antioche à la fin du XIe siècle, est constituée d’une élite militaire arménienne héritée des glorieux temps byzantins. Au XIIe siècle, à côté des principautés arméniennes de Cilicie, fleurit le comté d’Édesse où les princes arméniens marient leurs filles aux princes francs et s’intégrent au gouvernement d’un État « franco-arménien ». Enfin, de façon inattendue, les Arméniens occupent pendant cette période le poste de vizir des califes fatimides et l’Égypte sert de refuge à la cavalerie noble arménienne chassée par les Turcs. Un autre aspect est présenté par l’analyse des sociétés coloniales, génoise et vénitienne, à la fin du Moyen Âge, solidement établies dans l’espace méditerranéen oriental. Deux exemples pratiquement opposés sont donnés : d’abord celui de Caffa en mer Noire, une colonie prospère, où se côtoient l’aristocratie marchande de Gênes et les membres du popolo minuto, où de nombreuses ethnies sont représentées et les ordres mineurs favorisés. Ensuite, celui de la Crète vénitienne où l’organisation militaire et administrative est organisée par le Sénat de Venise et l’essor économique tourné vers la métropole. La coexistence forcée d’une noblesse vénitienne ancienne et de Grecs issus de l’empire byzantin, qui ne peuvent être feudataires, cède néanmoins devant une certaine assimilation de la culture grecque par les colons.

5L’État favorise l’intégration ou, au contraire, l’exclusion de certains individus ou groupes sociaux au sein de la société qu’il doit protéger. Plus l’État est fort, plus ce rôle est important, comme dans l’empire byzantin et le califat de Bagdad. Ainsi, l’étude sur les usages et les fonctions de la monnaie à Byzance montre que l’image du prince-empereur est encensée par l’outil de propagande qu’est la monnaie, mais aussi que les largesses impériales enrichissent ses serviteurs et ses soldats. L’intégration par la monnaie est également celle des couches humbles de la société par le paiement de l’impôt en sous d’or principalement. L’étude des prisonniers dans la société musulmane montre, à l’opposé, une forme d’exclusion par l’État. Les prisons pour détenus politiques sont synonyme d’enfermement et le plus souvent de mort, alors que l’incarcération dans les prisons de cadis destinée aux criminels de droit commun, principalement pour cause d’endettement, est de courte durée. L’exclusion est de toute manière relative, car la prison, loin d’être un espace clos et séparé du reste de la société, offre au prisonnier, y compris le rebelle, la possibilité de recevoir des visites et même de réorganiser une vie de famille. Ce dernier article de notre recueil souligne la différence entre « être coupé de la société « et « privé de liberté ».

Auteur

Université de Provence (LAMM)

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540