Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Annexes

Texte intégral

1. Présentation chronologique de l’arrivée de la peste dans les principales villes de Provence en 1720-1721 d’après Jean-Noël Biraben1

  • 1 J.-N. Biraben, op. cit.

11720

2Juin : Marseille

3Juillet : Cassis

4Août : Aix, Apt, Toulon (quelques cas)

5Septembre : Digne

6Octobre : Pertuis, Bandol

7Novembre : Arles, Saint-Rémy, Martigues.

8Décembre : Tarascon

91721

10Janvier : Toulon (extension de l’épidémie)

11Février : La Valette

12Août : Avignon

13Septembre : Orange

14Mai 1722 : rechute à Marseille

2. Tableau comparatif par ville des principales données chiffrées de la peste de 1720-1722 en Provence (d’après Jean-Noël Biraben)

15Ce tableau utilise différentes sources, selon les villes : le nombre de morts cités pour Arles correspond aux chiffres donnés par Victorin Laval à partir de la « relation anonyme » citée plus haut. Dans cette estimation, Arles se situe dans la moyenne des principales villes provençales atteintes par l’épidémie pour le taux de mortalité, de morbidité et de létalité. Dans presque toutes ces localités dont Arles, plus 70 % des habitants ont été malades. Mais Arles ne fait pas partie des villes qui, d’après J.-N. Biraben, ont perdu plus de la moitié de leur population (La Valette, La Seyne, Aubagne, Toulon). Elle est juste en dessous de ce seuil.

3. Tableau des contribuables arlésiens par niveaux de fortune à la fin du XVIIe siècle

Nombre de contribuables

Niveaux de fortune en livres

1 946

1 à 500

1 642

500 à 4 000

180

4 000 à 8 000

88

8 000 à 15 000

73

15 000 à 35 000

37

35 000 à 55 000

12

55 000 à 75 000

4

75 000 à 80 000

4

80 000 à 85 000

2

85 000 à 90 000

2

90 000 à 100 000

8

100 000 à 125 000

2

200 000 et au-delà

4. Lettre du 30 septembre 1720 de Monseigneur de Belsunce à l’Archevêque d’Arles. (FPMA, M 516)

16… Ah ! Monseigneur, qu’il est horrible d’être dans la situation où je me trouve : avoir vu les rues pleines de cadavres à demi pourris et rongés par les chiens, avoir été obligé de les traverser pour joindre et absoudre les moribonds placés sur des paillasses morts à l’Evêché ; le P. de La Fare est frappé dans la maison de premier Président, où je me suis réfugié. Aujourd’hui, l’Abbé Bougerel, mon unique société qui restoit avec moi par amitié, et qui étoit le seul et l’unique de tous les chanoines de Marseille, est tombé, et je me trouve tout seul, livré à toutes les horreurs, et accablé sous le poids de ma juste douleur. Plaignez moi, Monseigneur, priez pour moi, et procurez moi des prières, je vous en conjure, c’est une œuvre de charité.

17Vous me demandez comme je suis habillé. Je porte à l’ordinaire une soutane de gros de Tours, parce que la soie prend moins que la laine ; je la relève bien haut ; je vais sans domestiques, je porte une éponge trempée dans le vinaigre, qui est autant contre la puanteur insoutenable que contre le mauvais air, et voilà tout. Au retour, je prends un parfum bien fort, mais qui n’a pas empêché tout ce qui m’a suivi de périr ou d’être frappé. Mr Guérin et le P. de la Fare vont bien. Hélas ! Monseigneur, comme le plus criminel, ne suis-je point condamné à être le témoin de tant d’horreurs, et voir tomber à mes cotés tant de personne au milieu de ces morts, cela ne seroit rien encore ; mais déjà huit de mes gens sont s, et subir le dernier la sentence ? frappé de la chute de monsieur Bougerel, seul qui restoit plein de courage et de zèle, qui avoit même confessé avec moi des pestiférés, je me trouve sans force, sans courage, sans consolation ; et je ne pourrois vous parler que de ma douleur. Je finis en vous demandant des prières, et la justice d’être persuadé que je serai toute ma vie votre…

5. Lettre des consuls d’Arles à MM. les échevins de Marseille du 1er juillet 1721. (AMA, BB 106, f° 306 v°)

18Messieurs, il n’est que trop vray que le mal contagieux fait icy du ravage depuis la mi-may quoy qu’il fut entré dans Arles le 17e décembre dernier que nos infirmeries ayant été ouvertes pendant tout l’hyver comme il faisoit très peu de progrès, nous nous flattions que nous en serions quitte à bon marché. L’exemple des pestes de 1629 et 1640 qui nous traitèrent assez favorablment aidoit encore à nous entretenir dans des idées qui nous faisoient trop de plaisir pour ne les point croire ; cependant, le mal est devenu sérieux depuis le 25e de may, il nous a enlevé presque tout notre peuple des deux plus grandes paroisses de cette ville, les autres quoyque moins mal traittées, le sont assez pour nous faire craindre les suites ; en un mot, Messieurs, nous nous croyons à proportion aussy affligés que vous l’avez été et que Toulon l’est encore, car outre le peuple qui nous meurt, beaucoup d’honnêtes gens ont péri ou se trouvent pris, nous avons perdu presque tous nos valets de ville et nous craignons même pour un de nos collègues ; nos infirmeries se trouvant trop petites pour contenir la prodigieuse quantité des malades qui nous survient tous les jours, et ayant été jugées trop meurtrières dans cette saison-cy, nous avons eu recours à des cabanes de clayes de jonc, que l’on travaille à force, pour donner place aux malades qui restent dans la ville ; nous avons perdu la plus grande partie de nos médecins, et surtout M. Pitot, de Montpellier, qui fesoit des merveilles, nos chirurgiens sont presque tous morts et sans un secours de Paris et du Martigues nous serions fort à plaindre de ce côté-là ; mais ce qui nous manque le plus et dont nous avons un très pressant besoin, c’est de corbeaux, nous avons écrit partout pour en avoir ; au reste, Messieurs, nous ne vous fesons tout ce long détail que pour satisfaire à l’empressement que vous nous marquez de sçavoir au juste notre situation et pour vous instruire en même temps des raisons qui nous empêché de répondre plutôt à des sentiments aussy polis et aussy tendres que ceux de votre lettre ; notre malheur est grand, et nos embarras ne le sont pas moins aussy, mais ce qui nous console en quelque façon c’est de voir que nos voisins et des voisins aussy distingués que vous, Messieurs, s’intéressent vivement à notre affliction ; cependant, Messieurs, le fléau de la peste n’est pas notre seul malheur. Les sauterelles que nous n’avons pu faire chasser cette année cy, maitresses de nos campagnes, les ravagent impitoyablement et ont déjà dévoré une partie de notre récolte. Dieu veuille enfin apaiser sa colère, qu’il a fait éclater d’une manière bien vive sur cette pauvre province. Nous sommes ravis d’apprendre que vous êtes en parfaite santé, et nous vous remercions très tendrement des offres obligeantes que vous avez la bonté de nous faire de vos services. Si vous pouvez nous envoyer des chirurgiens, des parfumeurs et des corbeaux, nous les recevrons à bras ouverts. Nous sommes avec un parfait attachement, Messieurs…

6. Acte déclaratif de l’état de la Santé dans la ville d’Arles et son vaste terroir, le 18 décembre 1721 (FPMA M 516, f° 28 r°)

19Ce jourd’huy dix-huitième Décembre mil sept cens vingt-un, le dernier jour de nôtre dernière quarantaine de santé, Monsieur de Jossaud Mestre de Camp d’Infanterie, Gouverneur de Conkarneau, Commandant pour le Roy à Arles.

20Et Nobles Messieurs de Piquet, Francony, Granier, Honorat, Consuls Gouverneurs de cette Ville d’Arles, Conseillers du Roy, Lieutenans Généraux de Police, Seigneurs de Trinquetaille. Messieurs les Exconsuls, Intendans de la santé, et Commissaires de Police, Recteurs de l’Hôpital de la Charité ; les Officiers Municipaux de la Ville et du Lieu de Trinquetaille et autres notables Citoyens, tant Nobles que Bourgeois.

21Monsieur de Piquet premier Consul, a dit que dans cette Ville, par la miséricorde du Seigneur la santé est aussi bonne, aussi parfaite et aussi bien rétablie, que nous pouvions le souhaiter, puisque nous avons passé sans nul incident, non seulement nôtre dernière quarantaine de santé qui a fini ce jourd’huy ; mais encore la précédente, en façon que nous comptons quatre-vingt sept jours de santé constante et éprouvé, depuis le vingt-unième de septembre dernier jour auquel le sieur Brun Avocat mourut, déclaré suspect. Depuis lors, il n’est tombé aucun nouveau malade, et nous n’avons pas même reçu la moindre atteinte, et la moindre altération, ni dans la Ville ni dans la Campagne, et cela nonobstant les vandanges, la cueillete et le triturage des olives, et le déménagement des maisons, qui ont rendu la communication aussi libre qu’elle étoit avant la Contagion. Il étoit juste de publier aujourd’huy ces merveilles à la gloire du Seigneur, qui a bien voulu les opérer par l’intercession de St. Roch et du Bien-heureux François-Régis nos Illustres et Puissants Protecteurs, et par les soins infatigables de Mr de Jossaud nôtre digne Commandant, et il convenoit de plus de manifester par un acte authentique le bon état de nôtre Ville, et de son Terroir, afin de pouvoir par là imposer silence à ces écrivains mal intentionnés, qui ont voulu faire revivre parmi nous aux dépens de la vérité ce fléau terrible dont nous sommes délivrés depuis longtemps. Outre qu’il importe singulièrement de rétablir nôtre Commerce, de mériter la confiance de nos voisins, et de recouvrer cette première et ancienne liberté, après laquelle nous soupirons depuis si longtemps. Surquoi pour témoigner de la vérité, Nous Commandant, Consuls, Exconsuls, Intendants de santé, Commissaires Généraux et particuliers de la Ville et de la campagne, Juges de Police, Recteurs de l’Hôpital de la Charité, Officiers municipaux de la Ville § du Lieu de Trinquetaille, et autres notables Citoyens tant Nobles que Bourgeois. Déclarons et attestons, que depuis le Vingt-unième de Septembre dernier, il n’y a eu dans la Ville d’Arles ni morts ni malades de la maladie Contagieuse, que dans le Lieu de Trinquetaille les Arles, depuis le seize Septembre dernier il n’y a eu d’autre malade que le nommé François Roche, qui fut d’abord porté aux Infirmeries, et que dans toute l’étendüe de son vaste Terroir, il n’y eu aucun malade depuis le 14 Septembre aussi dernier.

22Que la Ville et la Campagne ont été plusieurs fois désinfectées par les parfums, et par le feu, avec toute l’attention et toute l’exactitude possible.

23Qu’à l’égard des Marchandises susceptibles qui étoient dans les Maisons, Vestibules, Magasins et Boutiques, elles ont été transportées au Faux Bourg de la Cavalerie, dans un endroit bien aéré, où l’on les a laissées un très long tems en purge, et tout cela en exécution d’une Ordonnance rendue à ce sujet par le Bureau de Santé, le vingt-quatrième d’Octobre dernier.

24Que nous avons commencé le neuvième de Novembre dernier, après cinquante jours de santé une quarantaine qui finit aujourd’huy, laquelle sera suivie de l’ouverture des Eglises et du Te Deum, que l’on chantera dans l’Eglise Métropolitaine samedi prochain vingtième après les Vêpres, en action de grâces au son de toutes les cloches et du bruit de l’Artillerie ; ce qui doit faire cesser tout doute sur nôtre heureuse situation, dans laquelle (Dieu aydant) Nous tâcherons de nous maintenir en continuant toutes les précautions nécessaires, tant par eau que par terre.

25En foy et témoignage de tout ce que dessus le présent Acte a été dressé et signé au lieu an et jour susdits ; aux Extraits et exemplaires duquel, signé par le Sieur Sabatier Archivaire et Secrétaire de la Communauté, pleine et entière foy pourra être adjoutée comme à l’Original par nous signé.

26Jossaud

27Suivent 99 signatures dont celles des consuls et de tous les commissaires des quartiers.

28(Ce document a été copié par Laurent Bonnemant)

Notes

1 J.-N. Biraben, op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540