Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Conclusion

Texte intégral

1Il est difficile de nier que la peste de 1721 ait eu un impact réel sur la ville d’Arles. Impact humain, il va sans dire, avec la grande mortalité, son cortège de souffrances, et le vide que les survivants ont dû éprouver à la sortie de cette tragédie. La ville est véritablement frappée à sa tête, avec la mort de ses consuls. Ces hommes n’ont-ils pas cru que la peste était contagieuse ? En charge de la cité aux postes les plus élevés, se sont-ils sentis à l’abri (peu de villes avaient connu la mort de ses édiles) et peut-être sous la protection divine ? En tout cas, ils voyaient autour d’eux des familles entières s’éteindre et ont eu la possibilité d’envisager le rôle de la promiscuité dans la propagation de la maladie. Le « parfumage » de l’hôtel de ville laisse cependant penser que la lutte qu’ils tentaient d’opposer à la peste et à laquelle ils croyaient était bien dérisoire.

2Impact social, dans une moindre mesure puisque la hiérarchie en place et, à quelque chose près, les richesses ont gardé la même répartition. Cependant, l’émeute du début du mois de juin de 1721 a, elle aussi un caractère tout à fait exceptionnel. C’est certainement l’événement le plus spectaculaire, unique de cette ampleur pendant la peste de Provence. Tout autant que la mort des consuls, ces événements ont frappé les contemporains et ont sans doute eu un impact sérieux sur la propagation de l’épidémie. Autre conséquence grave de la peste, les paysans et les journaliers sont devenus suffisamment rares pour mettre en difficulté les moissons et créer un rapport de force qui transparaît dans les textes. Mais les hommes étant morts en moins grand nombre que les femmes, les enfants et les vieillards, l’équilibre social a peut être été moins perturbé que dans un cas contraire. Chefs de famille, détenteurs des différents métiers, les survivants ont eu la possibilité de recréer rapidement des cellules familiales et un outil de travail. Une partie des survivants, y compris ceux d’origine modeste ou même pauvre s’est partagée les biens des morts, avec une redistribution impensable avant l’épidémie, nous l’avons vu avec les conventions de partage établies après l’épidémie devant les notaires. Concentration de biens pour certains héritiers seuls survivants, partage d’un ou plusieurs biens entre plusieurs personnes, l’évolution des biens a été variable selon les cas. Mais la plus grosse part, de loin, reste en possession des classes aisées. Il est donc complexe d’analyser la réalité précise de l’impact économique. La situation d’Arles, avant la peste n’était pas florissante. Ensuite la ville, endettée à nouveau, a eu visiblement du mal à se relever. Mais la peste n’est pas seule en cause : intempéries, inondations et sauterelles ont une large place dans les difficultés arlésiennes. L’ensemble des phénomènes se mêle et s’amplifie par une série d’interactions.

  • 1 AMA, BB 48 fo 179.

3L’évolution d’Arles après l’épidémie n’est ni unique, ni originale. Il y a seulement la spécificité d’un vaste terroir, vite déstabilisé, nous l’avons vu, à bien des égards. Cette véritable particularité est susceptible de faire aussi bien la richesse de la ville que son désespoir. Le texte qui suit montre bien la charge d’un tel héritage. Peu de mots seraient à changer encore aujourd’hui, pour résumer une situation tout à fait originale, lourde à gérer. L’exemple, qui pourrait être pris sur beaucoup d’autres sujets, porte sur l’entretien des chemins communaux, pour lesquels, en 1739, 2 000 livres par an sont prévus. Cette somme n’est pas à la hauteur des besoins1 :

… Ce fond peut être suffisant pour toutes les autres communautés qui n’ont pas comme celle d’Arles un si vaste terroir et par conséquent une si grande quantité de chemins, ny d’une si longue étendue… Il est aisé de comprendre que tant et de si longs chemins ne sauroient être réparés avec 2 000 livres…

  • 2 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, op. cit.
  • 3 L. Tramoni, Les autorités toulonnaises et la peste, 1720, 1721, Aix-en-Provence, 1995.
  • 4 AMA, CC 44 pièce 20. En juillet 1726, le conseil d’État a donné un arrêt pour que soit effectué un (...)

4L’impact de la peste est sans doute comparable à celui déjà décrit pour Aix2 et Toulon3, pour parler de villes semblables par leur population. Ces trois villes souffrent d’un marasme démographique et économique pendant plusieurs décennies après l’épidémie. À Aix, le monde des parlementaires est peu touché : il s’agit d’une élite particulièrement favorisée par son pouvoir et ses possessions. Mais l’ensemble des activités manque de souffle pendant longtemps. L’exception est Marseille avec le développement important de sa population, de son port et de son commerce dans les décennies qui vont suivre et au siècle suivant. Mais nous sommes là à une toute autre échelle. Arles récrimine d’ailleurs à propos de la prépondérance de sa grande rivale. Les Arlésiens n’ont pas encore obtenu en 1727 une modification de l’affouagement, comme ils le demandaient4.

5Le rôle de l’État, directement par le biais d’ordonnances du Régent Philippe d’Orléans, ou au niveau provincial par les mesures prises par l’intendant Lebret ou M. de Caylus, apparaît extrêmement présent au travers des correspondances. Face à ce pouvoir, les Arlésiens sont tout à la fois conscients de l’appui qu’ils reçoivent mais décidés à défendre ce qu’ils croient être leur intérêt au prix de compromissions parfois dangereuses. Mais le pouvoir qu’ils exercent au niveau local semble lui aussi empreint de bonne volonté et d’humanité.

6L’État centralisé a permis également de limiter l’épidémie aux régions du grand sud-est grâce à la fermeté des mesures d’enfermement et à l’établissement de lignes mais surtout aux moyens en hommes mis à les faire respecter, même si, nous l’avons vu, aucune frontière n’est impénétrable. Jamais, semble-t-il, ceux-ci n’avaient été aussi importants.

  • 5 P. Masson, op. cit., t. 3, p. 213.

7Paul Masson indique que « cette peste est exemplaire par les moyens mis en œuvre pour la juguler. De nombreux cordons sanitaires, formés de soldats chargés d’isoler les zones contaminées, sont mis en place ; s’ils ne parviennent pas à empêcher totalement l’extension de l’épidémie, ils sont certainement responsables pour une bonne part de sa disparition rapide et de son relatif confinement »5.

  • 6 P. Bourdelais, op. cit., p. 45.

8Patrice Bourdelais insiste également sur le rôle primordial de l’État et parle de « la dernière flambée de 1720 qui, violente et quasiment vécue comme un anachronisme tant elle paraît renvoyer à un passé révolu, se limite néanmoins à Marseille et à la Provence. Dans ce recul, peut-être le remplacement d’une variété de rats par une autre a-t-il joué un rôle, mais ce qui est incontestablement nouveau, c’est l’efficacité des interventions de l’Etat royal et des mesures coercitives qui parviennent à bloquer l’extension géographique de la peste »6.

  • 7 Ibid., p. 48.
  • 8 P. Bourdelais, op. cit. p. 52.

9Déjà, lors de l’épidémie de 1667-1670,« non seulement Colbert remet en vigueur les mesures préventives habituelles en pareil cas, mais il s’assure de leur application effective. Le changement principal par rapport au passé est bien là7. » Mais dans ce domaine, la particularité de la peste de 1720-1721 est la grande dimension du territoire protégé et le fait que les frontières temporaires s’élargissent au fur et à mesure de l’extension de l’épidémie : « Ce changement d’échelle est certainement ici le facteur principal du succès… Cette protection déterminée contre la peste a un coût élevé que seul un Etat peut supporter »8.

10Après la peste, la longue succession de courriers avec les contrôleurs et receveurs généraux, et l’intendant au sujet des arrérages d’impôts à laquelle s’ajoutent les plaintes récurrentes sur les intempéries et malheurs divers nous font percevoir en détail les difficultés quotidiennes de gestion d’une ville qui ne se remet pas pendant longtemps d’un début de siècle calamiteux. La réussite de quelques-uns, les années meilleures vers 1730-1740, n’arrivent pas à inverser cette tendance au déclin.

  • 9 L. Peyron, Le choléra dans Arles du XIXesiècle, op. cit., p. 34.
  • 10 P. Bourdelais, op. cit., p. 27.

11Tous ces signes montrent qu’Arles, mais c’est vrai également pour la plupart des villes de Provence, sort évidemment traumatisée de cet épisode tragique. Si la peste ne sévit plus dans la région et plus largement en Europe au delà de cette date, on n’en avait pas pour autant fini avec les épidémies meurtrières puisque le choléra se manifesta plusieurs fois tout au long du XIXe siècle et Arles, en particulier, fut atteinte en 1832, 1835, 1849, 1852, 1854, 1865, 1866, 1869, 1884. La mortalité la plus forte eut lieu en 1854 où l’on compta 1 038 morts9. La variole, endémique en particulier dans la deuxième moitié du XIXe siècle, fut, elle aussi la cause de nombreux décès. Mais aucune de ces épidémies n’eut, heureusement, l’ampleur de la dernière peste. Comme le dit Patrice Bourdelais10, la peste provençale de 1720-1721 marque la fin d’une époque qui « fait place au XVIIIe siècle à une longue phase de transition, caractérisée par une atténuation de l’acuité des épidémies et, finalement, par l’émergence d’un régime “moderne” de mortalité ».

Notes

1 AMA, BB 48 fo 179.

2 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, op. cit.

3 L. Tramoni, Les autorités toulonnaises et la peste, 1720, 1721, Aix-en-Provence, 1995.

4 AMA, CC 44 pièce 20. En juillet 1726, le conseil d’État a donné un arrêt pour que soit effectué un nouvel affouagement des terres adjacentes. Une ordonnance de l’intendant datée du 22 novembre 1726 le signifie aux communautés provençales, Marseille et Arles non compris. Le problème n’est réglé qu’en 1734, avec une côte-part diminuée pour Arles et augmentée pour Marseille.

5 P. Masson, op. cit., t. 3, p. 213.

6 P. Bourdelais, op. cit., p. 45.

7 Ibid., p. 48.

8 P. Bourdelais, op. cit. p. 52.

9 L. Peyron, Le choléra dans Arles du XIXe siècle, op. cit., p. 34.

10 P. Bourdelais, op. cit., p. 27.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540