Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Mémoire de la peste arlésienne : manifestation du souvenir et tentative de création d’une image

Texte intégral

1Il est bien naturel que l’épisode traumatisant de la peste arlésienne, comme ce fut le cas pour Marseille, provoque plusieurs types de manifestations de la mémoire, pour certaines « à chaud », pour d’autres, longtemps après.

2Les Fonds patrimoniaux de la médiathèque d’Arles contiennent les différents types de récits qui abordent cet événement. Paradoxalement, les livres de raison de bourgeois ou de nobles arlésiens où sont mentionnés les principaux événements familiaux (naissances, mariages, décès…) mais surtout tous les comptes, détails des biens mobiliers et immobiliers, produits des récoltes, ne parlent qu’exceptionnellement de la peste. Il est vrai qu’il ne s’agit pas de « journaux » personnels destinés à recevoir des impressions et des sentiments mais bien de livres de gestion économique et familiale. François d’Eymini, dans le livre de raison commencé par son père en 1701, ne parle de la peste que pour situer la mort de sa mère et indiquer qu’elle mourut d’une autre maladie, en Camargue. Les récits sont des documents à part entière, faits pour relater les événements, en garder la mémoire et la transmettre. Ils complètent la vision donnée par les différents documents d’archives et y ajoutent une touche humaine et personnelle, avec sa part d’interprétation et d’erreurs possibles. La différence de statut de leurs auteurs, et la divergence, parfois, de leurs points de vue enrichissent la perception que l’on peut avoir de l’épisode étudié.

La création d’une image ?

3Nous possédons sept récits de contemporains de l’épidémie qui ont été rédigés soit immédiatement, soit quelques années ou décennies après.

  • 1 FPMA, M 2414.
  • 2 La terre de Méjanes fut érigée en marquisat par le roi en 1722 en remerciement des services rendus (...)
  • 3 FPMA, M 783.

4Il y a tout d’abord le récit de François Peilhe, antiquaire et commissaire de la paroisse Saint-Lucien, l’« Histoire déplorable du fléau de la peste dans la ville d’Arles, l’an 1721 »1. Il a pour intérêt d’être une chronologie complète, sans mots superflus, des événements de 1721, vus par un des acteurs de terrain, commissaire de la paroisse Saint-Lucien. Il évoque les causes de l’épidémie, son développement, l’émeute de juin 1721, la quarantaine générale, la fin de la peste. Il donne beaucoup de détails précis et ne cache pas les difficultés ni les moments d’affolement. Les faits relatés correspondent à ce qui a été transcrit dans les comptes-rendus du bureau de santé. Par contre, il est clairement rédigé à la gloire des autorités locales, régionales, laïques ou religieuses et surtout en hommage à l’action de Guillaume de Piquet, marquis de Méjanes2, devenu premier consul en juillet 1721, à qui il est dédié. Un long poème en l’honneur du consul débute d’ailleurs le récit, sans ambiguïté. Il fut imprimé en 1724 par l’imprimeur Mesnier qui était installé à Arles à côté de l’hôtel de ville. Ce texte dut être largement lu et commenté par les contemporains. La relation du commandant de Romieu3, officier des galères du roi, loue également les autorité : les préparatifs, avant la peste, ont été « sages et judicieux ». Il rend hommage aux consuls et aux commissaires de quartier, à l’archevêque, aux curés en insistant sur le nombre important de notables décédés. À propos du commandant de la ville, il manifeste de l’admiration : « Rien ne rebutta Monsieur de Jossaud et sa fermeté augmenta à mesure que les malheurs se multipliaient ». Par contre, il montre une situation non maîtrisée en juillet, avec des cadavres qui restaient plusieurs jours dans les maisons.

  • 4 FPMA, M 231.

5Un autre récit, plus rare, est celui d’une femme, Suzanne Desloges, bourgeoise arlésienne dont Laurent Bonnemant, qui a transcrit son texte4, dit qu’elle était « l’épouse de noble Etienne Montanier, Seigneur de Poussan, morte subitement à Arles où elle faisoit sa résidence ordinaire, le 27 avril 1748 à l’âge d’environ 55 ans. C’étoit une femme de beaucoup d’esprit et d’une bonne société ».

6Elle avait donc 28 ans au moment de la peste. Le nom de son époux n’apparaît pas parmi les autorités qui gérèrent l’épidémie. Son intention est de faire une œuvre de mémoire sincère. Elle indique à la fin du récit :

J’ay tâché de rassembler dans cette relation les faits les plus certains. On peut en faire de plus ornée mais je doute qu’on en puisse trouver une où la vérité soit plus exactement suivie.

7En tant que femme, hors du cercle politique, elle donne des indications intéressantes, en particulier sur les rapports de force (avec des précisions que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans aucune archive – mais peut-être certaines pièces, lettres etc. ont-elles été détruites) et sur le manque de précautions au début de l’épidémie. Elle parle d’une mésentente forte parmi les notables arlésiens au moment où les élections municipales du printemps 1721 sont annulées : ceux qui « avaient fait campagne » s’opposent violemment aux consuls restés en place. D’après Madame Desloges, ils auraient formé un clan qui se serait opposé à toutes les mesures prises contre la peste, répandant le bruit qu’il n’y avait aucun risque d’épidémie, ce qui aurait retardé l’efficacité de l’action des consuls. Elle traite les bureaux de santé de « rendez-vous de dispute » ! Autant dire que les comptes-rendus de ces bureaux ne transcrivent pas les débats qui ont pu y avoir lieu et le ton est celui d’un parfait consensus. Cependant, nous l’avons vu, un autre Arlésien, M. de Nicolay, a signalé ces dissensions mais de façon plus modérée. Il n’est pas possible de vérifier les dires de Suzanne Desloges qui est la seule, du moins au regard des documents arrivés jusqu’à nous, à adopter un ton aussi libre. Mais l’intérêt de ce document est d’apporter un tout autre son de cloche sur l’état d’esprit des autorités arlésiennes, au moins au début de l’épidémie. Son texte fut publié dans le Mercure de France en février 1722.

  • 5 FPMA, M 231.

8La « Relation de la peste » par le père Joseph Carbonnel5, intendant de l’infirmerie des Minimes pendant l’épidémie est plus précise et spécifique puisqu’elle raconte ce qui s’est passé dans l’infirmerie même. Mais les détails qu’il apporte sur les soins aux pestiférés sont particulièrement intéressants, d’autant plus qu’il fut lui-même atteint et guéri. Ainsi, il explique comment on opérait les bubons en faisant une incision en croix pour en arracher la « glande », opération très douloureuse qui causait parfois la mort du patient. Il parle également des habits de toile cirée, dont des guêtres, des gants et une « espèce de capote » que portait le personnel de l’infirmerie. Certes il veut montrer que ce lieu de soins est le mieux tenu de la ville, que la nourriture y est abondante, les locaux propres et les malades bien soignés. Mais comme les deux témoins précédents, il avoue l’affolement au paroxysme de la crise, avec les morts qui croupissaient et qu’il fallut finalement mettre en tas devant le couvent pour que les corbeaux les emportent enfin.

  • 6 FPMA, M 232 et 2414.
  • 7 FPMA, M 558.

9Il s’agit ensuite des écrits (postérieurs) de Joachim Guillaume de Nicolaï6 qui donne une version très détaillée des événements, en particulier de la vie à l’intérieur de la ville. Comme Louis de Bouchet de Faucon, qui a vécu la peste depuis son mas, à l’extérieur d’Arles, il critique l’attitude des autorités en particulier de M. de Caylus. Les mémoires de Louis de Bouchet de Faucon7, elles, couvrent une période qui va de 1707 à 1752. Celles-ci évoquent la guerre en Provence en 1707, la mortalité des blés en 1709, les sauterelles (à partir de 1718), les billets de banque, la vente des domaines d’Arles, l’épidémie de 1721, la seconde guerre en Provence en 1747, la seconde disette et la sédition de 1752. En tout 71 folios dont 38 sur la peste, consacrés en partie à la gestion agricole en ce temps d’épidémie. Il explique bien le contexte politique et le rôle important du commandant et de la quarantaine dans la lutte contre le fléau. L’ensemble de ces textes a été transcrit par Émile Fassin et imprimé.

  • 8 FPMA, M 2414.

10Enfin, il existe le récit fait par le chanoine Perrinet8 à Monseigneur de Mailly. Bien qu’il ait été conservé, il ne s’agit pas là d’un texte destiné à la postérité mais plutôt d’un témoignage. Il le rédige au plus fort de la peste et parle longuement du clergé d’Arles dans la tourmente. Il regrette, au moment où il écrit que la quarantaine ne soit pas appliquée :

Si cependant on n’a pas recours à un remède qui seul a le plus efficacement fait cesser le mal dans toutes les autres villes de la Province, on ne viendra jamais à bout de le faire cesser dans celle-cy et il n’y finira qu’il n’y restera plus personne qu’il puisse attaquer.

11Un manuscrit important, « Mémoire relatif à la peste », rédigé par D. de Jossaud, commandant d’Arles pendant l’épidémie indiqué comme étant conservé au Museon Arlaten n’a pas été retrouvé. Il aurait été intéressant de voir la manière dont le commandant de la ville présentait son action.

12Beaucoup plus tard, au XIXe siècle, le docteur Victorin Laval de Nîmes publia en 1878 : « Lettres et documents pour servir à l’histoire de la peste d’Arles-en-Provence de 1720-1721 », en se serva essentiellement de textes d’archives. Mais sans base solide, il annonce 10 210 morts, chiffre vraisemblablement très exagéré, mais qui sera largement retenu.

13En définitive, dans presque tous ces récits, l’image la plus couramment transmise est celle de notables, civils ou religieux, entièrement dévoués à la population et morts en service. Au travers les lignes, on sent clairement l’intention des narrateurs de faire passer et de pérenniser ce message. Et cette immortalisation du sacrifice des consuls ne sera pas inscrite seulement sur le papier.

Un monument de mémoire

14En 1722, le bureau de santé décide de matérialiser cet hommage unanime en construisant un monument spécifique à l’endroit où les consuls et nombre de notables furent enterrés. Le prix-fait du mausolée et des murailles « qu’il convient de faire aux cimetières de Saint-Roch et de Saint-Bourdon » est mis aux enchères et attribué à Joseph Guibert, architecte. Grâce à cette initiative, il reste à Arles ce témoin exceptionnel pour la Provence du traumatisme violent, de sa perception par les contemporains et d’un besoin de garder une preuve concrète du cataclysme. Ce vestige visible de l’épidémie, montre que dès la fin de la « contagion », une œuvre de mémoire a été faite, en érigeant un mausolée, ancêtre de nos monuments aux morts et unique cas où il ait été érigé immédiatement après la peste. Situé aux Alyscamps, dans le cimetière réservé « aux personnes de distinction », c’est un monument de pierre pyramidal, déplacé depuis, mais toujours visible dans le site.

Ill. 8 - Le monument des consuls, 2008, © Photo Henri-Luc Casès

  • 9 R. Bertrand et M. Baudat, « Aux origines du monument aux morts : le “mausolée des consuls d’Arles” (...)

15Régis Bertrand et Michel Baudat9 ont décrit cette construction symbolique unique, mais s’intégrant dans les types d’« architecture funéraire des temps modernes, et s’apparentant au tombeau pyramidant, introduit par Raphaël et le Bernin à Rome ». Il en existe « de multiples versions dans les grands monuments sépulcraux édifiés au cours du XVIIIe siècle dans les églises ».

  • 10 Cette colonne a été réalisée en 1801-1802 par Chardigny sous la direction du préfet Delacroix et a (...)
  • 11 R. Bertrand et M. Baudat, « Aux origines du monument aux morts… », op. cit., p. 543, 546.

16Le mausolée de la peste, qui est le seul à présenter une double fonction funéraire et commémorative, célèbre – comme la colonne de la peste à Marseille10 – « l’attitude nouvelle des détenteurs des pouvoirs publics et religieux, qui au lieu de fuir et de se mettre à l’abri dans leurs maisons de campagne ou leurs couvents comme il était d’usage lors des pestes des siècles précédents, ont affronté le fléau au péril de leur vie »11.

  • 12 Tous les prêtres cités sur cette plaque commémorative, sauf un, sont ceux qui figurent dans le reg (...)

17Après l’émeute de juin 1721, cet hommage aux consuls morts est aussi une manière de pérenniser et de remettre à sa juste place le prestige des autorités locales, assez malmené. Les inscriptions transcrites et traduites par R. Bertrand et M. Baudat, sont en effet des louanges non seulement aux consuls morts, mais aussi aux nouveaux consuls nommés par le roi. Elles rendent gloire également aux prêtres des paroisses morts en service12, alors que la plaque commémorative (aujourd’hui disparue) du couvent des Minimes concernait le dévouement des religieux des congrégation.

  • 13 R. Bruni, op. cit., p. 117.

18Dès le début de la peste, les consuls arlésiens avaient souhaité matérialiser l’événement. Il s’agissait alors non pas d’une sacralisation mais plutôt d’une commémoration négative. En effet, la première représentation symbolique de la peste arlésienne est une mise en garde, un signal qui doit servir d’exemple : le 5 mai 1721, en pleine épidémie, le bureau de santé décide, à la demande du marquis de Caylus, de faire raser la maison de Claude Robert, dit Poncet Méron, située en Crau, d’où est partie l’épidémie. Les consuls vont plus loin, alors que leur gouverneur. Ils décident de construire « avec les pierres d’icelle (de la maison), une espèce de monument en forme de piramide avec des inscriptions pour donner un plus grand exemple et servir de mémoire à la postérité ». Ce monument a-t-il été construit comme prévu sur le chemin de Crau ? il n’en reste apparemment aucune trace, ni sur le terrain ni dans d’autres écrits ultérieurs. Peut-être que la terrible flambée de l’épidémie dans les semaines qui suivirent empêcha la réalisation de ce projet. Mais la forme prévue annonce le futur monument édifié plus tard pour les consuls morts de la peste. Si le mausolée des consuls reste unique dans les annales de la peste provençale, de nombreux édifices votifs furent construits ici et là. À Arles, la chapelle dédiée à saint François-Régis dans l’église des Jésuites est particulièrement intéressante, et significative du développement du culte de ce saint. À Apt, on pose la première pierre de la chapelle Notre Dame de la Garde le 12 décembre 1721 sur la colline Saint-Michel. La façade de la chapelle reçoit une inscription commémorative écrite en latin13.

Notes

1 FPMA, M 2414.

2 La terre de Méjanes fut érigée en marquisat par le roi en 1722 en remerciement des services rendus pendant la peste.

3 FPMA, M 783.

4 FPMA, M 231.

5 FPMA, M 231.

6 FPMA, M 232 et 2414.

7 FPMA, M 558.

8 FPMA, M 2414.

9 R. Bertrand et M. Baudat, « Aux origines du monument aux morts : le “mausolée des consuls d’Arles” 1722 », Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 546.

10 Cette colonne a été réalisée en 1801-1802 par Chardigny sous la direction du préfet Delacroix et a ensuite été transportée hors de son site originel.

11 R. Bertrand et M. Baudat, « Aux origines du monument aux morts… », op. cit., p. 543, 546.

12 Tous les prêtres cités sur cette plaque commémorative, sauf un, sont ceux qui figurent dans le registre des décès de 1721 de la paroisse de la Major. Il s’agit d’Elzear Maurin, Daniel Leblanc, Mathieu Richaud, Antoine Roman, Joseph Charbonnier. Pour le dernier inscrit, Louis Michel, nous ne savons pas dans quelle paroisse il servait.

13 R. Bruni, op. cit., p. 117.

Table des illustrations

Légende Ill. 8 - Le monument des consuls, 2008, © Photo Henri-Luc Casès
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540