Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

La peste : un choc financier et économique

Texte intégral

  • 1 É. Carpentier, Une ville devant la peste. Orvieto et la peste noire de 1348, Bruxelles, De Boeck U (...)

1Les conséquences économiques de la peste sont proportionnelles au nombre des décès. Élisabeth Carpentier écrit : « … Le problème économique des conséquences de la peste est intimement lié au problème démographique […] Les effets d’une baisse de population, d’abord forte et brutale, puis persistante, ne peuvent manquer de se faire sentir sur la vie économique. Partout, on constate tout de suite, la hausse des salaires et des prix, le manque de main d’œuvre, la tendance à l’abandon des tenures, une désorganisation passagère du commerce1 ». Ces mots, qui concernent les pestes médiévales, restent d’actualité, nous allons le voir, au XVIIIe siècle.

La vie économique pendant l’épidémie

  • 2 AMA, GG 27 f° 38.

2Pendant l’épidémie, toutes les activités économiques sont bien sûr extrêmement perturbées. Les plus grands dommages touchent les activités agricoles qui font vivre la majorité de la population. De manière générale, tout ce qui nécessite des déplacements est en principe interdit. Arles qui ne vit pratiquement que par son terroir est fortement handicapée. Cela modifie l’économie domestique, dans tous ses détails et même pour les petites activités qui apportent des revenus supplémentaires aux familles. Ainsi, en temps normal, une partie de la population a pour habitude de nourrir en ville des vers à soie, le plus souvent dans les greniers des maisons, afin de se procurer un revenu supplémentaire. Il faut pour cela aller chercher régulièrement à l’extérieur des remparts une grande quantité de feuilles de mûrier. En mars 1721, pour éviter une communication dangereuse, le bureau de santé décide d’interdire cette pratique2, condamnant ainsi une activité qui aide à vivre de nombreuses familles. Par contre, les habitants sont autorisés à « faire leur toison en ville » à condition que leurs bêtes à laine aient été contrôlées par des inspecteurs.

  • 3 AMA, GG 27 fos 218, 212, 207.

3Mais la vente de la laine aux drapiers du Languedoc qui était le débouché habituel des éleveurs arlésiens n’est pas possible, le passage du petit Rhône étant interdit. Dès le 4 août 1720, le gouverneur de cette province fait contrôler l’accès aux différentes villes languedociennes. Des routes sont surveillées ou barrées autour de Toulouse, les grands chemins menant à Nîmes sont également fermés et gardés par la troupe. Des soldats encerclent Beaucaire, formant un cordon sanitaire. Petit à petit, billets de santé et quarantaine s’étendent à tout le royaume. Les stocks arlésiens sont gardés dans des greniers. Il est demandé aux consuls de venir mettre les scellés et de donner aux particuliers une attestation « que les laines ont été coupées par des personnes non suspectes ». Cette requête est accordée (mai 1721). Mais malgré les consignes de précaution, des petits corps de métier sont accueillis à grand risque dans la campagne. Fin avril, le mas Thibert et le mas de Chantercier sont consignés car ils ont reçu un colporteur : Pierre Jouve, atteint de la peste a aiguisé des couteaux et des outils pour les tondeurs « mesme qu’il avait mangé et bu avec lesdits tondeurs et avec les rentiers et valets desdits mas »3.

  • 4 Ouvrier agricole qui creuse les fossés d’irrigation et les entretient.
  • 5 AD BdR, 404 E 1048 f° 49.

4Des cercleuses sont autorisées à se louer dans les mas pour cercler le blé, mais elles y resteront ensuite consignées. Ainsi la vie agricole se mène tant bien que mal à coup d’autorisations et d’interdictions. Des affaires se font cependant au cœur de l’épidémie : le 28 mai 1721, Antoine Chabas, travailleur, achète une vigne à son gendre François Chaneau, terraillon4. Ce même jour, Joachim de Nicolay achète à Catherine Payan, veuve d’Henri Desfontaine, professeur « aux lettres » d’Arles une vigne avec des oliviers5. Mais ce sont les seuls cas de ventes de terres retrouvés pour cette période. Il y a aussi des difficultés qui ne doivent rien à la peste. Depuis avril, le fléau des sauterelles est bien présent : l’archevêque a ordonné à ses curés

de faire l’exorcisme des sauterelles par tout le terroir et en second lieu de les faire chasser par les valets de campagne et autres personnes que les ménagers substitueront à leur place, sçavoir le matin lorsque la gelée les fait ramasser en les brûlant ou écrasant, et le reste de la journée en les prenant avec des linceuls lesquels seront fournis par les propriétaires et rentiers des mas lorsqu’ils seront arrentés à mégerie et par les seuls rentiers lorsqu’ils seront affermés à rente.

  • 6 AMA, BB 106, fos 246, 298.
  • 7 AMA, GG 27 fos 234, 213, 214.
  • 8 AN, G 7 1735 pièce 10.

5La ville dépense 50 000 livres pour lutter contre cette invasion en envoyant des journaliers dans les champs ramasser et brûler les insectes, à un moment où cette somme aurait été nécessaire pour la prévention de la peste. En juin, de nombreux propriétaires sentant leur récolte menacée, préfèrent couper leur blé encore vert pour en sauver au moins une partie6. Le mauvais sort continue de s’abattre sur la campagne : au mois de mai, la sécheresse a sévi, il n’y a pas assez d’herbages pour les troupeaux7. Pendant plusieurs mois, jusqu’à l’hiver 1721, la région d’Arles a dû aider à l’alimentation de Marseille en envoyant du blé et des moutons. Mais les ressources s’épuisent. Au début de 1721, Lebret écrit à Paris8 :

Voilà la viande qui manque à Marseille. J’ay fait achepter tout ce qu’il y avoit dans la Crau et au delà du canal de Craponne et il n’y a presque rien dans ce pais là…

6Nous l’avons vu plus haut, la moisson de l’été de la peste se fait dans des conditions difficiles : sauterelles, manque de bras pour la récolte, ou main d’œuvre chère. Au même moment, les journaliers exigent des salaires plus élevés car les saisonniers extérieurs qui sont embauchés à chaque moisson ne pourront pas venir cette année. Le bureau de santé décide alors de taxer le travail des paysans et d’empêcher les salariés agricoles de se louer au plus offrant :

Les valets qui ont été loués depuis la Noël de l’année dernière et qui ont quitté leurs maîtres reviendront les servir aux gages convenus et seront payés temps pour temps à proposition des d. gages selon l’ancien tarif de la ménagerie et leurs nouveaux maîtres seront obligés de les renvoyer sur la première déclaration des anciens maîtres sous peine de deux cents livres d’amande contre le maître qui refusera de rendre led. valet demandé, et en cas d’insolvabilité d’être mis en prison pour y rester pour le moins pendant trois semaines. Et contre le valet qui ne reviendra pas à son ancien maître ou qui y étant revenu ne fera pas son devoir sera mis au carcan au milieu de la place publique durant trois dimanches consécutifs…

  • 9 Il est possible qu’il s’agisse de jeunes filles qui suivent les glaneuses avec des paniers.
  • 10 Ceux qui reçoivent un gage, qui sont « loués », journaliers (F. Mistral, Le trésor du Felibrige, r (...)
  • 11 AMA, GG 27 f° 216.
  • 12 R. Baehrel, op. cit., p. 580, tableau 25.
  • 13 FPMA, M 494 f° 171.

7Les salaires de chaque catégorie de domestiques sont alors soigneusement déterminés. Ils sont basés sur les prix pratiqués avant la peste mais les consuls doivent fixer le prix du travail des paysans « en égard au temps présent ». Les rémunérations sont calculées à l’année pour les emplois permanents et au mois, et non pas à la journée, pour « les journaliers ». Peut-être est-ce le temps nécessaire à l’ensemble des travaux de la moisson. Pour les autres tâches agricoles plus ponctuelles, en cours d’année, on peut penser que l’embauche se fait à la journée. Ainsi les « bailles de sac », les charretiers, les fourniers et les jardiniers de la première classe recevront 90 livres (par an), ceux de la seconde classe 84 livres. Pour les journaliers, un garde-blé de la première classe recevra 24 livres par mois, celui de la seconde classe, 21 livres. Les moissonneurs qui iront travailler sur des terres éloignées de plus de trois lieues de la ville : 21 sols par jour. Pour moins de trois lieues, 20 sols. Les femmes qui lieront les gerbes seront payées au 2/3 des moissonneurs. Les servantes des glaneuses9 six sols par jour. Les laboureurs avec des bœufs du pays et les lougadiers10 8 sols par jour. Les laboureurs avec des mules : six sols par jour. Les semeurs : quinze livres par mois. Les patrons nourrissent les journaliers. Les travailleurs « à la toison » recevront trois livres pour cent bêtes « et le reste selon l’usage » ; terraillons et faucheurs pendant les mois de mai, juin, juillet et août 1925 sols par jour. En septembre, octobre, mars, et avril, 18 sols. Le reste de l’année 15 sols ; les vignerons 12 sols en novembre, décembre et janvier ; 15 sols en février et mars ; 18 sols en avril et mai. Pour les vendangeurs : les porte-banassons : 15 sols par jour ; les coupeurs et les coupeuses six sols11. Les prix de la laine et du blé sont d’après les données fournies par René Baehrel12 assez stables, avec seulement une légère hausse en 1723 : par bête, la laine vaut 8,50 livres en 1719 et 5,50 livres en 1720. En 1722, le prix est de 7 livres, en 1723 de 9,75 livres, en 1724 de 7 livres. Pour le blé, le sétier vaut 9,50 livres en 1719, 6,50 livres en 1720, 7,50 livres en 1722, 9,75 livres en 1723, 9,25 livres en 1724. Les prix de 1721 ne sont pas connus. Les salaires fixés par les consuls sont-ils vraiment respectés et n’y-a-t-il pas eu surenchère face à la réelle pénurie de main-d’œuvre ? Pierre Véran qui a eu accès à des archives privées, dont celles de sa propre famille, signale une augmentation très forte des rémunérations. Dans ses Statistiques arlésiennes13, il indique qu’un valet (de ferme) se loue 69 livres par an en 1719, jusqu’à 180 livres en 1722, 144 livres en 1723 et encore jusqu’à 126 livres en 1724.

Prix de location d’un valet de ferme entre 1719 et 1724, prix en livres

  • 14 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 158.

8Outre l’extrême réglementation mise en place pour que l’agriculture arlésienne puisse continuer à fonctionner avec les moyens limités du moment, les tarifs de la main d’oeuvre nous donnent d’intéressantes informations sur les hiérarchies dans le monde agricole et sur les salaires. Jean-Noël Biraben a rencontré peu de cas d’interventions sur les prix de la part des autorités lors des différentes épidémies de peste sauf sur des produits spécifiques (médicaments) et les interventions médicales ou sanitaires14. Il est intéressant de noter que pour Arles, toujours préoccupée par la gestion de son terroir, c’est dans ce domaine que la taxation est la plus importante. Nous venons de le voir, les relations entre maître et valets sont bouleversés par la position de force de ces derniers, la pénurie de main-d’œuvre étant très grave et exceptionnelle : ils sont en mesure d’imposer des prix hors norme et les ont peut-être en partie obtenus (outre les transactions déjà conclues). En effet, un an plus tard, en juin 1722, les ménagers arlésiens se plaignent de nouveau de ce que « les moissonneurs demandent considérablement de leurs journées qu’ils se sont fait payer sur le pied de 50 sols… » et ils ajoutent qu’en effet à cette occasion « la taxe qui fut faite l’année dernière durant la toison ne fut pas exécutée ».

  • 15 AMA, GG 27 fos 417, 245.

9Fin mai 1721, quand le marquis de Caylus envoie des troupes pour bloquer la ville, interrompant les allées et venues qui, en fait, n’avaient pas vraiment cessé dans le terroir, les consuls s’inquiètent immédiatement des conséquences économiques15 :

Le commerce de la ville avec la campagne se trouve interrompu… l’un et l’autre souffrent un préjudice considérable parce qu’ils ont besoin de se secourir mutuellement. Les foins ne pourront pas être ramassés, les sauterelles dévorant actuellement la récolte ne peuvent pas être chassées, et les bleds qui approchent de leur maturité seront infailliblement perdus, faute de moissonneurs…

  • 16 FPMA, M 558 fos 28-29.

10Il est donc demandé au marquis de laisser entrer les journaliers et, sous la pression, les lignes sont alors reculées. Une permission exceptionnelle est accordée en juillet après l’émeute. Il y a là deux exigences contradictoires : les obligations agricoles, nécessaires à la survie d’une part et les limitations de circulation pour arrêter l’extension de l’épidémie d’autre part. Ce fut certainement le grand dilemme arlésien. Bouchet de Faucon explique comment se faisait l’arrivée clandestine des journaliers venus pour les moissons, montrant ainsi qu’aucune frontière n’est imperméable, d’autant que ceux qui devaient faire respecter la quarantaine étaient aussi ceux qui contrevenaient. Les propriétaires camarguais sont ici clairement accusés (Bouchet de Faucon a ses meilleures terres au Plan du Bourg). En tout cas, des querelles de terroir apparaîssent dans les lignes qui suivent, outre l’ndication d’une certaine continuation des activités agricoles16 :

Nous étions au temps de la récolte ; les messieurs de Camargue firent venir d’Arles des moissonneurs, malgré la peste qui y estoit dans son fort ; ils les firent venir par bateau pour éviter les lignes qui avoient esté posées du costé de la Camargue. Ils auroient peut estre pu se passer de ces moissonneurs, les sauterelles ayant ravagé plus de la moitié de leurs terres. Enfin ces moissonneurs ne communiquèrent que le moins qu’il fut possible avec les gens de la campagne. On les faisoit camper séparément, et avec raison, car plusieurs furent attaqués de la peste. Cela pourtant ne fit pas un grand progrès, mais il y eust assez pour que tout commerce fût interrompu, et, sous peine d’estre amené pour corbeau à Arles, il fut défendu de passer de la Camargue au Plan du Bourg…

11L’autre problème est celui des troupeaux que leurs propriétaires souhaitent pouvoir amener sur leurs lieux de pacage :

Les messieurs de Camargue se plaignirent fortement de ce qu’on les privoit de jouir des esplèches de Crau en les empeschant de passer. Ils firent plusieurs représentations, disant qu’ils n’avoient point de peste dans leur terroir et qu’à tout événement il falloit distinguer les mas où il y avoit eu du mal et ceux où il n’y en avoit point eu.

12D’après Bouchet de Faucon, seuls les exploitants du Plan du Bourg, où se trouvait sa principale propriété, eurent une conduite raisonnable :

La moisson se fit au Plan du Bourg sans presque aucun secours étranger, excepté quelques soldats des lignes, et quelques moissonneurs d’Istres. Elle fut, à la vérité, un peu plus lente, interrompue mesme par des pluies, et enfin il y eust quelque bled de secoué. Ce malheur estoit petit dans un cas où il y en avoit plusieurs autres à craindre.

13Mais globalement, les tolérances et les actes d’indiscipline certainement fréquents ont limité l’efficacité des mesures promulguées. Le même cas se produisit bien sûr ailleurs en Provence. La grande particularité arlésienne résidait dans le fait que là où plusieurs communes géraient un terroir, Arles devait s’occuper à elle seule d’un grand territoire. Billets de sortie et attestations diverses permettent d’assouplir le règlement en matière agricole. Dans le Comtat Venaissin, les vendanges de 1721 semblent donner lieu à de nombreux passe-droits comme le montre cette ordonnance locale :

  • 17 Édition collective, La muraille de la peste, Cavaillon, Alpes de Lumière, 1993, p. 50.

Que ceux des habitants qui voudraient aller travailler à la vendange hors du terroir ne pourraient aller qu’à Carpentras ou autres lieux plus proches, qu’à leur retour, ils apporteraient une attestation des personnes chez qui ils auraient travaillé et le nombre de jours qu’ils auroient travaillé chez chacun, au défaut de laquelle attestation ils ne seraient plus reçu dans le lieu17.

  • 18 J.-N. Biraben, op. cit., p. 249-250.

14À Avignon, les vendangeurs furent autorisés à entrer sur le territoire en octobre 1721 alors que la peste n’était pas complètement terminée18.

  • 19 Ibid., p. 249.
  • 20 AN, G 7 1732 pièce 47.

15Les déplacements causés par les récoltes n’ont pas été la seule cause de la propagation du fléau. Jean-Noël Biraben dit à propos des lignes que même si la sévérité était puisqu’on tirait à vue et qu’on mettait à mort ceux qui avaient franchi les lignes, les gardes étaient souvent négligents : ils laissaient s’enfuir les corbeaux et les prisonniers des galères et s’effectuer des opérations de contrebande19. Au mois d’août, à Arles se pose le problème du renouvellement des baux à ferme qui s’achèvent normalement en septembre à la Saint-Michel. Lebret le signale à M. Paris20 :

L’on me propose de ce pais-là de proroger les baux à ferme qui doivent finir le 1er septembre, ce qui me paroist bien difficile et sujet à de grands inconvénients à cause de la différence des prix des baux qui finissent et de ceux qui commencent. Cependant comme le déménagement ne convient pas dans ce temps cy, je croy que sans parler de baux, il faut renouveler les deffenses à tous ceux qui se trouvent domiciliés dans une métairie de sortir de l’étendue des biens qui en dépendent…

16On comprend bien en effet que les propriétaires souhaitent non seulement garder « leurs rentiers » par peur de ne pas en trouver d’autres, mais qu’ils craignent également que les exigences de ces derniers soient beaucoup plus fortes et limitent leurs gains. Comme pour les journaliers, rien n’empêche maintenant un fermier d’aller au plus offrant quand son bail s’achève.

  • 21 AMA, FF 49 f° 173.

17Dans le domaine de l’artisanat, une seule mention permet de penser que tout ne s’arrête pas pendant l’épidémie : le 6 mai 1721, a lieu la réception par la ville d’André Seda, qui vient d’être reçu maître tailleur. Il est originaire du Dauphiné et présente la pièce de son chef-d’œuvre devant quatorze maîtres tailleurs d’Arles21. Cette installation en pleine épidémie est la seule à être inscrite dans les compte-rendus du bureau de santé. Les mesures des consuls, d’ailleurs souvent contradictoires, cherchent à éviter un blocage complet des activités qui aurait pour première conséquence d’ajouter la famine à la maladie, ou en tout cas augmenterait le nombre de personnes qu’ils auraient à nourrir.

  • 22 R. Vignal, op. cit., p. 42.

18À Tarascon, « dans les campagnes déjà durement éprouvées par l’invasion des sauterelles, la situation est dramatique : tous les déplacements se font sous la surveillance d’une escorte armée et une bonne partie du territoire est encore en quarantaine avec des sentinelles aux chemins d’accès : contrôles du travail, des prix, des salaires ; un règlement du 12 juin 1721, qui interdit les dépassements sous peine d’une amende de 20 livres et d’emprisonnement, préfigure une sorte de terreur économique. La récolte est naturellement mauvaise, ce qui contribue, avec ces entraves devenues insupportables, à un mécontentement durable contre les classes dirigeantes et le pouvoir qu’elles détiennent. Longtemps après, dans un pamphlet de 1764, on rappellera « l’arrogante autorité du temps de la peste »22. Ce mécontentement, lié au sentiment de frustration des agriculteurs, s’est exprimé moins violemment qu’à Arles. Il n’en reste pas moins la marque d’une dure épreuve, difficile à oublier, et ce pour les deux villes, liées à un terroir identique (par la qualité et non par la dimension). Toutes les villes de Provence atteintes souffrent. Les consuls d’Apt semblent découragés. Ils écrivent à l’archevêque d’Aix, président-né de l’Assemblée générale des Communautés et de la Procure du Pays de Provence, en novembre 1721 :

  • 23 R. Bruni, op. cit., p. 47.

… Nous avons l’honneur de vous dire que nous avons un extrême besoin d’argent et de sel, et, si nous avons le bonheur que la contagion commence à ne plus faire de grands progrès, nous avons le malheur d’avoir sur nos bras une infinité de familles d’artisans, réduites à la dernière mendicité, ce qui est pour nous une peste autant à craindre que la première23

19Les lendemains de l’épidémie sont éprouvants. L’activité économique marchant principalement au rythme des récoltes, il fallut attendre les étés 1722 et 1723 pour retrouver un fonctionnement quasi normal, mais perturbé encore par la rareté et le coût de la main-d’œuvre.

Gérer l’urgence : la pénurie d’argent

  • 24 AMA, GG 27 fos 38, 200.

20Depuis longtemps déjà, Arles, comme de nombreuses autres villes, vit au-dessus de ses moyens et pratique régulièrement l’emprunt, nous l’avons vu, pour assurer les dépenses incompressibles ou inattendues de fonctionnement. La situation financière de la ville est très difficile avant même que l’épidémie ne commence. Le bureau de santé du 20 novembre 1720 l’évoque24 :

  • 25 « Traversiers, traversiés : traversins », Trésor du Félibrige, op. cit.

Dans la triste situation où la ville se trouve de n’avoir point d’argent dans un temps où elle auroit le plus de besoin pour se précautionner contre le mal contagieux qui est à son voisinage, il se présente cependant une personne qui veut bien avoir la charité de luy fournir les draps de lits, toiles pour les paillasses, couvertures, traversiers25 et toile cirée dont il est nécessaire d’être incessamment pourvu afin de n’être pas surpris par cette maladie si le bon Dieu voulait nous en affliger.

  • 26 AMA, BB 106 f° 232.

21Ce prêt est fait par un certain Moreau. Le prix de ce matériel lui sera payé dans un an. Il fournit même les habits des officiers de la ville, et des soldats. Il s’agit du premier emprunt en nature que font les consuls en prévision de l’épidémie. Il montre avec certitude la pénurie d’argent. Car il faut rapidement avoir des espèces disponibles pour faire face à la situation : les dépenses à prévoir sont nombreuses et les consuls arlésiens ayant conservé les livres de comptes des précédentes épidémies connaissent bien les besoins à prévoir en temps de peste. Pendant l’épidémie du XVIIIe siècle, le manque d’argent ou la crainte du manque d’argent pour faire face à la situation semble omniprésent et cela paraît ne pouvoir être résolu que par l’emprunt. La lettre envoyée le 29 novembre 1720, donc avant la déclaration officielle de l’épidémie à Arles, à l’intendant par les consuls d’Arles exprime parfaitement cet état d’esprit26 :

… Nous cherchons à emprunter à tout prix, jusqu’à présent nous ne voyons guère de gens en état ou dans les dispositions de nous en prêter, nous nous flattons cependant de trouver quelque petite partie…

  • 27 AMA, BB 89 f° 267.

22Suit une demande d’autorisation d’emprunt. La situation n’est pas encore trop grave et les consuls ont un petit espoir de recueillir des fonds auprès de leurs concitoyens. Effectivement un premier emprunt est lancé en décembre 172027 et doit servir « pour les précautions contre le mal contagieux ».

23Mais en avril 1721, le bureau de santé indique que cet emprunt :

n’a donné lieu à aucun présent… Cependant, les besoins de la communauté deviennent toujours plus pressants et l’on en est réduit à cette extrêmité de ne pouvoir fournir à la nourriture des malades des infirmeries et des pauvres personnes qui sont en quarantaine ; il y a même certaines maisons qu’on a destiné pour infirmeries et qui seroient absolument nécessaires si le mal venait à se répandre avec plus de vigueur qu’il n’a pas fait jusques aujourd’hui qui restent sans être meublées, ce qui attireroit sans doute les plus grands désordres.

  • 28 J. Dumoulin, « Le financement de la peste à Aix au XVIIe siècle », Provence historique, t. XLVII, (...)

24Ceci montre la difficulté qu’ont les autorités à convaincre les particuliers de prêter à la comunauté bien qu’habituellement les notables en soient volontiers les banquiers ; la ville a déjà une mauvaise situation financière avant la peste et la confiance diminue encore en temps de crise. Les besoins urgents présentés par les consuls ne suffisent pas à attendrir les prêteurs potentiels. Pourtant l’archevêque, nous l’avons vu, s’est porté caution et, à plusieurs reprises, les autorités ont garanti les différents emprunts ou gages promis sur les biens de la communauté et même leurs propres biens. Cela avait été le cas à Aix lors de l’épidémie de 162928. À Toulon, M. d’Entrechaux, le premier consul, a eu gain de cause et a récolté 40 000 livres. Il avait supplié ses concitoyens :

  • 29 « Relation de la peste dont la ville de Toulon fut affligée en 1721, avec des observations instruc (...)

Toutes ses fermes (de la communauté) sont interdites ; où puiser si l’on ne pouvait compter dans une conjoncture ainsi extrême sur la bourse et sur l’humanité des citoyens29 ?

25À Marseille, l’emprunt lancé par les échevins le 3 août 1720 n’a pas plus de succès qu’à Arles. De plus, il est demandé qu’il soit souscrit en espèces, à un moment où le sujet est sensible avec la dépréciation des billets de banque :

  • 30 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 275.

Comme il est nécessaire d’avoir de l’argent dans la conjoncture présente, on fait savoir au public que la Communauté, ensuite de la permission de Mgr l’Intendant, empruntera de l’argent avec stipulation d’intérêt à 5 % pour rendre dans un ou deux ans ; on exhorte ceux qui ont des espèces de les prêter pour une occasion aussi essentielle30.

  • 31 AMA, BB 44 f° 958.
  • 32 AMA, BB 89 f° 267.

26Revenons aux difficultés financières de la ville d’Arles, en notant que celles-ci n’ont bien sûr rien d’exceptionnel et que toutes les communautés qui ont subi le fléau de la peste se sont trouvées dans le même cas. L’histoire de l’épidémie est aussi celle d’une longue série d’emprunts divers. Les consuls sont autorisés à réaliser ces emprunts par l’arrêt du conseil du 17 octobre 1720, la délibération du conseil de ville du 1er décembre 1720 et l’ordonnance de l’intendant du 5 avril 172131. Le 21 décembre 1720, la communauté arlésienne emprunte 7 078 livres au Mont-de-piété de la ville « en espèces d’argent ». Il n’est pas question de billets de banque ni pour le prêt, ni pour son remboursement, méfiance oblige32 :

… Laquelle dite somme MM. les consuls pour et au nom de la dite Communauté promettent de rendre en espèce sonnantes, ou après le mal fini ou après tout soupçon, sous l’obligation des biens, rentes, revenus de la dite Communauté…

27Cette somme servira « tant à l’achat des provisions qu’aux autres dépenses nécessaires à la contagion ».

  • 33 AMA, BB 106 f° 261.

28En mars 1721, il est emprunté 4 727 livres de marchandises (blé ?) à un marchand d’Arles, Louis Moreau, fournier. En même temps, les consuls essaient de changer leurs billets de banque en bonne monnaie comme le montre cette lettre écrite à M. de Caylus le 21 mars33 :

… Nous avons plus de peine qu’aucune autre ville de votre gouvernement, parce que nous sommes dénués de tout secours, que nous n’avons presque plus de revenu qui cesse par la calamité, et que tout notre fonds consiste en environ 40 000 livres de billets de banque qui nous sont restés de nos derniers recouvrements desquels nous ne pourrons faire usage, s’il nous étoit permis par la clémence du Roy et la bonté de S.A.R. de les valider, ce petit secours nous ayderoit aux dépense immenses que nous avons été forcés de faire et que nous faisons tous les jours…

  • 34 AMA, BB 114 f° 54.

29Les consuls arlésiens se plaignent-ils au duc de Villars d’avoir été payés en monnaie de singe lors de la vente de ses domaines en 1720 ? Celui-ci leur répond34 :

… J’espère que votre attention conservera Arles et la garantira du cruel fléau qui accable notre pauvre Provence ; ce qu’il y a de bien cruel c’est qu’un autre fléau de Dieu est tombé sur tout le Royaume qui est la disette d’argent, telle que les plus grands seigneurs sont obligés de vendre leur vaisselle d’argent pour pouvoir subsister : je parleray volontiers à son Altesse royale sur les 40 000 livres de billets de banque que vous avés, mais quelque bonne volonté qu’elle ait, les exemples sont dangereux et dans le temps que vous vous plaignés d’en avoir pour 40 000 livres, songés que la ville de Marseille en a pour 24 millions…

  • 35 AMA, BB 89 f° 340.
  • 36 AMA, GG 27 fos 211, 242.

30Autrement dit, les Arlésiens ont eu beaucoup de chance d’utiliser la majorité des billets de banque pour payer leurs dettes ! En avril 1721, les consuls d’Arles empruntent 800 livres à Étienne de Giraud sous la forme de « bon et beau blé »35 et de vin, acheté pour approvisionner les greniers de la ville et pourvoir à la nourriture des pauvres. Nous verrons plus loin le décompte complet des sommes empruntées et des dons dont disposa la ville pendant l’épidémie. En mai, le bureau de santé signale36 que « la communauté n’ayant aucun fonds dans la caisse de son trésorier, aucune ressource pour en avoir, toutes les fermes de la communauté ne produisant plus rien, personne ne pouvant ou ne voulant luy préter, il a été délibéré d’achepter du bled à crédit à tel prix qu’on pourra trouver et de le vendre argent comptant aux boulangers ».

31Ce manque d’argent est même, si l’on en croit les consuls, une cause de mortalité (ou du moins s’en servent-ils comme argument pour obtenir de l’aide). À la fin du mois de mai, cela est dit clairement :

La disette d’argent dans laquelle se trouve la communauté est sans contredit la perte de la plupart des personnes qui meurent et la cause du plus grand progrès que le mal a déjà fait dans la ville…

32Cela veut-il dire qu’une partie des habitants, en particulier ceux qui sont enfermés dans leur quartier manquent de l’essentiel ? Rien n’est moins sûr.

  • 37 AN, G 7 1734 pièce 20.

33En octobre 1721, l’intendant Lebret écrit à Monsieur d’Ormesson à propos de la viande d’Auvergne que l’État a fait envoyer aux villes provençales atteintes, en doutant d’un hypothétique remboursement37 :

… Il n’est pas moins impossible, Monsieur, de tirer de l’argent des villes de Marseille, Aix, Toulon, non plus que de celle d’Arles à laquelle il en faudrait mesme encor donner si nous en avions. Ces villes ont fait des dépenses prodigieuses. Elles doivent et elles payent, et on a beau leur dire qu’il faut qu’elles envoyent le produit des bestiaux que l’on leur fait passer, je croy qu’il faudra les déclarer débitrices envers la Provence de la valeur de tout ce que l’on leur a fourni…

  • 38 AMA, GG 32 fos 541, 681, 745.
  • 39 AMA, BB 89 fos 334-335.

34De nombreuses personnes qui ont vendu du blé ou des drogues à Arles, en particulier des Marseillais, ou d’autres qui l’ont servi (chirurgiens etc.) se plaignent longtemps après de ne pas avoir été payées. En 1723, la ville doit toujours 17 mois de salaire à Martin, major de Trinquetaille. Antoine Aublet, maître apothicaire qui a servi pendant l’épidémie, écrit à l’intendant car la récompense promise ne lui a jamais été versée. Est-ce parce que les consuls ont su qu’il s’était, depuis, « avantageusement » marié à Salon ? En coin de page, il est noté que 200 livres lui sont accordées… en 174938. Nous verrons plus loin les démêlés des autorités arlésiennes avec l’État au sujet du retard des paiements de la capitation, où les consuls furent réellement « pris à la gorge ». La série des emprunts continue après l’épidémie. En décembre 1721, 4 916 livres ont été empruntées au chapitre de la Major qui s’est occupé pourtant de la paroisse la plus touchée par la peste. En 1722, les consuls d’Arles utilisent toujours cette permission « d’emprunter à la meilleure condition, à la constitution de rente ou à dette à jour, même avec stipulation d’intherest toutes les sommes qu’on pourroit trouver… »39.

  • 40 AMA, BB 90 fos 1, 3, 22.
  • 41 FPMA, M 1103 f° 731.
  • 42 AMA, BB 106 f° 456.
  • 43 AMA, GG 27 f° 384.

35Cette même année, 600 livres sont prêtées par Honoré Issautier, curé de la paroisse de Notre-Dame-la-Principale et prêtre de l’Oratoire, 300 livres par Trophime Firmin et 2 500 livres par Honoré Autheman40. Des dépenses non prévues grèvent le budget : les sauterelles dévastent le terroir jusqu’après l’été. Or leur « ramassage » est très onéreux. En 1720, les consuls avaient dépensé 46 000 livres pour les « ramasser »41 et ce coût ne paraît pas être à la charge des propriétaires. La pression est forte également du côté des communautés religieuses qui ont prêté leur couvent pendant l’épidémie : il faut les remettre en état42. En tout cas, la gestion des finances de la ville n’est pas simple. Pierre Brunet a été trésorier de la communauté pendant l’épidémie et a droit à la reconnaissance de ses concitoyens : en 1722, on lui accorde une récompense de 500 livres43 car il « méritoit une reconnaissance de la Communauté pour les services qu’il luy a rendu durant la contagion, de même que le sieur Guillaume Simon qui s’est employé avec beaucoup de zèle et d’exactitude à faire la distribution des vivres pour les infirmeries lorsqu’elles venaient à manquer, faisant aussy les mandats des dépenses concernant la peste conjointement avec le sieur Laurens Vincent qui étoit aussy employé dans le bureau de la distribution de vivres, employs qu’étoient très pénibles et où il y avait beaucoup de risques ».

  • 44 AMA, BB 90 fos 57-107.

36Ses deux collègues cités dans le texte reçoivent respectivement 250 et 125 livres en plus de leurs appointements. De nouveaux emprunts sont effectuée : 3 400 livres en 1722 et 28 448 livres en 172344. Institutions et particuliers participent à l’approvisionnement de la ville en espèces. À part l’aide du roi et celle de la province, il n’y a alors pour les communautés aucune autre possibilité, ce qui crée des liens complexes d’argent entre administrateurs et administrés, d’autant que les hommes au pouvoir font partie des créanciers de la ville et sont souvent aussi débiteurs entre eux. En 1724, la communauté fait 15 emprunts pour un total de 25 214 livres, prêtées uniquement par les œuvres charitables et par les ordres religieux : religieuses du Saint-Sacrement à Marseille, hôtel-Dieu, Oeuvre du Bouillon, confrérie des Pauvres honteux, Carmes, Prêcheurs, Charité, religieuses hospitalières. Aucun emprunt n’est effectué de 1725 à 1727. En 1728, de nouveau, on note six emprunts, en tout de 21 360 livres.

Emprunts faits par la commune entre 1722 et 1726

  • 45 AMA, BB 90 fos 1-121.
  • 46 Impôts sur le blé, le vin, la boulangerie.
  • 47 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

37Cependant, en 1728 et 1729, les quittances signalent le remboursement des sommes qui furent « employées aux dépenses de la peste »45. Ces dettes sont remboursées 5 à 6 ans après l’emprunt prévu à l’origine pour 20 ans, 1/20e de la dette devant être remboursée par an. Aucun intérêt n’est mentionné pour ces prêts. La ville est-elle enfin en train rétablir ses finances ? En effet, Arles va pouvoir rembourser ses créanciers grâce à une augmentation très importante des impôts indirects. On observe d’ailleurs la même chose au niveau national. Georges Pichard l’explique : « À partir des grandes liquidations pour dettes commencées justement en 1598, puis continuées en 1640, 1689 et enfin 1715, ce sont les taxes et impôts sur la consommation46 qui l’emportent de façon écrasante. Par ce biais, c’est tout le peuple arlésien, même les plus pauvres, qui est soumis au même taux de prélèvement »47. Les emprunts pourront devenir plus rares, au prix d’une forte pression sur la population.

La perception des impôts et des taxes, les arrérages de capitation, les tentatives de rétablissement financier

  • 48 AMA, CC 95.
  • 49 Les registres sont établis de mars à mars.

38Tout encaissement de taxes s’arrête en 1721. Ainsi dans le registre de contrôle des taxes qui recouvre la période de 1714 à 172348, l’année de la peste ne figure pas. En 1722, les quelques noms cités comme devant de l’argent à la ville (taxes des années précédentes) sont, pour beaucoup, les héritiers des redevables morts. En 1718/171949, les recettes de la ville (impôts indirects) ont été de 121 344 livres. En 1720/1721, de 36 040 livres. De même, dans le premier registre conservé des arrérages, comptes et capitations de la ville qui couvre la période 1723 à 1725 où de nombreux Arlésiens n’ont pas payé leurs impôts. Certains ont des arrérages depuis 1704. Dans ce registre, les comptes sont d’ailleurs années par années, mais rien n’est réclamé de 1719 jusqu’à 1722 inclus pour ne pas accroître les difficulté des survivants. En fait, tous les comptes ne reprennent normalement qu’en 1723.

  • 50 AMA, CC 102.
  • 51 AMA, CC 96.

39Les comptes de la ville restent déficitaires, en partie parce que les bourgeois et les nobles tardent à payer leurs impôts. Difficultés réelles ou mauvaise volonté ? Dans les « comptes rendus de la capitation depuis l’année 1711 jusques à l’année 1754 inclusivement »50, autre registre récapitulatif qui couvre une vaste période, on trouve de nombreux cas d’impôts impayés : en 1731, M. de Nicolay a un arriéré de 105 livres depuis 1725. Pour les mêmes dates, M. de Castillon doit 272 livres, M. d’Icard Montmorency, 135 livres, M. de Saint-Andiol, 125 livres etc. Au total, pour l’ensemble de cette période, 73 nobles (dont les avocats) doivent 2 696 livres, et 315 bourgeois doivent 6 225 livres soit 8 921 livres en tout dûes à la ville. Ces recettes potentielles sont certes dérisoires face à l’état financier de la ville mais traduisent un problème de gestion certain et un manque de rigueur de la part de la classe dirigeante qui connaît évidemment les difficultés de la communauté. Dans le registre de contrôle des taxes, qui couvre la période 1723-173251, près de la moitié des noms sont suivis de la mention « hoirs », car ce sont les héritiers de ceux qui sont morts de la peste qui devront payer. Dans le cahier d’octobre 1723, sur 273 personnes redevables de taxes ou impôts, 115 le sont en tant qu’héritiers. Les entrées d’argent que rapportent les différentes fermes de la ville ne se font pas pendant la peste, ajoutant au désordre financier. Les fermiers de la Boucherie et de la Poissonnerie, où viandes et poissons sont vendus en gros aux petits commerçants, sont déchargés de la rente qu’ils doivent à la ville pour 1721 « pour cause de non jouissance pendant la peste ». Mais des litiges éclatent et les procédures mettent plusieurs années à être réglées : le fermier qui a la ferme de la Boucherie pendant la peste réclame à la ville une indemnité pour les pertes subies. En novembre 1728, une ordonnance de l’intendant lui accorde 6 000 livres.

  • 52 AMA, BB 106 f° 558.
  • 53 AMA, CC 1002.
  • 54 AMA, GG 27 f° 211.
  • 55 AMA, BB 89.
  • 56 AMA, GG 32 f° 537.

40Après l’épidémie, les consuls afferment la collecte des impôts et espèrent que cette mesure leur permettra de se renflouer52. Les droits des quatre petites gabelles, l’imposition de 24 sols sur les hôtes et cabaretiers, l’imposition de 6 sols sur chaque quintal de farine des habitants, l’imposition sur le poisson qui sort de la ville et de son terroir, la rente du fermage de la petite poissonnerie ne sont pas perçus depuis le 25 mars 1721 : là aussi, les fermiers ont été déchargé de la rente d’une année pour cause de peste53. Il est d’ailleurs clairement dit dans le registre du bureau de santé en mai 172154 que « les fermes de la communauté ne produisent plus rien ». Par ailleurs, les actes et contrats passés par la Communauté en 172155 sont beaucoup moins nombreux que lors d’une année normale. Il s’agit surtout de conventions passées avec des chirurgiens et des médecins et quelques fournisseurs. Après la peste, Arles cherche donc comment renflouer ses caisses. L’état de son endettement global est évoqué dans le conseil du 13 novembre 172156. La ville a de nombreuses factures à régler des dépenses de la peste. La plupart de ses créanciers l’ont mise en instance de payer. En tout, les conseillers reconnaissent qu’Arles a 700 000 livres de dettes dont 170 000 livres pour l’épidémie. Ils proposent de payer d’abord ces dernières. Pour cela, ils demandent au roi qu’un état des rentes et revenus de la Communauté soit dressé pour pouvoir établir de nouvelles impositions afin de régler l’ensemble des dettes. Les consuls ne souhaitent pas établir de nouveaux impôts sur le foncier à cause de la longueur et du coût d’un nouveau cadastre, ce qui indique que malgré les nombreuses mutations de propriétés, il n’y a pas eu de cadastre réalisé après l’épidémie. On se tourne donc vers les impôts indirects et une augmentation des rèves est alors proposée : elle serait de 8 à 14 sols par quintal sur la farine « des habitants et des boulangers ». Des objections s’élèvent :

  • 57 Ensemble des ménagers.

Mais dans ses assemblées, leur ayant fait connaître que cette imposition étant fort augmentée, ruineroit la ménagerie57 qui fait la plus grande consommation de farine et éloigneroit les paisans étrangers dont on a grand besoin pour repeupler la ville et remplacer ceux que la peste y a enlevés…

  • 58 AMA, CC 491, CC 498.

41Il est proposé que la taxe ne dépasse pas 12 sols par quintal. Par contre les rèves sur les autres produits seront augmentées. Ces taxes procurent 115 469 livres (un peu moins qu’avant la peste, mais il y a sans doute presque la moitié moins d’habitants) en 1722/1723. Les recettes restent relativement stables ensuite quoique plutôt en baisse au début de la période58.

Recettes des taxes de 1723 à 1730

  • 59 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 338.
  • 60 M. de Villemont est établi à Marseille.
  • 61 AMA, BB 106 fos 564, 484, 485, 451.

42Comme le souligne Charles Carrière, le coût de la peste porta sur les plus pauvres, puisque le même cas se produisit à Marseille : « La peste prend alors sa vraie dimension : celle d’une maladie des pauvres ; car, on le comprend mieux maintenant, maladie des pauvres, elle le fut doublement : la plupart d’entre eux en moururent et ceux qui survécurent payèrent les frais »59. Une lettre des consuls à M. de Villemont, receveur général des finances et receveur « des deniers du roi » en Provence60, montre bien comment ils vont obéir au commandement de payer les arrérages de capitation61 :

… Nous allons travailler pour vous faire compter les 2 000 livres de la capitation de 1722 dont notre Communauté s’est chargée. Nous avons une personne d’Aix qui doit arriver après les fêtes pour faire les recouvrements de quelques arrérages de taxes qui sont encore deus à cette communauté et les premiers deniers qu’on tirera de cette exaction, nous les employerons volontiers à vous donner cette satisfaction… Nous pressons nos anciens receveurs de vouloir faire payer aux habitants que la contagion a épargnés les arrérages qu’ils peuvent devoir, en attendant, pourtant, une modération de la Cour, ainsy qu’on nous le fait espérer…

  • 62 AMA, BB 106 fos 451, 455, 523.

43En fait, le nombre très important des morts empêche le recouvrement normal des impôts. Les nouveaux consuls de 1722 sont M. de Lincel, M. Alivon, M. Jehan, M. Trésorier. Ce sont eux qui s’attèlent à la lourde charge de faire à nouveau rentrer de l’argent pour renflouer les caisses de la ville. En février, la pression des créanciers les oblige à écrire en désespoir de cause au contôleur général des finances, Le Pelletier, pour lui demander de l’aide62. Parallèlement, ils demandent au négociant Jouvène, Arlésien qui a fait fortune à Marseille et qui a déjà aidé la ville de voir auprès de qui, parmi ses connaissances, ils pourraient emprunter de l’argent :

… Jusques à 50 000 livres, ou en constitution de rentes ou ajout au denier vingt que nous payerons dans trois ou quatre années des deniers des impositions que nous fairons dans quelques jours…

44L’impôt ne peut pas être l’unique source de revenus. La perception des taxes est de nouveau à l’ordre du jour en mai 1722, alors qu’une nouvelle moisson s’annonce et que l’état d’alerte sévit de plus belle (la reprise de la peste à Marseille rend la récolte aléatoire car la circulation de la main-d’œuvre est de nouveau freinée). Les consuls délibèrent pour savoir comment sera recueilli l’impôt en nature sur les blés et les vins. Etant donnée l’incertitude de cette moisson, aucune somme forfaitaire ne sera établie à l’avance pour le blé. Mais « la communauté aura des greniers dans lesquels chaque redevable sera tenu de faire porter son contingent pendant le mois de septembre ou sinon ils auront le double à verser et une amende de 50 livres ».

  • 63 AMA, GG 27 f° 407.

45Deux postes, l’un de contrôleur, l’autre de receveur sont créés. Des commissaires suivront les « receveurs du dixième » pour faire le mesurage sur l’aire. Ce blé ne sera pas vendu « pour le garder en cas de malheur ». Pour le vin, il faudra payer un forfait de 2 livres 10 sols sur chaque cent « barraux » de vin63. Presque tous les courriers adressés à l’intendant pendant l’année 1722 font part de cette impossibilité à payer impôts et créanciers de la peste. C’est encore le cas en septembre :

Nous avons fait dresser avec toute l’exactitude possible les états que vous nous avez demandés par la lettre que vous nous avez fait l’honneur de nous écrire du 21 de ce mois, nous prenons la liberté de les mettre sous ce ply, vous y verrez, Monseigneur, nos revenus de cette année consumés et au de là de la part des dépenses indispensables, sans qu’il reste aucun fonds pour celles de la peste qu’il ne seroit pas moins juste de payer que les autres. Cependant, quelque justice qu’il y eut à les payer, nous sommes forcés de vous en demander un sursoy de même que pour les arrérages de pensions parce que la multiplicité des créanciers nous engageroit dans des frais infinis…

  • 64 AMA, GG 35 f° 571.
  • 65 AMA, GG 32 f° 617.
  • 66 AMA, GG 36 fos 173, 21.
  • 67 AMA, BB 45 fos 113-114.

46Mais en novembre, l’intendant insiste pour que les consuls augmentent les impôts qui lui paraissent trop faibles par rapport aux dettes de la communauté64. Nous l’avons vu, les propriétaires des maisons « parfumées » ont eu à payer une redevance en fonction de la taille de leur habitation. Cette dépense, d’abord payée par la ville a en réalité était presque entièrement remboursée par les particuliers (en 1724, la ville a déjà touché 4 875,20 livres sur une dépense totale de 5 071,96 livres)65. En fait, la ville tente par tous les moyens de redresser ses finances. L’un d’eux est la récupération de tout le matériel qui a été utilisé dans les infirmeries et sa vente. On organise donc la vente aux enchères des effets et objets restés dans les infirmeries en 1721 et 1722 : entonnoirs, barils de vin, brocs, tonneaux, chaises, meubles. Tout semble partir rapidement, sans doute parce que beaucoup de particuliers ont à réorganiser complètement leur maison. La somme obtenue n’est pas négligeable, 3 333 livres. On démonte toutes les constructions provisoires et on met en vente les planches et solives « qui sont dans la basse cour de Saint-Roch… qui ont servi pour les cabanes des quarantenaires et autres usages… » au prix de 500 livres66. Il en va de même pour les portes qui servaient de séparation « au couvent des Minimes qui a servi d’infirmerie » et pour les chevaux et les juments qui ont servi en particulier pour le transport des morts. Le conseil de ville du 24 mars 1723 montre le désarroi des consuls qui terminent leur fonction, avant une nouvelle élection. Ils n’ont pas réussi à assainir les finances de la ville, malgré leurs efforts et l’augmentation des impôts. C’est l’occasion de faire un état précis de l’état de la ville67 :

Messieurs, nous avons pris la liberté de vous assembler pour vous rendre compte de notre gestion et vous donner une idée de tout ce que nous avons fait. Vous scavés, Messieurs, les persécutions aux quelles nous fûmes exposés dès le commencement de notre consulat de la part des créanciers de cette communauté. Nous recoureumes (à l’impôt) pour tirer cette ville du labirinthe dans lequel la peste l’avoit jettée…

  • 68 AMA, BB 548-583.

47Les consuls souhaitent que le contrôleur général rende un arrêt qui autorise l’acquittement de toutes les dettes de la capitation en six ans. Mais en avril 1723, l’accord officiel n’est toujours pas parvenu et les Arlésiens supplient le contrôleur général de l’envoyer « sans quoy les affaires de notre communautés seront dans un grand désordre, car nous sommes accablés de procés de toutes parts… ». Les plaintes des consuls continuent auprès de l’intendant68 :

Nous avons receu ces jours passés une lettre de M. de Villemont par laquelle il nous demande avec assez d’empressement environ 155 000 livres pour reste des capitations qui sont dues la plus grande partie par nos habitants que la contagion nous a enlevé, et qui n’avoient pour tout bien que leur industrie et quelques chétifs meubles qui ont été brulés ou pillés. L’impossibilité qu’il y a de recouvrer le contingent de ces gens-là nous flatte que vous voudrez, Monseigneur, avoir égard à nos malheurs et nous procurer une modération sur cette somme qui soit proportionnelle à la perte que nous avons faite, et un délay pour le payement du surplus, d’autant mieux que nous avons le malheur de voir une grande partie de nos champs incultes faute d’habitants et que les sauterelles qui dévorent nos récoltes depuis 5 ou 6 ans commencent à apparaître encore…

48L’accord de la cour des comptes arrive enfin le 17 mai, mais presqu’en même temps, M. de Villemont fait faire une saisie de 156 000 livres (somme représentant les arrérages de la capitation) sur le produit des fermes de la communauté que les consuls voulaient utiliser pour payer leurs créanciers. Alors que les choses pourraient commencer à s’arranger, les Arlésiens sont consternés : « … voilà qui va nous replonger dans un plus grand désordre… » et en appèlent au roi. Ils sont probablement en situation presque totale de cessation de paiement. Ils informent de leur détresse tous ceux qui les avaient aidés pendant la peste et en particulier le marquis de Brancas, l’évêque de Castres, Honoré de Quiqueran de Beaujeu, et le duc de Villars. Un placet désespéré, insistant sur leur campagne dépeuplée et ravagée par les sauterelles, est envoyé au contrôleur général. Les consuls se battent pour obtenir au moins une décharge partielle des arriérés de la capitation même si, en fait, ils en souhaitent la suppression complète. Mais aucune aide ne vient. M. de Villemont a fait bloquer tous les revenus de la ville (les fermes) qui, dès lors, ne paie plus aucune de ses autres dettes :

… Nous voyons au regret les affaires de cette communauté dans un désordre presque irréparable…

  • 69 AMA, BB 106 fos 585-587.

49Sur l’ordre de Villemont, un huissier « occupe » l’hôtel de ville69 :

Le sieur de Villemont manda dans le mois de may de faire des exécutions. Son huissier resta sur les lieux jusqu’à ce qu’il eut fait un séjour suffisant pour coûter cent vingt livres qu’il fallut luy donner, quoyque nous eussions tâché de luy faire comprendre que tout ce que nous pouvions faire, c’estoit de luy faire compter deux mille livres sur les termes de nos fermes à échoir en juin à la charge de la main levée pour les dits termes, ce qu’il accepta. Lorsque la mesure des frais fut remplie, nous le renvoyâmes sur les quartiers de juillet qui sont fixés au 20, pour tâcher de faire encore quelques efforts. Cependant, Monseigneur, il a demandé ces termes et nous l’avons icy depuis le premier de ce mois avec deux ou trois archers. Il affecte tous les jours de faire des nouveaux exploits dans la vue de prolonger son séjour. Nous ne sçaurions être dans un état plus violent que celuy où nous nous trouvons. Le prix de toutes nos fermes étant arrêté entre les mains des fermiers, le produit des taxes entre les mains du trésorier, de sorte qu’il ne nous est pas libre de payer seulement nos hôpitaux, les religieuses qui sont dans un grand besoin et les frais municipaux qui sont indispensables…

50Les consuls semblent découragés :

… Nous sommes aujourd’huy des membres inutiles à la Communauté et nous n’avons d’autres occupations que celle d’entendre crier de partout nos créanciers, et de voir notre arrengement inutile. Dans cette situation, il nous paroit que le meilleur party que nous puissions prendre est celuy de nous retirer chacun chez nous et de laisser continuer des malheurs que nous ne pouvons arrêter…

51Les Arlésiens sont même menacés d’une saisie des récoltes et ne voient pas comment la faillite serait, en ce cas, évitée. Ils n’ont pas dû être consolés de savoir que d’autres villes ont également des problèmes financiers graves.

  • 70 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, mémoire de maîtrise, Université de Provence, (...)

52Ainsi, les Aixois connaissent les mêmes difficultés et semblent avoir un retard important dans le paiement des impôts : « les caisses de la ville sont entièrement épuisées en 1722. Il reste 100 000 livres de revenus pour le reste de l’année et cette somme doit lui servir à payer les prêts en arriéré de deux ans et à acquitter les deniers du roi et du pays et d’autres dépenses indispensables », au total, plus de 260 000 livres… en outre le receveur de la viguerie a fait saisir toutes les fermes, comme à Arles, pour recouvrir les arrérages de la capitation. Les consuls cherchent le moyen « pour faire rentrer les sommes dues à la Communauté qui en avait un urgent besoin, sans persécuter les particuliers ruinés par la contagion »70.

  • 71 AMA, BB 106 fos 636-713.

53Les courriers des consuls pendant l’année 1724 reflètent toujours les mêmes inquiétudes et sont la plupart du temps des courriers de protestation et de suppliques. En septembre, ils essaient encore d’obtenir auprès de M. de Villemont l’effacement de leur dette à l’État pour laquelle, ils doivent verser 3 000 livres par mois de remboursement71 :

… Seroit-il juste que les pauvres habitants qui ont échappé à la peste, après avoir payé eux-mêmes leur contingent, payent encore en corps de Communauté pour ceux que la peste a enlevé, (eux) qui n’ont pour tout bien que leur industrie…

  • 72 AMA, BB 45 fos 218, 221, 294.

54Monseigneur Quiqueran de Beaujeu, évêque de Castres, appuie les Arlésiens quand il est à Paris. En février 1724, il vient à Arles et pour le remercier, les consuls lui font une visite de courtoisie « avec les marques consulaires quoyque ce n’étoit point d’usage d’en faire à Messieurs les évêques qui sont hors de la Province… »72.

55En mars 1725 une lettre à l’intendant montre que la situation n’a pas changé :

Il avait été convenu dans le mois de juillet 1723 avec M. de Villemont, qui avoit fait saisir toutes les rentes de la Communauté pour le payement des arrérages de la capitation qu’il luy seroit donné mil écus par mois, ce qui ayant été exécuté ponctuellement luy a produit jusqu’à aujourd’huy 60 000 livres qui ont épuisé la Communauté de telle manière qu’elle ne sçauroit satisfaire ses véritables créanciers…

56Cependant la pression sur les Arlésiens a du être forte puisque les consuls se vantent d’une recette de plus de 40 000 livres sur l’arrérages des taxes en 1725, contre 575 livres en 1722, 28 000 livres en 1723, 17 000 livres en 1724. Les consuls abandonnent leur attitude conciliante envers leurs administrés à partir de 1724. Dès les débuts de cette année, ils prient l’intendant de ne pas prendre en compte les demandes de décharge que lui avaient adressées plusieurs particuliers. Puis, en avril 1725, ils décident « d’établir incessament un exacteur pour le payement des arrérages des taxes, capitations et parfums, et de le prendre même en cette ville pourvu qu’il ait les qualités requises dont les principales sont d’agir sans complaisance… ».

  • 73 AMA, BB 46 f° 8.

57Enfin, en septembre 1726, l’intendant rend une ordonnance portant remise en faveur des consuls d’Arles de la somme de 1795 livres sur les arrérages de capitation. C’est bien peu… Toutefois, les comptes s’apurent peu à peu puisque les arrérages sont payés pour l’année 1722 et même en partie pour 172373. Mais la saisie sur les rentes de la Communauté n’est toujours pas levée, comme l’atteste une lettre que les consuls adressent aux conservateurs des domaines en février 1727. Ce receveur général fait figure de tourmenteur pour les Arlésiens

… Au reste, nous n’oublions rien, Monsieur, pour avoir de quoy vous satisfaire, il y a toujours en cette année deux huissiers qui continuent d’exécuter les redevables, mais la misère du temps rend ce recouvrement bien difficile, et ce n’est pas de violentes exécutions et en tirannisant pour ainsy dire nos pauvres habitants que nous avons retiré les 11 255 livres que M. Genies a déjà touché…

  • 74 AMA, CC 44 pièces 19-20.
  • 75 É. Carpentier, op. cit., p. 189.

58En même temps, à la suite de l’ordonnance de l’intendant du 22 novembre 1726 qui demande aux communautés des terres adjacentes de fournir des états pour la réalisation d’un nouvel affouagement, Arles demande que sa « cotte » de 200 feux soit diminuée et que le lieu de Fontvieille ne soit pas compris dans l’affouagement74. En mai 1728, les autorités arlésiennes incapables de faire face à l’ensemble de leurs dettes demandent à l’intendant l’autorisation de recourir à l’emprunt. Ce type de situation n’est pas nouveau. Élisabeth Carpentier décrit des faits similaires à Orvieto, après la peste de 1348 : « … Impôts collectifs et services communaux étaient devenus intolérables avec la diminution du nombre de personnes entre lesquelles ils étaient répartis »75. Les autorités ont dû promettre aux habitants de ne pas les tenir pour responsables des charges de la communauté pour éviter qu’ils ne quittent la ville. Enfin, pour montrer que la situation arlésienne est toujours visiblement très difficile huit ans après l’épidémie, cette lettre de l’été 1729, véritable appel au secours d’une communauté qui semble poursuivie par le sort, est envoyée à l’intendant :

Monseigneur, un orage de grêle de la grosseur d’un œuf qui arriva en cette ville hier au soir sur les six heures, et qui dura près de demi-heure a ravagé tout le terroir a une lieue de cette ville ; les blés qui n’étoient pas encore coupés, les vignes, les jardins, les olliviers, et tous les arbres fruitiers ont été entièrement perdus, dans la ville même les vitres ont été toutes cassées, et ce surcroy de malheur joint aux divers fléaux que cette ville a essuyé, la peste, les sauterelles, les inondations, et les sécheresses, vient de réduire nos habitants à la dernière misère…

  • 76 AMA, BB 47 f° 93.
  • 77 AMA, BB 49 fos 112, 128.

59La demande est entendue puisqu’un arrêt de décharge du roi allège la capitation pour la ville de 8 100 livres par an pendant cinq ans. Cependant, en 1731, les consuls estiment qu’ils peuvent réduire les impôts sur le piquet et la boulangerie, particulièrement dissuasifs pour ceux qui s’installent à Arles, sans doute parce qu’une bonne partie des créances de la peste sont payées. En octobre 1732, une réduction de la capitation est faite toujours grâce à la réduction obtenue depuis 1730. Cette mesure est la bienvenue car « les particuliers ne sont guère en état d’y satisfaire par les mauvaises récoltes qu’ils viennent d’essuyer »76. Il y a-t-il ensuite une période de calme sur le front des impôts ? En tout cas, il faut attendre juillet 1743, pour que soit fait un emprunt pour payer les arrérages du dizième. L’intendant l’autorise à condition que les taxes soient augmentées : en décembre, les droits du piquet et de la boulangerie sont remontés à 12 sols par quintal77. Cette suite de lamentations nous fait nous interroger sur la réalité de la situation arlésienne. Doit-on penser, comme Charles Carrière le fait pour Marseille, qu’en fait les Arlésiens ne sont pas dans une situation si catastrophique ? Pour répondre à cette question, il faut examiner attentivement toutes les aides qu’ils ont reçues pendant et après la peste.

Les aides financières et en nature reçues par Arles pendant l’épidémie

  • 78 BnF, M 8919 fos 148, 150.

60Au XVIIIe siècle, l’aide destinée aux villes pestiférées est organisée au niveau de l’État. Un imprimé conservé à la Bibliothèque nationale de France, daté de juin 1721, est intitulé « Instruction générale pour exécuter les premières décisions du Conseil de santé sur la manière de secourir la Provence »78.

61Ce texte – l’institution dont il émane n’est pas mentionnée – établit une hiérarchie dans les mesures à prendre qui seront scrupuleusement exécutées :

  • 79 Ce mémoire n’a pas été retrouvé.

Les secours dont la Provence a besoin demandent beaucoup d’expédition, jointe au bon ordre et à l’intelligence. Le premier mémoire79 présenté contient sept circonstances sur lesquelles il importe principalement de répandre les secours, sçavoir :
Les bleds nécessaires pour la subsistance des hôpitaux et infirmeries pour le soulagement des pauvres nécessiteux… Les viandes nécessaires sont seulement pour les hôpitaux, infirmeries, pauvres, mais encore pour la subsistance ordinaire des peuples, attendu que la Province n’en produit pas elle-même… L’argent en espèces qui peut être nécessaire pour les différents besoins des hôpitaux et infirmeries et encore pour secourir les pauvres… Le sel sera distribué gratis aux hôpitaux et infirmeries… et aux pauvres.
Les médecins et chirurgiens nécessaires seront envoyez en nombre suffisant des autres parties du Royaume pour que les malades soient secourus. Les religieux pour faire le service divin, administrer les sacrements et secourir les malades seront entretenus en nombre suffisant dans les lieux attaquez de la maladie, par les soins de Messeigneurs les évêques.

62Dans cette publication, suivent ensuite sept chapitres reprenant une à une ces recommandations. Les indications deviennent alors très précises. Dans celui qui concerne l’achat et le transport des grains il est indiqué :

  • 80 M. de Bernage est l’intendant du Languedoc.
  • 81 Il s’agit sans doute du duché de Bourgogne et de la Franche-Comté.

… Ceux qui seront achetez par les ordres de M. de Bernage80 dans la partie du Languedoc en remontant depuis Narbonne jusques sur les bords du Rhône pourront estre voiturez en Provence, partie par les canaux, les étangs et le petit Rhône jusques à Arles, et l’autre partie par des barques et tartanes à droiture sur les costes de Provence…
Les achats seront faits dans les deux Bourgognes81, le Languedoc et les généralités de Montauban et Auch…

63Ces mesures permettent de faire le point de façon lucide sur les besoins des Provençaux :

La Provence seroit suffisamment pourvüe de grains pour sa subsistance, si la répartition en estoit faite avec égalité et proportions, d’autant qu’elle est à la veille de faire la récolte, mais trois choses essentielles et inévitables s’y opposent. La première, le peu de communication des lieux qui ont conservé la santé, avec ceux qui ont été infectez de la contagion, ce qui forme un obstacle invincible sur les secours que les lieux qui manquent en grains tireroient de ceux qui sont abondants. La deuxième procède de l’avidité de la plupart de ceux qui ont leurs grains en leur possession, qui, moins touchez des souffrances de leurs voisins que de leurs propres intérêts, rendent les conditions si dures sur les prix que la plupart des peuples sont hors d’estat d’en acheter.
La troisième est qu’il est réel que par la cessation du commerce et de l’industrie des habitants, de même que la mévente des fruits du crû de Provence, il y a un très grand nombre de familles qui souffrent et même périssent faute d’argent pour avoir du pain…

  • 82 AMA, BB 89 f° 245.

64Les sommes affectées à cette aide sont indiquées : 600 000 livres serviront à acheter au moins 80 000 quintaux de blés pour juin, juillet et août. Comment cet argent sera-t-il trouvé ? On fait appel à la solidarité nationale. Les 48 receveurs généraux des 20 généralités des pays d’élection et des quatre généralités des pays conquis doivent faire un prêt sans intérêt de 3 millions de livres payables en 10 mois. La distribution en sera très réglementée et des registres établis. Le Conseil de santé demande à être régulièrement informé sur tout : les médecins, les chirurgiens, les apothicaires, les infirmiers, les religieux, les corbeaux etc. Toutes ces informations seront adressées à M. Lebret qui les enverra au contrôleur général. On le voit, la crise est traitée au niveau national et prise en compte par une organisation stricte : les villes provençales ne sont pas abandonnées à elles-mêmes. La mise en place des mesures a sans doute pris un certain temps avant que le système ne fonctionne réellement. En attendant que l’aide n’arrive, les villes font appel à la charité locale. Mais le cas d’Arles est particulier puisqu’elle est terre adjacente et, normalement, n’a pas droit directement aux aides de la province. La lettre envoyée en mars 1721 à Monseigneur de Mailly est significative82 :

… Votre Eminence est sans doute informée que l’on a fait une quete pour la Provence à Paris et dans d’autres diocèses. Elle sçait aussy que cette ville étant des terres adjacentes, et ne faisant pas corps avec le reste de la Province, on ne luy fera aucune part de cette libéralité, à moins qu’une personne de crédit et de distinction ne parle en sa faveur…

  • 83 AMA, GG 27 f° 41. Charles Baschi de Thoard, marquis d’Aubais (1686-1777). La seigneurie de Thoard (...)
  • 84 AMA, BB 106 fos 276, 277, 321, 303, 321, 306, 312, 309.

65Il semble bien en effet que la ville ne reçoive de secours de l’intendant qu’à partir de juillet 1721, quand la situation est désespérée et que l’émeute a grondé. Marseille et Toulon sont aussi des terres adjacentes. Mais les trois plus grandes villes de Provence, qui sont très touchées par la peste, ne peuvent pas rester sans aide de l’État. Cependant, à l’égard d’Arles, des gestes privés et spontanés de générosité ont lieu dès le début de l’épidémie. M. Baschi de Thoard83 donne le blé qu’il a dans son grenier (décembre 1720). Cela servira à nourrir les nécessiteux. Dans la lettre citée plus haut écrite par les consuls à Monseigneur de Mailly en mars 1721, les consuls disent qu’ils nourrissent « un tiers de nos pauvres citoyens ». En ne comptant que la population de la ville (approximativement 19 000 personnes à l’origine, dont 3 000 à 5 000 environ ont fui), cela peut représenter autour de 4 000 personnes dont il faut assurer la subsistance tous les jours. Mais, au fil des jours, la grande mortalité fait diminuer le nombre de bouches à nourrir… Au moment où Arles demande de l’aide, la ville est elle même sollicitée par Marseille dont les besoins sont toujours très importants. En mai, les consuls répondent de bonne grâce aux échevins marseillais84 :

… Nous nous sommes donné tous les mouvements possibles pour vous avoir du foin, mais la plupart de nos habitans étant en campagne, tout ce que nous avons pu en attraper consiste en quinze cens quintaux que nous avons fait charger aujourd’huy sur deux barques… s’il en faut davantage, Messieurs, comme aussy de toute autre chose que nous puissions avoir dans notre ville, nous vous fairons toujours un plaisir de vous le procurer…

  • 85 AMA, GG 32 f° 290.

66Au plus fort du désastre, Tarascon, mais surtout Beaucaire viennent en aide à Arles à la demande du marquis de Caylus : du pain est cuit dans ces villes qui en envoient vingt quintaux par jour. Le blé envoyé par le roi et acheminé depuis Lyon sur l’ordre du gouverneur de Provence sera réduit en farine à Beaucaire. Le 23 juillet, l’intendant Lebret ordonne que du pain de Beaucaire soit livré à Arles deux à trois fois par semaine à raison de 24 quintaux par jour. Les Arlésiens le trouvent « fort bon, seulement un peu bis »85. Etant donnée la belle qualité de leur blé en temps normal, ils sont habitués au pain blanc. En août, les consuls se plaignent plusieurs fois à l’intendant de la mauvaise qualité du pain :

… Le pain qui nous vient de Beaucaire continue à être fort mauvais. Il s’en perd par cette raison une grande partie et nos pauvres quarantenaires s’en plaignent avec raison ; une moindre quantité, s’il devoit être meilleur, nous feroit plus plaisir et de profit.

67Ils ajoutent un peu plus loin que ce pain est mal cuit et se moisit facilement. Une chose est sûre, les Arlésiens durant ce malheureux été ne manquent pas de pain, même s’il n’est pas à leur goût. Ils sauront d’ailleurs manifester leur reconnaissance aux Beaucairois après la peste. Plusieurs lettres de remerciements adressés par la communauté aux consuls de Beaucaire montrent que ceux-ci ont été particulièrement attentifs aux malheurs d’Arles. Médicaments, linges pour les pansements sont envoyés régulièrement, accompagnés de lettres qui émeuvent profondément les Arlésiens :

Les messieurs de la ville qui ont eu le courage d’y rester pour partager avec nous les soins infinis dont nous sommes accablez ont été touchés à un tel point de la lecture de votre lettre que peu s’en est fallu que les larmes ne leur ayent coulé des yeux ; ils publient hautement que Beaucaire surpasse toutes les villes qui ont eu la générosité de s’intéresser à nos malheurs…

  • 86 AMA, GG 32 f° 343.
  • 87 En Crau.

68Fin juillet, 400 moutons arrivent pour les ravitailler86. Ce sont les Tarasconnais qui fournissent l’essentiel de la viande nécessaire et cette solution paraît satisfaisante87 :

Vous ne sçauriés croire, Monseigneur… les facilités que nous trouvons à recevoir la viande de Tarascon. M. de Jossaud nous a assuré qu’il vous a déjà mandé son sentiment là-dessus ; elle seroit sujette à manquer tous les jours par la désertion des berges que les menaces les plus sévères ne sçauroient arrêter ; la chaleur d’ailleurs n’a pas été bien grande jusqu’à présent et il paroit égal que la viande vienne par eau de 3 lieues ou de deux lieues environ par terre…

  • 88 AMA, GG 35 f° 140.
  • 89 AMA, BB 45 fos 95, 97, 100.

69La ville de Nîmes est également sollicitée et répond largement. Là aussi les échanges de courrier montrent une entraide très forte qui aide matériellement mais surtout moralement les consuls qui en ont bien besoin. Une lettre est d’ailleurs envoyée par les consuls de Nîmes à leurs collègues arlésiens pour leur proposer leurs services88. Salon et Marseille sont très présentes. À cette dernière, les consuls réclament des corbeaux et diverses marchandises. Pour tous les envois de marchandises, les consuls payent ou paieront ensuite les factures : il ne s’agit pas de dons. En tout cas, les villes pour lesquelles les Arlésiens ont le plus de reconnaissance sont incontestablement Beaucaire et Nîmes comme en témoignent les visites amicales que se rendent les consuls après la peste89. François Peilhe le raconte :

Dès que les passages furent ouverts, Mrs les consuls accompagnés d’un grand nombre des principaux citoyens d’Arles, furent à Nîmes et à Beaucaire pour témoigner leurs remerciements au sujet du secours que cette ville en avoit receu durant la peste, et ensuite ces deux communautés vinrent à Arles pour y rendre leurs visites, le tout se fit avec toute la joye et la magnificence possible.

70Les délibérations municipales (celles du 7 et du 20 décembre 1722) font largement état de ces échanges amicaux. En particulier, la réception offerte le 14 décembre 1722 par les Beaucairois est décrite avec beaucoup de détails. Les Arlésiens les avaient reçus quelques jours auparavant :

Messieurs les Consuls ont exposé au Conseil qu’étant allé à Beaucaire le quatorze courant avec seize députés pour remercier MM. les Consuls au nom de tous les habitants de tous les bienfaits dont ils ont comblé ceux d’Arles dans le temps qu’ils etoient le plus affligés de contagion, ils ont été receus de la manière du monde la plus gracieuse et la plus honorable ; ils ont trouvé à la descente du batteau MM. les Consuls de Beaucaire à la tête du Corps de Ville, d’une compagnie bourgeoise qui etoit sous les armes, et d’un grand nombre de notables habitans qui les ont receu au bruit des boettes, violons, trompettes et tambours et les ont conduits à l’hôtel de ville précédés de tous les instruments et de cette compagnie, et suivis d’un nombre infini d’habitans qui témoignoient à tous ceux d’Arles la joye qu’ils avoient de les voir jouir de leur première liberté. Ils restèrent toujours dans la Sale de l’hôtel de ville, les MM. de Beaucaire renouvellant toujours l’assurance de leur amitié pour Arles ; on y servit ensuite le souper qui fut des plus superbes et des mieux en ordre quoyque le nombre des conviés fut de cent trente personnes ; chacun de MM. les Consuls d’Arles fut logé chez un de MM. les Consuls de Beaucaire et les députés dans les maisons des gentilshommes et des bourgeois ; le lendemain matin on servit encore toujours dans l’hôtel de ville un repas aussi magnifique après lequel la conduite se fit jusqu’au batteau de la même manière que la réception du jour précédent avec des protestations en se séparant de conserver les uns pour les autres une sincère et constante amitié.

  • 90 AMA, GG 32 fos 298, 326, 398, 313, 369, 541, 301.
  • 91 AN, G 7 1732 pièce 31, 6, 173.

71L’argent arrive lui aussi, mais plus tardivement. Le 30 juillet 1721, le premier Président fait envoyer 10 000 livres à la ville90. En août, 7 000 livres sont envoyées à nouveau par les procureurs du pays depuis Barbentane. Fin août, les aides continuent : il est décidé de donner encore 10 000 livres à Arles91. Il semble que si, au début de l’épidémie, les consuls arlésiens avaient du mal à obtenir de l’aide, celle-ci afflue à partir de juillet quand la ville est véritablement en péril. Le 4 décembre 1721, la ville reçoit encore 1 000 livres des procureurs du pays « pour entretenir la ligne et les baraques pour empêcher la communication avec le Languedoc ».

72Des particuliers, le marquis de Caumont, la marquise de Villeneuve prêtent du blé qu’ils ont en réserve.

73Marseille a aidé Arles en envoyant, nous l’avons vu, l’aide nécessaire. Aussi, en échange, en septembre 1721, les consuls envoient du blé aux Marseillais, mais ils précisent :

Nous vous disons cependant, Messieurs, que le bled n’a pas esté abondant cette année ny aussy beau qu’à l’ordinaire attendu le dégât qu’en ont fait les sauterelles et le dérangement que nous a causé la peste.

74Ceci montre en tout cas que la ville a un surplus de provisions de blé après la récolte de 1721, alors qu’en août, elle a encore demandé du blé à l’intendant. Par ailleurs, les consuls de Marseille réclament par lettre le paiement des drogues et du blé fournis. Depuis juillet, Lebret reproche aux consuls de réclamer trop d’aides alimentaires et se préoccupe de savoir si ce qui est donné est utilisé à bon escient. Soupçonne-t-il les consuls d’Arles de profiter de la situation ? Il écrit le 2 août 1721 une lettre à M. Paris (le financier ?) qui indique à la fois son intérêt pour les villes atteintes, mais aussi sa méfiance :

Les nouvelles d’Arles sont toujours meilleures et l’on se dispose à la quarantaine générale qui achèvera de détruire la contagion. Tarascon est toujours bien, Maillane redevient malade… Les consuls d’Arles demandent 60 quintaux de bled par jour et cela fait espérer qu’ils pourroient eux-mêmes faire leur pain. Ils demandent aussy quarante moutons par jour, eux qui ont des fermes de leur boucherie lesquels ont (disent-ils) 3 000 moutons acheptez, ce qui fait bien voir que cette demande ne vient que de l’espérance d’avoir de la viande gratis…

  • 92 AMA, BB 106 f° 394.

75Il laisse entendre dans un autre courrier que l’on a laissé imprudemment entendre aux communautés qu’« on allait les nourrir gratuitement en pain, en viande, en légumes et en sel ». Par ailleurs, l’intendant réclame à plusieurs reprises un état des comptes de la ville jusqu’au 30 septembre 1721. Les Arlésiens tardent à l’envoyer92 :

  • 93 Un sieur Michel succède au trésorier Brunet, mort de la peste. Il est remplacé par Brunet fils qua (...)

… Il n’a pas tenu à nous de pouvoir le faire par l’égarement des papiers que le feu sieur Michel93, commis, laissa après sa mort, contenant la plus grande partie de cette dépense, lesquels ont été longtemps égarés et que nous n’avons trouvé que depuis peu nonobstant tous les soins que nous nous sommes donnés…

  • 94 AN, G 7 1730 pièce 173.

76Pourtant, dès le mois de juin précédent, les consuls avaient apparemment désiré que les comptes de la peste soient d’une clarté incontestable. L’intendant le signale dans un courrier envoyé aux autorités parisiennes94 :

… Ces consuls ont présenté le compte des dépenses faittes jusqu’à présent, qu’ils ont nommés 4 personnes pour l’examiner et qu’en choisissant ces 4 personnes, ils ont observé de les prendre parmy ceux qui sont du party qui leur est contraire. Ils ont bien fait de le rendre car on les accuse d’avoir dissipé l’argent que je leur avois fait donner…

  • 95 AMA, GG 32 f° 379.
  • 96 AMA, BB 106 fos 410-411.

77Ces textes montrent que la panique de juillet et août 1721 a sans aucun doute mis à mal ces bonnes résolutions. Un fait est sûr, les consuls d’Arles ont été rapidement soupçonnés de mauvaise gestion. Début novembre 1721, Lebret envoie un avis imprimé95 demandant des comptes précis sur la distribution des secours accordés et l’état des dépenses de la ville pendant la contagion. Les consuls réclament alors de nombreux justificatifs aux villes et aux fournisseurs auprès desquels ils se sont approvisionnés96.

  • 97 AMA, GG 32 f° 386.

78Finalement, les consuls adressent à l’intendant un « État général et sommaire de toute la dépense qui a été faite pour les infirmeries de la ville d’Arles à l’occasion de la contagion97 (soit 175 558 livres au total) pour laquelle ils reconnaissent avoir reçu 61 000 livres des procureurs du pays et 2 000 livres de l’archevêque d’Aix.

  • 98 AN, G 7 1736 pièce 1, 25.

79Dans l’« État général des dépenses que les communautez contaminées de Provence ont été obligées de faire à l’occasion de la maladie contagieuse et des secours qu’elles ont reçus, soit de son Altesse Royale, soit de la Province »98 établi début décembre 1721 et envoyé à Paris, voici les chiffres des aides qui apparaissent pour Arles : « Argent : 69 669 livres, bled (poids en marc) : 4364, moutons : 2556 ».

80Lebret a écrit à la fin cet état général :

… Voilà Monsieur, une idée de notre état d’autant plus triste qu’elle ne représente pas assurément touttes les dépenses qui ont été faittes, on voit tous les jours paraître de nouveaux créanciers dont on avait oublié les fournitures ou les services, aussy nous sommes dans le plus grand embarras qu’on puisse imaginer. Je ne conçois pas que nous en puissions sortir qu’en faisant un espèce d’arrangement pour lequel nous avons besoin de sçavoir deux choses : la première si nous pouvons compter sur les secours que l’instruction généralle nous faisoit espérer, de combien seront ces secours, quand et comment ils nous seront donnés ; la seconde, ce que la Province pourra faire par elle-même pour aider les communautez, malheureusement soit par des emprunts, soit par des impositions qui ne peuvent qu’être légères, soit par des avances si les trésoriers sont en état d’en faire…

81L’intendant tient le même discours que ses administrés : la situation générale est grave et la province sans secours est à la limite de la faillite. À la mi-décembre, un autre état officiel complète beaucoup plus précisément les recettes, dépenses, aides et emprunts arlésiens.

  • 99 AN, G 7 1736 pièce 61.

82Il s’agit du « compte sommaire de la recette et dépense faite par la Communauté d’Arles durant le cours de la contagion qui a affligé cette ville, dressé le dit compte le 19 décembre 1721 dans lequel ne sont compris que les secours en argent »99 :

Recettes :

  • Fonds reçus du Roy ou de Messieurs les procureurs du pays : 61 000 livres.
  • De Monseigneur le cardinal de Mailly, partie en don de sa part et partie du produit des quêtes par luy ordonnées dans son diocèse : 9 896,16 livres.
  • De Monseigneur l’archevêque d’Aix la somme de deux mille livres faisant partie du produit des quêtes de Paris et son diocèse : 2 000 livres
  • Des R. P. Bénédictins de l’abbaye de Montmajour la somme de mille livres dont ils ont fait don à la communauté : 1 000 livres.
  • De M. de Gamache abbé de Montmajour en don pour la communauté : 500 livres.

(Soit au total : 74 396,16 livres).

Emprunts :

  • De M. les Recteurs du Mont de Piété le 21 décembre 1720 : 7 078 livres.
  • De divers particuliers de cette ville : 2 272 livres et en blé à différents prix se montant à 19 176, 10 livres.
  • Argent du dépôt de M. Chartroux : 15 197,90 livres.
  • Argent trouvé dans la maison de Dauphine Guérette, prêté à la communauté par MM. les Recteurs des hôpitaux Saint-Esprit et de la Charité, héritiers de la dite : 4 241,80 livres.
  • De MM. du chapitre de la Major le 25 septembre 1721 : 2941, 8 livres.
  • De Mademoiselle d’Henry : 100 livres.
  • Sommes reçues des fermiers du débit du sel : 6 431 livres.

(Soit au total : 54 496,80 livres)
(Soit total des sommes encaissées : 128 892,96 livres).

Dépenses payées :
Médecins, chirurgiens et apothicaires : 6 625 livres.
Employés aux infirmeries : 3 919, 17 livres.
Employés dans la ville : 5 885, 17 livres.
Parfumeurs, drogues et parfums : 2 905 livres.
Boulangers, blé, pain et farine : 6 225, 90 livres
Bois à brûler, chandelles, huile, savon et papier : 11 902, 13 livres.
Viande de boucherie : 18 675 livres.
Eau de vie, vinaigre et tonneaux : 14 699,20 livres.
Meubles et ustensiles : 3 392,30 livres.
Étoffes, toiles, habits, souliers : 1 675,90 livres.
Charettes, tombereaux, harnais, foin, paille et mulets : 4 440,11 livres.
Gardes tant dans la ville que dehors : 8 527,30 livres.
Dépense journalière : 11 377, 16 livres.
Aux hôpitaux et maisons religieuses : 8 602 livres.
Frais extraordinaires : 9 050, 17 livres.
Corbeaux : 3 108,58 livres.
Ouvriers et matériaux : 7 541,30 livres.
(Total des sommes payées : 128 551,39 livres. Ces dépenses correpondent à 341,55 livres près aux recettes indiquées ci-dessus).

  • 100 Cet état ne figure pas dans ce document.
  • 101 En réalité : 192 475,99 livres.

Dépense à payer suivant l’état cy joint100 : 63 924,60 livres.
Total général de la dépense : 193 486,14 livres101.
Sommes dues à l’occasion du mal contagieux :

  • emprunts mentionnés en état des recettes : 48 734,17 livres.
  • surplus à payer de la dépense suivant l’état général ci-joint : 63 924 livres.

Total des sommes dues : 112 658,17 livres.
Supplément de dépenses depuis le dernier septembre 1721 : 30 000 livres.
Total des sommes encore dues : 142 658,17 livres (à la fin du mois de décembre 1721).

  • 102 AMA, BB 106 fos 417, 420.
  • 103 En janvier 1723, le marquis de Brancas achètera la charge de gouverneur particulier de la ville d’ (...)

83Ces 112 000 livres dues à divers particuliers « qui nous sont tous les jours sur les bras »102 posent un énorme problème aux consuls qui réclament de l’aide à M. de Brancas103 lorsqu’ils lui envoient ce courrier en décembre 1721 :

Vous y verrez, Monseigneur, outre tant de malheurs et de pertes que nous devons actuellement cent douze mille livres sans les secours que nous avons reçu de la bonté du roy. Nous pouvons même vous protester que nous ne sçavons où trouver de l’argent, la communauté n’ayant plus de revenus et ne pouvant trouver à emprunter par les malheurs du temps ; aussy nous nous flattons que vous nous ferez la grâce de nous procurer tous les secours qui dépandront de vous…

84L’aide du roi et des procureurs du pays a été de 61 000 livres ou 69 669 livres si on en croit le premier état officiel cité. Mais, nous l’avons vu, cet argent a déjà été utilisé pour payer une partie des dépenses. D’après l’état ci-dessus, toutes les aides ont été dépensées pour les besoins de l’épidémie.

  • 104 AMA, GG 36 fos 274, 273.

85En 1728, à la fin du registre des comptes de la peste, le trésorier municipal établit une « Récapitulation des dépenses qui ont été faites à occasion de la peste dont cette ville fut affligée aux années 1720 et 1721 »104.

86Ici, la dépense totale de la peste figure pour 321 257,12 livres pour l’ensemble de l’épidémie. Elle se répartit en dépenses de nourritures, médecins et personnels divers, fournitures, matériels et frais divers pour un total de 276 275,1 livres.

87À cela s’ajoute « … le prix des bleds, farines, pain, moutons et autres effets que sa Majesté a eu la bonté de donner à cette Ville pour la secourir dans ce temps de calamité », d’une valeur de 44 980,95 livres. Le trésorier anticipe même les frais de pension aux familles des médecins décédés dont la dépense, de 1729 à 1736, représentera encore 6046 livres. Ces chiffres ne correspondent évidemment pas aux 192 475,99 livres de dépenses notées dans le « compte sommaire » cité plus haut, mais cette dernière « récapitulation », faite plusieurs années après l’épidémie, prend en compte des éléments qui n’avaient pas encore été calculés à la fin de 1721.

88En tout cas, on le voit, le poids de la peste pèse longtemps sur les finances de la ville et les « dons » de sa Majesté furent payés en totalité, petit à petit. En 1728-1729, nous l’avons vu, le plus gros de ces dettes est épongé.

  • 105 AMA, GG 27 f° 265.

89Dans le récapitulatif général, apparaissent les noms des trésoriers municipaux successifs qui ont réglé les créanciers de la peste, et les montants qu’ils ont eu à verser. En 1720 et 1721, quatre personnes, désignées spécialement105, ont géré ces dépenses et payé au total durant ces deux années 141 726,8 livres : MM. Brunet père, Augier, Michel, Brunet fils. Ensuite, de 1722 à 1728, 276 275,10 livres sont réglées par MM. Brunet fils, Beuf, Roubian, Vaugier, Lefèvre. Pour tous, la tâche a dû être rude, car les vérifications comptables n’ont pas cessé pendant tout ce temps.

  • 106 AMA, GG 32 f° 373.

90Ainsi, en septembre 1722, le conseil de santé du Parlement de Provence demande l’emploi qui a été fait des 2 556 moutons envoyés entre le 5 juillet et le 20 octobre 1721 (voir ci-dessus le premier état officiel des aides envoyées à Arles). Les consuls doivent expliquer mois par mois et jour par jour la quantité de viande qu’ils ont fait vendre, à quel prix, et laquelle qui a été distribuée dans les hôpitaux et infirmeries106.

  • 107 BnF, M 8919 f° 12.
  • 108 Ch. Carrière et al. op. cit., p. 331-338.

91À Marseille, la somme totale dépensée est selon les échevins de trois millions de livres. Ils écrivent au roi en mai 1721 pour demander du secours car ils ne peuvent pas payer leurs fournisseurs du temps de la peste107. Mais Charles Carrière108 relativise cette détresse financière. Il estime les dettes réellement occasionnées par la peste à Marseille à environ 1 500 000 livres. Il est en effet difficile de faire la part des choses dans le mode de calcul des échevins et l’auteur de Marseille, ville morte le souligne. Il distingue les dépenses réelles des hypothétiques manques à gagner, par exemple sur les différentes fermes. Quant aux emprunts faits pour les achats de nourriture, il signale qu’à partir de novembre 1720, cette nourriture est vendue et non distribuée gratuitement et permet donc des recettes. Or les échevins ne les font pas figurer dans leurs comptes…

92Par ailleurs, l’argent a souvent été prêté par des Marseillais qui acceptent la plupart du temps la consolidation de la dette : de « créanciers exigeants », ils sont transformés en « rentiers conciliants… Et c’est bien ce qui ressort de l’examen des comptes trésoraires dans les années qui suivent la peste. Aucun remboursement n’apparaît mais le service de la dette s’alourdit ».

  • 109 R. Bruni, op. cit., p. 67.
  • 110 G. Buti, op. cit., p. 100.

93À Apt, la dépense totale pour la peste de 1721 est de 29 548 livres pour une population de 6000 habitants et 271 décès. C’est, proportionnellement beaucoup moins important qu’à Arles, « mais il faudra de nombreuses années à la cité aptésienne pour liquider sa dette, due aux nombreux emprunts qu’elle a dû contracter en la circonstance »109. À La Valette, ce sont 13 000 livres qui sont consacrées à l’épidémie pour 1 250 habitants. La ville peut payer un tiers du montant, la province apporte 3 000 livres en secours, le reste est financé grâce à des emprunts110.

  • 111 « La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-172 », archives départemental (...)

94Quant à Avignon, la ville « doit accroître de moitié les impositions sur les comestibles, le bois, le vin et la viande, ce qui a pour effet d’augmenter considérablement le coût de la vie et de décourager les ouvriers de revenir s’y installer ou de continuer à y travailler »… Joseph Laurent, drapier, auteur d’un « journal historique », parle d’une dépense totale de 400 000 livres111.

  • 112 R. Vignal, op. cit., p. 42.

95À Tarascon, la situation financière n’a pas été aisée non plus. Robert Vignal112 l’explique : « Pour faire face aux dépenses les plus pressantes, l’évêque d’Avignon a donné l’autorisation d’engager la vaisselle plate de Sainte-Marthe. On demande aux riches de faire des dons, mais, devant leur peu d’empressement, on lève un impôt spécial sur les cinquante habitants les plus fortunés de la ville ».

  • 113 La muraille de la peste, Cavaillon, Alpes de Lumière, 1993, p. 59.

96Carpentras doit suspendre les grands travaux prévus avant la peste. La construction du grand aqueduc sur l’Auzon, qui devait alimenter en eau la ville, ne sera reprise qu’en 1730 par l’ingénieur d’Allemand113.

  • 114 AMA, BB 48 f° 230.
  • 115 AMA, GG 32 fos 550-736.

97En mars 1724, le soupçon que les Arlésiens auraient perçu trop d’argent est toujours d’actualité, en particulier pour une somme de 39 555 livres qui dépasserait le montant normalement accordé : le contentieux sur les secours apportés à la ville d’Arles n’est pas réglé. Les consuls approuvent, sans la contester, la décision royale qui leur permet de rembourser en quinze ans mais qui prend en compte à la fois ce qu’ils doivent, mais aussi ce qui leur revient grâce aux remises du roi sur le don gratuit. C’est sans doute pour eux un arrangement convenable. L’assemblée de la Province a eu lieu le 28 janvier 1724. Au total, l’aide du roi porta sur trois millions de livres en 1721 pris sur les avances faites aux villes par les receveurs généraux, et de 4,5 millions livres en 1723 de remise sur le don gratuit à répartir sur quinze ans114, pour une dépense globale en Provence de 6 230 123 livres115. Par ailleurs, un mémoire est dressé en 1740 de tous les secours accordés aux villes de Provence par le roi indique un total de 140 070 livres d’aides pour Arles et une dépense globale pour la peste de 272 080 livres (chiffre encore différent de ceux cités plus haut).

  • 116 FPMA, M 558 f° 36.

98Bouchet de Faucon apporte son témoignage sur les aides reçues par la ville de la part du roi116 :

M. le duc d’Orléans, régent du royaume, avoit fait espérer à la province de grands secours du roy ; on avoit esté lent à s’y déterminer ; il n’y eust presque que la ville d’Arles qui en profita parce que la peste commençoit à cesser, et alors les secours cessèrent aussi peu après. De trois millions qu’on avoit fait espérer et que le roy avoit imposés sur une augmentation de capitation, on n’en reçut que environ 150 000 L. en argent ou en denrées. La ville d’Arles en eust 100 000 L. pour sa part.

99Cette somme n’apparaît pas en tant que telle dans les comptes de la peste. Il est donc difficile de savoir si elle a été réellement perçue. Mais outre les 61 000 (ou 66 669) livres clairement inscrites dans les comptes de la peste comme ayant été données en argent par le roi ou la province, les aides en nature ont pu certainement approcher ou dépasser les 30 000 livres. De plus, il est certain que M. de Bouchet fait partie des milieux bien informés.

  • 117 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 288.
  • 118 Ibid.
  • 119 AMA, BB 48 fos 230, 231.

100Arles a-t-elle eu vers la fin de l’épidémie, comme Marseille, un excédent de blé dû à des aides finalement trop importantes ? Les consuls avaient-ils surestimé les risques de pénurie ? À Marseille, en septembre 1720, le mois le plus meurtrier, la ville a beaucoup de blé en réserve et les échevins reconnaissent avoir eu une récolte abondante et acheté en outre du blé à la Compagnie des Indes117. Ces excédents posent un problème financier. L’intendant Lebret constate d’ailleurs que ce blé restant, acheté au prix fort, sera forcément revendu à plus bas prix118. Jusqu’en 1741, Arles est en litige avec l’intendant de Provence et surtout avec les autres villes sur les aides qu’elle a reçues et ce qu’elle doit encore : on l’accuse d’avoir trop reçu du roi par rapport aux autres villes. Donc, vingt ans après la peste, le contentieux des secours n’est toujours pas clos puisqu’on trouve encore une délibération municipale en 1740119 qui fait l’historique de ceux réellement reçus et de certains qui n’ont jamais été versés, malgré l’arrangement de 1724 sur quinze ans :

… Pour ce qui est du secours qui commance en mil sept cens vins trois et qui devoit finir en mil sept cens trente sept, cette ville n’a du tout rien touché non plus que de celuy de mil sept cens vint huit. On avoit différé d’en demander compte jusqu’à ce qu’on fut assuré si la remise des trois dernières années auroit lieu ou non ; on sçait positivement qu’elle n’a pas eu son effet pour les trois dites années, ainsi on peut à présent venir en compte avec la province…

101Les Arlésiens récupèrent-ils les sommes qu’ils disent leur être dues ? En tout cas, il n’en est plus question dans aucune délibération par la suite.

  • 120 AMA, AA 20 fos 282, 269.

102Le XVIIIe siècle est donc bien entamé sans que la ville se soit redressée des premières décennies assez catastrophiques. Il semble peu envisageable que les difficultés décrites ne soient pas réelles. Elles peuvent être exagérées, de même qu’il est possible que les Arlésiens comme tant d’autres, aient tenté de profiter de la situation pendant la peste et perçu plus d’aides qu’ils n’y avaient normalement droit, en particulier en blé et en viande. Mais la multitude de lettres envoyées, les appuis reçus de toutes parts, le contenu des textes administratifs (délibérations municipales, registres comptables), la diversité des témoignages, plaident en faveur d’une certaine sincérité. De plus, Arles n’a pas la potentialité financière, ni économique de Marseille. Les Arlésiens n’ont pas pu assurer seuls la survie de leur ville dans des circonstances aussi dramatiques. La marge de manœuvre a été extrêmement étroite et il n’y a pas eu de redressement spectaculaire pour Arles. Cependant, la détermination de s’en sortir n’a jamais manqué et les négociations continuent sans arrêt auprès des autorités supérieures. Les consuls envoient régulièrement de nombreux courriers dès qu’un problème important apparaît. Ainsi, en 1730, les Arlésiens ont demandé de l’aide à toutes les personnes qui leur sont favorables et qu’ils avaient contactées pendant la peste, toujours pour régler leurs difficultés financières. Parmi elles, le duc de Villars est sollicité et répond aux consuls en octobre 1730 montrant qu’il fait jouer en leur faveur ses hautes relations120 :

Je reçois, Messieurs, votre lettre du 24. Dans le dernier voyage que j’ay fait à la Cour, je parlay à M. le controlleur général qui me dist que pour peu que vos prétentions fussent justes, il étoit dans la disposition de vous faire plaisir en ma considération ; je passe icy le temps des voyages que le Roy fait à Rambouillet et dans trois jours, je retourne à la Cour où je ne manquerai pas de parler encore à M. le controlleur général et vous pouvés compter que je n’omettrai rien de ce qui pourra faire réussir vos demandes. Je suis, Messieurs, entièrement à vous.
Signé : Villars.

  • 121 AMA, BB 48 f° 41.

103Villars est alors gouverneur de Provence. Il a déjà aidé les Arlésiens après la grêle de 1729. Un courrier de l’archevêque d’Arles aux consuls indique que « la remise considérable » accordée par le roi est due aux prières du duc de Villars. Mais le système n’est pas infaillible, les résultats souvent limités, ponctuels, et la situation d’Arles n’en est pas profondément modifiée. Les nombreux problèmes structurels dont elle souffre ne peuvent pas être réglés par des interventions à la Cour. Dernière mention de ces problèmes dans les délibérations municipales, en septembre 1741, les consuls décident d’envoyer à Aix le consul Vaugière pour régler le problème de l’endettement arlésien à l’amiable et « pour traiter avec messieurs les procureurs du pays à raison de cette affaire aux meilleures conditions qu’il se pourra, arrêter les comptes et s’il en est besoin transiger, convenir et concéder des sommes convenues et traitées, toutes quittances et décharges nécessaires…121 ».

  • 122 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

104Ce changement de ton vient sans doute d’une amélioration générale de la situation. À partir de 1730 le prix du blé est en hausse, alors même que la production commence à remonter. Les grands propriétaires fonciers recommencent à s’enrichir. De 1740 environ aux années 1770 des conditions climatiques plus favorables permettent aux Provençaux et donc aux Arlésiens de connaître à nouveau une certaine prospérité122. Mais celle-ci semble courte pour Arles car les inondations de 1745 avant celles, terribles, de 1755, ravagent le pays et les frais de la guerre de sept ans obligent les consuls à faire de nouveaux emprunts les années suivantes alors que cette pratique était moins utilisée. L’équilibre est donc décidément bien fragile et à la merci d’une conjoncture à nouveau défavorable.

Des signes de reprise d’activité

  • 123 AMA, GG 27 fos 322-368.

105Fin septembre 1721, avant même que la fin de l’épidémie ne soit officiellement déclarée, on commence à envisager de reprendre presque normalement la vie agricole. Le 28 septembre, il est question « de prendre les moyens convenables pour que les vendanges puissent se faire et pour éviter une grande communication… »123.

106Il est décidé de vendanger en même temps en Camargue, au Plan du Bourg et au Trébon. Puis on songe aux olivades qui doivent se dérouler à l’automne : on convient « qu’il n’entrera point des olives sans que les particuliers aient eu un billet du commissaire ».

107Petit à petit, l’activité reprend. De nouveaux artisans prennent la place des morts : François Quenin, fourgonnier, reprendra le four de Bernard, à la paroisse Saint-Martin pour faire du pain pour les particuliers. Les consuls proposent, en octobre 1721, au fils du nommé Jalez, coutelier à Arles mais parti pour Agde, de venir s’installer, « attendu le manque d’ouvriers qu’il y a dans la ville ». Aucune condition particulière d’aide n’est mentionnée. Ces installations se font sous la tutelle des autorités : « aucun marchand ne pourra ouvrir sa boutique sans la permission de la Communauté ».

108Les consuls font ouvrir les boutiques des artisans morts, dont celles des cordonniers, pour vendre le cuir et les souliers, après que l’on en ait fixé le prix avec des artisans de la profession. On fait de même dans les maisons où il y a de la farine. L’argent ira aux héritiers. Les moulins à huile fonctionnent à nouveau. Mais les loyers (arrentements) impayés mettent en difficulté les propriétaires. Il n’est à aucun moment question de boutiques pillées. Une partie des revenus des bourgeois et des nobles vient des loyers que rapportent des maisons ou des terres louées. Mais il y a aussi de petits propriétaires, peu fortunés dont c’est le revenu essentiel. Or les locataires sont souvent morts et les loyers ne rentrent pas. Il n’y a aucune assurance qu’ils pourront être payés, sauf en vendant les meubles et les effets qui sont à l’intérieur des maisons. Mais, au cas où les habitants ou leurs héritiers reviendraient, il est interdit d’y toucher sans l’autorisation des commissaires (septembre 1721).

  • 124 AMA, GG 42, non folioté.
  • 125 AN, B 3/2/74 f° 227.

109Les consuls d’Arles demandent conseil aux villes d’Aix et Marseille pour le problème des « arrentements » qui ne peuvent être payés intégralement faute d’argent. Que doit-on faire ? Finalement les édiles arlésiens décident que les locataires paieront la moitié de la rente et le reste plus tard, quand ce sera possible. Mais quand le locataire est en grande difficulté, la décision est plus indulgente. Ainsi un nommé Charles a « arrenté » sa terre qui est plantée de vignes et d’oliviers à Pierre Ripert au prix de 12 livres par an. Celui-ci refuse de payer car il n’a pas pu vendanger. Les consuls décident qu’il paiera 3 livres au propriétaire et aura le droit de faire la cueillette des olives. Les enfants dont les parents décédés étaient « rentiers » pourront reprendre l’arrentement, sauf s’ils récusent l’héritage. La ville elle-même dédommage les particuliers quand il y a eu des dégâts (maisons ou terrains occupés par les corbeaux ou les chirurgiens), chevaux ou mulets réquisitionnés, etc. Ainsi, les nombreux dommages et réquisitions faits dans le logis du Faucon124, d’abord par les chirurgiens logés dans cette auberge, puis par les soldats de la quarantaine, sont remboursés aux héritiers de l’aubergiste. Le port tente de reprendre une certaine activité en particulier pour les chargements des bâtiments du roi dont est responsable Claude Perrault125, le commissaire aux classes, « mais il ne reste que 5 ou 6 charpentiers ou calfats. Les autres sont morts dans la contagion ».

  • 126 FPMA, M 2184 f° 37.
  • 127 AMA, GG 27 fos 423, 397, 381.

110Dans le courant de l’année 1722, on note l’installation d’une manufacture de soie : le sieur J.-B. Godar, marchand, fabricant d’étoffes de soie s’établit à Arles (son lieu de provenance n’est pas indiqué). Il y fait transporter 12 métiers. Le conseil de ville lui accorde une gratification de 600 livres. Il y restera dix ans126. Un doreur, dont l’origine n’est pas indiquée, arrive en août. Il lui est versé 50 livres pour payer son déménagement127.

111La plupart des corps de métier sont sinistrés. Le remplacement se fait donc peu à peu, encouragé par les autorités. La même année, deux cordonniers s’installent à Arles, ainsi que trois bergers qui viennent de Digne et d’Eyguières, un tailleur, et deux mesureurs de blé. En mars, il a été décidé d’accorder 10 sétiers de blé à un tonnelier venu habiter dans la ville avec toute sa famille, attiré par cette promesse de gratification. Les noms de ces personnes ne sont pas mentionnés. Des facilités sont donc faites, aussi bien pour des fils de maîtres arlésiens décédés qui pourront ainsi s’installer rapidement que pour des personnes venant de l’extérieur. Ces initiatives sont favorisées par la Province. À la fois gratitude et nécessité, des lettres de maitres chirurgiens sont accordés (six le sont en 1722), comme cela avait été promis dans leur contrat, à des chirurgiens dont plusieurs ont du faire leur apprentissage pendant l’épidémie. Leurs états de service sont soigneusement vérifiés auprès des responsables des infirmeries.

  • 128 FPMA, M 517 pièce 35.

112Le 23 février 1722, la cour de Parlement de Provence a donné un arrêt128 qui permet « à toutes sortes d’artisans de quelqu’Art et Mêtier que ce soit de se transporter dans les Villes et lieux de la Province qui ont été contaminez, pour y travailler pendant l’espace de trois ans, sans être obligez de passer Maître, ni de payer aucun droit pour la levée de boutique ».

  • 129 AMA, BB 106 fos 473-494.

113Nous l’avons vu, le 8 avril 1722, les Arlésiens sont désormais libres de circuler dans toutes les villes et tous les lieux sains de la province. Ils sont soucieux que le port d’Arles puisse reprendre rapidement son activité, en particulier vers les villes portuaires provençales, aussi demandent-ils à M. de Brancas « … si nous pourrions au 8 du mois prochain […] donner de pareils billets pour les bâtiments de mer qui voudront aller aux villes de Marseille et Toulon… »129.

114Il faut aussi que les moutons puissent partir en transhumance dans les Alpes pour éviter les dégâts de l’année précédente.

115Les consuls souhaitent avoir « … la permission de les y envoyer. Voici le temps où ils sont accoutumés de partir. Le malheur que nous eûmes d’être privés l’année dernière de cette faculté nous en a coûté plus d’un quart et la perte seroit totale s’il nous arrivoit le même malheur cette année. Cette affaire est intéressante pour cette ville, elle ne l’est pas moins pour toute la province qui trouve dans nos troupeaux une partie de la subsistance… ».

116Mais la peste, en mai, est de nouveau à Marseille et l’autorisation ne venant pas, les troupeaux n’ont plus assez d’herbe et dépérissent. Enfin, la permission de M. de Brancas arrive le 23 mai à la grande joie des habitants.

  • 130 AMA, GG 27 fos 400-443.

117Déjà de nouvelles inquiétudes naissent : au printemps les sauterelles envahissent à nouveau le terroir et fin avril, des chaleurs précoces et excessives provoquent une épidémie de fièvres qui menacent de causer de nombreux morts. Pour les travailleurs saisonniers, les problèmes subsistent : le marquis de Brancas écrit en juin aux consuls pour signaler « les difficultés qu’il y aurait de faire venir comme il est d’usage les paysans des montagnes pour travailler aux moissons »130.

118Il est décidé finalement d’écrire aux villes de la Durance et du Verdon pour exhorter les paysans à venir travailler sur le terroir arlésien. Inquiets de la situation marseillaise, les consuls arlésiens limitent l’entrée d’Arles à ceux qui ont un billet de santé. Quatre hommes de garde sont placés à chacune des embouchures du Rhône. De nouveau, l’activité agricole est limitée : le curé de l’église Saint-Trophime doit annoncer au prône qu’il est interdit de recevoir quiconque dans son mas sans un billet d’autorisation des consuls.

119Le patron de barque Boulouvard qui vient de Marseille, accompagné d’un marinier, est retenu sur une chaloupe avec tous ceux avec lesquels il a communiqué. Ses marchandises sont exposées à l’air, sa maison parfumée.

120La mesure prise le 23 février 1722 a du stimuler l’arrivée de nouveaux ouvriers, car, à partir de 1723, d’autres installations ont lieu à Arles. En mars, un berger s’installe dans la commune. En avril, Antoine Soulier, d’Alès, domicilié préalablement à Marseille vient habiter la ville. Il est ouvrier en bas de soie et sait remonter les métiers et les réparer. 100 livres de gratification lui sont proposés s’il s’engage à rester 10 ans. En 1724 et 1725, 10 cordonniers, 10 tailleurs, deux bergers, 16 menuisiers, deux mesureurs arrivent. Leur provenance n’est pas indiquée. En 1726, un chirurgien, un berger, quatre censaux (courtiers) à blé et à laine.

  • 131 AMA, FF 49 f° 240.

121Les maîtres tailleurs, mesureurs, cordonniers « sont reçus à la maîtrise comme en ayant la capacité pour avoir travaillé chacun à son mestier et tenu boutique ouverte ensuite de l’arrest du parlement du 23 février 1722 qui en avait donné la permission, étant dispensé de chef d’œuvre à tous ceux qui voudroient s’establir dans les villes qui auroient été affligées de la peste et après avoir receu le consentement unanime de tous les maîtres présents »131.

  • 132 AMA, BB 106 fos 618, 619.

122Mais la concurrence d’Aix et de Marseille est forte et semble encouragée par les autorités provinciales132 :

Cette ville ayant essuyé plus qu’aucune autre le fléau de la contagion avoit perdu la moitié de ses habitants. Elle avoit besoin pour attirer des nouveaux de leur faire quelques douceurs. Pour cela, l’on accordoit à chaque ouvrier une gratification proportionnée à l’utilité qu’on pouvoit en retirer. On donna entre autres une gratification de 300 livres au sieur Poitevin, fabriquant en bas de soye, originaire de cette ville, qui résidoit dans le Languedoc. On donna encore une gratification de vingt livres à un serrurier qu’il mena avec luy parce qu’il sçait faire monter les métiers pour ces sortes d’ouvrages. Cependant tout cela devient inutile aujourd’huy et la ville qu’on compte de repeupler de cette manière va devenir aussy déserte qu’après la contagion dès que l’arrest du Conseil qui accorde le privilège exclusif aux villes d’Aix et de Marseille pour faire fabriquer de bas sera exécuté […] Ces deux villes sont déjà assez illustrées, l’une par son commerce, l’autre par ses cours supérieures, sans tendre comme elles font à la ruine des autres…

  • 133 AMA, GG 27 fos 412, 411, 428, 435.
  • 134 AMA, GG 32 f° 548.
  • 135 AMA, BB 106 fos 498, 606, 785, 786.

123Là est bien le problème : Arles n’est pas de taille à lutter contre ses deux concurrentes… Cependant, les marchandises commencent à rentrer dans la ville, avec les précautions d’usage. En mai 1722, au prix d’une quarantaine de vingt jours et d’un « parfum », trois personnes apportent des oranges chargées sur des mulets. De même pour Amboise Faucan, venant de Monaco, avec des oranges, des citrons et des bergamotes133. Simon Cannet, de Berre arrive avec un bateau chargé de vin et deux nouveaux chargements arrivent en août. Parmi ceux-ci, Pierre Trouche qui vient de Bouc offre de vendre 400 barraux de vin aux habitants d’Arles au prix (préférentiel ?) de trois livres le barral pendant les huit premiers jours, le restant étant destiné aux cabaretiers et aux revendeurs. En septembre, divers marchands de la ville obtiennent des consuls de faire venir de Marseille des balles de palme, de la grenaille, du poivre qui auront été d’abord parfumées. Le sieur Mouret, marchand et tanneur d’Arles est autorisé à faire rentrer du cuir. En février 1723, arrive enfin l’arrêt du conseil du roi autorisant la réouverture de la foire de Beaucaire le 22 juin suivant. Elle est importante pour les marins d’Arles qui y transportent des marchandises. Il y a en effet six mois qu’il n’y a plus eu aucun cas de peste en Provence134. La reprise des activités agricoles se fait plus difficilement que celle des activités artisanales. Car le problème de main-d’œuvre est non seulement récurrent mais de plus en plus grave135 :

Dans tous les temps, il nous a fallu avoir recours aux paisans des montagnes de Provence et du Vivarais pour faire nos moissons ; parce que nous n’avons plus assez de monde en cette ville pour faire ce travail, nous nous trouvons aujourd’huy beaucoup plus dépouvus de ces sortes de gens, la peste nous en ayant enlevé la plus grande partie, et les sauterelles qui couvrent actuellement presque tout notre terroir nous les rendent d’autant plus nécessaires et les besoins que nous en avons encore plus pressants ; ces considérations nous font prendre la liberté, Monseigneur, de vous demander en grâce de nous accorder un passeport en faveur de celuy qui aura l’honneur de vous rendre la présante qui est chargé en cas que vous le trouviez bon, d’aller suivant l’usage aux villes de Manosque, Perthuis, Sisteron, Digne, Riez et les Mées pour exhorter par une criée qu’il faut faire, les paisans de descendre sur notre terroir…

124En 1724, la main-d’œuvre est toujours aussi chère, ce qui accroit les difficultés arlésiennes :

… Tout est si fort dérangé que nos paisans qui gagnoient communément 16 à 18 sols par jour ont poussé les choses jusqu’à 35 à 40 sols. On avoit des servantes aux gages de dix écus par années. Les moindres sont aujourd’huy sur le pied de 20 et beaucoup à 25. Et ainsy de tous les domestiques à proportion, ce qui procède non seulemnt de la rareté mais encore de la cherté extraordinaire de toutes les choses nécessaires à leur entretien. Dans cet état, vous juger bien que nous ne ressentons pas moins pour les domestiques de l’hôtel de ville…

125Dans les années qui suivent, les montagnards reviennent travailler à Arles, plus nombreux qu’avant pour remplacer les journaliers locaux morts. Mais en 1729, les Arlésiens se plaignent encore, cette fois-ci de la malhonnêteté des journaliers « étrangers » !

Le terroir de cette ville est d’une si vaste étendue ayant 40 lieues de circonférence que pour en faire les cultures, il est nécessaire d’avoir quantité de bas peuple. Le nombre en fut fortement diminué par la peste qui affligea cette ville en l’année 1721 et qui causa la perte de plus de dix mille personnes. Pour les remplacer, il a fallu recevoir quantité d’étrangers, gens dont la pluspart pillent les fruits de la campagne. Il en est de même de ceux qu’on est obligé de mander prendre tous les ans aux montagnes pour aider à faire les moisssons. Pour remédier à ces abus, nous croyons qu’il seroit nécessaire d’avoir icy une brigade de la maréchaussée qui en arrêtant ceux qui se trouveroient en faute, contiendroient les autres dans leur devoir…

  • 136 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

126Georges Pichard souligne que « de 1712 à 1725, Arles passa une douzaine d’années sans catastrophes naturelles, en exceptant les sauterelles aux retours endémiques depuis la grande sécheresse de 1712 »136. Il décrit par contre les inondations importantes de 1725 : « Des pluies continues régnaient depuis fin septembre, inondant Trébon, Plan du Bourg et Costières de Crau. Les roubines débordaient, augmentées ensuite par les eaux du Rhône. Du 9 octobre à la fin de ce mois, les pluies redoublaient. Le 31 et aussi le 6 novembre les eaux du Rhône roulaient avec furie et emportèrent 50 m de « chaussée » du Trébon, les débris étant entraînés jusqu’à un quart de lieue de la ville. Dans ce quartier, on aurait mesuré 7 à 8 pieds d’eau (2,26 à 2,60 m)… ».

  • 137 FPMA, M 2184 fos 4-46.

127Elles furent suivies de sécheresse grave en 1727 et 1728137 ; l’hiver 1726 est très froid, le Rhône charrie des glaçons. Il est à nouveau gelé en 1731 qui fut une trè mauvaise année, avec mortalité des oliviers. Cette année-là la récolte de blé est la plus médiocre du siècle avec 1709. Quant à l’hiver 1728, il est, lui, le plus neigeux. À cela s’ajoutent de la grêle en juin 1729, une grande sècheresse en 1730 et 1735.

  • 138 G. Pichard, « Marine royale et histoire de l’environnement en Provence », 108econgrès national des (...)
  • 139 AMA, BB 45 f° 210.

128Mais les Arlésiens peuvent ensuite remonter la pente grâce à une nouvelle accalmie de deux décennies environ. Gérard Gangneux parle pour la période qui démarre en 1728 d’« heureux XVIIIe siècle » et d’un grand dynamisme : « paix intérieure retrouvée, hivers moins rigoureux, et surtout inondations plus espacées et moins dévastatrices permettent à la Camargue de se rapprocher de l’équilibre agraire où ses bonnes terres de labour retrouvent leur rentabilité optimale » avant une nouvelle aggravation, des inondations en 1742, et de tous les paramètres de 1755 à 1790138. Georges Pichard parle d’« une reconstitution des récoltes à un niveau cependant inférieur à ce qu’elles étaient le siècle précédent », grâce à une mise en culture des islons et aux bons rendements dans le Trébon. Mais « le cœur de la Camargue » ne connut quelques bonnes périodes qu’après 1738. Cette reprise des activités se traduit aussi par un certain embellissement de la ville où toutes les constructions et tous les travaux avaient cessé pendant le temps de « calamités ». La reprise, là aussi, se fait petit à petit. En 1724, les consuls font reconstruire la grande Boucherie139. On répare la « tuerie et le jas où on enferme les moutons », en y faisant les réparations « nécessaires qu’il faut absolument faire » : le toit est en ruine, les planches sont pourries.

  • 140 AMA, BB 46 fos 52, 105.

129En 1726, les travaux d’entretien de la ville, laissés pour compte depuis bien des années, sont décidés, car « … les murailles de la ville et la fausse braye de Marcanou ne peuvent plus subsister si on ne les répare incessamment […] la poissonnerie, menaçant ruine a besoin d’être refaite et les chemins publics qui sont aux approches de la ville sont tout-à-fait impraticables…140 ».

130Il y a aussi le pont de Crau, impraticable car une arche s’est effondrée. De plus « la lice qui est la seule promenade qui soit en cette ville alloit être perdue, les racines des arbres étoient entièrement découvertes, et le public demandant avec empressement cette réparation, l’on y a fait charrier de la terre et planter des nouveaux arbres… ».

  • 141 AMA, DD 69, DD 70.

131Enfin, peu de temps après l’épidémie, la ville se lance dans une politique d’alignement des rues pour les régulariser et, quand c’est possible, les élargir. Une circulation plus facile, mais aussi plus d’air et plus de lumière correspondent au goût de l’époque. Mais il est possible de penser que les Arlésiens se lancèrent volontiers dans ces travaux pour transformer au moins partiellement leur ville stigmatisée par la peste. À ce sujet, il est intéressant de voir qu’entre 1692 et 1703141, 92 alignements de façades sont pratiquées contre 193 entre 1704 et 1729, le maximum étant réalisé en 1725 (15), 1726 (14), 1727 (25), 1728 (18), 1729 (18), 1730 (23).

  • 142 Ch. Carrière, « Il y a-t-il eu un XVIIIe siècle à Martigues », Provence historique, t. XIV, janvie (...)

132La situation est-elle pour autant différente de celle de Martigues ? Selon Charles Carrière, cette dernière ville est en partie désertée après l’épidémie : sur 969 maisons, 260 sont inhabitées et 197 sont en ruines en 1728142. Pour Arles, aucun texte ne fait une telle description.

L’évolution des biens privés : les litiges, le règlement des successions, la nouvelle répartition des biens

  • 143 AMA, GG 27 f° 211.

133Un des impacts le plus rapidement tangible de la grande mortalité se porte sur l’occupation des maisons et leur propriété, cela dès le lendemain de l’épidémie et même, dans certains cas, pendant la peste même. En mai 1721, l’augmentation du nombre de morts a engendré un bouleversement du cadre social habituel. Il semble alors que certains Arlésiens quittent leur maison en location sans terminer leur bail et s’installent dans de nouvelles locations (plus grandes ou plus confortables ?) qui sont louées sans doute à des prix intéressants par leurs propriétaires, nouveaux héritiers pour certains. Ils pensent peut-être que la désorganisation générale et surtout le fait qu’il y a désormais moins de locataires potentiels du fait des nombreux décès, leur donnent cette facilité. Mais ils mettent alors en difficulté leurs anciens propriétaires auxquels ils payaient un « arrentement ». Ceci effraie immédiatement les consuls, parfois eux-même loueurs, qui décident de prolonger les baux en cours d’un an pour éviter tout abus143 :

Le bureau prévoyant les suites fâcheuses que pourroit attirer la liberté aux particuliers de changer de maison, a ordonné qu’il seroit fait criée et proclamations par la ville portant deffenses a toutes personnes de quelque qualité qu’elles soient de se changer présentement de maison de même qu’à Saint Michel prochain […] À cet effet, les arrentements quoyque devant finir à Saint Michel prochain seront continués aux mêmes personnes qui habitoient les maisons sur le même pied du dernier arrentement…

  • 144 FPMA, M 558 f° 40.

134Autre bouleversement, des jeunes gens jusque là sans moyens financiers héritent par cascade, à la suite de décès successifs, de maisons et de terres qu’ils n’auraient en temps normal jamais possédés ou dont ils n’auraient pu disposer que beaucoup plus tard dans leur vie. Bouchet de Faucon en parle à propos des valets de ferme comme de quelque chose d’inhabituel144 ; il se félicite que la quarantaine les oblige à rester dans les mas qu’ils auraient sinon rapidement quittés :

La plupart recueillirent des héritages ; ils n’auroient pas résisté au désir d’aller reconnoistre leurs nouvelles successions et d’y mettre ordre.

135Ceci montre que, d’une part, la main d’œuvre rurale qui travaillait dans les mas a sans doute été plus protégée que les petits paysans restés en ville et que, d’autre part, ces valets étaient fils ou parents de possédants-biens. Le commandant de Romieu parle de ces héritiers qui deviennent plus exigeants à l’égard de leurs maitre :

Ceux que la peste n’a pas enlevé, enrichis des dépouilles de leurs parents morts portent leur travail à un prix excessif.

  • 145 AMA, GG 27 f° 353.

136Des accords verbaux ou actés qui n’auraient pas été remis en cause en temps normal l’ont donc été à la fin de l’épidémie. Ces cas, qu’il est impossible de chiffrer car les sources manquent sur ce sujet, sont certainement une conséquence directe de la peste. Ils ont été visiblement une cause d’inquiétude sérieuse pour les propriétaires survivants et les autorités ont été très vigilantes sur ce sujet, arrêtant sans doute très rapidement les tentatives de ne pas respecter l’ordre établi. Les membres du bureau essayent également de protéger les intérêts des propriétaires loueurs dont les rentiers sont morts. Le problème se pose pour l’arrentement de feu Don, locataire de Jean Laugier145 :

Le bureau a délibéré que les enfants de feu Don étant héritiers de feu son père seroient tenu de continuer le dit arrentement en faveur de Jean Laugier suivant la convention faite avec feu son père à moins que les dits enfants ne répudient le dit héritage.

  • 146 AD BdR, 401 E 302 f° 140.
  • 147 AMA, GG 27 fos 352, 365.

137On peut imaginer que dans l’ensemble, les propriétaires ou leurs héritiers, ne trouvent pas facilement preneurs pour leurs biens en location quand les locataires sont décédés. La saignée importante dans la population peut faire penser que l’offre est plus forte que la demande. Dans le partage des biens d’Esprit Faure, effectué en 1722, dont il est question plus loin, il est dit que pour la maison en héritage louée jusque là, on ne trouve plus de « rentier »146. Or, l’importance des revenus apportés par les locations aux bourgeois et aux nobles encourage les autorités à tout faire pour préserver ce type de fonctionnement en dépit de la complexité des héritages. D’ailleurs, lors du bureau de police du 8 novembre 1721, pour éviter que les loyers soient en suspens à cause de la désorganisation générale, il est décidé que « les rentiers qui ont jouy des louages des maisons sont tenus de payer en attendant la moitié de la rente de la ditte maison »147.

138En fait, les locataires ou leurs héritiers doivent continuer à payer une partie de la location sans attendre que les problèmes d’héritage soient réglés. Cependant, nous ne savons pas si le chirurgien a chassé son fermier afin de récupérer le mas pour y loger lui-même pendant l’épidémie ou s’il reprochait vraiment quelque chose à ce dernier.

Des successions particulièrement complexes

  • 148 AD BdR, 401 E 302 fos, 140, 562, 156, 212, 284, 84.

139La question concernant la façon dont se sont effectuées les nouvelles affectations de propriétés à la suite des nombreux décès est particulièrement importante et intéressante. En effet, là aussi l’ordre habituel des choses est complètement bouleversé et les héritages extrêmement complexes, nous allons le voir. Il est vraisemblable d’imaginer que lorsque les notaires arlésiens ouvrent à nouveau leurs études à l’automne 1721 ils sont rapidement submergés par les successions à régler. Les registres notariaux, à partir de novembre 1721, en témoignent car des conventions sont passées entre les particuliers pour organiser devant notaire des partages à l’amiable des biens laissés par les personnes décédées. Les cas rencontrés montrent tous des situations multiples tout à fait inhabituelles. Ainsi en janvier 1722, Jean et François Faure, frères et marchands, partagent avec Jean Audier, berger, l’héritage d’Esprit Faure et de sa femme Marthe Tasquier148. Il s’agit de partager à trois deux vignes, et une partie de maison qui est louée (l’autre partie appartient à Jean Faure. De ce fait, la maison sera sa part d’héritage et il donnera en compensation une somme d’argent prise sur le loyer et ses fonds personnels). Les meubles et objets de la maison sont partagés en trois. Le lien de parenté précis avec le couple décédé n’est pas indiqué et, par ailleurs, ces héritiers peuvent n’en avoir aucun entre eux ou en tout cas éloigné (parent par alliance par exemple) si les ayants droit directs sont tous morts.

140Ces successions sont parfois tellement compliquées, les parentés souvent si éloignées qu’il a dû être très difficile de vérifier la véracité des dires. Les formules employées le montrent : « Honoré Jaufret, patron pêcheur de Notre-Dame de la mer et Anne Durand, veuve de Gaspard Robert, pêcheur, se disant héritiers comme les plus proches parents de tous les enfants de Jean Valon, maître d’hâche (charpentier)… » se partagent deux vignes, une maison et ses meubles, une terre. Visiblement la famille Valon toute entière a été décimée et plus personne n’est là pour témoigner. Une convention est signée entre « François Bernard, maître cordonnier, héritier ab intestat d’Antoine Claude et messire Barthélémy Bernard, prêtre, ses frères, et Pierre et Rose Bertrand frères et sœurs, ses neveux et nièces, enfants de Joseph Bertrand aussi son frère, en cette qualité ayant des prétentions sur l’héritage de Susanne Vielat, fille et héritière ab intestat de Jean Vielat maître tonnelier et de Marguerite Bernard, sœur de François Bernard d’une part, et Suzanne Vielat, veuve de Georges Monnier aussi maître cordonnier, héritière aussi ab intestat de lad. Susanne Vielat sa nièce, fille dud. Jean Vielat et de lad. Bernard et en cette qualité ayant des droits sur les héritages Vielat et Bernard… ».

141Ici, il est décidé que les biens de l’héritage de Pierre et Rose Bertrand, d’Antoine Claude et de messire Barthélémy Bernard appartiendront à François Bernard et ceux de l’héritage de Susanne Vielat et Marguerite Bernard appartiendront à Susanne Vielat, veuve Monnier. Le même François Bernard dispute un autre héritage à Metelin Saint-Martin, également maître cordonnier. Là aussi l’affaire est quasiment inextricable : le premier a perdu son frère, Claude Bernard et sa belle-sœur Louise Saint-Martin. Il veut l’héritage de ses neveux morts, Pierre et Honorade Bernard ; le second en réclame les biens car lui-même a perdu sa mère, Magdeleine Lièvre (veuve), qui était la grand-mère de ces enfants. Ils ne peuvent prouver ni l’un ni l’autre si Magdeleine Lièvre est morte ou non avant ses petits enfants. François Bernard « voulant finir entièrement toute sorte de contestation » propose à Saint-Martin de le dédommager :

S’il voulait se départir de toutes ses prétentions, il consentirait qu’il jouit et eut de son propre non seulement une vigne, mais encore un membre bas de maison.

142En 1722 toujours, au mois de mai, un acte de partage est passé entre « Louis Trotebas fils à feu Marie Bergeirès, Jacques Trichaud mary de Berthelemie Bergeirès, héritiers pour un tiers chacun de Magdeleine et Agathe Bergeirès leurs sœurs et tante, Richard, Antoine et Marie Bergeirès frères et sœurs, et Louis Guis mary de Pierre Bergeirès, tous quatre héritiers de Magdeleine et Agathe Bergeirès aussi leur tante ».

  • 149 AD BdR, 401 E 372.
  • 150 A.-J. Rance, op. cit.

143Cet acte, caractéristique de successions concentrées et « en cascade », est dressé par le notaire Aulanier qui, entre septembre 1721 et mai 1722, inscrit 11 conventions de ce type. Dans la même période, le notaire Tartais règle 10 « partages »149. Il est vraisemblable que dans plusieurs cas de décès multiples dans une même famille, une certaine concentration des biens se soit effectuée entre les mains des rares héritiers par la force des choses. Ainsi A. J. Rance150 signale la mort de Daugières père, avocat puis : « le même jour (9 août 1721) sur les 6 h du soir, mourut encore Monsieur Daugières, jeune homme d’environ 18 à 20 ans et fils unique de Monsieur Daugières, avocat et dernier de sa famille, laissant au moins 20 000 écus à deux sœurs ». Les décès successifs des hommes de la famille Daugières font que deux femmes se retrouvent chefs de famille.

  • 151 AMA, VH1.

144Un autre cas intéressant d’héritage cumulé et complexe que la bénéficiaire n’aurait jamais eu sans la peste se trouve dans une reconnaissance de dot trouvée dans les archives hospitalières d’Arles entre Jeanne Petiteau et son époux Jean-François Barbaroux. L’acte a été fait auprès du notaire Vaugier, le 27 octobre 1722151. La demoiselle Petiteau est : l’« héritière ab intestat de feux sieur Claude Petiteau maitre chirurgien, et demoiselle Jeanne Pradon ses père et mère, et encor des sieurs Joseph Guillaume Petiteau et demoiselle Terèse Petiteau ses frères et sœur et de demoiselle Eléonor Petiteau sa tante paternelle, De son gré a led. sieur Barbaroux déclaré et déclare, en faveur de lad. demoiselle Jeanne Petiteau son épouse qu’il trouva après les décès desd. sieurs ses beau-père, belle-mère, beau-frère, belle-soeur et tante, décédés pendant la contagion, et dans la maison d’iceux la somme de dix mille livres, sçavoir six mille livres en louis d’or écus blancs et monnoye ayant cours, et quatre mille livres au prix des meubles, linge ménage de maison, vin bled, denrées, vaisselle… que les mariés ont déclaré avoir fait estimé par deux amis communs et le prix retiré par led. Sieur Barbaroux, et dont en a été vendu la plus grande partie aux inquantz publiques… ».

145Il est indiqué ensuite que l’époux de Jeanne Petiteau, le sieur Barbaroux, dédommage sa belle-soeur, veuve de Joseph Guillaume Petiteau. Il reste pour le couple 7 700 livres. Cet exemple montre un des nombreux cas où le nombre d’héritages est largement supérieur au nombre d’héritiers.

Arbre généalogique de la famille Petiteau, en gras les personnes mortes de la peste en 1721, sources : registres paroissiaux de la paroisse Sainte-Croix

146Dans cette famille où on trouve des maîtres chirurgiens sur trois générations, six personnes sont mortes de la peste en 1721. Claude Petiteau, au service des pestiférés, a sans doute contaminé les siens dont sa femme, deux de ses enfants et sa petite fille. Mais déjà, avant le début de la peste, il n’avait plus que trois enfants sur les sept qu’il avait eus de son mariage avec Jeanne Pradon. Jeanne, unique survivante de cette lignée, hérite donc des siens. Thérèse Trouche, sa belle-soeur, veuve de Joseph Guillaume, lui aussi chirurgien et pestiféré, est présente dans la succession.

  • 152 AMA, VH1.

147Les cas sont d’une grande complexité étant donné le grand nombre de morts dans toutes les générations, brouillant complètement l’ordre naturel des choses. Quelquefois l’héritier se trouve propriétaire, malgré une parenté assez lointaine, d’un bien qui a été réquisitionné pendant la peste pour du personnel médical ou des soldats. C’est le cas pour l’héritier de l’auberge du Logis du Faucon dévastée pendant son occupation, qui engage alors, nous l’avons vu, un contentieux avec la ville. Parfois aussi, un enfant mineur partage avec un adulte un gros héritage : un partage a lieu en mai 1722 entre Joseph Raybaud, bourgeois et Claude Raybaud (mineur), assisté de maître Jean Daniel Aymard, procureur au siège d’Arles, son curateur, pour partager les biens d’Antoine Raybaud et Jeanne Sicard leurs parents, de Blanche Sicard leur tante, et de Jean Raybaud leur frère. L’héritage se compose de plusieurs terres et de plusieurs maisons. Deux lots sont faits et on fait tirer au sort les deux frères dans un chapeau. Mais il arrive aussi qu’un seul héritage soit divisé entre plusieurs personnes qui peuvent n’avoir aucun lien de parenté. En septembre 1722, un maître cardeur, 3 jardiniers, un travailleur et un ménager, soit 6 personnes, héritent de terres et de vignes en Crau de Pierre Moyne, jardinier152. Les cas différents sont multiples, ainsi que les difficultés rencontrées par les notaires et les juges pour arriver à régler tous ces problèmes. On assiste à des ventes en lien direct avec les décès. Des veuves, en particulier, vendent après la mort de leur mari soit ce qu’elles ne pourront pas gérer elles-mêmes, soit ce qui leur permettra d’avoir de l’argent pour vivre. Ainsi, en novembre 1721, Marie Bertet, veuve et héritière de Jean Vetton, patron de barque vend à Pierre Arnaud qui a le même métier « une barque tartanne […] nommée Sainte-Marthe du port, d’environ 900 à 1 000 quintaux, avec les voiles, antennes, cordages, ancre, barquet, rames et autres attrais servant à la navigation ». Le prix a été fixé à 1 500 livres.

  • 153 AD BdR, 405 E 1006 f° 789, 874.

148En 1722, Marie Abrieu, veuve de Noël Rouet, berger, vend à François Labournier, maître boulanger, une terre plantée de vignes au prix de 116 livres153. Anne Albouin, elle, est veuve d’Antoine Laurens, docteur en médecine, héritière aussi de son fils Antoine, également médecin. Celui-ci était l’héritier de son cousin, Jean Albouin. Elle vend à Pierre Brun, marchand potier une maison avec sa boutique. Les décès bouleversent l’ordre normal des héritages. L’outil de travail ne se transmet plus de père en fils mais échoit parfois à des personnes trop âgées pour qu’il leur soit utile : Anne Antonelle, veuve d’Antoine Vincent, bayle berger, aïeule maternelle et héritière ab intestat de Pons Bonnet, patron de barque et Marguerite Vincent, vend à Claude Roux, patron de barque, une allège qu’elle a eu de la succession de son petit-fils, barque appelée Saint-Pierre Bonne Aventure-du-port, d’environ 1 800 quintaux.

  • 154 FPMA, M 1005 fos 467-485.

149Certains Arlésiens fortunés profitent du nombre de maisons disponibles pour accroître leurs biens immobiliers. Dans son livre de raison154, Charles de Montblanc (né en 1678, mort en 1731) écrit qu’en 1723, il se rend propriétaire de la maison de M. de Servanes (celui qui est mort de la peste ?) pour 3 500 livres. Il a également acheté « une écurie et la partie au-dessus » en 1723 pour 600 livres, puis en 1724, la maison qui fait face à la sienne, « devant la grande porte » pour 800 livres à Michel Serre, voiturier.

  • 155 AD BdR, 401 E 372-373.

150Il semble financièrement à l’aise, puisqu’en 1727, il achète de la vaisselle d’argent (plats, assiettes, saladiers, flambeaux) à Lyon et à Avignon pour 2 361 livres. En 1728, il acquiert 340 livres une petite maison qui « était enclavée » dans la sienne, puis une autre au prix de 357 livres. Dans les registres du notaire Tartais155, les achats de terres et de maisons semblent croître de façon significative en 1722-1723-1724. On en compte 13 en 1720, 1 en 1721, 44 en 1722, 67 en 1723, 66 en 1724, 50 en 1725.

151Pas de noms nobles parmi les acheteurs dont la fonction n’est pas souvent indiquée dans l’acte. Il est possible qu’il s’agisse d’Arlésiens qui ont hérité (mais il n’est pas fait allusion dans l’acte de l’origine de la propriété) et qui mettent certains biens en vente, peut-être pour avoir de l’argent liquide. D’autres profitent de prix probablement plus bas qu’auparavant pour acquérir des biens immobiliers, soit pour les exploiter, soit comme placement.

Litiges et délits

  • 156 AMA, GG 27 fos 342-368.

152Il y a des tentatives de captation d’héritage. Une dizaine sont notées dans les compte-rendus du bureau de police de la ville d’Arles156. La nommée Marthe Rolande dite Chaberte a fait un faux testament pour récupérer les biens du sieur Annibal Saquier, héritier. Il s’agit d’un détournement important fait, sans doute, à un fils en deuil de son père : « … La ditte Rolande remettra en dépos entre les mains de MM. les Consuls le diamant qu’elle a pris dans la maison de Saquier (et) les 538 livres […] Dès demain même on iroit faire un inventaire de toutes les marchandises et de tous les effets qui sont dans la maison de feu Saquier et qu’on ira dans le moment même fouiller dans les maisons avec la ditte Chaberte pour voir si on pourra découvrir quelques marchandises ou quelques effets appartenant à feu Saquier et qu’en attendant Marthe Rolande et Quiren seront consignés dans sa maison ».

153Deux personnes se disputent l’héritage de Jean Gagnaire. Un certain Jean Rey a tout pris :

Il a été exposé par M. d’Olivier, commissaire général de la paroisse sainte-Croix que Jean Rey avoit recueilly un héritage de feu Jean Gagnaire duquel testament n’est point en forme, de plus qu’il s’étoit présenté une nièce dudit Gagnaire.

154En fait, c’est la nièce reconnue « véritable » qui hérite seule. Autre affaire complexe à juger pour les consuls, Eleonor Médaille (veuve ou fille ?) de feu Louis Médaille se disputent l’héritage du défunt avec Blanchet, meunier (on ne sait pas s’ils ont un lien de parenté). Le meunier est soupçonné d’avoir pris des effets avant qu’une décision ne soit rendue. Or, selon la déposition des témoins et le témoignage du curé de la paroisse Saint-Antoine, il semblerait qu’il y ait eu deux testaments. Une perquisition dans la maison est ordonnée pour trouver le deuxième. La situation est semblable pour Jean Palot qui accuse sa cousine germaine d’avoir disposé des biens avant que deux testaments existant aient été examinés. Les décisions finales ne sont pas consignées dans les comptes-rendus. La plupart des litiges concernent la rapidité avec laquelle certaines personnes, parfois héritiers véritables, ont accaparés les héritages avant concertation avec les autres héritiers. Ils doivent souvent rendre ce qu’ils ont pris trop hâtivement : la demoiselle Peitieu, épouse de M. Ribe devra retirer tous les revenus de l’héritage et les remettre « entre les mains des commissaires ou à l’hôtel de ville ». Parmi les comptes-rendus du bureau de police un seul cas semble avoir été traité à l’amiable dès le début :

Le bureau authorise l’inventaire qui se faira à l’amiable des effets de la maison de feu Sabatier de la parroisse Sainte-Anne, et de la vente du vin qui est dans la cave, à la réquisition de Pierre et Alix Bertrand, sans faute à rendre compte aux autres cohéritiers et créanciers s’il y en a.

155Les autorités arlésiennes ont à éclaircir des litiges liés aux biens des décédés et aux successions de l’automne 1721 à la fin février 1722, donc sur une période assez courte. Après cette date, la page semble être tournée puisque aucune affaire n’apparaît clairement liée à la peste, ni dans les registres de police municipaux ni dans ceux de la Sénéchaussée. Le rôle des consuls a sans doute été déterminant pour un retour à un fonctionnement normal. François Peilhe en parle :

Mrs du bureau de santé voulant glorieusement finir leurs fonctions, s’assembloient trois jours de la semaine, pour satisfaire tous ceux qu’ils avoient employé durant la peste, et pour décider au même tems des désordres que ce fléau avoir causé parmi les habitans, ce qui fit un très bon effet pour le repos du public, car dans la suite plusieurs se seroient ruinés pour plaider leurs différens.

156Des atteintes à la propriété ont lieu, pendant l’épidémie. Mais un certain nombre de larcins ne sont connus qu’à la fin quand les survivants, quarantenaires ou réfugiés à la campagne, peuvent rentrer chez eux. Ils ont souvent la désagréable surprise de trouver leur maisons vidée ou de faux héritiers essayant de s’approprier les biens qui leur reviennent. À partir du mois d’octobre 1721, les comptes-rendus du bureau de police montrent une vingtaine de litiges entre particuliers pour vol et détournement de biens. Dans quatre cas sur cinq, l’incarcération du coupable est prononcée. Ainsi le sieur Lambert va en prison car il ne parvient pas à rendre les 150 livres volées dans la maison de Marbense, décédé. La femme Andronne est accusée d’avoir commis des vols dans la maison de feu André Vernet. Or le fils légitime revient du Levant et veut récupérer son bien :

Il a été proposé par M. Michel qu’Andronne qui est actuellement en convalescence à la Charité s’étoit saisie de la clef de la maison de feu André Vernet sans aucune raison et avoit même pris beaucoup d’effets, comme il se trouve que depuis quelques jours il est arrivé du Levant un fils légitime dudit André Vernet et qu’il demande que la ditte Andronne luy restitue les effets et la clef de la maison dont elle s’étoit saisie, disant même qu’elle avoit une bague et une ceinture d’argent, le Bureau a délibéré que laditte Andronne remettroit au plutôt les clefs de la maison et autres effets qu’elle peut avoir pris.

157Un homme du nom d’Archenet est, lui aussi, soupçonné. Un inventaire détaillé des objets qu’il avait dérobés chez Esprit Faure est fait dans sa maison puis on le conduit en prison :

  • 157 Bracelet en forme de cercle.

Ledit Archenet (est) accusé par Faure neveu de feu Espéry Faure d’avoir pris dans la ditte maison : cent huit livres en espèces, 9 linseuls, une tabatière d’argent, 4 chemises d’homme, 5 douzaines de serviettes, une garniture de lit vert d’étofe, une autre garniture de lit blanc. À la femme nommée Marthe : 12 chemises, 15 plats étain médiocres, une ceinture d’argent, une bague diamant, un cercle157 et une autre bague.

158Comme dans le cas précédent, c’est un héritier, le neveu du propriétaire qui demande justice. Autre exemple, deux femmes : « les dittes nommées Babouillonne et Belle Marinière seroient mises en prison en attendant qu’on les fit avouer et rendre les effets qu’elles ont pris dans la maison de Pascale […] son mary est en cette ville, il demande les effets qui ont été pris dans sa maison ».

159Un à trois commissaires sont à chaque fois nommés pour régler ces litiges en se rendant sur place si nécessaire. Mais les différends sont parfois difficiles à démêler et le bureau use sans doute de beaucoup de patience pour obtenir la vérité. La suite de ce type d’affaires ne nous étant pas connue, nous ne savons pas si un certain nombre de plaintes furent sans fondement. Malgré le soin mis par les autorités à régler ces problèmes, si possible à l’amiable, on ne peut exclure la probabilité d’erreurs judiciaires. Ceux qui peuvent rendre ou payer les biens volés ne semblent pas avoir été plus inquiétés. Parfois, sans doute s’ils sont solvables, ils doivent payer une amende qui sera attribuée aux pauvres. Quatre litiges, dont un violent, ont lieu entre des membres d’une même famille, provoquant sans doute une mésentente durable. Ainsi un nommé Martegau, en désaccord avec son père à propos de l’héritage de sa mère « le saisit au collet et se débatant avec luy, luy fit selon le rapport du chirurgien dix trous à la tête et le mit tout en sang soit avec des coups de cotteaux ou de pierre ». Le bureau de police le condamne à payer « les frais de maladie de son père, sauf à luy à demander justice pour les droits qu’il peut prétendre envers sa mère ».

160Claude Couyer et sa sœur se disputent des effets. Un commissaire, M. d’Olivier doit entendre les deux plaignants et décider de la suite à donner « ainsi que de droit et de raison ». Autre litige entre frère et sœur, Delphine Bigotte est accusée d’avoir pris également les effets de son frère dans la garde-robe de sa maison. L’exemple suivant montre des dissensions entre des personnes dont les liens familiaux sont plus éloignés : Jean-Baptitste Ode demande « que les belles-sœurs de son fils lui remettent les effets qu’elles ont pris dans la maison de son dit fils en disant que les dit effets ne leur appartiennent pas. Le bureau a nommé M. de Peint, commissaire général de la paroisse de la Major, pour examiner les raisons des belles-sœurs… ».

161D’autres litiges, traités eux directement par le bureau de santé, ont trait aux services rendus pendant la peste. Ceux-ci ne sont pas toujours rétribués à leur juste valeur, ou ils donnent lieu à des indélicatesses. Car chez les particuliers, s’il y eut certainement beaucoup d’actions charitables et humaines, quelques récits trouvés dans le registre journalier montrent des attitudes discutables ou malhonnêtes, découvertes après la peste à l’occasion de la régularisation de plusieurs affaires. Ainsi, Anne Capelière dite « la dragonne » a soigné pendant 15 jours les neveux de Pestre, maitre-menuisier. Elle s’est payée sur « les effets de la maison ». Le bureau de santé lui accorde 3 livres de salaire et ne fait pas de poursuites. Mallemort et Chaine se disputent au sujet d’un cheval que Chaine a trouvé errant, « dans le feu du mal » et qu’il a recueilli. Il est décidé que Mallemort reprendra son cheval mais paiera les frais de sa nourriture. La nommée Rebaignade a servi le sieur Julien pendant sa maladie. Il lui avait promis 150 livres et refuse maintenant de payer. Le bureau de santé l’y oblige. On peut en effet imaginer les dons et surtout les promesses de grosses sommes faites dans un moment de grande détresse et oubliées aussitôt le péril éloigné. François Peilhe témoigne de l’mportance de l’argent en jeu :

Les derniers qui mouroient d’une famille donnoient jusqu’à mille livres et plus, à ceux qui vouloient s’exposer pour leur donner les derniers secours.

162Le bureau de santé paraît avoir pris des décisions équitables et de bon sens dans ces cas litigieux, en tout cas, dans le sens de l’apaisement, en ménageant chacune des parties. Comme pour le bureau de police, un ou plusieurs commissaires ont été nommés pour conduire l’enquête au sujet de chaque affaire. Ces cas, en définitive, ne sont pas très nombreux. Il est possible toutefois d’imaginer que dans la population arlésienne largement diminuée, ils font l’objet des conversations et des commentaires des survivants, tous plus ou moins préoccupés de retrouver leurs biens pour reprendre une vie normale.

163Des années après la peste, la ville vit cette situation étonnante d’avoir à réattribuer des biens dont on ne sait plus à qui ils appartiennent réellement.

  • 158 AMA, FF 79 fos 17-18.

164Dans le registre des rapports d’estime de 1724158, on s’aperçoit que les problèmes de répartition des biens à la suite des successions sont très importants et complexes. Des estimateurs, sur commandement par exploit d’huissier, évaluent les maisons et les valeurs constituant les héritages en litige. Malheureusement seuls six rapports sont clairement indiqués comme étant des litiges dus à la peste. Pour chaque cas, ils se rendent sur place pour évaluer le bien à la demande des héritiers qui s’estiment lésés. Très souvent, en attendant que le litige soit réglé, le bien appartient « en précaire » aux héritiers supposés. Mais bien souvent, dans les deux parties, les adversaires sont susceptibles d’être héritiers. Ainsi, les estimateurs, à la demande de l’huissier et à la requête des héritiers de feu Mathieu Debézieux, marchand tanneur à Trinquetaille, se sont « portés sur une propriété en Crau en précaire aux heoirs de Debézieux pour procéder à l’estime d’icelle suivant l’ordonnance rendue par monsieur le juge royal et ordinaire de cette ville en la cause des dits heoirs de Debézieux contre les heoirs avec inventaire de Vincent Coye, ménager, héritier de Alix Sève sa femme ».

165Pour cette propriété, un extrait d’acte de vente à Alix Sève, épouse de Vincent Copte, décédés tous les deux, et datant de décembre 1718 est fourni. La terre s’est vendue 60 livres. Mais Mathieu Debézieux a prêté l’argent et en a donc été collocataire. D’où le litige : les héritiers d’Alix Sève et de son mari veulent récupérer la terre, les héritiers de Debézieux, l’argent. Tout se termine par une vente aux enchères permettant aux héritiers de la propriétaire de rembourser les héritiers du prêteur. L’héritage de Vincent Copte est présent dans une autre rapport, où l’estime de ses biens est effectuée : Marie Roux, veuve et héritière d’André Copte, ménager de Trinquetaille et de Vincent Copte son frère, s’oppose à d’autres créanciers de son beau-frère. Un autre cas intéressant concerne une rente sur une auberge : l’estimation est faite dans le cas d’un litige entre Jeanne Rique, veuve et héritière par inventaire de Pierre Devèse, hôte, contre Jacques Cournu, bourgeois qui a hérité des « fruits » du Logis Notre-Dame que possédait feu Jacques Lambert. Il est adjugé aux héritiers de Devèse un rabais sur les rentes de cette maison « à cause de la contagion dont cette province et cette ville ont été affligées ».

166Après quelques soubressauts, le système qui prévalait avant la peste reprend sa place. En cas de litige, les biens sont réattribués si les plaignants prouvent leur bonne foi. Beaucoup d’héritages se font sous bénéfice d’inventaire.

Une relative consolidation des fortunes

167Les particuliers ne mettent sans doute pas longtemps à réinvestir dans le bâtiment sans attendre la bonne conjoncture agricole des années 1730. Les héritages ont pu donner des moyens financiers à un certain nombre de propriétaires. Nous l’avons vu, la politique systématique d’alignement des rues commencée dans les années 1680 s’amplifie après la peste. Les propriétaires font refaire alors leurs façades qu’ils mettent au goût du jour et souvent aussi l’intérieur de la maison, modifiant l’escalier, la disposition des pièces. Même s’il n’existe malheureusement plus de prix-faits pour cette époque car ils sont passés sous seing privé, il est vraisemblable qu’un très grand nombre de façades arlésiennes furent refaites après 1721 et type de fenêtre à arc segmentaire tout à fait attribuable à cette période. Pour d’autres, la situation financière semble suivre son cours normalement sans que les pratiques habituelles de placement d’argent aient à souffrir des événements. Ici, pas d’achats de maisons, mais des opérations qui rapportent. François de Quiqueran de Ventabren né à Saliers en 1682, cité plus haut, indique qu’en 1720 après avoir échangé ses billets de banque contre de l’argent en pièces, il plaça 15 600 livres à 4 % sous forme de prêt à d’autres nobles :

1720 : remboursé de tous mes capitaux en billets de banque, j’en réalisa partie.
1723 : consul. En aoust je plaça sur Saxi 11 600 livres en argeant et 4 000 livres sur Mayran Vergiere en billets. Il ne me resta qu’environ 300 livres quand la peste vint.
1724 : je plaça pour 2 années sur Raybaud marchand 1 400 livres.

168Or en 1724, il place de nouveau 1 400 livres auprès du marchand Raybaud, puis en 1726, 4 000 livres auprès des Vergières. La peste n’a modifié en rien ses pratiques financières. À la fin de son livre de raison, l’Arlésien note qu’entre 1720 et 1747, il a épargné 20 000 livres, en plus de 38 500 livres placés (livre de compte de l’année 1747). Il s’agit certes d’une fortune très moyenne, mais qui progresse régulièrement.

169Plusieurs familles aisées semblent conforter leur position au XVIIIe siècle, principalement après 1730, peut-être lorsque les récoltes redeviennent excellentes. Le livre de raison d’Henry de Biord montre comment évolue une fortune arlésienne dans cette période. En 1734, il a placé sa fortune dans la « pierre » et les bâtiments locatifs. A-t-il profité comme c’est le cas dans le reste de la France, du fait que la valeur des loyers ait beaucoup augmenté entre le début et la moitié du XVIIIe siècle ? C’est peut-être plutôt l’inverse qui s’est produit car le nombre de maisons vacantes et à vendre dans une ville en partie vidée de ses habitants, a favorisé l’achat de biens plus que l’augmentation des locataires et par conséquence des loyers. En tout cas, M. de Biord a acheté plusieurs maisons, greniers, écuries en ville qu’il loue. Il fait fructifier ses terres en Crau, en Languedoc et place les bénéfices (75 541 livres) auprès de particuliers ou de communautés à qui il prête de l’argent avec un intérêt de 2 à 4 %.

  • 159 AMA, CC 24.
  • 160 AMA, CC 23.
  • 161 AMA, CC 105.

170L’impression générale est qu’en dehors du phénomène des successions qui enrichit probablement des gens jusqu’alors modestes et conforte certaines fortunes, l’équilibre économique dans le domaine privé ne fut pas modifié. Les notables gardèrent ou développèrent leurs biens et les rapports entre propriétaires et non propriétaires, surveillés avec vigilance par les autorités, après un nécessaire temps d’adaptation, demeurèrent inchangés. Il n’existe pas de cadastre qui permette d’étudier en détail les mutations des propriétés immobilières et foncières après la peste. Elles n’ont pas été inscrites sur le cadastre du début du XVIIIe siècle159. Une liste des maisons160 est établie en 1726, île par île, mais elle n’indique ni le nombre d’habitants ni les mutations. Elle permit aux consuls de savoir précisément qui, propriétaire ou locataire, habitait dans chacune de maisons. Dans le rôle de capitation de 1750161, sur les 2 450 contribuables arlésiens, les 3/4 paient entre 1 et 8 livres d’impôt. 71 paient entre 20 et 60 livres (2,8 % des imposés). Comme dans le cadastre de la fin du XVIIe siècle, les plus riches sont le marquis de Castillon et le marquis de Grille (imposés à hauteur de 105 livres chacun).

171Par rapport à l’estimation des fortunes faite en 1694 où on comptait 1946 contribuables, on trouve des proportions de fortunes assez semblables puisqu’il y a également à cette époque 71 personnes que l’on peut considérer comme fortunées. Par contre, on observe un tassement des fortunes supérieures avec trois familles arlésiennes seulement entrant dans cette catégorie en 1750 contre une quinzaine en 1694. dans les décennies suivantes, donnant à la ville l’aspect qu’elle a encore aujourd’hui avec un avec un type de fenêtre à arc segmentaire tout à fait attribuable à cette période.

Notes

1 É. Carpentier, Une ville devant la peste. Orvieto et la peste noire de 1348, Bruxelles, De Boeck Université, 1re éd. 1962, réed. 1993, p. 175.

2 AMA, GG 27 f° 38.

3 AMA, GG 27 fos 218, 212, 207.

4 Ouvrier agricole qui creuse les fossés d’irrigation et les entretient.

5 AD BdR, 404 E 1048 f° 49.

6 AMA, BB 106, fos 246, 298.

7 AMA, GG 27 fos 234, 213, 214.

8 AN, G 7 1735 pièce 10.

9 Il est possible qu’il s’agisse de jeunes filles qui suivent les glaneuses avec des paniers.

10 Ceux qui reçoivent un gage, qui sont « loués », journaliers (F. Mistral, Le trésor du Felibrige, rééd. Slatkine, 1979).

11 AMA, GG 27 f° 216.

12 R. Baehrel, op. cit., p. 580, tableau 25.

13 FPMA, M 494 f° 171.

14 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 158.

15 AMA, GG 27 fos 417, 245.

16 FPMA, M 558 fos 28-29.

17 Édition collective, La muraille de la peste, Cavaillon, Alpes de Lumière, 1993, p. 50.

18 J.-N. Biraben, op. cit., p. 249-250.

19 Ibid., p. 249.

20 AN, G 7 1732 pièce 47.

21 AMA, FF 49 f° 173.

22 R. Vignal, op. cit., p. 42.

23 R. Bruni, op. cit., p. 47.

24 AMA, GG 27 fos 38, 200.

25 « Traversiers, traversiés : traversins », Trésor du Félibrige, op. cit.

26 AMA, BB 106 f° 232.

27 AMA, BB 89 f° 267.

28 J. Dumoulin, « Le financement de la peste à Aix au XVIIe siècle », Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 435.

29 « Relation de la peste dont la ville de Toulon fut affligée en 1721, avec des observations instructives pour la postérité par M. d’Antrechaus, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, premier consul de Toulon », Pièces historiques sur la peste de 1720 et d’une partie de la Provence en 1720, 1721, 1722, publiées en 1820 à Marseille.

30 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 275.

31 AMA, BB 44 f° 958.

32 AMA, BB 89 f° 267.

33 AMA, BB 106 f° 261.

34 AMA, BB 114 f° 54.

35 AMA, BB 89 f° 340.

36 AMA, GG 27 fos 211, 242.

37 AN, G 7 1734 pièce 20.

38 AMA, GG 32 fos 541, 681, 745.

39 AMA, BB 89 fos 334-335.

40 AMA, BB 90 fos 1, 3, 22.

41 FPMA, M 1103 f° 731.

42 AMA, BB 106 f° 456.

43 AMA, GG 27 f° 384.

44 AMA, BB 90 fos 57-107.

45 AMA, BB 90 fos 1-121.

46 Impôts sur le blé, le vin, la boulangerie.

47 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

48 AMA, CC 95.

49 Les registres sont établis de mars à mars.

50 AMA, CC 102.

51 AMA, CC 96.

52 AMA, BB 106 f° 558.

53 AMA, CC 1002.

54 AMA, GG 27 f° 211.

55 AMA, BB 89.

56 AMA, GG 32 f° 537.

57 Ensemble des ménagers.

58 AMA, CC 491, CC 498.

59 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 338.

60 M. de Villemont est établi à Marseille.

61 AMA, BB 106 fos 564, 484, 485, 451.

62 AMA, BB 106 fos 451, 455, 523.

63 AMA, GG 27 f° 407.

64 AMA, GG 35 f° 571.

65 AMA, GG 32 f° 617.

66 AMA, GG 36 fos 173, 21.

67 AMA, BB 45 fos 113-114.

68 AMA, BB 548-583.

69 AMA, BB 106 fos 585-587.

70 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995, p. 112.

71 AMA, BB 106 fos 636-713.

72 AMA, BB 45 fos 218, 221, 294.

73 AMA, BB 46 f° 8.

74 AMA, CC 44 pièces 19-20.

75 É. Carpentier, op. cit., p. 189.

76 AMA, BB 47 f° 93.

77 AMA, BB 49 fos 112, 128.

78 BnF, M 8919 fos 148, 150.

79 Ce mémoire n’a pas été retrouvé.

80 M. de Bernage est l’intendant du Languedoc.

81 Il s’agit sans doute du duché de Bourgogne et de la Franche-Comté.

82 AMA, BB 89 f° 245.

83 AMA, GG 27 f° 41. Charles Baschi de Thoard, marquis d’Aubais (1686-1777). La seigneurie de Thoard se trouvait en Haute-Provence.

84 AMA, BB 106 fos 276, 277, 321, 303, 321, 306, 312, 309.

85 AMA, GG 32 f° 290.

86 AMA, GG 32 f° 343.

87 En Crau.

88 AMA, GG 35 f° 140.

89 AMA, BB 45 fos 95, 97, 100.

90 AMA, GG 32 fos 298, 326, 398, 313, 369, 541, 301.

91 AN, G 7 1732 pièce 31, 6, 173.

92 AMA, BB 106 f° 394.

93 Un sieur Michel succède au trésorier Brunet, mort de la peste. Il est remplacé par Brunet fils quand il meurt à son tour, vraisemblablement de la peste aussi.

94 AN, G 7 1730 pièce 173.

95 AMA, GG 32 f° 379.

96 AMA, BB 106 fos 410-411.

97 AMA, GG 32 f° 386.

98 AN, G 7 1736 pièce 1, 25.

99 AN, G 7 1736 pièce 61.

100 Cet état ne figure pas dans ce document.

101 En réalité : 192 475,99 livres.

102 AMA, BB 106 fos 417, 420.

103 En janvier 1723, le marquis de Brancas achètera la charge de gouverneur particulier de la ville d’Arles.

104 AMA, GG 36 fos 274, 273.

105 AMA, GG 27 f° 265.

106 AMA, GG 32 f° 373.

107 BnF, M 8919 f° 12.

108 Ch. Carrière et al. op. cit., p. 331-338.

109 R. Bruni, op. cit., p. 67.

110 G. Buti, op. cit., p. 100.

111 « La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-172 », archives départementales du Vaucluse, CDDP, n° 5, 1976.

112 R. Vignal, op. cit., p. 42.

113 La muraille de la peste, Cavaillon, Alpes de Lumière, 1993, p. 59.

114 AMA, BB 48 f° 230.

115 AMA, GG 32 fos 550-736.

116 FPMA, M 558 f° 36.

117 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 288.

118 Ibid.

119 AMA, BB 48 fos 230, 231.

120 AMA, AA 20 fos 282, 269.

121 AMA, BB 48 f° 41.

122 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

123 AMA, GG 27 fos 322-368.

124 AMA, GG 42, non folioté.

125 AN, B 3/2/74 f° 227.

126 FPMA, M 2184 f° 37.

127 AMA, GG 27 fos 423, 397, 381.

128 FPMA, M 517 pièce 35.

129 AMA, BB 106 fos 473-494.

130 AMA, GG 27 fos 400-443.

131 AMA, FF 49 f° 240.

132 AMA, BB 106 fos 618, 619.

133 AMA, GG 27 fos 412, 411, 428, 435.

134 AMA, GG 32 f° 548.

135 AMA, BB 106 fos 498, 606, 785, 786.

136 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

137 FPMA, M 2184 fos 4-46.

138 G. Pichard, « Marine royale et histoire de l’environnement en Provence », 108e congrès national des sociétés savantes, Grenoble, coll. « Histoire maritime », 1983, p. 287-316.

139 AMA, BB 45 f° 210.

140 AMA, BB 46 fos 52, 105.

141 AMA, DD 69, DD 70.

142 Ch. Carrière, « Il y a-t-il eu un XVIIIe siècle à Martigues », Provence historique, t. XIV, janvier-mars 1964, n° 55, p. 53.

143 AMA, GG 27 f° 211.

144 FPMA, M 558 f° 40.

145 AMA, GG 27 f° 353.

146 AD BdR, 401 E 302 f° 140.

147 AMA, GG 27 fos 352, 365.

148 AD BdR, 401 E 302 fos, 140, 562, 156, 212, 284, 84.

149 AD BdR, 401 E 372.

150 A.-J. Rance, op. cit.

151 AMA, VH1.

152 AMA, VH1.

153 AD BdR, 405 E 1006 f° 789, 874.

154 FPMA, M 1005 fos 467-485.

155 AD BdR, 401 E 372-373.

156 AMA, GG 27 fos 342-368.

157 Bracelet en forme de cercle.

158 AMA, FF 79 fos 17-18.

159 AMA, CC 24.

160 AMA, CC 23.

161 AMA, CC 105.

Table des illustrations

Légende Prix de location d’un valet de ferme entre 1719 et 1724, prix en livres
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Emprunts faits par la commune entre 1722 et 1726
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6724/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Recettes des taxes de 1723 à 1730
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6724/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Arbre généalogique de la famille Petiteau, en gras les personnes mortes de la peste en 1721, sources : registres paroissiaux de la paroisse Sainte-Croix
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6724/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540