Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Un choc social ?

Texte intégral

Résistances et désobéissances

1Après le récit et l’analyse des événements qui ont marqué l’épidémie de peste arlésienne, il est important de s’interroger sur les conséquences sur la société des événements liés à la peste. Nous avons vu plus haut que les réactions face à la peste, fuir, s’enfermer, rester et aider, ou subir, dépendaient de la catégorie sociale à laquelle on appartenait. Il n’était pas possible de fuir si l’on n’avait pas un endroit où loger à la campagne. Il n’était pas possible de s’enfermer si l’on n’avait pas d’argent pour faire des provisions et une maison suffisamment grande et facile à fermer. On ne pouvait pas aider vraiment utilement à un niveau réel de prises de décisions si l’on n’était pas déjà proche du pouvoir. Les pauvres ne pouvaient qu’espérer échapper à la mort et les plus démunis étaient peut-être dans un fatalisme qui dépassait même cet espoir. Beaucoup éprouvaient sans doute une certaine rancune pour les gens aisés qui, eux, au moins, avaient le choix.

  • 1 R. Baehel, « La haine de classe en temps d’épidémies », Annales Économies, sociétés, civilisations(...)
  • 2 FPMA, M 232 fo 139.

2René Baehrel a analysé les réactions de classes face aux épidémies1 et évoque clairement les tensions inhérentes à ces situations. Il lie proportionnellement le sentiment de peur à la possession de biens : « Ceux qui éprouvèrent la peur, au sens habituel du mot, la peur qui se traduit par la fuite, sont à chercher parmi les riches ». Sans doute est-ce un peu caricatural car de nombreuses personnes, inquiètes pour leur famille, auraient certainement choisi, quel que soit leur niveau de richesse et s’ils l’avaient pu, de mettre leurs enfants ou leurs proches à l’abri. Autre analyse plus avérée, Baehrel constate que lors du choléra de 1832, ce sont les pauvres qui meurent en premier. Les survivants accusent les riches, mais aussi les médecins et les apothicaires de les empoisonner. À Arles, un médecin, M. Pitot, fut accusé d’empoisonner les gens « pour faire durer son emploi » et « on souleva le peuple contre lui »2. Mais c’est dans un contexte de lutte politique et d’après M. de Nicolay, la manœuvre est faite par les notables, non par le petit peuple.

3Quelles ont été les conséquences à court terme ou à long terme des mesures exceptionnelles et particulièrement autoritaires qui ont été prises pour la sauvegarde de la population ? À court terme, nous allons le voir, elles ont été violentes. À long terme, les hypothèses avancées devront être extrêmement prudentes car les données précises manquent et que l’on ne peut qu’extrapoler, sauf en ce qui concerne le pouvoir politique

  • 3 AMA, GG 27 fo 131.

4Il est certain que les mesures prises par les consuls et le bureau de santé sont très contraignantes, même pour une population qui a l’habitude d’une hiérarchie sociale stricte. Les réactions apparaissent au fur et à mesure qu’elles sont promulguées. Ce qui ressort d’abord est la crainte de l’enfermement dans les lieux réservés à la quarantaine. Il oblige les « suspects » à vivre dans des conditions très pénibles, dans le manque de confort et la promiscuité. Le risque accru de contracter la maladie, terrorise les gens. Plus encore, ils appréhendent l’horreur des mouroirs que sont les infirmeries. Pour ces raisons, certains essaient de cacher leurs malades et même leurs morts. À preuve ce récit du bureau de santé le 5 mars 17213 :

  • 4 Le lieu-dit Barbegal se trouve à la limite de la Crau et des Alpilles, à l’est d’Arles.

Monsieur le commandant et messieurs les consuls ayant eu avis ce matin qu’il étoit mort une personne depuis longtemps dans le mas appelé « du serrurier » proche de Barbegal4 led. sieur commandant et monsieur Chartroux un des consuls se sont portés en même temps aud. mas, y ont trouvé une femme et deux enfants qu’ils ont interrogé sur la mort de cet homme qui étoit mary a lad. femme et père à ces deux enfants, ils en ont appris que cet homme étoit mort depuis 25 jours, qu’ils avoient caché sa maladie et sa mort et qu’ils l’avoient enterré de nuit dans une terre voisine du mas de peur que le bureau en ayant connaissance ne les conduisit aux infirmeries et ne leur fit brûler leurs meubles. Ils ont emmené femme et enfants dans la tour de la cavalerie. Ils y seront nourris.

  • 5 AMA, GG 30, 17e cahier.

5Un autre cas, dans la paroisse de la Major, laisse deviner la détresse des familles5 :

Joseph Corbier, fils de Nicolas, âgé de 7 ans, mort dans sa maison, paroisse de la Major, a été enseveli au cimetière la Major le 3 mai sur un billet du sieur Michel, chirurgien d’office auquel on cacha la maladie de l’enfant disant qu’il étoit tombé des escaliers. La mère, après la mort de son mary, a dit le contraire.

  • 6 BnF, M 8919 fo 116.

6Les autorités elles-mêmes font des réserves quant à l’utilisation des infirmeries. Un mémoire anonyme est conservé dans la correspondance de l’intendant Lebret à la Bibliothèque nationale6. Il évoque clairement ce sujet :

… L’expérience a fait connoitre que les maladies sont plus faciles à guérir dans une maison particulière que dans une infirmerie ou un hôpital, où elles sont toujours plus rebelles par le mauvais air que le grand nombre de malades y répand. D’ailleurs, il paraît une espèce d’inhumanité d’enlever un malade des bras de sa famille pour le porter dans un hôpital infecté d’un air pernicieux où le spectacle des morts et des mourants ne manque pas de redoubler sa terreur… Ceux qui sont mis en quarantaine sont saisis de crainte, accablez de tristesse et d’ennuy et regardent avec horreur ce lieu comme une pépinière qui fournit l’hôpital où ils seront bientôt transportés…

  • 7 AMA, GG 27 fos 185, 203, 235.
  • 8 AMA, M 558 fo 24.

7Il y a aussi des cas isolés de désobéissance et de révolte : en avril 1721, un certain Galoutaire envoie son valet en ville alors qu’il a de la fièvre et malgré l’interdiction de circuler qui a été annoncée et affichée partout. Il doit payer 500 livres d’amende. Quelques jours plus tard, le maçon Gouirand se rend sans autorisation au clos de Margaillan, lieu de quarantaine. Il est surpris par le consul Brunet, s’enfuit, se défend à coup de pierres. Il est arrêté, emprisonné à la tour de la Cavalerie puis fouetté sur la place du Marché. Le registre du bureau de santé signale que des mouvements de révolte se manifestent dans la population contre les « corbeaux » qui viennent chercher les malades et les morts : le 18 mai, il est décidé qu’un capitaine des « corbeaux » sera nommé et les accompagnera à travers la ville7. Rien d’organisé ni de prémédité vraisemblablement. Il s’agit d’épisodes sporadiques qui montrent bien le grand malaise des Arlésiens et l’impact humain de la tragédie qui se joue. Un témoignage, toutefois, permet de comprendre que l’épidémie a changé le rapport de force entre les propriétaires et leur main-d’œuvre. M. de Bouchet en parle à propos de la difficulté de recrutement de journaliers8 :

  • 9 Jacques d’Arlatan de Beaumont, ancien capitaine au régiment Royal-Artillerie, commandant d’Arles j (...)

Les gages des trois premiers mois de l’esté montèrent jusques à 30 escus. Il y avoit des mutins en grand nombre qui crioient hautement quand le monde quitta la ville qu’ils seroient enfin les maistres ; ils se flattoient de se faire payer à un louis par jour lors de la récolte ; ils comptoient mesme d’en avoir la moitié. Les valets quittoient leurs maistres sans sujet. Il régnoit à Arles un esprit de sédition qui n’avoit point esté réprimé. C’estoit M. de Beaumont9, qui avoit depuis peu quitté le service, qui commandoit ; la douceur avec laquelle il le faisoit rendit le peuple plus hardi. Dans le mois de septembre (1720), sur la cherté des bleds, des femmes coururent la ville avec des tambours pour ameuter le peuple et piller les greniers ; cela fut négligé comme une minutie. Peu après il arriva un plus grand désordre ; sur les étrangers qui venoient à Arles sans distinguer que les barrières sont nécessaires en temps de peste et qu’on peut y aller sans rien risquer, le peuple et mesme les gens de condition l’approuvant en ce chef, disoient qu’il falloit refuser ceux qui venoient de Marseille, et un directeur du tabac, après avoir fait quarantaine à Salon, estant entré à Arles, le peuple s’ameuta et voulut le faire sortir. Le commandant et les consuls y furent ; rien ne put arrester cette populace ; ils commençoient à mettre des fagots autour de la maison de M. de Pérignan où ce directeur estoit logé, lorsque le commandant s’avança et fit sortir ces étrangers. Cette émeute ne fut suivie d’aucun châtiment. Cette douceur les rendit plus entreprenants.

  • 10 AMA, GG 27 fos 69, 80.
  • 11 O. Caylux, Présence du groupe nobiliaire dans la ville d’Arles sous l’Ancien Régime (1640-1789), m (...)

8Cependant, au début de juin 1721, les événements se précipitent. Le quartier de la Major va être le lieu de départ d’une véritable émeute. Dès le début de l’épidémie, une fracture topographique que sous-tend peut-être un clivage social est apparue. Nous avons déjà mentionné le moment où l’épidémie a atteint ce quartier en frappant les maisons des arènes. Les accès en sont alors fermés. On constate alors de la part des autres habitants, à l’extérieur du périmètre bouclé des réactions de rejet dont il n’est fait état nulle part ailleurs dans Arles. S’il semble évident que c’est un sentiment de peur qui domine de la part des Arlésiens encore préservés, il ne faut pas écarter l’idée d’une méfiance encore accrue par la condition défavorisée des « infestés ». Monsieur de Piquet, commissaire de la paroisse de la Major, annonce au bureau de santé « qu’il connaît quelques familles de paysans dans la dernière misère, faute de travail, la plupart des gens ne voulant pas les faire travailler parce qu’ils sçavent qu’ils habitent les arènes »10. Ce quartier a sans doute déjà mauvaise réputation et sa population est tout de suite globalement rejetée, par peur de la contagion. Mais les choses vont beaucoup plus loin. Très vite, les habitants enfermés dans les arènes se plaignent d’insultes et de railleries de la part des gens qui sont à l’extérieur. Cela reflète-t-il une tension sociale pré-existante ? Il est difficile de l’affirmer. Ailleurs dans Arles, il semble bien que les différentes catégories sociales aient été assez mélangées, même si certaines professions sont bien localisées. Mais dans plusieurs quartiers de la ville, les petites maisons des paysans côtoient les boutiques, les ateliers d’artisans et les maisons bourgeoises et nobles. Deux exceptions : le quartier de la Cité, centre politique et religieux, où le nombre d’hôtels particuliers est important11 est habité presque uniquement par les nobles et les bourgeois ainsi que par les artisans et commerçants qui sont leurs fournisseurs. À l’opposé, la Major, où se situent les arènes, ne comporte pas d’hôtels particuliers. C’est un quartier très populaire. À l’intérieur même de ce quartier, les îlots lotis dans les arènes romaines sont les plus misérables. L’épidémie de peste accentue donc une situation qui a pu exacerber des réactions de rejet social.

  • 12 FPMA, M 231 pièce 8.

9Enfin au mois de mai 1721, quand l’importance de la mortalité a provoqué non seulement la confirmation de « l’enfermement » des arènes mais que la mesure est étendue à l’ensemble du quartier de la Major, ses habitants, hommes et femmes, nous l’avons vu, doivent porter une croix rouge facilement identifiable. Une véritable ségrégation frappe alors ces petites gens. Cela a-t-il échauffé les esprits ? Cela est possible, sans que nous puissions l’assurer. Toutefois, d’après le chanoine Perrinet12, cette marque ne fut portée que quelques jours.

Problème de subsistances ou rapport de force ? Les émeutes de juin 1721

  • 13 FPMA, M 558 fo 23.

10Arles se distingue particulièrement par le déclenchement d’une violente émeute, le 4 juin 1721, en pleine épidémie. Ceci encourage le chercheur à poser le problème des rapports sociaux dans cette communauté urbaine et à se demander, avec R. Baehrel, si la « contagion » a accru les tensions entre les différents groupes. Le mécontentement gronde dès que la quarantaine générale est établie, cette fois-ci de façon absolument stricte, par le marquis de Caylus le 25 mai. Les paysans enfermés dans Arles, c’est-à-dire la majorité de la population, se sentent coupés de leurs moyens de subsistance. Bouchet de Faucon donne des précisions sur la partie d’Arles concernée13 :

Monsieur de Cailus avoit menacé, à Noël, de la serrer de près ; il l’exécuta le 25 may. M. de Castelet-Graveson, de Tarascon, lui en découvrit les moyens ; il avoit peu de troupes, il mit des postes sur les roubines et il enferma la ville depuis la Moncarde jusqu’au Pont de Crau et de là jusques au Trebon.

  • 14 AMA, BB 106 fos 283-284.

11Or début juin est le moment où l’on coupe les foins, avec lesquels on nourrira les moutons et les chèvres pendant l’hiver. Quelques semaines plus tard, les moissons doivent commencer. Il s’agit donc d’assurer sa subsistance pour les mois à venir. Affolés, les consuls écrivent à l’intendant une longue lettre de supplication14 :

Vous connaissés mieux que personne, Monseigneur, l’état de cette ville et de son terroir, une vaste étendue de pays cultivée par des paisans qui n’ont d’autre habitation que dans la ville, si ces paisans n’en peuvent plus sortir que deviendront les fermiers et les ménagers, les terres demeureront sans culture, les grains grossiers qui commencent à mûrir ne se couperont pas, les foins ne pourroient pas se faucher, et ceux qui le sont déjà ne sçauroient être ramassés ny enfermés, les sauterelles qui se jettent en foule sur nos blés et que beaucoup de particuliers faisoient chasser, ne l’étant plus achèveront de nous perdre d’un autre coté, la communauté se trouvera surchargée de ce grand nombre de paisans qui ne vivent que de ce qu’ils gagnent dans la semaine… des familles se sont trouvé séparées, sans pouvoir se joindre, des fermiers avec une partie de leur ménage qui ne peuvent se rendre à leurs granges, des mères qui comptoient de donner le soir le lait à leurs enfant de quatre, de six mois retenues dans la ville, nos charretes même qui alloient charger de quoy faire des cabannes pour les quarantenaires, et des herbes odoriférantes pour les infirmeries obligées de s’en retourner vuides…

  • 15 AMA, BB 106 fo 285.

12Dans cette lettre, les consuls sont du côté de leurs administrés et soutiennent leurs revendications. Eux-mêmes sont empêchés d’agir comme ils le souhaitent. Ils n’ont pas le ton polémique à l’égard de M. de Caylus que nous avons trouvé dans les textes privés, ils mettent même les formes dans les termes employés, mais on sent une indignation sous-jacente. La lettre du 30 mai15 montre que la tension monte rapidement :

Ils (les paysans) s’attroupent tous les jours dans les places publiques et demandent qu’on les nourrisse, nous ne voyons pas pouvoir le leur refuser si nous voulons éviter une sédition comme il en arriva une avant hier à la porte du pont entre les gens de Trinquetaille et ceux d’Arles, ces premiers ont obtenu de M. de Cailus que les habitants d’Arles n’iroient pas dans leur bourg et ils se gardent, ceux d’Arles ne vouloient pas qu’ils vinssent prendre des provisions à Arles et dans le démêlé, il y eut trois ou quatre blessés…

  • 16 FPMA, M 231 pièce 8.

13Il y a une progression dans le drame et les lettres des consuls rendent parfaitement la pression ambiante. La situation est insupportable pour de nombreux Arlésiens maintenus dans un état de survie et qui ont à subir de multiples deuils. Dès que l’épidémie prend de l’ampleur, la société est sans doute en grande partie désorganisée si l’on excepte la présence active des commissaires de paroisse et de quelques religieux ou prêtres. Beaucoup de gens encore vivants (cela devient de plus en plus « miraculeux » au fil des jours et la question de la volonté divine doit être très présente dans l’esprit des pestiférés qui survivent) ont tout perdu : famille, travail, relations sociales. Le chanoine Perrinet a écrit au cardinal de Mailly une « relation » sous la forme d’une longue lettre de 29 pages commencée le 18 juillet et terminée fin août16. Laurent Bonnemant qui l’a transcrite indique que Charles Perrinet était chanoine de l’Église d’Arles et qu’il mourut à Arles le 9 mars 1724 âgé de 57 ans. Il avait résigné son canonicat à son neveu, Jean Perrinet, chanoine de l’église collégiale de Salon. Dans sa correspondance, il décrit la montée en puissance de la révolte des paysans arlésiens :

… Le peuple qui voyoit à regret périr ses foins déjà coupés ou à couper et qu’il ne pourroit mesme aller faire sa moisson comencea de se mutiner, il y eut dez le commencement de juin des préludes de sédition contre le comendant et les consuls qui faillirent deux ou trois fois être assomés dans les rues à coup de pierres…

  • 17 AMA, GG 32 fos 749, 751, 768.

14Il est donc possible de penser que l’émeute qui se déclare (elle dure trois jours, du 4 au 6 juin) est en fait l’explosion d’une situation déjà fortement tendue. D’après Bouchet de Faucon, le manque de sévérité du commandant explique aussi les événements. À celle-ci s’ajoute la très grande inquiétude du lendemain. Mais il semble qu’il ne s’agisse pas seulement d’une révolte de la faim. En tout cas, les consuls se défendent tout de suite de cette éventualité. Une lettre qu’ils envoient dès le 5 juin17 à Monsieur de Caylus (la même lettre est envoyée à l’intendant Lebret) résume les faits en indiquant bien que les émeutiers étaient nourris par leur soins. Ces derniers ont cependant pillé un grenier du roi et emporté les pains destinés aux malades :

  • 18 La tour de Boulouvard est une tour des remparts de la ville, située à l’ouest.

Monseigneur, Nous sommes obligés de vous avertir que nos paysans sous prétexte de ne pouvoir aller travailler à la campagne et d’être réservés dans leurs maisons pour commencer une quarantaine suivant vos ordres ayant commencé hier de sortir et de se soulever quoyque nous les nourrissions chez eux, ont enfoncé un grenier du Roy ; nous nous sommes rendus dans tous les endroits du soulèvement avec Monsieur de Beaumont, commandant, où nous avons d’abord essuyé une grêle de coups de pierre. Ils ont paru femmes et hommes, tambour battant avec des faux manchées à revers, quelques autres avec des perches et des fusils. Nos pains sortant du four pour les malades et quarantenaires ont été enlevés. Le corps de garde de Bolovard18 a été désarmé par ces mutins, à l’heure que nous avons l’honneur de vous écrire. Les matelots joints aux paysans ont tiré sur la barrière de Trinquetaille pour forcer le passage de Camargue, nous apprenons d’ailleurs que la ligne des arquebusiers a été forcée en Crau. Nous nous exposons partout pour calmer la sédition mais nous cédons à la force…

15La manière dont sont perçues les autorités qui ont certainement le sentiment de s’être dévouées pour les Arlésiens depuis des mois est significative : elles sont reçues à coup de pierres. Les mesures prises pour enrayer la peste depuis décembre n’ont pas vraiment été comprises ni acceptées par la population qui ne semble n’avoir aucune reconnaissance envers les consuls. En plus de l’émotion du moment et de leur sentiment d’impuissance, les consuls sentent qu’ils auront des comptes à rendre quant à la rébellion qui a éclaté dans leur ville. Écrite également le 5 juin, une autre lettre au marquis de la Vrillière, secrétaire d’État, précise les causes de l’émeute et le détail des événements. Ils insistent, en particulier, sur l’intransigeance de M. de Caylus et sur les efforts faits par l’archevêque, le commandant et eux-mêmes pour apaiser le conflit. Un « mémoire au sujet de la sédition formée dans la ville d’Arles » est rédigé juste après l’émeute, peut-être à la suite de reproches de certains Arlésiens. Il commence par une phrase de défense : « les consuls n’ont rien à se reprocher pour ce qui regarde les infirmeries ».

16Suit un récapitulatif de la façon dont chaque paroisse a été prise en compte par les différents commissaires, précisant que l’on a pris soin de fournir « tout ce qui était nécessaire à ceux qui manquaient de travail depuis que la ligne était formée ». Il est ajouté : « Si les consuls ont quelque chose à se reprocher au sujet de ce que l’on a distribué dans toutes ces paroisses, c’est d’avoir donné du pain, du vin et de l’huile aux gens qui sûrement n’en avoient pas besoin, mais c’est un inconvénient où sont tombés toutes les villes affligées, il est vrai qu’on y a remédié depuis le mieux qu’on a pu ».

17Les consuls ont-ils peur d’être accusés de ne pas avoir employé à bon escient l’aide reçue de l’extérieur ? Il est certain en tout cas que les émeutiers se sont précipités sur tous les vivres qu’ils pouvaient récupérer. Sont-ils vraiment affamés ou surtout inquiets pour l’avenir, il est difficile de le dire. Ce mémoire donne de nombreuses précisions sur la façon dont les événements se sont déroulés et sur les lieux d’où est parti ce mouvement populaire :

Le 4e au soir, les consuls ayant appris qu’il y avoit trop de communications aux barrières de la paroisse de la Major, et qu’il s’y étoit attroupé une foule prodigieuse de monde s’y sont portés M. le commandant, quelques officiers et M. de Montredon, aide major et leurs sergents de quartier, mais bien loin d’apaiser le tumulte, ils furent obligés de plier, le sieur de Montredon a été maltraité et jetté par terre et le sieur Brunet, consul, accablé de coups de pierre. Presqu’à la même heure, les charrettes qui étoient chargées du blé qui venoient du Languedoc furent arrêtées et pillées sur le passage du pont par une autre foule de paisans, les soldats des milices qui les escortoient lachèrent aussitôt le pied, il n’y eut que le concierge de l’hôtel de ville et le valet de ville de M. de Fourchon qui résistèrent quelques temps, ce dernier ayant saisi un fusil d’un soldat de la ligne fut obligé de le tirer pour défendre sa vie et le concierge fut porté chez lui presque mort…

18Le texte termine en disant que ce n’est pas le défaut de nourriture qui a causé l’émeute. Quels renseignements nous donnent ces textes ? Le 4 juin, le premier rassemblement et les premiers incidents se sont déroulés à la Major. Ceci semble logique puisqu’il abrite un grand nombre de petits paysans. Très peu de temps après (l’information a bien sûr traversé rapidement la ville) un chargement de blé venant du Languedoc est pillé sur le pont (certainement le pont de bateaux qui traverse le Rhône). Dans la nuit, même les greniers du roi sont attaqués, montrant que les émeutiers sont tellement exaspérés qu’ils ne craignent plus rien. Le 5, la foule se réunit cette fois-ci à la Cavalerie, quartier qui jouxte, au nord, le quartier de la Major. Les consuls parlent dans les deux cas de rassemblements de « paysans ». Le plus intéressant se déroule ensuite : les « paysans » vont vers la Roquette pour rallier à leur émeute les matelots. Dissuadés par l’archevêque dans un premier temps, ceux-ci rejoignent finalement les émeutiers. Le premier mouvement de colère et de pillage évolue donc vers une véritable insurrection car il s’organise et surtout il ne constitue plus un soulèvement d’agriculteurs coupés de leur outil de travail mais s’apparente maintenant à un mouvement populaire et rassembleur. Puis on arrive à ce qui fut un des buts principaux de l’émeute : les insurgés franchissent les barrières de Pont de Crau et de Trinquetaille et « se répandent » en Camargue et surtout en Crau pour y faire leurs récoltes. Ils y propagent en même temps l’épidémie… Le récit mentionne l’attitude courageuse mais infructueuse de l’archevêque qui tente de calmer les esprits :

Monseigneur l’archevêque averti le premier de cet accident, auquel il ne s’attendait pas puisqu’il croyait toute cette populace répandue dans la Crau, résolut d’y aller seul avec trois chanoines… qui se trouvèrent pour lors chez lui et qui s’offrirent de l’accompagner, il pria M. le Commandant de ne point paraître, un des chanoines fut détaché auprès des consuls pour les prier de ne point sortir de l’hôtel de ville, il fit retirer le peu de gentilshommes qui étoient restés en ville et qui avoient envie de le suivre, de crainte que la populace ne s’animât davantage à la vue d’un cortège armé de leurs épées… il fut obligé de se retirer sans effets.

  • 19 FPMA, M 231 pièce 8.

19Le 6, un nouveau rassemblement a lieu, moins important d’après les consuls. Au troisième jour de révolte, le mouvement commence à s’essouffler. Durant toute l’émeute, les Arlésiens insurgés se révoltent contre les militaires et les consuls. Nous avons vu que l’archevêque craint même que la vue des épées des gentilshommes ne les rende furieux. Les émeutiers respectent par contre le prélat et son clergé. Le commandant de Beaumont évite un bain de sang car les bourgeois et les artisans veulent prendre les armes contre les émeutiers. D’un coté, il y a les « possédants », de l’autre, les petits travailleurs, agriculteurs et matelots, même si ces derniers semblent moins présents le troisième jour de l’émeute. Ces regroupements antagonistes par catégories socio-professionnelles peuvent laisser supposer que l’épidémie a servi de catalyseur à un clivage déjà existant et à des tensions sociales larvées. Plusieurs textes parlent de 2 000 à 3 000 insurgés. Le chanoine Perrinet donne des chiffres plus bas19 :

… Enfin comme si la populace s’estoit concertée ensemble la nuit du 4 au 5 ceux de la paroisse de la Major enfoncèrent toutes les barrières et vinrent le 5e au matin se joindre à tout l’autre peuple des autres paroisses et tout ensemble au nombre de 12 à 1 500…

  • 20 FPMA, M 2414 fo 80.
  • 21 FPMA, M 31 pièce 3.

20Elle pille ce qu’elle trouve sur son chemin et enfonce directement les lignes de barrière. Il ne s’agit pas du fait de quelques-uns. Dans une ville où une bonne partie de la population survivante est malade, on peut penser que l’ensemble du petit peuple encore valide ou du moins capable de se déplacer, hommes et femmes, s’est soulevé. C’est donc d’un phénomène très important. D’emblée, semble-t-il la foule est déterminée. Soldats et arquebusiers ne tiennent pas devant cette violence. Un des greniers d’abondance, celui des malades et quarantenaires a été pillé. François Peilhe20 dit que les émeutiers n’avaient pas de chef. Au contraire, Suzanne Desloges,21 en racontant un épisode particulièrement fort en actions, parle de l’élection de chefs, sans autre précision :

… Ils furent à la maison de ville pour prendre des armes menaçant de la brûler si l’on refusoit de leur en donner. Ils désarmèrent trois compagnies de milices et se firent suivre par le plus grand nombre de ces miliciens. Ils firent provision de poudre, élirent des chefs. ; ils avaient avec eux des femmes qui les animoient, et qui étoient vêtues en amazones…

  • 22 Voir à ce sujet l’ouvrage de R. Pillorget, op. cit., et P. Allard, La Révolution arlésienne, op. c (...)
  • 23 AMA, GG 32 fo 755.

21Un autre élément intéressant de ce témoignage est la mention qui est faite de femmes présentes et particulièrement actives, ce que l’on retrouve dans de nombreux récits d’émeutes22. Plus curieux, il est indiqué qu’elles sont « vêtues en amazones ». Référence à l’Antiquité ? Cela ne serait pas étonnant à Arles. Mais il s’agirait alors de femmes qui auraient un certain niveau d’érudition… Sans doute faut-il plutôt prendre ce terme au sens figuré et lui donner la signification trouvée dans le Dictionnaire de la Furetière : « Se dit aussi d’une femme courageuse capable de quelque hardie entreprise… ». Il faut remarquer l’emploi du terme « populace » employé plus haut par les consuls au lieu du terme « paysans » qui désignait les émeutiers dans les textes précédents. Dorénavant, la priorité est de mater la rébellion, même si les raisons en sont admises. Les consuls insistent sur le fait que la population n’a pas supporté d’être coupée de son terroir. L’importance de la récolte à venir comme motif de l’émotion populaire paraît évidente aux autorités arlésiennes. Il est impossible d’isoler la ville de son principal moyen d’existence : les Arlésiens ne sont plus rien sans leur « campagne ». Et il est en effet vraisemblable que les mesures prises par le marquis de Caylus firent éclater la révolte. Dans une lettre du même type adressée au duc de Villars23, les consuls précisent à propos de leurs efforts pour calmer les insurgés :

… Mais leurs biens dont ils craignent la perte ont été plus forts que tous les motifs qu’on a pu leur représenter. Il a fallu céder à la fureur d’une populace animée et avide du profit qu’elle a accoutumé de faire dans cette saison…

22Le rôle de l’archevêque d’Arles est bien précisé : il est au côté de la population d’Arles dans ses préoccupations et il est sur le devant de la scène pendant le soulèvement.

  • 24 AMA, GG 32 fo 757.

23Un « état de ce que les habitans qui se sont rebellés à la ville d’Arles le 5 juin 1721 ont pris aux officiers et arquebusiers qui étoient sur la ligne de la dite ville, sans y comprendre ce qui a été pris au détachement de Trinquetaille commandé par le sieur Couder, capitaine au bataillon des arquebusiers… »24 donne des précision sur les aspects « techniques » du soulèvement et permet d’en appréhender la violence. Les insurgés ont pris des « escoupettes », des bayonnettes, des ceinturons, mais aussi récupéré où ils ont pu des marmites, des culottes, chemises, bas, souliers.

  • 25 AMA, GG 32 fo 762.

24Le capitaine du bataillon d’arquebusiers, commandant du poste de Trinquetaille, a fait lever le pont-levis pour couper le passage sur le pont du Rhône. Les 2 000 personnes armées qui sont citées ici exigent que le pont soit baissé pour pouvoir passer en Camargue. Le capitaine ayant refusé, écrit-il25,

ils auroient eux-même abattu le trébuchet en faisant feu sans cesse sur notre garde composée de treize hommes et un sergent qui défendit leur passage autant qu’il luy fut possible, tellement que nous aurions été blessé à l’épaule gauche ; me voyant forcé par le grand nombre de séditieux d’abandonner mon poste, je me suis retiré avec ma troupe au couvent des pères Capucins, à l’entrée duquel je perdis un soldat et tout le reste de ma troupe fut blessé ; environ cinq heures du soir Monsieur le chevalier d’Aiguières, Commandant de l’Ordre de Malthe, accompagné de trois ou quatre gentilshommes, étant venu me proposer de sortir du couvent des pères Capucins pour me conduire au palais épiscopal où, dirent-ils je serois plus en sureté ; je sortis avec le reste de ma troupe sur la parole dudit sieur le Commandant, et je n’eus pas plutôt fait vingt pas de ce couvent, que cette troupe séditieuse animée plus que jamais fondit sur moi et mon détachement, nous désarmèrent, et m’auroient sans doute tué si en plusieurs occasions je ne m’étois saisi des gentilshommes qui étoient à la compagnie dudit sieur le Commandant, ayant été alors de nouveau obligé de me retirer une seconde fois chez les Pères capucins avec ma troupe, et d’abandonner le peu d’argent, de hardes et armes que nous avions, et qui nous fut pillé…

25Un soldat mort, plusieurs autres blessés parmi la troupe et nous ne savons pas ce qu’il en fut des manifestants. Un autre grand personnage de l’Église intervient dans cette scène, le « commandant » (commandeur) de l’Ordre de Malte. La détermination de la foule est ici aussi évidente.

  • 26 AMA, GG 32 fo 816.
  • 27 AN, B 3/274 fos 208-209.
  • 28 Valerne, Jean Sourd, Antoine Fabre, Jean Calais, Jacques Gervais, Balthazard David et son frère Ma (...)

26L’événement est donc assez considérable et semble dépasser les émeutes de subsistances qui éclatent régulièrement. Qui étaient les meneurs dont il est question plus haut ? Un extrait des registres du Parlement26 indique les personnes qui furent poursuivies après l’émeute. Étrange liste qui pose plus de questions qu’elle n’en résout ! Car pour une émeute de « paysans », il semble que ceux-ci soient bien peu nombreux, en tout cas parmi ceux qui sont identifiés comme meneurs. En fait, sur 47 personnes citées, 20 vivent du port ou du fleuve : neuf matelots, deux portefaix, un calfateur, sept patrons de barque ou leur fils, un pêcheur. Neuf vivent d’activité agricole : sept travailleurs, un chasseur, un berger. On remarque six artisans ou fils d’artisans, deux soldats qui sont passés du côté de la « populace », six femmes. Autre indication intéressante, la présence de patrons de barque et d’artisans, 12 personnes au total qui ont un « bien », leur barque ou leur atelier. Seulement deux soldats de la milice sont arrêtés alors que les textes disent qu’une partie des troupes a rejoint les révoltés. Le témoignage de Claude Perrault27, commissaire aux classes, accentue le rôle des marins dans cette émeute, indiquant que « les plus animés des rebelles étaient des matelots » et « qu’ils en voulaient à sa propre personne », sans doute parce que Perrault essayait de les enrôler de force pour le transport des denrées et des bois. Il se réfugie d’ailleurs en Camargue. Il cite 19 noms (ou surnoms) de matelots qui ont participé à l’émeute en tant que meneurs28. La violence de la révolte lui paraît exceptionnelle :

Je ne crois pas que rien de pareil en ce genre ne soit jamais arrivé.

  • 29 S. Pillorget, « Une crise de colère des paysans d’Arles : les émeutes frumentaires des 2 et 3 janv (...)
  • 30 P. Allard, La Révolution arlésienne, op. cit., p. 71.
  • 31 P. Serna, Antonelle, aristocrate révolutionnaire (1747-1817), Paris, Éd. du Felin, 1997, p. 105.

27Suzanne Pillorget a étudié l’émeute arlésienne des 2 et 3 janvier 175229. Elle indique que le motif de ce soulèvement, essentiellement paysan, est un violent sentiment d’injustice devant la cherté d’un blé qu’on a d’abord acheté à bas prix au moment des moissons et qui est revendu beaucoup plus cher quand les provisions s’épuisent. On connaît la profession de 23 personnes sur les 47 prévenus traduits ensuite en justice (il y avait environ 200 émeutiers, armés de bâtons, de faux, de tridents et de quelques fusils). Aucun marin ne semble associé à ce mouvement, et les patrons de barque refusent de laisser les émeutiers s’emparer de leurs embarcations. La majorité des prévenus se composent de paysans, fermiers, ou de très petits propriétaires. Mais comme en 1721, l’archevêque, Monseigneur de Jumeilhac, sollicité par les consuls, vient au-devant des insurgés. La distribution de blé qui suit apaise les esprits. Par contre, plusieurs décennies plus tard, au moment de la Révolution, on retrouvera en 1789 à la tête des émeutes les marins et les artisans de la Roquette. Paul Allard indique dans La Révolution arlésienne30 que les Monnaidiers, qui constituaient le parti des « Patriotes », étaient composés de représentants des classes populaires, avec 47 % d’artisans, 20 % de gens du port, 16 % d’ouvriers agricoles mais aussi de 15 % de bourgeois. Aucune liste exhaustive n’a sans doute été faite des émeutiers de la peste. Mais du moins, en ce qui concerne les meneurs, la proportion est différente puisqu’on trouve en 1721 une majorité de « gens du port » soit 42,6 % et une minorité d’artisans soit 12,8 %. En fait, les circonstances sont peu comparables, même si les années précédant la Révolution sont une période de pénurie dans le monde agricole et de disette : aucune conscience politique réelle ne sous-tend les événements du mois de juin de la peste. En 1789, le peuple s’identifie clairement comme un groupe social lésé dans ses intérêts par les puissants. Le Chevalier d’Antonelle, Arlésien qui deviendra célèbre pour son adhésion aux idées révolutionnaires, a écrit en 1788, son « Catéchisme du Tiers-État »31. Ce sursaut populaire est cependant le premier d’un siècle qui verra de grands bouleversements et, à ce titre, on ne peut pas le sous-estimer.

La fin de l’émeute

  • 32 AMA, BB 106 fo 291.

28Le 8 juin, une lettre des consuls32 à l’intendant montre la difficulté du processus de retour au calme :

Monseigneur, l’émeute que nos paysans formèrent le cinquième de ce mois et qu’ils renouvellèrent le lendemain a mis en cette ville un si grand désordre, et la terreur dans l’esprit des bons habitans que les voleries et les pillages restent impunis ; le pain destiné pour les quarantenaires et pour ceux qui en ont besoin ne passe pas jusqu’à eux quelque grande soit la quantité qu’on en fait cuire tous les jours ; les habitants de la paroisse La Major qui est presque toute infectée et ceux des rues des autres paroisses qui sont attaquées, ayant forcé leurs barricades, se mèlent aux autres habitants des quartiers sains sans qu’on puisse les en empêcher de peur d’exciter une nouvelle sédition qu’on ne serait pas en état d’apaiser faute de forces, les troupes de la milice ayant été en partie mélées avec les séditieux, les honnêtes gens de cette ville qui nous aydoient de leurs secours et de leurs conseils n’osant presque aller par les rues craignant d’être insultés par ces coquins qui ne nous épargnent pas même nous dans leurs mauvais discours et dans leurs menaces… L’arrivée du marquis de Cailus dans notre terroir a un peu calmé les esprits ; il veut bien retirer la ligne jusqu’à Saint-Martin-de-Crau à condition que les habitans porteroient toutes leurs armes à l’hôtel de ville tant celles qu’ils avoient prises aux arquebusiers et soldats de la milice que celles qu’ils avoient en leur propre ; il s’en est déjà rendu quelques unes.

  • 33 AMA, BB 106 fo 293.

29La première partie de la lettre marque la véritable rupture qui s’effectue entre la population et les autorités : il n’y a plus aucun ordre établi. Toutes les dispositions prises contre l’épidémie sont balayées. Les quartiers enfermés sont ouverts, laissant le passage libre à tous, malades comme bien portants. En fait, la fragilité des forces de l’ordre apparaît nettement. Prévues dans le cadre d’une société en bon ordre de marche, elles sont très insuffisantes à cette occasion. La quarantaine, mesure particulièrement impopulaire, a été décidée sans donner aux consuls les moyens de l’appliquer en cas de difficultés. L’équilibre précaire est très rapidement rompu quand le fonctionnement habituel est menacé. Finalement, la foule obtient que les lignes soient repoussées. Dans aucun texte ne sont indiquées des manifestations de victoire. Le 9 juin, le commandant de Caylus arrive à Pont de Crau pour mater la révolte et faire fusiller trois meneurs (dont les noms ne sont pas indiqués dans les textes : pour les autorités l’exemple seul compte). Mais le calme ne revient que très progressivement33 :

… Le calme commence à revenir dans la ville depuis la punition que M. le marquis de Cailus a faite des trois plus séditieux et l’éloignement des lignes…

30Lebret, quant à lui note :

M. le marquis de Cailus a fait casser la teste à 3 des plus mutins habitants d’Arles et toutes les armes des séditieux ont été portées par son ordre à l’hostel de ville. Il a cassé les compagnies de milice qui devoient s’opposer au désordre et a mis un détachement de 50 hommes à Trinquetaille. Il a reculé la ligne au delà des lieux où ces mutins pouvoient avoir porté quelques semences de la contagion qui afflige cette ville-là.

  • 34 AN, G 7 1730 pièces 152, 154.

31Mais un peu plus loin, il doute d’avoir le véritable récit de ce qui s’est réellement passé, bien « qu’un gentilhomme de ma particulière connaissance qui s’est retiré à Arles et qui est du bureau de santé… » lui ait écrit pour leur raconter l’émeute34 :

Les relations de l’émeute qui arriva le 5 dans cette ville-là sont assez différentes entre elles…

  • 35 FPMA, M 558 fos 30, 30.

32Peut-être Lebret reçut-il des témoignages privés. Nous n’en avons pas la trace. Et tous les textes en notre possession donnent des versions assez proches. Quant aux troupes mises en place par M. de Caylus pour rétablir l’ordre, le chanoine Perrinet indique qu’elles étaient composées de 1 200 à 1 500 hommes. En tout cas, les consuls n’en eurent certainement pas fini avec les difficultés. D’après Bouchet de Faucon35, « M. de Cailus rendoit le commandant et les consuls responsables de la sédition ».

  • 36 AMA, GG 27 fo 262.

33Le 11 juin, Dominique de Jossaud, nommé, nous l’avons vu commandant d’Arles met la ville en état de siège et réorganise les secours. Il reçoit du roi ses lettres de commandant le 28 juin36 « se confiant particulièrement en sa valeur, courage, expérience, activité, bonne conduite, zèle, fidélité et affection à son service… ».

34Il est chargé de maintenir l’ordre à Arles dans un contexte particulièrement difficile, alors que les morts s’accumulent et que la révolte gronde. Accepter un tel poste nécessite à coup sûr un certain courage. Les consuls l’accueillirent-ils avec soulagement ou virent-ils dans cette mesure une remise en cause de leurs actions ? Bouchet de Faucon opte pour la première version :

M. de Jossaud avoit une lettre de cachet pour eslire tels consuls qu’il jugeroit à propos. Il connut bientost que le commandant et les consuls s’employoient de leur mieux et sans épargner de leur personne…
Dès que M. de Jossaud fut arrivé à Arles, plusieurs personnes vouloient persuader à M. de Beaumont de se retirer ; M. de Jossaud le pria de rester et M. de Beaumont dit qu’il estoit ravi de l’arrivée de M. de Jossaud qui, ayant l’oreille des personnes qui commandoient, procureroit à la communauté des secours dont ils manquoient.

35En fait, nous l’avons vu, M. de Beaumont meurt quelques semaines après.

  • 37 AMA, BB 106 fo 294.

36Les conséquences de ce mélange de population ne se font pas attendre : la peste flambe partout37 :

Le jour fatal de l’émeute a fait passer la peste dans presque tous les quartiers de la ville, Trinquetaille même n’en paroit pas exempt…

  • 38 AMA, GG 27 fo 255.

37Une seule mention de ces événements est faite dans le registre du bureau de santé38 :

Les barrières de la paroisse de la Major ayant été toutes renversées le jour de la sédition des paisans, il a été décidé de murer toutes les avenues de cette paroisse.

38Cette phrase laconique, qui ne donne aucune information sur l’émeute, surprend à côté du ton emphatique des lettres que les consuls ont écrites à ce sujet. Mais les comptes rendus des réunions du bureau de santé servent avant tout à consigner les décisions municipales.

39La porte Agnel restera à partir de ce moment-là ouverte deux fois par jour, le matin et le soir pour que les habitants, gardés par des gens en armes, puissent aller chercher de l’eau au Rhône. Le reste du temps, ils devront rester enfermés dans leur maison. Si ces conditions ne sont pas acceptées, ils peuvent tous partir camper au patis de la Croisière. On le voit, la vie quotidienne est de plus en plus difficile et la position du bureau de santé se durcit. Quelques jours plus tard, le marquis de Caylus choisit dans trois compagnies de milices les meilleurs soldats, « les hommes les plus sages » pour servir de gardes aux consuls. Ceci montre que ces derniers sont directement visés et que l’on assiste à une véritable rébellion contre ces hommes au pouvoir qui prennent des décisions sans doute nécessaires mais très impopulaires auprès de la population.

  • 39 AMA, GG 32 fos 795-1023.
  • 40 AMA, GG 32 fo 1009.

40Une longue procédure contre la Ville engagé par le sieur Louis Noguier, habitant de Trinquetaille et conseiller bourgeois de la ville, dont la maison fut pillée, complète notre information à ce sujet. Pendant 20 ans, il envoya ou fit envoyer par ses avocats de nombreux courriers, placets et mémoires39 aux autorités judiciaires, politiques ou religieuses pour obtenir réparation auprès des consuls d’Arles des préjudices subis (évalués par les experts à 24 704 livres), car il leur reprochait de ne pas avoir arrêté à temps les émeutiers. L’intendant Lebret fit d’abord classer l’affaire40 mais Noguier relança la procédure en 1735 sans obtenir gain de cause.

  • 41 AN, B3/274.

41D’après Claude Perrault41, commissaire aux classes, les émeutiers en voulaient particulièrement à Louis Noguier (il indique que celui-ci était fournisseur de bois pour les galères) et à quelques autres personnes du quartier d’avoir contribué à « mettre la barrière du pont de Trinquetaille et à rompre la communication des habitants d’Arles avec ceux de Trinquetaille ».

  • 42 AMA, GG 32 fos 258, 764.

42Quant à l’attitude des consuls, elle est présentée dans ces observations comme timorée et inefficace. Fuyant leur responsabilité, soutenant les habitants contre le blocus ordonné par M. de Caylus, ils auraient trop tardé à demander du secours et laissé arriver l’émeute, largement prévisible, sans réagir. Cette version apporte un éclairage évidemment différent du leur et est à prendre en compte pour essayer d’avoir une vision la plus exacte possible des événements. Après l’émeute, certaines mesures qui n’avaient d’abord été appliquées qu’au quartier des arènes s’étendent à l’ensemble de la ville. Les nouveaux consuls nommés le 18 juin par le duc d’Orléans (MM. de Piquet, Francony, Granier, Honorat) ordonnent42 « à toutes personnes de quelques qualités et condition qu’ils soient, qui ont des malades dans leurs maisons déclarés suspects, de rester dans leur maison et s’ils sont obligés de sortir pour des raisons indispensables, ils porteront une marque qu’on puisse distinguer sur leurs habits pour se faire reconnaître, à peine des hommes d’être faits corbeaux et aux femmes de servir aux infirmeries ».

43Le moment est si dramatique, la mortalité est si forte que toute la hiérarchie sociale tombe alors. Il n’existe plus que trois catégories d’individus : les pestiférés, leurs proches forcément suspects, et les autres, qui ne doivent pas être contaminés. Quant à ces barrières si contestées, elles gênèrent également les consuls dans leur lutte contre la peste si on en croit ce texte conservé dans les archives : les consuls voulurent faire rentrer en ville à côté de l’infirmerie Saint-Roch surchargée de malades onze charrettes de joncs ramassés en Camargue afin de faire des cabanes destinées à accueillir les pestiférés. Ils en furent empêchés par la ligne. Ils se défendirent alors de ne pas s’être préoccupé de la surpopulation des infirmeries :

Les consuls n’ont rien à se reprocher pour ce qui regarde les infirmeries, lorsque celles de Saint-Roch et des Minimes n’ont pas été suffisantes pour contenir les malades, on a pensé sérieusement de faire des cabanes de clayes de jonc…

  • 43 AMA, BB 36 fos 279-383.
  • 44 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, Éd. Pédone, 1 (...)
  • 45 AMA, BB 39 fos 147, 172.
  • 46 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 47 R. Pillorget, op. cit., p. 944.
  • 48 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles…, op. cit., p. 479.

44Les Arlésiens avaient évidemment connu auparavant d’autres épisodes de révolte, en particulier plusieurs soulèvements populaires liés à des problèmes de subsistances à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Nous l’avons vu, pour une bonne partie de la population arlésienne, la situation était précaire et l’équilibre fragile. À plusieurs reprises, celui-ci est rompu. En 167843, une émeute a éclaté à cause de la cherté du blé et du prix de la farine, denrée devenue rare en raison de la sécheresse. Les émeutiers s’étaient déjà rassemblés dans la paroisse de la Major44. Le 3 mars 1692, à l’époque de la soudure, le « menu peuple » d’Arles enfonce les portes de deux ou trois greniers et pillent blé et farine : le prix du blé a beaucoup augmenté depuis la mi-janvier en Provence45. Dans les hivers 1691 et 1692, froid et inondation avaient sévi46. En 1706, il s’agit de tout autre chose. Pour lutter contre les désertions endémiques chez les matelots souvent enrôlés de force pour de longues années dans la marine royale, on envoie les déserteurs aux galères. En août, quatre matelots arlésiens sont arrêtés probablement quand ils ont retrouvé leurs familles, et emmenés en prison. La population réagit violemment et une émeute éclate. 4 000 personnes attaquent l’escorte puis la prison mais échouent. Les consuls et les gentilshommes aident les forces de l’ordre. L’intendant fait preuve de clémence et ordonne l’amnistie47. Enfin, Patricia Payn-Echalier48 rappelle la place particulière du quartier de la Roquette dans un épisode de la Fronde à Arles qui : « … se traduit par une lutte de factions nobiliaires entre la noblesse ancienne et celle plus récente. Les journées révolutionnaires de 1649 […] ne concernent pas le menu peuple, mais il est cependant significatif que les consuls du parti des modernes trouvent refuge dans le quartier de la Roquette où ils fortifièrent les barricades qu’ils ont dressé avec des pierres. Le choix de ce quartier est une indication sur l’appui qu’ils peuvent y trouver, peut-être parce qu’ils y habitent. Le quartier paraît au cours de la période moderne, sensible à l’ouverture politique vers le « bas » et aux idées progressistes ».

45Donc, dans la vie arlésienne, il faut tenir compte de ces émeutes relativement espacées mais régulières qui semblent souvent concerner quelques milliers de personnes (4 000 en 1706, 3 000, peut-être, en 1721) venues du petit peuple c’est-à-dire de la population sans doute la plus pauvre. Celle-ci n’a rien à perdre quand la situation devient insupportable. Les révoltes sont le plus souvent durement réprimées et sont suivies d’assez longues périodes d’un calme précaire. Mais elles posent le problème des relations entre les différentes catégories sociales. Lorsqu’un quart d’une population se révolte, on ne saurait parler d’une minorité, de marginaux ou d’un phénomène périphérique, et cela a forcément des conséquences dans les tensions entre les différents groupes. Le soulèvement de juin 1721 n’est sans doute pas à isoler de ces mouvements et il annonce sans doute aussi, nous l’avons vu, les émeutes de subsistance de 1752.

Que s’est-il passé dans les autres villes entre 1720 et 1722 ?

  • 49 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 72.

46À Marseille, l’épidémie est déclarée, nous l’avons vu, le 21 juillet 1720. Dès le 5 août, on assiste à un début d’émeute à cause de la hausse du prix du pain. La foule se précipite sur l’hôtel de ville. Le pain est alors taxé par les échevins à 18 deniers la livre et des mesures sont prises pour empêcher qu’il en sorte de la ville49. Le souci d’un soulèvement populaire tracasse beaucoup les autorités. Les échevins écrivent à l’intendant :

  • 50 Ibid., p. 78.

Dans le temps de calamité où tous nos principaux habitants sont sortis de la ville et qu’il ne nous reste que la populace composée d’une infinité de canailles et de malfaiteurs, il est très important de pouvoir la contenir et d’empêcher qu’on n’enfonce et ne pille les maisons et qu’on ne se porte même à des séditions ou à des révoltes. Quelque attention que nous ayons de faire donner toute la subsistance nécessaire aux pauvres, on ne peut pas les contenter si bien qu’ils ne murmurent toujours, et qu’ils ne soient en état, à la moindre occasion, de tout entreprendre. Dans le terroir, les paysans commencent à se mutiner. Sous prétexte de chasser, ils vont par pelotons courir la campagne et piller les bastides50

47Les termes méprisants de « populace », « canaille », apparaissent, comme à Arles. Cela met en lumière que ce « petit peuple » qu’on assiste souvent très charitablement devient méprisable et détesté dès qu’il sort de sa soumission. Les fabriques étant fermées, la population est donc sans travail et sans ressource. Malgré 150 commissaires répartis dans les quartiers, les autorités sont débordées. L’inquiétude de voir le peuple s’insurger apparaît très tôt dans les courriers envoyés par les consuls et sert de moyen de pression pour obtenir des secours. À La Valette, en mars 1721, les autorités accompagnent leur demande d’aide alimentaire de cette menace :

  • 51 G. Buti, La peste à La Valette, 1720-1721, Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 54.

Que par le défaut de ces sortes de provisions de bouche et autres choses fort essentielles, les habitants pourraient faire quelque désordre, surtout si ce lieu se met en quarantaine51.

  • 52 La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-1721, archives départementales (...)

48À Orange, où la maladie apparaît en août 1721, des émeutes de subsistances menées par des femmes se déclarent en mai 172252.

  • 53 R. Bruni, op. cit., p. 54.

49À Apt, les maisons des notables et des bourgeois sont menacées de pillage. Le peuple est « irrité de la désertion de la plupart des familles bourgeoises qui s’étaient réfugiés à la campagne, et se voyant captif dans ses murailles, sans pouvoir garantir ses propriétés, menaçait de pillage les maisons des absens, et peut-être serait-il venu à cette extrémité sans la vigilance de nos consuls »53.

50La situation est donc presque aussi explosive qu’à Arles, pour des raisons proches. À Tarascon, c’est en juin 1722, où le mécontentement se manifeste le plus souvent par les nombreuses altercations qui opposent les habitants aux soldats des lignes. Il est fait référence aux événements de l’année précédente à Arles. Robert Vignal montre comment ces lignes, qui continuent à fermer le territoire alors que l’épidémie est localement terminée, sont « le symbole de ce pouvoir dont on sent les abus et le mépris, contre lequel on se révolte, peut-être pour la première fois avec une sorte de conscience politique. Il y a, en tout cas, un ton nouveau, comme le montre l’anecdote suivante. Le 10 juin 1722, à une heure de l’après-midi, Claude Delesty, salpêtrier, revenait de faire du bois dans la montagne (les Alpilles). Un des soldats qui gardait le pont Saint-Gabriel (pont sur le canal du Vigueirat, au pied de la chapelle Saint-Gabriel, lieu de péage), s’approche de lui et le provoque en lui disant : « si les gens de Tarascon ont du cœur, qu’ils le fassent voir comme ceux d’Arles (d’où était le soldat).

  • 54 R. Vignal, De la peste à la Révolution, Tarascon au XVIIIesiècle, Montpellier, Presses du Languedo (...)

51Réponse : ils ne manquent pas de cœur mais de fusils. Delesty est frappé avec violence à coups de crosse et un officier qui survient tout ému de colère, bien loin de réprimander le soldat, ajoute : je connais ce Delesty, et une autre fois il le paiera encore mieux »54. Rivalité entre deux villes voisines, certes, mais aussi conscience d’un modèle de révolte sous-jacent chez les deux protagonistes.

52Toutefois, il ne nous est pas possible, à partir de ces faits, d’affirmer qu’une des conséquences de la peste de 1720-1721 fut un bouleversement général des rapports sociaux et la naissance d’un antagonisme fort contre les autorités. Aucune source connue ne semble le montrer, ni aucun événement particulier dans les décennies suivantes du XVIIIe siècle. Robert Vignal pense, pour Tarascon, que ces événements ont laissé « des marques durables… dans le souvenir collectif et dans l’évolution des mentalités… ». Il n’est pas possible pour l’instant, sous réserve de trouver ultérieurement des sources probantes, de l’affirmer pour Arles ni de savoir si les deux grandes émeutes du XVIIIe siècle (1721 et 1752) ont vu la naissance d’une conscience populaire, avant les événements de 1789.

53À Arles, si on en croit les textes, la société et ses différentes hiérarchies ont résisté à la tourmente, malgré la violence de la maladie et de l’émeute de juin. C’est en tout cas l’image que renvoient tous les écrits de ce temps et ceux des consuls en particulier qui veulent s’épargner tout reproche sur leur gestion de la crise. Aucun témoignage personnel ne contredit cette apparence, en dehors des quelques exemples de clivages momentanés entre différentes factions du pouvoir dans les récits de la peste. Chaque personnalité en place, au plus haut niveau, paraît avoir joué le rôle qui lui incombe : les consuls ont tant bien que mal assuré le fonctionnement public, l’archevêque a soutenu les secours, organisé la participation à l’aide sur le terrain de ses curés et de ses prêtres, tenté de calmer les esprits. Le représentant de l’état, le commandant Jossaud a pris la direction des événements au plus fort de l’épreuve quand les autorités arlésiennes avaient besoin d’aide. Un acte de naissance trouvé dans le registre paroissial de l’église Sainte Anne montre que M. de Jossaud s’intègre dans la haute société arlésienne : Isidore de Brunet, lieutenant-colonel d’infanterie et son épouse, Marie de Calnarie le choisissent comme parrain pour leur fils Dominique né le 30 novembre 1721 et lui donnent son prénom. Comment a-t-il été perçu par la population dans son ensemble, nous n’en avons aucun témoignage. Si les Arlésiens ont ressenti durement les sévères mesures qu’il a imposées, ils ont apparemment gardé le silence après le mouvement de juin, peut-être à cause de la gravité de la situation, en juillet et août. La population n’a eu, sans doute, à partir de ce moment-là, qu’une seule préoccupation : survivre.

  • 55 FPMA, M 558 fo 24.

54Les notables, eux, ont certainement senti passer le vent du boulet, même si le seul témoignage que nous en ayons soit celui de Bouchet de Faucon. Nous l’avons vu, il exprime l’inquiétude du grand propriétaire terrien qui voit la hiérarchie sociale tout d’un coup ébranlée. Les « paysans », d’après lui dans des termes sans équivoque, ont voulu renverser l’ordre établi55 :

Il y avoit des mutins en grand nombre qui crioient que le temps de tout oser estoit venu ; ils disoient hautement quand le monde quitta la ville qu’ils seroient enfin les maistres…

55Cependant, les troupes du roi n’étaient pas loin et Bouchet de Faucon, pas plus que les autres propriétaires, n’a sans doute envisagé que ce soulèvement aille jusqu’à un bouleversement complet de la société. Mais tout ceci n’a rien d’anodin, ne paraît pas habituel, et donne raison à Robert Vignal quant à la gravité de ces moments.

  • 56 AMA, GG 27 fo 429.

56Dans les années qui suivent la peste, plus rien n’apparaît dans les textes de cette rebellion contre l’autorité et contre la classe dirigeante. L’équilibre social antérieur semble reprendre comme si rien ne s’était passé. Le mouvement, isolé, sans mot d’ordre ni idéologie, n’avait alors aucune chance de pouvoir modifier même modérément l’ordre établi. Nous avons très peu d’informations sur la reprise de la vie sociale arlésienne. Toutefois le bureau de santé du 30 août 1722 signale56 qu’« un grand nombre de jeunes gens de tout état ont écarté des vaches destinées à la boucherie et les ont frappées ».

  • 57 Lors de plusieurs visites royales, des spectacles taurins sont organisés. Ainsi, le 2 novembre 162 (...)
  • 58 Jeu taurin qui se déroule dans les rues : il consiste en un lâcher de vachettes ou de jeunes taure (...)

57Il est signalé que ce jeu typiquement arlésien57 (désapprouvé ici par les autorités car il s’agit de bêtes promises à l’abattoir), et qui anticipe, en plus violent, l’actuel « abrivado58 », avait lieu le vendredi. La liesse revenue, les jeunes Arlésiens bousculent les vaches, mais plus encore les barrières sociales puisqu’il est bien précisé qu’ils sont « de tout état ». Est-ce assez rare pour qu’on le remarque ? L’admonestation n’est pas suffisante : en septembre, les faits se reproduisent. La punition est plus grave : trois jours de carcan auxquels s’ajoutent des amendes pour les bourgeois (sont-ils les meneurs ?). Quant au paiement des amendes, les pères répondront de leur fils, les maîtres de leurs compagnons et valets, les patrons de leurs mariniers. Pas de jeunes nobles signalés ici.

  • 59 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 60 Ibid.

58Les listes de consuls après 1721 ne montrent pas de différences notables avec la situation précédant la peste. Déjà, à partir du milieu du XVIIIe siècle, le second consul est très souvent un avocat, voire systématiquement à partir de 1700. En 1696, François Seignoret, avocat, a même été élu premier consul, sans doute à la suite d’une manœuvre des consuls bourgeois contre les consuls nobles, les deux clans étant traditionnellement opposés. Ceci se reproduit en 1728 au grand dam des gentilshommes, car en dehors de ces deux exceptions, le premier consul est toujours noble, le plus souvent d’ancienne noblesse59. L’importante mortalité dans les familles nobles a marqué l’opinion mais elle a été finalement relative car en dehors de la famille de Verdier, aucune ne s’est éteinte. Cela n’a donc modifié ni les mentalités ni la répartition du pouvoir politique. Mais elle n’est pas non plus la cause du nombre dorénavant important d’avocats au rang de second consul puisque, nous l’avons vu, c’était le cas avant la peste. Si, petit à petit, les luttes intestines s’apaisent au cours du XVIIIe siècle, il semble que la cause en soit au positionnement traditionnel dans lequel les hommes politiques arlésiens trouvent leur équilibre : « Suivant ces lignes de fractures, qui correspondent à la hiérarchie des chaperons, la noblesse domine les avocats, lesquels snobent la bourgeoisie du conseil, selon cette cascade inhérente à l’Ancien Régime. Dans ce champ de fractures, la noblesse semble n’avoir rien perdu de son pouvoir pendant cette période, même si elle est piégée par deux fois en près de trente ans lorsqu’en 1696 puis 1728 sont élus des premiers consuls avocats »60.

59Il est remarquable cependant que Guillaume de Piquet, qui s’est illustré pendant l’épidémie et que le roi a fait, pour ses mérites, marquis de Méjanes en 1723, occupe le poste de premier consul de 1722 à 1729. Il devient cette année-là second consul, mais également viguier, nommé par le roi. Après cette date, les grandes familles, de Grille, de Lagoy, de Nicolay qui ont longtemps occupé la scène politique sont moins présentes, au profit, pour le premier consulat de familles d’anoblis comme les Arquier de Barbegal, Croze de Lincel, de Boussicaud. Mais là non plus, il ne s’agit pas de conséquences de la peste, mais plutôt de l’émergence de nouvelles fortunes et d’alliances favorables.

Notes

1 R. Baehel, « La haine de classe en temps d’épidémies », Annales Économies, sociétés, civilisations, Paris, Armand Colin, 1952, no 3, p. 354-357.

2 FPMA, M 232 fo 139.

3 AMA, GG 27 fo 131.

4 Le lieu-dit Barbegal se trouve à la limite de la Crau et des Alpilles, à l’est d’Arles.

5 AMA, GG 30, 17e cahier.

6 BnF, M 8919 fo 116.

7 AMA, GG 27 fos 185, 203, 235.

8 AMA, M 558 fo 24.

9 Jacques d’Arlatan de Beaumont, ancien capitaine au régiment Royal-Artillerie, commandant d’Arles jusqu’à sa mort en juillet 1721.

10 AMA, GG 27 fos 69, 80.

11 O. Caylux, Présence du groupe nobiliaire dans la ville d’Arles sous l’Ancien Régime (1640-1789), mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1998.

12 FPMA, M 231 pièce 8.

13 FPMA, M 558 fo 23.

14 AMA, BB 106 fos 283-284.

15 AMA, BB 106 fo 285.

16 FPMA, M 231 pièce 8.

17 AMA, GG 32 fos 749, 751, 768.

18 La tour de Boulouvard est une tour des remparts de la ville, située à l’ouest.

19 FPMA, M 231 pièce 8.

20 FPMA, M 2414 fo 80.

21 FPMA, M 31 pièce 3.

22 Voir à ce sujet l’ouvrage de R. Pillorget, op. cit., et P. Allard, La Révolution arlésienne, op. cit.

23 AMA, GG 32 fo 755.

24 AMA, GG 32 fo 757.

25 AMA, GG 32 fo 762.

26 AMA, GG 32 fo 816.

27 AN, B 3/274 fos 208-209.

28 Valerne, Jean Sourd, Antoine Fabre, Jean Calais, Jacques Gervais, Balthazard David et son frère Maure, Honoré Baret dit Pichonnette, René Cartier dit Jardin, Antoine Reboul dit Peisson, Jean Charassion père et fils, Louis Bardoux père et fils, Esprit Gay, François Alivon, Trophime Bigot, Jean Augier, Antoine Bouchet.

29 S. Pillorget, « Une crise de colère des paysans d’Arles : les émeutes frumentaires des 2 et 3 janvier 1752 », Actes du 92e congrès des sociétés savantes. Strasbourg et Colmar, 1967, Paris, CTHS, 1970.

30 P. Allard, La Révolution arlésienne, op. cit., p. 71.

31 P. Serna, Antonelle, aristocrate révolutionnaire (1747-1817), Paris, Éd. du Felin, 1997, p. 105.

32 AMA, BB 106 fo 291.

33 AMA, BB 106 fo 293.

34 AN, G 7 1730 pièces 152, 154.

35 FPMA, M 558 fos 30, 30.

36 AMA, GG 27 fo 262.

37 AMA, BB 106 fo 294.

38 AMA, GG 27 fo 255.

39 AMA, GG 32 fos 795-1023.

40 AMA, GG 32 fo 1009.

41 AN, B3/274.

42 AMA, GG 32 fos 258, 764.

43 AMA, BB 36 fos 279-383.

44 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, Éd. Pédone, 1975, p. 968.

45 AMA, BB 39 fos 147, 172.

46 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

47 R. Pillorget, op. cit., p. 944.

48 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles…, op. cit., p. 479.

49 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 72.

50 Ibid., p. 78.

51 G. Buti, La peste à La Valette, 1720-1721, Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 54.

52 La peste dans le Comtat et la Provence au nord de la Durance, 1720-1721, archives départementales du Vaucluse, CDDP, no 5, 1976.

53 R. Bruni, op. cit., p. 54.

54 R. Vignal, De la peste à la Révolution, Tarascon au XVIIIe siècle, Montpellier, Presses du Languedoc, 1989, p. 43.

55 FPMA, M 558 fo 24.

56 AMA, GG 27 fo 429.

57 Lors de plusieurs visites royales, des spectacles taurins sont organisés. Ainsi, le 2 novembre 1622, eut lieu, pour fêter la venue à Arles du roi Louis XIII « une brillante course de jeunes tauraux sur la place du marché ; le Roi assis sur un fauteuil au balcon, prit beaucoup de plaisir à cet exercice où la jeunesse se distingua tant par son adresse que par son courage ». Le roi regarda ce spectacle depuis le palais de l’Archevêché où il fut logé (M 890 fo 245 vo).

58 Jeu taurin qui se déroule dans les rues : il consiste en un lâcher de vachettes ou de jeunes taureaux que les jeunes gens tentent d’arrêter.

59 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

60 Ibid.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540