Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

La peste : analyse des faits

Texte intégral

Le compte des morts

1Le nombre des décès est évidemment un des paramètres les plus importants à définir. Il conditionne la gestion de la crise, l’état de fonctionnement de la ville, et engage l’avenir. Dans des temps aussi perturbés que ceux d’une grande épidémie, les chiffres sont particulièrement difficiles à recueillir et donc à établir. Pourtant l’État demande des états précis, et l’intendant Lebret cherche à les obtenir dans chacune des villes atteintes. Mais cela n’est pas tâche facile :

  • 1 AN, G 7 1732, pièce 25.

… (Les) communautés… me répondent ordinairement qu’elles ont bien autre chose à faire qu’à dresser les estats et calculer le nombre de morts, tandis qu’il s’agit de secourir ceux qui ne le sont pas encore. Je dressay donc des modèles d’estats et je priay Monseigneur l’archevêque de charger 12 ou 15 personnes intelligentes de les porter aux barrières pour les faire remplir1...

2Arles a connu les mêmes difficultés. Certes, les archives communales arlésiennes conservent de nombreux documents concernant la mortalité de 1721. Pour autant, les choses n’en sont pas facilitées car ils donnent souvent des chiffres différents et disparates. Les consuls avouent n’avoir pas eu la possibilité de tenir à jour les registres de décès et avoir fait les états officiels après coup. En fait, aucun document n’est sans doute absolument fiable et c’est plutôt par recoupement que l’on peu tenter une évaluation. Dès juillet 1721, une lettre des consuls d’Arles à ceux de Nîmes montre que ceux-ci, en pleine épidémie, à chaud, ont déjà une première estimation :

  • 2 AMA, BB 106 f° 317.

… On compte qu’il est mort environ sept à huit mille personnes parmy lesquels il y a beaucoup de personnes de distinction, ce qui est excessif en égard du petit nombre des gens qu’il y avoit dans la ville2...

3À la mi-août, dans la lettre à Monseigneur de Mailly déjà citée, ils calculent que 12 000 personnes sont restées en ville lorsque l’épidémie s’est déclarée, que 8 000 sont mortes, et peut-être plus, 1 000 sont encore dans les infirmeries. Sur les 3 000 restant, 2 000 sont convalescents. Sur ces 12 000 personnes, seules 1 000 personnes n’auraient pas été atteintes… ce qui dépasserait largement les taux proposés par J.-N. Biraben.

  • 3 AMA, GG 32 f° 365.

4Un rapport, très soigneusement rédigé, est conservé dans les archives d’Arles et a toutes les apparences d’un document officiel réalisé par les consuls et destiné, sans doute, à l’intendant de Provence à la fin de l’épidémie. Il s’agit de l’« État du nombre des morts de la contagion depuis le 17 décembre 1720 jusqu’au 4e novembre 1721 »3. Sans date, nous ne savons pas à quel moment il est rédigé par rapport aux autres états. Mais c’est le document le plus détaillé que nous possédons à ce sujet. Il commence par cette phrase :

Les Consuls de la Ville d’Arles ont déclaré que dès que la Contagion se manifesta dans lad. Ville, une grande partie des habitans s’enfuirent à la campagne de sorte qu’il en étoit resté guère plus de douze mille dans la ville. La Contagion a commencé le 17 décembre 1720.

5Il indique ensuite la répartition des décès en ville pendant toute la durée de la peste et le total des morts :

Du 17 décembre 1720 au 30 avril 1721 : 56 morts.
Du 1er au 31 mai : 130 morts.
Du 1er au 30 juin : 3 530 morts.
Du 1er au 31 juillet : 4 025 morts.
Du 1er au 31 août : 341 morts.
Du 1er au 30 septembre : 53 morts.
Du 1er octobre au 4 novembre : 22 morts.

6Soit un total de 8 157 morts (en ville). On a donc ici un taux de mortalité de 67,97 % pour l’ensemble de l’épidémie (8 157 morts pour 12 000 habitants).

7Ensuite, le nombre des malades et des convalescents des infirmeries est lui aussi donné précisément, mais seulement à partir du 1er juillet. Pourquoi, alors qu’il y eut beaucoup de malades et de morts en juin ? Nous ne le savons pas. Voici les nombres fournis : le premier juillet, il y a 508 malades dans les infirmeries. S’ajoutent 4 670 malades qui sont « découverts » dans la ville entre le 1er et le 31 juillet et hospitalisés, soit au total 5 178 malades dont 4 025 meurent. Sur les 1 153 malades restant, 174 sont mis en convalescence. Pour août, le même calcul peut être fait : le 1er août, on trouve les 979 malades restant dans les infirmeries. Pendant ce mois, 449 nouveaux malades sont amenés, soit au total 1 087 malades. Sur ce nombre, 341 meurent (31 %), 496 sont convalescents (45 %). Il y a donc 591 malades restant hospitalisés à la fin août. D’après ce document, plus aucun nouveau malade n’est trouvé à partir du 1er septembre et parmi les 591 restant, il y a 75 morts jusqu’au 4 novembre.

Malades et morts dans les infirmeries en juillet, août et septembre 1721

8Quel bilan peut-on tirer de ces chiffres ? Pendant la période du 1er juillet au 1er septembre, on « découvre » au total 5 627 malades, et on compte 4 367 morts (ce nombre n’est pas complètement exact car il meurt certainement après le 1er juillet des malades amenés aux infirmeries en juin). Le taux de mortalité des malades amenés aux infirmeries en juillet et août, compte tenu de la petite marge d’erreur due à la non-connaissance de la mortalité des malades arrivés en juin, est d’environ 77 %.

  • 4 AN, G 7 1733, pièce 45, Papiers de l’intendant Lebret, septembre 1721.

9Pendant toute l’épidémie provençale, des états mensuels du nombre des malades, des morts et des personnes saines sont envoyés à Paris par l’intendant Lebret et se trouvent aujourd’hui aux archives nationales. Pour Arles, un état envoyé à la fin de la peste en septembre 1721 est détaillé et intéressant (il est fait avant le rapport cité précédemment qui, lui, inclut les premiers jours du mois de novembre). Voici l’état récapitulatif établi en septembre4 :

  • 5 Ce nombre ne semblerait comprendre que les Arlésiens habitant en ville.

Nombre d’habitants qu’il y avait quand la maladie a commencé : 12 0005.
Nombre de morts jusqu’au dernier aoust : 8 110.
Nombre des habitans qui restoient le 1er septembre :

  • sains : 3 299
  • aux infirmeries : 531
  • convalescents : 3 890.

10Document officiel parvenu aux plus hautes autorités, il pose en réalité plus de questions qu’il ne donne de réponses. En effet, à partir de ces données, en additionnant les chiffres des sains, malades et convalescents, et en tenant compte des 53 morts en septembre cité plus haut, on peut estimer le nombre de survivants en ville à 7 667 personnes. Dans ce cas, 4 333 citadins sur 12 000 seraient morts au lieu des 8 110 indiqués soit un taux de 36 % de décès. S’il y eut vraiment 8 110 morts, il ne pouvait rester que 3 890 personnes vivantes dans la ville… On perçoit là à quel point ce type d’état est peu fiable ou en tout cas très difficile à interpréter.

  • 6 AN, G 7 1731, pièce 14, papiers de l’intendant Lebret, octobre 1721.
  • 7 AD BdR, C 916, non folioté.

11L’état officiel6 établi fin octobre indique 8 162 morts pour Arles. Dans ce cas, le taux de mortalité définitif est de 68 %, sur la même base que le rapport précédent de 12 000 personnes restées en ville. Enfin, un dernier document sans date7, l’« État général au sujet de la contagion qui a affligé la ville d’Arles dressé suivant l’instruction pour les Communautés envoyée par Monseigneur l’intendant » découvert aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, non daté, ajoute encore au questionnement. En effet, il ne correspond pas aux états envoyés à Paris par Lebret ni aux chiffres trouvés dans les autres documents. Il commence par cette affirmation :

Il y avait dans la ville d’Arles avant la contagion la quantité de 19750 habitants…

12Est-ce uniquement en ville comme il le paraît dans le texte qui suit ? Dans ce cas, on est proche des chiffres du dénombrement de 1709, en ajoutant les habitants de la paroisse de Trinquetaille. Le reste du texte est très précis :

Des 19 750 habitants qui étoient dans la ville avant la contagion, 5 300 se retirèrent en campagne à la première découverte du mal dont 900 ont été attaqués par la maladie. 2 400 se sont conservés en santé renfermés dans leurs maisons et 12 050 ont été attaqués du mal. Duquel nombre de malades tant de la ville que de la campagne, il en est mort 9 400 et les 3 550 du surplus ont été guéris.

13Dans ce cas, 14 450 habitants seraient restés en ville (les états précédents mentionnent 12 000 personnes). Sur ce nombre, 83,39 % d’entre eux seraient tombés malades. La ville et la campagne aurait fourni au total 12 950 malades sur lesquels 9 400 seraient morts (soit une létalité de 72,58 % et une mortalité totale de 65 %). Le grand intérêt de ce rapport est qu’il mentionne les malades de la campagne et le nombre total des morts comprend également les décès hors de la ville, d’où un total différent des autres. Etait-ce un premier état fait par les consuls arlésiens et rectifié ensuite à la demande de Lebret ? Nous l’avons vu, les Arlésiens tardent à envoyer le rapport demandé, se trompent, hésitent. Ont-ils eu à diminuer le nombre d’habitants puis de morts pour faire le rapport officiel définitif parce que l’intendant pensait qu’ils en exagéraient les données ? Ces chiffres sont cependant très intéressants et quelques contemporains les reprennent, dont le nombre de malades à la campagne, le nombre de personnes guéries, le nombre total de morts. Pour les trois rapports cités, le taux de mortalité de l’ensemble de l’épidémie est finalement assez semblable, de 65 à 68 % des habitants restés en ville, soit un chiffre moyen de 8 000 morts environ. Les témoignages de contemporains donnent évidemment des estimations sur les conséquences de l’épidémie. M. de Nicolay dans son livre de raison fait le bilan suivant :

  • 8 FPMA, M 232 f° 141.

Nous avons perdu à cette peste 9 400 ou 9 500 personnes, dont près de mille au-dessus de l’artisan, prêtres, gentilshommes, avocats, bourgeois, etc. Ce qu’il y eut d’affreux, juillet c’est qu’il en périt au moins 8 000 dans un mois et demi, depuis le 15 juin jusqu’à la fin 8.

  • 9 AMA, M 558, f° 39 r°.

14Quand à M. de Bouchet, voici son évaluation (partielle)9 :

On ne peut se représenter tout l’effet que fit la quarantaine générale à Arles : le mal y cessa presque subitement ; il est vray qu’on peut dire aussy que les sujets y manquoient. Quand on la commença, il ne restoit dans la ville que 3 000 personnes, dont il y en avoit 1 500 d’enfermés dans leurs maisons et 1 500 aux quels la ville fournissoit ce qui leur estoit nécessaire. Il y avoit 1 000 malades aux infirmeries. Enfin dans trois semaines il cessa entièrement d’en tomber de nouveaux.

  • 10 FPMA, M 2414 f° 96.
  • 11 AMA, GG 27 f° 336 r°.

15Soit au total, 4 000 personnes seraient encore en vie au début du mois d’août 1721. Si on garde l’idée que 12 000 personnes environ selon l’État officiel conservé aux archives nationales étaient dans la ville au début de l’épidémie, il y aurait 8 000 morts à cette même date. François Peilhe10 qui fut chargé du contrôle des morts et reçut une gratification à la fin de l’épidémie pour cette mission11 donne des chiffres proches, qui seront largement repris au XIXe siècle. Il précise au départ le nombre global, selon lui, de la population arlésienne et distingue ensuite les morts en ville (il détaille leur qualité) et les morts à la campagne. C’est le bilan le plus clair et le plus complet parmi les témoignages des contemporains.

Les hommes des siècles à venir, auront peine de croire le cruel ravage que la peste a fait dans Arles l’an 1721 car de vingt-trois mille habitans qu’il y avoit dans cette ville avant ce fléau, il ni resta que douze mille cinq cens après le départ de ceux qui s’en allèrent en campagne, et de ce nombre il n’en échapa que quatre mille, et la plus part faillirent périr… ce dernier fléau fut si violent dans cette ville, qu’il mourut dix mille personnes durant la peste, sçavoir huit mille cinq cens tant dans la ville, que dans les infirmeries, et mille cinq cens dans la campagne, parmi ce nombre on y conte septante-deux prêtres ou religieux, un Commandant, trois majors, quatre consuls, trente-cinq conseillers de l’Hôtel de Ville, sçavoir onze nobles, sept avocats, et dix-sept bourgeois, plus douze capitaines de corbeaux, septante cinq commissaires ou aydes, trente-cinq médecins ou chirurgiens, et soixante-trois corbeaux.

  • 12 FPMA, M 1103, f° 732 v°.
  • 13 FPMA, M 783, f° 661 v°.
  • 14 FPMA, M 2414, f° 101.
  • 15 M. Pazery était membre du bureau de santé.

16Par ailleurs, plusieurs érudits qui ont travaillé dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle sur des archives de l’époque ont proposé des bilans chiffrés de l’épidémie de 1721. Pierre Véran avance les données suivantes dans son « Histoire de la ville d’Arles » écrite en 176112 : 10 000 morts en ville, 500 à la campagne. Il cite et énumère parmi les morts les personnalités civiles et religieuses ou les catégories socio-professionnelles déjà précisément citées par François Peilhe qui est sans doute la source de ces indications. Mais le nombre des morts à la campagne avancé par Véran est beaucoup moins important (500 au lieu de 1 500). Dans ses Annales13, il donne également des indications (non vérifiables) sur la mortalité dans la petite paroisse Saint-Lucien située en plein centre ville, chiffres tirés de François Peilhe qui, nous l’avons vu, fut commissaire de cette paroisse. Elle aurait compté 79 familles et un total de 521 personnes. 229 seraient mortes de la peste. Émile Fassin a rassemblé divers documents concernant la peste de 1721 à Arles14. Une bonne partie d’entre eux avaient été recueillis par Laurent Bonnemant. Parmi les différentes pièces d’archives, on trouve un « État des personnes mortes de la contagion dressé par Messieurs les Consuls ». Il s’agit d’« une copie de la déclaration envoïée à M. Le Bret, Intendant de Provence par Messieurs les Consuls d’Arles, lad. Copie faite par M. Pazery, chanoine de la Sainte Église d’Arles15 qui avoit servi pendant la contagion avec un grand zèle – Ce 1 octobre 1763, Bonnemant, sous-diacre ».

  • 16 FPMA, M 232 f° 6. Cette relation a été publiée en 1820 dans « Pièces historiques sur la peste de 1 (...)

17Il fournit des nombres légèrement différents de ceux cités plus haut mais qui donnent un total assez proche soit 8 152 morts. Une « relation » anonyme du XVIIIe siècle trouvée dans les archives d’Arles et donnée à Louis Mège par Casimir Perrin de Jonquières, maire d’Arles (1843-1844)16 indique que « de 23 178 individus, il en périt, dans la ville et les infirmeries, 8 572 ; dans la campagne, 1 638 ; total : 10 210 individus ».

  • 17 Docteur Victorin Laval, Lettres et documents pour servir à l’histoire de la peste d’Arles en Prove (...)
  • 18 J.-N. Biraben, op. cit., p. 257.
  • 19 Soit 39 335 morts pour 88 645 ha (taux de mortalité : 39,3 %). Marseille, ville morte …, op. cit.

18Pour Victorin Laval17 qui ne précise pas ses sources, il y aurait eu 4 025 morts les 20 premiers jours de juillet : ce serait à ce moment-là la mortalité la plus violente de Provence. On le voit, dans l’ensemble, les contemporains de la peste et les historiens des XVIIIe et XIXe siècles (les seconds s’inspirant certainement des premiers) arrivent à des résultats assez voisins. Beaucoup plus récemment, Jean-Noël Biraben18, dans le cadre d’une très large étude couvrant une vaste aire géographique, a avancé une estimation sur l’épidémie arlésienne et propose les chiffres suivants : sur une population totale de 23 126 habitants, en 332 jours de peste, il y aurait eu 10 210 morts pour 12 950 malades au total. Soit une mortalité de 44,3 %, une morbidité de 55,9 %, une létalité de 79,36 %. Arles se situe dans la moyenne des principales villes provençales atteintes par l’épidémie pour le taux de mortalité, de morbidité et de létalité. Dans presque toutes les localités dont Arles, plus 70 % des habitants ont été malades. Mais Arles ne fait pas partie des villes (La Valette, La Seyne, Aubagne, Toulon) qui, d’après J.-N. Biraben, ont perdu plus de la moitié de leur population. Elle est juste en dessous de ce seuil mais au-dessus toutefois de l’estimation basse concernant Marseille, la plus vraisemblable d’après Charles Carrière19. Au total, 76 communes ont été atteintes en Provence.

  • 20 R. Bertrand et al., op. cit., p. 406.

19La question se pose, à partir de tous les chiffres avancés pour Arles, si ces différentes estimations s’approchent ou non de la vérité. La réponse est évidemment très complexe et demande une analyse approfondie. Nous avons vu les difficultés qu’ont rencontrées les autorités arlésiennes de l’époque pour obtenir le nombre de morts dans chacune des paroisses de la ville, et comment il s’est agi bien souvent d’un réajustement, après coup. Aujourd’hui, les historiens s’interrogent sur la façon dont a été évaluée la mortalité des épidémies anciennes. Les calculs incertains faits du nombre des morts peuvent soit donner des chiffres incomplets, soit aboutir si on s’en tient aux chiffres donnés par les contemporains à une surestimation des pertes humaines ou en tout cas comme le dit Régis Bertrand, à une reconstitution hypothétique20. Dans le second cas, la surévaluation des décès peut être due à l’affolement du moment et à des scènes particulièrement impressionnantes, mais aussi au besoin d’obtenir des autorités régionales et nationales des secours les plus importants possibles. Ces nombres élevés passent ensuite à la postérité, restent dans les mémoires et sont transmis de générations en générations.

  • 21 R. Baehrel, op. cit., p. 269.
  • 22 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 295, 296, 302.

20Ainsi René Baehrel pense que le tableau est toujours noirci en cas de peste : « Les communautés avaient intérêt à exagérer leur malheur pour être déchargées »21. Il y a t-il eu une surenchère entre les communes atteintes pour toucher le plus de secours possible ? En tout cas, l’exemple marseillais fait ressortir la difficulté de telles estimations et montre combien les conclusions des recherches peuvent être différentes. Charles Carrière, au contraire de Baehrel, nous invite, à propos de Marseille, « à la circonspection à l’égard du dénombrement officiel »22 mais plutôt dans le sens d’une sous-estimation. Il pense que les échevins ont sous-estimé le nombre de morts en annonçant dans le dénombrement officiel un total de 39 107 décès. En proposant 40 000 morts pour Marseille-ville, et 10 000 de plus pour la campagne, il avance une mortalité de 50 % de la population, tout en précisant qu’il est impossible de faire un dénombrement absolument précis des morts.

  • 23 M. Terrisse, « À propos de la peste d’Arles, remarques en forme de dossier », Provence historique (...)

21Michel Terrisse avance une estimation beaucoup plus basse des disparus23, pensant qu’au départ, la population urbaine de Marseille a été surévaluée. Elle n’aurait compté que 60 000 à 65 000 habitants, population « réduite au tiers, peut-être au quart » après la fuite devant la peste. Parmi les disparus signalés après l’épidémie, un certain nombre des survivants auraient choisi de ne pas revenir dans Marseille. À partir de ces propositions et d’un calcul estimatif prenant pour modèle les chiffres connus d’une des « isles » marseillaises, Michel Terrisse suggère d’évaluer le nombre de morts et de disparus au maximum à environ 18 850, fourchette haute, mais plutôt à 12 500 morts : « ce serait à peu près la moitié du nombre des habitants restés en ville ».

22Qu’en est-il pour Arles ? Notre point de départ est l’évaluation globale de la population de la ville faite, nous l’avons vu, lors du dénombrement de 1716, soit une estimation de 23 126 habitants pour l’ensemble de la commune.

23Pour le compte des morts, les chiffres fournis par les consuls arlésiens sont sans doute un peu plus fiables que les estimations marseillaises car il est plus facile de connaître globalement les familles d’une ville de quelques vingt mille habitants que celles d’une métropole portuaire qui en compte au minimum trois fois plus. À Arles, hormis les journaliers, population fluctuante mais régulière et connue puisqu’employée par les propriétaires terriens, les habitants semblent assez stables. La prospère Marseille, elle, attire sans cesse de nouveaux arrivants. Reste à savoir s’ils ont donné honnêtement une estimation qui se voulait proche de la réalité ou s’ils ont voulu déclarer plus de morts qu’il n’y en avait eu.

  • 24 AMA, GG 30.

24Un registre spécial24 qui contient des listes de malades et de morts a été constitué par les consuls d’Arles après la peste. Il contient au total 25 cahiers faits par les différents commissaires de paroisse, ainsi qu’un récapitulatif final. Une partie d’entre eux a été tenue au plus fort de l’épidémie et concerne ceux qui sont morts dans leur maison, lorsque il n’y avait plus de curés pour s’occuper des registres paroissiaux. Les autres cahiers sont ceux des malades et des morts des infirmeries. Ces cahiers ont été rassemblés et reliés ensuite. Les renseignements sont inégaux d’un cahier à l’autre, ils sont souvent partiels, incomplets, imprécis, ne couvrant de quelques jours à quelques semaines seulement de l’épidémie. Les informations se recoupent souvent. Il y manque beaucoup de malades qui, selon les textes, ont été abandonnés, sont morts seuls, ont été ramassés par les corbeaux et enterrés rapidement. Le plus souvent, dans les périodes d’affolement, ils n’ont pas été comptabilisés.

  • 25 C. Boyer, « Les morts de la peste de 1720-1721 à Arles », Aspects de la mort à Arles de l’Antiquit (...)
  • 26 AD BdR, C 916.
  • 27 AMA, GG 32 f° 365 bis.

25Une première recherche statistique a été entreprise à partir de ce registre par Caroline Boyer-Brisson, alors chargée de mission à l’INED. L’article25 paru en 2003 dans les Actes du colloque « Aspects de la mort à Arles de l’Antiquité à nos jours » organisé par le Groupe archéologique arlésien donne d’ores et déjà des informations importantes sur la courbe de mortalité, la répartition des morts et des malades, la répartition par sexe. Caroline Boyer-Brisson s’appuie également sur l’« État général au sujet de la contagion qui a affligé la Ville d’Arles dressé suivant l’instruction pour les Communautés envoyée par Monseigneur l’intendant »26 et sur l’« État du nombre des morts de la contagion depuis le 17 décembre 1720 jusqu’au 4 novembre 1721 »27 dont il est question plus haut. Ce travail apporte la vision d’une étude effectuée dans le cadre d’une méthodologie scientifique de démographie historique. Nous en donnerons plus loin les intéressants résultats. Quelles informations peuvent nous donner les cahiers de ce registre ? Certains sont inutilisables, car trop partiels ou mal tenus, d’autres sont des doubles ou mêlent des listes, déjà communiquées, à de nouvelles données. Pour les autres, un essai de classement peut apporter quelques informations intéressantes mais, régulièrement, on se heurte à des chiffres qui ne concordent ni entre eux, ni avec les chiffres officiels. Les renseignements portent parfois clairement sur les morts en ville ou les morts dans les infirmeries. Mais souvent, ils ne sont pas distingués. À la fin du cahier 16 est noté une indication qui montre bien la relativité des informations données par les commissaires des paroisses :

Le feu de la contagion ayant été si violent dans le mois (de juillet) qu’on ne tint presque plus aucun état des morts et ceux qu’on remit ont été égarés.

26Dans le cahier 20, il est écrit qu’à la Charité, à partir du 16 juillet, le nombre de morts n’est plus noté car « M. Boutard, qui est le directeur, est malade, gardant le lit ».

Décès dans les paroisses de la ville (Cahier 4, GG 30)

27La plupart des cahiers s’arrêtent à la fin du mois de juin ou courant juillet.

28Quelques informations toutefois pour le mois d’août : dans le cahier 22, il est noté 231 morts entre le 1er et le 28 août. Le lieu de la mort n’est pas indiqué. À titre de comparaison, le chiffre officiel (tous lieux confondus) est de 341 morts. Quelques indications précises concernent l’infirmerie des Minimes. Du 25 mai au 27 juillet, 496 personnes y seraient mortes (cahier 25), et 35 entre le 1er août et le 28 août (cahier 23). Là aussi, les chiffres semblent bas à côté des 7 555 morts donnés par les consuls pour juin et juillet tous lieux confondus. Au cours de ces pages, des notes brèves font transparaître les problèmes humains au milieu des listes macabres, petites informations données aux intendants de santé. Ainsi, dans le cahier 20, il est inscrit que le 14 juillet, « Aux Minimes, M. Bougarel a quitté (son service) a cause que vous ne luy envoiés pas les provisions et ce que le père Carbonnel vient de me dire est qu’il ne veut point se meler de rien, ny de morts ny de ceux qui sont en vie » : moment de découragement, au plus fort de l’épidémie.

29Un fait divers tragique, arrivé quelques jours auparavant à l’infirmerie Saint-Roch, montre le désespoir ou la folie d’un malade (la peste peut provoquer un grand état d’excitation), dont le nom est Esprit Cipert :

Il a esté tué sur les quatre heures ce jour d’huy matin 9 juillet, aiant voulu forcer la garde par deux fois.

  • 28 AMA, GG 30 cahier 3.

30Au fil des longues listes de noms d’inconnus, on trouve parfois mention de notables : la fille de Guillaume Fassin, avocat et membre du bureau de santé, morte à 2 ans et demi ; Marguerite Bégon, sœur de Charles et Louis Begon, procureurs au siège, Pierre-André Quenin, fils de Guillaume Quenin, avocat, « La dame de Verdier » et « Noble de Verdier », la sœur de Brunet, fille du sieur Brunet, trésorier de la commune, Thérèse d’Eymin, supérieure des Ursulines, le chirurgien Pitot, tous morts en mai ou juin et enterrés au cimetière des pestiférés28. En juillet, les listes sont rares et on ne trouve pas traces des principales personnalités décédées ce mois-là.

31Peut-on tirer des données chiffrées crédibles de ces cahiers ? Il est vraiment difficile de l’affirmer à cause des lacunes annoncées à plusieurs reprises par ceux qui ont tenté de les tenir. À la fin de ce cahier 16 est noté une indication qui montre bien la relativité des informations données par les commissaires des paroisses :

Le feu de la contagion ayant été si violent dans le mois (de juillet) qu’on ne tint presque plus aucun état des morts et ceux qu’on remit ont été égarés.

32Un certain nombre d’entre eux a-t-il été perdu ? Une constante, toutefois : même quand ils paraissent avoir été tenus soigneusement, les chiffres en sont toujours très inférieurs à ceux communiqués à Lebret à la fin de la peste, qui nous l’avons vu, annonce un total de 8 157 morts. Pourtant, à aucun moment, par ailleurs, il n’est fait état de « disparus » qui n’auraient pas été répertoriés ni de recherche faites par des survivants.

33S’il est impossible de tirer des cahiers de ce registre des données chiffrées globales représentatives de la mortalité de 1721, il est intéressant de noter qu’il existe à la fin une rubrique très bien tenue, sous le titre « Rubrique des personnes mortes de la contagion en l’année 1721 ».

34Elle mentionne par ordre alphabétique le nom des morts (seule information qui figure, sauf dans quelques rares cas, le nom de la paroisse), en recoupant probablement ceux figurant dans les différents cahiers, soit au total 1 674 personnes. Que veut dire ce chiffre ? Est-ce le recensement des personnes identifiées ? Les enfants sont-ils comptés ? Est-ce que ceux qui sont morts dans leurs maisons y figurent ou n’il y a-t-il que les morts des infirmeries ? Le total est en tout cas très inférieur aux 8 157 morts annoncés par les consuls. Ces listes de noms sont divisées en deux parties : les personnes mortes en ville et celles mortes dans les infirmeries, soit 1 133 morts dans le premier cas et 541 dans le second. D’après ces chiffres, plus de deux fois plus de décès auraient eu lieu en ville.

35Nous ne savons pas si ces cahiers furent les seuls documents dont disposèrent les consuls pour établir les rapports officiels ou s’ils eurent des listes plus complètes et mieux tenues, perdues aujourd’hui. On peut d’ailleurs en douter. Mais d’ores et déjà, au vu des difficultés à les utiliser, on peut imaginer l’ampleur de la tâche et comprendre l’improbabilité du résultat. En tout cas, malgré le nombre d’informations contenues dans ce registre, il est clair qu’il faut utiliser d’autres sources pour essayer de quantifier ce qu’a représenté réellement à Arles la peste provençale.

Morts dans les infirmeries pendant l’été 1721 (GG30)

  • 29 C. Boyer, « Les morts de la peste de 1720-1721 à Arles », Aspects de la mort à Arles de l’Antiquit (...)

36Cependant, sur plusieurs points, ce registre est une véritable mine de renseignements, exploités par Caroline Boyer-Brisson qui a réalisé un dépouillement partiel de ces listes de morts. En effet, dans certaines listes, outre le nom, le prénom et le lieu de la mort, il est mentionné parfois également l’âge et le métier des personnes. Un premier résultat a déjà été publié. Il comprend plusieurs graphiques, repris dans ce texte, dont la courbe des décès de la peste de 1721 à Arles29.

Nombre total des morts de la peste à Arles à partir des documents officiels, d’après Caroline Boyer-Brisson

37Restent les registres paroissiaux. Ceux-ci sont tenus de façon inégale et sont difficiles à exploiter. Cependant, dès le début de l’épidémie, la mention « pestiféré » figure dans les actes de décès. À partir de mars 1721, ils indiquent que les pestiférés sont enterrés dans le « cimetière des pestiférés » et non plus dans l’église, sauf quelques cas isolés, nous le verrons. Voici, paroisse par paroisse, les chiffres relevés. Six paroisses sur huit ont des listes de morts :

  • 631 morts pour Notre-Dame-la-principale,
  • 101 morts à la Major,
  • 1 397 morts à Sainte-Croix,
  • 153 morts à Saint-Lucien,
  • 124 morts à Saint-Laurent,
  • 91 morts à Saint-Pierre de Trinquetaille.
  • 30 AMA, GG 150, 160, 199, 214, 208, 143, 178, 136.

38Aucun pestiféré ne figure dans le registre de Saint-Julien. Trois pestiférés seulement sont inscrits en juin pour la paroisse Saint-Martin30.

39Un certain nombre de prêtres n’ont donc pas tenu ces registres pendant un ou deux mois. Des cahiers ont parfois été rédigés et certains, perdus. Des curés sont peut-être partis, d’autres sont morts puisque dans la liste des catégories de personnalités décédées établie par François Peilhe figurent 72 prêtres. Tous n’étaient cependant pas curés de paroisse. Mais ces derniers, s’ils n’ont pas fui, étaient très exposés en accomplissant leur ministère et beaucoup sont morts. Pour ceux qui sont resté au service de leurs paroissiens, quelle capacité avaient-ils à connaître tous les décès dans de pareilles circonstances ? Quoiqu’il en soit, le total obtenu à partir de l’ensemble de ces chiffres pour l’ensemble des paroisses est de 2070 victimes. Voyons en détail les informations qui peuvent être retirées de la tenue de ces registres et leur fiabilité.

40Concernant la paroisse Notre-Dame-la-principale, le curé a soigneusement dressé la liste à la fin de l’épidémie et dans le registre paroissial, de tous ses paroissiens décédés en ville ou à la campagne. Il paraît assez vraisemblable que les 631 morts notés correspondent à peu près à la réalité. Cette paroisse est située en plein centre ville, dans le quartier de la Cité qui regroupe un grand nombre de nobles, de bourgeois, de boutiquiers, bien connus certainement par leur curé.

  • 31 Deux paroisses se partageaient ce quartier : Saint-Laurent et Sainte-Croix.

41Le registre de l’église Sainte-Croix, paroisse importante et très populaire du quartier de la Roquette31, est une exception. Tous les morts semblent y avoir été inscrits régulièrement, par la même main et sans interruption pendant l’été 1721. Après chaque nom, Montfort, le curé a signé. Il continue imperturbable après l’épidémie à laquelle il a survécu. Il est visible qu’il a été par moment dépassé et a trouvé des moyens pour simplifier sa tâche. Ainsi, il regroupe les morts par famille (mais dans bien des cas la famille entière a pu être découverte morte dans sa maison) :

  • 32 AMA, GG 199 fos 45, 46.

Je soussigné atteste que Franc Fage, matelot, Hélène Pascale sa femme, Jean, Esprit et Marthe leurs enfants sont morts et enterrés dans le cimetière des pestiférés32.

  • 33 AMA, GG 35 f° 823.

421 397 morts sont ainsi notés : c’est la plus longue liste crédible que nous ayons pour l’épidémie arlésienne de 1721. Dans la paroisse Saint-Lucien, 42 décès sont enregistrés normalement en 1721 au même titre que les baptêmes et mariages (la plupart sont morts de la peste), auxquels s’ajoute une liste des mortuaires des pestiférés inscrite dans un cahier à part. 111 noms y figurent. Au total, donc, d’après ce registre, on compte 153 morts dans cette paroisse. Sa petite dimension explique ce chiffre limité. Toutefois une feuille manuscrite conservée dans un des registres municipaux conservant diverses pièces de 1721 compte à la fin de l’épidémie pour cette paroisse : 229 morts et 292 vivants33. Elle confirme les chiffres donnés par Pierre Véran à partir des documents de François Peilhe.

  • 34 AMA, GG 136.

43À Saint-Martin, trois morts sont notés (très soigneusement) jusqu’au 15 juin. Puis apparaissent ces quelques mots qui résument probablement la pratique des curés dans beaucoup de paroisses34 :

Ayant fait réflexion que dans ce temps de contagion où il meurt tous les jours plusieurs personnes, nos registres ne pourroient suffire pour y insérer tous les mortuaires et que d’ailleurs nous n’en aurons pas le temps, nous mettons sur une feuille séparée les noms des morts que nous ajouterons ensuite dans le registre si le Seigneur nous conserve, signé Nègre, curé.

44Cette résolution ne pourra pas toujours être tenue pendant les mois les plus terribles. D’ailleurs, il n’existe pas de cahier rattaché au registre de cette paroisse pour laquelle nous n’avons donc aucune indication des décès à partir de la mi-juin. Le cas est le même pour l’église Saint-Julien où ne figure aucun nom de pestiférés, seulement les morts « normales » jusqu’à mi-juin.

45À Saint-Pierre de Trinquetaille, le registre paroissial note 91 morts de la peste, plausibles, là aussi car ce quartier est peu peuplé et les textes le signalent comme peu atteint.

46Pour la Major, par contre, le nombre de morts inscrits est de 101 pour la paroisse toujours désignée non seulement comme la plus peuplée de la ville, mais aussi comme la plus touchée par l’épidémie. Les actes de décès s’arrêtent le 23 mai 1721. Là, le curé, le chanoine Blanc, indique :

Icy on a discontinué d’écrire les morts à cause de leur grand nombre et que MM. les Consuls les faisoient écrire sur un autre registre.

47Ensuite, seuls les prêtres morts y figurent, ainsi que les mariages. Cela représente une dizaine d’actes. À noter que les pages de cette année-là, dans le registre, garde la trace d’un traitement à l’eau parfumée. Le registre de la peste pour cette paroisse n’a pas été retrouvé ; le registre « normal » est de nouveau utilisé à partir de la fin septembre 1721.

48Pour Saint-Laurent, paroisse populaire également, les 124 morts notés (moins que la petite paroisse Saint-Lucien), semblent inférieurs à ce qu’à dû être la mortalité réelle. D’ailleurs le curé titulaire est mort en juillet de la peste.

  • 35 Ce mode de calcul m’a été aimablement proposé par madame Patricia Payn-Echalier.

49Le nombre des morts enregistrés n’est donc crédible que pour quatre paroisses sur huit, avec 2 272 morts probables. Une hypothèse de travail35 peut être établie si on essaie de comparer ces chiffres avec le poids de chacune de ces paroisses par rapport à la population totale de la ville (hors terroir). Or, nous ne connaissons ces données que grâe au dénombrement de 1636 qui mentionne la population d’Arles par paroisse. Parmi les quatre paroisses « crédibles » Sainte-Anne (3 043 ha) représente alors 13 % de la population arlésienne, Sainte-Croix (4 834 ha), 20,5 %, Saint-Lucien (941 ha), 4 %, Saint-Pierre-de-Trinquetaille (527), 2 % soit au total 39,5 % de cette population. Même si une telle démarche est hasardeuse, supposons que ces proportions naient que peu évolué en un peu moins d’un siècle. En prenant l’hypothèse d’un chiffre moyen de 20 508 habitants (ville + Trinquetaille) donné par le dénombrement de 1716 auquel on a appliqué le rapport ville/terroir tiré de celui de 1709, ces paroisses représentent 8 100 habitants avant la peste. Avec 2 272 morts, 28 % des personnes y ont donc disparu. Ce réultat reporté à l’ensemble des paroisses (20 508 ha) donne au total 5 742 morts. Nous sommes loin des chiffres officiels et des témoignages des contemporains Mais la probabilité que la transposition du pourcentage de mortalité de quatre paroisses aux huit paroisses de la ville puisse se rapprocher de la réalité est fortement réduite par le fait que la plus grosse d’entre elles, Notre-Dame de la Major, n’en fait pas partie. Or elle est, nous l’avons vu, la plus peuplée (avec, en 1636, 5 999 habitants contre 4 834 à Sainte-Croix) et celle où la mortalité semble avoir été la plus forte, avec, peut-être un pourcentage de décès nettement supérieur au taux de 28°% appliqué ici. De plus, Saint-Lucien et Saint-Pierre sont les deux plus petites paroisses et les moins peuplées. Il faut donc considérer cette hypothèse de travail comme certainement inférieure à la réalité. Mais elle montre une tendance nette à une surévaluation du nombre des morts dans les rapports officiels.

50Le dénombrement de 1764 n’a pas été employé ici comme point de référence car il est difficilement utilisable dans le détail sans une étude démographique de fond qui couvrirait l’ensemble de la période moderne. En effet, la population des paroisses semble avoir subi de telles transformations par rapport au dénombrement de 1 636 qu’il semble dangereux de s’en servir pour le début du XVIIIe siècle. Ainsi, en 1764, d’après ces données, la paroisse Sainte Anne ne représente plus que 3 % de la population arlésienne, Sainte-Croix 15 % et Saint-Lucien 1,5 %. Par contre, Saint-Pierre-de-Trinquetaille passe de 2 % de la population à 5 %.

51Les morts « à la campagne » ne sont pas comptés, nous l’avons vu dans la plupart des textes officiels. Mais les décès sont évoqués plusieurs fois dans les témoignages de l’époque qui sont les seuls documents les mentionnant.

  • 36 FPMA, M 558 f° 37, 39.
  • 37 AMA, BB 106 fos 323, 328.

52En ce qui concerne la Camargue du moins, ils ne sont comptabilisés dans aucun registre (les listes ont pu être perdues). Aucune indication n’existe dans les registres paroissiaux de Camargue (Albaron et la Trésorière). Bouchet de Faucon parle d’environ 40 morts en Camargue qu’il cite précisément : 10 à la Commanderie (de Saliers), 10 au mas de Vers, un au mas de Giraud, quatre personnes à la tour de Mazefoix, quatre au mas Daugières, un à Sainte-Cécile, deux à Boisverdun36. En fait, il y a donc d’après lui 32 morts en tout, confirmant ce qu’en disent les consuls qui annoncent que la peste est « cantonnée à quelques isles »37.

  • 38 AMA, GG 230.
  • 39 AMA, GG 32 f° 269.

53Pour la Crau, le registre de Saint-Martin-la-Palud (Saint-Martin-de-Crau)38 est très bien tenu pendant toute la épidémie. Le premier décès qui y figure, dû à la peste, est celui de Marguerite Mérone dont il a été question plus haut. Six autres morts pestiférés sont également notés, ce qui semble peu par rapport à ce qui est dit dans les textes. Une lettre des consuls à Mgr de Mailly, citée plus haut, indique qu’en août « La Crau étoit fort mal traitée ». Parmi les documents évoquant la mortalité en Crau, signalons la notification en juin 1721 de l’envoi par les procureurs du pays de 200 livres pour enterrer les morts de Crau39. De façon générale, une partie des malades de la campagne a-t-elle été transportée aux infirmeries ? Le témoignage de Bouchet de Faucon va dans ce sens à propos de la famille de M. de Perrin, réfugiée au mas de Vers où il y a plusieurs morts, et dont la femme et un fils sont amenés aux infirmeries. Plus loin, il ajoute au sujet des Escots, famille de maçons à son service dont plusieurs membres sont morts de la peste en Camargue, que les survivants sont conduits à Arles, certainement en quarantaine :

Il (le père du narrateur) leur fournit les secours nécessaires, et il escrivit au commandant des lignes pour qu’il fît repasser les lignes à tout ce qui restoit de cette famille. Avec cela tout le Plan du Bourg et la Crau furent purgés, et nous n’eusmes plus aucune alarme.

  • 40 AMA, GG 27 fos 152, 184.

54Dans le registre du bureau de santé, il est signalé le 13 mars au mas de Notre-Dame d’Amour ou mas de M. de Vachères, en Camargue, deux malades, un dans une cabane avec un bubon sous l’aisselle, l’autre dans une écurie avec une tumeur au cou. Il est délibéré qu’ils seront conduits au moulin de Trinquetaille (sauf s’ils sont intransportables), puis traverseront le Rhône sur un bateau et enfin seront portés par les corbeaux aux infirmeries40. Le 3 avril, on décide d’aller chercher au mas de M. Bourdelon le fils de Marie Vioulet, morte en ville avec sa fille, pour le mettre en quarantaine au clos de Margaillan.

55Ces exemples peuvent faire penser qu’une partie des pestiférés de Crau et de Camargue sont à compter parmi ceux qui sont morts dans la ville.

56Rappelons ici les chiffres donnés par les contemporains et les historiens : François Peilhe propose le chiffre de 1 500 morts hors de la ville (il donne l’évaluation de 8 500 morts en ville, soit un chiffre assez proche de l’évaluation officielle des consuls) ; la relation anonyme du fonds Mège en indique 1 638. Quant à Pierre Véran, il parle de 500 morts en campagne (10 000 en ville), sans que nous puissions savoir l’origine de ces chiffres.

  • 41 J.-N. Biraben, op. cit., p. 256.

57J.-N. Biraben indique, sans citer ses sources, 56 morts en Camargue et 20 en Crau41.

  • 42 AMA, M 232 f° 147.

58Entre des estimations aussi divergentes et en l’absence de documents précis, il est très difficile de se faire une idée de ce qu’a été réellement la mortalité dans le terroir arlésien. Il est difficile d’écarter les textes d’époque qui parlent d’une atteinte importante, en Crau du moins, reprise par les récits de l’époque. Mais il est troublant que le registre de Saint-Martin-la-palud, bien tenu, ne mentionne que sept morts pestiférés. Par ailleurs, comme il est dit plus haut, il semble qu’un certain nombre de personnes atteintes à la campagne ont été conduites en ville où elles sont mortes. Combien ? il est impossible de le dire en dehors des quelques cas qui ont été racontés. Au plus fort de l’épidémie, cela a pu être une pratique courante. Cela pourrait expliquer les propositions de chiffres bas et contredirait le millier de personnes ou plus annoncé par certains contemporains qui n’auraient pas distingué les malades et les morts, et faisant l’amalgame, comptabiliserait deux fois les mêmes décès, une fois dans les chiffres des morts à la campagne et, sans le savoir, une deuxième fois dans les morts en ville. Une phrase prise dans le récit de M. de Nicolay souligne cette imprécision quant au nombre de malades et de morts42 :

M. de Pérignan a reçu une liste de 500 morts ou malades en Camargue.

59De plus la population rurale avait été gonflée artificiellement par l’arrivée des citadins. La mort de certains serait de toutes façons à compter avec les morts de la ville. Dans ce cas précis et dans l’état actuel de ces recherches, il faut sans doute garder modestement ce point en suspens, dans l’attente d’autres sources qui viendraient ultérieurement enrichir nos données. Cela nous oblige, pour l’instant du moins, à donner un taux de mortalité pour la peste arlésienne de 1721 qui ne tienne compte que des morts de la ville mais qui n’est peut-être pas loin de la vérité si beaucoup de malades de la campagne sont morts en ville.

60Dans l’ensemble, il est certain que les archives ne nous apportent pas de réponse définitive, car, sur ce sujet au moins, elles sont trop incomplètes. Par ailleurs, les hypothèses faites à partir des différents documents sont intéressantes mais aléatoires. Un doute important existe sur la crédibilité des rapports officiels car les indices d’inexactitudes et d’imprécisions ne manquent pas. Cependant, le chiffre le plus souvent avancé est d’environ 8 100 morts. Si l’on peut penser que cette donnée est probablement exagérée, il est cependant difficile de dire dans quelles proportions. Peut-on envisager que 500 à 1 000 morts environ ont été comptés en trop, plus ou moins intentionnellement ? Il semble difficile d’envisager un écart plus important dans une ville dont la population n’est pas considérable et dont la plupart des habitants sont bien identifiés. On avoisinerait alors les 7 000 à 7 500 morts au total, soit 38 % environ des habitants de la ville, ce qui est loin d’être négligeable.

  • 43 AD BdR, 203 E 441.

61En complément d’information, il faut noter qu’à Fontvieille, village situé à une dizaine de kilomètres au nord-est d’Arles, il n’y a pas trace de pestiféré dans le registre des mortuaires et 19 morts sont notés pour 1721 (il y en avait 31 en 1720)43.

  • 44 M. Signoli, op. cit.

62En tout cas, à Arles, l’estimation des morts donnée par les consuls n’est pas modifiée par la suite, lorsque l’épidémie est finie. Pour Aubagne, Michel Signoli donne ces indications : « Selon le mémoire rédigé par les consuls d’Aubagne, puis envoyé au Parlement d’Aix-en-Provence, l’épidémie avait touché 509 maisons de la ville et 222 habitations de la campagne emportant 2 114 personnes. L’acte déclaratif du rétablissement de la santé, rédigé en 1721, révisa ces chiffres à la baisse faisant état de 1721 décès (399 hommes mariés ou veufs, 451 femmes mariées ou veuves, 408 garçons et 463 filles) ». Ceci montre bien que le nombre de morts déclarés à peine l’épidémie terminée était peu fiable et pouvait être revu à la baisse, même par les autorités locales. Pour Martigues, il propose 1 989 victimes pour une population de 5 888 habitants et 1 387 familles (selon le dénombrement de 1716) soit un tiers de décédés44.

  • 45 « La peste de 1720-1721 vue par les anglais », Provence historique, t. V, fasc. 20, avril-juin 195 (...)

63La vision la plus pessimiste de la mortalité pendant l’épidémie de 1720-1721 est celle rapportée par l’anglais James Joyce45 qui cite Daniel Defœ dans le journal Applebee’s de juillet 1721. Il parle de Toulon, puis d’Arles :

Il est difficile d’imaginer que les détails en soient possibles ou même croyables. L’on nous dit d’abord, que la situation de Toulon est inexprimable ; que la peste continue à y faire de tels dégâts, qu’on est d’avis que dans quelques semaines, il ne restera plus en vie aucun être animé… Quant à la ville d’Arles, on estime qu’il ne reste plus 100 personnes dans ce lieu autrefois si peuplé.

64Beaucoup de contemporains durent avoir l’impression d’un cataclysme de cette ampleur. Et si l’effet de choc diminua dans les décennies suivantes, les chiffres avancés furent en effet longtemps exagérés, et surtout basés sur aucun document précis.

  • 46 M. Terrisse, cité par E. Le Roy Ladurie dans Histoire de la France urbaine, t. 3, Paris, Seuil, 19 (...)

65Michel Terrisse, parlant de « la démographie des Lumières »46 situe globalement la mortalité des villes provençales : « Dans la Provence, 76 localités urbaines et rurales furent atteintes : elles comptaient en tout 282 513 habitants (la précision numérique à l’unité près ne doit pas faire illusion, bien sûr) dont 104 526 périrent : soit une mortalité globale de 37 % exactement. Or, dans les quatre villes « grandes » ou pour le moins importantes de Provence qui furent frappées (Toulon, Aix, Arles, Marseille), le pourcentage des morts de peste fut nettement plus élevé : 45,2 % (soit 80 193 morts sur 177 446 habitants). Dans les 72 localités de moins de 10 000 habitants, on compta en proportion deux fois moins de morts, soit 23,2 % (24 333 morts sur 105 067 habitants). Pourvues de fortes densités humaines, les grosses villes, à cause de la promiscuité mutuelle entre citadins et spécialement entre les pauvres couverts de puces (pesteuses pour la circonstance), sont plus cruellement atteintes que les campagnes et les petites cités… Il est vrai que la Provence était, en un style ancien, l’une des régions les plus urbanisées de France ».

Qui part, qui reste, qui meurt ?

  • 47 P. Bourdelais, Les épidémies terrassées, une histoire de pays riches, Paris, Éd. de la Martinère, (...)
  • 48 FPMA, M 558 fos 16, 17, 7.

66Plusieurs textes le montrent, un vent de panique a soufflé sur les Arlésiens la veille de Noël 1720 quand la peste a été officiellement déclarée à Arles. Pour un grand nombre, en tout cas ceux qui avaient un point de chute, la fuite a été immédiate. Pour d’autres, la décision de fuir ou de rester a pu prendre plusieurs semaines. Le départ est bien sûr facilité par les possibilités d’accueil, en Crau et en Camargue où tous les notables ont un ou plusieurs mas isolés les uns des autres, éparpillés dans le terroir qui va devenir un refuge. Car une partie de la noblesse et de la bourgeoisie a fui et a maintenu à peu près normalement les activités agricoles. Au-delà de l’instinct de survie, forcément très fort, le souci de préserver la vie économique de la cité et d’éviter la faillite familiale a dû pesé dans la décision de quitter la ville pour les propriétés agricoles. C’est aussi bien sûr la façon la plus ancienne de tenter de se préserver. La fuite est d’ailleurs recommandée par les médecins qui se réfèrent aux préceptes d’Hippocrate et de Galien47. L’ensemble des départs se fait au moment des fêtes de Noël. Louis de Bouchet affirme que la ville se vida à ce moment là48 : « dans quinze jours, toutes les campagnes furent habitées et la ville déserte ». Quel chiffre peut-on avancer pour ceux qui sont partis ? 2 000 à 3 000 personnes, ou 5 000, chiffre généralement avancé ? Cela est difficile à évaluer et les chiffres varient d’un témoignage à l’autre, nous l’avons vu à propos du nombre des morts en ville. Le nombre de 12 000 habitants qui seraient restés en ville sur les quelques 16 000 à 19 000 personnes qui vivent dans Arles est le plus souvent avancé. Mais il est aussi très possible que le premier moment de frayeur passée les mois suivants n’ayant pas connu une augmentation significative de la mortalité un certain nombre de citadins soient revenus en ville. Et en effet, on trouve également la mention de plus de 14 000 personnes demeurées dans Arles.

  • 49 P. Bourdelais, op. cit., p. 35.

67Toutefois, une bonne partie de la population plus ou moins bien informée, n’a sans doute pas pu choisir entre rester en ville ou partir. Où aller en effet sans argent ni lieu d’accueil, alors que la plupart des autres villes ont déjà fermé leurs portes pour se protéger de la contagion ? Dans un système où les petites gens peuvent être aidés, en cas de nécessité, par tout un ensemble d’institutions charitables bien connues dans la ville, beaucoup ont sans doute préféré demeurer dans un cadre familier qui a déjà montré son efficacité dans les temps difficiles. Patrice Bourdelais49 estime que : « La fuite… est plus facile pour les riches qui disposent de propriétés à la campagne et de revenus afin d’y subsister longtemps. Les pauvres, fréquemment privés de travail à cause de l’épidémie et chassés des villages qu’ils souhaiteraient traverser, sont souvent contraints de rester dans les villes ». Pourtant, Bouchet de Faucon, a posteriori, assure que l’ensemble de la population arlésienne aurait pu se sauver en fuyant à la campagne :

  • 50 Propriété que possédait la famille de Bouchet de Faucon en Camargue.
  • 51 Autre grande propriété. Celle-ci appartenait à la famille de Saint-Martin.

… Le peuple en auroit eu un autre (remède outre la quarantaine) pour se mettre à couvert de ce fléau en se retirant à la campagne où la plupart auroient esté agréablement reçus. Mon père avoit reçu à L’Atillon50 la femme de son baïle avec un enfant, la femme de son chasseur, la femme et deux filles de son berger, la femme et la fille de son cuisinier. Il avoit mené un boulanger, nécessaire dans ce temps. Il ne nous manquoit qu’un chirurgien en cas d’accident ; nous n’en eusmes besoin que pour des saignées, et il y en avoit un à Saint-Martin51 qui nous servit. Tout le monde auroit esté ravi de donner retraite à quelques familles dont le travail est nécessaire pour la culture des terres, comme le cerclage et autres de cette espèce ; mais il se trouva un grand nombre de paysans qui refusèrent de se louer.

  • 52 AMA, GG 27 f° 40.

68De plus, très rapidement, la population est assurée de l’aide des autorités et voit qu’une organisation sérieuse se met en place. Lors de la réunion du bureau de santé du 2 décembre 172052, alors que la peste n’est pas déclarée officiellement, il est décidé que les intendants de santé qui sont commissaires de quartier doivent faire dans leur paroisse le dénombrement des personnes qui, en cas de malheur, veulent rester dans la ville et leur offrir leurs services. Tout un réseau de personnes utiles et dévouées s’organise pour parer au pire et alléger si possible les difficultés et les malheurs de chacun.

  • 53 FPMA, M 517 pièce 6.

69La question ne se pose pas de la même manière pour les familles aisées. Il leur a été facile de fuir l’épidémie avec leurs domestiques et une partie de la main-d’œuvre nécessaire au fonctionnement des mas et aux travaux des champs. Avant même que la peste ne frappe Arles, certains Arlésiens savaient ce qu’il fallait faire, et les conseils reçus de villes déjà atteintes les encourageaient dans ce sens, comme en témoigne cette lettre écrite par le sieur Roman, citoyen de Marseille à Monsieur Roy de Vaquières, lieutenant de l’Amirauté au siège d’Arles53 :

La prudence veut que vous vous retiriez en une de vos maisons de campagne. Vous y ferez porter toutes les provisions nécessaires à la vie pour six mois au moins. Arrivé chez vous, ne communiquez plus avec personne ni directement ni indirectement ; que ceux de votre compagnie et vos domestiques en fassent de même. Ne sortez point de votre batiment, et fermez en les portes ; en vous comportant ainsi vous éviterez le mal, parce que ce n’est pas l’air qui le donne, mais la seule communication. Si vous êtes obligé, vous ou quelqu’un de votre compagnie, de parler à quelqu’un, tenez vous le plus loin que vous pourrez de cette personne, et ayez attention de prendre le dessus du vent. Ayez provision de thériaque, et prenez en chacun du moins une prise chaque semaine. Avec ces petites précautions vous ne prendrez pas le mal. Si vous ne pouvez pas tuer les moutons chez vous, et que vous soyez obligé d’aller prendre de la viande ailleurs, faites la jetter dans l’eau bouillante par celui qui vous la portera, et l’ayant fait ensuite écarter au loin, faites la retirer par un de vos domestiques. Il faudrait avoir un four chez vous ; mais si, à faute de ce jour, il vous faut faire cuire votre pain ailleurs, ne le recevez point dans votre maison que lorsqu’il sera bien froid. Le papier et l’argent ne communiquent pas le mal, pourvu qu’on ait la précaution de les tremper dans le vinaigre. Faites de chez vous une véritable chartreuse, où personne n’entre ni ne sorte. Voilà de quelle manière il faut agir, si l’on ne veut pas être surpris…

  • 54 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 74. Ce récit montre que tous ceux qui assurent la vie de la cité (...)
  • 55 AMA, GG 27 f° 72.

70Pour certains, la décision de fuir a dû être prise le plus tard possible car les notables ne croient pas tous, nous l’avons vu, à l’épidémie. Mais les portes de la ville sont alors fermées et des troupes en armes tentent de les empêcher. Elles ne tardent pas à bloquer tout passage. Plusieurs familles ont peut-être été bloquées dans la ville, bien que des dérogations aient existé. Il y a-t-il eu des scènes de panique comme le raconte un témoin à Marseille54 ? Aucun récit arlésien ne le mentionne. Dès le 9 janvier, les autorités s’inquiètent des conséquences de ces départs et tentent de faire revenir ceux qui sont utiles à leurs concitoyens comme en témoigne cette ordonnance prise par le bureau de santé55 :

Deffenses sont faites à tous médecins, chirurgiens, appoticaires, marchands, droguistes, charcutiers, revendeurs, boulangers, fourniers, tailleurs d’habits, maçons, cordoniers, menuisiers, serruriers, bouchers, bouchères, sages-femmes et toutes autres personnes dont les habitants de cette ville peuvent avoir besoin tant pour l’entretien de la vie que pour la santé, de sortir de cette ville ; injonction à ceux de cette qualité qui peuvent en être sortis d’y revenir dans huitaine pour exercer leur profession à peine de mille livres d’amande et d’être privé pour toujours de l’exercice de leurs vaccations.

71L’archevêque demande qu’une copie de cet avis soit envoyé « à toutes les cures paroissiales des campagnes afin qu’il en soit fait la publication à la messe du dimanche… ».

  • 56 R. Bertrand et al., « La peste en Provence aux temps modernes », Provence historique, t. XLVII, p. (...)

72Il semble que le nombre de notables, nobles et bourgeois restés sur place soit malgré tout important. Il paraît sûr qu’à aucun moment, la ville ne se retrouve sans direction, même dans les moments les plus terribles de l’épidémie, où la maladie cause plusieurs centaines de morts par jour et où toute mesure peut paraître désormais inutile. Sens du devoir particulièrement fort ? Désir de maintenir coûte que coûte un ordre qui est le fondement même de cette société ? Ces deux raisons ont dû être les principales motivations. Cette tendance semble être la même dans d’autres villes de Provence : lors de la peste de 1720-1721 les élites ne fuient plus comme lors des épidémies du XVIe siècle56. À Marseille, on cite les cas exemplaires de Monseigneur de Belsunce, des échevins, du conseiller et procureur du roi, Pichatty de Croissainte, du chevalier Rose qui se dévouent à la population. En fait ce sont les personnages qui sont au plus haut niveau des responsabilités qui sont restés à Arles comme à Marseille.

73À Toulon, ce sont les autorités maritimes et militaires, et le maire, M. d’Entrechaux qui assistent la population. Ici aussi, on va dans le sens de « l’évolution d’un sens croissant du bien public, de la responsabilité des élites et sans doute d’un espoir nouveau dans les capacités de l’homme à faire reculer la mort ».

  • 57 AMA, GG 27 f° 40.

74Mais la décision de rester n’est certainement pas facile à prendre. En octobre 1720, les consuls se posent entre eux la question de l’attitude qu’ils auront si la peste se déclare57. Les avis sont partagés. MM. de Graveson, d’Espin, d’Olivier de l’état des nobles, Icard et Jaquin de l’état des bourgeois disent qu’ils serviront leur patrie tout autant qu’il dépendra d’eux mais qu’en cas de malheur ils s’enfermeront dans leur maison.

75MM. de Beaujeu, de Girard, de Balarin, Tinellis, Vachier, Loys, Simon et Robiac de l’état des nobles, Aulanier, Bœuf, Borel et Galoutaire de l’état des bourgeois ont dit qu’au moindre soupçon de « mal » dans la ville ils se retireraient dans « leurs campagnes ». Monsieur de Piquet a annoncé « qu’il étoit dans le dessein de servir sa patrie même en cas de malheur tout autant que le Seigneur voudra luy préter de vie ».

76Il restera effectivement, survécut à la peste et fut largement honoré pour son dévouement. Les listes de présence du bureau de santé nous permettent de voir quelle fut en réalité l’attitude de ces hommes. Ignace Amat de Graveson meurt en juillet, au service de sa ville. François d’Olivier est présent pendant toute la durée de l’épidémie. Le baron de Beaujeu part à Noël 1720 comme il l’avait annoncé ainsi qu’Antoine Bœuf, Jacques Vachier, Jean-Jacques Borel et Benoit Loys qui ont quitté les réunions journalières fin décembre ou début janvier. Pierre Aulanier ne part qu’au mois de mai. Il est de nouveau présent ainsi que M. d’Icard, M. de Beaujeu, Jacques Vachier et Antoine Bœuf en 1722.

77Nicolas d’Icard Pérignan n’est plus noté à partir de la fin mai 1721. Jean Duboys figure dans les listes jusqu’à la mi-juin. Tous les deux n’ont pas souhaité partir dans un premier temps. Ni l’un ni l’autre ne sont signalés comme étant décédés à ce moment là. Duboys revient d’ailleurs assister aux réunions en 1722. Il semble donc qu’il y ait eu deux vagues de départ, une à la fin de l’année 1720 au moment de l’annonce de l’épidémie, l’autre en mai-juin 1721 quand le nombre de morts augmente brutalement. Les retours s’effectuent majoritairement en 1722. Plusieurs des noms cités plus haut ne figurent à aucun moment dans les réunions du bureau de santé ou de façon épisodique comme Jean Tinellis et Blaise Galoutaire, et plutôt à la fin de l’épidémie. Peut-être ont-ils eu d’autres emplois, moins en vue.

  • 58 FPMA, M 232 f° 140.

78M. de Nicolay58 qui est d’avis qu’il vaut mieux rester en ville pendant une épidémie, donne des précisions intéressantes sur la façon dont les familles aisées s’étaient organisées à l’intérieur de la ville :

  • 59 Fibre textile travaillée par les auffiers.

Un pourvoyeur nous apportait nos besoins, que je recevais moi seul par la fenêtre dans un cabas de palme attaché à une corde d’auffe59. Tout le bas de la maison estoit fermé de manière qu’aucun n’en pouvait approcher. Je prenais les provisions du premier étage ; mais il n’estoit permis aux domestiques de se mettre aux fenêtres que du second. Je recevais la viande dans de l’eau chaude, les herbes et le fruit dans de l’eau froide, l’argent et les lettres dans le vinaigre. J’avais fait provision de bœuf salé qui nous servit fort, ne pouvant avoir alors du mouton. Nous étions assez nombreuse compagnie, et nous avions la consolation d’avoir la messe tous les jours.
(Nota : je promis, pour avoir cette permission, qu’on ne danserait jamais dans cette salle basse et c’est à quoi j’exhorte mes successeurs).

J’avais fait pour cela dresser un autel à la salle basse qui est sur la rue. Nous avions quantité de poules qui, avec de la morue, du poisson salé et des légumes nous fournirent les moyens de faire maigre.

79Louis de Bouchet de Faucon défend, lui, la solution de partir dans ses terres, lui même s’étant retiré dans son mas de l’Attilon, au Plan du Bourg :

Le plus prudent est de se tenir à portée de son bien et de ses campagnes, de s’y préparer une retraite sûre et commode. Les terres d’Arles sont assez bien situées pour cela ; leur étendue est assez grande pour en retirer bien des commodités et y avoir peu de fréquentation, et en mesme temps que l’on met sa personne à l’abri de la peste, on veille à son bien. La décence et la religion demandent qu’une famille ait un prestre avec elle, et il seroit mal séant, tandis qu’on songe à se procurer d’autres commodités, de négliger ce secours. Il est bon aussi d’avoir un chirurgien et nécessaire d’avoir un boulanger. Enfin la richesse de chaque particulier décide des commodités qu’il peut se procurer. Une famille peu nombreuse peut mener un ami ou quelque parent ; on observa pourtant que presque toutes les sociétés se quittèrent brouillées.

  • 60 FPMA, M 558 fos 40, 37.

80Il explique aussi de ce qui se passa en Camargue où se réfugièrent de nombreux notables qui furent parfois atteints par la peste60 :

  • 61 En réalité, Mme de Perrin perdit un enfant nouveau né en plus de ceux cités ici.
  • 62 Miclé ou Miquelet : soldat partisan appartenant à l’infanterie recruté dans le Roussillon de part (...)

La peste de Camargue avoit plus de bruit que d’effet ; il n’y mourut qu’environ 40 personnes, sçavoir : 10 à la Commanderie (c’estoit des gens retirés d’Arles lorsque les lignes furent forcées) ; dix au mas de Vers chez M. Perrin, lieutenant criminel (son fils aisné fut du nombre, sa femme et un autre de ses enfants eurent la peste et furent portés aux infirmeries et en échappèrent)61. Il mourut un maçon chez M. de Giraud dans une cabane. Il mourut 4 personnes à la tour de Mazefoix (aujourd’hui Mourrefrech) et autant au mas de M. Daugières. Il mourut encore un père augustin à Ste-Cécile et deux enfants de M. de Boisverdun (la peste fut portée par un miclés62 qu’on avoit mis de garde au moulin). Voilà tout le progrès que la peste fit en Camargue. Cependant M. de Cailus fut toujours sévère à ne point permettre de passer de Camargue au Plan du Bourg ; il ne donna qu’un passeport personnel à M. le marquis d’Estoublon pour aller à Tourtoulen sous l’escorte de deux fusiliers pour l’empescher de communiquer, de mesme à M. le marquis de Castillon qui vouloit aller au petit mas de Beynes, et cela mesme ne fut accordé qu’à la fin de septembre.

  • 63 AMA, GG 150.
  • 64 Son père est conseiller à la cour des aides du Languedoc.

81D’autres nobles ou bourgeois fuient en Crau. Les mentions des ondoiements faits lors de naissances en campagne, régularisés après la peste dans la paroisse urbaine d’origine, en témoignent : Marie-Marthe Channat est née en Crau en septembre. Elle est fille de négociant ; Catherine Sabatier née le même mois, également en Crau, est la fille de l’archivaire de la ville, Jean Sabatier. On retrouve la trace de familles nobles réfugiées dans leur mas : le 18 mai 1723, on baptise Antoinette Thérèse de Castillon, née au mas de Cayssolle le 19 avril 1721 et ondoyée le même jour dans la chapelle du mas63. Elle est la fille d’Antoine de Castillon et de Marianne Duché64. Dans le registre paroissial de Saint-Martinla-Palud, en Crau, il y a 42 baptêmes en 1721, contre 11 en 1720 et 14 en 1722. Ceci montre bien que des familles arlésiennes sont bien réfugiées hors de la ville. D’autres encore y meurent :

  • 65 FPMA, M 558 f° 39.

Il y avoit pourtant beaucoup à craindre du costé de la Crau. Plusieurs paysans avoient quitté la ville avec leurs familles, et estoient allés camper aux petites propriétés qu’ils possèdent ; plusieurs y portèrent la peste. Il y mourut beaucoup de monde, entre autres M. de Biord, qui estoit retiré à son petit mas avec M. de Romieu et de Sabatier, chanoine, qui se réfugièrent au bois de Cays ; il avoit toute la bonne intention que l’on peut avoir pour se garder, cependant la peste entra dans sa maison. On dit que ce fut pour avoir vendu de la viande à ses voisins ; d’autres disent que M. de Biord allant à la barrière de la ville rencontra une femme qui avoit la peste, de laquelle il s’approcha de trop près. Il y eut beaucoup de mal entre les lignes et la ville d’Arles. M. Lanau mourut au mas de la Ville de la peste ; on dit qu’une de ses parentes la luy porta, pour avoir vendu un pot de vin et reçu l’argent sans précaution65.

  • 66 O. Caylux, Présence nobiliaire dans l’Arles d’Ancien Régime. XVII-XVIIIesiècles, mémoire de DEA, U (...)
  • 67 AMA, GG 27 f° 258.

82Messieurs de Grille de Robiac, de Cays, de Romieu, de la Tour, de Nicolay, sont restés « dans leur maison de ville ». Certains sont des membres de la noblesse ancienne (de la Tour, de Romieu, de Cays), d’autres comptent parmi les plus aisés de la ville (de Grille, de Nicolay)66. Tous sont présents très régulièrement aux réunions du bureau sauf M. de Grille qui n’est noté à aucun moment parmi ceux qui ont géré la ville pendant l’épidémie. La permanence dans la ville des principaux gentilshommes est attestée dans de nombreux documents administratifs. Si l’on en croit cette anecdote trouvée dans les comptes-rendus du bureau de santé, la plus grande civilité règne : en juin, alors que des centaines de gens meurent chaque jour, M. de Faucher dont la maison est « commode pour servir de magasin de provisions pour les infirmeries » se dit « charmé de leur donner sa maison et tout ce qui luy appartient… »67. Cette attitude généreuse est-elle significative de l’attitude de la noblesse arlésienne en général et pendant l’épidémie en particulier ?

83M. de Faucher ne fait pas partie non plus des membres du bureau de santé.

Des morts sélectives par âge, sexe, profession

  • 68 AMA, GG 30 cahier 13.

84La question de la mortalité sélective se pose à Arles comme ailleurs. Plusieurs sources nous permettent d’y répondre, au moins en partie, car il s’agit toujours de sources partielles. Dans un des cahiers du registre des pestiférés de 172168, les personnes mortes dans leur maison dans l’ensemble des paroisses intra-muros entre le 29 mai et le 29 juin 1721 sont notés avec beaucoup de précisions (âge, sexe, profession). Mais ces informations précieuses ne sont inscrites que pendant un mois, sur les quatre mois les plus meurtriers de l’épidémie. Les autres cahiers ont peut-être été perdus ou n’ont jamais été faits. Les listes réalisées dans les infirmeries sont encore plus incomplètes, nous l’avons vu, et ne mentionnent le plus souvent que le nom du mort. Les indications observées ont donc valeur de sondage.

Les tranches d’âge les plus touchées

85Sur un total de 773 personnes, 101 ont de 0 à 4 ans, 97 de 5 à 9 ans, 98 de 10 à 19 ans, 78 de 20 à 29 ans, 90 de 30 à 39 ans, 93 de 40 à 49 ans, 216 de plus de 50 ans. Donc 296 jeunes Arlésiens de moins de 20 ans sur 773 personnes (soit 38,2 %) font partie des morts, 168 adultes de 20 à 40 ans (soit 21,7 %), et 309 à partir de 40 ans (soit 39,9 %). Les plus de 50 ans sont également très touchés (216 morts soit : 27,9 %). Les plus jeunes et les plus âgés sont donc ceux qui meurent le plus.

Nombre de décès par tranche d'âge d'après le cahier 13 du registre GG 30

86Sur ces 773 personnes décédées, 443 sont des femmes, 330 des hommes (soit respectivement 57,3 % et 42,7 %). À la sélection par sexe s’ajoute ici la sélection par âge : dans cette liste, 126 femmes avaient plus de 50 ans contre 70 hommes de la même tranche d’âge. Ces derniers sont par contre plus vulnérables avant cinq ans : 52 garçons morts contre 24 filles de la même tranche d’âge. Ensuite, entre ces tranches d’âge extrême, les décès féminins sont systématiquement plus nombreux.

Nombre de décès par sexe d’après le cahier 13 du registre GG 30

Nombre de décès par sexe et âge

  • 69 FPMA, M 558 f° 20.

87Un témoignage « vécu », celui de Bouchet de Faucon, va également dans le sens de catégories de sujets plus atteints que d’autres69 :

Ce mal attaque plutost les enfants, les femmes et les vieillard ; ce fut aussi sur ces personnes qu’il commença à se faire sentir.

Nombre de décès par profession d’après le cahier 13 du registre GG 30

  • 70 AMA, HH 9 f° 444.

88Pour 143 hommes et quelques femmes (cinq), la profession ou la qualité sont notées précisément. Voici la répartition observée par métier : travailleurs (agricoles) : 54 ; artisans : 35 ; métiers du port : 16 ; bergers et muletiers : 9 ; marchands : 6 ; divers (chasseur, garde-vigne, fourgonnier, etc.) : 12. On trouve également deux nobles, deux bourgeois, un docteur en médecine, un chirurgien et son fils, un notaire, un orfèvre, un sculpteur, un bénéficier, deux valets de ville, deux comédiennes, une fille d’huissier. Plus d’un tiers des morts se trouve au bas de la hiérarchie sociale : les travailleurs, qui sont payés à la journée, sont les plus pauvres et sont régulièrement au chômage quand on n’a plus besoin d’eux à la campagne. Mais les artisans et les gens du port paient un tribut presqu’aussi fort. Ils habitent également les quartiers populaires souvent insalubres. Peu de nobles et de bourgeois ici parmi les morts. Beaucoup d’entre eux, nous l’avons vu, ont fui. De plus, les décès signalés par ailleurs dans les couches aisées de la société se situent en juillet et août. Nous n’avons retrouvé qu’un seul document concernant une confrérie, celle des maîtres maçons d’Arles, mais il est très détaillé et donc particulièrement intéressant70. Il est daté de 1729. La confrérie veut prouver qu’elle n’est pas en état « d’entrer dans la taxe de Joyeux avènement » : elle établit alors la liste des maître maçons décédés en 1721. Cette confrérie a été particulièrement décimée puisque 81 maîtres sont morts ainsi que cinq fils de maîtres, 33 journaliers (dont 10 non arlésiens), et 10 manœuvres. Nous ne connaissons pas le nombre des maçons avant la peste. Sur la liste établie en 1729 pour la capitation, 34 noms figurent. Parmi ces noms, nous ne retrouvons que 10 noms présents sur la liste des maçons pestiférés de 1721, qui sont donc les fils ou parents proches qui leur ont succédé. Cela indiquerait qu’il y a 24 nouveaux venus.

  • 71 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 305-307.

89Cependant, les théories sont divergentes sur les catégories de population plus ou moins touchées par les épidémies de peste. Charles Carrière estime que n’importe qui peut être atteint par la maladie et qu’on ne peut pas parler de mortalité sélective. Ce sont plutôt les conditions de promiscuité et de mauvaise hygiène qui favorisent le développement des puces et la propagation de celles-ci d’un individu à l’autre : « en tant que telle, la peste n’épargne personne »71. Ce ne serait pas forcément les plus faibles, les plus âgés, les plus pauvres qui mourraient.

  • 72 R. Baerhel, Épidémie et terreur, op. cit., p. 113-146.
  • 73 AMA, GG 27 f° 197.

90R. Baehrel, au contraire, introduit la notion d’une mortalité sélective, mais conforme à la démographie de l’époque, pour l’épidémie de 1720 à Marseille : « la plaie a été rapidement cicatrisée parce qu’en dépit de ce qui a été écrit, elle n’était pas profonde… Ceux qui moururent en 1720 n’auraient-ils pas disparus en 1722 ? »72. Il est évident pour lui que les plus fragiles, jeunes ou âgés, composent la majorité des victimes. Il n’y aurait donc pas de rupture démographique puisque la mortalité de la peste ne ferait qu’anticiper des morts naturelles. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que la peste n’empêche pas de mourir de vieillesse, d’accident, ou d’une autre maladie. On trouve un exemple parmi d’autres dans les comptes-rendus du bureau de santé d’Arles, qui est soulagé de pouvoir mentionner73 :

Le sieur Coiffet, chirurgien d’office venant de Crau où il avait été appelé pour visiter le nommé Toussaint Marcellin Lombard, a déclaré qu’il n’était nullement suspect, sa maladie étant une attaque d’apoplexie.

91Cependant, de façon générale, les données arlésiennes ainsi que des témoignages d’époque vont dans le sens d’une mortalité qui a opéré une sélection par âge et par sexe, comme pour Marseille où le docteur Bertrand écrit dans sa « Relation » marseillaise de la peste que « les femmes et les enfants étaient plus susceptibles du mal que les hommes ».

  • 74 M. Signoli, op. cit., p. 184-185.

92Michel Signoli le confirme pour Martigues : « l’analyse des 1 989 actes de décès, dressés pendant les mois d’épidémie, montre une proportion plus importante (de 6,76 %) des individus de sexe féminin par rapport aux sujets masculins dans l’effectif total des décédés de la peste. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette surmortalité féminine : – dans la population martégale pré-épidémique, le nombre d’individus féminins est plus important que le nombre d’individus masculins (+3,04 %), – dans un contexte de vie courante, les femmes devaient être plus exposées que les hommes. Ainsi, les femmes enceintes ont une létalité plus forte que la moyenne (90 % à 95 %), les plus de 40 ans font la toilette funéraire, cousent le linceul et assurent la veillée funèbre »74. Comme pour Arles, il a trouvé à Martigues une mortalité importante des individus les plus jeunes (moins de 20 ans).

Le sort des notables

  • 75 M. Chailan, L’ordre de Malte dans la ville d’Arles, Bergerac, Imprimerie générale du Sud-Ouest, 19 (...)
  • 76 Ignace Amat de Graveson était un érudit, antiquaire, qui fut commissaire de la paroisse Saint-Laur (...)
  • 77 AMA, GG 150.
  • 78 A.-J. Rance, L’académie d’Arles au XVIIesiècle d’après les documents originaux. Étude historique e (...)
  • 79 Ibid., t. 3, p. 235, 250.
  • 80 A.-J. Rance, op. cit., p. 252.

93On trouve évidemment beaucoup plus de renseignements sur le devenir des personnalités arlésiennes les plus en vue que sur celui des plus humbles, au moins dans les écrits des contemporains. Il est donc possible de donner des détails sur le rôle de chacun, sur ceux qui sont morts et sur ceux qui ont survécu. Messieurs de Romieu l’aîné, de Graveson, de Sabatier, Antonelle de Saint-Léger, de Cays, « se dévouent » à la population. Tous en meurent sauf M. de Romieu. L’abbé Chailan qui a étudié l’histoire de l’ordre de Malte à Arles75 explique que Charles-Joseph de Romieu (1666-1734), chevalier de Malte, membre de l’Académie d’Arles, fut nommé pendant la peste de 1721 commissaire de la paroisse de Notre-Dame-la-Principale où il habitait : il accompagnait les personnes chargées de recueillir dans les maisons l’argent, les bijoux et les papiers qu’ils trouvaient et qu’ils remettaient ensuite au premier consul après avoir fait un inventaire. C’est lui qui rédigea après l’épidémie l’inscription du mausolée des consuls qui sera évoqué plus loin. Les conséquences de ce courage et de cette volonté sont lourdes pour la noblesse. Parmi les consuls, nous l’avons vu, le premier consul, Jacques de Gleize de Fourchon (mort le 5 juillet), puis Honoré de Sabatier de l’Armellière, qui est devenu premier consul à sa suite disparaît le 21 juillet ainsi qu’Ignace d’Amat de Graveson76, qui lui avait succédé et qui meurt le 20 juillet à l’âge de 60 ans (il est enterré au cimetière de Saint Bourdon)77. Ce dernier s’occupait des mendiants rassemblés à Trinquetaille en qualité de commissaire de la paroisse Saint-Martin. Il était membre de l’Académie d’Arles, qui perdit trois autres membres : l’abbé Honoré de Verdier, Louis Ferrier (morts en juillet) et l’abbé de Boche (mort en août)78. A.-J. Rance précise qu’il s’agit des derniers académiciens arlésiens : la plupart d’entre eux, très âgés étaient morts entre 1700 et 1720, sans renouvellement des membres79. Un autre consul, M. Grossy ainsi que des conseillers nobles et bourgeois et des commissaires de quartier, nous l’avons vu, meurent. Les consuls Brunet et Chartroux, malades, guérissent. M. de Piquet est atteint quand il est premier consul mais continue son travail et survit. Parmi les survivants, le chevalier de Romieu, commissaire de santé fait le récit des événements80 et dit à propos de ces collègues survivants : « J’ay eu le bonheur d’être de ce petit nombre ».

  • 81 Effectivement, ces personnes continuent à participer aux assemblées municipales après la peste, vo (...)
  • 82 AMA, GG 27 f° 30.

94Il cite également « M. de Cais, de l’ancienne maison des comtes de Cais de Nice, qui prit la peste dans ses nobles travaux et qui en guérit et dont le frère aîné mourut travaillant avec lui », le marquis Guillaume de Piquet de Méjanes, l’abbé Pazery, chanoine de la Métropole, M. d’Olivier (membre du bureau de santé dont il a été question plus haut), M. de Peint, le sieur Michel, bourgeois81, et le sieur Gibert, ingénieur. Celui-ci fit le dessin du monument des consuls à la fin de l’épidémie. À propos de l’abbé Pazery, chanoine de la Métropole, il a assisté à presque tous les bureaux de santé. Sa présence régulière s’explique par une délibération prise le 5 septembre 172082 :

Les sieurs consuls ont encore dit qu’ils ont trouvé dans les registres de l’année 1664 (temps auquel on appréhendoit que la contagion qui étoit à Toulon ne se communiquât) que MM. du Chapître nommoient une personne de leur corps pour assister à tous les bureaux de santé, ces Messieurs ayant été informés de ce qui s’étoit pratiqué en ladite année ont priés MM. les Consuls d’admettre dans leurs bureaux l’un d’iceux, ce que MM. les Consuls leur ont accordé et en conséquence ledit corps du Chapître a nommé M. de Sabatier, chanoine en la Sainte Église d’Arles.

95En fait, le chanoine Sabatier n’est jamais présent aux réunions. M. de Bouchet le signale comme étant réfugié en Crau avec M. de Biord. Le chanoine Pazery y assiste donc à partir de janvier 1721 et figure toujours en tête de liste. Quelquefois une vingtaine de personnes assistent au bureau de santé avant l’été 1721sur les 28 membres désignés au départ. En juillet, le nombre descend à huit à dix personnes présentes (mais le 7 juillet, trois seulement sont là : M. de Beaumelle, Guillaume Granier, Bernard Cornut).

  • 83 AMA, GG 150.
  • 84 Il s’agit d’Honoré de Verdier, Jésuite qui avait quitté l’ordre pour raisons de santé. Membre de l (...)
  • 85 AMA, GG 214.
  • 86 FPMA, M 952 f° 2.

96Le commandant de la ville, Jacques d’Arlatan de Beaumont périt à 60 ans le 17 juillet dans la maison de sa sœur, madame d’Avignon. Il est également enterré au cimetière de Saint-Bourdon. Meurent aussi de la peste Louis de Bouchet père et Guillaume de Nicolay qui décède à 60 ans à la fin juillet, dans sa maison. Ce dernier est enterré dans le cimetière des pestiférés83 ; Messieurs de Verdier (le père, le fils, et le frère, prêtre)84 et du Baron, décèdent également. Charles de Bédarrides, 59 ans, commissaire de la paroisse Saint-Lucien meurt le 25 juillet. Deux jours avant, il avait perdu une parente (sa sœur ?), Honorate de Bédarrides, agée de 66 ans. Tous deux sont enterrés dans le cimetière Saint-Roch85. Quelques témoignages notent la présence de certaines familles à la campagne. Dans son livre de raison, François d’Eymini note86 :

« Le 8 septembre 1721, Catherine de Molin ma mère est morte à la campagne où nous estions retirés à cause de la peste d’une fièvre lente de près de 2 mois, agée de 76 ans. Elle est enterrée à la paroisse de la Trésorière » (en Camargue).

  • 87 AMA, GG 150.
  • 88 AMA, GG 27 fos 252, 217.

97Si la mère de François d’Eymini n’est pas morte de la peste, celle-ci atteint cependant aussi les familles réfugiées en Crau et en Camargue, nous le verrons plus loin au sujet de la famille de Perrin. En mars 1722, F. d’Eymini semble être toujours en Camargue. En effet, il reçoit une lettre, non signée, qu’il a conservée dans son livre de raison. Elle vient de Frigolet, probablement d’un agent de M. de Caylus, qui lui demande de signaler tout malade sur ses terres. Enfin, les notaires sont dans l’ensemble partis et l’archevêque autorise les prêtres à recueillir les testaments des mourants. Il semble qu’il ne soit resté à Arles que deux notaires. Le notaire Debézieux (60 ans) meurt de la peste, dans sa maison (paroisse Sainte-Anne) le 6 juin, précédant sa fille Louise (40 ans), morte le 22 juillet87. Le notaire Tartais s’est enfermé dans sa maison et ne veut recevoir aucun acte « dans son cayer »88 par peur de l’infection. Or un nombre très important de gens, craignant de mourir avant d’avoir réglé leurs affaires, veulent faire leur testament. Quant aux officiers de justice, le bureau de santé avait décidé le mois précèdent de profiter d’un des privilèges de la ville d’Arles, négligé jusque là, par lequel le roi Louis XIII l’avait autorisé à nommer des juges : il nomme à ces fonctions Guillaume Fassin, avocat et Pierre Richard, bourgeois. Tous deux sont propriétaires et donc responsables d’exploitations agricoles. Ils auront à régler les affaires des particuliers en matière de « ménagerie ».

  • 89 FPMA, 2414 f° 105.
  • 90 AMA, GG 150.

98Un curieux poème anonyme89 écrit sans doute en mars ou avril 1721 fustige ceux qui sont partis et manifeste une grande satisfaction à l’idée que la fuite est inutile : les consuls gèrent parfaitement la ville, Dieu la protège et il n’y a donc rien à craindre. L’auteur de ces vers fit-il partie des morts des mois suivants ? Il n’est pas possible de le savoir. Dans le monde des juristes, on compte plusieurs morts, sans doute à cause des nombreux contacts dus à leur profession. M. Blain, procureur au siège, perd son clerc, Barthelémy Girand. Trophime Bourges, fils d’huissier meurt à 14 ans90.

  • 91 A.-J. Rance, L’ancien clergé d’Arles. Gaspard de Saint-Andiol et Gilles du Port, Paris, Société gé (...)

99A.-J. Rance91 dans son ouvrage sur des religieux arlésiens célèbres indique à propos de la famille Daugières qui s’éteignit pendant la peste :

Le même jour (9 août 1721) sur les 6 heures du soir, mourut encore Monsieur Daugières, jeune homme d’environ 18 à 20 ans et fils unique de Monsieur Daugières, avocat et dernier de sa famille, laissant au moins 20 000 écus de biens à deux sœurs.

  • 92 AMA, GG 214.
  • 93 Cette mort est confirmée dans le registre paroissial de l’église Saint-Lucien.
  • 94 FPMA, M 558 f° 33.

100Dans la paroisse Saint-Lucien, où vivent des familles de notables, Guillaume Quenin, avocat, meurt dans sa maison le 29 juin, juste après ses enfants, Rose, 4 ans, Marie, 6 ans, André, 10 ans, Antoine, 12 ans. Ils sont enterrés au cimetière Saint-Roch92. Victorin Laval cite d’autres décès : Jean Beaudran, capitaine du guet qui meurt en juillet, ainsi que Gaspard Brunet, trésorier de la ville93. Marc Antoine de Sabatier est à son tour atteint, ainsi que Jean de Ploustargues, MM. d’Icard, de Servanes. Les autorités mirent-elles en danger plus que nécessaire les personnalités de la ville ? C’est ce qu’avance Bouchet de Faucon94 :

… Sur les exemples d’Aix et de Marseille, les personnes de condition se croyoient presque exemptes de ce mal ; mais tout service dans ce temps est dangereux. À Aix et à Marseille, il y a lieu de croire que les gens de condition s’estoient garantis de toute communication ; on avoit à Aix des commissaires à gages. A Arles, les gens de condition peu à peu s’accoutumèrent à la peste pour donner l’exemple et estre utiles au public. Ils tâchoient d’apporter dans leur département le plus d’ordre qu’ils pouvoient ; c’est ainsi qu’ils trouvèrent la mort. Dans le temps que les gens de condition s’exposoient librement, on contraignit les autres, selon le besoin, de servir dans leur paroisse de commissaire ; plusieurs qui se seroient sauvés dans leurs maisons, ayant cette contrainte d’en sortir périrent. C’est ce qui prouve comme pour tout le monde qu’il est bon de sortir d’une ville qui commence à estre attaquée de la peste. M. de Jossaud en fit sortir par force pour une fois plus de soixante dont à peine il en resta six en quatre jours ; il auroit pu en faire sortir moins et avec moins de violence.

101Joachim Guillaume de Nicolay insiste sur le dévouement des consuls et leur volonté d’être utiles à leur ville, malgré le risque de mourir à la tâche. Il parle aussi de l’hécatombe, peut-être évitable, des notables qui furent désignés comme commissaires de leur paroisse. Mais il n’est pas sûr que les consuls aient eu le choix d’agir autrement, dans leur effort d’organisation, sauf à laisser les choses aller, ce qui apparemment ne fut jamais le cas. On peut imaginer qu’un bon nombre d’épouses, d’enfants, de parents âgés ont été envoyés à la campagne.

  • 95 FPMA M 232 fos 146, 153, 143, 148.
  • 96 AMA, GG 30 f° 17 (3e cahier).
  • 97 FPMA, M 916 fos 45-46.

102Mais Nicolay95 qui indique tous les notables mentionnés plus haut note également une liste de femmes de la haute société arlésienne qui moururent de la peste : Madame de Bernis, veuve du sénéchal de Boche, Madame de Cotel, veuve de Monsieur de Sabatier de l’Armellière cité précédemment ; Madame de Brueys, épouse de Jacques de Verdier ; Anne Chalamont, épouse de Michel d’Arquier ; Miracle (?) de Chiavari, épouse de Trophime Ferrier, avocat ; Madame de Chiavari, épouse de Jean-François Francony, avocat ; Madame Deloste, fille de Pierre Deloste, lieutenant principal. Il y a également Marguerite Bègue, sœur de Louis Begon, procureur au siège96. Une lettre du chanoine Perrinet au cardinal de Mailly affirme que les deux fils de Madame de Cays (épouse de M. de Cays mort de la peste ?) furent atteints. Le plus jeune survécut, l’aîné mourut le 23 juillet. Madame de Sabatier, mère du premier consul décédé mourut le 27 juillet. Cela confirme la présence en ville de nombreuses familles importantes avec femmes et enfants. Autre témoignage intéressant qui va dans ce sens, l’avocat Desvignes inscrit dans son livre de raison97, le 1er mars 1721, la naissance de son troisième fils, Jean-Baptiste, né dans la paroisse Sainte-Anne :

Son parrain et sa marraine ont été Jean Gautier, notaire de Tarascon, son grand oncle maternel, et sa marraine, Madame du Dentret, femme en secondes noces de mon père, on leur a prêté la main à tous les deux attendu que la peste étoit à Arles et à Tarascon.

  • 98 AMA, GG 30 f° 5 (3e cahier).
  • 99 BMA, M 817.

103Les familles subissent des pertes très importantes ou parfois disparaissent entièrement. La famille de Constantin perd trois enfants. Guillaume Fassin, avocat voit mourir sa fille de deux ans98. À propos d’Honoré de Verdier dont il est question plus haut une autre lettre du chanoine Perrinet adressée à Monseigneur de Mailly est conservée à la Bibliothèque Méjanes à Aix99 :

Tout est mort dans la maison de M. de Verdier, le mary, l’épouse, le vieux abbé et le fils unique qui avait épousé, si vous vous en souvenez, une demoiselle de Louis, sa parente ; ce qu’il y a de singulier, c’est que ce Monsieur qui s’était retiré avec son épouse chez son cousin de Varadier, dans l’archiprêtré, et qui n’avait pas été voir son père ni sa mère, est mort après eux de la peste, en 2 ou 3 jours. Il ne reste de cette famille qu’un seul oncle cadet, qui ayant été à la maison des pestiférés a tout à craindre pour sa vie.

  • 100 AMA, GG 150.
  • 101 AMA, GG 148.
  • 102 AMA, GG 150.

104On trouve dans le registre paroissial de l’église Sainte-Anne, ou Notre-Dame la principale100, nous l’avons vu, un encart où sont mentionnés les habitants de la paroisse morts dans les infirmeries ou dans le terroir, et donc enterrés ailleurs que dans l’église. Certains cas qui transparaissent au travers du registre, paraîssent étonnants mais correspondent certainement au style de vie noble des personnes concernées. Ainsi, plusieurs membres de la famille de Perrin, une des plus riches d’Arles, sont réfugiés dans leur mas de la Lieutenante à côté de Saint Martin-la-palud. Le couple, Jacques de Perrin, lieutenant criminel et son épouse Anne d’Eymini y perdent en quelques jours deux enfants (entre le 15 et le 22 août) : Marie, âgée de neuf ans et Claire, née 15 jours auparavant. Elles sont enterrées au mas. Par ailleurs, leur frère de 15 ans est mort en même temps aux infirmeries à Arles. Le baptême de Claire apparaît le 7 août précédent dans le registre paroissial de la Trésorière en Camargue (ses parrain et marraine sont ses frère et sœur André et Marie, morts ensuite, comme elle, mais à Arles). Pourquoi les enfants sont-ils transportés en août en Crau à plusieurs dizaines de kilomètres du lieu du baptême, alors que normalement plus personne ne doit circuler dans le terroir ? S’ils ont voulu mettre les enfants dans un endroit plus sûr, en nourrice par exemple, pour la dernière née, le choix a été particulièrement malheureux. En effet, deux autres personnes (en service chez les Perrin ?) étaient mortes dans ce même mas : Marguerite Maunier veuve Bernard, 40 ans le 8 août, et sa fille Rose le 15. Deux enfants Perrin, peut être gardés ailleurs, semblent avoir survécu : Marie-Thérèse, née en 1715 et Étienne né en 1720. Le couple aura plus tard un autre enfant, Bruno, en 1723. Dans la famille de Loys, de nombreux membres meurent : le père, maître Benoit Loys, un avocat de 60 ans, décède le 8 août aux infirmeries et est enterré dans le cimetière des pestiférés. Sa femme, Jeanne Fauchier (50 ans) était morte au même endroit fin juillet ainsi que leurs enfants Guillaume (25 ans), Joseph-Paul (13 ans), Thérèse-Marie (11 ans). Juste avant eux, deux autres fils, Jean-Étienne (23 ans) et Benoit (17 ans) avaient été enterrés à la maison Saint-Genest. En fait le couple avait eu 16 enfants entre 1687 et 1712101. 9 sont encore sans doute en vie au début de l’épidémie. 4 enfants, (dont deux garçons pour la permanence du nom) restent après la peste. Autre famille connue et vivant près de l’église Sainte-Anne, Gaspard Mesnier, imprimeur, et sa femme Claude Fournade perdent trois enfants en bas âge : Étienne, 7 ans, Marie, 5 ans, Anne, 2 ans, tous morts dans leur maison en juillet et août102.

  • 103 L’église paroissiale Saint-Lucien détruite après la Révolution se trouvait sur l’actuelle place du (...)
  • 104 AMA, GG 214.
  • 105 AMA, GG 30 f° 3 (3e cahier).
  • 106 AMA, GG 143.

105Dans les paroisses voisines, les drames sont aussi violents. Une famille d’avocat, celle de Guillaume Quenin est lourdement frappée. Lui-même meurt dans la paroisse Saint-Lucien, petite paroisse en plein centre ville103, le 29 juin à l’âge de 55 ans ainsi que cinq de ses enfants qui ont de 4 à 20 ans104. Honoré Bernard, sculpteur, perd sa fille Marie (8 ans) le 9 mai, son fils Claude (9 ans) le 12 mai, sa femme Marie-Gabrielle le 29 mai105. La famille du chirurgien Jean Louis est complètement décimée : ses sept enfants, de 4 mois à 22 ans, meurent entre le 17 juillet et le 8 août. Lui décède le 28 juillet, son épouse le 8 août, un jour avant leur dernier né106.

  • 107 M. Signoli, op. cit., p. 189.

106Michel Signoli signale ces séries de décès dans les familles et « l’extrême importance des liens familiaux, ce terme doit être pris dans un sens large (parents ou beaux-parents vivants avec l’un des enfants, domestiques demeurant chez l’employeur, compagnons artisans résidant sous le même toit que le maître de la profession…), dans la constitution de l’effectif total des morts de la peste »107.

  • 108 Cl.-A. Sarre, Vivre sa soumission : l’exemple des ursulines provençales et comtadines, 1592-1792, (...)
  • 109 FPMA, M 174.
  • 110 R. Vignal, De la peste à la Révolution, Tarascon au XVIIIesiècle, p. 41, Montpellier, Presses du L (...)

107Parmi les autorités ecclésiastiques, le frère Franc, religieux des Carmes Déchaussés et directeur de la quarantaine, meurt en mai, comme le chanoine Maurin. Ce dernier est un des intendants du bureau de santé et commissaire de la paroisse de la Major. La supérieure du couvent des Ursulines, née Thérèse d’Eymin, décède dans son couvent le même mois, ainsi que la sœur de Brunet. Un mort (un religieux ?) dans le couvent des Cordeliers est signalé le 29 mai. Claude-Alain Sarre indique que le bilan de la peste pour les Ursulines fut très faible : deux mortes à Marseille sur 75 sœurs et converses. Il n’indique rien pour Aix et Arles108 mais nous avons vu que deux religieuses y meurent également. Les couvents, à Arles comme ailleurs, fermés au monde extérieur, sont relativement protégés. Le mortuaire des pénitents blancs d’Arles a été conservé109. Il indique 46 morts « de la contagion » en 1721 (le même registre indiquait 22 morts en 1720, avant l’épidémie). Il semble bien, donc qu’une des particularités importantes de l’épidémie arlésienne soit une mortalité tout à fait exceptionnelle parmi les notables de la ville. Les plus en vue, d’abord, nous l’avons vu, consuls ou conseillers, dont le sacrifice volontaire et la mort frappe l’esprit des contemporains, puis de nombreux notables, de toutes les professions ou situations qui sont restés en ville. Nous l’avons vu, les familles sont aussi largement touchées et c’est sans doute ce qui est le plus surprenant. Pourquoi ces hommes, qui en avaient les moyens et pouvaient tous être hébergés en Camargue ou en Crau n’ont-ils pas mis les leurs à l’abri dès le mois de mai, quand le nombre de morts s’est accru ? Car beaucoup de ces notables, femmes et enfants compris, sont morts en juillet et en août. Inconscience ? Excès de confiance dans les mesures prises ? Nous ne le savons pas. Les modèles marseillais et toulonnais, avec la constatation d’une mortalité sélective épargnant les élites ont peut-être influencé les notables arlésiens qui n’ont sans doute pas pris toutes les précautions nécessaires. Contrairement à Arles, la ville voisine de Tarascon qui a été beaucoup moins atteinte par l’épidémie (210 morts en 1721) n’a connu la mort d’aucun notable. Robert Vignal110 en parle ainsi : « … On commence aussi à murmurer que la peste a choisi ses victimes. Pas de morts semble-t-il parmi les notables dont les noms reviennent sans cesse dans les affaires publiques… ».

  • 111 AMA, GG 150.

108À travers le registre paroissial de la paroisse la plus aristocratique de la ville, Sainte-Anne, dont nous avons étudié plus haut les décès, il est possible de voir comment cette société a évolué après l’épidémie en étudiant les mariages et les baptêmes. On y compte111 21 mariages en 1719, 22 en 1720, 19 en 1721 (dont 13 à la fin de l’épidémie d’octobre à décembre inclus), 64 en 1722, 20 en 1723. Une brève augmentation des mariages est donc observée en 1722 : il y en a trois fois plus qu’en 1720, ce qui important. Par contre, fait significatif pour le centre ville, le nombre des baptêmes après la peste (42 en 1722 et 63 en 1723) est inférieur au chiffre de 1720 (68). En 1724, le chiffre de 61 baptêmes, confirme que dans cette paroisse aristocratique, non seulement la montée du nombre des naissances n’a pas eu lieu, mais l’opinion générale selon laquelle les notables ont été particulièrement décimés semble se confirmer.

Le sort des couches populaires

109Les registres paroissiaux sont les seuls documents qui permettent d’essayer de décrypter quel fut l’impact réel de la peste sur la population et en particulier sur les familles et leur fonctionnement. Dans l’ensemble, les registres arlésiens, même incomplets, sont en général assez bien tenus et plus précis que les listes établies par les commissaires où effectivement les noms sont mal inscrits (prénom ou surnom seulement mentionnés) et la mention « inconnu » n’y est pas rare. Les curés, sans doute, connaissaient bien leurs paroissiens et avaient l’habitude de tenir régulièrement leurs registres. Mais ils n’ont pas pu tout noter. L’étude détaillée de ce qui s’est passé dans la paroisse du faubourg de Trinquetaille et dans une paroisse populaire du centre ville, Notre-Dame-de-la-Major, apporte de nombreux renseignements sur les décès, mais aussi sur les comportements humains individuels. Les décès mentionnés pour la paroisse Saint-Pierre de Trinquetaille en 1721, nous l’avons vu, sont au nombre de 91. Une seule famille nombreuse, dont le taux de mortalité infantile était d’ailleurs déjà élevé avant la peste, est décimée en 1721 : Joseph Lafon, travailleur, se marie en 1706 avec Magdeleine Roche. Ils ont un premier enfant, Antoine, en 1707 (mort à deux ans), puis Marie en 1709, Joseph en 1711, François en 1714, Jean-Baptiste en 1716 (mort également à deux ans), Joseph en 1718 (mort quelques jours après sa naissance). Il reste donc deux garçons et une fille en 1721. Le père décède le 15 juillet 1721, puis les trois enfants les 19 et 30 juillet. La mère meurt le 1er août. Autre possibilité intéressante pour la paroisse de Trinquetaille, il est possible de relever systématiquement tous les mariages entre 1715 et 1721, et de faire ainsi plusieurs remarques à propos de l’influence de l’épidémie sur la fécondité des jeunes couples. Sur les 47 jeunes couples qui se marient entre 1715 et le début de 1721, plusieurs ont des enfants sans interruption notable, pendant toute cette période, comme si rien ne s’était passé. Catherine Genin et Pierre Chapelet, travailleur, mariés en 1720, ont douze enfants nés en 1720, 1722, 1723, 1724, 1726, 1728, 1729, 1731, 1733, 1735, 1739, 1740.

  • 112 AMA, GG 143.

110On enregistre un nombre assez important de 40 baptêmes en 1721 dans la paroisse (au lieu de 58 en 1719 et 54 en 1720). Dans deux familles où les mères ont mené à bien leur grossesse pendant l’épidémie, les nouveaux-nés sont appelés l’un Jean-Roch (il est né en octobre 1721 d’un couple marié en 1715 qui a déjà trois enfants), l’autre Étienne-Roch. Ce dernier voit le jour en juin 1721, est ondoyé à la naissance et baptisé en décembre112. Ces deux cas témoignent des prières faites au saint protecteur.

  • 113 Ce prénom est également donné aux filles et la paroisse où habite le couple s’appelle Saint-Pierre (...)

11124 couples (sur les 47 cités plus haut) ont des enfants après l’épidémie : les actes de naissances, qui mentionnent bien sûr le nom des parents, nous permettent de savoir si les mariés sont encore vivants après la peste (certains d’entre eux ont pu également être stériles). Presque tous ces couples ont beaucoup d’enfants, entre 4 et 12, mais plusieurs cessent d’en avoir pendant l’épidémie et même quelques années après : Cécile Chauvin et Pierre Blanc, ménager, ont un enfant, Claude en 1720. La naissance suivante a lieu en 1726 (Marie), puis il y a, de façon assez régulière : Catherine en 1729, Antoine en 1732, Jean en 1733, Louise en 1737, Jean-Pierre en 1739. De même Françoise Vernet, fille de patron de barque et Laurent Aymard, maréchal ferrant, mariés en 1715, ont Joseph en 1716, Catherine en 1717, puis Pierre en 1725, un autre enfant nommé Pierre en 1727, Mathieu en 1729, un ou une113 autre Pierre en 1730, Jean en 1733, Madeleine en 1734, Thérèse en 1737. Marie Denty et Marin Metelin, matelot, qui se sont mariés en 1715, ont François en 1715, Claude en 1717, Marguerite en 1720 et Jean-Louis en 1725. Il y a également plusieurs cas où les jeunes gens, mariés en 1719 ou 1720 ont leur premier enfant après 1724. Marie Ferrand et Jacques Bergier, ménager, mariés en 1720, sont parents pour la première fois en 1724. neuf naissances suivent, régulièrement espacées. Est-ce volontaire ? Ont-ils perdu des enfants ? La bonne tenue des registres de décès n’étant pas sûre, rien ne permet de le dire. Le taux de reproduction de ces couples est en tout cas modifié.

112D’autres, mariés ces mêmes années, ont un enfant très vite, puis aucun ensuite, ce qui peut faire supposer leur décès, au moins celui du mari, puisque son nom de famille n’apparaît plus. Jean Datty, tanneur, se marie avec Catherine Laget en 1719 ; ils ont une fille, Catherine, en 1720, puis ne sont plus mentionnés dans le registre paroissial. De même pour Jeanne Alexandre et Trophime Gibert dont le seul enfant, Anne, naît en 1720, l’année du mariage de ses parents. Dans les deux cas, les époux sont jeunes au moment du mariage.

  • 114 M. Lachiver, Les années de misère, la famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991, p. 193.
  • 115 Régis Bertrand signale d’après Michel Terrisse qu’à Marseille, « Il y eut en 1720-21 trois fois pl (...)

113Un facteur peut également entrer en ligne de compte dans la natalité de l’année de peste et de celle qui suivit : une baisse des conceptions due au drame ambiant. Marcel Lachiver parle de l’aménorrhée des femmes quand leur condition de vie change brusquement : « L’aménorrhée dans ce cas est une réponse automatique et inconsciente à la précarité de la vie, à la dureté de la vie, au drame… »114. La baisse des naissances est l’autre conséquence démographique de l’épidémie. Autre remarque pour la paroisse Saint-Pierre-de-Trinquetaille, on compte neuf mariages en 1720 (dont un seul des conjoints est veuf), six en 1721 où trois des conjoints sont veufs, et 29 actes de mariage en 1722 (dont cinq unions où l’un des deux est veuf, et deux unions où tous les deux le sont). Ces chiffres baissent en 1723 : 18 mariages (avec un seul veuf) ; 1724 : 11 mariages (dont deux veufs) ; 1725 : cinq (dont un couple de veufs). On retrouve des attitudes semblables dans toutes les études effectuées sur des villes atteintes de la peste : une forte augmentation des mariages avec une proportion importante de veufs dans l’année qui suit l’épidémie et, dans une moindre mesure, encore celle d’après, puis un retour aux chiffres des années antérieures115.

  • 116 M. Terrisse, Hommage à Marcel Reinhard, sur la population française aux XVIIeet au XVIIIesiècles, (...)

114Michel Terrisse assure que les mariages entre veufs sont beaucoup plus courants qu’en temps normal dans un mouvement général de surnuptialité. Tout ceci s’explique par des raisons financières : « … le veuf recevant la dot de son épouse qu’elle avait conservé par devers elle – car dans l’ancienne France, la femme conservait son apport – la veuve héritant de l’établissement de son mari, atelier ou boutique, compagnons et commis dont l’un parfois devenait le nouveau patron par l’effet d’un mariage qui assurait sa promotion ; les jeunes, héritant prématurément des biens des parents disparus, avant et pendant le mal contagieux, ne rencontraient plus les oppositions parentales, vicinales, sacerdotales, patronales qui faisaient obstacle à leur désir de convoler. Le rattrapage est un rattrapage par rapport aux biens disponibles, et non par rapport au déficit de la population »116.

  • 117 AMA, GG 143.

115À Arles, la « surnuptialité » ne semble pas avoir favorisé particulièrement le mariage de très jeunes gens. À Saint-Pierre-de-Trinquetaille, le régistre paroissial117 mentionne en 1722, sur les 29 mariages notés, 11 mariages de jeunes gens de moins de 25 ans pour 18 ayant dépassé cet âge (en 1720 : 3 contre 5). À Saint-Julien, paroisse du centre ville, ceci est plus net encore : six mariages à moins de 25 ans, 65 à plus de 25 ans (en 1720 : deux contre 15). Dans ces deux cas le pourcentage de mariages de jeunes est presque le même en 1722 qu’avant la peste, soit de 37 % environ pour 1720 et 1721 à Saint-Pierre-de-Trinquetaille et 8 % (1721) contre 11 % (1720) à Saint-Julien.

116Il faut remarquer que, pour un grand nombre de mariages arlésiens, les mariés viennent d’autres villes et villages, y compris avant l’épidémie. À Saint-Pierre-de-Trinquetaille, toujours, en 1719, quatre mariés sur 18 sont étrangers à Arles ; en 1720, deux sur 10, soit, pour ces deux années, une moyenne de 22 % de mariages exogames. En 1721, les communications sont coupées, et l’épidémie limite le nombre des mariages : sur six mariages, aucun ne comporte une personne étrangère. Enfin, en 1722, sur 30 mariages (soit 60 personnes concernées), nombre très supérieur à la normale, 17 conjoints ne sont pas d’origine arlésienne, soit 28 % des mariés c’est-à-dire un pourcentage légèrement supérieur à celui de 1720. Parmi eux, pour trois couples, le mari et la femme viennent tous les deux de l’extérieur. Sinon, dans la majorité des cas, ce sont des hommes qui sont venus s’installer à Arles (nous ne savons pas depuis quand ils y sont installés). Le plus souvent, ils sont notés comme « travailleur ». Les lieux d’origine sont souvent proches. En 1722, sur 17 personnes, 14 sont des provençaux et les autres des languedociens. 3 femmes seulement ne sont pas arlésiennes.

  • 118 AMA, GG 150.

117Dans la paroisse Sainte-Anne118, au centre ville, il y a, nous l’avons vu, 64 mariages en 1722. Les provenances des 38 mariés venant de l’extérieur sont beaucoup plus étendues et variées. Mais pour 17 d’entre eux, il est indiqué qu’ils vivent à Arles depuis plusieurs années (dont 5 : « depuis longtemps »). 20 jeunes mariés sont donc nouvellement installés dans la ville sur les 128 conjoints de 1722 (15 %), c’est-à-dire moins que dans la paroisse rurale de Saint-Pierre-de-Trinquetaille.

  • 119 AD BdR, 35 F 389. Actes de mariages ; fiches informatiques.

11821 mariés sur 38 viennent de Provence, parfois de villes très proches (Tarascon, les Baux…), 5 du Languedoc (Aramon, Vallabrègues sont également des lieux voisins d’Arles). Plusieurs viennent du Dauphiné ou de la Haute Provence (lieux de provenance traditionnelle des travailleurs agricoles qui viennent à Arles pour les moissons), 4 viennent de villes éloignées (Rouen, Bordeaux, Vendôme, Lisieux). La proportion de femmes venant de l’extérieur est plus importante : 16 au total pour 22 hommes. En 1723, une Marseillaise, Madeleine Rebufat, veuve d’un matelot, se marie dans la paroisse de Trinquetaille. Là aussi, en 1723, un autre Marseillais, Joseph Jacques Audibert, peintre, épouse une arlésienne. Ces cas sont rares. Peu de Marseillais sont venus s’installer à Arles : sauf raisons particulières que nous ne connaissons d’ailleurs pas pour les deux cas cité plus haut, ils avaient en effet peu de raisons économiques de le faire. Les Arlésiens ont-ils, eux, été attirés par le grand port après la peste ? L’étude des répertoires des mariages consultés pour les années 1722-1725 aux archives départementales des Bouches-du Rhône ne le montre pas. Pour la paroisse des Accoules, en 1723, une Arlésienne, Catherine Armelin, épouse Charles Cougourdan de Draguignan. En 1724, Vincent Piève d’Arles épouse Anne Florens, de la Cadière119. Pour ces deux couples, aucun des deux mariés n’est d’origine marseillaise. Ce sont les deux seuls cas rencontrés d’Arlésiens installés à Marseille, mais il faut tenir compte du fait que la provenance des mariés n’est pas toujours indiquée dans les actes de mariage (c’est le cas en 1722 pour ceux de la paroisse de la Major).

119Par rapport à l’augmentation nette des mariages dans les années qui suivent l’épidémie, l’augmentation des naissances n’est pas significative dans la paroisse Saint-Pierre de Trinquetaille : 54 baptêmes en 1722, pour 54 en 1720, 57 en 1723, 57 également en 1724.

120L’exemple de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Major est intéressant et sans doute significatif en particulier pour la tenue du registre paroissial (mortuaires) dans la paroisse qui connut la mortalité la plus importante et la plus violente. Il y eut dans cette paroisse 120 mariages en 1722 contre 42 en 1720 (soit un pourcentage de 350 % d’augmentation), 84 en 1721 (la plupart à la fin de l’année). Ensuite, on en compte 71 en 1723, 55 en 1724, 35 en 1725. Soit 365 nouveaux couples environ qui s’ajoutent aux survivants en âge de procréer.

121La progression des baptêmes est-elle plus importante qu’à Trinquetaille ? Entre 1722 et 1726, il y a 896 naissances dans cette paroisse. Il y a été enregistré 186 baptêmes en 1719, 102 en 1720, 90 en 1721, 152 en 1722, 159 en 1723, 219 en 1724, 165 en 1725. De nouveau, une augmentation (non expliquée) en 1726 avec 201 naissances, puis des chiffres assez stables jusqu’en 1730 (entre 166 et 192). Ce qui montre des naissances retardées plusieurs années après l’épidémie ou en tout cas une reprise lente après 1721 puis une stabilisation. Là non plus pas de remontée spectaculaire de la natalité. Toutefois, il faut remarquer, pour cette paroisse comme pour les autres, que si une bonne partie de la population a disparu, le chiffre des naissances souvent proche de celui des années précédant la peste montre tout de même que les couples, beaucoup moins nombreux qu’avant, mariés dès la fin de 1721 et dans les années suivantes, ont eu très vite un nombre important d’enfants. Les registres paroissiaux de la paroisse Sainte-Croix, particulièrement bien tenus, avec pour chaque année les totaux des baptêmes, mariages et décès, permettent de suivre l’évolution de la population entre 1707 et 1726 dans ce quartier populaire du centre ville.

Les baptêmes, mariages et décès à l’église Sainte-Croix entre 1707 et 1726

  • 120 M. Signoli, op. cit., p. 190.

122L’ensemble des documents cités permet donc d’avoir une idée de ce que fut la mortalité de la peste arlésienne et qui elle a concerné. Elle est à resituer dans l’ensemble de l’hécatombe provençale, et plus largement dans un processus démographique général. Michel Signoli, en analysant globalement l’évolution de la population de Martigues de 1702 à 1760, tire des conclusions, à la fois sur les grandes crises mais aussi le rythme démographique de cette période : « Les deux crises les plus importantes (1709-1710, 1720-1721) montrent parallèlement à l’accroissement des décès, une baisse importante des conceptions et un recul des unions. Dans les deux cas, la reprise des baptêmes et des mariages précède, de quelques mois, la fin de la crise démographique. L’importance des reprises est inversement proportionnelle à l’acuité des crises »120.

123Ce constat peut être également fait pour Arles mais plus pour les mariages que pour les naissances. Cependant, à plus long terme, nous allons le voir, ces progressions assez spectaculaires au début, peuvent être comme un feu de paille et ne pas avoir de conséquences importantes sur l’évolution de la démographie.

Les conséquences démographiques

124Après avoir évalué et analysé la mortalité de la peste de 1720 à Arles, il faut maintenant se poser la question de son impact réel à moyen et long terme. Les deux chiffres que l’on peut avancer d’ores et déjà (ce sont les seuls que nous possédons pour le XVIIIe siècle) sont ceux des deux dénombrements connus celui de 1716 et celui de 1764 : ils suggèrent que la ville ne retrouve pas dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle sa population du début du siècle, soit 23 126 (en 1716) et 20 706 (en 1764). Ces chiffres, quoique officiels, restent aléatoires car les méthodes des dénombrements ont pu être très différentes. Mais ce sont les seuls dont nous disposons et il nous donne une certaine tendance.

125Si l’on retient le nombre d’environ 7 000 à 7 500 morts pour la peste d’Arles en 1721, on peut estimer sa population globale en 1722 à un peu plus de 16 000 habitants. Il y a donc en quarante ans un rattrapage de 5500 habitants environ, nettement insuffisant pour retrouver le chiffre de 1716. Nous l’avons vu, dans les années qui ont suivi l’épidémie le nombre de naissances est conséquent par rapport à la population restante mais pas assez important pour permettre rapidement le remplacement des morts.

126En fait très vite après l’épidémie, la natalité redevient semblable à celle qui existait avant l’épidémie mais dans une population beaucoup moins nombreuse. La population ne peut donc augmenter que très lentement.

  • 121 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 308.

127Charles Carrière a bien montré comment pour Marseille, le redressement vigoureux de la population après la peste ne dépend pas du seul accroissement de la natalité. Certes, « la fréquence accrue des mariages va de pair avec une natalité exubérante… Cependant ces deux facteurs ne sauraient suffire… La nature ne transgressa pas ses limites et il ne semble pas, d’autre part, que les quintuplés se soient multipliés… Reste alors l’immigration, qu’elle vienne de régions proches ou lointaines »121. Or, concernant l’immigration, ce qui est vrai pour Marseille, en plein développement économique, ne l’est pas pour Arles qui ne connut, nous le verrons plus loin, qu’un nombre restreint d’installations d’artisans à partir de 1722. L’afflux de main-d’œuvre continua à être saisonnier, lié aux moissons comme il l’avait toujours été, même si le nombre de bras nécessaires fut plus important pour remplacer les journaliers locaux morts. Aucun texte ne montre qu’après la peste, les Arlésiens aient cherché à modifier leur manière de faire ancestrale et voulu attirer durablement à Arles, comme on avait l’habitude de le faire pour les artisans, des travailleurs agricoles « étrangers ». Méfiance ou impossibilité à évoluer, ces deux raisons expliquent peut-être le manque de dynamisme des consuls pour aider la ville à réparer l’énorme perte démographique. Les mariages n’apportent pas non plus de changement : nous avons vu que l’époux et plus rarement l’épouse venait déjà de l’extérieur avant l’épidémie.

  • 122 M. Signoli, op. cit., p. 191.

128C’est pourquoi, ici, les conséquences de la peste sont très graves. Arles, ville moyenne, voit s’arrêter pour longtemps toute possibilité réelle de développement et semble condamner à végéter, hormis les quelques grands propriétaires fonciers qui, à cause de la richesse du terroir, peuvent tirer leur épingle du jeu. Martigues eut également beaucoup de difficulté à se redresser. Il fallut une quarantaine d’années pour que la perte démographique due à la peste fut compensée : aux nombreux décès, soit la moitié de la population, s’ajouta sans doute l’émigration d’un certain nombre d’habitants vers Marseille, pourvoyeuse d’emplois122.

  • 123 M. Vovelle, dans Histoire de Toulon, p. 707, Aventure de la démographie toulonnaise au XVIIIesiècl (...)

129La situation de Toulon et d’Aubagne est comparable à celle d’Arles et de Martigues : le port n’a pas été un foyer d’appel pour l’arrière-pays. Les veufs ont épousé des veuves. Michel Vovelle parle d’« une redistribution où l’apport de « chair fraîche » fut minoritaire »123.

130En fait les effets de la peste s’ajoutent aux effets de la mortalité liée à la crise de 1709-1710 : deux crises majeures à dix ans d’intervalle marquent considérablement ces communautés.

  • 124 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, p. 106, mémoire de maîtrise, Université de P (...)

131À Aix, naissances et mariages augmentent significativement jusqu’en 1723. Mais le mouvement s’achève vite : « À l’inverse de Marseille et d’Avignon où la peste est suivie d’une reprise démographique alimentée par l’immigration, Aix-en-Provence, qui a perdu un tiers de sa population voit s’accentuer un déclin démographique amorcé au début du XVIIIe siècle. La peste, survenue dans un contexte de déclin démographique est moins bien surmontée à Aix qu’à Marseille »124.

  • 125 Ch. Carrière et al., Marseille, ville morte…, op. cit., p. 308.
  • 126 Ch. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIesiècle. Contribution à l’étude des économies maritim (...)

132Ce fut donc bien évidemment à Marseille que le redressement démographique fut le plus rapide. En trois ans l’excédent de natalité est de 5 126 naissances. Même sur 10 ans, cela ne remplace pas les 40 000 morts125. Mais au milieu du XVIIIe siècle, la population marseillaise a retrouvé ses chiffres d’avant la peste soit 88 500 habitants en 1764 au lieu de 88 645 en 1716 (dénombrement d’Expilly et évaluation de l’intendant de Provence)126.

133En définitive, pour Arles, cette saignée démographique est grave, a des conséquences durables et marque certainement un tournant dans le développement de la ville, même si la baisse était déjà amorcée, nous l’avons vu, avec les crises de la première décennie du siècle.

  • 127 M. Signoli, op. cit., p. 190.
  • 128 FPMA, M 918 fos 5-6.
  • 129 FPMA, M 2337.
  • 130 P. Allard, La Révolution arlésienne, op. cit., p. 12.

134Elle représente en même temps la fin d’une époque. Comme le montre Michel Signoli, il y a rupture entre le premier quart du XVIIIe siècle, qui s’inscrit dans un rythme démographique ancien (du type de celui du XVIIe siècle), caractérisé par une présence cyclique des crises, et la période post-peste qui voit lentement s’installer une démographie moderne se caractérisant par une plus grande régularité des trois courbes (naissances, mariages, décès), et une moindre importance, tant en nombre qu’en intensité, des crises démographiques127. Les deux autres « accidents de parcours » du XVIIIe siècle, avant 1789, à savoir la crise de subsistance de 1752 et les graves inondations de 1755 n’auront pas l’ampleur des événements précédents ni d’impact significatif sur la démographie arlésienne. La société arlésienne est déstabilisée dans sa hiérarchie et son élite, car la noblesse, nombreuse jusque-là, se réduit dans le courant du XVIIIe siècle, sans être apparemment remplacée par une bourgeoisie suffisamment puissante et active. Un manuscrit conservé à Aix, l’Armorial des familles de la ville d’Arles128, indique qu’en 1754, il ne reste que 49 familles nobles. Le dénombrement de 1764129 fait apparaître 130 nobles pour 42 familles, les enfants en bas âge n’étant pas comptés alors que dans le cadastre du débu du siècle 105 chefs de famille étaient notés. Paul Allard n’en compte plus que 71 répertoriés comme nobles sur le registre de capitation de 1790130. Indéniablement, Arles est démographiquement et socialement très atteinte par l’épidémie de 1721.

  • 131 FPMA, M 516 f° 16.

135Pourtant comme dans toutes les villes de Provence qui sortent enfin de cet épisode tragique, la vie reprend petit à petit ses droits. Un petit poème131 montre que les Arlésiens, au sortir de l’épidémie retrouvent le goût de vivre. À Arles, traditionnellement, les amoureux se retrouvent aux Alyscamps, ancienne nécropole antique devenue promenade publique au XVIIIe siècle, jouxtant le couvent des Minimes. Ce lieu de rendez-vous semble particulièrement fréquenté dans les mois qui suivent la peste. De ce fait, l’auteur (anonyme) est optimiste quant à la reprise de la natalité :

Au vaste champ de Marius
Tout citoyen fait gile
Bientôt l’on ne conoittra plus
Si c’est campagne ou ville
Que des cavaliers empressés
Que de beautés ensemble
La crainte les a dispersé
Et l’amour les rassemble Au vaste champ de Marius
Maîtresse et galant tant et plus
Qu’on a grand soin de la nature
Dans ce charitable païs
On va luy rendre avec usure
Tout ce que la peste avoit pris
Anonyme

L’attitude des autorités religieuses : les gestes publics de piété

Ill. 7 - Portrait de l’archevêque Forbin-Janson (1711-1741), © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles

  • 132 Outre les quatre ordres mendiants, Carmes, Cordeliers, Trinitaires, Augustins, la ville compte plu (...)
  • 133 Monseigneur de Belsunce publia un mandement dont l’esprit est très proche de celui-ci. Voir M. Ber (...)
  • 134 Abbé P. Ardouin, Le Jansénisme en Basse-Provence au XVIIIesiècle. La bulle Unigenitus dans les dio (...)
  • 135 Ibid., p. 208.

136La présence religieuse est très forte dans l’Arles d’Ancien Régime qui possède un archevêché et dix-sept couvents132. Il est intéressant de voir comment a fonctionné ce rapport étroit entre le clergé très présent en temps normal et une population croyante et habituée soit à faire des dons charitables à l’Église, dans les testaments notamment, soit à être secourue par elle. Le personnage qui domine par sa présence et son action est Jacques de Forbin Janson (1673-1741), archevêque d’Arles de 1711 à 1741. Les documents sont très nombreux à indiquer qu’à l’instar de Monseigneur de Belsunce avec qui il correspondait, nous l’avons vu, il fut très actif pendant toute la durée de l’épidémie. Ses premiers actes, au début de l’épidémie, montrent une personnalité intransigeante. Très remonté contre les Jansénistes qu’il combattit toute sa vie, il publie en octobre 1720 un mandement où il déclare que la colère du ciel a été provoquée par leur opiniâtreté et où il déplore la faiblesse du pouvoir à leur égard133. Ce mandement fit grand bruit et les opposants obtinrent du conseil d’État sa suppression. En effet, un arrêt du conseil d’État du 31 décembre suivant l’annule. L’abbé Ardouin dit de l’archevêque : « Mgr de Forbin est vif et manque de mesure… il parlera trop et signera de trop longues lettres pastorales. Il s’oppose à l’évêque de Castres, son parent, beaucoup plus modéré »134. On le voit le climat est rien moins que paisible à Arles dans le monde ecclésiastique, à la veille de l’épidémie. La guerre est latente entre les communautés religieuses. Les Minimes sont ultramontains comme l’archevêque, les Oratoriens et les Dominicains ont pris position contre la bulle Unigenitus. Dès lors, le prélat interdit à ces derniers ainsi qu’aux Appelants, Oratoriens et Dominicains de confesser les pestiférés. Ils les ont cependant assisté : le père Issautier, curé de Sainte-Anne (oratorien) tomba malade de la peste. Le père Fourissier, ancien supérieur, fut atteint, ainsi qu’un autre père ancien directeur du séminaire, et deux frères de la Mission de l’Oratoire135. Mais concernant le curé de Sainte-Anne, oratorien, le commandant de Romieu raconte :

Les autres prêtres de la congrégation (de l’Oratoire) s’offirent pour le remplacer mais l’archevêque ne trouvant pas à propos de les admettre attendu que depuis longtemps il les avait interdit, le fist remplacer par d’autres.

  • 136 Les Forbin, survol de 6 siècles, catalogue d’exposition, Avignon, 1976 (Les sources ne sont pas ci (...)
  • 137 FPMA, M 558 f° 18.

137La lutte de Forbin Janson contre les Jansénistes continua aussi violemment par la suite, obligeant le roi à intervenir contre l’archevêque136. Forbin-Janson ne semble pas être toujours en très bons termes avec les consuls en place, si l’on en croit Bouchet de Faucon qui raconte des faits datant du tout début de l’épidémie. Il s’agit d’une quête faite juste avant Noël 1720137 :

Mgr l’Archevesque et les consuls parcoururent la ville ; les uns leur donnèrent du bled, les autres de l’argent. Mgr l’Archevesque tenoit la bourse et les consuls le registre de bled. Mgr l’Archevesque prétendoit avoir la disposition de l’aumosne en argent ; cela ne se passa point sans aigreur, et enfin il la leur livra. Il ne s’agissoit que de 1 500 livres mais la disette d’argent estoit si grande que cette somme, quoique petite, estoit devenue considérable. Nous sortions de l’année des billets. Les communautés ne trouvoient point à emprunter.

  • 138 J.-M. Trichaud, Histoire de la Sainte Église d’Arles, t. 4, Paris, Giraud, 1864, p. 386.
  • 139 FPMA, M 516 pièce 15.

138L’abbé Trichaud138, historien de l’Église d’Arles, transmet l’image d’un prélat parcourant les rues d’Arles et allant auprès des moribonds, vendant ses chevaux, ses voitures, son argenterie pour venir en aide à la population. Tous ses domestiques seraient morts et il dut aller se réfugier dans la maison de son archidiacre, l’abbé de Saint-Andiol. Nous ne connaissons pas ses sources. Toutes ces facettes du même personnage sont plausibles et les documents contradictoires ne manquent pas, nous allons le voir. Dès le début, son action est soutenue au sommet de l’Église par le Pape Clément XI et il reçoit une bulle papale qui lui est adressée personnellement. Elle est transcrite pour les fidèles139 :

Portant concession d’une indulgence plénière aux pestiférés et aux fidèles de l’un et l’autre sexe, qui dans la ville d’Arles et le reste du Diocèse se dévoueront à leur service, et donnant pouvoir audit Archevêque, de désigner des autels pour la délivrance des peines du Purgatoire des âmes de ceux, qui sont, ou seront morts de la peste…

Monseigneur l’Archevêque a trouvé à propos d’avertir icy, comme il avoit déjà fait par lettres, qu’il a donné de faire gras, (et que cela) s’étend à tous les jours du Carême, et à tous les vendredi et samedis, même aux Vigiles d’après le Carême, pour les lieux où est la contagion, et pendant le tems qu’elle y durera.

  • 140 AMA, GG 26 pièces 19, 20.
  • 141 AMA, GG 27 f° 163.

139À partir de là, les ordonnances et décisions de l’archevêque vont toutes dans le sens d’une aide à la population. Il ne s’agit plus de sermons sévères comme celui concernant les Jansénistes au début de l’épidémie : la gravité de la situation efface la polémique. L’archevêque organise les grandes manifestations publiques de piété. Dès le 8 août 1720, une première procession en l’honneur de saint Roch, avec exposition de ses reliques est décidée pour demander la protection de la ville. Une affiche140 est posée dans les rues pour en avertir les Arlésiens ainsi que de la neuvaine qui suivra et qui comprendra d’autres processions dans chaque paroisse. Le 8 octobre, une autre cérémonie dédiée à saint Roch se déroule. Le 16 janvier 1721, un mandement de l’archevêque est donné en faveur de la confrérie Saint-Roch fondée en 1628 dont on remet à l’honneur les statuts141. Tous les cultes liés à la peste sont remis à l’ordre du jour. Le 31 décembre 1720, alors que l’épidémie est officiellement déclarée, l’archevêque a fait faire un vœu à saint François-Regis dans l’église des Jésuites, suivi par celui des consuls le 6 janvier. Ceux-ci promettent de lui faire construire une chapelle dans l’église des Jésuites.

  • 142 AMA, GG 230.
  • 143 AN, G 7 1730 pièce 12.

140Comme les consuls, l’archevêque demande de l’aide à tous ceux qui seraient susceptibles d’en donner. Une lettre, en réponse, du duc de Villars montre que la chose n’est pas aisée. En février, de son côté, Mgr de Mailly adresse une lettre aux Arlésiens par l’intermédiaire de son vicaire général, insistant sur l’importance de la charité publique. Le culte à saint Roch s’intensifie. Avant les grandes processions de l’été 1721, la paroisse de Saint-Martin-la-Palud, à plusieurs lieues d’Arles, en pleine Crau organise une cérémonie à la demande de l’archevêque. N’oublions pas que l’épidémie a démarré non loin de là, à la fin de l’année 1720. Monseigneur Forbin-Janson a marqué ce funeste événement en publiant une sentence expiatoire142 avec obligation de faire toutes les années une procession à saint Roch le 6 août. Le prélat se préoccupe également des questions matérielles, avec une ordonnance sur l’argent que les malades ont sur eux. L’Église d’Arles intervient directement dans les affaires financières de la ville : en mai 1721, le clergé de la ville offre aux consuls de se porter caution pour eux à concurrence de 30 000 livres envers les particuliers qui prêteront leurs deniers pendant l’épidémie. Mais il exige une contrepartie. Les prix du bail de la ferme des droits sur la farine seront affectés aux intérêts de ce prêt et le clergé sera déchargé de son cautionnement pendant douze ans. Les consuls acceptent le marché, car les prêtres arrivent encore à obtenir de l’argent des fidèles, ce qui n’est pas le cas des autorités civiles143. En mai toujours, la paroisse de la Major, la plus peuplée de la ville, n’a que deux commissaires pour s’occuper de plus de 3 000 personnes, petits paysans pour la plupart. L’archevêque propose que des ecclésiastiques ou des « personnes de piété » remplissent ce rôle. Le bureau de santé charge les consuls d’aller le remercier. Nous verrons plus loin que l’archevêque d’Arles fut également très présent lors de l’émeute de juin 1721.

  • 144 AMA, GG 27 fos 239, 265.

141En juillet, toujours pour la paroisse Notre-Dame-de-la-Major, il lui est demandé d’envoyer un Jésuite pour administrer les sacrements, ce qui montre qu’une partie au moins de cette congrégation est restée en ville144.

  • 145 AMA, BB 106 fos 314, 263.
  • 146 FPMA, M 558 f° 39.

142Peu de mentions concernent le chapître de Saint-Trophime mais le chanoine Pazery est un des principaux membres du bureau de santé. Il est certain, en tout cas, qu’un certain nombre de chanoines n’a pas quitté la ville. Lors de la grande procession dédiée à saint Roch le 20 juillet, l’archevêque est accompagné « d’une partie de son chapître » pour amener les reliques du saint aux infirmeries145. Toutefois, nous l’avons vu, Bouchet de Faucon parle du chanoine de Sabatier, réfugié en Crau chez M. de Biord, alors qu’il devait représenter l’archevêque auprès du bureau de santé146. Un autre aspect du personnage de Mgr de Forbin Janson apparaît dans la correspondance des consuls avec l’intendant. Ceux-ci, qui essayent d’éviter tout attroupement, ne cachent pas leur exaspération vis à vis de l’archevêque, car celui-ci, en avril, alors que la maladie se propage, continue à réunir ses fidèles pour ses prêches :

Ayant appris dimanche dernier que M. l’Archevêque devoit faire prescher ce jour-là, nous fûmes le prier de n’en rien faire, luy représentant les conséquences mais nos remontrances n’ayant servi de rien, nous prîmes le parti d’assister à cette prédication afin d’être à portée de donner les ordres nécessaires s’il arrivoit quelque accident ; en effet un homme s’étant évanoui durant le sermon, nous le fîmes porter chez luy, où il fut visité par les chirurgiens d’office qui ne reconnurent rien de suspect ; un moment après, cet homme fut en parfaite santé comme il l’est à présent. Nous prîmes ce prétexte pour solliciter de nouveau l’Archevêque et nous obtînmes qu’il ne prêcheroit pas de toute la semaine, mais nous avons sçu qu’il vouloit faire prêcher Dimanche prochain, le jour du Vendredi Saint et celuy de Pasques…

  • 147 AMA, GG 26 pièce 19.

143Aussi la procession du 20 juillet se fait-elle sans que la population puisse y participer. Le 14 juillet, un mandement de l’archevêque Forbin Janson l’a décidée et organisée147. Le prélat en profite pour fustiger ses concitoyens et insiste sur la vengeance du Ciel à cause de l’immoralité des habitants d’Arles :

… Que dirai-je de nos campagnes devenues ouvertement le théâtre de mille intrigues criminelles, qui avoient été jusqu’alors couvertes par la Ville sous le voile du grand nombre de citoyens. Oui, mes très-chers Frères, n’avés vous pas gémi cent fois avec nous au récit du libertinage affreux répandu dans certains cantons… Si de la campagne nous repassons à la Ville que de crapules et d’ivrogneries…

  • 148 FPMA, M 2414 f° 90.

144François Peilhe148 raconte le déroulement de cet important geste de dévotion :

A cette procession n’y assista que Monseigneur l’archevêque avec son chapître, et la communauté des religieux Trinitaires, et ne fut accompagnée que de Mrs du bureau de santé, portant chacun un flambeau de cire à la main, ce triste convoy précédé et suivi d’un nombre de fuzilliers, pour empêcher les habitans de se joindre à la procession, sortit hors de la ville, et s’en alla en chantant des litanies des Saints, exposer les reliques de S. Roch à la veüe des infirmeries pour consoler les malades pestiférés, qui parurent dehors en grand nombre, tous prosternés en terre, pour témoigner leur confiance aux intercessions de ce glorieux St. pour leur guérison. Cette cérémonie fut sans doute agréable à Dieu, car il fut remarqué que dès ce jour la peste commança de diminuer dans Arles, après avoir perdu dans ce mois de juillet 4 025 personnes

  • 149 FPMA, M 231 pièce 3.

145Suzanne Desloges donne quelques précisions intéressantes concernant le quartier de Trinquetaille, sur l’autre rive du Rhône149 :

L’on usa beaucoup de poudre à Trinquetaille en l’honneur de St Roch dont les reliques furent posée au milieu de pont où l’on fit de ferventes prières. Ce village a été très peu maltraité par le mal contagieux. Il a été sauvé par une prompte quarantaine…

146Dans le mandement cité plus haut, l’archevêque décide d’instituer la fête du Sacré Cœur de Jésus sur le modèle proposé par Monseigneur de Belsunce à Marseille :

A ces causes, pour exciter de plus en plus nôtre confiance et procurer un azile assuré qui sera un remède infaillible à tous nos maux, nous avons institué et instituons dans notre diocèse la Fête du Sacré Cœur de Jésus, laquelle sera célébrée désormais au tems et en la manière que nous le marquerons précisément et en détail après que nous aurons été délivrés de la Contagion.

  • 150 M. Bernos, « Le culte du Sacré-Cœur face à la peste janséniste », Revue Marseille, n° 120, 1980, p (...)
  • 151 FPMA, M 2414 f° 93.

147Au moment où commence la quarantaine, l’archevêque établit un règlement de piété qui organise les temps de prières des fidèles, plusieurs fois par jour, et les cérémonies, pour obtenir la clémence de Dieu par l’intermédiaire de Jésus-Christ, la Vierge Marie et tous les Saints. Une recommandation particulière est faite à nouveau pour le culte du Sacré Cœur de Jésus. Mais il n’y a pas trace dans les textes d’une consécration de la ville au Sacré Cœur comme le fit Monseigneur de Belsunce pour Marseille150. Deux autres grandes processions ont lieu à Arles dans les mois qui suivent : le 16 août, la cérémonie a lieu en l’honneur de la fête de saint Roch, dans les mêmes conditions que celle du 20 juillet. Le 25 septembre, il s’agit d’une procession d’action de grâce pour célébrer la fin de l’épidémie151.

  • 152 AMA, BB 106 fos 297, 278.

148Le cardinal de Mailly, archevêque d’Arles de 1698 à 1710 et archevêque de Reims où il mourra septembre 1721, s’intéresse particulièrement à son ancien et malheureux diocèse. Il lance auprès de ses fidèles une quête au profit des Arles. Il peut alors envoyer 10 000 livres d’aumônes pour les pauvres de la ville, pour les œuvres et les couvents, en particulier ceux de religieuses. Les Arlésiens semblent avoir reçu cette somme en plusieurs envois comme l’indique la lettre du 18 juin 1721 que les consuls envoient au cardinal. Ils y mentionnent qu’ils ont reçu 2 000 livres en avril et n’ont plus rien. Ils demandent donc encore de l’aide. Mais ces 2 000 livres permettent de mettre en évidence un manque de coopération évident entre les autorités civiles et religieuses. La somme d’argent a transité par l’archevêque d’Aix à la demande de Monseigneur de Mailly. Elle est destinée à la communauté et doit être remise par l’intermédiaire de Monseigneur de Forbin-Janson. Une lettre envoyée par les consuls à l’intendant évoque des rapports peu confiants avec l’archevêque152 :

… Nous sommes dans la crainte que cette somme étant adressée à M. l’Archevêque, il n’en fasse une destination toute contraire à nos vues et qu’il ne l’employe à secourir les pauvres dont la nécessité n’est pas si pressante que celle qui tourne au secours des pestiférés. Nous vous prions Monseigneur, de prendre la peine de luy écrire que cette somme nous soit remise ou que la destination n’en soit faite que sur les mandats de nos commissaires des infirmeries…

  • 153 AMA, CC 745 fos 18-33.
  • 154 Institution charitable créée par Marie Besson en 1739 pour les pauvres et les convalescents.

149Un registre de quittances153 de la ville montre comment la somme a été finalement réparties par les consuls : 300 livres aux pères Jésuites, 205 livres à l’œuvre du Bouillon154, 100 livres à la maison des filles pénitentes de Saint-Genest, 200 livres aux Ursulines, 200 livres à la Visitation, 200 livres aux religieuses de Notre-Dame du Refuge, 200 livres aux Carmélites, 150 à la Miséricorde, 200 livres aux religieuses hospitalières. Les sommes ont été distribués par Monseigneur Forbin Janson. Elles sont considérées comme une avance sur les arrérages de pension dues par la ville (pour cette raison, elles figurent dans les livres comptables municipaux) et doivent servir à la survie des communautés religieuses dans ces temps difficiles.

  • 155 AMA, BB 106 f° 293.

150D’autres personnalités religieuses se manifestent pendant l’épidémie. L’évêque de Castres, l’Arlésien Quiqueran de Beaujeu, propose un envoi d’argent à la ville. Les consuls le remercient par lettre le 15 juin 1721155 et acceptent bien sûr ses offres :

… Nous les acceptons de tout notre cœur, Monseigneur, et nous vous supplions très instamment de vouloir bien employer tout votre crédit pour nous procurer telle somme que vous pourrés trouver à Montpellier jusqu’à la concurrence de 20 000 livres…

  • 156 BMA, M 867.
  • 157 AMA, AA 20 f° 183.
  • 158 Abbé P. Ardouin, op. cit., p. 208.
  • 159 R. Bruni, op. cit., p. 106.

151Le mandement par lequel il ordonne à ses fidèles des prières publiques pour demander à Dieu la cessation du mal contagieux, daté du 24 juillet 1721, est édité à Arles et largement diffusé156. Sa lettre de félicitations aux consuls157 pour leur attitude pendant l’épidémie, qu’il envoie en septembre, a dû mettre du baume au cœur des Arlésiens. L’abbé Ardouin indique que l’évêque de Castres vient souvent à Arles pour s’occuper de ses neveux, orphelins158. Des lettres de remerciements envoyées par les consuls au cardinal de Noailles à Paris et à l’évêque d’Orléans montrent que ce type d’initiative est pris dans différents diocèses pour l’ensemble des villes pestiférées. On connaît à Marseille le rôle important de Monseigneur de Belsunce sur le terrain. Il semble que parfois les choses se passèrent différemment. Ainsi à Apt, l’évêque Ignace de Foresta fut accusé « de payer plus de son argent que de sa personne ». Il fut, d’après Fernand Sauve, historien local, peu présent sur le terrain et son rôle aurait été des plus effacés : « Rien dans les mémoires du temps, ni dans les papiers publics, où tous les dévouements sont soigneusement mentionnés, qui puisse justifier le surnom de « Belsunce » aptésien qu’un chroniqueur fantaisiste lui décerna jadis »159.

  • 160 AMA, GG 27 f° 145.

152À Arles, les communautés religieuses dans leur ensemble sont en grande difficulté financière. En effet, beaucoup vivent de dons et ceux-ci sont inexistants pendant le temps de la peste. Ainsi, les membres du bureau de santé proposent au mois de mars d’accorder une aide aux Récollets et aux Augustins qui n’ont plus rien car « la plupart des personnes qui seraient en état de leur faire quelques aumônes se trouvent en campagne »160.

153De plus, la ville ayant l’habitude en temps normal d’emprunter de l’argent aux communautés religieuses et ayant décidé de ne plus payer ses dettes pour parer aux risques de contagion, les « pensions », ou remboursements avec intérêts, ne sont plus payées. La somme envoyée par Monseigneur de Mailly a permis de parer momentanément à cette urgence.

  • 161 AMA, GG 30 cahier 3.
  • 162 Le sieur Brunet fut aussi atteint de la peste.

154Les couvents de femmes se vident en partie car les religieuses retournent dans leurs familles et cela dès le début de l’épidémie. Au début du mois de janvier 1721, l’archevêque promet de donner à la communauté tous les lits des religieuses qui sont sorties de leur couvent. Dans le registre des morts de la peste161, il est inscrit que « la sœur de Brunet, religieuse ursuline, fille du sieur Brunet162, trésorier de la Communauté de cette ville, morte dans le couvent des religieuses ursulines le 26 may a été ensevelie par les corbeaux au jardin dudit couvent sur les 11 h. du soir ».

  • 163 AMA, BB 106 fos 264, 321.

155Une lettre des consuls au duc de Villeroy163, écrite en avril (il s’agit sans aucun doute d’une réponse à un courrier de soutien aux religieuses), indique que les Carmélites, installées depuis le XVIIe siècle au sud de la ville hors des remparts, redoutent que leur couvent ne soit réquisitionné et transformé en infirmerie. Mais un traitement de faveur leur est accordé alors que tous les couvents extérieurs deviennent des hôpitaux ou des lieux de quarantaine (Récollets, Minimes, maison de Saint-Genest, etc.), puisqu’elles sont autorisées à rester sur place. Un autre prestigieux couvent de femmes, l’abbaye Saint-Césaire, « est attaqué » par le mal comme l’indique un courrier envoyé le 6 août 1721 à l’intendant. François Peilhe précise que « la sagesse » de l’abbesse, Mme Amat de Graveson, permit d’arrêter la contagion. Des religieux sont au service des pestiférés à divers titres pendant la peste. Un capucin, le révérend père Michel Ange Granier, aumônier des infirmeries, compte parmi les premiers morts arlésiens : il meurt le 23 décembre 1720. Le directeur de l’infirmerie Saint-Lazare, le frère Hilaire, augustin déchaussé, décède le 21 janvier suivant ainsi que le frère Séraphin, diacre, qui a pris sa suite et qui meurt un mois après. Une religieuse, sœur Magdeleine Véracy (son ordre n’est pas spécifié), a été volontaire pour laver le linge des pestiférés à l’infirmerie Saint-Lazare : elle disparaît à la mi-février. Devant l’augmentation des décès en mai 1721, des religieux qui sont logés avec les malades dans les infirmeries, mais dans des chambres séparées, demandent à être remplacés tous les mois. Cela leur est accordé.

  • 164 AMA, GG 27 fos 210, 226, 51.
  • 165 AMA, CC 745.

156Nous l’avons vu plus haut, les vaisselles et châsses d’argent des églises et des chapelles sont fondues en mai 1721. Mais les communautés religieuses ont la possibilité d’en éviter la destruction en les rachetant, sous forme d’un prêt avec intérêt à la communauté. De toutes façons, la valeur de ces biens doit être restituée après l’épidémie comme ce fut le cas pour les objets liturgiques fondus en 1709164. De l’argent est envoyé par les procureurs du pays pour aider la ville comme en témoignent les registres de comptabilité communales (pièces justificatives de la dépense ordinaire)165. Grâce à lui, au début du mois d’août 1721, alors que la quarantaine générale vient de commencer, le trésorier de la Communauté paie 100 livres d’acompte aux religieuses du Refuge, et la même somme aux religieuses de la Miséricorde. De même, « sera payée aux dames religieuses de l’hôpital de cette ville la somme de 200 livres à compte des arrérages des pensions… sur les deniers destinés pour la contagion à cause que les dames religieuses sont très pauvres et qu’elles ne peuvent rien tirer de leurs débiteurs qui sont la plus part absents ou morts ».

  • 166 AMA, BB 106 f° 338.

157Une lettre des consuls à l’intendant, fin août, indique que les pères Jésuites « se sont sacrifiés de bonne grâce pour le service des pestiférés »166.

  • 167 M. Baudat, « Du collège d’Arles au Museon Arlaten, Histoire et devenir d’un établissement de jésui (...)

158Michel Baudat167 cite les Jésuites victimes de leur dévouement : les pères Périer (recteur), Jobard, Barbarin, d’Autelan et Masclary. La communauté n’ayant pu leur verser une pension qui est due annuellement à cette communauté propose de les dédommager de 300 ou 400 livres.

  • 168 AMA, GG 1 pièce 8.
  • 169 M. Baudat, op. cit.

159Plus tard, en 1722, parmi les sommes redistribuées par la ville sur les fonds de la peste, 100 livres seront à nouveau donnés aux Jésuites pour « l’entretien des classes du collège ». Le 31 décembre 1721, alors que la fin de l’épidémie est officiellement déclarée, l’archevêque prononce à nouveau un vœu à saint François-Régis dans l’église des Jésuites. Selon le souhait des consuls, une chapelle dédiée à ce saint fut construite dans l’église des Jésuites après la peste, le prix-fait ayant été passé le 22 janvier 1722168. Une messe y fut dite ensuite tous les ans le 1er janvier en présence des consuls et du conseil municipal. La chapelle fut détruite au XIXe siècle mais une inscription qui y avait été apposée existe toujours dans l’église169 :

D.O.M. BEATO JOAN. FRANC. REGIS CIVIT. AREL. PESTILENTIA SAEVIENTE SUPPLEX HOC SACELLUM VOVIT ARCHIEP. IAC DE FORBIN-JANSON PIA MUNIFICENTIA EREXIT AN MDCCCXXI.
À SAINT JEAN-FRANÇOIS REGIS, LA VILLE D’ARLES SUPPLIANTE, CRUELLEMENT ATTEINTE PAR LA PESTE, A VOUÉ CETTE CHAPELLE, QUE L’ARCHEVÊQUE JACQUES DE FORBIN JANSON PAR UNE PIEUSE MUNIFICENCE A FAIT ÉLEVER. 1721.

  • 170 AMA, GG 27 f° 266.

160Les pères Récollets sont restés à Arles : leur couvent est réquisitionné le 2 juillet pour servir d’infirmerie en même temps que l’hôpital de la Charité. Eux-mêmes sont relogés dans le couvent des Cordeliers170.

  • 171 AMA, GG 208.

161Il semble donc que les communautés religieuses masculines soient restées dans leur couvent ou leur lieu d’hébergement, enfermées. Elles se sont ainsi protégées. C’est à la demande de l’archevêque qu’un certain nombre de religieux est mis au service des paroisses. Ainsi, toujours en juillet, deux pères trinitaires sont choisis pour desservir la paroisse Saint-Laurent, le curé étant mort. Il s’agit des pères Plat et Barbaroux qui survivent à la peste et restent en service dans la paroisse puisqu’ils signent les actes du registre paroissial les années suivantes171. L’abbaye de Montmajour semble être restée à l’abri de la tourmente car elle n’est mentionnée dans aucun texte arlésien, ni comme lieu de refuge, ni comme lieu atteint par la maladie.

162À la fin de la peste, quand les consuls dédommagent ceux qui ont contribué financièrement à une action d’aide à la population, il est noté qu’un certain frère Louis, trinitaire, a conduit depuis Marseille, dans une barque, des parfumeurs et des chirurgiens au moment où Arles en manque cruellement. Il a payé le nolis de l’embarcation. Les échevins marseillais lui ont donné 24 livres pour la nourriture auxquelles il a dû ajouter 6 livres de sa poche. Le religieux est-il parti d’Arles ? Il est en tout cas intéressant de noter qu’une véritable mission à l’extérieur lui a été confiée.

  • 172 AMA, GG 27 fos 266, 394, 389.
  • 173 AMA, GG 135 bis.
  • 174 FPMA, M 131. Voir sa transcription et sa traduction dans R. Bertrand et M. Baudat, Aux origines du (...)
  • 175 FPMA, M 2414 f° 94.

163Il y eut des gestes importants de dévouement : dans le registre du bureau de santé, il est noté à la fin de l’épidémie que cinq religieux dominicains se sont sacrifiés pour administrer les sacrements et qu’ils en sont morts172. Il s’agit sans doute de ceux qui consignèrent plusieurs testaments conservés encore aujourd’hui173. Un acte de mémoire fut accompli à Arles quelques années après en souvenir de ces religieux. Laurent Bonnemant indique qu’une inscription fut placée en 1726 dans le cloître des Minimes qui avait servi d’infirmerie, pour rappeler le dévouement de Monseigneur de Janson et du clergé d’Arles pendant l’épidémie174. Les bâtiments conventuels ayant été vendus comme biens nationaux pendant la Révolution, ce cloître fut détruit et avec lui, l’inscription. François Peilhe175 décrit la reprise du culte et les cérémonies particulières qui furent célébrées en l’honneur de tous ceux qui se dévouèrent pendant l’épidémie et de façon générale, pour tous les pestiférés :

Le 21 décembre, les églises qui avoient demeuré huit mois fermées, furent ouvertes au grand contantement des habitans d’Arles, le même jour le Te Deum fut chanté en action de grâce dans l’église S. Trophime. Le 5 janvier 1722, le Chapitre fit faire un service dans la Métropole, pour le repos des âmes des prêtres et religieux qui étoient morts durant la contagion. Le 15 dudit la Communauté fit faire un semblable service en particulier, pour le repos de l’âme des magistrats et des commissaires, qui s’étoient sacrifiés durant la peste pour le service public, et généralement pour tous ceux qui avoient fini leurs jours durant ce fléau. Le lendemain la Communauté fit faire un autre service en particulier, pour le repos de l’âme de feu monseigneur le Cardinal de Mailly, protecteur et bien facteur de cette ville.

  • 176 AMA, GG 30.
  • 177 AMA, GG 160.
  • 178 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 100.

164Nous l’avons vu plus haut, plusieurs sources indiquent que 72 prêtres (sans compter les religieux, non cités) moururent de la peste. Nous n’avons pas de listes nominatives par paroisse et, dans les listes des morts des infirmeries, la mention « prêtre » n’apparaît qu’une dizaine de fois176. Une exception pour la paroisse Notre-Dame-de la Major, où, dans le registre paroissial177 de 1721, n’apparaissent à partir de mi-mai que les décès des chanoines et des prêtres, soit neuf religieux. Comme à Marseille où 250 prêtres et religieux décédèrent178, une bonne partie du clergé arlésien resta dans la ville en nombre et assistèrent leurs ouailles.

  • 179 AMA, GG 230.
  • 180 AMA, GG 27 fos 167, 166, 163.
  • 181 AMA, BB 106 f° 711.
  • 182 AMA, BB 46 f° 263.

165Qu’en est-il de l’attitude religieuse des habitants d’Arles pendant la peste ? La piété reste fervente, et la fermeture des églises est mal vécue par les paroissiens. Certains arrivent à avoir des dérogations. Au mois de mars 1721, les quarantenaires de la paroisse Saint-Martin demandent aux consuls d’assister à la messe qu’ils feront dire dans leur église à la fin de la quarantaine en action de grâce. Cela leur est accordé179. À la même époque, M. Francony, avocat et membre du conseil, travaille au rétablissement de la confrérie de Saint-Roch. L’archevêque a donné son accord par mandement du 16 janvier 1721 pour qu’on en reprenne les anciens statuts. Il est rappelé qu’en 1629, lors de la plus grave épidémie de peste du XVIIe siècle, la communauté avait donné 1 000 livres pour la chapelle Saint-Roch (dans le couvent des Trinitaires). À l’occasion de ce rappel, il est demandé à la ville une contribution financière car elle doit aider « à la perfection du presbytère où l’on travaille actuellement ». Les consuls acceptent de donner 300 livres quand la communauté en aura les moyens180. Or à l’origine, il avait été décidé de la construire avec les aumônes des fidèles. Celles-ci, insuffisantes, n’ont pas permis d’achever le toit. En fait, la chapelle n’est toujours pas terminée en 1727, faute d’argent. Les murs bâtis menacent ruine. Les consuls écrivent181 au cardinal de Fleury pour que les pères Mathurins puissent organiser une loterie à hauteur de 40 000 livres pour la terminer. En 1728, ce souci est toujours présent. Les Arlésiens s’inquiètent car ils gardent une grande reconnaissance envers le saint protecteur et l’ordre des Trinitaires182 :

Le conseil prévenu que cette ville doit aux intercessions de ce glorieux Saint (saint Roch) la cessation miraculeuses de ce fléau, et que le zèle des habitants a engagé ces Pères à cette entreprise, a unanimement délibéré de leur accorder la somme de trois cens livres sous le bon plaisir de M. l’intendant.

166Les fonds sont finalement versés et les consuls décident alors de mettre les armes de la ville bien en vue sur l’arc triomphal, dans l’église enfin construite. Elles y sont toujours.

  • 183 AMA, IIE 351.

167Dans les registres de recettes de l’hôpital183, on s’aperçoit que les dons que les Arlésiens font habituellement à l’établissement et à l’église Saint-Trophime en versant des aumônes dans des troncs affectés à cet effet, continuent jusqu’à la mi-avril 1721, mais en diminuant : entre le 29 mars et le 5 avril, on récolte 46 livres, entre le 5 et le 12 avril, 23 livres, puis jusqu’au 19,21 livres. Ensuite, il n’y a plus rien dans les troncs, mais la plupart des églises ne reçoivent plus les fidèles pendant l’épidémie car elles sont fermées par les autorités. Il faut attendre la fin décembre pour retrouver la modique recette de deux livres, et avril 1722, pour que des aumônes soient de nouveau déposées.

  • 184 AMA, GG 150.

168Après la peste, la population souhaite régulariser des actes qui n’ont pu être réalisés normalement et en particulier le sacrement de baptême. On trouve dans tous les registres paroissiaux, dès la fin de 1721 et surtout en 1722 des « suppléments de baptême » pour des enfants ondoyés pendant l’épidémie. Ainsi dans le registre de l’église Sainte-Anne184 :

  • 185 Cette enfant est la fille de Philippe Portat (ou Portes ?), entrepreneur de la manufacture royale (...)
  • 186 D’autres enfants ont été ondoyés dans leur maison en ville, où leurs parents sont restés. Marie-Ma (...)

Le 23 septembre 1722 il a été suppléé dans la paroisse Notre-Dame la Principale de cette ville d’Arles aux cérémonies de baptême de Catherine Honoré Portat185, née et ondoyée pendant la contagion du 25e juin 1721186

169Ainsi, les cérémonies religieuses reprennent normalement après plusieurs mois sans pratique véritable. L’heure n’est pas au doute : Dieu a puni les Arlésiens en leur envoyant le fléau de la peste et a accepté de les en délivrer, par l’intermédiaire de saint Roch. Le clergé des paroisses, en tout cas les prêtres qui ont survécu, a dans sa majorité assisté courageusement la population et en est peut-être, de ce fait, plus proche à l’issue du fléau.

Les testaments

  • 187 L. Stouff, op. cit., p. 120.

170Les testaments sont des documents essentiels pour comprendre l’état d’esprit de ces hommes et de ces femmes menacés par la terrible maladie, ou même très souvent déjà atteints. Leur nombre donne une première indication fiable sur une poussée de mortalité. Mais il faut être prudent dans ce domaine, car comme l’observe Louis Stouff, la courbe obtenue en comptant les testaments « n’est pas une courbe de mortalité (les gens qui testent ne meurent pas nécessairement : on possède deux, trois, quatre et même cinq testaments pour un seul individu). On pourrait l’appeler, faute de mieux, une courbe de la crainte de la mortalité »187. De plus, certains ont déjà testé par précaution, bien avant la peste. Plusieurs registres ont conservé les testaments de pestiférés soit dans les registres consacrés aux épidémies de peste, soit dans les registres notariaux. Ils ne sont pas représentatifs du nombre total de morts : il faut tenir compte du fait que beaucoup de gens meurent ab intestat, car la maladie peut être subite et entraîner la mort très rapidement. D’autre part, les catégories sociales qui ne possèdent pas de biens (en particulier les journaliers, nombreux à Arles) ne font pas de testaments. Pour eux, le plus souvent illettrés, se pose le problème de la présence des notaires qui peuvent inscrire leurs dernières volontés, s’ils n’ont pas fui. Dans les testaments datant de l’épidémie qui ont été conservés, les témoignages sont particulièrement intéressants et émouvants. C’est le cas du testament de Jean Coste et de Rose Doublet, son épouse, fait en faveur de l’hôpital et entendu devant la porte de leur maison, le 25 décembre 1720 puis recopié :

priant et requérant les témoins… appelés et par eux duement reconnus, d’en vouloir être mémoratifs, et moy, notaire royal d’en prendre acte. Fait et publié audit Arles à la rue au devant de la porte de la maison desdits testateur et testatrice à leur présance et ouye, attandu le soupçon de mal contagieux en présence de noble Guillaume de Piquet, intendant de santé et commissaire du quartier, Louis Giraud, ménager, Percet fils, Daniel Leblanc prêtre chanoine de l’église collégialle et paroissiale notre dame de la majour, Claude Pichoulet, travailleur, Joseph Baudasseau, salpétrier, Jacques Chaira, travailleur, et Claude Brémond, ménager.

  • 188 R. Aubenas, Le testament en Provence dans l’ancien droi, Aix-en-Provence, Imprimerie Roubaud, 1927 (...)

171Mais le testament est « répudié » en 1722. L’épidémie en est encore à ses débuts et il y a de nombreux témoins (huit), ce qui ne sera plus le cas quelques mois plus tard. Avec le risque grandissant de contagion, il devint difficile de faire son testament : plusieurs notaires sont partis, les témoins sont de plus en plus rares. La loi « casus majoris »188 fixe le nombre des témoins qui peuvent servir pour les testaments en cas de contagion. Ils peuvent signer séparément et successivement dans la crainte de se trouver réunis et de contracter le mal. Les femmes doivent être admises.

  • 189 AMA, GG 27 fos 252, 255.
  • 190 AMA, GG 32 f° 251.

172Très rapidement, les notaires prennent des précautions pour se garder de l’épidémie : le syndic des notaires refusent d’aller dans les infirmeries recueillir les testaments et autorisent les aumôniers et les infirmiers à le faire à leur place189. Le 12 juin 1721, l’intendant de Provence Lebret autorise les curés arlésiens à recevoir les testaments, après avoir reçu la demande d’autorisation des consuls190 :

Ils l’ont fait à Aix, à Marseille et ailleurs sans qu’ils ayent eu besoin d’y être autrement authorisés qu’ils ne le sont par la nécessité. Il sera bon d’avoir attention qu’ils remettent lorsqu’il sera possible ces testaments aux notaires.

  • 191 AD BdR, 404 E 1048 fos 305, 318.

173Le bureau de santé décide que les curés recevront non seulement les dernières volontés des malades mais aussi les testaments « des personnes qui sont en santé ». Plusieurs testaments sont faits par deux personnes de la même famille à la fois : mari et femme, mère et fils etc., pour simplifier la procédure dans ce moment d’urgence : le 22 mai 1721, il est établi le testament de Jeanne Guirarde, veuve de Louis Giraud, travailleur, et Louis Giraud, son fils « lesquels estants aucunement indisposés et soubsonnés du mal contagieux dont la dite ville d’Arles est affligée et mesmes étant en quarantaine dans leur cabane à leur pred au cartier du bas moulleirès proche les martellières… »191.

174La plupart des testaments ne mentionnent pas l’épidémie, sauf si le testateur est atteint et la formule utilisée est souvent ambiguë. Ainsi pour François Aillaud, berger « estant par le vouloir de Dieu aucunement indisposé d’infirmité corporelle et mesme faisant quarantaine attendu qu’il est soupçonné d’estre atteint du mal contagieux… ».

  • 192 R. Aubenas, op. cit., p. 161.
  • 193 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIesiècle, P. Ariès et P. Mandro (...)
  • 194 AD BdR, 401 E 372.

175Les formules en début de testament sont les mêmes qu’en temps normal et les recommandations auprès de Dieu, de la Vierge et des saints se retrouvent systématiquement. On demande comme d’habitude à être enterré dans l’église de sa paroisse. Roger Aubenas192 indique qu’en temps de peste « lorsqu’on parcourt ces testaments, on remarque vite que les formes générales sont analogues aux formes habituelles ; on y trouve des legs pies, une élection de sépulture, des legs particuliers divers, une institution d’héritiers plus ou moins compliquée de substitutions, des exécuteurs testamentaires, la clause codicillaire… ». Michel Vovelle indique pour la Provence que, si, « au fil du XVIIIe siècle, en tous lieux ou presque les formules testamentaires évoluent constamment, et pratiquement sans retour, dans le sens d’un allègement, voire d’une disparition progressive des termes de dévotion », l’évolution n’est pratiquement pas visible dans la sénéchaussée d’Arles jusqu’en 1770193. Toutefois, dans la cité arlésienne, en juin, juillet, et août 1721, au plus fort de l’épidémie, au moment où de toutes façons, il n’y a plus de notaires pour recueillir les actes et où les testaments sont très courts et inscrits sur une feuille volante, ce formalisme disparaît. La formule « dans la crainte d’être frappé du mal contagieux » apparaît souvent. Il est possible que le testateur soit déjà pestiféré mais il ne l’indique pas, de crainte que cela soit un cas de nullité. N’est écrit que ce qui semble absolument essentiel au testateur. Cela peut, mais rarement, être un long texte décrivant parfaitement la situation du moment : Laurent Matré est maître-vitrier. Son codicille est extrêmement instructif. Dans le registre du notaire, il est annexé au testament qui l’a précédé et qui a été fait, lui, dans des conditions normales. Ceci prouve qu’il a ensuite été considéré comme valable, bien que pris sans témoins. Il montre que la ville fonctionne sans notaire alors qu’en temps normal, les notaires rédigent chaque année des centaines d’actes divers : 379 pour le notaire Tartais, qui dirige une des principales études d’Arles, en 1720, 82 en 1721, 321 en 1722, 347 en 1723194. Dans l’étude d’Honoré Debézieux, le plus important notaire, 2800 actes sont effectués en 1720, 400 en 1721 dont 159 testaments. Il meurt en juillet 1721. Il éclaire aussi tout un pan du fonctionnement économique arlésien. Par le fruit de son travail et peut-être d’héritages précédents, Laurent Matré a pu placer son argent dans une société qui fait « l’achapt et trafic du gros bois de chayne pour la construction des vaisseaux », activité importante à Arles, liée au port. Dans ces temps d’incertitude, il prévoit sa mort et préfère placer son capital sur des structures officielles, solvables, ce qui est à la base du fonctionnement habituel des bourgeois et des nobles de la ville. Le profit est sans doute moins rapide, mais plus sûr qu’une société et il s’agit là de l’avenir de ses enfants, encore jeunes.

176Il faut la gravité de cette période d’épidémie pour que par peur d’incompréhension ultérieure, un testateur donne autant de détails sur sa vie domestique. Mais il reste exceptionnel parmi les autres testaments faits à Arles à la même période qui eux conservent les formes habituelles, impersonnelles. Quand l’urgence l’emporte, et que les conditions de rédaction sont particulièrement précaires, les dernières volontés sont exprimées de façon brève. Dans les registres notariaux, il est particulièrement émouvant de trouver ces testaments, simples feuilles avec quelques mots, reliés avec les actes officiels. Ils ont été reçus pour la plupart dans la rue ou dans les enclos, à l’extérieur des remparts.

177À la fin de l’épidémie, les héritiers ont voulu faire reconnaître ces documents. Le 3 décembre 1721, le notaire Aulanier enregistre le testament de Catherine Dolle, qui, le 16 juin précédent « n’a pas eu l’occasion de trouver un notaire ». Anne Michel demande l’enregistrement du testament de son mari décédé, Blaise Boulouvard, patron de barque. Ce testament a été recueilli dans la rue, le 30 juillet par Jacques Plat, prêtre de la paroisse Saint-Laurent qui écrit :

(Je) l’atteste véritable, n’ayant pu trouver d’autres témoins, quelques perquisitions que j’ay pu faire, attendue la violence du mal.

  • 195 AD BdR, 401 E 302 fos 584, 591.

178Sur un petit billet mal écrit, Louis Ganieyre et son fils « se voyant dans les extrémités malades dans une cabane auprès des révérends pères Minimes… donnent à Jacques Gautier, maitre maçon, pour les bons services qu’il luy a rendu… un mulet poil « sardine » et six pièces de 20 sols pour faire prier Dieu pour luy… »195.

179Ce testament est également enregistré après l’épidémie. En tout, ce notaire insère 6 de ces feuilles volantes dans son registre à la fin de 1721.

  • 196 AMA, GG 150.

180Il n’y a d’ailleurs pas que les testaments qui soient écrits sur des billets. Un acte de mariage sur papier libre est conservé dans le registre paroissial de l’église Sainte Anne196 mais il a été fait à l’extérieur de la ville :

… Après avoir fait deux différentes publications de la chapelle de l’îlon de Saxy comme la plus convenable en ce temps de peste et n’aiant trouvé aucun empêchement, je certifie avec les témoins cy bas nommés avoir assisté aux épousailles de François Bernard, fils légitime et naturel d’Arnoux et Honorade Quenin pareille de Saint Martin et Marthe Géraud, fille naturelle et légitime de Nicolas et Anne Jure de la paroisse Sainte-Anne en foy de quoy j’ay fait ce certificat ce 25 août 1721, signé Casse, prêtre.

  • 197 AMA, M 272 f° 29.

181Dans les infirmeries, les choses sont mieux organisées. Louis Mège a recueilli dans le livre de notes du notaire Moutet197 un registre confié par les consuls aux pères Minimes avec ces quelques phrases :

Ce registre est pour y coucher les testaments des malades des infirmeries, et vous aurés la bonté de commencer par ceux que vous avés receu et le plutôt que vous pourrés, le présent registre étant remply sera remis à MM. Les Notaires, conformément aux ordres que nous avons receu de Mgr. Le premier Président par sa lettre du 12 juin 1721. Nous vous prions de vacquer avec assiduité à un si pénible employ.

182Le premier testament consigné date du 26 mai. Copié à partir d’un testament fait sur une feuille volante, il est exempt des formules d’usage comme les suivants et n’est signé que par deux pères Minimes. Certains de ces testaments ne comportent que quelques lignes : le mourant y dispose simplement de ses biens et les distribue à ses différents héritiers. Mais beaucoup d’entre eux demandent à ce que les héritiers fassent dire un trentenaire de messes (ou 50 ou 60 messes). Très souvent également une partie de l’héritage est donnée à une institution ou une œuvre pieuse comme c’est le cas hors temps d’épidémie. Au total 55 testaments sont consignés dans ce registre, jusqu’à la mi-août 1721. À la fin, une petite note est adressée aux consuls par le père Carbonnel, religieux Minime :

Messieurs, voilà tous les testaments que j’ay fait conjointement avec le P. Morel. J’ay taché de les faire en bonne düe forme, autant qu’il m’a été possible, s’il n’y a pas de témoings signés, c’est le malheur du tems, qui en est la cause, car ou les infirmiers étoient malades ou ils ne sçavoient pas écrire, ou les malades faisoient faire leur testament, in procinctu mortis, quelques uns même ont expiré immédiatement après avoir disposé de leurs biens.

  • 198 AMA, GG 135 bis f° 2.

183La tenue stricte de ce type de registre n’a sans doute pas été la règle générale dans les infirmeries. En octobre 1721, les membres du bureau de santé écrivent aux consuls d’Aix et de Marseille pour savoir quelle attitude ils doivent adopter pour les testaments reçus dans les infirmeries. Doit-on les enregistrer lors qu’ils sont sur des feuilles volantes et signée par un prêtre, sans témoin ? Ce qui peut être observé dans les registres notariaux montre qu’un certain nombre de ces « papiers » ont été considérés comme valables. Autre cas de figure, les archives communales d’Arles conservent un petit registre198 composé de six cahiers cousus (deux seulement sont écrits) qui contient 23 testaments, un codicille et une révocation, recueillis par les pères Précheurs entre le 19 et le 26 juillet 1721. Peu lisible car visiblement « parfumé » à la fin de l’épidémie, il permet de voir les dernières volontés de huit artisans ou veuves d’artisans, un pêcheur, un consul bourgeois (Jean Chartroux), un veuve de médecin, trois nobles (Gabriel de Mandon, sa tante Pierre de Mandon, veuve de Jean Senebier, avocat au Parlement et sa sœur Antoinette). Dans les autres cas, la qualité du testataire n’est pas précisée. Mais tous, l’incertitude des temps l’obligeant, indiquent plusieurs héritiers par défaut, au cas où les ayant droits viendraient à mourir. Il en est par exemple ainsi pour le premier testament du registre, celui d’Antoine Bernard, maître-fournier à Arles :

Le dix-neuvième juillet de la présente année mil sept cent vingt un avant midy par devant moy soussigné frère Marc Laurens bachelier en théologie religieuse prêtre de l’ordre des frères prescheurs député de Monseigneur l’archevêque pour exercer les fonctions curiales a été constitué en personne Maître Antoine Bernard maître fournier de cette ville lequel voulant disposer de ses biens étant atteint du mal contagieux, après avoir fait le signe de la croix et avoir recommandé son âme à Dieu, a nommé et nomme l’héritier de tous ses biens pour en jouir après sa mort Pierre Bernard son neveu et Rose Bernard sa nièce par égale part et en cas que l’un des deux vienne à mourir devant, l’autre jouira de tous les biens ; au deffaut de tous les deux, il institue héritier François Bernard et à son deffaut Honorate Nouguière, en foi de ce me suis signé seul pour ne pas apporter le registre, an et jour que dessus.
Signé : F. Marc Laurens de l’ordre des prescheurs.

  • 199 AD BdR, 405 E f° 1185.

184Les autres testaments ne comportent également que la signature d’un frère prêcheur, soit le frère Laurens, soit le frère Ambroise Vallériole. Il n’y a pas de témoins. Dans six de ces testaments seulement, le testateur prévoit une somme d’argent pour faire dire des messes. Dans les autres cas, il n’y a pas de clauses particulières. Enfin, des archives nouvellement classées aux archives départementales des Bouches-du-Rhône contiennent des cahiers de testaments199 distribués vierges par les consuls aux curés des paroisses et des infirmeries pendant l’épidémie avec mission d’y consigner les dernières volontés des paroissiens et des malades et de les donner ensuite aux notaires à la fin de l’épidémie. Une lettre donnant ces consignes et signée par les consuls compose la première page. Elle est identique sur chaque cahier. Sont conservés : un cahier de la paroisse de la Major (18 juin-28 août 1721) tenu par le chanoine Blanc, qui contient 51 testaments ; un cahier de la paroisse Sainte-Anne (27 mai-20 septembre 1721) tenu par le père Issautier, avec 61 testaments ; un cahier de la paroisse Saint-Julien (12 juin-3 octobre 1721) dont le curé est M. Simon, contenant 17 testaments ; un cahier provient de l’infirmerie Saint-Roch et est tenu par le révérend père des Minimes (26 mai-29 juillet). Il contient 20 testaments, dont ceux de deux religieux Minimes. Enfin ces archives contiennent un cahier de 16 testaments (3 septembre-6 novembre 1721) reçus à l’aumônerie de la Charité par le révérend père Savornin, Prêcheur. La plupart des personnes qui ont testés sont des artisans et des travailleurs arlésiens. À noter dans le cahier des Minimes, le testament de Jeanne Prat, veuve de Jean-Jacques Auteman, procureur au siège, mise en quarantaine à la suite de la mort de son mari et de celle de quatre de leurs enfants. Tous ces testaments sont bien rédigés et comportent les formules en usage.

  • 200 AMA, BB 106 f° 411.

185En décembre 1721, l’intendant demande que les curés remettent aux notaires les testaments qu’ils on reçus. Les consuls d’Arles ne sont pas d’accord200 :

Nous craignons, Monseigneur, sauf votre détermination, qu’il seroit difficile au public que cette rémission se fasse parce qu’il sera plus facile de voir ces testaments chez eux (les curés) qu’ailleurs.

186Nous ne savons pas si l’intendant a accepté de temporiser.

Notes

1 AN, G 7 1732, pièce 25.

2 AMA, BB 106 f° 317.

3 AMA, GG 32 f° 365.

4 AN, G 7 1733, pièce 45, Papiers de l’intendant Lebret, septembre 1721.

5 Ce nombre ne semblerait comprendre que les Arlésiens habitant en ville.

6 AN, G 7 1731, pièce 14, papiers de l’intendant Lebret, octobre 1721.

7 AD BdR, C 916, non folioté.

8 FPMA, M 232 f° 141.

9 AMA, M 558, f° 39 r°.

10 FPMA, M 2414 f° 96.

11 AMA, GG 27 f° 336 r°.

12 FPMA, M 1103, f° 732 v°.

13 FPMA, M 783, f° 661 v°.

14 FPMA, M 2414, f° 101.

15 M. Pazery était membre du bureau de santé.

16 FPMA, M 232 f° 6. Cette relation a été publiée en 1820 dans « Pièces historiques sur la peste de 1720, 1721, 1722 », op. cit.

17 Docteur Victorin Laval, Lettres et documents pour servir à l’histoire de la peste d’Arles en Provence de 1720-1721, Nîmes, 1878, p. 30.

18 J.-N. Biraben, op. cit., p. 257.

19 Soit 39 335 morts pour 88 645 ha (taux de mortalité : 39,3 %). Marseille, ville morte …, op. cit.

20 R. Bertrand et al., op. cit., p. 406.

21 R. Baehrel, op. cit., p. 269.

22 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 295, 296, 302.

23 M. Terrisse, « À propos de la peste d’Arles, remarques en forme de dossier », Provence historique « De Provence et d’ailleurs », Mélanges offerts à Noël Coulet, t. XLIX, fasc. 195-196, janvier-juin 1999, p. 495-500.

24 AMA, GG 30.

25 C. Boyer, « Les morts de la peste de 1720-1721 à Arles », Aspects de la mort à Arles de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque du groupe archéologique arlésien, novembre 2002, p. 49.

26 AD BdR, C 916.

27 AMA, GG 32 f° 365 bis.

28 AMA, GG 30 cahier 3.

29 C. Boyer, « Les morts de la peste de 1720-1721 à Arles », Aspects de la mort à Arles de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque du groupe archéologique arlésien, novembre 2002, p. 49.

30 AMA, GG 150, 160, 199, 214, 208, 143, 178, 136.

31 Deux paroisses se partageaient ce quartier : Saint-Laurent et Sainte-Croix.

32 AMA, GG 199 fos 45, 46.

33 AMA, GG 35 f° 823.

34 AMA, GG 136.

35 Ce mode de calcul m’a été aimablement proposé par madame Patricia Payn-Echalier.

36 FPMA, M 558 f° 37, 39.

37 AMA, BB 106 fos 323, 328.

38 AMA, GG 230.

39 AMA, GG 32 f° 269.

40 AMA, GG 27 fos 152, 184.

41 J.-N. Biraben, op. cit., p. 256.

42 AMA, M 232 f° 147.

43 AD BdR, 203 E 441.

44 M. Signoli, op. cit.

45 « La peste de 1720-1721 vue par les anglais », Provence historique, t. V, fasc. 20, avril-juin 1955, p. 146.

46 M. Terrisse, cité par E. Le Roy Ladurie dans Histoire de la France urbaine, t. 3, Paris, Seuil, 1985, p. 339.

47 P. Bourdelais, Les épidémies terrassées, une histoire de pays riches, Paris, Éd. de la Martinère, 2003, p. 35.

48 FPMA, M 558 fos 16, 17, 7.

49 P. Bourdelais, op. cit., p. 35.

50 Propriété que possédait la famille de Bouchet de Faucon en Camargue.

51 Autre grande propriété. Celle-ci appartenait à la famille de Saint-Martin.

52 AMA, GG 27 f° 40.

53 FPMA, M 517 pièce 6.

54 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 74. Ce récit montre que tous ceux qui assurent la vie de la cité marseillaise, les artisans, les marchands, mais aussi les autorités qui viennent dêtre nommées pour gérer l’épidémie, les capitaines et les officiers de la ville, s’enfuient.

55 AMA, GG 27 f° 72.

56 R. Bertrand et al., « La peste en Provence aux temps modernes », Provence historique, t. XLVII, p. 408.

57 AMA, GG 27 f° 40.

58 FPMA, M 232 f° 140.

59 Fibre textile travaillée par les auffiers.

60 FPMA, M 558 fos 40, 37.

61 En réalité, Mme de Perrin perdit un enfant nouveau né en plus de ceux cités ici.

62 Miclé ou Miquelet : soldat partisan appartenant à l’infanterie recruté dans le Roussillon de part et d’autre de la frontière franco-espagnole. Les miquelets furent organisés et utilisés en Espagne dans les guerres contre la France. Des compagnies de miquelets furent utilisées dans l’armée française jusqu’à la Révolution (Dans le Robert, dictionnaire de la langue française).

63 AMA, GG 150.

64 Son père est conseiller à la cour des aides du Languedoc.

65 FPMA, M 558 f° 39.

66 O. Caylux, Présence nobiliaire dans l’Arles d’Ancien Régime. XVII-XVIIIe siècles, mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999, p. 100.

67 AMA, GG 27 f° 258.

68 AMA, GG 30 cahier 13.

69 FPMA, M 558 f° 20.

70 AMA, HH 9 f° 444.

71 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 305-307.

72 R. Baerhel, Épidémie et terreur, op. cit., p. 113-146.

73 AMA, GG 27 f° 197.

74 M. Signoli, op. cit., p. 184-185.

75 M. Chailan, L’ordre de Malte dans la ville d’Arles, Bergerac, Imprimerie générale du Sud-Ouest, 1908, p. 100.

76 Ignace Amat de Graveson était un érudit, antiquaire, qui fut commissaire de la paroisse Saint-Laurent pendant l’épidémie. Il avait pour charge également de s’occuper des mendiants rassemblés et enfermés à Trinquetaille, voir le récit de François Peilhe p. 526.

77 AMA, GG 150.

78 A.-J. Rance, L’académie d’Arles au XVIIe siècle d’après les documents originaux. Étude historique et critique, 3 tomes, Paris, La Sorbonne, 1890, t. 3 p. 252.

79 Ibid., t. 3, p. 235, 250.

80 A.-J. Rance, op. cit., p. 252.

81 Effectivement, ces personnes continuent à participer aux assemblées municipales après la peste, voir AMA, BB 45.

82 AMA, GG 27 f° 30.

83 AMA, GG 150.

84 Il s’agit d’Honoré de Verdier, Jésuite qui avait quitté l’ordre pour raisons de santé. Membre de l’Académie d’Arles, il mourut de la peste en 1721 ainsi que toute sa famille. (cf. E. Fassin, biographies arlésiennes).

85 AMA, GG 214.

86 FPMA, M 952 f° 2.

87 AMA, GG 150.

88 AMA, GG 27 fos 252, 217.

89 FPMA, 2414 f° 105.

90 AMA, GG 150.

91 A.-J. Rance, L’ancien clergé d’Arles. Gaspard de Saint-Andiol et Gilles du Port, Paris, Société générale de librairie catholique, 1888, p. 4.

92 AMA, GG 214.

93 Cette mort est confirmée dans le registre paroissial de l’église Saint-Lucien.

94 FPMA, M 558 f° 33.

95 FPMA M 232 fos 146, 153, 143, 148.

96 AMA, GG 30 f° 17 (3e cahier).

97 FPMA, M 916 fos 45-46.

98 AMA, GG 30 f° 5 (3e cahier).

99 BMA, M 817.

100 AMA, GG 150.

101 AMA, GG 148.

102 AMA, GG 150.

103 L’église paroissiale Saint-Lucien détruite après la Révolution se trouvait sur l’actuelle place du Forum.

104 AMA, GG 214.

105 AMA, GG 30 f° 3 (3e cahier).

106 AMA, GG 143.

107 M. Signoli, op. cit., p. 189.

108 Cl.-A. Sarre, Vivre sa soumission : l’exemple des ursulines provençales et comtadines, 1592-1792, s. l., Publisud, 1997.

109 FPMA, M 174.

110 R. Vignal, De la peste à la Révolution, Tarascon au XVIIIe siècle, p. 41, Montpellier, Presses du Languedoc/ Max Chaleil éditeur, 1989.

111 AMA, GG 150.

112 AMA, GG 143.

113 Ce prénom est également donné aux filles et la paroisse où habite le couple s’appelle Saint-Pierre de Trinquetaille.

114 M. Lachiver, Les années de misère, la famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991, p. 193.

115 Régis Bertrand signale d’après Michel Terrisse qu’à Marseille, « Il y eut en 1720-21 trois fois plus de mariages qu’en année ordinaire. Des veufs et des veuves reconstituaient des couples brisés par l’épidémie et des célibataires héritaient prématurément des biens de parents disparus, ou purent gagner plus vite, dans l’économie perturbée du temps de contagion, le pécule alors indispensable pour fonder un ménage », Ph. Joutard et al., Histoire de Marseille en treize événements, Marseille, Éd. Jeanne Laffite, 1988, p. 138.

116 M. Terrisse, Hommage à Marcel Reinhard, sur la population française aux XVIIe et au XVIIIe siècles, société de démographie historique, p. 572-573.

117 AMA, GG 143.

118 AMA, GG 150.

119 AD BdR, 35 F 389. Actes de mariages ; fiches informatiques.

120 M. Signoli, op. cit., p. 190.

121 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 308.

122 M. Signoli, op. cit., p. 191.

123 M. Vovelle, dans Histoire de Toulon, p. 707, Aventure de la démographie toulonnaise au XVIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1980.

124 M. Villiers, La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence, p. 106, mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995.

125 Ch. Carrière et al., Marseille, ville morte…, op. cit., p. 308.

126 Ch. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, t. 1, Marseille, Institut historique de Provence, 1973, p. 199 et p. 206.

127 M. Signoli, op. cit., p. 190.

128 FPMA, M 918 fos 5-6.

129 FPMA, M 2337.

130 P. Allard, La Révolution arlésienne, op. cit., p. 12.

131 FPMA, M 516 f° 16.

132 Outre les quatre ordres mendiants, Carmes, Cordeliers, Trinitaires, Augustins, la ville compte plusieurs couvents de femmes (Carmélites, Ursulines, Visitandines, religieuses de l’abbaye de Saint-Césaire, du couvent du Refuge, du couvent de la Miséricorde) et de nombreux ordres réformés installés au XVIIe siècle : les Jésuites, les Oratoriens, les Récollets, les Carmes déchaussés, les Augustins déchaussés, les Minimes, sans oublier les Bénédictins de l’abbaye de Montmajour.

133 Monseigneur de Belsunce publia un mandement dont l’esprit est très proche de celui-ci. Voir M. Bernos, « Le Sacré-Cœur et la peste janséniste », Revue Marseille, n° 120, 1980, p. 33-35.

134 Abbé P. Ardouin, Le Jansénisme en Basse-Provence au XVIIIe siècle. La bulle Unigenitus dans les diocèses d’Aix, d’Arles, de Marseille, de Fréjus et de Toulon, 2 tomes, Marseille, Imprimerie Saint-Lazare, 1936, p. 50.

135 Ibid., p. 208.

136 Les Forbin, survol de 6 siècles, catalogue d’exposition, Avignon, 1976 (Les sources ne sont pas citées) : « Après quelques différents graves, le roi, par lettre de cachet exila Jacques de Forbin Janson à cause de son intransigeance, pour quelques mois, dans l’abbaye de Saint-Valéry-sur-Somme dont il avait été l’abbé commanditaire. L’abbaye était hostile à la bulle Unigenitus. En 1736, de retour à Arles, il interdit au clergé d’Arles d’administrer les derniers sacrements à l’évêque de Castres, Quiqueran de Beaujeu venu mourir dans sa ville natale, à moins de rétractation publique de ses erreurs ».

137 FPMA, M 558 f° 18.

138 J.-M. Trichaud, Histoire de la Sainte Église d’Arles, t. 4, Paris, Giraud, 1864, p. 386.

139 FPMA, M 516 pièce 15.

140 AMA, GG 26 pièces 19, 20.

141 AMA, GG 27 f° 163.

142 AMA, GG 230.

143 AN, G 7 1730 pièce 12.

144 AMA, GG 27 fos 239, 265.

145 AMA, BB 106 fos 314, 263.

146 FPMA, M 558 f° 39.

147 AMA, GG 26 pièce 19.

148 FPMA, M 2414 f° 90.

149 FPMA, M 231 pièce 3.

150 M. Bernos, « Le culte du Sacré-Cœur face à la peste janséniste », Revue Marseille, n° 120, 1980, p. 33.

151 FPMA, M 2414 f° 93.

152 AMA, BB 106 fos 297, 278.

153 AMA, CC 745 fos 18-33.

154 Institution charitable créée par Marie Besson en 1739 pour les pauvres et les convalescents.

155 AMA, BB 106 f° 293.

156 BMA, M 867.

157 AMA, AA 20 f° 183.

158 Abbé P. Ardouin, op. cit., p. 208.

159 R. Bruni, op. cit., p. 106.

160 AMA, GG 27 f° 145.

161 AMA, GG 30 cahier 3.

162 Le sieur Brunet fut aussi atteint de la peste.

163 AMA, BB 106 fos 264, 321.

164 AMA, GG 27 fos 210, 226, 51.

165 AMA, CC 745.

166 AMA, BB 106 f° 338.

167 M. Baudat, « Du collège d’Arles au Museon Arlaten, Histoire et devenir d’un établissement de jésuites dans Arles », coll. « Histoire d’Arles », n° 7, Société des Amis du Vieil Arles, 1996. Source : FPMA, M 232 p. 145-152.

168 AMA, GG 1 pièce 8.

169 M. Baudat, op. cit.

170 AMA, GG 27 f° 266.

171 AMA, GG 208.

172 AMA, GG 27 fos 266, 394, 389.

173 AMA, GG 135 bis.

174 FPMA, M 131. Voir sa transcription et sa traduction dans R. Bertrand et M. Baudat, Aux origines du monuments aux morts, op. cit., p. 545.

175 FPMA, M 2414 f° 94.

176 AMA, GG 30.

177 AMA, GG 160.

178 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 100.

179 AMA, GG 230.

180 AMA, GG 27 fos 167, 166, 163.

181 AMA, BB 106 f° 711.

182 AMA, BB 46 f° 263.

183 AMA, IIE 351.

184 AMA, GG 150.

185 Cette enfant est la fille de Philippe Portat (ou Portes ?), entrepreneur de la manufacture royale de cette ville. Cette manufacture de draps de brève existence a donc été reconnue quelques temps comme telle.

186 D’autres enfants ont été ondoyés dans leur maison en ville, où leurs parents sont restés. Marie-Marguerite Maillard, fille de Georges Maillard, marchand tapissier, née en juin 1721, a été ondoyée par la sage-femme. Pierre Bernard, fils d’Antoine Barand, meunier, né en juillet est dans le même cas. Tous auront un supplément de baptême.

187 L. Stouff, op. cit., p. 120.

188 R. Aubenas, Le testament en Provence dans l’ancien droi, Aix-en-Provence, Imprimerie Roubaud, 1927, p. 165. La loi Casus majoris exigeait en principe pour les testaments faits en temps de peste le même nombre de témoins que pour les testaments ordinaires soit sept. En réalité, cela n’étant pas possible, cinq témoins sont autorisés en Provence en cas de peste, mais deux peuvent suffire.

189 AMA, GG 27 fos 252, 255.

190 AMA, GG 32 f° 251.

191 AD BdR, 404 E 1048 fos 305, 318.

192 R. Aubenas, op. cit., p. 161.

193 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, P. Ariès et P. Mandrou (dir.), Paris, Plon, coll. « Civilisations et mentalités », 1973, p. 114.

194 AD BdR, 401 E 372.

195 AD BdR, 401 E 302 fos 584, 591.

196 AMA, GG 150.

197 AMA, M 272 f° 29.

198 AMA, GG 135 bis f° 2.

199 AD BdR, 405 E f° 1185.

200 AMA, BB 106 f° 411.

Table des illustrations

Légende Malades et morts dans les infirmeries en juillet, août et septembre 1721
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Décès dans les paroisses de la ville (Cahier 4, GG 30)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Morts dans les infirmeries pendant l’été 1721 (GG30)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Nombre total des morts de la peste à Arles à partir des documents officiels, d’après Caroline Boyer-Brisson
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Nombre de décès par tranche d'âge d'après le cahier 13 du registre GG 30
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Nombre de décès par sexe d’après le cahier 13 du registre GG 30
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Nombre de décès par sexe et âge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Nombre de décès par profession d’après le cahier 13 du registre GG 30
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Les baptêmes, mariages et décès à l’église Sainte-Croix entre 1707 et 1726
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Ill. 7 - Portrait de l’archevêque Forbin-Janson (1711-1741), © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6720/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540