Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

La peste : récit des événements

Texte intégral

Les précédents arlésiens : une « culture de la peste »

  • 1 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens ; 1. L (...)

1L’histoire de la peste à Arles suit celle des épidémies régionales, nationales et européennes. Jean-Noël Biraben1 indique que, d’après Procope, la première peste connue pour Arles est la « peste justinienne » qui, à partir de 541 envahit tout le bassin méditerranéen. L’épidémie est à nouveau à Arles en 549, d’après Grégoire de Tours, puis en 599 et 600 et entre 630 et 655. Il s’agit sans doute de l’arrivée de la peste en Occident.

  • 2 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, PUP, 1986, p. 120.
  • 3 J.-N. Biraben note qu’à partir de cette date et jusqu’en 1670, la peste sévit chaque année en Europ (...)
  • 4 L. Stouff, op. cit., p. 123.
  • 5 FPMA, M 2413 f° 93.

2Louis Stouff2 a étudié les épidémies arlésiennes de la fin du Moyen Âge à partir de 13483, année pendant laquelle la peste sévit d’avril à août. Cent vingt testaments sont mentionnés pour cette période, ce qui est un chiffre tout à fait exceptionnel. Mais le nombre total de morts n’est pas connu. Il cite Bertran Boysset, chroniqueur arlésien de la fin du Moyen Âge qui parle pour 1397-1398 d’une grande mortalité de Pâques au mois de janvier suivant : les gens moururent de « bosas » et de « carboncles » ; il signale une plus grande mortalité chez les enfants et les gens jeunes. Les Arlésiens voient mourir 20 à 25 personnes par jour. Le manque de main-d’œuvre est durement ressenti par moments : « en 1351, 1352, 1425, les bras font défaut aussi bien pour la garde des troupeaux que pour la culture de la terre… »4. Laurent Bonnemant remarque, à partir des testaments, qu’il s’agit en majorité d’habitants des paroisses de la Major, de Saint-Julien et de Saint-Isidore, donc des quartiers Est de la ville ; on continue d’enterrer les morts dans les églises sans aucune précaution5.

Ill. 2 - Carte des principaux lieux de Camargue et de Crau cités dans le texte, réalisée par Robert Fiengo et Antoine Lemaire, 2007

  • 6 F. Braudel, L’identité de la France. Les hommes et les choses, t. II, Paris, Flammarion, 1986, p. 1 (...)
  • 7 FPMA, M 2413 f° 127.
  • 8 AMA, BB 4.

3À partir de cette période, « la peste n’allait plus quitter l’Occident ; elle ne cessera d’y aller et d’y venir, de s’effacer ici pour réapparaître là, puis revenir sur ses pas »6. Cette constatation de Fernand Braudel peut tout à fait s’appliquer à Arles. Durant le XVe siècle, Louis Stouff signale « une bonne quinzaine d’assauts de la peste » qui maintiennent un taux de mortalité élevé, en 1428-1429 en particulier. Après cette dernière épidémie, les consuls cherchèrent à repeupler leur territoire : on accorda le droit de bourgeoisie et l’exemption pendant six ans de tout impôt aux personnes étrangères qui s’établiraient à Arles7. La menace subsiste encore pendant la décennie suivante, la peste étant plusieurs fois aux portes de la ville. Quelques années d’accalmie entre 1443 et 1454 : rien n’est en tout cas noté dans les registres du conseil ; puis en 1455 de nouvelles précautions sont prises car la peste fait des ravages en Languedoc8.

Ill. 3 - Plan d’Arles avec les principaux lieux cités dans le texte, réalisée par Robert Fiengo et Antoine Lemaire, 2007

  • 9 AMA, BB 5.
  • 10 L. Stouff, op. cit., p. 124.
  • 11 AMA, BB 6.
  • 12 FPMA, M 2413 fos 190, 219.
  • 13 AMA, BB 10.
  • 14 AMA, BB 12.
  • 15 AMA, BB 13.
  • 16 FPMA, M 2413 fos 224, 235.
  • 17 F. Reynaud, op. cit., p. 4.
  • 18 I. Debilly, « Temps de peste aux Baux-de-Provence », Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juil (...)
  • 19 AMA, BB 25.
  • 20 AMA, BB 12.
  • 21 AMA, GG 15-16.
  • 22 AMA, GG 18 f° 9.
  • 23 AMA, BB 26.
  • 24 AMA, BB 27.
  • 25 FPMA, M 516, f° 39.
  • 26 FPMA, FPMA, M 2413 f° 277.

4En 1456, les Saintes-Maries, et en 1468, Beaucaire refusent d’accueillir les Arlésiens en fuite. Le conseil d’Arles décide d’accorder 100 florins au viguier pour les services rendus pendant cette dernière épidémie9. Mais il faut être prudent à propos des termes « peste » ou « fièvre pestilentielle » qui s’applique alors souvent aux épidémies de « fièvres » diverses. Il ne s’agit sans doute pas toujours de la peste stricto sensu, dans sa forme bubonique ou pulmonaire. La période 1483-1484 est particulièrement dramatique. Dans les textes, trois mots la désignent : pestis, mortalitas, epidemia. La durée des épidémies varie de plusieurs semaines à près de deux ans. Les conséquences sont dramatiques. Fuyant la mort, les gens quittent la ville : « … Arles connaît ces migrations dans les deux sens ; afflux d’étrangers arrivant des régions infestées dont il faut se protéger, départ précipité des « cives et habitatores Arelatis »10. Mais les Arlésiens s’organisent : un hôpital pour les pestiférés est construit dans le quartier du Molar (Mouleyrès)11. Jusqu’à la fin du siècle, il y a des alertes incessantes dans le Languedoc, à Marseille, à Nice, et les registres du conseil montrent qu’Arles multiplie les précautions pour ne pas être atteinte. En fait, la situation ne s’améliore pas dans les premières décennies du XVIe siècle. Dès 1505-1506, on retrouve le terme de « bossa » pour caractériser la maladie qui sévit12. Le conseil, en 1522 doit se préoccuper « de pourvoir la ville et la campagne de médecins dans la crainte de la peste »13. Quelques années plus tard, en 1532, la ville est fermée pour cause d’épidémie14. On cherche sans cesse de nouveaux remèdes : une aumône est offerte à un médecin étranger qui en a inventé une formule15. 1543-1544-1560 sont encore des années où la peste est aux portes de la ville. Les consuls prient le médecin Valériole (est-il l’aïeul de l’auteur d’un ouvrage sur la peste cité plus bas à propos de l’épidémie de 1629 ?) de venir à leur secours. Une nouvelle et très grave épidémie frappe à nouveau la ville et la région de 1579 à 1581. La grande majorité des habitants fuient, si bien que la garde n’est plus assurée et doit être réorganisée. Une désinfection des maisons est engagée et la ville doit emprunter pour faire face aux dépenses. Un hôpital des pestiférés existe déjà à cette époque, mais un nouveau est bâti, hors de la ville. Il s’agit sans doute de l’infirmerie Saint-Roch dont il sera question plus loin16. Les villes de Fos et Martigues se plaignent du fait que tout échange avec Arles est impossible. À Marseille, en un an, il y a 20 000 morts17. L’épidémie suivante, celle de 1587-1588 atteint toute la région dont les villages. Aux Baux, elle fait 114 victimes18. En 1629 et 1630, la peste est de nouveau à Arles et la situation est vite alarmante. Un premier registre est tenu régulièrement par un bureau de santé à Arles, ou en tout cas conservé encore aujourd’hui. Il couvre la période allant du 1er août 1629 au 27 septembre 1630. Marseille est également atteinte. Arles envoie 12 000 sétiers de blé à cette ville qui est « affligée de la peste et de la famine ». Des offres de service sont faits également à la ville d’Avignon qui souffre du même mal19. Les registres des comptes de l’infirmerie montrent que celle-ci accueille des malades du 27 juillet au 23 septembre 162920. Entre début août 1629 et fin juin 1630, près de 300 « suspects » entrent en quarantaine. Pour les mêmes dates 480 pestiférés sont soignés dans l’infirmerie. Chaque rôle, celui des quarantenaires et celui des infirmeries, est tenu avec soin21. Les précautions durent encore en 1631 : on interdit de fêter la Pentecôte et on condamne à une amende les personnes qui ne se soumettent pas aux ordres du bureau de santé22. Le chiffre global de 800 à 900 morts est avancé par Baehrel qui dit avoir également trouvé mention de 1 500 morts pour cette épidémie. Pendant cet épisode, un médecin se distingue particulièrement. Il s’agit de Nicolas de Valériolle qui officie à Arles. La ville lui donne en 1630 une indemnité de 3 000 livres pour ses bons services. Il a publié à Avignon une petit ouvrage « L’ordre politique tenu en la ville d’Arles en temps de peste, année 1629 par M. Nicolas de Valériolle, docteur en médecine, avec plusieurs controverses et résolutions », conservé à l’hôtel de ville. Comme lors des autres épidémies et comme ce sera le cas en 1721, l’interdiction de toute circulation dans la région rend impossible la venue, pour la moisson, de la main-d’œuvre extérieure indispensable. La ville fait acheter des faux, des faucilles, des pierres à aiguiser pour les distribuer aux habitants à cause « du manque probable des moissonneurs étrangers »23. La situation de vigilance continue les années suivantes puisqu’en 1639, un cordon sanitaire est établi sur le Rhône pour éviter tout échange avec Lyon où règne la peste24. Sans succès : en 1640, l’épidémie est là et la ville s’organise avec, semble-t-il, de plus en plus d’efficacité. Après les emprunts habituels, Arles est divisée par le service médical en cinq quartiers. De nouveau, la tenue d’un registre spécifique permet de compter au total 1 080 entrées dans les infirmeries et 407 morts. Cette épidémie est donc moins meurtrière que celle de 1629. Mais une autre source donne le chiffre de 693 morts25. Comme ce sera le cas en 1720, la peste a démarré dans les arènes « au milieu de cette population misérable des arènes, population mal saine, mal nourrie, mal vêtue, appauvrie par le travail des champs et les privations de toute espèce, vivant presque sans air dans les bouges humides et étroits qu’elle s’était arrangés dans l’intérieur et jusque dans les souterrains du monument »26.

5Tous ces gens sont alors enfermés dans l’amphithéâtre, puis évacués hors de la ville et logés dans des cabanes en planches construites à la hâte.

  • 27 AMA, BB 29.
  • 28 AMA, BB 34 f° 62.
  • 29 AMA, BB 78.
  • 30 J. Delumeau et Y. Lequin (dir.), Les malheurs des temps, Histoire des fléaux et des calamités en Fr (...)

6La Provence subit continuellement les assauts de la peste. En 1650, Il est projeté de transférer le parlement d’Aix à Arles, si l’épidémie s’étend27. Nouvelle alerte en 1664 : la peste est à Aix et à Toulon28. On reconstruit les murs de clôture de l’infirmerie arlésienne29. Ces épidémies ont beaucoup de point commun avec la grande épidémie du XVIIIe siècle. En effet, c’est à partir du XVIe siècle que les villes ont commencé à organiser la lutte, pour arriver dans la deuxième moitié du XVIIe à une prise en compte au niveau national. Jean Delumeau et Yves Lequin30 décrivent ainsi cette évolution :

Certes, au XVIe et dans la première moitié du siècle suivant, la lutte contre la peste s’est organisée. On a pris conscience du caractère épidémique de la maladie et cherché à s’en prémunir soit par l’isolement soit par la fuite. C’est ce qui explique diverses mesures prises par les villes dès qu’elle menace : fermeture des portes pour interdire l’accès de l’agglomération aux personnes en provenance des régions suspectes, expulsion des mendiants et vagabonds, isolement immédiat des premiers malades déclarés, ouverture d’un sanitat hors les murs pour recueillir tous les malades, sans parler de la fuite de la plupart des notables.

7Ils soulignent qu’il n’y a encore aucune mesure prise à l’échelle du royaume. Mais lorsque la peste, qui s’est déclarée à Amsterdam en 1663, gagne Lille en 1667 puis les villes et villages du nord, Colbert prend toutes les décisions nécessaires pour éviter que le mal se propage :

… Malgré les plaintes intéressées qu’il reçoit de toutes parts, il ordonne aux intendants concernés de ne pas relâcher les efforts entrepris pour freiner l’extension du mal. Le fait que la capitale et le reste du royaume aient été épargnés est à mettre au crédit de cette politique menée par le pouvoir central.

  • 31 H.-P. Jeudy, Le désir de catastrophe, Paris, Aubier/Resonnances, 1990, p. 9, 81.

8Une politique semblable sera appliquée et limitera sans doute les ravages lors de l’épidémie de 1720-1721. Comme l’indique Henri-Pierre Jeudy31, « La conjuration de la calamité suppose toujours que l’événement désastreux se soit déjà produit quelque part. Il y a un lieu-témoin, un territoire tenant lieu de preuve à conviction pour impulser les mesures d’urgence ».

9Mais les décisions de l’État ne suffisent pas. La conscience de la gravité du risque doit être présente au sein des populations menacées. Jeudy parle un peu plus loin « d’archéologie du savoir social » en cas de risque et de difficulté, qu’il définit ainsi :

« Traditionnellement, les habitants d’une ville ou d’un territoire ont toujours su se défendre contre des menaces. Malgré des moyens limités, un certain savoir social sur les risques est enraciné dans des pratiques urbaines et rurales. Il fait partie des traces de mémoire et se transmet de génération en génération ».

Des risques connus et identifiés

10Les consuls d’Arles ont-ils eu en 1720 la possibilité d’évaluer à sa juste valeur le risque que représentait l’épidémie provençale ? Il semble que oui.

  • 32 J.-N. Biraben, op. cit., p. 238.
  • 33 P. Gaffarel et Mis. de Duranty, La peste de 1720 à Marseille et en France d’après des documents iné (...)
  • 34 FPMA, M 517, pièce 5.
  • 35 AMA, GG 24.

11La ville en effet est atteinte six mois après Marseille. Avant elle, Cassis, Aix, Apt, Toulon, Digne, Pertuis et Bandol ont subi la contagion32. De nombreux courriers circulent entre les villes et Arles vient en aide à celles qui sont atteintes. De ce fait même, les consuls sont largement prévenus de la mortalité et des pénuries endurées par les populations infestées. D’ailleurs la municipalité a réagi très rapidement à l’annonce officielle de la peste à Marseille qui est reconnue le 1er août 1720. Une lettre a été envoyée le 4 août par les échevins de Marseille pour déclarer l’épidémie aux procureurs du pays, aux consuls de Toulon, d’Arles, de la Ciotat et des Martigues33. Celle-ci flambe très rapidement, puisque début septembre il y avait déjà environ 30 000 morts selon J.-N. Biraben. Des descriptions apocalyptiques arrivent à Arles. L’archevêque d’Arles Jacques de Forbin Janson reçoit une lettre écrite le 4 septembre 1720 par Monseigneur de Belsunce, qui ne laisse aucun doute sur l’horreur de la situation marseillaise34 (voir en annexe p.). Même si ce type de courrier n’a été connu que par les autorités religieuses et politiques de la ville, la population dans son ensemble avait certainement connaissance des rumeurs alarmantes qui circulaient sur la situation marseillaise, malgré l’interruption partielle des communications. Enfin, on a vu que le XVIIe siècle, quelques générations auparavant, avait connu des épisodes épidémiques importants. Les consuls conservent dans les archives communales, à l’hôtel de ville plusieurs ouvrages décrivant la maladie et donnant des conseils de prévention et de soins. Parmi eux, « Le capucin charitable enseignant la méthode pour remédier aux grandes misères que la peste a coutume de causer parmy les peuples ». Il est dédié à « Messieurs les Magistrats et Intendants de Police des Villes de France » par le père Maurice de Tolon, prêtre capucin et est édité à Paris en 166235.

  • 36 AMA, GG 26, pièce 17, 19.
  • 37 Pierre, Joseph, Hyacinthe de Rouairoux, marquis de Caylus (1673-1736), est nommé au commandement d’ (...)

12Le livre de Valériolle cité plus haut semble être également connu des autorités arlésiennes, tout comme le mémoire fait en 1696 par Jean de L’Hoste, docteur en médecine, « en la prière de Messieurs les maires et consuls sur la conduite à tenir dans la ville d’Arles en cas de peste »36. Ces deux pièces sont conservées dans les registres municipaux consacrés à la peste, ce qui peut faire penser qu’ils faisaient partie des archives consultables. Les autorités arlésiennes reçoivent bien sûr tous les arrêts du Parlement de Provence, autre moyen de comprendre la gravité de la situation et de se préparer au pire. Parmi eux, l’arrêt de Cardin Lebret fait à Barbentane le 24 août 1720, interdit toute communication entre les mas du terroir d’Arles. Des affiches comportant ces textes sont apposées dans les rues. En septembre 1720, M. de Beaumont, commandant d’Arles, reçoit une instruction précise et nominative envoyée par M. de Caylus, lieutenant général de Provence37, concernant les mesures à prendre pour la préservation de la communauté. Elle a été envoyée dans toutes les vigueries et concerne principalement toutes les questions ayant trait à la fermeture des villes et villages, la circulation des hommes, les certificats de santé, l’enfermement des mendiants et « gens sans aveu ». Elle préconise deux visites par semaine du terroir pour vérifier que toutes ces mesures sont bien appliquées. On peut imaginer, dans le cas arlésien, que la dimension du terroir et la dispersion des mas et des hameaux a dû poser quelques problèmes aux consuls.

  • 38 AMA, GG 27 f° 4.
  • 39 G. Buti, La peste à La Valette (1720-1721), Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 39.

13C’est donc dans une ville qui pense être préparée au pire, que s’abattra la « contagion ». Les Arlésiens sont pleins d’espoir en la miséricorde de Dieu, en l’efficacité des mesures prises et sont déterminés à la lutte. Les registres de délibération du conseil permettent de connaître de façon précise et directe le déroulement des événements liés à l’approche de l’épidémie : c’est le 22 août 1720 que les comptes-rendus de ce conseil font état pour la première fois de la déclaration de l’épidémie de peste à Marseille soit trois semaine après la déclaration officielle. Mais les consuls d’Arles avaient anticipé cette reconnaissance puisqu’un premier bureau de santé s’est réuni le 31 juillet, c’est-à-dire la veille de cette annonce et qu’ils avaient promulgué un règlement de santé38. Celui-ci annonce les premières mesures prises en cas de menace grave d’épidémie, s’inspirant sans aucun doute de tous les documents en leur possession cités plus haut : il est interdit aux cabaretiers d’accueillir des étrangers et aux habitants d’en héberger, des corps de garde sont institués dans le terroir et aux portes de la ville ; il est interdit aux patrons de barque et aux mariniers de traverser le Rhône à Arles car les seuls lieux de passage possibles sont Fourques et Saint-Gilles. Le but de ce règlement est visiblement d’éviter tout contact extérieur qui favorise la propagation du mal. Les deux instances, conseil municipal et bureau de santé, plusieurs membres siégeant dans les deux organismes, fonctionnent parallèlement jusqu’au mois de décembre, le conseil de ville entérinant les décisions prises lors des réunions du bureau. Ce fonctionnement a été immédiatement mis en place par les autorités arlésiennes. À propos de la petite ville de La Valette (en Provence) durement touchée par l’épidémie en 1721, Gilbert Buti39 décrit la personnalité des membres du bureau de santé dont la responsabilité est si lourde : « Qualité morale, honorabilité et non compétences médicales semblent les critères déterminants dans la désignation de ce personnel à qui est confiée la protection sanitaire du bourg… ».

  • 40 AMA, BB 44 f° 429.

14Les membres du bureau de santé d’Arles correspondent-ils à cette description ? En tout cas, ils sont 28 au total, dont neuf nobles (sans compter les avocats) et 19 bourgeois. Le conseil de ville compte, outre les quatre consuls, 140 conseillers qui ont été élus le 25 mars 172040. Les quatre consuls, Jacques de Gleyse de Fourchon (noble), Pierre Grossy (avocat), Pierre Brunet et Jean Chartroux (bourgeois), signent tous les courriers officiels de la ville, même après le 1er décembre 1720, lorsque seul le bureau de santé continuera à se réunir : il n’y aura plus alors aucun conseil de ville pendant toute la durée de la peste. Qui sont ces consuls dont le rôle sera si important, à la fois dans la gestion des actions préventives, mais aussi dans celle de l’épidémie ?

  • 41 FPMA, M 299, M 2347.
  • 42 FPMA, M 246.

15Jacques de Gleyse Fourchon est le fils d’Antoine de Gleyse et de Catherine de Grille. La famille Gleyse semble être arrivée à Arles en provenance d’Albi au milieu du XVIe siècle, assume dès cette époque des charges municipales et compte plusieurs consuls. Jacques de Gleyse est né le 31 mai 1670. En 1692, il épouse Magdeleine de Tieuloy, de Beaucaire. Bien que son grand-père, Honoré de Gleize, avocat et 2e consul en 1662, ait été déclaré non noble en 1664, il est admis au conseil en 1705 en tant que noble « de sang et d’armes », sans lettres de réhabilitation mais comme fils et petit-fils de docteurs en loi41. Il est propriétaire du domaine de Fourchon, au sud d’Arles. Il est premier consul de mars 1720 jusqu’au moment de sa mort, le 5 juillet 1721, son mandat et celui des trois autres consuls ayant été prolongé par le roi pendant l’épidémie. Nous ne connaissons que peu de chose sur Pierre Grossy. Il appartient à une famille de juristes. Son aïeul, Guillaume Grossy est 3e consul en 1669, 1680, 1692. Jean Grossy (son père ?), est consul en 171142. Il est 2e consul en 1720 et meurt de la peste en juillet 1721.

16Pierre Brunet, a la charge de 3e consul. Il appartient à une famille qui viendrait de Manosque et qui a assumé de nombreuses fonctions municipales depuis le Moyen Âge. Ils ont été plusieurs fois sous-clavaires, capitaines de guet, viguiers, consuls, trésoriers (un autre Pierre Brunet est trésorier de la ville en 1721 et meurt de la peste). Il résiste à l’épidémie.

  • 43 FPMA, M 227.

17Jean Chartroux est le descendant d’une famille qui s’illustra pendant les guerres de religion et qui faisait partie de la puissante corporation des pêcheurs d’Arles. Son aïeul, Antoine Chartroux acheta les terres de Loinville, en Camargue, en 1661. Les somptueuses funérailles du fils de celui-ci, Jean Chartroux-Loinville, époux de Marie Gros-Boussicaud, mort pendant sa charge de consul en 1694, sont racontées par le chroniqueur Louis Pic43. Le 4e consul élu en 1720 est le fils de Jean Chartroux-Loinville. Tombé malade en 1721, il guérit. Dans la liste ci-dessus des membres du bureau de santé, 18 font partie des conseillers municipaux.

L’arrivée de la peste : la mise en place d’une protection efficace ?

  • 44 AMA, GG 27.

18Le récit chronologique qui suit a pour source essentielle, nous l’avons vu, le registre de délibérations qui contient les comptes-rendus des conseils tenus jusqu’au 1er décembre 1720, mais surtout celui, précieux, qui renferme « le journal » des réunions du bureau de santé44, à partir du 31 juillet de cette même année jusqu’à juin 1724 et dont il a été question plus haut à propos des sources essentielles qui permettent d’étudier l’épidémie arlésienne.

19Il est intéressant de voir s’il existe des documents semblables dans d’autres villes provençales pour cette même période. La « relation » de la peste de 1721 rédigée à Toulon, par le chevalier d’Antrechaux, premier consul, publiée en 1756, est à citer comme une source importante, en lien direct avec le pouvoir municipal. Mais il s’agit principalement d’un vade-mecum à l’usage des autorités des villes, plus que d’un compte-rendu des réunions.

  • 45 G. Buti, La peste à la Valette (1720-1721), op. cit., et Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, (...)
  • 46 G. Buti, op. cit., p. 59.
  • 47 AMA, GG 27, fos 1-44.

20À La Valette, il existe le « livre jaune »45, registre municipal où sont conservés les récits ou les données de Jean-François Bouyon, notaire et greffier de la communauté pendant la peste (il sera 2e consul après l’épidémie). La progression du mal, les mesures prises, les dépenses sont présentées sur 53 folios, au milieu d’inventaires et archives diverses antérieurs et postérieurs. Gilbert Buti, historien de la peste dans cette localité, écrit à ce sujet : « Les informations disponibles sont de nature diverse. D’une part, nous trouvons un ensemble de pièces comptables relatives à des frais engagés au moment de l’épidémie (achats, emprunts, état des fournitures)…, d’autre part, sont effectués divers états des personnes… Enfin le greffier a recopié un remède contre la peste et rédigé une brève relation du temps de la contagion »46. Particularité intéressante, ces feuilles sont illustrées de dessins. À côté de ce document au contenu divers, le registre du bureau de santé arlésien se présente plutôt comme un journal des événements. Toutes les pièces administratives concernant la peste sont conservées dans d’autres registres. Les hommes réunis lors du premier bureau de santé du 31 juillet47 à 10 heures du matin dans la salle du conseil de l’hôtel de ville avec les consuls et les conseillers déterminent que ce bureau est « composé d’un certain nombre de personnes qui s’assemblent tous les jours dans l’hôtel de ville avec les consuls pour décider les cas qui peuvent arriver et pourvoir a ce qui est nécessaire dans ces temps de calamité ; ils ont jeté les yeux sur les personnes cy après nommées qui seront intendants de santé durant quinze jours seulement, passés lesquels il en sera choisi d’autres qui fairont la même fonction pendant le même espace de temps, ce qui sera continué de cette forme jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucun sujet de crainte sur ce fait là ».

21Sur l’ensemble du conseil de ville, 36 sont présents. Parmi eux, nous l’avons vu, sont choisis 28 intendants de santé, avec un nombre égal de nobles et de bourgeois, comme c’est le cas pour le conseil lui-même. Aucun cas de peste n’est encore signalé à Arles. Les premières décisions prises sont, bien entendu, préventives, comme celles déjà décidées par le conseil de ville. Elles consistent avant tout à empêcher que gens et marchandises contaminés ne rentrent dans Arles : des ballots de laine arrivés sur la barque du patron Peyrot avec une patente de santé des consuls de Martigues sont autorisés à entrer mais on doit les purifier, donc on les garde enfermés jusqu’à nouvel ordre. Des patrons de barque arrivés à Arles sans patente sont condamnés à payer des amendes. Toutes ces barques doivent rester à l’île des châtaignes, sur le Rhône, jusqu’à nouvel ordre, avec leurs patrons. Leurs femmes ne doivent pas les approcher, mais peuvent apporter des vivres, de loin.

  • 48 AMA, BB 44 f° 951.

22Grâce au règlement qui est adopté, lors d’une seconde réunion l’après‑midi, des mesures concrètes sont rapidement prises. Elles ont pour objet d’organiser le blocus de la ville : l’entrée en ville est refusé aux dames de Gouin et Beauchamp (Madame de Beauchamp est une arlésienne mariée à Marseille), leurs domestiques et leurs voitures. Elles viennent d’Allauch, près de Marseille, et ont séjourné quelques jours à Aix : « Allauch est à une lieue seulement de Marseille » indiquent les consuls, sous-estimant la distance réelle entre les deux localités. Elles seront mises en quarantaine. On ne tient pas compte de leur condition. Pas de dérogations, pour l’instant du moins ; la fermeté semble l’attitude adoptée. La garde est doublée et suivant l’arrêt de l’intendant, on ne pourra désormais entrer en ville qu’avec un billet de santé48. Il est décidé de faire une milice bourgeoise. Seules les portes du Marcanou (Marché neuf), au sud de la ville et celle du pont sur le Rhône resteront ouvertes de 5 heures du matin à 8 heures du soir. La porte de Rousset (au bord du Rhône, à l’est du grand prieuré de Malte) sera ouverte pour les provisions d’eau de 7 heures du matin à midi. Celle de Saint-Jean (à l’ouest du grand prieuré) de 14 heures à 19 heures Toutes auront des sentinelles. Les autres portes seront fermées. Le lendemain, on établit un corps de garde sur les murailles et une chaloupe armée sur le Rhône « qui croisera la rivière durant la nuit prez la ville avec ordre d’arrêter les barques qui voudront traverser et en cas de résistance de leur tirer dessus ».

23Le système de protection mis en place est-il réellement fiable ?

  • 49 J.-N. Biraben, op. cit., p. 245.

24Tout d’abord, ces mesures paraissent tardives (les premiers cas de peste à Marseille datent du mois de mai précédent). Mais il ne faut pas oublier que les échevins marseillais ne reconnaissent officiellement l’épidémie que début août. Elles semblent en tout cas immédiatement rigoureuses, comme si les autorités arlésiennes avaient pris conscience d’un coup de l’extrême gravité de la situation et avaient joué aussitôt la carte de l’efficacité, sans transition. Reste le problème de leur portée réelle et surtout de leur véritable application au-delà de quelques jours. Comme pour les ports de Marseille, Toulon ou Martigues, toute circulation n’est pas complètement interrompue et les patentes de santé délivrées sont sans doute d’une rigueur relative. Sur terre, plus qu’au XVIIe siècle, des cordons sanitaires ont été établis dans toute la région. Ils comportent des postes installés dans des maisons réquisitionnées à cet effet ou dans des constructions sommaires. Mais l’étanchéité de ces cordons n’est pas complète49.

  • 50 AMA, GG 27 fos 8, 10, 34, 39, 40.
  • 51 AMA, CC 848.
  • 52 Le setier équivalait à un peu moins de 58 litres.

25Enfin, nous verrons plus loin que, dans plusieurs cas, des dérogations, des attitudes laxistes, surtout à l’intérieur du terroir, pour les Arlésiens eux-mêmes, permettent en réalité aux personnes de circuler beaucoup plus facilement qu’il n’est dit dans les textes. Existe-t-il alors deux réalités ? Celle des règlements et des comptes-rendus des bureaux de santé où tout correspond aux ordonnances de l’intendant, et celle du terrain, beaucoup moins rigoureuse ? Le registre du bureau de santé est-il alors avant tout destiné à montrer aux autorités supérieures que toutes les mesures nécessaires ont été prises ? Les achats préventifs sont faits rapidement. Dès le début du mois d’août, on se préoccupe de faire des provisions de bois, romarin, herbes odorantes, et de grains de genièvre50. 10 000 gerbes de tamaris sont ramassées au patis de la Trinité en Camargue. Les herbes sont commandées aux habitants de Fontvieille. Fin septembre, il est demandé aux apothicaires et droguistes une déclaration des drogues qu’ils ont chez eux. Si besoin, ils doivent en commander. L’organisation du ravitaillement est bien sûr un souci majeur pour les membres du bureau de santé. Les registres de comptabilité et en particulier « les comptes des blés en 1720 »51 montrent de nombreux achats de blé par les consuls entre avril et août 1720, au prix moyen de 11 livres le setier52, prix quasi normal. Le blé vient de Bourgogne, de Tarascon et à partir de fin juin du terroir d’Arles, lorsque les moissons sont terminées. La dépense totale est de 66 654 livres, 58 888 livres pour le blé venu de l’extérieur entre avril et juin et 7 766 livres pour le blé local. Les achats sont donc très importants en prévision de l’épidémie. Il est prévu aussi « quantités de sacs pour faire porter aux moulins les bleds qu’il est nécessaire de faire convertir en farine pour servir en cas de malheur ».

  • 53 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 108.

26Il n’y a pas traces d’un véritable recensement de la population pour avoir une évaluation du nombre de personnes à nourrir, comme cela a été fait à Toulon, Alès et Avignon53. Mais il est demandé aux commissaires de quartier de faire un dénombrement des personnes qui « en cas de malheur, veulent rester dans la ville et luy offrir ses services… ».

  • 54 AMA, GG 35 fos 118, 139.
  • 55 FPMA, M 516, fos 9, 10.

27Quatre de ces documents ont été conservés : celui dressé par le curé de la paroisse Saint-Martin54 qui recense 88 familles, de Notre-Dame de la Major, 216 familles, de la paroisse Saint-Lucien, 22 familles, et de Saint-Pierre de Trinquetaille, 89 familles, qui devraient être assistées, soit au total 435 familles et une estimation d’environ 1 800 personnes pour ces quatre paroisses. Il est noté que certaines ont encore pour 10 ou 20 jours de provisions (ces recensements sont faits le 1er janvier 1721). De nombreuses précautions sont prises pour le transport de marchandises, les Arlésiens ayant très peur d’être, à leur tour, contaminés. Mais la décision principale concerne la détection des malades. Elle est prise en compte lors d’une nouvelle réunion du bureau, le 3 août55 :

Toute personne étant morte en moins de 5 jours sera visitée par les médecins. Faute de quoi, les meubles seront brûlés et les personnes en quarantaine. Les curés n’iront pas dans ce cas aux enterrements.

28Il semble bien que l’interdiction de circuler ne soit pas respectée tout de suite, comme l’indique cette constatation faite par le bureau de santé du 23 août :

Les patrons ont resté longtemps d’obéir soubz des prétextes et ont fait intervenir leurs marchands qui ont escrit à Mgr l’intendant, mais non obstant ils ont esté obligés de sortir aprez leur avoir donné le temps pour s’avitailler, et à cause de leur désobéissance et la communication qu’ils ont prise avec ceux de la ville ils ont été condamnés à des amendes et un aux prisons, mais ils en ont esté quittes pour sortir du Rosne et aller faire leur 40ne à Toulon.

29On peut supposer que ces « patrons de barque » ont navigué sur le Rhône et sur la côte entre les principaux ports provençaux pendant plusieurs semaines. Le mois précédent, les membres du bureau de santé avaient indiqué qu’Arles ne possédait pas de lieu pour la quarantaine. En effet, lorsque le port recevait des bateaux venant du Levant, sans doute assez rarement, ils avaient été d’abord gardés en quarantaine dans la rade de Marseille et arrivaient avec une patente nette.

Le bureau a délibéré qu’attendu qu’en cette ville on n’est pas en usage de faire faire des 40nes et qu’il n’y a pas des endroits propres pour cela, lesd. patrons s’en retourneront avec leurs barques, équipages et marchandises à l’endroit d’où ils viennent soubs peines telles que de raison et que les barques qui viendront à l’avenir n’approcheront… (22 juillet 1720)

  • 56 AMA, BB 44 fos 468, 954, 956.
  • 57 Pièces historiques sur la peste de 1720 et d’une partie de la Provence en 1720, 1721, 1722, publiée (...)
  • 58 AMA, GG 27 fos 15, 14.

30Une lettre envoyée en décembre au marquis de Caylus à propos de balles de coton donne un éclairage intéressant sur la façon dont les marchandises du Levant arrivait à Arles via Marseille : les patrons arlésiens chargeaient sur leurs barques à Marseille les ballots de marchandise et les apportaient à Arles. Le conseil du 24 août (les conseils, très rapprochés, montre l’inquiétude des autorités) interdit à Madame de Lansac (de Barras de Lansac, une des plus grandes familles nobles de la ville) d’entrer avec sa femme de chambre : elles viennent de Marseille. À ce propos, les consuls d’Arles reprochent aux « Messieurs d’Aix » de donner trop facilement des billets de santé. L’arrivée de Madame de Beauchamp, qui possède un de ces billets56, et dont il est question plus haut, provoque une grande discussion entre les consuls. Monsieur de Castillon persuade le conseil de lui interdire l’accès de la ville malgré les ordres d’Aix. L’affaire va beaucoup plus loin, car la dame dépose une requête au Parlement. En retour, le 26 août, celui-ci promulgue un arrêt qui ajourne les consuls Jacques de Gleise-Fourchon, Marc-Antoine de Castillon, Jacques de Grille d’Estoublon, consuls et conseillers nobles et deux consuls bourgeois, André Richard et Pierre Chapus. Motif : ils ont refusé l’entrée à des personnes ayant des certificats de santé. Ces dames doivent entrer sans faire la quarantaine57. Le parlement revient finalement sur sa décision et ordonne finalement la quarantaine. On voit combien l’arrêt de la circulation entre les villes est relatif, sans doute parfois en fonction du niveau social. Le commerce est aussi une bonne raison d’oublier la prudence : le 3 juillet, les allèges de Marseille, chargées pour la foire de Beaucaire étaient passées librement à Arles. Au retour, cependant les Arlésiens les arrêtèrent. Il est vrai qu’officiellement, il n’y avait encore que des « soupçons » de peste. Mais dans le bureau de santé du 9 août58, il a été décidé qu’aucune personne venant de Marseille ne serait acceptée à Arles, pas même en quarantaine, mais « que ceux qui sont venus de Marseille jusqu’à aujourd’huy seront mis en quarantaine à l’endroit dit les infirmeries pour y rester durant l’espace de quarante jours après lesquels on les parfumera avec leurs habits ».

  • 59 J.-N. Biraben, op. cit., p. 248.
  • 60 AMA, BB 106 f° 227.

31Les soucis d’argent sont déjà préoccupants. Le 1er septembre, plusieurs consuls proposent de ne pas payer les dettes de la ville mais de garder l’argent au cas où l’épidémie gagnerait Arles. Cela veut dire que seulement quelques mois après avoir épongé le passif de la ville et supprimé les taxes, l’endettement a repris, peut-être à cause des achats préventifs de blé. Par ailleurs, la ville connaît d’importants problèmes dus aux mesures prises pour empêcher que la « contagion » ne gagne le Languedoc. Une ligne a été établie le long du Rhône, de Viviers jusqu’au delta59 : elle passe évidemment sur le terroir d’Arles. La lecture de la correspondance qui suit fait immédiatement ressortir cette spécificité de la commune arlésienne d’être une terre limitrophe entre deux régions. Elle a été écrite par les consuls d’Arles « à Monseigneur le marquis de Cailus, commandant pour Sa Majesté en Provence le 3 septembre 1720 »60 :

Monseigneur… nous avons l’honneur de vous représenter que la garde établie au Languedoc a fait un détachement de dix cavaliers qui se sont postés dans le terroir de Provence au lieu dit la pinède qui est une île bornée du coté du Languedoc par le canal de Sylvéréal allant de Peccais, lequel fait la séparation du Languedoc avec la Provence, ce canal étant anciennement le lit du Rhône, d’autre part par la mer, et de notre coté par le nouveau lit du Rhône qui se trouve aujourd’hui totalement de Provence depuis le commencement de la dite île jusqu’à la mer. Nos habitants ont le droit de faire dépaître leurs bestiaux sur cette île qui contient beaucoup d’herbages et les habitants de Notre-Dame de la mer en tirent comme étant leur terroir tout le bois qui leur est nécessaire pour leur chauffage et cuisage. Le passage n’étant pas permis n’y aux uns n’y aux autres cause à ces premiers un préjudice infini par le manque de nourriture de leurs bestiaux et ces derniers manquant de bois souffrent considérablement…
Signé : Grossy, Brunet, Chartroux, consuls, de Perrin Jonquières, sindic de Notre-Dame de la mer.

32Pour les consuls d’Arles les problèmes de subsistance commencent par la pénurie de bois : les îles de Camargue, dont la physionomie a été modifiée en 1711 lorsque le Rhône a changé de lit à cause d’une crue, fournissent les habitants en bois et fourrage, et ceux-ci n’y ont plus accès. Le 4 septembre M. d’Arlatan de Beaumont, chef d’une des familles les plus importantes de la ville, est nommé commandant d’Arles. C’est lui qui va avoir l’énorme responsabilité d’assurer la sécurité de la ville dans des temps qui s’annoncent particulièrement difficiles. Un autre aspect important apparaît dans les textes et en particulier dans les correspondances dès le début de l’épidémie provençale : l’importance des échanges et de l’entraide entre les différentes villes et principalement entre les ports de Provence. Les autorités locales se tiennent au courant de l’évolution des événements, se prodiguent des conseils et des encouragements, demandent ou promettent de l’aide. Cela apparaît clairement dans un courrier envoyé à Martigues écrit à « Messieurs les Intendants de la santé de la ville du Martigues le 7 septembre 1720 ». Il s’agit de faire respecter une quarantaine sans cesse contournée :

Messieurs… nous vous remercions des bons avis que vous nous donnés et nous éviterons certainement la communication de ceux qui vous ont paru suspects. Nous ne manquerons jamais de notre côté à vous aviser suivant les occasions de ce qui se passera et pourrait vous être utile. Nous sommes avec un parfait attachement, Messieurs…
Signé : Fourchon, Grossy, Brunet, Chartroux, consuls.

  • 61 AMA, GG 35 f° 89.
  • 62 AMA, BB 106 fos 228, 232.

33Concernant les problèmes de circulation, les ordres de l’intendant contredisent parfois les mesures prises, en fonction d’impératifs et de priorités difficiles parfois à comprendre par les autochtones. Les Arlésiens reçoivent l’ordre de ne pas empêcher la circulation du bois royal destiné à la Marine de Toulon. Les étrangers deviennent suspects. Dès le mois d’octobre, les habitants d’Arles doivent faire une déclaration des étrangers qu’ils logent ou qu’ils ont logé depuis deux mois. On compte alors 64 personnes, dont plusieurs sont contraintes de rester dans la ville à cause du blocus, en particulier une troupe de comédiens qui ne peut pas repartir. Parmi ces « étrangers » recensés, il y a des gens qui viennent de près, Tarascon, Beaucaire, Istres, Aix, Marseille, Sisteron, Pezenas, ou de loin, Bordeaux, Turin, Barcelone, Murcia, l’Irlande61. Quoi qu’il en soit, les échanges commerciaux doivent continuer, ne serait-ce que pour approvisionner les villes, et on trouve dans la correspondance municipale de septembre deux demandes de passeport au marquis de Caylus pour des fermiers et un commerçant. La première concerne les sieurs Michel et Tibert, fermiers de la boucherie d’Arles et leur valet qui doivent aller à la foire du Vigan, en Languedoc pour acheter de la viande62. La seconde, un nommé Étienne Jauvesan, marchand de bois, qui va à Vallabrègues acheter du bois « pour la provision des habitants de cette ville ». Cependant l’inquiétude des consuls monte, en particulier à propos de la recherche de moyens financiers. On reparle clairement d’emprunts. Au printemps 1720, dans l’euphorie de la dette éteinte, les consuls d’Arles n’avaient prévu aucune provision d’argent. Le 29 novembre 1720, ils écrivent à l’intendant :

Monseigneur… notre trésorier se trouve sans fonds et il ne luy reste que fort peu de chose à retirer de fermiers de la Communauté. Cependant le mal s’approche toujours de plus près, et si par malheur il venoit jusqu’à nous, nous serions perdus sans ressource faute d’argent, nous cherchons à en emprunter à tout prix jusqu’à présent nous ne voyons guère de gens ou en état ou en dispositions de nous en prêter, nous nous flattons pourtant de trouver quelque petite partie.

  • 63 AMA, BB 44 f° 959.

34Le conseil du 1er décembre lance effectivement des emprunts d’argent et de blé63. En réalité, les consuls semblent maintenant persuadés de l’arrivée de l’épidémie. Ils offrent eux-mêmes à la ville 800 sétiers de blé en espérant donner l’exemple et provoquer d’autres gestes généreux. Ce conseil de ville est le dernier de la période et il n’y en aura plus jusqu’au 18 décembre 1721. Entre ces dates, le bureau de santé, officiera seul. De septembre 1720 à début décembre de la même année, il n’est plus fait état officiellement de la « contagion ». Ce silence, en particulier en novembre où il semble bien que plusieurs cas de peste se soient déjà déclarés à Arles, d’après les chroniqueurs, montre-t-il l’embarras des consuls ? Ceux-ci n’ont-ils pas tiré de leçon de l’imprudence des autorités marseillaises ?

  • 64 FPMA, M 558 fos 13-14.

35Une fois les décisions limitant la circulation des personnes après la déclaration de l’épidémie à Marseille, les consuls d’Arles semblent avoir mis également du temps à réagir et ont peut-être perdu plusieurs semaines. Une partie des autorités nie l’évidence. Les opinions diffèrent y compris parmi les médecins. Bouchet de Faucon en témoigne, à propos de différentes villes64 :

  • 65 Cette visite eut sans doute lieu en octobre, l’épidémie fut officiellement déclarée à Martigues en (...)

Le Martigues estant soupçonné, Messieurs d’Arles en informèrent M. de Caylus qui y envoya Monsieur Simon65, le plus fameux médecin d’Arles. Les Messieurs de Martigues conduisirent ce médecin aux infirmeries ; ils luy firent visiter en apparence tous les malades de la ville, et, sur son rapport de la santé de Martigues, le commerce interrompu avec cette ville fut restabli. Cependant, la contagion y estoit réelle. Ils firent une députation authentique à M. de Caylus pour l’assurer que la ville estoit en santé, et trois jours après, pressés par le mal, ils firent leur déclaration.

36Ensuite, Bouchet de Faucon rejoint Nicolay pour critiquer sur l’attitude de M. de Caylus :

Cependant M. de Cailus, à Tarascon où il estoit establi, vivoit avec la mesme confiance que dans tout autre temps, et peut-estre qu’il se mocquoit des précautions qu’on ne pouvoit regarder que comme très prudentes et qu’il se repentit peut-estre de n’avoir pas pris.

37Mais la réalité de la situation rattrape les Arlésiens qui deviennent de plus en plus méfiants et les précautions prises de plus en plus importantes.

  • 66 AMA, BB 106 f° 229.

38Une lettre écrite à l’intendant de Provence le 6 octobre 1720 concerne le transport du blé vers Aix et les mesures pour éviter que des Aixois ne viennent jusqu’à Arles66 :

Monseigneur… Le transport des blés et de farine du munitionnaire qu’on fait de cette ville, où ils sont entreposés, dans celle d’Aix, ne sera point interrompu n’y retardé par le nouvel expédient que nous avons proposé à M. Perraut et qu’il a (accepté ?), c’est que les charretiers d’Aix ne viennent point à Arles et s’arrêtent à la barrière de Salon, où les charretiers d’Arles leur amèneront lesd. bleds ou farines, la dépense de ces voitures d’Aix et d’Arles sera la même que celle que fait le munitionnaire par les seules charettes d’Aix, et ce service également remply. Nos habitants nous ont demandé avec tant d’insistance d’empêcher les charretiers d’Aix de venir à Arles communiquer avec eux que nous avons creu recourir à ce moyen le plus convenable pour concilier leur repos et le service du Roy.
Signé : Gleyse Fourchon, Grossy, Brunet et Chartroux, consuls.

  • 67 J.-N. Biraben, op. cit., p. 245.
  • 68 AMA, BB 106 f° 230.

39En fait, on utilise une technique pratiquée largement ailleurs, celle des « barrières-marchés » : les marchés se traitent à portée de voix de part et d’autre de la ligne et les marchandises sont abandonnées sur la route où ceux venant de l’extérieur viennent les chercher67. Arles sert sans doute de plaque tournante pour l’acheminement du blé, sa propre récolte (vendue librement ou réquisitionnée) tant qu’il en reste, et les blés languedociens vers Marseille, Aix, Toulon. Ce document montre que ce transport qui se fait naturellement par mer en destination des ports, se fait par route pour Aix. Une autre lettre, écrite en novembre et adressée aux consuls de Salon, Fos, Istres, Miramas, Saint-Chamas, Grans, Eyguières, Aureille, Mouriès et les Baux montre que la peur est très forte et que les Arlésiens refusent de laisser passer des troupeaux venant de l’extérieur68.

Messieurs, nous ne sçaurions nous dispenser de vous avertir que pour la sûreté de notre ville nous avons trouvé à propos avec M. le Commandant de ne souffrir dorénavant aucuns bestiaux étrangers à nos marchés par la confusion que cela nous y procure et par la crainte que des gens que nous ne connaissons pas n’ayent peu communiquer secrètement avec des voisins suspects…
Signé : Grossy consul, Brunet consul, Chartroux consuls.

  • 69 AMA, GG 27 fos 42, 12-45, 67.

40Dans tous ces exemples, il est clair que tout ce qui vient de l’extérieur de la commune est suspect, hommes, bêtes, marchandises. Cette crainte violente et bien sûr justifiée aveuglera quelque temps plus tard les Arlésiens, plus préoccupés de s’en protéger que de respecter, à l’intérieur même de leur territoire, les précautions nécessaires. Les relations avec les autres ports demandent des précautions toutes particulières : le 29 novembre, on écrit aux consuls de Toulon que sur les bateaux autorisés à naviguer entre les deux villes, un surveillant « qui ne soit pas un homme de marine » doit pouvoir juger de la situation et ne prendre aucun risque avant d’accoster. À l’intérieur de la ville, une organisation spécifique est mise en place. Le ravitaillement en eau est prévu : en décembre 1720, on fait réparer les puits de la place (royale ?) et de la Trinité, devant le collège des Jésuites et le couvent des Trinitaires « à cause de la nécessité d’avoir de l’eau surtout dans ces temps de calamité »69.

41Des mesures d’hygiène et de santé publique sont prises comme toujours dans un pareil cas : nettoyage des rues, visite des malades. Ces décisions s’accompagnent d’une surveillance de plus en plus précise de la population. Tous les religieux de la ville sont recensés, avec interdiction d’en accueillir d’autres. La liste (non conservée) des matelots absents est établie, de façon à pouvoir repérer ceux qui reviendraient chez eux. Les vagabonds sont chassés. La ville se renferme sur elle-même. La porte de la Cavalerie est fermée, celles du Rousset et de Saint-Jean gardées par des sentinelles. Les petits bateaux des particuliers sont tous amarrés au même endroit le soir, enchaînés et gardés pour éviter tout trafic irrégulier. De même, toutes les chaises roulantes sont enfermées dans un même endroit. Les voituriers ne pourront s’en servir pour les conduire hors de la ville qu’avec une permission écrite. Toutes ces décisions ont été prises lors du second bureau de santé au début du mois d’août. La menace s’étant précisée en novembre, on décide en décembre de désigner plusieurs lieux comme futures infirmeries. Bien sûr, il existe, à l’est de la ville l’infirmerie Saint-Roch qui a été utilisée lors des précédentes épidémies. Mal entretenue, elle ne doit pas être de taille suffisante puisqu’il est décidé de construire six « cabanes de pierre » dans l’enclos de ses murailles pour accroître ses capacités. Du personnel doit être recruté par quatre commissaires nommés à cet effet. Ils embaucheront aussi des maîtres d’hôtel et autres officiers. Par ailleurs, on meuble la léproserie Saint-Lazare, située à quelques centaines de mètres de l’infirmerie, pour y placer les premiers malades, « et comme cette maison qui était cy-devant destinée pour les lépreux et lépreuses en renferme deux, il a été résolu de chercher à ces deux lépreuses un autre logement ».

  • 70 Le porche de la maison de ville des pères bénédictins de l’abbaye de Montmajour existe toujours auj (...)
  • 71 La maison de la Charité fondée en 1641, comme toutes celles créées dans les villes sous Louis XIII (...)
  • 72 AMA, GG 27 fos 41-64.

42Cette décision est prise le 24 décembre. Une convention est signée entre la communauté et les Minimes pour la réquisition de leur couvent qui se situe également à l’extérieur de la ville, à l’est. Un inventaire est fait ; les consuls s’engagent à réparer les dégradations après la peste ; on murera les portes et les fenêtres de la sacristie et de la bibliothèque. Leur déménagement sera payé et le couvent recevra une indemnité de 25 sols par jour. Les religieux Minimes logeront dans la maison des pères bénédictins près de Saint-Antoine70. Les religieux des Carmes déchaussés, dont les bâtiments seront réquisitionnés, seront hébergés dans l’ancien dortoir des grands Augustins. On pourra utiliser aussi « si besoin, la maison de la Charité »71. Toutes les maisons religieuses situées hors des remparts sont donc concernées, même, dans le cas suivant, un couvent désaffecté : le clos de Lanau, ancien couvent des Capucins de Trinquetaille, est alors une manufacture de draps tenue par le sieur Porte et située dans le quartier de Trinquetaille. Ce lieu, sera affecté comme infirmerie des convalescents. Le manufacturier refuse de partir immédiatement et demande quelques jours de délai « sinon il perd quantité de pièces de draps qui sont sur le métier ». Il souhaite habiter un pavillon de cette maison et enfermer dans la vieille église des Capucins « les draps, laines et outils »72. Mesure étonnante, provoquant l’arrêt de l’activité d’une des rares entreprises arlésiennes, qui s’explique peut-être par le fait qu’il n’existe pas d’autre bâtiment assez grand dans le faubourg de Trinquetaille, bien situé par ailleurs et à l’écart puisque sur l’autre rive du Rhône. La plupart de ces anciens couvents ou établissements existent encore aujourd’hui, au moins partiellement. L’ancienne léproserie Saint-Lazare est en cours de restauration pour être aménagée en logements. L’église des Minimes est l’église Saint-Honorat-des-Alyscamps, ouverte à la visite, mais les bâtiments conventuels ont été détruits après la Révolution. L’hôpital de la Charité, situé sur l’esplanade des Lices abrite plusieurs associations. L’infirmerie Saint-Roch dont il n’est plus question après la peste ni au XIXe siècle (elle fut sans doute détruite à ce moment-là) est localisable dans le quartier des Mouleyrès. Elle était située pratiquement sur le site où se dresse aujourd’hui le couvent des Carmélites. Il existe d’ailleurs à cet endroit le chemin Saint-Roch. Il reste encore quelques éléments du couvent des Carmes déchaussés (dont la façade, très endommagée de l’église) sur le bord d’une bretelle d’autoroute donnant accès à la voie rapide, au sud de la ville. De même, quelques arcades du cloître et de l’église des Grands Augustins, aujourd’hui église Saint-Césaire, rebâtie en partie au XIXe siècle, existent encore dans le quartier de la Roquette. Le couvent des Capucins, lui, a disparu. L’église, devenue église paroissiale du quartier de Trinquetaille après la Révolution, a été détruite par des bombardements en 1944.

Ill. 4 - Vue actuelle de l’église St-Honorat (ancien couvent des Minimes), 2007, © Photo Henri-Luc Casès

  • 73 AMA, BB 106 fos 234, 232, 233.

43Des mesures de plus en plus concrètes sont prises par le bureau de santé. Il est décidé que le linge des infirmeries sera lavé hors de la porte de la Roquette, dans le Rhône. Dès ce moment-là, la chasse est faite aux marchandises de contrebande susceptibles d’être introduite clandestinement dans la ville et d’apporter la maladie. Des dénonciations sont faites auprès des consuls73. Avant que le premier cas de peste ne soit officiellement déclaré à Arles, tout semble donc prêt pour affronter une épidémie qui semble inévitable. Il est certain que les autorités arlésiennes, grâce à l’expérience malheureuse des autres cités provençales atteintes avant Arles, n’ont pas été prises au dépourvu. Cette conscience d’un danger bien identifié a-t-elle permis aux Arlésiens de limiter l’impact de l’épidémie ou en tout cas de la retarder ? Ce sera en tout cas un paramètre à prendre en compte. Au vu des mesures prises, ces malheurs annoncés n’ont pas, au moins au début, déstabilisé la société arlésienne, plutôt réactive. La ville ne se considère pas isolée et n’hésite pas à demander secours aux autorités provinciales, comme le montre un courrier envoyé le 27 novembre 1720 :

Ill. 5 - Vue actuelle de la Bourse du travail (ancien hôpital de la Charité), 2007, © Photo Henri-Luc Casès

Monsieur… Les offres obligeantes que vous avés eu la bonté de nous faire de nous ayder dans la triste situation où se trouve cette ville et l’embarras des précautions qu’il faut prendre contre le mal contagieux qui est à notre voisinage, les assurances que le sr. Rouët nous a portées de votre part, tout nous engage à profiter de votre bonne volonté. La provision la plus nécessaire est celle du bled pour soutenir notre pauvre peuple dont le salut nous intéresse si fort en général…
Signé : Gleyse Fourchon consul, Grossy consul, Brunet consul, Chartroux consul.

44Inlassablement au cours de l’épidémie, les consuls d’Arles mettront à contribution tous ceux qui peuvent les aider. Cela est d’autant plus nécessaire qu’ils répètent sur tous les tons que leur situation financière est désastreuse. Pour ajouter à ces soucis, une contribution de 8 000 livres pour l’entretien « des lignes » qui encerclent la Provence leur est réclamée. Une lettre envoyée à Mallemort le 12 décembre insiste sur la pauvreté d’Arles et sur le fait que la ville participe déjà à la protection générale en gardant les embouchures du Rhône :

Monsieur… vous avés veu sans doute par notre réponse à l’ordre de M. l’Intendant qui règle à 8 000 livres notre contingent à la contribution des lignes que nous croyons en droit d’espérer une modification en tout cas de la compenser avec les dépenses considérables que nous a coûté et nous coûtent la garde aux deux embouchures du Rhône qui ne sera pas moins à la conservation de notre ville que du reste de la province sur quoy et sur la diminution de notre contingent nous allons faire nos représentations à M. l’Intendant au reste, Monsieur, nous pouvons vous assurer que toutes les exécutions dont vous nous menacés ne sçauroient nous faire trouver de l’argent, les malheureux temps nous l’ont tout consumé et nous consumeroient bien d’avantage, il ne nous reste plus de rèves, et notre trésorier n’a d’autres fonds que des billets de banque, de quoy l’intendant est pleinement informé. Nous sommes parfaitement, Monsieur…
Signé : Gleyse Fourchon, Grossy, Chartroux, consuls.

45De nouveau, apparaît dans ce texte, le poids de ce territoire arlésien, qui comporte un grand delta à gérer et à surveiller. À ces soucis importants s’ajoutent une conjoncture particulière dont il a été question plus haut : les caisses d’Arles, comme celles de beaucoup de villes ne contiennent que des billets complètement dépréciés.

Pendant la peste : la dure mise à l’épreuve de la gestion des consuls

46Après avoir beaucoup hésité, malgré la connaissance des symptômes de la maladie, il faut bien que les consuls d’Arles reconnaissent l’évidence.

  • 74 AMA BB 106 f° 235.

47Ils ont d’abord envoyé le 18 décembre une première lettre au marquis de Caylus74 qui minimise la mort de plusieurs personnes :

Monseigneur… notre peuple s’étant hier au soir allarmé de la mort d’un homme dont la tante et la belle-mère étoient mortes en campagne, nous fîmes visiter le cadavre par trois de nos médecins qui en ont fait leur rapport que vous trouverés sous ce ply étant bien aises de vous faire part de tout ce qui se passe dans notre ville. Bien que cette mort n’aye rien de suspect, nous n’avons pas voulu nous rendre auprès de vous comme nous l’avions résolu… Nous avons l’honneur d’être avec un profond respect, Monseigneur…
Signé : Gleyse Fourchon, Grossy, Chartroux, consuls.

  • 75 AMA, GG 27 fos 46, 218.

48C’est lors de la réunion du bureau de santé du 24 décembre 1720 que la peste est officiellement reconnue à Arles, et les personnes citées précédemment présentées comme pestiférées, en ces termes75 :

  • 76 Au sujet de l’inhumation de Claude Robert, il est dit dans le registre paroissial : « on l’enterra (...)

Messieurs Compagnon et Laurens, médecins étant de retour de Crau où il étoient allés pour visiter le nommé Jean Rigaud qui était mort en Crau au mas dit de Constans, auroient rapporté et annoncé la triste nouvelle que cet homme mort avait un bubon à l’aine et que par conséquent le mal contagieux était tant dans ce mas que dans celui de Verry, celui de la Bienheureuse et que le mal n’était venu suivant toutes les apparences aux dits mas que par la communication de Poncet Méron, autrement Claude Robert76, qui avait ses parents dans les dits mas, lequel Poncet Méron est mort en cette ville le 17 de ce mois.

49Il est évoqué pour la première fois dans les textes le fait qu’un Arlésien décédé a un bubon à l’aine. Les malades précédents n’en présentaient peut-être pas. Biraben insiste sur le fait que les signes de la maladie ne sont pas forcément toujours semblables, selon les individus, ni toujours visibles.

  • 77 M. Signoli, op. cit., p. 155 à 161.
  • 78 Petit bâtiment agricole ou servant de rendez-vous de chasse.
  • 79 AMA, GG 30 f° 2e cahier et GG 32 f° 165.
  • 80 AMA, GG 160.
  • 81 AMA, GG 230. Claude Robert a signé l’acte de décès de sa tante le 24 novembre 1720. Dans la marge e (...)

50Cela permet de penser avec certitude que comme à Marseille et dans les autres villes provençales, il s’agit bien de la forme bubonique de la peste, due au bacille de la peste Yersinia pestis : Michel Signoli a montré avec précision les théories médicales qui existaient à l’époque de la dernière grande peste provençale et la lutte entre les partisans de la contagiosité et ceux de la non-contagiosité de la maladie77. L’enquête locale déterminera, soutenue par l’opinion publique, qu’un poissonnier venant de Martigues et allant à Tarascon avait logé dans un mas dit « tapie de Poncet Meron » et laissé des marchandises de contrebande, retrouvées en mai 1721 lorsqu’on désinfectera la maison. Cette « tapie »78 est devenue un petit cabaret, à trois lieues de la ville. Nous verrons plus loin, dans le livre de raison de J.-G. de Nicolay, qu’il existe une autre version beaucoup plus polémique du fait mettant en cause le marquis de Caylus. Dans ce mas, une femme, Marguerite Poncet, dite Merone, mourut le 26 novembre. Elle fut visitée le 27 novembre par le docteur Simon qui ne trouva « aucune marque de contagion ». Son neveu est Claude Robert, surnommé Poncet Méron. Après la mort de sa tante, il était allé porter ses meubles dans plusieurs petits mas de Crau appartenant à sa famille de peur qu’on ne les lui brûle. Il rentre alors dans sa maison en ville, cachant sa maladie. Les médecins le déclarent suspect. Il meurt dans le quartier des arènes et est enterré dans le cimetière de l’église de la Major, paroisse dont dépend le quartier. Sa bellemère, Anne Mérone, meurt également le 17 décembre, en Crau, sans que les consuls soient au courant. Puis les décès continuent, Blaise Coste dans les arènes, le 23 décembre, et le même jour Jean Rigaud, le premier pestiféré reconnu, cité plus haut. Il habitait au mas de Constans et avait été une des personnes visitée par Claude Robert79. La femme de ce dernier meurt le 24. Voici donc les premières victimes arlésiennes de la peste provençale, celles dont les consuls font état dans tous leurs comptes-rendus et dont le nom a été transmis officiellement à la postérité. Toutes les morts citées ici figurent également dans les registres paroissiaux : celui de Notre-Dame de la Major80 pour les pestiférés des arènes, celui de Saint-Martin-la-Palud (Saint-Martin-de-Crau) pour Marguerite et Anne Mérone81.

  • 82 R. Vignal, Tarascon au XVIIIe siècle (1696-1796), thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en (...)

51Il faut noter qu’à Tarascon où l’épidémie est déclarée officiellement quelques jours avant Arles, le 17 décembre, c’est un « poissonneur », un certain Simiot, qui est aussi accusé d’avoir transporté clandestinement du poisson venant également de Martigues et d’avoir ainsi apporté la « contagion » dans la ville82.

  • 83 M. Signoli, op. cit., p. 149.

52À Martigues, justement, Michel Signoli a trouvé un texte anonyme qui va toujours dans le même sens : « … On a toujours cru que cette maladie nous fut apportée par des poissonniers qui allant dans des pays sains porter du poisson, se détournaient de leurs routes ordinaires et allaient dans des pays infectés faire la contrebande »83.

  • 84 R. Vignal, op. cit., p. 24.
  • 85 AMA, M 232 f° 137.

53Que penser de cette similitude ? Les poissonniers font partie des commerçants dont on se méfie particulièrement (ils sont souvent accusés de vendre du poisson avarié). Mais cela n’est pas nouveau. Plus largement, depuis des siècles, à chaque épidémie, on cherche des coupables : les juifs, les bergers, les sorciers, les marchands, en particulier ambulants, sont les principaux accusés. Il est question à Tarascon comme à Arles de marchandises de contrebande, de gros profits et bien sûr une transgression du blocus. On ne sait comment les interrogatoires se sont passés dans la cité arlésienne, mais à Tarascon, la famille de Simiot est interrogée durement : Martine, la belle-mère, s’évanouit durant sa comparution84. Il est bien possible que dans les deux cas, on ait cherché des boucs émissaires faciles à accuser. Monsieur de Nicolay85, quant à lui, fait un récit qui met en cause M. de Caylus et explique l’arrivée de la peste dans les deux villes :

  • 86 M. de Nicolay indique que fin décembre 1720, M. de Caylus retourna à Frigolet. Il y resta jusqu’à l (...)

M. de Cailus, lieutenant général, arriva à Tarascon pour commander la Provence en octobre 1720. Il ne faisait jamais maigre. Il envoya alors un muletier prendre du poisson à la barrière de Martigues. Il obligea Claude Robert de loger ce muletier à sa tapie dite de Poncet-Méron. Bientôt le muletier, qui avec le poisson, portait de la contrebande, infecta la tapie et vint mourir à Tarascon. Cailus fut à Frigolet, puis ses serviteurs étant malades, il partit seul à Graveson, puis à Castelredon. Après avoir fait la quarantaine, il retourna à Tarascon86.

54À Arles, si on en croit les nombreux témoignages, la maladie semble bien en tout cas s’être déclarée en Crau, passage obligé, en dehors de la voie maritime, pour tout transport de marchandises entre Marseille et Arles.

Une bataille à gagner contre l’épidémie

  • 87 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte, la peste de 1720, p. 70, Marseille, Éd. J.-M. Garçon, 1 (...)

55Dès ce moment, le bureau de santé ne sous-estime plus la gravité de la situation et s’attaque immédiatement de front à la peste. Durant tous les mois qui vont suivre, les responsables font preuve d’un espoir inépuisable de réussite et d’une détermination apparemment sans faille si on en croit les comptes-rendus du bureau. L’expérience des autres villes leur est utile : non seulement ils n’hésitent pas quant au type de décisions à prendre, mais ils savent que partout la maladie a cédé au bout de quelques mois ; ils ne partent pas pour un combat sans fin. Ils semblent sûrs qu’ils pourront limiter les dégâts. Le choc humain se ressent moins au moment de l’arrivée de la peste, attendue, que lorsque sa propagation devient incontrôlable. Les textes ne donnent pas l’impression (mais sont-ils l’exact reflet de la réalité ?) que les services municipaux soient débordés comme ils paraissent l’avoir été à Marseille87. Il faut préciser cependant que le nombre des morts arlésiens n’augmente que très lentement jusqu’en mai.

  • 88 AMA, BB 106 fos 236, 238.
  • 89 FPMA, M 558 f° 16.

56Autre élément intéressant, dès qu’ils sont sûrs que la ville est atteinte, les consuls d’Arles donne largement l’information et décrivent l’état de leur ville aux communes voisines comme en témoignent leurs courriers qui sont souvent d’ailleurs des appels à l’aide88. Louis de Bouchet de Faucon dit que cela n’a pas été du goût de M. de Caylus qui leur aurait reproché de ne pas avoir attendu son avis89 :

MM. les consuls donnèrent avis de ce qui se passoit naturellement à M. de Cailus, à M. le Premier Président et mesme aux communautés voisines ; ils avoient trop désapprouvé ce qui s’estoit fait dans les autres communautés pour l’imiter. M. de Caylus, fâché de ce que les consuls s’estoient déterminés à publier la première alarme de peste sans attendre sa détermination, leur escrivit qu’ils n’avoient publié la peste que pour ne pas contribuer aux lignes et aux milices ; qu’il escrivoit en Cour, et que, pour punir la ville puisqu’elle se déclaroit pestiférée, il la serreroit de près. Mr le P. p. au contraire, qui estoit persuadé qu e le secret n’estoit pas un remède contre la peste, loua la conduite des consuls, qui effectivement fut approuvée par les ministres. La menace de M. de Cailus de serrer la ville fit partir le monde encore plus précipitamment.

  • 90 FPMA, M 232 f° 138.

57Un grand nombre de personnes s’enfuient effectivement, d’autres choisissent de se barricader en ville, comme M. de Nicolay90 qui décrit ce Noël bien particulier de l’année 1720 :

  • 91 M. de Nicolay y avait une propriété.

L’alarme fut dans la ville, tout le monde songea à s’aller établir à la campagne. Jamais fêtes n’ont été plus tumultueuses que celles de la Noël de cette année… Nous fûmes quelques-uns à nous offrir aux consuls pour leur aider, jusques à ce que le désordre nous contraignit de nous enfermer. J’avois pris le party de m’enfermer chez moi, Saint-Rémy91 estant attaqué avant Arles et je faisois des provisions de toutes choses, même un four pour cuire le pain ; je fis cimenter et approfondir une vieille citerne que je remplis d’eau du Rhosne. Nous eûmes de temps en temps quelques malades de ceux qui avoient communiqué…

  • 92 AMA, GG 27 f° 48. Une jasse est une bergerie.

58Dès que l’alerte est donnée en Crau, le bureau de santé prend des mesures en conséquence : les mas contaminés, ainsi que celui de Moty, voisin, sont murés, le gros bétail mis en quarantaine et parfumé en entrant et en sortant. Défense aux paysans de s’attrouper dans Arles afin d’éviter toute communication. Il est bien sûr interdit aux habitants du quartier de Crau, atteint, de venir en ville. Les malades sont portés dans une jasse92, à l’extérieur de la ville : les infirmeries désignées ne sont donc pas encore prêtes. On peut remarquer ici l’originalité du cas arlésien : pendant toute l’épidémie, et le hasard veut que l’épidémie se déclare dans la campagne, le sort de la ville est lié à celui de son vaste territoire. Nous le verrons, il est sans cesse question des liaisons ville-campagne et des problèmes de circulation dans le terroir d’où vient le ravitaillement. Les difficultés auxquelles il faut faire face sont déjà énormes à l’échelle d’une ville, mais dans le cas d’Arles, elles se posent en même temps à des lieues et même parfois à une dizaine de lieues du centre urbain. En même temps, l’économie urbaine et l’économie rurale sont tellement imbriquées qu’il est impossible de prendre des décisions trop catégoriques. Lorsque celles-ci seront prises, elles viendront d’autorités extérieures : la situation sera alors gravissime et l’action des consuls arlésiens aura alors atteint ses limites. Il est permis de penser que la difficulté d’empêcher totalement la circulation dans le territoire d’Arles ou simplement de la contrôler, a largement hypothéqué les chances d’arrêter l’épidémie. Reste à savoir si les consuls d’Arles n’ont pas voulu trop longtemps jouer sur les deux tableaux en ne s’opposant pas ouvertement aux mesures de l’intendant mais en ménageant aussi les habitants. Il est décidé, dès le début, d’une quarantaine générale. Ce terme ne semble pas être employé ici dans toute son acception et est plutôt un effet d’annonce. Nous verrons qu’elle ne limite que partiellement la circulation et que les tolérances de passage seront nombreuses, dans tous les secteurs. Des équipes médicales sont mises en place : les docteurs en médecine Antoine Simon et Antoine Laurens réclament 600 livres par mois pour faire face à l’épidémie. Cela leur est accordé. Une pension identique sera versée à leur veuve et à leurs enfants en cas de malheur. Le chirurgien, Claude Chabrier, obtiendra ses lettres de chirurgien à la fin de l’épidémie en remerciement de ses services. Les soins médicaux sont organisés. Du vinaigre camphré est fabriqué et il en est donné des « boites » à toutes les personnes qui s’occupent de la « conservation de la santé publique ».

  • 93 AMA, GG 30, 2e cahier.

59En janvier, il y a déjà 24 malades dans les infirmeries93. Les prieurs des arts et métiers sont convoqués pour que l’on puisse les persuader de l’utilité de la quarantaine et leur demander de donner une liste de ceux qu’ils croiront propres à aider les commissaires de quartier. Si c’est nécessaire, ceux-ci iront par la ville faire la distribution des vivres aux habitants malades ou suspects qui pourront être enfermés, si nécessaire, dans leurs maisons. Le clos de Griffeuille, voisin des infirmeries, est vidé pour placer les quarantenaires. Les travaux trop importants à y entreprendre ont fait abandonner l’idée d’y loger des pestiférés. Un entrepôt est créé hors de Trinquetaille pour les malades de Camargue, à la « jasse » du Sauze.

  • 94 AMA, GG 27 fos 49-87.

60On limite le plus possible les rassemblements. En ville, il est défendu « à ceux qui tiennent bouchon » (cabaretiers) de donner à manger et à boire sous peine d’amende. Les écoles sont fermées. Des sanctions sont prévues contre le maître et contre les pères et les mères qui y auront envoyé leurs enfants. Le marché se tiendra tous les jours hors de la porte du Marché neuf donc à l’extérieur des remparts, devant le couvent des Carmélites et la population pourra s’y rendre94. Cette tolérance favorise-t-elle l’extension de la maladie contagieuse ? Toujours est-il que malgré les précautions prises précédemment, l’épidémie se développe bientôt en ville, dans le quartier des arènes. Des mois plus tard, en mars 1721, les consuls chercheront toujours comment l’épidémie a atteint Arles et surtout voudront éliminer toute marchandise cachée qui pourrait causer une nouvelle infestation. Une lettre adressée le 9 mars 1721 à leurs confrères de Tarascon montre que l’enquête continue. On parle ici du nommé Simiot cité plus haut :

Messieurs… ayant appris que la belle-mère du nommé Simiot poissonnier venant du Martigues qui mourut dans votre ville le 25 décembre dernier voulant éviter d’être appliquée à la question avoit avoué de sçavoir beaucoup des endroits où il y avoit des marchandises de contrebande, comme il se pourroit que son beau-fils qui étoit en relation avec le nommé Claude Robert dit Poncet Méron de notre ville pour avoir très souvent logé dans son mas en Crau appellé la tapie de Poncet Meron et notamment la dernière fois qu’il vint de Martigues eut laissé des pareilles marchandises audit Claude Robert ou à ses parens qui sont tous morts en cette ville de la peste, nous vous prions de luy faire quelques interrogations là-dessus…

  • 95 AMA, BB 106 fos 254, 256.

61Quelques jours plus tard, même souci de retrouver des marchandises suspectes en provenance de Toulon sont signalées à Salon95. Les consuls d’Arles informés en avertissent les autorités :

Le mal a fait du ravage (à Toulon) par un maudit marchand appelé Gras qui a payé la contrebande, car luy, sa femme et tous ses enfants sont morts ; il a déclaré en mourant qu’il avoit apporté dans les festes de la Noël des balots qu’il avoit achetté à Aix et à Salon venant de Marseille. Il seroit bon d’en avertir MM. de Salon car son entrepôt étoit à Salon.

  • 96 FPMA, M 517, pièce 24.

62Dans tous ces textes, il ne fait aucun doute pour les autorités que la peste a été amenée depuis Marseille par les marchandises de contrebande. Ici, il ne s’agit plus d’un poissonnier, mais d’un marchand (il n’est pas précisé ce qu’il vend), autre fauteur de « contagion ». Le marquis de Caylus promulgue d’ailleurs un arrêté en février 172196. Il ordonne « qu’il sera fait un ban dans toutes les villes et lieux de cette province, et un cry public à la manière accoutumée, que tous ceux qui ont dans leurs maisons des marchandises de contrebande, ayent à le déclarer, dans 24 heures, aux consuls et au bureau de santé, à peine de vie…

63Qu’il sera fait, après les 24 heures expirées, une visite exacte dans toutes les maisons, à la diligence et en présence du commandant des dits lieux, s’il y en a, des consuls, et de deux députés du bureau de la santé, qu’ils feront fouiller régulièrement, et s’il s’y trouve quelques effets mentionnez en l’article ci-dessus, ils feront saisir et arrêter le maître de la maison et nous en donnerons avis pour que nous envoyons nos ordres pour lui casser la tête, et les marchandises ou effets seront brulez… ».

64Cet arrêté est suivi d’une ordonnance qui sera diffusée par affiches. Pendant de longs mois, on recherchera dans les villes et bien sûr à Arles les cachettes des marchands.

65Après la mort de Claude Robert et Blaise Coste dans les arènes en décembre, le 14 janvier 1721, il est annoncé qu’un nouvel habitant des arènes est mort de la peste à « la galère » ou maison Saint-Genest où étaient enfermées jusque-là les filles repenties. Malade et « suspect », il y avait été transporté.

  • 97 AMA, GG 27 f° 69.

66Depuis le début du Moyen Âge, l’amphithéâtre romain qui est dans la paroisse de la Major avait été transformé en forteresse et envahi d’habitations. « Les arènes » sont, au XVIIIe siècle, comme le montre la gravure de Jacques Peytret, un petit quartier de la ville, avec ses ruelles étroites, ses maisons serrées les unes contre les autres, sans espace ni lumière, donnant, nous l’avons vu plus haut, un habitat particulièrement insalubre. Il est peu surprenant que l’épidémie dans la ville débute là ou du moins que les premières identifications de la maladie soient déclarées là : la population, essentiellement pauvre, est certainement plus vulnérable, et la promiscuité favorise la propagation du bacille. Cela avait déjà été le cas lors de l’épidémie de 1640. Les autorités le savent et s’en méfient. Très vite dans la rue du dernier pestiféré découvert, d’autres cas se déclarent. La rue est murée d’un côté et il est fait « une barrière de l’autre (côté) à travers laquelle on donnera le pain et d’autres choses nécessaires aux personnes qui se trouvent dans la dite rue, étant des gens pour la plupart très pauvres »97.

Ill. 6 - La paroisse Notre-Dame de la Major, dessin anonyme, 1683, © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles

  • 98 AMA, BB 106 f° 240.
  • 99 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte…, op. cit., p. 70.
  • 100 S. D’Arve, Le vœu de la peste à Noves 1720-1721 : une procession historique, documents, impression,(...)
  • 101 M. Martin, Les bureaux de santé de la ville de Tarascon pendant les épidémies de peste de 1628, 162 (...)
  • 102 AMA, GG 35 f° 139.

67Cette mesure d’enfermement est très dure mais habituelle en pareil cas. Elle est rendue possible par la topographie et la condition sociale des habitants : l’amphithéâtre est facile à isoler, et les personnes qui y vivent sont peu considérées. Le bureau de santé a fait part de ses inquiétudes et de ses décisions à l’intendant et à M. de Caylus98. À Marseille déjà, quelques mois plutôt, la rue de l’échelle (ou de l’Escalle) où avait démarré l’épidémie avait était fermée et les habitants reclus99. Dans de nombreuses agglomérations, les autorités firent murer les deux extrémités de rues infectées : à Noves, rue Gachon100, à Aubagne, rue de Coquières. À Tarascon, les consuls ordonnèrent que la traverse d’Arles soit murée le 4 janvier 1721101. Une fois cette décision prise, le souci d’un ravitaillement décent est sans arrêt présent dans les délibérations du bureau arlésien. Depuis septembre 1720, les consuls connaissent le nombre d’habitants dont ils auront à s’occuper en cas de malheur dans l’ensemble de la paroisse de la Major, où se situent les arènes, comme en témoigne cet état fait par le curé102 :

  • 103 Les dénombrements des autres paroisses n’ont pas été retrouvés.

Messieurs les Consuls peuvent compter dans la paroisse de la Major quatre mille trois cent quarante quatre personnes ainsy qu’appert du dénombrement que nous fimes ce mois de septembre dernier avec Messieurs les commissaires de notre paroisse. De ce nombre on peut en déduire environ huit cens ou qui sont sortis de la ville ou qui sont assez aisez pour se passer du secours de la Communauté. Et des trois mille cinq cens environ qui peuvent rester à secourir on peut compter mille deux cens environ qui pourront rembourser dans la suite ce que la Communauté pourroit leur avoir fourny. Ainsy on peut compter qu’il restera deux mille trois cens personnes environ à nourrir. Fait à Arles le 3 janvier 1721. Signé Maurin, chanoine curé de la Major103.

68Dans ce décompte ne figure pas celui, spécifique, de la population des arènes. Mais dans un « état » établi en mars dont il sera question plus loin, les consuls disent qu’il y a 300 personnes dans les arènes.

  • 104 AMA, GG 27 fos 61-75, 15, 105.

69Le nouveau malade, un certain Thomasson, travaillait en Camargue (et non pas en Crau où s’était déclarée l’épidémie ; mais il a sans doute été contaminé sur son lieu d’habitation, aux arènes). Il s’y rendait presque tous les jours, sans doute pour les travaux des champs et a pu à son tour y propager l’épidémie. Mais il n’a bien sûr pas dû être le seul à la transmettre, beaucoup de journaliers quittant chaque jour la ville pour la campagne. En ce qui concerne la Camargue, il est décidé, pour éviter les contacts entre les habitants de supprimer la messe pendant deux ou trois dimanches à la chapelle de Villeneuve. Le 19 janvier, on signale lors de la réunion du bureau de santé que le quartier des arènes a fourni la plupart des malades de la ville qui ont été conduits aux infirmeries. Il est décidé que toutes les rues seront gardées, une porte murée, et la communauté fournira le pain, le vin (deux livres de pain et un pot de vin par adulte) et l’eau « aux pauvres gens qui y seront enfermés »104. La mesure d’enfermement s’est donc étendue à l’ensemble du quartier. Une lettre à l’intendant, écrite le 21 janvier explique la situation :

… Pour ce qui est des morts, le nombre est de dix à douze jusqu’à aujourd’hui dont les uns sont morts en Crau, d’autres dans les arènes et les autres aux infirmeries. Ce premier quartier du terroir est consigné depuis plus de vingt jours et celuy de la ville ayant donné encor hier deux malades dont l’un est mort ce matin… et l’autre extrêmement mal, nous n’avons pas crû pouvoir mieux faire que d’ordonner une espèce de quarantaine aux gens de ce quartier ce qui s’observe fort facilement parce que ce quartier étant situé au milieu des amphithéâtres où il n’y a que trois avenues, nous en faisons murer deux et nous établissons une barrière à la troisième à travers de laquelle on fera tenir par des commissaires les provisions dont ces pauvres gens manquent tous… signé Gleyse Fourchon, Grossy, Chartroux consuls.

70Ce quartier n’est pas le seul à avoir eu des accès murés : dès août 1720, trois rues avaient été fermées à Trinquetaille pour limiter la circulation. Parmi elles, une voie importante : celle allant à Fourques, par où se faisaient les échanges avec le Languedoc. Le 29 janvier, les infirmeries ont reçu leur affectation : l’hôpital Saint-Lazare sera pour « les pestés » (il est construit un mur du coté est, où sont les appartements des officiers, pour éviter de contaminer les passants du chemin de Crau), Saint-Roch pour les convalescents (mais pendant plusieurs semaines, elle accueillera aussi des pestiférés, les autres lieux n’étant pas prêts), la maison Saint-Genest, et le clos de Margaillan pour la quarantaine. Une organisation stricte est indispensable car dans les infirmeries déjà ouvertes, des problèmes de logement se posent :

L’entrepôt des pauvres malades n’étant qu’une seule chambre où les hommes sont pesle mesle avec les femmes, ce qui est fort indécent et scandaleux lorsque le médecin va visiter les malades, il a été délibéré de prendre pour entrepôt l’écurie de Madame de Forbin qui est disposée de manière à pouvoir séparer les hommes et les femmes.

71Il n’est pas question ici, ni d’ailleurs dans d’autres textes, d’attitudes licencieuses pendant l’épidémie comme cela a été raconté par exemple pour Marseille. Ont-elles été passées sous silence ou le milieu beaucoup plus rural d’Arles n’a-t-il pas connu ces débordements ?

72Grâce au consul Brunet qui a survécu à une atteinte de peste nous connaissons précisément le traitement appliqué aux pestiférés, en tout cas par un des médecins, le sieur Carré « envoyé de la Cour aux villes de Marseille, Aix et Arles en 1721 » (étonnante résistance à la maladie !), qui a consigné les symptômes de la maladie et les remèdes donnés. Ces soins ont-ils continué à être scrupuleusement faits quand le nombre de malades est devenu très important ? Il semble en tout cas que tout était mis en œuvre pour que ceux-ci soient bien pris en charge et pas abandonnés à eux-mêmes.

  • 105 AMA, GG 27 fos 57, 95, 117.

73Comme les consuls l’avaient prévu, avant même que l’épidémie ne s’aggrave, le ravitaillement de la population est un des problèmes majeurs qu’ils ont à régler. La réalité dépasse rapidement ce qu’ils avaient imaginé, malgré toutes les précautions qu’ils ont prises et les achats successifs qu’ils ont effectués. Début janvier 1721, quand la peste est déclarée, on décide de faire une grande provision de vin. Par ailleurs, MM. du Chaine et de Parade prêtent l’un 40 charges, l’autre 200 charges de blé105. En février, les consuls refusent de répondre à la demande de l’intendant d’envoyer 2 000 quintaux de blé pour les galères parce qu’« il y a fort peu de bled en cette ville et qu’il pourroit en manquer entre icy et la récolte, laquelle n’est pas fort certaine à cause des sauterelles dont les œufs sont en terre, comme aussy parce que ce temps de contagion ne permettra pas de couper les bleds faute de gens destinés à cela ».

74Tous les patrons de barques sont avertis qu’ils ne doivent pas faire sortir de blé de la ville. Pour plus de précaution, on enlève son gouvernail à chaque barque. Le bureau de santé essaie de tout prévoir ; début février, on a fait remplir la glacière qui est dans le couvent de Minimes :

La glace qu’on y mettra pourroit être d’un grand secours pour les malades si malheureusement il y en avait encor dans l’été.

  • 106 AMA, GG 32 f° 165.

75Cette glace servait à faire diminuer la fièvre des malades. Le 1er février 1721, le bureau de santé décide que tous ceux qui auront été en contact avec un pestiféré, et ceux qui ont été à Saint-Roch seront en quarantaine « dans l’endroit où ils sont ». Ceci inclut les maisons particulières. La quarantaine durera 20 jours, à partir du jour même, et à leur sortie, les quarantenaires seront parfumés en utilisant la méthode préconisée dans « Le capucin charitable ». L’exemplaire de cet ouvrage, en possession des consuls était donc scrupuleusement consulté. En fait, en ce début d’épidémie, il y a beaucoup plus de « quarantenaires », en bonne santé, que de pestiférés, encore peu nombreux si on s’en tient aux chiffres officiels des morts : 56 sont déclarés pour la période du 26 novembre au 20 mars dans un rapport imprimé fait par les consuls à l’intention de l’intendant106.

76Le 21 février, le bureau de santé lève la quarantaine établie dans le quartier des arènes ; elle pourra finir le dimanche suivant, soit le 23. On peut s’interroger sur la hâte des consuls à retrouver une situation normale, malgré le danger. La méconnaissance des causes de la maladie, mais aussi les frais de nourriture qu’entraîne l’enfermement en sont sans doute la cause. Ces demi-mesures que l’on retrouvera souvent, limitent l’efficacité des décisions prises. Par ailleurs, il n’est pas question d’entretenir gratuitement ceux qui peuvent subvenir à leurs besoins :

On visitera les maisons pour voir les provisions et les moyens de chacun afin de se faire rembourser la dépense de la quarantaine de ceux qui seront bien dans leurs affaires.

77Pourtant finalement, la raison l’emporte car le nombre de malades augmente : les rues resteront finalement fermées. Quelques jours auparavant, une lettre des consuls envoyée à l’intendant montre que la vie continue malgré l’enfermement :

  • 107 AMA, BB 106 f° 247.

Quant au quartier des arènes sur lequel vous nous avez fait l’honneur de nous écrire, nous aurons celuy de vous dire que le théâtre que les habitants de ce quartier avoient dressé pour se désennuyer fut abbattu dez que nous en fûmes informés et en cela nous avions prévenu l’ordre que vous nous en avez dans la suite donné. La quarantaine des habitants de ce quartier ne sçauroit se faire chacun dans leur maison sans les exposer à devenir malades par le chagrin qu’ils auroient de se voir renfermer dans des petites cahutes où ils se sont très mal logés107

78Visiblement, les consuls sont partagés entre l’obligation de faire respecter les consignes et la compassion devant cette population déshéritée.

79Le problème crucial est d’assurer une vie décente aux quarantenaires. Les familles mises en quarantaine et incapables de subvenir à leurs besoins, car n’ayant comme revenu que le seul fruit de leur travail sont enfermées dans les lieux désignés et prises en charge complètement par la communauté.

  • 108 AMA, GG 27 fos 102, 101, 154, 60, 95, 118.

80Il a été décidé que les pauvres auront du pain, du vin, de l’huile et du bois. Pendant ce temps, certains sont enfermés chez eux : on fait faire des clefs pour les maisons qui n’en ont pas pour pouvoir les fermer108. S’agit‑il de masures situées dans les arènes, trop pauvres et trop vides pour avoir besoin d’être fermées à clef en temps normal ? Enferme-t-on alors les familles avec leurs malades ? C’est sans doute le cas pour le quartier de la Major que l’on veut isoler du reste de la ville. Toujours en février, les malades doivent dorénavant être transportés à Saint-Roch. Les autorités du bureau de santé reconnaissent « qu’ils souffrent considérablement parce qu’ils sont mal logés et mal nourris… ». Il leur est envoyé de l’huile pour se faire de la soupe « et autres choses qu’ils jugeront nécessaires ». Il est facile d’imaginer que malgré les bonnes intentions des consuls, les conditions d’enfermement furent assez déplorables et responsables en partie de la mortalité. Les consuls tentent d’établir des degrés de dangerosité. Les quarantenaires les moins suspects (mais selon quels critères ?) seront transférés au mas de Foucat, tout proche de l’infirmerie de Saint-Roch en attendant que le couvent des Minimes ou celui des Carmes déchaussés, plus confortable, soient prêts :

Aux Carmes, les quarantenaires auront des chambres séparées et ne communiqueront pas entre eux car la maison est vaste.

81Rapidement des manifestations de repli se manifestent : l’hôpital (Hôtel-Dieu) ne reçoit plus de malades pour éviter que le mal contagieux ne rentre dans ses murs. Comme à Marseille, les recteurs se battent pour que leur établissement ne devienne pas une infirmerie pour pestiférés et ils l’évitent en effet. Le problème se pose de savoir de quelle manière il faut séparer les malades contagieux des malades « ordinaires ». La proposition est faite de porter les non-contagieux à l’hôpital, puis après inspection du médecin dans une « maison d’entrepôt » où le médecin de l’hôpital les soignera. Ils pourront alors retourner à l’hôpital et « par ce moyen, l’hôpital ne risquerait pas de recevoir aucun suspect et le médecin ne ferait aucune difficulté d’y faire sa visite à l’ordinaire ».

82Ce dernier (qui se nomme M. Compagnon) ne souhaite pas aller visiter les particuliers, surtout dans les petites maisons des arènes. Il parle du « risque évident qu’il courrait dans ce temps de soupçon d’entrer dans des chambres des pauvres gens si petites et si mal propres qu’elles seroient capables sans que les malades aient aucun mal contagieux de luy en communiquer ».

83L’Hôtel-Dieu a cependant un rôle important pendant toute l’épidémie : il semble que grâce aux précautions prises il n’y ait pas eu de pestiférés dans ses murs. Il sera donc un lieu de ressource important. Ainsi, c’est l’hôpital qui fournit du linge (chemises d’hommes et de femmes, serviettes). La communauté s’est engagée à rembourser ce prêt « avec du fil de bresse pour faire autant de pièces qu’il a été donné ». De même, les matelas et les couvertures que les recteurs prêtent seront rendus en bon état « après le mal fini ». Il est d’ailleurs une des institutions charitables qui a la préférence des Arlésiens et il est souvent le bénéficiaire d’héritages importants comme en témoigne un testament fait le lendemain de la déclaration officielle de la peste, qui fait de l’hôtel-Dieu le légataire universel d’un couple de travailleurs. Le testateur, Jean Coste, dont le fils Blaise est mort de la peste disparaît le lendemain : il est l’un des premiers pestiférés reconnus. Sa femme, Rose Doublet, tombe malade le 30 décembre, est conduite aux infirmeries mais guérit.

  • 109 AMA, GG 27 f° 106.

84Le « parfumage » des gens et des maisons est aussi une préoccupation très importante. À Arles comme dans toutes les autres villes atteintes, cette technique qui consiste à faire brûler des plantes odoriférantes dans les rues et les maisons, est employée pour désinfecter les êtres humains, les rues, les maisons, les objets et même les animaux. Pour les personnes, le parfumage peut être « petit » ou « violent » : le 22 février 1721, il est indiqué que Mademoiselle de Brunet qui est en quarantaine depuis le 13 du même mois « sortira demain après un petit parfum ». Les soupçons de contamination pesant sur elle ne devaient pas être très importants, à moins que sa condition de notable n’ait plaidé en sa faveur. Dans ce contexte, les consuls ont le souci de préserver les biens des particuliers. En février 1721, pour la première maison parfumée, celle de Claude Aubin, il est décidé que deux commissaires surveilleront les parfumeurs pour vérifier qu’ils « n’aient aucune poche, et en sortant les fairont dépouiller pour voir s’ils n’ont rien caché sous leurs habits »109.

  • 110 AMA, GG 32 f° 617.

85Au même moment, on décide de créer un rôle des maisons parfumées en distinguant les grandes des petites pour que leurs propriétaires paient une redevance (ce registre existe toujours dans les archives communales). Grâce à lui, à la fin de l’épidémie, la ville cherchera à se faire rembourser les dépenses occasionnées soit 5 071,96 livres, en créant une taxe spéciale. Le registre du « contrôle de la recette des parfums depuis 1723 jusqu’en 1727 et 1730 »110 montre qu’en 1724, 1107 personnes ont payé pour le « parfum » de leurs maisons (pour 1159 maisons parfumées) à raison de trois livres pour une habitation ordinaire. Il faut payer six à neuf livres pour les grandes maisons et les hôtels particuliers (209 au total, dont les hôtels de Quiqueran de Beaujeu et de Meyran). Des maisons appartenant aux Grands Augustins, aux Carmes, à l’Oratoire, aux grands Augustins et aux Augustins déchaussés, aux Trinitaires, aux Carmes, aux Ursulines, aux Pénitents blancs sont parfumées. Il s’agit de 27 petites maisons de ville appartenant aux congrégations. Seul le couvent des Clarisses semble avoir été traité. On parfume même des jardins dont celui de religieuses de Saint-Rémy (sans autre précision). 54 mas subissent le parfum dont 45 en Crau, quatre au Trébon, trois en Camargue, un au Plan du Bourg. Quatre moulins sont également notés. La paroisse des maisons étant indiquée, il est possible d’en préciser la répartition. On compte 377 maisons parfumées à la paroisse de la Major, qui est la plus atteinte par la maladie, 285 à Sainte-Croix, 185 à Saint-Julien, 96 à Sainte-Anne, 92 à Saint-Laurent, 87 à Saint-Martin, 26 à Saint-Lucien, 11 à Trinquetaille. Ces nombres sont particulièrement intéressants puisqu’ils montrent le degré d’atteinte de l’épidémie dans chacun des quartiers d’Arles et confirment les données trouvées par ailleurs.

Maisons « parfumées » dans les paroisses d’Arles

  • 111 AMA, BB 106 fos 250, 253, 256.

86La difficile gestion du terroir ne cesse de préoccuper les autorités. La difficulté récurrente réside dans la presque impossibilité d’appliquer réellement la quarantaine. Les consuls font ressortir la particularité arlésienne111 :

L’exécution de la quarantaine générale qui dans toute autre ville paroit si praticable l’est dans la nôtre si peu dans la conjoncture présente qu’après l’avoir projettée plusieurs fois nous avons été forcé de l’abandonner ; le manque de sujets qui soient en état ou capables de remplir les différentes fonctions que demande ce projet, et le manque d’argent et de vivres en sont les deux plus grandes difficultés…

87Toutefois, au début du mois de mars, les consuls pensent que le péril est passé. Il semble que toutes les mesures à prendre ont été mises en œuvre et, dans un premier temps, elles paraissent avoir été efficaces : l’épidémie ne progresse pratiquement plus pendant plusieurs semaines. En témoignent les termes d’une lettre envoyée le 9 de ce mois au marquis de Caylus :

Il n’est rien qui puisse égaler le plaisir que nous cause la cessation de la maladie depuis le premier de ce mois que nous n’avons eu n’y morts n’y malades…

  • 112 AMA, GG 32 fos 165-168.

88Pensant être à la fin de leur épreuve, les consuls dressent alors un état très détaillé des morts, des malades et des convalescents, décrivant les symptômes, les conditions de la mort, les liens familiaux ou conviviaux, les lieux de soins et d’inhumation, l’avis des médecins : cet « État de la ville d’Arles et son terroir par rapport à la contagion depuis le 26 novembre 1720 jusqu’au 20 mars 1721 »112 mentionne 33 morts, 19 personnes guéries et des centaines (dont la totalité des quartiers de Crau et de la Major) faisant ou ayant fini leur quarantaine. À la fin, le rapport du médecin Pitot est rassurant : on pourra bientôt fermer l’infirmerie Saint-Lazare.

89Hélas, la joie est de courte durée. L’inquiétude vient maintenant de la Camargue. Une infirmerie est installée « au milieu de la Camargue… (dans) un vaste bâtiment appelé la chapelle des Sansouïres. L’archevêque accepte de se rendre sur les lieux, visite signalée dans le registre du bureau de santé.

  • 113 AMA, GG 27 f° 47.
  • 114 AMA, BB 106 f° 258.

90Celui-ci établit un règlement concernant les malades qui sont à la campagne et fait réaliser une affiche qui sera envoyée dans tout le territoire. Il oblige « toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient habitant le terroir »113 à signaler aux consuls tous les malades. Une autorisation devra être demandée pour les faire venir en ville. Une amende de 500 livres punira les contrevenants, et une punition corporelle est mentionnée pour le malade… La surveillance s’étend, très présente en Crau et en Camargue. Mais les travailleurs agricoles continuent à aller et venir. L’épidémie, loin de couper la ville de la campagne, oblige les consuls à une organisation spécifique qui alourdit la gestion de la crise. Les communications sont beaucoup plus difficiles et elles restent pourtant indispensables dans le sens campagne-ville mais aussi ville-campagne : en ce printemps 1721, avant les récoltes, l’essentiel des réserves de farine, d’huile, de vin sont conservées en ville, et les gens de la campagne en ont besoin. De même, il faut les approvisionner en médicaments et produits divers. De plus, la population rurale s’est accrue avec l’arrivée des citadins qui ont fui l’épidémie dès le lendemain de Noël. Un courrier des consuls à l’intendant le 22 mars114 montre que ceux-ci bénéficient d’une certaine liberté de circulation et donnent une idée de l’inconscience des autorités :

Les personnes qui se sont retirées à la campagne ont la liberté d’entrer dans la ville quand elles ne viennent pas d’un quartier suspect, mais il ne leur est pas permis d’y porter d’autres linges et hardes que ceux qu’ils ont sur le corps. Voilà, Monseigneur, ce qui se pratique au sujet des campagnards.

91Parmi eux, se trouvent les familles les plus riches d’Arles parties se réfugier dans leur mas (nous verrons plus loin dans quelles conditions et qui elles sont).

L’approvisionnement de la population

  • 115 AMA, GG 27 fos 156, 174.

92Si les notables établis à la campagne règlent de ce fait leurs problèmes d’approvisionnement, les gens de la ville, eux, ont besoin de viande, de légumes et de fruits, donc de produits frais qui sont produits dans le terroir. Les consuls, nous l’avons vu, ont écrit en mars à l’intendant pour expliquer qu’ils n’ont pas assez de personnel, d’argent, de bois ni de vivres pour pratiquer complètement la quarantaine mise en place à la fin octobre car ils ont besoin de la production du terroir. Que faire pour régler tous ces problèmes de subsistances ? Il y a en particulier tous les gens qui sont enfermés dans leur maison, car suspects pour avoir eu des malades dans leur famille ou parmi les voisins proches. La question ne se pose pas uniquement dans le quartier des arènes mais est préoccupante dans toute la ville. Et comment distinguer les véritables nécessiteux de ceux qui veulent profiter de la situation ? Ceci est évoqué clairement lors du bureau de santé du 16 mars115 à propos d’une femme du nom de Jeanne Boyère, enfermée dans sa maison, qui se voit retirer la « subsistance » qui lui a été attribuée car elle se disait très pauvre. Or le bureau de santé après enquête trouve qu’elle est « fort commode ». Il est donc décidé qu’on n’accordera une aide alimentaire « qu’aux personnes que leur misère obligera d’aller dans l’hôpital des quarantenaires ».

  • 116 J.-N. Biraben, op. cit., p. 240.
  • 117 AMA, BB 106 fos 241, 236.

93Ceux qui en ont les moyens peuvent acheter diverses denrées et en particulier du blé, mais aussi faire venir de l’argent par Fourques, petite ville située tout près d’Arles, sur la rive droite du petit Rhône. Fourques est en Languedoc, ce qui facilite les échanges : d’une part les Fourcatins ne sont pas sous la juridiction de l’intendant de Provence et d’autre part, le Languedoc n’est pas encore atteint (la maladie, importante dans le Gévaudan et gravissime à Mende n’atteindra ces lieux qu’à partir d’août 1721 avant d’arriver également à Uzès et à Alès)116. Toutefois, ces échanges n’ont pas été faciles. En janvier et février 1721, la ville manque toujours de bois. À la demande des consuls, l’intendant du Languedoc, M. de Bernage, donne l’autorisation de transporter sur le petit Rhône du bois de tamaris provenant de Camargue. Mais les Arlésiens doivent encore insister pour que leurs voisins du Languedoc les laissent passer117 :

… La garde de Fourques et celle de Saint-Gilles nous font difficulté de laisser passer nos bateaux destinés pour ce transport quoyqu’ils ne s’écartent pas de notre bord d’où ils sont tirés par des hommes. Ce refus nous paraît si mal fondé que nous nous flattons que vous voudrés bien le faire cesser en renouvellant vos ordres…

94Plus au nord, Beaucaire permet aussi d’organiser l’approvisionnement. En janvier 1721, il est demandé aux consuls de Beaucaire et à M. de Nogaret, commandant de cette ville, de faire passer les troupeaux pour la boucherie (pour faire du bouillon pour les hôpitaux) et d’autoriser les achats et le passage « des denrées du Languedoc comme cochons, légumes et autres choses dont le Languedoc regorge et dont nous manquons absolument… ».

  • 118 AMA, GG 27 f° 178.

95Il est ajouté que les Arlésiens « ont coutume » de le faire. En mars 1721, une convention est passée avec le sieur Roux, commissionnaire, qui apporte de l’autre côté du petit Rhône, « l’argent que les particuliers d’Arles voudront y envoyer pour prix de marchandises, denrées et autrement et de recevoir l’argent qui viendra du côté de Fourques pour les habitants d’Arles, et les marchandises qu’il remettra à ceux à qui elles sont adressées »118.

  • 119 AMA, f° 383.

96Nous pouvons supposer qu’Arles a survécu en grande partie à cause de ces échanges (le petit Rhône est plus étroit et moins tumultueux que le bras principal du fleuve et la communication est donc facile à cet endroit). Tout au long de l’épidémie, des hommes font passer ainsi des marchandises dans la ville. Ange Roux, le commissionnaire établi à Fourques dont il est question plus haut est récompensé de 100 livres en 1722 pour avoir apporté dans Arles du blé et de la farine et pour être aller chercher lui-même des provisions en Camargue119. Il n’était donc pas impossible de circuler malgré les blocus régulièrement imposés… La position spécifique d’Arles à la limite occidentale de la Provence a bien sûr facilité l’approvisionnement : habituée aux échanges fréquents avec le Languedoc très proche, la ville les a maintenus le plus possible et ses voisins ont largement répondu à son attente. Après l’épidémie, ce sont les villes de Beaucaire et de Nîmes que les Arlésiens remercient avec le plus d’enthousiasme, nous y reviendrons. Arles n’a vraisemblablement pas souffert de la famine, mais elle a, par contre, manqué d’argent et a dû négocier de nombreux crédits. Cette question sera d’ailleurs largement évoquée plus loin à propos des conséquences financières et économiques de la peste. Quant aux villes pestiférées de Provence situées à l’intérieur de la province, il est possible de penser qu’elles ont eu plus de mal à trouver des vivres et dépendu plus encore de l’aide du roi et des décisions de l’intendant.

  • 120 Ch. Carrière, Marseille ville morte…, op. cit., p. 264 à 269.
  • 121 AMA, GG 27 f° 125. Ce mémoire n’a pas été retrouvé.

97Pour Marseille, ville portuaire, Charles Carrière parle de « disette grave » pendant les trois mois de l’été 1720, mais la relativise. Certes certains produits manquent, mais le pain et la viande semblent suffisamment abondants. Les pauvres sont également nourris car les échevins craignent les émeutes de la faim120. Cependant, le 1er mars 1721, le marquis de Caylus a informé M. de Beaumont, commandant de la ville, de son intention de promulguer une quarantaine générale de la ville d’Arles. Le bureau de santé « délibère de différer cette entreprise jusqu’à ce que M. le marquis de Cailus ayt été informé par le mémoire que M. de Beaumont aura la bonté de luy envoyer des inconvénients qu’on trouve dans l’exécution d’une quarantaine générale en la ville d’Arles »121.

98Elle ne sera en réalité pas appliquée puisque les Arlésiens continuent à se déplacer pour aller dans leurs champs.

Le calme avant la tempête

99Pendant quelques semaines, la vie est presque normale et comporte même certains avantages. Louis Bouchet de Faucon, noble arlésien qui vécut ces événements, décrit la situation :

… Le Carême se passa fort tranquillement à Arles. Mgr l’Archevêque donna la permission de la viande pour quatre jours de la semaine…

  • 122 FPMA, M 558 fos 17-18.

100Le seul trouble est celui causé par le maintien des consuls de 1720 à la tête du pouvoir municipal et donc l’annulation de l’élection consulaire prévue en mars 1721, comme il le raconte122 :

« Presque tous les gentilhommes d’Arles avoient quitté leur campagne pour l’élection consulaire ; ils furent irrités du voyage en blanc ; ils se plaignirent à M. le Premier Président, à M. de Cailus et aux ministres. Ils exposèrent que la peste avait cessé à Arles ; que cette confirmation estoit contre leurs usages et le droit de l’élection toujours pratiqué. M. le Premier Président, pour les apaiser, leur répondit qu’on n’avoit point prétendu innover à rien, et que la peste cessée, il ne doutoit pas que le roy ne leur permit d’élire de nouveaux consuls.

  • 123 AMA, GG 27 fos 202, 185, 237, 244, 242.

101Des dissensions se créent donc, au moment où la ville va commencer à réellement souffrir de l’épidémie car en avril 1721, le nombre de morts augmente très sensiblement. Mais pendant plusieurs jours, les consuls refusent l’évidence. Il faut pourtant s’y résoudre. L’union se fait devant les menaces qui pèsent sur la ville. Le 25 avril, les consuls prient « MM. du Bureau de redoubler leur attention au sujet de la santé et de se trouver précisément aux assemblées chaque jour à l’heure dont ils conviendront. Le Bureau a délibéré que l’heure précise des assemblées au sujet de la santé sera à dix heures du matin ; chacun de ces Messieurs ayant protesté qu’ils s’y rendroient assiduement, sauf toutefois lorsqu’il arriveroit quelques cas extraordinaires de faire sonner la cloche à telle heure que MM. les consuls trouveroient à propos »123.

102L’organisation au sein de chaque paroisse devient alors de plus en plus forte :

Dans la crainte que la contagion ne fit de plus grands progrès, le bureau ayant jugé qu’on ne pourroit prévenir ce malheur que par une attention particulière à découvrir ceux qui tombent malades, une connaissance exacte de la nature et qualité de leur maladie et une prompte et sincère déclaration d’icelle…

103On demande aux médecins de répartir la ville en quartiers et paroisses où ils iront alternativement visiter une ou plusieurs fois les malades. Ils tirent au sort le lieu dont ils seront responsables, après que la ville (dont le quartier de Trinquetaille) ait été divisée en cinq sections. Au mois de mai, la situation empire mais semble ne pas être encore totalement reconnue par tous. Bouchet de Faucon raconte encore :

Cette année, la toison se fit à Arles comme à l’ordinaire, avec la différence qu’on y reçut que les bestiaux du terroir… Mon père alla à Arles le 15 mai pour faire sa toison. Il trouva tout le monde fort eschauffé à soutenir qu’il n’y avoit point de peste. Les médecins pourtant luy dirent qu’il y en avoit, et à son retour, il nous prépara aux malheurs qui alloient arriver.

104La communauté pourvoit toujours aux besoins des particuliers enfermés dans les arènes : ils sont tous dans le besoin. Finalement, les consuls demandent à Monsieur de Caylus de rouvrir ce quartier, l’enfermement étant inutile et surtout très coûteux. Mais à la fin du mois, l’épidémie augmente avec une telle force que c’est toute la paroisse de la Major, qui doit être fermée :

La paroisse de la Major ayant fourny depuis trois ou quatre jours une quantité extraordinaire de morts et de malades, ça a été fort à propos que partie de ses avenues ont été murées, qu’on a établi des barrières aux autres. Il reste présentement à pourvoir que ces habitants renfermés qui ne sont que des pauvres gens ne meurent de faim.

  • 124 AMA, BB 106 f° 281.

105Un courrier des consuls à l’intendant indique que cette paroisse contient 3 000 personnes124. Ce nombre est proche de celui donné par le curé de Notre-Dame de la Major en septembre 1720. Le bureau discute longtemps des mesures à prendre car la communauté n’a pas les moyens de les nourrir. On les autorise donc à sortir par la porte Agnel (coté est des remparts) « pour prendre l’eau du Rhône, abreuver leurs bestiaux et travailler dans les terroirs du Tresbon, la Crau, et le plan du Bourg, sous cette condition toutefois que les hommes poseront sur leurs chapeaux et les femmes sur leurs coiffes, chacun une croix rouge qui étant exposée aux yeux de tous ceux qui les rencontreront ou les voudront faire travailler leur faira connaître qu’ils sont suspects et qu’il ne faut pas communiquer avec eux sous peine, contre les contrevenants, d’être punis de mort au premier avertissement qui sera donné ».

  • 125 FPMA, M 232 f° 139.

106Cette circulation a-t-elle permis l’extension de l’épidémie ? On peut le penser, malgré l’extrême sévérité du châtiment promis en cas de contact avec les gens du quartier. M. de Nicolay indique que les habitants de la Major trouvent une solution pour pénétrer en ville malgré les barrières125 :

On leur laissa la porte de Portagnel pour aller abreuver leurs bestiaux et ils s’en servoient pour venir dans la ville par Marchéneuf.

107De toutes façons, la permission relative de sortir du quartier par la porte Agnel est supprimée quelques jours après avec l’extension de l’épidémie.

  • 126 AMA, BB 106 f° 278.

108Le quartier voisin de la Cavalerie est frappé à la mi-mai. Un malade est signalé « dans un quartier assez éloigné des arènes et où il n’avoit encor parû aucun mal. Ce quartier est appellé La Cavalerie et n’est composé que de pauvres gens qui étant pour la plupart sans précaution nous fait appréhender que le mal n’y fasse du progrès »126.

  • 127 AMA, GG 136.
  • 128 AMA, GG 27 f° 244.
  • 129 À l’est de la ville, au début du plateau de la Crau.
  • 130 AN, G 7 1730 pièce 43, 173.

109Par contre, aucune dérogation ne semble être accordée hors des tâches vitales. Un acte de mariage consigné dans le registre paroissial de la paroisse Saint-Martin127 montre que le quartier de la Major est fermé de façon stricte : le 8 juin 1721, Sauveur Barralier, travailleur, épouse Jeanne Jayme de la paroisse de la Major. Le mariage ne peut avoir lieu, comme c’est la tradition, dans la paroisse de la jeune fille, car cette paroisse est « enfermée dans les barrières ». Jeanne « en était sortie avant la clôture ». Paradoxalement, il est plus facile de sortir du quartier enfermé que d’y rentrer. Nous reviendrons plus loin sur la portée sociale de ces mesures, mais il faut remarquer que les autorités hésitent à fermer hermétiquement cette zone très peuplée (c’est la plus grande paroisse d’Arles) et veulent, dans un premier temps, laisser circuler pour sa survie la population du quartier, au risque d’étendre l’épidémie : elles cherchent à éviter d’avoir à mettre en œuvre des moyens humains et financiers énormes pour subvenir entièrement à ses besoins. En fait, toutes ces décisions sont modifiées très rapidement. Pour la première fois, dans le ton des comptes-rendus, on sent l’hésitation et la perplexité des membres du bureau de santé et sans doute une certaine inquiétude. Les 130 morts de ce mois de mai montre une réelle recrudescence de l’épidémie. Il est finalement décidé que les gens de la Major seront complètement enfermés dans leur maison car « ils infesteraient infailliblement tout le terroir et même le reste de la ville »128. Quel que soit le coût, la communauté les nourrira. Les bêtes seront rassemblées en troupeau avec un ou deux gardes et envoyées sur les coteaux des Costières129. Cette mesure communautaire a-t-elle réellement été prise ? Il serait intéressant de le savoir. Malheureusement il n’en est plus question dans les textes suivants. Mais surprise, après cette mesure catégorique, on s’aperçoit que malgré tout, les habitants pourront aller chercher de l’eau au Rhône une fois par jour. Encore une fois, les consuls, sans doute pour des raisons pratiques difficiles à surmonter, limitent l’efficacité de leur décision initiale. Dans le même temps, l’intendant Lebret s’évertue à trouver de tous côtés des moyens de faire face à cette situation gravissime. Il sait qu’il doit aider matériellement la ville. Jour après jour, il suit les événements de très près, critiquant parfois le laxisme des consuls130 :

… Les consuls ont enfermé cette paroisse par des barrières, mais je ne trouve pas qu’ils fassent bien de laisser sortir les habitants de cette paroisse pour aller travailler à la campagne en portant une croix rouge sur la tête. Je leur mande mon sentiment que je soutiens par mil quintaux de bled qu’ils viennent de recevoir et par autant qui sont en chemin et qui serviront à nourrir ces pauvres gens-là sans travailler. Je leur ay mandé d’augmenter leurs infirmeries et outre les 15 000 livres que j’ay arraché aux procureurs du pais, je trouve 18 000 livres en pistoles d’Espagne entre les mains d’un de ces consuls qui les a en dépost et qui appartiennent à un marchand de Marseille mort depuis peu et qui n’a laissé que des enfants pupilles…

  • 131 AMA, GG 27 fos 216, 219, 240, 229.

110À Paris, le conseil de Régence décide d’établir une taxe de 3 sous par livre sur la capitation « en faveur des villes et lieux qui ont été et qui pourroient être affligés de la contagion ». Toute la France est concernée par la peste de Provence. À Arles, un courrier est envoyé d’urgence à l’intendant de Montpellier pour réclamer des médecins et des chirurgiens qui manquent cruellement avec l’augmentation très importante du nombre de malades. Au même moment, il n’y a plus assez de logement pour loger les quarantenaires : on décide de construire des cabanes en planches, la saison se prêtant à des logements plus sommaires. De toutes façons, la situation s’aggravant sans cesse, il n’y a plus d’autre solution d’hébergement. Les bâtiments, à l’extérieur des remparts, sont surpeuplés. Le bureau de santé envisage d’avoir à placer des pestiférés également dans des cabanes. La communauté n’ayant pas d’argent pour ces constructions, des particuliers offrent des planches. Le 17 mai, on annonce que « toutes les maisons de quarantaine étant remplies », des tentes seront installées dans l’enclos de Margaillan et qu’il en sera fourni à ceux qui n’en ont pas131. Les infirmeries sont, elles aussi, pleines de malades et ne peuvent en accueillir plus. Après la réquisition du couvent des Récollets, à la limite est de l’enceinte de la ville, il est décidé d’aller en Crau chercher des roseaux pour construire des cabanes pour tous ceux qui ne trouveront pas de place dans Saint-Roch.

  • 132 AMA, GG 28.

111Avant même que l’épidémie soit à son paroxysme, les moyens prévus par les consuls s’avèrent insuffisants. On peut imaginer le désordre qui s’en suivit quand, à partir de juin, les décès se comptèrent par milliers. Dès le mois de mai, la ville a du changer complètement d’aspect : vidée en grande partie de ses habitants, les maisons et les entrepôts ferment un à un. Les maisons suspectes et les greniers à laine sont mis sous scellés. Entre le 10 mai 1721 et le 30 juin 1722, 132 locaux au total sont ainsi fermés132.

112Le transport des morts est problématique à partir de la fin mai. Pour la première fois dans les comptes-rendus du bureau de santé, il est question des corbeaux :

Le nombre de morts ne permettant plus aux corbeaux de pouvoir les transporter, il a été délibéré de faire construire un tombereau, de chercher des mules pour le tirer et qu’il sera placé de même que les mules au petit mas de l’olivier près la lice.

113Les denrées continuent à arriver tant bien que mal en ville. Reste le problème de leur commercialisation. En mai, « la poissonnerie attirant un nombre infini de personnes dont la communication est dangereuse, il a été décidé de la fermer et d’ordonner aux poissonnières de porter leurs poissons par la ville pour être achetés par ceux qui en souhaiteraient ».

  • 133 Sur l’actuelle place Paul Doumer, autrefois place Sainte-Croix.

114La poissonnerie se trouvait dans le populaire quartier de la Roquette133, à l’ouest de la ville. Cette mesure resta sans effet, car « ces femmes se sont toutes rangées à la petite place au devant la poissonnerie et portent par là préjudice beaucoup plus grand, soit par la communication, soit par les mauvaises odeurs ». On décide de « mettre la poissonnerie tout le long des murailles du quai dans la ville, le poisson de mer du coté de la Roquette et celuy de la palud près la porte Saint-Martin ».

  • 134 FPMA, M 558 f° 29.

115Les marins de ce quartier se réfugient dans leur bateau134 :

Pour sauver les matelots de la contagion, ils avoient eu ordre de monter sur leurs barques et de se rendre aux islons de l’embouchure du Rhosne. Plusieurs prirent sur leurs barques des familles de leurs amis. Il en mourut deux ou trois de la peste, on leur fit faire quarantaine et la contagion cessa.

  • 135 AN, B 3/274 fos 218, 201. Le commissaire aux classes est chargé de la surveillance des marins, des (...)

116Ce témoignage de M. de Bouchet est confirmé par Claude Perrault, commissaire aux classes, qui, fixé à Trinquetaille pendant une partie de l’épidémie, est chargé d’organiser le transport du bois du Dauphiné ou des denrées venant de Bourgogne vers Marseille et Toulon. Il indique que la plupart des patrons de barques se sont mis sur leurs allèges avec leur famille pour se garantir de la maladie135 et insiste sur la précarité de la condition des matelots, désormais sans travail :

Ce qu’il y a de plus à plaindre dans les gens de mer de ce département et qui ait le plus besoin de soulagement, ce sont les matelots qui sont presque tous réduits à la mendicité par la cessation de leur travail causée par l’interruption du commerce et de la navigation…

  • 136 AMA, GG 27 fos 226, 243.

117S’il n’est pas dit qu’il y ait véritablement pénurie d’aliments, la situation financière, elle, semble de plus en plus grave de l’aveu des consuls. De fait, le 11 mai, les caisses sont vides. On ne peut plus nourrir ni les quarantenaires, ni les pestiférés. Le bureau de santé délibère alors de prendre toutes les vaisselles d’argent, et les châsses des paroisses, couvents et confréries136 :

Sur l’exposition qui a été faite au bureau par Messieurs les Consuls qu’il n’y a plus un sol dans la caisse du trésorier et que par là l’on n’est plus en état de fournir à la nourriture des pestiférés, suspects, et quarantenaires, le bureau prévoyant de quelle nécessité il est d’avoir de l’argent pour être employé à l’usage susdit, a délibéré de prendre toutes les vaisselles d’argent, les châsses même des paroisses, couvents et confrairies pour être incessament converties en lingots qui seront envoyées à l’hôtel de la monnoye à Montpellier pour en avoir de l’argent qui servira à la nourriture des personnes renfermées dans les divers hôpitaux que la Communauté est forcée d’entretenir, étant toutefois permis aux directeurs des paroisses, couvents et confrairies de racheter leurs châsses ou vaisselles moyennant le prix d’icelle qu’ils prêteront à la Communauté et dont elle supposera l’intérêt au denier vingt de même que du prix de toutes celles qui ne seront pas rachetées.

  • 137 AMA, BB 106 f° 250.

118Aucun accord de l’archevêque n’est explicitement mentionné, mais il est vraisemblable qu’un certain nombre de tractations ont eu lieu. De toutes façons, nous le verrons, un chanoine, représentant l’archevêque est présent aux réunions du bureau de santé. Il s’agit du chanoine Pazery, présent lors de cette délibération. Par ailleurs, le transfert des lingots à Montpellier indique sans doute que l’épidémie, à Aix, empêche un fonctionnement normal dans la province : circulation impossible, fermeture de la Cour des Comptes. À la fin du mois de mai, les marchands de bois refusent de livrer du bois aux fourniers et aux boulangers car ils ne sont pas payés. Le bureau de santé les convoque et leur promet un paiement ultérieur, ceci étant garanti sur la communauté. Combien d’Arlésiens furent assistés ? Le nombre des personnes retenues dans les établissements de quarantaine ou dans les infirmeries peut en donner une idée. S’ajoutent à elles, celles enfermées dans les quartiers les plus atteints (la Major, les arènes). Les consuls parlent dans un courrier du 3 mars à l’intendant de milliers de personnes à aider. Mais il peut s’agir d’une estimation très approximative137 :

… Il n’y reste que des artisans et des paysans au nombre de dix à douze mille, gens de très peu en même temps qui ont tous besoin d’être nourri…

  • 138 G. Buti, op. cit., p. 89.

119En tout cas, dans certaines villes, la proportion des assistés est importante. Gilbert Buti propose pour La Valette une proportion de 40 % de la population totale comme à Toulon138 mais remarque que, bien évidemment, ce pourcentage est variable d’un quartier à l’autre.

Une quarantaine lourde de conséquences

120Une nouvelle quarantaine générale est ordonnée par le marquis de Caylus le 26 mai, bloquant réellement toute circulation. Les paysans habitant dans Arles ne peuvent plus aller dans leurs champs en particulier en Crau à cause des lignes établies à Pont-de-Crau, donc très près de la ville.

  • 139 AMA GG 27 fos 245, 242, 296.

121Les consuls protestent vigoureusement139 :

Monsieur le marquis de Caylus ayant envoyé depuis ce matin des trouppes pour bloquer cette ville, le commerce de la ville avec la campagne se trouve interrompu, par là, l’un et l’autre souffrent d’un préjudice considérable parce qu’ils ont besoin de se secourir l’un l’autre…

  • 140 AMA, GG 35 f° 253.
  • 141 AMA, GG 32 fos 240, 246.

122Le bureau de santé du 29 mai décide de leur accorder « la subsistance s’ils restent enfermés dans leur maison ». Mais ceci ne rassure pas la population, indignée d’être coupée de son moyen d’existence. Les consuls, pris entre deux feux, écrivent alors des « remontrances » au marquis de Caylus. Ce document, véritable anthologie du terroir arlésien, est particulièrement intéressant parce qu’il contient, en marge, les réponses du lieutenant général, sans concessions. Clairement, celui-ci accuse les Arlésiens de manquer de clairvoyance et d’avoir été beaucoup trop laxistes jusque-là. Il veut que la ville jugule l’épidémie intra‑muros et décide de se charger lui-même de la gestion du terroir, y compris dans l’organisation des moissons à venir. Les événements, nous le verrons, le prendront de vitesse. Entre-temps, il a écrit une lettre au commandant de Beaumont140 pour lui expliquer l’attitude qu’il doit avoir avec les habitants, comment les approvisionner. Pédagogue, il cherche à être convaincant, montrant qu’il connaît parfaitement la situation arlésienne et qu’il a prévu des solutions à l’ensemble des problèmes. À son tour, l’intendant Lebret exhorte les consuls à respecter la quarantaine et à reconnaître leurs erreurs passées141. On le voit, un nombre important de courriers échangé pendant ce moment critique montre la détermination des uns et la résistance des autres. Cette nouvelle quarantaine semble avoir été appliquée beaucoup plus sérieusement que les précédentes. Le 4 août, le bureau de santé décide de livrer de l’eau dans les différents quartiers :

Il a été proposé que dans la suite de la quarantaine, les habitans qui se trouvent renfermés dans leur maison manqueroient de l’eau et que comme c’est un aliment duquel on ne peut se passer, cela pourroit obliger lesd. habitans de sortir de leur maison pour en aller quérir si la Communauté n’y pourvoyoit. A été délibéré de louer et prendre des charettes pour cet effet lesquelles porteroient de l’eau par la ville et à tous les cartiers et que led. charettes et ceux qui les conduiroient seroient régulièrement payés par la Communauté.

  • 142 AMA, GG 27 fos 297, 321.
  • 143 G. Buti, op. cit., p. 62.

123Il est fait de même pour les vivres. Le 24 septembre, il est demandé à nouveau aux commissaires généraux de faire appliquer très rigoureusement la quarantaine aux personnes de leur secteur, « de quelque qualité qu’elles soient », sachant que des patrouilles continueront à parcourir chaque paroisse, matin et soir142. Plusieurs autres exemples montrent que, pendant l’épidémie provençale, l’application de la quarantaine fut contestée. Gilbert Buti décrit ce que représente la quarantaine générale à La Valette où elle est mise en place en avril 1721. Il parle de sa complexité en reprenant certaines expressions utilisées à ce sujet à l’époque : « … la mesure, prise malgré nous, soit à contrecœur apparaît comme un désastre ; c’est l’isolement chez soi, l’absence d’activité, le difficile ravitaillement, l’étrange silence marqué sans doute de plaintes d’où ces pleurs et cette épouvante quand le son lugubre des cloches donne le signal du renfermement général… »143. Il cite d’Entrechaux, premier consul de Toulon pendant l’épidémie, qui en 1756 écrivit à propos de ces années noires qu’« une quarantaine générale est un arrêt de mort qu’on prononce ».

  • 144 Pièces historiques sur la peste de 1720 et d’une partie de la Provence en 1720, 1721, 1722, publiée (...)

124D’Entrechaux est également opposé aux maisons de quarantaine. Il pense préférable que les gens soient enfermés chez eux. Mais de nombreux logements sont insalubres et les gens qui vivent d’habitude dehors sont très vite malades144. Buti ajoute : « A posteriori, l’enfermement décidé, désiré, prolongé et redoublé n’apparaît-il pas, dans une certaine mesure, comme une sorte de suicide collectif ? ».

125À Arles, la décision du marquis de Caylus d’établir cette quarantaine a des conséquences particulièrement graves. Une émeute éclate en effet au début du mois de juin. Elle sera étudiée en détail dans la troisième partie. Mais on peut dire d’ores et déjà qu’elle bouleversa l’organisation mise en place par les consuls par les saccages des émeutiers et également par le brassage de population qu’elle occasionna. La peste flamba alors et le pillage des greniers et entrepôts mit à mal les efforts d’approvisionnement.

L’explosion de l’épidémie

126En juin, après l’émeute, les infirmeries sont rapidement pleines de malades et la mortalité y est énorme. Les consuls sont désemparés et n’ont même pas la possibilité d’isoler les personnes atteintes :

  • 145 Claie : assemblage de joncs ou de branches.

… Nous remédirions à ce malheur plus efficacement si les instantes prières que nous avons fait à M. le marquis de Cailus pour avoir des clayes145 du coté de la Crau avoient été écoutées ; nos malades dans cette saison-cy périssent presque tous enfermés dans les infirmeries, et il n’y a que le projet de cabanes formées de ces clayes qui puissse en sauver la plus grande partie…

  • 146 BB 106 fos 294-296.

127Dans une lettre aux consuls de Beaucaire, ils avouent avoir sous-estimé le danger146 :

… Il sembloit que la contagion qui ne faisoit pour ainsi dire que nous effleurer depuis cinq mois avoit dessein de nous traiter plus favorablement que nos voisins. L’expérience des pestes passées aidoit encore à nous flatter, cependant nous nous sommes vus tout d’un coup surmontés par le nombre de malades ; nos infirmeries n’ont pas été suffisantes pour les contenir et nous avons eu la douleur de voir que nous manquions des choses les plus nécessaires par la fausse idée que l’on s’étoit formée de notre véritable situation ;

  • 147 BB 106 f° 300.

128Suit une humble demande de « mauvais linge lessivé » pour les pansements, en espérant que cela ne met pas « à des usages trop bas » la générosité de leurs voisins… Une autre correspondance, cette fois à l’évêque de Castres, fait un état précis de la situation147 :

La ville ne sçauroit être plus affligée qu’elle l’est présentement ; il n’y a point de paroisse qui n’ait de malades en quantité, et surtout celles de la Major et de Sainte-Croix. Nous avons perdu trois médecins, M. Tillet, M. Simon et l’excellent M. Pitot que nous ne sçaurions trop regretter. La moitié de nos chirurgiens sont morts : nous comptons autour de 400 malades dans la ville, parce que nos infirmeries n’en peuvent plus contenir ; il est vray que l’on travaille à des cabannes de clayes de jonc parce que l’expérience nous a appris que les infirmeries quoyque dans des grandes maisons sont meurtrières surtout dans cette saison-cy. Deux couvents de la ville ont été attaqués, les Cordeliers et Sainte Ursule. Trinquetaille a eu trois ou quatre morts suspects depuis le jour de la sédition, mais cela n’a pas eu de suite jusqu’à présent. L’entrée de la Crau a été infectée par l’inondation des paysans qui forcèrent les barrières ; mais les sages précautions que chacun prend dans son petit coin de terre nous font espérer que la peste n’y fera pas de grands progrès. Le Tresbon et le Plan du Bourg se maintiennent sains ; pour ce qui regarde la Camargue, il est vray que la contagion y a passé avec les paysans qui ont eu la liberté d’y aller travailler, mais elle ne se montre que dans peu d’endroits ; et l’ordre que l’on a donné à tous les rentiers de faire loger dans des cabannes à l’écart tous les nouveaux venus de la ville et de les faire travailler séparément des autres étant scrupuleusement exécuté parce que leur intérêt s’y trouve, nous rassure pour cette portion de notre terroir…

  • 148 AN, G 7 1730 pièce 152.

129Quant à Monseigneur de Mailly, il est le destinataire d’une nouvelle demande de secours. La situation est très préoccupante : le nombre de morts ne cesse d’augmenter. Lebret lui-même doute de l’efficacité des mesures qu’il a pourtant recommandées. Il écrit148 :

Quand ce mal est une fois dans un endroit, je croy qu’il faut qu’il y fasse un certain ravage car quand on prend des mesures comme on en a pris à Aix, à Saint-Rémy et à Tarascon, il est moins vif, mais il dure plus longtemps ou bien dans les lieux où l’on prend moins de précaution, l’embrasement est plus violent mais de bien moindre durée comme à Marseille.

  • 149 AMA, BB 106 fos 301, 302.

130Les consuls de Martigues envoient deux chirurgiens à la ville d’Arles. La lettre de remerciement149 des Arlési ens peint une situation malheureusement déjà décrite à Marseille ou ailleurs en Provence :

Le mal est affreux, le spectacle horrible, les remèdes rares et en état de faiblir ; tout manque ou à la veille de manquer ; des habitants sans remède et une ville sans habitants seront bientôt la même chose, et d’une grande ville notre ancienne amye, un grand désert. Voilà notre triste sort…

  • 150 AMA, IIE 290.

131Dans l’ensemble, malgré tout, les consuls disent pouvoir évacuer les morts tous les jours. Cela n’a probablement pas toujours été le cas. Les « clayes » demandées commencent à arriver, permettant de construire les cabanes qui permettront d’isoler les malades. Quelques lieux restent protégés de la contagion : l’hôtel-Dieu abrite 200 personnes, malades « ordinaires » et domestiques, et aucun n’est touché par la peste150.

Un nouveau commandant pour Arles

  • 151 Dominique de Jossaud est également chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis et maître du camp (...)
  • 152 FPMA, M 558 f° 40.

132Dans la ville, il n’y a plus de rassemblement de foule signalé, mais l’émeute est latente. L’intendant décide alors de mettre à la tête de la ville le commandant de Jossaud151, qui servait sous les ordres de M. de Caylus et avait été major au régiment de Noailles et gouverneur de Concarneau. Il était connu pour sa fermeté. Sans être Arlésien, il connaît bien le terrain puisqu’il est né à Tarascon. Arrivé le 23 juin, il fait procéder, nous le verrons, à plusieurs exécutions capitales sur la place du Marché. À Arles qui n’est pas une place militaire, c’est un personnage venu de l’extérieur qui est chargé de rétablir l’ordre. M. de Bouchet s’en félicite152 :

Pour ce qui est des commandants, il faut une autorité armée dans une ville pour éviter le pillage. Dans un temps si malheureux, les consuls ont assez d’occupation pour fournir aux besoins du peuple et des malades ; les bureaux de police sont désertés dès que le mal est violent, et à Arles où tant de gens s’étoient sacrifiés pour servir le public, le bureau de police dans peu ne fut composé que de peu de personnes.

  • 153 AN, G 7 1732 pièce 25.

133Un courrier de Lebret explique cette nomination faite dans le but d’arrêter le désordre qui favorise la propagation de la maladie153 :

… C’est ce qui m’avait fait proposer dès le commencement de nos malheurs de mettre des commandants estrangers dans les lieux malades estant impossible qu’un homme du lieu n’abuze de son authorité ou ne soit envié sans raison…

  • 154 FPMA, M 232 f° 29.

134À Marseille, Langeron, chef d’escadron des galères était devenu commandant en chef de la ville en septembre 1720 avec la même mission. À Tarascon, le chevalier de Gras de Preignes dirige la place en l’absence de M. de Caylus. Ce dernier était installé dans la ville, qu’il quitta au début de l’épidémie. La mise en place dans les villes d’hommes qui leur sont étrangers, ayant pratiquement tous les pouvoirs et en particulier ceux de police et de justice découle de l’arrêt du conseil du roi du 14 septembre 1720 qui démit de ces fonctions le Parlement de Provence. Celui-ci envoie au roi, une fois l’épidémie de peste terminée, d’intéressantes « Remontrances sur les désordres arrivés dans cette province pendant la durée de la contagion, présentées au mois de septembre 1722 et renouvellées au mois de décembre 1723 »154 pour demander le retour de ses compétences et accuser les commandants nommés de mauvaise gestion des événements. Les parlementaires qui veulent retrouver l’ensemble de leurs prérogatives, exposent longuement au roi les dysfonctionnements attribués à plusieurs commandants (Jossaud n’en fait pas partie) et à leurs officiers : abus de pouvoir, jugements expéditifs et injustes, usage de la peine de mort non justifié et exécutions sommaires, officiers municipaux maltraités, mépris de la noblesse locale, malversations et trafics de toutes sortes. Ils donnent de nombreux exemples de ces exactions à Toulon, Hyères, Rians, Tavernes, Entrevaux, Castellane, Lambesc, Salon, Marseille, Tarascon, Mazargues, Néoulles etc. Même s’il faut resituer ce texte dans son contexte, le Parlement de Provence veut retrouver toutes ses attributions, il est très instructif sur ce qui a pu se passer dans différentes villes de la région. Arles ne semble pas avoir rencontré ce type de problèmes. En tout cas, ce texte n’en fait mention, bien qu’il ait été envoyé aux autorités arlésiennes.

  • 155 AMA, GG 27 f° 282.
  • 156 AMA, BB 106 f° 31.

135Parmi les très nombreux problèmes qui assaillent Jossaud, ce sont les questions d’approvisionnement qui priment. Par exemple, le sel manque cruellement aux habitants, en particulier ceux de la rive droite du Rhône, coupés de la ville. En juillet 1721, sur ordre du marquis de Caylus, le commandant de Jossaud aide Étienne Seignoret, contrôleur du bureau de la « débite du sel » d’Arles, à s’approvisionner dans le grenier des entrepôts du roi à Trinquetaille155. Le pont de bateaux étant fermé, il est décidé, toujours sur l’ordre du lieutenant général d’établir un bac en dessous du quartier de la Roquette, au sud de la ville pour rentrer les moissons faites en Camargue. Les fermiers du pont refusant de s’en occuper, l’installation est à la charge de la ville. La vie agricole semble pouvoir reprendre son cours puisqu’une ordonnance du lieutenant général autorise les saisonniers à passer en Camargue, non sans de nombreuses précautions. Mais, une lettre des consuls à l’intendant156, écrite le 9 juillet, montre qu’aucune solution satisfaisante n’a été trouvée puisqu’il a été ordonné aux petits paysans arlésiens (journaliers et petits cultivateurs) qui étaient en Camargue pour les moissons (peut être déjà terminées car elles sont précoces à Arles) de revenir en ville par peur qu’ils n’aillent contaminer le Languedoc :

… Nous sommes forts embarrassés au sujet de nos paisans que M. de Cailus a donné ordre de faire sortir de la Camargue. La plupart y étoient depuis un mois et quelques-uns depuis plus longtemps. Il semble donc qu’il étoit et du soulagement de la ville et du salut de ces pauvres gens de les laisser où ils étoient et il paraissoit suffisant que la Camargue ne fut plus ouverte pour personne ce qui s’exécutoit rigoureusement depuis plus de huit jours. Nous ne sçavons où les placer pour les mettre à l’abri du mal. Ils entrent dans la ville et sont forcés de loger dans des maisons où leurs femmes, leurs enfants ou d’autres locataires sont morts de la peste pendant leur absence, c’est à dire, Monseigneur, qu’ils viennent entretenir le feu que nous comptions d’éteindre par le moyen de la nouvelle infirmerie des Récollets et qui plus est, par leur perte qui paroit inévitable, cette ville qui n’avoit pas déjà trop de paisans s’abime pour toujours. Encore si on se contentait de renvoyer les plus suspects, le nombre n’iroit pas loin mais des gens d’un mois et plus de séjour ne doivent pas beaucoup alarmer le Languedoc, qui outre cette sécurité a une barrière pareille à celle qui avoit Beaucaire lorsque Tarascon étoit affligé du mal ; outre que leur entretien fasse un surcroît de dépenses et d’embarras pour nous et pour nos intendants qui sentent véritablement leur courage manquer à la venue de ces nouveaux hôtes…

  • 157 FPMA, M 558 f° 29.

136Le problème de la gestion du terroir arlésien est décidément récurrent pendant toute l’épidémie. Le Rhône lui-même est source de danger, comme le raconte Bouchet de Faucon157 :

Il y avoit deux chaloupes commandées par des officiers de vaisseaux qui gardoient l’embouchure du Rhosne pour que rien n’y entrât, qui veilloient aux barques que l’on avoit fait mettre le long des islons, et qui devoient se promener le long du Rhosne pour qu’aucun bateau ne s’y arrestât. Malgré cette précaution il pouvoit arriver quelque accident par la rivière. Les propriétaires estoient attentifs à faire déloger les bateaux en employant l’autorité de l’officier qui commandoit les lignes.

137Gérer la campagne, répondre aux besoins importants des citadins, le quotidien du commandant Jossaud et des consuls n’est pas une sinécure…

  • 158 AMA, GG 27 f° 283.

138À partir de juillet se pose le problème de la disparition des différents corps de métier. Ceux touchant à l’alimentation rendent la vie quotidienne de plus en plus difficile en particulier le manque de boulangers, mais aussi les fourniers, responsables des fours communaux. Tous sont malades ou morts. Le marquis de Caylus fait organiser les secours avec l’aide de Tarascon et de Beaucaire. Parallèlement, on tente d’ouvrir à nouveau les fours de la ville en y mettant des compagnons158.

  • 159 AN, B3/274 f° 218.

139Claude Perrault, le commissaire aux classes dont il a été question plus haut, écrit au ministère de la Marine qu’il est impossible de procéder à des embarquements de bois (vers Marseille et Toulon), car les propriétaires d’allèges réfugiés sur leurs bateaux refusent de travailler et « presque tous les matelots d’Arles sont morts »159.

140Le « parfumage » des maisons des pestiférés est systématique. Quelquefois, les interventions se passent mal et des incidents éclatent. Au début du mois de juillet, « voulant faire parfumer diverses maisons qui avaient été infectées, on avait fait venir des parfumeurs de Marseille. Ils avaient été placés sous les ordres du sieur Bertrand. La maison de Marie Guirand, veuve du sieur André, située dans la paroisse Notre-Dame-la-Principale vis à vis des pères jésuites se trouvait dans le cas d’être parfumée, car il en était sorti la servante de la demoiselle Guirand atteinte de la peste et conduite de l’ordre des commissaires de la dite paroisse dans l’infirmerie de la Charité, les parfumeurs vinrent avec parfums et poudres… ».

  • 160 AMA, BB 90 fos 17-18.

141Les manipulations ont été faites apparemment sans assez de soin, la poudre prend feu, la maison est en partie détruite, tous les meubles et effets sont endommagés. Les maisons voisines sont atteintes et il y a des morts et des blessés parmi les parfumeurs. Plus tard, la demoiselle Guirand, guérie, demande à être indemnisée et veut que sa maison soit réparée. Le total des frais représente 1 891 livres que les consuls refusent de payer. L’affaire est jugée à Aix et la somme fixée à 1 500 livres160.

  • 161 AMA, BB 106 f° 316.
  • 162 AMA, GG 27, f° 286.

142Tous les malades, de plus en plus nombreux, qui sont en ville sont systématiquement portés dans les deux infirmeries nouvellement ouvertes par le commandant Jossaud à la Charité et aux Récollets. On espère que de cette manière la ville s’assainira161. Pour ajouter encore aux difficultés, des pluies abondantes perturbent la construction des cabanes et l’installation des nouvelles infirmeries. Il est ordonné aux corbeaux de rentrer dans l’infirmerie de la Charité « pour ranger et réparer les lits » afin de « placer par ce moyen une plus grande quantité de malades »162. Une grande réorganisation des moyens existants est donc en cours qui à la longue va porter ses fruits.

Médecins, chirurgiens et apothicaires

143L’aide de Marseille, en particulier médicale, est importante. Une lettre envoyée le 1er juillet par les Arlésiens aux échevins montre des liens étroits entre les deux villes (voir p. 270). Ils n’hésitent pas à leur demander du secours et les remercient chaleureusement le 18 juillet quand celui-ci est arrivé.

  • 163 AMA, GG 32 fos 292, 364.

144Les échevins font venir de Toulon, où ils avaient sans doute été envoyés une première fois après avoir servi pendant l’épidémie marseillaise, et envoient à Arles sept chirurgiens, un apothicaire, un maître-infirmier, 15 infirmières, 25 corbeaux, deux confesseurs, mais aussi du savon, et des drogues pour lesquels il est d’ailleurs difficile de trouver un transporteur163.

  • 164 AMA, GG 35 f° 532.

145Les médecins, les apothicaires et surtout les chirurgiens, qui arrivent en plus grand nombre, apportent leurs secours d’une ville à l’autre à la demande des villes atteintes mais aussi sur ordre de l’intendant (ils contribuent peut-être aussi à la propagation de la maladie ?). Un état très complet de tout le personnel médical venu de l’extérieur qui a servi à Arles164, sans compter les médecins et chirurgiens arlésiens, a été fait pour les procureurs de pays par les consuls en 1722, au moment de rendre des comptes. Il établit leur provenance, la période de service, leurs appointements, leur devenir. Au total, 26 chirurgiens, 3 apothicaires et 2 médecins furent envoyées par les villes voisines. Il ne mentionne rien sur l’arrivée d’infirmiers ou infirmières. D’après les renseignements notés par les consuls, une majorité des chirurgiens envoyés à Arles semble venir de Toulon. L’arrivée des médecins et apothicaires s’échelonne entre janvier et août 1721. Mais ce sont les chirurgiens, indispensables pour traiter les bubons des pestiférés, qui sont reçus à Arles en plus grand nombre, à partir de juin, quand l’épidémie empire, surtout en juillet et août. Ceci posera d’ailleurs des problèmes aux consuls, nous le verrons, car les malades sont de moins en moins nombreux à partir de la mi-août et le personnel médical est alors en surnombre. Mais ce décalage est normal car ces hommes ont reçu l’ordre de se rendre à Arles en juillet, au plus fort de la maladie.

  • 165 FPMA, M 558 f° 30.

146Aucun des apothicaires signalés dans l’état réalisé par les consuls ne décède. Un médecin, qui soignait les pestiférés depuis plusieurs mois, meurt. Sur 26 chirurgiens « étrangers », 3 seulement décèdent. Ils venaient de lieux pestiférés et sont repartis ensuite vers les villes nouvellement atteintes. Ont-ils continué à résister à la maladie ? Leurs organismes ont-ils acquis au fils des mois une certaine résistance au mal ? Nous ne le savons pas. La liste établie par les consuls montre que ces hommes sont, pour la plupart, restés à Arles plusieurs mois, quatre à cinq en moyenne. La destination de ces hommes après l’épidémie arlésienne est majoritairement Orange (en tout cas pour ceux où cette indication figure), qu’ils rejoignent en novembre et décembre 1721, au moment où la ville est particulièrement atteinte. Nous avons peu d’indication sur la vie de ce personnel médical à Arles, sauf la plainte du propriétaire de l’auberge « Le logis du Faucon » au sujet de vols faits dans sa maison où furent hébergés pendant l’épidémie des chirurgiens qui auraient dérobé toutes les « provisions de bouche ». Bouchet de Faucon apporte un témoignage intéressant sur les médecins qui furent présents à Arles pendant l’épidémie. Parmi ceux qu’il cite, le sieur Pitot (venu de Montpellier)165 :

M. Pitot, médecin, mourut des premiers. Messieurs Simon, Laurent, Tillet et Arnaud, médecins aussi, l’avoient suivi. M. Compagnon, autre médecin, devoit par le sort, après M. Pitot, prendre le poste des infirmeries ; il s’enferma chez lui et dit que les malades ne pouvoient servir des malades. Depuis lors, il n’y eust point de médecins aux infirmeries et l’expérience a fait voir qu’il vaut mieux conserver les médecins pour un temps où leur art peut estre utile, que de les sacrifier à la peste, où il ne faut que des corbeaux, des chirurgiens, des infirmiers et infirmières…

  • 166 AMA, GG 35 f° 532.

147Ce document semble montrer que les médecins auraient payé un plus lourd tribut que les chirurgiens à la peste. Il cite six médecins (un autre médecin figure dans l’état établi par les consuls. Il s’agit de M. Lunel, arrivé en août et parti à Salon à la fin de la peste) et indique que cinq sont morts. Les médecins cités par Louis de Bouchet sont vraisemblablement tous arlésiens (sauf M. Pitot) car ils n’apparaissent pas dans l’état du personnel médical envoyé de l’extérieur. D’ailleurs, plusieurs officient déjà à l’automne 1720 : Antoine Simon a fait un voyage à Martigues en octobre, puis a « visité » la première morte suspecte, en Crau, le 27 novembre ; dans ces deux lieux, il n’a pas détecté pas de cas de peste. M. Compagnon et Antoine Laurens reconnaissent des morts pestiférés fin décembre, en Crau166.

  • 167 AMA, GG 143.
  • 168 AMA, GG 30 cahier 3.
  • 169 FPMA, M 2414 fos 96, 55, 57.

148Nous l’avons vu, sur les 26 chirurgiens envoyés à Arles, trois sont inscrits comme morts en service. Le registre paroissial de l’église Saint-Pierre-de-Trinquetaille fait apparaître la mort d’un chirurgien arlésien, Jean Louis167, et de toute sa famille et d’autres sources, celle de Claude Petiteau, arlésien lui aussi. Dans les listes de morts168, sont cités : M. Mutuel, chirurgien des Minimes, mort le 6 juin, M. Bernard, mort le 13 juin, M. Lèbre, mort le 19 juin, Claude Estrivier, mort le 28 juin. Nous n’avons pour juillet que des listes très incomplètes, mais sans doute il y eut-il d’autres décès de chirurgiens pendant ce mois de grande mortalité, à la fin de l’épidémie. François Peilhe, dans son récit de l’épidémie indique la mort de 35 chirurgiens et médecins169. Sept chirurgiens, Claude Chabrier, Honorat Paris, Jean-Baptiste Borelly, Sylvestre Larnac, Joseph Aubert, Charles Féraud et Jean Léotard obtiennent leurs « lettres de maître-chirurgien ».

Les commandants et les consuls sont atteints par la peste

  • 170 AMA, BB 106 fos 308, 313.

149Pour les autorités municipales arlésiennes, le mois de juillet 1721 est particulièrement tragique. Aucune autre ville provençale ne semble avoir été aussi violemment frappée à sa tête. Un à un, les consuls sont atteints par la peste, à commencer par le premier d’entre eux, Monsieur de Gleize Fourchon. Le 5 juillet, les consuls se trouvent au comble de la détresse. Ils écrivent à l’intendant170 :

  • 171 M. de Fourchon est le premier consul. M. Chartroux est le 4e consul (bourgeois).

Nous nous trouvons dans des embarras qui ne sont pas concevables, et sans le secours du Seigneur, nous ne croyons pas que nous puissions jamais en sortir. Messieurs de Fourchon et Chartroux171 sont attaquez par le mal, l’un chez lui, l’autre dans la maison de ville que nous avons abandonnée…

  • 172 AMA, BB 106 f° 361. Les consuls de Nîmes ont demandé aux Arlésiens « un journal » des mesures prise (...)
  • 173 M. de Beaumont était commandant d’Arles jusqu’à la venue de M. de Jossaud.

150Le premier consul meurt d’ailleurs le 5 juillet. Les secrétaires sont atteints ainsi que les intendants de santé. L’hôtel de ville est entièrement « infecté ». Les consuls n’ont plus accès à leurs papiers, n’ont plus de lieu de réunion fixe et se retrouvent finalement « dans une place publique pour traiter les affaires les plus sérieuses »172. Ce fait semble assez exceptionnel. Les choses s’aggravent encore puisque les décès se succèdent. Monsieur de Beaumont, commandant d’Arles avant M. de Jossaud, atteint par le mal, décède le 17 juillet173. Le 19 juillet, on « parfume » l’hôtel de ville déserté. La maladie atteint même l’entourage de Monsieur de Jossaud dont un valet est pestiféré. Un témoignage du chanoine Perrinet, dignitaire de l’Église d’Arles indique même que « … M. de Jossaud, notre nouveau commandant est ataqué. Si nous venions à perdre ce Monsieur, nous serions tous perdus. Il comenceoit à mettre tout l’ordre qui estoit possible et avant qu’on luy eut donné un successeur et qu’il peut être entré dans ses vues, tout périroit dans cette infortunée ville ».

151Aucun autre texte ne parle de cette atteinte, peut-être légère. Le nouveau commandant d’Arles doit pourtant faire face à une situation d’urgence : il doit remplacer au fur et à mesure les consuls, dont certains, sitôt nommés, tombent malades. M. de Sabatier, nommé à la place de M. de Fourchon meurt le 21 juillet, remplacé aussitôt par M. de Graveson qui décède presqu’en même temps. Guillaume de Piquet, malade, devient alors premier consul. Il survivra. M. de Chartroux, 4e consul tombe malade mais guérit lui aussi, tout comme le consul Brunet. Un seul consul semble rester à la barre, Monsieur Grossy (second consul), qui avait eu cependant une première atteinte début juillet :

Je me trouve encore malheureusement obligé de vous écrire seul, M. de Graveson est mort, et M. de Chartroux est tombé malade et est réellement attaqué du mal contagieux, M. de Jossaud qui est témoin de l’embarras où je me trouve vient de remplacer tant MM. Brunet et Chartroux, par MM. Granier et Honorat, que M. de Graveson par M. de Piquet, celuy cy avoit une peste douce et bénigne qui ne l’a pas empêché de se charger du chaperon, mais qui ne laisse pas de faire craindre pour ceux qui sont obligez de l’approcher. Il n’est point guéri encor d’un charbon au bras, ce qu’il y a du moins de consolant pour le public et pour luy, c’est qu’il ne tombera pas facilement malade, et qu’il pourra agir avec moins de risque…

  • 174 AMA, BB 106 fos 314-316.

152Et deux jours plus tard : « … nous venons de perdre M. de Sabatier qui avoit succédé à M. de Fourchon, et M. le major de Bouchet, M. de Cays l’aisné viennent également de mourir… ». Le sort le rattrape lui aussi. Les nouveaux consuls écrivent le 26 juillet à l’intendant174 :

… Nous n’oublierons rien, Monseigneur, pour nous acquitter de ce nouvel employ avec tout le zèle et toute la vivacité que les circonstances du temps demandent. M. Grossy vient de tomber malade, il a tous les symptômes du mal contagieux, Dieu veuille le conserver, car il travaillait avec bien du feu et du succès. Nous signerons pourtant la lettre qu’il comptait signer tout seul…

  • 175 FPMA, M 2414 f° 96.

153Grossy meurt à son tour. Au total, quatre consuls sont morts, ainsi que le commandant de Beaumont. L’hécatombe des consuls arlésiens est donc tout à fait exceptionnelle, provoquant une grande confusion dans la ville. Le premier consul est renouvelé trois fois, les trois autres consuls, une fois. Il n’est fait état dans aucun texte d’un refus de prendre la charge du consulat par peur de succomber à son tour. Le courage et la bonne volonté de ces hommes semblent immenses. François Peilhe, dans son récit de l’épidémie175 indique que 35 conseillers municipaux (sur 140), soit 25 %, sont morts : 11 nobles, 7 avocats, 17 bourgeois. Ces chiffres sont extrêmement élevés et montrent une véritable hécatombe parmi les autorités arlésiennes. Effectivement, aucune situation semblable n’est signalée dans les autres villes atteintes. La situation est d’autant plus complexe qu’avant même qu’ils ne soient atteints par l’épidémie, le roi avait abrogé le consulat en place. Le 18 juin 1721, il avait ordonné aux quatre consuls (Jacques de Gleize Fourchon, Jean Chartroux, Grossy et Pierre Brunet) de cesser leur fonction : ils avaient certainement été tenus pour responsables de l’émeute de juin. MM. de Piquet, Francony, Granier et Honorat sont alors désignés en remplacement.

  • 176 AMA, GG 27 f° 274.

154Les décès successifs compliquent encore les choses. Nous l’avons vu, le 6 juillet, M. de Caylus nomme Honoré de Sabatier, 1er consul à la place de M. de Fourchon mort la veille176 :

Monsieur de Jossaud commandant a fait lecture d’une lettre que M. le Marquis de Cailus luy a écrite portant qu’il fairoit donner à la ville tous les secours nécessaires et que en lieu et place de feu M. de Fourchon premier Consul, Monsieur Jean Honoré de Sabatier devoit être prié d’en faire la fonction. M. de Sabatier présent aud. bureau a été prié d’agir en la ditte qualité, en attendant de recevoir un ordre exprés de la Cour.

  • 177 AMA, BB 106 f° 329.

155Pourquoi ne s’agit-il pas de M. de Piquet désigné par le roi ? Sans doute parce qu’il est lui-même atteint. Par contre, Francony, Granier et Honorat sont bien notés comme consuls le 21 juillet dans le registre du bureau de santé. En fait, Lebret n’a fait exécuté l’ordonnance du roi que le 2 août. La situation se stabilise à ce moment-là puisque plus aucune mort n’est à déplorer parmi les nouveaux consuls. Dans les semaines qui suivent, les nouveaux consuls insistent dans de nombreux courriers sur le nombre anormal de notables décédés, par rapport à la mortalité dans les autres villes. Un curieux fatalisme apparaît en particulier dans une lettre envoyée au marquis de Brancas177 :

… Nous avons même eu le malheur de perdre beaucoup de gens de condition et quantité d’honnêtes gens de tout état ce qui n’est point arrivé ailleurs. Il semble que la contagion, au désepoir de ne pouvoir pénétrer dans le reste du royaume a fait son dernier effort sur nous ; nous acceptons encore ce sacrifice avec plaisir pourvu que nos voisins soient épargnés…

  • 178 R. Vignal, op. cit., p. 41.
  • 179 R. Bruni, Le Pays d’Apt malade de la peste, Aix-en-Provence, Édisud, 1980.
  • 180 M. Signoli, Études anthropologiques de crises démographiques en contexte épidémique : Aspects paléo (...)
  • 181 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte…, op. cit., p. 102.
  • 182 Ibid., p. 303. Une citation de P. H. Roux indique un millier de personnes au maximum.
  • 183 Cette information m’a été communiquée par Claudine Brohon-Cahour, conservateur des archives municip (...)
  • 184 Sylvestre Clap, archiviste de la Ville d’Avignon a bien voulu me donner ces renseignements.
  • 185 Alain Coutarel, La peste de 1721-1722 à Orange (texte dactylographié conservé aux archives municipa (...)
  • 186 Délibération municipale du 25/5/1721 (BB 81, f0183). Ce renseignement m’a été donné par Christine M (...)
  • 187 G. Buti, La peste à La Valette, op. cit., p. 79.

156Rien de tel à Tarascon, dont Robert Vignal écrit : « Pas de mort, semble-t-il, parmi les notables »178 ni à Apt179. À Martigues, une épouse, une veuve et une fille de procureurs au siège de la ville décèdent ainsi que les enfants d’un notaire et d’un lieutenant à l’Amirauté180. À Marseille, aucun échevin n’est signalé comme pestiféré. Parmi les notables, Monseigneur de Belsunce voit tout son entourage mourir mais n’est pas contaminé181. Proportionnellement à l’ensemble de la population, peu de « gens de qualité » meurent182. À Aix, le premier consul, M. de Vauvenargues et l’assesseur Buisson ont été récompensés par le roi après la peste pour leur conduite exemplaire pendant l’épidémie et parce qu’ils n’ont pas fui. Aucune mort n’est signalée dans les textes au sein du corps municipal183. À Avignon, les trois consuls élus, Charles-Noël de Galéan des Issarts, Joseph Louvet et Joseph-Gaspard Imonier, très présents pour soulager les habitants sont épargnés. Parmi les personnes très exposées, on note cependant la mort de l’abbé de Guilhem, directeur des infirmeries, de Gabriel d’Augier, conducteur de parfums, du docteur Normandeau, inspecteurs des troupes et des parfums184. À Orange, cinq notables dont deux nobles sont notés dans le registre de mortalité de 1721-1722 ; il n’est pas mentionné qu’ils soient consuls ou conseillers185. Mais à Toulon, par contre, le second consul, Gabriel Gavoty meurt de la peste et est remplacé par Jacques Portalis186. Et à la Valette, le premier consul, Joseph Farnous décède de la peste en mai 1721187, ce que les consuls arlésiens ont certainement appris. La mortalité des édiles arlésiens a donc bien un caractère tout-à-fait exceptionnel.

Les cimetières

157Lié au grand nombre de décès, le problème des inhumations s’est rapidement posé. Prévoyant des suites malheureuses, compte tenu de la correspondance qu’il a échangé avec Monseigneur de Belsunce, l’archevêque d’Arles, Jacques de Forbin-Janson avait demandé le 30 janvier 1721 aux consuls de choisir un cimetière pour les pestiférés « qu’il soit bien aise de bénir ».

  • 188 AMA, GG 27 fos 93, 96.

158Le cimetière choisi parmi « les endroits les plus à portée des infirmeries et le moins préjudiciable à la santé est une terre de dépendance du mas de Griffeuille laquelle est la plus près des infirmeries et fort écartée des grands chemins »188.

  • 189 Ch. Carriere et al., op. cit.
  • 190 M. Signoli, op. cit.
  • 191 Tzortzis, sous presse.
  • 192 Gambaro et al., sous presse.
  • 193 B. Bizot et al., La saison d’une peste (avril-septembre 1590) : le cimetière des Fédons à Lambesc, (...)
  • 194 M. Signoli et al., sous presse.

159Cette terre est située à l’est d’Arles, à 500 m environ du centre ville, proche à la fois du couvent des Minimes, de l’infirmerie Saint-Lazare et de l’infirmerie Saint-Roch. Figurant dans les textes et dans les mortuaires sous l’appellation « cimetière des pestiférés » sera-t-il aussi appelé par la suite dans les registres « cimetière Saint-Roch » (mention fréquemment rencontrée) à cause de sa proximité des infirmeries Saint-Roch, ou bien le cimetière de Griffeuille s’ajoute-il dans ce quartier, au cimetière Saint-Roch beaucoup plus ancien ? Cette question est encore sans réponse. Cette décision de mise en place de structures sanitaires temporaires et d’inhumations des victimes de la peste à la fois à distance des agglomérations et en même temps en un lieu pas trop éloigné est caractéristique de la gestion de l’épidémie de 1720-1722. On trouve un comportement similaire par exemple à Marseille189, à Aubagne190 ou à Martigues191. C’est également une pratique que l’on observe lors d’épidémies plus anciennes dès le XIVe siècle à Venise192, en 1590 à Lambesc193 ou lors de l’épidémie de 1628-1632194.

160Il ne reste aujourd’hui aucune trace de ce cimetière des pestiférés arlésiens. Seul le lieu a gardé son nom : le quartier de Griffeuille, longtemps couvert de prairies, a été construit d’immeubles en 1965. Le 20 février 1722 après la peste, on procéda à l’arpentage des terres du clos de Griffeuille appartenant à la famille Ganteaume, « occupées par le cimetière où l’on a enterré les pestiférés ».

  • 195 FPMA, M 2328, p. 175.

161Il y eut en fait vente forcée au prix de 1 530 livres (337 livres la cétérée ainsi que 64 livres d’intérêt et une rente de 81 livres par année d’occupation des lieux fixée le 21 février 1721, date de l’ouverture officielle de ce cimetière). La rente est liquidée en février 1722, soit exactement un an après. Par ailleurs, on crée de nouveaux enclos dans l’ancien cimetière des Alyscamps et en particulier le cimetière de Saint-Bourdon, près de la chapelle de Saint-Bourdon en ruine, où seront enterrés les notables et les ecclésiastiques principalement en juillet et août 1721. Émile Fassin signale que le cimetière Saint-Bourdon et Saint‑Bertulphe, appelé aussi cimetière de Saint-Bardoux dépendait au Moyen Âge de l’église Saint-Bardos195. Laurent Bonnemant apporte des précisions sur la façon dont ces notables furent enterrés :

  • 196 L. Bonnemant, Recueil d’Antiquités, p. 62.

On les mit dans des tombeaux tirés des Alyscamps, qu’on recouvrit ensuite de terre196.

  • 197 À Marseille, Monseigneur de Belsunce s’émeut de faits semblables. Voir Ch. Carrière et al., Marseil (...)
  • 198 AMA, GG 27 f° 273.

162Les personnes enterrées dans le cimetière des pestiférés comme l’indiquent les registres paroissiaux, le sont, sans doute, sans égard particulier197. Seules les plus hautes personnalités ont droit à des manifestations honorifiques. Le 5 juillet à Arles, on enterre Monsieur de Fourchon, premier consul, dans le cimetière de Saint-Bourdon réservé aux personnes de qualité. « À midi, on fit sonner toutes les cloches »198.

  • 199 Le Musée, 2e série, n° 14, 1875.

163Laurent Bonnemant raconte ce qu’il advint, à la fin du siècle de ces sépultures199 :

Aujourd’hui, j’ai vu un tombeau du tertre contre lequel sont appuyés les restes de la chapelle ruinée de Saint-Bourdon (Bertulphe) dans lequel étaient les ossements d’une des victimes de la dernière peste. J’ai eu beau représenter, les ossements ont été jetés parmi les décombres. Les carriers m’ont assuré avoir la permission de nos magistrats de tirer de la pierre pour réparer les chaussées, de ce tertre où ont été ensevelis, dans des anciens tombeaux de pierre enfoncés dans la terre, les Consuls, les prêtres, les religieux et autres personnes de considération, qui moururent au service des pestiférés lors de cette dernière contagion.

  • 200 FPMA, M 2414.
  • 201 AMA, GG 32 f° 535.

164La construction de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille en 1848 acheva cette destruction. Un autre cimetière de pestiférés est mis en service à la commanderie de Saint-Thomas de Trinquetaille200. Un document indique que le 2 octobre 1722, il est procédé à l’arpentage de la terre de feu Bernard qui a servi de cimetière des pestiférés dans ce quartier201. Est-ce une autre fosse ? Bien qu’aucun texte n’en parle, d’autres fosses ont peut-être été ouvertes en catastrophe, en juillet et août 1721. Cependant la découverte en 1974 sur l’esplanade des Lices d’un charnier contenant de très nombreux os noircis et mal conservés, avec la présence de couches de chaux, disposés dans une fosse d’au moins quatre mètres de large n’a malheureusement pas été exploitée. Il n’y eut ni étude, ni relevé, ni photographie. Ces fouilles ayant été limitées dans l’espace et dans le temps (les travaux entrepris pour la construction d’un parking ont repris très rapidement), il n’est pas possible de connaître la longueur de la fosse. Aucun autre charnier n’a pour le moment été découvert à Arles, sauf, très récemment, près de la sous-préfecture, des ossements apparemment mêlés de chaux qu’il n’a pas encore été possible de dater, ni d’attribuer avec certitude à une inhumation de pestiférés.

165À la fin de l’épidémie, il fallut se soucier de l’état de ces champs, situés autour de la ville, qui ont été transformés en urgence en cimetière. Ainsi le cimetière Saint-Roch est ouvert de deux cotés et on s’inquiète que des chiens puissent creuser la terre et déterrer des cadavres pestiférés, au risque de faire réapparaître l’épidémie. Une inspection des consuls est demandée. Il est ensuite décidé d’entourer le cimetière d’un mur. Il sera fait de même à Saint-Bourdon. Au Plan du Bourg près du mas des Massets, les terres d’un patron de barque ont servi de cimetière et plusieurs fosses y ont été ouvertes. On dédommage le propriétaire en lui donnant 180 livres.

  • 202 AMA, GG 27 fos 379, 383, 118, 184.

166Mais au début de l’épidémie, on a continué à enterrer dans les églises : ainsi le 22 février, « le bureau a délibéré que le tombeau dans lequel on avoit enterré un enfant de Jeanne Lafont qui est morte de la peste seroit bien cimenté et qu’il fut noté de manière qu’il ne s’ouvre plus attendu le soupçon qu’il y a que cet enfant ne fut mort de la peste »202.

167Cette inhumation se fait dans l’église Saint-Martin, église paroissiale située dans le quartier du Méjan, tout près du Rhône. Aujourd’hui encore une inscription subsiste sur un mur de l’église (côté ouest) et mentionne :

  • 203 Le Musée, 2e série, n° 16, 1875.

Les trois tombeaux cramponnés cy dessous sont pestiférés du 8 février 1721203.

168Cachée par des panneaux d’exposition, elle n’est pas visible actuellement.

169Alors que les pestiférés sont enterrés dans les cimetières prévus à cet effet, il y a encore en avril et même en mai des inhumations dans des paroisses.

  • 204 Des situations similaires se rencontrent à Marseille. Voir Ch. Carrière et al., Marseille ville mor (...)
  • 205 Sylvain Gagnière a écrit un article à ce sujet : « La désinfection des caveaux d’églises après les (...)
  • 206 FPMA, M 558 f° 30.

170Ainsi deux pestiférées, Marie Barthelémy et sa fille, qui habite la rue Trissemousse, non loin des arènes, meurent et sont enterrées dans l’église Saint-Antoine-Saint-Julien située dans le quartier de la Cavalerie au nord-est de la ville. Là aussi, leur tombeau reçoit une marque spéciale. D’autres inhumations ont lieu en mai dans l’église Sainte-Croix204. Ces tombes seront un sujet de préoccupation pour les consuls à la fin de l’épidémie : en effet, comment être sûr qu’elles ne contamineront pas les fidèles ? On s’intéresse à une machine à soufflet utilisée à Avignon pour introduire « le parfum » dans les tombeaux. Mais toutes ces tombes, par précaution seront scellées par des crampons de fer205. Enfin, un seul témoignage, celui de Bouchet de Faucon206, parle de cadavres jetés dans le Rhône :

Le plus grand risque que l’on couroit dans les terres situées au bord du Rhosne venoit des hardes et des cadavres que l’on jetoit à la rivière à Arles et que la rivière laissoit quelquefois sur ses bords.

171Était-ce une pratique courante, pratiquée en cachette, en tout cas non officiellement ? Aucun autre texte d’archives ne semble exister sur ce point précis.

Une nouvelle et bénéfique quarantaine générale

172Devant la gravité des événements et les rapports alarmants faits par Jossaud, un édit du roi ordonne à nouveau une quarantaine générale (la troisième depuis le début de l’épidémie). Celle-ci doit commencer le 4 août et est soigneusement préparée afin que les habitants ne manquent pas de nourriture. Il s’agit cette fois d’empêcher complètement les habitants de sortir de leur secteur et même de leur maison. Toute communication est interdite, hormis les gens affectés à l’approvisionnement :

Défense à toute personne de sortir de sa maison exceptées les personnes préposées par le bureau de santé pour pourvoir aux besoins des pauvres particuliers.

  • 207 AMA, GG 32 fos 293, 304.
  • 208 AMA, BB 106 fos 317-318.
  • 209 Il ne semble pas qu’aucun de ces imprimés ait été conservé.
  • 210 AMA, GG 35 f° 366.
  • 211 AMA, BB 106 fos 313, 333, 321, 330.

173Des punitions seront ordonnées pour les bourgeois et les paysans qui ne respecteront pas la quarantaine. Rien n’est prévu pour les nobles207. Le 30 juillet les consuls écrivent à l’intendant un courrier208 qui fait état de la pénible situation, de la mort de nombreuses personnalités et d’un grand nombre d’Arlésiens envoyés sur le terrain par M. de Jossaud. Mais une lueur d’espoir perce : le nombre de malades commence à diminuer. Le commandant met en place une organisation considérable, la ville étant répartie en sept commissariats généraux (correspondant aux paroisses). Il est indiqué qu’un imprimé209 est donné à chaque commissaire général avec les consignes permettant de savoir comment se comporter pendant la quarantaine. Des magasins sont établis dans chaque paroisse pour abriter les provisions. Des charrettes portent de l’eau dans tous les quartiers. Des patrouilles sont présentes dans la ville pour faire respecter la quarantaine. Seuls des billets de sortie autorisent la circulation. N’entrent dans la ville que les confesseurs, chirurgiens, infirmiers et corbeaux envoyés par l’intendant, comme ceux qui partent de Toulon pour Arles le 17 juillet210. Les commissaires doivent apporter tous les jours l’état des malades et des morts. Mais dans la réalité, cette gestion des décès est pratiquement impossible à faire et des excuses sont adressées à l’intendant pour ce retard à répondre à sa demande211 :

Pardonnez-nous, Monseigneur, le désordre où nous avons été jusqu’à présent à cet égard, la mort de presque tous les curés et vicaires des paroisses, d’une partie des commissaires et de leurs aydes en a été la seule source, nous le réparerons autant qu’il sera en nous, dans la suite…

174Comment a été faite cette mise à jour, puisque, nous le verrons plus loin, des chiffres précis ont été donné à la fin de l’épidémie, nous ne le savons pas. Mais cela permet d’avoir un doute sur la fiabilité de ces chiffres. En tout cas, il faudra attendre la mi-août pour qu’un état des morts des dix premiers jours du mois de juillet soit envoyé. Celui couvrant le début de la contagion jusqu’au premier juillet est promis pour les jours suivants. Qu’en a-t-il été pour les morts les plus nombreux, ceux du mois de juillet ?

175Les consuls s’en expliquent quelques jours plus tard :

… Comme il s’est trouvé quelques lacunes dans les pièces (justificatives) ou que nous n’avons peut être pas recouvré tout ce qu’il y avoit, nous y avons suppléé par les connaissances particulières que nous avons sur ce sujet, de sorte que si cet état ne contient pas la plus rigoureuse vérité, il en approche du moins de fort près…

176À cette occasion, ils précisent qu’ils écrivent trois fois par semaine à l’intendant pour le tenir au courant de l’évolution de la situation : le lundi, le mercredi et le samedi… Le 6 août les consuls se félicitent de ce que « tous les ressorts de notre quarantaine qui commença avant hier jouent avec une facilité merveilleuse ; on suit dans toutes les paroisses avec la dernière exactitude un règlement qui a été dressé pour l’exécuter avec succès… ».

177Au milieu du mois, même satisfaction :

Notre quarantaine s’exécute très exactement. M. de Jossaud dont nous sommes tous les jours plus charmés fait des exemples de ceux qui y contreviennent…

178Une grande sévérité semble régner mais les choses se passent apparemment beaucoup mieux que lors de la quarantaine du début du mois de juin. Mieux préparée, la dernière intervient de plus quand les moissons sont terminées. Ceux qui ont survécu à l’hécatombe de juin et juillet comprennent certainement le bien fondé des mesures prises. Une quarantaine de ce type, assurant la subsistance de tous les habitants restés en ville et les gardant rigoureusement enfermés aurait-elle, appliquée dès le début, arrêté l’épidémie ? Cela est possible.

  • 212 FPMA, M 909 f° 329.

179Un « mémoire instructif pour se garantir de la peste quand on est une ville qui est infectée », anonyme, traduit le soulagement qu’on dût éprouver en août 1721 les consuls en voyant leur ville entre les mains d’un commandant avisé212 :

… Une ville a une heureuse avance lorqu’elle a le bonheur de posséder un commandant sage, éclairé, doux, ferme et capable…

  • 213 AMA, GG 27 f° 299.

180Les difficultés subsistent, bien évidemment. En particulier, il est difficile de trouver des responsables encore valides qui puissent mener à bien l’organisation mise en place, comme le montre ce qui est inscrit par le bureau de santé le 7 août213 :

Il a été proposé que comme Monsieur Granier, troisième consul, se trouve attaqué du mal et qu’il s’est retiré à son jardin de Foucard proche de l’infirmerie St Roch lequel donnoit tous ses soins pour les provisions nécessaires et pour régler les comptes et que le sieur Simon qui travaille dans le dit bureau ne peut pas agir seul attendu la grande quantité d’affaires, a été délibéré qu’on cherchera quelques personnes qui veuille bien venir travailler dans le dit bureau et que Messieurs les commissaires des paroisses tacheront de trouver quelqu’un qui soit capable.

181Dès le 9 août, Lebret fait état du début de l’amélioration :

Il a esté fait quelque nouvelle disposition qui a retardé mes lettres d’Arles où les nouveaux consuls, dont un qui étoit chargé des approvisionnements est tombé malade, n’ont pas eu le temps de m’escrire, mais je vois cependant par une lettre de M. de Jossaud que le mieux continue. Les chirurgiens et les autres gens que nous avons fait passer à Arles commencent à les embarrasser parce qu’il leur faut beaucoup d’argent et la Province n’en ayant plus guère, nous ne pouvons les aider aussy puissamment qu’il le faudroit, cependant nous fairons tout ce qui se pourra pour eux qui sont à présent les plus pressés…

182Quelques jours plus tard, il précise :

Il y a toujours quelque chose en Camargue mais l’étendue est si grande et les habitations si séparées que les suittes n’en sont pas à craindre…

  • 214 AN, G 7 1732, pièces 27, 36, 37, 46.

183Puis il confirme214 le 17 août la diminution importante du nombre de malades qui entraine la fermeture de deux infirmeries sur quatre et le souhait de renvoyer le personnel médical désormais excédentaire :

Les consuls d’Arles… demandent que l’on les débarrasse des chirurgiens, infirmiers, infirmières et corbeaux qu’ils ont en très grand nombre… Puis la quarantaine généralle d’Arles s’exécute bien, suivant ce que M. de Jossaud et les consuls m’escrivent et cette ville se porte toujours de mieux en mieux. J’y envoie de l’argent et de la farine, ils ont trop de toute autre chose. L’on compte évacuer incessamment l’infirmerie de Saint-Roch puis celle des Récollets, les deux autres paraissent suffisantes. Les consuls voudraient renvoyer à Aix, Marseille et Toulon les chirurgiens qui leur sont venus et me mandent qu’ils ont écrit à M. de Cailus pour obtenir des passeports à cet effet. Je leur réponds que ces gens-là n’étant pas nécessaires à Aix, à Marseille et à Toulon, il ne faut pas écouter l’envie qu’ils ont d’y retourner, les promenades n’étant pas de saison…

184Dans l’ensemble, la Camargue paraît n’avoir été touchée que de façon limitée. Les consuls donnent le même avis à M. de Caylus :

Si la Camargue a eu quelques atteintes, c’est seulement dans quelques cantons de cette vaste isle.

  • 215 AMA, BB 106 fos 323, 328.

185Mais, ils minimisent peut-être le nombre des malades car ils souhaitent que les propriétaires de troupeaux puissent traverser le grand Rhône pour les amener paître en Crau. Ils insistent sur la spécificité de leur terroir « dont les divers quartiers ne peuvent se soutenir sans se prêter la main les uns les autres » : les moutons n’ayant pu partir en transhumance dans les Alpes en juin comme il est coutume de le faire, devraient pouvoir quitter la zone de pâturage extensif de Camargue pour rejoindre les grasses prairies irriguées de la Crau d’Arles. Le 17 août, une lettre des consuls à Monseigneur de Mailly215 fait un état le plus précis possible de la situation :

La contagion a diminué considérablement par la grande mortalité ; nous contions qu’il ne soit resté que 12 000 habitants dans la ville (quand l’épidémie a éclaté). 8 000 sont morts et peut être plus. Les infirmeries ou maisons de convalescence en ont 1 000, reste 3 000 dans la ville dont les deux tiers ont été attaqués du mal et sont convalescents, et le restant qui s’est garanti jusqu’à présent ; la Crau en deça de la ligne qu’a formée M. de Caylus est fort mal traitée, la Camargue moins ainsy que les autres quartiers de la campagne…

  • 216 AMA, GG 32 f° 313.
  • 217 FPMA, M 2414 f° 93.

186À ce moment, les consuls sont incapables d’avoir des chiffres précis de l’hécatombe et ne peuvent donner que des approximations. Nous verrons plus loin, en faisant le bilan des morts combien, en pareil cas, le calcul est difficile. Le 24 août, il est encore nécessaire de décréter l’interdiction absolue de circuler d’une métairie à l’autre216. La quarantaine est d’ailleurs prolongée de quinze jours et ne s’achève donc que le 25 septembre217.

  • 218 AMA, BB 106 f° 318.
  • 219 R. Bertrand et al., « La peste en Provence… », op. cit.
  • 220 Propriété de la famille de Grille d’Estoublon à côté du village de Fontvieille, à 12 km d’Arles.
  • 221 AMA, GG 27 fos 311, 318.

187Dès le début de cette quarantaine, on prépare activement un « parfumage » général des maisons et les parfumeurs de Martigues étant réputé excellents, une lettre est envoyée aux consuls de cette ville pour qu’ils les envoient à Arles218. Cependant à partir de la fin août, la peste commence enfin véritablement à régresser. Régis Bertrand parle du rythme ternaire de l’action dramatique de l’épidémie, du moins dans les récits : la montée des périls, le paroxysme et le dénouement219. Cette intensité se vérifie dans la lecture des documents arlésiens. L’épidémie arlésienne est donc sur le point de s’achever alors que l’été n’est pas fini et bien avant les premiers froids. Nous avons vu plus haut que cet été 1721, le mois de juillet en tout cas, ne fut sans doute pas très chaud car particulièrement pluvieux. Le 21 août, on commence la désinfection de toutes les maisons, sous la surveillance des commissaires. On désigne une personne « de probité », du nom de Farmin, pour récupérer l’argent, les bijoux, la vaisselle dont on établira la liste et qui seront plus tard remis aux héritiers. À la fin du mois la ville a été presque entièrement « désinfectée » avec des feux de bois de romarin et autres bois odoriférants dans toute la ville et tous les quartiers « pour la protéger entièrement de toutes les infections qui pourraient y rester ». Il est demandé au marquis d’Estoublon, au Mont Paon220 d’envoyer soixante charrettes de bois désinfectants. Il y aura « deux parfums » successifs dans la ville, l’un en août, l’autre en novembre. Le nombre de malades déclinant rapidement, on commence à fermer des infirmeries en commençant par celles de Saint-Roch et des Récollets. On songe même à occuper les corbeaux oisifs en leur faisant nettoyer les rues pleines d’ordures, « lesquelles dites ordures ils jetteront du milieu du pont dans le Rosne… »221.

  • 222 AMA, BB 106 fos 343, 345.

188Quelques malades sont encore déclarés début septembre. Le « parfumage » est étendu aux mas et maisons de Camargue et de Crau « suspects de la contagion ». Enfin, les consuls peuvent adresser à l’intendant le 6 septembre une lettre très rassurante222 :

Nous sommes assez heureux pour n’avoir que des nouvelles favorables à vous donner de l’état de la ville et de celuy de la campagne. Depuis huit à dix jours, il n’a paru aucun nouveau malade dans la ville et la Camargue est totalement saine… la Crau n’en fournit guère ainsy que le reste du terroir…

  • 223 FPMA, M 558 f° 39.

189Certains Arlésiens, dont M. de Bouchet, reconnaissent les bons résultats de la quarantaine générale223 :

Dans toute la province on crioit contre les lignes et le gouvernement militaire ; on s’en prenoit à eux du progrès que la peste faisoit ; mais il y a apparence que la peste n’eust fait ce progrès que plus vite si aucunes lignes ne s’y fussent opposées. Une preuve mesme que ce n’estoient pas les soldats qui la portoient par leur contrebande, c’est que les lignes n’eurent point la peste ; mais comme ces lignes dérangeoient le commerce et nuisoient à l’intérest des particuliers, chacun estoit soulevé contre. Ce qui me fait croire qu’elles nous furent d’un grand secours dans nos campagnes pour y maintenir la santé, c’est qu’il nous auroit esté difficile sans cela de contenir les valets des mas : la seule curiosité de voir rouler les tombereaux estoit capable de les attirer à la ville ; outre cela, la plupart recueillirent des héritages ; ils n’auroient pas résisté au désir d’aller reconnoistre leurs nouvelles successions et d’y mettre ordre.

190La vie reprend. Une certaine détente se ressent sans doute, en particulier chez ceux qui ont beaucoup donné de leur personne. Un courrier à M. de Caylus montre à l’occasion d’un litige avec des chirurgiens « étrangers » toujours présents à Arles, sur la qualité de la nourriture, que ceux-ci mènent joyeuse vie avec de jeunes arlésien (ne)s dans la ville sinistrée :

… Nous sçavons aussy que l’intention de la Cour et la vôtre, Monseigneur, n’est pas qu‘ils (les chirurgiens) courent la ville pendant la nuit, que la patrouille les rencontre dans tous les coins des rues, chez de jeunes personnes que la contagion a épargnées et n’a pas corrigées, qu’ils donnent des repas et des bals chez des particuliers dans un temps de deuil et de quarantaine, qu’ils passent des jours entiers à se divertir dans la campagne, tandis que les malades souffrent et attendent dans les infirmeries…

  • 224 AMA, BB 106 f° 346.

191Cette première petite note de vie après des mois de courriers dramatiques apporte une certaine détente au lecteur de ces documents. Mais on peut comprendre que les faits aient, à l’époque, scandalisé les consuls… Par contre nous ne savons pas si ces réjouissances clandestines ont existé pendant toute la durée de l’épidémie ou si la diminution du nombre des morts libère enfin les jeunes gens d’une dure pression. Un autre courrier (du 7 septembre)224 montre combien l’intendant Lebret a été présent auprès des Arlésiens pendant ces temps de malheur. Ces derniers sont très inquiets d’apprendre qu’il va quitter Barbentane, alors que les difficultés, financières en particulier, continuent :

… Ce départ, Monseigneur, nous est très sensible, nous nous sentions dans votre voisinage et cela seul nous consoloit. Nous craignons qu’étant plus éloigné de nous, vous n’ayez plus la même tendresse et la même compassion pour notre pauvre ville… Toutes ces idées, Monseigneur, nous affligent dès que vous abandonnez notre voisinage et que nous n’avons plus la même facilité pour avoir recours à cette généreuse bienveillance que vous n’avez jamais cessé de nous accorder depuis que nous sommes dans l’affliction et dans la misère…

192Cet exemple confirme la position très fréquente des intendants, dans les différentes provinces vis à vis des populations qu’ils administrent : ils en sont souvent les défenseurs, y compris auprès du roi. Bien souvent, ils insistent auprès des autorités supérieures sur la misère des gens pour obtenir des diminutions d’impôts. L’autre aspect que montre la lettre adressée à Lebret est qu’Arles, comme certainement les autres villes atteintes dans la deuxième partie de l’épidémie provençale, a bénéficié d’un apport extérieur très important de personnels spécifiques qui ne gagnaient leur pain quotidien qu’au péril de leur vie. Plus payées qu’en temps normal, ces personnes jouaient au quelque sorte un « quitte ou double » tragique. Celles qui survivaient passaient d’une ville à l’autre en fonction des besoins. La fin de l’épidémie marseillaise en avait libéré un nombre important.

  • 225 AMA, BB 106 f° 363.
  • 226 FPMA, M 516 f° 5.
  • 227 Ch. Carriere et al., op. cit., p. 86.

193Le 7 octobre, les consuls envoie une lettre vibrante au duc d’Orléans, le remerciant de l’aide très importante apportée sur tous les plans : logistique, alimentaire, financière225. En novembre, les Arlésiens écriront de la même façon au marquis de Caylus que le roi a autorisé à prendre un congé dans ses terres, pour lui dire combien, « accoutumés à des marques de bonté et de protection », ils souffriront de son absence. Nous verrons plus loin que les écrits des deux nobles arlésiens, J.-G. de Nicolay et L. de Bouchet montrent beaucoup moins de sympathie à l’égard du marquis. Le commissaire de la paroisse Saint-Lucien, François Peilhe manifeste en alexandrins226 sa joie que la ville soit délivrée du fléau et ses louanges envers les principaux acteurs de cette tragédie. Il indique également qu’une dernière quarantaine, la quarantaine de santé, d’une durée de vingt jours, démarre le 5 novembre, accompagnée d’un dernier parfum. C’est alors l’heure du bilan. Si on excepte la période d’organisation inévitable et un temps certain de réaction au moment où la peste a multiplié les morts, il semble bien que les malades aient été sans arrêt secourus, ce qui est humainement important, même si la plupart du temps les soins étaient sans doute inefficaces. En cela, Arles a sans doute bénéficié de l’expérience malheureuse de Marseille où fin août et début septembre 1720 de jours, la mortalité et la panique furent telles que la population pestiférée resta presque entièrement privée de soins227. Les consuls d’Arles reconnaissent cependant ne pas avoir toujours été en mesure d’assurer l’aspect matériel :

… Il est vrai, Monseigneur, et nous n’hésitons pas à l’avouer, que dans le grand feu que nous avons essuyé et qui n’a pas été à beaucoup près si violent chez nos voisins, il y a eu des jours de désordre où nous n’avions pas à souhaits et à point nommé tout ce qui étoit nécessaire à la vie ; mais ce temps a été court et nous l’avons souffert avec patience…

194Le 20 septembre, Jossaud peut quitter la ville pour passer sa quarantaine en Languedoc, juste de l’autre coté du Rhône, en terre d’Argence. De là il se rend à Montpellier où le roi lui fait donner le brevet de brigadier de ses armées. Il ira ensuite dans le Comtat où l’épidémie s’est déclarée. En 1723, les consuls arlésiens lui rendirent visite pour le remercier.

  • 228 AMA, BB 106 fos 360, 355, 357, 358, 351.

195Le 22 septembre, il y a toujours 200 malades dans les infirmeries et dans d’autres lieux, de nombreux convalescents et quarantenaires. Un jeune homme meurt encore de la peste dans sa maison, probablement dans la paroisse Sainte-Croix, « la dernière affligée et la plus maltraitée ». Mais la quarantaine de la ville s’achève le 26 septembre le lendemain d’une grande procession où saint Roch est transporté dans toute la ville et aux infirmeries par les quatre intendants de santé. L’approvisionnement en nourriture n’est pas encore parfait puisque les consuls réclament des légumes : ils n’ont que de la viande à donner aux quarantenaires. L’intendant reproche-t-il aux consuls un certain gaspillage ? Ceux-ci se défendent énergiquement228 :

Vous devez être convaincu, Monseigneur, que nous usons de tout le ménage possible et que si nous penchons de quelque coté, c’est plutôt par l’avarice que par la largesse. Nous fixons toutes les denrées que nous prenons de nos habitants à un prix modique, nous en laissons même quelques-uns en souffrance, toutes les personnes que nous employons sont également réglées à peu de chose…

196Comment se débarrasser, sans risquer d’être taxé d’ingratitude, de tous ceux qui avaient été si utiles pendant l’épidémie ? Arles allège un peu ses charges en envoyant quelques corbeaux et infirmiers dans le Comtat Venaissin à son tour très atteint. Les Arlésiens écrivent encore le 7 octobre au marquis de la Villière puis au duc de Villars que l’arrêt des secours, interrompus sans doute car l’effort est mis alors sur le Gévaudan atteint, les met dans la plus grande difficulté ; il leur reste encore plus de 600 personnes à entretenir :

… Nous ne devons plus selon toutes les apparences compter sur aucun secours de la Cour, ce n’est pas que M. de Cailus et M. l’intendant n’ayent fait tous leurs efforts pour nous en procurer, mais la source est tarie et la sécheresse se fait malheureusement sentir chez nous…

197La recherche d’argent est une de leurs principales préoccupations :

… Nous souhaitterions avec passion de pouvoir trouver quelque argent à emprunter, mais nous n’avons point de sources icy à qui pouvoir nous adresser ; le peu de gens qui seroient en état de nous secourir ont fuy depuis longtemps et n’ont montré aucun zèle pour leur patrie. Nous sentons la même difficulté pour le dehors. Il n’y a pas d’apparence qu’Avignon ny le Languedoc veuillent se défaire de leur argent…

198Le 9 novembre, la dernière infirmerie ferme, signe qu’il n’y a plus de malades. Enfin la fin de la quarantaine générale est annoncée pour le 18 décembre. Les Arlésiens, pressés de retrouver un fonctionnement normal, souhaitent que dès qu’elle sera proclamée « la ligne qui sépare en tant d’endroits notre vaste terroir, ce qui est très incommode, et pour les habitants et pour les bestiaux, sera tirée et notre ville déconsignée… ».

199L’état de ce terroir semble assez misérable comme en témoigne le courrier envoyé au directeur général des gabelles, M. Grimod de Beauregard, pour demander la grâce de quelques Camarguais qui ont dérobé du sel :

… Nous vous prions donc, Monsieur, d’avoir pitié de ceux qui ont échappé à la fureur de la peste. Vous ne sçaurez croire l’estat où sont réduits les gens de la campagne. Ils y sont sur le point de mourir de faim ayant perdu leur récolte par les sauterelles et tous leurs effets par le jettement qui a esté fait de tous les meubles suspects… il est vray que ces pauvres ménagers furent prendre un peu de sel chascun pour empescher leur bestail de mourir. C’est un des cas des plus gratiables qui sera jamais, par la nécessité où ils se trouvoient, sans parler de l’interest public qui demandoit la conservation des mêmes bétails…

200D’ailleurs, en ce mois de décembre, la ville manque de viande (« nos habitants en manquent absolument ») car ce bétail n’est pas encore accessible aux gens d’Arles. Ils font appel aux Beaucairois et ceux-ci décident de faire venir des bêtes d’Auvergne et de les faire passer à Arles par Tarascon. L’échange important de courriers dans cette période avec les consuls de Beaucaire montre que l’aide de cette ville, dont il a été question plus haut, s’est poursuivie dans l’automne et l’hiver après la peste.

La fin de l’épidémie

  • 229 FPMA, M 516 f° 28.
  • 230 FPMA, M 558 f° 42.

201Une assemblée générale à l’hôtel de ville en présence de toutes les autorités et tous les commissaires a lieu le 18 décembre. L’acte déclaratif de l’état de la santé de la ville est publié dans les jours qui suivent et envoyé dans toute la province, à Paris et à tous ceux qui ont eu des liens avec Arles pendant l’épidémie229 (voir p. 271). Certains Arlésiens réfugiés à la campagne reviennent en ville. Bouchet de Faucon témoigne230 :

Cependant la quarantaine de santé estant finie, on osta les lignes dans le mois de janvier 1722, sept mois après qu’elles avoient esté posées, et chacun ennuyé de son séjour à la campagne, où cependant on n’avoit pas laissé de se réjouir et de voisiner, eust grand empressement de retourner à Arles. Nous y rentrâmes treize mois après en être sortis. Nous trouvâmes la ville très déserte et très triste. Il n’estoit pas possible que le ravage de la peste n’y fût très sensible.

  • 231 AMA, GG 27 f° 169.

202Reste à remettre en marche la machine municipale qui doit petit à petit reprendre le contrôle du fonctionnement du terroir. Certaines institutions ont été fermée pendant toute la durée de l’épidémie, en particulier le collège des Jésuites, la grande Boucherie, la Poissonnerie. Mais il y a évidemment des secteurs qui ont connu un surcroît important d’activité. Tous ceux qui gèrent les problèmes de santé et d’organisation de la vie quotidienne bien sûr, mais aussi l’« archivaire ». Celui-ci a la lourde tache de tout consigner, les dépenses extraordinaires, les comptes-rendus journaliers du bureau de santé, le nom des morts dont le nombre augmente sans cesse etc. Au mois de mars, il a réclamé d’ailleurs une augmentation pour le « travail extraordinaire… (à) accomplir dans des temps fâcheux comme celuy cy »231.

203Pour l’ensemble des institutions, on observe une rupture à partir de juin dans la tenue des registres, cette absence montrant à quel point l’été 1721 fut dévastateur et comment plusieurs mois furent nécessaires, en général jusqu’au début de l’année 1722, pour que tout rentre dans l’ordre. Les registres municipaux ne montrent pas d’interruption ni de manque de soin mais ont pu être complétés ou recopiés après l’épidémie à cause des comptes et rapports précis à rendre à l’intendant.

204En janvier 1722, les corps de garde qui étaient cantonnés sur le petit Rhône sont remplacés par une garde bourgeoise arlésienne. La garde de Silveréal, à l’extrémité ouest de la Camargue devra être assurée par la ville de Notre-Dame de la mer (aujourd’hui Les Saintes-Maries-de-la-mer) car « … il seroit très difficile et même impossible de le faire par le moyen de nos paysans qui ont presque tous péris, joint à cela le long trajet… ».

205La dépense, elle, ne peut pas être faite par Arles :

… Tous nos habitants qui pourront servir pour les corps de garde qui sont le long du petit Rosne deuvoient être payés par la province, étant impossible que nous puissions en faire la dépense dans la situation où nous sommes, outre qu’il est de l’intérêt de toute la province que le petit Rosne soit gardé avec beaucoup d’exactitude…

206À la même époque, les consuls se préoccupent d’organiser l’élection consulaire du mois de mars suivant. Ils sont en place depuis le mois de juin précédent et demandent en effet à être :

  • 232 AMA, BB 106 fos 431, 435.

… deslivrés d’un fardeau si pesant et que nous avons porté pendant huit mois, il ne sera plus question alors de contagion, Dieu aydant ; outre qu’il n’y a personne de ceux qui sont éligibles qui ne puisse remplir la fonction de consul mieux que nous, qui tâcherons pourtant dans ces deux mois qui nous restent de laisser les choses en règle autant qu’il nous sera possible, si nous n’avons la satisfaction, faute de secours, de pouvoir acquitter les créanciers et surtout ceux qui crient, comme sont tant de petits créanciers qui n’ont donné leurs denrées, effets et marchandises pour les infirmeries que par la force et l’espérance d’en être bientôt payés232

207Les consuls avaient eu en effet à affronter une tragédie d’une rare ampleur. Et visiblement les difficultés étaient loin d’être terminées… Nous le verrons dans la quatrième partie, les problèmes financiers sont gravissimes : la ville est pratiquement en faillite et elle est harcelée par les huissiers à cause des « arrérages » très importants de la capitation.

  • 233 AMA, BB 106 f° 468. Le marquis de Brancas ou de Villars Brancas (1672-1750) était lieutenant généra (...)

208Mais une excellente nouvelle, attendue et réclamée depuis de longs mois, arrive enfin en mars : les Arlésiens vont enfin pouvoir circuler librement dans tous les lieux sains, comme d’ailleurs les autres provençaux, à partir du 8 avril 1722. Dans la chronologie de l’épidémie, il paraît normal de considérer cette date comme celle du véritable retour à la vie normale. Très heureux, ils en remercient vivement M. de Brancas233 :

Nous avons l’honneur de vous remercier de l’ordonnance que vous avés eu la bonté de rendre le 23 du courant, qui accorde à cette ville la déconsignation dès le huit du mois prochain, et à ses habitants, la liberté d’aller sur nos passeports dans toutes les villes et lieux sains et déconsignés de la province ; cette grâce est d’un prix infini pour cette ville…

  • 234 AMA, GG 27 f° 373.

209Lorsque l’épidémie est terminée, dans les comptes-rendus du bureau de santé, sont mentionnés les récompenses accordées aux hommes qui se sont occupés des infirmeries. Grâce à leur mention, la mise en lumière de certains détails semble montrer que l’organisation des lieux de soin a bien fonctionné. Il n’est nulle part indiqué qu’à aucun moment celle-ci ait failli. Mais si cela avait été le cas, les consuls l’auraient-ils consigné dans leurs comptes-rendus ? Ce témoignage va plutôt dans le sens d’une bonne gestion234 :

Le sieur Raynaud, intendant de l’infirmerie et le sieur Roche ayant travaillé le plus avantageusement que se puisse pour la ville depuis le 25 février 1721 en ayant soin de la grande quantité du linge et tenant un ordre merveilleux pour la distribution des vivres tant de la dite infirmerie que des quarantenaires (illisible) demandent à être récompensés de ces travaux.

210Il leur est accordé 150 livres par mois de travail, récompense conséquente et, semble-t-il, méritée.

211Au terme de cette restitution du déroulement de la peste arlésienne, la question se pose de savoir si les mesures prises ont eu un quelconque effet, ou si la peste a, en réalité, fait ses ravages sans entraves. Il est évidemment très difficile de répondre à cette question. Il semble bien qu’on ne puisse accuser les consuls ni de fatalisme ni de paresse en constatant les efforts faits pour limiter la maladie et pour la soulager. L’impression que donnent les décisions prises par le bureau de santé est que tous les moyens préconisés à l’époque ont été utilisés, dans les limites de la difficulté de gestion d’un très grand territoire. Pour l’essentiel, il s’est agi des mesures habituelles à toutes les villes en temps de peste, mais qui n’empêchèrent pas l’hécatombe. Mais furent-elles vraiment appliquées ?

  • 235 FPMA, M 231 pièce 3.

212Le témoignage de Suzanne Desloges235, arlésienne contemporaine de la peste, donne un éclairage différent sur l’ambiance qui régnait à Arles dans les premiers mois de l’épidémie et insiste sur une violente mésentente entre les autorités à la suite de l’annulation des élections du printemps 1721. Selon elle, les prétendants au pouvoir consulaire qui ont fait « campagne » malgré la menace épidémique n’acceptent pas la décision du roi :

La fureur s’empara de leurs âmes, ils éclatèrent en injure et voulurent persuader que l’on se servoit du pretexte spécieux de la peste pour usurper une domination qui est ordinairement bornée à une année. Les mécontents écrivirent partout que nous n’avions point la peste. L’on soutenoit publiquement qu’en vain demandoiton des secours ; ils étoient refusés des propres citoyens et par conséquent de ceux qui, n’étant pas témoins de nos besoins, les croyoient encore moins nécessaires. Un médecin honéreux à la Communauté, peu satisfait de la cassation d’un contrat, augmenta le nombre des incrédules. Les Bureaux de santé devinrent des rendez-vous de dispute ou ne servirent qu’à former des projets qui restoient sans exécution faute d’argent et de bonne volonté. Par surcroît de malheur, il régna de la mésintelligence parmy le Commandant et les Consuls. La Discorde souffla un venin aussy à craindre que celuy qu’il faloit combattre ; tout fut négligé, le bon ordre interverty par les dificultés qui naisoient de leur désunion. En vain faisoiton des deffences de fréquenter les cabarets, et tous les lieux où la communication est inévitable ; personne ne croyoit ces précautions nécessaires.

  • 236 FPMA, M 232 f° 139.

213Le conflit pourrait avoir été beaucoup plus important que ne l’indiquait Bouchet de Faucon. Si l’on en croit ce dernier témoignage, les conséquences en seraient graves : la narratrice semble indiquer qu’aucune réelle précaution n’aurait été prise dans cette période. L’attitude des autorités arlésiennes n’apparaît plus ici irréprochable et au contraire une certaine irresponsabilité aurait prévalu. M. de Nicolay confirme les dissensions mais ne parle pas de désorganisation236 :

  • 237 AMA, GG 27 f° 252. M. Pitot, médecin à Arles pendant la peste est mort le 30 ou le 31 mai 1721.

Ceux qui prétendoient au chaperon pour eux ou pour leurs amis se liguèrent contre les consuls ; il n’y avoit plus de peste, on écrivit contre eux et à M. le marquis de Cailus, et à la Cour, on leur fit perdre la confiance qui leur estoit si nécessaire. M. Pitot237, médecin de Montpellier, qui estoit venu servir à nos infirmeries, avoit beau crier, tout le monde estoit contraire ; on souleva même le peuple contre luy, disant qu’il empoisonnoit les gens pour faire durer son emploi.

  • 238 FPMA, M 558 f° 18.

214Bouchet de Faucon pense que ce qui se passe à Arles n’est pas un fait unique, car des luttes pour le pouvoir, bien évidemment, ont été fréquentes dans ce temps de crise. Il est favorable au soutien apporté par le roi aux consuls en place et au choix d’un commandant, contesté par certains238.

  • 239 À Arles, plusieurs portes furent fermées mais les autres furent accessibles, même si cet accès étai (...)
  • 240 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 130.

215De toutes façons, concernant les précautions appliquées ou non, les nombreuses dérogations ont favorisé la communication entre les habitants. Comme Marseille, Arles ne fut pas isolée de son terroir. Certes la dimension des deux territoires n’est pas la même et la campagne arlésienne avait une importance agricole toute autre. Mais en réalité, aucune des deux villes ne fut complètement fermée. Charles Carrière explique bien le mécanisme pour Marseille, mais le cas est semblable à Arles : « … La seule chance d’arrêter le fléau consistait à fermer rigoureusement les portes de la ville. On les laissait, au contraire, grandes ouvertes sur la campagne239 ; par la circulation demeurée libre avec le terroir, on offrait à la peste un champs nouveau à conquérir et des chances multipliées de diffusion lointaine… »240.

  • 241 AMA, GG 27 fos 147, 124, 254.

216Comment surveiller efficacement en effet un périmètre de 60 km pour Marseille et d’environ 250 km pour Arles ? Nous l’avons vu, la quarantaine ne dure la plupart du temps qu’une dizaine ou une vingtaine de jours et il y a de nombreuses autorisations de circulation, pas toujours logiques. Et il est vraisemblable que ces tolérances ont permis la propagation de l’épidémie. Il ne semble pas qu’il y ait eu beaucoup de privilèges pour les notables : la famille de Molin est mise en quarantaine dans son mas au mois de mars car un de ses valets a eu un bubon à l’aisselle. De même pour le mas de monsieur de Vacheron et ses voisins, le mas de Cabassole, le mas de Romieu et ceux de Saint-Germain et de Chalot : le « quartier de Camargue est consigné jusqu’à nouvel ordre »241.

217Certains cas particuliers, sont gérés dans le moindre détail avec un luxe de précautions :

Les commissaires de la paroisse Saint-Martin ayant rapporté qu’à une des fenêtres de la maison il y a des habits qui sont suspendus sur une perche appartenant à la fille de Jeanne Lafont qui est morte aux infirmeries de même que sa mère, il a été délibéré de faire brûler ces habits hors de la ville à la diligence dud. La Puyade, commissaire, qui faira placer une corbeille à la rue en droite ligne de la fenêtre où sont lesd. habits pour les recevoir lorsque Jean Laffont qui habite cette maison les faira tomber en coupant les cordes qui soutiennent lad. perche et étant dans lad. corbeille les faira porter hors de la ville sur des bâtons pour le tout y être brûlé.

218Il s’agit de vêtements appartenant à l’enfant enterrée dans l’église Saint‑Martin dont il a été question plus haut. On est au mois de février 1721, et tout est fait pour que les cas détectés ne puissent pas se propager.

219Les autorités semblent en tout cas, à travers cet exemple, parfaitement conscientes que les tissus et les vêtements sont des vecteurs de propagation très importants de la peste, sans pourtant connaître le rôle déterminant des ectoparasites : il en est de même des affaires personnelles des pestiférés, literie, meubles… que l’on va le plus souvent brûler aux lendemains des épidémies. Mais la circulation des personnes, qui persiste pour des raisons de survie (approvisionnement en eau, nettoyage des rues etc.) a dû certainement limiter l’efficacité des mesures prises. Mais comment apporter la nourriture aux nécessiteux et garder les rues à peu près propres sans circuler ? Ainsi au mois de juin, en pleine épidémie, il est demandé « aux pauvres nourris par la ville de ramasser dans les rues les ordures, les chats et les chiens morts et de les porter à l’extérieur, dans des fosses qu’ils auront creusées ».

  • 242 AMA, GG 32 f° 223.
  • 243 FPMA, M 558 f° 23.

220D’ailleurs, le marquis de Caylus accuse les consuls d’avoir été trop laxistes et d’être la cause de cette grande mortalité, « la plus forte en Provence »242, opinion que partage Bouchet de Faucon243 :

Mais je crois que la ville la plus maltraitée fut la ville d’Arles, et celle qui auroit dû l’estre le moins, outre le remède de la 40ne qui est le plus aisé dans cette ville où l’on a facilement et en abondance du bled, de la viande et du bois, où il ne manque que de l’eau à certaines maisons, à quoy avec de certains soins on auroit pu pouvoir, mais comment pouvoir imposer une 40ne à des gens qui disoient que la peste n’estoit pas dans leur ville et à un peuple mutin. Aussi ce remède ne fut proposé que vaguement.

  • 244 J.-N. Biraben, op. cit., p. 256.

221Par contre Aix est citée pour sa bonne gestion. Dès le début de l’épidémie tous les suspects sont transportés dans les infirmeries ou les hôpitaux des convalescents. La quarantaine générale est décidée au printemps quand l’épidémie, larvée depuis l’été précédent, empire. Elle a impliqué une forte prise en charge de la population par les consuls en particulier pour son ravitaillement. Il s’agit des mesures prises également à Arles mais sans doute trop tardivement. Le nombre de morts aixois est inférieur à celui d’Arles : 6 700 pour une population totale de 26 985 habitants244.

  • 245 R. Vignal, op. cit., p. 27-29.

222L’émeute arlésienne de juin peut être considérée comme un fort catalyseur et les Aixois observèrent sans doute plus sérieusement les consignes des autorités. À Tarascon, la quarantaine établie le 17 février semble avoir été respectée, avec très peu des laissez-passer pour les travaux des champs. « La ville commence à étouffer » dit Robert Vignal. Mais la quarantaine est terminée dès le 20 avril. Le nombre de décès est réduit : 150 à 170 (Biraben en cite 210). La létalité, proche ailleurs des 80 %, est ici de 40 %. Les habitants ont fait preuve d’une bonne résistance, très supérieure à celle leurs voisins arlésiens dont les conditions de vie sont pourtant assez similaires. Sans doute il y a-t-il plus de promiscuité à Arles en particulier dans le quartier des arènes. Il semble qu’aucun notable ne meure à Tarascon, bien que les officiers municipaux ne se soient pas enfuis245.

  • 246 G. Buti, La peste à La Valette, Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 49.

223À La Valette, une première quarantaine générale est décidée un mois après la première mort suspecte246. Mais c’est à partir de la décision d’établir une seconde quarantaine au début du mois d’août, cette fois-ci sévèrement appliquée, que l’épidémie paraît s’essouffler. Est-ce le hasard, la maladie déclinant naturellement après avoir atteint son apogée, ce qui est reconnu médicalement ? Cela n’est sans doute pas la seule raison : il semble bien que partout où les occasions de transmission du bacille ont été fortement limitées, bien normalement l’épidémie a régressé.

  • 247 AMA, GG 27 fos 110, 114, 126, 94.

224En conclusion de ce récit constitué en grande partie de toutes les expressions de la lutte engagée par les consuls et la population, il est normal d’avoir la tentation, même utopique, d’essayer de comprendre ce qu’ils ressentaient réellement. Certes, il ne nous sera jamais possible de penser comme les hommes du XVIIIe siècle et de faire renaître entièrement des mentalités passées. Mais on peut imaginer sans trop de risque d’erreur, à la lueur des correspondances et des différents écrits, que dans la fébrilité de l’action devaient transparaître selon les moments la terreur, l’espoir ou le désespoir. Tous les sentiments humains et toutes les attitudes sont exacerbés dans de telles circonstances, des meilleurs aux pires. Il y eut certainement dans cette ambiance de désastre de profonds sentiments d’humanité dont la plupart nous resteront bien entendu inconnus. Ainsi, il est possible de constater à plusieurs reprises que les consuls n’ont pas une attitude blasée malgré les situations tragiques qu’ils côtoient. Plusieurs dérogations sont en fait des gestes généreux. Parmi les décisions du bureau de santé, certaines viennent assouplir les règlements et adoucir la logique de protection qu’entraîne l’épidémie, ceci dans certaines circonstances particulières. Ainsi, en février 1721, on autorise la mère du chirurgien Petiteau qui était en quarantaine parce que son fils avait soigné un pestiféré, à aller assister sa fille qui va accoucher247. Mais cette attitude conciliante favorise aussi le développement de la maladie : un des testaments signalé plus bas concerne justement l’héritage de Claude Petiteau, maître chirurgien, mort de la peste ainsi qu’une bonne partie de sa famille. Les naissances sont d’ailleurs cause de nombreuses entorses à la quarantaine : la femme d’un nommée Ranchier qui se trouve dans un mas au Trébon est autorisée à venir accoucher en ville, où elle a sans doute sa famille « sachant bien que ni elle ni personne de son mas n’ont communiqué avec les habitants de Tarascon ». Quelques jours plus tard, le 1er mars, on autorise une accoucheuse à aller assister « la femme de Michel Amy en tâchant de communiquer le moins qu’elle pourra et en sortant on luy donnera un parfum ».

225Même dans cette ambiance de mort, donner la vie est toujours un acte important, voulu par Dieu et porteur d’espoir. On le voit dans un autre exemple où il est étonnant, alors que la situation est alarmante, de voir les autorités se pencher sur le moindre cas particulier. L’existence, même des plus humbles est respectée. Ainsi, à la fin du mois de janvier, les autorités se préoccupent de la manière dont on doit nourrir un bébé de 6 mois, dont le père, Jean Belin a été conduit aux infirmeries. Sa mère n’a pas de lait. Cet enfant « nous met dans un grand embarras… et après avoir agité les moyens qui seraient les plus propres à secourir ce pauvre enfant, il a été délibéré en deffaut d’une chèvre qu’on ne scauroit trouver, de luy faire porter tous les jours un pot de lait ou plus grande quantité s’il est nécessaire, lequel lait sera mis dans une espèce de doigt de gant après avoir été chauffé comme dans le bain-marie c’est à dire dans un pot mis dans un autre qui sera rempli d’eau bien chaude, et que par un petit trou que l’on fera à ce gant, l’enfant têtera ».

  • 248 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 149.

226J.-N. Biraben rapporte un fait similaire qui s’est passé à Grenoble lors de la peste de 1586 et qui montre le même souci des autorités à l’égard des orphelins : on décide d’acheter « des chèvres pour nourrir les petits enfants pestiférés dont les mères sont mortes »248.

227Ces gestes généreux qualifient-ils l’attitude générale des consuls arlésiens pendant l’épidémie, ou d’autres, moins honorables furent-ils commis et évidemment non transcrits ? Il est impossible de le savoir.

228La chronologie de l’organisation de la ville d’Arles pendant l’épidémie ayant été établie, il est important maintenant de revenir en détail sur différents aspects, et de tenter d’apporter des éléments de réponse aux questions principales qui se posent. Ils permettront de faire une tentative d’évaluation de l’impact réel de la peste et de l’importance du choc humain.

Notes

1 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens ; 1. La peste dans l’histoire ; 2. Les hommes face à la peste, Paris, EHESS, 1976, p. 30.

2 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, PUP, 1986, p. 120.

3 J.-N. Biraben note qu’à partir de cette date et jusqu’en 1670, la peste sévit chaque année en Europe, p. 55.

4 L. Stouff, op. cit., p. 123.

5 FPMA, M 2413 f° 93.

6 F. Braudel, L’identité de la France. Les hommes et les choses, t. II, Paris, Flammarion, 1986, p. 141.

7 FPMA, M 2413 f° 127.

8 AMA, BB 4.

9 AMA, BB 5.

10 L. Stouff, op. cit., p. 124.

11 AMA, BB 6.

12 FPMA, M 2413 fos 190, 219.

13 AMA, BB 10.

14 AMA, BB 12.

15 AMA, BB 13.

16 FPMA, M 2413 fos 224, 235.

17 F. Reynaud, op. cit., p. 4.

18 I. Debilly, « Temps de peste aux Baux-de-Provence », Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 427.

19 AMA, BB 25.

20 AMA, BB 12.

21 AMA, GG 15-16.

22 AMA, GG 18 f° 9.

23 AMA, BB 26.

24 AMA, BB 27.

25 FPMA, M 516, f° 39.

26 FPMA, FPMA, M 2413 f° 277.

27 AMA, BB 29.

28 AMA, BB 34 f° 62.

29 AMA, BB 78.

30 J. Delumeau et Y. Lequin (dir.), Les malheurs des temps, Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987, p. 351-352.

31 H.-P. Jeudy, Le désir de catastrophe, Paris, Aubier/Resonnances, 1990, p. 9, 81.

32 J.-N. Biraben, op. cit., p. 238.

33 P. Gaffarel et Mis. de Duranty, La peste de 1720 à Marseille et en France d’après des documents inédits, Paris, Perrin, 1911, p. 65.

34 FPMA, M 517, pièce 5.

35 AMA, GG 24.

36 AMA, GG 26, pièce 17, 19.

37 Pierre, Joseph, Hyacinthe de Rouairoux, marquis de Caylus (1673-1736), est nommé au commandement d’une compagnie du régiment de Noailles en 1688 puis à celui du premier régiment des dragons du Languedoc en 1694. Il participe à la campagne d’Italie. Brigadier des armées du roi en 1704, il est fait maréchal de camp en 1709, et devient lieutenant général en Provence à partir de 1718 où il gère l’épidémie de peste jusqu’en 1722. Il est plusieurs fois élu député par la noblesse des États du Languedoc. Nommé lieutenant général en Roussillon et Cerdagne en 1730, il obtient le gouvernement de Mont-Louis. Il meurt en 1736 à Perpignan.

38 AMA, GG 27 f° 4.

39 G. Buti, La peste à La Valette (1720-1721), Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 39.

40 AMA, BB 44 f° 429.

41 FPMA, M 299, M 2347.

42 FPMA, M 246.

43 FPMA, M 227.

44 AMA, GG 27.

45 G. Buti, La peste à la Valette (1720-1721), op. cit., et Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 515.

46 G. Buti, op. cit., p. 59.

47 AMA, GG 27, fos 1-44.

48 AMA, BB 44 f° 951.

49 J.-N. Biraben, op. cit., p. 245.

50 AMA, GG 27 fos 8, 10, 34, 39, 40.

51 AMA, CC 848.

52 Le setier équivalait à un peu moins de 58 litres.

53 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 108.

54 AMA, GG 35 fos 118, 139.

55 FPMA, M 516, fos 9, 10.

56 AMA, BB 44 fos 468, 954, 956.

57 Pièces historiques sur la peste de 1720 et d’une partie de la Provence en 1720, 1721, 1722, publiées en 1820, Marseille, p. 31.

58 AMA, GG 27 fos 15, 14.

59 J.-N. Biraben, op. cit., p. 248.

60 AMA, BB 106 f° 227.

61 AMA, GG 35 f° 89.

62 AMA, BB 106 fos 228, 232.

63 AMA, BB 44 f° 959.

64 FPMA, M 558 fos 13-14.

65 Cette visite eut sans doute lieu en octobre, l’épidémie fut officiellement déclarée à Martigues en novembre.

66 AMA, BB 106 f° 229.

67 J.-N. Biraben, op. cit., p. 245.

68 AMA, BB 106 f° 230.

69 AMA, GG 27 fos 42, 12-45, 67.

70 Le porche de la maison de ville des pères bénédictins de l’abbaye de Montmajour existe toujours aujourd’hui rue du 4 septembre à côté de l’église Saint-Julien-Saint-Antoine.

71 La maison de la Charité fondée en 1641, comme toutes celles créées dans les villes sous Louis XIII et Louis XIV, est un lieu d’enfermement pour les mendiants et les orphelins.

72 AMA, GG 27 fos 41-64.

73 AMA, BB 106 fos 234, 232, 233.

74 AMA BB 106 f° 235.

75 AMA, GG 27 fos 46, 218.

76 Au sujet de l’inhumation de Claude Robert, il est dit dans le registre paroissial : « on l’enterra dans la nuit au cimetière de la Majour ».

77 M. Signoli, op. cit., p. 155 à 161.

78 Petit bâtiment agricole ou servant de rendez-vous de chasse.

79 AMA, GG 30 f° 2e cahier et GG 32 f° 165.

80 AMA, GG 160.

81 AMA, GG 230. Claude Robert a signé l’acte de décès de sa tante le 24 novembre 1720. Dans la marge est notée la mention : « morte de la peste ».

82 R. Vignal, Tarascon au XVIIIe siècle (1696-1796), thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1980, p. 24.

83 M. Signoli, op. cit., p. 149.

84 R. Vignal, op. cit., p. 24.

85 AMA, M 232 f° 137.

86 M. de Nicolay indique que fin décembre 1720, M. de Caylus retourna à Frigolet. Il y resta jusqu’à la fin de l’épidémie.

87 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte, la peste de 1720, p. 70, Marseille, Éd. J.-M. Garçon, 1988, p. 86.

88 AMA, BB 106 fos 236, 238.

89 FPMA, M 558 f° 16.

90 FPMA, M 232 f° 138.

91 M. de Nicolay y avait une propriété.

92 AMA, GG 27 f° 48. Une jasse est une bergerie.

93 AMA, GG 30, 2e cahier.

94 AMA, GG 27 fos 49-87.

95 AMA, BB 106 fos 254, 256.

96 FPMA, M 517, pièce 24.

97 AMA, GG 27 f° 69.

98 AMA, BB 106 f° 240.

99 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte…, op. cit., p. 70.

100 S. D’Arve, Le vœu de la peste à Noves 1720-1721 : une procession historique, documents, impression, souvenirs, Aix-en-Provence, Imprimerie J. Nicot, 1898.

101 M. Martin, Les bureaux de santé de la ville de Tarascon pendant les épidémies de peste de 1628, 1629, 1640, 1650 et 1720-1721, Marseille, 1911.

102 AMA, GG 35 f° 139.

103 Les dénombrements des autres paroisses n’ont pas été retrouvés.

104 AMA, GG 27 fos 61-75, 15, 105.

105 AMA, GG 27 fos 57, 95, 117.

106 AMA, GG 32 f° 165.

107 AMA, BB 106 f° 247.

108 AMA, GG 27 fos 102, 101, 154, 60, 95, 118.

109 AMA, GG 27 f° 106.

110 AMA, GG 32 f° 617.

111 AMA, BB 106 fos 250, 253, 256.

112 AMA, GG 32 fos 165-168.

113 AMA, GG 27 f° 47.

114 AMA, BB 106 f° 258.

115 AMA, GG 27 fos 156, 174.

116 J.-N. Biraben, op. cit., p. 240.

117 AMA, BB 106 fos 241, 236.

118 AMA, GG 27 f° 178.

119 AMA, f° 383.

120 Ch. Carrière, Marseille ville morte…, op. cit., p. 264 à 269.

121 AMA, GG 27 f° 125. Ce mémoire n’a pas été retrouvé.

122 FPMA, M 558 fos 17-18.

123 AMA, GG 27 fos 202, 185, 237, 244, 242.

124 AMA, BB 106 f° 281.

125 FPMA, M 232 f° 139.

126 AMA, BB 106 f° 278.

127 AMA, GG 136.

128 AMA, GG 27 f° 244.

129 À l’est de la ville, au début du plateau de la Crau.

130 AN, G 7 1730 pièce 43, 173.

131 AMA, GG 27 fos 216, 219, 240, 229.

132 AMA, GG 28.

133 Sur l’actuelle place Paul Doumer, autrefois place Sainte-Croix.

134 FPMA, M 558 f° 29.

135 AN, B 3/274 fos 218, 201. Le commissaire aux classes est chargé de la surveillance des marins, des pêcheurs et des équipages enrôlés pour le service des transports du roi ou qui servent sur les navires du roi. Il dépend du commissaire général basé à Toulon. Il est à Arles pendant la peste car la ville est un lieu important de stockage et un point de passage essentiel pour Marseille et Toulon.

136 AMA, GG 27 fos 226, 243.

137 AMA, BB 106 f° 250.

138 G. Buti, op. cit., p. 89.

139 AMA GG 27 fos 245, 242, 296.

140 AMA, GG 35 f° 253.

141 AMA, GG 32 fos 240, 246.

142 AMA, GG 27 fos 297, 321.

143 G. Buti, op. cit., p. 62.

144 Pièces historiques sur la peste de 1720 et d’une partie de la Provence en 1720, 1721, 1722, publiées en 1820 à Marseille, p. 271.

145 Claie : assemblage de joncs ou de branches.

146 BB 106 fos 294-296.

147 BB 106 f° 300.

148 AN, G 7 1730 pièce 152.

149 AMA, BB 106 fos 301, 302.

150 AMA, IIE 290.

151 Dominique de Jossaud est également chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis et maître du camp d’infanterie.

152 FPMA, M 558 f° 40.

153 AN, G 7 1732 pièce 25.

154 FPMA, M 232 f° 29.

155 AMA, GG 27 f° 282.

156 AMA, BB 106 f° 31.

157 FPMA, M 558 f° 29.

158 AMA, GG 27 f° 283.

159 AN, B3/274 f° 218.

160 AMA, BB 90 fos 17-18.

161 AMA, BB 106 f° 316.

162 AMA, GG 27, f° 286.

163 AMA, GG 32 fos 292, 364.

164 AMA, GG 35 f° 532.

165 FPMA, M 558 f° 30.

166 AMA, GG 35 f° 532.

167 AMA, GG 143.

168 AMA, GG 30 cahier 3.

169 FPMA, M 2414 fos 96, 55, 57.

170 AMA, BB 106 fos 308, 313.

171 M. de Fourchon est le premier consul. M. Chartroux est le 4e consul (bourgeois).

172 AMA, BB 106 f° 361. Les consuls de Nîmes ont demandé aux Arlésiens « un journal » des mesures prises pendant l’épidémie car ils s’inquiètent pour eux-même, le Gévaudan étant atteint. Les consuls d’Arles expliquent qu’au plus fort de la peste, ils n’ont pas été en état de le faire.

173 M. de Beaumont était commandant d’Arles jusqu’à la venue de M. de Jossaud.

174 AMA, BB 106 fos 314-316.

175 FPMA, M 2414 f° 96.

176 AMA, GG 27 f° 274.

177 AMA, BB 106 f° 329.

178 R. Vignal, op. cit., p. 41.

179 R. Bruni, Le Pays d’Apt malade de la peste, Aix-en-Provence, Édisud, 1980.

180 M. Signoli, Études anthropologiques de crises démographiques en contexte épidémique : Aspects paléo-et biodémographiques de la peste en Provence, British Archaeological Reports, International Series, number 1515, Oxford, Archaeopress, 2006, p. 156.

181 Ch. Carrière et al., Marseille ville morte…, op. cit., p. 102.

182 Ibid., p. 303. Une citation de P. H. Roux indique un millier de personnes au maximum.

183 Cette information m’a été communiquée par Claudine Brohon-Cahour, conservateur des archives municipales d’Aix.

184 Sylvestre Clap, archiviste de la Ville d’Avignon a bien voulu me donner ces renseignements.

185 Alain Coutarel, La peste de 1721-1722 à Orange (texte dactylographié conservé aux archives municipales d’Orange. Référence communiquée par Myriam Rol, archives municipales d’Orange), 1974, p. 59.

186 Délibération municipale du 25/5/1721 (BB 81, f0183). Ce renseignement m’a été donné par Christine Monge, conservateur des archives municipales de Toulon.

187 G. Buti, La peste à La Valette, op. cit., p. 79.

188 AMA, GG 27 fos 93, 96.

189 Ch. Carriere et al., op. cit.

190 M. Signoli, op. cit.

191 Tzortzis, sous presse.

192 Gambaro et al., sous presse.

193 B. Bizot et al., La saison d’une peste (avril-septembre 1590) : le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris, Éd. du CNRS, 2005.

194 M. Signoli et al., sous presse.

195 FPMA, M 2328, p. 175.

196 L. Bonnemant, Recueil d’Antiquités, p. 62.

197 À Marseille, Monseigneur de Belsunce s’émeut de faits semblables. Voir Ch. Carrière et al., Marseille, ville morte…, op. cit., p. 77.

198 AMA, GG 27 f° 273.

199 Le Musée, 2e série, n° 14, 1875.

200 FPMA, M 2414.

201 AMA, GG 32 f° 535.

202 AMA, GG 27 fos 379, 383, 118, 184.

203 Le Musée, 2e série, n° 16, 1875.

204 Des situations similaires se rencontrent à Marseille. Voir Ch. Carrière et al., Marseille ville morte…, op. cit., p. 76.

205 Sylvain Gagnière a écrit un article à ce sujet : « La désinfection des caveaux d’églises après les grandes épidémies de peste », Cahier de pratiques médico-chirurgicales, n° 3, avril-mai 1943.

206 FPMA, M 558 f° 30.

207 AMA, GG 32 fos 293, 304.

208 AMA, BB 106 fos 317-318.

209 Il ne semble pas qu’aucun de ces imprimés ait été conservé.

210 AMA, GG 35 f° 366.

211 AMA, BB 106 fos 313, 333, 321, 330.

212 FPMA, M 909 f° 329.

213 AMA, GG 27 f° 299.

214 AN, G 7 1732, pièces 27, 36, 37, 46.

215 AMA, BB 106 fos 323, 328.

216 AMA, GG 32 f° 313.

217 FPMA, M 2414 f° 93.

218 AMA, BB 106 f° 318.

219 R. Bertrand et al., « La peste en Provence… », op. cit.

220 Propriété de la famille de Grille d’Estoublon à côté du village de Fontvieille, à 12 km d’Arles.

221 AMA, GG 27 fos 311, 318.

222 AMA, BB 106 fos 343, 345.

223 FPMA, M 558 f° 39.

224 AMA, BB 106 f° 346.

225 AMA, BB 106 f° 363.

226 FPMA, M 516 f° 5.

227 Ch. Carriere et al., op. cit., p. 86.

228 AMA, BB 106 fos 360, 355, 357, 358, 351.

229 FPMA, M 516 f° 28.

230 FPMA, M 558 f° 42.

231 AMA, GG 27 f° 169.

232 AMA, BB 106 fos 431, 435.

233 AMA, BB 106 f° 468. Le marquis de Brancas ou de Villars Brancas (1672-1750) était lieutenant général de Provence (Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, t. IV, p. 103).

234 AMA, GG 27 f° 373.

235 FPMA, M 231 pièce 3.

236 FPMA, M 232 f° 139.

237 AMA, GG 27 f° 252. M. Pitot, médecin à Arles pendant la peste est mort le 30 ou le 31 mai 1721.

238 FPMA, M 558 f° 18.

239 À Arles, plusieurs portes furent fermées mais les autres furent accessibles, même si cet accès était limité.

240 Ch. Carrière et al., op. cit., p. 130.

241 AMA, GG 27 fos 147, 124, 254.

242 AMA, GG 32 f° 223.

243 FPMA, M 558 f° 23.

244 J.-N. Biraben, op. cit., p. 256.

245 R. Vignal, op. cit., p. 27-29.

246 G. Buti, La peste à La Valette, Marseille, Éd. Autres temps, 1996, p. 49.

247 AMA, GG 27 fos 110, 114, 126, 94.

248 J.-N. Biraben, op. cit., t. 2, p. 149.

Table des illustrations

Légende Ill. 2 - Carte des principaux lieux de Camargue et de Crau cités dans le texte, réalisée par Robert Fiengo et Antoine Lemaire, 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Ill. 3 - Plan d’Arles avec les principaux lieux cités dans le texte, réalisée par Robert Fiengo et Antoine Lemaire, 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Ill. 4 - Vue actuelle de l’église St-Honorat (ancien couvent des Minimes), 2007, © Photo Henri-Luc Casès
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 5 - Vue actuelle de la Bourse du travail (ancien hôpital de la Charité), 2007, © Photo Henri-Luc Casès
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Ill. 6 - La paroisse Notre-Dame de la Major, dessin anonyme, 1683, © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Maisons « parfumées » dans les paroisses d’Arles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540