Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Arles et son « empire »1

Texte intégral

L’originalité arlésienne : la ville et son terroir

  • 1 Bien que le mot empire ne soit pas ici employé dans le même sens, il fait référence à la phrase em (...)

1L’empire d’Arles est agricole. Troisième puis quatrième ville de Provence par sa population, dotée d’un riche et vaste terroir fertile géré par une noblesse et une Église puissantes, Arles semble posséder un bon potentiel humain et économique au début du siècle des Lumières, malgré un port en déclin et une certaine marginalité dans la province. L’équilibre économique est fragile, car basé en grande partie sur la qualité des récoltes : inondations, grands froids ou sécheresses sont autant de temps difficiles qui menacent régulièrement la population. La notion de risque est donc sans doute omniprésente dans l’économie domestique des Arlésiens de cette époque.

  • 2 P. Allard, La Révolution arlésienne, catalogue d’exposition, Arles p. 9.
  • 3 Voir en annexe la carte du terroir d’Arles p. 547.
  • 4 P. Allard, Arles et ses terroirs 1820-1910, Paris, Éd. du CNRS, coll. « Mémoires et documents de g (...)

2La commune d’Arles recouvre un très vaste territoire, qu’elle tient de son histoire, depuis l’époque romaine. Elle comprend Fontvieille, la Tour Saint-Louis (Port-Saint-Louis du Rhône) et Saint-Martin-la-Palud (Saint-Martin-de-Crau), toute la Camargue et une grande partie de la Crau, soit une superficie d’une dimension exceptionnelle puisqu’elle est supérieure à 100 000 hectares2. Elle est déjà la plus grande de France3. Michel Drain, dans l’ouvrage de Paul Allard parle d’« un vrai petit royaume dont la ville a su tirer sa richesse et sa fierté »4. Il ajoute qu’Arles s’apparente aux agrovilles que l’on trouve dans les pays méditerranéens et en particulier en Italie du sud. À ce titre, « elle est peut-être la plus méditerranéenne des villes françaises ». Enfin, il montre comment ce grand territoire et son histoire ont généré une vision mythique : « Ville tournée vers son passé, Arles n’en reste pas moins fidèle à l’espérance d’un riche avenir. Mais ce mythe de la terre promise qui fait partie de l’histoire et de la tradition n’a rien de moderne. Car la ville doit supporter comme un fardeau ce territoire, très inhospitalier, vide d’hommes, où le climat est rude, imprévisible comme sur tout le pourtour méditerranéen, où les sols sont exposés au sel, à la submersion, à l’érosion ; le potentiel agricole est réel mais nécessite un « aménagement de romain » – l’époque romaine représentait le mythe de l’âge d’or de la Camargue – considérable ».

  • 5 Terme local désignant un canal de vidange en Camargue.
  • 6 Bâtiments ruraux parfois très vastes comprenant la maison d’habitation (souvent véritable gentilho (...)

3La ville est située en effet au centre de vastes terres agricoles fertilisées par les alluvions du Rhône. Ces terres sont arrosées par des canaux d’irrigation (comme le canal de Craponne qui irrigue la Crau avec les eaux de la Durance depuis le XVIe siècle) et drainées par des roubines5 qui assèchent les marais autour d’Arles. Des terrains semi-désertiques servent de pâtures aux importants troupeaux de moutons. Les marais dans la partie sud du delta sont des lieux de chasse et de pêche. Ces grands espaces ne sont peuplés que de quelques hameaux. Toutes les activités rurales convergent donc vers Arles qui dirige et organise l’économie locale grâce aux mas6, implantés au centre des grandes propriétés appartenant aux nobles, à l’Église d’Arles ou aux bourgeois arlésiens. Ce fonctionnement spécifique accentue la dépendance entre la ville et son terroir, l’un ne pouvant vivre sans l’autre : il s’agit là d’une donnée essentielle pour la compréhension du cas arlésien. Par ailleurs, si l’Église d’Arles et l’ordre de Malte possèdent des terres, la communauté, elle, gère un territoire important qu’elle afferme et dont elle tire des revenus conséquents au moins jusqu’au milieu du XVIIe siècle, puisque, nous le verrons plus loin la ville va peu à peu vendre tous ces territoires communaux pour payer ses dettes.

  • 7 R. Baehrel, Une croissance, la basse-Provence rurale de la fin du XVIesiècle à 1789, Paris, Éd. de (...)
  • 8 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008.
  • 9 Coussous : terres semi-désertiques qui servent de pâturages aux moutons.
  • 10 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

4René Baehrel7 propose pour le terroir arlésien la répartition suivante en 1687 : l’Église possède 15°% des terres et les nobles 56°%. Ces biens fonciers se trouvent dans quatre grands « quartiers » qui sont plutôt de petites régions tant leurs différences géographiques sont importantes. Le Trébon (plaine alluviale au nord d’Arles) couvre 4 % de l’espace, le Plan du Bourg, très fertile et situé au sud, 15 %. À l’est, la Crau, grande plaine caillouteuse, en partie irriguée par le canal de Craponne représente 34 % de l’ensemble. La Camargue, ou delta du Rhône, comporte des terres très fertiles au nord, des marécages au sud et couvre 47 % du territoire. En considérant les revenus imposables, les terres du Trébon représentent 10 % de l’évaluation du terroir, le Plan du Bourg 19 %, la Crau 19 %, la Camargue 52 %. On voit l’importance de cette dernière dans l’économie arlésienne. Georges Pichard8 fait une synthèse détaillée du terroir arlésien, de ses activités, de ses répartitions : « Au cœur aristocratique et bourgeois de l’île de Camargue, qui paraît plutôt figé dans ses structures, s’ajoute en contraste, une vitalité certaine des environs immédiats de la ville, près du faubourg de Trinquetaille, avec ses nombreux « clos », beaucoup plus populaires. De même, le Trébon et le petit Plan du Bourg font cohabiter moyennes et petites propriétés, souvent menacées par les crues du Rhône. La plaine de Crau oppose les prés, terres, vergers et jardins irrigués, fourmillant d’activités, et les vastes étendues à coussous9, fréquentées seulement par les bergers et les moutons. Plus au sud, les islons du Grand Rhône… »10.

  • 11 P. Allard, Arles et ses terroirs, op. cit., p. 39.
  • 12 H. Quiqueran de Beaujeu, De laudibus Provinciae, édité en 1551. Louée soit la Provence a été trans (...)
  • 13 La Camargue.

5Les autres villes de la région sont relativement éloignées : Nîmes à 30 km, Avignon et Salon à 40 km, la ville plus proche, Tarascon, étant à 15 km. Arles leur est reliée par des routes qui sont des voies secondaires. Paul Allard, dans son étude sur le terroir arlésien11, explique comment, au Moyen Âge, l’importance prise par Avignon a détourné d’Arles les routes principales : la route royale d’Aix à Montauban passait par Saint-Rémy de Provence et Tarascon, la route royale n° 7 entre Paris et Nice, par Orgon et Pont-Royal. Le terroir d’Arles est connu depuis l’Antiquité pour la grande richesse de ses productions agricoles et en particulier la qualité de son blé qui se vend plus cher que les autres blés sur les marchés de Marseille, Toulon, Gênes, Lyon. La vigne a une production importante mais médiocre et couvre 500 ha. Près de 100 000 moutons paissent en Camargue et en Crau. Le mouton d’Arles est connu pour la qualité de sa laine. La pêche dans les étangs est également une activité notoire qui alimente les poissonneries arlésiennes. Les propriétaires mettent leurs terres en fermage, avec partage à mi-fruit de toute la production. Ils louent les prairies et les marais au fermier qui possède souvent son propre troupeau. Quiqueran de Beaujeu dans Louée soit la Provence12 décrit au XVIe siècle sa terre natale comme un véritable éden. Certes il connaît les inconvénients d’un climat parfois rude où sévit le vent du nord (le Mistral). Le Rhône, quant à lui, a des crues ravageuses. Mais « si ce fleuve infidèle trouble le bien et le repos, néanmoins les bonnes années qu’il engendre compensent si largement les dégâts, que cette île13 peut se vanter de jouir d’une entière et parfaite félicité ».

Sa population

  • 14 Collection de documents inédits sur l’Histoire de France publiés par ordre du roi, t. III : Docume (...)
  • 15 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIeà la fin du XVIIesiècle, mémoire de DEA, Uni (...)

6Il n’existe encore aucune étude démographique et statistique globale sur la population d’Arles à l’époque moderne. Cette importante recherche, lorsqu’elle sera réalisée, apportera, à l’évidence, des renseignements précieux sur l’évolution de la ville. Mais des éléments d’appréciation non négligeables sont d’ores et déjà à notre disposition grâce à des dénombrements faits aux XVIIe et XVIIIe siècles. Toutefois, ces documents sont disparates quant à la méthode et à la population concernée, les nombres cités varient beaucoup les uns des autres, selon que l’on inclut ou non le quartier de Trinquetaille, gros faubourg de la rive droite du Rhône hors les murs et le village de Fontvieille et que l’on recense ou non les enfants en bas âge. Lors de la visite de Monsieur de Séguiran14 à Arles en 1633, les consuls déclarent à la commission d’inspection que la ville « se trouve composée de 2 800 maisons, 3 000 familles et environ 25 000 âmes »15.

  • 16 FPMA, M 322, pièce 5.

7Le dénombrement de 163616, le plus complet, note 23 651 habitants, sans compter les valets de ferme. Ce recensement est fait par paroisse : 5 999 habitants à Notre-Dame de la Major, 3 043 à Notre-Dame la principale (ou Sainte-Anne), 1 042 à Saint-Isidore, 2 809 à Saint-Julien, 2 163 à Saint-Martin, 2 293 à Saint-Laurent, 4 834 à Sainte-Croix, 941 à Saint-Lucien, 527 à Trinquetaille. Les habitants du terroir n’y sont pas comptabilisés.

  • 17 Ce dénombrement est celui de Claude-Marin Saugrain (Dénombrement du royaume), publié à Paris en 17 (...)
  • 18 Ces chiffres figurent à la fin du dénombrement d’Expilly de 1764, notés par Émile Fassin qui a con (...)
  • 19 État des biens par feu (ou famille) établi pour la levée des impositions.
  • 20 AD BdR, C 2235.
  • 21 C. Lebret (1675-1734), premier président du Parlement (1710-1734) et intendant de Provence (1704-1 (...)
  • 22 BnF, M 8906, fos 141-161.
  • 23 F. X. Emmanuelli et al., La Provence moderne, Rennes, Éd. Ouest-France, 1991, p. 119.
  • 24 FPMA, M 2370. Ce dénombrement a été dépouillé et étudié par Michel Baudat (non encore publié).
  • 25 AMA, GG 117.

8Celui de 170917 donne les chiffres de 20 491 habitants, dont 17 006 intra-muros, 1 189 à Trinquetaille (ces deux derniers chiffres représentent 88,8 % de la population totale et montrent une population en majorité urbaine), 1 517 dans l’ensemble du terroir et 779 à Fontvieille (soit 11,2 % de la population). Ces chiffres pourront être très intéressants car ils donnent précisément le nombre d’habitants en ville et dans le terroir (soit 3 485 personnes), alors que ce rapport ville/campagne entre les habitants n’est habituellement jamais mentionné18. Par ailleurs, dans le registre des affouagements19 conservé aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, il est noté 200 feux à Arles en 171520. Mais il s’agit là d’une donnée administrative concernant l’impôt. Le recensement de la Provence ordonné par l’intendant Lebret21 en 1716, conservé à la Bibliothèque nationale22, indique précisément 5 128 familles et 23 126 habitants pour la Communauté arlésienne, ce qui est proche du chiffre de 1636 et montre une certaine stagnation démographique. Toutefois, la répartition ville/terroir n’est pas précisée. Si on applique à ce chiffre global le rapport du dénombrement de 1709, on obtient 19 194 Arlésiens en ville, 1 314 à Trinquetaille et 2 591 en campagne, chiffres évidemment hypothétiques. Nous retiendrons en tout cas les nombres de 23 000 habitants environ pour la population globale d’Arles et autour de 20 000 ceux de la ville seule (avec Trinquetaille) comme points de référence pour cette étude, à défaut d’autres sources fiables, parce que le dénombrement de 1716 est fait à une date proche de l’épidémie de peste. C’est également, nous le verrons, le chiffre le plus couramment cité par les consuls et les contemporains. La différence importante (plus de 3 000 habitants) qui existe entre le dénombrement de 1709 et celui de 1716 pose cependant problème. À titre de comparaison, dans ce même dernier état, il y est noté 26 985 habitants pour Aix, et de 24 548 habitants pour Avignon. Ainsi, avec son terroir, Arles représente une population un peu inférieure à celle de ces deux villes. C’est donc à cette époque une ville moyenne, à classer parmi les villes importantes de la région mais loin derrière Marseille qui figure avec 88 645 habitants dans ce même document. Peut-être à cause de nombreuses crises de subsistances, la population d’Arles, comme celle du reste de la Provence, semble avoir diminué à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Michel Terrisse23 a composé un tableau statistique de l’évolution de la population des principales agglomérations provençales, comtadines et niçoises au XVIIIe siècle, établi à partir de documents des archives nationales, de la Bibliothèque nationale, et du Dictionnaire des Gaules d’Expilly. Il propose pour Arles, outre les 23 126 habitants en 1716 cités plus haut, 21 562 habitants vers 1760, 14 343 habitants en 1809. Le dénombrement réalisé en 176424, dont un exemplaire original est conservé à la médiathèque d’Arles donne une population de 20 706 personnes. Nous commenterons plus loin l’évolution de la population arlésienne après la peste de 1721. Le dernier archevêque d’Arles, Monseigneur du Lau, fit réaliser une enquête de population dans le but de connaître le pourcentage de communiants pendant les offices25. Il obtient des données très proches : 18 337 habitants pour la « ville murée » et le faubourg de Trinquetaille, et 20 357 habitants avec la Camargue.

  • 26 FPMA, M 491, f° 229.

9Enfin, Pierre Véran, dans son Essai sur la statistique de la ville d’Arles et de son terroir26 évalue la population, pour 1806, à 22 000 habitants pour l’ensemble de la commune. Dans le cas arlésien, il n’est pas facile d’utiliser ces chiffres car certains tiennent compte du vaste terroir de la commune, d’autres de l’agglomération seule. Nous retrouverons cette difficulté lors de l’évaluation des morts de la peste de 1721.

La société arlésienne et ses hiérarchies dans les années 1700

  • 27 A. Viala, « Suggestions nouvelles pour une histoire sociale du clergé aux temps modernes », Études (...)
  • 28 AMA, CC 24.
  • 29 M. Cubells, « Les conflits nobiliaires à Arles au milieu du XVIIe siècle », dans La noblesse prove (...)

10Comment peut-on définir cette société sur laquelle va fondre le cataclysme de la peste ? L’ensemble des groupes sociaux gravite autour de la noblesse qui est le groupe le plus brillant de la société arlésienne, très présent dans la vie politique, économique et culturelle de la cité à l’époque moderne. Plusieurs rues du centre portent alors le nom de la famille noble qui y habite : ainsi les rues Nicolay, Parade, Beaujeu, Nans, Cays, Romieu, Castillon, Loinville, Robiac, Saint-Andiol, Monsieur de Fos… Le nombre de nobles à Arles semble particulièrement important. Selon A. Viala, il représente à peu près 1 % de la population provençale27. Le cadastre arlésien du début du XVIIIe siècle28 permet de compter 105 nobles imposés. On peut estimer, pour cette période, que tous les nobles de la ville sont assez fortunés pour être des contribuables. Il est donc possible, à partir de ce nombre total des chefs de famille d’avancer une estimation de la population noble à un millier de personnes soit 4 % de la population totale sur une base moyenne de 23 000 habitants dans la commune. Monique Cubells29 propose un nombre plus important encore de nobles à Arles, il est vrai quelques décennies avant, en donnant une estimation basse d’au moins 1 300 nobles vers 1 660 et une estimation haute de plus 1 600 personnes, soit 5 à 6 % de la population. Pendant plusieurs décennies l’aisance des notables arlésiens a été bien réelle. Mais les belles années semblent s’achever à la fin du XVIIe siècle. Toutefois, les richesses soigneusement capitalisées par les familles nobles, ont sans doute permis à leurs descendants d’affronter les crises qui vont suivre, mais avec des inégalités plus ou moins grandes suivant l’importance des biens et le dynamisme des familles. Par ailleurs, le contexte financier national extrêmement complexe, on le sait, dans ces années 1720-1721 n’a pas facilité la gestion des fortunes locales. Plusieurs documents montrent que la monnaie de Law est présente dans les préoccupations des Arlésiens. Honoré Gros de Boussicaud en parle dans son livre de raison :

En 1720, année remarquable par les billets de banque qui ont esté créés par Mgr le duc d’Orléans, régent de France et par la malice de Law, olandois (sic), le S. Yvan m’a payé en billets de banque les 1 400 livres restantes.

  • 30 Ch. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIesiècle, contribution à l’étude des économies maritim (...)

11Arles a sans doute moins souffert de ces aléas monétaires que Marseille, place financière et de négoce. Cette dernière a vu son commerce perturbé sérieusement par la dépréciation des billets de banque et le manque d’espèces30. Toutefois, nous le verrons, les consuls arlésiens seront assez démunis quand ils auront à faire face aux dépenses de la peste, à cause du système de Law. En attendant, plusieurs actes passés à la fin de l’année 1720, juste avant l’épidémie, montrent que la Communauté d’Arles paie ses créanciers, des particuliers pour la plupart, en billets de banque. Elle paie également de cette façon les sommes dues aux procureurs du pays. Elle tire donc en partie son épingle du jeu.

  • 31 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIesiècle à la fin du XVIIIesiècle, thèse de do (...)
  • 32 G. Pichard, Espaces et nature en Provence. L’environnement rural. 1540-1789, thèse de doctorat, Un (...)

12Les principaux autres groupes socio-professionnels en présence au début du XVIIIe siècle sont les bourgeois, les artisans et commerçants, les agriculteurs, les marins. Seuls les marins ont été étudiés en détail par Patricia Payn-Echalier dans une thèse31 soutenue récemment. Mais Georges Pichard aborde, lui, largement le monde agricole, également dans sa thèse32. Les cadastres nous donnent une série d’informations. Si celui du début du XVIIIe siècle semble incomplet sauf en ce qui concerne la noblesse (105 familles, nous l’avons vu) et une partie au moins de la bourgeoisie (45 « bourgeois » y sont inscrits en tant que tels), le précédent, qui fut réalisé à la fin du XVIIe siècle vers 1695, permet d’avoir une vision beaucoup plus globale de la population imposable, une vingtaine d’année avant l’épidémie de peste. 1 246 personnes, en tout, y figurent, dont 108 nobles.

  • 33 Rappelons que sous l’Ancien régime, la définition est plus étroite et précise : le « bourgeois » e (...)
  • 34 La Révolution arlésienne, catalogue d’exposition, Arles, 1989.

13On a la possibilité, très intéressante, de compter le nombre de bourgeois et d’en connaître la fortune. Paul Allard définit la bourgeoisie en trois groupes principaux : les professions libérales, avocats, notaires, médecins, au sens que l’Histoire sociale actuelle donne à ce terme, qui est celui qu’il a pris au XIXe siècle de classe instruite, possédante et dirigeante33. Ces notables occupent une place importante, avec les propriétaires qui vivent des rentes de leurs terres et les négociants (vente des produits agricoles et commerce lié au port)34. Dans ce registre, soixante-huit noms apparaissent suivis de la mention « bourgeois ». Tous possèdent des terres et des mas en Camargue et en Crau. On trouve ensuite un juge, dix procureurs, cinq greffiers, vingt-neuf avocats : Arles est siège de sénéchaussée. Il y a cinq notaires, cinq médecins, douze chirurgiens, neuf apothicaires. Enfin, vingt-deux Arlésiens sont des « marchands » ou négociants. On peut donc estimer que 166 familles font partie de la bourgeoisie

14Quant aux autres groupes sociaux qui vivent de la ville ou du fleuve, les artisans et petits commerçants sont 230 à figurer dans ce cadastre, les patrons de barque, mariniers, marins, pêcheurs, 115 (les patrons de barque représentant à eux seuls 60 personnes). Une vingtaine de personnes ont des petits métiers liés au port (portefaix, magasiniers, cordiers, calfatiers). Beaucoup d’autres ne possèdent sans doute aucun bien et n’apparaissent donc pas dans le registre. Mais cela est vrai pour toutes les catégories socio-professionnelles, exceptées la bourgeoisie et la noblesse.

15Ces données sont d’autant plus importantes que pour cette période, il n’existe pas de rôles pour la capitation qui permettraient une approche précise de la population imposée dans les années précédant la peste. Sans doute sont-ils perdus. Seuls subsistent les comptes (recettes et dépenses de fonctionnement) de cet impôt et la liste des arrérages à partir de 1723. Il faut attendre le rôle de capitation de 1750 pour pouvoir compter le nombre de chefs de famille imposables. Ils sont alors 2 450.

  • 35 Ibid.
  • 36 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles, de la fin du XVIesiècle à la fin du XVIIIesiècle, mémoire de (...)
  • 37 M. Boiron, Arles sous Louis XVI, Bulletin des Amis du vieil Arles, n° 10, 1973.

16Les artisans et les commerçants représenteraient 20 % environ de la population sous l’Ancien Régime ; ils sont répartis dans de nombreuses corporations35. Aucune étude démographique n’existe encore à leur sujet sur le XVIIIe siècle. Toutefois, pour la fin de ce siècle, Patricia Payn Echalier36 indique à partir du registre de capitation de 1790 que 156 personnes tiennent une boutique, et que les artisans et les commerçants comptent alors 988 personnes. Parmi eux, l’artisanat lié à l’activité du port, corderie, calfatage, réparations navales, et les portefaix. Il existe à Arles le « Parc du Roy », « vastes magasins… qui reçoivent les bois de la marine et de l’artillerie, les munitions de guerre et de bouche, les objets d’armement et d’équipement, fourrage, grain et même chevaux »37.

  • 38 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 39 AD BdR, C 2192.
  • 40 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

17Le monde agricole est le plus nombreux, composé d’ouvriers agricoles, de fermiers et de petits propriétaires ou ménagers. Georges Pichard définit ceux qui composent ce groupe social38. Parmi eux, en haut de l’échelle, les ménagers, souvent appelés rentiers ou fermiers dans les textes, « sont ceux qui sont en contact direct avec les travaux de ces entreprises parfois énormes – à l’échelle du monde rural du temps – que sont les mas… ces fermiers doivent des rentes en argent mais aussi des parts de fruits (la moitié ou le tiers de la récolte des blés) sans compter les pittoresques souquets faits de fournitures et de victuailles de toutes sortes ». Les jardiniers prennent à bail de plus petites parcelles, autour de la ville. Les bergers s’occupent des troupeaux de moutons sous la direction du baile-berger et, plus subalternes, les gardiens de bétail ont la charge des bœufs des vaches et des juments. Les travailleurs font les gros travaux dans les champs, comme les valets de mas et les tâches les plus ingrates, dirigés par les rentiers ou, en cas de faire-valoir direct, par les propriétaires. Une bonne partie d’entre eux vient des Alpes et se loue à partir de mai pour les moissons, les journaliers locaux ne suffisant pas à cet énorme travail. Dans le cadastre de la fin du XVIIe siècle, on compte 159 personnes imposables vivant directement de la terre dont 42 ménagers, trois bayles, 35 bergers, 11 gardiens de bétail, 55 travailleurs, sept jardiniers, deux valets de mas. Possédant au moins un petit bien, ils ne sont sans doute pas représentatifs de l’ensemble de la main-d’œuvre rurale arlésienne. Une bonne partie d’entre eux vit en ville. Cette population est importante intra-muros, particulièrement dans la paroisse de la Major : la cohabitation d’urbains et de ruraux est habituelle dans les villes d’Ancien Régime. Les petits paysans sont pour la plupart dans une situation précaire. Un mémoire fait pour l’intendant sur « le projet de la taxe des capitaux par le relèvement des débiteurs sur leurs créanciers »39 dressé en 1686 et cité par Georges Pichard40, insiste sur les difficultés d’un grand nombre de petits travailleurs « qui ont achepté des vignes ou portions de terre sans les payer, dont ils font la pension au denier vingt pour avoir le moyen de s’occuper au travail, ce qui cause tous les ans des désordres dans ces pauvres familles qui abandonnent (leurs) terres par impuissance ».

  • 41 Ibid.

18De cette façon, ils ont investi les abords de la ville, au Trébon et en Camargue, multipliant les clos et les jardins comme le montre après 1700 les cadastres de Corrège et Camargue Major. Au moment de moissonner les grandes terres à blé arlésiennes, une main-d’œuvre saisonnière particulièrement nombreuse vient se louer dans la ville. En 1676, un « Règlement pour les Valets de la Ménagerie de la ville d’Arles » établit les gages des valets de ferme qui vont de 20 sols par an jusqu’à 180 livres selon la fonction41. La majorité d’entre eux vient de l’extérieur (Alpes de Haute-Provence et Hautes Alpes), mais un certain nombre d’entre eux est sédentaire. Les propriétaires tentent par ce règlement d’obtenir de leur part une certaine stabilité et en tout cas le respect du contrat de travail jusqu’à son terme.

  • 42 P. Payn-Echalier, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 43 Ibid.
  • 44 La tartane est un petit bâtiment à voile triangulaire servant au commerce et à la pêche en Méditer (...)
  • 45 P. Payn-Echalier, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

19Les marins d’Arles constituent un groupe social soudé et cohérent. Ils sont rassemblés en majorité dans le quartier de la Roquette (47,6 % des marins d’Arles habitent dans la paroisse Saint-Laurent, 29,2 % dans la paroisse Sainte-Croix, le restant à Trinquetaille et dans les autres paroisses)42. Numériquement, « les navigants » sur le Rhône et en mer, représentent, d’après un dénombrement fait en 1703, 637 personnes43, auxquels il faut ajouter tous ceux qui vivent du port : portefaix, charpentiers, calfats etc., ainsi que les pêcheurs et patrons pêcheurs. Ceux-ci approvisionnent la ville en poissons d’eau douce, venant des nombreux étangs et marais du terroir, ou de mer. Les patrons de barque possèdent un bateau, la tartane ou l’allège44, qui navigue sur le Rhône ou en mer. Ils peuvent avoir aussi des parts de bateau. Ils ont à la fois des compétences techniques de navigation et des compétences commerciales, transportant des marchandises sur le fleuve et par cabotage vers les ports de la Méditerranée. Ils sont certainement le groupe professionnel d’Arles le mieux organisé car ils sont rassemblés dans un même quartier et appartiennent à des confréries bien établies : la confrérie Saint-Nicolas dont la chapelle est établie dans l’église Saint-Martin au bord du Rhône, et la confrérie de Notre-Dame de Bon Voyage, à l’église Saint-Laurent45. Certes les travailleurs agricoles sont en plus grand nombre, mais leur travail les disperse dans les mas en Crau et en Camargue une grande partie de l’année.

Le pouvoir municipal

  • 46 Les conseillers nobles élisaient quatre nobles, puis un tirage au sort désignait les deux consuls (...)
  • 47 FPMA, M 706.
  • 48 FPMA, M 224.
  • 49 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008.
  • 50 M. Cubells, « Les conflits nobiliaires à Arles au milieu du XVIIe siècle », La noblesse provençale (...)

20L’administration d’Arles dépend du conseil de ville qui est dirigé par quatre consuls élus par les conseillers46. Deux d’entre eux sont nobles, dont le premier consul, qui, au moins au XVIIe siècle, était de noblesse ancienne et qui a le rôle de premier magistrat, et deux bourgeois. Pour être consul, il faut posséder 4 000 livres de biens fonds si on est bourgeois, 8 000 livres pour les anoblis et avocats (qui, à Arles, bénéficient de la noblesse personnelle et peuvent avoir la charge de second consul), 10 000 livres pour les gentilshommes47. Le nombre des conseillers varia selon les époques : ils étaient 100 en 1602, 244 à la fin du XVIIe siècle et 144 au XVIIIe (48 gentilshommes, 24 avocats et médecins, 72 bourgeois, dont des notaires et des procureurs, cinq chirurgiens, cinq apothicaires, cinq marchands boutiquiers)48. En effet, un nouveau règlement municipal est mis en place en janvier 1707, sous le consulat de M. de Grille-Robiac, marquis d’Estoublon malgré l’opposition de nombreux conseillers49. C’est à ce moment qu’est décidée la réduction du nombre des conseillers de 244 à 144. Cependant le nombre de conseillers sera bien dorénavant de 144. Après quelques précisions de fonctionnement entérinées par Louis XIV juste avant sa mort en 1715, ce règlement restera en vigueur jusqu’à la Révolution. Les consuls d’Arles ont de nombreux pouvoirs50 car ils sont gouverneurs de la ville, gèrent les finances et les taxes, assurent la sécurité publique, l’approvisionnement des Arlésiens, la santé, les réglementations commerciales en particulier en ce qui concerne le blé, l’installation de nouveaux artisans et métiers jurés. Mais le problème de la représentativité du conseil de ville sera le problème récurrent du siècle : ni les artisans, ni les représentants des métiers de la terre, hormis les possédants aisés, n’en font partie alors qu’ils sont la majorité de la population. Les cahiers de doléances de 1789 en feront une de leurs principales revendications.

La situation économique d’Arles au début du XVIIIe siècle

  • 51 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 52 G. Pichard, Espaces et nature en Provence…, op. cit., p. 323-324.

21La ville bénéficiait depuis le milieu du siècle précédent (vers 1640) d’une conjoncture favorable. Après les crises du début du XVIIe siècle (1601-1603-1637) dues à la hausse des prix et à la fiscalité. Arles profita d’une bonne période au milieu du XVIIe siècle. Globalement, les récoltes de blé augmentèrent. Le hollandais Van Ens, installé à Arles et marié à une demoiselle d’Antonelle, organisa entre 1643 et 1649 le dessèchement de 2 840 hectares de marais au nord-est de la ville, qui furent mis en culture51. Les familles nobles d’Arles, qui possédaient souvent déjà de nombreuses terres agricoles, sont tout particulièrement favorisées par les conditions favorables du moment. Georges Pichard indique52 que les récoltes de blé augmentent de façon générale dans le terroir arlésien entre 1600 et 1750, mais de façon irrégulière. Il détermine deux périodes particulièrement favorables pour les récoltes de blé en Camargue, 1610-1630 et surtout 1640-1650 : « La première date de cette seconde période nous est connue. Dans une grande partie de la Provence intérieure, elle vit le départ d’une grande poussée de défrichements… Ces deux périodes coïncident aussi avec l’apaisement relatif du Rhône ».

  • 53 AMA, BB19.

22Globalement, l’agriculture arlésienne a eu à cette époque son heure de gloire et la situation a été particulièrement favorable aux nobles aisés qui étaient de grands propriétaires fonciers. Ils avaient bénéficié en effet du fait que la ville était considérablement endettée depuis les guerres de religion et celles de la Ligue. Les impôts du roi, les achats successifs de blés, nous le verrons, avaient encore aggravé l’état des finances communales. Jusque-là la communauté d’Arles était en fait le plus grand propriétaire foncier arlésien. Pour payer ses dettes, elle vendit petit à petit tout son patrimoine, avec, dès 1600, l’autorisation du roi d’aliéner le domaine communal53. Les nobles arlésiens, souvent créanciers de la ville, furent donc remboursés sous forme de terres, ou s’en portèrent acquéreurs. Georges Pichard cite les grandes familles qui dès le début du XVIIe siècle bénéficièrent de l’achat de ces terres : « … Les grandes familles (celles qui montent et renouvellent les générations passées) sont là, bien présentes : les Nicolay, les de Grille, les Varadier, les de Meyran, les de Romieu, les d’Antonelle, les de Piquet, les de Giraud, les Porcellet (de Beaucaire), les Chavarre-Cabassole, etc. La bourgeoisie, elle aussi montante, est fort bien représentée ».

  • 54 Cl.-L.-H. duc de Villars (1653-1734), né à Moulins, mort à Turin, était commandant des armées du r (...)

23En 1720, une grande « désemparation » eut lieu, liquidant ce qui restait des biens fonciers de la ville. Ce fut le maréchal-duc de Villars, gouverneur de Provence54 qui en bénéficia. Il sera question plus loin de cet épisode important à propos de l’état des finances communales.

  • 55 M.-F. Eymery, Arles des débuts de la Révolution au Fédéralisme, Université de Provence, Aix-en-Pro (...)
  • 56 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

24Il est bien sûr à noter que les consuls et les conseillers nobles et bourgeois, qui prennent les décisions de vendre les biens communaux, ont tous été des acheteurs potentiels. Mais pour cette dernière vente, ils choisissent de céder le domaine communal dans son ensemble, sans profiter de l’occasion pour agrandir leurs domaines. Estiment-ils ces terres peu rentables ? Nous verrons plus loin les difficultés que subissent les propriétaires depuis le début du siècle et leurs conséquences financières. Mais avant que les choses ne se gâtent, le développement des propriétés foncières a entraîné un certain accroissement de l’activité agricole, avec la mise en culture de terres jusque-là utilisées en pâturage. Or le terroir d’Arles peut permettre un véritable enrichissement : la récolte de blé se fait plus tôt que dans les autres régions de France. Sa vente se fait donc à bon prix, à l’époque de la soudure55. Le blé est la culture principale des propriétaires arlésiens. Ceci explique, comme le dit Georges Pichard56, que la noblesses arlésienne, plus fortement qu’ailleurs engagée dans la vie rurale ait été particulièrement intéressée par la vente des biens communaux au XVIIe siècle : « La particularité arlésienne vient du fait que la vente des terres communales paraissait… très attractive pour une majorité de créanciers, pourtant eux aussi nobles. Mais ces terres, notamment celles des quartiers des Islons (en Camargue, Trébon et Plan du Bourg) étaient pleines de promesses de belles moissons. Celles de Crau, vastes pâtis et coussous, n’étaient pas moins porteuse d’avenir… ».

  • 57 O. Caylux, Présence du groupe nobiliaire dans l’Arles sous l’Ancien Régime (1640-1789), mémoire de (...)

25Par la suite, l’augmentation des récoltes, la mise en fermage de nouvelles propriétés et l’utilisation d’une main-d’œuvre agricole plus importante, ont sans doute bénéficié à une bonne partie de la population arlésienne encore très rurale. Cette main‑d’œuvre n’est cependant pas suffisante puisque chaque année, pour les grands travaux agricoles (moissons, vendanges), les propriétaires font appel à de nombreux journaliers qui viennent principalement des Alpes et du Massif central. La noblesse arlésienne, et pour une moindre part la bourgeoisie, semblent assurées à partir du milieu du XVIIe siècle d’une bonne situation économique et d’un essor qui va être perceptible dans plusieurs domaines, en particulier dans celui de la construction. Ce dynamisme peut être en effet vérifié par l’édification dans la ville d’Arles de nombreux hôtels particuliers visibles encore aujourd’hui parmi lesquels on peut citer l’hôtel de Barrême (1641), l’hôtel Icard-Pérignan (1651), l’hôtel de Lhoste (1691), l’hôtel de Grille (1691)57. La qualité de leur architecture montre une société évoluée, urbaine, soucieuse de montrer son appartenance noble et son aisance. La population dans son ensemble bénéficie de ce regain d’activités et la plupart des maisons, même modestes, sont mises au goût du jour.

L’état financier de la population arlésienne

  • 58 AMA, BB 39, fos 366-370.
  • 59 AMA, CC 24.

26Quel est le niveau de richesse de la population dans son ensemble ? Un document antérieur aux difficultés du début du XVIIIe siècle puisqu’il date de 1694 aide à avoir une vision précise du niveau de fortune des habitants d’Arles en cette fin de siècle. Il s’agit d’une délibération municipale58 (voir p. 269) qui propose une imposition par classes en fonction de la valeur de leurs biens. Bien que le terme « capitation » ne soit pas mentionné, il est vraisemblable qu’il s’agit d’un premier recensement des fortunes établi pour la levée de cet impôt. La façon dont cette estimation a été établie n’est pas mentionnée et il est impossible de savoir si les biens sont réellement estimés à leur juste valeur. De toutes façons, ce barème ne sera pas retenu pour établir l’imposition. Mais il précède vraisemblablement le cadastre cité plus haut et établi nominativement au début du XVIIIe siècle à partir des biens mobiliers et immobiliers59 pour l’établissement de la capitation.

27Sur une population d’environ 23 000 habitants (soit environ 5 800 familles, si on compte une moyenne de quatre personnes par famille), 4 000 chefs de famille sont des contribuables : un peu plus de 1900 n’ont que très peu de bien ou un petit bien, 1 900 environ ont un niveau de fortune petit à moyen et 161 peuvent être considérés comme aisés, 71 comme fortunés dont une quinzaine très fortunés. Reste plus du tiers des familles qui n’ont aucun bien. Si comme on peut le supposer les revenus, par rapport à ces données, ont globalement stagné voire baissé au début du XVIIIe siècle, il est certain que dans son ensemble la population arlésienne est assez pauvre au moment d’aborder la tragédie de 1721 et que la disparité est grande entre le petit peuple et les nobles. Mais ceci n’est pas une spécificité arlésienne.

Les finances communales

28Les plus fortunés des Arlésiens dirigent la ville dont ils sont les consuls ou les conseillers. Ils occupent toutes les charges de la municipalité Ils gèrent les finances communales dont ils ont l’entière responsabilité.

  • 60 J. Dumoulin, « L’endettement municipal à la fin du XVIIe siècle en Provence : l’exemple d’Aix-en-P (...)

29À ce sujet, Jacqueline Dumoulin écrit à propos d’Aix à la fin du siècle de Louis XIV : « Au XVIIe siècle, l’indépendance financière des communautés est un élément essentiel de la vie municipale. Les communautés ont le pouvoir de décider de leurs dépenses et de les couvrir en établissant des recettes autonomes. Les recettes des villes, donc leurs impôts, se composent des fermes. Leur perception est confiée à un particulier. Les dépenses sont constituées par les paiements faits au trésorier du pays, les gages des consuls et autres agents de la ville, les travaux, les pensions payées aux créanciers… »60.

  • 61 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

30S’il n’y a pas assez d’argent, on décide une hausse des impôts, ou de nouveaux impôts, surtout indirects, sur la consommation. À Arles comme ailleurs, la pratique de l’emprunt est habituelle. Certains sont faits pour rembourser d’autres emprunts antérieurs. Il n’est en tout cas pas possible de faire l’amalgame entre l’état de richesse personnelle des consuls et l’état des finances municipales. À Arles, les caisses publiques sont bien plus en difficulté que les fortunes privées. Le problème majeur d’Arles est son endettement, très important, « un endettement massif, accumulé d’année en année pour les causes les plus multiples, mais avant tout pour les emprunts concernant les achats de blé et pour acquitter les exigences financières du roi. Depuis 1666, pour les aménagements urbains, notamment la construction du nouvel hôtel de ville et de la place publique »61.

  • 62 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

31Il peut paraître paradoxal qu’une ville comme Arles dont le terroir fournit un blé abondant doive emprunter régulièrement pour en acheter. Pourtant, ce qui fait sa richesse les bonnes années la met en grandes difficultés lorsque la récolte est faible. En effet, celle-ci, les mauvaises années, est de toutes façons réquisitionnée en grande partie pour les grandes villes jugées prioritaires, comme Marseille, Toulon, Lyon, et ce par ordre du roi, soucieux de maintenir l’ordre urbain. Et même si les Arlésiens se défendent vigoureusement, il ne reste alors pas assez de blé pour la population. Les consuls doivent à leur tour acheter de quoi nourrir leur population et s’endettent pour le faire. Dur cercle vicieux62

  • 63 AMA, BB 38, f° 434.
  • 64 AMA, BB 42 fos 43, 79, 96.
  • 65 FPMA, M 558 f° 57. Louis de Bouchet de Faucon fut conseiller au parlement de Provence à la suite d (...)

32Les intendants de Provence successifs, en particulier à partir des années 1680, obligèrent les villes à liquider leurs dettes en vendant les biens de la commune. Mais Arles avait commencé beaucoup plus tôt, nous l’avons vu. Dans la très complète série des comptes municipaux, on peut trouver à plusieurs reprises les produits des ventes des terres arlésiennes. En 1685, l’état des biens communaux dont l’aliénation est nécessaire pour l’acquittement des dettes est dressé. Mais en 1686, les maisons, les terres, les troupeaux, les capitaux des particuliers sont taxés pour rembourser une dette globale évaluée à 902 418 livres63. Cet impôt est créé pour éviter de vendre à nouveau des terrains communaux. Cette tentative est insuffisante et à partir de 1707, les registres des délibérations municipales montrent que le conseil de ville a du emprunter tous les ans pour faire face à ses obligations64. De 1713 à 1715, on travailla à dresser le nouvel état des dettes. Les mémoires de Louis de Bouchet de Faucon65 permettent de suivre de façon très détaillée le mécanisme qui conduisit les consuls à estimer, puis à vendre peu à peu ce qui restait des domaines communaux. Il décrit la situation financière d’Arles dans les premières décennies du siècle, les manœuvres des différents clans, le contenu de la vente et les résultats de l’opération. Son témoignage peut être pris en compte : il est conseiller au Parlement de Provence depuis 1709 et connaît bien les affaires de la ville. Les dettes s’élèvent maintenant à 1 329 967 livres, la première décennie du XVIIIe siècle ayant été difficile. Il ne reste alors plus qu’une seule solution, celle de se dessaisir des terres communales bien que certains conseillers ne souhaitent pas cette vente et mettent des entraves à l’avancement de la procédure. Mais la vente a finalement lieu et Georges Pichard en explique le déroulement :

  • 66 Pâturages composés de terres salées couvertes de plantes halophiles (salicornes etc.)
  • 67 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit. (voir dans la thèse, p. 398, l’ordo (...)

Le 2 août 1719, le domaine (communal) était mis à l’encan, en l’hôtel de ville, pour procéder à la délivrance le 17 mars 1720… Il s’agissait de 18 297 sétérées en terres ou 3 293 hectares, en majorité des « isles » du Rhône, le tout rapportant en rente 18 781 livres. Comme la mise en vente était de 375 989 livres, on pourrait en inférer que le rapport supposé de ces terres était de cinq pour cent. Mais cette première mise en vente fut encore insuffisante et il fallut ajouter 1 741 sétérées : toutes les plages du Tampan, des pâtis66 en Crau et en Camargue, pour atteindre 403 561 livres. Un seul « enchérisseur » remporta la quasi totalité de ce domaine, le duc de Villars lui-même, qui déboursa 730 000 livres en papier-monnaie de Law. Il va sans dire, ou presque, que la ville se retrouva vite avec une perte réelle considérable67.

33Jusqu’au dernier moment, les consuls ont cherché tous les moyens possibles pour éponger leurs dettes : le 18 janvier 1720, le sieur Vaugier, agent des consuls à Aix, est chargé par l’intendant de leur faire savoir que le roi prête aux communautés au taux de 2 % pour payer leurs dettes. La vente au duc de Villars évite un nouvel emprunt, momentanément du moins. Résolument optimistes, les consuls ferment le bureau des taxes dès le lendemain de la vente. Mais à la veille de la grande épidémie de 1721, la situation financière d’Arles est en réalité loin d’être assainie.

Les aléas climatiques : une agriculture en difficulté

  • 68 G. Pichard, Espaces et nature en Provence…, op. cit., p. 171, 175.

34Georges Pichard68 présente les décennies entre 1651 et 1710 comme une période d’inondations très fréquentes sur le terroir arlésien : 65 débordements du Rhône en 59 ans dont plusieurs très violents en particulier en 1674, 1678, 1679, 1685, 1689, 1692, 1694. À chaque fois le cheptel est détruit en partie, les récoltes ravagées, les bâtiments endommagés. Obligations onéreuses et récurrentes jusqu’à nos jours, les digues et les chaussées sont sans cesse à réparer. En novembre 1705 et en janvier 1706, les eaux atteignent cinq mètres et il y a plus de deux mètres d’eau sur l’ensemble des terres. De novembre 1707 à octobre 1708, 17 crues dont six où le Rhône entre dans la ville. Le décompte qu’il fait des inondations à Arles sur six siècles est particulièrement instructif : 16 crues au XVe siècle, 49 au XVIe, 59 au XVIIe, 85 au XVIIIe et 35 au XXe soit un total de 278 crues. Mais les crues ne sont pas les seules causes de désastre dans le terroir d’Arles. Le froid y sévit aussi parfois cruellement.

  • 69 G. Gangneux, Économie et société en France méridionale, XVIIe-XVIIIesiècles. Les grands prieurés d (...)

35Gérard Gangneux69, a étudié de façon très approfondie les revenus des terres de l’ordre de Malte en Camargue. Il confirme les années « d’or » des premières décennies du XVIIe siècle. Mais après 1657, où gels et inondations remplacent la belle période précédente, on assiste à une baisse sensible des revenus : 30 % environ. Les fermages dont vivent la communauté et les notables arlésiens sont en diminution. Mais « le mal profond réside certainement dans cette inconcevable disette d’argent qui sévit aux pays du bas Rhône… d’où résultent la mévente des blés et bien des retards à s’acquitter des charges au Trésor, par la baisse des fermages et rentrée difficile… ».

36Toutefois, les affaires reprennent à l’extrême fin du XVIIe en liaison peut-être avec la reprise du commerce extérieur français, en particulier en Méditerranée. La laine de mouton, autre production arlésienne importante, a sans doute aussi à ce moment-là un excellent débouché en Languedoc où la draperie est en pleine expansion.

Le « grand hiver »

  • 70 Ibid., p. 310.
  • 71 AMA, IIH5.

37Nous l’avons vu, la fin du XVIIe siècle avait connu de nombreuses intempéries. Les inondations, en particulier, en provoquant la rupture des chaussées « compromettent de façon à peu près constante l’équilibre agraire du delta »70. Mais le pire est vécu pendant l’hiver de 1709 pour lequel les témoignages sont nombreux : il fit d’énormes dégâts à Arles comme ailleurs en Provence. et en France. De nombreux Arlésiens ont témoigné de cet hiver catastrophique. Honoré de Boussicaud, dans son livre de raison71 commencé en 1676 écrit :

En la ditte année 1709 les bleds et oliviers sont morts et par conséquent cella m’a empêché depuis de payer ponctuellement comme j’avais commencé ce qui m’a détenu dans une confusion pour les affaires qui n’est pas croyable. Je n’ay pu revenir de cette perte qu’en vendant le mas de Camargues. Nota que le seigle ne mourut pas et que ceux qui semèrent en la ditte année après fort froid, bled ou autres grains grossiers firent une production extraordinaire. La vente se fit en août 1714, notaire Vaugier, au prix de 6 400 livres.

38Le livre de raison du bourgeois Paris confirme les dégâts :

  • 72 AMA, M 706 f° 58.

Cette année (1709) dans le mois de mars, grande mortalité de bétail à layne à la Crau parce que comme l’hiver avoit tué le germe de l’herbe, le bestail ne trouvant pas de quoy manger ils mouroint de faim et ceux quy en avoint ses six mil ne luy en resta pas mil72.

39Pour nourrir la population, les consuls empruntent de l’argent à des particuliers ou aux communautés religieuses. Mais on dut également faire appel à l’archevêque. À ce sujet, le livre de raison de M. Paris apporte de nouveau des précisions intéressantes :

Dans le mois d’octobre (1709), Monsieur l’Archevêque de Mailly fit fondre les chasses des saints de touttes les paroisses et couvents, en ayant laissé subsisté qu’environ seize ; les prix desquelles chasses ont esté employés pour acheter du bled à la montagne pour ensemencer les terres des divers particuliers qui en vouloint, à raison de 17 L le cestier, tout l’argent desdites chasses ne sont montés qu’environ trente six à quarante mille livres et ont compté qu’il s’est perdu plus de quatre vingt mille livres de la façon, le nombre de chasses estoient d’environ soixante trois.

  • 73 AMA, BB 48, f° 138.
  • 74 FPMA, M 1012, f° 7.

40Les deux bassins d’argent qui servaient aux élections à l’hôtel de ville sont aussi sacrifiés73. Les familles même aisées sont en difficulté. Le « livre mémorial » de Marthe de Molin, dame noble de la ville, parle des conséquences financières de cet hiver ravageur et d’une vente d’objets en argenterie qu’elle est obligée d’effectuer74. La disette fut évitée jusqu’à l’été. Mais ensuite, si les sommes d’argent tirées des châsses fondues servirent à acheter la semence, indispensable pour assurer la récolte suivante, il fallut les prêts de particuliers et de l’Hôpital pour nourrir la population affamée en cette fin d’année 1709 et certainement aussi au printemps 1710. Cette période difficile a des conséquences sur l’état sanitaire de la population. Le registre des mortuaires de l’hôtel-Dieu d’Arles ne montre pas un taux de mortalité supérieur à la moyenne en janvier 1709. Mais on peut observer une recrudescence des décès à l’automne. Cette année-là le nombre total des décès à l’hôpital est de 567 soit plus du double de 1708 où on en comptait 277. En 1710, il est encore très élevé : 483 morts dont la majorité en janvier et février et ne baisse qu’en 1711 (200 morts). En réalité, 1 050 morts sont inscrits, au total, dans le registre de l’hôpital en 1709 et 1710.

Autres calamités

  • 75 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.
  • 76 FPMA, M 1103, f° 730.

41Au froid succèdent trois nouvelles crues, une en juin 1709 à la fonte des neiges, particulièrement abondantes cette année-là, une en novembre 1710, et une en février 1711. Les récoltes sont alors encore insuffisantes. Les oliviers gèlent à nouveau en 1715 et 1716. En mai 1712, c’est la sécheresse qui sévit : on exposa la sainte Arche de Saint-Trophime pour que vienne la pluie75. Pierre Véran dit qu’« il y eut dans Arles une si grande sécheresse qu’elle causa une très petite récolte et même qu’à beaucoup d’endroits on ne put du tout point couper les bleds »76. Les consuls décident d’emprunter de l’argent et du blé pour secourir la population et pour acheter des semences pour la prochaine récolte. La situation est si grave que les futurs créanciers sont assurés d’être remboursés en priorité, avant toutes les autres dettes. La sécheresse sévit de 1716 à 1719 et une délibération du conseil, en 1716 parle d’un gel important :

  • 77 AMA, BB 44, fos 5-6.

Messieurs les consuls ont informé le conseil que les pluyes et les gelées qui durent depuis plus de trois semaines ayant empêché les pauvres habitants de travailler la terre, ils se trouvaient dans la dernière des misères ainsy que Messieurs les curés des huit paroisses de cette ville viennent de leur présenter77

42Car les journaliers, nombreux, n’ont que leur salaire pour vivre. Un autre fléau s’annonce car les sauterelles attaquent. Ces insectes envahissent en effet régulièrement le territoire et s’abattent par milliers en nuages sur les champs ruinant les récoltes en quelques heures. Une invasion de sauterelles qui eut lieu en 1718 est racontée par Louis de Bouchet de Faucon, conseiller au Parlement de Provence, dans ses mémoires :

Dans le mois de juillet, il y en eust un vol qui resta dans la ville sept ou huit jours ; les murailles en estoient couvertes ; par les cheminées, elles entroient dans les chambres ; on en trouvait dans les lits ; on ne pouvoit sortir sans en avoir dans les cheveux et dans la perruque…

  • 78 AMA, GG 60 f° 5.
  • 79 AMA, BB 44 fos 831, 357, 847, 856, 874, 889, 890 et FPMA, M 1103 f° 731.
  • 80 FPMA, M 1103 f° 731.
  • 81 BnF, Ms 8906.
  • 82 La plupart des oliviers du terroir sont morts pendant l’hiver 1709 comme dans tout le reste de la (...)
  • 83 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

43Le 12 mai 1720, l’archevêque Jacques de Forbin-Janson va en procession pieds nus et la corde au cou pour demander l’aide du ciel contre ce fléau78. Devant cette détresse, le roi accepte de faire une remise de la moitié des arrérages de la capitation aux Arlésiens79. Les consuls, quant à eux continuent d’emprunter. En novembre, ils sont obligés d’acheter du blé pour essayer d’en faire baisser le prix « qui est déjà assez considérable » puis en février et mars 1720. Les sauterelles dévastent le terroir jusqu’en 1722. En 1720, les consuls d’Arles dépensent 46 000 livres pour les ramasser80. Pourtant, de façon générale, la production agricole arlésienne est tout de même connue en France pour son abondance. Dans l’« Estat du nombre de familles et des personnes de chaque lieu de Provence et de la qualité des fruits qui s’y recueillent »81, réalisé en 1716, il est noté pour Arles : « Beaucoup de blé, d’avoine, de fourrages, de pâturages, de bestiaux, soye, salins et peu d’huile »82. Ces textes, qui se contredisent parfois, montrent en fait que la situation arlésienne est extrêmement fragile, avec des hauts et des bas significatifs. En tout cas, pour toutes ces raisons, les deux premières décennies du XVIIIe siècle ne sont pas une période facile pour le terroir arlésien. Georges Pichard souligne qu’à partir du début du XVIIIe siècle, et en particulier « après les grandes secousses de 1709 et 1712 », les grandes propriétés de plus de cent hectares sont en difficulté, surtout celles qui avaient tout misé sur la culture du blé : « on les trouve fragmentées en collocations multiples, partagées entre acheteurs et créanciers ». Ce phénomène sera plus important encore après 172183.

Fièvres et épidémies

  • 84 L. Peyron, « Le choléra dans Arles du XIXe siècle », coll.« Histoire d’Arles », n° 9, Société des (...)

44Il est certain que la région d’Arles se caractérise du fait de sa localisation au milieu des étangs de Camargue par la permanence d’un grand nombre d’attaques de « fièvres » dues à l’insalubrité des marais proches. Les témoignages sont nombreux à ce sujet, même s’il est parfois difficile de trouver dans les archives la preuve de ce qu’avancent les contemporains. Amédée Pichot soutiendra en 1812 à Montpellier une thèse sur ce sujet : « Les maladies causées par les marais d’Arles »84.

  • 85 FPMA, M 706 f° 55.
  • 86 FPMA, M 2413 f° 312.

45Certaines de ces épidémies ont pu être la conséquence de pluies très abondantes comme celles tombées en 1705, 1706 et 170885. Plusieurs écrits d’époque évoquent une situation exceptionnelle qui semble plus dramatique que les habituelles fièvres saisonnières. Un texte de 1713 conservé par Émile Fassin confirme la gravité de ces épidémies86 :

Les maladies de l’année 1707 et 1708… (ont)… fait périr un tiers des habitants de la ville d’Arles et les années de disette depuis 1709 jusqu’à celle cy… (l’ont)… épuisée d’argent pour acheter les bleds étrangers pour la faire subsister…

  • 87 FPMA, M 706 f° 57.

46Le livre de raison des Paris87 fait le rapprochement entre ces fièvres et la proximité des marais :

L’esté de cette année 1708 a esté extrêmement chaud. Les paluds estant remplies des diverses inondations qu’il y avoit eu quy ont causé une grosse quantité de fièvres. Il n’y avoit presque personne quy en feut exante et moureut une grosse quantité de monde, surtout des gens vieux.

  • 88 FPMA, M 491 f° 231.

47Pierre Véran dans son « Essai sur la statistique de la ville d’Arles et de son terroir »88, parle, lui aussi des fièvres occasionnées par la proximité des marécages qu’il juge plus insalubres lorsqu’ils sont asséchés :

Les exhalaisons fétides qui s’élèvent dans les marais d’Arles, lorsque les chaleurs de l’été en ont desséché les eaux occasionnent souvent dans ces contrées des maladies graves qui deviennent même mortelles dans plusieurs circonstances.

  • 89 FPMA, M 1103 f° 729.

48Il affirme ainsi qu’en 170889 « il y eut dans Arles une grande quantité de fièvres desquelles de quatre parties, trois furent malades et il y eut environ 3 000 morts ».

49Les registres de décès de cette époque confirment une mortalité sensiblement plus élevée qu’à l’ordinaire mais l’hécatombe citée par Véran semble largement surévaluée.

Morts à l’Hôtel-Dieu d’Arles entre 1700 et 1720

50L’année 1706 apparaît cependant comme une année à plus forte mortalité, celle-ci étant sans doute due aux « fièvres » puisqu’il n’y a pas d’intempéries graves signalées. De même pour 1708, où les décès sont plus importants encore. Mais c’est l’année 1709 qui bat les records avec presque quatre fois plus de morts qu’en 1704 : le « grand hiver » tue à retardement puisque le taux de mortalité le plus fort est en septembre, octobre, novembre, où toutes les ressources sont complètement épuisées (les « fièvres » sévissent souvent aussi à l’automne). Les gens sont donc morts plutôt de la disette et des maladies que de froid, et ceci est encore valable en 1710 où le chiffre des décès reste très élevé. La situation redevient normale en 1712 où la mortalité est même inférieure à celle de 1704.

  • 90 M. Lachiver, op. cit., p. 266.

51Au niveau national, la situation n’est pas meilleure : fièvres et variole se développent en 1705 en France où on compte 802 000 décès (en 1706 : 862 000 ; en 1707 : 858 000). Or la moyenne décennale est de 688 000 morts90.

Les forces et les faiblesses d’Arles

  • 91 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIesiècle à la fin du XVIIesiècle, mémoire de D (...)

52Les points forts de la cité arlésienne résident certainement dans la fertilité de ses terres, l’activité de son port, la qualité de sa classe dirigeante et la compétence de ses artisans. Mais l’équilibre économique est fragile. Il est même possible de parler de fragilité structurelle : tout le fonctionnement de la ville, nous l’avons vu, est largement tributaire de la qualité des récoltes, et irrémédiablement lié au terroir, pour le meilleur et pour le pire. Or l’argent largement gagné les bonnes années ne fait pas l’objet de placements diversifiés. Curieusement, les notables d’Arles, qui ont le plus de capitaux, ont peu d’intérêts dans l’activité du port, par exemple. Au XVIIe siècle, seulement 2,9 % des quirataires (qui ont des parts de bateaux) sont des nobles91. Il serait intéressant de connaître la raison de cette très faible participation, alors que le port d’Arles, même en déclin depuis la fin du Moyen Âge, a encore une activité importante avec les grands ports de Méditerranée tels que Gênes, Barcelone, et bien sûr Marseille et Toulon. Comme le montre le cadastre du début du XVIIIe siècle et les livres de raison, les familles aisées achètent de petites maisons, des écuries, des greniers en ville, et les louent, seul placement qui soit probablement rentable à court terme ou qui leur paraisse sûr.

  • 92 AMA, HH9 fos 9, 16.

53On a donc l’impression d’une économie en circuit fermé : les gains sont placés sur la communauté, les associations agricoles (corps des vidanges qui organisent le drainage de la Camargue) ou prêtés avec intérêts à d’autres notables qui eux aussi vivent de leurs domaines. Même si les grands propriétaires de Crau et de Camargue sont de bons gestionnaires et apportent tous leurs soins à la mise en valeur de leurs terres, la moindre difficulté a des conséquences en cascade, sur l’ensemble de la population et il faut attendre une année de bonnes récoltes pour que les conditions de vie soient convenables pour l’ensemble des Arlésiens. Plusieurs mauvaises années à la suite compromettent gravement le fonctionnement de la communauté. Une série de textes trouvée dans un registre des Arts et Métiers conservé aux archives municipales d’Arles montre cependant le souci des consuls d’élargir leurs activités économiques à l’industrie par l’installation d’une manufacture royale de draps fins. Les mémoires et délibérations produits à ce sujet entre 1671 et 1713 donnent un panorama de la ville qui semble assez crédible, soulignant le manque de diversité des activités arlésiennes92 : « Cette ville est fort peu pécunieuse n’ayant aucune sorte de commerce et ny venant d’argent que par la vente des denrées… Les consuls, manants et habitants d’icelle souhaiteroient avec grande passion d’avoir des manufactures car puisque de 30 ou 40 lieues on vient acheter les laines de lad. Ville pour les facturer et que la plus part des estoffes qui s’en vont sont portées en Italie, le profit paraît évident si cette manufacture estoit établie en ladite ville et comme elle ne s’est jamais appliquée qu’à cultiver la terre aux grands frais et peu de revenu, elle se pourroit rendre meilleure et plus pécunieuse par commerce… ».

54Ces phrases, écrites au roi par les consuls en 1671, sont complétées en 1713 par un autre mémoire, les premières démarches n’ayant pas abouti. De nombreux arguments sont alors avancés, en insistant toujours sur les difficultés de la ville :

Les maladies de l’année et 1708 ayant fait périr un tiers des habitants de la ville d’Arles et les années de disette depuis 1709 jusqu’à cellecy l’ayant épuisée d’argent pour achepter des bleds étrangers pour la faire subsister, les sieurs Maires Consuls de la dite ville avec tous les principaux habitants de l’un et de l’autre état qui composent le corps de ville, auroient jugé que pour remédier aux malheurs passés, il seroit expédient d’établir une manufacture de draps fins pour le commerce du Levant.

  • 93 G. Vabran, Misère et charité en Provence au XVIIIesiècle, Essai d’histoire sociale, Paris, A. Rous (...)

55Nous le verrons plus loin, cette installation ne se fera pas. Il semble qu’à la veille de 1721, même s’il faut tempérer des témoignages parfois faits pour essayer de s’exempter le plus possible des impôts royaux ou pour obtenir des aides, la situation arlésienne n’est pas vraiment florissante. L’impression donnée par l’ensemble des écrits de l’époque, documents d’origines très diverses puisqu’ils sont aussi bien administratifs, que financiers ou appartenant à des archives privées, est en tout cas celle d’une ville à la population stagnante, manquant de dynamisme. Même si les moments difficiles sont en général largement décrits et les points favorables moins évoqués, peu de témoignages optimistes viennent ici contrebalancer ces récits. L’apogée du XVIIe siècle a sans doute atteint ses limites : le fonctionnement de ce monde rural a tendance à s’ancrer dans un certain immobilisme économique et social. Il faut cependant resituer les difficultés arlésiennes au niveau de la Provence, c’est-à-dire dans une assez mauvaise conjoncture générale. G. Valran93 parle pour cette province, au XVIIIe siècle, de « périodicité », d’« une sorte de décennalité des calamités » et de « loi de l’adversité ». Ceci peut, sans doute, s’appliquer à la fin du XVIIe siècle et aux premières décennies du siècle suivant à Arles sans pour autant pouvoir affirmer que la ville soit en 1720, à la veille de l’épidémie, dans un état préoccupant. Aucune délibération municipale n’exprime de soucis particulièrement graves. Sans doute faut-il parler de morosité et de difficultés récurrentes plutôt que de situation catastrophique.

56Vision mitigée, donc, de cette ville dont l’image et le passé antique sont toujours mythiques, dont la bourgeoisie et la noblesse, cultivées, urbaines, ont un niveau de vie assez brillant, mais où une bonne partie de la population étroitement liée aux activités des champs vit pauvrement.

57À l’extrême fin de l’année 1720 et surtout en 1721, cet équilibre relatif va être mis durement à l’épreuve. Les nombreuses archives de cette période exceptionnelle nous permettent d’être des spectateurs a posteriori et de tenter d’analyser l’impact réel d’une épidémie aussi violente et d’une telle saignée dans la population.

Notes

1 Bien que le mot empire ne soit pas ici employé dans le même sens, il fait référence à la phrase emphatique de Frédéric Mistral inscrite en provençal sur une plaque de marbre dans le vestibule de l’hôtel de ville d’Arles. En voici la traduction : « Ô Arles, toi qui a été tout ce que l’on peut être, la métropole d’un empire, la capitale d’un royaume et la mère de la liberté ». Mistral évoque en fait la période éphémère où Arles fut capitale de l’Empire romain d’Occident.

2 P. Allard, La Révolution arlésienne, catalogue d’exposition, Arles p. 9.

3 Voir en annexe la carte du terroir d’Arles p. 547.

4 P. Allard, Arles et ses terroirs 1820-1910, Paris, Éd. du CNRS, coll. « Mémoires et documents de géographie », 1992, p. 7.

5 Terme local désignant un canal de vidange en Camargue.

6 Bâtiments ruraux parfois très vastes comprenant la maison d’habitation (souvent véritable gentilhommière) et les dépendances agricoles.

7 R. Baehrel, Une croissance, la basse-Provence rurale de la fin du XVIe siècle à 1789, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, 1988, p. 398.

8 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008.

9 Coussous : terres semi-désertiques qui servent de pâturages aux moutons.

10 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

11 P. Allard, Arles et ses terroirs, op. cit., p. 39.

12 H. Quiqueran de Beaujeu, De laudibus Provinciae, édité en 1551. Louée soit la Provence a été transcrit par Véronique Autheman et publié chez Actes Sud en 1999.

13 La Camargue.

14 Collection de documents inédits sur l’Histoire de France publiés par ordre du roi, t. III : Documents relatifs à l’Histoire de la marine du règne de Louis XIII, Voyage et inspection de M. de Séguiran sur les côtes de Provence, 1633, Paris, éditées par Eugène Sue, 1839, p. 224. Henri de Séguiran était président de la cour des comptes à Aix. Il fut chargé par Richelieu de faire un rapport sur les activités militaires et commerciales des ports provençaux.

15 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995, p. 79.

16 FPMA, M 322, pièce 5.

17 Ce dénombrement est celui de Claude-Marin Saugrain (Dénombrement du royaume), publié à Paris en 1709 et réactualisé en 1720.

18 Ces chiffres figurent à la fin du dénombrement d’Expilly de 1764, notés par Émile Fassin qui a conservé le manuscrit original. Ce dénombrement sera publié en 1768 par l’abbé Expilly, auteur du Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. 1 à 5, Amsterdam, 1768.

19 État des biens par feu (ou famille) établi pour la levée des impositions.

20 AD BdR, C 2235.

21 C. Lebret (1675-1734), premier président du Parlement (1710-1734) et intendant de Provence (1704-1734). Auparavant, il avait été conseiller au Parlement de Provence en 1694, maître des requêtes en 1696, intendant de Béarn et Navarre en 1701. Il fut conseiller d’État en 1730.

22 BnF, M 8906, fos 141-161.

23 F. X. Emmanuelli et al., La Provence moderne, Rennes, Éd. Ouest-France, 1991, p. 119.

24 FPMA, M 2370. Ce dénombrement a été dépouillé et étudié par Michel Baudat (non encore publié).

25 AMA, GG 117.

26 FPMA, M 491, f° 229.

27 A. Viala, « Suggestions nouvelles pour une histoire sociale du clergé aux temps modernes », Études d’Histoire du droit canonique dédiées à G. Le Bras, Paris, 1965.

28 AMA, CC 24.

29 M. Cubells, « Les conflits nobiliaires à Arles au milieu du XVIIe siècle », dans La noblesse provençale du milieu de XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2002, p. 85.

30 Ch. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle, contribution à l’étude des économies maritimes, Institut historique de Provence, 1973, t. II, p. 832.

31 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2004.

32 G. Pichard, Espaces et nature en Provence. L’environnement rural. 1540-1789, thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999.

33 Rappelons que sous l’Ancien régime, la définition est plus étroite et précise : le « bourgeois » est un rentier qui vit en général de ses rentes foncières, parfois immobilière.

34 La Révolution arlésienne, catalogue d’exposition, Arles, 1989.

35 Ibid.

36 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles, de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995.

37 M. Boiron, Arles sous Louis XVI, Bulletin des Amis du vieil Arles, n° 10, 1973.

38 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

39 AD BdR, C 2192.

40 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

41 Ibid.

42 P. Payn-Echalier, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

43 Ibid.

44 La tartane est un petit bâtiment à voile triangulaire servant au commerce et à la pêche en Méditerranée. L’allège, bateau à fond plat, de petite taille également, servait pour les activités de commerce. À Arles, port de rupture de charge entre la navigation fluviale et la navigation maritime, elles servaient à transférer les marchandises des bâtiments fluviaux aux bâtiments de mer.

45 P. Payn-Echalier, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

46 Les conseillers nobles élisaient quatre nobles, puis un tirage au sort désignait les deux consuls nobles. Les conseiller bourgeois procédaient de la même façon.

47 FPMA, M 706.

48 FPMA, M 224.

49 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008.

50 M. Cubells, « Les conflits nobiliaires à Arles au milieu du XVIIe siècle », La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Publications de l’Université de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », Aix-en-Provence, 2002, p. 97.

51 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

52 G. Pichard, Espaces et nature en Provence…, op. cit., p. 323-324.

53 AMA, BB19.

54 Cl.-L.-H. duc de Villars (1653-1734), né à Moulins, mort à Turin, était commandant des armées du roi à Denain en 1713. Il est dit que 70 officiers arlésiens y combattirent. Maréchal de France, il fut gouverneur de Provence de 1714 à sa mort, en 1734. Il acheta en 1715 la principauté de Martigues et en 1720 les domaines d’Arles (Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, t. IV, p. 497).

55 M.-F. Eymery, Arles des débuts de la Révolution au Fédéralisme, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1969, p. 8.

56 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

57 O. Caylux, Présence du groupe nobiliaire dans l’Arles sous l’Ancien Régime (1640-1789), mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1998.

58 AMA, BB 39, fos 366-370.

59 AMA, CC 24.

60 J. Dumoulin, « L’endettement municipal à la fin du XVIIe siècle en Provence : l’exemple d’Aix-en-Provence de 1670 à 1692 », La peste en Provence aux temps modernes, sources et représentations, Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 435.

61 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

62 S. Durand, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

63 AMA, BB 38, f° 434.

64 AMA, BB 42 fos 43, 79, 96.

65 FPMA, M 558 f° 57. Louis de Bouchet de Faucon fut conseiller au parlement de Provence à la suite de son père à partir de 1709.

66 Pâturages composés de terres salées couvertes de plantes halophiles (salicornes etc.)

67 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit. (voir dans la thèse, p. 398, l’ordonnance de l’intendant autorisant en 1717 l’arpentage des terrains à mettre en vente et l’acte de vente des domaines au duc de Villars p. 400).

68 G. Pichard, Espaces et nature en Provence…, op. cit., p. 171, 175.

69 G. Gangneux, Économie et société en France méridionale, XVIIe-XVIIIe siècles. Les grands prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse de l’ordre de Malte, t. 2, Paris, 1970, p. 429, 430.

70 Ibid., p. 310.

71 AMA, IIH5.

72 AMA, M 706 f° 58.

73 AMA, BB 48, f° 138.

74 FPMA, M 1012, f° 7.

75 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

76 FPMA, M 1103, f° 730.

77 AMA, BB 44, fos 5-6.

78 AMA, GG 60 f° 5.

79 AMA, BB 44 fos 831, 357, 847, 856, 874, 889, 890 et FPMA, M 1103 f° 731.

80 FPMA, M 1103 f° 731.

81 BnF, Ms 8906.

82 La plupart des oliviers du terroir sont morts pendant l’hiver 1709 comme dans tout le reste de la Provence.

83 G. Pichard, Arles, histoire, territoires et cultures, op. cit.

84 L. Peyron, « Le choléra dans Arles du XIXe siècle », coll.« Histoire d’Arles », n° 9, Société des Amis du Vieil Arles, 2005, p. 35.

85 FPMA, M 706 f° 55.

86 FPMA, M 2413 f° 312.

87 FPMA, M 706 f° 57.

88 FPMA, M 491 f° 231.

89 FPMA, M 1103 f° 729.

90 M. Lachiver, op. cit., p. 266.

91 P. Payn-Echalier, Les marins d’Arles de la fin du XVIe siècle à la fin du XVIIe siècle, mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1995, p. 58.

92 AMA, HH9 fos 9, 16.

93 G. Vabran, Misère et charité en Provence au XVIIIe siècle, Essai d’histoire sociale, Paris, A. Rouseau, 1899, p. 405.

Table des illustrations

Légende Morts à l’Hôtel-Dieu d’Arles entre 1700 et 1720
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540