Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Introduction

Texte intégral

1Les épidémies de peste font partie des grandes catastrophes qui régulièrement ont, dans l’Histoire, bouleversé les sociétés. À l’échelle des villes où le phénomène est très spectaculaire, les historiens ont déjà montré combien elles ont perturbé, au moins momentanément, les mécanismes de fonctionnement des populations. Observer les modifications structurelles qui ont pu en découler et les dysfonctionnements ou les réajustements qui se sont imposés aux communautés humaines atteintes peut être riche en enseignements sur la société urbaine elle-même et sur ses facultés à réagir.

2Quelles conséquences est-il par exemple possible d’observer sur l’économie d’une ville, sur l’état des fortunes et sur la répartition de la propriété ? Quelles répercussions une grave saignée démographique a-t-elle pu avoir sur l’équilibre des différents groupes sociaux ?

3La grande peste provençale de 1720-1722 permet de poser avec beaucoup d’acuité l’ensemble de ces problématiques et en particulier les conséquences économiques et sociales d’une grande épidémie. Violente et destructrice, elle a touché toutes les villes importantes de la région : Marseille, Aix, Arles, Toulon, Avignon, Martigues, Tarascon…

  • 1 P. Masson, La Provence au XVIIIesiècle, Annales Faculté de Lettres d’Aix-en-Provence, t. 3, 1936, (...)
  • 2 Pour tous ces auteurs, voir la bibliographie en fin de volume.
  • 3 M. Vovelle, Histoire de la Provence, Édouard Baratier (dir.), Toulouse, Privat, 1969, p. 360.

4Paul Masson indique qu’elle aurait fait au total 1 200 000 morts dans le sud-est (comprenant la Provence et le Gévaudan) d’après les comptes généraux de l’administration1. Elle est très documentée, que ce soit dans les archives (inégalement conservées et utilisées selon les villes), les récits des contemporains et les nombreuses publications ultérieures. Plusieurs études historiques ont été réalisées à notre époque. La grande peste que subit la Provence au début du XVIIIe siècle commence donc à être bien connue. Dans son vaste ouvrage, Jean-Noël Biraben aborde très précisément l’épidémie provençale quant à sa chronologie et à ses conséquences humaines (p. 267 et 268). Sylvain Gagnières et Joseph Sautel pour le Vaucluse, Robert Vignal pour Tarascon, Régis Bertrand pour Marseille et la Provence, Michel Signoli pour Marseille et Martigues, René Bruni pour Apt, Gilbert Buti pour La Valette ont considérablement contribué par leurs recherches et leurs publications à cette connaissance. Charles Carrière, Ferréol Rebuffat et Marcel Courdurié ont publié en 1968 Marseille, ville morte : la peste de 1720 qui décortique avec une grande clarté tous les différents mécanismes, avant, pendant et après la peste2. Mais des d’ombre subsistent, surtout concernant « l’après-peste », et la manière dont se sont relevées les villes provençales après 1721. La question se pose toujours de savoir si l’on n’a pas pendant longtemps surestimé la mortalité due à l’épidémie de 1720-1721, en reprenant sans analyse suffisante les récits légitimement horrifiés des contemporains. Précisément, les auteurs de Marseille, ville morte relativisent les conséquences de la peste à moyen terme, et même à court terme, que ce soit du point de vue démographique ou économique. Michel Vovelle pense également qu’il faut nuancer l’importance de « l’hémorragie massive », dans le cas des grandes villes, tant au niveau de l’activité économique que de la démographie3. Marseille, dont l’épidémie a été la plus étudiée, est, au début du XVIIIe siècle, une grande ville portuaire prospère dont le commerce s’étend sur toute la Méditerranée et même vers les Antilles.

  • 4 Le territoire d’Arles couvre alors environ 100 000 ha.

5Le cas d’Arles, ville plus petite, sans rôle politique et économique important, n’avait pas encore été exploré globalement. Il peut pourtant permettre une autre approche de la grande épidémie provençale car des éléments importants donnent à cette recherche un intérêt spécifique : Arles semble bien être la troisième ville pour la mortalité après Marseille et Toulon. La grande dimension de son terroir lui confère une réelle originalité4. Les mécanismes de fonctionnement tant municipal qu’économique et social en sont particuliers et l’étude de cette relation ville-campagne en temps de crise offre un cas d’étude original et plein d’enseignement au sein de la Provence d’Ancien Régime. Il est certes vraisemblable que beaucoup d’événements et de mesures municipales liés au développement de la « contagion » à Arles aient été très proches de ce que l’on rencontre dans les autres villes provençales. Mais le contexte local et les conséquences peuvent présenter certaines spécificités intéressantes à établir. S’il est important, pour comprendre l’évolution de la ville d’Arles au XVIIIe siècle de décrypter et d’analyser l’impact de la dernière grande épidémie de peste, il faudra peut-être, au moment d’en tirer des conclusions, le relativiser, en particulier pour les conséquences démographiques. La comparaison avec ce que l’on sait des pertes humaines dans les autres villes provençales s’avère également indispensable. L’impression des Arlésiens fut que la ville avait été la plus « maltraitée » en termes de mortalité. Le dernier bilan envoyé par les consuls à l’Intendant avance le total de 9 400 morts sur les 12 000 personnes restées dans la ville. L’historien arlésien Pierre Véran (1744-1819) en a déduit le caractère exceptionnel de la peste arlésienne.

Enfin, notre illustre ville d’Arles, quoique très ancienne, n’avait jamais soufert une peste sy terrible que Dieu eût entièrement abandonné cette ville a la fureur de ce fléau. Ceux qui en ont ressenti la rigueur doivent servir d’exemple à tout le « reste des hommes ».

  • 5 R. Bertrand et al., « La peste en Provence aux Temps modernes : sources et représentations », Prov (...)

6Dans son article « La peste en Provence aux temps modernes »5, Régis Bertrand montre la voie à suivre pour une telle étude :

Le progrès des études sur la peste implique à la fois la révision critique d’un héritage historiographique et la mise en œuvre des autres sources disponibles, soit, selon une démarche dont l’histoire évènementielle offrirait bien d’autres exemples, le passage de la collecte et l’amalgame d’information dans des sources narratives à la construction d’une analyse historique par exploitation, grâce à des méthodologies appropriées, de documents souvent beaucoup moins élaborés, voire des traces qui ne furent nullement destinées à un historien futur.

  • 6 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1, p. 12.

7Arles possède justement, du Moyen Âge à nos jours, un immense fonds d’archives, dû sans doute au grand soin apporté dans sa conservation par les pouvoirs municipaux successifs et les érudits locaux, en continuité, sans qu’aucun incident extérieur ne vienne perturber cet effort. Le premier registre comptable date de 1423, celui des délibérations municipales de 1428. Louis Stouff dit à propos d’Arles6 :

La richesse de ses archives est remarquable, je serais tenté de dire – peut-être au prix de quelque exagération – exceptionnelle.

8En effet, pour les premières décennies du XVIIIe siècle, tous les registres de délibérations du conseil municipal, toutes les pièces comptables ont été conservés, ainsi que deux cadastres de la fin du XVIIe et du début XVIIIe siècles, les registres des actes et contrats, ceux des contrôles des taxes et capitation (les registres de répartition de l’impôt lui-même n’existent qu’à partir de 1750), les registres du bureau de police, les rapports d’estime.

9Pour le temps de la peste, les registres classés dans la série GG sont très riches en informations. L’un d’eux (GG 27) renferme les comptes rendus des réunions du bureau de santé tenues quotidiennement pendant plus d’un an. Un autre (GG 30) contient des listes de morts et de malades d’interprétation assez délicate mais néanmoins précieuses. Enfin, toutes les pièces justificatives des dépenses du temps de peste sont conservées. Les registres paroissiaux existent pour les huit paroisses de la ville et même s’ils sont très incomplets pour 1721, ils permettent l’étude des naissances, des mariages et des décès avant et après la peste. Un certain nombre d’informations peuvent être également trouvées dans le très important fonds des archives hospitalières. Les registres notariaux, conservés aux archives départementales des Bouches-du-Rhône sont également une source particulièrement importante. La correspondance et les rapports de l’intendant Lebret aux archives nationales complètent ces sources. Les documents les plus originaux sont les manuscrits du fonds privé conservés à la Médiathèque d’Arles : des récits de contemporains, ceux de Louis de Bouchet de Faucon, Suzanne Desloges, Joachim Guillaume de Nicolaï, François Peilhe, des livres de raison, des chroniques apportent une vision très précise et très humaine de ces premières décennies du XVIIIe siècle à Arles. Enfin, l’apport documentaire des érudits de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle tels que Louis-Mathieu Anibert, Laurent Bonnemant, Jacques-Didier Véran, Pierre Véran, Émile Fassin est important pour la connaissance de la vie arlésienne, l’agriculture, les événements des grandes familles, les épidémies, les disettes, les inondations, les intempéries. Un tel ensemble de sources permet l’étude des attitudes privées et publiques, des décisions politiques, et des données économiques, sociales et démographiques, avant, pendant et après la peste de 1720-1721.

  • 7 J.-P. Vernant, La traversée des frontières, Paris, Seuil, 2004, p. 10, 29, 30.
  • 8 Cet ouvrage est issu d’une thèse d’Histoire soutenue sous le même titre devant l’Université de Pro (...)

10Comme pour tout essai de reconstitution et d’interprétation de faits historiques et quelle que soit la masse de documents que l’on parvient à rassembler et à analyser, il faut garder à l’esprit que le résultat est plus ou moins obscurci et comme « filtré » par l’épaisseur du temps et l’évolution des mentalités. Jean-Pierre Vernant qui s’est beaucoup interrogé sur la mémoire individuelle, la mémoire sociale et la mémoire historique pose la question des rapports entre le présent et le passé et évoque « les frontières qui les séparent, les moyens de franchir ces limites sans les brouiller, sans les fausser »7. Sa conclusion nous incite à la modestie : pour lui, il est très difficile de savoir « ce qui s’est réellement passé ». Mais il insiste sur le fait que la mémoire historique est la seule qui doit se placer autant qu’il est humainement possible « sous le signe de la vérité »8.

Ill. 1 - « La ville et cité d’Arles », gravure de Jacques Peytret, 1660, © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles

Notes

1 P. Masson, La Provence au XVIIIe siècle, Annales Faculté de Lettres d’Aix-en-Provence, t. 3, 1936, p. 213.

2 Pour tous ces auteurs, voir la bibliographie en fin de volume.

3 M. Vovelle, Histoire de la Provence, Édouard Baratier (dir.), Toulouse, Privat, 1969, p. 360.

4 Le territoire d’Arles couvre alors environ 100 000 ha.

5 R. Bertrand et al., « La peste en Provence aux Temps modernes : sources et représentations », Provence historique, t. XLVII, fasc. 189, juillet-août-septembre 1997, p. 401, 489, 535.

6 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1, p. 12.

7 J.-P. Vernant, La traversée des frontières, Paris, Seuil, 2004, p. 10, 29, 30.

8 Cet ouvrage est issu d’une thèse d’Histoire soutenue sous le même titre devant l’Université de Provence (Aix-Marseille I) le 16 décembre 2006. Le texte a été légèrement concentré mais le volume d’annexes (207 pages) n’a pu être repris et devra être consulté sur les exemplaires de soutenance (indiquer s’il y en a un à Arles).

Table des illustrations

Légende Ill. 1 - « La ville et cité d’Arles », gravure de Jacques Peytret, 1660, © Fonds patrimoniaux de la Médiathèque d’Arles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540