Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Arles et la peste de 1720-1721

 | 
Odile Caylux

Préface

Régis Bertrand

Texte intégral

1La publication de la thèse d’Odile Caylux met à la disposition des historiens et d’un plus vaste public dont on espère qu’il ne sera pas uniquement composé d’Arlésiens les résultats d’une recherche conduite avec patience et passion. Excellente connaisseuse de l’histoire d’Arles aux Temps modernes, O. Caylux a conduit une analyse globale de l’impact de la dernière épidémie de peste du second millénaire en France, celle de Provence en 1720-1721-1722, sur une des principales villes de cette région, soit une ville moyenne à l’échelle du royaume, comme l’avait naguère fait Élisabeth Carpentier pour Orvieto à propos de la grande peste de 1348. La richesse et la qualité des archives arlésiennes lui ont permis d’apporter des réponses précises et argumentées à la plupart des questions que peut poser la « contagion ». Seule l’analyse comparée des mutations de propriétés urbaines et rurales avant et après la peste n’a pu être menée, en raison de l’absence de cadastre et de registres de capitation pour cette période et aussi de l’abondance des registres notariaux. L’immensité du terroir – Arles est encore aujourd’hui la plus grande commune de France – faisait d’ailleurs d’une telle étude un sujet de thèse à elle seule.

2Le livre d’Odile Caylux constitue d’abord une contribution d’importance à l’histoire des risques, déjà brillamment engagée en pays d’Arles par les travaux de Paul Allard et de son équipe sur les crues et les digues du Rhône. L’épidémie de peste est le risque sanitaire majeur de la ville d’Ancien Régime, son plus grand traumatisme en temps de paix. Car la peste est « une terrible contagion dont le niveau pathogène est le plus haut connu, analogue à celui des fièvres hémorragiques, mais beaucoup plus élevé que choléra, typhus et variole » (Michel Signoli). De surcroît, les Provençaux du temps de la Régence n’en ont plus qu’une connaissance mémorielle ou livresque, à moins d’avoir vécu au Levant, à la différence de leurs arrière-grands-parents et ancêtres qui avaient connu plusieurs « retours » de peste et dont certains, atteints par la contagion, avaient échappé à la mort.

3Odile Caylux a minutieusement suivi la gestion de la crise par les autorités arlésiennes. Lorsque les consuls ont été alertés par les échevins de Marseille à la fin de juillet 1720, ils ne sont pas pris de court. Ils possèdent même des ouvrages médicaux sur les mesures à prendre en telle situation. Leurs efforts constants ne se démentiront pas au plus fort de l’épidémie : ils s’efforceront d’agir, non sans brutalité à l’égard de la population la plus vulnérable, mais sans se laisser aller au découragement et encore moins se résigner à la catastrophe. Cette attitude est partagée par la population restée dans la ville qui, malgré un taux de mortalité très élevé, cède momentanément à la colère mais non à la panique et au contraire s’organise et s’entraide. Le fait est d’autant plus à souligner que parmi les idées reçues qui sont des idées fausses figure la prétendue « résignation » des populations anciennes, en général hâtivement déduite de l’affirmation que la peste était un fléau envoyé par Dieu. Mais les textes scripturaires et la pastorale du temps montrent au contraire que l’on peut faire fléchir la colère divine par l’action et la contrition. Et la plupart des gens d’autrefois avaient le volontarisme de ceux qui savent devoir assurer leur survie quotidienne.

4Odile Caylux alimente aussi de ses recherches le débat qui a porté sur l’estimation des pertes causées par la peste. René Baehrel et Michel Terrisse avaient naguère proposé une forte révision à la baisse du nombre général des décès. Ils avaient de fait raison d’observer que l’on ne pouvait accepter sans critique les données chiffrées transmises par les historiens du passé, souvent fondées sur des estimations fournies par les autorités communales aux représentants de l’autorité royale dans le but d’obtenir des aides ou un allégement des impôts pesant sur la population survivante. Mais les recherches de Ferréol Rebuffat et Charles Carrière à Marseille, celles de Michel Vovelle pour Toulon, les comparaisons conduites par le docteur Jean-Noël Biraben mettaient en doute leurs hypothèses drastiques. Bien plus, les récents travaux de Michel Signoli sur Martigues, croisant la fouille des fosses de peste et l’examen très fin des archives et l’ouvrage de G. Buti sur la peste à La Valette, fondé sur un exceptionnel dénombrement des morts de ce bourg, ont montré une mortalité différentielle selon les quartiers qui pouvait être fort lourde. Les Arlésiens avaient avancé un bilan de 9 400 morts (sur 12 000 personnes restées dans la ville) qui faisait de leur ville la plus « maltraitée » par la contagion des années 1720. O. Caylux propose une estimation de 7 000 à 7 500 morts. Le taux de mortalité arlésien en 1721 aurait dès lors été d’environ 38 %, proche de celui avancé par F. Rebuffat et Ch. Carrière pour Marseille et un peu supérieur à celui auquel Michel Signoli a abouti pour Martigues. La perte n’en est pas moins considérable : environ un tiers de la population. Les femmes ont été plus touchées que les hommes. Ici comme ailleurs, l’on observe la surmortalité des artisans et travailleurs agricoles. Mais une réelle particularité arlésienne est le nombre de décès de membres du corps municipal et de notables, qui est nettement supérieur à celui des autres villes. Rançon de leur engagement peut-être, et éventuellement d’une certaine insuffisance des précautions. Ces hommes instruits auraient-ils cru, selon les théories médicales traditionnelles, déjà fortement battues en brèche, que la peste était contamination due à la corruption de l’air et non contagion ?

5Une autre spécificité arlésienne est la rupture imposée par la quarantaine générale entre l’habitat urbain et les mas, entre la ville et cet immense terroir de terres labourées et de terrains de parcours avec lequel elle vivait en symbiose et qui était le fondement de son économie, caractéristique qui la distingue d’emblée des deux autres villes d’importance atteintes par la contagion, Marseille et Toulon. Sitôt la quarantaine générale déclarée en mai 1721, les consuls ont affronté ce problème : comment maintenir la production agricole, dépendante de l’apport de main-d’œuvre extérieure, acheminer les récoltes et limiter au maximum les déplacements ? Les difficultés de l’approvisionnement urbain sont à l’origine de la violente explosion sociale de juin 1721, sans équivalent dans une autre ville provençale durant la contagion. Émeute de subsistance qui se transforme en soulèvement des classes populaires, déclenchée par les paysans du quartier de la Major, le menu peuple des Arènes, qui entraînent les matelots de celui de la Roquette, ces quartiers où la mortalité est plus forte qu’ailleurs et qui sont directement atteints par les conséquences des mesures d’enfermement qui les privent de leur gagne-pain.

6Les conséquences démographiques et économiques de la peste à Arles sont comparables à celles qui ont déjà été décrites à Martigues, Aix ou Toulon. Dans cette Basse-Provence où R. Baehrel et plus récemment Georges Pichard ont détecté une phase globale de stagnation et de difficultés pendant les premières décennies du XVIIIe siècle, seule Marseille réalise une récupération démographique rapide grâce à la reprise et la croissance de ses activités portuaires. Arles devra attendre le début du XIXe siècle pour retrouver presque le niveau de sa population vers 1716, soit 23 000 habitants. À cela s’ajoute une situation financière très difficile : les consuls ont dû largement s’endetter pour faire face aux dépenses occasionnées par l’épidémie. En dépit de l’intervention étatique, qui se traduit par une remise du don gratuit (le principal impôt direct dû par la communauté d’habitants) couvrant à peu près la moitié des dépenses, la ville mettra huit ans à rembourser ses dettes avec beaucoup de difficultés et en ayant recours à l’augmentation des taxes. En 1728, le dernier bilan établi par le trésorier municipal indique une dépense totale de 321 200 livres – à titre de comparaison la peste marseillaise aurait coûté 3 millions de livres.

7Bien d’autres aspects de ce travail riche et rigoureux seraient à souligner. L’on saura gré à Odile Caylux d’avoir rédigé d’une écriture retenue cette étude de cas exemplaire du déroulement et des effets d’une maladie redoutable que l’on ne saurait actuellement espérer éradiquer et qui a repris son expansion, au point d’être désormais considérée comme réémergente sur trois continents, presque trois siècles après sa dernière apparition épidémique en France.

Auteur

Professeur émérite de l’université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540