Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Annexes

La photographie en Indochine avant 1914 et les fonds conservés aux Archives nationales d’outre-mer

Marie-Hélène Degroise

Texte intégral

1Faire un état de la photographie en Indochine, particulièrement au Vietnam, avant 1914 n’est pas chose facile. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait craindre, celle-ci y est très présente dès l’origine. Il suffit de penser à Émile Gsell, installé à Saigon avant 1866, sans compter Henri Mouhot et John Thompson. D’autre part, une autre difficulté vient du fait que les états ne sont pas les mêmes que ceux d’aujourd’hui. On peut à la rigueur considérer la Cochinchine comme territoire à part entière, bien que le Cambodge lui soit souvent rattaché, tout au moins dans l’esprit des photographes, car il s’agit du delta du Mékong. Mais Annam et Tonkin sont souvent liés, du fait de l’ancien protectorat. Le Laos est isolé par les chutes de Khone, et seuls de hardis voyageurs comme le capitaine de vaisseau Georges Simon, chef de la Mission hydrographique du Haut-Mékong, Alfred Raquez ou Philippe de Sesmaisons l’on photographié à cette date.

2Dans un premier temps nous verrons comment le ministère des Colonies rassemble les archives photographiques, et ce que font les gouverneurs généraux de l’Indochine. Puis nous verrons comment l’exposition internationale de Hanoi en 1902 a concouru au développement de cette catégorie de documents. Enfin nous ferons le point sur les collections aujourd’hui conservées par les Archives nationales d’outre-mer.

L’Office colonial (1899-1919)

  • 1 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, carton 52.

3Dans son rapport au président de la République, Guillain, ministre des Colonies en 1899, rappelle la création par arrêté du ministère de la Marine du 25 octobre 1855 d’une « exposition permanente des colonies », à Paris, ayant pour but de « mettre sans cesse sous Vietnam le moment moderniste les yeux du public les richesses si variées des colonies »1, et accompagnée d’un service de renseignement pour les futurs colons. Cette exposition permanente, qui devient ensuite le musée des Colonies, est le premier lieu où sont rassemblés des documents iconographiques. Mais, en 1896, ce service, jusqu’alors logé dans le Palais de l’Industrie, doit déménager, du fait de sa démolition. Le service de renseignement est incorporé au ministère, puis supprimé. L’exposition permanente et toutes ses collections sont à la rue et dispersées dans plusieurs locaux, dont ceux de la Chambre de commerce de Paris, qui se verrait bien devenir attributaire des objets. Le reste est entreposé à Guimet, au musée de l’Armée, au Muséum d’histoire naturelle, et dans les sous-sols du pavillon de Flore. Guillain note le rôle prodigieux joué dans le développement colonial des pays européens, à Londres par l’Imperial Institute, à Bruxelles par le Musée commercial, à Berlin, Hambourg, Brême ou Leipzig par des musées du même style.

4La première idée est de créer un « office colonial » rattaché à l’Office national du commerce extérieur. Le commerce colonial exigeant des études spéciales, il est finalement décidé de créer un office colonial indépendant, de caractère modeste au départ, ne possédant qu’un simple musée d’échantillons. Son agrandissement et son véritable statut de musée commercial viendront du fait qu’il recueillera tous les produits envoyés par les colonies à l’exposition universelle prévue en 1900. Installé galerie d’Orléans à Paris, au Palais Royal, il est chargé de suivre l’évolution de la politique coloniale en cette période de mise en valeur au profit de la métropole et des entreprises françaises. Un public de plus en plus nombreux est avide de renseignements sur les ressources agricoles et industrielles, sur les débouchés offerts aux produits de métropole. L’intervention de l’État sur les grandes questions économiques, douanes, concessions, travaux publics, accélère cette évolution. L’Office colonial comprend un service de renseignements et d’émigration, une exposition permanente de tous les échantillons, une bibliothèque ouverte au public. Il s’agit d’un service autonome, indépendant de l’administration mais présidé par le ministre, en relation avec les différents musées coloniaux de province (Lyon, Marseille et Bordeaux).

5Il est surveillé par un conseil de perfectionnement, sous présidence du ministre des Colonies, où siègent : les membres des chambres de commerce des différents territoires et ceux des principales chambres de commerce en France (Amiens, Bordeaux, la Rochelle, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Reims, etc.), chacune d’elles concourant par ailleurs au financement, les membres du Comité consultatif de l’agriculture, du commerce et de l’industrie près le ministère des colonies, le directeur de l’Office national du commerce extérieur, le directeur de la Banque d’Indochine, l’agent central des banques coloniales. Il est administré par un conseil d’administration de sept membres (dont quatre choisis par le conseil de perfectionnement et trois par l’administration), nommés par le ministre. L’explorateur Binger, alors directeur de l’Afrique, Camille Guy, chef du Service géographique du ministère, sont parmi les premiers nommés au conseil d’administration. Jules Rueff, le directeur des Messageries fluviales de Cochinchine, en fera également partie. Les gouverneurs et fonctionnaires coloniaux en congé en France sont tenus de se mettre par roulement à disposition des négociants et colons pour les renseigner.

6Les rapports annuels présentés par le directeur Auricoste au Conseil d’administration et au Conseil de perfectionnement donnent une idée des premières réalisations, dont la plus importante est la participation du ministère à l’exposition universelle de 1900. Parmi les archives, se trouvent donc les cartons provenant de l’ancienne exposition permanente et les dossiers du service de presse, ainsi que des cartes, des journaux et périodiques. La bibliothèque de l’Office, héritière de la bibliothèque de l’ancienne exposition permanente, est ouverte au public dès août 1899. Le futur musée des colonies est conçu comme un musée commercial et de colonisation. Chaque colonie aurait son exposition : échantillons, accompagnés de notices, bibliographie, cartes, collections de photographies à caractère économique, liste des entreprises, collections ethnographiques et scientifiques. Il ouvre à nouveau ses portes au publics, dans l’aile Sud de la Galerie d’Orléans, à l’issue de l’exposition universelle de 1900.

  • 2 Annuaire colonial, 1911.
  • 3 Participation de l’Office colonial à l’Exposition universelle de 1900. Office colonial. Son Organi (...)
  • 4 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, cartons 52 et 661. Agence économique de la France d’outre (...)
  • 5 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, carton 284.

7À la veille de la première guerre mondiale2, l’Office comprend trois sections : colonisation, agriculture, travail, bibliothèque pour la première ; commerce, industries, statistiques pour la seconde ; expositions, conférences et transports pour la troisième avec, en sus, le musée commercial. Ni la bibliothèque ni le musée n’ont de personnalité juridique : ils sont sous la tutelle du directeur. Les expositions3 sont des périodes propices à l’agrandissement des collections photographiques. Dans les dossiers les concernant, on retrouve la trace des images amassées en vue de l’illustration des différents territoires que l’on cherche à faire valoir4 À l’exposition de Chicago, en 1893, un catalogue des objets présentés par les colonies françaises est rédigé, qui fait la liste de nombreux documents iconographiques5 : albums ou clichés épars fournis par l’administration coloniale, par des photographes professionnels ou des entreprises. Même le petit archipel des Comores a fourni pour celle de 1900 des épreuves réalisées par les fonctionnaires en poste, comme le chancelier de résidence de Mohéli, un certain Dufour, l’ingénieur de Mayotte, Levau. L’on sait que le pavillon de l’Office colonial y a une surface de 500 m2. De 1909 à 1911, l’Office s’efforce d’organiser une exposition consacrée à la photographie, en collaboration avec les Offices de l’Algérie et de la Tunisie. Un programme est mis en place et les vues devront représenter les thèmes suivants : « types hommes et femmes de chaque race indigène ; types des différentes habitations indigènes ; types de la faune sauvage et domestique ; vues d’ensemble de la capitale et vues de ses principaux monuments ; vues des différents centres administratifs, et au point de vue pittoresque, les forêts, les rivières et curiosités naturelles ; vues des grands travaux publics ; installations industrielles et exploitations agricoles ; vues des principaux produits agricoles aux différents degrés de culture et au moment de leur récolte ». On fait appel à la bonne volonté de tous pour réunir les clichés, fonctionnaires et colons.

  • 6 FR ANOM 35Fi.

8L’organisation même de l’Office colonial est source d’inquiétude quant à la conservation des photographies : seront-elles conservées à la bibliothèque ou bien au musée ? Le fonds encore dénommé aujourd’hui « fonds de l’Office colonial et de l’Agence générale des colonies6 » laisse perplexe, car on y trouve des épreuves d’époque aussi bien que des retirages plus modernes. Manifestement, l’Office a « récupéré » des clichés de provenance inconnue, parfois légendés et datés, peut-être dans les archives de l’exposition permanente, et il les a cotés, d’une façon simple et méthodique, c’est à dire en premier lieu par territoire. Lorsque le cliché ne comporte ni légende, ni lieu, ni date, on a essayé de le rattacher au territoire convenable, et on l’a estampillé et coté. Pour toutes ces épreuves originales, les auteurs ne sont généralement pas indiqués, ce qui pose le problème de la vérification des droits, car rien n’indique qu’il s’agisse de prises de vues effectuées par des fonctionnaires dans l’exercice de leur fonction. Pour d’autres, le problème est en partie résolu par le fait que le verso comporte une publicité professionnelle (formats « carte de visite » notamment). On peut remarquer aussi quelques épreuves comportant un numéro de cliché : peut-être s’agit-il de clichés produits pour l’Office par un photographe professionnel dont les droits n’auraient pas été achetés, puisque l’estampille comporte la mention « reproduction interdite », rare mention de droit d’auteur.

  • 7 J. Ferrière, G. Garros, A. Meynard, A. Raquez, (délégués de l’Indochine à l’exposition de Marseill (...)
  • 8 Les ANOM ne conservent aujourd’hui que trois albums ayant figuré à Londres, deux sur la Guinée fra (...)
  • 9 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, cartons 52 et 661. Agence économique de la France d’outre (...)

9Mais il s’agit là d’une infime partie de ce qui a pu être montré en 1900 à l’exposition universelle de Paris, en 1906 à l’exposition coloniale de Marseille7, en 1908, à l’exposition internationale de Londres8. En effet, à la clôture de ces manifestations, l’Office colonial restituait aux particuliers et aux entreprises les prêts qui avaient été effectués. Des objets et des documents étaient distribués à d’autres institutions : musée du Trocadéro, Société de géographie de Paris, de Lyon, de Marseille, etc., comme le montre le courrier adressé au commissaire général de l’exposition, Jules Charles-Roux, par le président de la Société de géographie de Paris, le prince Roland Bonaparte : dans une lettre du 10 novembre 1900, celui-ci réclame de « disposer en faveur de la Société de géographie des collections photographiques qui n’auraient pas encore reçu de destination »9. Il précise que la Société tiendra compte des indications qui seront données à l’autorisation de reproduire. Il s’agit là d’une très rare mention de droit d’auteur, trouvée dans les archives figurées des organismes d’information, de presse, et de documentation du ministère des colonies. Enfin, d’autres étaient ensuite vendus par l’Office, afin de couvrir le budget souvent déficitaire des grandes expositions internationales.

En Indochine, les gouverneurs généraux Doumer et Beau

  • 10 FR ANOM Fonds ministériels, Série géographique Indochine nouveau fonds, dossier 3211.
  • 11 FR ANOM Gouvernement général de l’Indochine, dossier 3114, rapport par E. Jung de décembre 1902.

10Dans un long rapport sur la création de l’Agence de l’Indochine daté du 6 mars 1917, l’administrateur en chef du territoire du Kouang Tchéou Wan, futur directeur de l’organisme, s’élève contre la tentation centralisatrice du ministère en matière d’information et de propagande10. Il rappelle que des tentatives pour créer un organisme dépendant directement du cabinet du gouverneur général ont été faites d’abord par Paul Doumer, en 1898, avec l’ébauche d’un « office indochinois de colonisation », à l’existence éphémère, du fait de la création de l’Office colonial. Cette tentative a été renouvelée par Paul Beau, en 1902, qui prévoit « la création d’une agence générale de l’Indochine ne dépendant que du gouverneur général […] dans le genre des agences des colonies anglaises »11. Le but essentiel de cette agence est « la création d’un marché colonial ». Enfin, une « délégation de l’Indochine » a été maintenue à l’Office, dirigée par Guillaume Capus, l’ancien organisateur de l’exposition de Marseille de 1906, qui est directeur de l’agriculture en Indochine de 1897 à 1912.

  • 12 FR ANOM Fonds ministériels, Série géographique, Indochine, ancien fonds, carton 240.
  • 13 Idem.

11La photographie a toujours été présente en Indochine, comme en témoignent les clichés d’Émile Gsell, compagnon de Doudart de Lagrée et Francis Garnier, et plus tard, ceux d’Aurélien Pestel ou de Pierre Marie Dieulefils, ce dernier exerçant à Hanoi jusqu’en 1921. Le numéro du 7 mai 1887 de l’Avenir du Tonkin publie la liste des récompenses accordées aux exposants locaux, lors de l’exposition qui vient de se tenir à Hanoi12 : c’est à cette occasion qu’est primé Henry Cremnitz, pour les « Vues photographiques du Tonkin » prises par le docteur Hocquart, vendues chez L. Gillet à Hanoi. Mais à ses côtés on peut noter aussi la médaille d’or du résident à Nam-Dinh, Brière, pour des photographies de la Cochinchine et du Tonkin ; la médaille d’argent de Fournereau pour des photographies de Cochinchine ; les médailles de bronze de Roze pour des photogravures, du médecin-chef de Sontay, Pascal, pour des photographies du Tonkin. Charles Lemire, alors résident à Quinhon, reçoit une médaille d’or pour ses différentes collections, et l’une de ses filles pour ses dessins et aquarelles, une de bronze. Le docteur Hocquart écrit au ministre des Affaires étrangères (l’Annam-Tonkin est alors un protectorat), en octobre 1886, pour faire la promotion de ses photographies, résultat d’un séjour de trente mois au Tonkin comme « médecin des ambulances »13 : « j’ai eu pour but de montrer aux Français et aux Etrangers ce que nous avons fait, nous, soldats de France, pour conquérir ce pays lointain, et quelles ressources immenses et variées il peut offrir pour le développement du commerce et de l’industrie de la Mère Patrie ». Il s’agit, pour lui, « d’une œuvre de propagande et de vulgarisation ».

  • 14 FR ANOM 35Fi44.
  • 15 FR ANOM 8Fi69, deux volumes réalisés pour l’exposition de Lyon, en 1894.

12Paul Doumer, à partir de 1898, met en place la promotion des actions qu’il mène. On le voit surtout au moment de la construction du pont de chemin de fer de Hanoi, ce fameux pont qui portera son nom, et est inauguré au moment de la première exposition internationale réalisée par l’Indochine, en 1902. Il a fait appel à l’un des plus grands photographes parisiens pour effectuer un reportage sur la construction de cet ouvrage d’art, Eugène Piroux14, tandis que l’entreprise responsable de la construction de la ligne de Langson s’adresse à des photographes professionnels locaux, dont Tong Sing15.

La photographie à l’exposition internationale de Hanoi

  • 16 Cliché extrait de Entrée gratuite, Saigon, Claude et Cie Imprimeurs-Editeurs, 1903. « Un groupe de (...)
  • 17 FR ANOM Fonds ministériels, Indochine, ancien fonds, carton 242.

13L’exposition internationale de Hanoi est installée dans l’ancienne citadelle, où des pavillons ont été édifiés spécialement. Le reportage complet en est effectué par le voyageur, journaliste et photographe Alfred Raquez (1865-1907), rédacteur en chef de la Revue indochinoise16, dans son livre Entrée gratuite. L’ouvrage est le compte-rendu précis, quasiment au jour le jour, de tous les événements qui se sont déroulés au cours de cette exposition, dont avait rêvé Paul Bert, dès 1886, puis Paul Doumer, avant que leur successeur Paul Beau ne l’inaugure. La description de toutes les photographies exposées y figure, que les auteurs en soient des entreprises, des militaires, des services, des administrateurs civils, ou des professionnels. Le commissaire général de l’exposition, Thomé, est le président de la Chambre d’agriculture du Tonkin, mais auparavant il était le garde général des forêts ; c’est un photographe amateur17. Il est aidé sur le plan administratif par deux jeunes aides-commissaires des troupes coloniales, tous deux photographes, Jouanne et Busy.

  • 18 Compte rendu donné par l’Almanach-annuaire du Marsouin.

14La photographie est rangée dans le 1er groupe et fait partie de la classe 3. La liste des exposants est prestigieuses, et associe des Parisiens, comme Maurice Bucquet, président du Photo-club de Paris, Léon Gaumont, ou encore le fondateur du Vérascope, Jules Richard, mais aussi les photographes locaux. Charles Lemire a quitté l’Indochine et est journaliste à Paris, mais continue à exposer, tout comme son collègue Marcel Monnier. L’ingénieur Jean-Marc Bel est présent ainsi qu’Auguste Pavie. Parmi ceux qui représentent leurs institutions, on y note : Dumoutier, chef du Service de l’enseignement du Tonkin ; Ferra, directeur de l’Observatoire de Phu-Lien ; Lubansky chef du Service géographique de l’Indochine, qui recevra un grand prix hors concours ; le docteur Péthellaz, médecin-chef de l’hôpital de Hanoi ; Finot, directeur de l’École française d’Extrême-Orient. L’imprimeur-éditeur et photographe François-Henri Schneider est lui aussi classé hors concours. Deux médailles d’or vont au responsable du Service géographique de Madagascar, Teyssonnières, et à Dieulefils. Le professeur de l’École de Gia-Dinh, Flavien Obscur, reçoit une médaille d’argent, tout comme Paul Marie Cousin (administrateur à Vientiane), les professionnels Antonio (Bangkok et Phnom Penh) et Faussemagne (Haiphong), Kapferer des pétroles de Palambang et la Mission du Tonkin occidental (à Keso). Plusieurs médailles de bronze viennent récompenser des professionnels comme Bidel (Réunion), Robert Lentz et Cie (Bangkok), Abbayeradjou (Pondichéry), Yu Chong (Hanoi) et Dupuy (Cambodge), mais aussi un professeur de Cholon nommé Pottier ainsi que Sargues (en poste au Laos, à Stung Treng)18. Est aussi récompensée, mais dans un autre domaine, celui des travaux publics, l’entreprise Daydé et Lillé, notamment pour le chemin de fer du Yunnan, travaux qu’elle montre par des dessins et des photographies. Le médecin militaire Victor Marie Le Lan reçoit une mention honorable. Par contre, l’album de photographies de Max Martin, imprimé par Gallois, pour la Chambre de commerce de Haiphong, ne reçoit aucune récompense.

15De nombreux autres exposants sont cités par Raquez : le capitaine Baudesson pour sa mission au Lang Bian, l’interprète de la résidence supérieure au Tonkin Jeausselme, le directeur du Jardin botanique de Saigon Haffner, les employés des Messageries fluviales de Cochinchine Mailan et Ricau, l’administrateur civil au Laos Wartelle, ou encore Henri Cordier. Raquez ayant longuement parcouru et photographié le Laos, comme le prouvent les nombreuses cartes postales éditées après son décès à partir de ses clichés, on lui pardonnera sans doute de n’avoir manqué aucun des photographes de ce territoire. Enfin, si nombre de photographes professionnels sont présents à Hanoi, il n’y sont pas tous, loin s’en faut. De nombreux Européens, comme Pierre Dufresne, Raphaël Moreau ou Negadelle, des Vietnamiens dont la production est quasiment inconnue, comme Shun Ky, Pierre Lê Van Ba, ou encore Tong Sing, en sont absents.

La photographie dans les fonds des Archives nationales d’outre-mer

16Avant la première guerre mondiale, il n’y a pas de campagnes photographiques systématiques dans les territoires de l’Union indochinoise. Cette procédure sera mise en place par Albert Sarraut, en 1916, avec le « Service photocinématographique de l’Indochine ». L’Office colonial et le gouvernement général sur place se sont contentés de recueillir des documents iconographiques, au fur et à mesure des évènements, c’est à dire généralement à l’occasion des expositions internationales, où des collections photographiques étaient présentées, à condition qu’elles appartiennent à l’administration, soit parce que les clichés sont l’œuvre de fonctionnaires, civils et surtout militaires, soit parce qu’elle en a passé commande à des professionnels moyennant finance, à telle ou telle occasion.

  • 19 FR ANOM 8Fi98 et 104/1 et 2. Des photographes en Indochine, Ph. Franchini et J. Ghesquière (dirs), (...)
  • 20 FR ANOM 8Fi101 et 268.
  • 21 FR ANOM 8Fi124.
  • 22 FR ANOM 8Fi275, 284, 285, 286, 370, 378, 383, 390 et 420.
  • 23 Des photographes en Indochine, op. cit.

17Une autre source importante est celle des missions : à leur retour, les chefs des missions agréées par le ministère des Colonies doivent établir un rapport, fournir les cartes, croquis, levers et photographies venant comme preuve à l’appui de ce dernier. Les ANOM conservent donc des albums entrés par cette voie, comme par exemple celui réalisé par Émile Gsell, comme membre de la Mission Doudart de Lagrée, sur Angkor, ou encore les « reportages » de Firmin André Salles lors de ses tournées d’inspection19. D’autres ont figuré à des expositions, à Lyon en 1894 pour les deux albums d’Aurélien Pestel20, dont les superbes couvertures en laque sont l’œuvre d’un artiste vietnamien inconnu. Pour celui de la Société agricole de Suzannah, dont l’auteur n’est pas identifié21, on ne sait qui l’a commandé. D’autres encore sont composés par des militaires, des administrateurs civils en poste, ou encore par des colons, et sont donc le reflet de leur vie22 : on y trouve souvent des clichés dus à de grands professionnels comme Pestel, Dieulefils, Moreau, Rodet ou Kureth, et des photographies de famille, riches en renseignements sur la vie quotidienne, ainsi que des vues des opérations militaires, comme celles prises par Alexandre Pillier23.

  • 24 FR ANOM 35Fi, non classé et non communicable.

18Parmi les fonds d’origine publique conservés aux ANOM, il faut citer le fonds dit « de l’Office colonial et de l’Agence générale des colonies »24, qui a été pillé, remodelé et reclassé à maintes reprises. Les tirages couvrent la période 1899-1934, mais certains viennent sans doute de missions antérieures aux années 1890, notamment en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne. Seule la partie relative à l’Indochine a fait l’objet d’une indexation par nos soins, pour l’instant. Les épreuves les plus anciennes, correspondant aux années 1899-1919 sont estampillées du timbre rouge en losange marqué « ministère des colonies office colonial bibliothèque », ce qui permet de les dater approximativement. Elles portent aussi au verso un numéro de carton et un numéro d’ordre à l’intérieur de celui-ci. Cette cote ancienne permet, grâce à la base de données Ulysse, de reconstituer le fonds, en s’appuyant sur les ébauches de catalogue de l’époque. Malheureusement, si ces tirages sont légendés, ils ne sont jamais signés. Seule une recherche minutieuse et longue dans les archives et les comparaisons que l’on peut faire avec des photographies déjà connues, conservées aux ANOM, mais aussi dans d’autres institutions, permet parfois de retrouver cet auteur.

19Cet élément est capital puisqu’il permet, si l’on a la date de décès de l’auteur, de déterminer si la partie financière afférente au droit d’auteur doit être appliquée ou non (70 ans après le décès). Editeurs, écrivains, journalistes et chercheurs oublient souvent que le droit moral est inaliénable et imprescriptible et qu’il les obligent à mentionner le nom de l’auteur dans leurs publications. Cette obligation de mention est la raison pour laquelle nous mettons tous nos efforts dans cette recherche historique. Cet élément est souvent simplifié lorsque l’on a à faire à des fonds acquis par voies extraordinaires (c’est à dire par don, legs ou achat), car nous savons en général qui est à l’origine des clichés les constituant, ou, tout au moins, nous avons des indices faisant preuve. Nous pensons notamment aux milliers de clichés du fonds Gallieni, relatifs à Madagascar, dont nous savons qu’ils sont l’œuvre des militaires de son état-major, notamment du Service géographique de Madagascar.

  • 25 L’ensemble de ceux-ci se trouve sur le site internet des ANOM.

20Pour revenir à l’Indochine, et notamment au Vietnam, les ANOM conservent plusieurs fonds dits d’origine privée, qui ne sont pas tous de la période antérieure à 1914. Nous nous bornerons ici à ne citer que ces derniers, sur les dix-huit fonds concernés25.

  • 26 Des photographes en Indochine, op. cit. Ce fonds forme la sous-série FR ANOM 42Fi et dispose d’un (...)
  • 27 Des photographes en Indochine, op. cit. Ce fonds forme la sous-série FR ANOM 49Fi pour la version (...)

21Le fonds Paul Guillaumot26 est un dépôt de son petit-fils, qui a conservé les plaques de verre originales, a interdit les usages commerciaux mais a autorisé une reproduction pour la consultation scientifique. Il concerne le Tonkin où Guillaumot a été trésorier général de 1888 à 1893. Le fonds « privé » le plus prestigieux est sans nul doute le fonds du docteur Hocquard, ou, pour être plus précise, les deux fonds Hocquard : en effet, les ANOM détiennent la version présentée à l’exposition d’Anvers de 1885 en neuf portefeuilles et celle détenue par le Service des archives et de la bibliothèque du gouvernement général de l’Indochine27. Les originaux ne sont malheureusement plus communicables, en raison de leur état. La sous-série FR ANOM 56Fi porte le nom de « Fonds des estampes de l’Indochine », par comparaison avec le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, et cette dénomination est due à l’archiviste Boudet. On y trouve de nombreux clichés, qui sont parfois la reproduction de gravures prises dans des ouvrages anciens, des lithographies et héliogravures découpées dans des revues comme l’Illustration, ou encore le Tour du Monde, quelques aquarelles imprimées, mais aucune estampe. Il s’agit d’une collection documentaire qui se veut exhaustive de tout ce qui intéresse l’Indochine, depuis les origines. C’est ainsi que l’on y trouve le portrait du Jésuite Alexandre de Rhodes. Cette « collection Boudet » a été dispersée à l’époque où l’on préconisait de classer les photographies par format, et certaines ont même contribué à former la série factice des portraits. Nous nous efforçons de rendre à César ce qui appartient à César.

  • 28 FR ANNOM 58Fi, 38 clichés classés.
  • 29 FR ANOM 67APOM et 69Fi.
  • 30 FR ANOM 71Fi.
  • 31 FR ANOM 78Fi.
  • 32 FR ANOM 82Fi.
  • 33 FR ANOM 88Fi, extrait du fonds privé 29APC.
  • 34 FR ANOM 91Fi.
  • 35 FR ANOM 92Fi.
  • 36 FR ANOM 97Fi.

22Le fonds Le Guennec est petit mais concerne Saigon et le Cambodge vers 1890. Félix Le Guennec était sous-officier d’infanterie de Marine. On y trouve entre autres des épreuves d’Antonio28. Nous avons répertorié ce fonds. Le fonds Fontannes concerne l’Indochine de 1900 à 1922, période pendant laquelle il était fonctionnaire des Douanes et Régies29. Il n’est pas classé. Le fonds Braun30 est l’œuvre de deux officiers d’infanterie coloniale, le père Gustave, capitaine de la flottille du Mékong, et le fils Alfred, capitaine dans un régiment de tirailleurs tonkinois à Hanoi. Il s’agit de plusieurs dizaines de plaques de verre couvrant la période 1900-1942. Le fonds n’est pas classé. Le fonds Paul Oursou31 est entré par don en 2001. Il concerne le Tonkin et l’Annam entre 1900 et 1921. Il s’agit de 600 plaques de verre stéréoscopiques. Fonctionnaire des Ponts et Chaussées, Oursou a été détaché en Indochine en 1901. Il a quitté Hanoi en 1922. Le fonds n’est pas classé. Le fonds Gouverneur Baudoin32 a été acheté en vente aux enchères en 2003. Il comporte des plaques de verre, des négatifs de la documentation rassemblée par Baudoin pour les ouvrages qu’il a publiés. Le fonds n’est pas classé. Le fonds Archimbaud33 est en fait une collection de plusieurs centaines de cartes postales achetées par ce dernier vers 1920 en Indochine et à Madagascar. On a ainsi une très importante collection des éditions de Dieulefils, des Editions de la Pagode, et de Ludovic Crespin, ainsi que celles de Fernand Nadal. Il s’agit d’une documentation de premier choix sur l’Indochine avant 1920. Elle est en cours d’indexation par nos soins. Le fonds Krautheimer34 est en fait une collection rassemblée par celui-ci lorsqu’il était résident supérieur au Tonkin. Il s’agit d’un achat en vente aux enchères de 2004 comprenant des tirages isolés, parfois de photographes vietnamiens comme Huong Ky, des albums de l’atelier Nadal et des albums familiaux, couvrant la période 1894-1934. Le fonds n’est pas classé. Le fonds Jean-Marie Goddard35 est un don de sa famille en 2004. Il comporte 1 349 plaques de verre, qui concernent aussi les pays traversés pour se rendre en Indochine (Suez, Aden, Ceylan…) et des photos de famille. Goddard était fonctionnaire au Service des travaux publics de l’Indochine de 1903 à 1932. Il est le collègue de Paul Oursou et de Jules Agostini (ce dernier connu pour ses clichés de Tahiti). Le fonds n’est pas classé, mais un récolement a été rédigé par la famille. Le fonds du docteur Jules Pineau36 est un achat en vente aux enchères de 2006. Il compte 38 tirages albuminés sur l’Indochine, réalisés entre 1885 et 1902. Il n’est pas encore classé.

23La richesse des fonds photographiques relatifs à l’Indochine, parmi lesquels il ne faut surtout pas oublier le fonds dit « de l’Agence de la France d’outre-mer 2e série » réalisé entre 1916 et 1935 par le Service photocinématographique de l’Indochine (c’est-à-dire René Tetart), puis par l’Office indochinois du tourisme et de la propagande (c’est-à-dire Léon Busy), ainsi que par l’Aéronautique militaire de l’Indochine, font des Archives nationales d’outre-mer le centre le plus important en France pour l’iconographie de ce pays, photographies et cartes postales réunies. Les vicissitudes subies par ces documents, qui ont été abandonnés pendant une période, ont parfois pour conséquence des pertes considérables. Les fonds, que l’on avait pris soin de classer par provenance au temps de l’Office colonial, ont été à partir de 1935 considérés comme de l’illustration migrant de dossiers en dossiers, prêtée à tous ceux qui en faisaient la demande pour des articles de journaux, des conférences, y compris dans les établissements d’enseignement, ne rentrant pas souvent. Bien plus, lorsqu’une photographie commençait à dater, elle était jugée périmée et détruite. On faisait refaire un reportage, qui à son tour subirait le même sort. Cette procédure explique qu’il soit si difficile aujourd’hui de rassembler les renseignements permettant de remettre les images dans leur contexte historique. Un cliché non identifié est inutile pour l’histoire. Les archives photographiques d’origine publique ne peuvent se regarder qu’en parallèle avec les archives écrites de l’administration qui les a produites toutes les deux. Dans le cas contraire, l’interprétation risque d’en être faussée. Quant aux photographies d’origine privée, encore faut-il, là aussi, en connaître l’origine. Le difficile travail de l’archiviste consiste à renouer les liens entre archives écrites et archives iconographiques, en suivant le principe du respect des fonds.

Notes

1 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, carton 52.

2 Annuaire colonial, 1911.

3 Participation de l’Office colonial à l’Exposition universelle de 1900. Office colonial. Son Organisation. Son Fonctionnement. Son But. Statistiques, régimes des concessions, bibliographies, Paris, Galerie d’Orléans – Palais-Royal, 1901.

4 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, cartons 52 et 661. Agence économique de la France d’outre-mer, carton 764, dossiers 1647-1649. FR ANOM Gouvernement général de l’Indochine, dossier 16057.

5 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, carton 284.

6 FR ANOM 35Fi.

7 J. Ferrière, G. Garros, A. Meynard, A. Raquez, (délégués de l’Indochine à l’exposition de Marseille en 1906), L’Indochine, 1906. Cochinchine, Cambodge, Annam, Tonkin, Laos, Quang-Tchéou-Ouan, Paris, 1906, ill. et carte.

8 Les ANOM ne conservent aujourd’hui que trois albums ayant figuré à Londres, deux sur la Guinée française, un sur la Martinique.

9 FR ANOM Fonds ministériels, Généralités, cartons 52 et 661. Agence économique de la France d’outre-mer, cartons 240 à 242.

10 FR ANOM Fonds ministériels, Série géographique Indochine nouveau fonds, dossier 3211.

11 FR ANOM Gouvernement général de l’Indochine, dossier 3114, rapport par E. Jung de décembre 1902.

12 FR ANOM Fonds ministériels, Série géographique, Indochine, ancien fonds, carton 240.

13 Idem.

14 FR ANOM 35Fi44.

15 FR ANOM 8Fi69, deux volumes réalisés pour l’exposition de Lyon, en 1894.

16 Cliché extrait de Entrée gratuite, Saigon, Claude et Cie Imprimeurs-Editeurs, 1903. « Un groupe des membres de la presse », cliché imprimé hors-texte dans l’ouvrage. Des photographes en Indochine, dir. Ph. Franchini et J. Ghesquière, Paris, Marval, 2001. Voir aussi FR ANOM 35Fi50 et 88Fi.

17 FR ANOM Fonds ministériels, Indochine, ancien fonds, carton 242.

18 Compte rendu donné par l’Almanach-annuaire du Marsouin.

19 FR ANOM 8Fi98 et 104/1 et 2. Des photographes en Indochine, Ph. Franchini et J. Ghesquière (dirs), Paris, Marval, 2001.

20 FR ANOM 8Fi101 et 268.

21 FR ANOM 8Fi124.

22 FR ANOM 8Fi275, 284, 285, 286, 370, 378, 383, 390 et 420.

23 Des photographes en Indochine, op. cit.

24 FR ANOM 35Fi, non classé et non communicable.

25 L’ensemble de ceux-ci se trouve sur le site internet des ANOM.

26 Des photographes en Indochine, op. cit. Ce fonds forme la sous-série FR ANOM 42Fi et dispose d’un répertoire.

27 Des photographes en Indochine, op. cit. Ce fonds forme la sous-série FR ANOM 49Fi pour la version d’Anvers, qui a fait l’objet d’une publication sous la forme d’un cdrom interactif en 1998. La seconde est conservée dans la sous-série FR ANOM 56Fi, et est plus complète que la première. Toutes deux sont indexées sur la base de données Ulysse.

28 FR ANNOM 58Fi, 38 clichés classés.

29 FR ANOM 67APOM et 69Fi.

30 FR ANOM 71Fi.

31 FR ANOM 78Fi.

32 FR ANOM 82Fi.

33 FR ANOM 88Fi, extrait du fonds privé 29APC.

34 FR ANOM 91Fi.

35 FR ANOM 92Fi.

36 FR ANOM 97Fi.

Auteur

Conservateur en chef du Patrimoine, responsable de l’iconothèque aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, elle a rédigé une introduction au CD-ROM « Mandarins, Marsouins, Missionnaires et Colons » réalisé par l’association des Amis du Vieux Hué.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540