Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Héritage du modernisme

Vietnam au XXe siècle, du Duy Tân au Đổi Mới

Phong Đặng

Texte intégral

  • 1 Voir mes articles, « So sánh Duy tân và Đo’ i mới » [Comparaison entre Duy tân et Đo’ i mới], Xưa (...)

1Le Duy Tân au début du XXe siècle et le Đổi Mới (Renouveau), à partir de 1986, sont deux événements majeurs du siècle1. Ils présentent des ressemblances et des différences, mais surtout ce sont deux points de repère d’un processus qui a traversé le Viêtnam tout au long du XXe siècle. En effet, au début du siècle, le sentiment douloureux de la perte de l’indépendance s’accompagnait de celui d’être un pays arriéré. À la fin du siècle, la fierté d’une souveraineté recouvrée n’efface pas les sentiments d’infériorité et les inquiétudes sur le retard pris par rapport au reste du monde. Entre ces deux moments, plusieurs expériences de modernisation ont eu lieu : Nouvelle culture (Văn hóa mới) au début des années 1930 concernant les vêtements, la littérature, la musique, la peinture, l’architecture ; La nouvelle vie (Đời sống mới) après la révolution d’Août 1945 visant à « abandonner les coutumes de l’ancienne société féodale, ainsi que les maladies du colonialisme » ; au milieu des années 1950, Le nouveau mode de vie (Nếp sống mới) au Nord ayant pour objectif la construction d’une nouvelle société en temps de paix. Cependant, le Duy Tân et le Đổi Mới (littéralement « amener » « nouveau ») et Đổi Mới (littéralement « changer » « nouveau ») rseprésentent les deux repères les plus importants sur le long parcours du Vietnam vers la souveraineté nationale et l’intégration à la communauté internationale.

Contextes et défis

2À l’époque du Duy Tân, l’obstacle principal au développement du Viêtnam était la domination française qui rendait impossible un accord entre les colonisateurs et les colonisés. Le contexte du Đổi Mới est celui d’un pays indépendant et c’est l’ancien modèle économique, choisi par les Vietnamiens eux-mêmes, dont les défauts ont commencé à se manifester quand l’aide internationale des années 1950 et 1960 a pris fin, qui freine le développement. Il a fallu surmonter que sont les tabous (propriété collective des moyens de production, travail collectif, économie centrale planifiée, enfin l’idée selon laquelle le capital égale l’exploitation), ainsi que les habitudes (acheter au prix fixé administrativement, attendre la distribution par l’État du capital et des matières premières, etc.).

Objectifs

3Duy Tân vise un objectif politique. Derrière toutes les actions modernistes on trouve le désir de l’Indépendance. Pour les modernistes, l’économie en est le moyen : la Prospérité représente la base de la lutte pour l’indépendance. Le Đổi Mới a pour l’objectif l’économie comme en témoigne le slogan officiel « Prospérité du peuple, Puissance du pays » (Dân giàu, nườc mạnh). Đổi Mới n’est pas un changement d’objectif, mais celui de méthodes pour atteindre l’objectif politique.

Solutions

4Le Japon a donné le coup d’envoi initial au Duy Tân. La résistance anti-française à l’ancien n’ayant pas donné le résultat escompté, la question qui s’est posée est la recherche d’une autre solution qui consiste à prendre chez l’adversaire des leçons afin de lui résister. Quant au Đổi Mới, le coup d’envoi direct vient des besoins pressants de l’intérieur. En effet, les difficultés économiques ont amené, au niveau local, des établissements et des institutions à chercher des solutions et les ont obligés à s’affranchir des barrières administratives, car c’est leur existence même qui était en jeu.

Leadership et réalisations

  • 2 Voir Nguyễn Hiến Lê, Đông Kinh Nghĩa Thục, Saigon, 1956, 1re éd.
  • 3 Né en 1874 dans la province de Hà Đông dans une famille très pauvre, puis adopté par la riche fami (...)
  • 4 De vingt ans le cadet de Bạch Thái Bười, Nguyễn Sõn Hà (1894-1980) est né à Hanoi dans une famille (...)
  • 5 Né à Cholon (Saigon) dans une famille d’artisans, Trường Văn Bền était convaincu par les idées mod (...)
  • 6 Les études sur ces premiers entrepreneurs sont rares. Dặng Phong : Lịch sử kinh tế Việt Nam [Histo (...)
  • 7 Né à Bac Ninh dans une famille riche, Vũ Văn An a fait des études en France (Polytechnique) et a e (...)
  • 8 Né en 1908 à Cholon (Saigon), il est renvoyé du Lycée Chasseloup-Laubat pour avoir participé à la (...)
  • 9 Né en 1880 à Phat Diem (Ninh Binh), employé dans une imprimerie française à Hanoi en 1897, Ngô Tử (...)

5À l’époque du Duy Tân, les lettrés étaient convertis aux idées du capitalisme, mais n’étaient pas hommes d’affaires et n’avaient pas de connaissances. Par ailleurs l’idéologie confucéenne sous-estimait le métier de commerçant2, et enfin il n’était pas aisé de prendre une part du marché. C’est seulement après la Première Guerre Mondiale que des entrepreneurs vietnamiens ont eu l’opportunité de se développer grâce aux idées modernistes qui éclairaient leur conduite, aux connaissances pratiques de l’économie, ainsi qu’aux techniques des affaires, réalisant ainsi le vœux moderniste des métiers utiles (thực nghiệp). Les cas de Bạch Thái Bười3 qui a abandonné un poste confortable dans l’administration coloniale pour créer une entreprise de transport, celui de Nguyễn Sõn Hà qui réussit à fonder sa propre marque de peinture industrielle4 ou de Trường Văn Bền, un homme d’affaire important en Cochinchine dans la fabrication et le commerce des huiles et du riz5, illustrent la nouvelle génération d’entrepreneurs6. Vũ Văn An (1890-1946) a quant à lui réussi dans la fabrication et le commerce de la soie au niveau international7, Kha Vạn Cân dans le secteur de la métallurgie8, Ngô Tử Hạ dans le domaine de l’imprimerie et d’édition9. Ces hommes sont des vrais entrepreneurs et hommes d’affaires qui connaissaient les besoins du marché. Quant au Dổi Mới, ceux qui l’ont lancé sont des dirigeants reconnus au niveau des provinces, des usines ou des sociétés : la reconnaissance de leurs actions dites de « percer la clôture » (phá rào, c’est-à-dire transgresser les tabous au niveau local) grâce à leurs succès a pu profiter du soutien de dirigeants au niveau national avant de se propager dans le pays.

Stratégies et étapes de la réalisation

  • 10 Parmi les expériences : la mise en pratique du khoán (système de contrat) à Đồ Sõn, le système du (...)

6Les modernistes ont pris connaissance des idées occidentales grâce aux ouvrages et journaux en caractères chinois. Ils ont utilisé les formes publiques et légales pour fonder des écoles, sociétés de commerce, fabriques, etc. Quant au Dổi Mới, aucune procédure n’existait au début. Pour s’affranchir des tabous, il ne peut pas exister de procédures. Seules les réalisations concrètes et l’épreuve de la réalité peuvent convaincre. Le principe des pionniers est donc de « respecter mais garder la distance » (kính nhi viễn chi) par rapport aux tabous établis. Après quelques années d’expérience (1979-1986) et à travers une série d’actions de « percer la clôture » et d’épreuves, la réalité a montré qu’il est indispensable de changer d’une façon globale, c’est seulement à ce moment-là que des procédures ont été mises en place au niveau national, en commençant par les documents du 6e congrès du PCV en 198610.

Résultats

7Malgré la répression coloniale, l’influence du Duy Tân se fera sentir pendant longtemps. Les modernistes ont passé le flambeau au début des années 1920 à la classe émergente des capitalistes nationalistes. À la révolution d’Août en 1945, une grande partie de ces capitalistes a grandement contribué à la révolution, puis à la résistance contre les Français (1946-1954). Les capitalistes nationalistes, descendants directs de Duy Tân, présentent une caractéristique commune : leur esprit nationaliste, leur patriotisme et leurs actions sociales. Bạch Thái Bười a ainsi fondé le journal Khai Hóa et les éditions Đông Kinh Ấn Quán. Trường Văn Bền a construit une grande cité à Ngã Sáu – Chợ Lớn pour loger ses ouvriers. Nguyễn Sõn Hà a également acheté plusieurs immeubles pour les familles d’ouvriers de sa société. Il était par ailleurs le président de l’Association pour la diffusion de Quốc Ngữ à Hải Phòng, finançait l’achat des fournitures scolaires et les indemnités de plus de cent moniteurs des classes d’alphabétisation. Il a fondé l’école Dục Anh qui accueillait 400 orphelins au 46 avenue Lach Tray à Haiphong. Il a fait don d’un immeuble pour l’internat de l’école primaire Kinh Môn. créé l’association hội Cứu Tế Hải Phòng pour parer à la famine en 1945. Il a fondé les éditions Tam Hữu Xuất Bản Cục qui publient des livres au contenu progressiste tels que Tấm lòng vàng, Đời đoàn thể. Quant à Kha vạn Cân, il est chef des Scouts en Cochinchine et l’on sait que les Scouts ont eu un rôle non négligeable dans la lutte pour l’indépendance du Vietnam dans les années 1940.

  • 11 Par exemple, Nguyễn Văn Linh qui a quitté le Comité central pour le poste du Secrétaire général du (...)

8Quant au Đổi Mới, ceux qui ont « percé la clôture » n’ont pas été punis, mais les barrières ont été finalement enlevées. Le résultat de presque toutes les actions est d’obtenir le consensus au plus haut niveau dans les organes centraux jusqu’au niveau local, en interne comme en externe. Après les premières expériences, beaucoup de dirigeants locaux (secrétaires du parti, présidents du Comité populaire en province, ou des dirigeants d’usine, etc.) ont été promus dans les organes centraux11. Ensuite les changements dans le domaine économique concernent le raisonnement économique. Les anciens tabous (marché libre, commerce privé, capital privé, capitaliste, étranger, exploitation, etc.) sont reconsidérés désormais avec un œil plus réaliste, et aussi plus confiant. Grâce au Đổi Mới, le Vietnam n’a plus demandé l’aide des organisations internationales et des pays occidentaux qui sont venus d’eux-mêmes pour établir des relations économiques. Sauvegarder et consolider la souveraineté nationale, c’est un des résultats les plus importants du Đổi Mới.

Conclusion

9Le Duy Tân au début et le Đổi Mới à la fin du XXe siècle poursuivent deux objectifs similaires : indépendance et souveraineté nationale ; prospérité du peuple et du pays. Ces deux objectifs sont à leur tour le moyen d’atteindre le troisième objectif, c’est-à-dire rattraper le retard et s’intégrer, sur un pied d’égalité, à la communauté internationale. Dans le processus de réalisation, on voit cependant les différences : Duy Tân pose la prospérité économique comme condition préalable à l’indépendance politique ; tandis que Đổi Mới se déroule dans le contexte de la souveraineté nationale avec l’objectif d’atteindre la croissance économique et le développement de la société. Ainsi si l’on pose un regard d’ensemble sur tout le XXe siècle, pendant toute cette période le peuple vietnamien a lutté, en employant différents moyens et à travers différents épisodes, pour réaliser son triple objectif : Indépendance, Liberté, Bonheur (độc lập, tự do, hạnh phúc) qui sont aussi les symboles de la République.

Notes

1 Voir mes articles, « So sánh Duy tân và Đo’ i mới » [Comparaison entre Duy tân et Đo’ i mới], Xưa và Nay, novembre 2003 ; « Thử so sánh Duy tân với Đo’ i mới (Nhìn từ góc độ kinh tế) » [Essai de comparaison entre Duy tân và Đo’ i mới du point de vue économique], Nghiên cứu Kinh tế, novembre 2003.

2 Voir Nguyễn Hiến Lê, Đông Kinh Nghĩa Thục, Saigon, 1956, 1re éd.

3 Né en 1874 dans la province de Hà Đông dans une famille très pauvre, puis adopté par la riche famille des Bạch, il fait des études, assez brillantes et devient secrétaire dans une grande société de commerce française dont le siège social se trouvait rue Paul Bert (actuellement Tràng Tiên) en 1894. En 1895, il est recruté par le Résident supérieur Bonnet en tant que secrétaire particulier et il l’accompagne en 1896 à la Foire de l’Indochine à Bordeaux pour y présenter des produits indochinois. De retour en Indochine, il démissionne pour créer son entreprise qui obtient le marché de la fourniture des traverses du chemin de fer en construction. Trois ans plus tard, ses bénéfices lui permettent de se lancer dans d’autres domaines (commerce de maïs, prêt sur gages, collecte des taxes sur les marchés, etc.) sans réussite concluante. Après cette première période d’expériences et d’étude du marché, il se réoriente vers le transport fluvial à partir de 1909. Il commence par louer trois bateaux de transport de passagers de la société française Marty (rebaptisés Phi Long, Phi Phuong et Bai Tý Long) pour la ligne Nam Dinh – Ha Noi – Ben Thuy. Sept ans plus tard, en 1915, il achète ces trois bateaux, puis l’atelier de réparation de la société Marty à Haiphong, puis en 1917 six autres bateaux de la société française Deschawanden alors en faillite. En 1919 il a fait construire d’autres bateaux et se trouve alors à la tête d’une flotte de plus de trente unités. À la fin des années 1920, sa société représente un effectif de 2 500 employés et 42 bateaux. Le 22 juillet 1932, à l’âge de 58 ans, il décède suite à une crise cardiaque. Voir Nguyễn Thế Lữ, « Bạch Thái Bười và chí làm giầu của người Việt » [Bạch Thái Bười et la volonté de s’enrichir des Viêtnamiens], in Diễn đàn doanh nghiệp, n° 271 du 3 septembre 2001, p. 5. ; Phạm Sanh, « Chí làm giầu của Bạch Thái Bười » [La volonté de s’enrichir de Bạch Thái Bười], in Xưa và nay, septembre 2001.

4 De vingt ans le cadet de Bạch Thái Bười, Nguyễn Sõn Hà (1894-1980) est né à Hanoi dans une famille d’ouvriers. Embauché en 1909 par l’entreprise de peinture Sauvage Cottu, il en démissionne en 1917 pour fonder sa propre entreprise dans la même branche. Trois ans plus tard, il fonde la société Resistanco qui n’était au début qu’une petite fabrique, avenue Lach Tray à Haiphong, qui s’implante à Hanoi au début des années 1930, puis à Saigon une dizaine d’années plus tard sur un terrain de 1 000 m2 afin de répondre au marché du port de Saigon. Parallèlement au développement de la production, il a étendu son réseau de distribution. Les sociétés françaises les plus importantes, telles que Descours Cabaud, Poinsard Veyret distribuaient ses produits.

5 Né à Cholon (Saigon) dans une famille d’artisans, Trường Văn Bền était convaincu par les idées modernistes. En 1918 il fonde une usine de fabrication d’huile de noix de coco, se convertissant ainsi dans le secteur de la fabrication et du commerce des huiles. Il fonde ensuite, au début de 1925, la plus grande savonnerie d’Indochine. Il est également le premier entrepreneur viêtnamien a posséder des usines de traitement du riz ; il était d’ailleurs le PDG de la Société de riziculture Tháp Mười (10 000 hectares de rizières dans le delta du Mékong) de 1925 à 1932. D’autre part, en collaboration avec l’Institut de Recherches Agronomiques de l’Indochine il a participé à l’exploitation et à la restauration des forêts de pins à Đà Lạt.

6 Les études sur ces premiers entrepreneurs sont rares. Dặng Phong : Lịch sử kinh tế Việt Nam [Histoire de l’économie du Vietnam], Hanoi, 1970.

7 Né à Bac Ninh dans une famille riche, Vũ Văn An a fait des études en France (Polytechnique) et a enseigné au Collège Paul Bert à son retour en 1917. Au début des années 1920, il fonde une société d’import-export de soie à Hanoi, acquiert une exploitation agricole de 1000 hectares à Bac Ninh, puis un atelier de tissage à Hanoi. Sa société dispose d’un réseau de distribution présent partout au Vietnam et introduit pour la première fois la soie vietnamienne sur le marché international (participation régulière aux foires de Paris, Lyon, Bordeaux ou Marseille). Vũ văn An a été également le premier patron vietnamien qui a eu l’audace d’employer des Européens. Nguyễn Công Bình, Tìm hiểu giai cấp tư sản Việt Nam thời Pháp thuộc [Étude de la bourgeoisie viêtnamienne à l’époque coloniale], Éditions Văn Sử Dịa, Hanoi, 1959 ; Nguyễn Văn Uẩn, Hà Nội nửa đầu thế kỷ XX [Hanoi pendant la première moitié du XXe siècle], Hanoi, Éditions Hà Nội, 1995, t. II.

8 Né en 1908 à Cholon (Saigon), il est renvoyé du Lycée Chasseloup-Laubat pour avoir participé à la grève des lycéens à l’occasion du deuil de Phan Chau Trinh le 24 mars 1926. Sa famille l’envoie poursuivre sa scolarité en France (Arts et Métiers, Aix-en-Provence). Employé chez Renault à Billancourt en 1934, il fonde à son retour une Société de métallurgie et de mécanique à Saigon avec un atelier à Cho Quan.

9 Né en 1880 à Phat Diem (Ninh Binh), employé dans une imprimerie française à Hanoi en 1897, Ngô Tử Hạ est convaincu par les idées modernistes. En 1898, il ouvre sa première imprimerie, qu’il développera après 1925 grâce à l’héritage de ses parents. L’imprimerie Ngô Tử Hạ compte alors plus de cent employés. Il gère la revue Dong Thanh de 1932 à 1945. Il ouvre une deuxième imprimerie à Hué en 1938, puis une troisième à Phat Diem en 1939, où il construit une école pour les élèves des familles pauvres. Việt Dông, « Cụ Ngô Tử Hạ người in đồng tiền đầu tiên của nườc Việt Nam dân chủ cộng hòa » [Ngô Tử Hạ le premier imprimeur pour la Banque de la République Démocratique du Viêtnam], in An ninh thế giới, mai 2002.

10 Parmi les expériences : la mise en pratique du khoán (système de contrat) à Đồ Sõn, le système du prix unique à Long An ; la mise à disposition de la terre et des tracteurs au privé à An Giang ; achat du riz au prix du marché par la Société de l’Alimentation de Hochiminh-ville, dite Société de Mme Ba Thi ; etc. Voir également Đặng Phong et Melanie Beresford, Economic Decision-Making in Vietnam. An Historical Perspective, NIAS, Copenhagen, 1998 ; Economics Transition in Vietnam : Aid and Trade in the Demise of a Centrally Planned Economy, Edward Elgar, Cheltenham, UK and Northamton MA, USA, 2000.

11 Par exemple, Nguyễn Văn Linh qui a quitté le Comité central pour le poste du Secrétaire général du comité du Parti Communiste du Vietnam à Hochiminh-ville, avant d’être élu au poste du Secrétaire général du PCV. De même, Võ Văn Kiệt a occupé le poste du secrétaire général du Comité du PCV à Hochiminh-ville avant d’être appelé à Hanoi pour occuper le poste de Directeur de la Commission nationale de la Planification (Uỷ ban Kế hoạch Nhà nườc) puis vice-Premier Ministre (1983-1992) et Premier Ministre (1992-2000).

Auteur

Directeur du département de l’Histoire de l’Économie à l’Institut de l’Économie (Académie des sciences sociales du Vietnam). Ses travaux portent sur l’histoire de l’économie du Viêtnam au XXe siècle, et notamment sur la période de Đổi Mới (Renouveau).

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540