Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Héritage du modernisme

De Đông Kinh Nghĩa Thục au Đăng cổ tùng báo. Nguyễn Văn Vĩnh, le début d’un cheminement intellectuel

Xuân Thạch Phạm

Texte intégral

1La première moitié du XXe siècle, période où le Vietnam s’est lancé dans la voie de la modernisation, est essentiellement marquée par la lutte pour la reconquête de l’indépendance. La majorité des études historiques sur cette époque a donc été consacrée à la lutte patriotique anti-française, la question de la modernisation n’attirant l’attention des chercheurs que très récemment. Ce processus rapide a été marqué par deux étapes : la première se caractérise par une tentative de compromis entre la tradition et la modernité, la seconde par une attitude catégorique en faveur de la modernisation, les années 1920 représentant la période charnière. En 1924 Phan Bội Châu a écrit une lettre à Lý Thụy, alias Nguyễn Ái Quốc, futur Hồ Chí Minh, dans laquelle il reconnaissait l’impuissance de sa génération à résoudre les questions du monde moderne. Dans les années 1920, les revues Đông Dương tạp chí (Revue Indochinoise) et Nam Phong (Vent du Sud) proposaient d’« harmoniser le Nouveau et l’Ancien, admettre l’Orient et l’Occident », alors que l’emblématique groupe littéraire Tự lực văn đoàn (Par ses propres forces) proclamait dans les années 1930 le précepte de « Suivre le nouveau, croire absolument au progrès ». En suivant l’itinéraire de Nguyễn Văn Vĩnh, nous nous proposons de mettre en lumière le processus de cette mutation et le rôle qu’y jouèrent les intellectuels.

2Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936) était une des figures dominantes de la vie intellectuelle et sociale vietnamienne dans les années 1900-1930 avec pour originalité la multiplicité de ses activités (intellectuel, journaliste, traducteur, acteur social, mais aussi entrepreneur) et ses interventions dans la plupart des mouvements sociaux, culturels et politiques de cette période. Sa contribution à la diffusion de l’écriture quốc ngữ, est désormais reconnue, son rôle de pionnier du journalisme également : il a créé et dirigé de nombreux périodiques en viêtnamien (dont la revue Đông Dương tạp chí, 1913-1917, et Trung Bắc tân văn, 1917-1930) ou en français (dont Notre Journal, 1908-1909, et notamment Annam Nouveau, 1931-1936). Écrivain francophone, traducteur des classiques de la littérature française en vietnamien, mais aussi du roman en vers Kim Vân Kiều en français, sa place reste à étudier dans l’histoire du contact culturel franco-vietnamien. Nguyễn Văn Vĩnh a grandement contribué au développement de l’éducation moderne à l’occidentale, notamment avec la revue Đông Dương tạp chí qui jouait le rôle d’un journal de l’instruction publique avant l’établissement définitif du système de l’école franco-indigène en Indochine. Nguyễn Văn Vĩnh participa également à de nombreux événements politiques, culturels et sociaux importants : l’école Hông Kinh Nghĩa Thục en 1907, les mouvements féministes à la fin des années 1920, les controverses des années 1930 sur le statut politique des pays d’Annam et du Tonkin. Il était également membre de plusieurs institutions importantes : Parlement du Tonkin, Association des droits de l’Homme, franc maçonnerie (Hội Tam điểm), Société d’enseignement mutuel (Hội Trí Tri), Club des Traducteurs (Hội dịch sách), Association de Promotion des voyages d’études pour les jeunes (Hội khuyến khích thanh niên du học).

  • 1 Les critiques de Phan Khôi (« Comment je vois Nguyễn Văn Vĩnh », Sông Hương, n° 1, 1er août 1936) (...)

3Il convient, à notre avis, de remonter à la période de la formation intellectuelle de Nguyễn Văn Vĩnh, et en particulier à l’année 1907 : en démissionnant du poste de fonctionnaire colonial, il devient un intellectuel libre. Il crée à ce moment le Đăng cổ tùng báo, en transformant un journal officiel en une publication de caractère civil et enseigne la langue française à l’école Hông Kinh Nghĩa Thục. Mais, ayant échappé à la répression coloniale en 1908, il fut considéré sa vie durant et encore aujourd’hui, comme un collaborateur des Français1. En revenant sur cette période dans la vie de Nguyễn Văn Vĩnh, en nous appuyant notamment sur l’analyse du contenu des numéros disponibles de Đăng cổ tùng báo, nous nous efforcerons de comprendre le cheminement intellectuel de Nguyễn Văn Vĩnh afin de contribuer à la compréhension de la société vietnamienne au début de son processus de modernisation.

Đăng cổ tùng báo, 31 octobre 1907 – 28 mars 1908 : témoin d’une époque

  • 2 La première page ne mentionne pas l’équipe de la rédaction comme l’on peut en trouver dans des pub (...)
  • 3 Il signe de ce titre une lettre adressée au Résident supérieur du Tonkin pour demander l’autorisati (...)

4Đăng cổ tùng báo est un hebdomadaire bilingue (en vietnamien et en chinois), d’environ dix-sept pages dont 32 numéros, du 28 mars au 31 octobre 1907 nous sont parvenus. Outre la couverture en caractères chinois illustrée par les quatre animaux sacrés et portant le nom du propriétaire « F.-H. Schneider, éditeur et journaliste », les pages intérieures sont divisées en deux parties égales, dont l’une est réservée au vietnamien et l’autre, au chinois. Le journal comprend un éditorial, suivi d’articles divers (reportages, forum ouvert aux débats, compte rendu d’événements politiques et sociaux, etc.), puis des rubriques « Faits divers » concernant des localités différentes, une rubrique « Télégrammes de par le monde » et un « Recueil de poèmes et d’airs populaires », enfin des publicités et une boîte aux lettres. À partir du numéro du 9 mai 1907, le journal inaugure la rubrique « Nhời đàn bà » (Paroles de femme) qu’on peut qualifier de forum féministe. Đăng cổ tùng báo représente un exemple caractéristique de la presse vietnamienne à ses débuts : présentation rudimentaire2, rubriques non illustrées, reportages rares sans doute faute de personnel. La partie en chinois était assurée par Ðào Nguyên Phổ, mais la plupart des articles en vietnamien sont écrits par Nguyễn Văn Vĩnh lui-même, souvent sous les pseudonymes Tân Nam Tử et Ðào Thị Loan (pour la rubrique « Paroles de femme ») ; il est également rédacteur en chef3. Les actualités de Hanoi et des provinces sont assurées par des collaborateurs occasionnels.

  • 4 Raison pour laquelle le premier numéro de Đăng cổ tùng báo porte le numéro 792 et les exemplaires (...)
  • 5 La création de Đông Kinh Nghĩa Thục est signalée, mais sans mention des slogans patriotiques qui y (...)

5Selon la déclaration de F.-H. Schneider publiée le 28 mars 1907, le journal succédait au Đại nam đồng văn nhật báo4, un hebdomadaire en chinois né en 1893, une sorte de journal officiel, quan báo, qui s’adressait aux mandarins et aux lettrés. En devenant Đăng cổ tùng báo, le journal devient « un journal quotidien réellement libre proposé aux lecteurs du Nord au Sud de l’Indochine » avec pour objectif « d’aider les Annamites à bien comprendre les objectifs bienveillants du protectorat français » et Schneider ajoute : « puisque mon pays a établi son protectorat sur l’Annam, je voudrais de tout mon coeur faire comprendre aux Annamites qu’il s’efforce aujourd’hui comme depuis toujours de leur apporter la liberté et l’égalité ». Đăng cổ tùng báo, propriété d’un entrepreneur français, fut donc créé dans le but de servir le gouvernement colonial et confié à un « pro-français », Nguyễn Văn Vĩnh, un des élèves les plus brillants du Collège des Interprètes. Si l’on considère la question de ce seul point de vue, Đăng cổ tùng báo est simplement une pièce de l’appareil de domination colonial : le journal suit d’ailleurs une ligne pro-française en faisant ouvertement l’éloge de la mission civilisatrice de la France et toutes les activités (discours, créations d’associations, ouvertures d’écoles) signalées ne le sont évidemment qu’avec l’approbation des autorités5. Dans le numéro 797 du 29 avril 1907 par exemple, à propos des Vietnamiens qui partent étudier dans les concessions britanniques ou au Japon, un poème de Vương Bích Đào recommande à ces étudiants de revenir au pays et de partir en France. Dans le numéro 817 du 12 septembre 1907, en évoquant le complot fomenté par des lauréats aux concours et des descendants du patriote Phan Đình Phùng, aidés par les Japonais, les rédacteurs avancent que ces personnes, qui ont été arrêtées, sont stupides et n’ont pas le sens des réalités. Pour eux, la priorité est de développer d’abord l’éducation et l’économie pour atteindre un certain niveau de civilisation : ce but atteint, le « maître français » ne méprisera plus les Annamites. Cette tendance pro-française reflète sans aucun doute les idées politiques de Nguyễn Văn Vĩnh, son rédacteur en chef.

  • 6 Ces deux poèmes, très anti-français, étaient diffusés au sein de Đông Kinh Nghĩa Thục.
  • 7 Numéro 816, 5 septembre 1907.
  • 8 Numéro 817, 19 septembre 1907.

6Cependant, la relation entre le journal et les autorités coloniales n’est pas toujours aussi simple. Đăng cổ tùng báo ne cache pas à ses lecteurs qu’il n’est pas libre de publier exactement ce qu’il veut. Dans le numéro 797 du 25 avril 1907, la rédaction annonce avoir reçu deux poèmes Tà khí ca (Chant du mauvais esprit) et Việt Nam vong quốc nô phú (Dissertation sur la situation d’esclave des Vietnamiens) : elle loue leurs qualités littéraires, mais explique qu’elle ne peut les publier, car ces poèmes pourraient offenser les mandarins et entraîner l’interdiction du journal6. Par ailleurs, Nguyễn Văn Vĩnh ne dissimule aucunement ses relations avec des lettrés du mouvement Đông Kinh Nghĩa thục et publie certains textes de l’école, par exemple le célèbre chant Phen này cắt tóc đi tu (Allons faire couper les cheveux pour vivre en ermite)7. Beaucoup d’articles des premiers temps ont une tonalité patriotique indéniable. Dans un poème consacré à « la musique du nouveau théatre » (Âm nhạc cải lương ca) signé Ha Nam Trần Nhân Trai8, sont critiqués des arts comme les chants ca trù ou le théâtre populaire hát chèo pour la raison que ces musiques endorment la population et lui font oublier les responsabilités importantes envers la Patrie. L’auteur appelle à développer une nouvelle musique louant les héros de la lutte contre les envahisseurs tels que les deux Dames Trưng, la Dame Triệu, Lý Thường Kiệt ou Trần Hưng Đạo, afin de réveiller le patriotisme des Vietnamiens. Par ailleurs, même en parlant des « rebelles », le journal n’affiche pas non plus une attitude simpliste : les lettrés anti-français sont considérés comme une foule d’imbéciles, mais les auteurs des articles appellent en même temps à la tolérance de l’État colonial pour cette foule « toquée et stupide ».

7Ces limites mises à part, le Đăng cổ tùng báo nous livre une image contrastée de la société vietnamienne de l’époque. Le journal témoigne tout d’abord des malaises de cette société en relatant les faits les plus marquants : troubles provoqués par les participants au mouvement Cần Vương (Aide au Roi) dont on comprend ainsi que certains ont survécu, banditisme exercé contre les riches dans la banlieue de Hanoi, incursions chinoises au Tonkin, développement de la toxicomanie… C’est l’image d’une société troublée et d’une société où certains continuent à combattre la domination étrangère qui ressort des articles. Mais le journal témoigne également du début de la modernisation de cette société. Il signale par exemple la naissance d’institutions modernes comme la Chambre des représentants du peuple du Tonkin ou le Conseil municipal de Hanoi, qui représentent une avancée par rapport au système monarchiste ; il signale également la création d’associations privées qui marquent la naissance d’une société civile (assistance aux stagiaires vietnamiens en Europe, assistance aux commerçants…). Le Đăng cổ tùng báo est une source précieuse concernant le mouvement de créations d’écoles tân học (études modernes) pour enseigner le quốc ngữ et généraliser une nouvelle éducation. À sa lecture, on saisit que le mouvement était devenu général, suivant les premières ouvertures pionnières des cours gratuits organisés par la Société d’enseignement mutuel du Tonkin fondée en 1892 à Hanoi par des diplômés des écoles franco-indigènes et de Đông Kinh Nghĩa Thục. De nombreuses écoles ouvrent désormais un peu partout en 1907 : Lạng Sơn compte ainsi une école fondée par un mandarin provincial ; Nam Định accueille une école co-fondée par des professeurs diplômés d’écoles françaises et des lettrés ; Bui Kien Truc, chef du district de Thach That, y ouvre une école avec le chef du canton Le Van Thuc (n° 810, 25 juillet 1907) ; des écoles sont également ouvertes dans les provinces de Bắc Ninh, Hà Nam, ainsi que dans les villages aux environs de Hanoi comme Hoàng Mai, Đông Tác et Mỹ Lộc. À Hải Phòng, un interprète travaillant au bureau du résident demande aussi l’ouverture d’une école. De même, un instituteur à Nam Định veut ouvrir un enseignement moderne à l’intention des ouvriers et des femmes. Il est évident que la création des « nouvelles écoles », les idées de réforme de l’enseignement deviennent une tendance générale. La lecture des articles révèle également le rôle essentiel des mandarins qui ont jusqu’ici été plutôt considérés, dans leur ensemble, comme essentiellement conservateurs et corrompus.

8Le journal laisse également deviner l’évolution du statut des femmes, qu’il approuve : le numéro 822 du 17 octobre 1907 rapporte que deux femmes originaires de la province de Nam Định viennent de s’installer à Hanoi pour offrir des services bénévoles et le numéro 824 du 31 octobre 1907 félicite une élève de Đông Kinh Nghĩa Thục qui avait puni un homme, coupable d’un comportement indécent vis-à-vis d’une femme. Đăng cổ tùng báo dénonce également certains soit-disant modernistes, uniquement attirés par le fait que le mouvement Duy Tan était à la mode : le numéro 817 du 12 septembre 1907 signale que, dans la province de Thanh Hóa, les fondateurs d’une école sur le modèle de la Société d’enseignement mutuel du Tonkin, n’ont pour objectif que de collecter des fonds pour les utiliser dans des beuveries. Đăng cổ tùng báo témoigne également des dérapages de la vie moderne. Les numéros 799 du 9 mai 1907 et 824 du 31 octobre 1907 relatent la course aux élections municipales à Hanoi et Hải Phòng pour laquelle certains n’hésitent pas à acheter les suffrages par des beuveries. Pour les rédacteurs du journal, les nouveaux diplômés créés par l’administration coloniale et les étudiants de retour de France sont aussi acharnés que les lettrés traditionnels dans la course aux postes mandarinaux (numéro 794 du 4 avril 1907).

Đăng cổ tùng báo : lieu de convergence des tendances ?

9Les idées de Nguyễn Văn Vĩnh et celles défendues à l’école Đông Kinh Nghĩa Thục ont au moins trois traits communs : une autocritique sans concession de la culture vietnamienne ; l’attention portée au développement économique et à l’amélioration du niveau d’instruction des habitants ; la question des droits de la femme.

10L’autocritique est un des traits distinctifs essentiels de l’époque : les intellectuels recherchent avec franchise les raisons qui ont affaibli le pays et dénoncent une économie arriérée, la perversité des moeurs, une arriération de l’éducation comme des valeurs morales si marquée qu’elles en deviennent nocives. Đăng cổ tùng báo ne se distingue pas sur ces sujets du Văn minh tân học sách (Livre sur la nouvelle civilisation) des lettrés modernistes. Pour les rédacteurs du journal, l’ignorance, les conceptions et les valeurs culturelles erronées sont à l’origine du sous-développement de tout le peuple. L’éditorial du 27 juin 1907 signé « Phan Ici » permet à Nguyễn Văn Vĩnh de déclarer :

À l’heure actuelle, notre pays, disons-le sans réserve, est très ignorant. À cause de l’ignorance, il est méprisé, les gens travaillent comme des bêtes de trait, pour dépenser leur épargne dans des produits de qualité médiocre […]. En résumé, le malheur et l’humiliation des Vietnamiens sont issus de l’ignorance.

11Les idées erronées, les vices et défauts des Vietnamiens, dont le pire est le désir d’être mandarins pour pouvoir vivre sans travailler, sont systématiquement exposés dans le journal. Sont critiqués les fléaux sociaux (alcool, opium, jeux d’argent et libertinage), la superstition, les cérémonies onéreuses (funérailles, mariage), l’imitation aveugle des mœurs étrangères tapageuses, notamment chinoises, la paresse, le fatalisme, la passivité, etc. Le Đăng cổ tùng báo s’attaque non seulement aux lettrés traditionnels vietnamiens, mais aux nouvelles élites passées par l’école française auxquelles il est reproché la même chose : la course aux diplômes qui permettent l’accès au mandarinat et à une vie oisive. De ce point de vue, les opinions des responsables du Đăng cổ tùng báo ne sont donc pas différentes de celles des dirigeants du Đông Kinh Nghĩa Thục.

  • 9 Comme le montre le livre en caractères chinois Quốc dân độc bản [Livre pour la lecture du peuple], (...)
  • 10 Numéro 797, 25 avril 1907.

12Les opinions de Nguyễn Văn Vĩnh et celles des lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục divergent cependant sur de nombreux sujets et tout d’abord, sur l’attitude vis-à-vis de l’étranger. Ceux-ci proposent de suivre le modèle du Japon9 pour moderniser la société (piété familiale, sentiments envers la société, la fraternité, la fidélité à la parole, la civilisation et l’indépendance, mais aussi les valeurs de la concurrence), les institutions (modèle de la monarchie constitutionnelle), l’éducation et le capitalisme (salaire, capital, commerce, échanges commerciaux, monnaie, obligation, société, etc.). Nguyễn Văn Vĩnh et le Đăng cổ tùng báo sont au contraire explicitement anti-japonais : les étudiants vietnamiens au Japon sont qualifiés de « stupides » et l’auteur les appelle à prendre la France pour modèle de la civilisation10, tendance francophile qui est une des constantes du journal. Cette différence peut s’expliquer par une question de formation : Nguyễn Văn Vĩnh, diplômé du Collège des Interprètes, a été formé à la française et il a peu d’affinités avec la philosophie confucéenne, tandis que les lettrés de formation traditionnelle de Đông Kinh Nghĩa Thục se sentent probablement plus proches des peuples asiatiques « ayant la même écriture » (đồng văn) et la même culture confucéenne. Leur patriotisme les amène également à prendre le Japon comme modèle, notamment depuis la victoire japonaise sur la Russie : pour les lettrés, le Japon est un exemple de succès d’un peuple asiatique sur un peuple occidental, alors que Nguyễn Văn Vĩnh, estime que ce succès n’est qu’une illusion.

  • 11 Numéro 819, 26 septembre 1907.
  • 12 Numéro 824, 31 octobre 1907.
  • 13 Numéro 810, 25 juillet 1907.

13La différence de formation est à l’origine d’un autre désaccord. Les lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục, tout en préconisant la modernisation, regrettent les valeurs confucéennes traditionnelles, comme on peut le voir dans leurs ouvrages, notamment Quốc văn tập dọc (Livre de lecture pour le peuple) et Tân đính luân lí giáo khoa thư (Manuel de morale, nouvelle version). Ils ne rejettent pas le confucianisme en tant que tel, mais ses seuls aspects négatifs. Dans le Quốc văn tập dọc, les vertus de l’homme vietnamien nouveau sont bien les valeurs morales du confucianisme : fraternité, tolérance, fidélité, patriotisme, respect envers le roi et les mandarins ainsi que le désir d’un souverain éclairé et de mandarins consciencieux. L’homme exemplaire selon le Tân đính luân lí giáo khoa thư est toujours cet homme confucéen de la tolérance et des devoirs dans une société hiérarchisée. Un chapitre du livre porte sur les devoirs de l’homme à son propre égard : les auteurs n’y évoquent pas la liberté individuelle, mais les devoirs de l’homme dans le perfectionnement moral et le développement de ses connaissances, c’est-à-dire la conception traditionnelle du gentilhomme confucéen. Or, sans cependant afficher un programme aussi cohérent que celui de Đông Kinh Nghĩa Thục, Nguyễn Văn Vĩnh fait au contraire d’entrée un choix de rupture définitive avec les valeurs confucéennes. Dans le domaine de la modernisation de l’éducation par exemple, l’idée la plus constamment affirmée de Nguyễn Văn Vĩnh porte sur l’utilisation du quốc ngữ et l’enseignement à l’européenne, en faveur desquels il propose la rédaction d’un dictionnaire, la création d’une association d’assistance aux étudiants vietnamiens en France ou d’une association des traducteurs de livres, toutes actions fort étrangères à la conception traditionnelle de la société. Dans l’article « Tên để làm gì ? » (À quoi sert le nom ?)11, il s’oppose à l’usage vietnamien de signaler les titres et fonctions des gens, qu’il explique par le fait que les mandarins confucéens sont obsédés par les hiérarchies sociales. Dans un autre article signé « Tư, suc, bẩm… » (mots utilisés respectueusement d’un subalterne envers un supérieur)12, il propose d’abandonner ces termes d’adresse et d’adopter les pratiques européennes. Dans un autre texte13, il s’indigne du fait qu’un secrétaire de la province de Nam Dịnh, formé pourtant à la nouvelle école et responsable d’une association d’encouragement aux études, oblige ses administrés à lui manifester les termes de respect traditionnels : Nguyễn Văn Vĩnh lui recommande de ne pas oublier qu’il n’est qu’un simple fonctionnaire et à égalité par rapport aux autres habitants. L’orientation générale du Đăng cổ tùng báo montre donc une inspiration par les valeurs occidentales, et non le regret des valeurs confucéennes.

  • 14 Numéro 799, 9 mai 1907.
  • 15 Numéro 802, 30 mai 1907. Article : « Về việc giá thú » [Au sujet du mariage].
  • 16 Numéro 815, 29 août 1907.
  • 17 Vinh adhère à la Ligue des droits de l’homme, lors de son séjour en France à l’occasion de l’Expos (...)

14Cette différence entre lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục et Nguyễn Văn Vĩnh, se retrouve en ce qui concerne la question de la femme. Certains textes enseignés à Đông Kinh Nghĩa Thục traitent de la question, comme le chant Gửi chị em gái (À nos soeurs) de Phan Chu Trinh ou les exemples d’héroïnes de la lutte pour l’indépendance évoqués dans les poèmes de propagande, ce qui montre un changement de la conception du rôle social de la femme par les lettrés. Nguyễn Văn Vĩnh partage cette préoccupation car, dès les premiers numéros du Đăng cổ tùng báo, il propose l’ouverture de nouvelles écoles réservées aux femmes où celles-ci pourraient recevoir les mêmes connaissances générales que les hommes. Nguyễn Văn Vĩnh ira plus loin en créant la rubrique « Nhời đàn bà » (Parole des femmes), pour laquelle il emploie le pseudonyme féminin de Ðào Thị Loan. S’il critique les défauts des femmes vietnamiennes (superstition, gaspillage de l’argent pour les plaisirs frivoles, manque de connaissances professionnelles, etc) comme les lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục et dans l’esprit de l’époque, il pose également la question de la lutte pour l’égalité des sexes. Dans l’article inaugurant la rubrique « Paroles de femmes »14, il affirme le droit des femmes à atteindre le même niveau d’instruction que l’homme et attaque l’idée traditionnelle selon laquelle celles qui obtenaient de l’instruction tombaient facilement dans la débauche. Il s’oppose également aux mariages arrangés15, qui ne sont rien de plus pour lui que des opérations commerciales et des actes inhumains, ainsi qu’à la polygamie16. Sa conception est donc très différente de celle des lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục qui abordent la question des femmes à partir du patriotisme. Nguyễn Văn Vĩnh aborde quant à lui la question sous l’angle des droits des êtres humains17. Les analyses ci-dessus montrent deux différences majeures entre les lettrés modernistes et Nguyễn Văn Vĩnh : les premiers subordonnent tout au patriotisme et demeurent attachés au passé confucéen, alors que le second s’oriente vers les valeurs occidentales et insiste sur les droits de l’homme et la question de la société civile. Cette différence se manifestera plus clairement dans la période ultérieure.

Duy Tân après Duy Tân

15Nguyễn Văn Vĩnh fut un des rares membres de Đông Kinh Nghĩa Thục à échapper à la répression après 1908, cela lui fut reproché toute sa vie, mais il semble avoir poursuivi l’œuvre de l’école dans les années suivantes.

16Soulignons d’emblée que le mouvement Duy Tân a été à l’origine d’une nouveauté inouïe dans l’histoire du Vietnam : la dissociation entre les milieux intellectuels et l’appareil administratif d’État alors qu’auparavant, ceux qui détenaient le savoir détenaient également le pouvoir. Les lettrés modernistes critiquaient l’enseignement traditionnel, le régime de concours, que certains boycottaient, et le mandarinat présenté comme une façon parasitaire de gagner sa vie ; ils appelaient à embrasser de « vraies carrières » (thực nghiệp), c’est à dire celles produisant des choses concrètes et utiles pour la société. Certains d’entre-eux créérent donc des sociétés de commerce et d’artisanat ou des exploitations agricoles. Nguyễn Văn Vĩnh est représentatif de ce type d’intellectuels puisqu’il quitta l’administration pour vivre uniquement de sa plume, comme ses confrères journalistes Phan Kế Bính, Nguyễn Đỗ Mục, Phan Khôi ou l’écrivain Tản Đà. Il rêvait même d’un véritable empire commercial qui lui aurait appartenu, composé de journaux, de maisons d’édition (Âu Tây tý tường, Pensées de l’Occident) et d’imprimeries : de fait, il se lança sans répit, sa vie durant, dans la création de journaux, d’imprimeries, d’une maison d’édition, et même, à la fin de sa vie, dans la prospection aurifère au Laos. En cela, il réalisait les rêves des lettrés modernistes d’être des intellectuels engagés dans leurs sociétés.

17À travers ces engagements postérieurs à 1908, Nguyễn Văn Vĩnh poursuivait l’œuvre entreprise dans le Đăng cổ tùng báo. Đông Dương tạp chí (1913-1917) comporte notamment, jusqu’en 1915, les rubriques « Nhời đàn bà » (Parole de femmes), « Xét tật mình » (Sur ses défaut) dans lesquelles la critique sociale est poursuivie. Dans « Xét tật mình », Nguyễn Văn Vĩnh livre une autocritique vigoureuse des mœurs vietnamiennes : passivité, tricherie et mensonges, propension à la bonne chère, incapacité professionnelle, inaptitude à voir sur le long terme, superstition, amour du jeu, inadaptation des études en langue chinoise. Il poursuit également, comme avant 1908, à promouvoir le quốc ngữ grâce à ses périodiques. Dans Đông Dương tạp chí, en 1914 du numéro 36 au 41, il publia trois articles portant sur l’écriture du quốc ngữ des origines jusqu’au début du XXe siècle, la transcription en quốc ngữ des noms personnels et des toponymes européens selon la méthode phonétique directe (afin d’éviter la transcription à partir du chinois), ainsi que la méthode d’écrire le quốc ngữ commun aux dialectes du Nord, du Centre et du Sud. Outre ces articles, les traductions littéraires proposées dans le Đông Dương tạp chí visent également à développer l’usage du quốc ngữ. Ce travail se poursuivra avec l’ouverture de la maison d’éditions Âu tây tý tường.

  • 18 Ce travail fut repris avec le journal Học báo (Revue des études), également dirigée par Nguyễn Văn (...)
  • 19 L’Annam nouveau, numéros 444, 445, 453 et 454 de 1935.
  • 20 « Quan lại hay viên chức » [Mandarins ou fonctionnaires], L’Annam nouveau, n° 8, 1931.
  • 21 « Công lí vì lợi ích chủng tộc » [Justice pour l’intérêt du peuple], l’Annam nouveau, n° 247, 1933

18Alors que le Đăng cổ tùng báo n’avait réservé qu’une place limitée aux questions d’éducation, le Đông Dương tạp chí proposait, grâce notamment à la collaboration de Trần Trọng Kim, Phạm Văn Huu, Bùi Đinh Thinh, Vũ Ngọc Hoanh, un programme d’enseignement élémentaire et primaire fondé sur des disciplines, telles que la littérature nationale, les mathématiques, la biologie, la physique, la chimie, la géographie, la morale et l’histoire vietnamienne18. La revue Annam nouveau, en langue française, fut créée le 21 janvier 1931 au cours d’un débat virulent entre Nguyễn Văn Vĩnh qui proposait une administration directe et Pham Quynh, attaché à la monarchie constitutionnelle. Ce débat et les tractations avec le gouvernement colonial et la Cour de Hué sont d’ailleurs relatés dans une série d’articles intitulée « Retour d’Annam », parue dans l’Annam nouveau en 1933 (n° 282-292). Seuls certains articles de Nguyễn Văn Vĩnh nous sont parvenus, mais on y discerne cette interrogation angoissée sur le monde moderne qui marquait déjà le Đăng cổ tùng báo et cette volonté de mener continuellement des réformes pour changer la société et réformer l’État. Pour ne nous borner qu’à trois articles, « Cải cách hay Cách mạng » (Réforme ou révolution)19, il expose des idées sur les forces de production et le capitalisme qu’un expert marxiste de l’économie politique ne renierait pas. Dans un autre article, il insiste sur le fait que les mandarins sont de simples fonctionnaires salariés et non les membres d’une classe privilégiée20. Enfin, comme en ses jeunes années, c’est au nom des droits de l’homme qu’il condamne les crimes commis en 1930 dans la province de Nghệ An par certains soldats français21. Ces traces éparses des années 1930 nous montrent un homme à l’avant-garde en ce qui concerne l’approche de la modernité, et un homme resté fidèle sur ce point à ses idées de jeunesse, jusqu’à sa mort en 1936, au cours d’une expédition de prospection aurifère au Laos entreprise dans l’espoir de rembourser les dettes que lui avaient valu ses activités commerciales et éditoriales.

19Un regard rétrospectif montre que Nguyễn Văn Vĩnh a constamment tenté de mettre en œuvre le programme moderniste déjà esquissé en 1907 et qui, sur beaucoup de points, rejoignait celui des lettrés du Đông Kinh Nghĩa Thục. Le thème de la modernité qu’il développait a longtemps été relégué à l’arrière-plan par les nécessités de la lutte pour l’indépendance nationale. Finalement, un siècle plus tard, tout se passe comme si la question n’avait toujours pas été résolue et un retour aux œuvres de Nguyễn Văn Vĩnh, dégagé des préjugés attachés au personnage, peut n’être pas inutile dans le cadre de l’ouverture nécessaire du Vietnam à un monde globalisé.

Notes

1 Les critiques de Phan Khôi (« Comment je vois Nguyễn Văn Vĩnh », Sông Hương, n° 1, 1er août 1936) ont eu une influence profonde sur les jugements de la postérité, dans une culture où les valeurs comme le Patriote ou le Traître, sont presque absolues. Nguyễn Văn Vĩnh s’est pourtant toujours efforcé de conserver son indépendance vis-à-vis des autorités, refusant par exemple l’annoblissement proposé au moment de l’accession au trône de Bảo Đại.

2 La première page ne mentionne pas l’équipe de la rédaction comme l’on peut en trouver dans des publications ultérieures.

3 Il signe de ce titre une lettre adressée au Résident supérieur du Tonkin pour demander l’autorisation de fonder l’Association des traducteurs de livres (numéro du 25 octobre 1907).

4 Raison pour laquelle le premier numéro de Đăng cổ tùng báo porte le numéro 792 et les exemplaires dont nous disposons sont numérotés du 792 au 824.

5 La création de Đông Kinh Nghĩa Thục est signalée, mais sans mention des slogans patriotiques qui y étaient défendus.

6 Ces deux poèmes, très anti-français, étaient diffusés au sein de Đông Kinh Nghĩa Thục.

7 Numéro 816, 5 septembre 1907.

8 Numéro 817, 19 septembre 1907.

9 Comme le montre le livre en caractères chinois Quốc dân độc bản [Livre pour la lecture du peuple], un des plus importants manuels de l’école.

10 Numéro 797, 25 avril 1907.

11 Numéro 819, 26 septembre 1907.

12 Numéro 824, 31 octobre 1907.

13 Numéro 810, 25 juillet 1907.

14 Numéro 799, 9 mai 1907.

15 Numéro 802, 30 mai 1907. Article : « Về việc giá thú » [Au sujet du mariage].

16 Numéro 815, 29 août 1907.

17 Vinh adhère à la Ligue des droits de l’homme, lors de son séjour en France à l’occasion de l’Exposition Coloniale de Marseille en 1906.

18 Ce travail fut repris avec le journal Học báo (Revue des études), également dirigée par Nguyễn Văn Vĩnh, et dont le premier numéro fut publié le 1er septembre 1919, sous l’égide du service de l’enseignement primaire du Tonkin. Ces publications sont conservées au Centre des archives d’outre-mer à Aix-en-Provence, tout comme deux autres revues pédagogiques : Công báo giáo dục (Journal officiel de l’éducation) et Sư phạm học khoa (La pédagogie). Le Học báo et le Công báo giáo dục publient tous deux des leçons type. Le Công báo giáo dục publie également des documents administratifs ou des récits de voyages français en Indochine ; le Học báo publie des textes littéraires français classiques.

19 L’Annam nouveau, numéros 444, 445, 453 et 454 de 1935.

20 « Quan lại hay viên chức » [Mandarins ou fonctionnaires], L’Annam nouveau, n° 8, 1931.

21 « Công lí vì lợi ích chủng tộc » [Justice pour l’intérêt du peuple], l’Annam nouveau, n° 247, 1933.

Auteur

Maître de conférences à l’université nationale de Hanoi, il s’intéresse notamment aux échanges culturels entre la France et le Viêtnam. Sa thèse porte sur La formation des genres narratifs modernes dans la littérature vietnammienne pendant la période 1900-1932, 2008.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540