Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Héritage du modernisme

La Société d’enseignement mutuel du Tonkin (Hội Trí Tri, 1892-1946), une autre version de l’action moderniste

Phuong Ngoc Nguyen

Texte intégral

  • 1 BEFEO, 1907, p. 179.

1En 1907 le Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, dans son compte rendu des réformes de l’éducation, tient à souligner que « les Annamites eux-mêmes ne restent pas inactifs »1. Il présente la « Société d’enseignement mutuel des Tonkinois » et signale qu’une autre « société qui paraît avoir des tendances nationalistes très marquées, a ouvert une école appelée Đông-kinh nghĩa-thục ». On sait que celle-ci sera devenue le symbole des lettrés modernistes patriotes et, en conséquence, l’objet de nombreuses recherches. Au contraire, la Société d’enseignement mutuel du Tonkin (SEM du Tonkin), pourtant remarquable par sa longévité d’un demi-siècle, reste dans l’ombre.

  • 2 Đào Duy Anh, Nhớ nghĩ chiều hôm [Souvenirs au crépuscule], Hochiminh-ville, Éditions Tre, 1989, p. (...)
  • 3 Vũ Đình Hòe, « Nguồn gốc cria Hội Truyền bá quốc ngữ » [Origine de l’Association pour la diffusion (...)

2À ma connaissance, la SEM du Tonkin n’a jamais attiré l’attention des historiens, bien que Đào Duy Anh parle de son rôle dans la diffusion des idées scientifiques au Viêtnam2, Vũ Đình Hòe et Trần Văn Hà soulignent son importance dans la naissance en 1938 de l’emblématique Association pour la diffusion du quốc ngữ3. L’oubli dans lequel est tombée la SEM du Tonkin est profond : à l’entrée de l’immeuble n° 49 rue Hàng Quạt (rue des Éventails), actuellement « Centre de formation permanente Nguyễn Văn Tố », une plaque commémore l’Association pour la diffusion du quốc ngữ, mais rien ne signale l’existence de la SEM du Tonkin.

  • 4 Aux ANOM, Fonds Ministériels, dossier 2226 ; AOM, dossier 21649 ; AOM, dossier 6174.
  • 5 Centre des Archives Nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossiers n° 2840 (SEM du Tonkin, 1892-1 (...)
  • 6 Ce Bulletin est conservé à la Bibliothèque Nationale de France à Paris (t. iii-xvii de 1922 à 1939 (...)
  • 7 La presse s’y intéressait surtout à partir des années 1930, quand la SEM du Tonkin s’est imposée co (...)
  • 8 Notamment les procès-verbaux des assemblées générales annuelles, dont celle du 21 décembre 1906 cit (...)
  • 9 Par exemple, dans l’Avenir du Tonkin de décembre 1906 à fin septembre 1907 on ne trouve qu’un cour (...)
  • 10 Nguyen Dinh Qui, « Initiatives annamites vers l’instruction occidentale », Revue française de l’ét (...)

3Et pourtant les sources existent. On trouve quelques documents au Centre d’archives d’outre-mer à Aix-en-Provence4, deux dossiers au Centre des archives nationales n° 1 à Hanoi5, ainsi que le Bulletin trimestriel (1920-1939)6 dans lequel sont publiées des conférences, mais aussi des documents portant sur la vie de la société. On trouve également quelques tirés à part, des informations publiées dans la presse en langue française ou viêtnamienne7. Dans l’ensemble, ce sont les années 1930 et 1940 qui sont les mieux pourvues. La première décennie du XXe siècle est quasiment absente des archives8 et dans la presse locale en langue français9. Pour l’année 1907, on dispose cependant de documents importants : la chronique du BEFEO, la conférence donnée par Nguyễn Dinh Qui à l’Alliance Française à Paris le 1er juillet 190710, et notamment le Đăng cổ tùng báo, premier journal en quốc ngữ au Tonkin.

4Au-delà d’une lacune historique à combler, cette étude sur la Société d’enseignement mutuel du Tonkin se propose de contribuer à une meilleure compréhension des variantes de l’action moderniste dans une société en plein bouleversement. Avant de s’intéresser à ses activités à l’époque moderniste, il convient d’exposer ses objectifs, son mode de fonctionnement et ses activités.

Une association au service de la colonisation ?

5La Société d’enseignement mutuel du Tonkin, fondée le 1er avril 1892, portait au début le nom de « Société d’enseignement mutuel » accompagné de la mention « association libre d’anciens élèves des écoles françaises du Tonkin » (autorisée par le Résident supérieur). Ces écoles, dont le Collège des Interprètes, avaient la mission de former les interprètes et les secrétaires pour l’administration coloniale au Tonkin. Nguyen Dinh Qui a très bien raconté ce début assez chaotique de l’école franco-indigène :

  • 11 Nguyen Dinh Qui était alors commis des services civils, membre de la Mission Indochinoise. Il a été (...)

Sur la proposition de M. le capitaine d’infanterie coloniale R. Salles faisant fonction de résident de France à Hanoi, M. Silvestre, alors directeur des Affaires civiles et politiques, prit une décision portant création, dans notre ville, le 1er mars 1885, d’une école franco-annamite […] Quarante jeunes Annamites, âgés de 12 à 15 ans, furent inscrits d’office à cette école : chaque rue dut fournir un ou deux élèves suivant le nombre de ses inscrits. […]
Le manque de personnel subalterne dans les services civils et militaires qui en avaient un besoin pressant, eut pour conséquence que les 40 élèves furent nommés interprètes à la fin de la première année. Plusieurs d’entre eux sont devenus les principaux collaborateurs de la Société d’enseignement mutuel […] Jugeant qu’après huit ou neuf mois d’études d’une langue étrangère, il nous était matériellement impossible de nous acquitter convenablement du service qu’on nous avait confié dans les bureaux, nous nous sommes astreints à travailler encore pendant nos heures de liberté chez un de nos camarades.
Avec le concours de M. Nordermann, actuellement chef du service de l’enseignement à Hué, nous avons fondé à Hanoi, une Société d’enseignement mutuel des Tonkinois qui a pour but de perfectionner ses adhérents dans l’étude du français ; les plus fort enseignent les plus faibles. Au moyen des droits d’entrée, nous avons acheté un mobilier, quelques livres ; avec nos cotisations mensuelles (1 fr.30) nous avons payé le loyer de notre local, les frais d’éclairage, les fournitures scolaires, le salaire d’un homme de peine11.

  • 12 Voir d’autres témoignages d’écrivains dont Nguyễn Vỹ, Tuấn chàng trai nước Việt [Tuân, un jeune hom (...)
  • 13 Trinh Van Thao, École française en Indochine, Paris, Karthala, 1995.

6Le besoin pressant de l’administration coloniale n’a donc pas, à la fin du XIXe siècle, rencontré l’enthousiasme de la population. Les Viêtnamiens n’envoyaient leurs enfants à ces nouvelles écoles qu’avec la garantie de l’emploi et sous contrainte12. L’école franco-indigène mettra du temps pour remplacer complètement l’école traditionnelle, les derniers concours mandarinaux ayant lieu encore en 1915 au Tonkin et en 1919 en Annam13.

  • 14 Selon ses Statuts de 1893, la « Société a pour but de faciliter à ses membres l’étude pratique de (...)
  • 15 Hội (association, regroupement) ; Trí Tri font références à une phrase dans le classique confucéen (...)

7L’objectif de la SEM du Tonkin est ainsi clairement motivé, à l’origine, par l’apprentissage du français. Il connaît cependant une évolution significative pour s’élargir à la recherche sur la culture et l’histoire viêtnamienne14, ouverture inscrite par ailleurs dans le nom viêtnamien de la société, Hội Trí Tri, qu’on peut traduire approximativement par « Connaître pour agir »15.

  • 16 Ngô Vi Liễn, historique de 1930, doc. cité ; BSEM du Tonkin, 1936, p. 432.
  • 17 ANOM, AOM, dossier 6174. Ce Comité comptait, au fil des années, plusieurs personnalités de l’Indoc (...)

8Dans les premières années de son existence, les termes « enseignement mutuel » s’appliquaient à la lettre, car « ses membres faisaient des lectures en commun, écoutaient, puis discutaient les conférences faites par certains d’entre eux, etc. » ; ils se réunissaient alors « dans une modeste pagode de la rue des Médicaments […] tous les jeudis et dimanches »16. À partir du 1er mai 1897 un Comité de Patronage composé des membres français assurait les cours dans les différentes disciplines : chimie, physique, arithmétique et géométrie, droit usuel, histoire et géographie, hygiène populaire, sciences naturelles17. Pour ces travaux en commun, la bibliothèque était le lieu incontournable : assez sommaire au début, elle est devenue probablement une bibliothèque privée importante de la ville avec ses collections d’œuvres d’auteurs classiques et contemporains français, de dictionnaires et d’encyclopédies, de journaux et revues en langues française et viêtnamienne, et de quelques périodiques publiés en France.

9À la fin du XIXe siècle la société organisait des cours destinés à des publics d’adultes et d’enfants. Les cours du jour pour les enfants, institués probablement dès 1896, fonctionnaient comme une école privée qui dispensait les cours selon les programmes officiels et préparait au Certificat d’études élémentaires indigènes et au Certificat d’études primaires franco-annamites. Au début du XXe siècle, l’école de la SEM du Tonkin comptait parmi les principaux établissements scolaires « à l’occidentale » avant de devenir une simple école privée parmi d’autres. Quant aux cours du soir, les cours de quốc ngữ et de français, ou encore de mathématiques, étaient gratuits ; ils se développèrent rapidement pendant la période moderniste et continuèrent à exister après 1908. Au fil des années, la société organisait également d’autres cours, payants ceux-là, avec un objectif plus professionnel, comme par exemple des cours complémentaires destinés aux jeunes certifiés, des cours de sténographie et de comptabilité commerciale, des cours de préparation aux concours, etc.

  • 18 Le Bulletin signale seulement les conférences les plus importantes qui sont données par des membre (...)
  • 19 La SEM du Tonkin jouait, grâce notamment à ses conférences et son Bulletin, un rôle de premier pla (...)
  • 20 L’assemblée générale en 1912 mentionne un « bulletin scolaire » à faire « revivre », qui sera dist (...)

10L’organisation des conférences constituait une autre activité importante de la SEM du Tonkin. Au départ, il s’agissait sans doute d’une forme plus élaborée des lectures communes entre les membres. La Société a commencé à instituer des conférences et des lectures critiques ouvertes au public à l’époque moderniste. Par la suite, des années 1920 jusqu’en 1945, les conférences publiques hebdomadaires, très fréquentées, avaient lieu chaque jeudi et portaient sur les sujets très divers : divulgation scientifique, culture et littérature françaises, histoire et littérature viêtnamiennes18. En somme, tous les lettrés et intellectuels en vue faisaient des conférences au siège de la SEM du Tonkin dont certaines attiraient jusqu’à cinq cents personnes, voire plus. Dans l’histoire culturelle du Viêtnam19, elle jouait ainsi un rôle aussi important que d’autres entreprises plus connues telles que les revues Đông Dương tạp chí (Revue indochinoise, 1913-1919)20 dirigée par Nguyễn Văn Vĩnh, Nam Phong (Vent du Sud, 1917-1934) dirigée par Phạm Quỳnh, tous deux étaient dirigeants de la Société à des moments différents.

Une nouvelle forme de sociabilité

11La SEM du Tonkin a été le premier groupement des nouveaux diplômés, sous une forme tout à fait nouvelle. Autorisée par la Résidence Supérieure du Tonkin, elle était placée sous l’autorité du maire de Hanoi qui donnait notamment l’autorisation pour les conférences. Outre les subventions de ces administrations et du Gouvernement Général de l’Indochine, fluctuantes au gré des politiques et des relations des dirigeants avec les autorités, les recettes principales de la Société étaient constituées des contributions des élèves et des cotisations des membres. Le fonctionnement de la SEM du Tonkin présente certaines similitudes avec celui d’une association du type 1901 : tenue de l’assemblée générale annuelle avec rédaction d’un procès-verbal, élection du conseil d’administration, existence des statuts et du règlement interne, établissement et contrôle du budget, tenue des registres des cours et de la bibliothèque, etc. Les procès-verbaux des assemblées générales, publiés dans le Bulletin de la Société à partir de 1921, sont une source précieuse pour son étude, avec une multitude de détails sur le fonctionnement et la vie de la Société.

  • 21 Les gouverneurs généraux Sarraut, Robin, Monguillot, Varenne.
  • 22 Une liste de soixante noms dont le futur gouverneur général Pasquier, Marty, le publiciste Émile V (...)
  • 23 Tableau manuscrit du 21 septembre 1913 rédigé par le comité de Hanoi, Centre des archives national (...)

12Les membres de la SEM du Tonkin sont classés par catégorie. Dans le Bulletin de 1926, on trouve une liste des présidents d’honneur21, des membres d’honneur22, des membres fondateurs, des anciens présidents, des membres perpétuels et des membres titulaires, ces derniers classés par leur rattachement professionnel et par adresse. Le nombre des membres titulaires qui payaient une cotisation et s’impliquaient réellement dans la vie de la société est passé de 20 à la fin 1892 à 83 en 1896, 478 en 1900, 461 en 1904, 500 en 1908 et 582 en 191223. L’année 1912 semble constituer un sommet que la Société n’a jamais dépassé. D’après les documents divers (procès-verbaux, lettres de demande de parrainage, textes de présentation), à partir de 1900, la Société comptait environ cinq cents membres titulaires résidant à Hanoi, auquel l’on doit ajouter les membres des comités provinciaux. Le nombre total de ses membres titulaires s’élevait donc à environ mille personnes sur le territoire du Tonkin.

  • 24 Il existe deux listes des fondateurs divergentes : l’une publiée dans le Bulletin de 1926 (neuf no (...)
  • 25 Madame Lê Dư par exemple a donné plusieurs conférences, notamment sur la question de la femme (BSE (...)
  • 26 BSEM, 1937, p. 422.

13Ses membres titulaires appartenaient majoritairement au groupe des nouveaux diplômés de l’école franco-indigène. Ses membres fondateurs viêtnamiens (outre E. Nordemann alors instituteur) étaient interprètes, instituteurs et secrétaires24. Par la suite, les membres de la Société continuaient à se recruter chez les auxiliaires de l’administration (secrétaires, interprètes, commis), les instituteurs, mais on y voit également des mandarins, des lettrés, des professions libérales, des commerçants et des entrepreneurs. Les femmes étaient probablement impliquées, bien que la Société ne comptât que des hommes parmi ses membres25. À l’assemblée générale du 12 août 1937, après avoir signalé les quarante-neuf adhésions nouvelles, le président Nguyễn Văn Tố remarque « qu’il semble impossible d’en inviter d’autres » et propose de discuter « sur la possibilité d’inviter des personnalités féminines afin que la société devienne un groupement capable de guider les femmes sur le chemin de la vertu et de la connaissance »26. Malgré cela, la Société est restée jusqu’à la fin essentiellement masculine.

  • 27 Extrait de l’historique de la société, document manuscrit non daté, Centre des archives nationales (...)
  • 28 Certaines SEM organisaient la lecture de la presse, mais d’autres s’intéressaient seulement aux sp (...)
  • 29 Thieu Son, 1999, art. cité, p. 565. L. Hermitte a fait une conférence intitulée « Comment nous ins (...)
  • 30 Le président Nguyen Khac Hue a fait une « causerie » le 30 octobre 1914 sur l’« Opinion d’un Annam (...)
  • 31 Conférences de vulgarisation de 1919 et 1920, ANOM, AOM, 21649. Cette société a créé en 1942 une « (...)

14La SEM du Tonkin s’organisait en « comités » avec un « comité central de Hanoi » (le plus souvent associé à la société proprement dite) et des comités provinciaux dont le premier a été créé à Haiphong en 189627. Elle comptait treize comités de provinces en 1900, dix-huit en 1912 et vingt en 1930 dont ceux de Nam Định, Hải Phòng, Cao Bằng. Cependant, les comités provinciaux avaient leur organisation propre (ils dépendaient des résidences en province) et gardaient un lien plus ou moins étroit avec la société basée à Hanoi qui les aidait à organiser des conférences et leur envoyait le Bulletin et d’autres revues. Par ailleurs, les activités des SEM dans les provinces pouvaient être très diverses et dépendaient largement de l’investissement personnel des adhérents28. Par son ancienneté et son rayonnement, la SEM du Tonkin était un modèle pour d’autres SEM. La SEM de la Cochinchine à Saigon (Hội Nam Kỳ khuyến học) organisait des conférences et publiait une revue29, la SEM de Bến Tre proposait également des conférences30, la SEM de l’Annam (Hội Quảng Tri) à Hué organisait des « causeries » et publiait une revue trimestrielle bilingue31.

La SEM du Tonkin, un acteur actif à l’époque moderniste

  • 32 Ngô Vi Liễn, historique de 1930, doc. cité, p. 9.
  • 33 Đăng cổ tùng báo, 13 juin 1907, 186. Les dessins sont exposés du 2 au 6 mai 1907 au siège de la So (...)
  • 34 BEFEO, 1907, 179. Il s’agit des activités de la SEM du Tonkin à Hanoi et en province.
  • 35 Hanoi avait alors huit écoles avec un total de 1 800 élèves (Đăng cổ tùng báo, 16 mai 1907, 140, à (...)
  • 36 Première institution de ce genre, parrainée par Hoàng Cao Khải, ancien kinh luoc vice-roi du Tonki (...)
  • 37 Le Đăng cổ tùng báo du 8 août 1907 annonce la création à Thanh Hóa d’une nouvelle école de Tri Tân (...)

15Au début du XXe siècle, cette société était une organisation qui comptait. Elle organisait des cours pour les membres et pour le public extérieur, entretenait sa bibliothèque, éditait une publication entre août 1903 et août 190532, proposait des « causeries ». D’autres animations avaient lieu à son siège social comme, par exemple, des cours de sport (occidental et viêtnamien) et un concours pour la couverture du journal Đăng cổ tùng báo en 190733. « D’après le procès-verbal de l’assemblée générale du 21 décembre 1906, elle possédait 17 comités installés dans des immeubles plus ou moins considérables leur appartenant, et avait organisé 17 cours gratuits et 4 écoles communales fréquentés par 600 jeunes étudiant le français et le quôc ngu »34. Pour 1907 le BEFEO rapporte que « de nombreux comités se sont encore formés au cours de l’année ». Sous la direction de Nguyễn Liên, président de 1906 jusqu’en 1911, et celle de Đào Văn Sử, directeur des cours, l’école de la Société semble être une des plus importantes de Hanoi35. On peut y ajouter le « pensionnat Thái Hà ấp » créé en 1906 sous le patronage de la SEM du Tonkin dans la banlieue de Hanoi36. Suivant l’exemple de la SEM du Tonkin, d’autres écoles ont été créées en dehors du Tonkin37.

  • 38 Đăng cổ tùng báo, 11 avril 1907, p. 42.
  • 39 Đăng cổ tùng báo, 25 avril 1907, p. 74. Ces séances étaient programmées les lundi, mercredi et ven (...)

16En 1907 les conférences faisaient partie des activités principales de la SEM du Tonkin. Le 28 mars 1907, son conseil d’administration a désigné une commission pour organiser des conférences (diễn thuyết) et des explications des textes (giảng sách) hebdomadaires. Nguyễn Văn Vĩnh, rédacteur en chef de Đăng cổ tùng báo en était président, assisté de l’ex-mandarin Nghiêm Xuân Quảng et du mandarin Trần Tán Bình38. Les séances d’explication des textes, assurés par Nguyễn Văn Vĩnh et Phạm Duy Tốn, ouvertes aux membres de la société et accessibles à des auditeurs parrainés, ont commencé le vendredi 19 avril 1907 et devaient avoir lieu le soir trois fois par semaine39.

  • 40 Les numéros de Đăng cổ tùng báo, 18 avril 1907, p. 58 ; 25 avril 1907, p. 76 ; 9 mai 1907, p. 106  (...)

17Le dépouillement des numéros disponibles de Đăng cổ tùng báo montre que ces conférences, suivies par des centaines de personnes, ont lieu du 11 avril au 16 mai (sauf le jeudi 18 avril 1907, jour de l’assemblée générale) à partir de 19 h.40 :

11 avril : Trần Tán Bình, mandarin quan phủ et membre de la commission des conférences de la SEM du Tonkin, parle des nouvelles études et Nghiêm Xuân Quảng, ancien án sat de Lang Son, expose ses idées sur le commerce, en présence des membres de la Mission des Mandarins avant leur départ en France ;
25 avril : Nguyễn Năng Quốc, mandarin quan phủ de Thường Tín, parle d’un établissement de soins à Nancy et Nguyễn Văn Vĩnh de son voyage en France en 1906 ;
2 mai : le haut mandarin Thân Trọng Huề fait une conférence sur les nouvelles études et Đỗ Thận sur les journaux quotidiens ;
9 mai : Phạm Huy Hỗ parle des études et Lê Văn Kiển de son voyage en France ;
16 mai : le mandarin Ðoàn Triển expose ses idées sur la modernisation et le conservatisme (duy tân et thủ cựu) et Nguyễn Văn Vĩnh sur le système politique en France.

  • 41 Đăng cổ tùng báo, 28 mars 1907, p. 14.
  • 42 Instaurée en 1904 sous Paul Beau, cette Mission permettait à des mandarins ou fonctionnaires de fa (...)
  • 43 Tran Tan Binh : conférence du 6 mars 1907 à Nam Dinh, BEFEO, 1907, 155-166. Le texte en viêtnamien (...)

18Il faut y ajouter une série de conférences données au Tonkin par Trần Tán Bình. Après la conférence du 6 mars au théâtre municipal de Nam Dịnh devant 1 000 auditeurs « très émus », il a parlé le 7 mars à Lạc Quân devant environ 1 500 personnes, et le 9 mars à Núi Gối devant 6 000 personnes41. Membre de la première Mission permanente indochinoise en France (1906-1907)42, il s’est prononcé avec enthousiasme en faveur de la modernisation. Sa conférence du 6 mars a été publiée en 1907 dans le BEFEO en même temps que la célèbre « lettre ouverte » de Phan Châu Trinh adressée au Gouverneur général43.

  • 44 BEFEO, 1907, p. 179.

19Comme Trần Tán Bình, les membres de la SEM du Tonkin étaient sans doute les partisans de la modernisation à la française. En 1907 l’effervescence gagne sans doute toutes leurs activités : « les cours destinés aux membres eux-mêmes, et dont la création était l’objet initial de la société, fonctionnent en revanche assez irrégulièrement, et il semble que dans les réunions de la Société, les discussions d’ordre politique aient pris peu à peu la place des simples entretiens pédagogiques »44. Pour comprendre leur état d’esprit, l’hebdomadaire Đăng cổ tùng báo est une source de première importance, car sans être l’organe d’expression officiel de la SEM du Tonkin, il comptait plusieurs membres de la société, en commençant par le rédacteur en chef Nguyễn Văn Vĩnh.

  • 45 Nguyen Dinh Qui, 1907, art. cité.

20Đăng cổ tùng báo s’intéresse aux actualités internationales, ainsi que celles des colonies françaises et celles des pays voisins, la Chine et le Japon notamment. Les thèmes comme l’utilisation du quốc ngữ, la promotion de l’artisanat et du commerce, sont présents dès le premier numéro du 28 mars 1907 et reviennent régulièrement. Les femmes sont notamment un sujet de prédilection, car le journal l’aborde dès le premier numéro, puis y consacre une chronique hebdomadaire à laquelle répondent des lecteurs. Tout cela n’a rien d’anodin, les nouveaux diplômés étant très au courant de la propagande japonaise et appelant la France à « répandre les lumières » jusqu’à l’Indochine45. Ce qui est remarquable, c’est la volonté de la direction d’expliquer aux lecteurs le fonctionnement du système politique en place. L’élection de quatre conseillers municipaux viêtnamiens à la Mairie de Hanoi a été l’objet d’une série d’articles. Du 25 avril jusqu’en octobre 1907, le journal publie des articles sur le droit de vote des habitants, la fonction du conseiller municipal, les enjeux de la campagne, le déroulement des élections. Il présente les candidats, souligne l’importance du vote et donne de véritables leçons politiques :

Avant d’aller voter il faut bien réfléchir pour savoir à qui donner sa voix, qui est intelligent, qui connaît les lois ; vous pouvez voter pour votre candidat, personne ne peut faire pression sur vous. Écrivez son nom sur un petit papier blanc, pliez-le pour le garder secret. Venez à la Mairie avec ce papier et la convocation. Le jour du vote, la Mairie est comme un marché, les électeurs ont le droit d’aller et venir, personne n’ose les intimider (25 avril 1907, 66).

21Le journal dénonce par ailleurs l’injustice sociale à l’occasion de la fête de la Mi-automne dont est exclu l’enfant de la mendiante (26 septembre, 420). Il combat également le fléau de l’opium et propose des mesures pour en limiter la diffusion (3 octobre, 444). Il s’implique en critiquant sévèrement les notables et les mandarins véreux comme dans cet article au titre évocateur « Oppression par des notables » (8 août, 322). Par rapport au mandarinat, à propos d’une école créée par le mandarin Nguyễn Văn Trung à Bắc Ninh, ce commentaire qui en dit long sur l’esprit du journal : « Quand les mandarins encouragent les études, nous en sommes très admiratifs. Car si le peuple est intelligent, le mandarin doit être honnête. C’est cela penser aux générations futures » (15 août, 334). Le journal est également très sévère contre les abus de pouvoir des interprètes et des secrétaires imbus d’eux-mêmes qui se comportent comme des nouveaux mandarins (25 juillet, 284).

  • 46 Par exemple, Đỗ Quang Hưng, Lịch sử báo chí Piệt Nam (1865-1945) [Histoire du journalisme au Viêtn (...)

22Le contenu Đăng cổ tùng báo exprime donc des idées proches de celles défendues par les lettrés modernistes. Il est d’ailleurs connu que le journal Đăng cổ tùng báo publiait des poèmes diffusés dans l’école Đông Kinh Nghĩa Thục. Des historiens viêtnamiens le considèrent comme l’« organe d’expression » de cette école46. L’analyse du contenu du journal semble montrer qu’il s’agit plutôt d’un lieu de collaboration entre les nouveaux diplômés et les lettrés modernistes. En annonçant l’ouverture de Đông Kinh Nghĩa Thục dont les cours (du jour et du soir) réunissent quatre cents élèves, l’hebdomadaire lui souhaite succès et longévité (25 avril 1907, 76). Il rapporte la visite à l’école de deux femmes originaires de Nam Dinh représentant un groupe d’une dizaine de femmes qui veut donner bénévolement des cours de français, de caractères chinois, mais aussi d’arts ménagers (17 octobre, 478). Dans une réponse à un courrier de lecteur (8 août, 318), le journal mentionne par ailleurs les écoles Trí Tri (SEM du Tonkin) et Nghĩa Thục (Đông Kinh Nghĩa Thục) comme deux exemples de la modernisation en marche.

  • 47 En particulier, Nguyễn Hiến Lê : Đông Kinh Nghĩa Thục, Hanoi, Éditions Van Hoa, Thong Tin, 2002 (1(...)

23C’est ici qu’il faut examiner la question des relations entre la SEM du Tonkin et l’école Đông Kinh Nghĩa Thục, et plus largement avec les lettrés modernistes. On sait que des nouveaux diplômés ont participé à la création de cette école emblématique des lettrés modernistes47. Nguyễn Văn Vĩnh et Đỗ Thận notamment ont participé à la réunion de la fondation de l’école, à la rédaction du dossier de demande d’autorisation. Ils étaient chargés en particulier du suivi des relations avec les autorités et ont par ailleurs suggéré aux lettrés de commencer les cours sans attendre l’autorisation officielle qui tardait à venir. Certains cours de Đông Kinh nghĩa thục étaient assurés par Nguyễn Văn Vĩnh, Phạm Duy Tốn, Bùi Đình Tá (ex-président de la SEM du Tonkin), Nguyễn Bá Học, Trần Đình Đức, Phạm Đình Dối. Ces informations ne sont pas inconnues, mais ne sont souvent pas prises en compte dans des études s’intéressant à Nguyễn Văn Vĩnh ou à l’école Đông Kinh Nghĩa Thục.

  • 48 Lettre du 25 mars 1908, Centre des Archives Nationales n° 1, fond de la Mairie Hanoi. Voir aussi : (...)

24Les nouveaux diplômés ont également œuvré activement pour la réouverture de Đông Kinh Nghĩa Thục. La lettre du 25 mars 1908 adressée au Maire de la Ville de Hanoi est signée par les lettrés Lường Văn Can et Phan Chu Trinh, l’ex-mandarin án sát Lê Lường Thê, mais aussi Ðỗ Thận, conseiller municipal de Hanoi, et Nguyễn Văn Vĩnh, au titre d’ancien secrétaire du maire de Hanoi, lettre dans laquelle l’école est présentée comme victime de « certaines insinuations malveillantes », alors qu’elle est « loin d’être anti-Français »48.

  • 49 L’école du village Hải tin, district Tiên Lữ, a été fondée par le mandarin Doàn Danh Trân, quan Án(...)
  • 50 Le Đăng cổ tùng báo du 18 avril 1907 annonce sa réunion de fondation qui a eu lieu à 14 heures le (...)
  • 51 Selon le Đăng cổ tùng báo du 9 mai 1907, l’administrateur Prêtre a fait une conférence sur la fond (...)

25Ces éléments semblent démontrer qu’en 1907 et encore au début de 1908, la distinction entre les lettrés modernistes « patriotes » et les nouveaux diplômés « collaborateurs » n’existait pas encore. Cela explique que le même numéro du BEFEO de 1907 rendait compte des activités de la SEM du Tonkin et celles de Đông Kinh Nghĩa Thục, publiait dans la même rubrique la lettre de Phan Châu Trinh et la conférence de Trần Tán Bình, mandarin revenu de France. Le Đăng cổ tùng báo annonce les nouvelles écoles (tràng tân học) sans distinction de statuts des fondateurs : certaines sont créées par des mandarins, d’autre part des nouveaux diplômés, des notables ou de simples habitants49. Dans le même esprit, les sociétés commerciales, đồng lợi (littéralement « intérêt commun »), réunissaient de gens très différents. La société commerciale proposée par l’ancien mandarin Nghiêm Xuân Quảng avait pour l’objectif de réunir les fonds de tous ceux qui comprenaient l’importance de l’existence d’une « grande société commerciale […] afin de réveiller notre pays »50. Par ailleurs, certains administrateurs français encourageaient aussi les initiatives viêtnamiennes51.

  • 52 Đăng cổ tùng báo du 25 juillet, 8 août et 15 août 1907. La réunion pour constituer la Société des (...)
  • 53 Selon BEFEO « l’initiative est intéressante », mais plusieurs « membres cotisants qui s’étaient fa (...)

26Le cas du projet d’une « Société des Traducteurs » (Hội dịch sách Bắc Kỳ), dont la création était annoncée par le BEFEO et par le Đăng cổ tùng báo52, était exemplaire. Il s’agit d’une œuvre commune de toutes les tendances modernistes, bien que la SEM du Tonkin y ait joué un rôle essentiel. La lettre d’annonce du 15 juin 1907 pour mobiliser les adhésions est signée en effet par les personnalités suivantes (dans l’ordre d’apparition) : les mandarins Đỗ Văn Tâm et Trần Văn Thông, le lettré Lường Văn Can (directeur de Dong Kinh nghia thuc), Nguyễn Liên (président de la SEM du Tonkin), Đỗ Thận (conseiller municipal de Hanoi), Bùi Đình Tá (ex-président de la SEM du Tonkin et directeur du pensionnat Thai Hà âp), Đào Văn Sử, Phạm Văn Hữu, Phạm Xuân Tuyết, Hàn Thái Dương et Nguyễn Văn Vĩnh. Le projet montre bien l’adhésion commune autour d’un objectif partagé. Bien que cette société n’a sans doute pas fonctionné53, l’histoire du Viêtnam montre que cette idée fera bien son chemin.

Conclusion

  • 54 Đăng cổ tùng báo, 5 septembre 1907, p. 362.
  • 55 Huỳnh Thúc Kháng, Huỳnh-Thúc-Kháng tự-truyện (Autobiographie), Hué, Anh Minh, 1963, p. 28.

27L’idée de la modernisation (duy tân) était donc dans l’air. La ligne de partage semble alors passer entre les modernistes, convaincus de la nécessité du changement, et les conservateurs, nostalgiques des privilèges et les temps anciens ou simplement habitués à un certain mode de vie. Les actions de la SEM du Tonkin, comme celles des lettrés modernistes, doivent donc être restituées dans un contexte plus global et plus complexe. Celui résulte de la rencontre, en l’espace de quelques années, de sensibilités différentes qui se prononçaient en faveur de la modernisation de la société viêtnamienne. Face à la montée en puissance des partisans de la modernisation, la réaction des conservateurs était vive. Les journalistes du Đăng cổ tùng báo savaient qu’ils étaient détestés par des gens en raison de leur engagement pour la modernisation54. Le lettré Huỳnh Thúc Kháng soulignait justement qu’en 1906-1907, le succès des écoles et des sociétés agricoles et commerciales contribuait à exacerber les tensions entre les modernistes (tân) et les conservateurs (cựu)55. Quant à la SEM du Tonkin, sa situation est ainsi résumée par Nguyễn Dinh Qui lors de sa conférence en 1907 :

  • 56 Nguyen Dinh Qui, 1907, art. cité, p. 563.

malgré tous nos efforts, la société restait toujours stationnaire ; l’administration française ne savait quelle était notre orientation, le gouvernement annamite nous considérait d’un mauvais œil et les étudiants en caractère chinois voyaient avec colère notre entreprise qui était si éloignée de leur façon ordinaire de penser56.

  • 57 Alors que des lettrés ont subi la répression coloniale. Cela a sans doute jeté sur eux le discrédi (...)
  • 58 Procès-verbal de l’assemblée générale du 22 décembre 1912. La société était consciente de la néces (...)

28Les événements de 1908 n’ont pas mis fin aux activités de la SEM du Tonkin, sans doute en raison de la proximité de ses membres avec les autorités coloniales57. Cependant, la société a vu ses subventions baisser fortement et sa situation devenir « de plus en plus […] précaire »58. Les activités de la Société se maintenaient, mais les discussions « d’ordre politique » de l’époque moderniste ont sans doute cessé. Après 1908 en effet, la stratégie est celle de la « retraite » dans les domaines non-sensibles comme l’éducation (notamment l’éducation populaire avec des cours pour adultes gratuits du soir), la promotion de la culture viêtnamienne et la recherche en sciences sociales et humaines. Comme pour des lettrés convertis dans le journalisme, ce qui a contribué au développement spectaculaire de la presse en langue viêtnamienne, le déplacement des enjeux sur le terrain culturel est une nouvelle donne de l’après-Duy Tân.

  • 59 Note confidentielle n° 23615 du 23 décembre 1939 par le chef des services de police au Tonkin, ANO (...)
  • 60 Notamment du mot d’ordre du Parti communiste « la lutte contre l’analphabétisme » et de son implic (...)
  • 61 Vũ Dình Hòe, « Origine du Hoi Truyen Ba Quốc ngữ », op. cit., p. A.
  • 62 Lettre de Nguyễn Văn Tố (Centre des Archives Nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossier n° 28 (...)

29Un autre moment de convergence des idées autour d’un projet collectif a eu lieu trente ans plus tard avec la création de l’Association pour la diffusion du quốc ngữ en 1938. Autorisée par l’arrêté n° 3622-A du 29 juillet 1938 du Résident supérieur au Tonkin, cette association a pour but de « travailler à la diffusion du quốc ngữ en apprenant aux Annamites à lire et à écrire dans leur langue et de leur faciliter l’acquisition des connaissances usuelles nécessaires à la vie moderne » en organisant des cours gratuits d’enseignement de quốc ngữ59. Grâce à la caution morale (Nguyễn Văn Tố, alors président de la SEM du Tonkin, a signé la demande d’autorisation), le soutien logistique et humain de la SEM du Tonkin (notamment mise à disposition des locaux et des professeurs), cette association a pu se développer rapidement, bien que la police soit au courant des idées communistes diffusées en son sein60. Après l’indépendance du Viêtnam, la création Bình dân học vụ (Service de l’Éducation populaire), organisme chargé de lutter contre l’analphabétisme du gouvernement de Ho Chi Minh, a pu profiter également de l’infrastructure mise à disposition par la SEM du Tonkin. Vũ Đình Hòe, un des acteurs de ce mouvement d’éducation populaire dans les années 1940, estime donc la SEM du Tonkin comme le symbole de la continuité de l’idéal de la modernisation et de la démocratie61. Dans le Viêtnam indépendant, la SEM du Tonkin a continué à exister jusqu’en 194662. L’entrée en guerre le 19 décembre 1946 a donc arrêté une aventure après plus d’un demi-siècle d’existence et beaucoup d’espérances.

Notes

1 BEFEO, 1907, p. 179.

2 Đào Duy Anh, Nhớ nghĩ chiều hôm [Souvenirs au crépuscule], Hochiminh-ville, Éditions Tre, 1989, p. 92.

3 Vũ Đình Hòe, « Nguồn gốc cria Hội Truyền bá quốc ngữ » [Origine de l’Association pour la diffusion du quốc ngữ] ; Trần Văn Hà, « Nhớ cụ Nguyễn Văn Tố » [En souvenir de Monsieur Nguyễn Văn Tố], in Xưa và Nay (Passé et présent, revue de l’Association des historiens du Viêtnam), mai 1998.

4 Aux ANOM, Fonds Ministériels, dossier 2226 ; AOM, dossier 21649 ; AOM, dossier 6174.

5 Centre des Archives Nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossiers n° 2840 (SEM du Tonkin, 1892-1941, 112 p.) et n° 2840-1 (SEM du Tonkin, 1942-1946, 246 p.) avec des documents divers (statuts, procès-verbaux d’assemblées générales, lettres de demandes de subvention, demandes d’autorisation pour des conférences, etc.).

6 Ce Bulletin est conservé à la Bibliothèque Nationale de France à Paris (t. iii-xvii de 1922 à 1939) et à la bibliothèque de l’École Française d’Extrême-Orient (t. ii de 1921).

7 La presse s’y intéressait surtout à partir des années 1930, quand la SEM du Tonkin s’est imposée comme un lieu important de la vie intellectuelle du Viêtnam.

8 Notamment les procès-verbaux des assemblées générales annuelles, dont celle du 21 décembre 1906 citée par le BEFEO de 1907, ne se trouvent pas dans les dossiers.

9 Par exemple, dans l’Avenir du Tonkin de décembre 1906 à fin septembre 1907 on ne trouve qu’un court entrefilet sur le concours organisé par la SEM pour sélectionner « un certain nombre de jeunes instituteurs annamites pour ses diverses écoles » (n° du 20 mars 1907, p. 3).

10 Nguyen Dinh Qui, « Initiatives annamites vers l’instruction occidentale », Revue française de l’étranger et des colonies, n° 346, octobre 1907, p. 562-566 (introduction et notes par A. Salles, p. 561 et p. 567-568).

11 Nguyen Dinh Qui était alors commis des services civils, membre de la Mission Indochinoise. Il a été présenté comme « délégué de la SEM de Hanoi et de l’Association pour l’instruction occidentale au Tonkin ».

12 Voir d’autres témoignages d’écrivains dont Nguyễn Vỹ, Tuấn chàng trai nước Việt [Tuân, un jeune homme du Viêtnam], Hanoi, Éditions Van Hoc, 2006 (1re éd. 1969, Saigon) ; Nguyễn Công Hoan, Nhớ về một thuở [Souvenirs d’une certaine époque], Hanoi, Éditions Hanoi, 1993.

13 Trinh Van Thao, École française en Indochine, Paris, Karthala, 1995.

14 Selon ses Statuts de 1893, la « Société a pour but de faciliter à ses membres l’étude pratique de la langue, des mœurs et des coutumes françaises par tous les moyens qui paraîtront les plus fructueux, tels que : bibliothèque et salle d’études communes, réunions instructives, etc. » (document imprimé faisant état des modifications en 1893, Centre des Archives Nationales du Viêtnam n° 1 à Hanoi, Mairie de Hanoi, dossier n° 2840). Dans le même dossier, l’historique rédigé en 1930 par son président Ngô Vi Liễn précise que la Société a l’objet de « faciliter à nos compatriotes l’étude de la langue, la compréhension des mœurs et coutumes françaises et de contribuer à l’œuvre de relèvement moral et intellectuel entrepris au Tonkin par le Gouvernement du Protectorat ». Selon un autre historique, la SEM du Tonkin a « pour principal objet de faciliter à nos compatriotes l’étude de la langue française, des littératures annamite et sino-annamite, et de l’histoire ancienne du pays d’Annam » (BSEM du Tonkin, 1936, p. 124).

15 Hội (association, regroupement) ; Trí Tri font références à une phrase dans le classique confucéen Grandes Études (Disc thành kỳ ý giả, tiên trí kỳ tri, trí tri tại cách vat) que traduit S. Couvreur ainsi : « Pour rendre leur volonté parfaite, les anciens princes développaient leurs connaissances le plus possible. On développe ses connaissances en scrutant la nature des choses » (Ngô Vi Liễn, historique de 1930, doc. cité). À l’origine, le nom de « Société d’encouragement à l’étude de la langue française » a été proposé ; il a été écarté seulement « après un débat prolongé », ce qui témoigne du souci des fondateurs de « ne pas délimiter d’un seul mot le champ de [leurs] futurs travaux » (BSEM du Tonkin, 1936, p. 432).

16 Ngô Vi Liễn, historique de 1930, doc. cité ; BSEM du Tonkin, 1936, p. 432.

17 ANOM, AOM, dossier 6174. Ce Comité comptait, au fil des années, plusieurs personnalités de l’Indochine telles que le recteur Thalamas, l’archiviste Boudet, le colonel Bonifacy, le directeur de l’École supérieure de Pédagogie Cyprien Mus, père de Paul Mus, etc. À partir de 1923, il était présidé par Tissot, résident supérieur honoraire et comptait une cinquantaine de membres français appartenant pour la plupart aux Services civils (Ngô Vi Liễn, historique de 1930, op. cit., p. 5-6). En 1937 il semble ne plus exister, l’assemblée générale n’ayant fait aucune allusion à ce comité et se déroulant par ailleurs en viêtnamien (BSEM, 1937, p. 422).

18 Le Bulletin signale seulement les conférences les plus importantes qui sont données par des membres de la société ou des invités, viêtnamiens ou français. À titre d’exemple, mentionnons les conférences de l’ingénieur Nguyễn Công Tiêu sur les sciences, celles de Pierre Dỗ Dình (traducteur d’André Gide en viêtnamien) sur la littérature française contemporaine, celles de Nguyễn Văn Vĩnh, Phạm Quỳnh, Trần Trọng Kim, Trần Văn Giáp, etc. sur la littérature et l’histoire viêtnamiennes. Sur le rôle culturel de la SEM du Tonkin, cf. Thiếu Sõn : « Báo giới và văn học quốc ngữ » [La presse et la littérature en quốc ngữ], article non daté, repris dans Luận về quốc học [Essai sur les études nationales], Da Nang, Éditions Da Nang, 1999, p. 565.

19 La SEM du Tonkin jouait, grâce notamment à ses conférences et son Bulletin, un rôle de premier plan dans la recherche en sciences sociales et humaines au Viêtnam. La rubrique « Questions-Réponses » introduite en 1933 rend compte des actualités scientifiques vietnamiennes et internationales, donne des conseils bibliographiques et méthodologiques. Ce travail doit être mis en relation avec d’autres groupes de recherche, notamment en histoire et en littérature anciennes du Viêtnam, par exemple les revues Đông Thanh (1932-1934), Tri Tân (1941-1945), Bulletin de l’AFIMA (1941-1945). Cf. Nguyen Phuong Ngoc : À l’origine de l’anthropologie au Viêtnam. Recherches sur les auteurs de la première génération, thèse, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2004.

20 L’assemblée générale en 1912 mentionne un « bulletin scolaire » à faire « revivre », qui sera distribué gratuitement aux membres présents à Hanoi « pour mettre les notions de sciences à la portée de tous ceux qui le désirent, de ceux qui peuvent fréquenter nos cours comme de ceux qui ne le peuvent pas ». En 1914 ce bulletin a vu le jour sous la forme d’un supplément, Tân-học văn-tập comprenant des textes rédigés ou traduits par des membres de la SEM du Tonkin, paru tous les dimanches dans Dong Duong tap chi (n° 42-85, 5 mars-31 décembre 1914) (cf. Nguyễn Văn Tố, « L’œuvre de M. Nguyễn Văn Vĩnh », BSEM, 1936).

21 Les gouverneurs généraux Sarraut, Robin, Monguillot, Varenne.

22 Une liste de soixante noms dont le futur gouverneur général Pasquier, Marty, le publiciste Émile Vayrac, l’orientaliste Jean Przyluski, l’historien Charles Maybon, et seulement deux Viêtnamiens – les hauts mandarins Hoàng Cao Khải et Hoàng Trọng Phu.

23 Tableau manuscrit du 21 septembre 1913 rédigé par le comité de Hanoi, Centre des archives nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossier n° 2840).

24 Il existe deux listes des fondateurs divergentes : l’une publiée dans le Bulletin de 1926 (neuf noms) et l’autre est donnée par Ngô Vi Liễn dans l’historique de 1930 (dix noms). Deux noms sont orthographiés avec de légères modifications, mais d’autres sont complètement différents : la liste de 1926 mentionne Bùi Đình Tá et Nguyễn Tất Đạt, alors que celle de 1930 – Bùi Thế Xuân, Trần Hữu Đức, Phạm Quang Lãng. Il est étonnant que le nom de Bùi Đình Tá a été omis dans la liste de 1930, alors que celui-ci était un notable connu, président de la société pendant plusieurs années et présenté par plusieurs sources comme membre fondateur.

25 Madame Lê Dư par exemple a donné plusieurs conférences, notamment sur la question de la femme (BSEM, 1936, p. 193). Son mari, Lê Dư, lettré à l’EFEO, était également un conférencier régulier, très connu pour ses recherches sur la littérature viêtnamienne ancienne.

26 BSEM, 1937, p. 422.

27 Extrait de l’historique de la société, document manuscrit non daté, Centre des archives nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossier n° 2840.

28 Certaines SEM organisaient la lecture de la presse, mais d’autres s’intéressaient seulement aux sports ou encore aux divertissements qui avaient peu à voir avec les objectifs d’origine.

29 Thieu Son, 1999, art. cité, p. 565. L. Hermitte a fait une conférence intitulée « Comment nous instruire » donnée à Saigon le 25 avril 1929 (ce texte est conservé à la BNF à Paris).

30 Le président Nguyen Khac Hue a fait une « causerie » le 30 octobre 1914 sur l’« Opinion d’un Annamite de l’école française » (BSEI, 1916-1917, p. 171-175).

31 Conférences de vulgarisation de 1919 et 1920, ANOM, AOM, 21649. Cette société a créé en 1942 une « Section d’Études Annamites » qui était en relation officielle avec l’EFEO (Lettre du 27 octobre 1942 de Đào Duy Anh, président de la Section d’Études Annamites, à G. Coèdes directeur de l’EFEO, Archives EFEO, dossier 37 « Indochine »).

32 Ngô Vi Liễn, historique de 1930, doc. cité, p. 9.

33 Đăng cổ tùng báo, 13 juin 1907, 186. Les dessins sont exposés du 2 au 6 mai 1907 au siège de la Société (Đăng cổ tùng báo, 2 mai 1907, p. 94).

34 BEFEO, 1907, 179. Il s’agit des activités de la SEM du Tonkin à Hanoi et en province.

35 Hanoi avait alors huit écoles avec un total de 1 800 élèves (Đăng cổ tùng báo, 16 mai 1907, 140, à propos de l’ouverture d’une nouvelle école le 10 avril par l’Instruction publique, qui accueillait des enfants de huit ans déjà sachant lire le quốc ngữ et le français). C’est à Hanoi que la Société embauchait des instituteurs pour les écoles dans des provinces (DCTB, 28 mars 1907). Une école de la SEM a ouvert ses portes à Nam Dinh le 12 mai 1907 pour enseigner le quốc ngữ, le français, la géographie, la cartographie et le dessin (DCTB, 16 mai 1907). Avec 20 élèves le premier jour, l’école en accueillait 4-5 élèves supplémentaires chaque jour. Une autre école a été créée à Hà Nam en août, car les membres de la SEM, comme le rapporte ironiquement le journal, « venaient de se souvenir des objectifs de la société » (DCTB, 15 août 1907). On connaît le budget de l’école (250 piastres récoltées auprès du mandarin Nguyễn Hữu Đắc, des notables et de la résidence de la province, respectivement 40 %, 40 % et 20 %), mais pas le nombre des élèves.

36 Première institution de ce genre, parrainée par Hoàng Cao Khải, ancien kinh luoc vice-roi du Tonkin, et dirigée par Bùi Đình Tá, ancien président de la Société, ce pensionnat comptait 60 internes et 20 externes à la fin de 1906 et 135 élèves dont 70 internes au début 1907, qui se recrutaient parmi les fils de mandarins, de lettrés, de fonctionnaires et de commerçants. Cf. BEFEO, 1907, 179 ; Nguyen Dinh Qui, 1907, art. cité.

37 Le Đăng cổ tùng báo du 8 août 1907 annonce la création à Thanh Hóa d’une nouvelle école de Tri Tân học hội, une SEM en Annam, grâce à un interprète à la résidence française.

38 Đăng cổ tùng báo, 11 avril 1907, p. 42.

39 Đăng cổ tùng báo, 25 avril 1907, p. 74. Ces séances étaient programmées les lundi, mercredi et vendredi de 20 h à 21 h 30. On ignore si elles avaient lieu régulièrement.

40 Les numéros de Đăng cổ tùng báo, 18 avril 1907, p. 58 ; 25 avril 1907, p. 76 ; 9 mai 1907, p. 106 ; 16 mai 1907, p. 138, 140 ; 30 mai 1907, p. 146. Il fallait prendre l’invitation pour être sûr d’avoir une place. La séance du 9 mai a réuni quelques centaines de personnes qui riaient aux bons mots de Lê Văn Kiển, alors que Phạm Huy Hỗ se montrait érudit et sérieux.

41 Đăng cổ tùng báo, 28 mars 1907, p. 14.

42 Instaurée en 1904 sous Paul Beau, cette Mission permettait à des mandarins ou fonctionnaires de faire un séjour en France pour étudier sa civilisation. Cf. Christiane Pasquel Rageau : « Récits de voyage de ‘mandarins’ viêtnamiens et cambodgiens en France (1906-1907) », Récits de voyage asiatiques, 1996, p. 385-405.

43 Tran Tan Binh : conférence du 6 mars 1907 à Nam Dinh, BEFEO, 1907, 155-166. Le texte en viêtnamien est publié partiellement dans Đăng cổ tùng báo du 11 avril au 25 juillet 1907.

44 BEFEO, 1907, p. 179.

45 Nguyen Dinh Qui, 1907, art. cité.

46 Par exemple, Đỗ Quang Hưng, Lịch sử báo chí Piệt Nam (1865-1945) [Histoire du journalisme au Viêtnam], Éditions Dai Hoc Quoc Gia, Hanoi, 2000, p. 44.

47 En particulier, Nguyễn Hiến Lê : Đông Kinh Nghĩa Thục, Hanoi, Éditions Van Hoa, Thong Tin, 2002 (1re éd. en 1958 à Saigon) ; M. Durand et Nguyen Tran Huan : Introduction à la littérature viêtnamienne, Éditions Maisonneuve et Larose, Paris, 1969, p. 114.

48 Lettre du 25 mars 1908, Centre des Archives Nationales n° 1, fond de la Mairie Hanoi. Voir aussi : « Exposé de M. Nguyễn-văn-Vĩnh sur la société Ðông Kinh Nghĩa Thục qui vient d’être fermée par mesure administrative. Réfutation des accusations portées contre lui (11 décembre 1907) » (ANOM, GGI 21 518).

49 L’école du village Hải tin, district Tiên Lữ, a été fondée par le mandarin Doàn Danh Trân, quan Án de Ninh Bình et Dòan Thụy Liên (ancien dồng tri phủ de Yên Lãng) et financée par ces deux mandarins (Đăng cổ tùng báo, 2 mai 1907, p. 94). L’école du village Kim Liên dispense les cours de quốc ngữ, chinois et français (DCTB, 5 septembre, p. 362). L’école Mai Lâm nghĩa thục du village Hòang Mai, district Hòan Long (Hanoi) dont les membres fondateurs (plus de soixante) étaient des notables du village (DCTB, 5 septembre, p. 362) a été inaugurée par plusieurs personnalités françaises et vietnamiennes : les administrateurs d’Hugues, Bouzat et Bouchet, ces deux derniers ont fait un discours en viêtnamien très apprécié, ainsi que le conseiller municipal Dỗ Thận et le mandarin Dỗ Văn Tâm (DCTB, 3 octobre, p. 446 et 10 octobre, p. 452 et 456 avec les discours prononcés). Une autre école, Ngọc xuyên nghĩa thục, du village Ngọc xuyên, canton Phúc Lâm, district Hòan Long (Hanoi), a été créée par un particulier, M. Phạm Trường Vĩ, qui « a demandé l’autorisation pour enseigner aux enfants le quốc ngữ et les caractères chinois (DCTB, 17 octobre, p. 474).

50 Le Đăng cổ tùng báo du 18 avril 1907 annonce sa réunion de fondation qui a eu lieu à 14 heures le 7 avril au domicile de Nghiem Xuan Quang au 55 Hàng Bô (rue des Paniers).

51 Selon le Đăng cổ tùng báo du 9 mai 1907, l’administrateur Prêtre a fait une conférence sur la fondation d’une Hội Đồng lợi à Bắc Ninh devant quatre cents personnes. Le résident français de Bắc Ninh, le tổng đốc de la province, des mandarins et des notables étaient présents. Nguyễn Hữu Thu, président de hội Đồng lợi à Haiphong en assurait la traduction.

52 Đăng cổ tùng báo du 25 juillet, 8 août et 15 août 1907. La réunion pour constituer la Société des Traducteurs le dimanche du 4 août 1907 au siège social de la SEM en présence d’environ 300 personnes, certains venus même de Nam Định, Bắc Ninh, et d’autres provinces. « Nguyen Van Vinh a fait un discours sur le quốc ngữ et la nécessité d’utiliser cette écriture pour le « quoc van » littérature nationale » (texte dans le numéro du 15 août 1907).

53 Selon BEFEO « l’initiative est intéressante », mais plusieurs « membres cotisants qui s’étaient fait inscrire à la première heure ont donné presque aussitôt leur démission. Il semble qu’une certaine inquiétude se soit manifestée parmi eux, à tort ou à raison, au sujet des visées réelles de quelques-uns des promoteurs » (BEFEO, 1907, p. 180).

54 Đăng cổ tùng báo, 5 septembre 1907, p. 362.

55 Huỳnh Thúc Kháng, Huỳnh-Thúc-Kháng tự-truyện (Autobiographie), Hué, Anh Minh, 1963, p. 28.

56 Nguyen Dinh Qui, 1907, art. cité, p. 563.

57 Alors que des lettrés ont subi la répression coloniale. Cela a sans doute jeté sur eux le discrédit qui a contribué à la méconnaissance de leurs activités.

58 Procès-verbal de l’assemblée générale du 22 décembre 1912. La société était consciente de la nécessité d’augmenter ses fonds propres grâce aux adhésions, aux dons privés et aux autres activités (école privée, organisation des soirées musicales et culturelles). La construction du nouveau local n’a été possible que grâce aux aides privées (BSEM du Tonkin, 1931-1932).

59 Note confidentielle n° 23615 du 23 décembre 1939 par le chef des services de police au Tonkin, ANOM, GGI, dossier n° 65311. Il est précisé qu’en 1939 l’Association compte à Hanoi 1 800 membres et ses cours de quốc ngữ gratuits fonctionnent tous les jours de 19 h 30 à 20 h 30 « dans les locaux de la SEM, n° 59 rue des Éventails et à l’école Thang Long rue Bourret ».

60 Notamment du mot d’ordre du Parti communiste « la lutte contre l’analphabétisme » et de son implication dans l’association (Dặng Thai Mai et Võ Nguyên Giáp, futur « général Giap », étaient au Conseil d’Administration).

61 Vũ Dình Hòe, « Origine du Hoi Truyen Ba Quốc ngữ », op. cit., p. A.

62 Lettre de Nguyễn Văn Tố (Centre des Archives Nationales n° 1, fonds Mairie de Hanoi, dossier n° 2840-1), alors président de la SEM du Tonkin et ministre de l’Action sociale dans le gouvernement de Ho Chi Minh à partir de septembre 1945.

Auteur

MCF Aix-Marseille Université
Membre statutaire de l’IrAsia
 

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540