Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Héritage du modernisme

L’absolutisme colonial face au développement de la sensibilité moderniste vietnamienne. Le sens et les limites d’une tolérance exceptionnelle

Gilles de Gantès

Texte intégral

  • 1 Les contraintes éditoriales m’obligent à limiter la taille de mon texte. Le lecteur intéressé par (...)

1La conjoncture moderniste asiatique du début du XXe siècle amorçait une tendance de longue durée ; elle a été une des bases du mouvement d’émancipation de la Nation vietnamienne. Beaucoup de fonctionnaires coloniaux en furent conscients, même s’ils ne saisirent pas toujours à l’époque les nuances entre les différents courants de pensée qui animaient la culture vietnamienne. Aussi, la question qui m’a toujours intrigué est de savoir comment le développement de cette sensibilité, qui était potentiellement dangereux pour l’ordre colonial, a pu être toléré et même parfois encouragé par les autorités, ou du moins par certains de ses membres : les coopératives ont été aidées par l’administration, les activités de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục étaient bien connues au plus haut niveau, Phan Châu Trinh était publié dans les revues officielles et des lettrés modernistes osaient même envoyer des listes de revendications au ministère des colonies à Paris. Le soutien n’a pas duré longtemps, bien sûr, mais son existence avérée, même sur une période très courte, remet en cause les représentations que nous nous faisons du fonctionnement du système colonial, nous invite donc à le repenser, d’autant plus que, même après la répression qui a suivi les événements de 1908, les écoles libres ont continué à être tolérées et que la presse en quôć ngữ n’a jamais été plus florissante qu’après 1908. Sans négliger les motivations utilitaristes des colonisateurs, il me semble que les encouragements donnés aux actions modernistes s’expliquent essentiellement par le fait que les principaux responsables coloniaux de l’époque partageaient une conception du monde inspirée de la philosophie des Lumières et marquée par le militantisme républicain qui venait de triompher en France très peu de temps auparavant, une conception parfaitement étrangère à l’Asie et au Vietnam en particulier, mais qui est entrée en résonance avec le mouvement moderniste à un moment très précis1.

Assimilation et association : la théorie

  • 2 Projet de livre, 1907, AE PA 11, vol. 29.

2Les décideurs français qui dirigent l’Indochine au moment où se développe au Vietnam la sensibilité moderniste, Paul Beau comme Gouverneur général, Gaston Doumergue puis Étienne Clémentel au ministère des Colonies à Paris, ont été nommés après la victoire du Bloc des Gauches aux élections législatives de 1902, une alliance constituée de républicains militants au moment de l’affaire Dreyfus. Or, les Républicains français ont historiquement toujours été assimilationnistes, dans la droite ligne des idées des Lumières : théoriquement, les indigènes sont nécessairement des citoyens français potentiels. La naissance de la Deuxième République avait été marquée par l’abolition de l’esclavage et celle de la Troisième République par le décret Crémieux, qui accordait la citoyenneté aux habitants de l’Algérie de confession juive. L’idéologie républicaine suppose que l’instruction permet une égalité réelle et l’exercice de la citoyenneté, qu’elle permet de libérer les individus des superstitions, religieuses notamment. Cette idéologie est appliquée en métropole à l’encontre des corps intermédiaires traditionnels (comme l’Église) et des cultures régionales : les enfants provençaux ou les enfants bretons apprenaient, en langue française, la fameuse formule « Nos ancêtres les Gaulois », au même titre que certains jeunes sénégalais ou malgaches. Le Gouverneur de l’Indochine en place entre 1902 et 1908, Paul Beau, franc-maçon proche des radicaux, nommé par Combes avec l’approbation de René Waldeck Rousseau, est tout à fait représentatif de cette sensibilité lorsqu’il affirme qu’il faut apporter les lumières de l’instruction aux Vietnamiens, la civilisation chinoise dont ils s’inspirent d’après lui, n’étant en rien supérieure, toujours d’après lui, à la culture française2. Cette conception assimilationniste a néanmoins connu une inflexion majeure dans les années 1890 lorsque les républicains sont arrivés au pouvoir et ont dû exercer des responsabilités en matière coloniale : sur le terrain, l’assimilation de peuples et de Nations qui ne la souhaitaient pas semblait totalement utopique. Le Gouverneur de l’Indochine Jean-Marie de Lanessan et plus tard le Président du conseil Waldeck-Rousseau adaptèrent alors à l’idéologie républicaine des concepts défendus jusque-là par des conservateurs comme Saussure ou Le Bon : chaque peuple colonisé devait certes parvenir à un état de développement politique et culturel comparable à celui de la France (que ces hommes concevaient comme le meilleur), mais à son rythme et suivant ses caractéristiques propres. Le ministre des colonies Étienne Clémentel fit de ce concept la politique officielle sous le nom de politique d’association en février 1905. La différence entre les théoriciens conservateurs, voire réactionnaires, et les républicains partisans de l’association est que les premiers postulent une hiérarchie des peuples définitivement figée et qu’il faut accepter, tandis que les seconds envisagent la possibilité d’une évolution. Dans le cas du Vietnam, les premiers chercheront donc à soutenir les structures traditionnelles (c’est le cas de Anthony Klobukowski), tandis que les seconds (tel Paul Beau et plus tard Albert Sarraut) se montreront tolérants face au développement des tendances modernistes dans la société vietnamienne.

  • 3 Comme l’écrivait Pouvourville, « nous savons tous fort bien que nous ne gouvernons, en Indochine, (...)
  • 4 Maurice Viollette, un des députés les plus radicaux de l’époque concernant la politique coloniale (...)
  • 5 Jean Ajalbert, « Il n’existe qu’une défense sérieuse de l’Indochine, c’est la défense par l’indigè (...)
  • 6 Jeffrey G. Barlow, Sun Yat Sen and the French, 1900-1908, Berkeley, 1979, 93 p.

3La conversion apparente des Républicains à l’idée d’association n’est pas exempte de préoccupations utilitaristes : il s’agit d’obtenir la participation des Vietnamiens au système colonial, dans l’administration, dans le contrôle des populations3, pour développer économiquement la colonie4, pour défendre l’Indochine face à un éventuel débarquement japonais après 19055 ou contre les influences chinoises sous leur forme traditionnelle, comme sous leur forme nouvelle6. L’association sera donc la définition de ce qu’il faut consentir aux colonisés pour que certains participent au système et également le choix des collaborateurs à favoriser. Rien de nouveau au début du XXe siècle sur ce point, le système colonial ne fonctionne qu’après transaction ; la nouveauté réside dans le choix du partenaire vietnamien : Paul Beau tendra à ignorer les mandarins, lettrés ou notables attachés à l’ordre traditionnel pour favoriser celles des élites qui semblent ouvertes à l’idée de modernisation, dont les actions valident apparemment sa vision du monde.

L’association : la pratique

  • 7 Frédéric Baille, « La réforme de l’enseignement public au Tonkin », Revue indochinoise, 1904, t. 1 (...)
  • 8 Sur l’ensemble de la réforme Gourdon, le dossier ANOM GGI 7707 où ce personnage se justifie à la v (...)
  • 9 La résidence supérieure du Tonkin souscrit par exemple à 1300 abonnements du Dai Viet Tan Bao (Nou (...)

4Conscient de la demande vietnamienne d’un développement de l’instruction publique, Paul Beau nomme, en octobre 1903, une commission chargée d’élaborer un plan d’ensemble et les débats qu’elle tint illustrent les hésitations républicaines entre association et assimilation : une minorité y défendit le principe d’un enseignement totalement francisé, suivant la tendance de ce qui se pratiquait en Cochinchine, tandis que la majorité estima que l’enseignement des caractères chinois devait être préservé et que l’étude du français ne devait commencer qu’en deuxième année7. Une Direction générale de l’Instruction publique, créée en 1905 (20 juin puis 14 novembre), propose, sous l’égide de Henri Gourdon, un programme cohérent quant à l’enseignement franco-vietnamien : des écoles primaires seraient créées (une par province, mais sept à Hanoi, pour 42 classes et 2 000 élèves environ), avec enseignement du français ; l’enseignement secondaire serait développé, mais avec des programmes adaptés à l’Indochine : l’étude des moralistes chinois, des sciences et de la langue française serait privilégiée8. La mise en place d’un enseignement franco-vietnamien a également pour objectif de couper le Vietnam de la Chine, raison pour laquelle sera également favorisé le développement de la presse en quôć ngữ9. Par contre, Gourdon est réservé quant aux activités d’une Association vietnamienne qui collecte des fonds pour envoyer des jeunes en France : lumières à la française donc, mais bien tamisées par les colonisateurs. De même, la création de l’université en 1907 ne doit pas être surestimée, malgré son poids symbolique important : elle n’est à sa naissance que la réunion de cours pratiques déjà existants d’une part ; elle est explicitement destinée à dissuader les élites vietnamiennes d’envoyer leurs enfants en France ou pire du point de vue des colonisateurs, au Japon. Parallèlement, Paul Beau créait des assemblées consultatives élues et non plus nommées comme précédemment, ainsi qu’une Chambre consultative vietnamienne au Tonkin, par des décrets du 1er et du 4 mai 1907. Les premières élections se déroulent en novembre 1907 et la première session se déroule dans les locaux de l’université indochinoise. La politique d’association est donc une façon de canaliser les aspirations modernistes vietnamiennes.

  • 10 Rapport de Paul Beau du 25 juillet 1907, ANOM GGI 7707.
  • 11 La Société d’enseignement mutuel de Hanoi, fondée en 1892, était surveillée, en 1897, par un Comit (...)
  • 12 ANSOM IndoAF c.9 d.57.

5Lorsque Gourdon militait pour la création d’un Lycée franco-vietnamien (qui sera effective à la rentrée 1907), il donnait pour un des arguments la possibilité que cette ouverture amènerait le déclin des deux collèges secondaires libres « dont le succès n’est ni probable, ni peut-être très désirable, à notre point de vue. »10. N’empêche que l’offre française était limitée par le manque de personnel qualifié et les contraintes budgétaires : les initiatives modernistes vietnamiennes autonomes de l’administration continuèrent donc de se développer. Paul Beau et ses adjoints les tolérèrent parce qu’elles coïncidaient avec leur conception du monde et dans la mesure où elles ne semblaient pas menacer l’ordre colonial. Un arrêté du Résident Supérieur au Tonkin du 21 novembre 1906 affirme (article 3) que « l’enseignement privé est libre » et que, si les écoles privées acceptent le contrôle de l’État, les instituteurs obtiendront des grades dans le mandarinat (article 12). Même si le contrôle était théoriquement très strict11, son efficacité réelle était probablement limitée, la plupart des Français n’étant pas vietnamophones. Or, si les notables favorables à la préservation de l’ordre traditionnel n’auraient sans doute pas demandé mieux que de surveiller les initiatives modernistes, leur assistance ne fut pas sollicitée, comme le révèleront a posteriori de nombreux rapports administratifs d’après 1908. Il faut noter également que le poste de kinh luoc avait été supprimé en 1897 et celui de hiep ly de Hanoi en 1905. On peut en déduire que les fonctionnaires français connaissaient mal les écoles modernistes et les textes en quôć ngữ qu’ils toléraient cependant par principe. En mars 1908 par exemple, Bonhoure minimise les rumeurs qui courent de troubles dans le Quangngai et laisse entendre que les rumeurs sont liées à la malveillance des catholiques, en conflit avec les bouddhistes12. Il ajoute d’ailleurs que « depuis un siècle, en Annam, les mouvements politiques importants ont toujours été précédés d’une reprise des discussions religieuses », ce qui semble assez superficiel comme analyse de la sensibilité moderniste.

  • 13 ANOM GGI 4209, rapport du Gouverneur Bonhoure, juin 1908.
  • 14 Lettre du 2 mars 1907, ANOM GGI 16407.

6Celle-ci est cependant également soutenue dans le domaine économique. Le résident Prêtre encourage par exemple les sociétés dong loi (qu’il assimile à des sociétés de prêts mutuels) qu’il autorise à partir de 1907 à se transformer en véritable sociétés commerciales. À cette date, les administrateurs coloniaux en contrôlent six au Tonkin et signalent que celles de Kienan, Haiphong et Thaibinh fonctionnent bien13. Dans son rapport du 1er mai 1907, Paul Beau affirme même que, pour l’aspect économique, elles « répondent à un besoin réel de mutualité bien comprise ». Des entrepreneurs vietnamiens se voient attribuer la ferme des marchés (un contrôle concédé par l’État colonial) et, en Annam, des monopoles de production d’alcool. En 1907, lorsqu’un Français demande un alourdissement des patentes vietnamiennes au conseil municipal de Hanoi, le résident supérieur Elie Groleau proteste immédiatement, souhaitant éviter de froisser les entrepreneurs chinois et vietnamiens14. Il y a donc une volonté réelle de protéger les Vietnamiens des abus de certains petits colons et aussi, plus discrètement, le souhait de voir des entrepreneurs vietnamiens se substituer à leurs homologues chinois, ce qui rejoint une des revendications les plus constantes des milieux d’affaires vietnamiens de Cochinchine.

7Cependant, même si l’association était la politique officielle et que les fonctionnaires devaient donc s’y conformer, elle était vivement critiquée par certains. La presse locale française n’est pas vraiment hostile aux modernistes vietnamiens qu’elle ignore, ce qui ne saurait étonner, dans la mesure où elle s’adresse à un public français. Dans un cadre purement français, elle critique par contre la politique d’association, jugée trop républicaine par certains journalistes et dangereuse pour la domination française par tous. Henri Laumonnier, un publiciste nettement réactionnaire, écrit par exemple que :

  • 15 L’Avenir du Tonkin, 11 juillet 1912.

vouloir se faire aimer des Annamites, c’est demander aux Alsaciens-Lorrains de chanter les louanges de l’Allemagne ; toutes les hypocrisies de langage et d’attitudes ne changeront rien à la chose15.

8Quant à Jeantet, directeur de La Cochinchine française, et proche de Gilbert Chieu, il écrit :

  • 16 La Cochinchine française, 30 novembre 1908.

pour nous, les Tonkinois rebelles sont des pirates ; pour ce même Tonkinois, le Français est le barbare, l’étranger, l’oppresseur odieux, l’envahisseur détesté. […] Imaginer que nous finirons par nous concilier la sympathie des indigènes et que ceux-ci, avec le temps, renonceront d’eux-mêmes à toute idée de recouvrer leur indépendance, c’est de la pure folie16.

  • 17 Rapport au Gouverneur général, ANOM GGI 2628.

9Certains fonctionnaires étaient eux-mêmes inquiets. Le Résident supérieur (par intérim) au Tonkin Joseph de Miribel écrit ainsi dès le 17 janvier 190817 que,

au moment où s’accélère l’évolution intellectuelle des Annamites […], il devient plus indispensable que jamais de suivre d’une façon vigilante et continue les progrès de la réforme de l’enseignement indigène et les tendances qui animent les professeurs des écoles privées ou des écoles officielles.

  • 18 « Contribution à une nouvelle organisation de l’enseignement indigène au Tonkin », Revue indochino (...)
  • 19 La scène est rapportée dans L’Avenir du Tonkin du 1er juillet 1906.
  • 20 ANSOM IndoAF c.9 d.54.

10Simonin, directeur du Collège Paul Bert à Hanoi et proche de Klobukowski, affirmera plus tard : « on a affecté d’ignorer qu’il y avait, avant notre arrivée, un enseignement indigène, national, primaire et secondaire, partant, une pédagogie annamite dont on aurait dû tenir compte.18 » Et ces réticences sont partagées par le ministère : lorsque Georges Leygues, ministre des Colonies, reçoit le 23 mai 1906 neuf lettrés de Hanoi, la plupart francophones, la promesse essentielle qu’il leur fait est que les Français respecteront les coutumes vietnamiennes19. Milliès-Lacroix (ministre des Colonies de 1906 à 1909) et son Directeur des Affaires politiques Robert Vasselle, annotent le plus souvent de façon très négative les rapports de Paul Beau : le rapport du 1er février 190720 cité plus haut par exemple, où Paul Beau s’enthousiasmait pour les coopératives, est annoté de la façon suivante : « rapport superficiel » et surtout : « les coopératives sont dangereuses, il faut en limiter les activités ».

Le changement de partenaire

  • 21 Voir en particulier Patrice Morlat, Indochine Années vingt : le rendez-vous manqué. La politique i (...)
  • 22 Dans son rapport du 8 juillet 1908 au Ministre des Colonies, Bonhoure ne fait en tout cas aucune d (...)

11On devine que ces réserves sont devenues agissantes après la révolte de l’Annam au printemps 1908 et la tentative d’empoisonnement de la garnison de Hanoi en juin. Elles se traduisent par une répression sévère dont les excès sont assez bien connus21. Cette répression n’est pas le fait de fonctionnaires français réactionnaires qui se seraient montrés moins bienveillants que leurs prédécesseurs progressistes : c’est en effet le Gouverneur par interim Bonhoure, qui partageait les idées de Paul Beau, qui met en place la Commission criminelle contre les empoisonneurs de Hanoi et c’est l’administration vietnamienne, il est vrai secondée par les Français, qui se charge de réprimer le soulèvement de l’Annam. La panique et l’ignorance22 expliquent que l’action policière s’exerce de façon à la fois confuse et très large (écoles, idées modernistes, Dong Du ou révoltes antifiscales…). L’action répressive de Klobukowski, arrivé en août 1908 est plus limitée : des colonnes sont envoyées dans le Yen Thê en 1909, mais une campagne de presse en Indochine (Courrier d’Haiphong) et en métropole (Le Temps, Le Siècle) provoque l’arrêt des poursuites, qui avaient donné lieu à des destructions de villages. La diplomatie française obtient de son côté du gouvernement japonais qu’il expulse Phan Bội Châu.

12Klobukowski n’est donc pas réactionnaire parce qu’il réprime davantage que les autres, mais parce qu’il remet en cause l’enseignement franco-vietnamien, l’université et la chambre consultative du Tonkin. Par contre, il s’efforce de favoriser ceux qu’il considère comme les élites traditionnelles, dont il estime qu’elles n’ont pas secondé l’administration française en 1908 parce qu’elles avaient été trop abaissées auparavant. Lorsqu’il arrive au Tonkin par exemple, dans le train qui le transporte de Haiphong à Hanoi, chaque fois que le convoi ralentit au passage des villages, il descend sur le marchepied pour saluer les notables rassemblés sur le quai des gares. Une partie des politiciens français estiment d’ailleurs que si les élites traditionnelles n’avaient pas été humiliées par Paul Beau, elles auraient informé les colonisateurs des dangers du modernisme. Albert Métin par exemple, qui a rapporté à l’époque le budget des colonies, estime quelques années plus tard que l’administration coloniale doit :

  • 23 Albert Métin, L’Indochine et l’opinion, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1916, p. 116-117.

tenir compte dans une large mesure, de la force de la tradition et des tendances conservatrices de la Cour et ainsi d’éviter par des réformes trop brusques, de froisser les susceptibilités d’un grand nombre de mandarins de l’ancienne école qui exercent encore un ascendant sur la classe des intellectuels et des lettrés23.

  • 24 Notre Journal, organe des fonctionnaires vietnamiens, publie un conte où une femme riche est sédui (...)

13La nouveauté introduite par Anthony Klobukowski est donc un changement de partenaire et elle sera reprise dans les années 1920 et 1930 par des hommes comme René Robin ou Pierre Pasquier qui s’appuieront également sur les élites traditionnelles. Dans l’immédiat pourtant, plusieurs interventions parlementaires critiquent ces choix politiques, celle de Francis de Pressensé par exemple le 2 avril 1909, qui reproche notamment à Klobukowski de s’appuyer sur les élites traditionnelles jugées arriérées et rétrogrades ou le rapport Viollette du printemps 1911. L’effet de ces interventions sera le renvoi de Klobukowski et la nomination d’Albert Sarraut comme gouverneur général. Or ce dernier partage la sensibilité républicaine de Paul Beau : tout en réprimant vigoureusement les nationalistes vietnamiens activistes (et notamment leurs réseaux en Chine méridionale), il tolère les écoles privées vietnamiennes ; la presse en quoc ngu continue à se développer, certains journalistes publient des articles sybillins hostiles à la colonisation24.

Conclusion

14Paul Beau et ses amis ont donc toléré les manifestations de la sensibilité moderniste parce qu’elles correspondaient à leur conception républicaine de l’évolution des sociétés humaines et probablement aussi parce que cela leur permettait de concilier leurs idées humanistes avec une pratique coloniale qui est tout sauf humaniste. Dans la pratique, cela les a amené à favoriser les élites modernistes et leurs initiatives aux dépens des cadres traditionnels vietnamiens. Le fait qu’ils n’aient pas perçu l’aspect nationaliste du modernisme, ou du moins qu’ils l’aient minoré, est plus étonnant, mais peut s’expliquer par deux facteurs. Tout d’abord, depuis la fin du Can Vuong, les gouverneurs généraux avaient pu imposer des politiques très répressives sans entraîner de révolte massive et les colonisateurs ont sans doute tout simplement oublié l’existence du nationalisme vietnamien : Paul Beau se proposait même de le réveiller pour encourager les migrations vers le Cambodge et le Laos ! Reconnaître ce nationalisme aurait surtout obligé ces républicains à renoncer à leur vision du monde d’une part, à considérer d’autre part que le colonialisme était incompatible avec la République.

Notes

1 Les contraintes éditoriales m’obligent à limiter la taille de mon texte. Le lecteur intéressé par un développement plus détaillé voudront bien se reporter à ma thèse (Coloniaux, gouverneurs et ministres. Le rôle des Français du Vietnam dans l’évolution du pays, 1900-1914, Paris vii-lcao, 1994) et à mon article « Protectorate, Association, Reformism : The Roots of the Popular Front’s Republican Policy in Indochina », in Tony Chafer et Amanda Sackur (eds) : French Colonial Empire and the Popular Front. Hope and Disillusion, Londres, MacMillan, 1999, p. 109-130.

2 Projet de livre, 1907, AE PA 11, vol. 29.

3 Comme l’écrivait Pouvourville, « nous savons tous fort bien que nous ne gouvernons, en Indochine, qu’avec le consentement plus ou moins résigné, de la population. », L’Avenir du Tonkin, 9 avril 1913. La participation des colonisés au fonctionnement des structures coloniale a été particulièrement mis en lumière par Henri Brunschwig, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français, 1871-1914, Paris, Armand Colin, 1960.

4 Maurice Viollette, un des députés les plus radicaux de l’époque concernant la politique coloniale affirme que, « dans les colonies, la préoccupation du sort des indigènes est primordiale et centrale, et cela dans l’intérêt même des colons. Pour que nos nationaux, en effet, puissent avoir aux colonies le moyen d’appliquer utilement leurs capitaux et leur industrie, n’est-il pas nécessaire qu’ils y trouvent une main d’œuvre abondante et robuste, des intelligences éveillées capables de s’adapter aux exigences de l’agriculture et de l’industrie modernes ? », préface du livre de Henri Bobichon, La politique indigène dans les colonies françaises, Paris, 1912, p. 4.

5 Jean Ajalbert, « Il n’existe qu’une défense sérieuse de l’Indochine, c’est la défense par l’indigène. », L’Indochine en péril, Paris, 1906, p. 14.

6 Jeffrey G. Barlow, Sun Yat Sen and the French, 1900-1908, Berkeley, 1979, 93 p.

7 Frédéric Baille, « La réforme de l’enseignement public au Tonkin », Revue indochinoise, 1904, t. 1, p. 131-137.

8 Sur l’ensemble de la réforme Gourdon, le dossier ANOM GGI 7707 où ce personnage se justifie à la veille de sa disgrâce est extrêmement riche. Il doit être lu avec attention car, en butte à des attaques nombreuses, Gourdon a pu y édulcorer ses idées essentielles. Trinh Van Thao a analysé les effets de cette réforme, notamment dans son ouvrage Vietnam. Du confucianisme au communisme, Paris, l’Harmattan, 1990, 346 p.

9 La résidence supérieure du Tonkin souscrit par exemple à 1300 abonnements du Dai Viet Tan Bao (Nouveau Journal du Dai Viet) de Babut alors que les abonnements libres ne dépassent pas le chiffre de 200.

10 Rapport de Paul Beau du 25 juillet 1907, ANOM GGI 7707.

11 La Société d’enseignement mutuel de Hanoi, fondée en 1892, était surveillée, en 1897, par un Comité composé de Français et les cours étaient assurés essentiellement par des Français, ANOM GGI 6174.

12 ANSOM IndoAF c.9 d.57.

13 ANOM GGI 4209, rapport du Gouverneur Bonhoure, juin 1908.

14 Lettre du 2 mars 1907, ANOM GGI 16407.

15 L’Avenir du Tonkin, 11 juillet 1912.

16 La Cochinchine française, 30 novembre 1908.

17 Rapport au Gouverneur général, ANOM GGI 2628.

18 « Contribution à une nouvelle organisation de l’enseignement indigène au Tonkin », Revue indochinoise, 1911, t. 2, p. 561-581.

19 La scène est rapportée dans L’Avenir du Tonkin du 1er juillet 1906.

20 ANSOM IndoAF c.9 d.54.

21 Voir en particulier Patrice Morlat, Indochine Années vingt : le rendez-vous manqué. La politique indigène des grands commis au service de la mise en valeur, Paris, Les Indes savantes, 2005, 554 p.

22 Dans son rapport du 8 juillet 1908 au Ministre des Colonies, Bonhoure ne fait en tout cas aucune différence entre les tendances représentées par Phan Bội Châu et de Phan Chu Trinh ANSOM Indochine NF c.51 d.604.

23 Albert Métin, L’Indochine et l’opinion, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1916, p. 116-117.

24 Notre Journal, organe des fonctionnaires vietnamiens, publie un conte où une femme riche est séduite par un jeune homme qui la quitte ruinée (le Vietnam et la France). Klobukowski s’en plaint auprès de son ministre, lettre du 28 mai 1909, ANSOM Indo NF c.12 d.71.

Auteur

Professeur au lycée international Duby (Luynes)
Membre associé de l’IrAsia
 

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540