Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

1908 : le chassé-croisé Gilbert Chiếu – Phan Văn Trường

Pierre Brocheux

Texte intégral

1En octobre 1908, Trần Chánh Chiếu dit Gilbert Chieu (1867-1919) était arrêté par la police sous l’inculpation de complot contre la France. Jugé par la cour d’assises de Saïgon, il bénéficia d’un non-lieu et fut libéré en avril 1909. Il ouvrit un magasin de commerce tout en poursuivant une activité littéraire et éditoriale. La même année, Phan Văn Trường (1878-1933) débarquait en France pour faire des études de droit qu’il poursuivit jusqu’au doctorat tout en s’inscrivant au barreau de Paris jusqu’à son retour dans sa patrie en 1925.

2Qui étaient-ils ? comment évoluèrent-ils ? Enfin, quel sens un historien peut-il donner à ce chassé-croisé ?

31908 est une date commune aux deux hommes mais elle exclut le premier de la vie publique tandis qu’elle voit le second, poser le pied sur le sol de la métropole, commencer à participer à la vie sociale et politique et devenir un personnalité de premier plan dans l’immigration vietnamienne en France puis, plus tard, dans son pays. À l’un l’avenir est désormais fermé, à l’autre, il est ouvert. Leur itinéraire respectif s’inscrit dans un vaste mouvement culturel et politique qui prône la modernisation, se développe rapidement dans le Vietnam du début du XXe siècle comme dans d’autres pays d’Extrême-Orient tombés sous la dépendance des états occidentaux. Dans la Chine impériale, les Cent jours de Kang Yeou Wei ont été un échec mais ils ont inspiré Liang Qichao et conduit le régime mandchou à entreprendre un train de réformes institutionnelles sous la direction de Zhang Zhitong, Yuan Zhikai, et ce mouvement chinois a certainement été une source d’inspiration pour leurs voisins. Plus au sud, le mouvement Budi Otomo prend son essor à Java en 1908, etc.

  • 1 Dossier de naturalisation de Phan Van Truong, n° 6336X10, Archives nationales, Paris.

4Les deux hommes avaient en commun une origine sociale relativement élevée : Chiếu était fils de riches propriétaires cochinchinois : après des études primaires supérieures, il devint instituteur puis une notabilité de sa province de Rachgia – il portait le titre de phis – l’assiette foncière de sa fortune et de son statut était importante (plus d’une centaine de fermiers exploitaient 1 337 ha de rizières pour son compte, sans compter des biens immobiliers en ville). Il est reconnu par les autorités coloniales et il obtint la naturalisation c’est à dire la citoyenneté française (dont il fut déchu après sa condamnation). Trường est d’une famille honorable de lettrés et fonctionnaires et aussi, probablement, propriétaires fonciers du Tonkin ; secrétaire interprète titulaire depuis 1900 à la Résidence supérieure du Tonkin, il obtient la nationalité française en 1911 alors qu’il est « répétiteur d’Annamite » à L’École supérieure des langues orientales de Paris et cinq ans après un de ses frères (Phan Cao Luy), secrétaire du service judiciaire à Hanoï1.

  • 2 Voir Pierre Brocheux, « Note sur Gilbert Chieu, citoyen français et patriote vietnamien », Approch (...)

5Chiếu et Trường font partie tous deux de l’establishment annamite qui émerge au début du XXe siècle et qui adopte une stratégie de transaction avec un pouvoir colonial qu’il juge désormais solidement implanté. Une partie de cette catégorie sociale fait le pari de la modernisation de son pays en acceptant la houlette du protectorat de la France. En 1909, Hoàng Cao Khải publie une brochure intitulée En Annam (traduit en Français et publié en 1933 à Hanoï) où il exhorte les Vietnamiens à s’instruire parce que, logiquement, la France sera « obligée », ce sont ses propres termes, de redonner l’indépendance à une nation « intelligente et modernisée ». D’autres Vietnamiens (Cường Để et Phan Bội Châu) optent pour une voie différente, celle de la modernisation qui prend exemple sur le Japon et compte sur le soutien de celui ci pour s’émanciper du joug colonial français. C’est à partir de ce choix que divergent les itinéraires de Chiếu et Trường. Le premier abandonne l’enseignement et se lance dans les affaires commerciales et industrielles pour lesquelles il hypothèque ses biens immobiliers, parallèlement il consacre son énergie et son talent d’écriture au journalisme en devenant successivement rédacteur en chef et rédacteur du Nông Cổ Mín Đàm puis du Lục Tỉnh Tân Văn (deux journaux de Cochinchine qui appartiennent aux Français Canavaggio, F.-H. Schneider et Paul Jeantet). Il fait de ces deux périodiques des tribunes du Minh Tân/Duy Tân où il appelle ses compatriotes à jouer leur rôle dans l’économie pour faire pièce aux Chinois et aux banquiers indiens de la caste des chettiars ; mais ses articles qui, au début, sont consacrés aux sujets économiques, prennent un tour de plus en plus politique et mettent en cause, ne serait ce que façon implicite ou voilée, la domination française2. Pendant cette période 1907-1908, Trần Chánh Chiếu est entré en relation avec les représentants du prince Cường Để, prétendant au trône d’Annam et exilé au Japon depuis 1905. Il a certainement fourni et levé des fonds pour envoyer des jeunes méridionaux (Cochinchinois) faire des études en suivant l’appel du lettré Phan Bội Châu. Cette migration politique connue sous le nom de Đông Du s’acheva en 1908 lorsque le gouvernement japonais, désireux de ménager les grandes puissances européennes pour obtenir des appuis diplomatiques mais aussi des emprunts financiers, expulsa les étudiants, Phan Bội Châu et même le prince Cường Để et les força à s’installer en Chine. Cette évolution aboutit à l’arrestation et à la condamnation de Chiếu sur les indications d’un de ses « amis », phủ lui aussi.

6L’année 1908 est celle d’une concordance remarquable d’événements : découverte du « complot Cường Để » par la police française, débarquement de Phan Văn Trường en France tandis qu’au Vietnam, le lettré Phan Chu Trinh accusé d’être l’instigateur de la révolte du Quảng Nam est envoyé au bagne de Poulo Condor après que sa condamnation à mort ait été commuée. Plus qu’un faisceau de coïncidences, l’année 1908 apparaît comme une ligne de partage des eaux au sein du mouvement porteur d’idées, d’initiatives et d’actions pour promouvoir la modernisation dans tout le pays sous le nom de Minh Tân ou Duy Tân (rappelons que le prince Vĩnh San choisi par les autorités françaises pour remplacer l’empereur Thành Thái, avait été intronisé sous le nom de Duy Tân en 1907).

7Lorsque Phan Chu Trinh est libéré du bagne grâce aux démarches de la Ligue [française] des Droits de l’homme (le journaliste A. Babut, le commandant Jules Roux, Francis de Pressensé), il est transféré en France qu’il quitte en 1925 pour retourner dans sa patrie et y mourir en 1926. En France il n’a pas renoncé à ses idées : moderniser son pays en suivant la voie réformiste, à l’opposé de Phan Bội Châu. Il mise quant à lui sur la France républicaine et éclairée dont les représentants l’ont arraché au bagne colonial et le protègent tandis qu’il continue de revendiquer la refonte si ce n’est la suppression du régime colonial soutien d’une monarchie vietnamienne archaïque et corrompue (qu’il avait dénoncée dans la fameuse lettre au gouverneur général Paul Beau). Trinh qui est gêné parce qu’il ne maîtrise pas la langue française, reçoit un soutien constant de Phan Văn Trường. Les deux hommes cheminent la main dans la main et constituent un pôle de rassemblement pour les migrants du Tây Du. Ils créent en 1911 : Fraternité. Association d’Indochinois à laquelle ils assignent un but de solidarité compatriotique mais en mettant l’accent sur l’instruction et le développement du quốc ngữ. Phan Văn Trường veut moderniser la langue viet en faisant du quốc ngữ une arme pour l’émancipation culturelle et politique. Son ambition le conduit à s’opposer à André Salles, inspecteur des colonies retraité et vice-président de l’Alliance française, pour qui le quốc ngữ n’est qu’une langue secondaire. Le combat pour la modernisation et l’émancipation nationale est dès lors transposé sur le plan de la culture. De la « défense et illustration de la langue viet » (voir texte annexe) Trường va évoluer comme Chiếu vers les revendications explicitement politiques d’abord en France (participation au journal Le Paria) puis en Cochinchine – Nam Ky- (La Cloche fêlée avec Nguyễn An Ninh et L’Annam). Il fut certainement un des rédacteurs si ce n’est le principal auteur, des Revendications du peuple annamite que Nguyễn Ái Quốc (au départ un nom de plume collectif que Nguyễn Tất Thành s’attribua) porta aux chefs d’État réunis à la conférence de la paix à Versailles en 1919. Même après les désillusions politiques partagées avec Phan Chu Trinh, Phan Văn Trường continue de penser que l’émancipation du peuple vietnamien par le biais de l’éducation et de l’action culturelle (au sens large qui englobe le politique) est l’orientation qu’il faut poursuivre.

En guise de conclusion

  • 3 Trân Tân Binh, conférence à Nam Dinh cet extrait est reproduit dans le BEFEO, t. vii, 1907, p. 157 (...)

8Trần Chánh Chiếu comme Phan Văn Trường sont représentatifs du dédoublement du mouvement Duy Tân/Minh Tân et de l’inversion des flux migratoires des Vietnamiens en quête d’utopie ou du moins d’un modèle de modernisation. Comme le recommandait un mandarin retour de la mission de 1906 en France : « Marchons avec la France. Elle est la source de toutes les lumières ; elle est encore notre guide indispensable, le seul sur lequel nous devons compter. Où donc les Japonais et les Chinois d’aujourd’hui ont-ils puisé leurs nouvelles sciences si ce n’est en Europe et en Amérique ?… »3.

Annexes

Annexe

Extraits de la brochure intitulée La Fraternité, association d’Indochinois. Notes pour nos compatriotes, Paris, Vigot frères, 1913, datée d’avril 1912, l’auteur est Phan Văn Trường.

« L’Humanité évolue constamment grâce à sa curiosité […] de la façon dont est dirigée cette curiosité, ce désir insatiable, dépend la destinée d’un peuple. c’est pourquoi dans les pays éclairés, l’enseignement occupe toujours le premier rang parmi les préoccupations du gouvernement et les soucis des particuliers », p. 1.

« la vaillante race annamite conserve à travers les temps et malgré les vicissitudes nombreuses qu’elle a eu à subir sa physionomie et son cachet individuel. Disons le tout de suite que c’est là une preuve de sa force vitale », p. 4.

pvt ne nie ni ne rejette les liens avec la civilisation chinoise mais les Annamites ont une langue originale « une littérature populaire qui révèle les qualités et les génies de sa langue », p. 4, « le quôc ngu est un merveilleux instrument » mais il reste à « le doter d’un vocabulaire technique et scientifique », p. 5.

« La Fraternité représente l’union de nos forces pour une œuvre d’intérêt national ». Son but principal est « d’améliorer notre langue ». Il s’agit de travailler à l’instruction de la masse par la vulgarisation au moyen d’ouvrages en quôc ngu, des connaissances utiles, scientifiques et littéraires ». Il s’agit de rechercher « tous les moyens de nature à faciliter le séjour de nos jeunes compatriotes en France, à les maintenir dans la bonne voie, à les préserver des écarts de jeunesse et à leur assurer un maximum de profits intellectuels, moraux et matériels, avec un minimum de frais », p. 7.

pvt rend hommage à l’imprimeur saïgonnais Dinh Thai Son à l’écrivain Nguyen Van Vinh mais aussi aux lettrés Petrus Ky et Paulus Cua. Il écrit que La Fraternité qui repose sur une base démocratique encouragera chaque année la composition de manuels d’enseignement, elle aura un service permanent de traduction et de rédaction au siège social, elle fera progresser l’instruction du peuple et particulièrement des femmes, p. 12-13.

Il conclut « nous poursuivons une œuvre d’intérêt national ». L’ambition clairement affichée de Truong s’oppose à André Salles pour qui la langue française doit être enseignée au plus grand nombre possible d’Indochinois parce que l’Annamite est une « langue incertaine et pauvre qu’il faut consolider » par conséquent « l’Annamite tel qu’il est un outil utile à employer [mais] L’Annamite enrichi que rêvent certains deviendrait vite un puissant levier pour le nationalisme indigène » (juillet 1911). Cependant à la date de 1911, ce n’est pas à Truong ou pas seulement à lui que Salles fait allusion mais au commandant artilleur (et docteur en Droit) Jules Roux, ami de Phan Chu Trinh, qui en 1909 avait fondé l’Association amicale franco-annamite pour la divulgation et la diffusion du quôc ngu ; J. Roux qualifiait l’évolution du quôc ngu de « formidable ».

Documentation : sources et travaux

Archives nationales de France : fonds F7.

Archives d’outre-mer : fonds SLOTFOM, Ancien fonds Indochine, Nouveau fonds Indochine.

Marr D. G., Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925, University of California Press, 1971.

Nguyễn Phan Quang – Phan Van Hoang, Luât su Phan Van Truong, Ho Chi Minhville, 1995.

Phan Boi Châu Niên Biêu traduits et présentés en français par G. Boudarel sous le titre Mémoires de Phan Boi Châu, Paris, France-Asie/Asia, n° 194-195, 1968.

Trân My Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan. Prince Cuong Dê (1882-1951), Routledge, Londres et New York, 2005.

Notes

1 Dossier de naturalisation de Phan Van Truong, n° 6336X10, Archives nationales, Paris.

2 Voir Pierre Brocheux, « Note sur Gilbert Chieu, citoyen français et patriote vietnamien », Approches Asie, n° 11.

3 Trân Tân Binh, conférence à Nam Dinh cet extrait est reproduit dans le BEFEO, t. vii, 1907, p. 157, en même temps que la lettre de Phan Chu Trinh à Paul Beau.

Auteur

Co-auteur, avec Daniel Hémery, de l’ouvrage de référence Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, Paris, 2e éd. 2001). Ses travaux portent sur l’Indochine, Asie du Sud-est (agraire), ainsi que l’histoire politique, économique sociale et culturelle du Vietnam.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540