Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

1908 et la remise en question du rôle de l’élite dirigeante des lettrés

Thế Anh Nguyễn

Texte intégral

  • 1 Cf. Nguyễn Thế Anh, « L’abdication de Thành-Thái », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient(...)
  • 2 Cf. Nguyễn Thế Anh, « Le mouvement de protestation de 1908 contre les corvées et les impôts au Cen (...)

1En septembre 1907, la destitution du roi Thành-Thái pour cause de folie1 fit éclater une grave crise politique, car cette déposition du souverain fut ressentie comme une grave atteinte à une organisation intangible, d’autant plus qu’elle fut suivie par des mesures discutables, telles que les modifications apportées dans l’assiette des impôts personnel et foncier et dans le régime des prestations. Mettant à profit l’insatisfaction d’une population rurale atteinte directement par un système administratif et fiscal qui heurtait trop brutalement sa quiétude, les lettrés réformistes d’Annam lancèrent au début de 1908 une sorte de mouvement de désobéissance civile ayant pour objet le refus des obligations fiscales et visant à créer un courant d’opinion de masse susceptible aussi bien d’influer sur les autorités coloniales que de provoquer l’éveil d’un mouvement national. Par des conférences tenues jusque dans les villages les plus reculés, par des pamphlets, des chansons populaires, des affiches, les abus relatifs à la perception de l’impôt personnel, l’utilisation des corvées, l’exploitation des salines, l’affermage des bacs et marchés, ainsi que les actes de concussion imputés aux mandarins, furent vigoureusement dénoncés, de manière à provoquer colères et ressentiments et à déterminer des manifestations de masses2.

2Le mouvement de protestation contre les corvées et les impôts, déclenché le 12 mars 1908 dans la province de Quảng-Nam, surprit autant par son extension rapide et généralisée dans les autres provinces que par son intensité. La réaction des populations rurales au mot d’ordre lancé par les lettrés semblaient prouver qu’elles n’avaient jamais cessé de subir leur ascendant moral. Le gouverneur intérimaire Bonhoure le reconnut du reste en écrivant le 22 juillet 1908 :

  • 3 Centre des Archives d’outre-mer, Gouvernement général de l’Indochine, dossier 5886.

Les chefs [de l’agitation] appartiennent tous à l’élite de la société annamite. Anciens mandarins ou lettrés, ils sont pour la plupart originaires de l’Annam, où la vieille tradition littéraire s’est maintenue avec le plus de constance et où l’esprit national a conservé le plus de survivance. Le peuple de l’Annam, aussi moins en contact avec nos administrateurs que dans les autres pays, a peut-être plus souffert des exactions et des luttes des grands et des petits mandarins que l’Annamite du Tonkin ou de la Cochinchine. Aussi en manifestant contre les mandarins en place, agents de la France, s’est-il laissé conduire par des lettrés ou d’anciens mandarins qu’il n’a pas cessé de considérer comme ses chefs naturels3.

3Toutefois, l’envoi de troupes dans les régions troublées et la surveillance instituée autour des lettrés suspects permirent à l’administration de circonscrire le mouvement, puis de le mater.

  • 4 Centre des Archives d’outre-mer, Gouvernement général de l’Indochine, dossier 6082. La suite du ra (...)
  • 5 Ces jugements ont été traduits et publiés dans Nguyễn Thế Anh, Phong trào kháng thuế miền Trung nă (...)
  • 6 La liste ainsi dressée manque certainement d’exactitude, comme la qualité des inculpés n’était pas (...)

4Les autorités françaises voyaient cependant dans ce mouvement de protestation l’émergence au grand jour de machinations et d’intrigues menées de longue main et participant d’un plan d’ensemble mis en œuvre pour tenir le protectorat en échec par la désorganisation systématique de la vie administrative du pays. Elles étaient renforcées dans cette conviction par la découverte dans les derniers jours de juin 1908 d’une tentative d’empoisonnement de la garnison de Hanoi, tentative considérée comme le prélude à un mouvement insurrectionnel fomenté au Tonkin et dans le Nord-Annam par des partisans de Phan Bội Châu. Elles se résolurent alors à exercer une répression aussi prompte que possible. Des peines sévères frappèrent également les « intellectuels factieux » du Tonkin, qui « s’étaient faits, par leurs discours et leurs écrits, les promoteurs de l’insubordination contre l’autorité du protectorat »4, et les auteurs en Annam de la propagande pour les idées nouvelles comme des appels aux manifestations contre les impôts, tous délits réunis sous le même chef d’accusation de complot de trahison. L’administration royale de Huế, sommée de seconder efficacement le protectorat, se mit à sévir contre les chefs de l’agitation. Plus de quatre cents dossiers furent instruits expéditivement5. Les condamnations prononcées furent d’une extrême sévérité, les motifs d’inculpation retenus étant les faits de trahison et de conspiration, crimes punis, selon les cas, de décapitation ou de strangulation par le code Gia-Long. Le sursis fut certes accordé à la majorité des condamnés à mort, mais la plupart des inculpés se virent infliger les travaux forcés pour une période plus ou moins longue, avec internement au pénitencier de Lao-Bảo dans le Quảng-Trị, ou déportation à Poulo Condore. Pour avoir une idée du nombre de gens inculpés, il serait judicieux de dresser la liste de lettrés touchés par ces jugements6.

Décisions du Conseil de Régence entérinant les jugements des autorités provinciales d’Annam

5/ condamnation à la décapitation (souvent avec sursis)

6S condamnation à la strangulation (souvent avec sursis)

7* déportation à Poulo Condor

8° emprisonnement au bagne de Lao Bảo

93,9 nombre d’années de condamnation aux travaux forcés

10Bình Định, Phis Yên, Khánh Hoà :

SBùi Phiên Dư, bachelier

Hoàng Thượng Trung

Đào Toại, bachelier

/Hoàng Văn Đít, lettré

3Đặng Thành Tích, bachelier

/Nguyễn Bích, lettré

*Đinh Văn Cương

*Nguyễn Cù

Đinh Văn Hoán, conseiller royal

Nguyễn Du, ex-stagiaire

*Đoàn Hữu

*Nguyễn Duy Viên, bachelier

*Hoàng Văn Chùy

Nguyễn Đại Hưng, bachelier

*Hồ Như Ý, étudiant

*Nguyễn Hàm, chef de canton

Hồ Sĩ Tạo, sous-préfet en congé de deuil

Nguyễn Lương Thuyên, rédacteur par

3Lê Chuân, licencié

privilège hérité

°Lê Cơ, bachelier

Nguyễn Thanh, bachelier

Lê Cương, bachelier

SNguyễn Phác, bachelier

Lê Phổ, garde des sceaux suspendu

/Nguyễn Văn Thành

*Lê Thức

*Nguyễn Văn Tính

*Lê Viết Tuấn

*Trần Cao Vân (1866-1916)

Trần Hoán, licencié

*Trương Khả

/Trần Quí Cáp (1871-1908), docteur,

Võ Du, bachelier

instructeur provincial

3Võ Đồng, étudiant au Quốc-Tử-Giám par

Trần Tuyên, ex-stagiaire

privilège hérité

*Trần Lập

11Hà Tĩnh, Nghệ An, Thanh Hoá :

*Châu Trạc

/Nguyễn Hàng Chi, lettré

*Đặng Nguyên Cẩn, docteur, instructeur

*Nguyễn Chỉ Tín, interprète, fils de Nguyễn

provincial

Dữ Hàm

*Đặng Văn Bá, licencié en attente

Nguyễn Chuyên, père Nguyễn Hàng Chi

de nomination

*Nguyễn Lợi Thiệp, bachelier

Ðào Văn Huân, bachelier

Nguyễn Sĩ Vận, bachelier

*Hoàng Văn Khải, licencié

*Nguyễn Soạn, licencié

*Lê Duy Tá

*Nguyễn Thuợng Hiền (1868-1925),

*Lê Nguyễn Thành, bachelier

instructeur provincial en fuite

*Lê Trọng Nhĩ, licencié

*Nguyễn Xứng

*Lê Văn Huân (?-1920), licencié en attente

*Phạm Ngô Đồng

de nomination

*Phạm Tấn Xoang

*Ngô Đức Kế (1878-1929), docteur, arrêté

*Phạm Văn Ngôn, bachelier

en 1907

*Nguyễn Dữ Hàm, bibliothécaire à l’académie royale

12Quảng Nam :

*Dương Thạc, bachelier, 27 ans

Nguyễn Bính, lettré

°Dương Thương, frère du précédent

Nguyễn Cương, ou Tú Cang

Đặng Lương, mandarin stagiaire

Nguyễn Đình Tán, licencié, thị độc (lecteur)

Dinh Ích, lettré

à la retraite

Đỗ Tự, lettré

Nguyễn Phùng, lettré

Hồ Cảnh, lettré

*Nguyễn Thành ou Ấm Hàm (1863-1910),

Hoàng Hữu Hiến, lettré

licencié

*Huỳnh Thúc Kháng (1876-1947), docteur

Nguyễn Tốn, bachelier

Hứa Tạo, étudiant au Quốc-Tử-Giám

Ông Ích Ðương

Lương Châu, id.

Phạm Hữu Đôn, lettré

*Lê Bá Thuần, licencié

*Phan Châu Trinh (1872-1926), docteur

Lê Diễn

Phan Khôi (1887-1959)

Lê Cơ (né en 1859), bachelier

*Phan Thúc Diễn (ou Duyên), licencié

Mai Dị, licencié

Trịnh Luyện, lettré

Mai Luyện, bachelier, père du précédent

*Trương Bá Huy

Ngô Diệm, lettré

Trương Côn, étudiant au Quốc-Tử-Giám

Nguyễn Bá Trác, licencié

Trương Ðính, id.

Trương Ngoc Phiên, lettré

Trương Tốn, id.

Trương Nhiếp, lettré

Trương Tuấn, enseignant à une école du

Trương Hoành, étudiant au Quốc-Tử-Giám

mouvement Duy Tân

13Quảng Ngãi :

° Đặng Giảng

°Nguyễn Thâm

°Ðoàn Khâm

*Nguyễn Thạc, bachelier

°Hoàng Văn Láng

9Nguyễn Thoa, lettré

°Lê Đình Cẩn (1870-1914), licencié

Nguyễn Thống, adjoint

°Lê Hữu Bang

9Nguyễn Tuyên, lettré

Lê Khiết, administrateur provincial à la

°Phạm Cao Ðàm

retraite

°Phạm Cao Tiêu

Nguyễn Bá Loan, ou Ấm Loan, fils du

9Phạm Chẩm, lettré

gouverneur de province Nguyễn Bá Nghi

°Phạm Mỹ

9Nguyễn Mân, sous-préfet dégradé

°Phạm Soạn

9Nguyễn Sụy, licencié

°Phan Văn Kế

°Nguyễn Hoàn, licencié

*Trần Kỳ Phòng

°Nguyễn Hữu Công

9Trần Quang, lettré

9Nguyễn Kiên, bachelier

Trần Trọng Chân, lettré

14Thừa Thiên :

Hoàng Bá Ðàm, lettré

Nguyễn Tấn Dinh, lettré

Hoàng Thông, enseignant à l’École Quốc

Thân Trọng Cảnh, lettré

Học

*Lê Mộng, étudiant au Quốc-Tử-Giám par

privilège hérité

15Par ailleurs, l’administration se hâta d’agir pour empêcher la reconstitution du parti d’agitation, en prenant à l’intérieur des dispositions de police et de surveillance nécessaire, et en traquant ses chefs réfugiés à l’étranger.

  • 7 Voir par exemple Nguyễn Thế Anh, « Chính phủ Nam triều và các nhà cách mạng Việt-Nam qua các châu (...)

16Ces mesures répressives éliminèrent tant en Annam qu’au Tonkin tout ce qui comptait comme lettrés progressistes. Ceux qui avaient pu échapper aux poursuites se retirèrent dans la clandestinité, ou bien rejoignirent Phan Bội Châu dans son exil. La situation sans issue à laquelle ils avaient abouti devait condamner sans rémission chez eux tout espoir de décolonisation progressive : n’hésitant plus entre le réformisme et la violence, ils allaient se laisser gagner aux méthodes de la propagande par le fait. Mais les épisodes séditieux dont ils se firent les initiateurs jusqu’au lendemain de la première guerre mondiale n’étaient plus que l’expression de conspirations du désespoir7. En fait, les événements de 1908, en marquant l’éclatement du corps des lettrés confucéens – car il n’y avait plus désormais que des mandarins et lettrés de la voie officielle, au service de la colonisation –, avaient mis par là même un terme au rôle historique de ce corps en tant que classe sociale, bien avant l’abolition des concours triennaux, en 1915 au Tonkin et en 1918 en Annam, abolition qui consacra définitivement l’extinction de la classe des lettrés confucéens. Les fils de la bourgeoisie mandarinale et terrienne ne tardèrent pas à se détourner de cette ancienne génération, qui formait à leurs yeux le dernier carré d’une structure périmée.

17Dans la seconde décennie du XXe siècle, le paysage socioculturel allait du reste se modifier profondément avec l’apparition, sous l’effet des transformations politiques et économiques opérées par le régime colonial, de nouvelles couches sociales : intelligentsia moderne composée de jeunes formés à l’instruction française et d’employés des services publics ou des firmes privées ; bourgeoisie terrienne, commerçante, parfois manufacturière. Les éléments éclairés de ces nouvelles couches sociales aspiraient au pouvoir et à la responsabilité, en proportion avec la compétence qu’ils avaient acquise aux côtés des Français, et pour y parvenir ils étaient prêts à composer avec les autorités coloniales. Ils prônaient le rapprochement et les réformes au lieu de la révolte. Ils faisaient confiance à la politique définie par Albert Sarraut au cours de ses deux gouvernements (1911-1914 et 1916-1919) – amener « dans un libéralisme sincère mais prudent » les populations indochinoises à « la liberté dans la modernisation » – et devenue à leurs yeux un symbole pour ce qu’il paraissait renfermer comme tendance libérale de mieux être et de mieux devenir pour la société indigène. Mais si le consensus était général sur la nécessité de faire évoluer progressivement le pays par l’instruction du peuple et par le développement du commerce et de l’industrie, les opinions divergeaient quand il s’agissait du régime politique. Il y avait d’abord les tenants d’une assimilation plus complète encore des méthodes françaises, qui étaient partisans de la suppression de la royauté et de son administration parce qu’elles constituaient un régime rétrograde, ennemi du progrès. Une seconde tendance avait pour idéal le maintien de l’administration traditionnelle par le raffermissement du trône et de l’autorité mandarinale, parce qu’aux yeux de ses partisans l’éducation politique de la population restait encore à faire, et le roi avait un rôle à jouer dans l’œuvre de régénération matérielle et morale du pays.

  • 8 Cf. Nguyễn Thế Anh, « A case of Confucian survival in twentieth-century Vietnam : Huỳnh Thúc Kháng (...)

18Dans un tel climat, les déportés à Poulo Condore qui avaient fait leur rentrée ne sauraient manquer de faire entendre leurs voix. Phan Châu Trinh, libéré dès 1911 à la demande de la Ligue des Droits de l’Homme, ne dévia pas de ses idées maîtresses de modernisation culturelle et d’apprentissage de la démocratie, réclamant lui aussi l’abolition de la royauté et du mandarinat, qu’il ne cessait de considérer comme une entrave à l’évolution normale du peuple. Reconverti dans le journalisme après avoir été relâché en 1921, Ngô Ðức Kế explicitait dans la revue Hữu Thanh (La Voix des Amis) un progressisme fondé sur l’éducation des masses. Convaincu que seule la mobilisation populaire permettrait de sauver le pays, il soutenait encore que de la survivance du peuple (dân tộc) dépendait celle de la langue, condition sine qua non pour que la littérature pût subsister. Cela, pour répondre à la campagne menée par Phạm Quỳnh dans sa feuille Nam Phong pour glorifier le roman Kim Vân Kiều comme la personnification de l’âme nationale et de l’essence nationale du Vietnam. Cette conception de la littérature comme un guide moral et non comme un pur divertissement de Ngô Ðức Kế était partagée par son ami Huỳnh Thúc Kháng, libéré de Poulo Condore aussi en 1921, et dont le journal Tiếng Dân (La Voix du Peuple) qu’il fonda en 1927 fournissait la preuve que, malgré le déclin des vieilles traditions politiques, les membres survivants de l’intelligentsia confucéenne ne s’étaient pas tous tenus à l’écart de la fermentation intellectuelle et politique de leur époque. À travers ce journal dont il voulait faire le maître à penser de la population de l’Annam, Huỷnh Thúc Kháng personnifiait en effet un certain type d’intellectuel qui, bien qu’élevé dans le confucianisme dont il était totalement imprégné, adopta une forme occidentale de communication publique, le journalisme, pour participer au débat sur la modernisation et la construction nationale, alors que la jeune génération ne voulait avoir plus rien à faire avec le système des valeurs, les institutions et les pratiques de la société traditionnelle8.

  • 9 D’où la supposition que Phan Khôi aurait servi d’indicateur au résident Lesterlin. Voir Nguyễn Côn (...)
  • 10 Le critique littéraire Lại Nguyên Ân s’est donné pour tâche de réunir les articles écrits par Phan (...)

19Le lettré confucéen qui avait le plus brillamment réussi sa reconversion dans le journalisme était cependant Phan Khôi. Bachelier en 1905 à l’âge de 19 ans, sa rencontre cette année-là avec Phan Bội Châu et Phan Châu Trinh semblait le dissuader de poursuivre la voie des concours. Arrêté lors des événements de 1908, il ne fut pas déporté à Poulo Condore mais seulement interné dans la prison de Quảng-Nam jusqu’en 1914, lorsqu’il fut amnistié par Albert Sarraut9. À partir de 1917, il collabora avec le journal Nam Phong, puis avec d’autres journaux de Saigon et de Hanoi10. En 1928, avec des articles publiés dans le Đông Pháp Thời Báo, il posa le problème de l’établissement de nouvelles bases pour le Vietnam. Par exemple, les coteries partisanes parmi les intellectuels vietnamiens formaient à ses yeux une telle barrière pour l’échange des idées sur les problèmes du Vietnam qu’il était prêt à dénoncer publiquement ces coteries comme des cliques de lettrés (học phiệt). Il pensait qu’afin de développer une communauté nationale vietnamienne, il faudrait abolir les vieilles conceptions d’espace social qui divisaient cet espace en des sphères différenciées qualitativement, avec des agrégats sociaux traditionalistes (familles, lignées, cliques de lettrés) qui les occupaient. Pour trouver des substituts à ces sphères, il voulait établir des règles universelles suggérées par la science moderne, règles universelles applicables à tout le monde dans un seul espace social indifférencié. D’autre part, il y avait à son avis au moins deux raisons qui faisaient qu’un renouveau confucéen échouerait à répondre aux besoins contemporains : le spiritualisme et l’occultisme sous-jacents au confucianisme allaient à l’encontre de la science, et toute défense de l’aristocratie idéale des hommes supérieurs était incompatible avec la démocratie. De plus, les auteurs confucéens passaient trop de temps à dire aux gens ce qu’il fallait faire, au lieu de découvrir, d’analyser, et d’expliquer pourquoi une action donnée était correcte. Toutefois, Phan Khôi ne croyait pas que la culture morale personnelle et le progrès moral personnel (tu thân) pussent être évalués scientifiquement, Pour cette raison, il serait inadmissible que les Vietnamiens ignorent l’héritage confucéen, puisque c’était une partie d’eux-mêmes et le resterait.

20Cependant, l’administration française se refusa toujours délibérément à envisager la libéralisation du système politique que l’on espérait. L’élite dirigeante commençait donc à s’impatienter des restrictions politiques imposées par le régime, accusé de manquer à ses promesses. Une certaine radicalisation du climat social général se fit jour, à laquelle Huỳnh Thúc Kháng fournit cette explication :

  • 11 ANOM FM, Indochine N. F., carton 54, dossier 632.

Dans cette nation forcée depuis longtemps de s’oublier elle-même, c’eût été le commencement d’une ère de régénération vitale si l’ardente volonté de la population, surtout des lettrés et des jeunes gens, de participer à la gestion du pays avait été satisfaite par la fondation d’un parti légal… À cette jeunesse assoiffée d’action, on donna évasivement pour toute réponse le conseil d’attendre la promulgation d’un code annamite spécialement préparé pour la matière. Les bonnes volontés fléchissaient de déception, toutes abandonnées à leurs sentiments de récrimination, le terrain semblait tout préparé pour que la semence extrémiste y fleurisse dans les conditions les meilleures. Voilà comment on devient par la force des choses, malgré soi, la proie de propagandistes de doctrines révolutionnaires11.

21Il voulait parler de ces jeunes intellectuels séduits par l’activisme révolutionnaire qui allait culminer dans la flambée de 1930, véritable mise en question générale de l’ordre colonial. Seule une très dure répression permit aux autorités de venir à bout de cette explosion révolutionnaire, qui révéla de la façon la plus frappante la radicalisation politique et la rupture du corps social.

Notes

1 Cf. Nguyễn Thế Anh, « L’abdication de Thành-Thái », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, t. 64, 1977, p. 257-264 et Nguyễn Thế Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, l’Harmattan, 1992, p. 204-209.

2 Cf. Nguyễn Thế Anh, « Le mouvement de protestation de 1908 contre les corvées et les impôts au Centre Vietnam », Europe-Asie. Échanges, éthiques et marchés (XVIIe-XXIe siècles), Martine Raibaud et François Souty (dirs), Paris, Les Indes Savantes, 2004, p. 159-166.

3 Centre des Archives d’outre-mer, Gouvernement général de l’Indochine, dossier 5886.

4 Centre des Archives d’outre-mer, Gouvernement général de l’Indochine, dossier 6082. La suite du rapport dit cependant : « Théoriciens éloquents mais prudents de l’émancipation sociale du peuple annamite et de son indépendance politique, ils ont évité avec le plus grand soin de se mêler à la tourbe des empoisonneurs et des bandits ».

5 Ces jugements ont été traduits et publiés dans Nguyễn Thế Anh, Phong trào kháng thuế miền Trung năm 1908 qua các Châu bản trieu Duy-Tân [Le mouvement de protestation de 1908 au centre Vietnam à travers les documents rouges du règne de Duy-Tân], Saigon, Bộ Văn Hóa Giáo Dục và Thanh Niên, 1973, 187 p.

6 La liste ainsi dressée manque certainement d’exactitude, comme la qualité des inculpés n’était pas toujours indiquée. Les gens originaires du Nord ne s’y trouvent pas non plus, comme ces personnages principaux de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục tels que Lương Văn Can (?-1927), Lê Đại (1865-1952), Võ Hoành, également déportés à Poulo Condore en 1908.

7 Voir par exemple Nguyễn Thế Anh, « Chính phủ Nam triều và các nhà cách mạng Việt-Nam qua các châu bản những năm 1910-1913 » [Le gouvernement royal de Huế et les révolutionnaires vietnamiens à travers les documents rouges des années 1910-1913], Văn Lang (Westminster, California), n° 3, 6-1992, p. 79-112.

8 Cf. Nguyễn Thế Anh, « A case of Confucian survival in twentieth-century Vietnam : Huỳnh Thúc Kháng and his newspaper Tiếng Dân », The Vietnam Forum, n° 8, 1986.

9 D’où la supposition que Phan Khôi aurait servi d’indicateur au résident Lesterlin. Voir Nguyễn Công Hoan, « Hành động và tư tường phản động của Phan Khôi cho đến thời kỳ toàn quốc kháng chiến » [Les actes et les idées réactionnaires de Phan Khôi jusqu’au début de la résistance], Văn Nghệ, n° 12, 5-1958, p. 4-15.

10 Le critique littéraire Lại Nguyên Ân s’est donné pour tâche de réunir les articles écrits par Phan Khôi à partir de 1928 ; 4 recueils en ont été publiés à ce jour : Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1928 [Œuvres publiées dans la presse en 1928], Danang, Éditions Đà Nẵng, 2003, 436 p. ; Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1929 [Œuvres publiées dans la presse en 1929], Danang, Éditions Đà Nẵng, 2005, 765 p. ; Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1930 [Œuvres publiées dans la presse en 1930], Hanoi, Éditions Hội Nhà Văn, 2006, 1023 p. ; Phan Khôi, Tác phẩm đăng báo 1931 [Œuvres publiées dans la presse en 1931], Hanoi, Éditions Hội Nhà Văn, 2007, 1031 p.

11 ANOM FM, Indochine N. F., carton 54, dossier 632.

Auteur

Directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études, il a notamment publié l’ouvrage Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925), Paris, l’Harmattan, 1992. Le recueil Parcours d’un historien du Viêt Nam, rassemble ses nombreux articles, Paris, Les Indes savantes, 2008.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540