Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

Les femmes dans le mouvement de la modernisation vietnamienne au début du xxe siècle : les germes d’une émergence

Trân Phượng Bùi

Texte intégral

  • 1 Bui Trân Phuong, Viêt Nam (1920-1945) : genre et modernité, émergence de nouvelles perceptions et (...)

1Des recherches sur l’apparition d’une nouvelle perception des genres au Vietnam dans les années 19201 nous ont amenée à remonter aux sources de cette nouveauté au début du XXe siècle. La confrontation des témoignages et documents écrits du début du XXe siècle avec la masse bien plus importante d’écrits de femmes et sur les femmes parue à partir des années 1920 permet de reconnaître des thèmes récurrents, des influences plus ou moins directes et d’identifier ainsi dans le mouvement Duy Tân les germes d’une émergence de la prise de conscience de genre. Notre contribution essaiera d’analyser et de clarifier ce lien ténu, difficilement perceptible mais bien réel entre la génération des femmes du début du siècle et celles qui, quinze ans plus tard se sont affirmées avec vigueur et diversité dans la vie politique, sociale et culturelle vietnamienne.

Les femmes dans le mouvement Duy Tân

  • 2 L’expression « Nouveaux lettrés » désigne ceux qui, dans un mouvement généralisé au début du XXe s (...)
  • 3 Nous utiliserons ici indifféremment « révolutionnaire », « réformiste » ou « moderniste » pour qua (...)

2La participation féminine à la lutte nationaliste ne peut apparaître qu’avec le développement d’idées nouvelles et de comportements nouveaux des hommes et des femmes. L’historiographie vietnamienne officielle distingue dans le mouvement des « nouveaux lettrés »2 du début du XXe siècle un courant dit « révolutionnaire » (en gros celui de Phan Bội Châu) parce qu’il privilégiait la lutte armée anti-colonialiste et une tendance dite « réformiste » (en gros celle de Phan Châu Trinh) à connotation péjorative. Cette distinction n’est pas totalement infondée, mais les témoignages des lettrés ayant participé au mouvement montrent que la ligne de partage entre les deux tendances n’était pas étanche. Tous les ouvrages récemment parus à ce sujet, surtout à partir des années 1990 au Viêtnam, suggèrent une synergie certaine entre elles, malgré des réparties parfois cinglantes entre les deux chefs de file. En nous intéressant aux prises de position de ces deux leaders comme de certains autres lettrés modernistes par rapport aux questions de genre, nous verrons encore plus clairement combien la ligne de partage gagnerait à être davantage nuancée3.

Une présence féminine discrète mais importante dans l’action révolutionnaire

  • 4 Nguyễn Hiến Lê, Dông Kinh Nghĩa Thục, phong trào duy tân đầu tiên ở Việt Nam [L’école de Dông Kinh (...)

3Après quatre décennies d’insurrections armées aussi héroïques que désespérées, les lettrés vietnamiens avaient commencé à s’intéresser à certains concepts occidentaux avec l’idée d’en faire des outils dans la lutte nationaliste. Les objectifs de progrès économique, social, d’éducation moderne et de démocratisation furent affirmés, parallèlement (voire, pour certains, prioritairement) à ceux d’indépendance et de souveraineté nationales. Des écoles révolutionnaires furent ainsi créées notamment à Hanoi et sur toute la côte du Centre Viêtnam, à la fois sur le modèle des écoles coloniales franco-vietnamiennes – car on y enseignait le calcul et les sciences à côté des lettres, la géographie à côté de l’histoire, le français et l’écriture vietnamienne romanisée (quốc ngữ) en même temps que le sino-vietnamien classique – et pour s’y opposer, car on y apprenait le patriotisme et la lutte anti-colonialiste. Le mouvement des nouveaux lettrés était connu sous l’appellation de Modernisation (Duy Tân) ou du Voyage à l’Est (Đông Du), c’est-à-dire l’envoi des jeunes dans des écoles militaires au Japon. Si les départs – clandestins et prévus avec l’objectif de former des dirigeants militaires – étaient exclusivement masculins, les activités dites rénovatrices commençaient à être partagées entre les deux sexes. Pour la première fois dans l’histoire vietnamienne, ce ne furent plus les Français mais les lettrés qui admirent les filles à côté des garçons sur les bancs d’école et qui firent appel à des maîtresses d’école, épouses ou filles de dirigeants du mouvement. Cependant, l’histoire ne retient le plus souvent que les noms des hommes. Dans le cas de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục qui comptait une classe de filles pour une classe de garçons, le nom du maître de cette dernière, Lương Trúc Ðàm, est connu depuis longtemps, alors que la maîtresse n’est désignée que comme mademoiselle Cinquième, donc par son rang dans la fratrie. Les classes pour filles existaient aussi dans d’autres écoles moins renommées, mais on ne sait rien de leurs enseignantes. Les femmes furent également présentes dans les conférences ouvertes au public externe aux écoles, aussi bien à Hanoi que dans les provinces avoisinantes. « Les auditeurs étaient assis d’un côté, les auditrices de l’autre, les élèves étaient assis derrière les dames », indique Nguyễn Hiến Lê, qui remarque avec pertinence dès la première édition de son livre en 1956 : « c’était vraiment très nouveau, il y a un demi-siècle, qu’il y ait eu comme cela de telles réunions où se côtoyaient hommes et femmes.4 »

  • 5 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 106-108, p. 111-113.
  • 6 L’un des exemples, encore insuffisamment connu est celui de la tante du célèbre révolutionnaire Ng (...)

4Un des éléments importants de la tendance moderniste fut l’abandon du mépris de l’économie et la création d’entreprises commerciales : le fait que des lettrés, y compris certains mandarins n’hésitèrent pas à démissionner ou à prendre leur retraite pour créer et diriger des entreprises commerciales, était une vraie révolution dans les esprits car, dans l’optique confucianiste rien n’était plus méprisable que le commerce. En même temps qu’ils animaient des écoles et finançaient les départs clandestins d’étudiants vietnamiens au Japon, certains lettrés s’investirent en défrichant des terres pour des plantations de cannelle ou de canne à sucre dans le Centre, en créant des boutiques à Hanoi ou des restaurants et hôtels à Saigon. Dans ce domaine économique, le rôle des femmes était vital « dans les coulisses » : certaines d’entre elles dépensèrent leurs économies ou vendirent leurs bijoux pour financer les activités révolutionnaires de leurs époux et surtout, dans le fonctionnement lui-même des nouvelles activités, la plupart d’entre elles, habituées à la cuisine, au travail des champs ou au petit (et moins petit) commerce, réussissaient bien mieux que leurs vénérables époux. Ceux-ci, empêtrés dans leur longue tunique et leur turban, intimidaient les clients et surtout les clientes, ménagères actives ou femmes de lettrés5. Certaines femmes étaient si efficaces et professionnelles qu’on les nommerait aujourd’hui des entrepreneuses de talent, des executive women6, et leurs activités ne se limitaient pas au commerce, mais s’étendaient à la haute couture, à la grande cuisine ou à l’hôtellerie. Le succès des entreprises modernistes, et surtout leur survie à la période de répression qui suivit 1908, s’expliquent par l’esprit patriotique, mais aussi par ce professionnalisme des femmes. Ce rôle est cependant minoré, parce qu’elles se montraient discrètes et respectueuses du prestige de leurs éminents conjoints lettrés d’une part, parce que les activités économiques et financières Duy Tân sont toujours moins valorisées que les activités culturelles, même aujourd’hui.

  • 7 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 101-102. Elle ajoute : « environ un mois après la vente de cette bout (...)

5Le témoignage a posteriori de madame Lương Văn Can, l’épouse de l’emblématique directeur de Đông Kinh Nghĩa Thục, montre comment les épouses des lettrés gardaient en ce début du XXe siècle leur rôle traditionnel de trésorière familiale, et aussi comment elles évoluèrent dans la conception de leur responsabilité. Les dons des patriotes n’étaient pas suffisants pour assurer la fondation de cette école, même en y ajoutant ceux des anciens élèves des fondateurs. Madame Lương Văn Can vendit alors une boutique de tissus qu’elle avait tenue auparavant avec ses deux filles au numéro 4, rue Hàng Đào à Hanoi, qui devint le premier local de l’école. Six mois après, face au déficit de l’école, elle prit la décision de vendre une autre boutique familiale rue Hàng Ngang pour remettre 7 000 piastres à son époux. Elle dira plus tard à un membre de la famille : « je tremblais comme une feuille en signant le contrat de vente. Depuis ma petite enfance, je n’ai jamais vu quelqu’un oser toucher au patrimoine ancestral.7 » Ce comportement illustre le changement de mentalité d’une femme qui passe du statut habituel de trésorière et gardienne des traditions à celui d’une épouse qui partage l’idéal de son mari au point de braver les interdits, « en tremblant », pour lui permettre d’atteindre ses objectifs. Malheureusement, ce genre de témoignage est rare et seul le statut éminent de Nguyễn Hiến Lê lui a permis d’affirmer sa volonté de consigner ces éléments pour la postérité.

6Conséquence de l’évolution moderniste, la participation efficace des femmes au Duy Tân a certainement inspiré les lettrés et fut, après 1908, par le biais des chants et des ouvrages pédagogiques qui ont continué à circuler, une source d’inspiration pour les générations de femmes des années 1920 et plus largement pour les mouvements nationalistes et communistes.

Un début de théorisation de la part des lettrés modernistes

  • 8 Van tho Dông Kinh Nghĩa Thục [Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục], Ha Nôi, Éditions Van hoa, (...)

7Un des aspects essentiels du mouvement Duy Tân, fut l’activité de rédaction et de publication d’écrits patriotes, utilisés comme matériel pédagogique dans les écoles, plus particulièrement celle de Đông Kinh Nghĩa Thục. L’étude des documents produits à l’époque montre que la participation féminine relevait davantage de ce qui ressemble à un féminisme naissant que de l’habitude traditionnelle de se reposer sur le đảm dang (être entreprenant) des Vietnamiennes. Par exemple, trois chants intitulés Chant d’appel aux femmes, Conseils d’une mère et Conseils d’une épouse8 témoignent du rôle des femmes auprès des membres masculins de leur famille. Ils reprennent des berceuses populaires en en transformant le contenu : la mère y encourage son fils à venger la patrie et à accomplir son devoir, recommandations traditionnelles, mais elle affirme en même temps des angoisses toutes neuves :

  • 9 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, ibid., p. 125. Nous traduisons.

Je suis tellement triste
Que nous soyions depuis longtemps dans l’ignorance et dans l’humiliation.
Je n’ai pas d’autre ambition
Que d’entrer en compétition avec les pays du monde9.

  • 10 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 73-74.

8Un autre Conseil à son fils10, publié par Nguyễn Hiến Lê porte un sous-titre en sino-vietnamien (Mẫu di tử qui ; la mère s’ennoblit par son fils) qui fait référence à un adage traditionnel qui voulait que la mère favorise les études de son fils vers la voie mandarinale, mais en le détournant, puisque le poème signale en fait le danger d’oublier ses compatriotes à trop rechercher les honneurs officiels. La mère y indique qu’elle serait mortifiée à la vue du « corps esclave » de son fils revêtu d’un costume mandarinal :

  • 11 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 126.

Tâche d’être utile à notre pays,
De bien maîtriser les métiers modernes
Fais briller le nom du peuple vietnamien
Sans intelligence on ne peut se tenir debout dans la vie11.

  • 12 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 72-73.

9De la même façon, l’épouse exprime pour son mari une ambition bien plus haute que la réussite aux concours. Les Conseils d’une épouse12 commencent par une mise en parallèle :

Bien tendre est l’amour conjugal,
Bien ancienne est la dette du héros à son pays !

10Composé dans le genre hát nói (chant parlé), un genre littéraire habituellement utilisé pour chanter les plaisirs de la vie dans les maisons de jeux et de chanteuses, le poème a préservé les deux vers en sino-vietnamien pour exprimer l’idée sans doute considérée comme essentielle :

  • 13 Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 72-73. Les noms des personnalités sont cités sous leur forme si (...)

Face au miroir, tu n’auras pas honte vis-à-vis de Bismark et de Gladstone.
Embellie, je n’aurai pas honte à l’égard de Jeanne d’Arc et de madame Roland13.

11Cette mise en parallèle, et sur le même plan, de femmes et d’hommes illustres témoigne évidemment d’un sens de l’égalité entre les genres tout à fait nouveau. De plus, évoquer à la fois une héroïne patriote (Jeanne d’Arc) et une militante de l’émancipation des femmes (Mme Rolland) montre que pour les femmes comme pour l’ensemble du mouvement réformiste, l’objectif de la modernisation était double : libération nationale d’une part, affranchissement et mieux-être de l’individu par la modernisation d’autre part. Le mouvement des lettrés modernistes du début du XXe siècle a jusqu’ici été expliqué comme une prise de conscience d’une catégorie sociale dans son ensemble, mais une catégorie comprise uniquement dans sa masculinité : on saisit ici que la prise de conscience s’est également déclinée au féminin.

12L’aspiration classique aux valeurs confucéennes – « Je n’ambitionne pas les grandes rizières et les larges étangs mais la plume et l’encrier du lettré », dit un poème populaire – se transforme au début du XXe siècle en un culte nouveau des valeurs modernes telles que les connaissances scientifiques, le savoir-faire technique et professionnel, la compétition et le progrès, l’autonomie financière comme condition de l’indépendance politique et expression de la souveraineté nationale, que l’école Đông Kinh Nghĩa Thục cherchait à diffuser. L’école s’exprimait par la voix des femmes et s’efforçait de les mobiliser en tant que genre. Alors qu’une leçon était donnée aux six types de personnes – sous-entendu d’hommes – insensibles à l’humiliation nationale, une autre est proposée à l’ensemble des femmes. Le Chant d’appel aux femmes réfutait le préjugé d’obédience confucianiste chinoise selon lequel les femmes étaient par nature ignorantes et indifférentes à la cause patriotique et en imputait la faute aux hommes qui ne leur avaient pas permis l’accès à l’instruction. Il citait l’exemple des femmes japonaises et américaines qui agissaient comme des « héros parmi les femmes » dans les mouvements patriotiques de leurs pays. Il exhortait les Vietnamiennes à sortir de leur vie quotidienne embourbée dans le petit commerce avec des calculs d’intérêt à court terme et dans la superstition futile :

  • 14 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., 119-20. L’appel aux intellectuelles était on n (...)

Si vous ne pensez qu’au confort matériel d’un moment,
Comment sauriez-vous vous blanchir de l’humiliation de mille ans ?
Tenez-vous donc bien fermes en cet univers,
Vous êtes des êtres humains à égalité avec d’autres êtres humains.
Fard et vermeil, entrez donc dans la compétition aussi bien avec vos talents qu’avec votre beauté,
Si vous ne nourrissez pas cette aspiration, vous ne serez bonnes à rien.
Réfléchissez bien, sœurs, réfléchissez à plusieurs reprises,
Réfléchissez à ce qui a été dit pour changer de caractère,
Afin d’en faire profiter les femmes que vous êtes et d’autres femmes,
Regardez l’exemple que vous ont montré les intellectuelles (nu su) d’autrefois14.

13Le Manuel scolaire de morale, nouvelle version, un des manuels principaux de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục, traitait « de l’éducation, de la diffusion des valeurs morales et de la conduite individuelle et collective qu’il convenait d’adopter au sein d’une époque nouvelle » et son chapitre trois est consacré à la famille. Si le précepte suivant lequel l’épouse « doit respecter son mari, suivre sa volonté » y semble bien traditionnel, obéissant à la deuxième des trois soumissions, le fait de citer le couple en premier parmi les « trois proches » et la définition de la bonne entente entre conjoints rendent un tout autre son de cloche. Dans les recommandations des nouveaux moralisateurs, la méfiance vis-à-vis de la beauté physique féminine, la préférence pour la sagesse et la vertu étaient dans la droite ligne des traditions. Le souci de l’harmonie, du bonheur des conjoints considérés dans un rapport d’égalité, et surtout la préconisation d’un choix personnel de son conjoint par la jeune fille comme par le jeune homme tenaient par contre d’un nouveau mode de pensée.

14La préoccupation patriotique est à l’origine du Duy Tân et la participation des femmes y fut sollicitée à la fois d’une façon traditionnelle et d’une façon plus moderne, comme nous venons de le voir. Mais la mobilisation des femmes fit également émerger les idées d’égalité, de dignité personnelle et l’aspiration à mettre fin à « l’humiliation de mille ans », une oppression de bien plus longue date que l’oppression colonialiste. Autant de nouveautés qui s’épanouiront dans les décennies suivantes.

L’impact sur les générations suivantes

  • 15 Sung bai giai nhân, Pour le culte des héros, reproduit par Chuong Thâu, Phan Bội Châu, Œuvres comp (...)

15Phan Bội Châu (1867-1940) représente le lien le plus fort entre le mouvement moderniste du début du XXe siècle et les mouvements révolutionnaires des années 1920-1945, non seulement par ses actions et ses écrits, mais aussi par sa personnalité propre et l’influence immense qu’il exerça sur les patriotes des générations suivantes, toutes tendances confondues. En ce qui concerne les femmes, Phan Bội Châu fut aussi celui qui leur voua un culte des plus fervents. Dans son Histoire de la mère Lân, une femme héroïque15, Phan conclut :

  • 16 Phan Bội Châu, Œuvres complètes, ibid., p. 290.

L’immense force sacrée du mont Nghia et du fleuve Lam ne s’est pas manifestée chez les hommes mais au contraire chez les femmes. N’est-ce pas un signe de l’égalité du Créateur vis-à-vis de l’humanité ? J’espère que vous, femmes de notre pays, considérerez ces femmes héroïques et patriotes comme vous-mêmes et ne laisserez pas les maris mesquins de ce monde entraver vos actions16.

  • 17 Bui Trân Phuong, Viêt Nam (1920-1945) : genre et modernité…, op. cit., chap. vii.

16Son but immédiat en ce qui concerne ce point précis est évidemment de susciter l’émulation patriotique au sein du genre masculin, mais le « féminisme » de Phan Bội Châu17 était indéniablement authentique et enthousiaste. Il nourrissait par exemple une admiration profonde et fidèle à la mémoire de la jeune militante Lê Thị Dan, très active dans le mouvement révolutionnaire des années 1904-1908 qui, capturée et torturée par l’ennemi, s’était montrée indomptable au point de se suicider à l’aide de sa ceinture de soie. Vingt ans après, en 1928, Phan érigea un autel dans le jardin de sa résidence à Huê pour son culte et l’appela Ấu Triệu, ce qui signifie « jeune Triệu », se référant à Triệu Thị Trinh, héroïne nationale pour avoir dirigé une révolte contre les Chinois au IIIe siècle. Or, les années de résidence surveillée de Phan à Huê (1925-1940) étaient loin d’être inactives et des patriotes, plus particulièrement des jeunes intellectuelles, de différentes tendances politiques, venaient lui rendre visite de tout le pays. Le culte en l’honneur de Ấu Triệu fut donc certainement popularisé, d’autant que le culte des héros et héroïnes, dont celui des Dames Trưng et Triệu, était assez fréquent parmi les jeunes de cette génération.

  • 18 Chuong Thâu, Phan Bội Châu, op cit., t. vi, p. 318-321.
  • 19 « Vong tê cac nu dông chi công san o Nghê Tinh » (Oraison funèbre adressée à distance aux camarade (...)

17En 1930, quand Nguyễn Thị Giang, la camarade de lutte et l’amante de Nguyễn Thái Học, chef du Parti nationaliste, se suicida après la mort sous la guillotine de son amant, Phan pleura cette « silhouette de femme qui abritait une volonté d’homme ». En se désignant comme son « petit frère (em Châu) » dans l’oraison funèbre qu’il composa en son honneur18, il en fait sa « grande sœur », hommage exceptionnel de la part d’un lettré confucéen de cette génération à l’égard d’une femme plus jeune que lui de quarante ans, dont la situation matrimoniale était de plus irrégulière. Phan rédigea une autre oraison funèbre en 1931 en l’honneur des cinq femmes communistes de Hà Tĩnh, promenées nues dans les rues par leurs tortionnaires pour les forcer à avouer19. En même temps qu’ils promouvaient l’idée d’égalité hommes-femmes face au devoir patriotique, les lettrés révolutionnaires du début du XXe siècle étaient ainsi confrontés à la réalité de nouvelles expressions de la dignité féminine qui s’éloignaient d’une certaine vision confucianiste de l’honneur propre aux femmes pour une affirmation universelle contre la violence oppressive, où la ligne de partage masculin-féminin s’estompait au point de disparaître, comme s’estompaient d’autres clivages sociaux au cours de ce vaste mouvement patriote et moderniste du début du XXe siècle.

  • 20 Nữ quốc dân tu tri (Quốc dân nữ giới cần biết) [Ce que les femmes dans notre pays doivent savoir], (...)
  • 21 Phụ nữ tùng san, collection initiée par la section féminine du parti Tân Việt de Huê présidée par (...)

18Phan Bội Châu fut donc dans ce mouvement non seulement un grand patriote, mais aussi, comme ils et elles devaient le penser tout bas, un grand moderniste, notamment en ce qui concernait l’émancipation des femmes, leur accès à l’instruction et à la formation de nouvelles compétences, de nouveaux comportements qui leur auraient permis d’assumer leur statut citoyen. Membre du Tân Việt à partir de 1927, puis du Parti communiste indochinois, Nguyễn Thị Minh Khai, était connue comme une « fanatique des œuvres de Phan » et elle brûlait d’envie de partir à l’étranger « faire la révolution comme Phan Bội Châu ». Phan fut consulté et soutint moralement la création en 1926 de la première association féminine et féministe de Huê, Nũ công học hội (Association éducative professionnelle pour les femmes), animée par Dạm Phương et Trần Thị Như Mân. Cette association comptait parmi ses toutes premières publications un ouvrage de Phan intitulé « Ce que nos concitoyennes devraient savoir »20. Les enseignements qu’y professait Phan contribuèrent ensuite à inspirer l’idée d’une Collection des femmes21, chaleureusement saluée par les féministes de Huê comme de Saigon. On pourrait multiplier les exemples. La très grande popularité de Phan auprès de la jeunesse – non seulement militante mais aussi de tendance romantique comme le jeune Hàn Mặc Tử dont Phan n’avait pas peu contribué à affirmer les talents poétiques – s’explique bien sûr par son patriotisme, mais aussi, à notre avis, par son modernisme, trop souvent sous-estimé aujourd’hui. Ses réflexions sur les femmes et sur le rôle qu’elles devraient jouer dans la modernisation du pays n’étaient pas les moindres de ses contributions en ce domaine. Mais, puisqu’il s’agissait d’un éveil généralisé de la classe des lettrés – auxquels se joignaient des commerçant(-e)s, autre aspect méconnu du mouvement, d’autres lettrés de la même génération que Phan ont pu jouer ce rôle de transmetteur auprès des jeunes, comme en témoignent des mémoires de militant(-e)s.

  • 22 Pour n’en citer que des exemples très connus : Đỗ Thị Tâm et son frère Đỗ Bang, enfants de Đỗ Chân (...)

19L’école Đông Kinh Nghĩa Thục, ainsi qu’une quarantaine d’écoles de même type ouvertes dans le Centre par Phan Châu Trinh et ses camarades, initiaient un nombre significatif d’élèves garçons et filles aux études du quốc ngữ et aux idées modernistes. Aussi bien ces idées révolutionnaires que l’écriture quốc ngữ et la littérature qu’elle générait furent à l’origine de l’émancipation des femmes et de leur participation massive aux mouvements révolutionnaires des années suivantes. Ce furent aussi les descendants des familles de lettrés modernistes, leurs disciples directs ou indirects qui grossirent les rangs des partis politiques de tendances nationaliste comme communiste et jouèrent un rôle important dans les activités modernistes comme la presse, la création littéraire en quốc ngữ et l’édition22. Si l’on parvient un jour à recenser les écoles réservées aux filles dans les années 1920-1945, dont une très grande partie étaient initiées et gérées par des femmes instruites, il est certain qu’on pourra y identifier non seulement les résultats de la scolarisation des filles par le système éducatif colonial mais aussi l’influence des écoles créées par les lettrés modernistes.

Les idées qui continuent leur chemin

  • 23 Fondé par madame Nguyễn Đức Nhuân, née Cao Thi Khanh, Phụ nữ tân văn (mai 1929-décembre 1934), a j (...)
  • 24 Par exemple Đào Trinh Nhất, Phan Khôi, Hồ Biểu Chánh, Thiếu Sõn, Phan Văn Hùm, etc.
  • 25 Nguyễn Đức Nhuân, patron d’une société d’import-export, était gérant du périodique. Il est fort pr (...)

20Les idées modernistes continuèrent d’ailleurs à se répandre après 1908. Ce fut d’abord l’idée d’égalité ; non pas tellement une égalité dans les droits mais essentiellement dans les devoirs envers la patrie réduite en esclavage, envers la famille et les enfants qu’il fallait élever dans un idéal de lutte contre l’oppression, l’ignorance, l’humiliation. L’éditorial du premier numéro de Phụ nữ tân văn (Nouvelle littérature féminine)23 montre comment cette équipe – dirigée nominalement par une femme mais fortement appuyée par des intellectuels parmi les plus éminents de l’époque24, sans oublier l’indispensable soutien financier et moral des commerçants de Saigon25 – éleva de nouveau l’étendard de l’esprit moderniste du début du siècle :

Aujourd’hui, Phụ nữ tân văn est né. Cela veut dire que le pays dispose d’un nouvel ouvrier pour l’embellir, la société dispose d’un nouveau bras pour prendre en charge les affaires sociales, dans le champ de bataille littéraire entre une nouvelle armée de femmes, mais aussi dans les chambres des foyers, nous les femmes disposons d’un organisme pour participer à la compétition de la vie !

  • 26 « Chương trình của bổn báo » [Le programme de notre revue], Phis nữ tân văn, n° 1, 2 mai 1929.

La situation des femmes dans notre pays a décidément changé par rapport au temps où le foyer était la prison des femmes et où elles étaient exclues des responsabilités envers le pays26.

21Phis nữ tân văn assignait aux femmes la mission de former leurs enfants dès le plus jeune âge « à la grande cause (patriotique), pour qu’ils soient profondément imprégnés du sens du devoir envers la patrie et la race, ce qui les dotera à l’âge adulte d’une détermination inébranlable à se sacrifier pour cette cause ». Les femmes devaient également user davantage de leur séduction pour motiver leurs époux :

  • 27 « Đàn bà với quốc sự » [Les femmes et la politique], Phis nữ tân văn, n° 5, 30 mai 1929, p. 5-6. F (...)

en restant au foyer, si nous remplissons ainsi notre mission céleste de promouvoir des hommes talentueux, nous rendons en profondeur au pays un service hautement significatif, même si nous paraissons ne pas faire de politique27.

  • 28 Phan Bội Châu avait exprimé ces idées dès 1907 dans son ouvrage écrit en caractères chinois Le Viê (...)
  • 29 Đạo signifie étymologiquement « la voie » (tao), par conséquent « la moralité ».

22Cette prise de position rejoignait parfaitement les idées exprimées par Phan Bội Châu dans « Ce que nos concitoyennes devraient savoir »28, puisque dans les deux cas, la notion de dao29 (moralité) et les quatre vertus confucéennes sont nettement invoquées, mais reconstruites, autour de sources antérieures à la sinisation et infléchies par les idées occidentales :

  • 30 Phan Bội Châu, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, p. 263-264.

Les femmes ont la responsabilité d’être de bonnes mères et de bonnes épouses, de connaître les lettres comme le commerce, de bien éduquer les enfants et d’en faire de bons soldats. Une bonne mère donne naissance à de bons enfants, une bonne épouse aide son mari à devenir talentueux. En plus, les femmes ont un rôle immense dans les affaires politiques. Il faut leur donner une bonne éducation pour qu’elles délaissent l’intérêt privé au profit de l’intérêt communautaire, pour qu’elles contribuent à la richesse, à la puissance et au progrès du pays. Un pays qui manque de femmes patriotes sera immanquablement réduit à l’esclavage. Dans la modernisation du pays, il faudra accorder une très grande importance à l’éducation des femmes. Il faudra leur réserver les meilleurs manuels, les meilleurs enseignants. Dans les écoles techniques, les hospices, les magasins, les trésoreries, les agences de poste, dans l’industrie automobile, dans les tramways et tous les autres organismes importants de l’économie, le mieux sera d’utiliser le service des femmes instruites, elles apporteront leur contribution sans aucune différence par rapport aux hommes. Il faudra faire en sorte que chaque femme du pays souhaite devenir une bonne mère, une bonne épouse, une femme de talent30.

  • 31 Nguyêt Tu, Chị Minh Khai (grande sœur Minh Khai], Hanoi, Éditions Phu nu, 1976, p. 63-66.
  • 32 Nguyêt Tu a repéré dans la bibliothèque clandestine de Minh Khai un numéro du Thanh niên où le pas (...)

23Le féminisme de ce lettré confucéen, même s’il est moderniste, ne cesse d’étonner et sa sincérité est évidente du fait que ce document était destiné à une diffusion clandestine, ce qui lui permettait d’adopter une expression plus libre et plus radicale de sa pensée. Aucun document communiste de cette époque ne propose une vision comparable en ce qui concerne la situation dont pouvaient rêver les femmes une fois la révolution accomplie. Le courant moderniste respectueux de l’héritage confucéen évoluera bien sûr lui aussi avec le temps, au sein de l’équipe Phụ nữ tân văn comme aux côtés d’autres acteurs culturels et des militants professionnels, mais, dans la période transitoire des années 1908-1932, le pont jeté par Phan Bội Châu et les lettrés de sa génération en ce qui concernait la question féminine comme la pensée moderniste en général a pleinement témoigné de son dynamisme et de son efficacité. Sa principale héritière, du point de vue intellectuel, dans les années 1930, fut la militante communiste Nguyễn Thị Minh Khai qui, tout en subordonnant son féminisme à la lutte des classes, n’hésita pas à dénoncer au 7e congrès de l’Internationale communiste (16 août 1935) l’oppression séculaire subie par les femmes dans les sociétés asiatiques du passé, mais aussi le manque d’attention portée à la question féminine dans les Partis communistes31. Ce qui rapproche cette intellectuelle des lettrés du mouvement Duy Tân et la différencie de ses compagnes de lutte moins éduquées, est sa conviction de la nécessité d’une éducation convenable32 pour réaliser une indépendance nationale et une émancipation féminine véritables.

24Une héroïne d’un roman vietnamien, une Française qui avait épousé un Vietnamien et bravait de multiples obstacles pour retrouver son amour, s’étonnait du visage souriant de commerçantes vietnamiennes malgré la pénibilité de leur travail :

  • 33 Huỳnh Thị Bảo Hòa, Tây phương mỹ nhân [La belle de l’Occident], édité pour la première fois en 192 (...)

Vous me parliez quand on était en France des qualités de la femme en Orient, maintenant je vois que c’est bien vrai. Je plains ces pauvres femmes dont le corps de saule doit assumer des travaux pénibles pour aider leurs époux et enfants, elles font pourtant de la soumission un devoir. Alors que les femmes de chez nous sont bien habillées et de mœurs légères ; elles bénéficient pourtant du respect de la société, au moindre mécontentement elles peuvent arguer de la loi pour demander le divorce. Oh, [les Françaises et les Vietnamiennes] ont les mêmes lèvres vermeilles et les mêmes joues roses, elles partagent la même responsabilité vis-à-vis de la nation, pourquoi le Ciel est-il si cruel à l’égard des Vietnamiennes33 ?

25L’auteure Huỳnh Thị Bảo Hòa exprime un point de vue différent par la bouche de son personnage vietnamien, l’époux de la Française, à qui l’activité des infirmières françaises aux côtés des soldats de 1914-1918 inspire la réflexion comparative suivante :

  • 34 La belle de l’Occident, op. cit., p. 71.

Voilà comment les jeunes filles d’un pays civilisé se montrent courageuses. Quand leur pays est en danger, même si elles ne peuvent prendre l’épée, elles partagent le devoir de se sacrifier pour la patrie. Voilà comment sont les femmes européennes. Alors que dans notre pays, les fils et filles des familles de mandarins accepteraient-ils jamais de quitter leurs habitations luxueuses et d’aller accomplir ces tâches humbles pour payer leur dette de reconnaissance à la nation ? Sûrement pas. Car non seulement ces dames sont habituées au confort mais, à bien y réfléchir, elles n’ont pas encore compris les concepts de nation ni de devoir, comment pourraient-elles avoir un comportement aussi noble34 ?

26Ces regards croisés convergeaient vers un objectif commun : le souhait d’une transformation en profondeur de la responsabilité sociale des femmes et non pas une quelconque « modernité » superficielle ou un « féminisme » irresponsable et destructeur de l’harmonie familiale. Ce fut le courant majeur et majoritaire dans les expressions des féminismes vietnamiens des années 1920-1945.

  • 35 Thanh Ngôn, « Phải chi có chị em ta […] lập ra sa-lông » [Si seulement nos sœurs […] créaient des (...)

27Une autre nouveauté introduite par le mouvement Duy Tân pour les femmes est la dimension internationale. Les Vietnamiennes ne se souciaient pas seulement d’être les égales des hommes, mais aussi des femmes d’autres pays développés, dans ce nouvel esprit de compétition évoqué par la littérature révolutionnaire du début du XXe siècle. Par exemple, en appelant à la création d’une Maison de culture des femmes, les féministes de Phis nữ tân văn s’interrogeaient de la façon suivante : « Qui poursuivra l’objectif de promouvoir la culture nationale ? Qui sera la Mme Geoffroy du Viêtnam ? Qui sera la Mme Voltaire d’aujourd’hui ? Qui sera la Mlle de Lespinasse vietnamienne ? Qui ???… »35.

28Les décennies qui séparent le mouvement Duy Tân de la Révolution d’août 1945 ont donc vu l’émergence de nouvelles conceptions des genres et de nouvelles expérimentations dans ce domaine, qui constituent un aspect important de l’histoire du Vietnam. L’évolution peut être symbolisée par les trois textes suivants :

29Sous la plume des lettrés modernistes du début du XXe siècle :

  • 36 « Chant d’appel aux femmes », Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 119-120.

Tenez-vous donc bien fermes en cet univers,
Vous êtes des êtres humains à égalité avec d’autres êtres humains.
Fard et vermeil, entrez donc dans la compétition aussi bien avec vos talents
qu’avec votre beauté,
Si vous ne nourrissez pas cette aspiration, vous ne serez bonnes à rien36.

30En première page de Phụ nữ tân văn durant les quatre ans de son existence :

De fard et de vermeil embellissons notre pays,
Montrons avec clarté la face des femmes vietnamiennes

31Et finalement, d’un intellectuel nationaliste passé au communisme, ce poème à la gloire des femmes-partisans dans le maquis du lac de Ba Bể :

  • 37 Trần Huy Liệu, « Tặng đội nữ binh hồ Ba Bể » (Dédié aux combattantes du lac Ba Bê), journal Cứu qu (...)

Elle sourit : qui dit hommes en temps de guerre ?
Les femmes aussi sont libres d’agir à leur guise partout où elles vont !
[…] Depuis lors la forêt verte s’anime de silhouettes féminines,
De fard et de vermeil, (elles) embellissent de nouveau la face du pays.
Leurs corps de saule au milieu des flèches et des balles. […]
Elle est fille des [femmes-] rois Trưng,
De ce sang qui nourrit la flamme indomptable37.

32Pendant tout le XXe siècle, l’émergence des identités féminines est toujours allée de pair avec l’enrôlement des femmes au service de la patrie, de la même façon que les catégories sociales modernes, comme les intellectuels modernistes ou les commerçants, ont été mobilisées dès leur naissance. La reconquête de l’indépendance et la réunification doivent permettre une troisième vague révolutionnaire où l’individu, homme ou femme, soit mieux reconnu en tant qu’individu.

Notes

1 Bui Trân Phuong, Viêt Nam (1920-1945) : genre et modernité, émergence de nouvelles perceptions et expérimentations, thèse, université de Lyon II, février 2008.

2 L’expression « Nouveaux lettrés » désigne ceux qui, dans un mouvement généralisé au début du XXe siècle, ont critiqué le système des concours mandarinaux et les études livresques détournées des réalités socio-économiques.

3 Nous utiliserons ici indifféremment « révolutionnaire », « réformiste » ou « moderniste » pour qualifier ce mouvement des lettrés.

4 Nguyễn Hiến Lê, Dông Kinh Nghĩa Thục, phong trào duy tân đầu tiên ở Việt Nam [L’école de Dông Kinh pour la juste cause, le premier mouvement du modernisation au Viêt Nam], 1re éd. par l’auteur, 1956 ; 2e et 3e éd. La Bôi, Sai Gon, 1968 et 1974. L’édition utilisée ici est celle de 1974, p. 85.

5 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 106-108, p. 111-113.

6 L’un des exemples, encore insuffisamment connu est celui de la tante du célèbre révolutionnaire Nguyễn An Ninh, fondatrice et gérante d’un grand restaurant-hôtel à Saigon, nommé Chiêu Nam Lâu.

7 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 101-102. Elle ajoute : « environ un mois après la vente de cette boutique, l’école a été fermée [par les autorités coloniales], sinon je ne sais comment elle aurait pu trouver de l’argent. »

8 Van tho Dông Kinh Nghĩa Thục [Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục], Ha Nôi, Éditions Van hoa, 1997, p. 119-120, 125-126. (Archives nationales du Viêtnam et école française d’Extrême-Orient).

9 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, ibid., p. 125. Nous traduisons.

10 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 73-74.

11 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 126.

12 Nguyễn Hiến Lê, op. cit., p. 72-73.

13 Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 72-73. Les noms des personnalités sont cités sous leur forme sinisée : Ti (pour Ti Tu Mach, Bismark), Cach (pour Cach Lan Tu Don, Gladstone). Jeanne d’Arc (Qua Dac) et madame Roland (La Lan phu nhân) étaient parmi les Françaises les plus populaires.

14 Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., 119-20. L’appel aux intellectuelles était on ne pouvait plus clair. Nữ sử étaient des femmes lettrées (littéralement « femme historienne ») chargées de noter les faits dans le palais impérial, depuis le règne des Tchou dans l’antiquité chinoise. La classe des lettrés, dans sa conscience de soi, a su ainsi minimiser la discrimination des genres.

15 Sung bai giai nhân, Pour le culte des héros, reproduit par Chuong Thâu, Phan Bội Châu, Œuvres complètes, Huê, Éditions Thuân Hoa, 1990 (1re éd. Tokyo, 1907), t. II, p. 280-322.

16 Phan Bội Châu, Œuvres complètes, ibid., p. 290.

17 Bui Trân Phuong, Viêt Nam (1920-1945) : genre et modernité…, op. cit., chap. vii.

18 Chuong Thâu, Phan Bội Châu, op cit., t. vi, p. 318-321.

19 « Vong tê cac nu dông chi công san o Nghê Tinh » (Oraison funèbre adressée à distance aux camarades femmes communistes de Nghê Tinh). Chuong Thâu : Phan Bội Châu, op. cit., t. vi, p. 329. Voici la fin de ce texte : « Nous les cinq sœurs avec notre corps complètement mis à nu et exhibé, pour que la force brute et les capitalistes applaudissent en riant ! C’est la fin de la civilisation ! C’est la fin de la moralité ! Voilà ce qu’est l’œuvre du protectorat ! Voilà ce qu’est l’œuvre civilisatrice ! Réfléchissez-y, compatriotes ! ».

20 Nữ quốc dân tu tri (Quốc dân nữ giới cần biết) [Ce que les femmes dans notre pays doivent savoir], édité pour la première fois à Huê par l’Association éducative professionnelle pour les femmes en 1926, réédité par Giác quần thư [Livres pour éduquer les masses] à Hanoi, 1929.

21 Phụ nữ tùng san, collection initiée par la section féminine du parti Tân Việt de Huê présidée par Trần Thị Như Mân. C’était « un périodique công khai (public) pour faire de la propagande sur l’émancipation des femmes, promouvoir la lutte féministe (littéralement : la lutte pour le droit des femmes, nu quyên). Voir Trần Thị Như Mân, Sống với tình thương [Vivre dans l’affection], Hochiminh-ville, Éditions Tre, 1992.

22 Pour n’en citer que des exemples très connus : Đỗ Thị Tâm et son frère Đỗ Bang, enfants de Đỗ Chân Thiết, l’un des chefs du mouvement Duy Tân, participèrent au Parti national (Việt Nam Quốc Dân đảng). Tâm se suicida en avalant le ruban de son cache-seins après avoir été torturée sans avoir parlé. Đào Trinh Nhất, élève confié au recteur de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục par son père mourant et qui épousa ensuite une petite-fille de Lương Văn Can, devint un brillant écrivain et journaliste, l’un des piliers de Phụ nữ tân văn. Nguyễn Thị Minh Khai fut introduite par les enseignantes du collège Cao Xuân Dục au Parti Tân Việt. Nguyễn Tất Thành, futur Hồ Chí Minh, après avoir participé au mouvement moderniste à Huê, s’arrêta à Phan Thiết comme instituteur à l’école Dục Thanh avant de partir en France et d’y retrouver Phan Châu Trinh auprès de qui il commença ses débuts de militant.

23 Fondé par madame Nguyễn Đức Nhuân, née Cao Thi Khanh, Phụ nữ tân văn (mai 1929-décembre 1934), a joué un rôle majeur dans la presse moderniste et dans le féminisme vietnamien en particulier.

24 Par exemple Đào Trinh Nhất, Phan Khôi, Hồ Biểu Chánh, Thiếu Sõn, Phan Văn Hùm, etc.

25 Nguyễn Đức Nhuân, patron d’une société d’import-export, était gérant du périodique. Il est fort probable que sa position et ses relations n’ont pas peu contribué à gagner au profit de Phụ nữ tân văn les publicités des sociétés vietnamiennes et étrangères parmi les plus importantes du monde des affaires de Saigon, source financière stable qui était loin d’être négligeable.

26 « Chương trình của bổn báo » [Le programme de notre revue], Phis nữ tân văn, n° 1, 2 mai 1929.

27 « Đàn bà với quốc sự » [Les femmes et la politique], Phis nữ tân văn, n° 5, 30 mai 1929, p. 5-6. Faire de la politique se disait en vietnamien làm quốc sự ou làm chính trị ; « quốc sự » signifie « affaires d’État » (res publica). Ici, làm quốc sự est utilisé deux fois dans la phrase.

28 Phan Bội Châu avait exprimé ces idées dès 1907 dans son ouvrage écrit en caractères chinois Le Viêtnam nouveau publié au Japon (conservé aux Archives Nationales à Hanoi, fonds Ha Dông, n° 74).

29 Đạo signifie étymologiquement « la voie » (tao), par conséquent « la moralité ».

30 Phan Bội Châu, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, p. 263-264.

31 Nguyêt Tu, Chị Minh Khai (grande sœur Minh Khai], Hanoi, Éditions Phu nu, 1976, p. 63-66.

32 Nguyêt Tu a repéré dans la bibliothèque clandestine de Minh Khai un numéro du Thanh niên où le passage suivant était souligné : « C’est seulement avec de bon-nes Vietnamien-nes que notre pays sera intelligent ».

33 Huỳnh Thị Bảo Hòa, Tây phương mỹ nhân [La belle de l’Occident], édité pour la première fois en 1927 par l’imprimerie Bao Tôn à Sai Gon, 76 p., repris dans Thy Hao Trương Duy Hy, Nữ sĩ Huỳnh Thị Bảo Hòa, người phis nữ viết tiểu thuyết đầu tiên [L’écrivaine Huynh Thi Bao Hoa, la première femme qui écrivait des romans], Éditions Vanhoc, 2003, citation tirée de l’édition 2003, p. 189.

34 La belle de l’Occident, op. cit., p. 71.

35 Thanh Ngôn, « Phải chi có chị em ta […] lập ra sa-lông » [Si seulement nos sœurs […] créaient des salons], Phis nữ tân văn, n° 89, 3 septembre 1931, p. 13-14.

36 « Chant d’appel aux femmes », Prose et poésies du Dông Kinh Nghĩa Thục, op. cit., p. 119-120.

37 Trần Huy Liệu, « Tặng đội nữ binh hồ Ba Bể » (Dédié aux combattantes du lac Ba Bê), journal Cứu quốc (Sauver la patrie), publication clandestine du Vietminh à la veille de la Révolution d’août 1945.

Auteur

Présidente de l’université de Hoa Sen à Hochiminh-ville. Ses travaux portent sur les femmes dans l’histoire du Viêtnam et a soutenu sa thèse Viêt Nam (1920-1945) : genre et modernité, émergence de nouvelles perceptions et expérimentations (Lyon II, 2008).

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540