Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

Liên Thành (1906-1975) naissance et transfiguration d’une entreprise moderniste. Essai de sociologie historique

Van Thao Trinh

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, La classe ouvrière dans la société française, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1986
  • 2 Alors que Karl Marx a magistralement esquissé la généalogie de la bourgeoisie française dans ses œ (...)
  • 3 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1966.
  • 4 Gérard Noiriel, ibid., 33 sq.

1La méconnaissance d’une (longue) phase intermédiaire entre l’économie précapitaliste (agricole) et la révolution industrielle proprement dite (celle de la fin du XIXe siècle), la proto-industrialisation, est un des obstacles épistémologiques pour l’histoire de la révolution industrielle en France1. La sociologie historique a longtemps sous-estimé le long processus de formation de la classe ouvrière française2 et l’existence, sur une durée séculaire, de l’ouvrier-paysan, de l’ouvrier polyvalent et de l’artisan en voie de prolétarisation, ou des cultures ouvrières marquées par la géographie, la religion et la tradition familiale. Il a fallu attendre les années 1960 pour que des travaux d’historiens et de sociologues montrent la persistance jusqu’au milieu du XXe siècle des effets de la proto-industrialisation3. L’absence d’une périodisation claire dans l’histoire du processus d’industrialisation, la démarcation peu rigoureuse entre les « générations sociales » qui se sont succédées dans l’évolution de la classe ouvrière ont déformé le sens des travaux de Buret et de Villermé et conforté une vision misérabiliste de la classe ouvrière4.

  • 5 Minh Tranh, Tìm hiểu lịch sử phát triển xã hội Việt Nam [Recherches sur le développement de la soc (...)
  • 6 Voir l’analyse des discours « gauchistes » des années trente de Nguyễn An Ninh à Tạ Thu Thâu par D (...)
  • 7 Nguyên Công Bình, Tìm hiểu giai câp tư sản Viet Nam thời Pháp thuôc [Recherches sur la classe bour (...)
  • 8 Les premières publications de la République Démocratique du Vietnam après 1954 présentent néanmoin (...)
  • 9 Nguyễn Thế Anh, Việt Nam dưới thời Pháp đô hộ [Le Viet nam sous la domination française], Saïgon, (...)
  • 10 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découve (...)
  • 11 Jean Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, Éditions sociales, 195 (...)

2Le handicap est encore plus marqué en ce qui concerne le Vietnam, où l’histoire contemporaine (et moderne) de ce vieux pays et de cette jeune nation passe allégrement, à l’éclairage réducteur du schéma évolutionniste, de la « féodalité » au stade « suprême » du capitalisme (l’impérialisme) sans autre forme de procès que celle de la colonisation5 ! La surdétermination politique (et volontariste) qui alimentait le darwinisme social des années 1930 ne peut qu’occulter le rôle des entreprises semi-industrielles ou semi-commerciales créées dans la foulée du mouvement moderniste de 1907 dans le processus de transformation économique du Vietnam contemporain6, même si les historiens vietnamiens ont noté, ici et là, la différence économique et culturelle entre la génération des entrepreneurs du début du siècle et celle des Bạch Thái Bười au Nord ou Trương Văn Bền dans le Sud qui lui succède7. La minoration du rôle de ces entreprises est d’autant plus nette que peu d’entre elles, à l’exception de la société Liên Thành, laissent de traces écrites8. À la suite des travaux en vietnamien des historiens du Sud9, Pierre Brocheux et Daniel Hémery10 apportent néanmoins des données économiques propres à éclairer la société coloniale et, mieux que leur précurseur Jean Chesneaux11, ils posent le problème de la proto-industrialisation en Indochine.

  • 12 Médecin pédiatre, « retour de France » au moment du Front populaire, Hồ Tá Khanh, avait été milita (...)

3La source essentielle sur laquelle nous nous appuierons ici est l’ouvrage Thông sử công ty Liên Thành (Histoire de la société Liên Thành) édité par le Dr Hồ Tá Khanh12 à Paris en 1983 qui compte 151 pages en vietnamien. Le document se présente comme un mélange entre une généalogie familiale, un autoportrait et une profession de foi, une chronique historique et des documents bruts tirés des archives de la société Liên Thành ; c’est un cocktail parfois explosif d’enthousiasme, de sincérité et de naïveté, d’informations de première main et d’approximations, de jugements à l’emporte-pièce et de modestie désarmante. Il ne s’agit pas évidemment d’un document ou d’une monographie au sens habituel ou d’un plaidoyer pro domo mais d’un témoignage sincère et stimulant pour la connaissance des acteurs et des conjonctures historiques entre le début et la fin de la seconde Guerre mondiale. En Hồ Tá Khanh, nous retrouvons, à l’état brut, toutes les caractéristiques de la génération « perdue » des intellectuels de 1925, leur immense espérance et, faut-il l’avouer, leur « grande illusion ». Le travail du sociologue-historien consiste ici à trouver les (cor) re(s) pondants archivistiques et historiographiques susceptibles d’éclairer des passages importants du texte de Hồ Tá Khanh.

Genèse de Liên Thành selon ses propres dirigeants : l’auto-histoire de l’entreprise

4Dans la tradition sino-vietnamienne, le succès durable de toute entreprise humaine repose sur trois conditions essentielles : le moment favorable, le lieu propice et la fusion des hommes. Le récitatif du Thông sử công ty Liên Thành (ou Thông sử) du Dr Hồ Tá Khanh en suit la règle.

Thiên (le Ciel) ou le moment favorable

5Pour l’auteur, Liên Thành fut tout d’abord le produit historique de la saine réaction des lettrés face à l’enlisement et l’impasse du confucianisme orthodoxe et mandarinal tant la référence à Huỳnh Thúc Kháng y est explicite, et la condamnation du néo-confucianisme de Chu Hi sans rémission :

  • 13 Thông sử, p. 11.

Depuis la domination des Minh, [les Chinois] ont transmis aux intellectuels vietnamiens les déformations du Tống Nho et la passion de la réussite scolaire. De sorte que l’habitude du conformisme, la soumission abjecte gagnent à leur tour l’âme vietnamienne. Les privilèges fondés sur l’autorité et la force priment le droit : c’est là que réside la différence entre la morale de l’Orient et celle de l’Occident13.

6L’ambassade de Phan Thanh Giản, Phạm Phú Thứ et Ngụy Khắc Đãn, envoyée en France dans les années 1860 avait permis à l’élite dirigeante du pays de constater de visu l’immense retard technique et scientifique de l’Asie sur le monde occidental et de découvrir que la présentation des idées des Lumières par les Nouveaux Ecrits des néo-confucéens chinois correspondait à une réalité. Certains lettrés comme Nguyễn Trương Tộ, auteur des Điều Trần (Suppliques) à l’adresse du roi Tự Đức et surtout son contemporain de Hué, Nguyễn Lộ Trạch tentèrent de prendre en compte les conséquences de cette découverte, mais ils ne furent pas écoutés : seules la perte du Sud, puis l’amère défaite militaire des Lettrés du Cần Vương (Aide au Roi) et par la suite l’éclatante victoire japonaise de 1905 apportèrent la preuve irréfutable que l’Asie devait se réformer et emprunter à l’Occident ses méthodes et sa technologie si elle voulait vaincre.

Nhân (homme) ou ressources humaines

  • 14 Thông sử, p. 14.

7Toutefois, toute cosmogonie chinoise du Yi King enseigne aussi que rien ne peut s’accomplir sans les hommes dont l’action s’inscrit au cœur de la conjoncture. Ce sont d’abord les descendants du mandarin du Sud Nguyễn Thông et de ses nombreux alliés gagnés à la cause de la réforme qui accueillent et tentent de réaliser le message moderniste de Phan Chu Trinh qui, à l’encontre de la stratégie thiết huyết (d’acier et de sang)14 préconisée par Phan Bội Châu, propose une voie légaliste et non violente fondée sur le redressement économique, culturel et éducatif du Vietnam. Sans être l’unique lieu qui concentre toutes les activités modernistes, la province de Bình Thuận (l’ancienne appellation de Phan Thiết) représente à travers ses modes d’action la fusion des forces humaines qui ont participé à la fondation de Liên Thành (dont l’étymologie « devenir lotus » évoque la proximité d’un étang de nénuphars près de Hoà Đa). C’est en effet dans la résidence privée de Nguyễn Quý Anh, un des fils du mandarin Nguyễn Thông, que le noyau dirigeant constitué de Phan Châu Trinh, Trần Quí Cáp et Huỳnh Thúc Kháng met en place les éléments d’une triple action modernisatrice : éducative, politique et économique. Selon des historiens vietnamiens :

  • 15 Đinh Xuân Lâm, Nguyễn Văn Khánh, Nguyễn Đình Lễ : Đại cường lịch sử Viêt Nam [Précis d’Histoire du (...)

Une bibliothèque y est fondée (1905) servant de lieu d’explication littéraire au sein de la maison commune de Phú Tài. L’inauguration se déroula en présence du Résident supérieur et des mandarins de province. L’orateur prononçant le discours inaugural était Phan Châu Trinh. Ici même furent exposées les pensées de Khang Hữu Vi et Lường Khải Siêu, les idées de démocratie et d’autodétermination. […] En 1906, Nguyễn Trọng Lợi (le frère aîné de Nguyễn Quý Anh) fonda la société Liên Thành pour la fabrication du nườc mắm à Phan Thiêt. Liên Thành se développa pour devenir une grosse entreprise disposant des ateliers de production du nườc mắm et dont le siège se trouvait à Phan Thiêt, Saïgon […] En 1907, il fonda l’institution Dục Thanh dirigée par Nguyễn Quý Anh. Les frais de l’établissement scolaire sont couverts par la SARL. Nguyễn Tất Thành y a enseigné un temps15.

8Comparé à sa voisine du Nord (Quảng Nam), la province de Bình Thuận n’était assurément pas une « terre littéraire » (chốn văn vật), car, comme l’ont bien décrit ces quelques vers de Huynh Thuc Khang,

  • 16 Thông su, p. 15-16.

ce pays Binh Thuân qu’on vient de traverser,
composé pour moitié de Chàm et de Moi, et pour moitié de Vietnamiens […]
Quant à l’élite, il faut bien piocher pour dénicher quelques individus,
Et la fortune littéraire, bien pauvre, n’est cultivée que par quelques familles,
À ceux qui retournent au pays Quảng, apprenez que le Bình Thuận est à peine défriché16.

9La région est cependant relativement prospère et quelques familles de notables sont connues pour leur ardeur patriotique, tels le Bố chánh Trà Quý Bình ou la famille Huỳnh Văn Quế, rejoints plus tard par les nombreux exilés du Tỵ Dịa, les mandarins récalcitrants plus ou moins relégués dans ce « trou perdu » par la Cour de Hué (Trường Gia Hội, Nguyễn Thông, Đặng Nguyên Cẩn, Nguyễn Hiệt Chí, Trần Đình Phiên…) et qui allaient s’engager totalement dans le mouvement Duy Tân.

  • 17 Saint-Cyrien, capitaine versé à sa demande dans le service civil, il a connu plusieurs affectation (...)
  • 18 De Hué, le 14 août 1908, Fernand Levecque écrit : « M. Garnier n’a pas montré depuis quelque temps (...)

10Le destin de Liên Thành fut également favorisé par la personnalité du résident français de Phan Thiết, Lucien Garnier17, alors que la plupart de sociétés du Nord (Hông Tân Hưng), du Centre (Diễn Phong, Quảng Nam ; Triều Dương Thương Quán, Nghệ An) et du Sud (Minh Tân Công Nghệ) n’ont pas survécu longtemps. Phan Rang et Phan Thiết ont été peu touchées par le mouvement anti-fiscal, alors que les provinces voisines s’embrasaient et cela s’explique sans doute par sa connaissance des administrés et surtout par l’excellence des relations avec les collaborateurs lettrés qui l’entouraient. Ses supérieurs lui délivraient pourtant des appréciations mitigées18 alors que pour les « protégés » vietnamiens :

  • 19 Thông sử, p. 18.

Au début du XXe siècle, Binh Thuân était le lieu de rencontre des lettrés patriotes des trois régions. Bình Thuân était une province où la population bien nourrie était paisible, administrée par un résident français Garnier à l’esprit démocratique, respectueux des droits de l’homme, comprenant la doctrine de l’entente cordiale franco-vietnamienne du mouvement Duy Tân, un Français soucieux de civiliser réellement et non un hypocrite du genre d’Albert Sarraut et de ses successeurs. C’est la raison pour laquelle il estimait Trân Lệ Chất, l’homme du pays Nghê, pénétré d’études classiques et connaissant la langue française, prompt à manifester la volonté démocratique du groupe Duy Tân. Parmi les six membres fondateurs de Liên Thành, il était le seul à maîtriser le français et à assurer la fonction de secrétaire particulier du Résident. Ce moment favorable a permis à Phan Châu Trinh de séjourner quelques mois à Phan Thiêt afin de discuter avec ses compagnons de route et se lancer dans l’action. Devant les autorités françaises, la clique des mandarins de la Cour n’osait pas réagir, se contentant de rédiger des rapports secrets à leurs maîtres19.

Địa (terre) ou la géo-politique

  • 20 Rapport politique du Résident de Phan Thiêt, 1905, ANOM EE/II.
  • 21 Rapport politique du Résident de Phan Thiêt, 1908, ANOM EE/II.
  • 22 Thông sử, p. 29.

11Last but not least, la province de Bình Thuận (Phan Thiết) est prospère grâce aux « bonnes récoltes », à la pratique de la pêche maritime, à une flottille commerciale conséquente. Surtout, « l’industrie saumurière, principale richesse du pays est des plus prospère. La fabrication du Nuoc Mam a atteint ces derniers temps un tel chiffre de production que l’Administration des Douanes, dans la crainte de manquer de sel, a dû restreindre la vente de cette denrée et diminuer de ce fait la fabrication du Nuoc Mam »20. Un rapport de Garnier du 1er trimestre de 1908 expose non sans fierté que les chiffres d’importation et d’exportation sont en augmentation alors qu’au même moment son collègue de Thừa Thiên ne cache pas son exaspération à l’encontre des « sociétés soi-disant commerciales » en expulsant manu militari les « étrangers » vietnamiens (originaires de Nghe An) hors de son territoire21. Par ailleurs, les statistiques scolaires placent la province dans le peloton de tête avec Thanh Hóa, Vinh, Thừa Thiên… Cette province-frontière entretient, ce n’est pas un hasard, avec la Cochinchine voisine des relations économiques, commerciales et humaines très denses et ne résiste pas à la tentation de la dissidence au grand dépit du mandarinat local. Si le Résident supérieur d’Annam avait quelque raison de brocarder le rêve cochinchinois de son subordonné de Phan Thiết, on peut tout de même rappeler que lors du passage d’Alexandre Varenne en 1926 dans la province côtière, un notable vietnamien et administrateur de Liên Thành n’a pas hésité à présenter au nouveau gouverneur général une doléance (collective ?) demandant le rattachement de Phan Thiết à l’administration directe de la Cochinchine22 !

Périodisation de l’histoire de Liên Thành

  • 23 Tạ Thu Thâu cité par Daniel Hémery in Pierre Brocheux, Histoire de l’Asie du Sud-Est, op. cit. Les (...)

12Pourtant, d’après le Dr Hồ Tá Khanh, le contexte économique de la naissance de la société Liên Thành était très défavorable : Français et Chinois dominaient l’économie locale, les autochtones inexpérimentés se contentant de miettes. Les membres des élites continuaient à briguer les honneurs mandarinaux ou bien participaient, comme rentiers ou propriétaires fonciers, à la curée générale ; la masse des paysans se composait d’une main d’œuvre illettrée, corvéable et vivant au jour le jour ; la bourgeoisie, embryonnaire, prise en tenaille entre les concurrents chinois et français, était incapable de se constituer en classe pour soi23 et la plupart de ses membres s’étaient ralliés à l’ennemi. La situation est résumée dans ces deux vers de Hồ Tá Bang extraits de l’oraison funèbre parue dans le journal Lục Tỉnh Tân Văn du 23 avril 1908 :

  • 24 Thông sử, p. 38.

Que de fois avions-nous tenté de collecter des fonds pour créer les écoles, que d’appels restés sans écho / Combien d’occasions avons-nous manquées afin de mobiliser les actions pour le commerce, rien que des portes closes24.

  • 25 Jean-François Billeter, « Contribution à une sociologie du mandarinat », Actes de la Recherche en (...)

13Mais cette présentation sous-estime cependant le principal atout de Liên Thành à sa naissance : l’enthousiasme lettré et populaire devant les nouveaux mots d’ordre lancés par les modernistes de participation à la vie économique. Quelques notables comme les frères Huỳnh (Ba Đẩu et Mười Ngô) et les riches commerçants chinois (Trân Gia Hoà ou Ba Xị) apportèrent ainsi une contribution décisive dans la mise en place et le développement de l’entreprise, alors que l’existence d’une Société à responsabilité limitée était inédite dans le monde sinisé et allait à l’encontre de la mentalité anti-mercantile ambiante25. De plus, le chef de la province M. Garnier, présent à l’inauguration de Liên Thành, encourageait les hésitants en soulignant que

  • 26 Thông sử, p. 39.

le fait de participer à une association à vocation commerciale représente la même chose que le simple dépôt par un particulier des fonds à la banque ; un mandarin ou un fonctionnaire du protectorat ayant acheté des actions d’une société commerciale sans l’administrer directement ne commettait aucune infraction26.

14C’est donc avec sa bénédiction que Trần Lệ Chất, Hồ Tá Bang et Nguyễn Hiệt Chí, fonctionnaires, purent participer, en dehors de leurs heures de travail, aux activités associatives, aux côtés des frères Trọng Lợi et Quý Anh qui se consacraient entièrement à la gestion de Liên Thành et de l’école Dục Thanh.

15Liên Thành bénéficia au surplus à ses débuts du savoir-faire professionnel de deux commerçants de Phan Thiêt, les Chinois Trường Thái Lợi et Lý Thoại Xuân, qui initièrent Nguyễn Trọng Lợi aux règles de la gestion quotidienne (utilisation du boulier, tenue de la comptabilité et des registres). Grâce à l’entremise de sa jeune sœur, épouse du Bố Chánh Trà Quy Bình, Nguyễn Trọng Lợi trouva également un excellent site commercial en plein centre avant de déménager à Thành Đức près du pont de Phan Thiêt. L’organisation du siège principal révèle que l’entreprise, malgré ses caractéristiques novatrices, conservait une structure familiale traditionnelle : la réception (salon et salle à manger) occupe l’entrée principale du rez-de-chaussée, séparant le rayon de pharmacie traditionnelle à gauche et le rayon des linges féminins et de papeterie à droite, que prolongent les bureaux et les chambres de l’hôtel ; au premier étage, les chambres à coucher devant et les magasins de dépôts derrière sont séparés par une terrasse au centre. La façade de la société qui donne sur la rivière Muong Man permet le chargement et le débarquement des marchandises des bateaux. À l’heure des repas, gérants et collaborateurs prennent leur repas autour des tables rondes dans la pure tradition chinoise.

16Ce mélange entre le familial et l’espace public, le neuf et le vieux, est parfaitement symbolisé par la personnalité du fils aîné de Nguyễn Thông, Nguyễn Trọng Lợi (?-1911), créateur de la succursale de Liên Thành à Mũi Né en 1910 et dont l’anniversaire de la mort a été choisi pour rendre hommage aux membres fondateurs de Liên Thành. Lettré non-candidat comme son frère, Nguyễn Quý Anh (1881-1938) prit la succession de la société à la mort de l’aîné avant de céder sa place à un secrétaire Ký lục à la résidence de Phan Thiet, Hồ Tá Bang (1875-1943), pour accompagner ses enfants durant leur séjour d’étude en France. Par leur origine sociale (héritiers des lettrés et mandarins proche du Cần Vương du Centre et du Sud), leur formation scolaire (mi-lettrée, mi-occidentale), leur orientation politique (républicaine et non-violente à l’instar de Phan Chu Trinh), ils ont continué l’œuvre modernisatrice des trois grandes figures néo-confucéennes du Duy Tân. Ils incarnaient le trait d’union entre la génération des lettrés confucéens finissants et celle des occidentalisés émergeants. C’est, tout compte fait, grâce à leur pugnacité et au pragmatisme à toute épreuve dont ils ont fait montre que Liên Thành a traversé la phase critique de la Terreur blanche de 1908 qui s’est soldée par la mort du docteur Trân Quí Cáp, la prison et l’exil de Phan Chu Trinh ou Huỳnh Thúc Kháng. Liên Thành a non seulement su résister victorieusement aux multiples provocations et agressions dont il a fait l’objet de la part des autorités mandarinales et coloniales (surtout après le départ de Garnier), mais il s’est agrandi à Phan Rí, Hội An tout en conservant sa vocation première d’entreprise mi-économique mi-culturelle avant d’accomplir sa mutation dans le Sud.

17Un premier renouvellement (1917-1937) entraîne la métamorphose de la société, marquée par son implantation à Chợ Lớn, la ville chinoise :

  • 27 Thông sử, p. 49.

À l’instant même où la société se déplace à Cholon pour s’installer devant le marché de poissons, derrière le boulevard du gouverneur Phuong, à l’angle du quai Testard, elle devrait faire sa propre révolution. En se plaçant sous la législation française, la société troque désormais le chinois contre le quoc ngu, fait légaliser ses registres devant les notaires, enregistrer tous ses actes à la chambre de commerce et l’hôtel des impôts, viser les comptes par l’expert comptable assermenté avant d’obtenir le quitus annuel de l’assemblée générale. L’embauche des agents spécialisés comme le recrutement d’un comptable expérimenté grâce à un salaire conséquent (il gagne 70$ par mois contre les 25 $ du PDG) est devenue une nécessité27.

  • 28 L’opération échoua à cause du boycott des concurrents chinois.
  • 29 Même fortement réduite, l’échelle des salaires appliquée au lendemain de la crise donne des chiffr (...)

18Le choix de Saïgon et de sa ville jumelle de Chợ Lớn est dicté par la volonté de soustraire Liên Thành à l’arbitraire de l’administration du protectorat et du mandarinat local dans le Centre, le siège de Phan Thiết bénéficiant alors du même statut que les autres succursales. Le capital est consolidé (porté à 52 parts à raison de 2000$ l’action), Nguyễn Quý Anh devint PDG, Huỳnh Văn Ngô sous-directeur et Hồ Tá Bang secrétaire général ; le noyau central de la direction est renforcé par des jeunes diplômés de l’école française. Après 1918, Nguyễn Quý Anh et Hồ Tá Bang seront remplacés par Trần Lệ Chất (qui avait démissionné de la résidence supérieure en 1918), Từ Trường Phùng (1895-1982), rejoints plus tard par un descendant de Nguyễn Hài (frère de Nguyễn Thông) et Nguyễn Văn Nghị (1894-1970). Liên Thành ambitionne au cours de cette phase ascendante de s’étendre à l’ensemble du territoire indochinois (Laos, Cambodge et le Viet Nam) : la société avait participé à la foire de Hanoi de 1918 sur les instances du Résident de Phan Thiêt, elle tenta la fusion avec une société moderniste de Hanoï (Quảng Hưng Long) dans l’espoir d’en faire un relais entre le Nord et le Sud. Pour lutter contre la fabrication illégale du nườc mắm, elle fut également à l’origine d’une réglementation des méthodes de fabrication par l’institut Pasteur et participa à la création d’une société d’entraide de producteurs de saumure28. Liên Thành résista enfin avec succès aux nombreuses manœuvres d’absorption lancées par les concurrents et non des moindres comme les Brasseries Générales Indochinoises (BGI) de Fontaine. Malgré la crise de 1930, la société est parvenue à consolider sa base saïgonnaise et ses succursales dans le Sud (Bạc Liêu, Sadec, Trà Vinh, Bến Tre, Mỹ Tho, Thủ Dầu Một,...) et dans le Centre (Nha Trang, Qui Nhõn) au prix d’une réduction draconienne des salaires de ses employés29. Par sa position sans équivalent dans le paysage industriel vietnamien, son rayonnement géographique, son rôle dans le début de l’industrie agro-alimentaire (le secteur de fabrication des produits dérivés de la pêche occupe la cinquième place dans l’exportation du Vietnam vers l’étranger), Liên Thành a montré sa capacité d’adaptation au monde moderne et son dynamisme.

  • 30 Trinh Van Thao, Viet Nam du confucianisme au communisme. Essai d’itinéraire intellectuel, Paris, l (...)
  • 31 Épisodes de la visite de Đặng Thai Mai et incident opposant Nguyễn Minh Duê aux autorités provinci (...)
  • 32 Thông sử, p. 99.

19Après avoir atteint l’âge respectable (trentenaire) et surmonté les épreuves de la crise, Liên Thành se tourna, confiant, vers l’avenir en portant son mandat jusqu’en […] 2036 ! Le destin en décida autrement avec le cycle d’invasions, de guerres et de révolutions inauguré en 1940. Durant cette période, la gestion de l’entreprise passe à la troisième génération, celle des « retour de France », des héritiers occidentalisés de la génération de 192530 incarnés par Nguyễn Minh Duệ (fils de Nguyễn Quý Anh, diplômé de l’école des Hautes Etudes commerciales de Paris, licencié en Droit) et son beau-frère Hồ Tá Khanh, fils de Hồ Tá Bang, pédiatre et chef de clinique à Marseille. Si l’effervescence indochinoise provoquée par la victoire du Front populaire en France et la préparation du Congrès indochinois au Vietnam a quelques conséquences pour Liên Thành31, le rôle de la société s’affirme au cours de cette période dans la mesure où la compagnie permettait, grâce à sa flotte commerciale, de ravitailler le Centre avec le riz du Sud et le Sud avec le nườc mắm du Centre. Ses pertes matérielles à cause des bombardements alliés et des opérations de la guerre franco-vietnamienne seront estimées à un million de piastres (du moment) par une compagnie d’assurance ! Paradoxalement, ce fut sous la République du Sud (1955-1975) que Liên Thành, dirigé alors par les « intérimaires » Trần Lê Chất et Từ Trường Phùng après la mort de Nguyễn Minh Duê (tué en embuscade par l’armée coloniale lors d’une mission pour le compte du Viet Minh) et Hồ Tá Khanh (vivant en exil), a connu sa période faste grâce à la production des produits dérivés du nườc mắm : huile de poisson et engrais naturels (fabriqués dans les succursales An Hải et Phan Ri) et au développement des activités de transport (achat des bateaux à vapeur et réparation des moteurs avec l’aide de la Société japonaise Kubota) et de commerce (mercerie, fabrication des « tin NM » en plastic de 4 litres). De sorte qu’en 1969, soit quelques années après le déclenchement de la seconde guerre d’Indochine, son capital est estimé, hors les biens immobiliers, à plusieurs dizaines de millions de piastres, ce qui représente pour l’époque une somme considérable32. Nationalisée après 1975, le « Xí nghiêp quốc doanh nườc mắm Liên Thành » (nouvelle appellation de l’entreprise étatisée) n’est plus que l’ombre de lui-même, périclite comme la plupart de ses semblables.

En guise de conclusion

20En comparant les caractéristiques culturelles et générationnelles des membres du Liên Thành, on est frappé par la similitude des profils générationnels mis à jour dans notre essai de sociologie historique Viet Nam du confucianisme au communisme : les lettrés de la Résistance (1862-1896), tels que Trịnh Quang Nghị (originaire de Thừa Thiên, chef d’état-major de Trường Công Định), Nguyễn Thông, Trà Quý Bình, les lettrés modernistes qui sont à l’origine de l’entreprise patriotique tels que le trio Phan Châu Trinh, Trần Quý Cáp et Huỳnh Thúc Kháng et les réalisateurs tels que Nguyễn Trọng Lợi, Nguyễn Quý Anh, Hồ Tá Bang, les intellectuels « nationalitaires occidentalisants » incarnés par Hô Tá Khanh et Nguyễn Minh Duệ. La micro-sociologie de Liên Thành rejoindrait-elle la macro-sociologie du Vietnam contemporain comme l’atteste la généalogie infra ?

21Au terme de ce premier survol, subsistent de nombreuses zones d’ombre et certains thèmes majeurs seraient à approfondir : l’histoire moderne de la province de Phan Thiết (1906-2006), une sociologie historique plus systématique des acteurs qui ont investi les champs d’action de la constellation Liên Thành, une approche plus quantitative sur le mouvement des salariés et des capitaux (profits et salaires) et sur la production de nườc mắm au Vietnam entre 1914 et 1945. Il conviendrait enfin d’identifier et de définir la nature de Liên Thành (PME du capitalisme colonial ? entité sans pareille du capitalisme patriotique ? entreprise intermédiaire entre une PME et une fabrique à taille et au capital respectable ?) et le statut de ses employés et dirigeants.

Annexes

Annexe

Les Inspirateurs : les can vuong du Centre et du Sud

Nguyễn Thông (1827-1894) dont un des ascendants maternels Trịnh Quang Nghị fut adjoint de Trường Công Định (TVYN, 124-127), Cử nhân originaire du Sud (Gia Đinh), Bố chính (adminstrateur de province), associé (et allié) à Trà Quý Bình, un mandarin du Sud (Dinh Điền Stir), pour fonder un territoire anti-français appelé « Đông Châu Xã » (une des filles de Nguyễn Thông épousa un fils de Trà Quý Bình). Cf. C. Fourniau, thèse de doctorat et édit. o. c., l’Harmattan, 1989, p. 59-62.

Nguyễn Thông est originaire du village Tân Thạnh, de la province de Gia Định. Reçu Cử nhân en 1849, il fut nommé mandarin de sous-préfecture de Phú Phong. Il participa à la résistance active sous le commandement de Tôn Thất Hiệp. Mandarin de l’enseignement de la province de Vĩnh Long, il garda le contact avec les soldats de Trường Định. Initiateur du mouvement Ty Dia, il fut avec Trà Quy Binh l’un des fondateur du Đông Châu Xã (Binh Thuân) qui y regroupa les Sudistes en rupture avec l’administration coloniale. Après avoir assuré des charges mandarinales (chef de province) à Khánh Hoà, Quảng Ngãi, il retourna à Bình Thuân en 1877 en qualité de Dinh Điền Stir afin d’organiser la résistance armée en cas d’attaque de l’armée coloniale. Intimidée par les protestations françaises, la cour l’a rappelé et ordonné l’interruption des travaux en cours. Rappelons enfin que la communauté sino-vietnamienne (Minh Hường) du Viet Nam est largement représentée grâce à l’épouse de Nguyễn Thông dont l’ascendant Ngô Nhân Tịnh fut, avec l’historien (et Minh Hường comme lui) Trịnh Hoài Đức et Lê Quang Định, l’un des trois grands lettrés de Gia Dinh (Gia Định tam gia).

Les Fondateurs : les Modernistes du Centre et du Sud

Nguyễn Trọng Lợi (ou Lỗi) (?-1911), lettré, père : N. Thông, mère : Ngô Thi Thúy A (arrière petite-fille de Ngô Nhân Tịnh), compagnon de Phan Chu Trinh et premier gérant de LT et de Duc Thanh.

Nguyễn Quý Anh (1881-1938), lettré, prit la succession de N.T.Lợi après le décès de son frère aîné. Dès les années vingt, il accompagna ses enfants faire des études supérieures en France. Une des filles (Minh Nguyệt), licenciée en droit, épousa le Dr Hô Tá Khanh.

Hồ Tá Bang (1975-1943), fils de Hồ Tá Hiếu (beau-frère de Nguyễn Thông), Lettré, Ký lục à la RS de Phan Thiet.

Les gérants de la seconde génération (de 1930 à 1945) :

Hồ Tá Khanh (1918-), Ancien Interne puis chef de clinique à la faculté de médecine à Marseille, pédiatre, Co-gérant de LT, ministre de l’industrie du gouvernement Trần Trọng Kim de mars à août 1945.

Nguyễn Minh Duệ (1916-1947), Hautes études commerciales (Paris), co-gérant de LT.

Les responsables permanents :

Nguyễn Hiêt Chí – Trân Lệ Chất (secrétaire à la RS de Phan Thiet) – Ngô Văn Nhường.

Nguyễn Văn Nghị (1894-1970).

Từ Trường Phùng (1895-1982).

* Tous les noms en italique figurent dans le schéma II de la trajectoire lettrée-moderniste de Lien Thành

Légendes : L : Lettré LF : Lettré Fonctionnaire
Les noms encadrés désignent les membres fondateurs de la Société Lien Thanh
Les noms suivis d’une astérisque désignent les Gérants de la Société L.T.
Sources : Ce Van Thinh et Bao Dinh Giang, Nguyen Thong, l’homme et l'œuvre, Saigon 1984 ; Hô Ta Khanh, o.c.

Notes

1 Gérard Noiriel, La classe ouvrière dans la société française, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1986.

2 Alors que Karl Marx a magistralement esquissé la généalogie de la bourgeoisie française dans ses œuvres politiques des années 1840.

3 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1966.

4 Gérard Noiriel, ibid., 33 sq.

5 Minh Tranh, Tìm hiểu lịch sử phát triển xã hội Việt Nam [Recherches sur le développement de la société vietnamienne], Hanoi, Éditions Van Su Dia, 1957.

6 Voir l’analyse des discours « gauchistes » des années trente de Nguyễn An Ninh à Tạ Thu Thâu par Daniel Hémery, Pierre Brocheux (éd.), Histoire de l’Asie du Sud-Est. Réformes, révoltes, révolutions, Presses Universitaires de Lille, 1981.

7 Nguyên Công Bình, Tìm hiểu giai câp tư sản Viet Nam thời Pháp thuôc [Recherches sur la classe bourgeoise vietnamienne à l’époque de la domination française], Hanoi, NXB Van Su Dia, 1959, 193 sq.

8 Les premières publications de la République Démocratique du Vietnam après 1954 présentent néanmoins, des témoignages intéressants sur la société vietnamienne dans les années 1940. Trân Huy Liệu et Nguyễn Khắc Đạm (éd.), Xã hội Việt Nam trong thời Pháp thuộc [La société vietnamienne sous la domination française], Hanoi, Éditions Van Su Dia, 1957, 2 vols.

9 Nguyễn Thế Anh, Việt Nam dưới thời Pháp đô hộ [Le Viet nam sous la domination française], Saïgon, Éditions Lua Thiêng, 1970.

10 Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découverte, 1995.

11 Jean Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, Éditions sociales, 1955.

12 Médecin pédiatre, « retour de France » au moment du Front populaire, Hồ Tá Khanh, avait été militant syndical en France ; il dirigea la société Liên Thành à la veille de la seconde Guerre Mondiale, fut ministre de l’économie du gouvernement Trần Trọng Kim (de mars à septembre 1945), puis exilé politique en France jusqu’à sa mort dans les années 1990.

13 Thông sử, p. 11.

14 Thông sử, p. 14.

15 Đinh Xuân Lâm, Nguyễn Văn Khánh, Nguyễn Đình Lễ : Đại cường lịch sử Viêt Nam [Précis d’Histoire du Viet Nam], t. ii : 1858-1945, Hanoi, Éditions Giao duc, 1998, p. 154.

16 Thông su, p. 15-16.

17 Saint-Cyrien, capitaine versé à sa demande dans le service civil, il a connu plusieurs affectations et terminé sa longue carrière indochinoise comme Résident supérieur par intérim au Laos en 1926. Son dossier administratif (ANOM, EE/II) présente un parcours exemplaire, des propos élogieux de la hiérarchie et des promotions finalement peu spectaculaires.

18 De Hué, le 14 août 1908, Fernand Levecque écrit : « M. Garnier n’a pas montré depuis quelque temps l’esprit de discipline qui convient. Il se livre avec trop de facilité à la critique. Avec ses tendances séparatistes inopportunes il se laisse entraîner à des appréciations regrettables sur le rôle des mandarins en Annam. Il prend déjà [pour] des réalités son désir par le rattachement de la province de Phan Thiêt à la Cochinchine. Sa façon d’administrer se ressent de ces tendances. Cet état d’esprit est dû en grande partie à un état de santé mauvais qui l’oblige à aller trop souvent à Saïgon ». Le successeur de Levecque emploie le 6 septembre 1911 des termes plus nuancés, mais pas exempts de critiques : « L’éloge de M. Garnier n’est plus à faire. Phan Thiêt est son œuvre. Mais je regrette qu’il ne fasse pas assez bien la distinction entre la bonté, la bienveillance et l’excès de ces qualités dont les Annamites sont portés à abuser [sic] » Est-ce à cause d’une vie familiale compliquée : vivant en concubinage avec une Vietnamienne qui lui donna cinq enfants dont deux sont reconnus ?

19 Thông sử, p. 18.

20 Rapport politique du Résident de Phan Thiêt, 1905, ANOM EE/II.

21 Rapport politique du Résident de Phan Thiêt, 1908, ANOM EE/II.

22 Thông sử, p. 29.

23 Tạ Thu Thâu cité par Daniel Hémery in Pierre Brocheux, Histoire de l’Asie du Sud-Est, op. cit. Les œuvres de Tạ Thu Thâu ont été publiées au début de la RDV à côté de l’œuvre classique de Trần Văn Giàu : Giai cấp công nhân Viet Nam. Sự hình thành và sự phát triển của nó từ giai câp « tự mình » đên giai cấp « cho mình » [La classe ouvrière vietnamienne. Sa formation et son évolution de « classe en soi » en « classe pour soi »], Hanoi, Éditions Su That, 1958.

24 Thông sử, p. 38.

25 Jean-François Billeter, « Contribution à une sociologie du mandarinat », Actes de la Recherche en sciences Sociales, n° 15, juin 1977, p. 3-30.

26 Thông sử, p. 39.

27 Thông sử, p. 49.

28 L’opération échoua à cause du boycott des concurrents chinois.

29 Même fortement réduite, l’échelle des salaires appliquée au lendemain de la crise donne des chiffres comparables au revenu industriel moyen durant la même période rappelons pour mémoire que la crise de 1930 a eu au Viet Nam un effet nettement déflationniste. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, op. cit., p. 209.

30 Trinh Van Thao, Viet Nam du confucianisme au communisme. Essai d’itinéraire intellectuel, Paris, l’Harmattan, 1990. 2e éd. 2007.

31 Épisodes de la visite de Đặng Thai Mai et incident opposant Nguyễn Minh Duê aux autorités provinciales.

32 Thông sử, p. 99.

Table des illustrations

Légende Légendes : L : Lettré LF : Lettré FonctionnaireLes noms encadrés désignent les membres fondateurs de la Société Lien ThanhLes noms suivis d’une astérisque désignent les Gérants de la Société L.T.Sources : Ce Van Thinh et Bao Dinh Giang, Nguyen Thong, l’homme et l'œuvre, Saigon 1984 ; Hô Ta Khanh, o.c.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Professeur émérite à l’université de Provence, il s’intéresse aux lettrés et aux intellectuels viêtnamiens (XIXe-XXe s.). Parmi ses ouvrages : Vietnam du confucianisme au communisme (l’Harmattan, 2007 ; 1re éd. en 1990) et Les compagnons de route de Ho Chí Minh (Karthala, 2004).

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540