Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

S’adapter pour ne pas être expulsé : les manifestations paysannes de Vinh en 1905

David Del Testa

Texte intégral

  • 1 David G. Marr, Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925, Berkeley, University of California Press, 19 (...)
  • 2 Nous avons peu de cas concrets sur l’histoire de la paysannerie, sauf quelques anecdotes comme la (...)
  • 3 Ce texte est inspiré des théories de l’anthropologue James Scott, qui estime que les recherches s’ (...)
  • 4 James C. Scott, « Everyday Forms of Peasant Resistance », in Everyday Forms of Peasant Resistance (...)

1De nombreux paysans vietnamiens du Quảng Nam, puis du Hà Tĩnh, du Nghệ An et du Thanh Hóa, se sont révoltés en 1908 et 1909 contre les taxes et prestations imposées par l’État colonial. Poussés par la misère et animés par leur patriotisme anticolonialiste, ils s’inspiraient également des idées nouvelles centrées sur la nécessité d’une autosuffisance nationale. Ces événements ont souvent été décrits comme une sorte d’épiphanie pour les paysans vietnamiens, c’est-à-dire le moment où ils se sont rendu compte que l’ordre traditionnel était brisé et qu’il fallait s’adapter à une nouvelle structure politique et sociale1. Les histoires consacrées à ces événements donnent pourtant peu d’exemples précis de ces expériences de révoltes et des changements d’attitude qui auraient pu en résulter : si l’on comprend les motivations globales qui ont animé les révoltes paysannes, leurs causes immédiates nous échappent souvent. Pour combler cette lacune historique, il faut comprendre comment les changements introduits dans les années précédant 1908 ont pu pousser la paysannerie à se révolter2 et analyser comment les récits des révoltes ont influencé par la suite la société vietnamienne dans son ensemble3. Mon but est de présenter un exemple précis d’un ces moments de transformation et d’éclairer les sentiments qui pouvaient mener les paysans à se révolter, l’exemple des réactions des villageois de Yên Dũng, un village proche de la ville de Vinh, lorsque l’administration coloniale les expropria et, en particulier, la façon dont ils ont protesté contre les termes de cette expropriation dans un premier temps, avant d’accepter de devenir des ouvriers. Mon hypothèse est la suivante : si les révoltes de cette époque sont certainement liées à des protestations contre des impôts perçus comme injustes et peuvent donc être considérées comme des manifestations contre le système colonial, il est possible de trouver des exemples de paysans réclamant la justice au sein du système colonial et non contre lui. Certains groupes sociaux pouvaient en effet gagner à participer à ce système ou du moins avoir l’impression d’y gagner. L’examen détaillé des formes de cette résistance passive utilisée comme forme de protestation4 me semble utile pour comprendre l’évolution culturelle de la paysannerie vietnamienne.

L’événement

  • 5 Cf. David Del Testa, « Vinh, the Seed the Would Grow Red : Colonial Prelude, Revolutionary City », (...)
  • 6 ANOM GGI 351, « Construction De Ateliers De Vinh (Incidents Provoqués Par La Population Indigène)  (...)

2En 1904, la direction de la Compagnie des Chemins de fer de l’Indochine (CFI), qui construisait les premiers tronçons de la ligne Hanoi/Saigon, qui sera terminée en 1936 sous le nom de Transindochinois, décida de construire les ateliers de réparation principaux à Vinh. À l’évidence, Vinh offrait plusieurs avantages par rapport à d’autres alternatives : la ville est à mi-chemin entre Hanoi et Hué ; elle se situe à proximité de gisements charbonniers nécessaires à la fois au fonctionnement des ateliers et à l’alimentation des locomotives ; elle bénéficie du voisinage de Nam Dinh, la principale concentration de main d’œuvre industrielle de l’Indochine de ce temps, avec ses usines textiles5 ; les terrains y sont moins chers qu’à Hanoi. À l’automne 1904, les représentants de la CFI acquéraient, par expropriation (mais les villageois auraient donné leur accord), 40 hectares à Yên Dũng, un village de plusieurs hameaux (Yên Dũng, Hưng Dũng, et Yên Dũng Hạ) disposés en arc de cercle à l’est de Vinh. Selon les archives, le prix de la vente fut de 40 piastres le mẫu (3 600 m2 au Việt Nam) avec 40 piastres de plus par mẫu pour compenser les pertes sur récoltes et une somme forfaitaire pour déplacer un millier de tombeaux dispersés dans les rizières. Les paysans se firent promettre l’embauche dans les futurs ateliers6. Les paysans, qui avaient vendu leur équipement, y compris les buffles et les charrues, devaient recevoir le prix de la vente avant la fin de l’hiver, mais au moment de l’inauguration de la ligne Hanoi – Vinh entre le 16 et le 19 mars 1905, le paiement n’avait pas encore été effectué.

  • 7 L’administration impériale du Vietnam était théoriquement autonome de l’administration française d (...)
  • 8 Trường Thi veut dire « champ d’examen » ; les examens mandarinaux régionaux y ont eu lieu entre 18 (...)
  • 9 Toàn Viêt, Sõ Lược Lịch Sử Đấu Tranh Của Nhà Máy Trường-Thi [Résumé de la lutte de Trường Thi], Vi (...)
  • 10 ANOM GGI 351.

3Lorsque les matériaux de construction des ateliers furent entreposés sur leurs anciennes rizières pendant l’été, alors qu’ils n’avaient toujours pas été indemnisés, les villageois se décidèrent à l’action. Dans un premier temps, ils envoient des représentants auprès du mandarin vietnamien7 à Vinh pour protester, ce qui ne produisit aucun résultat. Peu de temps après, dans la matinée du dimanche 13 août 1905, l’entrepreneur tonkinois sous-traitant de la CFI commence la construction des hangars à Trường Thi, le nom du lotissement de terre donné à la CFI8. Les villageois se rassemblent alors dans la salle communale, avant de se rendre au chantier où ils informent l’entrepreneur que le chantier est situé sur une propriété privée tant que le prix de sa vente n’a pas été réglé. Ils évacuent ensuite le site, mais, le lendemain, la construction ayant repris, les villageois envoient de nouveau, le 15 août une délégation chargée de protester contre le retard de paiement, mais cette fois auprès du résident français de la province, Maurice Sestier. Celui-ci se borne à répéter les promesses d’un paiement prochain qu’avaient déjà faites les fonctionnaires vietnamiens9, tout en informant ses supérieurs de sa gêne face au défaut de paiement10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Depuis la fin des campagnes de pacification en 1895 et 1896, les Français étaient peu habitués à d (...)
  • 13 ANOM GGI 351. C’est du moins son interprétation.

4Le mercredi 16 août, exaspérés par cette absence de résultats, les villageois s’installent par centaines sur les matériaux de construction entreposés sur le chantier, affirmant qu’ils ne bougeraient pas tant que le paiement ne serait pas effectué11. Les ouvriers et ingénieurs du sous-traitant comme les représentants des Travaux publics quittent les lieux, ce qui donne lieu à un échange de messages angoissés entre le résident Sestier, le Résident supérieur en Annam Ernest Moulié et le Gouverneur général de l’Indochine12. Le 17 août 1905 au matin, le nombre des manifestants occupant le chantier de construction du hangar est passé d’une centaine à quelques milliers de personnes. Effaré par la taille de la manifestation, le résident Sestier se rend sur place pour demander la dispersion de la manifestation. Il note que « deux cercueils ont été transportés sur les lieux pour le cas où la répression de la manifestation provoquerait des morts »13. Les représentants du village :

  • 14 Ibid.

exigent l’enlèvement des matériaux déposés, le paiement immédiat du prix de vente des terrains, le remboursement des frais d’arpentage, qu’ils attendent depuis septembre 1904, le paiement des récoltes pendantes et une plus-value de 40 piastres par mẫu [soit 120 piastres] en dédommagement du retard apporté dans le paiement14.

  • 15 Nguyễn Trọng Côn : Phong Trào Công Nhân Trong Cao Trào Xô-Viết Nghệ Tĩnh [la lutte des travailleur (...)

5Le Résident répond en appelant 50 linh (membres de la milice indigène) pour disperser la foule, et laisse ensuite deux linh sur place pour protéger le chantier. Il semble que les villageois auraient attaqué les deux linh. Une ou plusieurs femmes auraient précédé les villageois, soit habillées de chiffons, soit nues, mais en tout cas brandissant des balais couverts d’ordures ou même couvertes elles-mêmes d’ordures15. On peut en déduire qu’au matin du 18 août, les villageois réoccupaient le chantier.

  • 16 ANOM GGI 351.
  • 17 Christine Pelzer White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance : Intellectuals, Workers, and Peas (...)

6Face au développement de la situation, le Résident Sestier fit annoncer par un mandarin de Yên Dũng que tout villageois trouvé sur le chantier dans l’après-midi serait accusé de rébellion et immédiatement incarcéré. Son argument est que, si la cause de la manifestation est légitime, la méthode employée ne l’est pas et il promet de prendre l’affaire en charge personnellement. De fait, en septembre 1905, les villageois avaient effectivement reçu la totalité du paiement16. Les hangars furent terminés en 1906 et l’atelier de réparation entra en activité en 1907. La CFI embaucha la quasi-totalité des hommes de Yên Dũng, créant ainsi la plus forte concentration de travailleurs industriels d’Indochine en dehors de Nam Định et de Sài Gòn qui en comptaient à peu près 50 000 à l’époque17.

Débats sur les motivations de la paysannerie

  • 18 Liên Hiệp Công Đoàn Nghệ Tĩnh, Lịch sử phong trào công nhân và công đòan Nghệ Tĩnh, 1885-1945 [His (...)

7Pour mieux comprendre l’événement, il faut le placer dans son contexte théorique et historiographique. La protestation des paysans de Yên Dũng a laissé peu de traces dans les archives coloniales, ni chez les historiens vietnamiens. Les deux sources concordent généralement, sauf lorsque les historiens vietnamiens réécrivent l’histoire pour la faire coïncider avec l’orientation politique du moment, les rapports des administrateurs français étant naturellement orientés quant à eux par le point de vue colonialiste de leurs auteurs. Les fonctionnaires français présentent à l’époque la manifestation de Yên Dũng soit comme une révolte mineure contre une autorité bienveillante, soit comme un exemple de la protection dont les administrateurs gratifiaient les populations. Pour les historiens vietnamiens, la protestation de Yên Dũng est un des exemples d’une longue série de luttes contre l’autorité française et ses collaborateurs vietnamiens et, pour l’un d’entre eux, elle est un exemple d’union des différents éléments de la classe prolétaire (ouvriers et paysans)18. Dans les deux cas, la protestation des paysans de Yên Dũng est présentée comme une action très localisée, et non comme une révolte contre l’autorité française en elle-même, même si les historiens vietnamiens laissent entendre que n’importe quelle action pendant la période coloniale est implicitement dirigée contre le colonialisme dans son ensemble.

  • 19 Samuel L. Popkin, « The Rational Peasant : The Political Economy of Peasant Society, » Theory and (...)
  • 20 Samuel L. Popkin, ibid., 414. D’après lui, les théoriciens de l’économie morale prétendent que la (...)

8Plus globalement, depuis plusieurs années, le débat académique autour des révoltes paysannes oppose les tenants d’une économie morale du monde rural et ceux qui postulent la rationalité des actions paysannes. Les premiers, parmi lesquels le politologue James Scott, cherchent à comprendre les actions symboliques élémentaires entamées par les paysans du monde entier lorsqu’ils tentent de s’émanciper des acteurs économiques qui les dominent. Dans un cas comme celui des villageois de Yên Dũng par exemple, leur conception de la justice déterminerait probablement la manière dont ils ont réagi. Scott suggère par ailleurs que le contenu des économies morales est fluide et peut changer sous l’impulsion de nouveautés culturelles rencontrées par les paysans dans tel ou tel contexte, ce qui suppose une analyse des dynamiques culturelles et des rapports de pouvoir au niveau le plus bas possible dans le but de comprendre, à une échelle plus grande, les tensions politiques dans le monde paysan. Les promoteurs du courant théorique qui postule que les agents économiques sont des acteurs rationnels considèrent de leur côté que la paysannerie n’existe pas en tant que telle dans une société dynamique, la tendance de chaque paysan à changer son mode de vie étant particulièrement forte. Samuel L. Popkin en particulier estime que l’idée suivant laquelle les paysans sont attachés avant tout à la terre et qu’ils se préoccupent relativement peu des marchés et du commerce est totalement fausse19. Pour lui, les théories de l’économie morale sont fondées sur des types de villages (villages clos avec liens de réciprocité entre travailleurs et propriétaires) qui n’existent pas partout ou du moins pas partout au même degré d’autonomie20. D’autres auteurs notent que certaines pratiques courantes dans le monde paysan contredisent les théories de Scott : migrations saisonnières vers les villes, production artisanale à domicile, temps de travail partagé entre champs et usine, relation directe avec le marché mondial.

  • 21 Michael Adas, « From Avoidance to Confrontation : Peasant Protest in Precolonial Southeast Asia », (...)
  • 22 James C. Scott, « Everyday Forms… », art. cit., p. 22.

9Le débat entre les tenants des deux interprétations a permis à certains chercheurs de proposer des modèles intermédiaires. En 1981 par exemple, Michael Adas avance que les protestations des paysans peuvent avoir à la fois un motif matériel et un motif moral21 et Scott a lui-même nuancé sa position22 :

la résistance des catégories les plus basses de la paysannerie inclut n’importe quel(s) acte(s) visant à limiter ou même à refuser les exigences (loyers, intérêts d’emprunt, respect) des classes supérieures (rentiers, État, propriétaires de machines, prêteurs). Trois aspects de cette définition méritent un commentaire bref. Tout d’abord, la résistance ne doit pas prendre une forme collective. Deuxièmement – et c’est un problème agaçant – les intentions sont prises en compte dans la définition. Finalement, la définition permet d’intégrer ce qu’on pourrait nommer la résistance idéologique ou symbolique (les commérages par exemple, ou la calomnie, le refus des catégories imposées, le refus d’adopter les formes du respect) à la résistance de classe.

  • 23 Ibid., p. 6.
  • 24 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires and Political Imagination in World History, Princeton, N (...)
  • 25 Christine Pelzer-White, « Everyday Resistance, Socialist Revolution and Rural Development : The Vi (...)
  • 26 Christine Pelzer White, ibid., p. 55.

10Dans le même article, Scott note également que, dans la mesure où la paysannerie est par définition une classe exploitée par des agents économiques qui sont minoritaires par rapport à elle (agents individuels comme les propriétaires ou agents collectifs comme les États), l’essentiel de l’existence des paysans est constitué par la lutte contre les exactions elle-même : la comprendre est donc un moyen efficace de comprendre la paysannerie23. La différence entre les deux courants est que Scott avance que les paysans sont pauvres par définition, alors que Popkin estime qu’ils se caractérisent avant tout par leur lutte pour échapper à leur misère. Un troisième courant théorique, que l’on peut qualifier de pragmatique, issu des frustrations produites par le débat entre les deux courants précédents, en tente une synthèse, synthèse à laquelle Scott lui-même semble venir. La théorie de la « contingent accommodation » de Jane Burbank et Frederick Cooper24 en particulier permet d’éviter le recours à des explications fondées sur une volonté permanente des paysans. Christine Pelzer-White est la représentante la plus active de ce courant pragmatique dans le champ des recherches sur le Vietnam. En 1984, elle écrivait que « [Scott] semble ne laisser aucune possibilité pour qu’un système moderne puisse fonctionner en faveur des paysans, pour un système où le paysan pourrait être un citoyen actif et pas seulement une victime révoltée »25. Elle s’appuie sur un exemple comparable à celui des révoltés de Yên Dũng, celui de paysans tonkinois ayant choisi consciemment de devenir manœuvres sur des chantiers de construction ferroviaire plutôt que de travailler comme métayers sur une concession française26. Or, la documentation disponible concernant les événements de Vinh en 1905 permet d’analyser l’attitude des paysans comme un choix. Ils ont certes protesté suivant les formes traditionnelles, mais ils semblent également avoir choisi volontairement la mutation de leur structure villageoise traditionnelle liée à la ville voisine en une communauté industrielle, ou du moins ils ont choisi de s’adapter à cette transformation. Les villageois étaient amenés à coopérer avec l’administration française, ce qui pourrait être analysé comme une collaboration négative, si cette attitude pragmatiste ne reflétait surtout le désir de conserver une certaine autonomie dans l’adaptation aux nouveautés et l’acceptation de la transformation en une communauté industrielle ouvrière, tout en conservant un lien avec le passé paysan traditionnel.

La situation des villageois de Yên Dũng et leurs croyances

  • 27 James C. Scott, « Protest and Profanation… », art. cit., p. 213.
  • 28 « Les ouvriers d’un même métier, dès que leur nombre atteignait une dizaine, étaient réunis en une (...)

11Initialement, les villageois de Yên Dũng avaient négocié un nouveau rapport économique avec un nouveau propriétaire, la CFI et ce dernier n’avait pas respecté les termes du contrat, ce qui explique le conflit. Ils n’avaient pas seulement vendu leurs terres, ils avaient surtout obtenu collectivement la garantie d’un nouveau mode de vie. Or, dans presque toute l’Asie du Sud-Est, « le village constituait bien davantage qu’une agrégation de foyers » : par les pratiques religieuses collectives, le partage des tâches ou la solidarité entre les membres de la communauté, le village est « un système d’action, un ensemble unique de perceptions communes, d’échanges de renseignements et d’obligations morales qui le distingue du monde extérieur »27. Or, si les paysans de Yên Dũng conserveront leur village aux termes du contrat avec la CFI, tous les autres éléments de leur existence matérielle changeront avec la construction des ateliers : maisons reconstruites, terres perdues, salle communale réduite en taille […] Pourtant, il est vrai qu’ils n’avaient pas vraiment le choix, les paysans ont peu protesté contre l’expropriation elle-même ; ils ont apparemment accepté l’argent proposé et les promesses d’embauche à venir. Il est possible qu’ils aient comparé la mutation à laquelle les Français leur demandaient de s’adapter à la pratique traditionnelle parfois utilisée par l’administration vietnamienne lorsqu’elle imposait la transformation de tel ou tel village d’agriculteurs en un village de production artisanale28. La disette sévissant en cette année 1905 dans le sud de l’Annam, les revenus agricoles ont pu également leur sembler précaires. Enfin, travailler pour la CFI, c’était travailler pour l’administration, ce qui était perçu de façon positive dans la société traditionnelle. Au total, le choix d’intensifier les actions de protestation après le 15 août avait des motivations complexes et il n’a pas dû être pris à la légère.

  • 29 Cet impair était peut-être volontaire : à l’époque de la pacification, une école technique avait é (...)
  • 30 Toản Viết, op. cit., p. 15-16.

12Enfin, les responsables de la CFI avaient choisi le champ des examens mandarinaux pour établir leurs ateliers, estimant sans doute que le terrain était disponible une année sur deux (les examens avaient même été déplacés à Hué en 1903). La conséquence de ce choix était à la fois symbolique (l’autorité française remplaçait l’autorité vietnamienne)29 et financière (les villageois perdaient surtout le loyer qu’ils recevaient auparavant de l’administration vietnamienne pour réserver les terrains aux examens). Or, les paysans de Yên Dũng avaient peu d’opportunités de revenus complémentaires, d’autant que la construction des ateliers avait été confiée à un sous-traitant tonkinois et qu’ils ne pourraient être embauchés par la CFI avant la fin du chantier un an plus tard. Comme l’a rappelé Toản Viết30 : les villageois ne disposaient plus de revenus complémentaires depuis une année et les commerçants refusaient désormais de leur vendre du riz à crédit ; après l’hiver de 1905, avec la perspective d’une année supplémentaire sans revenu, la situation était désespérée.

Les débuts de la résistance et de la négociation

  • 31 Michael Adas, op. cit., p. 227.

13Les méthodes employées par les paysans ressemblent à la fois à celles qui seront mises en œuvre en 1908 et 1909 et à celles qui étaient pratiquées avant la colonisation : avant la conquête française, les paysans préféraient protester de façon pacifique car les risques d’une réaction violente de l’administration vietnamienne n’étaient pas négligeables et les forces étaient trop disproportionnées entre un village isolé et le pouvoir impérial31. Aussi les paysans de Yên Dũng ont préféré en 1905 limiter leurs revendications au règlement du problème concret pour éviter une forme violente de manifestation.

  • 32 Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần : Phường Trường Thi (Lịch sử sõ thảo)[Le hameau de Truong-thi. (...)
  • 33 Nguyễn Trọng Côn, op. cit., p. 13.
  • 34 « Ils [les Français] sont allés encore, cette fois avec des centaines des légionnaires, envoyés, c (...)
  • 35 Des femmes ivres auraient excité les manifestants, ANOM GGI 351.
  • 36 Toản Viết, op. cit., p. 1-2.
  • 37 Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần, ibid., p. 18-19.
  • 38 Liên Hiêp Công Đoàn Nghệ-Tĩnh, op. cit., p. 34.
  • 39 Nguyễn Trọng Cồn, op. cit., p. 13.
  • 40 Des femmes seront employées : gardes-barrières, femmes de ménage dans les wagons.

14Le problème posé par le déplacement, imposé par les Français, d’un millier de tombes n’apparaît pas dans les archives coloniales, ce qui est surprenant : la question est en effet très importante dans la culture vietnamienne. D’après les sources vietnamiennes, les arpenteurs chargés du relevé des tombes semblent n’avoir pas figuré correctement les emplacements et Hoàng Anh Tài semble même sous-entendre qu’ils l’auraient peut-être fait volontairement dans le but de limiter les indemnisations à verser aux villageois. Le gouverneur vietnamien aurait même ordonné aux villageois de considérer ces terrains comme des champs normaux et de les labourer32, mais, d’après Nguyễn Trọng Côn, les villageois auraient profité de la nuit pour enlever les bornes33. Cet acte de résistance doit être analysé sur deux niveaux différents : le niveau pratique et le niveau moral. Le niveau pratique est assez intéressant pour mériter un développement particulier. Lorsque, le 16 mai, les villageois se sont heurtés aux miliciens chargés de garder les matériaux de construction, ils ne cherchèrent pas à leur faire violence mais à les chasser d’un terrain dont ils estimaient qu’il était encore leur propriété. Ils avaient agi de la même façon avec le sous-traitant le 13 mai. La plupart des historiens vietnamiens présentent cette action comme une lutte à mort revêtant des formes de violence radicale qui aurait eu pour but de provoquer une cristallisation du mouvement, mais cette violence est loin d’être attestée34 : à Vinh en 1905, comme dans la plupart des autres manifestations qui nous sont connues, personne n’a été blessé. Le fait que des milliers de personnes ont investi le chantier le 16 août, alors que la population de Yên Dũng était beaucoup plus petite, semble indiquer que la lutte avait suscité une sympathie certaine parmi les populations des environs. Mais c’est la forme de la protestation qui est la plus intéressante, dans la mesure où elle marque un moment de transition entre un monde traditionnel et moderne. Le rapport du résident Sestier35, comme les historiens vietnamiens Toản Viết36, Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần insistent sur le rôle joué par les femmes dans les différentes manifestations. Ces deux derniers évoquent l’action de Mme Đinh Thị Trườc qui a mené la charge contre les miliciens37, suivie de ses sœurs portant un cercueil38 et par un villageois39. La perte des terrains ayant entraîné une diminution du ravitaillement dont elles étaient traditionnellement chargées, il est vraisemblable que les femmes aient été particulièrement actives dans le mouvement de protestation et il est également possible qu’elles s’étaient vu promettre des emplois par la CFI40. Les villageois ont peut-être pensé que mettre les femmes en avant était une façon d’insulter les miliciens, de remettre en cause leur virilité, à moins, au contraire, qu’ils n’aient espéré que les miliciens n’oseraient tirer sur des femmes. Quelle que soit la motivation des villageois, les femmes ont réussi et les miliciens se sont retirés.

  • 41 Nguyễn Trọng Cồn, op. cit., p. 13.
  • 42 H Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần, op. cit., p. 18-19.
  • 43 René Dumont, Types of Rural Economy : Studies in World Agriculture, New York, Frederick A. Praeger (...)

15Mais la violence des femmes n’est pas la seule responsable de la retraite des miliciens. Nguyễn Trọng Cồn indique qu’une (ou des) femmes se serait recouverte d’urine et de déchets41, tandis que Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần affirment que des femmes auraient brandi des balais et des chiffons enduits des mêmes matières42. Aussi déplaisante que cette forme de manifestation puisse nous paraître, elle semble avoir constitué une forme traditionnelle de contestation. Lorsqu’un mandarin abusait de son autorité, ses administrés brûlaient parfois son domicile au moment de sa sortie ou faisaient leurs besoins sur le chemin qu’il empruntait pour quitter la province43. Cela suffisait pour le discréditer aux yeux des autorités impériales et il est possible que les villageois aient pensé qu’il en serait de même vis-à-vis des dirigeants de la CFI.

Conséquences de 1905

  • 44 David G. Marr, op. cit., p. 108, 109 et 207.
  • 45 James C. Scott, « Protest and Profanation… », art. cit., p. 215.

16Une fois les villageois payés, la construction des ateliers a repris et ils sont entrés en service deux ans après, en 1908. Les sources n’indiquent pas comment les villageois de Yên Dũng ont survécu pendant ces deux années, mais ils ont commencé comme ouvriers aux ateliers dès leur ouverture. La protestation des villageois de Yên Dũng en 1905 annonce un type de démarche caractéristique des révoltes de 1908 : les fonctionnaires vietnamiens se montrent impuissants à protéger leurs administrés (ou peu désireux de le faire), ce qui met en lumière les nouveaux rapports de pouvoir ; ces administrés sont donc obligés de négocier directement avec les autorités françaises44, ce qui traduit certes la perte d’autorité de l’administration vietnamienne d’une part, mais qui conduit surtout à l’adoption de formes démocratiques de protestations, car auparavant, c’est le fonctionnaire local qui se serait chargé de les relayer. Dans le cas de Yên Dũng, le fonctionnaire vietnamien chargé du village semble un simple porte-parole des autorités coloniales et les villageois sont donc amenés à s’adresser directement au résident français de la province. D’ailleurs, loin de combattre pour les droits collectifs qu’ils avaient cédé et qu’ils auraient défendu avec acharnement en d’autres circonstances45, ils exigent leur droit à un nouveau mode de vie et à de nouveaux rapports politiques ; ils ont conscience d’appartenir à un monde nouveau. De fait, en 1930, Bến Thủy comptera 8 000 ouvriers d’industrie, employés dans des scieries, aux docks, à la centrale électrique et à l’usine d’allumettes, y compris bien entendu les 3 000 personnes employées aux ateliers de la CFI.

  • 46 Une pratique courante dans le Vietnam colonial. Christine Pelzer-White, « The Vietnamese Revolutio (...)
  • 47 Pierre Brocheux, art. cit.
  • 48 Ann Laura Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra’s Plantation Belt, 1870-1979, Ann Arbor, (...)

17Ces ouvriers avaient cependant maintenu des liens étroits avec la campagne et quelques-uns exploitaient des champs à proximité des chantiers46. Les surnoms attribués aux cheminots vietnamiens, công nhan mau nâu (ouvriers en chemises brunes) ou công nông ngày chủ nhật (fermiers du dimanche), brun étant le couleur des vêtements des paysans et le dimanche étant le jour hebdomadaire de repos47, indique bien ces liens conservés avec l’activité agricole. L’attachement à l’ancien mode de vie ne signifie pas nécessairement que les ouvriers des ateliers étaient opprimés d’un point de vue économique, les salaires des cheminots étant parmi les plus élevés d’Indochine, mais plutôt une adaptation aux régimes de travail48.

  • 49 La CFI a recruté dans les rangs des ouvriers au Tonkin, surtout ceux qui étaient catholiques. Jusq (...)
  • 50 David G. Marr, op. cit., p. 209.
  • 51 Christine Pelzer-White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance… », art. cit., p. 87.

18Après l’erreur de 1905, la CFI a été très attentive à la condition sociale de ses ouvriers de Trường Thi (et d’ailleurs), encourageant le développement d’un esprit de corps parmi eux, les gratifiant de salaires décents, dans le contexte de l’époque, certainement plus élevés en tout cas que les revenus de la plupart des paysans, et d’avantages non négligeables (soins courants, adduction d’eau, raccordement au réseau électrique, parfois même logement…). Le paternalisme des directeurs de la CFI a entraîné un type de rapports entre employeurs et employés qui a pu être analysé par les Vietnamiens comme une nouvelle forme de la relation traditionnelle entre propriétaire foncier et métayer. De fait, les cheminots étaient relativement peu politisés avant 1936 et leurs rares grèves étaient provoquées par des problèmes locaux, comme le ravitaillement ou les conditions de travail. La forme des quelques grèves recensées était plutôt coopérative que syndicale au sens moderne du terme, même si les ouvriers étaient divisés par leurs origines régionales ou par leur religion49. L’accord trouvé en 1905, qui crée une nouvelle économie morale, a donc eu des effets à long terme. David Marr estime qu’après 1908, la politique coloniale est devenue beaucoup plus conservatrice, la possibilité d’une collaboration véritable s’étant « égarée quelque part entre les classes désertées de Dong King Nghia Thuc et les cellules pourrissantes de Conlon »50, mais il fait référence sur ce point aux érudits modernistes. Pour les autres, l’administration coloniale s’est en effet ingéniée à trouver un nouveau mode de collaboration positive et, pour encourager celle-ci, elle a valorisé les Vietnamiens qui s’engageaient dans les voies scientifiques, techniques ou commerciales. Les anciens villageois de Yên Dũng se sont parfaitement adaptés à la configuration nouvelle : leurs fils ont notamment intégré des écoles techniques dans le but de succéder à leurs pères et l’emploi aux ateliers est devenu quasiment héréditaire. Ces ouvriers, de la seconde et troisième génération, peuvent être considérés comme de véritables intellectuels51, avec des esprits ouverts au monde et sensibles à son évolution. Lorsque, dans les années 1930, les cheminots ont considéré que le pouvoir colonial violait ces règles d’économie morale, ils se sont révélés des auxiliaires particulièrement actifs et déterminés de la Révolution.

  • 52 B. R. Roberts, « Peasants and Proletarians, » Annual Revue of Sociology 16, 1990, p. 354.
  • 53 Sur ces formes de violence, Georges Coulet, Les Sociétés Secrètes en terre d’Annam, Paris, 1926, p (...)
  • 54 Martin Bernal, « The Nghê-Tĩnh Soviet Movement, 1930-1931 », Past & Present, 92, 1981, p. 157.

19Les paysans de Yên Dũng firent ainsi le choix, peut-être à contrecœur mais volontairement, d’échanger la propriété sur leurs terres contre la possibilité de devenir des prolétaires, un des aspects d’une des mutations économiques et sociales les plus radicales à l’échelle mondiale52. Sur le court terme, l’aspect essentiel de leur action, qui les rapproche des paysans révoltés de 1908, est qu’ils ont fait face à l’autorité française sans intermédiaire et en ont obtenu ce qu’ils désiraient. Par contre, au contraire des révoltés de 1908, les villageois de Yên Dũng sont parvenus à éviter la violence53. Ils ont abandonné les méthodes de protestation fondées sur l’obéissance traditionnelle pour des méthodes plus modernes, mais en utilisant les stratagèmes traditionnels : ils étaient devenus des acteurs autonomes, tout en continuant d’appartenir à la communauté vietnamienne. Sur le moyen terme, une communauté villageoise se transformait complètement en une communauté professionnelle adaptée aux normes de la classe ouvrière de l’époque. Dans un premier temps, cette communauté nouvelle soutint l’ordre colonial, répondant ainsi aux attentes de la direction de la CFI, tant que le compromis de 1905 fut respecté. Si les habitants de Yên Dũng se révoltèrent de nouveau en 1928, c’est parce que l’administration coloniale les avait expropriés des terres qu’ils possédaient encore et qui leur fournissaient un revenu d’appoint afin d’agrandir les ateliers de réparation et un aérodrome54 : leur protestation revêtit une forme beaucoup plus radicale. Si 1905 avait marqué la transformation d’une communauté villageoise en une communauté professionnelle, les années 1930 devaient marquer le changement d’attitude de ces paysans devenus ouvriers, qui passèrent d’une collaboration passive au système colonial à une résistance active.

Notes

1 David G. Marr, Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925, Berkeley, University of California Press, 1971, 85, p. 108-109 et Nguyen The Anh, « Le Mouvement de protestation de 1908 contre les corvées et les impôts au Centre Vietnam », in colloque Échanges, Éthiques et Marchés, Europe-Asie, XVIIe-XXe s., La Rochelle, École pratique des hautes études, 1999.

2 Nous avons peu de cas concrets sur l’histoire de la paysannerie, sauf quelques anecdotes comme la création de villages-plantation par le colon Thome dans le Haut-Tonkin signalée par Pham Cao Dương, Vietnamese Peasants under French Domination, 1861-1945, vol. 24, Monograph Series, New York, University Press of America, 1985, p. 31-42. ou le récit Nô lệ [Esclavage] de Nhất Linh paru en 1927 sur la vie des paysans sur une plantation de caféiers. Ngô Vinh Long, Before the Revolution : The Vietnamese Peasants under the French, New York, Columbia University Press, 1991, p. 14-15.

3 Ce texte est inspiré des théories de l’anthropologue James Scott, qui estime que les recherches s’attachent trop aux acteurs des révoltes et trop peu à leurs « valeurs et objectifs explicitement partagés ». James C. Scott, « Protest and Profanation : Agrarian Revolt and the Little Tradition, Part I », Theory and Society 4, n° 1, 1977, p. 5.

4 James C. Scott, « Everyday Forms of Peasant Resistance », in Everyday Forms of Peasant Resistance in South-East Asia, James C. Scott and Benedict J. Tria Kerkvleit (eds), Totowa, NJ : Frank Cass and Company, 1986, p. 6.

5 Cf. David Del Testa, « Vinh, the Seed the Would Grow Red : Colonial Prelude, Revolutionary City », Historial Reflections/Réflexions historiques 33, n° 3, 2007. Vinh comptait 12 000 habitants dont une centaine d’Européens et la province entière du Nghe-An un peu plus d’un million de personnes dont 904 000 Vietnamiens, 152 000 Muongs, 241 Chinois, 9 Indiens et 181 Français (dont 97 fonctionnaires et leurs familles, 58 colons et 26 missionnaires). L’Annam en 1906, Marseille, Imprimerie SAMAT, 1906, p. 190 (brochure éditée par la Chambre de Commerce de l’Annam pour l’Exposition coloniale de 1906 à Marseille).

6 ANOM GGI 351, « Construction De Ateliers De Vinh (Incidents Provoqués Par La Population Indigène) », note de Maurice Sestier, résident.

7 L’administration impériale du Vietnam était théoriquement autonome de l’administration française dans les pays de Protectorat qu’étaient l’Annam et le Tonkin. L’administration vietnamienne était chargée notamment des questions de police ou de droit personnel.

8 Trường Thi veut dire « champ d’examen » ; les examens mandarinaux régionaux y ont eu lieu entre 1820 et 1903 avant leur déplacement à Hué, capitale impériale.

9 Toàn Viêt, Sõ Lược Lịch Sử Đấu Tranh Của Nhà Máy Trường-Thi [Résumé de la lutte de Trường Thi], Vinh, 1964, p. 2-3.

10 ANOM GGI 351.

11 Ibid.

12 Depuis la fin des campagnes de pacification en 1895 et 1896, les Français étaient peu habitués à des actes de résistance, d’où leur surprise. J. Kim Munholland, « The French Response to the Vietnamese Nationalist Movement, 1905-1914 », The Journal of Modern History 47, n° 4, 1975.

13 ANOM GGI 351. C’est du moins son interprétation.

14 Ibid.

15 Nguyễn Trọng Côn : Phong Trào Công Nhân Trong Cao Trào Xô-Viết Nghệ Tĩnh [la lutte des travailleurs des Soviets du Nghe Tinh], Hanoi, Nhà Xuất Bản Lao Động, 1980, p. 13.

16 ANOM GGI 351.

17 Christine Pelzer White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance : Intellectuals, Workers, and Peasants », in Peasant Rebellion and Communist Revolution in Asia, John Wilson Lewis (éd.), Stanford, Stanford University Press, 1974, p. 87. 221 000 prolétaires en 1929, dont 140 000 ouvriers (y compris 53 000 mineurs et 86 000 en usine) et 81 000 ouvriers agricoles.

18 Liên Hiệp Công Đoàn Nghệ Tĩnh, Lịch sử phong trào công nhân và công đòan Nghệ Tĩnh, 1885-1945 [Histoire des travailleurs et du mouvement syndical au Nghe tinh, 1885-1945] vol. 1, Hanoi, Éditions Lao Dong, 1987, p. 34.

19 Samuel L. Popkin, « The Rational Peasant : The Political Economy of Peasant Society, » Theory and Society 9, n° 3, 1980, 414, p. 14-22.

20 Samuel L. Popkin, ibid., 414. D’après lui, les théoriciens de l’économie morale prétendent que la transition vers le marché est imposée aux villageois dont les revenus diminuent.

21 Michael Adas, « From Avoidance to Confrontation : Peasant Protest in Precolonial Southeast Asia », Comparative Studies in Society and History 23, n° 2, 1981, p. 227. Les paysans ne migrant pas seulement pour éviter les abus des élites mais aussi pour améliorer leurs conditions de vie.

22 James C. Scott, « Everyday Forms… », art. cit., p. 22.

23 Ibid., p. 6.

24 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires and Political Imagination in World History, Princeton, N J Princeton University Press, forthcoming ; Frederick Cooper, Colonialism in Question : Theory, Knowledge, History, Berkeley, University of California Press, 2005.

25 Christine Pelzer-White, « Everyday Resistance, Socialist Revolution and Rural Development : The Vietnamese Case », in Everyday Forms…, op. cit., p. 50.

26 Christine Pelzer White, ibid., p. 55.

27 James C. Scott, « Protest and Profanation… », art. cit., p. 213.

28 « Les ouvriers d’un même métier, dès que leur nombre atteignait une dizaine, étaient réunis en une corporation qui se plaçait sous la protection d’un génie protecteur dans une pagode spéciale, comme leur patron. Les membres de chaque corps de métier vivaient en ateliers très hiérarchisés. […] Bien souvent ces groupements apparaissaient comme l’élargissement d’une famille ainsi auprès d’Hanoi, il arrive de traverser des villages entiers de fondeurs, situés à proximité des mines, et dont les habitants sont liés par le sang […] À côté de ces ouvriers groupés, mais libres, il en était d’autres qui travaillaient dans les ateliers impériaux, véritables manufactures d’État. », André Dumarest, La Formation de Classes Sociales en pays annamite, Imprimerie P. Ferréol, 1935, p. 34-35.

29 Cet impair était peut-être volontaire : à l’époque de la pacification, une école technique avait été construite sur les champs d’examens de Hanoi. Christine Pelzer-White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance… », art. cit., p. 87.

30 Toản Viết, op. cit., p. 15-16.

31 Michael Adas, op. cit., p. 227.

32 Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần : Phường Trường Thi (Lịch sử sõ thảo)[Le hameau de Truong-thi. Introduction historique], Vinh, Éditions Nghệ An, 1997, p. 18-19.

33 Nguyễn Trọng Côn, op. cit., p. 13.

34 « Ils [les Français] sont allés encore, cette fois avec des centaines des légionnaires, envoyés, chefs de province, shérifs, et leurs aides afin d’effrayer les gens. », Toản Viết, op. cit., p. 1-2.

35 Des femmes ivres auraient excité les manifestants, ANOM GGI 351.

36 Toản Viết, op. cit., p. 1-2.

37 Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần, ibid., p. 18-19.

38 Liên Hiêp Công Đoàn Nghệ-Tĩnh, op. cit., p. 34.

39 Nguyễn Trọng Cồn, op. cit., p. 13.

40 Des femmes seront employées : gardes-barrières, femmes de ménage dans les wagons.

41 Nguyễn Trọng Cồn, op. cit., p. 13.

42 H Hoàng Anh Tài et Hoàng Nghĩa Nhuần, op. cit., p. 18-19.

43 René Dumont, Types of Rural Economy : Studies in World Agriculture, New York, Frederick A. Praeger, 1957, p. 130. Se dénuder face à un adversaire semble avoir été une des façons de le déshonorer dans la société traditionnelle vietnamienne. Dans certains cas, les femmes enceintes sans être mariées se voyaient enduites de chaux et raser la tête. Harriet M. Phinney, « Discursive Transformations : Maternal Desire among Older Single Women in Northern Viet Nam », Le Việt Nam Au Féminin/Việt Nam : Women’s Realities, Gisèle Bousquet et Nora Taylor (éd.), Paris, Indes savantes, 2005, p. 267-288.

44 David G. Marr, op. cit., p. 108, 109 et 207.

45 James C. Scott, « Protest and Profanation… », art. cit., p. 215.

46 Une pratique courante dans le Vietnam colonial. Christine Pelzer-White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance… », art. cit., p. 79 et Pierre Brocheux, « L’implantation Du Mouvement Communiste En Indochine Française : Le Cas Du Nghê-Tĩnh (1930-1931) », Revue d’histoire moderne et contemporaine XXIV, 1977.

47 Pierre Brocheux, art. cit.

48 Ann Laura Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra’s Plantation Belt, 1870-1979, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1985 (2e éd. 1995).

49 La CFI a recruté dans les rangs des ouvriers au Tonkin, surtout ceux qui étaient catholiques. Jusqu’aux années trente, il y avait de nombreux clivages entre ouvriers.

50 David G. Marr, op. cit., p. 209.

51 Christine Pelzer-White, « The Vietnamese Revolutionary Alliance… », art. cit., p. 87.

52 B. R. Roberts, « Peasants and Proletarians, » Annual Revue of Sociology 16, 1990, p. 354.

53 Sur ces formes de violence, Georges Coulet, Les Sociétés Secrètes en terre d’Annam, Paris, 1926, p. 10-11 (surtout).

54 Martin Bernal, « The Nghê-Tĩnh Soviet Movement, 1930-1931 », Past & Present, 92, 1981, p. 157.

Auteur

professeur assistant d’Histoire à Bucknell University (Pennsylvanie, États-Unis), il a soutenu son doctorat portant sur Paint the trains red : Labor, nationalism, and the railroads in French colonial Indochina, 1898-1945 (Vietnam) à l’université de Californie à Davis en 2001.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540