Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

Đặng Nguyên Cẩn (1867-1923) et ses amis dans le mouvement moderniste

Văn Hoàn Nguyễn

Texte intégral

  • 1 H. Le Breton, « Le vieux An-Tinh », Bulletin des Amis du vieux Hue, n° 2, 3, 4, avril-décembre 193 (...)

1Originaire du village de Lương Điền, dans le district de Thanh Chương, de la province du Nghệ An, Đặng Nguyên Cẩn naquit en 1867, la même année que Phan Bội Châu et dans un district proche. Le village natal de Đặng Nguyên Cẩn est aujourd’hui situé au sud de la province de Nghệ An, à la limite de celle de Hà Tĩnh, mais, au moment de sa naissance, le Hà Tĩnh n’était qu’un des district de la province de Nghệ An. Dans ce contexte géographique, le district de Thanh Chương se trouvait au centre de la province de Nghệ An. Vers le sud, on trouve le district de Hương Sơn, terre natale de Lê Hữu Trác (1724-1791), grand personnage de la médecine nationale vietnamienne, célèbre pour sa connaissance de la pathologie, de la thérapie, de l’utilisation des plantes médicinales vietnamiennes et pour la vertu avec laquelle il pratiquait… À l’est de Hương Sơn, en allant vers la mer, se trouve le district de Đức Thọ, terre natale de Phan Đình Phùng (1847-1895), un des chefs les plus représentatifs du Mouvement anti-français Cần Vương, puis le district Nghi Xuân, pays natal du poète Nguyễn Du (1765-1820), auteur de Truyện Kiều, chef-d’œuvre le plus célèbre de la littérature classique vietnamienne. Limitrophe à Thanh Chương vers le sud-est, se trouve le district de Nam Đàn, d’où sont originaires Phan Bội Châu (1867-1940) et Hồ Chí Minh (1890-1969). Dans ce territoire de la province de Nghệ An limité à un cercle d’environ 10 kilomètres de rayon, apparaissent déjà cinq personnages de premier rang de l’histoire et de la culture vietnamiennes. H. Le Breton, auteur du Vieux An Tĩnh jugeait : « Le An Tĩnh est un pays riche de grandeur. Il est le berceau de plusieurs dynasties. Il a donné des empereurs, des usurpateurs, des soldats et des poètes. Chaque lieu recèle un coin d’histoire »1.

Racines et contexte de l’action de Đặng Nguyên Cẩn

  • 2 Đặng Thai Mai, Hồi ký [Mémoires], Hanoi, Éditions Tác Phẩm Mới, 1985, p. 110-111.
  • 3 Cao Xuân Dục (1842-1923), originaire de Nghệ An, licencié, Ministre de l’Éducation, dirigeant du B (...)
  • 4 Gia phả họ Đặng [Registre généalogique de la lignée Đặng], texte original en chinois, traduit en q (...)
  • 5 Đặng Thai Giai (1839-1917) ou Đặng Thai Nhận, licencié, chef du district Yên Định (Thanh Hóa). Qua (...)
  • 6 Đặng Thúc Hứa (1870-1931), bachelier, se rendit au Siam après l’emprisonnement de son frère aîné Đ (...)
  • 7 Đặng Quỳnh Anh (1885-1984), fille de Đặng Thai Văn, frère de Đặng Thai Giai, se rendit au Siam en (...)

2Au cœur de cette région prestigieuse, le village natal de Đặng Nguyễn Cẩn était plutôt pauvre et isolé. Son premier nom, Điền Lao (Điền : les champs ; « Lao » : fermes d’élevage), faisait sans doute référence à la fondation du village et au défrichement initial. Les conditions de vie devaient être difficiles à l’époque et personne n’avait le temps de penser aux études. Une anecdote était ainsi rapportée parmi les villageois : un élève de Điền Lao avait autrefois été reconnu « instruit », mais, avant même la première épreuve du concours triennal il avait été inscrit comme « soldat agricole » par les notables du village et envoyé sous escorte aux autorités provinciales. Au passage du fleuve Lam, il se jeta dans les flots et s’écria dans un dernier souffle : « tant que les pierres ne flotteront et que les bambous ne se noieront pas, aucun villageois de Điền Lao ne pourra être reçu aux concours ». À la suite de cette malédiction, les villageois croyaient qu’aucun d’entre eux ne pourrait jamais passer ne serait-ce que la première correction au niveau du district, à plus forte raison les concours interprovinciaux et nationaux ?2 Au concours de l’an Mậu Dần (1878) Đặng Thai Giai, de la 8e génération de la lignée Đặng fut cependant licencié et, au concours de l’an Ất Mùi (1895), son fils Đặng Nguyên Cẩn fut reçu docteur de second rang (phó bảng), ce qui permit à Cao Xuân Dục3, dans sa préface au registre généalogique de la lignée Đặng d’écrire que celle-ci commençait à fleurir toute la région4. Le nom de Điền Lao fût changé à l’époque en Lương Điền. De nombreux membres de cette lignée participèrent par ailleurs à la lutte pour l’indépendance du pays, parmi lesquels Đặng Thai Giai5, Đặng Nguyễn Cẩn, Đặng Thúc Hứa6, Đặng Quỳnh Anh7 ou Đặng Thai Mai.

3Au début du XXe siècle, Ðặng Nguyên Cẩn et la génération des jeunes lettrés confucéens du Vietnam affrontaient une conjoncture nouvelle : le Cần Vương (Aide au Roi), conduit par le lauréat Phan Đình Phùng pour reconquérir l’indépendance au moyen de la lutte armée, avait été héroïque, mais vaincu. La résistance armée semblait désespérée, même si Hoàng Hoa Thám continuait de contrôler une région entière dans le nord du pays. Le précepte des Sages, « Quốc gia hưng vong thất phu hữu trách » (lorsque la patrie en danger, le petit peuple lui-même doit prendre ses responsabilités), semblait toujours d’actualité, mais quelle voie suivre ? L’agresseur n’était plus cette fois cet adversaire venu du Nord, familier depuis des siècles, qui se livrait de temps à autres à des invasions massives, mais une puissance venue de l’Ouest, d’au-delà des océans. Les armes, l’histoire, la culture et la langue de ce nouvel adversaire étaient largement inconnues des lettrés d’un petit pays de l’Orient qui avait longtemps pratiqué une politique de fermeture.

  • 8 Phan Bội Châu niên biểu [Mémoires de Phan Bội Châu], traduction de Phạm Trọng Điềm et Tôn Quang Ph (...)
  • 9 Phan Bội Châu niên biểu, ibid., p. 141.

4En ce début de XXe siècle cependant, les Tân Thư (« Nouveaux livres ») s’infiltraient au Vietnam, amenés par les commerçants chinois par les ports de Hải Phòng et de Hội An. Les jeunes lettrés vietnamiens avaient donc la possibilité de connaître les événements importants survenus dans les pays voisins, la Réforme Meiji du Japon, le Coup d’état Mậu Tuất (1898) en Chine et plus tard la Guerre russo-japonaise où, pour la première fois, la race jaune triomphait de la race blanche ! Ces informations exaltaient les lettrés patriotes vietnamiens. À Hué, en 1898, Phan Bội Châu (1867-1940), jeune lettré qui ne s’était pas encore présenté aux concours, se fit ainsi prêter par le hoàng giáp (docteur du 2e grade) Nguyễn Thượng Hiền, par l’intermédiaire de Đặng Nguyên Cẩn qui travaillait alors au Bureau des Annales, l’article Thiên hạ đại thế luận (Sur la situation globale) de Nguyễn Lộ Trạch et quelques nouveaux livres chinois comme Phổ-Pháp chiến kỷ (La Guerre franco-prussienne), Trung Đông chiến kỷ (La Guerre du Moyen-Orient) ou Doanh hoàn chí lược (Histoire sommaire du monde). Phan Bội Châu écrira plus tard : « ma conception du monde commença à germer à la lecture de ces livres, et je pouvais comprendre sommairement la lutte dans le monde et le désastre de la perte du pays, l’extermination de la race »8. Après son émigration au Japon en 1905, Phan Bội Châu découvrit Du Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau, « se passionna pour la théorie de Rousseau, et classa par la suite l’idéologie monarchique de côté », ce qui le conduisit à dissoudre la Duy Tân hội (Ligue de Rénovation du Vietnam), qui avait soutenu l’idée monarchique, pour fonder la Việt Nam Quang phục hội (Ligue pour la Libération du Vietnam) qui prônait la restauration du Vietnam et la fondation d’une République nationale9.

  • 10 Huỳnh Thúc Kháng tự truyện [Autobiographie de Huỳnh Thúc Kháng], Huế, Éditions Anh Minh, 1963, p.  (...)
  • 11 Charles Fourniau, Vietnam, domination et résistance nationale 1858-1914, Paris, Les Indes savantes (...)

5À la même époque, Huỳnh Thúc Kháng (1876-1947) natif de Quảng Nam, reçu Docteur en 1904, mais ayant refusé un poste mandarinal en invoquant sa faiblesse physique, s’était retiré chez lui et avait commencé à apprendre le Quốc ngữ. Il fréquentait régulièrement, avec Phan Châu Trinh, le docteur de 2e grade Ðào Nguyên Phổ (1864-1907), et lisait Mậu Tuất chính biến (Coup d’État Mậu tuất), Trung Quốc hồn (L’Âme chinoise), Nhật Bản duy tân sử (Histoire de la rénovation du Japon) et Tân dân tùng báo (Gazette Tan dan), ainsi que les livres européens traduits en chinois. Comme Phan Bội Châu, Huỳnh Thúc Kháng écrivit plus tard : « Je lisais tous les nouveaux livres chinois que j’avais vus et commençais à connaître l’évolution du monde dans ces années-là »10. Tout cela témoigne de « la soif des Tân Thư » des jeunes lettrés vietnamiens, ces livres leur apportant « des horizons intellectuels nouveaux »11 et leur permettant d’envisager des possibilités de sauver la patrie dans la période nouvelle qui s’ouvrait.

Le rôle de Đặng Nguyên Cẩn dans le mouvement moderniste

6Đặng Nguyên Cẩn, après avoir été reçu docteur de second rang, avait été nommé Rédacteur au Bureau des Annales à Huế où les conditions favorisaient la lecture des Nouveaux Livres chinois et les relations avec les lettrés favorables à une modernisation venus des quatre coins du pays.

  • 12 Nguyễn Văn Hoàn, « Kỷ niệm 200 năm ngày sinh Mazzini, nhà yêu nước Italia (1805-2005) » [Commémora (...)
  • 13 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 75.
  • 14 Mazzini dans la transcription sino-vietnamienne devient Mã Chi Nê, d’où Hy Mã.
  • 15 Nguyễn Hàng Chi deviendra plus tard dirigeant du mouvement anti-fiscal dans son pays natal (Can Lộ (...)
  • 16 Đặng Thai Mai, Văn thơ cách mạng đầu thế kỷ XX [La littérature révolutionnaire du Vietnam au début (...)
  • 17 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 48.

7Parmi ces nouveaux textes chinois du temps le livre de chevet des lettrés rénovateurs était probablement le fascicule « Ý-Đại-Lợi kiến quốc tam kiệt truyện » (Récit de trois grands héros italiens) du réformateur chinois Liang Qi Tchao, une biographie présentée sous forme romancée de trois patriotes italiens, G. Mazzini (1805-1872), G. Garibaldi (1807-1882) et C. B. Cavour (1810-1861). La destinée d’une Italie foulée aux pieds par des étrangers, comme la figure d’un Mazzini à la fois empli de piété filiale pour sa mère et glorifié comme « Saint Apôtre de l’indépendance et de l’unité de l’Italie », émurent profondément les jeunes patriotes vietnamiens12. Liang Qi Tchao avait fait connaître ce livre à Phan Bội Châu lors de leur rencontre au Japon et ce dernier avouait : « j’admirais beaucoup la personnalité de Mazzini et j’étais fasciné par ce qu’il disait : l’éducation et la violence doivent aller de pair »13. Quant à Phan Châu Trinh, il vénérait Mazzini à tel point qu’il se donnait le pseudonyme de Hy Mã (« suivant l’exemple de Mazzini »)14. Un jeune patriote de Nghệ Tĩnh, Nguyễn Hàng Chi (1885-1908)15, témoigna également de l’importance symbolique du personnage de Mazzini lorsque, informé de la mort de sa mère alors qu’il se trouvait engagé dans des actions révolutionnaires loin de chez lui, il envoya des sentences parallèles où il citait le patriote italien, « Ngô sài dĩ Việt Nam vi mẫu, đương thử đồng bào thống khốc, cư tang hợp trước Mã-nê y » (Le Vietnam est ma mère, parmi mes malheureux concitoyens, je porte la robe de deuil comme Mazzini)16. Đặng Nguyên Cẩn appréciait également l’idée de Mazzini suivant laquelle le facteur éducation devait aller de pair avec l’action violente. D’ailleurs, lorsque Phan Bội Châu lui rendit visite à Vinh, où Đặng Nguyên Cẩn exerçait les fonctions de Directeur du Service de l’Enseignement de la province de Nghệ An, celui-ci lui dit : « pars immédiatement, les travaux d’urgence chez nous – développement du degré culturel du peuple et formation des talents – Ngô Đức Kế et moi, nous les prendrons en charge »17.

8Directeur du Service de l’Éducation, Đặng Nguyên Cẩn organisait régulièrement des discussions publiques durant les sessions mensuelles « cours d’enseignement, cours pratique » des « Établissements Directeurs », tour à tour dans les provinces de Nghệ An, Hà Tĩnh et Bình Thuận, discussions au cours desquelles il tentait de propager chez les jeunes l’idée de l’importance d’une modernisation de la culture. Il était en relations avec le groupe formé de Lương Văn Can, Nguyễn Quyền et Lê Đại, de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục à Hanoi dont il recevait du matériel pédagogique, et notamment les ouvrages de littérature et de poésies patriotiques édités et diffusés par l’École. Le portrait de Đặng Nguyên Cẩn était ainsi esquissé par Huỳnh Thúc Kháng :

  • 18 Huỳnh Thúc Kháng, Thi tù tùng thoại [Poésies de prison], Saigon, Nam Cường, 1951, p. 56.

Đặng Nguyên Cẩn, lettré très cultivé, considéré par les intellectuels du Nghệ Tĩnh comme le Mont Thái Sơn, l’Étoile polaire, était un vieil ami de Phan Bội Châu. Taille mince, basse, visage basané, il ne savait rien d’autre que la littérature ! Il avait une physionomie tellement laide qu’au premier abord, on pouvait le croire absolument illettré. On ne pouvait deviner que ce petit homme était un puits de littérature doué d’une plume d’un classicisme incomparable, caché derrière cette physionomie laide, basanée et bistrée de paysan, en un contraste étrange et peu courant ! Le mouvement de rénovation qu’il avait impulsé avec Ngô Đức Kế et où il se chargeait des questions d’éducation, était comparable à celui de Fukuyawa Yukichi au Japon […] Il fréquentait tous les coins de pays, se présentait comme appartenant à un groupe de modérés et se portait responsable de la formation de la jeune génération18.

  • 19 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 59.
  • 20 Lê Thước et Trương Chính, « Một sĩ phu yêu nước đầu thế kỷ XX : cụ Ngô Đức Kế » [Un lettré patriot (...)
  • 21 ANOM, SPCE 374 Ngô Đức Kế, Doc. n° 1517. Notice sur Ngo Duc Ke de 1908 à 1926, s. d.

9Lorsque Phan Bội Châu revint secrètement au Vietnam en juillet 1905, il rencontra de nouveau Ðặng Nguyên Cẩn et lui montra une lettre de Liang Qi Tchao sur un projet d’organisation secrète d’aide au Vietnam. Ðặng lui répondit aussitôt : « nous en profiterons pour organiser des associations de paysans, commerçants et étudiants pour que les gens connaissent l’existence de nos groupes, ce qui favorisera les mouvements »19. Đặng Nguyên Cẩn fonda par la suite, avec Ngô Đức Kế, Lê Văn Huân et Đặng Văn Bá, la société « Triêu dương thương quán », (société commerciale « Aube »), avec son siège à Vinh et des agences dans quelques districts, qui faisait commerce d’articles domestiques et de produits agro-forestiers comme la soie, le sucre, le miel, les noix d’arec séchées et même du bois avec la scierie Bến Thủy. La société Triêu dương thương quán n’était pas une entreprise purement commerciale mais avait pour but de financer le Mouvement Đông Du (Voyages d’études à l’Est) de Phan Bội Châu20. Le Service de Sûreté du Gouvernement général de l’Indochine n’ignorait pas, d’ailleurs les activités de la société : « Ngô Ðức Kế, associé de Đặng Nguyên Cẩn pour, soi-disant faire du commerce, et en réalité, envoyer des fonds à Phan Bội Châu »21. Jean Chesneaux signale d’ailleurs ce facteur nouveau :

  • 22 J. Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, Éditions Sociales, 1955, (...)

les lettrés abandonneront même leur dédain traditionnel pour les activités économiques, un type nouveau de « lettré-commerçant » va apparaître, dans la mesure où l’expansion économique se confond pour la bourgeoisie avec l’objectif politique de l’indépendance22.

10Entre-temps, prétextant la nécessité de soigner ses parents âgés, Đặng Nguyên Cẩn avait obtenu une mutation vers son Nghệ An natal. Il fut dans un premier temps nommé chef du Service de l’Éducation du district de Hưng Nguyên, avant d’être promu directeur du Service d’Éducation des provinces de Nghệ An et de Hà Tĩnh. Ses activités de propagation de la culture moderne inquiétant, il fut ensuite expédié vers l’extrême sud de la Région Centre comme directeur du Service d’Éducation de la province Bình Thuận, où le mouvement anti-fiscal en Annam éclata peu après en mars 1908.

Đặng Nguyên Cẩn face à la répression

  • 23 Huỳnh Thúc Kháng, op. cit., p. 29.

11Parmi ce groupe de « modérés », Đặng Nguyên Cẩn fut arrêté juste après l’insurrection anti-fiscale et Phan Châu Trinh, partisan d’une politique de nonviolence, fut également arrêté au cours d’un séjour à Hanoi. Quant à Huỳnh Thúc Kháng qui était alors à Hội An pour s’occuper de la fondation des sociétés de commerce, il rentra chez lui pour y attendre l’arrestation lorsqu’il apprit celles de plusieurs personnalités23. Đặng Nguyên Cẩn fut arrêté, conduit à Hà Tĩnh et emprisonné en attendant son procès. Le responsable de la justice dans cette province était Cao Ngọc Lễ, déjà « célèbre » pour avoir livré son maître, le lettré patriote Tống Duy Tân aux Français qui l’avaient condamné à mort. Un dicton populaire enterrait d’avance le personnage par ces deux vers parallèles opposés :

Vô địa khả mai Cao Ngọc Lễ Pas de terre pour enterrer Cao Ngọc Lễ

  • 24 Đặng Thai Mai, Hồi ký, op. cit., p. 69.

Hữu thiên bất tử Tống Duy Tân Mais Tống Duy Tân vit à jamais au ciel24

12Cao Ngọc Lễ connaissait Đặng Nguyên Cẩn, puisque, quelques années auparavant, il avait essayé d’acheter l’indulgence de celui-ci, examinateur au concours inter-provincial (thi Hương) à Thanh Hóa, en faveur de son fils qui était candidat. Ðặng Nguyên Cẩn avait refusé, à l’époque et Cao Ngọc Lễ avait donc désormais l’occasion de se venger. Il posa deux questions : le nom « Entreprise commerciale Triều Dương » implique-t-il de s’inféoder au Japon pour s’opposer au Gouvernement du Protectorat ? Dans quel but propager la culture moderne et promouvoir la rénovation ?

  • 25 Đặng Thai Mai, Hồi ký, op. cit., p. 71.

13À quoi Ðặng Nguyên Cẩn répondit : l’entreprise se nomme « Triêu dương » et non « Triều dương », d’après l’expression « Triêu dương minh phượng » (le phenix chante à l’aube), qui annonce la naissance d’une ère nouvelle et que la propagation de la culture moderne a pour objectif de rendre notre peuple aussi civilisé que les Occidentaux. Đặng Nguyên Cẩn fut reconnu coupable de trahison envers la patrie, par intention sinon par action (Bạn trạng vi hình, bạn tâm dĩ lộ) et condamné à mort, mais suivant la formule « amour des vivants » de la Cour, cette condamnation fut commuée en un emprisonnement à vie à Poulo Condore25. Ngô Đức Kế et Huỳnh Thúc Kháng, amis intimes de Đặng Nguyên Cẩn, furent déportés à Poulo Condore sur le même bateau que lui en 1908 et ils revinrent également sur le même bateau en 1921 après treize années d’exil. D’une santé déclinante après un long emprisonnement, Ðặng Nguyên Cẩn mourut un an après sa libération, tandis que Ngô Ðức Kế et Huỳnh Thúc Kháng purent survivre et continuer la lutte.

  • 26 Les dossiers des ANOM montrent que les agents de Sûreté française relevaient les actes les plus mi (...)
  • 27 Hữu Thanh, n° 21, 1924. Phạm Quỳnh a réagi à cette critique dans Nam Phong (n° 152, juillet 1930) (...)
  • 28 ANOM, SPCE 374.

14Ne se résignant pas à son assignation à résidence dans sa province d’origine de Hà Tĩnh, Ngô Đức Kế (1879-1929) demanda à s’établir à Hanoi au n° 14, rue Hàng Điếu, ce qu’il obtint en 1922 malgré l’opposition du chef de la Sûreté en Annam. D’autres membres de l’administration coloniale jugeaient d’ailleurs plus facile de le surveiller à Hanoi26. Il fut réintégré « Docteur », comme Huỳnh Thúc Kháng, par l’administration royale en 1923 et, à la fin de la même année, il devint rédacteur en chef de la revue Hữu Thanh de l’Association Amicale Agro-Industrialo-Commerciale. Son article le plus connu, « Chánh học cùng tà thuyết » (Orthodoxie et déviation), lui permet d’affirmer son point de vue politique, en soulignant combien l’action de Phạm Quỳnh, qui exaltait Truyện Kiều, était un nationalisme dévoyé27. Ngô Đức Kế participait également activement au mouvement pour la libération de Phan Bội Châu en 1925 et, plus tard, aux manifestations qui marquèrent le deuil de Phan Châu Trinh en 1926. En conséquence, la Sûreté du Tonkin perquisitionna sa maison et confisqua tous ses livres et notes, mais ses réponses mesurées, argumentées et détaillées aux interrogatoires policiers, lui valurent d’être laissé tranquille28.

  • 29 Lịch sử Quốc hội Việt Nam, 1946-1960 [Histoire de l’Assemblée nationale du Vietnam], Hanoi, Éditio (...)

15L’administration coloniale essaya également de suborner Huỳnh Thúc Kháng (1876-1947) en le faisant élire Président de la Chambre des Députés de l’Annam en 1926. S’étant rendu compte immédiatement du « vrai visage » de cette organisation, il présenta aussitôt sa démission et fonda à Hué le journal Tiếng dân (La voix du peuple) en 1927, dont il était à la fois directeur et rédacteur en chef. Malgré la censure exercée par le pouvoir colonial, le journal parvenait à rendre compte de la vie misérable et des aspirations du peuple vietnamien. Après la Révolution d’août 1945, Huỳnh Thúc Kháng sera élu Ministre de l’Intérieur du Gouvernement de coalition de résistance par l’Assemblée nationale de la République démocratique du Vietnam (première session de 1946), sur proposition du Président Hồ Chí Minh, tandis que Đặng Thai Mai (1902-1984) – fils unique de son ancien ami de prison Đặng Nguyên Cẩn – sera nommé Ministre de l’Éducation29.

En guise de conclusion : quelles étaient les relations entre le mouvement Rénovation et l’insurrection anti-fiscale ?

  • 30 Lê Thước et Trương Chính, op. cit., p. 67.
  • 31 Hải Khách, Phong trào chống đi phu, chống nộp thuế ở Trung Kỳ (1908) [Le mouvement anti-corvée et (...)

16Suivant Lê Thước et Trương Chính, « le mouvement anti-fiscal-corvée à Hà Tĩnh ainsi que dans les autres régions n’avait pas de relations directes avec le mouvement de fondation des sociétés marchandes et de développement commercial qui s’avérait très modéré à l’époque, alors que le mouvement anti-fiscal – corvée qui faisait rage, révélait un caractère de masse tout à fait populaire et répondait aux vœux des pauvres. Quelques poèmes ou textes pathétiques pouvaient tout au plus attiser la haine accumulée par le peuple, mais sans préconiser la révolte.30 » Quant à l’historien Trần Huy Liệu, il estime que « tous les slogans du mouvement Rénovation aboutirent à développer le patriotisme, la solidarité et l’intérêt pour les nouveautés. Mais ils nourrirent également la haine des paysans souffrant de la lourdeur des impôts et corvées, de la conscription obligatoire, des exactions exorbitantes des mandarins et notables. Tandis que le mouvement se développait largement dans les masses, ses promoteurs se montrèrent impuissants à le contrôler et se laissèrent déborder. Phan Châu Trinh lui-même, un des chefs du mouvement rénovateur qui prônait la « non-violence » et affirmait que « la violence était la mort », se laissa entraîner lorsque des milliers et des milliers de paysans descendirent dans les rues pour manifester contre les impôts et les corvées !31 » Les différentes manifestations du mouvement national au Vietnam pendant la période 1905-1908 (Voyage vers l’Est, Đông Kinh Nghĩa Thục, insurrection anti-fiscale des paysans de l’Annam) se développaient à notre avis indépendamment les unes des autres et ne débouchèrent pas sur l’apparition d’une organisation unifiée avec un seul état-major. L’insurrection anti-fiscale qui avait éclaté dans le district de Đại Lộc (Quảng Nam, février 1908), pour se propager ensuite dans les provinces de Quảng Ngãi, Bình Định, Phú Yên, Thừa Thiên et Hà Tĩnh, revêtait un caractère spontané sans ligne de conduite précise, ni direction unifiée. Un dernier point doit être souligné : si la modernité, sous sa forme occidentale, était étrangère au Vietnam au début du XXe siècle, les idées de démocratie sous sa forme bourgeoise et des Nouveaux Livres chinois, ont pu contribuer au développement de véritables manifestations de masse, dans la mesure où, au préalable, existaient déjà dans le pays les aspirations à l’indépendance et à la liberté. Ainsi, l’existence de l’esprit national et de la tradition patriotique ont été le fondement de l’appropriation des idées nouvelles par la culture vietnamienne.

17En dernière analyse, et sur le court terme, l’insurrection anti-fiscale avait simplement fourni à l’administration coloniale française un bon prétexte pour mettre tous les lettrés rénovateurs vietnamiens sous les verrous de Poulo Condore !

Notes

1 H. Le Breton, « Le vieux An-Tinh », Bulletin des Amis du vieux Hue, n° 2, 3, 4, avril-décembre 1936. Cité suivant la version rééditée du Centre EFEO-Hanoi, 2001, p. 174.

2 Đặng Thai Mai, Hồi ký [Mémoires], Hanoi, Éditions Tác Phẩm Mới, 1985, p. 110-111.

3 Cao Xuân Dục (1842-1923), originaire de Nghệ An, licencié, Ministre de l’Éducation, dirigeant du Bureau des Annales (Huế), se consacra au recueil de livres anciens. Fondateur de la Bibliothèque de famille Long Cương qui permit de sauver de nombreux livres rares et anciens du Vietnam.

4 Gia phả họ Đặng [Registre généalogique de la lignée Đặng], texte original en chinois, traduit en quốc ngữ par Đặng Thai Mai (non publié).

5 Đặng Thai Giai (1839-1917) ou Đặng Thai Nhận, licencié, chef du district Yên Định (Thanh Hóa). Quand le gouverneur de la province de Thanh Hόa ouvrit la porte de la citadelle pour se rendre aux Français, Đặng Thai Giai rentra chez lui, rejoignit le Mouvement Cần Vương (Aide au Roi), puis le mouvement Duy Tân. Emprisonné à l’âge de 75 ans en 1914, il meurt en 1917, 10 jours après son élargissement.

6 Đặng Thúc Hứa (1870-1931), bachelier, se rendit au Siam après l’emprisonnement de son frère aîné Đặng Nguyên Cẩn. Au Siam, Đặng Thúc Hứa participa à l’organisation du mouvement patriotique avant d’adhérer au Parti Communiste Indochinois. Nguyễn Tài et Hoàng Trung Thực, Đặng Thúc Hứa, một tấm gương yêu nước bền bỉ, bất khuất [Dang Thuc Hua, un exemple de patriotisme tenace et indomptable], Nghiên cứu lịch sử, Hanoi, n° 76, juillet 1965.

7 Đặng Quỳnh Anh (1885-1984), fille de Đặng Thai Văn, frère de Đặng Thai Giai, se rendit au Siam en 1913, milita dans le mouvement patriotique avec son cousin Đặng Thúc Hứa, et adhéra au Parti communiste indochinois. En Thaïlande comme au Vietnam après son retour (1953), elle se chargea des soins et de l’éducation à donner aux enfants de camarades obligés de s’absenter pour accomplir des missions révolutionnaires. Sa biographie par Sơn Tùng, Con người và con đường [L’être et la voie], Hanoi, Phụ nữ, 1976 (rééditions en 1980, 1993, 2007).

8 Phan Bội Châu niên biểu [Mémoires de Phan Bội Châu], traduction de Phạm Trọng Điềm et Tôn Quang Phiệt, Hanoi, Éditions Văn Sử Địa, 1957, p. 32.

9 Phan Bội Châu niên biểu, ibid., p. 141.

10 Huỳnh Thúc Kháng tự truyện [Autobiographie de Huỳnh Thúc Kháng], Huế, Éditions Anh Minh, 1963, p. 26-27.

11 Charles Fourniau, Vietnam, domination et résistance nationale 1858-1914, Paris, Les Indes savantes, 2002, p. 802.

12 Nguyễn Văn Hoàn, « Kỷ niệm 200 năm ngày sinh Mazzini, nhà yêu nước Italia (1805-2005) » [Commémoration du 200e anniversaire de la naissance de Mazzini, le patriote italien, 1805-2005], Hanoi, Revue Amitié, n° 21, 2005.

13 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 75.

14 Mazzini dans la transcription sino-vietnamienne devient Mã Chi Nê, d’où Hy Mã.

15 Nguyễn Hàng Chi deviendra plus tard dirigeant du mouvement anti-fiscal dans son pays natal (Can Lộc, Hà Tĩnh) et sera condamné à mort à l’âge de 23 ans.

16 Đặng Thai Mai, Văn thơ cách mạng đầu thế kỷ XX [La littérature révolutionnaire du Vietnam au début du XXe siècle], Hanoi, Éditions Vanhoa, 1961, p. 144.

17 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 48.

18 Huỳnh Thúc Kháng, Thi tù tùng thoại [Poésies de prison], Saigon, Nam Cường, 1951, p. 56.

19 Phan Bội Châu niên biểu, op. cit., p. 59.

20 Lê Thước et Trương Chính, « Một sĩ phu yêu nước đầu thế kỷ XX : cụ Ngô Đức Kế » [Un lettré patriote au début du XXe siècle : Ngô Đức Kế], Tạp chí Văn học, Hanoi, 1969, n° 3.

21 ANOM, SPCE 374 Ngô Đức Kế, Doc. n° 1517. Notice sur Ngo Duc Ke de 1908 à 1926, s. d.

22 J. Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, Éditions Sociales, 1955, p. 185.

23 Huỳnh Thúc Kháng, op. cit., p. 29.

24 Đặng Thai Mai, Hồi ký, op. cit., p. 69.

25 Đặng Thai Mai, Hồi ký, op. cit., p. 71.

26 Les dossiers des ANOM montrent que les agents de Sûreté française relevaient les actes les plus mineurs de sa vie quotidienne. Certaines de ses tantes étant venues le voir depuis le Hà Tĩnh sont décrites comme des « agents de liaison ». Le professeur Lê Thước, en poste au Lycée Albert Sarraut, qui lui rendait souvent visite, fut également fiché par la Sûreté (ANOM, dossier SPCE 374).

27 Hữu Thanh, n° 21, 1924. Phạm Quỳnh a réagi à cette critique dans Nam Phong (n° 152, juillet 1930) et dans Phụ nữ tân văn (n° 67, août 1930) ; Huỳnh Thúc Kháng a défendu le point de vue de Ngô Đức Kế, « Chiêu tuyệt cho một nhà chí sĩ đã qua đời » (Réhabilitation d’un grand homme décédé), Tieng dan n° 317, septembre 1930. Maurice Durand, Jean Chesneaux et Georges Boudarel ont fait le bilan de cette discussion dans Mélanges sur Nguyen Du, Paris, EFEO, vol. lix, 1966.

28 ANOM, SPCE 374.

29 Lịch sử Quốc hội Việt Nam, 1946-1960 [Histoire de l’Assemblée nationale du Vietnam], Hanoi, Éditions Politique, 1994, p. 73.

30 Lê Thước et Trương Chính, op. cit., p. 67.

31 Hải Khách, Phong trào chống đi phu, chống nộp thuế ở Trung Kỳ (1908) [Le mouvement anti-corvée et anti-fiscal en Annam (1908)], Hanoi, Éditions Văn sử địa, août 1955, p. 44-45. Hải Khách est le pseudonyme de Trần Huy Liệu.

Auteur

Chercheur à l’Institut de lsittérature (Académie des sciences sociales du Vietnam) de 1962 à 1999. Il est notamment co-auteur de l’Histoire de la litterature vietnamiene, Hanoi, Éditions Khoa hoc xa hoi, 1980.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540