Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception de la modernisation du Vietnam

Sinh Vinh

Texte intégral

1La période 1904-1906 est un tournant dans le mouvement vers la modernisation, qui a obligé les intellectuels vietnamiens à réfléchir sérieusement à la place et à l’avenir de leur propre pays. Ce défi fut particulièrement crucial pour Phan Châu Trinh, dont les idées à propos de la modernisation commencèrent à se cristalliser en 1904. Le point essentiel est que, alors que l’immense majorité de ses contemporains étaient obsédés par « l’indépendance nationale », et parfois « l’indépendance nationale à tout prix », Phan Châu Trinh a, dès le début, focalisé sa réflexion sur la question de la modernisation. Ce point appelle plusieurs questions. Quel élément du parcours de Phan Chaû Trinh peut-il expliquer tout d’abord en quoi il était différent de ses contemporains ? De quelle manière sa « découverte » de la littérature réformiste chinoise a-t-elle d’autre part influé sur le développement de sa pensée ? Son séjour de quelques mois au Japon en 1906 a-t-il d’autre part modifié sa conception de la modernisation ? Les expériences de Phan à Poulo Condore comme en France ont-elle enfin influé sur ses idées ?

L’originalité du parcours de Phan Châu Trinh

  • 1 Voir Nguyễn Văn Xuân, Phong trào Duy Tân [Le mouvement moderniste], Đà Nẵng, Éditions Đà Nẵng, 199 (...)

2La biographie de Phan Châu Trinh avant 1904 le distinguait des autres patriotes vietnamiens. La mort tragique de son père a dû en particulier avoir un effet durable sur le développement de sa pensée. Phan était né dans la province de Quảng Nam en 1872, une région qui a toujours produit des individus impliqués dans les affaires étrangères et les affaires intérieures. Phan Văn Bình, père de Phan Châu Trinh, initialement fonctionnaire chargé de la défense des régions montagneuses, avait répondu à l’appel du mouvement (loyaliste) Cần Vương au sein duquel il était chargé des questions de logistique. Il aurait été exécuté à la suite de soupçons injustes émis par des membres de la Nghĩa Hội Cần Vương (Association loyaliste pour la justice)1. Comme tout lettré confucéen classique, Phan s’est interdit de traiter de questions familiales et privées dans ses écrits et n’a jamais rien dit de la mort tragique de son père. Néanmoins, à la lumière de son parcours ultérieur, on peut se demander si le destin injuste de son père n’a pas influé durablement sur sa façon de voir les choses et notamment sa propension à privilégier toute sa vie des solutions modérées et non-violentes.

3L’expérience militaire de Phan Châu Trinh le distinguait par ailleurs des autres intellectuels vietnamiens. Au contraire de la plupart des garçons vietnamiens de sa génération, Phan Châu Trinh fut éduqué dans son enfance par sa mère, une femme instruite issue d’une famille respectée du village de Phú Lâm, dans le même district. Lorsqu’il perdit sa mère à l’âge de 14 ans, Phan « quitta l’école pour accompagner son père, partant souvent chasser dans les montagnes ou tirer à l’arc et monter en croupe ». La plupart des jeunes hommes instruits de cet âge passaient leur temps à étudier les livres et cette éducation plus active de Phan, fondée sur les arts martiaux, renforcèrent sa confiance en lui-même, son indépendance d’esprit, sa détermination et ses capacités à voir les choses telles qu’elles sont, toutes qualités discernables chez lui dans les années qui suivirent. Sa maîtrise des arts martiaux () aussi bien que des arts littéraires (văn) le distinguait de la plupart des intellectuels maniérés (văn nhược) de cette époque et rappelle les shishi japonais (hommes poursuivant des objectifs élevés) inspirés du bushidô qui avaient consacré leurs vies au mouvement qui devait par la suite amener la Restauration Meiji. Peu de ses contemporains avaient un parcours comparable, ce qui peut expliquer l’indépendance de sa pensée.

  • 2 Minh-Viên Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử [Biographie de Phan Tây Hồ], Hué, Éditio (...)
  • 3 Ibid., p. 12.

4L’agilité intellectuelle de Phan Châu Trinh renforçait les effets de ces expériences. À la mort de son père, le frère aîné de Phan s’installa dans la maison familiale et engagea un précepteur pour Phan. Après quatre années de cet enseignement, Phan fut envoyé prendre des leçons auprès des lettrés confucéens les plus célèbres de la province. D’après Huỳnh Thúc Kháng, son ami proche pendant toute sa vie, Phan « comprenait vite et se montrait capable d’assimiler intelligemment ses lectures », malgré le côté tardif de son éducation académique. Dans ses textes, Phan « développait un style original, sans se contenter d’utiliser le vocabulaire redondant et fleuri des écrivains médiocres de son époque »2. Parmi les classiques, ses ouvrages favoris étaient les Annalistes (Luận ngữ), Mencius (Mạnh Tử), et Les Registres historiques (Sử ký). Il parcourut également Le Livre de Poésie (Kinh thi), le Livre des Documents (Kinh thư) et les Annales du Printemps et de l’Automne (Xuân Thu), mais « n’aurait pas porté les yeux sur les autres classiques.3 » Le goût de Phan pour les sources de première main semble donc évident. Au lieu de se contenter d’étudier simplement les textes au programme des concours, Phan choisissait ses lectures en fonction de leurs thèmes et notamment s’ils traitaient du bien-être du peuple, comme le montre sa passion pour Mencius. Il est significatif que son intérêt ait été partagé par Liang Qichao (1873-1929), dont Phan devait plus tard dévorer les livres et par Nakae Chômin (1847-1901), le promoteur des droits du peuple au Japon.

Phan et la littérature moderniste chinoise

5En 1903 Phan se rendit à Huế pour occuper une position subalterne au Ministère des Rites. Sa pensée et ses activités semblent avoir profondément évolué à cette époque. D’après Huỳnh Thúc Kháng, les « livres nouveaux » (tân thư) et les « journaux nouveaux » (tân văn) de Chine « submergèrent notre pays, parmi lesquels les plus influents étaient les textes de Liang Qichao et de Kang Youwei (1858-1927). Ces livres traitaient des droits du peuple et de la liberté ; ils révélaient un grand nombre de faits concernant la civilisation occidentale. À la suite de la défaite humiliante au cours de la guerre sino-japonaise (1894-1895), l’Empereur chinois avait lancé les « Cent jours de réformes » en 1898, sous l’influence de Kang et de Liang. Ces réformes avaient tenté de réformer le système de concours administratif vieux de 2000 ans et d’encourager la modernisation. Depuis Yokohama, le nouveau « quartier général » des Lettrés chinois réformistes après l’échec de la tentative de 1898, les textes iconoclastes de Liang influencèrent toute une génération de jeunes Chinois.

  • 4 Ibid., p. 14-16.

6Les intellectuels vietnamiens étaient encore plus ignorants que leurs confrères chinois des idées de modernisation qui bouleversaient la société japonaise. Phan et ses amis ne commencèrent à explorer ces nouvelles idées qu’après que la littérature réformiste chinoise ait atteint le Vietnam en 1904. Il est important de signaler que les travaux de Liang étaient écrits en Chinois, mais publiés à Yokohama et qu’ils furent donc introduits au Vietnam par des bateaux chinois, ce qui signifie qu’ils étaient des manuscrits rares et chers, même pour des fonctionnaires vietnamiens. Comme le signale son ami, Phan « allait souvent voir Thân Trọng Huề et Ðào Nguyên Phổ, » deux étudiants brillants, « pour leur emprunter de quoi lire, et il était tellement fasciné par eux qu’il en oubliait de se nourrir et de dormir. Ses idées furent complètement renouvelées à partir de ce moment. Ses connaissances furent non seulement élargies, mais sa ferveur patriotique fut également renforcée ». Auparavant, il avait pensé que certaines « choses ne pouvaient pas être faites (thời sự bất khả vi), mais à présent, il avait une vision plus précise du monde et pouvait envisager de tracer sa propre voie »4. Phan avait commencé à travailler pour sauver son pays par la voie moderniste.

  • 5 Ibid., p. 16.

7Vers 1904, la cité impériale de Hué n’était pas seulement l’endroit où beaucoup d’intellectuels venus des quatre coins du pays se rencontreraient pour discuter des affaires nationales, elle était également le lieu où bien des mandarins « à robe blanche », pédants, avides et carriéristes, oubliaient sans remord la perte humiliante de l’indépendance. La guerre russo-japonaise (1904-1905) éclata à cette époque, et les informations sur les victoires initiales du Japon (un petit pays d’Asie orientale qui avait commencé à se développer quarante années auparavant seulement) atteignirent le Vietnam, convainquant Phan et ses collègues de la nécessité urgente de régénérer le pays. Estimant qu’il était impossible de demeurer indifférents à cette situation5, Phan et ses amis les plus proches démissionnèrent de leurs postes officiels et se mirent d’accord pour aller s’informer directement des événements dans le sud.

  • 6 Dissertation en vers irréguliers.
  • 7 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 18.
  • 8 Huỳnh Thúc Kháng, Huỳnh Thúc Kháng niên phổ [Chroniques de Huỳnh Thúc Kháng], Hochiminh-ville, Édi (...)

8Le système d’examens vietnamiens fut profondément modifié à peu près à la même époque et, bien que les concours aient continué jusqu’en 1919, la plupart des étudiants les plus doués les désertèrent après 1905. La fin de cette ère fut marqué spectaculairement par le voyage de référence de Phan, Trần Quý Cáp et Huỳnh Thúc Kháng dans le sud. Il est important de signaler que chacun des trois hommes avait obtenu les diplômes les plus élevés : équivalent du Doctorat (phó bảng) pour Phan en 1901, Doctorat (tiến sĩ) pour Trần et Huỳnh à la session de 1904 qui venait de se dérouler. Au moment de leur passage dans la province de Bình Định, les trois hommes assistèrent à une session provinciale d’examen. Les sujets à traiter étaient la rédaction d’un poème à propos de « Chí thành thông thánh » (la franchise la plus grande serait comprise des sages) d’une part et l’écriture d’un phú6 sur « Lương ngọc danh sơn » (une pierre précieuse dans une montagne célèbre). Les trois amis se déguisèrent en candidats, adoptèrent pour nom collectif « Ðào Mộng Giác » et rédigèrent les réponses à trois – Phan rédigea le poème, Huỳnh Thúc Kháng et Trần Quý Cáp le phú – mais leur traitement des sujets était une dénonciation du système d’examens et des études traditionnelles. Les deux textes furent mis en circulation par la suite et eurent un impact comparable à celui d’un « éclair foudroyant le pays entier.7 » Huỳnh Thúc Kháng avança que, « pour la première fois, des textes littéraires, étaient rédigés pour contester le système des concours et promouvoir les études modernes.8 »

  • 9 Ibid., p. 36-37.
  • 10 J’ai évoqué la visite de Phan et ses amis à la Flotte de la Baltique dans « Chuyện một trăm năm tr (...)

9Arrivés dans la province de Khánh Hòa, les trois amis apprirent que la flotte russe de la Baltique, en route pour la mer du Japon, était en train de se ravitailler dans la baie de Cam Ranh. Ils se déguisèrent en marchands de nourriture pour avoir l’occasion de se rendre sur un bâtiment russe où ils purent tout observer. Huỳnh Thúc Kháng explique simplement que cet acte téméraire leur avait été inspiré par la « curiosité »9. N’empêche qu’il révèle le tempérament intrépide et l’esprit curieux de Phan, que l’on retrouvera lorsqu’il se rendit au Japon pour voir de ses propres yeux un pays qui s’était modernisé quarante années auparavant seulement mais s’était montré capable de vaincre la marine « invincible » du Tsar ou lorsqu’il se rendit en France, non seulement pour s’y faire l’avocat des intérêts de ses compatriotes, mais également pour observer de ses propres yeux la métropole d’une puissance coloniale avec laquelle les Vietnamiens devaient compter10. Phan devait dire un jour :

  • 11 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây Hồ Tiên sinh lịch sử, p. 18.

Nous ne pouvons pas rester simplement assis dans un coin et parler des caractéristiques du monde extérieur, en particulier en l’état des choses actuel où les vents du changement soufflent dans toutes les directions ; vous devez vous lever et chercher à voir ce qui est en train d’arriver11.

10Le groupe d’amis séjourna quelque temps dans le Bình Thuận, pour rencontrer des personnalités locales et discuter avec eux de projets pratiques de modernisation, parmi lesquels la création de la société de production de nuoc mam Liên Thành et de l’école Dục Thanh. Initialement, Phan avait prévu que le groupe se rendrait ensuite en Cochinchine, mais il tomba malade et le traitement médical l’obligea à rester dans le Bình Thuận. Il ne demeura pas inactif malgré sa maladie : il fut l’orateur le plus actif des premières conférences données par la société Phú Tài créée au même moment pour diffuser les idées de démocratie et d’auto-développement à travers l’étude des œuvres de Liang Qichao et de Kang Youwei.

Phan et l’influence japonaise

  • 12 Ibid., p. 17.

11Phan apprit au même moment que Phan Bội Châu (PBC) était parti pour le Japon et il rentra au Quảng Nam pour consulter les camarades de sa province sur le projet de se rendre lui-même au Japon. Les deux Phan s’étaient rencontrés pour la première fois à Huế en 1904. Phan avait été impressionné par l’ardeur du patriotisme de PBC, mais il estimait que ses idées « étaient prisonnières de la camisole traditionnelle.12 » Parmi les textes envoyés par PBC du Japon, Phan approuvait l’idée d’envoyer des étudiants vietnamiens au Japon pour y apprendre, mais il rejetait l’orientation monarchiste de PBC (et notamment le fait de désigner le marquis Cường Để comme le chef de l’Association de Modernisation du Vietnam [Việt Nam Duy Tân Hội]), l’acceptation de l’action violente ou sa dépendance à l’aide extérieure, qu’il décrivait comme le fait de « foncer droit devant soi en aveugle » (dục tốc kiến tiểu). Phan projeta donc d’approfondir son échange avec PBC en le rencontrant et, par la même occasion, d’observer par lui-même le Japon moderne.

  • 13 Voir Nguyễn Hiến Lê, Đông Kinh Nghĩa Thục [L’École privée Đông Kinh], Saigon, Éditions Lá Bối, 197 (...)
  • 14 Đào Văn Hội, Ba nhà chí sĩ họ Phan [Les Trois Phan : hommes de grands desseins], Saigon, Éditions (...)
  • 15 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 19.

12Phan arriva à Hanoi en décembre 1905. Après y avoir discuté des projets modernistes avec des personnalités comme Lương Văn Can, Ðào Nguyên Phổ, et Võ Hoành13, il se rendit dans le Nghệ-Tĩnh pour rencontrer Ngô Đức Kế. Il retourna ensuite dans le nord pour rencontrer le Đề Thám dans sa base de résistance du Yên Thế et échanger avec lui des idées concernant les affaires du pays. Le Đề Thám invita alors Phan à se fixer dans le Yên Thế, ce que ce dernier refusa. En privé, il estimait que ce personnage prestigieux de la résistance n’était après tout « rien de plus qu’un chef militaire »14 et, d’une manière générale, Phan était certain que, « enfermé dans son coin, on ne pouvait survivre.15 »

  • 16 Phan Bội Châu, Overturned Chariot : The Autobiography of Phan-Bội-Châu, trad. Vĩnh Sính et Nichola (...)

13Du Yên Thế, Phan se rendit à Hải Phòng, traversa la frontière chinoise déguisé en travailleur et arriva à Hong Kong à la fin du mois de février 1906. Tout avait sans doute été planifié à l’avance car, lorsque Phan arriva à Shaho (Guangdong) pour rencontrer l’ancien général Tán Thuật (Nguyễn Thiện Thuật) qui résidait chez le légendaire Liu Yingfu, PBC et le prince Cường Để y étaient déjà. Phan approuva l’Appel à mes compatriotes pour financer les études outremer de PBC, mais ne dit rien du programme de l’Association de Modernisation du Vietnam rédigé par PBC et ses camarades au Japon, programme qui désignait Cường Để comme futur monarque. Au cours de la discussion, d’après l’autobiographie de PBC, Phan critique vivement l’orientation monarchiste du programme « au point de dire que si le système monarchique autocratique n’était pas supprimé, la reconquête de l’indépendance n’apporterait aucun bien.16 » Phan exprima également le désir de voir le Japon de ses propres yeux.

14Le Japon que Phan visita en avril 1906 était très animé et il put comparer le fruit de ses lectures de Huế avec le monde réel. À Tokyo, PBC l’emmena inspecter les écoles et rencontrer des personnalités. Après avoir observé l’état de la société japonaise, Phan dit à PBC :

  • 17 Ibid., p. 108.

leur niveau est si élevé et le nôtre si bas ! Comment aurions-nous pu échapper à l’esclavage ? La possibilité, pour de nombreux étudiants vietnamiens, d’intégrer les écoles japonaises est votre plus grand succès [Il suggéra à PBC de] s’installer à Tokyo pour prendre du repos et se consacrer à l’écriture, plutôt que de lancer ces appels au combat contre les Français. Vous feriez mieux de revendiquer « les droits du peuple et son instruction ». Lorsque les droits du peuple seront respectés, nous pourrons penser à aller plus loin17.

15Pour Phan, la modernisation était donc un préalable à l’indépendance – un Vietnam devenu indépendant sans s’être modernisé auparavant serait une proie pour les grandes puissances de la région, ce qui compromettrait cette indépendance chèrement acquise. Lorsque Phan rentra au Vietnam, PBC l’accompagna jusqu’au large de Hong Kong.

L’influence de l’internement à Poulo Condore sur la pensée de Phan

  • 18 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 22 et Đào Văn HộI, Ba nhà chí sĩ họ Phan, p. 6 (...)
  • 19 Đông Kinh n’est pas seulement le nom ancien de Hanoi, mais également l’équivalent vietnamien du no (...)

16Le séjour de Phan au Japon eut évidemment une grande influence sur l’évolution de sa pensée et sur ses actions ultérieures. Il estimait que la survie du Vietnam dépendait de sa capacité à se moderniser et, à la suite de son séjour au Japon, il avait une vision précise de ce que devait être un pays « modernisé », tout en étant conscient du danger potentiel des tendances impérialistes japonaises. Lorsqu’il revint du Japon, le premier acte de Phan fut d’écrire une lettre au Gouverneur général Paul Beau pour dénoncer les maux de la situation indochinoise et demander une amélioration de la politique coloniale. Cette lettre fut largement diffusée et, à la Cour de Huế, elle provoqua la fureur de beaucoup de dignitaires qui considérèrent désormais Phan comme persona non grata18. Phan appelait également les Vietnamiens à unir leurs efforts pour développer des écoles, des institutions académiques et des sociétés commerciales dans le but de « renforcer l’esprit public, d’élargir ses horizons intellectuels et d’améliorer les conditions de vie ». Le 7 juillet 1907, il donna une conférence à l’école Đông Kinh Nghĩa Thục, fondée par lui-même et ses amis d’après le modèle Gijuku de l’Université Keiô Gijuku à Tokyo19, fondée par Fukuzawa Yukichi en 1873. La conférence de Phan était d’ailleurs nettement inspirée des idées de ce dernier et elle introduisait une forme nouvelle et excitante de débat public car, avant cette date les conférences en public n’étaient pas pratiquées au Vietnam. Phan traita essentiellement du thème de la modernisation, encourageant les jeunes à se couper les cheveux, à porter des vêtements européens et à consommer des produits vietnamiens pour encourager le développement local. Ces mesures étaient évidemment inspirées du « boom modernisateur » Meiji du début des années 1870 où elles avaient été efficaces. Elles semblent l’avoir été au Vietnam, mais à un degré moindre, du moins à l’époque de Phan. Le « style Tây Hồ » (Tây Hồ était le pseudonyme de Phan Châu Trinh) qui consistait à adopter des produits domestiques (hàng nội hóa) était cependant à la mode dans le Vietnam de ces années-là.

17Lorsque des révoltes antifiscales éclatèrent dans le Quảng Nam et d’autres régions du Vietnam central en 1908, ceux des fonctionnaires de la Cour de Huế qui détestaient Phan l’accusèrent, ainsi que tous ceux qui avaient milité pour les droits du peuple, d’avoir conservé des relations secrètes avec PBC et d’avoir « encouragé les gens à se joindre la révolte ». Phan fut donc dans un premier temps condamné à mort, mais grâce à l’aide de ses amis français, cette peine fut transformée en emprisonnement à vie sur l’île de Poulo Condore. Phan fut libéré au bout de trois ans, là encore grâce à l’aide de ses amis français. Les autorités coloniales tentèrent de le maintenir en résidence surveillée à Mỹ Tho, mais elles y renoncèrent face à ses protestations et l’autorisèrent à se rendre en France, en compagnie de son fils Phan Châu Dật. Phan devait y résider quatorze années et ne revint au Vietnam qu’au début de 1925.

  • 20 Ce roman politique, qui évoque les droits du peuple et la révolution, a été publié en feuilleton e (...)
  • 21 Voir Nguyễn Phan Quang et Phan Văn Hoàng, « Phan Châu Trinh dưới mắt Phan Văn Trường » [Phan Châu (...)
  • 22 À Tokyo, Phan Bội Châu avait présenté beaucoup de ses relations à Phan. Or, Phan Bội Châu connaiss (...)

18L’impact de sa visite au Japon sur la pensée de Phan devait durer jusqu’à la fin de ses jours. Pendant les années où il séjourna en France, il traduisit en vietnamien la traduction chinoise par Liang Qichao du texte Kajin no kigû (rencontres fortuites avec de jolies femmes) du Japonais Tôkai Sanshi20. Phan avait commencé à travailler sur le texte de Liang alors qu’il était en poste au Ministère des Rites à Huế en 1903 et il était assez fasciné par cette traduction pour en conserver un exemplaire dans ses valises au cours de son voyage de retour au Vietnam de 192521. Kajin no kigû avait été un thème de discussions fréquent parmi le petit cercle des intellectuels acquis aux idées réformistes à Hué vers 1904-1905 et Phan avait sans doute rencontré Liang au cours de son séjour au Japon de 190622. Après son arrivée en France, une fois réglés les problèmes les plus urgents, comme écrire en faveur de ses camarades encore détenus à Poulo Condore, Phan commença sa traduction en vers (Giai nhân kỳ ngộ diễn ca ; rencontres fortuites avec de jolies femmes en vers) de l’œuvre de Liang. On sait que la traduction de Kajin no kigû a marqué un tournant important de la révolution littéraire chinoise du début du XXe siècle ; c’est un fait moins connu que Phan aie entrepris sa traduction de cette œuvre pour instruire ses compatriotes quant aux idées de droits du peuple.

  • 23 See Vĩnh Sính, « ‘Elegant Females’ Re-Encountered : From Tôkai Sanshi’s Kajin no kigu to Phan Châu (...)

19Autre point intéressant, le choix de Phan d’une traduction versifiée : il n’en a jamais expliqué la raison, mais on peut supposer qu’il répondait au goût marqué des Vietnamiens pour les œuvres versifiées. Liang n’avait pas traduit la fin du roman parce que le héros, Tôkai Sanshi, y devenait un impérialiste japonais et que cela heurtait les sentiments patriotiques du traducteur. Il est probable que Phan aie éprouvé des sentiments comparables, mais, à la différence de Liang, il termina la traduction, se contentant de censurer les passages qui le dérangeaient23. D’un point de vue rétrospectif, on peut se demander pourquoi Phan a consacré un tel effort à la traduction d’une traduction, mais cela montre sans doute son admiration pour Liang d’une part et l’importance de son séjour au Japon d’autre part. En effet, cette œuvre, malgré sa conclusion impérialiste, était la plus importante de toutes celles qui avaient traité du thème de la démocratie et des droits de l’homme dans le Japon du début de l’ère Meiji.

  • 24 Phan donna quelques exemples des objectifs expansionnistes japonais, dans « Quân trị chủ nghĩa và (...)

20Les travaux ultérieurs de Phan ne montrent pas de changement significatif dans la direction fondamentale de sa pensée, mais une maturation de sa réflexion sur la modernisation et les droits du people. Les meilleurs exemples de cette maturation se trouvent dans sa « lettre à l’Empereur Khải Định » (1922), dans son « Morale et éthique en Orient et en Occident » (1925) et dans son « Monarchisme et démocratie » (1925). Dans ces travaux, Phan insiste sur l’idée qu’avant même de penser à la reconquête de l’indépendance, il faut renforcer le peuple vietnamien en le modernisant. Il appelle notamment à la modernisation de l’instruction et de l’économie, à la création d’écoles, d’institutions académiques et de sociétés commerciales dans le but de « fortifier l’esprit du peuple ». Il avance également la nécessité d’introduire les droits du peuple et la démocratie, tout en insistant sur le besoin d’améliorer les conditions de vie des Vietnamiens. Phan se définissait lui-même comme un « Confucéen » et plus précisément comme un Confucéen d’avant les Qin. Il se sentait plus proche de la pensée de Mencius, qui s’identifiait lui-même au peuple et à ses besoins. Lorsqu’il évoquait le Japon, Phan ne se faisait aucune illusion sur l’impérialisme de ce pays24, mais il était convaincu que l’expérience nippone de modernisation fournissait un exemple intéressant pour le Vietnam. C’est la raison pour laquelle Phan traita essentiellement des aspects positifs de la modernisation japonaise.

  • 25 Chômin était un des auteurs de l’ère Meiji qui ont influencé Liang Qichao.

21Phan était donc un intellectuel réellement original qui préférait réfléchir à la modernisation plutôt qu’à l’indépendance de son pays. S’il est totalement en marge dans un contexte purement vietnamien, il est, par contre en phase avec la majorité des intellectuels asiatiques : Liang Qichao et Kang Yuwei en Chine, Nakae Chômin et Ueki Emori (1857-1892), un autre défenseur des droits du peuple au Japon, fournissent d’autres exemples d’intellectuels éminents inspirés par le thème de la modernisation25. Les idées et les projets de Phan à propos de la modernisation et de la démocratie fournissent une stratégie globale pour répondre aux défis du monde moderne, stratégie qui pourrait bien se révéler tout aussi efficace dans notre monde de plus en plus globalisé.

Notes

1 Voir Nguyễn Văn Xuân, Phong trào Duy Tân [Le mouvement moderniste], Đà Nẵng, Éditions Đà Nẵng, 1995, p. 28-29 ; Nguyễn Q. Thắng, Phan Châu Trinh : Cuộc đời và tác phẩm [Phan Châu Trinh : sa vie et ses œuvres], p. 38 ; Thế Nguyễn, Phan Chu Trinh [Phan Châu Trinh], Saigon, Éditions Tủ sách Những mảnh gương Tân Việt, 1956, p. 11. Dans une étude récemment publiée cependant, le chercheur Nguyễn Sinh Duy émet des doutes, avançant que la biographie du père de Phan mériterait des recherches plus approfondies. Nguyễn Sinh Duy : Phong trào Nghĩa hội Quảng Nam [La Société Légitime et Vertueuse de Quảng Nam], Đà Nẵng, Éditions Đà Nẵng, 1998, p. 134, note 1.

2 Minh-Viên Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử [Biographie de Phan Tây Hồ], Hué, Éditions Anh Minh, 1959, p. 11.

3 Ibid., p. 12.

4 Ibid., p. 14-16.

5 Ibid., p. 16.

6 Dissertation en vers irréguliers.

7 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 18.

8 Huỳnh Thúc Kháng, Huỳnh Thúc Kháng niên phổ [Chroniques de Huỳnh Thúc Kháng], Hochiminh-ville, Éditions Văn Hóa Thông Tin, 2000, p. 36.

9 Ibid., p. 36-37.

10 J’ai évoqué la visite de Phan et ses amis à la Flotte de la Baltique dans « Chuyện một trăm năm trước – Tháng 4, 1905 ở vịnh Cam Ranh » [Une Histoire qui est arrive il y a un siècle : avril 1905 dans la baie de Cam Ranh], Paris, Diễn Đàn, avril 2005.

11 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây Hồ Tiên sinh lịch sử, p. 18.

12 Ibid., p. 17.

13 Voir Nguyễn Hiến Lê, Đông Kinh Nghĩa Thục [L’École privée Đông Kinh], Saigon, Éditions Lá Bối, 1974, p. 40.

14 Đào Văn Hội, Ba nhà chí sĩ họ Phan [Les Trois Phan : hommes de grands desseins], Saigon, Éditions Maurice, 1951, p. 60.

15 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 19.

16 Phan Bội Châu, Overturned Chariot : The Autobiography of Phan-Bội-Châu, trad. Vĩnh Sính et Nicholas Wickenden (Honolulu : University of Hawai’i Press, 1999), p. 105.

17 Ibid., p. 108.

18 Huỳnh Thúc Kháng, Phan Tây-Hồ tiên sinh lịch sử, p. 22 et Đào Văn HộI, Ba nhà chí sĩ họ Phan, p. 62.

19 Đông Kinh n’est pas seulement le nom ancien de Hanoi, mais également l’équivalent vietnamien du nom de Tokyo.

20 Ce roman politique, qui évoque les droits du peuple et la révolution, a été publié en feuilleton entre 1885 et 1897. Tôkai Sanshi était un ancien samouraï.

21 Voir Nguyễn Phan Quang et Phan Văn Hoàng, « Phan Châu Trinh dưới mắt Phan Văn Trường » [Phan Châu Trinh vu par Phan Văn Trường], Nghiên cứu lịch sử, 4 (275), juillet-août 1994, p. 168.

22 À Tokyo, Phan Bội Châu avait présenté beaucoup de ses relations à Phan. Or, Phan Bội Châu connaissait Liang, qu’il avait rencontré personnellement.

23 See Vĩnh Sính, « ‘Elegant Females’ Re-Encountered : From Tôkai Sanshi’s Kajin no kigu to Phan Châu Trinh’s Giai Nhân Kỳ Ngộ Diễn Ca », in K. W. Taylor and John K. Whitmore (eds), Essays Into Vietnamese Pasts, Ithaca, N. Y., SEAP Cornell University, 1995.

24 Phan donna quelques exemples des objectifs expansionnistes japonais, dans « Quân trị chủ nghĩa và dân trị chủ nghĩa » (Monarchisme et démocratie) par exemple. Thế Nguyên, Phan Chu Trinh, p. 114 et 116.

25 Chômin était un des auteurs de l’ère Meiji qui ont influencé Liang Qichao.

Auteur

Professeur à l’université d’Alberta (Canada), il a notamment publié : Overturned Chariot : The Autobiography of Phan Bội Châu (University of Hawai’i Press, 1999), Phan Châu Trinh and His Political Writings (Southeast Asia Program, Cornell University, sous presse).

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540