Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Acteurs, milieux

L’Association Hướng Thiện du temple Ngọc Sơn et l’origine socio-culturelle de Duy Tân

Thế Khôi

Texte intégral

  • 1 Le premier appel public pour la modernisation des études, qui devait déboucher sur la création de (...)

1Au début des années 1990, en étudiant le temple Ngọc Sơn sur l’île du lac Hoàn Kiếm à Hanoi où se réunissaient les lettrés de l’association Hướng Thiện, créée dans les premières années du XIXe siècle, notre attention fut attirée par une stèle dédiée à Lýõng Văn Can et à Nguyễn Thượng Hiền, deux des acteurs les plus actifs de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục, ce qui nous amène à nous interroger sur les liens entre les idées et les types de sociabilité traditionnels et les idées modernistes au début du XXe siècle1.

  • 2 Les biographies de Nguyễn Trýờng Tộ, Nguyễn Lộ Trạch, Đặng Huy Trứ, Bùi Viện, Nguyễn Tư Giản ou Ph (...)
  • 3 Pierre Brocheux, « La revue Thanh Nghị et les questions littéraires (1941-1945) », RFHOM, 1988, p. (...)

2L’échec de la résistance armée aux Français et la circulation des Tân Thư (Nouveaux Écrits) venus de Chine ou du Japon sont les deux causes les plus souvent évoquées pour expliquer le mouvement Duy Tân ; les recherches se limitent donc à un temps court et insistent d’ordinaire sur les parcours individuels de ses promoteurs2. Elles ne permettent pas de comprendre l’enracinement populaire et l’épaisseur sociale de Duy Tân qui a été, non seulement le détonateur d’une série de révoltes dans les années 1910-1930, mais a servi de socle à des mouvements très divers allant de la diffusion des textes sacrés reçus lors des séances d’invocation des génies nationaux à la réforme du système d’enseignement primaire, à la rénovation des mœurs en milieu rural, à la diffusion de quốc ngữ, ainsi qu’au développement de la presse et des associations en milieu urbain – toutes évolutions silencieuses qui ont constitué « le terrain culturel »3 préparant la révolution d’Août 1945. Nous nous proposons d’étudier ces racines du mouvement moderniste en observant les idées défendues par les membres de l’association Hướng Thiện depuis les débuts du XIXe siècle et de nous interroger sur le rôle qu’elles ont pu jouer sur le développement du mouvement Duy Tân.

Les bouleversements de la fin du XVIIIe siècle

3Dans l’histoire du pays qui devait prendre le nom de Viêtnam, les dernières décennies du XVIIIe siècle sont marquées par une série de guerres civiles : lutte entre deux familles, les Trịnh contrôlant le Nord et les Nguyễn le Sud d’abord, révolte dite des Tây Sơn qui balaya les deux familles (1785 et 1786) et entraîna la fondation d’une nouvelle dynastie sous Quang Trung ensuite, reprise de la guerre après la mort de ce dernier (1792) et victoire des Nguyễn en 1802, leur chef Nguyễn Ánh, créant une nouvelle dynastie en prenant le nom de Gia Long et réunifiant le pays enfin. Cette succession rapide de bouleversements s’explique en partie par un contexte de désarroi moral, qu’ils contribuent à amplifier. Le succès initial de la révolte des Tây Sơn et le fondement de leur légitimité s’expliquent en partie par le fait qu’ils proposaient d’éradiquer la corruption régnante dans la période précédente et Nguyễn Ánh lui-même prenait en compte la nécessité d’une régénération morale lorsqu’il promit, après son avènement, de pratiquer la « voie royale » (vương đạo) et d’établir un « règne de civilisation » (văn trị).

  • 4 L’effondrement rapide de la nouvelle dynastie provoqua déception, puis nostalgie. Cf. Nguyễn Lộc, (...)
  • 5 Au sein des descendants de Chinois installés dans le delta du Mékong après la défaite des Mings do (...)
  • 6 Cao Tự Thanh, Nho giáo ở Gia Dịnh [Le confucianisme à Gia Dinh], Hochiminh-ville, Éditions TP Hồ c (...)

4De nombreux dogmes du confucianisme officiel tels que la « fidélité au souverain » ou l’idée suivant laquelle la paysannerie est le fondement de toute la société, ne répondaient plus, à l’évidence, aux défis de l’époque et les lettrés furent contraints de les réviser et de les adapter à la nouvelle réalité. Quelques-uns d’entre-eux avaient collaboré avec enthousiasme au projet Tây Sơn, dans lequel ils voyaient une possibilité de reconstruire la société sur la base des valeurs de nhân nghĩa (humanité et fidélité), en suivant les principes de trung chính (droiture et rectitude) et de nhập thể (engagement dans le monde)4. Dans le Sud, au sein de la communauté Minh hương5 qui avait soutenu Nguyễn Ánh dans sa lutte pour le pouvoir, le groupe des lettrés de Gia Định6, semble avoir partagé des préoccupations comparables, avant de se diviser et de décliner après 1802, à la fois sur le plan de l’action politique et sur celui des idées.

  • 7 Cao Bá Quát est devenu un symbole d’héroïsme dans l’historiographie vietnamienne pour sa participa (...)
  • 8 Nguyễn Vãn Siêu, un personnage considérable surnommé en son temps Thần Siêu (Génie Siêu) pour son (...)
  • 9 L’année 1833 vit une révolte quasi généralisée (de Nông Vãn Vân à Cao Bằng et Tuyên Quang, Hoà Bìn (...)
  • 10 Improvisations, 1831.
  • 11 Nguyễn Văn Lý à l’occasion du décès de Vũ Tông Phan en 1851.

5Un autre groupe, celui des lettrés de Hanoi qui devaient créer l’association Hướng Thiện au temple Ngọc Sơn, est moins connu, à l’exception de Cao Bá Quát (1809-1854), un de ses membres7. Les noms de Nguyễn Văn Siêu (1799-1872) ou Nguyễn Văn Lý (1795-1869) sont parfois mentionnés, mais uniquement parce qu’ils étaient des amis littéraires de Cao Bá Quát8. Or, à notre avis, ce groupe s’est trouvé dans une situation plus délicate que les deux groupes signalés précédemment, ce qui a entraîné une évolution des idées plus complexe. Leur groupe se structura en effet au moment de la phase finale de l’affrontement entre les Tây Sơn et les Nguyễn et pendant les deux premières décennies du XIXe siècle, au moment où les Nguyễn promouvaient officiellement la « voie royale » afin d’attirer leur sympathie. Dans la réalité cependant Gia Long et ses successeurs pratiquèrent rapidement la « voie seigneuriale » (bá đạo), c’est-à-dire la répression de toute tentative de contestation, ainsi que l’alourdissement des impôts, des corvées et de la conscription, ce qui entraîna de nombreuses révoltes paysannes9. Les lettrés de Hanoi étaient donc partagés : si les Nguyễn avaient réalisé une action « en harmonie avec le Ciel » en réunifiant le pays, ils pratiquaient la « voie seigneuriale » ce qui n’allait pas dans le même sens. Alors que les lettrés ayant suivi les Tây Sơn avaient eu une raison légitime pour rejeter le dogme de fidélité traditionnel trung quân face à la corruption qui avait régné précédemment, alors que les lettrés de Gia Định avaient un intérêt matériel évident à soutenir Nguyễn Ánh, les lettrés de Hanoi ne pouvaient pas servir sans état d’âme cette nouvelle dynastie car les valeurs « humanité et fidélité » et « droiture et rectitude » leur semblaient difficiles à appliquer sous un régime autoritaire. Vũ Tông Phan, tham hiệp de Thái Nguyên, l’avait d’ailleurs appris à se dépens, ayant été licencié brutalement parce qu’il avait voulu exercer « sa fonction de mandarin pour répandre la bonté » et n’avait donc pas emprisonné un nombre suffisant de « pirates » aux yeux de la Cour. En écrivant que « les études anciennes ne sont plus utiles au mandarin d’aujourd’hui »10, il exprimait le désarroi du groupe de lettrés de Hanoi. De plus, Vũ Tông Phan « savait au profond de lui-même qu’au milieu d’un cours d’eau rapide il faut avoir le courage de reculer »11.

  • 12 Le mot tàng fait référence à une phrase du Livre des Mutations : Quân tử tàng khí ý thân dãi thì n (...)
  • 13 Le texte de la stèle Ngọc Sơn dé quân từ ký est publié dans le Tuyển tập văn bia Hà Nội [Sélection (...)
  • 14 Lettre de 1838 à Lê Duy Trung (1795-1863) lorsque celui-ci partit rejoindre un poste à Hué.

6La philosophie adoptée par Vũ Tông Phan et ses camarades dans l’association Hướng Thiện est une réponse à cette situation délicate. Au couple classique xuất/xử (engagement/retraite) ils préfèrent l’opposition hành/tàng (passer à l’action/tenir secrète sa volonté)12. En 1843, Vũ Tông Phan, premier chef de l’association Hướng Thiện, en fit graver les statuts sur la stèle Ngọc Sơn dé quân từ ký avec ces deux vers : « La précieuse épée bien aiguisée brille de mille feux/Hành ou tàng la lumière s’éclaire de tous les horizons ». Dans le même texte, il souligne de nouveau le « tàng » en parlant des actions à mener par les membres de l’association : exercer sa volonté, s’éduquer soi-même, voyager, se recueillir13. Dans la situation paradoxale de ces lettrés, la philosophie de hành/tàng constituait une réponse efficace à la politique autoritaire des Nguyen : ils pouvaient pratiquer le tàng même à la Cour royale. Nguyễn Văn Lý, Nguyễn Vãn Siêu, et même Cao Bá Quát avant qu’il fasse le choix désespéré de passer à l’action, durent adopter cette attitude afin de servir un État autoritaire tout en respectant les valeurs « humanité et fidélité » et « droiture et rectitude » qu’ils estimaient authentiques. Vũ Tông Phan insistait également14 sur la nécessité de la prudence : « le plus à craindre dans ce monde, c’est de tenter d’agir, alors que l’on n’est pas encore assez fort ».

7Une autre nouveauté essentielle introduite par le groupe de lettrés de Hanoi est le fait qu’ils créèrent une association pour mettre en pratique la philosophie hành/tàng, ce qui, à notre avis, n’avait jamais existé auparavant.

Hướng Thiện : une organisation culturelle et sociale

  • 15 Selon le Bạ tịch [Registre] du Temple de littérature de Thọ Xướng gravé en 1844.
  • 16 Les fớc lệ [Statuts] de l’association sont gravés dans le même registre.

8« Hướng Thiện » (littéralement : « s’orienter vers », « bien ») signifie qu’il s’agit non seulement de faire des bonnes actions, mais aussi d’éduquer les gens pour qu’ils pratiquent le bien : l’action individuelle semblait insuffisante pour développer l’éducation, d’où la nécessité de rassembler les énergies dans une association. Des « associations littéraires » (văn hội) et des « pléiades » (tao đàn) ou « associations de poètes » (thi xã) avaient toujours existé, mais elles se cantonnaient au domaine artistique et leur cadre semblait inadapté pour une action sociale plus large. L’association littéraire de Thọ Xướng comptait trente-neuf membres en 1836 (dont deux docteurs, sept licenciés et trente bacheliers) et cent quarante et un en 1870 (dont respectivement neuf, vingt-sept, cent cinq)15. L’augmentation est notable et le nombre est conséquent pour un district, mais il demeure insuffisant pour atteindre l’objectif d’un enseignement élargi. La législation était d’ailleurs limitative16 : seuls les lauréats aux concours résidant dans la localité pouvaient devenir membres de l’association dont les activités devaient se limiter au culte de Confucius et des Sages. Les fondateurs de l’association de Thọ Xướng furent bien obligés de réfléchir à une autre forme d’organisation qui leur permettrait de réunir des gens d’origine sociale et géographique différentes pour mener des actions plus diversifiées.

9L’association Hướng Thiện est directement issue de l’association Thọ Xướng, Vũ Tông Phan dirigeant d’ailleurs les deux structures. Le document le plus ancien mentionnant le nom de Hướng Thiện hội est un ouvrage xylographié édité en 1836 intitulé Giác thể tập yéu (le texte reçu du génie Vãn Xướng đế quân exhortant les fidèles à faire le bien) et les caractères Hướng Thiện hội sont gravés sur la stèle Ngọc Sơn đế quân từ ký érigée en 1843 au temple Ngọc San. L’inscription précise qu’entre l’hiver 1841 et l’automne 1842 l’association a fait restaurer une pagode (chùa) privée sur l’île Ngọc San pour la transformer en temple (đền) dédié à Văn Xướng, le génie des lettres et des concours, ce temple servant en même temps de siège à l’association pour les activités culturelles. Une autre stèle (Hợp tư tính thị bi ký) mentionnant environ 200 noms d’individus et d’organisations ayant fait des dons pour la construction du temple, révèle quatre informations essentielles : trente et un seulement sont membres de l’association Hướng Thiện, ce qui peut laisser supposer que bien des membres de l’association étaient trop pauvres pour participer. Parmi ces trente et un membres d’autre part, certains résident dans d’autres districts de la province de Hanoi et même dans d’autres provinces (Bắc Ninh et San Tây), ce qui montre que le rayon d’action de Hướng Thiện est beaucoup plus large que celui de l’association Thọ Xướng. Certains donateurs ne donnent pas une adresse géographique mais le nom de leur boutique, qu’ils soient membres de Hướng Thiện (Ban Thế Vinh de la boutique Nguyễn Xướng par exemple) ou donateurs non membres (boutique Hưng Ký ou Dụ Hưng). Enfin, quatre seulement des trente et un donateurs sont bacheliers : il n’était donc pas nécessaire d’avoir été lauréat pour entrer dans l’association. On peut en conclure que le potentiel de recrutement de Hướng Thiện était d’une part bien plus large socialement, géographiquement et culturellement que celui de l’association Thọ Xướng ; que l’association Hướng Thiện inaugurait d’autre part un modèle d’organisation tout à fait nouveau réunissant des lettrés et des entrepreneurs.

  • 17 La vieille mentalité du « mépris du commerçant » (khinh thương) est à l’origine de la légende selo (...)
  • 18 Cela donne la mesure de la fortune des Bùi : il fallait être immensément riche pour avoir un docte (...)
  • 19 Aujourd’hui une ruelle du même nom au centre de Hanoi.
  • 20 « Quant à faire du commerce j’ai peur de laisser la réputation de couper la gorge des gens ».

10Vũ Tông Phan était d’ailleurs lié à l’homme d’affaire Bùi Huy Tùng qui donna des terrains à l’association littéraire Thọ Xướng et à l’association Hướng Thiện. Issu de trois générations de commerçants17, Bùi Huy Tùng avait fait des études et avait engagé le mandarin retraité Vũ Tông Phan pour instruire ses enfants18 : la branche Bùi du hameau Phất Lộc19 à elle seule, compta rapidement deux licenciés (Bùi Huy Tuyên en 1841 et Bùi Huy Côn en 1843) et plusieurs bacheliers. Quant à Vũ Tông Phan, la fréquentation de la famille de Bùi Huy Tùng lui permit de revenir sur le préjugé contre les entrepreneurs qu’il avait exprimé autrefois dans un poème20. Le fait qu’au printemps 1851, pour son 60e anniversaire Bùi Huy Tùng ait reçu de nombreux poèmes d’offrande, des sentences parallèles, des tentures de la part d’une vingtaine de docteurs, certains retraités et maîtres d’école, d’autres mandarins à la cour ou en province, est tout sauf un hasard. Un autre élément éclaire le changement de mentalité de Vũ Tông Phan : alors que le mariage était une chose essentielle pour les anciens lettrés, il permit à son fils aîné, le double bachelier Vũ Như Trâm, de prendre comme épouse Bùi Thị Dĩnh, une nièce de Bùi Huy Tùng. Cela doit être compris comme le résultat de l’évolution de ses idées en relation avec les événements sociaux et historiques dont il avait été témoin, mais aussi de son expérience personnelle tirée de sa connaissance du milieu des commerçants dont il a sans doute vu le rôle positif dans la société. Cette alliance a scellé la relation entre un lettré et un entrepreneur, unis dans la réalisation d’une œuvre commune : le registre de l’association Thọ Xương est précis sur ce point : cette association « a pu être créée grâce à Bùi Huy Tùng et a fonctionné grâce à Vũ Tông Phan ». La collaboration entre des lettrés et des entrepreneurs sera soixante-dix ans plus tard une caractéristique de l’expérience Đông Kinh Nghĩa Thục.

Les idées de Hướng Thiện et leur diffusion

  • 21 Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au Nord du Viet Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820 (...)
  • 22 Ce motif (án văn tự) était évidemment un prétexte pour se débarrasser de mandarins jugés trop infl (...)
  • 23 La participation de Cao Bá Quát à la révolte paysanne explique sans doute la suppression volontair (...)
  • 24 « ý tại ngôn ngoại ». La difficulté pour nous est que, si ces sous-entendus étaient accessibles à (...)
  • 25 Ce souverain avait proclamé dans son Ordonnance de l’intronisation en 1788 : « Nhân nghĩa (humanit (...)
  • 26 Chủ trýõng, mots utilisés dans une sentence au temple Ngọc Sơn.
  • 27 Sur la base de l’analyse et du « décodage » des poèmes échangés entre les personnalités de l’assoc (...)
  • 28 Sur le chemin menant au temple Ngọc Sơn. Phương tiện est la traduction du mot sanscrit Upàya, qui (...)

11Les lettrés ne s’exprimaient jamais de façon explicite pour la période qui nous intéresse ici21, car les exécutions capitales justifiées par la publication de textes n’y étaient pas rares22, ce qui incitait à l’autocensure23. Par contre, les lettrés savaient utiliser les métaphores traditionnelles de la littérature asiatique, telles que les références aux classiques et les sentences parallèles dont « le sens est extérieur aux mots »24, pour faire passer leurs idées. Si on les interprète correctement, l’objectif ultime de l’association Hướng Thiện semble avoir été de restaurer les mœurs afin qu’elles deviennent justes (chính), une référence discrète au service « Sùng chính viện » dirigé par Nguyễn Thiếp sous le règne du roi Tây Sơn Quang Trung25. Pour cela, la politique26 de l’association est de pratiquer le « tàng », concept dont nous avons signalé plus haut la dimension dynamique et de restaurer la culture et l’éducation à Hanoi27. Deux sentences suggèrent les moyens (phương tiện) d’y parvenir28 :

Pour construire l’homme, construisons des pieux de la morale pour leur indiquer la route ; Pour porter secours à ce monde, construisons des ponts et des ports de la connaissance servant de portes pour l’illumination de la vie.

  • 29 Vũ Tông Phan fit graver sur la stèle au temple du Dieu du Feu (30 Hàng Dieu) une phrase exprimant (...)

12« Le peuple est la base » est un des idéaux confucianistes favoris des fondateurs de l’association Hướng Thiện29, en partie parce qu’il leur permet de justifier leur réticence à collaborer avec la dynastie au pouvoir, réticence contradictoire avec l’exigence d’être « fidèle au souverain » (trung quân). Mais la maxime suivant laquelle « le peuple est la base » témoigne également d’une nouvelle orientation idéologique qui caractérise non seulement leurs actions, mais également plus tard celles des lettrés de Đông Kinh Nghĩa Thục et de leurs successeurs. Vũ Tông Phan exprime le lien entre indépendance politique et identité culturelle lorsqu’il fait l’éloge des héros de la lutte contre les envahisseurs tels que Phù Ðổng Thiên Vương (héros légendaire), Hai Bà Trýng (Ier siècle), Lê Lợi (XVe siècle), et même Quang Trung, l’ennemi des Nguyễn, qu’il nomme donc bien sûr « rebelle » … mais dont il rappelle le souvenir. Dans les sentences parallèles accrochées sur le porche du temple de la littérature à Thọ Xưõng, Vũ Tông Phan exprime l’idée d’harmoniser les idéaux de « l’ancienne voie » (cổ đạo, c’est-à-dire le confucianisme originel) avec les « bonnes mœurs et coutumes du pays d’autrefois » (c’est-à-dire l’ancien pays des Viêts) afin de « guider les générations futures ». La rectification des mœurs s’accompagne également de la lutte contre les superstitions. Dans la salle intérieure les sentences rédigées par le docteur Lê Duy Trung rappellent depuis 1856 aux visiteurs et aux lettrés que « le Ciel ne dit rien…/la chance vient de la voie juste » et Nguyễn Văn Siêu va dans le même sens : « Les Dieux s’appuient sur l’homme/il faut être idiot pour croire uniquement aux dieux tout en négligeant les êtres humains ». Sur la stèle érigée en 1865 au temple Ngọc Sơn, Đặng Huy Tá signale également aux visiteurs qu’il ne faut pas confondre le génie des lettres Vãn Xương avec l’immortel taoïste Văn Xương ðế quân qui est à l’origine des demandes de fortune et de chance, en oubliant que l’essentiel est de s’orienter vers le bien (hướng Thiện). Ce travail d’éducation mettant en valeur l’esprit national, la tradition patriotique et de solidarité nationale, la conservation et la pratique des bonnes mœurs et coutumes, ainsi que la lutte contre les superstitions, sera poursuivi par l’école Đông Kinh Nghĩa Thục, mais aussi par d’autres mouvements ultérieurs sous d’autres formes.

  • 30 Certains étaient donc reçus bacheliers plusieurs fois : huit fois pour Nguyễn Đức Hiến, le frère a (...)
  • 31 Cao Xuân Dục, Quốc triều hương khoa lục [Examens régionaux], Hochiminh-ville, Éditions Hochiminh, (...)
  • 32 La stèle « Th9 Xương tiên hiền từ vũ bi ký », 1838.

13La famille et son autel, le temple du génie tutélaire đình, la pagode chùa, les temples đền constituent l’environnement social traditionnel de la conservation de la culture vietnamienne, Vũ Tông Phan fit graver plusieurs stèles pour en encourager la restauration, mais le lieu de diffusion de cette culture est l’école des lettrés. En dehors des « grandes » écoles (đại tập) spécialisées dans la préparation des candidats aux concours pour les titres de licenciés et de docteurs et qui sont bien connues, existaient à Hanoi et dans les provinces limitrophes de nombreuses écoles primaires privées (thục xá tiểu học) ou communales (trường hương học). Ces écoles étaient souvent tenues par des lettrés non-lauréats ou des bacheliers qui préféraient enseigner plutôt que d’occuper un poste administratif subalterne mal payé, d’autant que cela leur laissait la possibilité de se préparer aux concours suivants30. Ils créaient leurs écoles soit chez eux, soit dans le voisinage de la grande école dont ils suivaient les cours. Or, le nombre de bacheliers (et donc le nombre potentiel d’écoles) était très important dans le Hanoi du XIXe siècle : le seul district de Thọ Xương avait fourni 105 licenciés de 1802 à 1870 et la ville de Hanoi en avait fourni 129 entre 1807 et 183131. Si l’on admet la proportion de trois à quatre bacheliers par licencié suivant les concours, on saisit que plusieurs centaines de personnes étaient capables d’ouvrir une de ces « portes de réveil de conscience pour le monde », expression sous laquelle sont désignées les écoles par les membres de l’association Hướng Thiện. Ce processus de retour au village des candidats malheureux aux concours avait toujours existé, mais la nouveauté introduite par les membres de l’association Hướng thiện est qu’ils en encouragent la généralisation. Nguyễn Văn Lý écrit ainsi que dans les villages, les maîtres sont les vrais gentilshommes (détenteurs de la droiture morale)32. On comprend donc que le Duy Tân et l’école Đông Kinh Nghĩa Thục disposeront plus tard d’une réserve importante permettant leur développement rapide dans plusieurs localités.

  • 33 Ces conférences étaient organisées les 2e et le 16e jours de chaque mois lunaire pour attirer le p (...)
  • 34 Ces textes encouragent les hommes à faire de bonnes actions afin de se perfectionner moralement, à (...)
  • 35 L’Institut Hán Nôm à Hanoi conserve une liste de 241 ouvrages gravés et imprimés par l’association (...)
  • 36 Par exemple, le Tam tự kinh et le Tiểu học lýợc biên (qui proposent un résumé accessible des livre (...)
  • 37 Par exemple, le Khải dồng thuyết ýớc (qui donne aux enfants des connaissances sommaires sur la nat (...)

14Les lettrés de l’association Hướng Thiện faisaient passer leurs idées à travers l’enseignement de textes religieux (giảng kinh), dans la forme traditionnelle autorisée dans les pagodes et par des conférences organisées deux fois par mois33. Les textes les plus utilisés étaient ceux attribués à Văn Xương đế quân (le génie de la littérature) et ceux de Quan Thánh đế quân (le génie des arts martiaux), un gentilhomme devant être expert en littérature et en arts martiaux dans la morale confucéenne34. Cette forme de diffusion des idées par le biais de l’enseignement des textes religieux était devenue courante au début du XXe siècle, comme en témoigne un texte de Ðông Kinh Nghĩa Thục appelant la population à venir « réciter la prière Indépendance à la pagode Duy Tân ». Surtout, le temple Ngọc Sơn joua le rôle essentiel de plus grand centre d’édition de Hanoi dans la première moitié du XIXe siècle : l’association Hướng Thiện a édité au moins 241 ouvrages xylographiés en caractères, certains comptant plus de 150 pages35, avec des contenus très divers. Plusieurs manuels présentent les héros nationaux tels que Chu Văn An et Trần Hưng Ðạo et les temples qui leur sont consacrés, d’autres sont des manuels de morale destinés au grand public36, ou d’autres manuels37. Certains ouvrages sont copiés par des temples en province, comme le grand temple dédié à Trần Hưng Ðạo à Vạn Kiếp, ce qui témoigne du rayonnement du temple Ngọc Sơn et de l’association Hướng Thiện.

  • 38 Voir schémas en annexe.
  • 39 District Đan Phuợng de Sơn Tây (actuellement commune Minh Khai du district Từ Liêm, province de Hà (...)
  • 40 Selon ses Mémoires (Tự truyện) en caractères chinois conservés dans sa famille.
  • 41 Son fils Nguyễn Huy Chiêu participera au Việt Nam Quốc dân đảng de Nguyễn Thái Học.

15Les idées de Hướng Thiện ont par ailleurs été transmises par d’autres canaux traditionnels, moins susceptibles de subir la censure : les relations familiales et de lignage (« transmission du père en fils », cha truyền con nối) et les relations entre le maître et l’élève (« respect du maître et respect de la voie », tôn sư trọng đạo)38. On peut trouver un indice majeur du rôle des familles dans la transmission des idées nouvelles par le fait que plusieurs membres importants du mouvement Duy Tân et de l’école Đông Kinh Nghĩa Thục sont des descendants de personnalités de l’association littéraire Thọ Xương et de l’association Hướng Thiện. Le cas de la famille de Vũ Tông Phan, premier chef de l’association Hướng Thiện qui, sur cinq générations, a donné plusieurs maîtres des écoles Hồ Đình et Mậu Hoà39, est le plus connu, mais il n’est pas exceptionnel. Nguyễn Văn Lý40 avait également participé à la création des deux associations ; un de ses fils, Nguyễn Văn Thiều (1833/34-1896), enseigna à l’école Chí Ðình fondée par son père au village natal Trung Tự et un autre de ses fils, Nguyễn Hữu Quý (1858-1942), licencié en 1886, occupa un poste de mandarin dans l’enseignement, dans les districts Chương Mỹ, Ðông Anh, Vĩnh Tuờng (actuellement Ba Vì), tout en collectant des chansons populaires, des proverbes et des expressions locales sur les métiers d’agriculteur, d’artisan et de commerçant, qu’il publia dans une Histoire orale (Khẩu sử ký). Dans la famille Nguyễn, il faut mentionner également Nguyễn Hữu Cầu : reçu licencié en 1906, il participa à la fondation de Ðông Kinh Nghĩa Thục avec Lýõng Văn Can et Nguyễn Quyền. Membre de la Commission de rédaction des manuels, il traduit en particulier des Tân Thý du chinois en vietnamien. Engagé dans la lutte contre les superstitions, il écrit un essai retentissant Les mœurs (Y tục luận). Il échappa à la répression qui s’abattit sur Đông Kinh Nghĩa Thục, mais fut envoyé au bagne de Poulo Condore en 1914 pour avoir participé au mouvement Ðông Du, pendant qu’il enseignait à l’école Hợp Ích fondée par un ancien mandarin patriote, Nghiêm Xuân Quảng. Autre exemple fourni par les généalogies familiales, celui du lignage Nguyễn Huy : quatre fils de Nguyễn Huy Ðức avaient fondé des écoles privées dans les villages à Thanh Tri (Hà Nội) et dans le district Thýờng Tín (province Hà Ðông, actuellement Hà Tây) ; on peut supposer que ces écoles étaient des lieux de diffusion pour les idées du Duy Tân et du Đông Kinh Nghĩa Thục41.

  • 42 Lê Ðình Diên et Ngô Dạng ont combattu la bande de Jean Dupuis à Hanoi, Nguyễn Huy Dức a refusé de (...)
  • 43 Découverte au cours d’une enquête de terrain récente (12 avril 2007) au village Hạ Thái (district (...)
  • 44 Selon Nguyễn Týờng Phýợng, élève de Nguyễn Quyền (co-fondateur de Dông Kinh Nghĩa Thục) et futur d (...)
  • 45 Comme par exemple dans la famille Vũ : le père Vũ Tông Cửu et le fils Vũ Tông Phan firent leurs ét (...)
  • 46 Selon la généalogie rédigée en quốc ngữ par Nguyễn Huy Thiều (né au début des années 1930), arrièr (...)
  • 47 Selon certains spécialistes de Đông Kinh Nghĩa Thục, deux femmes seulement enseignaient à l’école, (...)
  • 48 Son urne funéraire est conservée à la pagode Vĩnh Nghiêm. Nguyễn Hữu Ðýõng émigra aux États-Unis e (...)

16La transmission des idées et des formes d’action de l’association Hướng Thiện aux élèves des écoles Hồ Ðình, Phương Ðình, Chí Ðình, Liên Ðình (fondées par les dirigeants de l’association), ainsi qu’à ceux des écoles villageoises, est beaucoup moins aisée à étudier, car les liens entre maîtres et élèves ont souvent été distendus par les événements ultérieurs. La liste des noms en bas de la stèle dédiée à Vũ Tông Phan par ses anciens élèves ne nous donne qu’une vingtaine d’individus de l’école Hồ Dinh, un chiffre bien inférieur à ce que d’autres indices laissent supposer. L’étude de quelques trajectoires individuelles permet cependant de mettre en lumière la transmission des idées par la relation maître/élève. Lê Ðình Diên, Ngô Dạng et Nguyễn Huy Đức sont par exemple des personnages connus de la résistance contre les Français42 dont on sait qu’ils ont été les élèves de Vũ Tông Phan et que les deux derniers, licenciés, ont été enseignants. Or, la stèle Liên Đình Nguyễn tiên sinh bi43 érigée en 1903 par des élèves en hommage de leur maître Nguyễn Huy Đức (1824-1898), ainsi que la généalogie du lignage Nguyễn Huy de ce village Hạ Thái, montre que trois au moins de ces élèves, outre Lýõng Vãn Can, ont participé aux mouvements Duy Tân et Ðông Kinh Nghĩa Thục. L’un de ces élèves est Ðỗ Văn Tâm (encore dénommé Ái), reçu docteur en 1880 et nommé Tổng chốc des provinces Ninh Thái (c’est-à-dire Ninh Binh et Thái Binh) selon les inscriptions de la stèle de 1903 : on sait par ailleurs qu’il a également participé à Ðông Kinh Nghĩa Thục44. Un autre élève de Nguyễn Huy Đức dont le nom apparaît sur la stèle de 1903, Nguyễn Hữu Quý, avait également étudié avec Vũ Tông Phan et avec Nguyễn Văn Lý (son père). On peut donc supposer que Nguyễn Hữu Cầu (cofondateur de Đông Kinh Nghĩa Thục), petit-fils de Nguyễn Văn Lý, a suivi l’enseignement de Nguyễn Huy Đức car il était courant que les membres de la même famille fassent leurs études chez le même maître45. La troisième personne parmi les élèves de Nguyễn Huy Đức évoqués par la stèle de 1903 et qui ont eu un lien avec Ðông Kinh Nghĩa Thục est Nguyễn Thị Diễm, la propre fille du maître Nguyễn Huy Đức. Épouse d’un participant au mouvement Đong Du porté disparu46, elle enseigna à l’école jusqu’à sa fermeture47 et poursuivit ensuite ses activités d’enseignante dans le village de Hành Thiện à Nam Ðịnh, avant de suivre son neveu Nguyễn Hữu Ðýõng à Saigon48.

  • 49 En 2000 lors du colloque sur Nguyễn Tư Giản organisé conjointement par la faculté des Lettres de l (...)

17Le cas de Nguyễn Tư Giản (1823-1890) est différent : doyen des élèves de l’école Hồ Đình, reçu docteur du 2e degré (hoàng giáp), haut mandarin aux postes de Ministre de l’Intérieur et vice-consul du Bureau des Annales (Phó tổng tài Quốc sử quán), il semblait, jusqu’à une période récente, ne s’être jamais distingué par son opposition aux Français. Or, des documents récemment présentés49 montrent qu’en 1859, alors qu’il était en charge des travaux de régularisation du Fleuve Rouge, il avait envoyé à Tự Đức un Placet confidentiel pour combattre les Occidentaux. S’il y propose des stratégies militaires et idéologiques (lutter contre les missionnaires catholiques pour gagner le cœur du peuple par exemple), il insiste surtout sur la nécessité de s’occuper du bien-être matériel de la population et, pour cela, de développer l’agriculture, l’artisanat et le commerce. Nguyễn Tư Giản appliquait donc aux caractéristiques de l’époque où il vivait l’idée de « fidélité au peuple » enseignée par son maître. Nguyễn Tư Giản fonda également avec Bùi Viện et Nguyễn Truờng Tộ, le Tân đảng (Parti nouveau) qui préconisait l’instauration des relations avec les pays occidentaux dont les États-Unis et l’envoi de jeunes à l’étranger pour l’apprentissage des technologies modernes. Enfin, son fils le bachelier Quý Viên (1872-1930) et son neveu Nguyễn Định (1854-1939), tous deux maîtres d’école à Du Lâm à Vân Ðiềm, suivirent l’appel de Đông Kinh Nghĩa Thục en créant des classes enseignant des nouvelles matières dans le temple même du lignage Nguyên. On peut donc considérer Nguyễn Tư Giản comme un intermédiaire entre l’association Hướng Thiện et Đông Kinh Nghĩa Thục.

Évolution de l’association Hướng Thiện

  • 50 En s’appuyant sur les dates de publication des livres gravés et imprimés au temple de Ngọc Sơn, ai (...)
  • 51 Tsuboi Yoshiharu : Nýớc Đại Nam đối diện với Pháp và Trung Hoa [L’Empire vietnamien face à la Fran (...)
  • 52 Le vice-docteur Nguyễn Văn Siêu fut élu chef de l’association en 1851 et quitta son poste de manda (...)
  • 53 Certains soutiennent, par ailleurs sans preuve, que Nguyễn Tư Giản en est le troisième chef.
  • 54 Le panneau tranversal « Pour sauver le monde il y a le remède magique » concernant le saint taoïst (...)

18On ne sait quand l’association Hướng Thiện a cessé ses activités50, mais certaines allusions littéraires suggèrent des divergences de vues entre ses dirigeants, à l’occasion notamment de l’intronisation scandaleuse de Tự Đức en novembre 184751. En 1848 d’autre part, Vũ Tông Phan, qui dirigeait à la fois l’association littéraire Thọ Xương et Hướng Thiện, passa brusquement la direction de l’école Hồ Đình à son fils aîné après une rencontre avec Nguyễn Văn Lý et Lê Duy Trung où ils avaient « discuté des histoires anciennes »52. Une histoire manuscrite et anonyme, intitulée Phả Thiện Ngọc Sơn [Branches Thiện du temple Ngọc Sơn] rédigée en quốc ngữ après 1956, ne mentionne aucun autre chef après Vũ Tông Phan et Nguyễn Vãn Siêu53. À notre avis, l’association Hướng Thiện n’exista plus sous sa forme initiale en raison des bouleversements qui eurent lieu juste après le décès de son deuxième chef en 1872 : la citadelle de Hanoi fut attaquée par les Français l’année suivante, puis occupée après 1882 ; l’armée française s’installa même dans le temple Ngọc Sơn. Les lettrés de Hanoi durent donc modifier la forme et le contenu de leurs actions. Selon le manuscrit Phả Thiện Ngọc Sơn, l’association Hướng Thiện se divisa en trois phả (branches) : Tập Thiện phả, Lạc Thiện phả et An Lạc phả, le mot phả ayant une connotation religieuse et cultuelle. C’est donc sans doute à ce moment (et non au moment de son érection) que le temple Ngọc Sơn devint un temple des Trois religions (confucianisme, bouddhisme et taoïsme). En témoigne d’ailleurs le fait que les panneaux tranversaux et les sentences parallèles au contenu taoïste sont très peu nombreux (trois sur quarante et un) et récents (fin XIe-début XXe siècle)54. Le développement de pratiques superstitieuses, qui s’explique par la répétition des catastrophes nationales, mais avaient été condamnées par les membres de l’association Hướng Thiện comme nous l’avons vu, est un autre signe du changement de fonction du temple Ngọc Sơn.

  • 55 Et non pas pour « surveiller » Nguyễn Văn Siêu comme certains l’affirment. En effet, celui-ci décé (...)
  • 56 En 1991, l’Association des Sciences historiques du Vietnam et l’Association des Historiens de Hano (...)
  • 57 Chương Thâu, « Nguyễn Trọng Hợp qua những lời bình » [Nguyễn Trọng Hợp à travers des commentaires] (...)
  • 58 Ðinh Hýõng Sơn, « Nguyễn trọng Hiệp (Hợp) với cách nhìn nhận của một nhà sử học nýớc ngoài » [Nguy (...)

19Le rôle de Nguyễn Trọng Hợp (1834-1902) après la séparation de l’association en trois phả, reste à étudier55. Parent de Nguyễn Văn Siêu, élève de la classe primaire du licencié Vũ Tông Cửu, père du docteur Vũ Tông Phan, puis du docteur Nguyễn Văn Lý à l’école Chí Ðình, reçu docteur en 1865, il avait parcouru une carrière mandarinale brillante, jusqu’au poste de Ministre de l’Intérieur et membre du Cõ Mật. Ce personnage a longtemps était considéré comme un traître pour avoir apposé sa signature au bas du traité Harmand de 1883 qui consacrait la perte de l’indépendance, mais des recherches récentes56 montrent qu’il tentait de pratiquer les valeurs morales confucéennes (« droiture et rectitude », « être fidèle au peuple »), ce qui était d’ailleurs reconnu à l’époque par les Français eux-mêmes, et notamment Paul Doumer57. Nguyễn Trọng Hợp semble avoir estimé que les intérêts du peuple reposaient essentiellement sur la sauvegarde de la culture vietnamienne58 en attendant que la reconquête de l’indépendance soit possible : on reconnaît là le précepte suivant lequel « devant un cours d’eau rapide il faut avoir le courage de reculer » déjà adoptée par Vũ Tông Phan. Nguyễn Trọng Hợp a donc effectué une retraite stratégique, « tàng » afin de préparer les bases culturelles, c’est-à-dire l’éducation de la population. Il n’est donc pas étonnant que ses petits-fils, Nguyễn Sĩ Giác et Hoàng Tăng Bí aient rejoint Ðông Kinh Nghĩa Thục, même s’il est probable qu’il ne les aurait pas approuvés s’il avait été encore en vie.

  • 59 Le culte de Đức Thánh Trần appartient au taoïsme populaire vietnamien, dénommé également Nội đạo ( (...)

20Un ouvrage portant sur les monuments de Hanoi rédigé vers 1900 indique que Nguyễn Trọng Hợp, alors Kinh lýợc sứ du Tonkin, dirigeait le phả Lạc Thiện en 1886 et en 1897 encore au moment où le pont Thê Húc a été restauré. Le livre ne mentionnant aucun autre temple ou pagode ayant eu les faveurs du représentant impérial, on peut en déduire qu’il avait sa « politique » (chủ trýõng) par rapport aux trois phả du temple Ngọc Sơn, une politique « tàng », sous le couvert des croyances religieuses, en pratiquant le Bien (Thiện) pour se perfectionner et conserver la culture, afin « d’attendre le moment favorable pour passer à l’action ». Le culte de Trần Hưng Ðạo (ou Đức Thánh Trần)59, héros de la lutte contre les Mongols au XIIIe siècle, semblait adapté à cet objectif, ce qui explique que deux des trois phả gardent le mot « Thiện » dans leurs dénominations nouvelles (Tập Thiện, Lạc Thiện), tandis que le troisième porte le nom de An Lạc, en référence au domaine An Lạc, pays natal de Trần Hưng Ðạo. Certains auteurs soutiennent, sans avancer aucun argument, que Đức Thánh Trần est vénéré au temple Ngọc Sơn depuis sa fondation, ou « un peu plus tard ». Le problème n’est pas le décalage de quelques décennies, mais il s’agit ici d’une question de fond, ce qui nous oblige à déterminer avec précision la date d’adoption de ce culte. Nous pouvons affirmer qu’avant 1887 le culte de Đức Thánh Trần n’existait pas pour au moins deux raisons : les fondateurs de l’association Hýõng Thiện, Vũ Tông Phan (décédé en 1851), Lê Duy Trung (décédé en 1863), Nguyễn Văn Lý (décédé en 1868) et Nguyễn Văn Siêu (décédé en 1872) n’ont jamais rien écrit sur ce culte au temple Ngọc Sơn, alors qu’ils sont généralement très attentifs aux héros nationaux. Dans son ouvrage Les pagodes de Hanoi (1887), Dumoutier n’évoque à aucun instant Trần Hưng Ðạo, ce qu’il n’aurait pas manqué de faire si un culte lui avait été rendu, vu qu’il mentionne par ailleurs Quan Đế et Văn Xương. On peut en déduire que le culte de Ðức Thánh Trần est apparu au temple Ngọc Sơn au plus tôt avec la création du phả An Lạc faisant référence à son pays natal.

  • 60 Les sentences rédigées par Lê Ðình Diễn, vice-doyen des élèves de l’école Hồ Đình, encore accroché (...)

21L’existence des phả est attestée en 187560 et il semble donc que la division de l’association Hướng Thiện intervint dès la mort de son deuxième chef Nguyễn Văn Siêu en 1872, suivie de la conquête française de la citadelle de Hanoi. On peut supposer que le culte de Đức Thánh Trần au temple Ngọc Sơn aurait pu se pratiquer à partir de ce moment-là, sauf qu’il aurait fallu que cela corresponde à une politique déterminée, ce dont nous n’avons aucune preuve. Par contre, le culte de Đức Thánh Trần est cohérent par rapport à la stratégie proposée par Nguyễn Trọng Hợp (tàng, c’est donc maintenir la volonté des lettrés et le cœur du peuple par le biais de la culture nationale) depuis le début du règne du roi Thành Thái (intronisé en 1889) dont il était Régent (Phụ chính đại thần). D’ailleurs, au même moment apparaissent les đàn Thiện (littéralement « autel » et « Bien »), avec leurs séances d’invocation des saints et des génies afin d’en obtenir des textes. Cette pratique appelée phù kê existait déjà bien auparavant, mais apparurent deux éléments nouveaux à la fin du XIXe siècle : les saints et les génies, Ðức Thánh Trần et la Mère-Déesse Liễu Hạnh notamment, étaient tous Vietnamiens d’une part, ces textes sacrés étaient imprégnés d’autre part de la morale traditionnelle, visant à exhorter les fidèles à garder les valeurs d’humanité et de fidélité. Parmi plusieurs recueils de textes reçus lors de ces cérémonies d’invocation et conservés actuellement à l’Institut Hán Nôm, nous avons trouvé dans quatre ouvrages le texte Chính kinh (chính, droiture, avec la signification analysée plus haut) ou Chân kinh (chân dans chân chính, authenticité et droiture), « donné » par Đức Thánh Trần, gravé et imprimé à plusieurs reprises (1894, 1900, 1904 et 1909) aux temples Ngọc Sơn et Hà Yên à Hanoi, ainsi que dans d’autres temples à Nam Ðịnh et Hải Dương. Un de ces quatre ouvrages contient une préface et un avant-propos qui précisent que ce texte a été « donné » (en caractères chinois, puis traduit en caractères nôm) lors d’une manifestation de Đức Thánh Trần à la pleine lune du 11e mois de l’année Tân mão (1891) au temple Hà Lac (rue Trúc Lac, au bord du Lac de l’Ouest à Hanoi), puis soumis aux deux temples principaux du culte de Ðức Thánh Trần, celui de Nam Lục (ou temple Bảo Lộc, village de Mỹ Phúc, province de Nam Định) et celui de Van Lac (temple Van Kiếp à Hải Dýơng). Les temples Hà Lac et Hà Yên à Hanoi (le temple Hà Yên se trouve dans la rue Yên Ninh) l’ont révisé et les temples Hà Yên et Ngọc Sơn ont fait graver les planches pour l’impression, celles-ci étant conservées au temple Hà Yên. Enfin une grande offrande de sacrifices a été organisée au temple Ngọc Sơn afin de faire la réception solennelle de ce texte.

  • 61 Génies du Vietnam [Đai Nam thần lục] rédigé au milieu du règne de Tự Đức.
  • 62 Hà thành thần sắc [Génies de Hanoi], rédigé en 1909. Ce chiffre ne tient d’ailleurs pas compte des (...)
  • 63 Ces deux derniers n’ont pas encore le brevet royal, ce qui témoigne de leur fondation récente.

22Il est clair qu’à partir de 1891, la pratique du culte de Ðức Thánh Trần au temple Ngọc Sơn, comme dans d’autres temples à Hanoi ou en province, dépasse les demandes de fortune et de protection contre les mauvais esprits et porte un nouveau contenu, en continuité avec les actions sociales et culturelles menées par l’association Hướng Thiện et en lien étroit avec le mouvement patriotique de la fin du XIXe siècle. Le mouvement de construction des temples dédiés à Ðức Thánh Trần dans la seconde moitié du XIXe siècle est impressionnant : alors qu’il n’y en avait pas trente dans tout le Vietnam vers 185061, Hanoi intra muros en comptait sept vers 190962, y compris les temples Ngọc Sơn, Hà Lac et Hà Yên63.

  • 64 Le phả An Lac fit construire un nouvel autel pour l’enseignement des textes (đàn giảng kinh) à l’i (...)
  • 65 Vũ Cý (petit-fils aîné de Vũ Tông Phan), Bùi Ngọc Ðýờng et Bùi Huy Tấn (parents de Bùi Huy Tùng), (...)
  • 66 Ðoàn Triển était un réformateur dans l’exercice de ses fonctions. Emmanuel Poisson : Quan và lại ở (...)
  • 67 D’après une stèle découverte en 2001 au village Hữu Thanh Oai (district Thanh Trì, Hanoi)
  • 68 En collaboration avec le vice-docteur Phạm Văn Thụ, Tổng đốc de Bắc Ninh, ainsi qu’avec d’autres l (...)
  • 69 Vũ Tuân Sán, « Cý Sĩ Thiều Chửu, một gýõng sáng kết hợp tinh thần yêu nýớc với đạo Thiền » [Thiều (...)

23D’après une stèle de 1903 encore en place sur un des murs du temple Ngọc Sơn64, des descendants et des élèves des fondateurs de l’association Hướng Thiện appartenaient au phả An Lac65 et on peut supposer qu’ils poursuivaient l’uvre de leurs ancêtres et maîtres. Les noms de Lýõng Văn Can et de Nguyễn Thýợng Hiền, futurs fondateurs de Đông Kinh Nghĩa Thục, apparaissent également parmi ceux des donateurs et il est possible qu’ils aient joué un rôle dans l’évolution des phả Thiện du temple Ngọc Sơn, qui passèrent à cette époque de la dissimulation « tàng » à l’action « hành » comme le montre « l’affaire Ngọc Sơn » du 3e mois Bính Ngọ (1906), suivie par la conférence publique du 15e jour du 1er mois en 1907 évoquée plus haut. Or, les trois phả Thiện du temple étaient une force considérable pour relayer l’action de Ðông Kinh Nghĩa Thục non seulement à Hà Nội, mais aussi dans d’autres localités, car sur cette stèle sont également gravés les noms de membres résidant dans les provinces de Hải Dương, Bắc Ninh et Sơn Tây. De plus, les noms de plusieurs mandarins encore en poste apparaissent sur la stèle de 1903, dont celui d’un haut mandarin. Ðoàn Triển (1854-1919), Tuần phủ de la province Bắc Ninh66. Ce mandarin avait créé une école privée où l’on enseignait le quốc ngữ et d’autres disciplines nouvelles67 et il avait rédigé68 des « Nouveaux écrits » destinés aux classes primaires et secondaires. L’administration coloniale se doutait des liens entre les temples dédiés aux génies vietnamiens et le mouvement patriotique et le Résident supérieur du Tonkin demanda des renseignements sur ces temples, particulièrement ceux de Ngọc Sơn et de Quan Thánh à Hanoi, ainsi que sur les associations dans lesquelles Nguyễn Thýợng Hiền, Ðào Nguyễn Phổ et Lýõng Văn Can jouaient un rôle69.

Conclusion

  • 70 Beaucoup sont désormais « reçus » directement en vietnamien. Ils sont rédigés en caractères nôm et (...)
  • 71 Ðào Duy Anh, Nhớ nghĩ chiều hôm [Souvenirs au crépuscule], Hochiminh-ville, Éditions Tre, 1989.
  • 72 Revue Xýa & Nay, n° 29, juillet 1996.
  • 73 Un exemplaire a été récemment retrouvé : Kinh Ðạo Nam. Thõ văn giáng bút của Vân Hýõng Ðệ Nhất Thá (...)
  • 74 Village de Hữu Bằng (district Thạch Thất, province Sơn Tây) un bastion traditionnel des lettrés pa (...)
  • 75 Hoàng Ðình Đống était membre de phả An Lạc et donateur depuis 1903 pour la construction de l’autel (...)
  • 76 En 1945, sous l’ordre du Président de la République, le Ministère de la Propagande avait organisé (...)

24On sait que Đông Kinh Nghĩa Thục a été fermée par les autorités coloniales sept mois après son ouverture, mais que des structures éducatives modernistes ont continué à se développer après 1908. Le fait que les idées patriotiques et modernistes ont continué à être diffusées par l’enseignement des textes « donnés » par des génies vietnamiens70 est moins connu. Ðào Duy Anh consacre un chapitre de ses mémoires à ces phénomènes des thiện đàn (autel du bien) et de giáng bút (manifestation par le pinceau)71 et soutient que, s’ils sont apparus au moment de la conquête française, ils ne se sont réellement développés qu’après 1908, après l’échec du mouvement Duy Tân. Face à la répression coloniale, les lettrés patriotes « ont effectué une retraite stratégique en utilisant les thiện đàn comme moyen de diffusion des idées patriotiques ». Plus de quarante textes en vietnamien auraient été « reçus » entre 1908 et 1929, non seulement aux temples Ngọc Sơn et Quan Thánh de Hanoi, mais aussi dans une cinquantaine d’autres thiện đàn dans le nord du pays, du delta (Nam Định et Thái Bình) jusqu’à la région montagneuse (Thái Nguyên). Ðào Duy Anh a consulté un exemplaire du Livre de la Voie du Sud (Ðạo Nam kinh), « reçu » en 1923 à Hưng Thiện (village Hạc Châu, province Nam Định) par l’intermédiaire de Nguyễn Văn Tỉnh, maître de l’école villageoise, qui a retranscrit les mots, en quốc ngữ, « une œuvre de synthèse des confucéens progressistes dans le premier quart du XXe siècle dans tous les domaines – morale, politique, société, économie ». Ce texte avait été diffusé dans les temples Ngọc Sơn et Quan Thánh à Hanoi, dans les thiện đàn de presque toutes les provinces du nord, et même en Cochinchine (pagode Nhã Nam dans la province Cần Thõ)72 ! Sa diffusion fut interdite par les autorités coloniales en 1929, les exemplaires détruits73 et les orateurs l’ayant utilisé (dont Nguyễn Văn Tỉnh) furent emprisonnés. N’empêche que ce mode de diffusion des idées patriotiques ne fut jamais abandonné : un autre texte, Tâm pháp (Canon du Cœur), « reçu » également en 1923 au thiện đàn Phú Xuân74 fut ainsi déposé au temple Ngọc Sơn en 1935. Développant des idées comparables à Ðạo Nam kinh, il les masque mieux derrière un écran plus épais consacré aux Trois religions et à la morale. Or Tâm pháp fut enseigné sans interruption pendant une dizaine d’années au temple Ngọc Sơn et dans d’autres temples et pagodes aux alentours de Hanoi d’abord par Hoàng Ðình Đống, ensuite par Vũ Bội Hoàn75, tous deux membres des pha au temple Ngọc Sơn et sans doute les derniers représentants de l’association Hướng Thiện en tant qu’organisation socio-culturelle. Les temps avaient changé bien sûr et des formes d’organisation et de diffusion des idées plus efficaces étaient apparues. N’empêche que, lorsque le président Hồ Chí Minh rendit visite au à phả Thiện du temple Ngọc Sơn à la fin de 1945, juste avant le premier Têt de l’indépendance, il soulignait sans doute sa filiation intellectuelle et culturelle en reprenant à son compte la politique (chủ trýõng) du Bien (Thiện), en utilisant les moyens et les formes socio-culturelles existantes déjà enracinées dans la société viêtnamienne76.

Schéma II. Transmission du maître à l’élève

Schéma II. Transmission du maître à l’élève

Notes

1 Le premier appel public pour la modernisation des études, qui devait déboucher sur la création de l’école, a d’ailleurs été lancé du temple Ngọc Sơn à une cinquantaine de mètres du siège de l’école, au n° 4 Hàng Ðào (rue de la Soie).

2 Les biographies de Nguyễn Trýờng Tộ, Nguyễn Lộ Trạch, Đặng Huy Trứ, Bùi Viện, Nguyễn Tư Giản ou Phạm Phú Thứ ont fait l’objet de travaux.

3 Pierre Brocheux, « La revue Thanh Nghị et les questions littéraires (1941-1945) », RFHOM, 1988, p. 280, 354.

4 L’effondrement rapide de la nouvelle dynastie provoqua déception, puis nostalgie. Cf. Nguyễn Lộc, Văn học Tây Sơn [Littérature de l’époque Tây Sơn], Sở Văn hoá-Thông tin Nghĩa Bình, 1986, p. 92.

5 Au sein des descendants de Chinois installés dans le delta du Mékong après la défaite des Mings dont ils étaient les partisans en 1679. « Minh hương », Chinois contre Mandchous pour la restauration des Ming.

6 Cao Tự Thanh, Nho giáo ở Gia Dịnh [Le confucianisme à Gia Dinh], Hochiminh-ville, Éditions TP Hồ chí Minh, 1996, p. 41, 57-59, 102, 112.

7 Cao Bá Quát est devenu un symbole d’héroïsme dans l’historiographie vietnamienne pour sa participation à la révolte paysanne contre Tự Đức et sa mise à mort. Ses Poésies et proses ont été rééditées quatre fois, mais ne contiennent aucune allusion à l’association Hướng Thiện.

8 Nguyễn Vãn Siêu, un personnage considérable surnommé en son temps Thần Siêu (Génie Siêu) pour son érudition et son talent littéraire, ne fait l’objet que de quelques biographies édifiantes. Deux de ses textes ont été traduits et publiés, mais sans appareil critique.

9 L’année 1833 vit une révolte quasi généralisée (de Nông Vãn Vân à Cao Bằng et Tuyên Quang, Hoà Bình avec Lê Vãn Lýõng, Ninh Bình, Thanh Hoá, Gia Định avec Lê Vãn Khôi…). Les Annales en relèvent jusqu’à cinq cents dont la moitié sous le règne de Minh Mạng (1820-1841). De nombreux textes de Vũ Tông Phan, Nguyễn Vãn Siêu ou Cao Bá Quát signalent la ruine des villes et des campagnes.

10 Improvisations, 1831.

11 Nguyễn Văn Lý à l’occasion du décès de Vũ Tông Phan en 1851.

12 Le mot tàng fait référence à une phrase du Livre des Mutations : Quân tử tàng khí ý thân dãi thì nhi dộng [Le gentilhomme cache sa volonté en lui-même, attend l’occasion pour agir].

13 Le texte de la stèle Ngọc Sơn dé quân từ ký est publié dans le Tuyển tập văn bia Hà Nội [Sélection des stèles de Hanoi], Hanoi, Éditions Khoa học xã hội, 1978, t. ii. Il est reproduit dans Vũ Thế Khôi, Vũ Tông Phan, cuộc dời và thõ văn [Vũ Tông Phan, sa vie et son œuvre], Éditions Văn học, Hà Nội, 1995. Une nouvelle traduction de ce texte est proposée dans Vũ Thế Khôi, Vũ Tông Phan với văn hoá Thăng Long – Hà Nội [Vũ Tông Phan et la culture de Thăng Long-Hà Nội], Hanoi, Trung tâm Văn hoá Ngôn ngữ Đông Tây, 2001.

14 Lettre de 1838 à Lê Duy Trung (1795-1863) lorsque celui-ci partit rejoindre un poste à Hué.

15 Selon le Bạ tịch [Registre] du Temple de littérature de Thọ Xướng gravé en 1844.

16 Les fớc lệ [Statuts] de l’association sont gravés dans le même registre.

17 La vieille mentalité du « mépris du commerçant » (khinh thương) est à l’origine de la légende selon laquelle l’arrière-grand-père de Bùi Huy Tùng avait émigré en 1717 du village Phất Lộc (phủ Thái Bình) pour faire des études à Hanoi, ce qui en faisait un lettré. La généalogie rédigée en 1866 par des membres de cette famille, établit que leur ancêtre Bùi Vãn Mạo avait émigré pour « tenter de monter son affaire ».

18 Cela donne la mesure de la fortune des Bùi : il fallait être immensément riche pour avoir un docteur comme précepteur.

19 Aujourd’hui une ruelle du même nom au centre de Hanoi.

20 « Quant à faire du commerce j’ai peur de laisser la réputation de couper la gorge des gens ».

21 Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au Nord du Viet Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

22 Ce motif (án văn tự) était évidemment un prétexte pour se débarrasser de mandarins jugés trop influents. Le mandarin Nguyễn Vãn Thành et son fils furent exécutés pour un poème.

23 La participation de Cao Bá Quát à la révolte paysanne explique sans doute la suppression volontaire de toute allusion à ce « traître » dans les textes de ses amis. Quelques feuilles ont ainsi été arrachées au milieu de l’ouvrage posthume de Vũ Tông Phan par exemple.

24 « ý tại ngôn ngoại ». La difficulté pour nous est que, si ces sous-entendus étaient accessibles à leurs contemporains qui vivaient la conjoncture socio-culturelle de l’époque, ils ne nous sont pas immédiatement compréhensibles. C’est ainsi que G. Dumoutier, un érudit pourtant, et respectueux de la culture vietnamienne, avait traduit à contresens presque toutes les stèles et les sentences parallèles du temple Ngọc Sơn. G. Dumoutier, Les Pagodes de Hanoi, Hanoi, F. H. Schneider, 1887.

25 Ce souverain avait proclamé dans son Ordonnance de l’intronisation en 1788 : « Nhân nghĩa (humanité et fidélité), trung chính (droiture et rectitude) sont la grande voie de l’humanité. « Avec le peuple nous entreprenons le renouveau, en suivant les expériences lucides des souverains antérieurs afin de gouverner et civiliser le monde ». C’est sans doute dans cette perspective qu’il faut comprendre la signification de la fête de l’inauguration de l’école Phương Ðình fondée par le licencié Nguyễn Vãn Siêu au printemps de 1834. Ce dernier « prit le rime đình pour l’improvisation poétique proposée au docteur Vũ Tông Phan et aux licenciés Cao Bá Quát, Trần Văn Vi, Lê Duy Trung et Diệp Xuân Huyên. Dans le poème inaugural, Vũ Tông Phan, alors un mandarin réputé, reconnu comme leader du groupe, proposa l’idée de réforme de l’enseignement grâce à la répétition du mot « chính, rectitude ». En y répondant, Nguyễn Văn Siêu promet ainsi aux amis : « c’est le rond qui est sage, mais c’est le carré (« phương », c’est-à-dire « phương chính » ) qui doit être le modèle ».

26 Chủ trýõng, mots utilisés dans une sentence au temple Ngọc Sơn.

27 Sur la base de l’analyse et du « décodage » des poèmes échangés entre les personnalités de l’association Hướng Thiện, ainsi que des stèles et des sentences conservées au temple de la littérature de Thọ Xương et au temple Ngọc Sơn.

28 Sur le chemin menant au temple Ngọc Sơn. Phương tiện est la traduction du mot sanscrit Upàya, qui signifie : « chercher par tous les moyens et les méthodes pour être utiles aux gens, faire la propagande de ses idées et les convertir ». L’expression est reprise sur la porte d’entrée de pagode dénommée Phương tiện môn.

29 Vũ Tông Phan fit graver sur la stèle au temple du Dieu du Feu (30 Hàng Dieu) une phrase exprimant cet idéal qu’il inséra dans un compliment à Đặng Vãn Hoà, Tổng đốc de Hà Nội, pour son efficacité dans la lutte contre les incendies : « être fidèle au peuple » (trung với dân).

30 Certains étaient donc reçus bacheliers plusieurs fois : huit fois pour Nguyễn Đức Hiến, le frère aîné du docteur Nguyễn Tư Giản.

31 Cao Xuân Dục, Quốc triều hương khoa lục [Examens régionaux], Hochiminh-ville, Éditions Hochiminh, 1993.

32 La stèle « Th9 Xương tiên hiền từ vũ bi ký », 1838.

33 Ces conférences étaient organisées les 2e et le 16e jours de chaque mois lunaire pour attirer le plus de monde possible, car aux 1er et au 15e jour les gens étaient occupés par les cérémonies religieuses à leur domicile ou à la pagode bouddhique, au temple confucéen đền miếu, ou au temple taoïste quán.

34 Ces textes encouragent les hommes à faire de bonnes actions afin de se perfectionner moralement, à observer la piété filiale et la fidélité conjugale, à préserver l’harmonie dans la fratrie, à être sincère avec les amis et à respecter sa parole dans les relations avec autrui.

35 L’Institut Hán Nôm à Hanoi conserve une liste de 241 ouvrages gravés et imprimés par l’association Hướng Thiện au temple Ngọc Sơn qui conservait encore 1156 planches en 1966.

36 Par exemple, le Tam tự kinh et le Tiểu học lýợc biên (qui proposent un résumé accessible des livres classiques du confucianisme tels que Grande Étude, Entretiens, etc.).

37 Par exemple, le Khải dồng thuyết ýớc (qui donne aux enfants des connaissances sommaires sur la nature, l’homme, la société, etc. accompagnées d’illustrations) et le Đại sinh chỉ yếu (portant sur les soins pendant la grossesse, l’accouchement, la petite enfance).

38 Voir schémas en annexe.

39 District Đan Phuợng de Sơn Tây (actuellement commune Minh Khai du district Từ Liêm, province de Hà Nội).

40 Selon ses Mémoires (Tự truyện) en caractères chinois conservés dans sa famille.

41 Son fils Nguyễn Huy Chiêu participera au Việt Nam Quốc dân đảng de Nguyễn Thái Học.

42 Lê Ðình Diên et Ngô Dạng ont combattu la bande de Jean Dupuis à Hanoi, Nguyễn Huy Dức a refusé de collaborer avec les Français.

43 Découverte au cours d’une enquête de terrain récente (12 avril 2007) au village Hạ Thái (district Thýờng Tín, province Hà Tây).

44 Selon Nguyễn Týờng Phýợng, élève de Nguyễn Quyền (co-fondateur de Dông Kinh Nghĩa Thục) et futur directeur de publication de la revue Tri Tân dans les années 1940.

45 Comme par exemple dans la famille Vũ : le père Vũ Tông Cửu et le fils Vũ Tông Phan firent leurs études chez le docteur Phạm Quý Thích ; et dans la famille Bùi : l’oncle Bùi Huy Côn et le neveu Bùi Huy Tuyên, chez le docteur Vũ Tông Phan.

46 Selon la généalogie rédigée en quốc ngữ par Nguyễn Huy Thiều (né au début des années 1930), arrière-petit-fils de la branche aînée

47 Selon certains spécialistes de Đông Kinh Nghĩa Thục, deux femmes seulement enseignaient à l’école, dont Lýõng Thị Tín, fille de Lýõng Văn Can. À notre avis, Nguyễn Thị Diễm est la deuxième professeure de l’école.

48 Son urne funéraire est conservée à la pagode Vĩnh Nghiêm. Nguyễn Hữu Ðýõng émigra aux États-Unis et y décéda en 1999.

49 En 2000 lors du colloque sur Nguyễn Tư Giản organisé conjointement par la faculté des Lettres de l’Université des Sciences Sociales et Humaines (Université Nationale de Hanoi) et le lignage Nguyễn de Vân Điềm-Du Lâm, plusieurs documents en caractères chinois et nôm conservés aux archives ont été finalement présentés.

50 En s’appuyant sur les dates de publication des livres gravés et imprimés au temple de Ngọc Sơn, ainsi que les dates des réussites enregistrées par des élèves aux concours, on peut supposer que l’association fonctionna au moins jusqu’à la mort de Nguyễn Vãn Siêu en 1872. Lê Duy Trung et Nguyễn Văn Lý décédèrent plus tôt, en 1863 et 1868.

51 Tsuboi Yoshiharu : Nýớc Đại Nam đối diện với Pháp và Trung Hoa [L’Empire vietnamien face à la France et à la Chine], Hanoi, Association des Historiens du Viêtnam, 1992 (2e éd.), p. 185.

52 Le vice-docteur Nguyễn Văn Siêu fut élu chef de l’association en 1851 et quitta son poste de mandarin en 1854. Nguyễn Văn Lý et Lê Duy Trung ne purent démissionner, mais obtinrent des mutations dans l’enseignement.

53 Certains soutiennent, par ailleurs sans preuve, que Nguyễn Tư Giản en est le troisième chef.

54 Le panneau tranversal « Pour sauver le monde il y a le remède magique » concernant le saint taoïste Lã Tổ ou Phù Hựu đế quân (ancêtre des médecins), est même daté de 1940.

55 Et non pas pour « surveiller » Nguyễn Văn Siêu comme certains l’affirment. En effet, celui-ci décéda en 1872. Or de 1868 (l’année de son succès au concours de doctorat) à 1873, Nguyễn Trọng Hợp fut Tri phủ à Xuân Trýờng (province Nam Định), puis partit à Hué pour intégrer la fonction de Phủ doãn Thừa Thiên, autrement dit il était absent de Hanoi et ne pouvait « surveiller » les activités au temple Ngọc Sơn.

56 En 1991, l’Association des Sciences historiques du Vietnam et l’Association des Historiens de Hanoi ont consacré un colloque à ce personnage : Nguyễn Trọng Hợp, con ngýời và sự nghiệp [Nguyễn Trọng Hợp, l’homme et l’œuvre], Hanoi, 1991.

57 Chương Thâu, « Nguyễn Trọng Hợp qua những lời bình » [Nguyễn Trọng Hợp à travers des commentaires], in Nguyễn Trọng Hợp…, op. cit., p. 156.

58 Ðinh Hýõng Sơn, « Nguyễn trọng Hiệp (Hợp) với cách nhìn nhận của một nhà sử học nýớc ngoài » [Nguyễn Trọng Hợp du point de vue d’un historien étranger], in Nguyễn Trọng Hợp…, op. cit., 108-109. Il s’agit d’une présentation des travaux de Pino Perugia.

59 Le culte de Đức Thánh Trần appartient au taoïsme populaire vietnamien, dénommé également Nội đạo (Voie intérieure, propre aux Vietnamiens et non emprunté aux Chinois).

60 Les sentences rédigées par Lê Ðình Diễn, vice-doyen des élèves de l’école Hồ Đình, encore accrochées dans le temple nous donnent les renseignements suivants : « À la mi-été de l’année Ât hợi du règne de Tự Dức (1875), ex-Dốc học de Hanoi Lê Cúc Linh rédige […] Offert respectueusement par phả Lạc Thiện du temple Ngọc Sơn ». Nous avons ici une date précise (1875) à laquelle l’existence de phả Lạc Thiện est avérée, ce qui suppose logiquement celle des deux autres phả.

61 Génies du Vietnam [Đai Nam thần lục] rédigé au milieu du règne de Tự Đức.

62 Hà thành thần sắc [Génies de Hanoi], rédigé en 1909. Ce chiffre ne tient d’ailleurs pas compte des autels (điện thờ) chez des particuliers dont on trouve parfois la mention.

63 Ces deux derniers n’ont pas encore le brevet royal, ce qui témoigne de leur fondation récente.

64 Le phả An Lac fit construire un nouvel autel pour l’enseignement des textes (đàn giảng kinh) à l’intérieur même du temple, sur le côté gauche de la salle principale, la 15e année du règne de Thành Thái (1903), autel nommé Hoằng Thiện kinh đàn, afin de favoriser l’enseignement des textes sacrés reçus des génies.

65 Vũ Cý (petit-fils aîné de Vũ Tông Phan), Bùi Ngọc Ðýờng et Bùi Huy Tấn (parents de Bùi Huy Tùng), Vũ Cẩn et Vũ Hán Bích (deux fils de Vũ Đức Quang), Nguyễn Huy Liên (descendant de Nguyễn Huy Đức), Hoàng Ðao Thành (élève de Nguyễn Văn Siêu), Nguyễn Duy Nhiếp (fils de Nguyễn Trọng Hợp).

66 Ðoàn Triển était un réformateur dans l’exercice de ses fonctions. Emmanuel Poisson : Quan và lại ở miền Bắc Việt Nam – Một bộ máy hành chính trýớc thử thách (1820-1918) [Mandarins et subalternes au nord du Viêtnam. Une administration devant le défi (1820-1918)], Danang, Éditions Đà Nẵng, 2006, p. 317-319.

67 D’après une stèle découverte en 2001 au village Hữu Thanh Oai (district Thanh Trì, Hanoi)

68 En collaboration avec le vice-docteur Phạm Văn Thụ, Tổng đốc de Bắc Ninh, ainsi qu’avec d’autres lettrés tels que Phạm Huy Hổ, Ngô Giáp Đậu et Hoàng Ðạo Thành.

69 Vũ Tuân Sán, « Cý Sĩ Thiều Chửu, một gýõng sáng kết hợp tinh thần yêu nýớc với đạo Thiền » [Thiều Chửu, un exemple de synthèse du patriotisme et de l’esprit zen], dans Tiến sĩ Nguyễn Văn Lý [Docteur Nguyễn Văn Lý] publié par le lignage Nguyễn de Ðông Tác, l’Institut Hán Nôm et l’Association des Historiens du Viêtnam, Éditions Văn hoá dân tộc, 2000.

70 Beaucoup sont désormais « reçus » directement en vietnamien. Ils sont rédigés en caractères nôm et directement compréhensibles lorsqu’ils sont lus publiquement.

71 Ðào Duy Anh, Nhớ nghĩ chiều hôm [Souvenirs au crépuscule], Hochiminh-ville, Éditions Tre, 1989.

72 Revue Xýa & Nay, n° 29, juillet 1996.

73 Un exemplaire a été récemment retrouvé : Kinh Ðạo Nam. Thõ văn giáng bút của Vân Hýõng Ðệ Nhất Thánh Mẫu (Liễu Hạnh) [Kinh Ðạo Nam. Poèmes et proses reçus du pinceau la Mère-Déesse Liêu Hanh], Hanoi, Éditions Lao Ðông, 2007.

74 Village de Hữu Bằng (district Thạch Thất, province Sơn Tây) un bastion traditionnel des lettrés patriotes depuis la révolte de Cao Bá Quát et celle du bonze Vương Quốc Chính, à laquelle participa un parent de Vũ Tông Phan, surnommé « maître Mậu » pour avoir enseigné à l’école privée Mậu Hoà.

75 Hoàng Ðình Đống était membre de phả An Lạc et donateur depuis 1903 pour la construction de l’autel pour l’enseignement, puis chef de phả Thiện Ngọc Sơn unifié à partir de 1920. Vũ Bội Hoàn était l’arrière-petit-fils du docteur Vũ Tông Phan.

76 En 1945, sous l’ordre du Président de la République, le Ministère de la Propagande avait organisé un hommage à Trần Hưng Ðạo à l’Opéra de Hanoi et dans tout le pays le 25 septembre 1945 (soit le 20e jour du 8e mois, l’anniversaire de sa mort).

Table des illustrations

Titre Schéma I
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Schéma II. Transmission du maître à l’élève
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Carte de Hanoi
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Carte du Vietnam
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Enseignant de langue et civilisation russes de l’université de Hanoi, il s’intéresse en particulier à l’histoire de Hanoi et à l’étude des lettrés viêtnamiens et des échanges sino-vietnamiens.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540