Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vietnam

 | 
Gilles De Gantès
, 
Phuong Ngoc Nguyen

Avertissement

Texte intégral

  • 1 Voir René Le Clère, « Mais comment donc écrire Viêt-Nam », Études vietnamiennes, 2000, n° 2, p. 13 (...)

1Les noms géographiques sont écrits dans leur orthographe vietnamienne, sauf quelques noms dans leur orthographe française tels que Saigon et Hué. Le mot « Việt Nam » est orthographié généralement « Vietnam » donnant l’adjectif « vietnamien », mais l’on trouve aussi « Viêt-Nam » ou « Viêt Nam » qui relève du choix de l’auteur de chaque texte1, comme d’ailleurs les différentes graphies de Hanoi.

2Les noms vietnamiens sont, dans la mesure du possible, orthographiés selon la règle d’orthographe actuellement en vigueur au Vietnam. Certains ne portent pas de signes, notamment en raison des sources utilisées.

  • 2 Sur l’intronisation de l’empereur Duy Tân, cf. BEFEO, 1907, p. 418-419.

3Les mots vietnamiens sont généralement traduits dans le corps des textes, mais certains sont utilisés d’une façon courante, comme par exemple quốc ngữ – (littéralement « langue nationale ») l’écriture romanisée de la langue vietnamienne, élaborée essentiellement au XVIIe siècle par des missionnaires, utilisée par l’administration coloniale et adoptée par la population à l’époque Duy Tân. Le mot Duy Tân, traduit généralement par « modernisation », trouve son origine dans un classique chinois et a été choisi par ailleurs comme nom de règne du prince Vĩnh San à partir du 5 septembre 19072. À l’époque, l’utilisation du mot « duy tân » était ambivalente ; ce mot pouvait être à la fois un nom, un adjectif, ou un verbe :

4– Duy Tân comme processus (« modernisation ») « quộc duy tân » ou « hội Duy-tân ».

5« Bây giờ đương là quộc duy-tân, chỗ nọ chỗ kia đua nhau làm việc ích-lợi » [En ce moment c’est la modernisation, un peu partout les gens s’encouragent à faire des choses d’utilité publique] (Ðãng cổ tùng báo, 3 octobre 1907, 446).

6« Nay nhân vừa hội Duy-tân, nên tôi muốn bàn với các ông một điều Công-ích ».

7« En ce moment, à l’occasion de la modernisation, je voudrais vous entretenir sur un sujet d’intérêt collectif » (DCTB, 10 octobre 1907, 452).

8– Duy Tân comme un adjectif (« moderne ») :

9« Ðầu trọc cũng như là cái áo duy-tân. Ðầu duy mà óc vẫn không duy, thì không khác gì tam hoc [?] đội lốt người » [Une tête rasée est comme un vêtement moderne. La coiffure est moderne mais l’esprit ne l’est pas, c’est comme si un singe [?] se déguisait en être humain » (DCTB, 3 octobre 1907, 446).

10– Duy Tân comme un verbe : Ðào Thị Loan dit avoir acheté un bureau pour faire moderne : « Cạnh giường nằm em cũng mới duy-tân được một cái bàn viết (bureau), một cái bàn rửa mặt (toilette) » (DCTB, 10 octobre 1907, 456).

  • 3 Voir Hùynh Thúc Kháng niên phổ [Hùynh Thúc Kháng – chronologie], Hué, Éditions Anh Minh, 1963.

11Duy Tân s’oppose surtout aux conservatisme (thủ cựu, ou cựu, ancien)3. Dans les textes ultérieurs, on rencontre le mot « duy tân » désignant les partisans de la modernisation (nhà duy tân) qu’on peut rendre par « modernistes ».

Notes

1 Voir René Le Clère, « Mais comment donc écrire Viêt-Nam », Études vietnamiennes, 2000, n° 2, p. 139-147.

2 Sur l’intronisation de l’empereur Duy Tân, cf. BEFEO, 1907, p. 418-419.

3 Voir Hùynh Thúc Kháng niên phổ [Hùynh Thúc Kháng – chronologie], Hué, Éditions Anh Minh, 1963.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540